Navigation – Plan du site

Postures journalistiques des années 1930, ou du bon usage de la « bobine » en littérature

Paul Aron

Texte intégral

« Pour faire bien comprendre dans quelles limites raisonnables il est permis d’avoir une tête, le professeur aura recours aux projections. Les séances pendant lesquelles défileront sur l’écran les « bobines » de nos contemporains rompront agréablement la sévérité des études. Ces séances devront être réservées aux étudiants. Publiques, elles risqueraient de compromettre le prestige de la littérature. » (F. Divoire)

  • 1 Bourdieu (Pierre), Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1980, p.133-136.

1Dans la Rhétorique, Aristote montre que l’art de l’orateur s’appuie sur trois notions inséparables : l’ethos, le logos et le pathos. L’ethos met en jeu l’image de l’orateur ; le logos désigne les arguments fondés en raison, que son discours mobilise parce qu’ils sont partagés par l’auditoire, et le pathos est lié aux procédés rhétoriques qui s’adressent directement aux passions. Bourdieu utilise pour sa part la notion d’habitus pour désigner un ensemble de conduites sociales intériorisées par un agent. Cette notion implique que : « tous les principes de choix sont incorporés, devenus postures, dispositions du corps : les valeurs sont des gestes, des manières de se tenir debout, de marcher, de parler1. »

  • 2 Leiris (Michel), Fibrilles, Paris, Gallimard, 1966, p. 135.
  • 3 Divoire (Fernand), Introduction à l’étude de la stratégie littéraire, Établissement de l’édition, n (...)

2Il est sans doute utile, comme l’a fait Jérôme Meizoz, de spécifier le terme de « posture ». La notion présente l’intérêt de mettre l’accent sur la dimension physique (voire plastique) de la représentation de soi. Le fait qu’il s’agit d’un belgicisme me plaît assez. En néerlandais, le mot postuur désigne une petite statue autant qu’une attitude. Mais dans les usages locaux, il s’agit surtout d’un objet que l’on met en évidence pour qu’il soit vu par les voisins. Michel Leiris a ainsi observé lors de ses voyages en Belgique « ce que (m’a-t-on dit) l’on appelle des ‘postures’, vases, statuettes ou autres objets d’art de pacotille que maintes gens de la petite et de la moyenne bourgeoisie exposent derrière la vitre de leur bow-window, face à la rue, ce qui prête à ironiser sur l’art comme réponse à un besoin d’ostentation2. » Glissons sur le fait que Michel Leiris, ni n’appartenait ni à la petite, ni à la moyenne bourgeoisie, se sente obligé d’ironiser ainsi sur l’art des gens ordinaires. On retiendra seulement ici la dimension exhibitionniste de la posture, qui est bien ce que l’on choisit de mettre en évidence dans sa manière d’être. Le visage des écrivains est un aspect de cette mise à l’épreuve du corps en littérature. Dans le traité de stratégie littéraire de Fernand Divoire, il est désigné par un mot d’argot en usage depuis le milieu du XIXe siècle : la « bobine3 ». C’est d’elle dont je parlerai, comme figuration synecdochique de la posture.

3Ainsi comprise, la posture s’inscrit inévitablement dans les représentations et les polémiques de la vie littéraire. Mais il est assez rare qu’elle soit exhibée de manière quasiment manifestaire en guise de prise de position dans le champ. C’est pourtant ce que révèlent les débats liés à la question du reportage entre les deux guerres, qui permettent de mesurer à la fois l’efficacité et les limites de la notion.

Une nouvelle catégorie littéraire : le reportage

  • 4 Histoire générale de la presse française, t. III, Paris, PUF, 1972, p. 234.
  • 5 L’Âge des extrêmes, Bruxelles, Complexe, 1999, p. 258.
  • 6 Villa (Pierre), « Chômage et salaire en France sur longue période », CEPII, Document de travail n° (...)

4Dans les années qui ont suivi la Grande Guerre, la croissance des médias de masse fut spectaculaire. Les tirages de la presse augmentèrent beaucoup plus vite que la population. En 1880, les journaux populaires parisiens tirent ensemble à 900 000 exemplaires, en 1914, les cinq principaux titres atteignent quatre millions d’exemplaires4. D’après Éric Hobsbawm, il se vendait ainsi entre 300 et 350 journaux pour 1 000 habitants dans les pays développés (et près du double en Angleterre)5. Cette situation entraîna à la fois une grande concurrence entre les principaux titres, et le développement des emplois salariés dans le domaine du journalisme. Comme c’était déjà le cas pendant le siècle précédent, de nombreux jeunes gens entrèrent dans la carrière journalistique parce c’était une des rares professions intellectuelles qui demandait du talent plutôt que des diplômes. Mais à la différence de leurs prédécesseurs, les auteurs qui avaient une vingtaine d’années dans la seconde décennie du XXe siècle purent s’y engager avec un espoir raisonnable de faire fortune. Les journalistes connus, ceux qui faisaient les « premiers Paris », les éditorialistes, les grandes signatures, bref les vedettes de la presse écrite bénéficiaient de salaires élevés. Les autres pouvaient en vivre de manière satisfaisante. Le journalisme était ainsi un facteur d’ascension sociale, et un univers en évolution constante, ce qui offrait des emplois nombreux et variés. Il faut rappeler que la décennie 1920-1930 se caractérisait par un taux de chômage extrêmement bas (0,74 % de la population en moyenne6). Le 9 janvier 1918 est fondé le Syndicat national des journalistes qui, sous la présidence de Georges Bourdon, bataille de 1920 à 1935 pour donner un statut à cette catégorie professionnelle. Lorsqu’il l’obtient, le monde de la presse écrite s’est déjà stabilisé, et son déclin commencera aux lendemains du second conflit mondial.

5La vie littéraire est bouleversée en profondeur par cette révolution médiatique (qui affecte par ailleurs aussi la radio, le cinéma, la photographie). Elle l’est par la place que la littérature obtient dans les pages culturelles des grands journaux ou par la parution d’organes spécialisés dotés d’un tirage sans commune mesure avec celui des revues littéraires, mais aussi par les signatures des grands auteurs qui apparaissent de plus en plus souvent dans les colonnes des quotidiens. Enfin, la presse contribue à donner un écho démultiplié aux polémiques littéraires.

6Le genre littéraire dans lequel les écrivains interviennent le plus souvent est certainement le reportage. Lié à un événement précis, le reportage autorise l’intervention de journalistes occasionnels. L’aura médiatique des faits dont il rend compte démultiplie par ailleurs la notoriété des collaborateurs du journal. Mais les écrivains signent également des interviews, répondent à des enquêtes, font la chronique des arts ou des spectacles, voire des tribunaux. Ces genres s’ajoutent ou remplacent dans la presse ceux qui étaient auparavant dévolus aux écrivains, comme le feuilleton, le récit de voyage ou la critique.

