Navigation – Plan du site

Mai 68, les avatars d’une posture générationnelle

Ou comment Dany le Rouge est passé aux Verts
Sarah Sindaco

Entrées d'index

Mots-clés :

Mai 68, Posture
Haut de page

Texte intégral

1Mai 68 est aujourd’hui largement considéré d’une part comme une révolution culturelle, d’autre part comme un phénomène générationnel : dans les représentations, et particulièrement dans le discours commémoratif actuel, les évènements de 68 sont souvent réduits à la révolte de la jeunesse étudiante parisienne, à son refus de l’autorité, à ses revendications en matière d’autonomie individuelle et de liberté sexuelle.

  • 1  Hamon (Hervé) et Rotman (Patrick), Génération, 2 tomes, Paris, Seuil, 1987-1988.
  • 2  Hamon (Hervé), Rotman (Patrick) et Edinger (Daniel), Génération, 15x30’, Kuiv Production - La Cinq (...)
  • 3  Les titres des émissions successives sont les suivants : « L’engagement », « Les héritiers de Stal (...)

2En effet, le terme de génération lui-même revient de façon presque systématique dans le discours sur Mai 68, le cas le plus abouti étant l’ouvrage d’Hervé Hamon et de Patrick Rotman qui s’intitule éloquemment Génération1. Le premier tome, paru en 1987 et sous-titré « Les années de rêve », s’intéresse strictement aux acteurs les plus médiatisés du mouvement, dont il compile les témoignages. Devenu le best-seller des récits populaires sur 68, il sera prolongé par une série télévisée du même nom2, laquelle regroupe quinze documentaires3, combinant images d’archives et interviews récentes de personnalités telles que Daniel Cohn-Bendit, Bernard Kouchner ou Alain Krivine.

  • 4  Nora (Pierre), « La génération », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, vol. ii, Paris, G (...)

3Il nous revient toutefois de nous demander dans quel sens il faut ici comprendre la notion de génération. Nous distinguerons trois strates qui correspondent à des acceptions différentes du terme. La première, qui remonte à l’Antiquité, définit la génération comme le processus biologique de remplacement des pères par les fils, comme c’est le cas par exemple pour les successions dynastiques. Cette signification première est donc totalement neutre. À la Révolution française — et nous suivons ici Pierre Nora4 —, se produit une transformation majeure dans l’usage de la notion : la génération n’est désormais plus seulement une affaire de mesure et de rythme du temps historique, mais elle est associée au principe du « droit des générations » (Condorcet), selon lequel une génération ne peut contraindre et engager les générations qui lui succéderont. On trouve ici la première trace de ce que l’on appelle le « conflit des générations », dorénavant indissociable de la question de la prise du pouvoir par la jeunesse et de l’éviction des anciens. Enfin, la troisième strate, qui correspond à l’usage commun et actuel du terme, est marquée par un affaiblissement du sens précédent. En maintenant toutefois l’idée de « conflit » apparue autour de 1789, la notion de génération est ramenée à un pur mécanisme biologique : aujourd’hui, penser en termes de génération revient à penser au conflit qui oppose naturellement les enfants à leurs parents, ou au « fossé » qui sépare les deux générations.

4S’agissant de Mai 68, qui est apparu aux yeux de certains comme le point final du cycle révolutionnaire ouvert en 1789 (on pense ici aux animateurs de la revue Le Débat, et en particulier aux historiens François Furet et Marcel Gauchet), à quel usage de la notion avons-nous affaire ? Quelques questions émergent ici. La perception du mouvement de 68 en tant que phénomène générationnel est-elle contemporaine des évènements, ou s’agit-il d’une construction a posteriori ? Voire même, n’y a-t-il pas eu un glissement d’une perception à l’autre ? Enfin, à laquelle des trois strates correspond l’emploi du terme pendant et après Mai ?

  • 5  Voir Schnapp (Alain) et Vidal-Naquet (Pierre), Journal de la Commune étudiante. Textes et document (...)

