Navigation – Plan du site

Des hommes d’élite ? L’identification des écrivains à une classe sociale en reconstruction (Belgique, XIXe siècle)

Cécile Vanderpelen-Diagre

Entrées d'index

Mots-clés :

Belgique, XIXe siècle, Posture
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudi (...)

1Je voudrais ici démontrer que la notion de posture littéraire, telle que l’ont conçue et expérimentée les sociologues de la littérature et telle que l’a définie Jérôme Meizoz – « la manière dont les écrivains produisent et contrôlent une image d’eux-mêmes1 » – est certes essentielle pour comprendre les trajectoires des individus dans le champ littéraire, mais peut également être très utile pour comprendre les possibles posturaux dans le champ social d’une manière plus globale.

2Le travail de mise en relation de ces deux régimes de posture – le champ littéraire et le champ social général – m’apparaît particulièrement pertinent, et surtout opérant, en ce qui concerne les élites culturelles. Je me concentrerai ici sur le XIXe siècle, période où la configuration des classes supérieures se métamorphose complètement, passant de l’élite de naissance incontestée de l’Ancien régime, au malaise qui entoure la catégorie sociale « élites » dans le système semi-démocratique (suffrage censitaire), puis démocratique (suffrage universel masculin). J’examinerai ici le cas de la Belgique en m’interrogeant sur le statut des catégories sociales en charge des matières culturelles au XIXe siècle. Peut-on parler d’élites culturelles belges et si oui, constituent-elles une classe consciente d’elle-même ? Après avoir contextualisé le problème, je m’attarderai sur le cas très éclairant de l’écrivain Octave Pirmez.

Définition des élites culturelles : le modèle français

  • 2  Charle (Christophe), Naissance des intellectuels (1880-1900), Paris, Minuit, 1990 et Histoire soci (...)
  • 3  Meizoz (Jérôme), chapitre « Les comédies du mérite à l’âge démocratique : Stendhal après Rousseau  (...)

3La tentation est évidemment grande de se tourner vers la France où l’existence DDT « élites culturelles» semble avérée. Les travaux de Christophe Charle ont montré qu’en ce pays on assistait à l’émergence d’une nouvelle classe au pouvoir symbolique énorme et qu’on peut qualifier d’élite intellectuelle2. Dans une nation qui proclame le suffrage universel masculin dès 1848, cette classe sociale en ascension entre dans le jeu démocratique la fleur au fusil. Non seulement, les écrivains pénètrent dans la compétition et la concurrence démocratique entre eux – ce qui leur inspire les romans de l’ambition comme les décrit Jérôme Meizoz3 –, mais s’investissent également dans une entreprise de concurrence avec les autres élites. On pourrait, de Victor Hugo à Lamartine, énumérer les discours qui inventorient les qualités supérieures dont doivent témoigner les hommes qui mènent le monde et visant à démontrer que seul l’art procure aux individus le droit à l’élection. On pourrait également cataloguer, de Stendhal à Proust en passant par Balzac, les personnages de romans qui personnalisent les « vraies » élites. Ce passage de La recherche du temps perdu est très instructif :

  • 4  Proust (Marcel), A la recherche du temps perdu. I : Du côté de chez Swann, Paris, NRF, p. 82.

C’était un de ces hommes qui, en dehors d’une carrière scientifique où ils ont d’ailleurs brillamment réussi, possèdent une culture toute différente, littéraire, artistique, que leur spécialisation professionnelle n’utilise pas et dont profite leur conversation. Plus lettrés que bien des littérateurs (nous ne savions pas à cette époque que M. Legrandin eût une certaine réputation comme écrivain et nous fûmes très étonnés de voir qu’un musicien célèbre avait composé une mélodie sur des vers de lui), doués de plus de « facilité » que bien des peintres, ils s’imaginent que la vie qu’ils mènent n’est pas celle qui leur aurait convenu et apportent à leurs occupations positives soit une insouciance mêlée de fantaisie, soit une application soutenue et hautaine, méprisante, amère et consciencieuse. Grand, avec une belle tournure, un visage pensif et fin aux longues moustaches blondes, au regard bleu et désenchanté, d’une politesse raffinée, causeur comme nous n’en avions jamais entendu, il était aux yeux de ma famille qui le citait toujours un exemple, le type de l’homme d’élite, prenant la vie de la façon la plus noble et la plus délicate4.

4On trouve ici un catalogue détaillé des comportements, compétences et qualités de l’homme d’élite qui fait vraisemblablement consensus. Mais ce consensus n’est rendu possible que par le soin malin que prend Proust à mêler les registres pour décrire un personnage performant dans tous les domaines : il écrit discrètement, tout en publiant, est insouciant mais appliqué, scientifique et fantaisiste, et il enchevêtre les talents innés (les arts) et les savoirs acquis (les sciences). Entre l’éthique et l’esthétique, il manie toutes les qualités attendues de l’honnête homme. Datant de 1913, la description de Proust peut être lue comme l’aboutissement d’un long cheminement démocratique dans l’histoire du passage de l’élection par la naissance et la fortune à l’élection par le mérite. Historiquement, chacun de ces traits comportementaux a été l’enjeu d’une lutte pour la définition de ce qu’est la véritable élite.

Le cas belge : le mérite contre la fortune

  • 5  Barthélemy (Joseph), L’organisation du suffrage et l’expérience belge : suffrage censitaire, capac (...)

5Le statut des classes supérieures en Belgique est fondamentalement différent : la lutte entre les élites s’y déploie au grand jour. La raison principale en est que, dans le royaume, le suffrage universel masculin pur et simple n’est introduit qu’en 1919. Durant tout le XIXe siècle, le suffrage est censitaire puis, à partir de 1848, censitaire et capacitaire, pour enfin devenir « universel tempéré par le vote plural » en 1893. Contrairement à la France, donc, si le système fait fi de la naissance il légitime la fortune comme caractère discriminant. Les marqueurs de la capacité – le mérite – sont une pomme de discorde entre les parlementaires qui, durant tout le siècle, s’interrogent sur ce qu’elle doit recouvrir : les diplômes, la fréquentation scolaire ou les connaissances5 ? D’une manière officielle donc, le scrutin départage clairement les classes sociales, contrairement au credo – qui tient évidemment de l’illusio – égalitaire français.