  • 7 Giffard est un des premiers grands reporters français. Voir : Boucharenc (Myriam), « Pierre Giffard (...)
  • 8 Vettard (Camille), compte rendu de La Bataille à Scutari des frères Tharaud, NRf, LVIII, 1913, p. 6 (...)

7Le reportage est né dans la seconde moitié du XIXe siècle. Certains quotidiens, comme le Journal de Pierre Giffard7 et Fernand Xau (fondé en 1892), en font grand usage. Il devient populaire avec les correspondants qui suivent la guerre des Boers, la première révolution russe, les guerres et conquêtes coloniales ou le conflit russo-japonais au tournant du siècle. Entre juin 1904 et mars 1906, Gaston Leroux livre ainsi aux lecteurs du Matin, l’un des quatre plus grands quotidiens parisiens, un reportage sur l’empire russe en proie aux agitations révolutionnaires ; l’année suivante, il crée Joseph Joséphin dit Boitabille (devenu Rouletabille dans Le Parfum de la dame en noir) qui sera le modèle du journaliste dans la littérature du XXe siècle. À peu près au même moment, les frères Tharaud écrivent Dingley, l’illustre écrivain (1902), qui obtient le prix Goncourt 1906. C’est un portrait déguisé de Kipling, le héros est un journaliste écrivain. Les mots clés en sont « un conteur qui nous jette en plein dans la vie », un « professeur d’énergie ». Les Tharaud développeront après 1913 cette « esthétique du correspondant de guerre, qui consiste essentiellement dans la notation simple, précise, brusque, sans littérature, de faits minuscules, inattendus, insoupçonnables, qui ne peuvent être imaginés et qui demandent un témoin aux sens aiguisés et au subtil esprit critique 8 ».

8La décennie 1920-1930 est un moment privilégié pour l’interpénétration des champs littéraire et journalistique. Des journalistes comme Henri Béraud ou Joseph Kessel mènent de front une double carrière d’écrivains et de grands reporters, Albert Londres se fait connaître par des récits dont on loue les qualités d’écriture, tandis que des auteurs connus comme Blaise Cendrars, Pierre Mac Orlan, Roland Dorgelès ou Francis Carco signent des reportages dans les journaux. Un peu plus tard, Georges Simenon, Jean Cocteau, Paul Nizan ou Louis Aragon occuperont une place de premier plan dans les colonnes de la presse française.

  • 9 Boucharenc (Myriam), L’écrivain-reporter au cœur des années trente, Villeneuve-d’Ascq, Presses univ (...)
  • 10 Martin (Marc), Les grands reporters : les débuts du journalisme moderne, Paris, L. Audibert, 2005. (...)
  • 11 Voir notamment : Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), L’écrivain-journaliste au XIXe siècle : un mu (...)
  • 12 Martin (Marc), op. cit., p. 45-48

9Depuis les travaux fondateurs de Francis Lacassin et les rééditions qu’il a dirigées pour la collection 10/18 dans les années 1980, le reportage est devenu une catégorie littéraire relativement bien étudiée. Pour la période qui nous intéresse, les recherches de Myriam Boucharenc ont inventorié le domaine en insistant sur la poétique du genre9 tandis que Marc Martin a très précisément décrit le contexte historique de l’intervention des journalistes-écrivains entre les deux guerres10. Par ailleurs, plusieurs personnalités, comme Albert Londres, Joseph Kessel ou Henri Béraud, ont fait l’objet de recherches biographiques approfondies. Mais ces travaux laissent trop souvent dans l’ombre l’articulation du grand reportage avec le reste du champ littéraire. Or, précisément, le reportage à la française se différencie du modèle anglo-saxon par un souhait constant de notoriété littéraire. L’héritage du XIXe siècle continue d’influencer leur perception du métier11. C’est le cas au début du XXe siècle lorsque, se revendiquant du modèle d’Émile Zola, lui-même longtemps journaliste, les reporters soulignent à l’envi qu’ils entendent prolonger le naturalisme dans leurs enquêtes sur les « bas-fonds » de la société, ou sur les déshérités du vaste monde12. Après 1918, lorsque le grand reportage gagne ses propres lettres de noblesse, cette interaction change de nature. Les reporters revendiquent alors une position que l’on pourrait qualifier « d’écrivains du journalisme », qui se fonde à la fois sur la spécificité poétique du genre qu’ils pratiquent et sur les commandes nombreuses que les journaux adressent aux auteurs reconnus de la période. Cette prise de position se révèle à travers un premier niveau postural : celui d’une poétique de la mise en scène de soi. Elle se précise par le truchement d’un second niveau, qui est plus proprement médiatique, lorsque l’image de soi s’incarne dans une image concrète, physique, où c’est le corps même de l’écrivain journaliste qui relaie cette prise de position. Ce sont ces postures que je voudrais à présent illustrer par deux exemples.

La posture selon Joseph Kessel : l’écrivain baroudeur

  • 13 Une bonne biographie de Kessel a été rédigée par Courrière (Yves), Joseph Kessel ou sur la piste du (...)
  • 14 Tassel (Alain), « Poétique du reportage dans Témoin parmi les hommes (1956-1969) de Joseph Kessel » (...)
  • 15 Kessel (Joseph), Marchés d’esclaves, suivi de l’Irlande révolutionnaire, Paris, 10/18, collection « (...)

10Joseph Kessel (1898-1979) est l’auteur le plus emblématique de cette tendance13. La presse quotidienne lui commande des grands reportages dont le succès sera immédiat. Il se sert de ces reportages pour les réécrire sous forme de romans, tout les publiant par ailleurs sous la forme d’essais, eux-mêmes souvent réorganisés pour s’ajuster au format du livre. Plusieurs commentateurs ont souligné la manière dont son écriture a épousé les contraintes éditoriales. Le rythme de sa phrase cherche à réaliser un « effet de direct », il crée une convention de simultanéité entre les événements narrés et le temps de la lecture. Le reportage ne se borne pas à informer : il joue sur les affects, il dramatise, il fait rêver. Alain Tassel repère trois composantes principales de la rhétorique du reportage journalistique : (1) le narrateur se présente comme l’acteur de son récit, il fait voir l’événement en direct et crée donc un « simulacre d’interlocution » ; (2) il fait semblant de partager la vie de ses sujets et y emmène son lecteur, c’est une poétique de l’immersion ; (3) le reporter est autobiographe ; il se met en scène14. Ces caractéristiques sont celles d’un récit doté de qualités littéraires spécifiques. Le reporter a donc tendance à enrichir la réalité qu’il observe « d’harmoniques littéraires, stylistiques et autobiographiques ». De fait, à lire Joseph Kessel, comme d’ailleurs Albert Londres, on est frappé du nombre d’allusions ou de références qui construisent une image publique du narrateur par lui-même. Celle-ci joue simultanément sur plusieurs registres : le reporter est un homme indépendant, cultivé, anticonformiste. Comme le légionnaire de la chanson, il sent bon le sable chaud. Dans son reportage sur les marchés d’esclaves, Kessel insiste ainsi sur son autonomie de grand reporter, c’est lui qui a l’idée du sujet qu’il faut traiter : « Je parlai de mon projet au Matin. Ce grand journal accepta tout de suite. Il me fournit l’appui financier et moral nécessaire15. » Sa rencontre avec Henry de Montfreid lui donne l’occasion de construire un véritable mythe, celui de l’aventurier français de la mer rouge ; il célèbre « la chance qui mit sur notre chemin un personnage magnifique : Monfreid l’aventureux. » (p. 40) Celui-ci prend place presque aussitôt dans une série littéraire : « Voici onze ans, je revenais de Vladivostok et touchai Djibouti. On me parla de Monfreid. J’étais très jeune, nourri de romantisme. Je pensai au Manfreid de Byron. Puis cette image s’effaça… » (p. 44). Le lien entre le roman d’aventure et le reportage est un des leitmotivs du récit :