5Lorsque l’on se reporte aux discours contemporains des évènements, il apparaît clairement que le prisme générationnel constitue la grille de lecture privilégiée pour expliquer la révolte de Mai 68. En premier lieu, avec les tracts, les affiches, les slogans5, ainsi qu’avec les propos des étudiants dans la presse, le discours générationnel est constamment mobilisé à travers notamment la cristallisation de la révolte autour de la jeunesse, qui associe dans un premier temps jeunesse étudiante et jeunesse ouvrière autour de revendications et de contestations communes. Voici ce qu’en dit Daniel Cohn-Bendit dans une interview qu’il accorde au Nouvel Observateur à la mi-mai :

  • 6  Entretien avec Daniel Cohn-Bendit, « Que voulez-vous exactement, Daniel Cohn-Bendit ? », Le Nouvel (...)

Ce ne sont pas seulement les étudiants, mais la jeunesse qui se révolte. L’ouvrier père de famille n’a pas envie de se battre quand il voit que la C.G.T. freine, que les autres ne bougent pas. Mais les jeunes ouvriers, eux, n’ont rien à perdre : ils sont au chômage, ils n’ont pas de famille, pas de traites à payer pour le réfrigérateur.6

6Cohn-Bendit mobilise ici le motif du conflit des fils contre les pères et, face aux appareils politiques sclérosés, fait de la jeunesse le ferment de la dynamique révolutionnaire. Ceci atteste qu’à ce stade, l’idée de génération, qui n’a pas besoin d’être nommée tant elle est évidente, est dotée d’un contenu politique et historique : c’est bien l’inscription du mouvement de Mai dans les luttes révolutionnaires du XIXe siècle qui sous-tend le discours de la jeunesse sur elle-même, mais cette fois, le conflit des générations tend à se substituer à la lutte des classes comme moteur de l’Histoire.

7En second lieu, la clé de lecture générationnelle est évidente et centrale chez des intellectuels aux analyses aussi divergentes que celles de Raymond Aron et de Jean-Paul Sartre. Ce dernier adhère immédiatement à une explication générationnelle du mouvement de Mai 68, en s’intégrant totalement à la jeune génération — qui n’est pourtant pas la sienne — et en se posant en premier et ardent défenseur de sa cause. À l’inverse, dans le cas de Raymond Aron, le phénomène est assimilé à du biologique pur : il y voit un conflit des fils contre les pères qui se traduit au sein de l’université par un conflit entre étudiants et enseignants. C’est d’ailleurs cette explication qui prélude à la lecture contemporaine des évènements, marquée par la réduction de Mai 68 aux quelques idées mentionnées en ouverture. Dans cette perspective, Mai 68 marquerait l’irruption de la génération du baby-boom sur la scène publique française, et l’homogénéité du mouvement tiendrait aux affinités, non pas politiques, mais culturelles et de rapport au monde qui sont propres à toute génération. On voit donc bien qu’une notion telle que celle de génération, à travers les différentes modulations qu’on peut lui faire subir, joue un rôle moteur dans un processus de révision de la portée idéologique d’un phénomène historique. Dans ce cas précis, la notion de génération est devenue le vecteur d’une dépolitisation, ou d’une désidéologisation massive des évènements de Mai 68.

  • 7  Il s’agit des intellectuels omniprésents sur la scène médiatique, à cette époque comme de nos jour (...)
  • 8  Mannheim (Karl), Le Problème des générations, Paris, Nathan, 1990 [1928].

