Navigation – Plan du site
Les limites de la croyance ?

Des degrés et des formes d’investissement

La notion d’illusio confrontée au cas des écrivains très peu reconnus
Géraldine Bois

Texte intégral

  • 1  Cette étude a été menée dans le cadre d’un travail de thèse. Bois (Géraldine), Les écrivains domin (...)
  • 2  L’idée que l’utilité et les limites d’un concept n’apparaissent que lorsque ce concept est mis en (...)

1L’étude des investissements littéraires d’écrivains très peu reconnus (i.e. publiés exclusivement chez de petits éditeurs régionaux sans légitimité littéraire, à compte d’auteur ou en autoédition)1 a permis de mettre à l’épreuve empiriquement la notion d’illusio et, ainsi, d’adopter une posture préconisée par Pierre Bourdieu lui-même2. L’examen de cette notion nous a semblé utile dans la mesure où elle désigne l’intérêt pour une activité spécifique ou, pour reprendre les termes de Pierre Bourdieu, le contraire de l’indifférence aux enjeux d’un champ :

  • 3  Bourdieu (Pierre), « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, sep (...)

[L’illusio est l’]investissement dans le jeu qui arrache les agents à l’indifférence et les incline et les dispose à opérer les distinctions pertinentes du point de vue de la logique du champ, à distinguer l’important (ce qui m’importe, interest, par opposition à « ce qui m’est égal », in-différent) du point de vue de la loi fondamentale du champ3.

  • 4  Lahire (Bernard) avec la collaboration de Bois (Géraldine), La Condition littéraire, Paris, éditio (...)
  • 5  « L’indifférent est quelqu'un qui, n’ayant pas les principes de vision et de division qui permette (...)
  • 6  Dans cet article, « engagement littéraire » est utilisé comme un synonyme d’« investissement litté (...)

2Mais, si l’on accepte l’idée que « l’intérêt d’un concept socio-historique réside dans le fait de pouvoir dessiner les limites de son usage4 », force est de constater que celui d’illusio, parce qu’il n’a visiblement pas été construit en prenant en compte le cas d’écrivains très peu reconnus, est peu adapté pour penser leurs rapports aux enjeux littéraires. Il s’agit ici d’apporter les arguments théoriques et les éléments empiriques ayant conduit à la mise au jour de cette limite, en examinant précisément le concept au regard de notre terrain particulier d’enquête. La notion d’illusio s’avère peu pertinente pour étudier les investissements littéraires de nos enquêtés pour deux raisons principales. Premièrement, parce qu’elle a été construite, conjointement au concept de champ, à partir de l’idéal-type de l’agent qui occupe une position dominante dans cet univers ou qui est appelé à l’occuper. Dans ces conditions, on risque de passer sous silence les investissements littéraires des écrivains très peu reconnus. Deuxièmement, parce que l’illusio suppose un agent ajusté à la position objective qu’il occupe, c'est-à-dire un agent « à sa place » dans le champ. Dans ces conditions, les écrivains très peu reconnus risquent d’être pensés uniquement comme les porteurs d’aspirations modestes, ou de prétentions « naïves » et provisoires. Après avoir souligné ces deux limites à l’emploi du concept d’illusio, on les confrontera à quelques résultats d’une enquête par questionnaires qui révèlent la force et la persistance des investissements littéraires de beaucoup d’écrivains très peu reconnus. Loin d’être tous faiblement investis dans l’univers littéraire, ceux-ci sont « mus et émus » par ses enjeux à des degrés très divers5. La distinction de ces degrés et de différents enjeux concrets permettant de cerner leurs engagements littéraires6 conduira, dans un dernier temps, à mettre au jour la variété des profils d’investissement rencontrée au sein d’une population d’enquêtés par entretiens, et de présenter, par le biais d’un portrait sociologique, le cas d’un écrivain très peu reconnu investi dans l’ensemble des enjeux littéraires identifiés.

Première limite : l’idéal-type de l’écrivain dominant ou novateur

  • 7  Bourdieu (Pierre), Méditations pascaliennes, Paris, éditions du Seuil, « Points », 2003, p. 25.
  • 8  « Trancher sur le papier et de façon plus ou moins arbitraire des débats qui ne le sont pas dans l (...)

3Pour Pierre Bourdieu, l’illusio est la « croyance fondamentale dans l’intérêt du jeu et la valeur des enjeux qui est inhérente à [l’]appartenance [au champ]7 » et seuls les agents appartenant à un champ adhèrent à l’illusio propre à ce champ. Pour s’autoriser à lire les investissements littéraires de nos enquêtés à travers la notion d’illusio, il faut donc au préalable délimiter les contours du champ littéraire et, partant, la population des acteurs qui maîtrisent et mettent en œuvre l’illusio. Sur ce point, Pierre Bourdieu précise que le faible degré d’institutionnalisation du champ littéraire – comme des autres champs artistiques – rend difficile une telle délimitation. Il faut ainsi selon lui se garder de trancher parmi les différentes définitions existantes de l’écrivain afin de ne pas exclure de l’analyse les prétendants à la reconnaissance littéraire8. Ces derniers sont dans une position ambiguë, luttant de l’extérieur pour redéfinir le droit d’entrée dans le champ, mais existant déjà dans le champ, puisque contribuant à définir l’état des rapports de force à un moment donné :

  • 9  Ibid., pp. 369-370.

L’accroissement du volume de la population des producteurs est une des médiations principales à travers lesquelles les changements externes affectent les rapports de force au sein du champ. […] C’est déjà exister dans un champ que d’y produire des effets, fût-ce de simples réactions de résistance ou d’exclusion9.

  • 10  Bourdieu (Pierre), « Le champ littéraire », op. cit., p. 45.
  • 11  Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., p. 370.
  • 12  En tant que capacité à s’orienter dans le jeu, le « sens du jeu » est une composante de l’illusio. (...)

4Dans ce sens, les prétendants poursuivent les mêmes enjeux que les artistes reconnus car « la logique de la concurrence […] porte ceux qui en sont et ceux qui veulent en être à concourir, consciemment ou inconsciemment, vers les mêmes objets et à propos des mêmes objets10 ». Ces citations justifieraient l’inclusion des écrivains très peu reconnus – du moins, de ceux d’entre eux qui courent après la reconnaissance littéraire – dans le domaine d’application des concepts de champ et d’illusio, si ces concepts n’étaient en fait construits à partir d’un type d’écrivains bien particulier. C’est en effet pour les producteurs dominants – que Pierre Bourdieu qualifie d’ailleurs de « membres à part entière du champ11 » – que l’appartenance au champ est la plus évidente. De même, la possession de l’illusio n’est clairement définie que pour ceux qui comptent dans cet univers, comme c’est le cas par exemple des « plus avertis des novateurs », perçus comme des modèles de maîtrise du sens du jeu12 :

  • 13  Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., p. 275.

C’est cette maîtrise pratique qui permet aux plus avertis des novateurs de sentir et de pressentir, en dehors de tout calcul cynique, “ce qui est à faire”, où, quand, comment et avec qui le faire, étant donné tout ce qui a été fait, tout ce qui se fait, tous ceux qui le font et où, quand et comment ils le font13.

  • 14  « Ce n’est pas assez de dire que l’histoire du champ est l’histoire de la lutte pour le monopole d (...)
  • 15  Au contraire, les « prétendants » qui restent exclus du champ sont « dépourvus de la compétence né (...)
  • 16  Bourdieu (Pierre), Propos sur le champ politique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2000, p. 3 (...)
  • 17  Ibid., p. 61.
  • 18  Bourdieu (Pierre), Réponses, op. cit.,  p. 74.
  • 19  « La définition la plus stricte et la plus restreinte de l’écrivain (etc.), que nous acceptons auj (...)