  • 6  La Jeune Belgique, 1882-1883, p. 333.

6Les classes moyennes éduquées en développement sont évidemment à pied d’œuvre pour défendre le suffrage capacitaire. Les écrivains ne sont pas en reste. Ce n’est sans doute pas un hasard si, en 1883, alors que le suffrage capacitaire a été étendu, La Jeune Belgique écrit, sur le ton du sarcasme adressé à L’Art moderne : « Un beau sonnet démontrant la nécessité du suffrage capacitaire est cent fois plus beau qu’un beau sonnet sur la profondeur des bois ou l’infini des cieux6 ».

  • 7  Brissette (Pascal), La malédiction littéraire : du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Pre (...)

7Mais outre la défense de leurs droits, comment ces « capacitaires » construisent-ils leur posture littéraire à l’intérieur d’une société belge déchirée entre les valeurs du mérite et celles de la fortune, avec comme modèle culturel la France où le champ littéraire s’autonomise en même temps qu’il voit se légitimer et s’imposer la figure et la posture de l’écrivain-crotté – pour reprendre l’expression de Pascal Brissette – personnification de la véritable élite, redevable ni du marché économique, ni de la reproduction sociale7.

8Les tensions que provoque cette position inconfortable sont clairement lisibles lorsqu’on examine la mise en scène forgée par l’un des principaux acteurs de la première génération d’écrivains belges (avant la naissance de la Jeune Belgique) : Octave Pirmez. Son itinéraire est particulièrement intéressant parce qu’il se situe exactement à la croisée des élites culturelles et des élites économiques et politiques.

Trajectoire d’Octave Pirmez

9Né à Châtelet en 1832, Octave Pirmez est issu d’une des plus grosses familles de Belgique. Bien que les Pirmez ne soient pas nobles, ils sont parmi les propriétaires terriens les plus importants du royaume. Les membres très nombreux de la prolifique famille occupent de multiples fonctions dans la politique, la magistrature, l’industrie et la finance. Leur attachement à la religion catholique ne les empêche pas d’être parmi les piliers du Parti libéral. La mère d’Octave est une Drion, l’une des dix familles les plus fortunées de Belgique, noble de surcroît.

10Le père, Benjamin Pirmez, préfère s’adonner à sa passion pour la chasse, la gestion de ses terres et la musique, plutôt que de s’occuper de l’industrie cloutière, dans laquelle les Drion ont fait fortune, occupation vers laquelle son épouse tente pourtant de l’orienter au début de leur mariage. Quant à Irénée Drion, instruite et active, elle se consacre à l’administration des biens de la famille, à l’étude et à la lecture des classiques de la littérature française, lesquels lui ont été inculqués par l’Institut de la Comtesse de Goyon, à Bruxelles, tenu par des dames françaises ruinées par la Révolution. Jusqu’à sa première communion, c’est Madame Pirmez qui se charge de l’éducation d’Octave, comme de celle de son frère Émile.

  • 8  Cité par Champagne (Paul), Nouvel essai sur Octave Pirmez. Sa vie d’après des documents inédits, G (...)

11Après un séjour éprouvant au Collège Saint-Michel de Bruxelles, le jeune Octave est envoyé au collège Notre-Dame de la Paix à Namur, où il fait la rencontre de Félicien Rops. Quelques mois plus tard, ses parents décident de lui donner un précepteur, son oncle Henri s’occupant de sa formation musicale. Après un nouvel essai au Collège Saint-Michel, il termine ses études secondaires dans la demeure familiale, sous la direction d’un certain abbé Debout. Celui-ci lui inculque essentiellement les auteurs grecs et latins et les poètes chrétiens, tel Sydronius Hoschius. Le jeune homme va ensuite s’installer à Bruxelles pour suivre les cours de candidature en philosophie et lettres de l’Université libre de Bruxelles. Si on en croit son principal biographe, Paul Champagne, il aurait eu à subir la malveillance des professeurs d’histoire et de littérature qui, « ne le voyant pas applaudir à leurs discours antichrétiens, l’avaient pris en animadversion8 ». Sur les bancs universitaires, il rencontre Félix Thyes (romancier luxembourgeois mort à la fleur de l’âge), Charles De Coster, Georges Smits (appelé à une carrière de haut fonctionnaire) et son frère, le peintre Eugène Smits (1826-1912).

  • 9  Les archives d’Octave Pirmez ont été éparpillées et ne sont plus accessibles. Elles furent consult (...)

12Fréquentant peu les cours, le jeune homme vit de 1850 à 1854 à Bruxelles, où il loge dans un luxueux appartement de l’avenue d’Italie, puis de la place des Barricades. Il fréquente alors le « Bruxelles mondain », surtout des jeunes hommes appartenant à l’aristocratie, parmi lesquels beaucoup d’anciens camarades du collège Saint-Michel. Si on en croit Paul Champagne, qui se base sur l’autoportrait Regard sur ma vie, il se lasse bientôt de la vie mondaine et les activités de ses amis dandys lui déplaisent. Il entreprend alors une série de voyages en Allemagne et en Italie. En 1860, il s’installe définitivement dans le château d’Acoz où il passe son temps entre la chasse, l’intendance de son domaine et de ses gens et, surtout, l’écriture. Il incarne alors le gentleman-farmer accompli9.

  • 10  Il écrit des contes pour les revues Durendal et La Revue générale et des journaux belges et frança (...)

13Après un recueil de poèmes peu remarqué, il fait son entrée en littérature en 1862 avec ses Feuillées. Pensées et maximes, éditées à Paris chez Dentu et préfacées par Désiré Bancel, proscrit français alors à Bruxelles où il enseigne l’éloquence à l’Université libre de Bruxelles. L’œuvre sera suivie de deux recueils de pensées et maximes, Jours de solitudes (1869) et Heures de philosophie (1873) et de souvenirs sur son frère défunt, Rémo (1880). En 1874, le maître d’Acoz entame une correspondance avec le baron José de Coppin de Grinchamps(1847-1915). Hobereau au château familial de Floriffoux (Entre-Sambre-et-Meuse), celui-ci commence alors une carrière d’écrivain promise à un relatif succès dans le monde catholique10. Pirmez lui recommande les lettres qu’il lui écrit pour une édition posthume ; souhait dont il s’acquittera dès 1884.

