Navigation – Plan du site

Peut-on parler de posture littéraire pour un auteur antique ?

Paul de Tarse, Galien et un auteur anonyme
Claire Clivaz

Entrées d'index

Mots-clés :

Antiquité, Posture
Haut de page

Texte intégral

Un manuscrit, naturellement.

Umberto Eco, Le nom de la rose

Antiquité, auctorialité et catégories

Les postures littéraires et l’auctorialité antique

  • 1  Voir Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l'auteur. Essai, Genève, Sl (...)
  • 2  Voir Clivaz (Claire), « La rumeur, une catégorie pour articuler autoportraits et réceptions de Pau (...)
  • 3  Meizoz (Jérôme), op. cit., resp. p. 27 et p. 22.
  • 4 Ibid., p. 27.
  • 5 Ibid., p. 25.
  • 6 Ibid., p. 45.
  • 7 Ibid., p. 187.

1Cette contribution est la suite d’une réflexion menée en dialogue avec Les postures littéraires de Jérôme Meizoz1, un ouvrage qui m’a conduite à poser la question de la pertinence de ce concept pour les auteurs de l’antiquité, et notamment du Nouveau Testament2. Cette transposition peut sembler d’emblée problématique, car Meizoz estime que c’est « dès les Lumières [que] la posture est la face publique ou le personnage de celui qui se donne comme écrivain » ; elle joue sur l'éthos qui « tient donc à l'image de soi que l'énonciateur impose dans son discours afin d'assurer son impact3 ». Il estime qu'auparavant, à l’âge classique, « l'auteur comme sujet s'efface ou se dissimule derrière l'art poétique officiel, l'imitation des anciens4 ». On retrouve ici le topos d’une poétique antique qui se résumerait essentiellement à une imitatio. L’application du concept de posture littéraire à l’Antiquité semble aussi se heurter au fait qu’on se demande où y trouver la trace des « institutions diverses qui peuvent intervenir dans le projet d'écriture5 », éditeur, imprimeur, typographe, ainsi que les « discours qui s'agrègent ou circulent au sujet [de l’auteur], dans le circuit savant comme dans la presse de boulevard6 », dimensions qui font partie intégrante de l’analyse de la posture. Y a-t-il dès lors comme une impossibilité à penser la posture d’un auteur dans la période antique ? Et serait-ce effectivement la particularité de l’auteur moderne d’avoir conscience d'entrer sous le regard d'autrui, dès ses premières expériences littéraires, « sous divers visages construits à la fois dans le texte et par les conduites de l'auteur sur la scène publique7 » ?

  • 8  Voir Deissmann (Adolf), Paulus: eine kultur- und religionsgeschichtliche Schule, Tübingen, Mohr & (...)
  • 9  Voir Blanton (Ward), Displacing Christian Origins: Philosophy, Secularity, and the New Testament, (...)
  • 10  Voir Cicéron, Ad Atticum XVI,5,5 ; cité par D. Trobisch, Die Paulusbriefe und die Anfänge der chri (...)
  • 11  Voir Diodore de Sicile, Bibliothèque historique 45,8 ; Marc Antoine est cité par Cicéron, De orato (...)
  • 12  Cet épisode est rapporté dans la Lettre à des amis d'Alexandrie d'Origène, transmise par Rufin (Ru (...)
  • 13  Voir Kaestli (Jean-Daniel), Mémoire et pseudépigraphie dans le christianisme de l'âge post-apostol (...)

2La notion d’ « auteur » dans l’Antiquité est d’autant plus délicate à manier qu’elle a souvent fait l’objet dans la modernité d’une superposition de catégories entre auteurs romantiques et auteurs antiques. C’est par exemple ce que fait Heidegger quand il se laisse emporter à parler de l’« esprit paulinien » qu’il décèle dans les écrits de Paul de Tarse, à la suite des travaux de l’exégète Alfred Deissmann8. Reprenant ces deux auteurs, Ward Blanton a montré que l’exégèse des lettres de Paul a largement sollicité la notion moderne d’auteur, en raison de la présence fréquente du « je » d’auteur dans ces lettres9. Il serait toutefois abusif de considérer ce type de lecture uniquement comme la rétroprojection d'une catégorie moderne sur une catégorie antique. En effet, les auteurs antiques ont aussi revendiqué une singularité auctoriale et ont aussi eu conscience « d'entrer sous le regard d'autrui » dans leurs expériences littéraires. Cicéron s'occupe de la publication de ses propres lettres10. L’historien Diodore de Sicile se plaint du piratage de ses livres, l’orateur Marc Antoine de la diffusion de l’un des ses ouvrages à son insu, et Quintilien, ce nom phare de la rhétorique, s’insurge contre la diffusion sous son nom d’un ouvrage qui ne lui appartient pas11. Quant à Origène, auteur chrétien, il s'offusque du fait que le gnostique Candide ait falsifié un de ses textes12. Enfin, la pseudépigraphie, contrairement à l'idée reçue, est loin d'avoir suscité l'indifférence13. Cette brève énumération souligne un fait d’importance : les questions éditoriales et auctoriales comptent dans l’Antiquité, du moins au tournant de notre ère comme le point I.2 le soulignera. On trouve plus d’un témoignage qui attestent que des auteurs avaient conscience d’entrer en écriture « sous le regard d’autrui », par exemple ce passage de Pline le Jeune (ier siècle de notre ère) :

  • 14  Pline le Jeune, Epist. VII,17,7-8 et 13 (trad. A.-M. Guillemin, CUF). Cité par Dorandi (Tiziano), (...)

Aussi ne négligé-je aucun moyen de me corriger, et tout d’abord, en mon particulier, je remanie mon ouvrage : puis je le lis à deux ou trois amis, puis je passe le manuscrit à d’autres pour l’annoter et si les notes me font hésiter, une seconde fois je les pèse avec une ou deux personnes ; en dernier lieu, je lis l’ouvrage devant plusieurs auditeurs et, croyez-moi, c’est le moment où je corrige le plus, car mon application est précisément mis en éveil par mes appréhensions. […] Car ce que dit Cicéron du travail écrit, je le pense de la crainte. La crainte, oui, la crainte, est le plus exigeant des correcteurs. Le fait seul de prévoir que nous donnerons une lecture nous corrige, le fait d’entrer dans la salle de lecture nous corrige, le fait de pâlir d’effroi, de sentir nos cheveux se dresser, de jeter les yeux sur l’auditoire nous corrige14.

  • 15  Voir Dorandi (Tiziano), op. cit., p. 104 et pp. 115-116. Dorandi renvoie à une liste de témoignage (...)
  • 16  Voir Dorandi (Tiziano), op. cit., pp. 104-105.
  • 17  Voir par exemple Boudon-Millot (Véronique) (éd.), Galien. Introduction générale. Sur l’ordre de se (...)
  • 18 Ibid., tome 1, p. 4. Quant à Simon Swain, il considère que Galien restera un cas unique jusqu’aux R (...)
  • 19  Il est d’usage, dans la recherche en sciences bibliques, de ne pas indiquer les titres des livres (...)

3Le moment où Pline le Jeune se lance, après des relectures privées, à lire son œuvre en public, signifie le moment de sa publication. C’est ce que souligne Tiziano Dorandi dans un petit ouvrage consacré à l’auctorialité antique : dans l'Antiquité, la lecture publique d'un texte représente l'instant de sa mise en circulation, de sa mise à disposition dans le domaine public (pros ecdosis15). Alors que les anecdota – le terme à l’origine de notre « anecdote » – sont les ouvrages qui n’ont pas encore été lus en public, et qui n’ont donc pas encore paru et sont « inédits16 ». L’édition antique d’un texte commence à sa première lecture publique, à partir de laquelle un ouvrage est susceptible d’être partiellement « piraté » par des auditeurs en prenant des notes par tachygraphie17, technique antique d’écriture rapide apparentée dans l’esprit à la sténographie. Dans le cadre de cette culture autant orale qu’écrite, la dimension de l’écoute et du dire sur la production d’une œuvre littéraire est donc capitale. Elle m’a conduit à postuler, dans mon étude antérieure, l’importance de la notion de « rumeur » pour mettre en œuvre l’étude de la notion de posture littéraire dans l’Antiquité, en me référant aux lettres de Paul de Tarse. Au point 2, je vais montrer la confirmation de cette hypothèse en lisant Galien, célèbre médecin du deuxième siècle de notre ère, auteur d’une abondante littérature parmi laquelle on trouve deux traités tout à fait originaux par leur thème : Sur l’ordre de ses propres livres ; Sur ses propres livres. Cas unique dans l’Antiquité18, un auteur consacre deux ouvrages au commentaire de ses propres ouvrages. La lecture de ces deux ouvrages de Galien permet en outre d’obtenir des informations importantes sur l’édition dans l’Antiquité. Dans le dernier point, j’aborderai la question de la réception de la posture d’un auteur antique, pour l’œuvre de Galien et pour un texte anonyme, l’Evangile selon Luc19. Auparavant, je conclurai ce premier point en m’arrêtant à la question des catégories et à l’impression de « mêmeté » que nous pouvons avoir ou non entre les catégories d’auteur antique et auteur moderne.

De la transposition des catégories : le tournant de l’époque impériale dans la conception antique de l’auctorialité

  • 20  Clivaz (Claire), L’ange et la sueur de sang (Lc 22,43-44) ou comment on pourrait bien encore écrir (...)
  • 21  Voir Rohde (Erwin), op. cit., par exemple p. 522.
  • 22  Cette classification a notamment retardé jusqu’en 1995 la publication du récit de Chariton, Chairé (...)
  • 23  Bakhtine (Mikhail), Esthétique du roman, traduit du russe par Daria Olivier, Paris, Gallimard, 198 (...)
  • 24  Canvat (Karl), Enseigner la littérature par les genres. Pour une approche théorique et didactique (...)
  • 25  Ibid., p. 213.