5Les producteurs dominés pris en compte par Pierre Bourdieu forment également une « avant-garde » appelée à « faire date », c'est-à-dire à faire exister de nouvelles positions capables de concurrencer les positions les plus établies14. Ils ne sont donc pris en compte qu’a posteriori, parce qu’ils sont finalement parvenus à compter dans le champ en « participant efficacement à la concurrence15 », c'est-à-dire en le transformant profondément. Si « on peut dire d’une institution, d’une personne, d’un agent, qu’ils existent dans un champ quand ils y produisent des effets16 », il faut que ces effets soient importants et durables. Ainsi, « on reconnaît la présence ou l’existence d’un agent dans un champ au fait qu’il transforme l’état du champ (ou que cela change beaucoup de choses si on l’enlève)17 ». C’est finalement le fait d’« exercer un pouvoir, une influence » qui permet « d’exister dans un champ déterminé, au lieu d’être une simple “quantité négligeable”18 ». Bien que rappelant le caractère nécessairement construit de « la définition la plus stricte et la plus restreinte de l’écrivain19 », Pierre Bourdieu semble donc avoir construit son modèle d’analyse à partir de la figure de l’écrivain dominant ou novateur. Or les écrivains que nous avons étudiés en sont très éloignés, d’une part parce qu’ils sont dans une situation dominée au moment de l’enquête, et d’autre part parce qu’ils ne peuvent pas être assimilés à une « avant-garde ». En effet, ils ne publient pas leurs textes chez les petits éditeurs qui jouent le jeu de l’expérimentation esthétique et qui sont en position de révolutionner le champ.

Encadré 1 : La population d’enquête

  • 20  Les enquêtés ont publié au moins un ouvrage relevant des genres suivants : romans de tous genres, (...)
  • 21  Viala (Alain), Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, édi (...)
  • 22  Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., p. 280.
  • 23  Le comité de sélection d’une maison d’édition fonctionne en effet comme une « banque de capital so (...)
  • 24  Bourdieu (Pierre), Méditations pascaliennes, op. cit., p. 151.
  • 25  Association chargée, sous la tutelle du Ministère de la culture et de la Région Rhône-Alpes, d’ass (...)
  • 26  Notamment, les jugements émis dans l’annuaire d’éditeurs Audace. Voir Gaillard (Roger), Annuaire à (...)
  • 27  Ibid., p. 177.
  • 28  Ibid., p. 130.

Les écrivains « très peu reconnus » représentent 32% des 503 répondants à un questionnaire adressé par voie postale à 856 auteurs de littérature20, des plus reconnus aux moins reconnus, liés à la région Rhône-Alpes (lieu de résidence, de naissance ou d’édition). Parmi les 163 auteurs concernés, 31 ont été interrogés lors d’entretiens approfondis (d’une durée de deux à quatre heures).
Nous avons identifié ces écrivains très peu reconnus principalement sur la base de la liste de leurs éditeurs et modes d’édition. En effet, depuis la naissance du droit d’auteur et de l’économie de la publication permise, dès le xviie siècle, par le processus d’autonomisation de la sphère littéraire21, c’est en grande partie le capital symbolique accumulé par ses éditeurs qui fonde la reconnaissance littéraire d’un écrivain français22. La situation éditoriale conditionne en outre les autres formes de reconnaissance qui comptent aujourd'hui pour asseoir une position littéraire et commerciale, comme la reconnaissance médiatique ou la reconnaissance par les prix littéraires, dans la mesure où ces instances se prononcent sur des textes présélectionnés par des éditeurs23.
Au bas de la hiérarchie des éditeurs et modes d’édition, on trouve tout d’abord le contrat à compte d’auteur (i.e. l’auteur a un éditeur mais paie lui-même les frais de publication de son livre) et l’autoédition (i.e. l’auteur fait imprimer son texte sans passer par une structure éditoriale). Ces deux pratiques sont extrêmement dévalorisées aux yeux des principales institutions littéraires, comme le Syndicat national de l’édition ou le Centre national du livre, car elles contournent la fonction de sélection des textes dignes d’être publiés dévolue à l’éditeur. Autrement dit, en décidant lui-même de l’édition de ses écrits, l’auteur accomplit un acte d’« autoconsécration » dont « l’efficacité légitimatrice […] est presque nulle24 ». Si l’édition à compte d’éditeur (dans ce cas, l’éditeur finance entièrement la publication des textes de son catalogue) est une condition nécessaire à la légitimité d’un écrivain, elle est loin d’en être une condition suffisante. Ainsi, certains petits éditeurs régionaux pratiquent des contrats à compte d’éditeur sans être pour autant reconnus par les spécialistes du jugement littéraire. C’est alors la médiocrité de leur catalogue qui est mise en cause, comme l’exprime clairement un membre du Centre Rhône-Alpes du livre25 : « Ce sont des “éditeurs de mauvais textes littéraires”, c'est-à-dire qu'il y a bien des contrats sauf que c'est littérairement archinul. » Les jugements de ce spécialiste (par ailleurs titulaire d’une licence de sémiotique et sémiologie, d’un doctorat de 3e cycle universitaire de Lettres modernes, et diplômé de l’École nationale supérieure des bibliothèques), croisés avec d’autres supports d’informations26, nous ont permis de classer les éditeurs régionaux cités par les enquêtés en deux catégories :
- « Exigeants d’un point de vue littéraire ». Ex. : les éditions Comp’Act, « une maison exigeante qui publie, dans un éclectisme qualitatif très littéraire […], des livres difficiles à rotation lente sur des genres prisés seulement par la minorité des vrais amateurs de littérature27 » ;
- « Peu exigeants ». Ex. : Bucdom édition culturelle, dont la « ligne éditoriale [est] ancrée dans le populaire grand public28. »

  • 29  On peut repérer cette tendance à minimiser les logiques spécifiquement artistiques de l’activité a (...)

6Malgré une situation éditoriale objective qui les éloigne du type d’écrivains auquel pense Pierre Bourdieu lorsqu’il développe les concepts de champ et d’illusio, nos enquêtés sont en situation de poursuivre des enjeux littéraires car, quelle que soit la légitimité de leurs éditeurs et modes d’édition, ils écrivent et publient des textes littéraires. L’adoption de la notion d’illusio peut être un obstacle parce qu’elle peut conduire à adopter la définition légitime de l’écrivain et, ainsi, à ignorer des investissements littéraires qui sont le fait d’écrivains peu reconnus, considérés comme n’appartenant pas au champ29. Pour autant, cet obstacle ne peut à lui seul justifier l’abandon de cette notion car il suffirait, pour le lever, de concevoir un champ doté de frontières plus larges. Mais, même dans ce cas, le concept d’illusio resterait peu adapté à l’analyse des investissements littéraires des écrivains très peu reconnus, car il suppose un agent ajusté à la position objective qu’il occupe.

Deuxième limite : l’ajustement entre position littéraire et degré d’intérêt pour les enjeux littéraires

  • 30  Bourdieu (Pierre), Raisons pratiques, Paris, éditions du Seuil, 1994, p. 151.
  • 31  Bourdieu (Pierre), « Intérêt et désintéressement », op. cit., p. 17.
  • 32  Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., p. 276.
  • 33  Bourdieu (Pierre), « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, n° 22, 1971, p. 109.
  • 34  Si ce que Pierre Bourdieu nomme « ajustement » est la règle de fonctionnement des champs, toutes l (...)
  • 35  Bourdieu (Pierre), Réponses, op. cit., p. 105.

7Pierre Bourdieu définit l’illusio comme le « rapport enchanté à un jeu qui est le produit d'un rapport de complicité ontologique entre les structures mentales et les structures objectives de l'espace social30 ». Cette notion suppose donc un agent « à sa place » dans le champ, nourrissant des « espérances » qui ne sont qu’une forme incorporée de ses « chances objectives ». Cette manière de voir conduit Pierre Bourdieu à ne prendre en compte qu’un seul type de rapport au futur, à savoir « l’anticipation pré-perceptive » (« c’est cette sorte de rapport à un futur qui n’en est pas un, à un futur qui est un quasi présent ») qu’il oppose au « futur en tant que futur, c'est-à-dire en tant que possible, en tant que pouvant arriver ou ne pas arriver31 ». L’éventualité que des auteurs puissent connaître des tensions durables entre leurs aspirations et leur position littéraire présente n’est donc pas réellement envisagée. Puisqu’« à chaque auteur, à chaque forme de production et de produit, correspond un lieu naturel (déjà existant ou à créer) dans le champ de production32 », ces tensions sont réduites à des « essais » et « erreurs » provisoires, destinés à être réajustés et corrigées : « L’entrelacement des déterminismes objectifs et de la détermination subjective tend à conduire chaque agent, fût-ce au prix de quelques essais et erreurs, dans le “lieu naturel” qui lui est par avance assigné et réservé par la structure du champ33. » De plus, les ambitions qui demeurent « désajustées34 » sont conçues comme exceptionnelles : « La dialectique des espérances subjectives et des chances objectives est partout à l’œuvre dans le monde social et, la plupart du temps, elle tend à assurer l’ajustement des premières aux secondes35. »

  • 36  Mises à part certaines situations particulières (le cas « des transformations structurelles qui su (...)
  • 37  Sur la comparaison entre ces deux types de « carrière », voir : Lahire (Bernard) avec la collabora (...)

