Navigation – Plan du site

Une étude marginale de littérature

Compte rendu de Andréas Pfersmann, Séditions infrapaginales. Poétique historique de l’annotation littéraire (XVIIe-XXIe siècles), Genève, Droz, coll. « Histoire des idées et critique littéraire » (vol. 464), 2011, 536 p.
Bibiane Fréché

Texte intégral

Rencontrer une note, selon un propos célèbre prêté au dramaturge Noel Coward, « is like going downstairs to answer the doorbel while making love ». (p. 11)

1Andréas Pfersmann est maître de conférence à l’Université de la Polynésie française. Il étudie depuis près de vingt ans l’annotation. Tout aussi marginal que marginalisé dans les études françaises, le sujet n’est pas neuf pour autant. Les scientifiques allemands planchent depuis la fin du XIXe siècle sur le sujet et le monde anglo-saxon lui a également consacré différents travaux. En revanche, le monde universitaire francophone n’avait encore vu éclore, à notre connaissance, que quelques rares études générales sur la question. Pour cette seule raison, l’ouvrage de Pfersmann vaut déjà le détour.

2Si on connaît le goût immodéré des rédacteurs d’ouvrages scientifiques pour les notes infrapaginales, l’objet principal de l’étude de Pfersmann est ailleurs. L’auteur s’intéresse plus volontiers aux œuvres littéraires annotées, phénomène particulièrement massif au siècle des Lumières, et singulièrement revenu à la mode dans l’avant-garde contemporaine. Si la note est souvent considérée comme un appendice anodin, elle est pourtant révélatrice de stratégies littéraires parfois complexes et a engendré de nombreuses polémiques au sein du monde littéraire.

3Dans un ouvrage touffu, Andréas Pfersmann marie approches poétique, diachronique (focalisée sur les deux périodes phares de l’annotation littéraire) et comparée. Du propre aveu de l’auteur, une poétique abstraite aurait coupé l’objet d’étude de sa raison d’être ; c’est pourquoi son travail constitue plutôt une « poétique historique » de l’annotation littéraire, à savoir « l’examen théorique et philologique de ces dispositifs formels à la lumière des médiations qui permettent de comprendre leur rôle précis dans une constellation sociale et un champ littéraire historiquement déterminés. » (p. 23) Encore faudrait-il savoir ce que l’auteur désigne par champ, puisque cette notion (qui fait encore l’objet, tout comme la notion d’espace, de nombreux débats dans les études littéraires à orientation comparatiste et sociologique) n’est aucunement définie dans son ouvrage, et, par ricochet, si ce concept est réellement approprié pour désigner les différents espaces géographiques analysés dans ce travail.

4S’ouvrant sur une circonscription historique, poétologique et phénoménologique de la note, l’approche combine étude formelle et analyse de discours. Après un bref détour par les civilisations anciennes et le Moyen Âge occidental, qui inventèrent des dispositifs matériels et des usages variés de la glose, l’auteur montre comment l’avènement de l’imprimerie a uniformisé la présentation des notes : on apprend alors comment les normes typographiques destinées à distinguer le texte de la note (format, filet de séparation, etc.) ont rapidement fait l’unanimité, au contraire de leur localisation. Le débat, en effet, a partagé les adeptes d’une lecture savante du texte (au moyen de digressions infrapaginales) et ceux d’une lecture récréative ou esthétique qui privilégie l’émotion du lecteur (relégation des notes en fin d’ouvrage pour ne pas interrompre le texte principal). L’utilité des notes a également suscité la polémique. Philologues, historiens, juristes, théologiens ont longtemps oscillé entre deux opinions divergentes ; les uns considérant la note comme un éclairage utile, les autres comme un insupportable supplément pédantesque. Les littéraires ne restèrent pas indifférents sur le sujet, enjeu d’une théorisation de l’œuvre littéraire.

5Depuis Dante, en fait, poètes, romanciers et dramaturges ont commencé à insérer des commentaires dans leurs propres textes, pour prévenir les interprétations abusives des exégètes. Héritier de la Renaissance italienne, a par la suite émergé, au XVIIe siècle, l’idéal du poeta doctus, qui légitimait, par son érudition et le recours aux autorités, sa production en langue vulgaire et son statut social. L’on prônait alors des notes alliant mesure, concision et divertissement. Il fallut attendre le XVIIIe siècle pour que la note, jusque là principalement réservée à un usage savant, critique ou idéologique, gagne aussi, puissamment, la littérature occidentale – notamment sous l’influence de La Nouvelle Héloïse –, et engage une période que Pfersmann appelle « l’âge des remarques » (p. 137).

