Navigation – Plan du site

Compte rendu de Brissette (Pascal) & Glinoer (Anthony), (dir.), Bohème sans frontière

Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2010, 364 p.
Marta Caraion

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1Un texte de Murger – Scènes de la vie de Bohème –, un opéra de Puccini, un monde d’artistes miséreux heureux de vivre librement leur misère, dans l’amitié, la jeunesse et l’insouciance, contre les carcans bourgeois, à une époque qui commence dans les années 1830 et s’étend à volonté selon les idées que chacun s’en fait : on peut ainsi dresser le portrait moyen de la bohème dans l’imaginaire du quidam. Ajoutons, pour les plus informés, une version moins euphorique de la bohème chez Marx ou Vallès, la constitution d’une filiation légitimante depuis François Villon, ou encore, selon Bourdieu, la fonction d’autonomisation du champ littéraire que la bohème remplit au xixe siècle.

2Bohème sans frontière, volume collectif paru en 2010 sous la direction de Pascal Brissette et Anthony Glinoer, non seulement fait le point sur les différentes approches et figures de la bohème, mais s’interroge aussi sur la constitution d’un mythe, en examinant ce qui a permis à une posture, à une réalité sociale et à un ensemble de textes de se cristalliser, de s’étendre au-delà des frontières géographiques qui lui étaient initialement afférées – c’est-à-dire hors de Paris et de la France, dans toute l’Europe, voire au-delà – et de se perpétuer jusqu’à des périodes récentes.

3L’ouvrage est un exemple de réussite en matière d’écrits collectifs, en ce sens qu’il gagne le pari d’une vision commune, d’un propos cohérent qui progresse vers la compréhension globale du phénomène de la bohème, en évitant la dispersion monographique. Les études ciblées apparaissent dès lors comme des éclairages spécifiques et concrets autour de corpus de textes des xixe et xxe siècles français, belges, canadiens, espagnols, sud- et nord-américains, qui offrent autant de variantes et reprises déférentes ou polémiques du mythe de la bohème. Dans la première partie de l’ouvrage, intitulée « Vues d’ensemble », Nathalie Heinich et Jerrold Seigel présentent deux articles de synthèse dont les questionnements socio-historiques viendront éclairer les deuxième et troisième parties – respectivement « Configurations et reconfigurations de la bohème en France » et « La bohème hors les murs ».

  • 1  Heinich (Nathalie), L’Élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gall (...)

4Dans une perspective sociologique large, à la suite de son livre, L’Élite artiste1, Nathalie Heinich définit la bohème comme une expérience à trois déterminants, réel, imaginaire et symbolique. Aux facteurs juridiques, économiques et institutionnels qui modifient en profondeur la profession d’artiste au xixe siècle, répond la naissance du régime vocationnel dont la bohème (comprise comme une opposition aux normes et au passé, caractérisée par son excentricité et ses formes spécifiques de sociabilité) est l’une des manifestations. À ces éléments factuels s’ajoute un phénomène de génération, celui des artistes nés après la Révolution, qui se reconnaissent dans leur refus du monde bourgeois, l’investissement dans l’art et l’aspiration à des privilèges liés à la singularité qu’ils revendiquent. De cette expérience naît la deuxième dimension qui intéresse Nathalie Heinich, l’imaginaire de la bohème, qu’elle analyse dans des textes de fiction à partir du Chef-d’œuvre inconnu de Balzac (1831) et, tout au long du siècle, à travers des récits qui mettent en scène la vie d’artiste (Scènes de la vie de bohème de Murger, Les Martyrs ridicules de Cladel, Manette Salomon des frères Goncourt). S’en dégage une double construction du discours sur la bohème selon que celle-ci constitue un choix ou une nécessité : le mythe qui est « enchantement » ou idéalisation, contre la réalité qui est « désenchantement » ou résignation. Cette double composante, réelle et imaginaire, va nourrir l’imaginaire collectif et générer des vocations, construisant de la sorte un statut d’artiste fondé sur des valeurs nouvelles : génie, création, innovation, originalité, unicité… À nouveau statut, nouvelle charge symbolique : la position marginale de l’artiste se donnera à lire comme une forme d’aristocratie fondée sur l’excellence et motivée par tout un vocabulaire religieux et élitaire. Nathalie Heinich place ainsi la bohème dans tout un processus de constitution, au xixe siècle, du statut d’artiste, fondé à la fois sur des facteurs socio-économiques et historiques et sur des modélisations littéraires créatrices de modèles symboliques.

  • 2 Seigel (Jerrold), Bohemian Paris : Culture, Politics, and the Boundaries of Bourgeois Life, 1830-19 (...)

