Navigation – Plan du site

Postures de l’érudit-puriste et sociotypifications imaginaires

L’exemple de Pierre Daninos
Laurence Rosier

Texte intégral

Introduction

1Afin de poursuivre notre travail en cours sur les représentations socio-langagières spontanées des locuteurs, leur validité scientifique et leur portée heuristique, nous partirons de quelques définitions en usage d’expressions telles que « posture d’érudit » et « posture de puriste », utilisées dans des productions spontanées d’internautes. Pourquoi ce point de départ ?

  • 1  Paveau (Marie-Anne) et Rosier (Laurence), La Langue française : passions et polémiques, Paris, Vui (...)
  • 2  Paveau (Marie-Anne), « Les non-linguistes font-ils de la linguistique ? Une approche anti-éliminat (...)
  • 3  Montandon (Alain) (dir.), Dictionnaire raisonné de la politesse et du savoir-vivre, Paris, Le Seui (...)

2Nous pensons (et ces positions sont notamment illustrées dans notre ouvrage sur la langue française de 20081 et dans les travaux de Marie-Anne Paveau sur la linguistique populaire2) qu’il existe dans le sens commun des locuteurs une vérité relative, que les savoirs profanes ou spontanés interagissent avec les savoirs scientifiques et savants. En ce sens, il nous semble que la notion même de posture soit particulièrement pertinente pour illustrer l’imbrication entres les représentations des locuteurs de ce qu’est une posture sociale et des réflexions théoriques sur cette notion « floue », qui appelle, selon les champs disciplinaires, celles d’ethos ou d’hexis corporelle, mais aussi des positionnements sociaux comme l’affectation (voir sur ce point le dictionnaire d’Alain Montandon3), etc.

3En pointant plus particulièrement deux postures, celle de l’érudit et celle du puriste, nous cherchons à cerner ce qu’est une posture au sens discursif (et cela signifie que nous devrons dire ce que nous mettons dans ce discursif, notamment la gestique et la corporalité), à partir d’un cas concret qui nous semble emblématique d’un rapport à la langue et à la culture. On peut en effet considérer l’érudition et le purisme comme des pratiques socioculturelles de distinction, au sens bourdieusien.

4Le fait que ces catégories-là circulent sur ce vaste outil de normalisation que peut être la Toile – au sens où elle permet aux discours normatifs, notamment sur la langue, de se produire et de se reproduire – montre que ces savoirs spontanés participent à la constitution de nos représentations et qu’ils ont une utilité sociale.

  • 4  Cf. (Marie-Anne), « Les non-linguistes font-ils de la linguistique ? Une approche anti-éliminativi (...)
  • 5  Jodelet (Denise), « Représentations sociales : un domaine en expansion », dans Jodelet (Denise) (d (...)

5En effet, le savoir populaire est bien un savoir pratique utile aux locuteurs4 et il s’appuie sur des représentations sociales conçues comme « forme[s] de connaissance, socialement élaborée[s] et partagée[s], ayant une visée pratique et concourant à la construction d’une réalité commune à un ensemble social »5. Dès lors les postures, à la fois assignées et revendiquées, seraient donc une manière de perception et de reproduction d’une géographie sociale imaginaire, grille de lecture du monde.

6Avant de réfléchir de façon plus approfondie d’un point de vue théorique sur la notion même de posture et son économie dans une théorie des discours, examinons donc ces deux usages pratiques de ces deux postures, conjointes mais non superposables, de l’érudit et du puriste. Contextualisons nos extraits : le premier est issu d’un article scientifique de Christian Le Bart, « Stratégies identitaires de fans. L’optimum de différenciation », paru dans la Revue française de sociologie (2004/2, vol. 45, pp. 283-306), disponible sur le site Cairn.info. Le Bart examine les différentes postures des fans. L’extrait retenu provient du corpus étudié par l’auteur. Le second extrait que nous commenterons a un autre statut : il s’agit d’une conversation électronique sur le site personnel d’un spécialiste-expert (le terme figure sur le site) en statistiques et en sociologie de la souffrance au travail. Dans le premier cas, le mode de diffusion et d’intégration textuelle donne à l’exemple un statut de parole spontanée utiliée à des fins d’analyse. Dans le second, il y a adoption d’une parole d’expert, qui use du terme posture dans l’analyse qui lui est demandée.

7a. érudit

  • 6  Dans Christian Le Bart, « Stratégies identitaires de fans », Revue française de sociologie, 2004 / (...)

« On me présente comme un spécialiste, c’est très agréable. Quand on cherche un spécialiste de la Russie, on interroge Alexandre Adler ; il faut être le Alexandre Adler des Beatles. Il faut être très précis. De l’information de qualité. Je n’ai pas fait des études d’histoire pour rien. L’intérêt, c’est de valoriser un parcours universitaire. J’ai décidé de ne pas abandonner l’écriture et la recherche. Ce qui m’intéresse, c’est : comment ils arrivent ainsi au sommet ? Dans mes travaux, je fais aussi ressortir des aspects des Beatles pas très positifs, bon, c’est l’Histoire, je la retranscris, c’est comme ça ! Il faut garder ses distances. » (Éric, 38 ans)6.