  • 11  Stengers (Jean) avec la collaboration de Kurgan-Van Hentenryk (Ginette), Index des éligibles au Sé (...)
  • 12  Idem, p. 113.
  • 13  Stengers (Jean), « Sur l’influence électorale des grands propriétaires fonciers en Belgique au XIX(...)

14En 1873, Octave est repris dans la liste des éligibles au Sénat, ce qui signifie qu’il paie suffisamment d’impôts fonciers pour pouvoir être sénateur. En 1873, le cens qu’il verse est de 6 300 francs ; il faut en totaliser 2 116 pour être éligibles (à titre d’indicatif, le salaire annuel d’un instituteur à l’époque s’élève à environ 800 francs)11. En 1892, il n’y a que 551 individus qui sont dans ce cas en Belgique, la moitié est noble12. Le pouvoir de cette classe est énorme ; les historiens ont pu montrer que ce sont véritablement eux qui font les élections et que leur capacité d’influence dépasse de bien loin la dimension locale13.

Références littéraires d’un honnête homme

  • 14  Champagne (Paul), Nouvel essai sur Octave Pirmez…, op. cit., p. 187.
  • 15  L’inventaire de ces registres de lecture mentionne un manuscrit de plus de cinquante pages sur Mon (...)

15La figure marquante, voire même déterminante, de la vie et de l’œuvre de Pirmez est sa mère. Assurant l’essentiel de son éducation, c’est elle aussi qui le guide dans ses lectures et qui collationne les articles sur ses œuvres. Il est fort probable qu’elle oriente en outre l’écriture elle-même. C’est en tout cas elle qui choisit les titres de ses ouvrages14, lesquels titres sont, comme nous le verrons, porteurs d’un projet littéraire en soi. Le seul domaine où l’influence d’Irénée Pirmez connaît des limites concerne la religion. Très chrétienne, elle a beau diriger son fils prodige vers les valeurs et la pratique catholique – appuyée en cela par Georges Smits – Octave n’embrasse jamais absolument cette religion. Déiste, il est très préoccupé de foi mais, fidèle aux convictions libérales de la famille Pirmez, il demeure attaché à la séparation de l’Église et de l’État et renâcle à embrasser définitivement la dévotion. Nonobstant ce différend, si on compare les auteurs de prédilection de la mère et du fils, on obtient une liste unique : Victor Hugo, Sainte-Beuve, Marc Aurèle, Pascal, saint Augustin, Bernardin de Saint-Pierre, Marmontel, Balzac, La Bruyère, Rousseau (Les Promenades), Lamartine, et surtout Chateaubriand et Montaigne15.

16Fier de ne lire que des auteurs disparus, Octave Pirmez se délecte à la description de la société et des mœurs d’ancien régime qu’il y trouve.

  • 16  Pirmez (Octave), Lettres à José (œuvre posthume), Paris, Perrin, 1884, p. 186.

Ma mère et moi nous relisions hier soir […] la vie de Rancé par Chateaubriand. Il nous a fallu revenir à nos premières admirations littéraires. Il n’est guère de pages de l’auteur des Mémoires d’outre-tombe qui ne portent la marque du génie. Ce qui, à l’époque présente, lui fait encourir des critiques malveillantes, est précisément ce qui me le rend cher. Son noble orgueil, son dédain choisi, sa gravité profonde, presque biblique, son mépris de la médiocrité, une sorte de haine tacite et permanente pour ce qui est vénal et bas, et qui, pour s’exprimer, un ton tantôt bref, qui accuse la condensation des pensées, tantôt large, et homérique ; un style d’une originalité saisissante et sans recherche, d’un spirituel réalisme à la fois réfléchi et imagé, où la sincérité de l’art antique par les émotions d’une âme romanesque16.

17Relisant et commentant ses maîtres sans relâche dans son œuvre et dans les lettres qu’il écrit à son ami José de Coppin, Pirmez s’emploie à énumérer les valeurs qu’il partage avec ses illustres devanciers. En des termes philosophiques, il glose inlassablement autour des mêmes mots-qualités : esprit, cœur, morale, générosité, amour, âme, idéal, sentiment, vertu, modestie et bonté.

  • 17  Pirmez (Octave), Heures de philosophie, édition posthume publiée d’après le vœu de l’auteur, Paris (...)

Je crois que nul homme ne doit prétendre forcer la croyance d’autrui. Je crois aux inspirations du cœur, à la vérité des impressions du cœur, à la vérité des impressions naturelles et spirituelles perçues par un bon organisme et un noble cœur17.

  • 18  Idem, p. 96.

In ne faut pas être profond observateur pour s’apercevoir qu’il règne dans la foule à demi civilisée une sourde hostilité pour le cœur et une admiration stupide pour l’intelligence subtile, sœur de la ruse et de l’intrigue. L’honnête homme se sent menacé par la malice humaine, qui cherche ses endroits faibles pour la cribler de traits empoisonnés. Une attitude hautaine serait un excellent bouclier, mais Dieu garde l’homme sincère de s’en servir jamais18 !

  • 19  Balsamo (J.), « Noblesse de Montaigne », dans Dictionnaire de Michel de Montaigne, Desan (Philippe (...)
  • 20  Pirmez (Octave), Lettres à José, op. cit., p. 73 (juillet 1873).