5Plus de vingt ans après son livre sur la bohème2, Jerrold Seigel tente d’établir une topographie culturelle, sociale, politique et morale de la bohème en tenant compte de sa double composante réelle et symbolique. Établi à travers les textes majeurs de la bohème, ce cadastre met en lumière l’existence d'autres groupes sociopolitiques, qui ne se confondent pas avec la bohème mais partagent toutefois avec elle un certain détachement de la norme sociale et le fait de se définir dans la différence. Les artistes ou écrivains et les jeunes gens constituent les deux principaux sous-groupes de cet ensemble, qui réunit également les ratés de toutes sortes et les jeunes rejetés par leurs familles, les visionnaires et les excentriques, les métiers inconnus, les personnes à sexualité hors norme, les réfractaires et les itinérants. Mais le positionnement antagoniste face à la société bourgeoise qui définit chacun des groupes dans lesquels la bohème recrute ses adeptes est à repenser d’une part en s’interrogeant sur le statut de cette bourgeoisie trop souvent considérée comme un ensemble monolithique, d’autre part en soulignant les différences et les ambivalences intrinsèques qui caractérisent les bohèmes dans leurs parcours, leurs choix, leurs aspirations et leurs idées. Le texte de Murger sert de fondement à l’analyse de Jerrold Seigel et lui permet de montrer que la bohème, plutôt qu’une alternative à la vie bourgeoise, n’est qu’une des formes que celle-ci donne à ses propres conflits et incohérences, interprétation qui explique l’importance de la bohème dans l’histoire culturelle de la modernité.

6Plusieurs articles examinent les moments de cristallisation qui, avant ou pendant la période de formation de la bohème, esquissent ses traits caractéristiques et échafaudent une stratégie de légitimation. Chanson ou opéra, la bohème chante et se plaît à être chantée. Si le fameux Béranger apparaît ici et là dans les grands textes de la bohème, c’est qu’il donne à entendre, avant même que le mot désigne le phénomène que l’on connaît (à partir de 1834), une certaine bohème de nomades, marginaux, voleurs et mendiants. Ainsi, avant la constitution du mythe et de ses invariants, on voit circuler dans les chansons de Béranger des thèmes, motifs et personnages que la bohème consacrera : la grisette et le génie, la pauvreté heureuse, l’insouciance de la jeunesse, la mansarde, l’habit râpé… Dans son article sur Béranger, Pascal Brissette réfléchit à la genèse du mythe en ce qu’il cristallise, à un moment historique et social précis, des éléments qui préexistaient, épars, dans la production littéraire et populaire qui le précède.

7Le même type de questionnement occupe Martine Lavaud lorsqu’elle étudie, de manière très convaincante, les filiations bohèmes que les auteurs du xixe siècle établissent en se réclamant des « grotesques » que sont Villon, Théophile de Viau, Saint-Amant ou Cyrano. Cette généalogie légitimante fondatrice d’une «poétique de l’échec» définit la bohème dans la marginalité joyeuse ou martyre. Le cabaret, la mise en scène de soi, la relation à l’échec, autant de traits communs ou de signes de reconnaissance que la bohème fictionnalise pour se créer, en se promenant parmi les minores des siècles du passé, une histoire littéraire propre. Jean-Didier Wagneur fonde ses réflexions sur le même constat initial d’une nécessaire généalogie mythique forgée par la bohème qui se fixe en une identité légitime et positive à la fin des années 1840. L’article établit la différence de positionnement social entre les élites romantiques et la bohème démocratique décrite par Murger, déclassée et enchaînée à la petite presse, en s’intéressant non seulement aux Scènes fondatrices de Murger, mais aussi à des textes qui, de 1845 à 1850, en volume ou dans la presse (Journal des débats, L’Artiste, La Presse), participent à l’appropriation de la bohème littéraire comme expression et comme statut, et révèlent les tensions entre les deux franges d’écrivains : « une bohème vue par la petite presse et une bohême poétique – la graphie révèle cette opposition » (p. 96). Une autre manière de questionner la légitimité et l’identité bohèmes consiste à poser le problème du style de ces écrivains du petit journal auxquels manque la culture lettrée : en prenant comme exemple Murger et Champfleury, Sandrine Berthelot analyse le « style bohème » dans son opposition à la rhétorique classique, en explicitant en même temps ses modalités textuelles et ses conditions de production.