Tous les prestiges de Mayne Reid, de Fenimore Cooper, de Gustave Aimard, toutes les histoires de chasseurs du désert, de trappeurs de brousse, de coureurs de mer, nous les avions respirés, reformés dans notre sang et nos muscles pendant les caravanes qui nous menèrent de Daouenlé au noir Gubet Kharab et du Gubet à Obock, pendant que la tempête nous chassait du Bab el-Mandeb au golfe d’Assab, puis vers les îles de la mer Rouge et la côte yéménite. (p. 146)

11Une autre comparaison littéraire est faite avec la nouvelle « Jeunesse » de Conrad, au début du chapitre xv. Le narrateur apparaît dès lors comme celui qui a l’occasion de vivre des moments privilégiés, inaccessibles aux gens ordinaires. Loin des foules (mais écrivant pour elles), le reporter regrette par anticipation le moment où les touristes suivront ses pas :

Combien je préfère avoir dormi sur la pierre, voyagé sur des selles impossibles, bu de l’eau à l’encens, même supporté la vermine et ne pas avoir rencontré un Européen dans les gorges yéménites et ne pas avoir entendu un nasillement de touriste dans le silence des sentiers, ne pas avoir souffert d’une seule fausse note au cours d’étapes d’une beauté surhumaine. (p. 143)

  • 16 Kessel (Joseph), Avec les alcooliques anonymes, Paris, Gallimard, 1960, p. 22-23.

12Même lorsque le décor est moins somptueux, et l’exotisme moins séduisant, le récit du reporter utilise encore ce genre de procédés. Dans les années 1960, Kessel s’intéresse ainsi aux alcooliques anonymes américains. C’est l’occasion de définir ce qu’est une « clef » dans l’argot de son métier, à savoir un moyen d’entrer dans un univers social a priori fermé aux intrus. La clef est « une introduction qui ait assez de valeur, d’autorité dans le monde clos dont [le journaliste] essaie de pénétrer la vie pour qu’il y soit reçu sans hostilité ni réticence et qu’il y trouve des gens prêts à le traiter non pas comme un enquêteur, un observateur, un témoin, un étranger, mais comme un familier, un compagnon, comme un des leurs. […] La clef du reporter, c’est la personne qui ouvre pour lui les serrures de la confiance dans les palais ou les bouges, les maquis de partisans, les tentes des nomades, les fumeries d’opium ou les monastères16. » Et d’expliquer ce qu’il cherche avant tout : « Une belle histoire ou a good story, pour un journaliste, n’a rien à voir avec la morale ou l’esthétique. Cela signifie indifféremment un crime de monstre, un exploit merveilleux, une convulsion de haine, un paroxysme d’amour. Une belle histoire, c’est Landru, c’est Mermoz, c’est Mata-Hari, c’est la catastrophe du Titanic, c’est la découverte de la pénicilline — bref, toute aventure humaine, à la condition qu’elle soit nourrie d’action intense et imprévue, chargée de drame, de mystère, d’allégresse ou de génie. » (p. 32-33). Celui qui peut raconter ce genre d’histoire a donc des qualités particulières. Kessel met en scène le « je » qui écrit le livre en répondant à la question : « Quelle est votre attitude à l’égard de l’alcoolisme ? » :

Je ne m’étais jamais interrogé à ce sujet. J’avais bu tout naturellement, depuis ma première jeunesse, souvent, beaucoup, sous toutes les latitudes, à toute occasion, tous les breuvages fermentés du vaste monde. Il m’était arrivé de dépasser la mesure plus d’une fois. Il m’était arrivé même d’aller jusqu’à l’inconscience, jusqu’à l’absurde, le ridicule et l’odieux. Après ces excès, j’avais connu des réveils terribles. Mais les bons souvenirs l’emportaient de loin sur les mauvais. Et quand je pensais à toutes les heures d’allégresse intense, d’ardente amitié, de communion généreuse que j’avais connues aussi bien chez les Tziganes de Paris ou dans un train blindé sibérien, ou sur un voilier en mer Rouge, ou encore dans une baraque de la terre de Feu, et que je devais à l’alcool — je ne pouvais m’empêcher de considérer ce dernier comme un sûr et joyeux compagnon tout au long de l’existence. (p. 39)

13Le reporter se présente ainsi comme une sorte d’explorateur du social et de la géographie, un être qui a incorporé l’immense diversité des réalités humaines, et qui, par conséquent, peut se sentir chez lui partout et avec n’importe qui.

14La réédition des livres de Kessel ou d’Albert Londres permet de prendre la mesure de cette poétique. Mais elle omet une dimension essentielle de la construction de la posture de l’écrivain, que la consultation des journaux seule donne à voir. La majorité des reportages est en effet accompagnée de photographies (dont la reproduction est de qualité souvent médiocre, pour un œil du XXIe siècle). Ces photographies sont dues aux reporters eux-mêmes. Elles servent à attester la véracité des événements ou des situations rapportées dans les articles ; elles sont un gage d’authenticité. Mais il est remarquable que le reporter s’y mette systématiquement en scène lui-même. Il se fait photographier en compagnie des individus qu’il interroge ; c’est sa caravane qui est au centre de la prise de vue, et non une caravane quelconque ; c’est lui qui assure l’unité du récit. La première personne, dont use et abuse le récit, correspond exactement à la place que la personne du reporter occupe sur les photos. Sa centralité est essentielle.

15Il conviendrait sans doute ici de construire une typologie des différents modèles photographiques posturaux. Albert Londres impose sa silhouette d’Européen moyen, arborant gilet et chapeau sombre, qui est aisément reconnaissable sous diverses latitudes. Kessel, pour sa part, préfère manifestement le genre du baroudeur, bronzé, mal coiffé, habillé à l’as de pique, mais viril à souhait. Les prestations télévisées du vieux Lucien Bodard à la télévision française, avec sa voix cassée, ses yeux bridés mi-clos, et son art de raconter des horreurs en faisant croire qu’il ne livre qu’une toute petite partie de la face obscure du monde, renouvelle, pour les moyens modernes de communication, le « modèle Kessel ».