8b. puriste

14 juin 2008, par Constance
Bonjour,
Je dois faire des entretiens auprès de bouquinistes de ma ville afin de définir les « figures » de ces derniers (pour mon mémoire de fin d’études). J’ai lu les méthodes que vous proposez, mais le sujet en question a été très peu traité et je ne connais rien moi-même sur le sujet ou presque. Comment puis-je faire un questionnaire intelligent, qui laisse un peu de liberté à mes interlocuteurs, mais que je puisse diriger ? Je suis un peu perdue, je ne vois pas comment faire. Auriez-vous un conseil à me proposer ? Ce serait très aimable à vous.
Des statistiques basiques à l’analyse des correspondances
20 juin 2008, par gerard.rimbert
Après avoir demandé par mail quelques précisions, voilà la réponse très "bourdieusienne" que j’ai donnée, vue qu’en ce moment je n’ai pas le temps de m’aventurer dans ce genre de chantiers. Pour la méthode, vous semblez déjà avoir découpé plusieurs sous-thèmes, ça s’est bien. Donc effectivement faites un guide d’entretien qui vous permettre après interprétation d’avoir vos sujets types en ligne, et les grands types de réponse en colonne. A partir de là, des profils se dégageront, et je suis prêt à parier que ce sera une opposition entre ceux qui s’en sortent pas trop mal et ceux qui rament, et une autre opposition (partiellement superposée) entre ceux qui sont plutôt "commerciaux", "attractifs" et ceux qui sont des "puristes". Après vous pourriez monter d’un degré en montrant comment la posture de "puriste" aide à bien vivre le relatif échec commercial, de même que la réussite commerciale permet de refouler (peut-être) une certaine honte à ne pas être un puriste7.

9Afin de pouvoir les comparer, il faudra déterminer dans quelle mesure l’un ou l’autre exemple témoignent d’un savoir savant et/ ou d’un savoir populaire : l’érudit et le puriste peuvent-ils se prévaloir de l’expertise d’un savoir particulier ? Et en quoi cette position d’expert relève-t-elle d’une posture ? Ouvrons une parenthèse : les modes de diffusion électronique favorisent la « confusion » entre discours des profanes et discours des experts. Dans un entretien entre Pierre Assouline et l’analyste du discours Malika Temmar paru dans la revue Semen, le journaliste insiste, à partir de sa pratique d’animateur de blogue, sur les différents positionnements d’expertise d’un savoir dans les commentaires de lecteurs sur un blogue : le pseudonyme trahit une identité discursive (au sens de construite par la pratique du discours même), une sorte de personnologie populaire par l’emploi de noms de caractère (le curieux, le pessimiste, …) et la revendication du statut d’expert lors de polémiques est courante :

Quand il y a eu polémique autour de Heidegger, les gens se sont identifiés pour dire : « Moi je suis expert, je suis traducteur, je suis professeur, je suis germaniste… », donc l’expert revient vite au galop.8

10Cet exemple rejoint notre réflexion sur le statut et la posture d’« expert » de l’érudit et du puriste, recentré sur le domaine de la langue. De façon performative, la simple assertion, dans ces cas, tient lieu d’un statut assumé. Lorsque Paveau dit, à propos de la distinction entre linguiste et non-linguiste :

  • 9  Paveau (Marie-Anne), « Les non-linguistes font-ils de la linguistique ? Une approche anti-éliminat (...)

On commence donc à savoir assez bien ce que font les non-linguistes […], où et quand ils le font : mais on sait moins bien qui ils sont exactement et ce que vaut leur théorie folk.9

11Elle pose bien la question de l’identification des experts et celle des frontières entre des statuts de légitimité d’énonciation discursive. Sur ce point, les positionnements énonciatifs pris sur la toile (en ce compris la mise en scène d’un soi imaginaire) permettent d’avancer dans l’identification des propagateurs de savoirs profanes pour laquelle il faut dépasser des oppositions binaires du type : X/non-X ou X/anti-X. Tout comme l’analyse des parcours biographiques de personnalités comme Pierre Daninos ou d’autres chroniqueurs de langue obligent à superposer des catégories comme celles du lettré, de l’écrivain avec celles du puriste ou de l’érudit.

12Dans nos deux extraits issus de l’internet, la question soulevée est celle de la maîtrise d’un savoir (l’érudit est un spécialiste) ou d’un savoir pratique (la posture puriste) : dans le premier cas, l’antonomase l’Alexandre Adler des Beatles est extrêmement intéressante du point de vue de la connivence culturelle et du partage des références en matière de savoir, tout comme l’est l’adjectif bourdieusienne dans le second exemple. Par ailleurs, le terme posture est utilisé dans les deux cas. Que nous apprend cet usage ? Que la posture nécessite un savoir ? De quel type ? La posture représente-t-elle une solution pratique à un problème social au sens où elle permettrait d’avancer dans la réflexion sur les frontières floues entre discours d’expert et discours du profane ?

13Il nous faut maintenant aborder la nature même de cette posture et de son « pendant » en analyse du discours, l’ethos. En effet, il s’agit de voir en quoi la posture doit/peut être distinguée de l’ethos et quel bénéfice théorique peut en être retiré.

1. Quelques rappels théoriques autour de la posture et de l’ethos

  • 10  Meizoz (Jérôme), Postures littéraires : mise en scène moderne de l’auteur, Genève, Slaktine, 2007.

14Selon Jérôme Meizoz10, qui a consacré un important ouvrage à la question, la posture désigne « la manière singulière d’occuper une “position” dans le champ littéraire » (p.18). De façon plus large, elle fait partie de ce qu’on peut appeler les concepts dispositionnels par les liens qu’elle noue avec les notions bourdieusiennes d’habitus, de sens pratique, d’hexis, de goût.

  • 11  Amossy (Ruth), « ethos », dans Aron (Paul), Saint-Jacques (Denis) et Viala (Alain) (dir.), Le Dict (...)

15En analyse du discours, le terme « posture » n’est pas utilisé : c’est la notion d’ethos qui a pris le dessus. Dans la conception classique, celui-ci s’applique à « l’ensemble des manières d’être et de faire, des dispositions à dimension éthique »11. Dans la lignée des travaux de Dominique Maingueneau, on peut distinguer des ethos préalablesparce que déjà affichés, désirés, incorporables et incorporés socialement (ce qui rapproche l’ethos de l’habitus et de l’hexis entendus comme processus de socialisation), c’est-à-dire des ethos pré-discursifs à côté des ethos discursifs (donc construits en discours), sur lesquels nous revenons après. En quoi la posture est-elle utile, du point de vue théorique en analyse du discours ? Que nous permettrait-elle d’analyser que l’ethos ne permettrait pas ?