8Confronté à notre terrain d’enquête, le caractère général de cette règle de l’ajustement36 apparaît problématique. On peut en effet faire l’hypothèse que la situation d’ajustement entre espérances et chances objectives se rencontre plus ou moins fréquemment selon les sphères d’activité considérées, en fonction du degré d’institutionnalisation de celles-ci. Il est par exemple peu probable qu’un prétendant à la reconnaissance scientifique puisse faire preuve, sur le long terme, de fortes ambitions en l’absence d’un diplôme et d’un poste garantissant son statut, alors que l’absence de droit d’entrée et le caractère très incertain de la « carrière » littéraire37 rendent sans doute davantage possible la persévérance d’ambitions littéraires chez des auteurs pourtant peu reconnus.

  • 38  Les enquêtes sur les artistes « amateurs » précitées s’inscrivent dans cette tendance.

9Avec la notion d’illusio, il semble donc difficile de prendre au sérieux la persistance des ambitions que des écrivains très peu reconnus poursuivent malgré la force des exclusions symboliques auxquelles ils sont objectivement confrontés (par exemple, le rejet répété de leurs manuscrits de la part des maisons d’édition). Ces écrivains risquent plutôt d’être pensés comme les porteurs d’aspirations modestes, ou de prétentions « naïves » (car soutenues par une méconnaissance des règles du jeu) et provisoires (car sanctionnées à terme sous l’effet de ces règles)38. On pourrait alors être tenté d’ignorer toute forme de rapport aux enjeux littéraires autre que l’auto-exclusion de la lutte pour la reconnaissance ou le renoncement à cette lutte, c'est-à-dire toute forme de tension entre les investissements littéraires des acteurs et la position littéraire qu’ils occupent. Or les résultats de notre enquête par questionnaires révèlent au contraire la force et la persistance des investissements littéraires d’une part importante d’écrivains très peu reconnus.

L’adhésion aux enjeux littéraires : des attitudes fréquentes chez les écrivains très peu reconnus

  • 39  Bourdieu (Pierre), « Intérêt et désintéressement », op. cit., p. 12. On peut citer ici d’autres dé (...)
  • 40  Costey (Paul), « L’illusio chez Pierre Bourdieu. Les (més)usages d’une notion et son application a (...)

10Le traitement de nos données statistiques a permis de mesurer le degré d’adhésion des écrivains très peu reconnus aux enjeux littéraires. Sur ce point, les précisions données par Pierre Bourdieu quant à la définition de l’illusio nous ont été utiles au moment de construire des indicateurs capables de mesurer la force de cette adhésion. Nous nous sommes ainsi inspirée de l’idée selon laquelle l’illusio est l’expression de deux rapports indissociables au champ, un rapport « évaluatif » (« un état de préférence ») et un rapport « cognitif » (« un état de connaissance »)39. Mais, au-delà de ces deux dimensions, les textes de Pierre Bourdieu renseignent finalement peu sur les manifestations concrètes de l’illusio. Il a donc fallu rechercher ces manifestations afin de donner un contenu aux investissements littéraires des enquêtés. Pour ce faire, nous avons utilisé les variables du questionnaire témoignant :
- de l’importance que les enquêtés accordent aux enjeux littéraires. Il s’agit ici de mesurer leur « libido » c'est-à-dire « la pulsion qui [les] pousse […] dans le jeu », leur « motivation » ou leur « engagement »40. Un « score de croyance » a ainsi été construit ;
- de leur capacité à poursuivre les enjeux littéraires, c'est-à-dire à s’orienter dans le jeu, en connaissant ses règles spécifiques, ce qui a donné lieu à la construction d’un score de « compétence/sens du jeu ».

Encadré 2 : La construction des scores de « croyance » et de « compétence/sens du jeu »

  • 41  Ce premier score (tout comme le second) mêle donc des éléments « objectifs », liés à des pratiques (...)
  • 42  La répartition des variables dans les deux scores a aussi des limites. Par exemple, les pratiques (...)

Le score de croyance prend tout d’abord en compte des indicateurs de précocité de l’engagement dans l’activité littéraire. La précocité déclarée de l’envie d’écrire (avoir eu cette envie à l’enfance ou à l’adolescence plutôt qu’à l’âge adulte), la précocité de la première proposition d’un manuscrit à un éditeur et de la première publication rapportent ainsi des « points » de croyance41. Les manières de voir l’activité d’écriture entrent également dans la constitution de ce score. Se définir comme « écrivain » et comme « artiste », définir l’écriture comme une « création », une « passion » ou une « vocation » sont considérés comme des indicateurs de croyance. Un troisième groupe de variables se rapporte enfin à la place objective et subjective que l’écriture prend dans l’existence quotidienne. Déclarer écrire la semaine et le week-end, avoir le sentiment d’être souvent interrompu dans son activité d’écriture, se dire souvent préoccupé par elle et ressentir fréquemment des tensions avec son entourage à cause d’elle entrent dans la composition du score de croyance. Le score de compétence/sens du jeu prend lui aussi en compte trois grandes catégories d’indicateurs. D’une part, interviennent dans la constitution de ce score des indicateurs ayant trait au respect de certaines règles (non codifiées) de l’univers littéraire, comme le fait de prendre des notes liées à son activité d’écriture et le fait de refuser des textes de commande afin de préserver l’autonomie de sa production. Un deuxième groupe de variables consiste à cerner l’intérêt que les enquêtés portent aux livres et à l’actualité littéraire, et donc les compétences littéraires qu’ils ont pu acquérir, au travers de plusieurs pratiques : la lecture de livres, la lecture de magazines littéraires, la lecture des pages littéraires des quotidiens nationaux et l’écoute des émissions littéraires à la radio. Enfin, le sens du jeu (ou sens du placement) littéraire est approché par le type d’éditeurs auxquels les enquêtés ont proposé leurs manuscrits (ont-ils visé des éditeurs nationaux ou régionaux, des éditeurs légitimes d’un point de vue littéraire ou plus commerciaux ?), et par leur capacité à citer des auteurs dont ils « se sentent proches d’un point de vue littéraire » et des auteurs qu’ils « détestent ». Les deux scores ainsi obtenus42 ont été chacun divisés en quatre classes : les deux classes situées au-dessus de la moyenne du score correspondent à un degré de croyance ou de compétence/sens du jeu « très fort » et « assez fort », et les deux classes au-dessous de la moyenne renvoient à des degrés d’investissement « assez faible » et « très faible ».

11L’analyse des questionnaires montre que les niveaux de croyance et de compétence des auteurs très peu reconnus ne sont pas toujours faibles, que leur croyance peut être durable et fondée sur des compétences littéraires, et qu’ils manifestent une reconnaissance et une connaissance des enjeux littéraires dominants.

Les hauts degrés de croyance et de compétences littéraires

  • 43  Ainsi, quel que soit le degré de reconnaissance littéraire des répondants, leurs niveaux de croyan (...)
  • 44  Ces chiffres les distinguent fortement de la moyenne de la population de Rhône-Alpes qui compte, d (...)

