Navigation – Plan du site

Contextes, performances et éthique

Compte rendu de Biebuyck (Brunhilde), Bornand (Sandra) & Leguy (Cécile) (dir.), Cahiers de Littérature orale, 63-64 : Pratiques d’enquêtes, 2008, 475 p.
Carole Boidin

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro double des Cahiers de Littérature Orale rassemble, en vingt-cinq articles et trois comptes-rendus, une mise au point sur les différentes problématiques qui se sont imposées à l’ethnologie des pratiques orales au cours des vingt dernières années. Prenant acte du tournant réflexif qu’ont connues les méthodes d’enquête depuis les années 1960, mais aussi des mutations engendrées sur le terrain, plus récemment, par les nouvelles technologies d’enregistrement et de diffusion des sources orales, ce volume prend pour objet ces enquêtes elles-mêmes, dans le contexte large de la mondialisation. Que fait l’ethnologue des pratiques verbales à l’âge de l’Internet et de la vidéo numérique ? Comment doit-il s’inscrire dans les réflexions déontologiques portées au niveau international par des institutions comme l’UNESCO ? C’est à de telles questions que ce numéro double est consacré, de façon plurivoque et contrastive.

2Outre des spécialistes issus d’institutions françaises et anglo-saxonnes, la parole est également laissée à des acteurs engagés dans d’autres types de structures : Lee Haring, universitaire expert auprès de l’UNESCO, et Sonia Nimr, historienne palestinienne spécialiste des camps de réfugiés. Les contributions, en français ou en anglais, sont systématiquement accompagnées de résumés bilingues. Relevant d’approches différentes, les articles réunis dans ce volume sont cependant guidés par une volonté collective de croiser études de cas, réflexion méthodologique et théorisation.

  • 1  Baumgardt (Ursula) & Derive (Jean), (dir.), Littératures orales africaines. Perspectives théorique (...)

3Conçu dans le prolongement d’un ouvrage récemment dirigé par Ursula Baumgardt et Jean Derive, et consacré aux effets de ces mutations méthodologiques sur l’ethnologie de l’oralité en Afrique1, ce volume cherche à en élargir la perspective. Les terrains évoqués concernent ainsi la quasi-totalité du globe : outre l’Afrique, zone de prédilection des coordinatrices de ce recueil, sont représentées la France, l’Europe méditerranéenne et l’Europe de l’Est, l’Inde du Nord, la Palestine ou encore l’Australie. Les États-Unis font aussi l’objet de réflexions approfondies, et l’Asie est mentionnée à plusieurs reprises. On ne saurait donc reprocher aux coordinatrices d’avoir omis certaines zones géographiques, eu égard au souci déjà très net d’élargir le plus possible l’amplitude de cette réflexion collective.

4À l’appui de cette réflexion, le volume fournit des outils bibliographiques conçus de manière efficace. L’éditorial propose, outre une présentation des enjeux de ce volume et de sa conception, une liste de titres formant un cadre théorique et méthodologique commun. Sont ainsi mentionnées des références massives : Victor Turner et Richard Bauman pour les théories du rituel et de la performance, Jack Goody sur l’oralité, Paul Connerton et Paul Ricœur sur les dispositifs de mémoire à travers les cultures et bien sûr Geneviève Calame-Griaule, pionnière du croisement entre ethnolinguistique et anthropologie culturelle. Ces références sont commentées et discutées dans les différents articles, qui laissent apparaître un autre trait distinctif : le souci de l’interdisciplinarité. Si les spécialistes de l’oralité et de l’ethnolinguistique sont massivement présents, une large place est laissée à l’analyse du discours et de la communication (Maingueneau, Amossy) ainsi qu’à des rapprochements plus inhabituels, comme celui de l’ethnologie et des sciences biologiques (article d’Elisabeth Motte-Florac) ou de la psychanalyse.