16Dans nos emplois du terme posture issus des exemples d’internet et mentionnés au début de notre article, nous voyons comment fonctionne l’appel à des postures consacrées, comme celle de l’érudit ou du puriste : le premier exemple constitue un cas où le locuteur assume implicitement une posture d’érudit. Il mentionne entre parenthèse le caractère « légitime » de cette posture en la définissant positivement (« être un spécialiste »). Le second est une interaction et l’un des interlocuteurs utilise la catégorie puriste pour évaluer la posture d’un tiers. Il présente la posture puriste comme une stratégie de survie sociale, dans un sens, à nouveau, positif. Dans les deux exemples, il y a dans la notion de posture l’idée d’une image préalable, et c’est à dessein que nous usons du mot image qui ne restreint pas la posture à une seule dimension discursive mais à un ensemble de signes constitués par l’attitude corporelle, les vêtements, les gestes, la voix, les discours qui circulent selon divers supports médiologiques dans une société donnée.

  • 12  Paveau (Marie-Anne), Les Prédiscours. Sens mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2 (...)
  • 13  Id.
  • 14  Ibid., p. 126.

17La posture relève alors également des représentations en usage dans une société donnée, usage qui les figent, les caricaturent voire les stigmatisent au travers de processus médiologiques de production, de reproduction et de réception historiquement marqués. Cet ethos pré-discursif a donc aussi à voir avec la mémoire comme agent principal de la transmission. L’ethos pré-discursif rejoint plus largement ce que Paveau nomme les « cadres pré-discursifs » qu’elle définit comme suit : 1) « Les cadres prédiscursifs ne sont pas de simples réservoirs sémantiques, des contenus statiques de savoirs et de croyances […] mais constituent des organisateurs dynamiques nécessaires à la situation du sujet dans le temps et à son appréhension de situations (discursives) nouvelles12. » 2) « Les cadres prédiscursifs accueillent des contenus dont la vérité est approximative et relative13. » Il s’agit d’une vérité de type doxique, instable, parfois fausse sur le plan de la réalité objective mais qui possède une large dimension pratique : « ils servent à l’homme en société à adopter les comportements adéquats aux situations14. »

  • 15  On s’interrogera à cet égard sur la dimension monstrative de la posture : pour user du terme, il s (...)

18Les postures apparaissent dès lors comme des figures préalables et socialement partagées que les locuteurs peuvent endosser pour, en fonction d’une situation socio-historique et de normes culturelles, légitimer leur discours. Ces postures sont pour nous le mieux incarnées, nous venons de le dire, par ces relais médiologiques que sont la presse, le cinéma, la littérature, les arts plastiques, puisque ces médias les présentent de façon stéréotypée, voire archétypale. La posture peut donc être, à l’instar de l’ethos, de type essentialiste (un archétype) mais aussi relever d’une assignation identitaire extérieure ou, encore, d’une affectation sociale15.

19À côté des cadres pré-discurifs actifs et relativement contraignants dans la production des postures socio-discursives, la posture, comme l’ethos, se construit aussi dans l’énonciation, dans le moment même de la production du discours. C’est en ce sens, soulignait Maingueneau que la notion d’ethos est particulièrement pertinente en analyse du discours :

  • 16  Maingueneau (Dominique), « L’ethos : de la rhétorique à l’analyse du discours », en ligne sur http (...)

à mon sens, la notion d’ethos est intéressante pour le lien crucial qu’elle entretient avec la réflexivité énonciative, mais aussi parce qu’elle permet d’articuler corps et discours au-delà d’une opposition empirique entre oral et écrit. L’instance subjective qui se manifeste à travers le discours ne s’y laisse pas concevoir seulement comme un statut, mais comme une « voix », associée à un « corps énonçant » historiquement spécifié16.

20Il semble que la notion de posture insiste davantage, selon nous, sur la prise en compte du corps dans la problématique de l’ethos et sur cette capacité à endosser des types (ethnotype, sociotype, sexotype) en circulation dans une société donnée. Cette convocation du corps par le biais de la posture peut être a) effective (dans le monde réel, endosser un certain type de costume, se tenir d’une certaine façon) b) fictive : elle peut reposer sur des représentations collectives incarnées. Ainsi le major Thompson de Pierre Daninos figure sur les couvertures du livre en personnage anglais stéréotypique, avec son costume, son chapeau melon, sa longue moustache et son parapluie. La posture subsume en quelque sorte l’ethos pré-discursif, l’ethos discursif et les figures X-typiques : ce que nous allons examiner à partir de ce personnage particulier de la littérature française déjà cité, Pierre Daninos, essayiste, romancier et subtil observateur des mœurs lexicales et langagières de ses contemporains.

21Nous le considérons comme un sociolinguiste spontané qui a produit, par ses observations et commentaires, un véritable discours linguistique sur la langue selon des positionnements divers listés ci-dessous :

22- en adoptant une posture complexe où se mêlent les figures de l’érudit et du puriste ;

23- en développant une dilution sociale des postures mêmes par la création ou la reprise de sociotypes « englobants », les « touristocrates » (ouvrage éponyme de 1974) par exemple ou le snob (Snobissimo ou le désir de paraître,1964) ;

24- en proposant une géographie sociale imaginaire, notamment dans Sonia, les autres et moi (1952, initialement paru sous la forme de chroniques journalistiques) ou la Galerie des glaces, largement inspiré des Caractères de La Bruyère.