4Dans l’étude des textes antiques, est-il possible d’utiliser des catégories modernes ou contemporaines, sans perdre de vue les innombrables discontinuités qui ont traversé deux millénaires d’épistémologie occidentale ? C’est à cette réflexion fondamentale que renvoie la tentative de transposer les « postures littéraires » à Paul de Tarse ou à Galien. Dans L’ange et la sueur de sang20,j’ai abordé une question similaire, celle de la transposition antique de la catégorie moderne du « roman », que je résume ici. Bakhtine a souligné de manière tout à fait judicieuse qu’on ne peut en fait pas parler de « roman » dans l’Antiquité, contrairement à ce qu’avait proposé Edwin Rohde en 187621, une proposition largement validée jusqu’à aujourd’hui22. Premièrement, selon Bakhtine, la culture antique, même si elle a connu le plurilinguisme et des temps de rencontres culturelles, n'a jamais fait un projet littéraire de cette mixité. Dans l'Antiquité, « l'art créateur se réalisait dans les langues pures, fermées sur elles-mêmes (fussent-elles, en fait, hybrides)23 ». Deuxièmement, la culture antique a gardé le fondement de l'épopée, d'Homère à Virgile, ce fondement de la légende nationale qui surplombe la culture. Le terme français « roman » n’apparaît quant à lui qu’au xvie siècle et désigne alors tout ce qui est rédigé en langue vernaculaire, à l'exception de la chanson de geste, cette héritière de l'épopée24. « L'évolution de la chanson de geste (de l'épopée) au roman résulterait d'une crise dans l'histoire des sociétés européennes : le passage d'un monde clos à un monde ouvert à la pluralité des langues et des cultures25 », comme le dit Canvat à la suite de Bakhtine.

  • 26  Je reprends ici l’analyse de Montes Cala pour ces textes qu’on a tenté de baptiser « romans » dans (...)
  • 27  Voir Clivaz (Claire), op. cit., p. 27.

5Le roman absorbe l'épopée et il y a donc contradiction à vouloir imaginer la coexistence de la prose épique et du « roman », selon la définition moderne de ce genre. Parler de «roman antique», c’est passer allègrement par-dessus ces profondes ruptures qui ont eu lieu dans l’épistémologie occidentale. Toutefois, si Rohde parvient à cette rétroprojection de genre littéraire, c’est parce que certains éléments lui donnent une impression de mêmeté entre des récits antiques de « prose à visée encyclopédique26 » et les romans modernes. S’aventurer à utiliser une catégorie moderne ou contemporaine pour rendre compte des textes antiques demande donc à la fois de considérer les discontinuités épistémologiques qui les séparent, mais aussi d’expliciter les raisons qui permettent de les rapprocher27. Pour évaluer ce qui lie et délie l’auctorialité des « postures littéraires » et l’auctorialité antique, on peut s’appuyer sur un extrait d’une longue période de deux pages où Jacques Derrida aborde la notion d’auteur, en fonction d’un lien de filiation tourmenté qu’il concède entre « histoire sainte » et « littérature » :

  • 28  Derrida (Jacques), Donner la mort, Paris, Galilée, 1999, pp. 207-208. C’est ce qu’exprimait déjà, (...)

Attendu que la littérature (au sens strict de l’institution occidentale moderne), implique en principe le droit de tout dire et de tout cacher, en quoi elle est inséparable d’une démocratie à venir ; attendu que la structure supposée fictive de toute œuvre exonère le signataire quant à la responsabilité, devant la loi politique ou civique, du sens et du référent […] ; attendu que ce droit littéraire à la fiction suppose une histoire qui institue une autorisation (le statut d’un auteur irresponsable et hyperresponsable) à la décision performative de produire des événements […] ; alors la littérature hérite, certes, d’une histoire sainte dont le moment abrahamique reste le secret essentiel […], mais elle renie aussi cette histoire, cette appartenance, cet héritage28

  • 29  König (Jason), « Conventions of Prefatory Self-Presentation in Galen’s On the Order of My Own Book (...)
  • 30  Voir Barton (Tamsyn), Power and Knowledge : Astrology, Physiognomics, and Medicine Under the Roman (...)
  • 31  König (Jason), op. cit., p. 39.

6Selon Derrida, la notion d’auctor – selon son étymologie, celui qui autorise ou qui donne autorité à – rappelle que l’auteur de la littérature moderne est à la fois « irresponsable et hyperresponsable », parce qu’il se donne et/ou croit se donner la permission de « tout dire et de tout cacher ». La notion de posture littéraire d’un auteur me semble finement souligner les mécanismes et modes qui président à ce moment où l’auctor pense être entrain d’exercer son autorité sur le tout dire et le tout cacher. Les liens à l’institutionnel, à l’éditorial, au public reprennent leur droit de cité au sein d’une analyse littéraire qui a tant cru au génie implicite de l’auteur. Cette synergie entre singularité auctoriale et conditions cadre de l’écriture peut également être mise en évidence au début de notre ère, comme le soulignent de récentes études. En effet, comme l’explique Jason König, on assiste à l’époque impériale « à un véritable tournant dans la conception de l’auctorialité, vers l’idée que réarranger et réactiver la connaissance accumulée du passé pourrait être un acte majeur de créativité auctoriale29 ». La compilation de la connaissance propre aux auteurs de cette époque – Barton parle de la « polymathie » qui sert à établir le statut d’auteur chez Galien et ses contemporains30 – renvoie selon König à « l’idéal d’une unité culturelle et géographique, ou d’une cohérence administrative qui est, de manière au moins obvie, lié à la politique romaine et à sa domination territoriale »31.

  • 32  Voir Clivaz (Claire), op. cit., pp. 62-64 et 112-114.
  • 33  Voir Bowersock (Glen), Le mentir-vrai dans l’Antiquité. La littérature païenne et les évangiles, D (...)
  • 34  Voir Eco (Umberto), « Interprétation et histoire », dans Interprétation et surinterprétation, Coll (...)
  • 35  Voir Hartog (François) & Casevitz (Michel), L'histoire d'Homère à Augustin : préfaces des historie (...)
  • 36  Voir Veyne (Paul), Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, Seuil, « L’univers é (...)

7Ces observations sur l’émergence d’une figure particulière de l’auctorialité dans le cadre du système politico-culturel impérial, rejoignent les analyses faites par Glen Bowersock et Umberto Eco sur le tournant épistémologique important qui se fait en occident pendant la Seconde Sophistique. Comme je l’ai souligné ailleurs32, Bowersock a montré que la frontière entre fiction et réalité s’affaiblit dans la littérature de la période impériale33. Quant à Eco, il a judicieusement mis en parallèle l’affaiblissement de cette frontière et l’apparente stabilité mondiale, telle que ressentie au iie siècle ; selon lui, un phénomène similaire advient dans le dernier tiers du xxe siècle34. En effet, dans ces deux moments de l’histoire occidentale, les marques des genres littéraires s’estompent, de même que leur assise institutionnelle et culturelle. Ce déplacement des limites pousse par exemple Lucien de Samosate à écrire au iie siècle un petit traité, Comment il faut écrire l’histoire : alors même que l’écriture de l’histoire dans l’Antiquité n’a jamais eu de garant institutionnel35, un certain accord tacite encadrait le mode d’écriture, jusqu’à ce que le mélange des cultures et la Pax Romana, caractéristiques de la Seconde Sophistique, remettent en cause les évidences. Il devient alors nécessaire d’expliciter l’implicite, et de se prononcer sur l’écriture même de l’histoire, ce que fera également un Paul Veyne dans le dernier tiers du xxe siècle36.

  • 37  Voir Dorandi (Tiziano), op. cit., p. 82.
  • 38  Voir ibid., p. 86 et p. 118.
  • 39  Pour différentes évalutations des étapes-clé de cette période, voir par exemple Viala (Alain), Nai (...)
  • 40  Ce sujet fait actuellement l’objet d’une recherche de Jérôme Meizoz et Claire Clivaz, en collabora (...)

8A mon sens, c’est bien ce contexte littéraire, politique et culturel particulier de la Seconde Sophistique qui permet de comprendre le geste de métacritique auctoriale de Galien, dans ses deux traités Sur l’ordre de ses propres livres et Sur ses propres livres. Ces traités sont donc plus à considérer comme un moment de cristallisation dans l’évolution de l’auctorialité à l’époque impériale, que comme un épiphénomène accidentel, sous le stylet d’un écrivain trop préoccupé de ses œuvres. Le premier signe avant-coureur de cette évolution auctoriale est repéré par Tiziano Dorandi chez Apollonios de Pergé (iiie-iie siècle avant notre ère). C’est là qu’apparaît en effet la première attestation de la réécriture d’un ouvrage par son auteur, qui le corrige, l’amende, en fonction de la réaction d’amis proches37. La rédaction d’écrits non destinés à la publication ne date pas d’avant l’époque hellénistique, et l’activité éditoriale – telle celle d’Atticus pour son ami Cicéron – ne se met en place qu’aux premiers siècles de l’empire38. Cette activité qui s’intensifie souligne de plus en plus l’importance du public, des lecteurs, et leur influence – via la rumeur notamment – sur l’écriture même des auteurs du début de notre ère. C’est ce phénomène culturel qui permet l’utilisation de la catégorie contemporaine des « postures littéraires » pour analyser l’écriture tant de Paul de Tarse que du médecin Galien. Mais la discontinuité est bien sûr aussi au rendez-vous dans cette comparaison : les « postures littéraires » ont été pensées dans le contexte du champ littéraire moderne, tel que défini par le statut juridique accordé progressivement à l’auteur du xviie au xixe siècle39. Ce statut juridique est toutefois aujourd’hui profondément remis en question par l’émergence du support d’écriture numérique : ce thème dépasse largement le cadre de cet article, mais ce déplacement contemporain est ce qui permet sans doute de percevoir les éléments de la théorie des postures littéraires qui sont repérables en-dehors du champ littéraire moderne40.