8Or, quand la substance des revendications politiques disparaît, que reste-t-il ? Dans l’espace vide du politique, reste la figure du soixante-huitard telle qu’elle circule dans les représentations médiatiques et telle que les porte-parole auto-désignés du mouvement l’entretiennent7. C’est à cet endroit que l’on peut faire intervenir la notion de posture générationnelle. Les notions de posture et de génération trouvent à s’articuler d’une manière particulièrement efficace puisqu’il s’agit ici d’une posture collective : en effet, l’appartenance à une génération constitue une forme d’identité minimale, qui laisse en conséquence beaucoup de place au singulier. En outre, nous l’avons déjà dit, elle est une appartenance peu contraignante, contrairement à une affiliation politique par exemple, et offre en cela une grande marge de manœuvre et de liberté dans l’intégration à celle-ci. Selon Karl Mannheim8, une génération est l’appartenance à une même classe d’âge et à une situation particulière dans un espace socio-historique donné, ce qui entraîne un mode spécifique de sensibilité et de rapport au monde. Le lien avec la posture apparaît aisément : que la posture générationnelle soit plus ou moins inconsciente ou spontanée, ou qu’elle soit une reconstruction identitaire rétrospective, elle est le lieu privilégié pour condenser la sensibilité d’une classe d’âge en une présentation de soi homogène.

9Nous nous focaliserons ici sur une des faces de Mai 68 : celle qui a été et est toujours la plus médiatisée et dont la figure de proue est, qu’on le veuille ou non, Daniel Cohn-Bendit. L’intérêt étant ici de voir en quoi la posture générationnelle permet à une figure singulière d’être l’incarnation modale d’une collectivité. Chacun connaît le parcours politique de Cohn-Bendit ; ce qui retiendra notre attention dans la suite, ce sont les modalités successives de sa présence médiatique. On mentionnera toutefois quelques repères biographiques utiles à la compréhension du personnage. Cohn-Bendit est né en 1945 à Montauban (en région Midi-Pyrénées) de parents juifs réfugiés en France au début des années 1930 pour fuir la montée du nazisme en Allemagne. Il opte pour la nationalité allemande à quatorze ans, afin d’éviter le service militaire en France, et finit l’équivalent du Bac en Allemagne, mais il est évident qu’il est d’abord de culture française. Il choisit d’ailleurs de revenir à Paris pour étudier la sociologie à Nanterre. Opposé au Parti communiste et aux groupuscules d’extrême gauche, il se joint au groupe anarchiste des « Enragés », lequel, dès 1967, préfigure les mouvements étudiants de contestation qui aboutiront au Mouvement du 22 mars à Nanterre. Au moment de la crise de Mai 68, Cohn-Bendit est donc âgé de seulement vingt-trois ans ; mais il devient pourtant immédiatement l’icône de Mai 68, l’interlocuteur privilégié de la presse, un des principaux négociateurs auprès des autorités et le relais des étudiants.

10L’observation sera construite en trois étapes : premièrement, on analysera l’intervention médiatique de Daniel Cohn-Bendit au moment des événements de 68 ; ensuite, on s’intéressera à la commémoration de 1988 avec l’interview que ce dernier donne pour la série télévisée Génération, et on fera également un arrêt sur son ouvrage paru en 1986 Nous l’avons tant aimée, la révolution ; enfin, et très rapidement, on évoquera la commémoration de 2008 et la parution de Forget 68, du même auteur.

  • 9  Les archives sonores inédites de RTL, « Mai 68 », réalisation RTL : Hervé Béroud, Jean-Yves Hautem (...)
  • 10  Entretien de Pierre Hahn avec Daniel Cohn-Bendit, Le Magazine littéraire, hors-série no 13 : « Les (...)

11Daniel Cohn-Bendit prend, dès mars 68, le rôle de leader, bien qu’il le nie plus ou moins : il confie à un journaliste de RTL qu’il est « un étudiant de Nanterre » [nous soulignons] et que c’est à ce titre qu’il « participe » au mouvement étudiant9 ; lorsque Pierre Hahn du Magazine littéraire le définit comme « le porte-parole, le leader » du mouvement étudiant, Cohn-Bendit se contente de répondre « Disons le haut-parleur… »10 Tout son travail auprès des médias consiste en effet à faire croire au rassemblement et à l’action spontanés d’une masse. Dans un entretien avec Sartre pour Le Nouvel Observateur du 20 mai, Cohn-Bendit tient les propos suivants :

  • 11  Entretien de Jean-Paul Sartre avec Daniel Cohn-Bendit, « L’imagination au pouvoir », Le Nouvel Obs (...)