Le Petit Parisien, 11 octobre 1928

Le Petit Parisien, 11 octobre 1928

Le Matin, 5 juin 1930.

Le Matin, 5 juin 1930.

On notera que le cliché, ici, a été fortement retouché, ce qui accentue encore les traits des personnages

Le modèle Béraud : la posture comme argument polémique

16Contrairement à Kessel, Henri Béraud ne fait plus partie des auteurs qu’on lit de nos jours. Il fut toutefois, entre les deux guerres, un acteur essentiel de la vie littéraire française ; les tirages de ses livres ont atteint des centaines de milliers d’exemplaires, et sa signature s’étalait dans les principaux journaux. Béraud est l’auteur d’une œuvre littéraire autant que journalistique comparable à maints égards à celle de Kessel, même si ses romans sont moins influencés par les polémiques et les voyages qui ont fait sa notoriété d’homme de presse. Les deux hommes se sont par ailleurs côtoyés lors d’un reportage en Irlande et dans le comité de rédaction de Gringoire. Chez Béraud, la posture n’est orientée ni par l’exotisme (géographique ou social) ni redoublée par la photographie. Elle se condense plutôt dans une image typée de l’écrivain-journaliste, dont les effets se donnent à lire dans l’œuvre romanesque autant que dans la polémique littéraire.

  • 17 L’Ours. Pamphlet mensuel entièrement rédigé par Henri Béraud, oct. 1913-avr. 1916.
  • 18 Sur Béraud, outre ses mémoires, on consultera Butin (Jean), De « La Gerbe d’or » au pain noir, la l (...)

17Une brève évocation biographique s’impose ici. Henri Béraud (1885-1958) est le fils d’un patron boulanger lyonnais. L’enseigne familiale de La Gerbe d’or est le titre d’un de ses romans (1928). Il n’achève pas son bac, et œuvre dans l’un ou l’autre atelier d’artisan avant de faire son service militaire et de travailler comme journaliste pour divers périodiques locaux. Il se voit alors comme une sorte d’apprenti poète, et il fréquente un milieu d’artistes lyonnais dont font partie Albert Londres et Charles Dullin. Au décès de son père, en 1909, il touche sa part de l’héritage (6 000 écus, soit environ 360 000 euros de 2009) et peut alors éditer à compte d’auteur une revuette intitulée L’Ours et quelques petits textes17. Il fait la guerre comme officier. Démobilisé à Paris en décembre 1918, il collabore au Canard enchaîné, qu’il quittera en mai 1919 pour Le Merle blanc, son concurrent. Critique dramatique au Mercure de France, il écrit dans La Vie parisienne et dans Le Crapouillot. Il s’occupe des pages littéraires de Paris-Matinal, dont le directeur Eugène Merle dirigeait Le Merle blanc. En mars 1918, Béraud entre à L’Œuvre de Gustave Téry où paraît en avril 1920 son premier grand reportage, avec Albert Londres, sur l’Allemagne spartakiste. Il publie ensuite « Chez les Sinn Feiners », son reportage en Irlande au Petit Parisien et des « Impressions d’audience » du 8 au 30 novembre 1921. À partir de 1925, Béraud voyage et s’impose comme une sorte de spécialiste du reportage politique en Europe (Rendez-vous européens, 1928). Dès lors, pendant une dizaine d’années, pour lui, l’année se divise en deux parties. Avec les premiers beaux jours, il sillonne l’Europe ; dès octobre, il séjourne à l’Île de Ré, où il rédige, la nuit le plus souvent, son œuvre romanesque18.

  • 19 Homme politique français de centre-droit (1891-1975). Sa femme, Ady, qui était la belle-fille du pr (...)
  • 20 En 1934, il touche des droits d’auteur de 100 000 F. pour Gringoire, et de 149 088 F. des Éditions (...)
  • 21 Dictionnaire historique de la France sous l’occupation, ss la dir. de Michèle et Jean-Paul Cintet, (...)
  • 22 « Vous passerez en revue tous les signes de décadence que donne, en ce moment, notre pays. La quest (...)

18En 1932, Horace de Carbuccia19 fait appel à Béraud pour soutenir sa campagne électorale aux élections législatives en Corse, et il l’engage comme éditorialiste à l’hebdomadaire Gringoire dirigé par Joseph Kessel et Georges Suarez, qu’il a fondé en novembre 1928 pour concurrencer Les Nouvelles littéraires et Candide. Les deux hommes se connaissaient bien déjà, puisque Carbuccia, fondateur des Éditions de France, avait publié dans sa collection le reportage en Russie que Béraud avait écrit pour le Journal à l’été 1925 (Ce que j’ai vu à Moscou). À partir du 25 août 1933, Béraud, devenu un journaliste très bien payé20, publie dans Gringoire son roman Ciel de Suie, qui succède dans ces pages aux Mémoires de la Princesse Palatine présentées par Paul Reboux. Et le 12 janvier 1934, dans la foulée de l’Affaire Stavisky, Béraud publie, sous le titre « Assez ! », le premier éditorial d’une longue campagne contre les notables de la Troisième République radicale-socialiste. Ce sera un grand succès, le tirage de la revue dépassera les 500 000 exemplaires, devenant ainsi le plus fort tirage de la presse hebdomadaire française. Il devient franchement antigouvernemental après le 6 février 1934. Béraud polémique avec Blum, il dénigre Roger Salengro, il tire à boulets rouges sur l’Angleterre. Il signe le « Manifeste d’intellectuels français pour la défense de l’Occident » (Le Temps, 4 octobre 1935). En 1937, Kessel et Henri Jeanson quittent avec fracas le vaisseau Gringoire de plus en plus nettement marqué à droite et qui n’hésite pas à faire appel aux arguments antisémites pour défendre la France contre les « étrangers » ; le vieil ami de Béraud, Galtier-Boissière, le directeur du Crapouillot, rompt aussi avec lui. Béraud sera franchement pétainiste sous l’Occupation ; il signe le 9 mars 1942 l’appel des intellectuels collaborationnistes (Brasillach, Céline, Drieu…) dans Le Petit Parisien pour une « union européenne » contre la « criminelle Angleterre »21. Cette évolution est directement inspirée par Carbuccia, qui dicte littéralement à son éditorialiste les thèmes qu’il souhaite mettre en évidence22. Ce n’est qu’après Stalingrad que Carbuccia souhaite infléchir la ligne de Gringoire dans un sens plus prudent. Béraud prend alors ses distances, et il tombe dans un relatif anonymat jusqu’à son arrestation par les FFI le 24 août 1944, à Paris. Condamné à mort, il sera sauvé par un article de François Mauriac, et par la décision du général de Gaulle de commuer sa peine.

  • 23 Pour rappel, voici la liste des prix Goncourt de la décennie. 1930 : Henri Fauconnier, Malaisie, St (...)