La rumeur, créatrice de postures d’auteurs : de Paul de Tarse à Galien

  • 41  Voir notamment 1 Th 4,9 ; 5,9 ; 5,27 ; 1 Co 4,14 ; 9,14-15 ; 16,21 ; 2 Co 1,12 ; 2,4.8 ; 3,1-4 ; 7 (...)
  • 42  Tacite raconte que Néron torture pour apaiser des rumeurs (voir Tacite, Annales xv,44,3-4).
  • 43  Voir Clivaz (Claire), op. cit., pp. 248-251.
  • 44  Voir Kapferer (Jean-Noël), Rumeurs : Le plus vieux média du monde, Paris, Seuil, 19922, p. 53 : «  (...)

9Les lettres de Paul de Tarse sont des lettres privées devenues peu à peu littérature chrétienne. Elles signalent que leur auteur a déjà tout à fait conscience de son statut d'écrivain et de sa renommée dans le microcosme social du christianisme naissant : demandant expressément à faire lire ses lettres (1 Th 5,27), Paul montre à de multiples reprises qu'il compte et joue avec son rôle d'écrivain41 et l'écho qu'il en perçoit. Il sait que ses lettres peuvent attrister (2 Co 2,4), faire honte (1 Co 4,14), ou mettre à l'épreuve (2 Co 2,8). Cette correspondance à sens unique – nous n’avons aucune lettre adressée à Paul – montre que son auctorialité est pragmatiquement plurielle : l’apôtre dictait ses lettres, comme en témoignent ses signatures annoncées comme autographes (1 Co 16,11 ; Ga 6,14 ; Phm 9), et peut-être même les laissait-il en partie co-rédiger, comme le fait penser la prise de parole du secrétaire Tertius en Rm 16,22 : « Je vous salue, moi Tertius, qui ai écrit cette lettre, dans le Seigneur ». Dans mon étude précédente, en utilisant la notion de rumeur très importante dans l’Antiquité42, j’ai montré que Paul adoptait deux positions littéraires successives, qui s’enchaînent l’une à l’autre au gré de la modification des circonstances de son existence : le « père absent », puis le « prisonnier divin43 ». Toutes les deux se construisent autour et en réponse à l’image de Paul dans le regard des autres, véhiculée notamment par la rumeur. Comme l’a formulé le sociologue Jean-Noël Kapferer, la rumeur est le « plus vieux média du monde », et garantit par son existence même une communication libre44.

  • 45  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. lxv et p. 3. Cette auteure estime que G (...)
  • 46  Voir ibid., pp. 33-34. Auparavant, voir pour Sur l’ordre de ses propres livres, Kühn (Charles Gott (...)
  • 47  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. 18.
  • 48  Voir notamment Nutton (Vivian), « Galen and Medical Autobiography », Proceedings of the Cambridge (...)
  • 49  Boudon-Millot (Véronique), « Galien par lui-même : les traités bio-bibliographiques (« De ordine l (...)
  • 50  Swain (Simon), op. cit., p. 396.

10Poursuivant l’enquête sur les postures littéraires dans l’Antiquité, j’ai pu voir se confirmer chez Galien l’importance de la rumeur comme facteur d’influence dans la constitution de la posture d’un auteur antique. La rumeur conduit en effet le médecin de Pergame à adopter dans ses deux traités Sur l’ordre de ses propres livres et Sur ses propres livres une posture littéraire que je nommerai celle de l’ « auteur malgré lui ». Il s’agit d’une posture littéraire rétrospective et récapitulative, car Galien est déjà âgé au moment de la rédaction de ces deux textes45, et entend porter un regard sur l’ensemble de son œuvre, comme je vais le développer. La découverte récente d’un manuscrit grec et la mise à disposition d’un manuscrit arabe iranien auparavant inaccessible, ont permis à Véronique Boudon-Millot de publier en 2007 une version pratiquement complète de ces deux textes46. Dans le premier traité, Galien indique dans quel ordre il convient de parcourir ses ouvrages. Dans le second, il entend expliquer les circonstances qui l’ont poussé malgré lui à passer des ouvrages non publiés – les anecdotes – à la publication d’ouvrages, puis à un incessant travail rédactionnel ; il lie la rédaction de chaque ouvrage à une période précise ou à une expérience personnelle liée à sa biographie47. Une abondante littérature secondaire a commenté l’attrait de Galien pour l’autobiographie48, mais parmi ces travaux, Véronique Boudon-Millot s’est distinguée en soulignant résolument la manière dont Galien lie son autobiographie et sa bibliographie. Selon elle, « on n’hésitera pas au sujet de ces deux opuscules à parler de traités bio-bibliographiques. Ce fait, maintes fois constaté, n’a cependant jamais été véritablement étudié. Il convient donc d’examiner d’un peu plus près le lien aussi étroit que subtil tressé par Galien entre la vie et l’œuvre49 ». Simon Swain reprend ce motif de la « bio-bibliographie » pour dire que « Galien a introduit une nouvelle sorte d’autobiographie pour l’intellectuel professionnel »50. La présente étude rend hommage à ce que Boudon-Millot a éclairé de manière convaincante chez Galien, tout en prolongeant cette analyse par l’usage de la notion de posture littéraire.

  • 51  Voir Garofalo (Ivan) – Debru Lieu (Armelle) (éd.), Galien. L'anatomie des nerfs ; L'anatomie des v (...)
  • 52  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. XCI.
  • 53  Voir ibid., p. xcii. Etonnamment, Boudon-Millot affirme plus loin que cette édition comporte 16 00 (...)
  • 54  Athénée, Les Deipnosophistes I,1e, édité par Alexandre-Marie Desrousseaux, Paris, CUF, 1956, p. 3 (...)
  • 55  Voir Alexandre d’Aphrodise, Commentaire aux Topiques d’Aristote 8,5.

11En remarque préliminaire, je soulignerai encore que l’œuvre de Galien est à l’honneur en ce début de xxie siècle avec la parution récente d’autres éditions : L'anatomie des nerfs ; L'anatomie des veines et des artères (2008) ; Le médecin : introduction (2009) ; et un traité qu’on croyait perdu : Ne pas se chagriner (2010)51. Pour lire Galien, il convient de prendre la mesure de son œuvre, dont « nul ne peut prétendre avoir fait la liste des œuvres », et dont il nous est resté plus de 150 traités52. Ils constituent plus de 20 000 pages dans l’édition de référence de Charles Gottlieb Kühn, parue à Leipzig entre 1821 et 183353. Pour confirmer cette impression d’un auteur extrêmement fécond, nous possédons un ancien testimonium sur la vie de Galien, rédigé peut-être encore de son vivant, dans les Deipnosophistes d’Athénée (vers 210 de notre ère). Ce passage mentionne « Galien de Pergame qui a publié assez d’ouvrages tant de philosophie que de médecine pour surpasser tous ses devanciers et qui, dans le domaine du commentaire, ne s’est montré inférieur à aucun des Anciens54 ». Comme on le voit, aborder Galien, c’est se confronter d’entrée à une production impressionnante et à une célébrité d’auteur qui le fait comparer, par son contemporain Alexandre d’Aphrodise, à Platon et Aristote55. De cette abondante production, nous verrons qu’elle est à la fois comme le signe distinctif et le talon d’Achille d’une posture littéraire construite.

  • 56  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. 9.
  • 57  Voir Bompaire (Jacques), op. cit.
  • 58  Voir Galien, Sur ses propres livres xv,5.
  • 59  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. IX.
  • 60  Voir ibid., p. ix.
  • 61  Voir par exemple ibid., p. 11.
  • 62  Voir notamment Galien, Sur l’ordre de ses propres livres I,1-12 et Sur ses propres livres prol. 1- (...)
  • 63  König (Jason), op. cit., p. 58.
  • 64  Ibid., p. 57.

12Galien écrit dans une ambiance de rivalité folle entre diverses écoles – littéralement hérésies – concurrentes56. Dans ce contexte, il va largement utiliser les anecdotes autobiographiques, qui lui donnent une place de choix dans l’histoire de l’émergence de l’autobiographie57. Il en parsème plusieurs écrits et consacre au récit de sa vie un traité, le Sur la calomnie, aujourd’hui perdu58. Véronique Boudon-Millot signale que, dans le contexte où Galien écrit, ces anecdotes autobiographiques ont un « statut particulier et ne sont jamais neutres », mais sont des « discours conquérants destinés par son auteur à constituer le fer de lance d’une vaste entreprise d’intimidation à l’encontre de ses principaux collègues et adversaires59 ». Il convient en conséquence de rester prudent face à ces confidences de Galien par lui-même, avertit-elle encore au début de son introduction générale60. Toutefois, dans son analyse des deux traités, Boudon-Millot laisse parfois de côté cet avertissement avisé, pour faire confiance à la rhétorique générale déployée par Galien61 : il aurait été contraint à se mettre à écrire en vue d’une large publication, car certaines de ses œuvres ont été diffusées – voire remaniées et piratées – à son insu ; il ne serait donc rien d’autre qu’un auteur devenu un auteur public et à succès malgré lui. Cet argument court dans les deux traités62. Jason König se montre quant à lui particulièrement prompt à donner crédit aux nobles intentions de Galien. Il conclut son étude des deux traités en soulignant que Galien n’y cède pas à la tentation d’écrire par obligation personnelle ou pour gagner les faveurs du public63, mais bien à cause du désespoir qu’il éprouve devant l’état dégénéré de la société qui ne comprend pas son œuvre64.