  • 2  Finnegan (Ruth), The Oral and Beyond. Doing Things With Words in Africa, Oxford, James Currey / Ch (...)
  • 3  De bouche à oreille, Anthologie de contes populaires français, établie par Geneviève Massignon, Pa (...)

5Dans cet effort bibliographique, on soulignera la pertinence des comptes-rendus présentés à la fin du volume. L’ouvrage dirigé par Ursula Baumgardt et Jean Derive y est présenté de façon à permettre au lecteur de s’en faire une idée suffisamment claire pour comprendre le point de départ de ce numéro des Cahiers de Littérature Orale. Un autre ouvrage, portant sur la pragmatique des pratiques verbales africaines2, et régulièrement cité dans différents articles, se trouve utilement présenté. Enfin, Cécile Leguy propose une mise au point sur les collectes de contes populaires de l’école française représentée par Geneviève Massignon, à l’occasion du compte-rendu d’une anthologie établie par cette dernière3. L’ensemble du volume présente donc une grande cohérence, au-delà des bibliographies présentées dans chaque article, qui se révèlent tout aussi précieuses pour un travail par zone ou par spécialité.

6Outre cette mise à jour bibliographique sur l’ethnologie des pratiques orales, ce volume présente une réflexion sur les « pratiques d’enquête » qui s’articule en trois grandes parties : retour sur les notions de contexte et de performance ; analyse de la démarche des enquêteurs et de la restitution de l’enquête ; problèmes éthiques et déontologiques concernant ces études et leur diffusion.

7Si, à la lecture des articles, ces trois problématiques apparaissent clairement comme des points de convergence entre chaque article, l’éditorial se révèle toutefois précieux pour comprendre l’organisation du volume et l’ordre de présentation, car cette répartition tripartite n’apparaît pas dans la table des matières.

Première partie : « Contextes et performances »

  • 4  Revel (Nicole), Chanter l’épopée. Témoignage de Mäsinu Intaräy, poète-narrateur Palawan (Philippin (...)

8Il est en effet d’abord question des méthodes requises pour observer des pratiques désormais considérées comme des faits globaux, notamment grâce à l’apport des performances studies. Cette partie prend pour modèle l’étude de Nicole Revel sur les épopées Palawan, qui s’inscrit dans la durée et croise différentes méthodes pour replacer ces performances verbales dans leur contexte culturel et historique ; de plus, l’étude de Nicole Revel associe un livre et un DVD qui propose des traductions et des transcriptions visualisables au moment de l’écoute des chants : en cela, c’est également un modèle de diffusion de ces performances complexes4.

9Dans cette partie du volume, les réflexions de Revel sont prolongées du côté des postures d’enquête qu’elles supposent en amont et en aval des enregistrements. Sandra Bornand analyse ainsi sa propre posture dans l’enquête qu’elle a menée au Niger : les expériences qu’elles y a vécues ont influencé son regard, tout en affermissant sa connaissance contextelle des performances qui ont retenu son attention. Loin de nier la part d’empathie et d’expérimentation qu’une telle enquête suppose, Sandra Bornand en fait l’un des principes d’une étude réfléchie et novatrice portant sur des pratiques orales fondées sur la communication, alors qu’elles avaient longtemps été cantonnées par les ethnologues à leurs transcriptions textuelles.

10Cette attention portée au contexte d’énonciation et à la place qu’y tient la relation entre enquêteur et informateur caractérise également l’article de Cécile Leguy. Elle rappelle l’importance que revêtent les enquêtes portant sur des énoncés aussi traditionnels que les proverbes, aussi bien pour l’enquête pragmatique sur leur valeur culturelle, qu’aux yeux des populations d’où ces proverbes sont issus. Chargés d’une valeur sociale et patrimoniale, ces proverbes font désormais l’objet de revendications de la part des populations interrogées, ce qui rend cruciale la question de la diffusion des recherches ethnologiques.