19L’œuvre romanesque de Béraud est considérable. Elle comprend des romans historiques et des récits liés à sa ville de Lyon ainsi que neuf recueils de textes journalistiques. Mais elle ne renouvelle pas le succès des deux romans qui lui valent le prix Goncourt, le 13 décembre 1922 par cinq voix contre quatre à Jules Romains : Le Martyr de l’obèse et Le Vitriol de lune23. Le Martyr de l’obèse (1922), qui nous intéresse plus particulièrement, se définit comme un livre « que les maigres prendront pour un livre gai ». Il raconte sur un ton doux amer les malheurs d’un obèse amoureux de la femme d’un ami qui tente de s’éloigner de son mari. Il l’accompagne dans toute l’Europe, transi d’amour, et la seule nuit qu’elle lui accorde, à la fin du livre, est irrémédiablement écourtée par les mots qu’elle lui jette quand elle s’est déjà à moitié déshabillée : « Sois heureux, mon gros ! ». À cette anecdote, somme toute un peu maigre, Béraud ajoute maintes réflexions plus ou moins spirituelles sur son état. Il montre ainsi que le croque-mort, qui gémit sous le poids d’un client obèse, ne peut s’empêcher de plaisanter. Les gros sont comiques, on ne croit pas qu’ils puissent être affamés ou misérables, ils s’habillent toujours mal, rien n’est plus amusant que leurs efforts pour maigrir…

20Lyonnais, connu pour son amour du champagne et des repas bien arrosés, Béraud, qui pesait plus de cent kilos, attestait par son physique une ressemblance certaine avec le personnage. Le fait que le récit se déroule dans diverses capitales européennes ajoutait à la confusion volontaire entre l’écrivain et son héros.

  • 24 La querelle est évoquée dans : Jean Schlumberger et la Nouvelle revue française : actes du colloque (...)

21La même image de soi, celle du « bon gros », Béraud l’avait déjà utilisée quelques mois plus tôt dans une polémique contre André Gide et le groupe de la NRf. Elle porte le titre significatif de la « Croisade des longues figures »24 : c’est le titre de l’essai qu’il publie à Paris aux Éditions du siècle, 1924, et qui reprend ses articles de presse. Le slogan le plus connu de cette campagne est « la nature a horreur du Gide », mais ses enjeux vont au-delà du seul calembour. Dans Les Cahiers d’aujourd’hui en 1921, Béraud critique « le caractère laborieux et quasi provincial » de Gide et il lui reproche « son aversion pour un art fait de grâce déployée, d’agréable paganisme, de vérité humaine, de passion, de gaieté, de colère ou de primesaut » (p. 15). Il s’en prend également à Paul Claudel (« Tout l’esprit de M. Claudel fut de mener les snobs brouter l’herbe des moutons », p. 17) et à André Suarès : « On ne s’étonnera point qu’un homme aussi miraculeusement dépourvu de talent, d’alacrité, et de lecteurs fasse figure de génie au regard de quelques œdipes suburbains et de quelques Scandinaves gavés d’eau fraîche et comblés de gymnastique. » (p. 20). Dans Lyon républicain, le 19 avril 1922, Béraud dénonce ensuite le groupe entier de la NRf : « Il existe en France un ‘groupe littéraire’ formé de six ou sept écrivains dont le talent égale le succès et qui depuis 1895 jouissent d’une grande réputation dans quelques mètres carrés. Ces écrivains, pour la plupart fortunés, ont décidé de vaincre la résistance du public. » (p. 37)

22La critique de Béraud mêle ainsi plusieurs plans. Il dénonce d’une part la politique d’aide aux livres et aux tournées des écrivains français à l’étranger dont les responsables sont Paul Morand et Jean Giraudoux, et qui serait orientée presque exclusivement en faveur des éditions Gallimard et de leurs auteurs. La préférence lui semble intolérable, et c’est le second plan de son argumentation, parce que ces auteurs ne sont pas appréciés du grand public. Il y aurait donc une inadmissible connivence entre des auteurs élitistes et les fonds publics, ainsi qu’il le déclare à Frédéric Lefebvre dans Les Nouvelles littéraires :

Il faut réagir contre le snobisme de l’ennui qui se confond d’ailleurs avec le snobisme de la mévente. Il existe dans notre pays, en ce moment, un groupe d’écrivains qui, ayant constaté qu’on ne veut pas les lire, après avoir fait cependant tout le possible pour vaincre par des moyens étrangers à la littérature, la résistance du public, se sont avisés d’un tour assez habile ; ils ont tâché de faire croire qu’ils méprisaient le succès […]

  • 25 Sur les querelles grammaticales dans le champ littéraire, voir Philippe (Gilles), Sujet, verbe, com (...)
  • 26 Par un curieux lapsus, Pierre Assouline fait d’ailleurs de Morand l’adversaire de Béraud pour le Go (...)

23En référence aux origines protestantes de plusieurs fondateurs de la NRf, Béraud met aussi l’accent sur les caractéristiques physiques de ses adversaires. Il se moque des conférences de ces « noirs messieurs au teint jaune et aux paroles maussades » qui prêchent « le snobisme de l’ennui, le mépris de l’esprit, la haine de la grâce, le dégoût de la facilité, l’aversion de la femme » (p. 39-40). Il critique par ailleurs les fautes de grammaire de Gide, renouvelant ainsi pour sa part le procès fait au « Flaubert qui écrivait mal25 ». La plupart de ces flèches visent aussi de manière indirecte Jules Romains, son adversaire malheureux du Goncourt, agrégé de philosophie, dont le roman Lucienne est paru aux éditions de la Nouvelle Revue française. Il est très probable que sa campagne contre Giraudoux et Morand visait aussi à disqualifier ce dernier dont le roman Ouvert la nuit (1922) était assurément susceptible de recevoir le prix Goncourt26.

Portrait d’Henri Béraud. Photo reprise du blog d’Olivier Bogros

Portrait d’Henri Béraud. Photo reprise du blog d’Olivier Bogros

André Gide par P. Albert Laurens, 1924 © Rue des Archives/Tal

André Gide par P. Albert Laurens, 1924 © Rue des Archives/Tal
  • 27 Béraud (Henri), Rendez-vous européens, Paris, Les Éditions de France, 1928, p. 228.
  • 28 Béraud (Henri), Le flâneur salarié, rééd. 10/18, 1985, p.141.
  • 29 L’Eclair, 11 mai 1923.