[…] il faut abandonner la théorie de « l’avant-garde dirigeante » pour adopter celle – beaucoup plus simple, beaucoup plus honnête – de la minorité agissante qui joue le rôle d’un ferment permanent, poussant à l’action sans prétendre diriger.11

  • 12  Cohn-Bendit (Daniel), discours du 4 mai 1968.
  • 13  Entretien avec Daniel Cohn-Bendit, « Que voulez-vous exactement, Daniel Cohn-Bendit ? », Le Nouvel (...)

12La citation montre à quel point Cohn-Bendit construit bien, à travers lui, une posture collective : le mouvement étudiant s’oppose à « l’avant-garde dirigeante », autrement dit à tous les groupuscules d’extrême gauche qui reposent sur une organisation hiérarchique, doctrinaire et extérieure au monde étudiant. Cependant, Cohn-Bendit parle de « minorité agissante », à laquelle il assimile des valeurs de simplicité et d’honnêteté. Le terme « minorité » indique bien que la collectivité s’incarne dans un groupe restreint de personnalités, qui sont les leaders que nous connaissons (Alain Geismar, Jacques Sauvageot, etc.). Toutefois, le discours générationnel est tacite, et jamais il n’est fait mention d’une « génération 68 » : c’est autour de la « jeunesse » que se cristallise le mouvement. Une jeunesse qui réunit étudiants et ouvriers et dont les revendications seraient largement partagées. Il n’en reste pas moins que, dans le discours et les attitudes, on perçoit un ethos essentiellement étudiant, qui mêle humour et construction théorique, provocation et détermination dans la lutte, sens de la formule et référence savante. Le style de Mai 68 est bien un style universitaire. Un simple slogan de Cohn-Bendit condense cet ethos : « Même si on nous promettait le paradis nous le refuserions. Car nous voulons le prendre. »12 En outre, cette citation souligne qu’au cœur de Mai 68 se trouve la question de la prise du pouvoir par la jeunesse, qui est typique du conflit générationnel. Cohn-Bendit ne manquera d’ailleurs pas de parler de « pouvoir étudiant »13, oubliant significativement de parler de « pouvoir ouvrier ». Ceci débouche logiquement sur la dimension politique que Cohn-Bendit entend donner à la révolte étudiante, et secondairement ouvrière. Dans une interview accordée début mai au Nouvel Observateur, Cohn-Bendit répond à la question qui lui est posée « Que voulez-vous exactement, Daniel Cohn-Bendit ? » :

  • 14  Entretien avec Daniel Cohn-Bendit, « Que voulez-vous exactement, Daniel Cohn-Bendit ? », art. cit.(...)

Notre objectif immédiat, c’est la politisation de l’Université. […] La politisation est partie de là : mise en question du système capitaliste, de la fonction sociale qu’il attribue à l’Université ; refus, de la part des étudiants, d’être de futurs cadres formés pour exploiter la classe ouvrière.14

  • 15  Entretien de Pierre Hahn avec Daniel Cohn-Bendit, art. cit., p. 23.
  • 16  Les archives sonores inédites de RTL, « Mai 68 », réalisation RTL : Hervé Béroud, Jean-Yves Hautem (...)
  • 17  Voir les photos en annexe.
  • 18  Pour être complet, il faudrait analyser les figures et antécédents historiques auxquels emprunte c (...)