12Les écrivains très peu reconnus sont sous-représentés par rapport à l’ensemble de la population (et plus encore, par rapport aux auteurs très reconnus) dans les degrés les plus forts de croyance et de compétence/sens du jeu, et surreprésentés dans les degrés les plus faibles. Mais on observe également qu’une proportion non négligeable d’entre eux est concernée par des scores de croyance et de compétence/sens du jeu assez forts, voire très forts. Ainsi, pour les deux scores, les degrés supérieurs à la moyenne des scores de l’ensemble des enquêtés rassemblent près d’un tiers (31,3%) de ces auteurs. On peut expliquer de tels résultats à la lumière des ressources – acquises en dehors de l’univers littéraire – possédées par les enquêtés. En effet, le niveau de diplôme et le statut social, en tant qu’ils manifestent un niveau de compétences culturelles et symboliques, sont utiles pour écrire et s’orienter dans l’univers littéraire, et ils favorisent le sentiment d’être en droit de mener cette activité et de la rendre publique43. Or l’analyse du statut social, du capital culturel et de l’origine sociale des auteurs très peu reconnus fait apparaître l’existence de ces ressources chez une part importante d’entre eux. Bien que globalement moins dotés que la moyenne des écrivains interrogés (et a fortiori que les écrivains les plus reconnus), ils sont ainsi largement favorisés sur le plan de leur statut socioprofessionnel (50% appartiennent à la catégorie « cadres et professions intellectuelles supérieures » et 26,6% à la catégorie « professions intermédiaires », contre 10,1% d’employés et 2,5% d’ouvriers) et de leur niveau de diplôme (48,4% d’entre eux sont au niveau « bac+3 et plus » alors que 22,9% détiennent un diplôme inférieur au baccalauréat)44. Au niveau des origines sociales, on peut noter également que 40,9% des écrivains très peu reconnus ont un père dont la dernière profession relève de la catégorie « cadres et professions intellectuelles supérieures » et que 30,5% ont un père qui détient au moins le baccalauréat (c’est le cas de 21,3% des mères).

Les cas de croyance durable et fondée sur des compétences littéraires

  • 45  22% des écrivains très peu reconnus qui publient depuis moins de 6 ans se définissent comme « écri (...)
  • 46  En dehors de leurs éditeurs, 47,5% des écrivains très peu reconnus qui publient depuis moins de 6 (...)

13Parmi les auteurs très peu reconnus, le fait de se définir comme « un écrivain » ou de définir l’écriture comme « une vocation » n’est pas plus faible chez ceux qui exercent leur activité littéraire depuis au moins 15 ans que chez ceux qui l’exercent depuis moins de 6 ans (l’ancienneté dans l’activité étant mesurée à partir de la date de la première publication)45. Autrement dit, ceux à propos desquels on pourrait faire l’hypothèse d’une plus longue confrontation à l’échec et à la réalité de leurs chances futures de réussite ne font pas preuve d’un « épuisement » de leur croyance. De même, les ambitions éditoriales des auteurs très peu reconnus ne sont pas significativement plus modestes chez les plus « anciens » d’entre eux que chez les autres. Si les nouveaux entrants ont légèrement plus de chances que les plus anciens de n’avoir proposé leurs manuscrits qu’à des éditeurs nationaux (en dehors des éditeurs qui les ont finalement publiés), cet écart est faible si l’on fait l’hypothèse qu’avec le temps augmente la probabilité d’élargir son champ de recherche46. On observe enfin que la croyance observée chez une partie importante des écrivains très peu reconnus n’est pas en priorité le fait des moins compétents d’entre eux. Elle ne peut donc être interprétée comme une illusion entretenue par une méconnaissance des lois tacites de l’univers littéraire. Les croisements d’indicateurs de croyance (i.e. se définir comme écrivain ou définir l’écriture comme une vocation) avec le score de compétence/sens du jeu montrent au contraire que ce sont plutôt les enquêtés caractérisés par un degré élevé de compétence/sens du jeu qui sont le plus « motivés ».

Tableau n° 1. Autodéfinition comme écrivain selon le degré de compétence/sens du jeu

Se définit comme écrivain

Ne le fait pas

Total

Très faible

23,7

76,3

100,0 (76)

Assez faible

17,1

82,9

100,0 (35)

Assez fort

28,1

71,9

100,0 (32)

Très fort

42,1

57,9

100,0 (19)

Ensemble des auteurs très peu reconnus

25,3

74,7

100,0 (162)

Tableau n° 2. Définition de l’écriture comme une vocation selon le degré de compétence/sens du jeu

Définit l’écriture comme une vocation

Ne le fait pas

Total

Très faible

16,9

83,1

100,0 (77)

Assez faible

20,6

79,4

100,0 (34)

Assez fort

21,9

78,1

100,0 (32)

Très fort

31,6

68,4

100,0 (19)

Ensemble des auteurs très peu reconnus

20,4

79,6

100,0 (162)

14De même, un score élevé de croyance s’accompagne le plus souvent d’un score élevé de compétence/sens du jeu.

Tableau n° 3. Liens entre le score de croyance et le score de compétence/sens du jeu

Degré de croyance très faible

Degré de croyance assez faible

Degré de croyance fort ou très fort

Total

Score de compétences/sens du jeu…

Très faible

44,2

26,0

29,9

100 (77)

Assez faible

45,7

48,6

5,7

100 (35)

Assez fort ou très fort

21,6

27,5

51,0

100 (51)

Ensemble des auteurs dominés

37,4

31,3

31,3

100 (163)

15Ces résultats vont à l’encontre de l’idée selon laquelle les écrivains très peu reconnus se caractériseraient seulement par un niveau faible d’intérêt pour les enjeux littéraires et qu’ils pourraient ne faire preuve d’une croyance forte qu’en début d’activité, croyance alors révélatrice de leur « naïveté ». Le caractère ambitieux et informé de l’investissement d’une grande part d’entre eux se vérifie également par l’intérêt qu’ils portent aux enjeux littéraires dominants.

La reconnaissance des enjeux littéraires dominants

  • 47  En tout, dix-sept grands prix littéraires étaient proposés : le Prix de l'Académie française, le P (...)

16Bien qu’exclus des consécrations littéraires les plus prestigieuses (comme la sélection par les grands éditeurs ou l’obtention de grands prix littéraires), les auteurs très peu reconnus sont loin de manifester tous de l’indifférence à leur endroit. S’ils reconnaissent moins souvent que les écrivains plus reconnus la valeur des grands éditeurs, il faut tout de même noter qu’en dehors des éditeurs qui les ont finalement publiés, 39,9% d’entre eux n’ont proposé leurs manuscrits qu’à des éditeurs nationaux et que 55,8% d’entre eux ont au moins un éditeur national dans la liste des éditeurs qu’ils ont convoités. On observe également que la reconnaissance de la domination parisienne est presqu’aussi forte chez les auteurs très peu reconnus que chez les autres : ils sont ainsi 50% à penser que « vivre à Paris est un atout lorsqu’on veut publier » contre 52,9% pour l’ensemble des enquêtés. L’importance qu’ont, aux yeux de ces auteurs, les enjeux littéraires dominants est encore plus manifeste concernant les grands prix littéraires nationaux : les auteurs très peu reconnus sont en effet sous-représentés dans le fait d’estimer qu’aucun d’entre eux n’est important47 (18,4% contre 23,1% pour l’ensemble des enquêtés).

17On a montré jusqu’ici qu’une part importante d’écrivains très peu reconnus s’intéresse aux enjeux littéraires, alors que de tels cas ne semblent pas entrer dans la définition de l’illusio telle que l’a pensée Pierre Bourdieu. Il ne s’agit pas de dire que la force de l’engagement littéraire est indépendante du degré de reconnaissance objective (au contraire, comme nous l’avons vu, ces deux caractéristiques sont liées) ou qu’une grande majorité des écrivains très peu reconnus fait preuve d’un fort engagement. Nous avons seulement pointé l’existence de proportions importantes de ces écrivains visiblement très concernés par les enjeux littéraires. Autrement dit, plus que la faiblesse globale des investissements littéraires des écrivains très peu reconnus, c’est la diversité des degrés d’investissement interne à cette catégorie d’auteurs qui mérite d’être soulignée.

  • 48  Nous rejoignons ici l’analyse de Paul Costey pour qui, « de quelque manière que ce soit, tous les (...)