18Bon gré, mal gré, ces valeurs renvoient à un art de vivre qui flirte entre la bienséance mondaine et les vertus bourgeoises (l’individualisme universaliste), que la société libérale en train de s’établir essaie alors d’imposer. En les actualisant à peine, Pirmez puise l’essentiel de ses références chez Montaigne. Il n’est pas impossible qu’une certaine analogie quant à son statut social ait conditionné ce choix. L’auteur des Essais descend en effet d’une ancienne famille de la bourgeoisie marchande de Bordeaux, les Eyquem de Montaigne, dont l’ascension s’est faite sur la longue durée. Appartenant à la noblesse, il ne peut toutefois prétendre au rang de la vieille noblesse ce qui l’incite à faire l’apologie de l’action personnelle tout en rappelant la dignité, la race et l’ancienneté de sa famille19. Pirmez ne peut certes pas non plus se targuer d’un lignage et de quartiers qui feraient de lui un parfait aristocrate. Il doit tout à la bourgeoisie industrielle mais son mode de vie d’aristocrate rural et ses activités de dilettante littéraire lui infligent une position décalée, d’autant plus pénible que la région où il vit est alors en pleine ascension manufacturière. Il raconte ainsi à José de Coppin des propos tenus le concernant et qu’un ami lui a rapporté : « Plusieurs industriels importants d’une ville voisine, étaient réunis au café et parlaient de celui qui tient cette plume (griffonnante en ce moment). L’un d’eux, le plus important de tous vociféra lentement ceci : « Avec la fortune il est facile d’écrire des livres. On dit qu’il a payé à Bancel son premier ouvrage. Ce livre était bien écrit, mais depuis il a paraît-il écrit des drôleries (sic). On ne comprend point comment sa mère, femme intelligente, ne l’empêche pas de se livrer au ridicule ; faute d’occupations sérieuses, son esprit s’est perdu dans les nuages. » Voilà, dans toute leur platitude, les paroles d’un homme qui règne sur des centaines d’ouvriers et qui est de l’étoffe dont se font les sénateurs. Il me fournit un bon modèle pour mes études philosophiques. S’il était seul de son espèce je n’en parlerais point ; mais comme il représente l’esprit de tout ce canton, j’ai pris mon bec de plume et je vous l’ai piqué, comme une phalène, sur cette lettre. Je dis phalène parce que c’est un lépidoptère de la famille des nocturnes20. »

19Pris en tenaille entre deux mondes, l’ancien et le nouveau, sa prédilection le porte vers les modèles passés. À l’instar de son maître, Montaigne, il se fait construire une tour, « la tour octavienne », du haut de laquelle il observe les humains et se penche sur lui-même.

L’aristocratie en régime démocratique

20Cette prise de position s’accompagne de la construction d’une posture littéraire, celle de l’écrivain aristocratique. L’observation de quatre domaines de comportements permet de mieux comprendre son travail de représentation de soi.

La situation géographique

  • 21  Nollée de Noduwez (Jules), Eloge de Octave Pirmez, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1883.

21Pirmez refuse la vie urbaine et toutes les institutions culturelles en voie de consécration qu’elle abrite. C’est en vase clos qu’il travaille. À Acoz, il établit une imprimerie pour mieux maîtriser ses textes. Il les corrige, réimprime au net puis seulement envoie la mouture finale à l’éditeur. Ce rejet de la relation écrivain-éditeur se corrèle à un refus de toute sociabilité littéraire. Approché pour faire partie de l’Académie royale de Belgique, il décline cette invitation, craignant semble-t-il la procédure élective qui en découlerait. Il est cependant sociétaire de la Société d’émulation de Bruxelles, crée dans les années 1860 « dans le but de grouper en un seul faisceau toutes les forces de l’art et de la science catholique en Belgique ». Discrète, la société ne fonctionne pas par élection21.

22Sans surprise, l’ancrage rural est le point d’orgue de l’œuvre. Le thème de la campagne, repère de la pensée et de l’inspiration, juste contraire de la ville, est omniprésent.

  • 22  Pirmez (Octave), Lettres à José, op. cit., p. 29 (26 juillet 1875).

Jusqu’aujourd’hui j’avais vécu sur la montagne des lointaines espérances. Je ne veux pas dire adieu à cet idéalisme qui a été le charme et la douleur de mon existence. Je ne mesurerai pas nos terres, je n’aménagerai pas ma propriété ; je n’irai siéger nulle part. Au mépris de la terre je demeurerai sur ma cime et m’y cramponnerai : c’est là que la mort doit me frapper, hors de tout soin terrestre, et je redirai encore la parole biblique : Incola ego sum in terra22.

  • 23  Lettre à Adolphe Siret, 20 octobre 1873, Vie et correspondance d’Octave Pirmez, Louvain, Charles P (...)

23Il faut sans doute relativiser l’érémitisme de l’auteur des Heures de philosophie. Les quelques lettres qui nous restent de lui montrent qu’il entretenait des relations suivies avec plusieurs grandes familles de la région. De par son statut de seigneur d’Acoz, il se devait en outre d’entretenir, voire d’encourager toute une sociabilité et un folklore éminemment local. Lors du pèlerinage de sainte Rolande, festivité populaire de la région de Gerpinnes qui date du moyen âge, le cortège s’arrête à Acoz, occasion pour le maître des lieux d’asseoir son prestige. En mars 1874, il convie Adolphe Siret aux festivités : « C’est lundi le grand pèlerinage. L’entrée de la châsse, de la procession et de la marche militaire à la chapelle du château a lieu à 10 heures. Nous aurons vingt trains spéciaux arrivant à Acoz23. »

Mesure

24L’allégorie de la montagne ici lisible n’est qu’une des formes choisies par Pirmez pour exprimer sa préoccupation majeure de mesurer l’élévation, la supériorité, la grandeur (mots qui pullulent sous sa plume) de certains hommes par rapport aux autres et surtout, par rapport à la foule et à la vulgarité (autres substantifs dont il est friand). Sans surprise il reprend la traditionnelle dichotomie entre le sentiment inné, apanage des âmes supérieures (élues) et la froide raison calculatrice, trait des enrichis. Se revendiquant du passé, il s’en prend sans cesse à la science, opposée à la nature dont seuls les prophètes et les poètes peuvent ressentir la beauté.

  • 24  Pirmez (Octave), Heures de philosophie, op. cit., p. 97.

Cette admiration pour l’esprit d’intrigue et la fortune, admiration qui s’allie toujours au mépris du sentiment de beauté, est l’un des caractères de toute plèbe subitement enrichie, instruite, mais non encore civilisée24.