11Dans cette réflexion sur la complexité des objets en littérature orale, Geneviève Calame-Griaule propose quant à elle un témoignage passionnant sur la façon dont elle a découvert l’importance de la gestuelle des conteurs chez les Touaregs Isawaghen du Niger, autour des années 1960 et 1970. Bénéficiant de progrès croissants dans les techniques d’enregistrement, Geneviève Calame-Griaule a pourtant fait l’expérience des limites de ces techniques : elle rappelle l’importance de l’observation préalable, véritable initiation culturelle et corporelle, dans un domaine où les mots sont finalement une part transitoire et changeante d’une pratique traditionnelle complexe. Elle représente ainsi de façon magistrale l’histoire de l’ethnolinguistique, se détachant progressivement des phénomènes purement langagiers pour prendre en compte le corps et la mémoire gestuelle des conteurs.

12Catarina Pasqualino propose une définition de la performance à partir du flamenco des Gitans andalous. Après avoir rappelé l’importance des travaux de Geneviève Calame-Griaule sur l’imbrication de l’énonciation et des énoncés dans les phénomènes de littérature orale, elle propose d’aller plus loin en considérant ces phénomènes comme des rituels. Relevant à son tour l’importance des gestes et de la mémoire dans ces pratiques chantées, elle utilise, à la suite de Victor Turner, une terminologie théâtrale, qui postule que, dans chaque énonciation de littérature orale, il faut tenir compte aussi bien du contexte culturel global que des conditions hic et nunc dans lesquelles sont pris les participants. Mais elle franchit ensuite un pas supplémentaire en comparant les pratiques orales traditionnelles aux performances propres à l’art contemporain. Ces performances mettent en cause des grandes partitions, comme celle qui sépare l’acteur du spectateur, l’oral de l’écrit, l’artiste de l’artisan : cette remise en cause, appliquée aux rituels, permet de mieux comprendre les pratiques verbales comme des phénomènes interactifs, où les rôles peuvent changer et les valeurs s’actualiser en fonction des événements du moment.

13Cet effort pour penser les littératures orales au présent se retrouve dans l’article de Marie-Jo Derive, qui porte sur un jeu d’insultes traditionnel en Côte d’Ivoire, le gate-gate, qui s’est transporté sur un site Internet du même nom. Changeant de support et se défaisant des contraintes de l’oralité in praesentia, ce jeu conserve cependant certaines de ses fonctions sociales et se rattache à un imaginaire de l’oralité que Marie-Jo Derive propose de rapprocher de « l’oralité seconde » définie par Walter Ong. Elle permet ainsi de lancer une réflexion sur les nouveaux terrains de l’oralité, concernant des supports qui remettent eux aussi en cause la partition oral/écrit et qui n’ont, en l’occurrence, de virtuel que le nom.

14Enfin, reformulant le problème de la singularité contextuelle des performances rituelles, Graham Furniss pose un problème inverse : si c’est le hic et nunc de la performance qui donne son sens au rituel, qu’est-ce qui fait l’identité de ce rituel d’une performance à une autre ? Ce dernier article de la partie se veut une réflexion théorique et terminologique. Graham Furniss pose l’existence d’un travail de la mémoire qui sous-tendrait les pratiques rituelles, créant une continuité de l’ordre du genre entre les performances. Pourtant ces traits génériques, qui identifient le rituel et le rendent efficace, fonctionnent de façon suffisamment souple pour permettre l’interaction propre à chaque performance. La question du genre, cruciale pour les littératures orales, se trouve ainsi renouvelée par une alliance entre étude de performances et enquête sur le long terme.

  • 5  Elle reprend ce terme à Hymes (Dell), Now I know only so far : Essays in Ethnopoetics, Lincoln, Un (...)

15Bien que placé dans la section suivante, l’article de Catharine Mason démontre de façon magistrale le besoin de lier l’étude des performances orales à celle des métriques, des genres poétiques et des lexiques propres à chaque contexte, selon une méthode souple qu’elle nomme « ethnopoétique »5. Cet article pourrait servir de transition avec la partie suivante.