13La révolte étudiante serait en quelque sorte une conséquence de la condensation des différentes contradictions inhérentes au système capitaliste : elle se focalise sur le refus des hiérarchies rigides et statiques de la société, et en particulier sur le refus de la distinction entre étudiants et jeunes travailleurs. La posture qui se dessine ici est celle de la jeunesse militante pour qui il n’y a pas de frontière entre vie privée et vie publique, la politique étant partout : or, c’est précisément la dimension militante qui contrebalance la dimension générationnelle et ne réduit pas les évènements de 68 à un pur phénomène générationnel. C’est d’ailleurs ce que Cohn-Bendit veut signifier lorsqu’il affirme qu’il est « très “politicard” »15 et que ce qui l’intéresse c’est la lutte pour, dit-il, « le droit d’expression politique »16. Mais il est évident que, sous le terme « jeunesse », se cache une conception strictement générationnelle du mouvement. Parallèlement au discours politique, Cohn-Bendit donne de lui l’image de l’agitateur provocateur et comique : en témoignent les photos célèbres où il affiche un sourire moqueur et insolant face à un CRS alors qu’il se rend à la Commission disciplinaire.17 Comme la plupart des jeunes gens de sa condition à l’époque, il est vêtu de façon proprette, chemise et veston, et porte les cheveux courts et bien peignés : sa posture est certes celle d’un jeune rebelle, mais modéré et amusé par la présence des forces de l’ordre. Se définir comme « politicard », refuser la position de leader, afficher une attitude sage, désinvolte, joyeuse, confiante, provocatrice, narquoise, tout ceci indique clairement que Cohn-Bendit crée une posture, qui se veut en outre celle de la jeunesse nouvelle. Comment un étudiant devient-il, et ce dès l’entame de la crise, le symbole de sa génération ? Très probablement, et il l’a bien compris, en devenant l’interlocuteur quasi unique des médias. Cohn-Bendit comprend que c’est grâce à ceux-ci que Mai 68 prendra son ampleur : transmission radiophonique continue sur les radios privées périphériques, sur les chaînes de télévision publiques, dialogue permanent avec la presse écrite, quelle qu’elle soit, afin de saturer l’espace discursif. De tout cela, Cohn-Bendit est conscient ; il se donne d’ailleurs une dimension d’universalité, non seulement en prétendant être un étudiant parmi la masse des étudiants, mais également en se déclarant « citoyen européen ». Le contenu de sa révolte, passant de questions politiques nationales autant qu’internationales à des revendications aussi vastes que la liberté d’expression, la mixité ou l’autonomie, permet d’englober la totalité des revendications qui concernent l’ensemble de la jeunesse, en d’autres termes de sa génération, tous groupes confondus : étudiants ou travailleurs, jeunes politisés ou non, jeunes bourgeois ou fils d’ouvriers. Cette posture construite grâce aux médias est celle que ceux-ci enregistreront immédiatement et définitivement, un exemple parmi d’autres étant l’invention et la diffusion de la figure de « Dany le Rouge », qui évoque autant son orientation politique que sa chevelure rousse. En résumé, à la posture générationnelle, s’ajoute une posture politique qui est celle du militant révolutionnaire, laquelle n’est pas l’apanage de la jeunesse, et que les médias ont scellée avec la figure de « Dany le Rouge ».18

  • 19  Cohn-Bendit (Daniel), Nous l’avons tant aimée, la révolution, Paris, Bernard Barrault, 1986, p. 6.

14La seconde étape est celle de la commémoration des vingt ans de Mai 68 : à cette occasion, Daniel Cohn-Bendit publie une série d’entretiens avec les anciens leaders internationaux de 68, qu’il intitule Nous l’avons tant aimée, la révolution. Il est d’emblée frappant de constater que celui qui clamait haut et fort en 68 qu’il s’agissait d’une révolte et non pas d’une révolution, semble avoir changé d’avis. En effet, les germes d’une révision des évènements de Mai apparaissent. La plupart des anciens leaders sont devenus les protagonistes de la société moderne capitaliste : Jerry Rubin le yippie est devenu le représentant des yuppies (jeunes cadres dynamiques et ambitieux) ; Serge July est directeur du journal Libération, devenu lui-même l’organe d’une certaine « gauche caviar » ; Joschka Fischer est ministre de l’Environnement en Allemagne, dans un gouvernement de coalition avec le parti social-démocrate (SPD) ; et la liste continue. Cohn-Bendit étend le trope de la génération à l’échelle internationale et se positionne ainsi comme une des figures de proue d’une génération 68 planétaire, qu’il nomme d’ailleurs « promotion 68 »19.