  • 25 Idem, p. 132

Quoi de plus rare que l’union de l’élévation du sentiment à la subtilité de l’esprit ? Cette élévation est une cause d’insuccès dans les affaires publiques, par le mépris qu’elle inspire pour l’intrigue. Dans les pays libres de fraîche date, c’est une illusion que le peuple se forge à plaisir de croire que l’instruction et l’esprit placent les hommes au même niveau, et de ne pas estimer l’éducation morale25.

  • 26 Idem, p. 169

Les élans passionnés du romantisme, son style sincère, mystérieux, si charmant pour les esprits délicats, déplaisent à une foule travailleuse dont les minutes sont comptées ; peu bercée aux espérances d’outre-tombe, elle sacrifie ses fantaisies sentimentales à un idéal humanitaire promptement réalisable, et demande en toutes choses la clarté et la précision26.

Est utile aussi celui qui, armé de ses bons sentiments, combat par la pensée, pour l’amour de la beauté et de la vérité, et combien vaste est l’arène du tournoi où il prouve sa valeur.

  • 27 Idem, p. 57.

Si nous voulons nous grandir intérieurement, plaçons-nous à un point de vue divin, en nous disant que nous ne sommes que des âmes avec des appellations diverses qui ne sont pas toujours ratifiées dans le monde à venir. Cette pauvre villageoise, c’est une princesse au ciel ; ce prince, c’est un valet, mais cet autre prince, c’est un saint27 !

Une littérature de l’intime

  • 28  « Je vais changer le titre de mes Heures de philosophie et prendre un pseudonyme car je ne veux pl (...)
  • 29  Vignes (Jean), « Maxime », Le Dictionnaire du littéraire, Paris, PUF, pp. 358-359.
  • 30  Desan (Philippe), « Essai (genre) », dans Dictionnaire de Michel de Montaigne, op. cit., pp. 341-3 (...)
  • 31  Dubois (C.-G.), « Autobiographie – autoportrait », dans Idem, pp. 78-82.

25La retraite rurale s’accompagne d’un éloignement affirmé de toutes les médiations littéraires publiques. Ce choix stratégique le mène à investir exclusivement le genre des pensées, des maximes et de la correspondance. Concernant les maximes et pensées, il est attentif à ce qu’elles ne s’intitulent pas directement ainsi mais Feuillées, renvoyant ainsi aux feuillets manuscrits, qui les rapprochent de la correspondance. On a pu montrer par ailleurs que les maximes, en plus d’éluder l’énonciateur – Pirmez n’est ainsi pas laissé en pâture au « bourgeois28 » –, offrent la particularité de supposer une attitude complice et participative du lecteur, rapprochant ainsi le genre de la correspondance29. Les essais offrent les mêmes avantages. Chez Montaigne, ils sont un acte de perpétuelle réécriture du moi qui tisse une sorte de palimpseste de la mémoire et du jugement. Il en résulte un discours totalisant (se mêlant de tout) qui prend pour objet toute chose extérieure tout en parlant de soi-même, à partir de sa propre vision du monde30. Chez Pirmez comme chez Montaigne, ce moi se donne à lire à titre privé, dans le cercle fermé de la famille et des proches. L’orientation est explicitement contemplative et introspective cependant que chaque propos se veut un exemple anthropologique, sociologique ou moral31. Pirmez se disait d’ailleurs avant tout moraliste. Les rares archives qui subsistent de lui consistent en essais de préfaces qui attestent de sa volonté d’expliquer à ses lecteurs l’exacte contemplation à laquelle ils doivent s’adonner pour pénétrer exactement avec lui dans l’interprétation du monde et de la nature.

  • 32  Lettre à Adolphe Siret, 27 août 1872, Vie et correspondance d’Octave Pirmez, op. cit., p. 64.

26Ainsi donc, le voit-on explicitement refuser la ségrégation entre les sphères publique et privée instaurée par la Révolution française et consacrée par le régime démocratique belge. La sphère privée est son domaine et il n’est pas question qu’il s’expose au public et au processus de rivalités entre pairs qui en découlerait nécessairement. « Je ne suis pas en vente, écrit-il à son exécuteur testamentaire Adolphe Siret, c’est-à-dire livré chez les libraires au jugement du vulgaire. J’ai ainsi le plaisir de choisir mes lecteurs32. »

  • 33  Idem, p 184.

 « Plus d’un publiciste impatient courtise la plèbe pour y soulever des orages et aborder à la terre promise, porté sur la houle populaire. Il n’est pas étonnant que le peuple devienne suffisant et capricieux à la façon des enfants gâtés. Que nous donnions notre attention aux infortunés pour parvenir à les tirer de leur misère, qui pourrait y trouver présomption ? Du moins devons-nous agir sans bruit, en leur prodiguant des remèdes plutôt que des applaudissements33. »

  • 34  Idem, p. 216.

 « Ceux qui tentent de plaire aux mondains et aux âmes modestes prouvent leur ignorance de la vie. Il faut savoir choisir son monde. On ne sacrifie pas à la fois à Momus et à Minerve34. »

27Quant à sa correspondance, il en prend un soin jaloux, préparant les recueils qui paraîtront après sa mort et dont sont exclues toutes les lettres envoyées aux éditeurs et aux écrivains dont il n’a pas de réponse. En revanche, il diffuse habilement celles que les grands noms lui adressent : Victor Hugo et Sainte-Beuve.

  • 35  La Chronique, 14 mai 1869 in Recueil d’articles critiques de la presse belge sur Les Feuillées et (...)