Deuxième partie : « Histoires d’enquêtes et de restitutions »

16La réflexion se centre, dans les treize articles suivants, sur les modalités de l’enquête concernant les littératures orales. Prenant acte des transformations apportées sur le terrain par les nouveaux moyens techniques liés à la parole, les coordinatrices du numéro ont rassemblé dans cette partie des articles qui posent le problème des moyens de collecte, d’analyse et de restitution des données. Chaque article relate une expérience de terrain, mais, de façon astucieuse, les analyses d’enquêtes anciennes, qui ont marqué l’histoire de la discipline, alternent avec des témoignages de spécialistes chevronnés comme Jean Derive ou Daniel P. Biebuyck. La réflexion se fait donc à la fois historique et contemporaine, ce qui apporte un recul salutaire à ce chantier collectif.

17Dans un premier ensemble, il est surtout question de stratégie. Le constat est unanime : on ne peut se vouloir passeur d’un patrimoine sans s’assurer de la collaboration des acteurs de ce patrimoine, ce qui suppose d’inventer les modalités de cette coopération. Ce postulat, d’ordre éthique, fait l’objet de différents témoignages qui mettent en avant la dimension identitaire de la recherche (comme le rappelle Lydia Gaborit, qui a tenté de rassembler le patrimoine oral de sa région d’origine). Mais ce postulat donne également lieu à des réflexions d’ordre méthodologique. Ainsi, Margarita Xanthakou raconte comment elle a enquêté sur les contes oraux pour disposer d’un prétexte lui permettant d’étudier en profondeur l’imaginaire social d’une région du Péloponnèse. De façon plus nette, Jean Derive rappelle comment, ne pouvant demeurer suffisamment longtemps dans la région ivoirienne qu’il voulait étudier, il a mis au point un système local d’informateurs-relais, donnant lieu à une enquête collective. Ce choix du décentrement de l’enquête, où l’informateur est partie prenante de la recherche et de son orientation, est commun à toute une lignée d’africanistes et de spécialistes de langues à tradition orale. Deux autres articles, de Daniel P. Biebuyck et de Luc Bouquiaux, prolongent les conséquences méthodologiques de ce postulat.

18Dans un autre registre, Janet Langlois raconte son parcours de « chasseuse de légendes » aux États-Unis, ce qui lui permet de penser une évolution des méthodes d’enquête, dépassant l’ethnographie classique. Elle s’est ainsi investie dans une recherche alliant collecte folklorique, étude psychanalytique et engagement politique (ce qu’elle nomme « ethnographie intime »), avant de s’intéresser à des formes plus indirectes de témoignages, comme la rumeur. Prise dans un double bind épistémologique (l’envie de connaître un « envers du décor » américain associée à la crainte de perturber cette contre-culture en l’exposant au grand jour), elle s’est alors résolue à une « ethnographie de l’ombre » consistant à utiliser ses étudiants et ses collègues comme enquêteurs. Consciente de l’ambiguïté de sa posture, entre espionnage et indiscrétion, Janet Langlois tente d’élaborer un protocole d’« ethnographie partagée », qui permettrait de conserver dans la recherche une scientificité acceptée et garantie par la collaboration de divers acteurs politiques et civils.

19Viennent ensuite deux analyses plus historiques, mais posant des problèmes similaires. Josiane Bru montre comme Antonin Perbosc, instituteur du début du XXe siècle, a appris à ses élèves à prendre en charge la collecte de traditions orales de leur région, les rendant responsables d’une enquête aux conséquences majeures, d’un point de vue tant scientifique que politique. Eva Guillorel étudie un autre exemple de la même époque : un vicaire breton, organisant un concours de chansons traditionnelles avec le soutien d’un journal local, a réuni plus d’un millier de pièces. Ce dispositif reflète pleinement le choix des interprètes de ces chansons, qui ont envoyé celles qui leur plaisaient et qui devaient refléter leur identité locale, et non celui d’un collecteur savant. Sont ainsi soulignées les limites de l’enquête folklorique traditionnelle, qui appelle un autre type de partenariat en matière de traditions locales.