  • 20  Ibid., p. 6.

J’ai le sentiment plutôt flatteur d’incarner le bilan positif de Mai 1968, d’être le symbole du « parler vrai », le « dernier des Mohicans » animé d’une spontanéité parfois un peu « infantile » mais toujours, oh combien ! « sympathique et libératrice ».20

  • 21  Ibid., p. 251.
  • 22  Ibid., p. 251.

15Cohn-Bendit dégage ici toute une série de traits qui seraient les attributs sociobiologiques de la génération 68 : l’authenticité, la spontanéité, la sympathie, l’énergie libératrice, etc., auxquels il ajoute sur la même page l’esprit contestataire. On constate que chez celui qui affiche alors prudemment sa proximité avec les Verts allemands, la dimension politique des événements de Mai 68 commence à s’effacer pour laisser la place à une attitude générale qui tend à se cristalliser en posture. Il utilise pour ce faire l’argument génial de la personnalité, disant que « la personnalité de chacun a joué un rôle déterminant »21 et que ce qui a réuni les protagonistes du mouvement de Mai 68, c’est « une idée, un argument, une émotion »22.

16Ce renversement s’accuse encore dans l’entretien recueilli deux ans plus tard, en 1988, par Hervé Hamon et Patrick Rotman pour la série télévisée Génération. Dans la section intitulée « Nanterre. Le 22 mars », Cohn-Bendit met au cœur de la révolte étudiante la lutte pour une « vie » nouvelle, sur le plan social, sexuel, culturel, etc. ; et les formes qu’a prises cette révolte sont la dérision, l’humour, la provocation. Il poursuit sa description du mouvement dans une direction qui est nettement celle d’une construction posturale, à la fois personnelle et collective — ou générationnelle. D’une part, Cohn-Bendit assume désormais la posture de « leader charismatique » dans la mesure où il se présente comme celui qui exprimait le mieux les « sentiments » des autres, ceci s’expliquant par la position d’extériorité qu’il occupe en tant qu’Allemand non inféodé au gauchisme français. Cette position excentrée lui donnerait une « sensibilité » différente, « plus proche des étudiants » et par voie de conséquence une plus grande réceptivité non seulement envers les étudiants mais aussi envers les journalistes, ainsi qu’un langage particulier. Et Cohn-Bendit de conclure tout seul : « Je suis un produit de ma propre personnalité et des médias. » En passant sans cesse du « je » au « nous », il fait glisser ses propres traits posturaux à sa génération, et vice versa, laquelle est vidée de sa posture militante pour n’être plus qu’un phénomène générationnel caractérisé par une sensibilité commune et débouchant sur des revendications non pas tant politiques que sociales : Nanterre n’exprimerait rien d’autre que l’envie de vivre autrement et de s’amuser. Dans cette perspective, l’appartenance générationnelle définit le simple « fossé entre les vieux et les jeunes » dont le contenu politique est secondaire. Plus le contenu politique recule, plus la posture générationnelle se précise dans un portrait idéal-typique du soixante-huitard dont les traits majeurs sont les suivants : provocation et humour, spontanéité et détermination, réceptivité et disponibilité, ouverture critique à tous les aspects de la vie réelle, liberté ostentatoire, nouveau langage, etc. À cette définition a posteriori de la posture du soixante-huitard, correspond d’ailleurs dans les années 1980 chez Cohn-Bendit l’adoption d’une posture actionnelle qui contraste avec celle de l’étudiant de 1968 : ce dernier se présente sur les plateaux télévisés avec une chevelure longue et hirsute, un habillement passablement négligé, et un maintien qui confine volontairement au laisser-aller. On peut dire en conclusion qu’à ce stade nous sommes en face de la posture réalisée du soixante-huitard tel qu’on se le représente aujourd’hui.

  • 23  Conférence de Daniel Cohn-Bendit, Montréal, CÉRIUM [Centre d’études et de recherches international (...)