24Par contraste, se dessine dès lors une sorte de manifeste de ce que pourrait être la bonne littérature selon Béraud. Une littérature qui se lit aisément, qui s’efforce de plaire au grand public, qui est liée à la vie et à la perception immédiate des choses, une littérature du terroir français, tout le contraire de celle qu’apprécient les Scandinaves qui boivent de l’eau fraîche. Béraud revendique clairement cette superficialité dans ses Rendez-vous européens de 1928 : « On n’aura, dans cet écrit, trouvé ni vues pénétrantes, ni aperçus judicieux, ni prévisions définitives. L’on pense bien qu’un simple voyageur ne va pas remplir sa valise et ses poches de cette denrée, qu’il est sûr de trouver à revendre chez le premier libraire venu. J’ai renoncé à la profondeur. Il y a, Dieu merci, assez d’écrivains qui donnent le vertige27. » Il développe aussi son attachement aux valeurs nationales de la France profonde. Ainsi, voyageant en Albanie, il déclare : « Je ne crois pas qu’un Français puisse voyager dans ce pays sans en devenir l’ami. Mais un fils de paysan y ressent, au surplus, un émoi plus profond et plus attachant. Quelque chose parle en son cœur, en ces branches, ces forêts, ces marais, et c’est la voix de son passé et c’est l’appel de sa propre race. 28 » Cet « appel de la race » justifie qu’il condamne le succès du jazz en constatant : « Longtemps encore la clique noire sonnera ses appels nocturnes dans les casernes de la bêtise » (ibid., p.26). Un des admirateurs de Béraud, Ernest Gaubert, renchérit d’ailleurs sur ses propos en expliquant que le gouvernement français a le tort d’aider les auteurs de la NRf, qui sont « antinationalistes » et « surtout antinationaux29 ». Xénophobe, nationaliste, mais non conformiste en politique intérieure, méfiant à l’égard des innovations autant qu’à celui des conservatismes, Béraud apparaît ainsi comme un exemple caractéristique des idéologies confuses et individualistes de l’entre-deux-guerres.

25En 1922, il affirmait déjà, dans la même interview aux Nouvelles littéraires, qu’un journaliste-écrivain peut apparaître comme un auteur aussi qualifié qu’un écrivain spécialisé :

Quand je me suis décidé à écrire Le Vitriol de Lune, j’étais classé comme un journaliste. Or les écrivains qui vivent du journalisme souffrent généralement du préjugé de la littérature à cravate blanche qu’on est arrivé à imposer au public à la suite d’efforts très lents et d’une véritable campagne dont on retrouve déjà la trace dans la transformation des mœurs littéraires qui s’opéra parmi l’entourage de Leconte de Lisle.

26Cette promotion de l’écrivant va de pair avec une sorte de réévaluation de la valeur littéraire. Le qualité d’une œuvre est purement technique. Un bon écrivain est un écrivain qui maîtrise le style et la langue et qui plaît au public. Tel est le sens des paris que Béraud propose à Gide. Dans un article de Paris Journal (30 juin 1923), interviewé par Georges Le Fèvre, Béraud met son adversaire au défi en lui proposant « pour la somme qui lui conviendra » deux propositions qui relèvent toutes deux du pastiche :

Premier pari : Si M. Gide y consent, je me flatte de fabriquer un essai ou un roman de Gide qui, mêlé à deux autres essais de Gide inédits et que personne n’aura jamais lus, tromperont les Gidards eux-mêmes, [et] votre M. Jacques Rivière, ce Gide à la noix.

  • 30 Béraud fera le 5 juillet 1929 dans Gringoire un éloge inattendu de L’Ecole des femmes en expliquant (...)

Second pari : Celui-là d’une somme cinq fois supérieure. Je défie M. Gide de tromper n’importe qui en lui apportant une nouvelle de 40 pages qu’il voudrait faire passer comme de Duvernois ou de Robert Dieudonné30.

27La posture de Béraud se joue donc à deux niveaux. Homme de médias, il réussit à forger une image de lui-même en amateur de bonne chair, capable d’ironiser sur ses malheurs, tout en étant reconnu pour sa compétence de journaliste français, attentif aux intérêts diplomatiques de son pays, et relais d’une politique du bon sens de la France dans le monde européen. Cette image est réinvestie dans le champ littéraire avec l’idée que les lettres ne sauraient résister au rouleau compresseur médiatique, et que les institutions littéraires autonomes devraient se plier aux nouvelles règles et à l’ethos des organes à grand tirage. La raison du lecteur serait celle des gros tirages, qui eux-mêmes caractérisent les écrivains en bonne santé. En sens inverse, les auteurs bilieux se reconnaîtraient à leurs maigres tirages et à leur visage maladif.

28Le dispositif semble reposer sur une application rigoureuse des lois de la stratégie littéraire définies par Fernand Divoire. Béraud mettait en avant sa « bobine » reconnaissable, illustrant ainsi la maxime : « Lorsqu’on veut arriver à la grande célébrité, il faut être caricaturable » (p. 49). Et le genre moyen qu’il revendique s’ajuste également à la proposition suivante : « Pour un romancier qui veut être acheté, rien ne vaut la médiocrité. Aurea mediocritas. » (p. 53) Contrairement aux usages du champ littéraire restreint, Béraud mobilise donc son image comme un argument de notoriété. Pratiquant une sorte d’autofiction avant la lettre, il a tout fait pour apparaître comme le héros de son propre roman, de sorte que les deux plans de son œuvre, le plan littéraire et le plan journalistique, bénéficient d’une même « image de marque » : sa propre personne.

29Comment le champ littéraire réagit-il à cette mise en question des valeurs essentielles qui le fondent ? Roland Dorgelès, membre influent de l’Académie, se place dans le camp de Béraud, sans doute par solidarité professionnelle de journaliste-écrivain. Mais une réaction caractéristique est celle de Léon Daudet, dont les convictions politiques étaient proches de celles de Béraud. Le polémiste de L’Action française se range résolument aux côtés de Gide. Il refuse de considérer que le succès soit le seul critère valable. Et de fait, Béraud échoue à imposer ses critères dans le champ de la littérature la plus légitime.

30Cet échec, Fernand Divoire l’explique en juin 1923 aux lecteurs de Paris-Journal. Interviewé par Georges Le Fèvre, l’expert en stratégie explique que Béraud a échoué par sa faute. La NRf offrait le flanc à des critiques, parce qu’elle a intégré en son État-major Jules Romains, parce qu’elle a publié un manifeste « germanophile » et qu’elle n’est pas hostile aux dadaïstes (et aux surréalistes). Béraud aurait pu fédérer contre elle un front unique composé de tous ceux « qui aiment dans la littérature la réalité psychologique et la réalité catholique, enrôlés dans la division Bourget et la brigade Mauriac ». Il a, au lieu de cela, utilisé de mauvais arguments. Laissons la conclusion à Divoire qui décrit la phase finale de la bataille :

Les amis de Maurras, désagréablement surpris, changent leurs batteries de place et tirent en représailles sur Béraud qui se trouve pris entre deux feux.

Celui-ci lance alors ses 210. Ils éclatent avec un long sifflement. On entend nettement le coup d’arrivée. Gide et Maurras sont traités d’auteurs ennuyeux. Stupéfaction dans le groupe des observateurs dont les sympathies allaient au champion de l’art et non au défenseur de la littérature rigolote ou tout au moins agréable. Henri Béraud brandit-il l’étendard des Lettres ou le fanion du Journalisme ?