25Pierre Daninos produit et reproduit des typifications fondées sur des positions sociales et des signes de distinction langagière. C’est le statut assertif, même sur le mode de la dénégation, qui tient lieu de posture au sens où le dire (dans nos cas l’écrire) pose un ethos minimal (je suis X), que le texte, la sémiologie (contenue dans le paratexte par exemple), la scénographie discursive, les représentations convoquées vont étayer, affiner, poser, bref, transformer en posture X-typique.

2. Tout puriste est-il érudit ou vice-versa ?

26Avant de nous plonger au coeur de l’univers daninosien comme exemple emblématique de nos hypothèses, examinons cette distinction posée entre posture d’érudit et posture de puriste, qui inaugurait notre article. Comment définir l’une et l’autre, et à quelles fins ? Vont-elles obligatoirement de pair ? Tout érudit est-il nécessairement puriste et tout puriste est-il nécessairement érudit ?

27Prenons d’abord leur première caractéristique commune : ils partagent le même idéal de socialité né au XVIIe siècle, celui de l’honnête homme, caractérisé par une culture générale étendue et une mesure faite de courtoisie, d’humilité, d’adaptation sociale.

28Face à ce modèle de modération, l’érudit, comme le puriste, peuvent, au contraire, se montrer excessifs lorsque le premier devient compulsif par exemple dans son accumulation de savoirs ou quand le second se laisse aller à son penchant polémique, hargneux, bougon sur les questions de langue notamment.

  • 17  Piégay-Gros (Nathalie), L’érudition imaginaire, Genève, Droz, 2009, p. 137.

29Si tous deux tirent leur légitimité de l’appel à la tradition, on reconnaît davantage à l’érudit une démarche épistémologique et un savoir, alors qu’on cantonnera davantage le puriste – en ce qui concerne son attitude à l’égard de la langue du moins – dans une attitude normative, prescriptive et proscriptive. Et ce, malgré le discrédit dont peut aussi pâtir l’érudit. Nathalie Piégay-Gros répertorie les figures littéraires qui constituent un imaginaire en creux de l’érudit17 : solitaire, compulsif, il porte une image du savoir « qui devient un objet de fabulation ».

30Historiquement, les puristes se sont confondus avec les grammairiens, les philologues, les érudits, les remarqueurs de la langue (qu’ils soient bienveillants ou grincheux). Dans le domaine de la langue, l’érudit et le puriste peuvent avoir des pratiques communes, par exemple, celle de l’étymologie, pratique à la fois érudite et populaire, et qui tient lieu d’argument dans le discours puriste :

  • 18  Paveau (Marie-Anne) et Rosier (Laurence), La Langue française : passions et polémiques, Paris Vuib (...)

Ce que les spécialistes d’argumentation appellent la preuve étymologique fait en effet partie des arguments d’autorité les plus incontestables. […] Catherine Julia […] parle à ce propos d’une « archéologie linguistique », ce qui signale une remontée vers l’origine de la langue perçue comme un lieu de légitimité [dans Fixer le sens ? : la sémantique spontanée des gloses de spécification du sens, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2001, p. 154 et 161].18

31Dans son versant positif, l’érudition témoigne donc de la maîtrise d’un savoir savant par un sujet qui, initialement, n’a pas le parcours typique et scolaire de son acquisition mais qui peut devenir, paradoxalement, un expert en une matière. S’il peut, en partie, avoir acquis ses connaissances par l’école, il est souvent autodidacte et a emprunté des voies détournées de l’apprentissage : recherche personnelle, lecture compulsive, expériences, tourisme… : l’érudit possède une liberté épistémologique et a une utilité sociale : il contribue à la transmission et à la vulgarisation des savoirs. L’érudit est donc un transmetteur populaire des savoirs savants.

  • 19  Id., p. 75.

32De même, dans une acception objective, le puriste, qui est nettement plus représenté que l’érudit, illustre une activité métalinguistique à tendance normative, prescriptive et proscriptive, qui n’est pas l’apanage de l’érudit ou des classes dominantes : il « se rencontre dans un grand nombre de lieux et emprunte des figures aussi diverses que l’érudit, le professeur de lettres, le marchand des quatre saisons, le garagiste ou la voisine de palier19 ». Dans La Distinction de Pierre Bourdieu, on voit ainsi une infirmière qui explique son rapport au respect de la norme :

  • 20  Bourdieu (Pierre), « À propos d’une infirmière très modeste », La Distinction, Paris, Éditions de (...)

« ça me choque lorsque je vois une faute » […]. Elle regrette beaucoup de « ne pas avoir un niveau (d’instruction) supérieur » : « Je m’en contente mais je serais très contente d’en savoir davantage. (…) C’est très important d’avoir de l’instruction ». L’instruction, c’est d’abord la connaissance des règles de grammaire, de l’orthographe : « Les petites qui travaillent avec moi, elles parlent mal, elles mettent les choses au féminin alors qu’elles sont au masculin et vice-versa, ce qui prouve qu’elles n’ont aucun sens de la grammaire ; justement ça montre leur état primitif ». « ça me choque lorsque je vois une faute. Hier, il y avait marqué ‘examens amener’ avec er (…). Je me sentirais vraiment malheureuse si je faisais des grosses fautes comme ça (…). Remarquez, moi j’aurais marqué apporté, enfin ça à la rigueur…je dirai amener un enfant, mais je dirai apporter un examen20 ».

  • 21  Certains peuvent s’étonner de trouver Bernard Cerquiglini parmi les puristes. Rappelons que ce cla (...)

33Parmi tous ces « monsieur et madame tout le monde », les chroniqueurs de langue, dont fait partie Pierre Daninos, superposent l’érudition sur la langue (étymologie, connaissance de mots rares ou du sens originel d’un terme) à un discours puriste, normatif, prescriptif et proscriptif. Selon les médias utilisés, ils s’appuient sur des postures différentes : par exemple le pseudonyme Cléante sous lequel un linguiste liégeois se cache, s’appuie sur des représentations culturelles partagées (la langue « pure » du siècle classique) ; lorsque Bernard Cerquiglini, linguiste, fait le chroniqueur à la télévision, il se nomme le « professeur » et en adopte les gestes (le doigt levé en signal d’avertissement) et son « costume » renvoie à l’image du professeur à l’ancienne menant les élèves à la baguette et héritier d’un savoir à transmettre21.