28Contrairement à ce qu’il clame, l’œuvre de Pirmez reçoit une couverture médiatique appréciable. La lecture des critiques qu’inspirent ses pensées et maximes montre que ses contemporains ont très bien compris son projet. « Distingué » est le qualificatif le plus utilisé pour la caractériser. Parmi tant d’autres, La Chronique parle d’un « régal pour ceux – trop rares malheureusement, – qui sont encore vraiment épris des descriptions fines et délicates et des pensées originales rendues en un beau langage ». Et de préciser que « ce n’est pas un de ces livres que leur auteur et aussi leur nature destinent à de nombreux lecteurs ; de pareilles œuvres s’adressent seulement à quelques appréciateurs choisis35. »

De Coster le vulgaire vs. Pirmez le distingué

29Mais le lecteur le plus attentif et pénétrant s’avère Charles De Coster. Pirmez et lui se sont connus à l’Université et, contrairement à ce qu’a pu écrire une certaine légende entretenue par Joseph Hanse, les sentiments qu’ils éprouvent l’un pour l’autre ne sont pas nourris d’une chaude complicité et de la confraternité professionnelle. Ils entretiennent un dialogue – chacun selon le média qu’il affectionne, la presse pour De Coster et la correspondance pour Pirmez – qui, sous couvert de littérature, ne parle que de la posture que doit prendre l’auteur par rapport à la langue et à la société. Tous deux mettent en exergue l’habitus de l’autre pour mieux s’en distancier. L’habitus devient ainsi l’objet principal de la mise en scène de soi : l’écrivain-petit-bourgeois écrasé par les soucis matériels et qui puise dans la foule le suc de son œuvre s’oppose au grand-bourgeois éthéré.

30Pirmez, fidèle à son goût pour la rédaction de conseils de savoir-vivre explique longuement à De Coster comment il devrait écrire pour être un vrai homme d’art mondain. Il reprend en fait les idées qu’il avait précédemment énoncées dans Les heures de philosophie, qui, d’une certaine manière peuvent être lues comme un manuel.

  • 36  Idem, p. 117.

Quand la mondanité s’accompagne d’une politesse extrême, d’une grâce native et d’un sentiment de bienveillance, elle a un grand charme, car elle est alors aussi naturelle à la créature mondaine que la douceur à la colombe. On n’est plus un vaniteux, on est un artiste, un amant, un dilettante. Attentif à plaire, à obliger, à ne point blesser, même les plus susceptibles, on parvient à un haut degré de perfection36.

31À son ami, Adolphe Siret, il ne peut cacher la gêne que lui inspire l’auteur de Tyl Ulenspiegel :

De Coster s’est évanoui à jamais : il avait beaucoup de génie, celui des sensations vives. L’abstraction lui manquait. Certes il était de la grande espèce. Aucune éducation ; il n’était pas chrétien : je l’ai connu à l’Université ; il m’aimait parce qu’il pouvait me froisser impunément ; je laissais passer, sans m’en préoccuper, ses avalanches de fautes de tact. Il a bien compris le peuple parce qu’il en était ; il en avait les violences et les tendresses ; tendresses n’est pas le mot : les familiarités.

Son Uylenspiegel est un chef-d’œuvre en son genre, de grande virilité, comme écrit en novembre aux sons de la cloche des morts.

  • 37  Lettre à Adolphe Siret, 12 mai 1879, Vie et correspondance d’Octave Pirmez, Louvain, Charles Peete (...)

Mais rien de beau ni de sentimental, on ne cesse d’y boire et d’y manger. Un effroyable monument gothique, où la musique, l’encens, l’idéal sont absents. C’est la populace qui l’emplit. Je me tais, il y aurait trop à dire. Vita brevis37 !

  • 38  De Coster (Charles), « Bibliographie. Feuillées par Octave Pirmez, Mademoiselle Vallantin par Paul (...)

32De Coster est plus malicieux dans l’attaque. Tout en reconnaissant la qualité de l’œuvre de Pirmez, il l’insère dans le cadre de vie de l’auteur pour mieux l’isoler du reste du monde et, ainsi, jeter le trouble. Qui des « aphorismes ingénieux », des « descriptions relevées » des analyses et abstractions sans fin peuvent-ils concerner, demande-t-il. Dans chacune de ses critiques, il rappelle la position sociale du gentilhomme d’Acoz, parlant par exemple des Feuillées comme d’un « livre exceptionnel, né probablement dans un milieu où les soucis matériels ne fouettent point le poëte38 » Il est parfois plus mordant :

 « Vous voyez bien que M. Pirmez a le droit de rêver et non le devoir, lui poëte, de se faire bêtement bousculer par les foules.

Que lui importe que l’on jappe, que l’on aboie, que l’on piaille autour de lui. Cela doit être puisque rien ne ressemble aux hommes uniquement occupés de vulgaires intérêts, comme ces chiens de rue, roquets de tout poil, mélancoliques, hargneux, rageurs, courageux, grotesques, joyeux, blagueurs montés sur quatre pattes ou sur trois, maigres ou bouffis, roux ou bruns et le plus souvent panachés.

[…]

  • 39  De Coster (Charles), « Jours de solitude par Octave Pirmez », dans Le précurseur. Journal politiqu (...)

Que l’on me comprenne bien, je parle de certains hommes et non du peuple tout entier où se trouvent des gens qui aiment l’art et la poésie, d’où sortirent presque toutes les gloires du monde, mais tous, brisés par la faim et le travail, sont forcés de laisser s’endormir ces aristocratiques aspirations39. »

33Voilà sérieusement remise en question la fonction sociale de l’œuvre !

Épilogue

34Ce qui est intéressant dans ce duo Pirmez/De Coster, c’est qu’il a une fonction d’identification pour le champ littéraire qui naît après leur mort.

35Pirmez à l’heure de mourir en 1883 (le 1er mai), soit l’année consacrant la naissance symbolique des lettres belges lors du fameux banquet Lemonnier. L’Art moderne l’intègre néanmoins à l’événement en le plaçant à côté de Lemonnier au banquet, lui réservant un siège marqué par un couvert et une couronne. Plus intéressant, Lemonnier semble remplacer De Coster dans le couple que ce dernier formait naguère avec Pirmez. D’une manière symptomatique, c’est à peine de l’œuvre dont il est parlé mais bien de la posture.

Camille Lemonnier, expansif, robuste, brutal, amant de la réalité tangible, décrivant sans philosopher, coloriant violemment sa phrase, la dessinant avec âpreté. Octave Pirmez, rêveur, délicat, timide, toujours tourné vers le monde invisible, racontant ses longues pensées poursuivies dans les régions d’une méditation mélancolique, donnant à tout des teintes délicates et pâles, traçant les contours d’une main légère et tendre, caressant, séducteur, harmonieux, accompagnant ce qu’il écrivait d’une musique invisible et douce.