6La querelle des Anciens et des Modernes, qui remet en cause le statut des auteurs de l’Antiquité, frappe ensuite de plein fouet la note dans laquelle l’exégèse se basait sur la valeur exemplaire des anciens. Cette crise de l’autorité s’accompagne d’une crise du commentaire, qui voit poindre la nécessité de dissocier le poète du savant. On tourne alors en dérision non seulement le recours aux notes, mais aussi la figure du pédant du XVIIe siècle, construite en complète contradiction avec la réalité de son statut social. Durant la seconde moitié du Siècle des Lumières, l’annotation parodique donne naissance à de nombreux jeux littéraires et, comme le conclut Pfersmann, c’est « [p]aradoxalement […] l’exécution de la note comme tombeau des autorités qui lui ouvrira de nouvelles possibilités et lui permettra de devenir une forme d’expression littéraire sui generis. » (p. 197)

7Trois genres, explique l’auteur, s’accommodent particulièrement de la note. La satire, tout d’abord, y trouve le moyen d’expliquer des allusions qui deviendraient rapidement inintelligibles pour cause de décalage spatio-temporel. La poésie didactique, ensuite, y introduit des prolongements savants. Le roman épistolaire, enfin, qui prive l’écrivain de la parole auctoriale du narrateur omniscient, trouve une parade dans la note. Comme le montre Pfersmann dans l’analyse des œuvres de Hermes, Sade et Rousseau, le romancier épistolaire ne pouvant assumer pleinement la responsabilité de ses écrits recourt à la note pour mettre en scène son statut d’auteur : c’est ce que résume Baculard d’Arnaud dans son « DIALOGUE entre un Critique & l’Auteur » (préface des Délassements d’un homme sensible) lorsqu’il distingue l’auteur du texte principal (qu’on nomme aujourd’hui narrateur) d’un je « authentique » (l’auteur) qui s’exprime en bas de page.

8L’auteur des Lumières est particulièrement attentif aux réactions du lecteur : celui-ci est invité à s’approprier le texte par le biais de commentaires infrapaginaux invitant à la réflexion. La note est le « lieu d’élaboration, plus que d’exposition, d’une philosophie » (Yannick Séité à propos de La Nouvelle Héloïse, cité p. 264), destinée à un lecteur responsabilisé. Cependant, même si l’auteur ne cherche pas à déterminer d’autorité le sens du texte, la note oriente quand même, quoi qu’il fasse, la réception de ses écrits (ainsi du cas des libertins, par exemple, chez lesquels le commentaire renforce souvent l’obscénité). Selon Pfersmann, la transformation de la notion d’autorité semble donc avoir préparé l’utilisation créative de la note par des auteurs tels que Sterne, Rousseau, Wieland ou Sade, qui y trouvent le moyen de s’exprimer et de nouer un rapport privilégié avec le lecteur. La note témoigne d’un besoin d’auto-affirmation et de mise en scène des auteurs, qui n’en restent pas moins conscient du malaise et des polémiques qui gravitent autour de la prose notulaire : il n’est pas anodin, à ce titre, que Baculard d’Arnaud réalise une longue apologie de la note en préface à ses Délassements d’un homme sensible (1786), dans laquelle il cherche entre autres à justifier l’usage des notes.

9Les critiques de Friedrich Schlegel sur la poésie annotée et les reproches de Balzac quant à l’usage des notes par Eugène Sue sonneront plus tard le glas de la prose notulaire. Avec la revendication de l’illusion romanesque et de l’autonomie du littéraire, cette dernière se tarit à partir du milieu du XIXe siècle, hormis dans la fiction historique. Les Scott, Vigny et autres adeptes de ce genre hybride insèrent en effet des pièces justificatives « pour impressionner le profane » (p. 319), quelques soient les libertés qu’ils ont prises avec la réalité historique attestée. Il faudra attendre les lendemains de la Seconde Guerre mondiale pour que renaisse progressivement la prose notulaire dans la fiction narrative d’avant-garde, principalement dans ce que Pfersmann appelle le « roman philologique » et le « roman de la contre-histoire » — désignés par l’auteur comme un « phénomène massif » (p. 336), ce qui semble quelque peu surfait pour une réalité qui caractérise essentiellement l’avant-garde littéraire.