  • 65  Boudon-Millot (Véronique), « Galien par lui-même » op. cit., p. 132.

13La rhétorique de Galien serait-elle donc si efficace qu’on puisse y céder sans discerner le jeu qui s’établit dans la construction de sa posture littéraire ? Dans un article antérieur, Boudon-Millot avait mieux gardé distance face à cette rhétorique, en en faisant un résumé très proche de la perception d’une posture littéraire : « Galien se veut à lui-même son propre biographe et son propre commentateur, les données de l’autobiographie fournissant les clés pour accéder à la logique et à la cohérence de l’œuvre. Pas de meilleure façon en effet de contrôler son image que de la forger soi-même65 ». Autrement dit, la posture littéraire serait ici une manière de chercher à maîtriser le devenir de la figure de l’auteur. Entre adhésion enthousiaste à la rhétorique de Galien (Swain) ou partielle (Boudon-Millot), y a-t-il finalement moyen d’objectiver l’effet de contrôle inhérent à une posture ? Il me semble qu’on peut l’objectiver en observant la manière dont la posture a réussi ou non à maîtriser la figure de l’auteur dans la réception. Commençons par parcourir les textes de Galien, avant d’en constater les effets sur les générations suivantes au point 3.1.

  • 66  Galien, Sur l’ordre de ses propres livres I,5-6, (p. 89 dans l’édition de Véronique Boudon-Millot) (...)
  • 67  Voir Galien, Sur l’ordre de ses propres livres i,11.
  • 68  Voir ibid. i,6 : Sur la meilleure école est un ouvrage qui, pour Galien, ne ressemble pas « à ce q (...)
  • 69  Galien, Sur ses propres livres prol. 2-3 (p. 134 dans l’édition de Véronique Boudon-Millot).

14Dans L’ordre des livres, Galien explique : « Jamais encore je n’avais aspiré à ce qu’aucun de mes travaux ne fût diffusé dans le public. Mais puisqu’ils se trouvèrent malgré moi circuler entre de nombreuses mains […], je fus cependant contraint pour les raisons que j’ai dites à écrire encore un livre Sur la meilleure école66. » Il le répète plus loin : la diffusion incontrôlée de ses écrits le contraint à écrire ce traité supplémentaire qu’il considère comme la clé d’entrée dans la lecture de son œuvre, le premier à lire dans « l’ordre » de ses propres livres67. Autrement dit, au moment où Galien veut désigner ce qu’il estime comme la porte d’entrée et l’explication par excellence de sa pensée68, il se déclare contraint de l’avoir écrit, illustrant cette position de l’ « auteur malgré lui ». Elle est représentée de manière emblématique par l’anecdote d’un incident qui se déroule dans le Sandaliarium, le quartier des librairies à Rome. Galien voit un acheteur se faire proposer un livre mis sous son nom, mais qui n’est pas de lui ; parce que l’acheteur est « amoureux des lettres », il reconnaît que le style de l’œuvre n’est pas celui de Galien : « Et à peine [l’acheteur] en eut-il lu les deux premières lignes qu’il rejeta aussitôt l’écrit en question se contentant d’ajouter ces mots : “Ce n’est pas là le style de Galien et le titre que porte ce livre est un faux.” Celui qui prononça ces mots avait sans doute reçu une éducation de premier rang », conclut l’auteur69

  • 70  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. 178, note 3.
  • 71  Ibid., p. 25.
  • 72  Voir Galien, Sur l’ordre de ses propres livres I,5.

15On le sait, le plagiat était devenu quasi un sport national à Rome à cette époque70, mais comme on le voit, Galien profite de cette anecdote – qui se déroule à un moment charnière de son parcours d’auteur – pour signaler que son style est déjà bien connu de ceux qu’il estime avoir reçu une « éducation de premier rang ». Cette indication nous met sur la problématique qui, à mon sens, se tient réellement en amont de la posture de l’ « auteur malgré lui » qu’adopte Galien dans la relecture de son parcours, par-delà le fait anecdotique – et sans doute avéré – qu’un certain nombre de ses textes ont échappé rapidement à sa maîtrise auctoriale. Le point qui trouble en profondeur Galien est la « lecture erronée et la mauvaise interprétation dont furent victimes ses premiers écrits71 », selon lui, car on n’a pas compris qu’il avait voulu s’adresser à un public d’ « ignorants72 » dans ses premiers ouvrages :

  • 73  Galien, Sur ses propres livres prol. 9-10 (p. 136 dans l’édition de Véronique Boudon-Millot).

[Mes premiers] écrits, comme je l’ai dit, ayant été composés non pour la publication, mais en fonction de la compétence et de l’usage qu’en avaient ceux qui me les avaient demandés, il est bien naturel que certains points aient été développés, d’autres condensés, et que l’explication, tout comme l’enseignement des principes lui-même, ou bien revêtît une forme achevée, ou bien laissât à désirer. Il est, de fait, parfaitement clair que ce que j’ai écrit pour les débutants n’atteint, en matière d’enseignement, ni le dernier degré d’achèvement, ni une rigoureuse exactitude73.

  • 74  Voir ibid. I,15. Galien revient encore cinq autres fois dans ce qui nous reste de son œuvre sur ce (...)
  • 75  Galien, Sur ses propres livres iii,12.
  • 76  Voir ibid. iii,15.

16Autrement dit, Galien estime que les premiers ouvrages de sa main, qui sur certains points « laissaient à désirer » et étaient « inachevés », ont été publiés indûment. En amont de ce constat, la rumeur : on a visiblement dit des premiers textes de Galien qu’ils étaient inachevés, fruits du « logiatre », selon le surnom que Galien dit avoir reçu, car il aurait été par trop enclin aux beaux discours74. Ce poids de la rumeur, Galien le verbalise dans Ses propres livres III,12-16. Les livres parvenus entre les mains du « grand nombre » suscitent une « rumeur malveillante » (moktèra phèmè), qui raconte que Galien avait « fait état dans [s]es écrits de nombreux faits qui n’étaient absolument pas observables lors de séances d’anatomie75 ». Tout en disant ne prêter aucunement attention à ces rumeurs, Galien finit par se lancer dans plusieurs jours de séances publiques de confirmation de ses démonstrations, poussé par ses amis, dit-il76. De fait, on constate qu’il se montre sensible, voire chatouilleux, à la rumeur, diffuse mais bien réelle.

  • 77  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. 24.
  • 78  Voir par exemple Galien, Commentaire au livre VIe des Epidémies d’Hippocrate 207,27-208,4. Dorandi (...)
  • 79  Dorandi (Tiziano), op. cit., p. 81. Voir aussi pour l’écart existant entre Hippocrate et la lectur (...)

17Il faut en conséquence oser une question : Galien a-t-il réellement écrit une première série d’ouvrages « propédeutiques », et donc inachevés et simplificateurs, ou est-ce de la récupération a posteriori en vue de l’établissement de sa posture de l’ « auteur malgré lui » ? Deux faits invitent à se poser la question. D’une part, Véronique Boudon-Millot estime que Galien « crée un nouveau genre littéraire, celui des écrits “aux débutants” (toïs eïsagomenoïs)77 ». S’il est à ce point nouveau d’écrire « pour les débutants », on peut se demander si cette catégorisation n’est pas en dernier lieu portée par un besoin d’auto-justification posturale de Galien. D’autre part, Galien va tellement marteler l’idée qu’il est possible d’écrire des livres qui ne sont que des ébauches, qu’il va s’appliquer à vouloir retrouver un tel genre littéraire chez Hippocrate lui-même. Il considère que le célèbre médecin a rédigé certains traités qui ne seraient « qu’ébauches pour lui-même78 », ce qui du coup mettrait Galien à l’abri de tout soupçon quant au côté inachevé de ses propres premiers écrits. Or Tiziano Dorandi souligne que cette pratique de l’ouvrage « ébauche pour soi-même » est postérieure à Hippocrate. Il estime qu’elle « est empruntée par Galien à l’usage courant en son temps, sinon à ses propres habitudes79 ». Autrement dit, Galien rétroprojette chez le célèbre médecin ce qu’il présente comme sa propre manière d’écrire dans ses premiers traités : le voici légitimé dans l’écriture de ces « ébauches ».

  • 80  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. xcii.
  • 81  Voir ibid., pp. xciii-xciv.
  • 82 Blanton (Ward), op. cit., p. 127 : « The place of (a) Tertius in the biblical legacy remains to be (...)

18Un dernier fait permet de vérifier, par l’entrée de la question éditoriale, que Galien a pour le moins connu différentes étapes dans sa carrière d’auteur. En effet, la surabondante production qui est liée à son nom pose des questions pragmatiques très concrètes : « d’un point de vue strictement matériel, la rédaction des milliers de pages produites par Galien suppose une disponibilité à laquelle un médecin célèbre et sans cesse sollicité par ses malades ou par ses détracteurs ne pouvait toujours prétendre80 », signale Boudon-Millot. Elle précise que même si Galien se présente comme un travailleur infatigable, on ne peut pas l’imaginer nuit et jour armé d’un stylet… Il faut sans doute supposer que, comme d’autres prosateurs latins et grecs, il a passablement utilisé la technique de la dictée tachygraphique à des esclaves, chargés de terminer et mettre en forme la rédaction, sans toutefois qu’on ait de preuves que Galien y aurait eu fréquemment recours81. Des questions supplémentaires s’ouvrent ici qui resteront en suspens, faute de documentation: jusqu’à quel point Galien a-t-il lui-même autant produit ? Jusqu’à quel point faut-il le concevoir comme à la tête d’une équipe éditoriale ? On n’a pratiquement aucun témoignage antique sur les « secrétaires », souvent des esclaves, et leur implication réelle dans la rédaction d’œuvres. Mais on sait que la question se pose, comme à propos de Tertius, secrétaire de Paul mentionné en Rm 16,22 : « la place de/d'un Tertius dans l'héritage biblique reste à déterminer […], et promet un retour d'investissement dans l'analyse subséquente de l'entrelacement antique (et moderne) de la religion et des techniques d'écriture de toutes sortes », souligne Ward Blanton82.