18Ce point de vue sur l’objet rend peu aisée l’utilisation de la notion d’illusio pour une autre raison : il ne semble pas exister de degrés d’adhésion à l’illusio. Un agent la maîtrise et la met en œuvre (s’il est membre du champ) ou pas (s’il n’est pas membre du champ ou s’il appartient à un autre champ). Ce caractère indivisible de l’illusio s’observe également dans la difficulté de distinguer les formes d’engagement qui la constituent48. Or l’analyse des entretiens menés avec des écrivains très peu reconnus témoigne de la nécessité, pour accéder à la réalité de leurs investissements, d’en préciser les formes, conjointement à la mise au jour de leurs degrés. En d’autres termes, il ne faut pas seulement mesurer l’engagement littéraire des enquêtés mais également observer sur quoi porte cet engagement. Ainsi, par exemple, si on peut considérer que l’autodéfinition comme « écrivain » est un indicateur de croyance, les entretiens montrent que cette dernière renvoie, selon les enquêtés, à des préoccupations de nature différente : à leurs yeux, être écrivain, cela peut signifier vivre de son activité d’écriture, ou s’être forgé un « style » d’écriture, ou avoir publié ses livres à compte d’éditeur, ou avoir été désigné comme écrivain dans la presse, etc. L’autodéfinition comme écrivain doit alors se comprendre comme une modalité de l’investissement dans des enjeux particuliers (ici, la place de l’écriture dans la vie, les dimensions formelles de l’écriture, la reconnaissance éditoriale, ou la reconnaissance médiatique).

Des degrés et des formes d’investissement

19C’est en identifiant – en amont, puis dans les réponses apportées en entretien par les enquêtés – cinq types d’enjeux littéraires différents, que l’on a pu déterminer quels étaient les supports de leur motivation et avec quelle force ils s’investissaient dans chacun d’eux.

Encadré 3 : Les cinq dimensions de l’espace d’investissement littéraire

  • 49  Albert (Jean-Pierre), « Écritures domestiques », dans Écritures ordinaires, sous la direction de D (...)
  • 50  « Quiconque veut écrire doit décider de disposer d’au moins deux ou trois heures, chaque jour». An (...)
  • 51  Bourdieu (Pierre), Méditations pascaliennes, op. cit., p. 25.
  • 52  André (Alain), Devenir écrivain, op. cit., p. 101.
  • 53  Ibid., p. 8.
  • 54  Attitude aussi préconisée par Alain André.  Ibid., p. 61 et p. 137. 
  • 55  Pour « devenir écrivain », il faut en effet « se situer » par rapport à des textes lus « avec lesq (...)
  • 56  « Qu’adviendrait-il en effet de la vie littéraire si l’on en venait à disputer non de ce que vaut (...)
  • 57  « Tous les ingrédients du book business actuel sont en place à cause de l’inflation des titres, de (...)

Les cinq types d’enjeux littéraires qui ont servi de grille d’analyse des entretiens sont les suivants :
- Les enjeux liés à la place symbolique et objective que l’activité d’écriture prend dans la vie des enquêtés.
On s’est intéressée ici d’une part, aux manières dont ils se représentent l’apparition et l’inscription de l’écriture dans leur vie (vocation, compensation d’aspirations professionnelles ou scolaires déçues, etc.). En effet, pour entrer dans le « rôle » d’écrivain, il faut « se conforter soi-même dans la certitude d’être digne de le tenir » et « se persuader que l’on est bien un écrivain, en rapportant son activité à quelque chose comme une nature49 ». On s’est penchée d’autre part sur le degré de priorité et d’autonomie qu’ils accordent à cette pratique dans leur quotidien – objectivement (en termes de temps passé50, de lieu réservé, etc.) et subjectivement (en termes de préoccupation notamment) –, et par rapport aux préoccupations extra-littéraires (familiales, professionnelles, etc.). Entrer dans un univers spécifique suppose en effet « la découverte d’enjeux et d’urgences inconnus et incompris de l’expérience ordinaire51 ». Par conséquent, « tout écrivain doit tailler dans sa vie l'espace et le temps de l'écriture » et « se rendre disponible […] non aux perpétuelles sollicitations du monde extérieur, mais à son propre monde52 ».
- Les enjeux liés aux compétences d’écriture et à la question de l’évaluation de la qualité des textes.
On a premièrement mesuré ici l’importance que les enquêtés accordent à l’acquisition et au travail des compétences d’écriture, car pour « devenir écrivain »,  il faut être « capable de se relire et d'identifier les faiblesses de son premier jet », et devenir « un travailleur obstiné53 ». On s’est intéressée ensuite à la force de leur croyance dans la nécessité d’évaluer la qualité des textes, notamment en se confrontant à des avis critiques et spécialisés et en se méfiant des avis de leurs proches54.
- Les enjeux liés à la forme et au contenu des écrits.
Au travers essentiellement de ce que les enquêtés disent de ce qu’ils écrivent, l’objectif a été ici de cerner la littérature qu’ils pratiquent et à laquelle ils aspirent, et de mesurer la place accordée à l’autonomie du mode d’expression littéraire et aux visées esthétiques de l’écriture. On a cherché à savoir en particulier s’ils inscrivent leur écriture dans des références littéraires55, et s’ils se soucient des caractéristiques formelles de leur texte (dans l’idée que le style est au cœur des luttes propres à l’univers littéraire56).
- Les enjeux éditoriaux.
Puisqu’aujourd'hui encore en France, la légitimité d’un écrivain repose en grande partie sur celle de ses éditeurs, l’importance qu’accordent les enquêtés à l’acte de publication et à la quête d’un éditeur reconnu a été ici au centre de l’analyse.
- Les enjeux de visibilité publique et médiatique.
Depuis l’émergence du marché du livre dès la fin du xviiie siècle, ces enjeux font partie intégrante de l’univers littéraire57. Il s’agissait donc ici de déterminer l’importance que les enquêtés accordent à cette dimension de la reconnaissance littéraire et leurs rapports aux manières dont leurs propres textes sont diffusés, promus, et commercialisés.

Les variations inter et intra-individuelles des degrés d’investissement

20La mesure systématique de la force des investissements des enquêtés dans les cinq types d’enjeux permet tout d’abord de vérifier le constat tiré de l’analyse statistique : plus qu’un faible degré global d’investissement, c’est la diversité des degrés d’investissement qui caractérise la population. Ainsi, sur 31 enquêtés, 8 sont faiblement intéressés par le premier type d’enjeux, 11 par le deuxième, 14 par le troisième, 17 par le quatrième et 10 par le dernier, les autres enquêtés se distribuant entre des degrés moyens et forts d’investissement. Cette distribution dépend des propriétés sociales des enquêtés (essentiellement, la position et l’origine sociale, et le niveau et surtout la nature des études, littéraires ou non) et de leur situation littéraire (notamment de leurs modes d’édition et de leur niveau de visibilité publique et médiatique). Tendanciellement, ce sont les enquêtés les plus favorisés sur le plan de ces caractéristiques sociales et littéraires qui s’investissent le plus dans les enjeux littéraires, ce qui confirme ce que l’on a déjà noté lors de l’analyse de l’enquête par questionnaires.

21La mise au jour d’un espace d’investissement littéraire à plusieurs dimensions permet également d’étudier des variations intra-individuelles de degrés d’investissement en fonction des types d’enjeux considérés. L’analyse montre sur ce point que plus de la moitié des enquêtés est concernée par un profil d’investissement hétérogène. Certains ne se détournent nettement que des enjeux de visibilité publique et médiatique, d’autres se désintéressent seulement des enjeux éditoriaux, d’autres encore se soucient des enjeux liés à la pratique de l’écriture mais pas de ceux ayant trait à sa publicité (l’édition et la visibilité), etc. Cette hétérogénéité de profils signifie qu’un écrivain très peu reconnu faiblement investi dans une dimension de l’activité littéraire ne l’est pas forcément aussi dans les autres. En particulier, être faiblement investi dans les cinq types d’enjeux étudiés est une attitude très minoritaire (cela ne concerne que 4 enquêtés sur 31). On constate donc, ici encore et de manière plus fine, que les écrivains très peu reconnus sont rarement indifférents aux enjeux littéraires. Le portrait d’un enquêté investi dans tous les enjeux littéraires étudiés permet de donner à voir plus concrètement ce résultat.