10Lointain héritier de la satire du XVIIIe siècle, le « roman philologique » est une édition critique fictive, fondée sur le topos du manuscrit retrouvé. Le genre prend de nombreuses libertés avec le lien de subordination traditionnel entre les notes de bas de page et le texte, allant jusqu’à rendre obscur le lien sémantique entre le texte et les notes (ainsi, dans La Caverna de las ideas de José Carlos Somoza, deux trames narratives a priori indépendantes – notes et texte – finissent par se rejoindre à la fin du livre). Les notes peuvent également acquérir, dans le « roman philologique », des formes de narrativité jadis réservées au texte, comme dans le cas extrême de L’Interdit, de Gérard Wajcman, composé uniquement de notes à partir desquelles le lecteur peut reconstruire la destinée du personnage. Dans le « roman de la contre-histoire », le jeu formel fait place à un usage politique des notes. L’auteur, tels Patrick Chamoiseau ou Roa Bastos, réécrit l’histoire du point de vue des vaincus et remet en question, à force d’annotations, l’historiographie dominante.

11Dans la troisième partie de l’ouvrage, l’analyse d’Andréas Pfersmann semble moins aboutie que dans la seconde, consacrée au XVIIIe siècle, sans doute parce que l’auteur est moins familier de ce domaine de recherche. Ainsi, la question du lectorat des fictions annotées, qui semblent avant tout réservées à des intellectuels, aurait par exemple mérité d’être développée. L’auteur semble par ailleurs réaliser une étude plus poétique qu’historico-poétique, même si plusieurs éléments de la conclusion générale de l’ouvrage apportent davantage de relief à l’analyse. Pfersmann voit à juste titre dans la prose notulaire du XXe siècle l’expression d’une obsession métatextuelle et autoréflexive qui caractérise de vastes pans de la production littéraire de la seconde moitié du XXe siècle. Il souligne aussi l’importance des mutations technologiques, qui ont permis d’expérimenter autrement l’espace visuel de la page, appauvri par l’avènement de l’imprimerie. Enfin, comme au XVIIIe siècle, de nouvelles interrogations sur le statut de l’auteur semblent avoir accompagné la renaissance de l’écriture marginale, dont les auteurs sont avant tout des intellectuels cherchant à subvertir les dogmes stéréotypés véhiculés par l’industrie culturelle.

  • 1  Sans compter, avoue (avec un attendrissement presque touchant) celui qui a côtoyé depuis près de v (...)

12Pfersmann termine son ouvrage par un épilogue formellement multiple. Entre roman d’anticipation et vibrant plaidoyer pour la conservation des notes dans l’édition de textes, la première partie de ce chapitre conclusif intitulé  « Fahrenheit » donne le ton. Plus qu’une conclusion, on lit là des réflexions qui ouvrent d’autres perspectives et angles d’approche à un livre brassant déjà un large savoir. L’auteur montre d’abord à quel point l’histoire littéraire serait biaisée si l’on continuait à publier des textes anciens amputés des notes auctoriales qui les accompagnent, comme ce fut le cas pour des ouvrages proposés dans la première version de Gallica ou sur Frantext.1 Une autre question soulevée par l’auteur tient au support livresque : les notes supportent mal la mode du « livre audio », puisque la  représentation spatiale et la simultanéité du texte principal et des annotations y est difficilement transposable — les voix off ou effets de voix ne pouvant que remédier imparfaitement à ce problème. Pfersmann achève alors sa conclusion par une piste de réflexion – qui gagnerait à être approfondie – sur les rapports entre la notion de genre littéraire et celle de note, la première ne suffisant pas, selon lui, à caractériser la seconde à elle seule. Une bibliographie sélective complète un ouvrage fourmillant d’informations et parsemé de plusieurs illustrations bien choisies.

13D’un sujet marginal, Pfersmann fournit une étude comparatiste vaste, claire et didactique, navigant entre milieux littéraires francophones, allemands, anglo-saxons et, plus rarement, italiens ou hispanophones, au gré de nombreux exemples dans la langue d’origine. L’angle comparatiste avait pour corollaire un risque de nivellement diachronique et synchronique du sujet, mais l’écueil semble avoir été évité. Notons encore que, dans son ouvrage, Pfersmann fait honneur à son sujet : 1072 notes de bas de page accompagnent son propos, dont le style semble parfois imprégné des ouvrages lus et cités, ce qui détonne dans le champ de la recherche. Cette particularité stylistique augmentera le plaisir de l’un, crispera la sensibilité de l’autre, mais les lecteurs s’accorderont sûrement sur le fait que l’auteur a du style.

Haut de page

Notes

1  Sans compter, avoue (avec un attendrissement presque touchant) celui qui a côtoyé depuis près de vingt ans la fiction annotée, que « le patrimoine littéraire deviendrait bien plus triste » à ses yeux (p. 472).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bibiane Fréché, « Une étude marginale de littérature », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 29 juillet 2011, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/4779

Haut de page

Auteur

Bibiane Fréché

F.R.S.-FNRS / Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page