34On voit bien alors le paradoxe de cette double position : le genre de discours adopté (la chronique) conduit à superposer le point de vue du spécialiste, doté d’un savoir assimilable à de l’érudition, d’une individualité singulière, porteuse d’une distinction, à celui de tout un chacun. Car l’érudit s’efface devant la puissance du discours savant, tandis que le puriste devient monsieur ou madame tout le monde et ne fait, somme toute, que traduire publiquement les sentiments linguistiques spontanés de chacun.

35En termes de posture et dans le domaine de la langue qui nous retient ici, l’érudit et le puriste peuvent se confondre dans une figure essentiellement masculine, d’un certain âge, garant d’une maîtrise d’un savoir patiemment acquis et doté d’une culture classique et d’une compétence rhétorique. Des attributs stéréotypiques de l’imagerie – certes surannée – du savant (lunettes, barbe, costume) viennent compléter ce portrait. Le puriste utilisera volontiers l’érudition comme argument de son discours. En cela, on pourra donc dire que tout puriste adopte nécessairement une posture d’érudit car cette manifestation de savoir est garante de la légitimité de son discours. L’érudit, quant à lui, aura sans doute de bonnes raisons de devenir puriste : ayant rassemblé ou assimilé un savoir pointu dans un domaine, il apparaît plausible qu’il se positionne ensuite comme le garant de l’authenticité de ce savoir dont il est seul détenteur. Dépassant l’opposition entre savoirs savants et savoirs spontanés, il occupe une posture sociale singulière qui lui permet l’énonciation d’un savoir, dont le versant puriste représente la norme. La maîtrise de connaissances langagières et sociolinguistiques représente, selon nous, un bel exemple de cette double posture d’érudit-puriste, en la personne de l’essayiste et écrivain Pierre Daninos.

3. Pierre Daninos : une posture de « sociolinguiste distingué »

  • 22  Pour les références des œuvres de Pierre Daninos, voir la bibliographie en fin d’article.

36Pierre Daninos, dont les Major Thompson ont trôné dans la bibliothèque de bien des foyers français, voire francophones, fait aujourd’hui figure d’auteur daté, dépassé, sans réelle valeur littéraire. Lauréat du prix Courteline pour Sonia, les autres et moi22 en 1952, chroniqueur, du Figaro au magazine LUI, celui qui fut nommé, dans un numéro de la célèbre émission télévisée Apostrophe intitulée Que reprochez-vous aux français ? (diffusée le 3 juin 1977 ) « le plus grand humoriste français vivant » par Bernard Pivot, n’a pas jusqu’à ce jour bénéficié d’un travail scientifique d’ampleur.

37On a oublié que Pierre Daninos fut un subtil descripteur de la langue à des fins humoristiques : des Carnets du Major Thompson à La France dans tous ses états, il représente le mieux, à nos yeux, « l’esprit socio-linguistique français ». Armé d’un magnétophone de poche, il a consigné des mots, des expressions, des conversations d’une certaine France, des années 1950 aux années 1980. Lecteur de Sauvageot et de Bourdieu, il est aussi un nostalgique de l’« honnête homme », il relève le ridicule de ses contemporains, il est aussi un redoutable descripteur des moeurs langagières et sociales de son temps et se réclame de La Bruyère et de Flaubert dans la stigmatisation des caractères et des lieux communs.

38Si nous prenons d’abord la posture littéraire de Daninos au sens initialement mentionné dans cet article – la définition de Meizoz – , celle-ci est déjà particulière, comme l’attestent les deux extraits qui suivent : le premier, de la main de Daninos lui-même, montre une ambition littéraire claire (être l’héritier de Flaubert) ; le second, de Maurice Denuzière, insiste sur sa maîtrise de la langue et sa façon aristocratique de tenir une position de surplomb (le gentilhomme sceptique mais bienveillant) :

L’on me jugera peut-être présomptueux de vouloir me faire, au XXe siècle, l’exécuteur testamentaire de Flaubert (Introduction au Jacassin, 1962).

Maniant le français avec l’élégance d’un gentilhomme sceptique mais bienveillant, Pierre Daninos dénonce un certain nombre d’hypocrisies drôles et maléfiques, et nous restitue ce doute salutaire qui est déjà le commencement de la sagesse. Voilà une composition d’histoire qui mériterait la meilleure note …(Maurice Denuzière, en quatrième de couverture de La composition d’histoire, 1979)

39Cette « double » posture, appliquée au scripteur Daninos, est complexe : en effet, la recherche d’une singularité propre à l’écrivain est articulée à une posture nettement plus anonyme que l’on pourrait définir comme le regard critique et « de haut » (du haut d’un savoir comme l’érudit ou le puriste) d’un lettré. On y décèlera une dilution des postures : le grand écrivain selon Daninos est plutôt l’incarnation d’un homme d’esprit, superposant les figures du lettré, de l’érudit, du puriste. Il s’exprime au moyen de genres de discours diversifiés et non spécifiquement dans un genre littéraire légitime et reconnu comme le roman classique : chroniques de langue, dictionnaires, mémoires, dialogues avec des enfants, roman à la première ou à la troisième personne, essais… Sa capacité à épingler les tics de langage, que l’on retrouve à des degrés divers dans l’ensemble de son œuvre, nous montre à la fois son érudition et son purisme bienveillant, ainsi qu’une maîtrise du discours savant sur des questions linguistiques. Cette disposition originale de l’auteur Daninos, homme d’esprit plutôt qu’homme de lettres, nous la retrouvons mise en abîme dans ces textes-mêmes : Monsieur tout le monde mais en surplomb en quelque sorte, l’anonyme connu et reconnu, petit bourgeois à la nostalgie aristocrate, pourfendeur des lieux communs.