8Dans le processus d’invention valorisante de soi pratiqué par la bohème, auquel contribuent nombre d’articles, de biographies, de petites monographies et de fictions, Anthony Glinoer suit la fabrication d’une figure héroïque, celle d’Albert Glatigny. Comédien ambulant et poète, en marge de la vie littéraire, collaborateur épisodique à des journaux parisiens, auteur de quelques comédies et de trois recueils de poèmes, Glatigny se présente comme un poète vagabond qui met en scène sa misère comme partie de son art (Le Jour de l’an d’un vagabond). Apprécié par les auteurs du Parnasse, par Baudelaire et Hugo, la construction du personnage, mort à trente-quatre ans (1873), se fait post-mortem jusque dans les années 1940, dans des articles ou des volumes, qui, de Gautier à Verlaine, de Théodore de Banville à Rémy de Gourmont, de Catulle Mendès à Francis Carco, mythifient la posture du poète martyre, d’un saltimbanque bohémien. En contrepoint à cette construction d’une figure mineure de poète miséreux en symbole de l’artiste, l’œuvre de Vallès s’inscrit dans la révolte contre la mythologie et l’idéalisation de la bohème. L’article de Lise Dumasy-Queffélec détaille, chez Vallès, les étapes constitutives d’un autre type de marginalité, politiquement engagée et sans complaisance, qui s’institue d’une part dans la démythification des thèmes murgeriens et d’autre part dans l’invention d’un style propre déterminé par une énonciation à la fois distancée et totalement impliquée dans une réalité qu’il restitue dans ses brutalités. À la suite de Vallès, Octave Mirbeau incarne aussi la révolte contre la misère de la bohème. Pour parler de l’émergence d’un prolétariat des lettres et d’une posture contestataire de l’écrivain, Jean-Yves Mollier se place dans une perspective historique qui analyse la situation du journalisme dans les différents régimes politiques du xixe siècle, avant d’examiner la trajectoire complexe de Mirbeau face à « cet asservissement de la pensée » (p. 147) et la naissance d’une figure d’intellectuel révolté.

9La bohème démystifiée est déjà le propos des Martyrs ridicules de Léon Cladel, roman de débutant au ton ironique, paru en 1861 et préfacé par Baudelaire. Pascal Durand analyse l’origine de cette construction romanesque et montre de quelle manière, en trente ans, la bohème a assis ses lieux communs dans l’esprit d’une jeunesse bourgeoise encline à se fabriquer une « posture gratifiante », hors toute vocation artistique. Parmi les traitements romanesques de la bohème, Yves Thomas s’intéresse aux Mohicans de Paris de Dumas et Jeremy Worth à L’Œuvre de Zola. Paru au milieu des grands travaux haussmanniens visant à moderniser Paris, le roman de Dumas met en scène toute une population de déclassés, au croisement du crime et de l’art, qui sillonnent le vieux Paris en le restituant à la mémoire du lecteur. Même mouvement d’opposition dans L’Œuvre qui donne à lire la bohème, en prolongement aux réflexions de Murger, à la fois comme une force de résistance au nivellement artistique et comme une étape à dépasser après y avoir puisé les forces de résistance.

10D’autres variantes de la bohème, distancées ou non, sont à découvrir dans la suite du volume. Denis Saint-Amand s’intéresse au Cercle Zutique (Rimbaud, Verlaine, Cros…) : ce groupe littéraire éphémère (1871-1872) et clandestin, au comportement libertaire, dont la sociabilité reprend certains motifs de la mythologie bohème, ne se donne à connaître qu’à travers un recueil collectif – l’Album zutique, collage de textes subversifs tant sur le plan littéraire que politique, non destiné à la publication et redécouvert dans les années 1930. Jean-Luc Steinmetz se penche sur la bohème vue par Tristan Corbière dans un document manuscrit, sorte de liste des possibles de la bohème en 1873. Le salon de Nina de Villard, tel que raconté par Villiers de L’Isle-Adam et par Catulle Mendès, donne à Marie Boisvert l’occasion de réfléchir sur les fictions de la mémoire et les polarités de la bohème.

11Au xxe siècle, la bohème devient filon éditorial. Vincent Laisney analyse les conditions d’émergence de la collection initiée par Francis Carco en 1928 chez Grasset, « La vie de Bohème », constituée de biographies romancées pour un public auprès duquel la bohème est un argument de vente. La bohème marque alors sa « consécration éditoriale » tout en signant « son extinction définitive comme modèle de vie artistique » (p. 235). Dans les mêmes années – David Vrydaghs de s’y pencher –, Aragon raconte sa vie à Montmartre dans Le Mauvais plaisant, récit révélateur de l’ambiguïté des surréalistes face à une bohème à la fois rejetée et critiquée, mais qui continue à fournir des thématiques toujours vivaces et à nourrir réécritures et variations. La dernière occurrence de la bohème en France, dans le parcours proposé par ce volume, nous conduit, avec l’article d’Alexandre Trudel, jusque dans les années 1950, avec l’Internationale lettriste de Guy Debord et la question des classes dangereuses, qui croise intellectuels et délinquants, artistes et criminels sous la bannière de la rébellion, de l’illégalité et de la conspiration.