  • 83  Voir Galien, Sur l’ordre de ses propres livres V, 2-4.

19Comme on le voit, l’auctorialité antique se révèle être bien plus complexe et diversifiée qu’une simple technique d’imitatio. En ce qui concerne Galien, je serais tentée de conclure – du moins provisoirement – qu’il a en grande partie construit sa posture littéraire d’ « auteur malgré lui » pour intégrer un tournant dans son écriture et son œuvre, entre une période où le jeune médecin porté aux beaux discours (ce « logiatre » !) ne se préoccupait pas excessivement de la trace écrite qu’il laissait, parfois approximative, et une seconde période où il passe au stade d’auteur à succès, recherché et reconnu. Il a visiblement dû décider à un moment de se donner les moyens d’assurer un certain standing de production littéraire, et mettre sur pied une équipe éditoriale efficace. Qui sait s’il n’a pas, en chemin, rencontré le stylet habile d’un secrétaire esclave l’aidant à parachever ses écrits de sorte à contrer la rumeur. Il lui restait alors à justifier le style des premiers ouvrages, ainsi que des habitudes de langage83, ce qu’il fait dans les deux traités que j’ai abordé dans ce deuxième point. Si ce scénario reste de l’ordre l’hypothèse historique et littéraire, on peut par contre voir de quelle manière Galien a souhaité avoir une maîtrise et une emprise sur son lectorat. Mais finalement Galien a-t-il réussi ou non à établir une posture qui maîtrise par anticipation la perception de sa figure d’auteur ? De fait la réception de Galien montre que la posture littéraire de l’« auteur malgré lui », n’a au bout du compte que peu réussi à maîtriser le devenir de sa figure. Autrement dit, la posture auctoriale court toujours le risque de se heurter à la résistance et à la diversité des lecteurs.

La posture au risque des lecteurs : de Galien à l’Evangile selon Luc, en passant par Umberto Eco

Quand l’auteur voudrait tellement « atteindre l’ensemble de ses lecteurs »

  • 84  Ibid. III,24 (pp. 96-97 dans l’édition de Véronique Boudon-Millot).
  • 85  Platon, Phèdre 275e (p. 180 dans la traduction de Luc Brisson, Platon. Phèdre. Suivi de La Pharmac (...)
  • 86  Ibid. 276a (p. 181 dans la traduction de Luc Brisson, op. cit.).

20Galien l’affirme : il va prouver à ses lecteurs que tous ses livres sont « pleinement cohérents entre eux », mais il a aussi conscience qu’ « il est différent de chercher à atteindre l’ensemble des futurs lecteurs ou de s’adresser seulement à des lecteurs exercés qui les ont reçus de moi84 ». Il y a presque un côté touchant à voir ainsi rédigé le souhait démesuré d’un auteur à vouloir guider la lecture de ses œuvres. En filigrane, on entend toutefois aussi l’aveu de l’impossibilité d’une telle maîtrise, par la différence que Galien pose entre les lecteurs qui l’ont entendu et connu, et les autres. Ce jeu entre texte écrit et oralité rappelle la célèbre affirmation platonicienne de la supériorité du lecteur sur le texte en matière d’interprétation, puisque les lecteurs qui l’auront entendu en personne seront eux, seuls, des « lecteurs exercés ». En effet, Platon privilégie le rôle du lecteur face au texte écrit, qui « va rouler de droite et de gauche […] car il n'est pas capable ni de se défendre, ni de se tirer d'affaire tout seul85 », et considère comme supérieur au texte écrit le discours « qui, transmettant un savoir, s'écrit dans l'âme de l'homme qui apprend86 ». Que l’Antiquité considère qu’un « guide » soit nécessaire à la lecture transparaît y compris dans le récit de la rencontre entre Philippe et l’Eunuque dans les Actes des apôtres 8,30-31 : « [Philippe lui dit :] “Comprends-tu ce que tu lis ?” [L’eunuque] répondit : “Comment le pourrais-je, si je n’ai pas de guide ?” ». En outre, dans le Théétète 175d, Platon affirme même la répartition du lectorat en deux catégories différentes : l'homme libre qui peut être appelé « philosophe », et le groupe où cohabitent les femmes, les non instruits (apaïdeutoï) et les esclaves. La culture occidentale académique ne fera rien d’autre que continuer à affirmer la supériorité de ce lecteur formé sur les autres.

  • 87  Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. xcix.

21De fait, l’histoire de la réception démontre que Galien n’a pas réussi à « atteindre l’ensemble des futurs lecteurs », en leur imposant notamment son ordre de lecture, malgré la rédaction de ses deux traités, plutôt peu conservés. La rhétorique de la posture de l’ « auteur malgré lui » n’a guère atteint sa cible, car « les choix éditoriaux faits par Galien de son vivant n’ont […] pas sensiblement influencé la diffusion et la transmission de ses traités87 », et c’est même plutôt l’inverse qui s’est produit : les ouvrages que Galien estimait être inachevés sont ceux qui ont connu la plus large diffusion. Boudon-Millot fait la remarque suivante :

  • 88 Ibid., p. C.

Il est encore possible de lire la grande majorité des commentaires que Galien promettait à une diffusion restreinte, alors que quatre sur neuf des commentaires destinés au grand public sont aujourd’hui presque entièrement perdus en grec. Il est certain que la dimension des ouvrages, leur degré de difficulté, leur aptitude ou non à servir de base ou non à un enseignement médical, ont constitué des facteurs décisifs en faveur de la diffusion et de la transmission de ces différents traités88.

  • 89  Voir ibid., pp. cxv-cxvi ; pour la liste des œuvres de Galien retenues dans ce canon, voir ibid., (...)
  • 90  Voir Petit Lieu (Caroline) (éd.), op. cit., p. xlvii-xlix. L’éditrice estime « tentante » l’identi (...)
  • 91  Pour un développerment de la triade des cultures auctoriale/scribale/lectoriale, voir Clivaz (Clai (...)

22A tel point qu’à Alexandrie, on se mettra à enseigner Galien selon un « canon » d’œuvres soigneusement regroupées89. Autrement dit, ce n’est pas Galien l’ « auteur malgré lui » qui connaîtra le succès – pour autant qu’on puisse en juger selon les traces historiques échappées à l’oubli des siècles –, mais plutôt Galien l’auteur des débuts, avec ses œuvres aux passages parfois condensés ou inachevés. Comble de l’échec de la posture qui voulait maîtriser la figure, l’ouvrage que Galien se désolait précisément de voir vendu indûment sous son nom dans l’anecdote du Sandaliarium figure aujourd’hui dans la série de ses œuvres aux Belles-Lettres, sous le titre Le médecin : introduction, quand bien même l’introduction de l’édition le présente comme pseudépigraphe90. On a là deux exemples d’ironie du lectorat, ou – en d’autres termes – deux exemples de l’emprise de la culture scribale/lectoriale sur la culture auctoriale91. J’évoquerai cette problématique pour conclure avec l’exemple du texte anonyme de l’Evangile selon Luc.

La culture auctoriale au risque de la culture scribale et lectoriale : de la crise d’autorité de l’auctor

  • 92  Mühlethalter (Jean-Claude), « Eloge de la variante : la clôture du Testament de Villon », dans Qua (...)
  • 93  Ibid., p. 437.

23A la suite de l’Eloge de la variante de Bernard Cerquiglini, le médiéviste Jean-Claude Mühlethaler souligne qu’ « un texte qui ne se prête pas à une lecture chaque fois renouvelée perdra vite tout intérêt et ne traversera pas les siècles92 ». Se tourner vers le lecteur, toujours selon les termes de Mühlethaler, c’est valoriser la « culture scribale » qui l’emporte contre la culture « auctoriale », dans bien des cas jusqu’au xve siècle93. Tant que durera le règne du manuscrit se tient entre la culture auctoriale et la culture lectoriale, la culture scribale, celle qui donne le droit aux lecteurs d’intervenir anonymement à même le texte. En ce qui concerne l’anonyme Evangile selon Luc, cette culture scribale s’est arrogée le droit – du moins dans certains manuscrits – d’en infléchir la posture présente dans la préface. Cette préface se présente ainsi (Lc 1,1-4) :

Puisque beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, d'après ce que nous ont transmis ceux qui, dès le début, devinrent témoins oculaires et serviteurs de la Parole, il m’a paru bon, à moi aussi, après m'être informé exactement de tout depuis les origines, d'en écrire pour toi l'exposé suivi, excellent Théophile, pour que tu te rendes bien compte de la sûreté des enseignements que tu as reçus.

  • 94  Voir pour une bonne synthèse Létourneau (Pierre), « Commencer un Evangile : Luc », dans La Bible e (...)
  • 95  Voir Nolland (John), Luke, vol. 1, Dallas, Word, « WBC 35 », 1989, p. 5.