40Lorsque nous pénétrons dans l’œuvre, on assiste en effet au même phénomène général de dilution. Dans son ouvrage Snobissimo paru en 1964, le narrateur affirme haut et fort :

 (…) il y a des snobs partout, depuis le mendiant jusqu’au milliardaire, depuis le riche-armateur-grec jusqu’au dernier des mousses (Snobissimo, p. 8)

41Grâce à la figure du snob, Daninos type des catégories sociales aussi différentes que les domestiques, les snobs régionalistes ou nationalistes, les nobles… Et d’affiner ces types en superposant analyse sociale et psychologique : ainsi la princesse triste (celle qui deviendra la reine Fabiola, reine de Belgique et épouse du roi Baudouin) ou ce domestique « snob » qui déplore la vogue des grands dîners « où les couverts se comptaient à cinquante ou quatre-vingt couverts ».

42Tout comme de manière plus spécifique, il pointe une tendance « a-classiste » du langage, où les expressions socio-stigmatisantes tendraient à ne plus pouvoir « classer son homme » :

 (…) certaines locutions qui, dans ma jeunesse eussent classé leur homme – comme on dit lorsqu’il s’agit de déclassement – passent maintenant totalement inaperçues. je ne parle pas seulement de termes tels que fric, toubib, casse-pieds, se casser la nénette ou la g… qui font partie du langage courant, alors que jamais nos pères ne les eussent employés si ce n’est sous les drapeaux. Mais prenez, si j’ose écrire, le C’est un c… Ces trois lettres — la dernière pouvant être un l ou un n — sont dans toutes les bouches (idem, p. 17)

  • 23  Cf. Natta (Marie-Christine ), « Distinction », in Montandon (Alain), op. cit. : « les critères de (...)

43L’invention du néologisme touristocrate va dans le même sens, celle d’une posture qui dépasse les clivages sociaux, comme le font des catégories fluctuantes socialement. Le snob23 ou le touriste sont présentés comme trans-classes et illustrent une typification qui repose à la fois sur des critères de classe au sens de distinction et sur un ancrage national (le snob à l’étranger est en fait le Français, et le touriste est « l’homo gallicus touristicus »).

44Cette dilution sociale des postures connaît d’autres avatars que nous commenterons ci-dessous en guise d’illustration des mécanismes posturaux possibles selon une sociotypification « floue ».

  • 24  C’est nous qui soulignons dans les extraits cités.

45Examinons d’abord les exemples 1 à 424: tantôt la position singulière du narrateur est clairement décrite, sous couvert d’une position basse (la déploration ironique : pourquoi ne suis-je pas comme tout le monde ? j’envie ces hommes qui…). Tantôt il se noie dans une catégorisation floue et diluée (des types dans mon genre). Mais le narrateur entend bien mettre en avant sa singularité et son caractère d’exception (ex. 1 à 4) pour ne pas être comme tout le monde (les hommes répandus à des milliers d’exemplaires) :

1. Sonia en arrive à stigmatiser mon égoïsme sordide, en passant par ma muflerie caractéristique et ce besoin de ne pas faire comme tout le monde. Ah ! si je pouvais savoir comment tout le monde fait (Sonia, p. 16)

2. J’ai toujours voulu croire – et je le crois encore volontiers – qu’il y a dans l’univers des maris qui placent les objets là où leurs femmes souhaitent les voir. Je n’appartiens pas, hélas, à cette race de privilégiés. (idem, p.17)

3. J’ai toujours éprouvé une franche admiration pour les hommes qui, dans les salons, font revenir d’un geste l’électricité disparue ou débouchent en un clin d’œil les bouteilles de champagne. Il est vrai que pour permettre à ces génies de s’affirmer, il faut bien quelques types dans mon genre pour faire sauter les plombs et casser les bouchons (idem, p.20)

4. Quelquefois, je l’avoue, j’envie cet homme qui, dans les salons, sort de sa poche la clef de la situation internationale. Il a traversé sa journée dans le beurre ou dans les cuirs et peaux, mais il semble que, le soir venu, il réponde enfin à l’appel de sa vocation véritable : dominer le monde et ses problèmes. Le miracle est que cet homme, lui-même fort répandu, le soit à des milliers d’exemplaires (idem).

46Dans d’autres ouvrages, grâce à la mise en scène de personnages (assimilés ou non à un narrateur en « je ») à la posture sociotypique forte (le major anglais ou la thésarde norvégienne), on assiste à la même ambiguïté posturale : la naïveté supposée de l’étranger sert bien entendu de miroir persan (ex. 5) pour éprouver une singularité nationale (« l’anglitude ») face à une autre, française. Le regard féminin de Turid, la cover-girl norvégienne, (ex. 6) est plus directement acerbe puisque la mannequin réalise une thèse sur le sado-masochisme avec comme terrain d’observation la France et les Français mais elle relève à travers ce prisme particulier, comme le major, des lieux communs langagiers et des expressions stéréotypiques caractérisant une nation. On peut donc parler dans ces cas d’une posture de surplomb sociotypificatrice, incarnée par des types nationaux.

