Navigation – Plan du site

Compte rendu d’Hergé Reporter. Tintin en contexte

Études françaises, 2010, vol. 46, n°2
Cécile Vanderpelen-Diagre

Texte intégral

  • 1  À l’instar des auteurs du collectif, nous utilisons le pseudonyme Hergé pour désigner le créateur (...)

1Pourquoi écrit-on tant sur Tintin et sur son géniteur, Georges Rémi1 ? Sans doute parce que le reporter en culottes courtes est une voix qui porte, avec un timbre particulièrement clair, un témoignage sur un siècle difficile à déchiffrer, surtout quand on s’interroge à partir des représentations de ses contemporains. Comme l’écrivent les éditeurs de ce stimulant numéro spécial, « de l’entre-deux-guerres à la postmodernité, en passant par l’Occupation, la Libération et la guerre froide, l’œuvre d’Hergé a toujours été tant intemporelle (mythique) qu’actuelle (servant de caisse de résonance et de support iconique à l’actualité, à l’histoire qui se fait) » (p. 7). D’une certaine manière, Les Aventures de Tintin représentent un lieu d’observation idéal pour l’historien (au sens large) qui cherche à percevoir les icônes, les mythes et les lieux communs d’une époque. La question est de savoir comment détricoter tous ces signes pour comprendre leur genèse et évaluer leur impact, comme leur représentativité. Afin de mener à bien ce projet, les auteurs du volume se sont partagé les cinq directions qui, selon nous, s’imposaient : l’anamnèse de la profession en question (celle de Tintin comme celle de Georges Rémi), l’ethos de l’auteur, le contexte historique, la langue et les valeurs. Une fois cette direction prise, ils ont patiemment exploré le terrain avec, soulignons-le, une méthodologie irréprochable et une connaissance parfaite à la fois de l’œuvre en elle-même et de l’abondante historiographie sur le sujet. Loin de vouloir épuiser ou conclure sur le thème, ils montrent combien il est foisonnant.

2On ne peut comprendre le succès des pages puis des albums des Aventures de Tintin sans prendre en compte le substrat socio-historique des métiers qu’exercent le petit reporter Tintin mais aussi le dessinateur et scénariste Hergé. Grâce à un panorama des grandes œuvres qui jalonnent le tournant des XIXe et XXe siècles, Guillaume Pinson nous montre l’émergence, puis la stabilisation du personnage du reporter qui, peu à peu, prend la place du policier « dans l’imaginaire social », endossant désormais « les qualités de droiture et d’aventurier héroïque ». La diffusion toujours plus grande des journaux permet d’imposer ces valeurs, c’est-à-dire l’action, en quelque sorte, toujours rédemptrice et une volonté de rassemblement autour d’un « nous » distinctif. Tout l’art d’Hergé est d’être parvenu à adapter le reportage à la bande dessinée et d’avoir pensé la narration « dès l’origine comme visuelle » (p. 23), notamment en utilisant le découpage en cases pour rappeler la trame en damier du journal. En outre, il inscrit l’objet journal lui-même dans l’intrigue, offrant volontiers des pages de presse pour lecture.

3Ce  petit jeu de mise à distance est, comme le montre Jean Rime, récurrent dans Les aventures de Tintin. Il s’inscrit dans un travail de voilement/dévoilement de la réalité qui fait partie intégrante de la posture construite par Hergé. Jean Rime a ainsi épinglé la manière dont l’auteur se met en scène par ses personnages en examinant des sources diverses telles que les interviews, la correspondance, les cartes de vœux et l’œuvre. « Cette insertion auctoriale s’inscrit dans tout un réseau d’autoportraits humoristiques qui sont autant de symptômes de la présence marquée d’Hergé dans son œuvre. » (p. 29) Reste alors à Hergé à manier habilement les instances énonciatives pour mieux contrôler le discours de et au sujet de son héros, et donc, on l’aura compris, sa posture.

4Idéalement, pour bien contrôler cette dernière, il convient d’avoir une connaissance avisée du monde réel, des réalités politiques et sociales du monde dans lequel on évolue. Or, c’est sans doute dans ce domaine qu’Hergé a le moins investi et s’est, de ce fait, montré le plus naïf, sinon quelquefois imprudent. C’est en tout cas sur cette question que sa position a été le plus mise à mal par la postérité. Marc Angenot, Ludovic Shuurman et Maxime Prévost se sont attelés à détecter respectivement dans l’œuvre les références (fictionnalisées ou non) au contexte géostratégique contemporain, au contexte culturel (les influences livresques de Zig et Puce, journalistiques du Crapouillot et du Vingtième siècle, cinématographiques de Shoedsack, Cooper et Hitchcock) et scientifico-intellectuel (la revue Planète et le discours paranormal). Marc Angenot synthétise admirablement ce qu’il faut retenir tant des convictions de Georges Remi que de la clairvoyance d’Hergé sur les enjeux des luttes politiques qui déchirent le monde : « Si j’avais à défendre la mémoire d’Hergé, je le peindrais en un irresponsable medium, imprudent mais inconscient, du discours social de son temps, dépourvu de doctrine et, jusqu’à un certain point, de mauvaises intentions délibérées … » (p. 57) Il précise : « Ce qui est inhérent à l’œuvre, ce qui la hante si je puis dire, c’est une mentalité inculquée qui est de son monde, de sa classe et de son temps, qui carburait à l’“évidence”, mais qui lui convenait d’autant mieux et risquait d’autant moins d’être remise en question qu’elle se marie bien, qu’elle se combine excellemment, par son simplisme même, avec les procédés et les schémas les plus excitants, les plus “porteurs” et les plus topiques du récit d’aventures pour la jeunesse qu’il pratique […]. » (p. 62)

5En filigrane de toutes les contributions du collectif, on retrouve l’idée de la parfaite adaptation d’Hergé au discours ambiant, sa perception exacte des formules gagnantes auprès de son horizon d’attente. Ce talent se retrouve dans les valeurs proposées, dans l’image du nous comme dans celle de l’autre mais aussi, comme le montre Rainier Grutman, dans la langue. Dans son œuvre, Hergé « étage les sens ». Pour ce faire, il « combine des références très internationales  (paneuropéennes à défaut d’être vraiment universelles) et des allusions tout à fait locales (belges ou mieux : bruxelloise) » (p. 84). Il parvient de la sorte à plaire aux publics issus non seulement de plusieurs générations, mais également de plusieurs origines géographiques. Lorsqu’il s’inspire du dialecte bruxellois pour forger des langues imaginaires, son but est certes de provoquer un effet de connivence avec les lecteurs belges bilingues, mais il s’agit surtout d’exagérer « les effet d’altérité » qui deviennent dès lors une source d’exotisme.

6En achevant la lecture des six contributions que compte Hergé reporter, on est frappé par la cohérence méthodologique d’études qui, toutes, se sont soumises à une analyse à la fois interne et externe des signes dont elles choisissaient de déchiffrer le sens. À une époque où les effets d’emballement par la presse et par les images provoquent trop souvent le vertige, ce travail minutieux opère comme une bulle d’oxygène. Il montre que, si les notions d’opinion publique et de réception demeurent délicates à manier, une remise en contexte des faits et des conditions de production du discours permettent d’y voir plus clair…

Haut de page

Notes

1  À l’instar des auteurs du collectif, nous utilisons le pseudonyme Hergé pour désigner le créateur des Aventures de Tintin et le nom Georges Rémi pour l’individu civil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Compte rendu d’Hergé Reporter. Tintin en contexte », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 23 août 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/4839

Haut de page

Auteur

Cécile Vanderpelen-Diagre

Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page