24Ces quelques lignes, inaugurant un texte en deux parties – l’Evangile selon Luc et les Actes des Apôtres –, ont fait couler beaucoup d’encre dans la recherche, qui peine à se mettre d’accord sur le genre littéraire qu’elles pourraient bien annoncer. Pour résumer le problème94, une telle préface fait appel à une terminologie technique et précise qui rappelle tout à fait les préfaces antiques d’œuvres historiographiques ou scientifiques, mais, contrairement à ces dernières, elle offre un flou de contenu absolument inconcevable pour une œuvre littéraire antique95 : on ne sait pas qui est l’auteur, ni surtout quel est le sujet, évoqué par la mention elliptique des « événements qui se sont accomplis parmi nous » (Lc 1,1). L’ambiguïté du genre littéraire de cette préface est renforcée par le fait qu’y est à la fois exprimée une volonté de « confirmer » des enseignements reçus (Lc 1,4), mais aussi la présence nette d’une persona critique : « il m’a paru bon, à moi aussi ». Ainsi cet auteur anonyme semble avancer prudemment entre la réaffirmation d’une tradition et la revendication de son point de vue. Le regret littéraire est que cet auteur se fait particulièrement discret, car son « je » auctorial ne réapparaît qu’au début de la préface du livre des Actes (Ac 1,1). On a trop peu de matériel pour franchement distinguer une posture littéraire de cet auteur anonyme, mais la préface de Lc 1,1-4, de par son caractère énigmatique, permet tout de même une série de remarques intéressantes, de par le jeu cultures auctoriale/scribale/lectoriale.

  • 96  Voir Clivaz (Claire), « Reading Luke-Acts in Alexandria in the Second Century : from Clement to th (...)

25Une intéressante réaction provenant de la « culture scribale » confirme que la persona critique de Lc 1,3 était suffisamment perceptible pour devoir être mise sous le boisseau dans certains cercles de lecteurs. En effet, les codex latins b, q et vgmss ajoutent en Lc 1,3 « puisqu'il m'a paru bon à moi et à l'Esprit saint », histoire de préciser que l’évangile canonique n’a pas été écrit juste parce qu’un auteur l’avait estimé judicieux. Mais la plus grande prise de pouvoir de la culture scribale sur la culture auctoriale lucanienne a sans doute été le fait qu’aucun manuscrit à notre disposition ne donne à la suite les deux tomes de l’œuvre, l’Evangile selon Luc et les Actes des apôtres. Ces deux tomes ont rapidement connu une réception diversifiée, conduisant le premier à figurer dès la première moitié du iie siècle parmi la liste des quatre évangiles canoniques, alors que les Actes lucaniens mettront plus de temps à être intégrés dans le canon96.

  • 97  Selon qu'on date ce texte du iie ou du ive siècles ; voir pour le débat Hahnemann (Geoffroy Mark), (...)
  • 98  Canon de Muratori lignes 3-7. Pour le texte latin, voir Hahnemann (Geoffroy Mark), The Muratorian (...)
  • 99  Voir Galien, Sur ses propres opinions c.1 ; cité par Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., to (...)

26Un autre témoin ancien indique toutefois que la persona critique de l’auteur a pu parfois aussi être respectée comme telle, dans la culture lectoriale lucanienne. En effet, le Canon de Muratori valide cette persona critique, alors même que cette liste d’écrits du Nouveau Testament représente la trace d’un contexte où l'institutionnalisation du christianisme est en cours ou en voie d'achèvement, selon la datation qu’on donne à ce document97 : « Luc, le médecin, après l'ascension du Christ, comme Paul l'avait pris avec lui, à la manière de quelqu'un qui étudie le droit (quasi ut juris studiosum), a écrit sous son propre nom, selon ce qu'il jugeait bon98 ». Mais de manière générale, l’œuvre anonyme « selon Luc » aura du mal à faire percevoir sa prétention à une posture littéraire propre dans l’histoire des lectures chrétiennes. L’interpellation du « il m’a paru bon à moi aussi » demeure la protestation presque oubliée d’un auteur qui voulait adopter une posture propre, au milieu de diverses voix discordantes, alors même que « beaucoup » avaient entrepris d’écrire sur Jésus de Nazareth. Il est à noter qu’après tout, Galien ne semble avoir guère plus été entendu en produisant des écrits « pour témoigner en [s]a faveur99 », et qui prétendaient imposer un ordre et une gradation de lecture dans la liste de ses œuvres. En fin de compte, s’il fallait donc arbitrer un match entre culture auctoriale et scribale/lectoriale, la longue histoire de la réception risquerait bien d’apporter les preuves la victoire par KO de la seconde sur la première.

  • 100  Eco (Umberto), De la littérature, traduit de l’italien par Myriam Bouzaher, Paris, B. Grasset, 200 (...)
  • 101 Ibid., p. 248.
  • 102 Ibid., p. 252.

27Dans un chapitre de Sur la littérature consacrée à l’ironie textuelle, Eco livre une réflexion sur la maîtrise et surtout la démaîtrise de l’auteur par rapport à son œuvre, une réflexion qui n’aurait pas manqué d’interpeler un Galien. Eco fait face aux lecteurs postmodernes et ironiques de son œuvre, notamment de son Pendule de Foucault. Des pages durant, il bataille contre ces lectures : alors même qu’il avait espéré que son Lecteur Modèle ne ferait pas le lien entre cet ouvrage et Michel Foucault, voilà qu’il doit reconnaître que Linda Hutcheon a réussi à faire une correspondance point par point entre son texte et la figure de la ressemblance chez Foucault100. Après un débat passionné où Eco rechigne à reconnaître les limites de l’emprise de l’auteur sur son texte, il concède que « si dans le texte apparaît une éventuelle citation, et que cette citation semble faire corps avec le reste du texte (et des autres citations), ce que l’auteur empirique a proposé compte peu101 ». Il conclut en espérant tout de même que les auteurs et lecteurs sauront « s’unir dans le corps mystique des Ecritures profanes102 ». Ce souhait conduit encore une fois à cette filiation tourmentée, niée, déchirée mais incontournable entre littérature et histoire sainte, stigmatisée par Derrida.

  • 103  Voir Fish (Stanley Eugene), Is There a Text in This Class? The Authority of Interpretive Communiti (...)

28Le dernier mot laissé aux lecteurs sur la figure de l’auteur, par-delà la posture littéraire qu’il/elle a habité, peut inviter à se tourner vers la théorie des communautés interprétatives de Stanley Fish, défendue avec brio dans Is There a Reader in This Class ?103. Plus simplement et plus fondamentalement, l’importance de la culture lectoriale invite à garder en mémoire la méditation platonicienne sur le texte écrit incapable de se « défendre tout seul ». Toutefois, il reste encore, comme ultime supplément, le texte dans sa matérialité. Le support d’écriture, manuscrit ou imprimé, reste l’objet supplémentaire tant par rapport à l’auctorialité qu’à la lecture. Après la mort de l’auteur – et avant celle inexorable du lecteur, fût-il scribe –, le texte objet demeure, dans sa matérialité intrigante et obsédante. Après tout, c’est bien la redécouverte d’un manuscrit grec et la mise à disposition d’un manuscrit arabe qui ont été à la base de l’édition presque complète des deux traités de Galien en 2007. Et c’est bien cette nouvelle édition qui a provoqué la présente contribution. Si donc les deux ouvrages de Galien viennent aujourd’hui à nouveau « témoigner en sa faveur », c’est grâce à« un manuscrit, naturellement », selon l’adage mis en exergue par Umberto Eco dans le Nom de la rose.

Haut de page

Notes

1  Voir Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l'auteur. Essai, Genève, Slatkine Edition, 2007.

2  Voir Clivaz (Claire), « La rumeur, une catégorie pour articuler autoportraits et réceptions de Paul. ‘Car ses lettres, dit-on, ont du poids… et sa parole est nulle’ (2 Co 10,10) », dans How Pauline is Luke-Acts? Le paulinisme du Luc-Actes. Actes du colloque tenu à l’Université de Lausanne en avril 2008, Marguerat (Daniel) (dir.), Louvain, Peeters, « BETL 229 », 2009, pp. 239-259.

3  Meizoz (Jérôme), op. cit., resp. p. 27 et p. 22.

4 Ibid., p. 27.

5 Ibid., p. 25.

6 Ibid., p. 45.

7 Ibid., p. 187.

8  Voir Deissmann (Adolf), Paulus: eine kultur- und religionsgeschichtliche Schule, Tübingen, Mohr & Siebeck, 1911 ; idem, Licht vom Osten: Das Neue Testament und die neuentdeckten Texte der hellenistisch-römischen Welt, Tübingen, Mohr & Siebeck, 1923.

9  Voir Blanton (Ward), Displacing Christian Origins: Philosophy, Secularity, and the New Testament, Chicago, IL, University of Chicago Press, 2007, pp. 112-122.

10  Voir Cicéron, Ad Atticum XVI,5,5 ; cité par D. Trobisch, Die Paulusbriefe und die Anfänge der christlichen Publizistik, Gütersloh, Chr. Kaiser, « Kaiser Taschenbücher 135 », 1994, p. 83.

11  Voir Diodore de Sicile, Bibliothèque historique 45,8 ; Marc Antoine est cité par Cicéron, De oratore III,12,2 ; Quintilien, Institutio oratoria I, préf. 7. Ces textes sont cités par Dorandi (Tiziano), Le stylet et la tablette dans le secret des auteurs antiques, Paris, Les Belles Lettres, 2000, pp. 122-123.

12  Cet épisode est rapporté dans la Lettre à des amis d'Alexandrie d'Origène, transmise par Rufin (Rufin, De adultera 7) ; merci au prof. Eric Junod pour cette référence.