17Pour être complet, il faudrait évoquer la situation actuelle telle que Cohn-Bendit l’exprime dans Forget 68. Jouant à fond la carte de la génération et se plaçant dans la position du « vieux briscard à qui on ne la fait pas » face à un Sarkozy « en culotte courte » au moment des évènements de 68 — pour reprendre l’image qu’il utilise lors d’une conférence à Montréal en mars 200823 —, Cohn-Bendit entend tirer un bilan définitif de Mai 68. Partant du postulat que les soixante-huitards ont gagné sur le plan social et culturel, il entérine l’échec politique de 68. Et prenant argument de la dérive terroriste d’une certaine frange de l’extrême gauche (la Fraction armée rouge en Allemagne, les Brigades rouges en Italie, l’Armée rouge au Japon), il appelle la génération 68, celle née après 1945, à assumer sa responsabilité historique — autant morale que politique —, contrairement à la génération de la Seconde Guerre, celle des parents, qui n’a pas osé combattre le nazisme, ni assumer sa part de responsabilité dans la Collaboration. En 2008, le discours de Cohn-Bendit est donc celui d’une révision des évènements de Mai 68 au nom des erreurs du passé ; cette révision autorise, dans le chef de l’eurodéputé vert, un ralliement à la démocratie libérale tant contestée en 68. S’esquisse une évolution de la posture qui intègre au moins un trait nouveau, celui de l’erreur reconnue et comprise, qui confère à la génération 68 une position d’autorité, toute discursive, sur le passé et le présent.

  • 24  Pour faire bonne mesure, il faudrait faire ressortir la singularité de cette posture en l’opposant (...)

18En conclusion, et pour s’abstraire un peu de l’étude de cas, il semble que l’on peut formuler quelques remarques plus générales sur une notion telle que celle de posture générationnelle. Premièrement, la notion de posture et la notion de génération offrent une articulation particulièrement pertinente pour établir le rapport entre le singulier et le collectif. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a ni posture, ni génération sans autoreprésentation et qu’il n’y a pas de génération, sinon au sens purement biologique, sans l’établissement d’une posture collective, même si nous avons vu qu’elle passe inévitablement par des prises en charge individuelles. La posture n’est peut-être pas uniquement une façon singulière d’occuper une position dans un champ donné, mais, pour ce qui concerne la posture générationnelle, elle est le moyen par lequel une classe d’âge peut s’inscrire dans l’Histoire. Une classe d’âge devient ainsi une génération à laquelle sont associés un ensemble de traits spécifiques et un contenu historique. À cela s’ajoute l’idée qu’une posture peut faire l’objet d’une reconstruction a posteriori ; son intérêt est alors de mobiliser le passé pour des enjeux présents. Ceci indique qu’une posture n’est jamais fixée définitivement, mais qu’elle est susceptible de recevoir des modulations successives ; l’important étant cependant qu’elle conserve un noyau originaire stable qui en assure la légitimité. Et pour finir tout de même sur l’exemple qui a occupé notre propos, le noyau dur de la posture générationnelle soixante-huitarde réside dans des traits comme la contestation permanente (y compris l’auto-contestation), la spontanéité, la sympathie, l’humour, la provocation, etc.24

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1  Hamon (Hervé) et Rotman (Patrick), Génération, 2 tomes, Paris, Seuil, 1987-1988.

2  Hamon (Hervé), Rotman (Patrick) et Edinger (Daniel), Génération, 15x30’, Kuiv Production - La Cinq - INA, 1988.

3  Les titres des émissions successives sont les suivants : « L’engagement », « Les héritiers de Staline », « Le quartier », « Les choses », « La fête cubaine », « La prochine », « Berkeley-Saïgon-Nanterre », « La commune étudiante », « Paroles de mai », « La révolution introuvable », « Mai... Après », « Le torchon brûle », « La tentation terroriste », « Larmes à gauche » et « Vingt ans après ».

4  Nora (Pierre), « La génération », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, vol. ii, Paris, Gallimard, « Quarto », 1997, pp. 2975-3015.