12Y a-t-il une bohème hors Paris, ou comment s’opère le processus d’exportation d’un mythe par-delà les frontières ? Au milieu du xixe siècle, la bohème bruxelloise se décline, comme à Paris, dans son opposition à la bourgeoisie, mais selon les spécificités locales : anticléricalisme et opposition aux « doctrinaires » et « libéraux “de droite” ». A cela s’ajoute, comme l’explique Pierre Van den Dungen, le brassage avec les intellectuels français en exil, opposés à Napoléon III, et la naissance, dans ce contexte, d’une presse satirique progressiste spécifiquement bruxelloise. À l’inverse, il existe une bohème étrangère à Paris, déjà au xixe siècle, puis avant et après la guerre de 14, à laquelle il s’agit de restituer ses dimensions réelles. Diana Cooper-Richet et Michel Pierssens décrivent la bohème sud-américaine dorée, attirée vers la capitale par un certain mode de vie mythique autant que par la culture française et qui, à partir du milieu du xixe siècle jusqu’à la Première Guerre mondiale, dispose à Paris d’un grand nombre de journaux en espagnol, organes de diffusion et de transferts culturels entre les continents. « La bohème littéraire espagnole fin de siècle », entre Madrid et Paris, est analysée par Xavier Escudero comme un phénomène à la fois littéraire, esthétique et social, inscrit dans les événements de l’histoire, et générateur d’œuvres autoréférentielles dans lesquelles la bohème est à la fois thème et programme idéologique.

13Deux chapitres étudient la bohème canadienne, « La bohème dans le théâtre et la presse à Montréal avant la première guerre mondiale » de Hervé Guay et « La bohème sympathique » de Michel Biron. Le premier s’interroge sur la diffusion des traits spécifiques de la bohème au Canada français à partir des adaptations au théâtre des Scènes de la vie de Bohème et des articles relatifs à ces représentations. Le second répertorie les symptômes d’inexistence de la Bohème au Québec, à travers les chroniques de Rodolphe Chevrier publiées dans les années 1890 (« Échos de la bohème canadienne »), les écrits d’Edmond de Nevers qui réfléchit à ce « symbole sympathique de la civilisation même » dont manque l’Amérique, ou encore la posture et les écrits du poète Nelligan. « La bohème existe, écrit Michel Biron, au Québec, mais par défaut : à travers elle se marque la distance presque infranchissable entre l’Amérique et l’Europe » (p. 330). Ou peut-être, pour combler cette distance de civilisation, faut-il attendre les années 1950 et la Beat generation pour que s’exprime, à l’américaine, une bohème nomade, qui, selon Clémentine Hougue, fait éclater les frontières et les disciplines et élargit l’espace et le champ d’expérience artistique.

14Ainsi, en France, comme à l’étranger, les années 1950 semblent explorer les limites du mythe bohème, en investissant avec force la notion de marginalité et en globalisant le projet. En un siècle et demi, on observe la constitution de la bohème en mythe, sa construction autour de figures légitimantes puisées dans le passé et de traits spécifiques qui formeront la matrice générant variantes et transferts multiples. Bohème sans frontière montre les mécanismes de propagation de cette matrice qui est aussi une grille de lecture efficace des relations entre les écrivains et la société. Au-delà des années 1950, la littérature a-t-elle épuisé les réécritures de la bohème ? Peut-être le cinéma prend-il le relais, mais on ne peut reprocher à ce volume, remarquable par sa diversité et par sa cohérence de propos, de ne pas avoir prospecté hors des territoires déjà bien vastes de la littérature.

Haut de page

Notes

1  Heinich (Nathalie), L’Élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, coll. «  Bibliothèque des sciences humaines », 2005.

2 Seigel (Jerrold), Bohemian Paris : Culture, Politics, and the Boundaries of Bourgeois Life, 1830-1930, New York, Viking Penguin,1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marta Caraion, « Compte rendu de Brissette (Pascal) & Glinoer (Anthony), (dir.), Bohème sans frontière », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 25 janvier 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/4734

Haut de page

Auteur

Marta Caraion

Université de Lausanne

Haut de page