13  Voir Kaestli (Jean-Daniel), Mémoire et pseudépigraphie dans le christianisme de l'âge post-apostolique, dans RThPh 125 (1993), pp. 41-63 ; ici p. 47.

14  Pline le Jeune, Epist. VII,17,7-8 et 13 (trad. A.-M. Guillemin, CUF). Cité par Dorandi (Tiziano), op. cit., p. 115.

15  Voir Dorandi (Tiziano), op. cit., p. 104 et pp. 115-116. Dorandi renvoie à une liste de témoignages de cette pratique publiée par Rohde (Erwin), Der grieschische Roman und seine Vorläufer, Leipzig, Breitkopf und Härtel, 19002, pp. 327-329, note 1 (voir Dorandi [Tiziano] op. cit., p. 115, note 49).

16  Voir Dorandi (Tiziano), op. cit., pp. 104-105.

17  Voir par exemple Boudon-Millot (Véronique) (éd.), Galien. Introduction générale. Sur l’ordre de ses propres livres. Sur ses propres livres. Que l’excellent médecin est aussi philosophe, tome 1, Paris, Les Belles Lettres, 2007, p. XCIII, pour la présentation de la tachygraphie.

18 Ibid., tome 1, p. 4. Quant à Simon Swain, il considère que Galien restera un cas unique jusqu’aux Rétractations d’Augustin (voir Swain (Simon) « Beyond the limits of Greek biography : Galen from Alexandria to the Arabs », dans The Limits of Ancient Biography, McGing (Brian) – Mossman (Judith) (éd.), Swansea, Classical Pr. of Wales, 2006, pp. 395-433 ; ici p. 396).

19  Il est d’usage, dans la recherche en sciences bibliques, de ne pas indiquer les titres des livres bibliques en italique, car ils sont considérés comme les différents chapitres d’un même livre. Il s’agit pourtant de textes clairement distincts. L’auteur de l’Evangile selon Luc n’est pas connu, mais il a également rédigé les Actes des apôtres, soit 25% du Nouveau Testament. Il présente les deux œuvres comme appartenant au même projet littéraire, dédié à un certain Théophile (voir Lc 1,1-4 et Ac 1,1-3).

20  Clivaz (Claire), L’ange et la sueur de sang (Lc 22,43-44) ou comment on pourrait bien encore écrire l’histoire (BiTS 7), Louvain, Peeters, 2009, pp. 25-28.

21  Voir Rohde (Erwin), op. cit., par exemple p. 522.

22  Cette classification a notamment retardé jusqu’en 1995 la publication du récit de Chariton, Chairéas et Callirhoé, dans la série Loeb Classical Library (voir Goold (G. P.) (éd.), Chariton. Callirhoe (Loeb), Cambridge/Londres, Harvard University Press, 1995). Voir pour une reprise de la catégorie de roman dans l’antiquité Fusillo (Massimo),Naissance du roman, Abrioux (Marielle) (trad.), Paris, Seuil, 1991, p. 17.

23  Bakhtine (Mikhail), Esthétique du roman, traduit du russe par Daria Olivier, Paris, Gallimard, 19872, p. 448.

24  Canvat (Karl), Enseigner la littérature par les genres. Pour une approche théorique et didactique de la notion de genre littéraire, Bruxelles, De Boeck & Duculot, 1999, p. 212.

25  Ibid., p. 213.

26  Je reprends ici l’analyse de Montes Cala pour ces textes qu’on a tenté de baptiser « romans » dans l’Antiquité, tels que Chairéas et Callirhoé ; voir Montes Cala (Jorge), « La explotación literaria del hecho histórico en la novela de Caritón », Excerpta Philologica, n° 10-12, 2000-2002, pp. 119-144, ici p. 121; et Clivaz (Claire), op. cit., pp. 109-110.

27  Voir Clivaz (Claire), op. cit., p. 27.

28  Derrida (Jacques), Donner la mort, Paris, Galilée, 1999, pp. 207-208. C’est ce qu’exprimait déjà, mais de manière moins tourmentée, Northop Frye en décrivant la romance comme une « Ecriture séculière ». (Voir Frye (Northop), The Secular Scripture: A Study of the Structure of Romance, Cambridge Massachusetts/Londres, Harvard University Press, 1976.)

29  König (Jason), « Conventions of Prefatory Self-Presentation in Galen’s On the Order of My Own Books », dans Galen and the World of Knowledge, Gill (Christopher) – Withmarsh (Tim) – Wilkins (John) (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, « Greek Culture in the Roman World », 2009, pp. 35-58, ici p. 36.

30  Voir Barton (Tamsyn), Power and Knowledge : Astrology, Physiognomics, and Medicine Under the Roman Empire,Ann Arbor, University of Michigan Press, 1994, pp. 143-147.

31  König (Jason), op. cit., p. 39.

32  Voir Clivaz (Claire), op. cit., pp. 62-64 et 112-114.

33  Voir Bowersock (Glen), Le mentir-vrai dans l’Antiquité. La littérature païenne et les évangiles, Dauzat (Pierre-Emmanuel) (trad.), Paris, Bayard, 2007, p. 22.

34  Voir Eco (Umberto), « Interprétation et histoire », dans Interprétation et surinterprétation, Collini (Stefan) (éd.), Cometti (Jean-Pierre) (trad.), Paris, Presses Universitaires de France, « Formes sémiotiques », 1996, pp. 21-39 ; ici pp. 26-27.

35  Voir Hartog (François) & Casevitz (Michel), L'histoire d'Homère à Augustin : préfaces des historiens et textes sur l'histoire réunis et commentés par François Hartog, traduits par Michel Casevitz, Paris, Seuil, « Points Essais 388 », 1999, p. 20 : « […] à aucun moment l’historiographie n’a été relayée ou prise en charge par une institution, qui serait venue en codifier les règles d’accréditation et en contrôler les modes de légitimation. »

36  Voir Veyne (Paul), Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, Seuil, « L’univers épistémologique », 1971.

37  Voir Dorandi (Tiziano), op. cit., p. 82.

38  Voir ibid., p. 86 et p. 118.

39  Pour différentes évalutations des étapes-clé de cette période, voir par exemple Viala (Alain), Naissance de l’écrivain, Paris, Minuit, 1985, p. 178 ; Chartier (Roger), Culture écrite et société. L’ordre des livres (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Albin Michel, « Bibliothèque Albin Michel Histoire », 1996, p. 51 ; Alain Brunn, L’Auteur, Paris, Flammarion, 2001, p. 68.

40  Ce sujet fait actuellement l’objet d’une recherche de Jérôme Meizoz et Claire Clivaz, en collaboration avec Elsa Neeman, à l’Université de Lausanne. Un article est en préparation.

41  Voir notamment 1 Th 4,9 ; 5,9 ; 5,27 ; 1 Co 4,14 ; 9,14-15 ; 16,21 ; 2 Co 1,12 ; 2,4.8 ; 3,1-4 ; 7,8-9 ; 9,1 ; 10,9-10 ; Ph 3,1 ; Ga 4,20 ; 6,11 ; Rm 15,14-16 ; Phm 9.

42  Tacite raconte que Néron torture pour apaiser des rumeurs (voir Tacite, Annales xv,44,3-4).

43  Voir Clivaz (Claire), op. cit., pp. 248-251.

44  Voir Kapferer (Jean-Noël), Rumeurs : Le plus vieux média du monde, Paris, Seuil, 19922, p. 53 : « La conception négative associant rumeur et fausseté est d'ordre technologique : il n'est de bonne communication que contrôlée. La rumeur oppose une autre valeur : il n'est de bonne communication que libre, même si la fiabilité doit en souffrir. En d'autres termes, les ‘fausses’ rumeurs sont le prix à payer pour les rumeurs fondées. » Plus récemment, voir Froissart (Pascal), La rumeur : histoire et fantasmes, Paris, Belin, « Débats », 2002.

45  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. lxv et p. 3. Cette auteure estime que Galien aurait vécu de 129 à 216 de notre ère (voir ibid., p. xviii et p. lxx).

46  Voir ibid., pp. 33-34. Auparavant, voir pour Sur l’ordre de ses propres livres, Kühn (Charles Gottlob) (éd.), Galeni opera omnia xix, Hildersheim, « Medicorum Graecorum Opera quae exstant », 19652, pp. 49-61 ; Müller (Ivan) et alii (éd.), Claudii Galeni Pergameni Scripta Minora II, Amsterdam, « Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana », 19672, pp. 80-90 ; pour Sur ses propres livres, voir Kühn (Charles Gottlob) (éd.), op. cit., pp. 8-48 ; Müller (Ivan) et alii (éd.), op. cit., pp. 91-124.

47  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. 18.

48  Voir notamment Nutton (Vivian), « Galen and Medical Autobiography », Proceedings of the Cambridge Philological Society. NS, n° 18, 1972, pp. 50-62 ; Nutton (Vivian), « Galen in the eyes of his contemporaries », Bull Hist. Med., n° 58, 1984, pp. 315-324 ; Bompaire (Jacques), « Quatre styles d’autobiographie au iie siècle après J.-C. : Aelius Aristide, Lucien, Marc Aurèle, Galien », dans Baslez (Marie-Françoise) & Hoffmann (Philippe) & Pernot (Laurent) (éd.), L’invention de l’autobiographie d’Hésiode à saint Augustin, Paris, PENS, 1993, pp. 199-209 ; Nutton (Vivian), The Unknown Galien, Londres, Institute of Classical Studies/School of Advanced Study, « Bulletin of the Institute of Classical Studies supplement 77 », 2002 ; Swain (Simon), op. cit. ; König (Jason), op. cit. ; Nutton (Vivian), « Galen’s Library », dans Galen and the World of Knowledge, Gill (Christopher) – Withmarsh (Tim) – Wilkins (John) (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, « Greek Culture in the Roman World », 2009, pp. 19-34.