5. Il faudrait être naïf, comme seul peut l’être le naïf Anglais que je suis, pour généraliser après avoir entendu un receveur d’autobus s’exclamer, parce que je n’avais pas l’appoint : « Si vous n’avez pas de monnaie, restez chez vous ! » en marmonnant ensuite à travers l’autobus : Encore un Amerloque (Le secret du major Thompson, p. 8)

6. Turid prétend que nous avons, pour nous plaindre, plus de formules qu’aucuns autre pays au monde. Du Pauvre France (sous entendu : « s’il n’y avait que des gens comme moi… ») au ils m’emmerdent ! en passant par le…me font ch… ! ça suffit comme ça !... Et puis quoi encore ? … je me suis fait suer…J’en ai par-dessus la tête. Je suis crevé !... Je n’en peux plus !... ras-l’bol !... et le classique j’en ai marre ! (qui vient d’entrer au Journal officiel par le truchement du président d l’Assemblée nationale), y a-t-il un pays qui passe plus de temps à gémir ? (Made in France, p. 175)

47On note donc l’importance de la singularité et du surplomb comme effet idéologique produit par les typifications daninosiennes.

48Pourquoi dès lors, dans d’autres cas, endosser une posture basse ? Dans Un certain monsieur Blot (1960), Daninos dépeint ce Français, fonctionnaire, chez qui tout est moyen : « la taille, l’intelligence, le loyer, la classe… » (p. 16).

7. Mon visage aurait-il subi l’influence de ce nom ? Je me le demande parfois, lorsque je vois les regards déraper sur lui pour se fixer ailleurs (…) Je suis fait de cette pâte anonyme dont les rondeurs banales et les traits sans relief sont consignés dans les passeports sous l’épithète : moyen. Front : moyen. Bouche : moyenne. Signes distinctifs : néant (…). Existe-t-il dans le monde des êtres qui souffrent comme moi de transparence, et auxquels les médecins devraient prescrire des cures d’opacité ? (Un certain Monsieur Blot, pp. 11-13)

49Dans Snobissimo déjà cité, Daninos rapprochait ce français moyen du snob : « il se rencontre partout et ne se reconnaît nulle part » (p. 7).

50Ce monsieur Blot partage avec le narrateur des Sonia le sentiment paradoxal d’être à la fois monsieur tout le monde et de n’être jamais à sa place dans le monde. Perce sous la peinture de ces bourgeois un sentiment de déclassement perpétuel et d’impuissance à vivre hors des carcans sociaux. La position basse reconduit alors, encore une fois, la recherche d’une singularité mesurée, une posture d’honnête homme, rebaptisé français moyen au XXe siècle. Cette singularité mesurée se situe sur le fil du discours, entre une position de surplomb par la distance instaurée avec le monde ambiant et une fusion avec la masse humaine. Ni érudit parce que trop commun, ni puriste, parce que ne se permettant pas une attitude normative, Monsieur Blot produit pourtant un discours sur les lieux communs et les stéréotypes qui rend complexe son statut de français moyen. Daninos brouille les cartes de la géographie sociale en faisant de ce type un homme conscient de sa banalité.

4. En guise de conclusion ouverte

51En partant d’une interrogation sur les postures d’érudit et de puriste, nous avons progressivement dégagé, dans un mode fictionnel, des modèles posturaux mobiles selon leur apparition dans l’espace social : l’érudit comme le puriste peuvent être stigmatisés mais ils possèdent des aspects positifs qui permettent de les endosser comme des postures socialement valorisées.

52Prenant l’exemple de Pierre Daninos, représentatif d’un certain type d’esprit français, érudit, lettré, puriste bienveillant, nous avons ensuite, dans l’espace de la fiction littéraire, décrit les postures comme positionnement social lié à des sociotypifications imaginaires, traces d’une sociologie spontanée complexe. C’est un pas dans notre projet plus large de recherche sur l’esprit français et les géographies sociales imaginaires produites par les locuteurs dits « non-experts », lesquels contribuent, autant que les locuteurs experts, à la construction d’un savoir sur la langue. Comme nous avons essayé de le montrer, les postures du puriste et de l’érudit – et l’interpénétration des deux – sont constitutives de la construction de ce savoir.

Haut de page

Bibliographie

Aron (Paul), Saint-Jacques (Denis) et Viala (Alain) (dir.), Le Dictionnaire du littéraire, Paris, PUF, 2004 (2e édition, revue et augmentée).

Beacco (Jean-Claude), « A la recherche d’un idéal discursif ordinaire. De la verve », Pratiques 139/140, 2008, pp. 129-149.

Bourdieu (Pierre), La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

Calabrese (Laura) et Rosier (Laurence) (éds), « Ethnotypes et sociotypes : normes, discours cultures », Le discours et la langue 1, Bruxelles, Intercommunications, 2009.

Fumaroli (Marc), « Qu’est-ce que l’esprit français ? », dans Le Point, Hors-série 20, novembre-décembre , pp. 7-11, 2008.

Jodelet (Denise) (dir.), Les représentations sociales, Paris, PUF, (1989, 1re éd.), 2003.

Maingueneau (Dominique), « L’ethos : de la rhétorique à l’analyse du discours », en ligne sur http://pagesperso-orange.fr/dominique.maingueneau/intro_company.html. Version raccourcie et légèrement modifiée de « Problèmes d’ethos », Pratiques, no 113-114, 2002.

Meizoz (Jérôme), Postures littéraires : mise en scène moderne de l’auteur, Genève, Slaktine, 2007.

Montandon (Alain) (dir.), Dictionnaire raisonné de la politesse et du savoir-vivre, Paris, Le Seuil, 1997.

Paveau (Marie-Anne) et Rosier (Laurence), La Langue française : passions et polémiques, Paris Vuibert, 2008.

Paveau (Marie-Anne), Les Prédiscours. Sens mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2006.

Paveau (Marie-Anne), « Les non-linguistes font-ils de la linguistique ? Une approche anti-éliminativiste des théories folk », Pratiques 139/140, 2008, pp. 93-109.

Piégay-Gros (Nathalie), L’érudition imaginaire, Genève, Droz, 2009.

Rosier (Laurence), « Ris ma langue ou registre comique et stigmatisation sociale : l’exemple de Pierre Daninos »  dans Gaudin, L. et Salvan, G., Les registres : enjeux stylistiques et visées pragmatiques, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2008, pp. 47-64.