20Nadine Decourt propose, dans cette perspective, deux expériences récentes liées aux contes. Travaillant avec des femmes immigrées puis avec des conteurs professionnels, elle montre comment la collecte de contes traditionnels peut, d’une part, permettre de créer une solidarité de groupe ayant des conséquences psychologiques et politiques importantes, et d’autre part donner lieu à des expérimentations scientifiques. Laboratoires d’interdisciplinarité, les ateliers auxquels elle a participé ont également donné lieu à une réflexion majeure sur l’utilisation des technologies numériques dans le traitement des contes et de leurs variantes.

21Cette réflexion technique annonce la seconde sous-partie, portant sur des exemples concrets de traitement informatisé de données. Paulette Roulon-Doko montre ainsi les possibilités offertes par des logiciels comme Shoebox et par l’Internet, en réfléchissant aux techniques de transcription et d’archivage susceptibles d’optimiser ces possibilités. Anne-Marie Dauphin-Tinturier expose quant à elle les enjeux scientifiques de l’édition numérique de la littérature orale, donnant lieu à de nouvelles analyses par les possibilités d’entrées multiples.

22Cette partie se conclut sur un entretien entre Cécile Leguy et Barbara Glowczewski. Celle-ci revient sur son parcours d’ethnologue, mais propose surtout une application inattendue des procédés numériques. Le support multimédia l’a en effet aidée à modéliser les connexions culturelles que les Aborigènes faisaient entre leur environnement, leurs pratiques sociales et leurs croyances, de façon interactive. Pourtant, cette formalisation pouvait paraître menaçante pour ces populations : formalisant une culture que l’ethnologue avait mis des années à comprendre, elle dispensait le public de cette initiation et risquait de réifier une culture complexe. En collaboration avec des institutions internationales et locales, elle a alors élaboré plusieurs projets permettant de faire connaître un patrimoine immatériel sans le soustraire à ses propriétaires.

Troisième partie : questions d’éthique

23Posant des problèmes aussi cruciaux que celui du droit d’auteur ou du rôle des institutions internationales en matière de littérature orale, l’entretien précédent annonce les problématiques des articles qui concluent ce volume.

24Sonia Nimr, pleinement engagée dans la défense des droits des réfugiés palestiniens, rappelle combien la littérature orale est dépositaire d’enjeux identitaires aux résonances politiques profondes. Aussi les récits des événements passés sont-ils influencés par la situation de chaque groupe, à l’intérieur d’Israël, dans les camps frontaliers ou encore dans la diaspora.

25Cette importance de la mémoire collective se retrouve dans l’article de Marie Lorillard, qui restitue une enquête portant sur les zones de conflits récents en Côte d’Ivoire. La littérature orale de ces zones, loin de ne témoigner que d’une culture figée, témoigne des affrontements et des violences qui ont marqué les populations et continuent à les diviser.

26Quelle peut alors être la position de l’ethnologue, dont les centres d’intérêt peuvent paraître dérisoires face à de telles situations de crise ? Sonia Nimr et Marie Lorillard proposent des solutions diverses, qui montrent cependant l’importance cruciale des productions verbales dans la compréhension des conflits et de leur impact psychologique et historique, tout en soulignant que leur étude suppose une attention au présent, au moins autant qu’aux continuités culturelles supposées de chaque région.

27Dans un contexte plus paisible, Maria Manca rappelle cependant que la littérature orale a souvent une dimension agonistique qui trace une carte des interdits et des espaces de liberté d’une société. S’appuyant sur les joutes pratiquées en Sardaigne centrale, elle réfléchit à la place de l’improvisation dans cette « lutte par les mots ». La capacité à improviser est souvent la clé de la victoire, aussi est-elle de l’ordre du secret. Confrontée aux limites des entretiens traditionnels, Maria Manca montre combien il s’est révélé important de développer à son tour des compétences en matière de création poétique, mais aussi de comprendre comment sa connaissance universitaire pouvait être précieuse pour les poètes, avides de nouvelles sources d’information et de prestige intellectuel. L’étude des joutes elle-même et sa diffusion devient ainsi un moyen d’obtenir des informations, dans un échange de bons procédés et de secrets professionnels dans lequel chacun trouve son intérêt.