Un auteur très peu reconnu investi dans les enjeux littéraires

22Gérard est intéressé par les cinq types d’enjeux littéraires identifiés. Au niveau de ses caractéristiques sociales et de sa situation littéraire objective, plusieurs éléments peuvent expliquer cette attitude. Il s’agit tout d’abord d’un retraité disposant du temps nécessaire à l’implication dans les différentes dimensions de l’activité littéraire. On peut aussi faire l’hypothèse que son sentiment d’être en droit de s’investir dans l’activité littéraire, y compris dans ses dimensions publiques que sont l’édition et la visibilité publique et médiatique, a été facilité par une position sociale privilégiée (il a travaillé dans la société de transport routier de son père, dont il a été lui-même le patron), et par des aspirations culturelles certaines (tentative d’intégrer une École des Beaux-Arts) malgré l’appartenance à un milieu culturellement peu doté (il est titulaire d’un brevet industriel, son père n’a pas obtenu de diplôme, sa mère, au foyer, était titulaire d’un certificat d’études primaires, et ses grands-parents paternels et maternels étaient des petits agriculteurs sans diplôme). Sa situation littéraire objective relativement avantageuse (en comparaison à plusieurs autres écrivains peu reconnus rencontrés) intervient aussi en partie pour expliquer la force de son investissement. Il a en effet publié la majorité de ses livres à compte d’éditeur dans une petite maison d’édition régionale et jouit d’une grande sécurité éditoriale (son éditrice actuelle accepte tous ses nouveaux romans). Sur le plan de la visibilité publique, il a participé plusieurs fois à des salons du livre en Rhône-Alpes mais aussi en dehors de cette région, et ses ventes maximales sont non négligeables (mille exemplaires pour un ouvrage). Enfin, c’est un romancier exclusif (il a publié sept romans) : or, on sait que le roman est un genre qui d’une part, nécessite un investissement en temps, et qui, d’autre part, est pratiquement le seul par lequel un écrivain peut espérer une reconnaissance éditoriale, publique et médiatique.

23Au moment de l’entretien, Gérard a 63 ans. Bien qu’il n’ait commencé à écrire que tardivement (à 52 ans), il se sent prédestiné à l’écriture et envisage ses débuts dans la pratique comme une conversion volontariste (« Les gens se doutaient pas du tout que je pouvais avoir ça en moi quoi… hein… Il m’a fallu un culot monstre d’ailleurs pour oser sortir de l’image que j’avais pour pénétrer une autre. »). Il dit d’ailleurs avoir vendu son entreprise dix ans auparavant pour écrire et enfin « faire ce qui [lui] plait ». C’est en fait tout son passé familial, scolaire et professionnel qui révèle à ses yeux des prédispositions et une attirance – toujours contrariée – pour les activités culturelles, artistiques et littéraires : il se sent « l’héritier » de la branche maternelle de sa famille composée selon lui de « gens naturellement fins et cultivés », il dit avoir très mal vécu son orientation forcée (i.e. malgré ses « dispositions en français ») en lycée technique ainsi que son échec au concours d’entrée aux Beaux-Arts, et il semble voir dans ses écrits professionnels le présage de son engagement littéraire ultérieur (« Je devais rédiger des lettres commerciales, des lettres qui devaient déjà avoir un style littéraire ! […] J’ai envoyé des lettres enflammées, je me souviens [rires] ! »). Si le sentiment de prédestination exprimé par Gérard est un indicateur de son engagement littéraire, la place que prend l’écriture dans son quotidien révèle sa motivation de manière plus  concrète. Bien qu’à la retraite et écrivant parfois jusqu’à douze heures par jour (« On ne peut plus s’en détacher »), il a l’impression de toujours manquer de temps et d’être souvent interrompu par d’autres obligations (de ce fait, il « ne sai[t] pas comment font » les auteurs qui concilient écriture et activité professionnelle). De plus, en dehors du temps effectif passé à écrire, il fait part de la charge mentale que représente l’écriture.

24Chez Gérard, la place importante faite à l’écriture au quotidien se double d’une tendance à autonomiser la pratique des espaces et des personnes de la vie « ordinaire ». L’écriture est donc ici tout particulièrement le lieu d’un investissement spécifique. Ainsi, Gérard dispose chez lui d’une pièce réservée à l’écriture et vit cette situation comme une évidence. L’observation de cette pièce et la manière dont il la perçoit montrent à quel point s’isoler est pour lui une nécessité. Il s’agit d’une toute petite pièce située au sous-sol de sa maison (à côté d’un garage et d’un débarras) à laquelle on accède par une petite porte (il faut baisser la tête pour y entrer) et qui ne comporte qu’une minuscule fenêtre condamnée. La maison étant particulièrement grande, rien n’oblige a priori Gérard à investir un lieu si petit et à première vue si peu « accueillant », si ce n’est son besoin d’enfermement : « C’est tout fermé, c’est tout noir, et puis ça fait deux mètres par deux mètres quoi. J’ai mon ordinateur là-dedans et quand je suis là-dedans j’ai aucune ouverture sur l’extérieur, et ça, ça m’est nécessaire. »

25Il exprime aussi un désir de « solitude » en dehors des moments stricts d’écriture afin « mentalement de ne pas en sortir ». La pratique est alors conçue comme radicalement distincte de l’univers familial et de ses attentes et préoccupations. Gérard dit ainsi avoir écrit son premier livre à l’insu de sa femme et de ses enfants, qui ne « [l’]attendaient pas du tout dans ce registre-là ». Il perçoit en outre les obligations familiales (comme les fêtes de Noël) comme des moments de profond ennui qui l’arrachent à l’écriture. Enfin, à ses yeux, les textes littéraires eux-mêmes peuvent être source de sérieux décalages avec l’entourage, si bien qu’il préfèrerait n’avoir que des lecteurs « anonymes ».

  • 58  « L'efficacité légitimatrice d'un acte de reconnaissance […] est faible lorsque les actes de recon (...)

26Les rapports de Gérard aux compétences d’écriture montrent également que cette activité constitue pour lui un enjeu fort d’engagement. Il considère en effet l’écriture comme un savoir-faire à acquérir et il est tendu vers la progression de la qualité de ses textes. Il porte « avec le recul » un regard particulièrement sévère sur son premier livre qu’il juge « mauvais », « plein de naïvetés », « horriblement mal écrit », et « trop lourd ». Les premiers écrits ne sont pour lui dignes d’intérêt que parce qu’ils sont le point de départ d’une progression et permettent alors de mesurer le chemin parcouru. Gérard relit ainsi son premier roman en mettant en œuvre un regard réflexif sur sa manière d’écrire de l’époque (« J’ai relu les premières pages pour regarder mon écriture. »). Il fait preuve également d’un rapport très tendu à sa pratique, perçue comme un travail exigeant, source de « souffrances », de « doutes » et de « remises en question ». La facilité à écrire et la prolixité ne sont pas à ses yeux des qualités en matière littéraire : il oppose alors « la démarche de l’auteur » à la simple « envie d’écrire », qu’il associe à une fonction de « défouloir » thérapeutique (c'est-à-dire non véritablement littéraire) et qui aboutit selon lui à des textes « de faible qualité ». Il adhère de plus à l’exigence de correction des textes. Tout en insistant sur la quantité des corrections qu’il apporte et sur le temps qu’il y consacre, il les considère comme une nécessité pour tout auteur et pense qu’elles sont indissociables de la démarche de création. Il reconnaît en outre qu’écrire c’est se confronter à l’évaluation y compris négative de ses textes. Il se méfie alors du manque de compétences et d’objectivité des membres de son entourage ainsi que de leurs compliments (qualifiés de « mauvaises critiques » non « constructives »)58. Il adopte même une « règle de conduite » pour s’en protéger :

Quand je sais que les gens ont lu un livre ou l’ont acheté, [sur un ton définitif] je n’en parle jamais. Parce que […] c’est appeler une réponse qui est une réponse de pitié, ou un mensonge, et donc j’ai pour principe, […] je n’aborde jamais la question. Et spontanément, les gens qui ont aimé, naturellement me le disent. […] Je les laisse faire hein, je les laisse causer, et je suis content hein, ça flatte hein. Et puis y en a qui je sais l’ont lu, ne m’en parlent pas, je traduis ça, je dis « Bon, ils l’ont lu mais ils n’ont pas aimé ».