Rosier (Laurence), « Singer ou de la répétition des mots à l’imitation des corps » dans Itinéraires (1), édités par Marie-Anne Paveau et Pierre Zoberman, Corpographèses. Corps écrits, corps inscrits, 2009, pp. 43-59.

Œuvres de Pierre Daninos

1952, Sonia, les autres et moi ou le dictionnaire des maux courants, Paris, Plon.

1958, Tout l’humour du monde, Paris, Hachette.

1958, Vacances à tous prix, Paris, Hachette.

1960, Un certain Monsieur Blot, Paris, Hachette.

1962, Le jacassin. Nouveau traité des idées reçues, folies bourgeoises et automatismes, Paris, Hachette.

1963, Daninoscope, Paris, Presses de la cité.

1964, Snobissimo ou le désir de paraître, Paris, Hachette.

1968, Le major tricolore, Paris, Hachette.

1973, Les nouveaux carnets du major Thompson, Paris, Hachette.

1977, Made in France, Paris, Julliard.

1983, La galerie des glaces ou les caractères de notre temps, Paris, Hachette.

1985, La France dans tous ses états, Paris, Hachette.

1986, La France prise aux mots, Paris, Calmann-Lévy.

Haut de page

Notes

1  Paveau (Marie-Anne) et Rosier (Laurence), La Langue française : passions et polémiques, Paris, Vuibert, 2008.

2  Paveau (Marie-Anne), « Les non-linguistes font-ils de la linguistique ? Une approche anti-éliminativiste des théories folk », Pratiques 139/140, 2008, pp. 93-109.

3  Montandon (Alain) (dir.), Dictionnaire raisonné de la politesse et du savoir-vivre, Paris, Le Seuil, 1997.

4  Cf. (Marie-Anne), « Les non-linguistes font-ils de la linguistique ? Une approche anti-éliminativiste des théories folk », art. cit., p. 101.

5  Jodelet (Denise), « Représentations sociales : un domaine en expansion », dans Jodelet (Denise) (dir.), Les représentations sociales, Paris, PUF, (1989, 1re éd.), 2003, p. 53.

6  Dans Christian Le Bart, « Stratégies identitaires de fans », Revue française de sociologie, 2004 / 2, vol. 45, pp. 283-306, http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=RFS_452_0283, consulté le 20 mars 2009.

7  Voir http://gerard.rimbert.free.fr/spip.php?article27, consulté le 20 mars 2009.

8  « Pierre Assouline et Malika Temmar : entretien », Semen, no 26, 2008, http://semen.revues.org/8427, consulté le 30 décembre 2010.

9  Paveau (Marie-Anne), « Les non-linguistes font-ils de la linguistique ? Une approche anti-éliminativiste des théories folk », art. cit., p. 94.

10  Meizoz (Jérôme), Postures littéraires : mise en scène moderne de l’auteur, Genève, Slaktine, 2007.

11  Amossy (Ruth), « ethos », dans Aron (Paul), Saint-Jacques (Denis) et Viala (Alain) (dir.), Le Dictionnaire du littéraire, Paris, PUF, 2004 (2e édition, revue et augmentée).

12  Paveau (Marie-Anne), Les Prédiscours. Sens mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2006, p. 124.

13  Id.

14  Ibid., p. 126.

15  On s’interrogera à cet égard sur la dimension monstrative de la posture : pour user du terme, il semble qu’il faille identifier la posture en tant que signée par des éléments sémiologiques divers (phénomène d’identification et de reconnaissance). Mais trop montrée, elle tombe dans l’affectation, le paraître, la fausseté ou la maladresse, voire l’imposture.

16  Maingueneau (Dominique), « L’ethos : de la rhétorique à l’analyse du discours », en ligne sur http://pagesperso-orange.fr/dominique.maingueneau/intro_company.html. Consulté le 10 mars 2009. Version raccourcie et légèrement modifiée de « Problèmes d’ethos », Pratiques, n° 113-114, 2002.

17  Piégay-Gros (Nathalie), L’érudition imaginaire, Genève, Droz, 2009, p. 137.

18  Paveau (Marie-Anne) et Rosier (Laurence), La Langue française : passions et polémiques, Paris Vuibert, 2008, p. 212.

19  Id., p. 75.

20  Bourdieu (Pierre), « À propos d’une infirmière très modeste », La Distinction, Paris, Éditions de Minuit, p. 372.

21  Certains peuvent s’étonner de trouver Bernard Cerquiglini parmi les puristes. Rappelons que ce classement se fait en fonction de l’acception large et dialectique que nous proposons du purisme comme activité métalinguistique (Paveau (Marie-Anne) et Rosier (Laurence), op. cit.). Si le discours de Cerquiglini relève de la linguistique explicative, la posture mise en scène par la figure imaginaire du professeur renvoie à une attitude corporelle qui intègre une dimension prescriptive voire proscriptive. Nous renvoyons également à l’ouvrage d’Alain Berrendonner, L’éternel grammairien : étude du discours normatif (Berne et Frankfort, Peter Lang, 1982), où l’auteur montrait magistralement les caractères normatifs du discours linguistique et les propositions axiologiques ainsi que les prescriptions dissimulées sous le propos scientifique.

22  Pour les références des œuvres de Pierre Daninos, voir la bibliographie en fin d’article.

23  Cf. Natta (Marie-Christine ), « Distinction », in Montandon (Alain), op. cit. : « les critères de distinction du snob sont mobiles, collectifs et imaginaires », p. 396.

24  C’est nous qui soulignons dans les extraits cités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Rosier, « Postures de l’érudit-puriste et sociotypifications imaginaires », COnTEXTES [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 17 janvier 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/4724 ; DOI : 10.4000/contextes.4724

Haut de page

Auteur

Laurence Rosier

Centre de Linguistique LADISCO / ULB

Haut de page