  • 40  « Mort d’Octave Pirmez », dans L’Art moderne, 6 mai 1883, p. 141.

C’étaient les deux sexes de la littérature, l’homme et la femme, le cerveau et le cœur, la terre et le ciel, l’orateur et le rêveur, le prosateur et le poète. 40

  • 41  « L’art littéraire doit participer de la piété, avoir le respect du beau, du jute, du vrai. Qui ve (...)
  • 42  « Octave Pirmez d’après sa correspondance », dans L’Art moderne, 22 juillet 1883, pp. 229-231.

36On voit ainsi L’Art moderne défendre un auteur aux convictions politiques et esthétiques profondément divergentes des siennes. Pirmez est en effet un libéral doctrinaire particulièrement conservateur (il va jusqu’à se prononcer en défaveur de la généralisation de l’enseignement). Sa prédilection pour l’ancien régime va de pair avec le désir de produire un art de contemplation de la nature et de « l’idée pure » ancrée dans le sentiment religieux41. Être moderne ne lui importe pas. Du reste, les animateurs de L’Art moderne ne parlent que très peu de son œuvre. Ils préfèrent louer son refus des mondanités, son rejet de l’académie et sa solitude ; soit sa posture42. Pirmez est en quelque sorte convoqué pour figurer avec Lemonnier dans le panthéon qu’est en train de se forger la jeune institution. Dans l’anamnèse qu’il doit se construire, le champ littéraire a besoin de deux pôles posturaux : l’écrivain-maudit-aristocratique vs. l’écrivain-maudit-pauvre ; exact décalque de l’inné et de l’acquis.

  • 43  Edité à Paris chez Eugène Fasquelle, en 1899. Il s’agit d’une œuvre posthume mais, à l’exception d (...)

37Il n’est pas interdit de penser que l’acharnement de Pirmez et de ses homologues à se positionner sur l’échelle soit une « spécificité » belge. Il me paraît en effet assez symptomatique que ce soit un Belge, Georges Rodenbach en l’occurrence, qui ait intitulé l’un de ses livres tout simplement L’élite (avec en sous-titre Écrivains, orateurs sacrés, peintre, sculpteurs43). On ne trouve ce substantif utilisé dans aucun titre d’écrivain français. Dès lors, comme il a été prouvé que la Belgique est une société bourgeoise, on pourrait avancer que la littérature belge est une littérature bourgeoise, tant ses écrivains font montre d’empressement à s’inscrire d’une manière explicite dans le travail d’autocritique qui est le propre de cette classe sociale. Tant aussi ils entreprennent de baliser strictement les sous-classes en lice dans la course : l’élite financière, l’élite aristocratique, l’élite artistique, etc. On voit ainsi clairement que l’horizon d’attente social détermine directement la posture des écrivains. Alors que l’un des débats majeurs du XIXe siècle est la signification et la légitimité de l’élection, ils proposent des modèles « complémentaires » et inventent des postures qui s’y conforment.

38Au-delà des informations précieuses que nous enseigne la posture de Pirmez sur les problèmes d’identité qui se posent aux élites belges au XIXe siècle, la manière dont sa mort est instrumentalisée par le champ littéraire en voie d’autonomisation – réception à laquelle il a beaucoup travaillé d’ailleurs, comme le dévoile sa correspondance – montre que les anciennes élites dont il est l’héritier parviennent à imposer un modèle alternatif à celui de l’écrivain crotté et à celui de l’écrivain « public » démocratique auxquels ils ne peuvent décidément s’identifier.

  • 44  « Lettres inédites d’Octave Pirmez », dans L’Art moderne, 26 août 1883, p. 270.
  • 45  Yourcenar (Marguerite), Souvenirs pieux, Paris, Galimard, 1974 (NRF).

39En ce sens, ce que Pirmez a légué, c’est plus une pause fière d’elle-même – « l’esprit praticien » comme le qualifie Art moderne44–, qu’une littérature. Ce legs trouvera de zélés épigones. Parmi eux, on trouve Marguerite Yourcenar, petite nièce d’Octave Pirmez. Dans ses Souvenirs pieux, l’écrivaine se lance en effet dans une entreprise « necromantique », comme elle la qualifie elle-même, pour reconstituer l’histoire de ses aïeuls et mieux comprendre ses héritages. Elle s’adonne à un « jeu de miroir » et l’image qu’elle trouve chez le solitaire d’Acoz ne va pas pour lui déplaire45.

Haut de page

Notes

1  Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007, p. 9.

2  Charle (Christophe), Naissance des intellectuels (1880-1900), Paris, Minuit, 1990 et Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, 1991, pp. 267-275.

3  Meizoz (Jérôme), chapitre « Les comédies du mérite à l’âge démocratique : Stendhal après Rousseau », Postures littéraires…, op. cit., pp. 47-63.

4  Proust (Marcel), A la recherche du temps perdu. I : Du côté de chez Swann, Paris, NRF, p. 82.

5  Barthélemy (Joseph), L’organisation du suffrage et l’expérience belge : suffrage censitaire, capacitaire, universel, suffrage plural, voie obligatoire, sincérité des opérations électorales, scrutin de liste, scrutin uninominal, représentation des intérêts : représentation proportionnelle, Paris, Giard et Brière, 1912.

6  La Jeune Belgique, 1882-1883, p. 333.

7  Brissette (Pascal), La malédiction littéraire : du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2005.

8  Cité par Champagne (Paul), Nouvel essai sur Octave Pirmez. Sa vie d’après des documents inédits, Gembloux, Duculot/Académie Royale de langue et de littérature française de Belgique, 1952, p. 66, sans doute extrait de Regard sur ma vie, manuscrit inédit.