27Gérard doute également de la pertinence du soutien sans faille de son éditrice qui accepte tous ses manuscrits sans jamais les reprendre et le considère comme « un grand écrivain potentiel ». Il estime qu’elle a « un peu trop » confiance en lui et qu’« elle a eu tort » d’éditer certains de ses livres. Comme il sait très bien que « les vrais correcteurs dans les maisons d’édition » ont des pratiques différentes, il lui a demandé de réunir un « comité de lecture super pointu » pour exercer à sa place un « œil critique ». La croyance de Gérard dans les petits prix et concours littéraires régionaux qu’il a remportés est elle aussi sans illusion. C’est le « bas niveau » de ces concours qui explique selon lui les récompenses reçues, et la satisfaction éprouvée est avant tout risible (« On est le roi de la fête quoi [rires], on se sent plus pisser ! »).

28L’importance qu’accorde Gérard à la qualité littéraire des textes témoigne donc d’une croyance dans l’un des enjeux de l’univers littéraire (i.e. il faut viser l’écriture d’un « bon » texte) mais également d’un certain sens du jeu, caractérisé ici par une conscience des hiérarchies et une absence d’illusion quant à la place qu’il y occupe. Lorsque ce sens du jeu porte sur les textes eux-mêmes, il se traduit par une tendance à les positionner dans des références et une histoire littéraires. Pour Gérard, il est ainsi évident que « le goût d’écrire vient d’abord du fait qu’on a adoré lire ». Il situe donc sa propre écriture par rapport à des auteurs contemporains qu’il a lus et il fait preuve d’une grande aisance lorsqu’il s’agit d’exprimer ses influences littéraires et ses goûts de lecteur. De plus, il consulte régulièrement les articles de critique littéraire et s’interroge sur l’évolution des styles d’écriture reconnus par les spécialistes du jugement littéraire : « Pourquoi ce qui est beau un temps, devient laid le temps d’après ? Quels sont les critères du beau et du laid ? […] L’histoire des modes tout ça, faut s’interroger quoi ! »

29Son intérêt pour les caractéristiques formelles des textes transparaît également dans son regard sur ses propres écrits. Il tient à dire qu’il y a « des formules poétiques » dans ses romans et il perçoit le fait d’avoir un style comme un aboutissement. C’est en effet selon lui ce que l’on attend d’un auteur consacré et c’est ce qu’il vise pour lui-même (« Je crois que je vais aller au fond de cette démarche de façon à quand même marquer une identité, une façon d’écrire quoi »).

  • 59  « Rien de plus détestable que la pratique de ces jeunes auteurs (et parfois moins jeunes) qui "arr (...)

30Avec la quête d’un style d’écriture, la quête d’un éditeur constitue certainement l’un des enjeux les plus spécifiques à l’univers littéraire. C’est en effet tout autant les qualités intrinsèques d’un texte que leur reconnaissance par les spécialistes du jugement littéraire que sont les éditeurs qui font le grand écrivain. Pour Gérard, la recherche d’un éditeur est une affaire sérieuse et il insiste sur la nécessité de se renseigner sur les maisons d’édition (leur catalogue, etc.) avant de leur envoyer des manuscrits59. Il fait part également de l’évidence et de la constance – malgré les déceptions – de son désir d’être publié : « J’écrivais dans le but de publier » ; « Moi, je me bats, je refais, je relance jusqu’à que ça soit édité. […] Si vous voulez, si j’avais dû désespérer, lâcher, […] au bout de trois ans de galère euh… je me serais arrêté… Mais non, je me suis pas arrêté et il a été édité ! »

  • 60  L’acceptation de son manuscrit par un éditeur est, pour celui qui veut « devenir écrivain », un «  (...)
  • 61  Il a reçu deux réponses positives (de l’Âge d’Homme et des éditions du Rocher) mais les éditeurs o (...)
  • 62  Cette méfiance n’est pas sans lien avec la réalité des modes de sélection des grands éditeurs, pui (...)

31Le fait d’être sélectionné et publié par un éditeur est très important à ses yeux60 : il est fier d’avoir le soutien de son éditrice actuelle et prend ses distances avec les modes d’édition qui détournent cette sélection, comme le compte d’auteur qu’il a lui-même expérimenté pour ses deux premiers livres. Il se distingue sur ce point des autres écrivains de son association d’auteurs régionale qui – comme lui-même l’a été par le passé – sont édités à compte d’auteur. De plus, bien qu’ayant essuyé les refus de nombreux grands éditeurs, il croit toujours au bien fondé de leur pouvoir (« Aussi dur que soit le refus d’un éditeur, ça fait quand même un barrage qui permet de sélectionner quoi. »). Dans le cas d’un écrivain qui, comme lui, a approché les grandes maisons d’édition sans parvenir à les atteindre61, la reconnaissance de la légitimité de ces dernières prend parfois la forme d’une remise en question. Il est ainsi persuadé que les grands éditeurs ne lisent pas les manuscrits envoyés par la poste et qu’il est très peu probable d’y entrer sans recommandation62. En dénonçant leur mépris et la dimension occulte de leur organisation, il dit toute la violence d’une domination sur laquelle il n’a pas prise :

Quelle grossièreté quoi ! Ils font attendre les gens et ils les font espérer et après ils leur demandent du fric pour le retour du manuscrit quoi… Ils sont méprisants quoi » ; « C’est tout interpénétré et on sait plus qui… En fait, on a trois ou quatre noms et puis on se rend compte que c’est en fait un seul nom quoi, qui prend des formes diverses. C’est des hydres à x têtes là… Donc c’est le gros bidule là à Paris.

  • 63  Pour Pierre Bourdieu, la remise en cause des rapports de forces au sein d’un champ est une forme d (...)

32Ce type de réactions ne peut se comprendre qu’au regard de l’importance que Gérard donne à la reconnaissance éditoriale, et ne constitue donc en aucun cas un rejet du pouvoir de consécration des grands éditeurs, mais manifeste plutôt un intérêt pour eux63. Ainsi, bien qu’ayant publié un pamphlet très accusateur à leur encontre, il a décidé de ne pas l’écrire sous son vrai nom pour « ne pas être refoulé » dans ses tentatives futures auprès d’eux. Il fait aussi parfois preuve de compréhension à l’égard de leurs pratiques (« Y a trente gugus tous les jours, qui veulent coller leur truc, et qui pensent qu’ils sont les génies du monde quoi… C’est invivable, ils pourraient pas [les lire tous]. »). De plus, même s’il est en partie satisfait de la sécurité éditoriale que lui apporte son éditrice actuelle, il n’a pas renoncé à ses ambitions. Il perçoit plutôt sa situation comme un point de départ vers une progression et il vise les grands éditeurs pour son prochain roman (« C’est pas dit que je reste chez [mon éditrice], parce que c’est vrai que c’est une toute petite maison d’édition. »).

33La conscience des hiérarchies (entre « petites » et « grandes » maisons d’édition), mêlée à la persistance des ambitions, caractérise également les rapports de Gérard aux enjeux de visibilité publique et médiatique. Ces enjeux comptent pour cet enquêté, qui se souvient de la satisfaction éprouvée à la parution du premier article dans la presse régionale et à la vue de son premier ouvrage en librairie. Il se soucie des ventes réalisées à la suite de ses participations à des séances de dédicace et à des salons du livre régionaux, et il évalue les choix de ses couvertures et de ses titres en fonction de leur impact sur le public. Pour lui, la consécration d’un écrivain est donc tout autant éditoriale que commerciale.

34Bien que louant l’activisme de son éditrice (elle lui permet de participer à de grands salons du livre régionaux et d’être présent, sur le stand de sa région, au salon du livre de Paris, et elle diffuse ses livres dans des librairies et bibliothèques régionales), il sait la modestie de ses acquis par rapport à ce qu’il estime être une véritable reconnaissance publique et médiatique. Ainsi, en comparaison à un papier dans « Libération ou dans le Monde », ses articles n’ont que peu d’importance à ses yeux (« Je n’ai jamais eu d’articles dans les grands journaux nationaux »). Comme dans le domaine éditorial, il pense surtout sa situation comme une étape dans un parcours de progression qu’il espère inachevé : il pense qu’il lui faut « prendre des leçons » (en allant assister à des interventions publiques d’écrivains reconnus) pour apprendre à « communiquer » avec le public, et il s’est « fixé » un objectif de vente qu’il n’a pas encore atteint (quatre mille exemplaires).

  • 64  En particulier, il ne supporte pas Michel Houellebecq parce que « partout c’est une mode de faire (...)

