Navigation – Plan du site

Compte rendu de Bleton (Paul) et Poirier (Mario), Le vagabond stoïque. Louis Hémon

Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Socius », 2004, 261 p.
Cécile Vanderpelen-Diagre

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1Si Louis Hémon (1888-1913) n’est pas un écrivain « incontournable » que l’« honnête homme » se doit de connaître, il est pourtant l’auteur d’une œuvre emblématique : Maria Chapdelaine. Souvent, ce « roman de la terre » est le seul titre connu de l’histoire de la littérature canadienne française de ce côté de l’Atlantique. Et pour cause : c’est un best-seller. Les 145 éditions qu’il a connues – dont 60 % en langues étrangères – depuis sa sortie posthume en librairie grâce à Grasset en 1927 (après deux versions peu remarquées, une en feuilleton dans Le Temps, l’autre, expurgée à Montréal en 1916) totalisent des milliers d’exemplaires répartis dans 29 pays. Les aventures sédentaires de Maria Chapdelaine ont été adaptées pour le cinéma (par Julien Duvivier en 1934, avec Jean Gabin, Madeleine Renaud et Marc Allégret ; en 1950, par Gilles Carle et en, 1984, avec Carole Laure), la BD, le théâtre, le roman-illustré, le radio-roman et la série télévisée. Un tel succès a eu tendance, d’une part, à occulter le reste de l’œuvre de l’auteur et, d’autre part, à étouffer la production canadienne-française.

2L’omniprésence – pour ne pas dire l’omnipotence – du mythe créé par Hémon est d’autant plus problématique pour le Canada-français que l’écrivain est français. Né en Bretagne, l’homme a longtemps séjourné à Londres, avant de s’expatrier à Québec, à Montréal, puis en Ontario, où un train le fauche à la fleur de l’âge. Ces migrations géographiques, accompagnées d’une vie familiale et sentimentale agitée (rupture avec sa famille bourgeoise, naissance d’une fille hors mariage, etc.) ne l’ont pas empêché de produire une œuvre abondante, marquée par son expérience de chroniqueur sportif, par l’actualité sociale et par ses voyages.

3L’existence bien remplie de Louis Hémon, ainsi que ses écrits, ont à ce jour inspiré de nombreux travaux universitaires et plusieurs biographies. Ses Œuvres complètes ont été éditées entre 1990 et 1995 (3 tomes présentés et annotés par Aurélien Boivin, Montréal, Guérin). Les auteurs du présent livre ne manquaient dès lors pas de matériaux pour réaliser cette nouvelle étude. Celle-ci s’est construite à la croisée de deux disciplines : la littérature, volet assuré par Paul Bleton, et la psychologie, axe exploré par Mario Poirier.

4Partant du postulat selon lequel la trajectoire de Louis Hémon s’explique par les notions socio-psychologiques du vagabondage et de l’itinérance, la présente enquête tente de l’expliquer grâce à trois axes. Le premier sonde l’intimité de l’écrivain (les liens avec les femmes de sa famille et de son cœur), et surtout la filiation (c’est le fils d’un haut-fonctionnaire de la République française). Le second s’articule autour des questions de la communication et de la transmission et cherche à mettre en exergue la fonction de « passeur » entre les cultures anglaise, française et canadienne-française qu’il a exercées. Enfin, le troisième ausculte la manière très particulière dont Hémon conçoit le corps – élément central de son œuvre – dont il n’a de cesse d’examiner les limites, la déchéance et les meurtrissures.

5Force est de constater que ces axes de travail sont originaux et génèrent des réflexions stimulantes. Les pages consacrées à l’étude minutieuse des relations entretenues avec le père grâce à l’analyse de la correspondance sont très convaincantes. Tout aussi intéressante se révèle la partie destinée à déplier le contexte et les modalités d’une production littéraire qui va volontairement à la rencontre de plusieurs cultures, et « nationales », et sociales. La connaissance intime de l’œuvre, abordée grâce à de nombreux outils interprétatifs puisés dans plusieurs disciplines (psychologie, histoire et sociologie de la littérature, psychanalyse, philosophie) s’avère riche de découvertes. Cependant, peut-être trop fascinés par les paradoxes de leur sujet, les auteurs ont tendance à s’égarer dans les méandres obscurs de ses vagabondages, attitude qu’ils assument du reste pleinement dès l’introduction. Il n’empêche : l’itinérance trop soulignée a tendance à rendre difficile la compréhension de l’itinéraire. Lorsqu’il s’écarte de la description de la trajectoire biographique, il arrive souvent que le propos perde le lecteur dans des réflexions anachroniques. Ainsi, expliquer l’« amour platonique » tel que le conçoit Louis Hémon au début du siècle à l’aide d’une définition du Petit Robert de 1993 laisse perplexe (p. 69). Dans le même ordre d’idées, on est souvent dérangé, quand il s’agit d'analyser les œuvres de l’écrivain, par un renvoi aux Œuvres complètes sans mention de la date exacte d’écriture du texte mentionné ou cité. Loin d’être anecdotique, un tel procédé forclôt la dimension proprement historique (les étapes, les prises de position, les choix) du cheminement considéré. De même, la comparaison proposée en fin de volume entre l’itinérance du fils de bonne famille Hémon né en 1888 avec la condition actuelle des SDF paraît particulièrement incongrue. Enfin, plusieurs notions utilisées mériteraient d’être définies afin de mieux saisir le sens que leur donnent les auteurs (« stoïcisme », « liberté », « concorde romanesque »).

6On l’aura compris, en dépit de sa richesse, cette étude manque souvent de ce qu’on a coutume d’appeler la « rigueur scientifique ». Si celle-ci a parfois des difficultés à se déprendre du subjectivisme, elle n’en demeure pas moins utile pour rendre fonctionnel, entre émetteur et récepteur, le langage. Malheureusement, ici, le lecteur éprouve souvent des difficultés à comprendre et à suivre les auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Compte rendu de Bleton (Paul) et Poirier (Mario), Le vagabond stoïque. Louis Hémon », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 10 novembre 2007, consulté le 26 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/473

Haut de page

Auteur

Cécile Vanderpelen-Diagre

FNRS-ULB

Articles du même auteur

Haut de page