28Les deux articles suivants (d’Elisabeth Motte-Florac et de Lee Haring) portent sur la préservation des savoirs traditionnels. Impulsée par des organismes internationaux comme l’OMS ou l’UNESCO, cette politique de préservation requiert l’expertise de spécialistes des traditions orales, qui se voient confrontés à des choix politiques et scientifiques décisifs. Que conserver, pourquoi et comment ? Comprendre une pharmacopée de tradition orale, n’est-ce pas aussi figer un savoir ancien qui évolue sans cesse ? Le choix des thérapeutes consultés n’a-t-il pas une influence sur les politiques ultérieures de soin dans ces régions ? Cette impossible neutralité de l’expert est tout aussi cruciale en ce qui concerne les arts verbaux et les spectacles traditionnels, qui courent eux aussi le risque de l’assèchement : Lee Haring propose quelques solutions pour valoriser la créativité essentielle à la survie des « patrimoines immatériels ».

29Mihaela Bacou conclut de façon ironique ce volume, en rappelant comment la déontologie peut être un obstacle à la connaissance scientifique. Bravant un interdit disciplinaire en enregistrant des informateurs à leur insu, elle ne peut que constater l’intérêt fondamental des résultats obtenus. Elle essaie alors de reformuler la relation idéale entre enquêteur et informateur, mais ne conclut que sur le constat d’une impasse méthodologique.

30Le charme d’une telle désinvolture pourrait laisser le lecteur sur un sentiment d’aporie ou de méfiance. La redéfinition de la démarche ethnologique en matière de littérature orale reste en chantier, mais les résultats accumulés au fil des articles démontrent la valeur heuristique d’une telle réflexion. Qui plus est, la fermeté et la clarté des comptes-rendus situés après ce dernier article démontrent, s’il en était besoin, que la rigueur scientifique et l’engagement personnel sont compatibles et renouvellent de vieilles problématiques comme celle de l’influence de l’observateur sur son terrain. Ils constituent donc la meilleure des conclusions pour ce bel ouvrage collectif.

Haut de page

Notes

1  Baumgardt (Ursula) & Derive (Jean), (dir.), Littératures orales africaines. Perspectives théoriques et méthodologiques, Paris, Karthala, 2008, 450 p.

2  Finnegan (Ruth), The Oral and Beyond. Doing Things With Words in Africa, Oxford, James Currey / Chicago, University of Chicago Press / Pietermaritzburg, University of Kwa-Zulu Natal Press, 2007, 258 p.

3  De bouche à oreille, Anthologie de contes populaires français, établie par Geneviève Massignon, Paris, José Corti, coll. « Merveilleux », no 30, 2006, 416 p.

4  Revel (Nicole), Chanter l’épopée. Témoignage de Mäsinu Intaräy, poète-narrateur Palawan (Philippines) / Epic singing, in the words of e Palawan Singer of Tales, Mäsinu Intaräy, DVD-Vidéo, durée : 20’, N. Revel auteur scientifique et réalisateur, Images et animations : Arghyro Paouri, Villejuif, CNRS, Production LMS.

5  Elle reprend ce terme à Hymes (Dell), Now I know only so far : Essays in Ethnopoetics, Lincoln, University of Nebraska Press, 2003, 512 p. En France, ce chantier est notamment investi par le Groupe de Recherches en EthnoPoétique rassemblant des chercheurs de diverses institutions (www.ethnopoetique.com).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Boidin, « Contextes, performances et éthique », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 07 avril 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/4750

Haut de page

Auteur

Carole Boidin

Université Stendhal-Grenoble 3

Haut de page