49  Boudon-Millot (Véronique), « Galien par lui-même : les traités bio-bibliographiques (« De ordine librorum suorum » et « De libris propriis ») », dans Manetti (Daniela), Studi su Galeno : scienza, filosofia, retorica e filologia : atti del seminario, Firenze 13 novembre 1998,Firenze, Università degli studi di Firenze Dipartimento di scienze dell'Antichità « Giorgio Pasquali », 2000, pp. 119-133 ; p. 120.

50  Swain (Simon), op. cit., p. 396.

51  Voir Garofalo (Ivan) – Debru Lieu (Armelle) (éd.), Galien. L'anatomie des nerfs ; L'anatomie des veines et des artères, Paris, Les Belles Lettres, « Collection Galien t. 8 », 2008 ; Petit Lieu (Caroline) (éd.), Galien. Le médecin : introduction, Paris, Les Belles Lettres, « Collection Galien t. 3 », 2009 ; Boudon-Millot (Véronique) et Jouanna (Jacques) (éd.), Galien. Ne pas se chagriner, Paris, Les Belles Lettres, « Collection Galien t. 4 », 2010.

52  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. XCI.

53  Voir ibid., p. xcii. Etonnamment, Boudon-Millot affirme plus loin que cette édition comporte 16 000 pages de Galien (voir ibid., p. ccxxxii). Dans ce double décompte, faut-il voir précisément le reflet de l’impossibilité à prendre la mesure de l’œuvre de Galien ?

54  Athénée, Les Deipnosophistes I,1e, édité par Alexandre-Marie Desrousseaux, Paris, CUF, 1956, p. 3 ; cité par Boudon-Millot (Véronique) (éd.), Galien, tome 1, p. lxxxiii.

55  Voir Alexandre d’Aphrodise, Commentaire aux Topiques d’Aristote 8,5.

56  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. 9.

57  Voir Bompaire (Jacques), op. cit.

58  Voir Galien, Sur ses propres livres xv,5.

59  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. IX.

60  Voir ibid., p. ix.

61  Voir par exemple ibid., p. 11.

62  Voir notamment Galien, Sur l’ordre de ses propres livres I,1-12 et Sur ses propres livres prol. 1-5 et ii,6 ; voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. 24.

63  König (Jason), op. cit., p. 58.

64  Ibid., p. 57.

65  Boudon-Millot (Véronique), « Galien par lui-même » op. cit., p. 132.

66  Galien, Sur l’ordre de ses propres livres I,5-6, (p. 89 dans l’édition de Véronique Boudon-Millot). L’ouvrage en question est perdu (voir ibid., p. 105, note 3).

67  Voir Galien, Sur l’ordre de ses propres livres i,11.

68  Voir ibid. i,6 : Sur la meilleure école est un ouvrage qui, pour Galien, ne ressemble pas « à ce qu’écrivirent beaucoup de médecins et des philosophes qui ont précédé quand ils font nommément l’éloge de leur propre école, mais où j’indique la voie unique qu’il conviendrait de suivre pour constituer une école qui soit la meilleure, aussi bien au regard de la médecine que de la philosophie ou de tout autre art » (p. 89 dans l’édition de Véronique Boudon-Millot).

69  Galien, Sur ses propres livres prol. 2-3 (p. 134 dans l’édition de Véronique Boudon-Millot).

70  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. 178, note 3.

71  Ibid., p. 25.

72  Voir Galien, Sur l’ordre de ses propres livres I,5.

73  Galien, Sur ses propres livres prol. 9-10 (p. 136 dans l’édition de Véronique Boudon-Millot).

74  Voir ibid. I,15. Galien revient encore cinq autres fois dans ce qui nous reste de son œuvre sur ce surnom, et dit même avoir craint parfois pour sa vie (voir Boudon-Millot [Véronique], op. cit., tome 1, p. 189, note 6).

75  Galien, Sur ses propres livres iii,12.

76  Voir ibid. iii,15.

77  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. 24.

78  Voir par exemple Galien, Commentaire au livre VIe des Epidémies d’Hippocrate 207,27-208,4. Dorandi signale les occurrences fréquentes de cette remarque de Galien (voir Dorandi [Tiziano], op. cit., p. 81, note 13).

79  Dorandi (Tiziano), op. cit., p. 81. Voir aussi pour l’écart existant entre Hippocrate et la lecture qu’en fait Galien : Runia (David), « What is Doxography ? », dans Ancient Histories of Medicine. Essays in Medical Doxography and Historiography in Classical Antiquity, van der Eijk (Philip) (éd.), Leiden, Brill, « Studies in Ancient Medicine 20 », 1999, pp. 33-55 ; ici pp. 54-55. Pour l’édition des testimonia galéniques sur Hippocrate, voir Anastassiou (Anagyros) - Irmer (Dieter) (éd.), Testimonien zum Corpus Hippocraticum. Teil 2, Galen. Bd. 1, Hippokrateszitate in den Kommentaren und im Glossar, Göttingen,Vandenhoeck & Ruprecht, 1997 ; idem (éd.), Testimonien zum Corpus Hippocraticum. Teil 2, Galen. Bd. 2, Hippokrateszitate in den übrigen Werken Galens einschliesslich der alten Pseudo-Galenica, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2001.

80  Voir Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. xcii.

81  Voir ibid., pp. xciii-xciv.

82 Blanton (Ward), op. cit., p. 127 : « The place of (a) Tertius in the biblical legacy remains to be fixed […], and promises a return on an investment in the further analysis of the ancient (and modern) intertwinning of religion and writing technologies of all sorts ».

83  Voir Galien, Sur l’ordre de ses propres livres V, 2-4.

84  Ibid. III,24 (pp. 96-97 dans l’édition de Véronique Boudon-Millot).

85  Platon, Phèdre 275e (p. 180 dans la traduction de Luc Brisson, Platon. Phèdre. Suivi de La Pharmacie de Platon de Jacques Derrida, Paris, Flammarion, 19972).

86  Ibid. 276a (p. 181 dans la traduction de Luc Brisson, op. cit.).

87  Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. xcix.

88 Ibid., p. C.

89  Voir ibid., pp. cxv-cxvi ; pour la liste des œuvres de Galien retenues dans ce canon, voir ibid., pp. cxviii-cxx.

90  Voir Petit Lieu (Caroline) (éd.), op. cit., p. xlvii-xlix. L’éditrice estime « tentante » l’identification du traité qu’elle publie avec celui dénoncé par Galien dans son anecdote du Sandaliarium.

91  Pour un développerment de la triade des cultures auctoriale/scribale/lectoriale, voir Clivaz (Claire), « Luke, Acts and the Ancient Readership: The Cultures of Author, Scribes and Readers in New Testament Exegesis », dans Rethinking the Unity and Reception of Luke and Acts, Gregory (Andrew) – Rowe (Kavin) (éd.), Columbia, University of South Carolina Press, « Religious Studies », 2010, pp. 153-171.

92  Mühlethalter (Jean-Claude), « Eloge de la variante : la clôture du Testament de Villon », dans Quant l’ung amy pour l’autre veille. Mélanges de moyen français offerts à Claude Thiry, sous la direction de Tania van Hemelryck & Maria Colombo Timelli, Turnhout, Brepols, « Texte, Codex & Contexte V », 2008, p. 432.

93  Ibid., p. 437.

94  Voir pour une bonne synthèse Létourneau (Pierre), « Commencer un Evangile : Luc », dans La Bible en récits. L’exégèse biblique à l’heure du lecteur, Marguerat (Daniel) (dir.), Genève, Labor et Fides, 2003, pp. 326-339.

95  Voir Nolland (John), Luke, vol. 1, Dallas, Word, « WBC 35 », 1989, p. 5.

96  Voir Clivaz (Claire), « Reading Luke-Acts in Alexandria in the Second Century : from Clement to the Shadow of Apollos », dans Reading Acts in the Second Century, sous la direction deRuben Dupertuis & Todd Penner, Londres, Equinox Publishing, à paraître.

97  Selon qu'on date ce texte du iie ou du ive siècles ; voir pour le débat Hahnemann (Geoffroy Mark), The Muratorian Fragment and the Development of the Canon, Oxford, Clarendon Press, 1992, p. 215 ; Kaestli (Jean-Daniel), « La place du Fragment de Muratori dans l'histoire du canon. A propos de la thèse de Sundberg et Hahnemann », dans Cristianesimo nella Storia, no 15, 1994, pp. 609-634.

98  Canon de Muratori lignes 3-7. Pour le texte latin, voir Hahnemann (Geoffroy Mark), The Muratorian Fragment, pp. 6-7. Cette traduction française est celle de Kaestli, dans Introduction au Nouveau Testament, sous la direction de Daniel Marguerat, Genève, Labor et Fides, 20084, p. 503.

99  Voir Galien, Sur ses propres opinions c.1 ; cité par Boudon-Millot (Véronique) (éd.), op. cit., tome 1, p. 5.

100  Eco (Umberto), De la littérature, traduit de l’italien par Myriam Bouzaher, Paris, B. Grasset, 2003, p. 247.

101 Ibid., p. 248.

102 Ibid., p. 252.

103  Voir Fish (Stanley Eugene), Is There a Text in This Class? The Authority of Interpretive Communities, Cambridge, Harvard University Press, 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Clivaz, « Peut-on parler de posture littéraire pour un auteur antique ? », COnTEXTES [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 17 janvier 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/4722 ; DOI : 10.4000/contextes.4722

Haut de page

Auteur

Claire Clivaz

Université de Lausanne

Haut de page