Les tirs de repérage ne se font pas attendre et le fougueux mais imprudent polémiste y prête le flanc. Son attaque est définitivement compromise et c’est déplorable.

Déplorable, parce qu’il était nécessaire qu’on démontrât hors de France que les écrivains de la NRf quel que soit leur talent, ne constituent pas à eux seuls l’élite des littérateurs contemporains.

  • 31 « Gidards contre Beraldiens. Le général Fernand Divoire fait la critique de la manœuvre », Paris-Jo (...)

Déplorable parce que cette manœuvre salutaire a échoué, faute d’organisation31.

  • 32 Il reste que ses œuvres continuent d’être rééditées par un petit groupe de partisans ; en témoigne (...)

31Le succès du Martyre de l’obèse indique que Béraud avait effectivement réussi à conquérir les faveurs du grand public. Mais en méconnaissant les réactions de solidarité des auteurs du champ restreint, il s’est aussi fermé la reconnaissance à plus long terme, condamnant presque toute sa production romanesque ultérieure à n’être un produit de consommation immédiate, sans influence sur la vie littéraire, et lui-même à demeurer en l’état de journaliste et non d’écrivain32.

Conclusion

32La conclusion que ce commentaire impose pourrait être la suivante : la bobine peut être efficace si on s’en sert à bon escient. De fait, le « modèle Béraud » se révèle opératoire dans les limites d’un transfert de notoriété entre les champs du journalisme et de la littérature de grande production. Il lui permet d’emporter le prix Goncourt, mais il échoue à transformer les valeurs du champ restreint. Dans le vocabulaire militaire qui est celui de Divoire, on dirait que Béraud a remporté une victoire (le prix Goncourt) mais perdu la guerre (la notoriété littéraire). Inversement, parce qu’il mobilise une posture pertinente dans l’espace du grand reportage tout en se gardant bien de vouloir modifier les frontières de la littérature légitime, le « modèle Kessel » se révèle d’une efficacité plus durable. Il prolonge ses effets jusqu’à nos jours, si l’on en juge par les jaquettes des biographies et des œuvres disponibles en librairie. La bobine révèle ainsi son efficacité en régime médiatique. La question qui reste ouverte, et qui concerne notre époque et non plus les années 1920, est sans doute de savoir si nous ne sommes pas tombés dans un régime médiatique généralisé, où les effets de bobine peuvent à présent se substituer aux autres logiques…

  • 33 C’est le sujet du livre de Weidlé (Wladimir), Les Abeilles d’Aristée, essai sur le destin actuel de (...)

33De manière plus générale, les cas particuliers que j’ai esquissés suggèrent combien la relation entre littérature et journalisme reste l’objet d’une négociation permanente, en une période où la plupart des histoires de la littérature semblent pourtant considérer que ces mondes n’ont plus d’interaction. Bien d’autres discussions de l’époque sont à mettre en relation avec ce cas. Ainsi la « question du réalisme » oppose ceux qui prétendent rendre le mieux compte de la « vie » à travers leurs romans, la « querelle du personnage » met en rivalité les tenants de l’autonomie du personnage, qui imposerait en quelque sorte sa volonté au romancier, et les auteurs pour qui le personnage est un être écrit, qui s’ajuste aux besoins et aux regards d’un narrateur33. En réponse aux interpellations issues du monde journalistique, les écrivains réagiront en s’emparant de sujets qui étaient typiquement réservés aux reporters, à l’étranger (comme le voyage en URSS) ou en France même (comme le récit de procès). Je me bornerai, pour conclure, au constat que les relations complexes entre journalisme et littérature sont à chaque fois au centre de ces querelles. Les effets de posture sont un indicateur de leur intensité, et donc de leur intérêt pour qui s’attache à comprendre la vie littéraire de l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Notes

1 Bourdieu (Pierre), Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1980, p.133-136.

2 Leiris (Michel), Fibrilles, Paris, Gallimard, 1966, p. 135.

3 Divoire (Fernand), Introduction à l’étude de la stratégie littéraire, Établissement de l’édition, notes et postface par Francesco Viriat, Paris, Mille et une nuits, « La petite collection », 2005 (prem. éd. 1912).

4 Histoire générale de la presse française, t. III, Paris, PUF, 1972, p. 234.

5 L’Âge des extrêmes, Bruxelles, Complexe, 1999, p. 258.

6 Villa (Pierre), « Chômage et salaire en France sur longue période », CEPII, Document de travail n° 94-13, novembre 1994, p. 18. (www.cepii.fr/francgraph/doctravail/pdf/1994/dt94-13.pdf)

7 Giffard est un des premiers grands reporters français. Voir : Boucharenc (Myriam), « Pierre Giffard, Le Sieur de Va-Partout, un premier manifeste de la littérature de reportage », Presse et plumes. Journalisme et littérature au xixe siècle, sous la dir. d’A. Vaillant et M.-E. Thérenty, Nouveau Monde éditions, 2005, p. 511-521.

8 Vettard (Camille), compte rendu de La Bataille à Scutari des frères Tharaud, NRf, LVIII, 1913, p. 618 (cité dans L’écrivain journaliste, Littératures contemporaines 6, Paris, Klincksieck, 1989, p. 163).

9 Boucharenc (Myriam), L’écrivain-reporter au cœur des années trente, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004 ; Littérature et reportage, ss la dir de Myriam Boucharenc et Joëlle Deluche, Limoges, PULIM, 2001.

10 Martin (Marc), Les grands reporters : les débuts du journalisme moderne, Paris, L. Audibert, 2005. Voir aussi : Naud (François), Profession reporter, Biarritz, Atlantica, 2005.

11 Voir notamment : Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), L’écrivain-journaliste au XIXe siècle : un mutant des lettres, Saint-Étienne, Éd. des Cahiers intempestifs, 2003 ; Thérenty (Marie-ève), La littérature au quotidien, Paris, Seuil, 2007.

12 Martin (Marc), op. cit., p. 45-48

13 Une bonne biographie de Kessel a été rédigée par Courrière (Yves), Joseph Kessel ou sur la piste du lion, Paris, Plon, 1985.

14 Tassel (Alain), « Poétique du reportage dans Témoin parmi les hommes (1956-1969) de Joseph Kessel », Revue d’histoire littéraire de la France, déc. 2008, p. 913-929.

15 Kessel (Joseph), Marchés d’esclaves, suivi de l’Irlande révolutionnaire, Paris, 10/18, collection « Grands reporters » dirigée par Francis Lacassin, 1984, p. 39.