9  Les archives d’Octave Pirmez ont été éparpillées et ne sont plus accessibles. Elles furent consultées par Paul Champagne qui en retranscrivit de larges extraits dans son Nouvel essai sur Octave Pirmez…, op. cit. On lira aussi : Wilmotte (Maurice), « Pirmez (Octave) », Biographie nationale, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 1903, t. 17, col. 622-637 et Pirmez (Irenée), Histoires de ma vie, s.l., Jean G. Pirmez, 1980.

10  Il écrit des contes pour les revues Durendal et La Revue générale et des journaux belges et français. Laurens (Jules), « Un conteur familial », dans La Revue générale, juin 1901, p. 949 ; Lombaerts (Ed.), Pages de foi et de charité, Bruxelles, De Seyn, 1914, p. 34-44 et « Coppin de », Annuaire de la noblesse de Belgique, Bruxelles, Librairie polytechnique de Decq et Duhent, 1881, p. 132.

11  Stengers (Jean) avec la collaboration de Kurgan-Van Hentenryk (Ginette), Index des éligibles au Sénat, 1831-1893, Bruxelles, Palais des académies, 1975, p. 379.

12  Idem, p. 113.

13  Stengers (Jean), « Sur l’influence électorale des grands propriétaires fonciers en Belgique au XIXe siècle », dans Belgique, Europe, Afrique. Deux siècles d’histoire contemporaine. Méthode et réflexions, Bruxelles, Timperman, 2005, pp. 293-309.

14  Champagne (Paul), Nouvel essai sur Octave Pirmez…, op. cit., p. 187.

15  L’inventaire de ces registres de lecture mentionne un manuscrit de plus de cinquante pages sur Montaigne. Voir : Champagne (Paul), Nouvel essai sur Octave Pirmez…, op. cit., pp. 199-203.

16  Pirmez (Octave), Lettres à José (œuvre posthume), Paris, Perrin, 1884, p. 186.

17  Pirmez (Octave), Heures de philosophie, édition posthume publiée d’après le vœu de l’auteur, Paris, Didier Perrin/Namur, Jacques Godenne, 1900, p. 21.

18  Idem, p. 96.

19  Balsamo (J.), « Noblesse de Montaigne », dans Dictionnaire de Michel de Montaigne, Desan (Philippe )(Dir.), Paris, Champion, 2004 (Dictionnaires & Références 14), p. 718.

20  Pirmez (Octave), Lettres à José, op. cit., p. 73 (juillet 1873).

21  Nollée de Noduwez (Jules), Eloge de Octave Pirmez, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1883.

22  Pirmez (Octave), Lettres à José, op. cit., p. 29 (26 juillet 1875).

23  Lettre à Adolphe Siret, 20 octobre 1873, Vie et correspondance d’Octave Pirmez, Louvain, Charles Peeters, 1888, p. 91.

24  Pirmez (Octave), Heures de philosophie, op. cit., p. 97.

25 Idem, p. 132

26 Idem, p. 169

27 Idem, p. 57.

28  « Je vais changer le titre de mes Heures de philosophie et prendre un pseudonyme car je ne veux plus être dévisagé de mon vivant. Les Pensées et les Jours de solitude suffisent à ma chétive personnalité. Je désire la paix et cesser d’être bête curieuse aux regards des bourgeois. Nul n’est prophète chez soi et écrire pour ceux qui nous connaissent, n’est que nous jeter du ridicule. Je perds tout mérite spirituel par une divulgation. » Lettre à Adolphe Siret, 20 octobre 1873, Vie et correspondance d’Octave Pirmez, op cit., p. 81.

29  Vignes (Jean), « Maxime », Le Dictionnaire du littéraire, Paris, PUF, pp. 358-359.

30  Desan (Philippe), « Essai (genre) », dans Dictionnaire de Michel de Montaigne, op. cit., pp. 341-344.

31  Dubois (C.-G.), « Autobiographie – autoportrait », dans Idem, pp. 78-82.

32  Lettre à Adolphe Siret, 27 août 1872, Vie et correspondance d’Octave Pirmez, op. cit., p. 64.

33  Idem, p 184.

34  Idem, p. 216.

35  La Chronique, 14 mai 1869 in Recueil d’articles critiques de la presse belge sur Les Feuillées et Les Jours de solitude, slnd, p. 111.

36  Idem, p. 117.

37  Lettre à Adolphe Siret, 12 mai 1879, Vie et correspondance d’Octave Pirmez, Louvain, Charles Peeters, 1888.

38  De Coster (Charles), « Bibliographie. Feuillées par Octave Pirmez, Mademoiselle Vallantin par Paul Reider », dans L’Organe de Namur et la province, dans Recueil…, op. cit., p. 40.

39  De Coster (Charles), « Jours de solitude par Octave Pirmez », dans Le précurseur. Journal politique, commercial, maritime, artistique et littéraire, 21 juin 1869, dans Idem, p. 191.

40  « Mort d’Octave Pirmez », dans L’Art moderne, 6 mai 1883, p. 141.

41  « L’art littéraire doit participer de la piété, avoir le respect du beau, du jute, du vrai. Qui veut se passer du sentiment religieux ne produit qu’un art de second ordre » (Pirmez (Octave), Heures de philosophie, op. cit., p. 152).

42  « Octave Pirmez d’après sa correspondance », dans L’Art moderne, 22 juillet 1883, pp. 229-231.

43  Edité à Paris chez Eugène Fasquelle, en 1899. Il s’agit d’une œuvre posthume mais, à l’exception d’articles réservés à des comédiens retirés par l’éditeur, conforme au souhait de l’auteur. Voir : Maes (Pierre), Georges Rodenbach, 1855-1898, nouvelle éd. refondue et augmentée, Gembloux/Bruxelles, Duculot/Académie royale de Belgique, 1952.

44  « Lettres inédites d’Octave Pirmez », dans L’Art moderne, 26 août 1883, p. 270.

45  Yourcenar (Marguerite), Souvenirs pieux, Paris, Galimard, 1974 (NRF).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Des hommes d’élite ? L’identification des écrivains à une classe sociale en reconstruction (Belgique, XIXe siècle) », COnTEXTES [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 17 janvier 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/4717 ; DOI : 10.4000/contextes.4717

Haut de page

Auteur

Cécile Vanderpelen-Diagre

Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page