5  Voir Schnapp (Alain) et Vidal-Naquet (Pierre), Journal de la Commune étudiante. Textes et documents. Novembre 1967 - juin 1968, Paris, Seuil, 1988 [1969].

6  Entretien avec Daniel Cohn-Bendit, « Que voulez-vous exactement, Daniel Cohn-Bendit ? », Le Nouvel Observateur, no 182, 8-14 mai 1968, p. 19.

7  Il s’agit des intellectuels omniprésents sur la scène médiatique, à cette époque comme de nos jours, pro-68 pour les uns (Jean-Paul Sartre, André Glucksmann, Françoise Giroud, Serge July, etc.), anti-68 pour les autres (Raymond Aron, Alain Finkielkraut, etc.).

8  Mannheim (Karl), Le Problème des générations, Paris, Nathan, 1990 [1928].

9  Les archives sonores inédites de RTL, « Mai 68 », réalisation RTL : Hervé Béroud, Jean-Yves Hautemulle, Nicolas Aubert, Chantal Gramain, avril 2008.

10  Entretien de Pierre Hahn avec Daniel Cohn-Bendit, Le Magazine littéraire, hors-série no 13 : « Les idées de Mai 68 », avril-mai 2008, p. 42.

11  Entretien de Jean-Paul Sartre avec Daniel Cohn-Bendit, « L’imagination au pouvoir », Le Nouvel Observateur, no 183, 20 mai 1968.

12  Cohn-Bendit (Daniel), discours du 4 mai 1968.

13  Entretien avec Daniel Cohn-Bendit, « Que voulez-vous exactement, Daniel Cohn-Bendit ? », Le Nouvel Observateur, no 182, 8-14 mai 1968, p. 19.

14  Entretien avec Daniel Cohn-Bendit, « Que voulez-vous exactement, Daniel Cohn-Bendit ? », art. cit., pp. 18-19.

15  Entretien de Pierre Hahn avec Daniel Cohn-Bendit, art. cit., p. 23.

16  Les archives sonores inédites de RTL, « Mai 68 », réalisation RTL : Hervé Béroud, Jean-Yves Hautemulle, Nicolas Aubert, Chantal Gramain, avril 2008.

17  Voir les photos en annexe.

18  Pour être complet, il faudrait analyser les figures et antécédents historiques auxquels emprunte cette posture. On pense évidemment à toute la tradition révolutionnaire française, y compris celle des barricades omniprésente tout au long des XIXe et XXe siècles. La couleur rouge, telle qu’elle est mise en avant par les médias, est également signifiante : du port du bonnet rouge en tant que signe d’affranchissement des esclaves dans l’Antiquité au bonnet phrygien, symbole de la Révolution française, le rouge a régulièrement incarné la quête de liberté et de civisme, et plus largement la révolution et la gauche politique. Cette focalisation médiatique signale que la posture élaborée par Cohn-Bendit a fonctionné.

19  Cohn-Bendit (Daniel), Nous l’avons tant aimée, la révolution, Paris, Bernard Barrault, 1986, p. 6.

20  Ibid., p. 6.

21  Ibid., p. 251.

22  Ibid., p. 251.

23  Conférence de Daniel Cohn-Bendit, Montréal, CÉRIUM [Centre d’études et de recherches internationales], 15 mars 2008.

24  Pour faire bonne mesure, il faudrait faire ressortir la singularité de cette posture en l’opposant aux postures concurrentes : d’une part, celles adoptées par les représentants de la bourgeoisie et des élites traditionnelles, qui valorisent l’esprit de sérieux, l’austérité, le goût de l’ordre, etc. ; d’autre part, les postures qui caractérisent les groupuscules d’extrême gauche autant que ceux d’extrême droite, lesquelles reposent sur la violence, la pensée dogmatique et hermétique, le secret, l’organisation militaire, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Sindaco, « Mai 68, les avatars d’une posture générationnelle », COnTEXTES [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 17 janvier 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/4718 ; DOI : 10.4000/contextes.4718

Haut de page

Auteur

Sarah Sindaco

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page