16 Kessel (Joseph), Avec les alcooliques anonymes, Paris, Gallimard, 1960, p. 22-23.

17 L’Ours. Pamphlet mensuel entièrement rédigé par Henri Béraud, oct. 1913-avr. 1916.

18 Sur Béraud, outre ses mémoires, on consultera Butin (Jean), De « La Gerbe d’or » au pain noir, la longue marche d’Henri Béraud, Roanne, Horvath, 1979 et, nettement plus fiable, la biographie de Ferrato (Georges), Henri Béraud, un obèse en littérature. Tapuscrit dactylographié, deux volumes, 413 p. (IMEC). Naturellement, la plupart des articles et ouvrages qui sont consacrés à Béraud sont colorés par une certaine sympathie pour les causes qu’il défendait.

19 Homme politique français de centre-droit (1891-1975). Sa femme, Ady, qui était la belle-fille du préfet de police Jean Chiappe, tenait un salon mondain connu, et ses chapeaux, dessinés par Lucienne Reboux, étaient célèbres.

20 En 1934, il touche des droits d’auteur de 100 000 F. pour Gringoire, et de 149 088 F. des Éditions de France (Lettre des Éditions de France à HB, 21 janvier 1935, citée par Ferrato, p. 266). Il faut ajouter à cela les articles occasionnels et son contrat encore en cours au Petit Parisien. Le contrat d’éditorialiste que Carbuccia lui propose à Gringoire prévoit 100 000 F. pour 15 à 20 articles par an de 3 à 6 colonnes (lettre à Béraud, 25 novembre 1935). Ces sommes augmenteront fortement par la suite. Les articles de Béraud dans Gringoire ont été réunis et annotés par Georges Dupont : Béraud (Henri), Gringoire. Écrits, Versailles, Concep, 2005, 3 vol.

21 Dictionnaire historique de la France sous l’occupation, ss la dir. de Michèle et Jean-Paul Cintet, Paris, Tallandier, 2000, p. 74.

22 « Vous passerez en revue tous les signes de décadence que donne, en ce moment, notre pays. La question de la pègre étrangère pourrait y tenir une place importante ; nos frontières ouvertes à tout venant, les arrêtés d’expulsion qui ne sont pas exécutés, soit que l’individu revienne très rapidement en France, soit qu’il ne se donne même pas la peine de partir, tout ce que nous coûte cette pègre que nous hébergeons au secours du chômage, séjours à l’hôpital […] » (Lettre à Béraud, 29 septembre 1937, IMEC).

23 Pour rappel, voici la liste des prix Goncourt de la décennie. 1930 : Henri Fauconnier, Malaisie, Stock ; 1929 : Marcel Arland, L’ordre, Gallimard ; 1928 : Maurice Constantin-Weyer, Un homme se penche sur son passé, Rieder ; 1927 : Maurice Bedel, Jérôme, 60° latitude nord, Gallimard ; 1926 : Henry Deberly, Le supplice de Phèdre, Gallimard ; 1925 : Maurice Genevoix, Raboliot, Grasset ; 1924 : Thierry Sandre, Le chèvrefeuille, Gallimard ; 1923 : Lucien Fabre, Rabevel ou le mal des ardents, Gallimard ; 1922 : Henri Béraud, Le vitriol de lune, Albin Michel ; 1921 : René Maran, Batouala, Albin Michel ; 1920 : Ernest Pérochon, Nène, Plon ; 1919 : Marcel Proust, A l’ombre des jeunes filles en fleurs, Gallimard ; 1918 : Georges Duhamel, Civilisation, Mercure de France.

24 La querelle est évoquée dans : Jean Schlumberger et la Nouvelle revue française : actes du colloque de Guebwiller et Mulhouse des 25 et 26 décembre 1999, textes réunis par Gilbert-Lucien Salmon, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 241 et suiv. De nombreux documents ont été mis en ligne sur le site : http://www.gidiana.net/beraud.htm. Gisèle Sapiro en a donné une analyse détaillée en insistant sur son importance dans les débats sur le « moralisme » et l’engagement qui sont au cœur de la vie littéraire française entre les deux guerres [Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, p. 127-132.]

25 Sur les querelles grammaticales dans le champ littéraire, voir Philippe (Gilles), Sujet, verbe, complément. Le moment grammatical de la littérature française (1890 – 1940), Paris, Gallimard, 2002) et Meizoz (Jérôme), L’âge du roman parlant 1919-1939, Genève, Librairie Droz, 2001.

26 Par un curieux lapsus, Pierre Assouline fait d’ailleurs de Morand l’adversaire de Béraud pour le Goncourt (Une éminence grise. Jean Jardin, Paris, Folio, 1988, p. 32). Béraud est soutenu par les frères Rosny, Geffroy et Ajalbert auxquels se joindra Elemir Bourges ; Hennique, Bergerat, Descaves et Céard votent pour Romains, Léon Daudet pour Georges Oudart.

27 Béraud (Henri), Rendez-vous européens, Paris, Les Éditions de France, 1928, p. 228.

28 Béraud (Henri), Le flâneur salarié, rééd. 10/18, 1985, p.141.

29 L’Eclair, 11 mai 1923.

30 Béraud fera le 5 juillet 1929 dans Gringoire un éloge inattendu de L’Ecole des femmes en expliquant que Gide a suivi son conseil et a rédigé un roman « selon l’ordre naturel des faits, vivant et touchant. »

31 « Gidards contre Beraldiens. Le général Fernand Divoire fait la critique de la manœuvre », Paris-Journal, 16 juin 1923.

32 Il reste que ses œuvres continuent d’être rééditées par un petit groupe de partisans ; en témoigne la bibliographie publiée par Dupont (Pierrette et Georges), Henri Béraud, bibliographie, Tusson, Éd. du Lérot, 2001.

33 C’est le sujet du livre de Weidlé (Wladimir), Les Abeilles d’Aristée, essai sur le destin actuel des lettres et des arts, Paris, Desclée de Brouwer, 1936. Le lien est signalé par Michel Bressolette, « Personnalisme et personne vers les années trente », dans Personnage et histoire littéraire : actes du colloque de Toulouse, 16-18 mai 1990, éd. par Yves Reuter et Pierre Glaudes, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1991, p. 134.

Haut de page

Le Petit Parisien, 11 octobre 1928
URL http://contextes.revues.org/docannexe/image/4710/img-1.png
image/png, 371k
Le Matin, 5 juin 1930.
On notera que le cliché, ici, a été fortement retouché, ce qui accentue encore les traits des personnages
URL http://contextes.revues.org/docannexe/image/4710/img-2.png
image/png, 399k
Portrait d’Henri Béraud. Photo reprise du blog d’Olivier Bogros
URL http://contextes.revues.org/docannexe/image/4710/img-3.jpg
image/jpeg, 24k
André Gide par P. Albert Laurens, 1924 © Rue des Archives/Tal
URL http://contextes.revues.org/docannexe/image/4710/img-4.jpg
image/jpeg, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Aron, « Postures journalistiques des années 1930, ou du bon usage de la « bobine » en littérature », COnTEXTES [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 28 décembre 2010, consulté le 26 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/4710 ; DOI : 10.4000/contextes.4710

Haut de page

Auteur

Paul Aron

F.R.S.-FNRS – Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page