35La reconnaissance médiatique et commerciale est enfin pour lui un véritable enjeu de luttes puisque, tout en dénonçant les visées mercantiles des grands éditeurs et les stratégies promotionnelles de certains écrivains64, il court après ce type de consécration :

[Écrire un best-seller] ah ben c’est le rêve de tout le monde ça… Vous savez Philippe Delerm, […] il a galéré comme moi. […] Et puis brusquement on découvre La première gorgée de bière. Et d’un seul coup ça vient quoi ! […] Il faut tomber en phase avec ce que les gens attendent.

Conclusion

36L’analyse des investissements littéraires d’écrivains très peu reconnus a permis de mettre au travail deux dimensions de la notion d’illusio et d’en souligner les limites. Alors qu’elle semble avoir été construite à partir de l’idéal-type de l’écrivain dominant ou novateur et qu’elle suppose un intérêt pour les enjeux littéraires ajusté à la position littéraire occupée, on a montré que les écrivains très peu reconnus peuvent faire preuve d’un investissement fort et informé dans ces enjeux, même si cet investissement a tendance à s’exprimer dans leur cas selon des modalités particulières. Ainsi, comme on l’a vu dans le portrait de Gérard, courir après les enjeux littéraires suppose pour ces auteurs une prise de conscience et de distance vis-à-vis de la modestie de leur situation, et peut parfois s’exprimer par un rapport ambivalent – fait à la fois de reconnaissance et de remise en cause – aux pouvoirs de consécration littéraire. Au sein de la population enquêtée, tous les auteurs ne sont pas investis au même degré, et Gérard constitue un cas extrême à l’intérieur d’un continuum qui va de l’écrivain peu reconnu très investi à l’écrivain peu reconnu très distant – voire parfois indifférent – aux enjeux littéraires.

37C’est la mise en évidence de cinq types d’enjeux littéraires différents qui a permis de mesurer concrètement les degrés d’engagement des enquêtés. L’objectif de ce programme empirique a nécessité ici aussi une prise de distance avec la notion d’illusio dans la mesure où celle-ci a tendance à fonctionner comme une « boîte noire » dont on ne distingue ni les degrés ni les formes. Mesurer précisément les investissements des enquêtés et leur donner un contenu a permis de conclure que rares sont ceux qui se montrent indifférents à l’ensemble de ces enjeux et qu’il faut par conséquent être attentif à l’hétérogénéité des profils d’investissement.

  • 65  « L’investiture exerce une efficacité symbolique tout à fait réelle en ce qu’elle transforme réell (...)
  • 66  Lahire (Bernard) avec la collaboration de Bois (Géraldine), La Condition littéraire, op. cit.,p. 7 (...)
  • 67  Il existe en effet une tendance à l’« idéalisation du rapport que [les dominants] entretiennent av (...)

38Préférer à l’utilisation de la notion d’illusio la mise en évidence empirique de degrés et de formes concrètes d’investissement est ainsi, selon nous, le moyen le plus adéquat de rendre compte de la réalité des rapports des écrivains très peu reconnus aux enjeux littéraires. On peut se demander si une telle démarche serait également bénéfique à l’étude des investissements littéraires des écrivains consacrés. Chez eux aussi le principe d’ajustement inhérent à la notion d’illusio semble problématique. Ainsi, plus d’un tiers des écrivains les plus reconnus de notre enquête par questionnaires (36,2%) ne se définissent pas comme « écrivains », 65,7% d’entre eux ne vivent pas l’écriture comme une « vocation » et 38,1% n’ont pas soumis leurs manuscrits qu’à des éditeurs nationaux. Une part importante d’écrivains cumule donc indices objectifs de reconnaissance littéraire et distance relative vis-à-vis des enjeux littéraires. Comme pour les écrivains très peu reconnus, cette situation révèle le faible degré d’institutionnalisation de l’univers littéraire. Ce dernier semble en effet incapable d’exercer un effet clair d’« assignation statutaire65 », c'est-à-dire de fournir dans le même temps à ses participants « une activité rémunératrice et une raison d’être (une “identité”), des moyens de subsistance et des enjeux pour lesquels on est prêt à courir66 ». De ce fait, on ne peut pas supposer que les écrivains consacrés font tous et à tous les moments preuve d’un investissement fort dans leur activité. Alors que l’on pourrait être tenté d’idéaliser les rapports de ces auteurs aux enjeux littéraires67, seule l’enquête empirique serait à même de dire la réalité de ces rapports, comme on l’a montré dans le cas des écrivains très peu reconnus.

Haut de page

Bibliographie

Albert (Jean-Pierre), « Écritures domestiques », dans Écritures ordinaires, sous la direction de Daniel Fabre, Paris, POL/Centre Georges Pompidou, 1993, pp. 37-95.

André (Alain), Devenir écrivain, Paris, Leduc.s éditions, 2007.

Bois (Géraldine), Les écrivains dominés du jeu littéraire. Définition de l’espace d’investissement et rapports aux enjeux littéraires, thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Bernard Lahire, Université Lyon II, 2009.

Bourdieu (Pierre), « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, n° 22, 1971, pp. 49-126.

Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

Bourdieu (Pierre), « Intérêt et désintéressement », Cours du collège de France à la Faculté d’anthropologie et de sociologie de l’Université Lumière Lyon 2, Cahiers de recherche du GRS, n° 7, 1989.

Bourdieu (Pierre), « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, septembre 1991, pp. 3-46.

Bourdieu (Pierre), Réponses, Paris, éditions du Seuil, « Libre examen », 1992.

Bourdieu (Pierre), Raisons pratiques, Paris, éditions du Seuil, 1994.

Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, Paris, éditions du Seuil, « Points », 1998.

Bourdieu (Pierre), « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 126-127, mars 1999, pp. 3-28.

Bourdieu (Pierre), Propos sur le champ politique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2000.

Bourdieu (Pierre), Méditations pascaliennes, Paris, éditions du Seuil, « Points », 2003.

Charle (Christophe), « Le champ de la production littéraire », dans Histoire de l’édition française Tome iii, sous la direction de Roger Chartier & Henri-Jean Martin, Paris, Fayard/Cercle de la librairie, 1990, pp. 137-175.

Costey (Paul), « L’illusio chez Pierre Bourdieu. Les (més)usages d’une notion et son application au cas des universitaires », Tracés, n° 8, 2005, pp. 13-27.

De Lajarte (Isabelle), Les peintres amateurs, Paris, L'Harmattan, 1991.

Gaillard (Roger), Annuaire à l’Usage Des Auteurs Cherchant un Éditeur, Vitry, éditions de l’Oie plate, 2005.

Grignon (Claude) & Passeron (Jean-Claude), Le savant et le populaire, Paris, Gallimard/Le Seuil, « Hautes études », 1989.

Lahire (Bernard) avec la collaboration de Bois (Géraldine), La Condition littéraire, Paris, éditions La Découverte, « Textes à l’appui / Laboratoire des sciences sociales », 2006.

Morinière (Thomas), Le théâtre des amateurs, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2007.

Poliak (Claude), Aux frontières du champ littéraire, Paris, Economia, 2006.

Simonin (Anne) & Fouché (Pascal), « Comment on a refusé certains de mes livres », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 126-127, mars 1999, pp. 103-115.

Viala (Alain), Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, éditions de Minuit, 1985.

Haut de page

Notes

1  Cette étude a été menée dans le cadre d’un travail de thèse. Bois (Géraldine), Les écrivains dominés du jeu littéraire. Définition de l’espace d’investissement et rapports aux enjeux littéraires, thèse de doctorat de sociologie, sous la direction de Bernard Lahire, Université Lyon II, 2009.

2  L’idée que l’utilité et les limites d’un concept n’apparaissent que lorsque ce concept est mis en œuvre empiriquement est par exemple avancée dans : Bourdieu (Pierre), Réponses, Paris, éditions du Seuil, « Libre examen », 1992, pp. 75-76.

3  Bourdieu (Pierre), « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, septembre 1991, p. 22.

4  Lahire (Bernard) avec la collaboration de Bois (Géraldine), La Condition littéraire, Paris, éditions La Découverte, « Textes à l’appui / Laboratoire des sciences sociales », 2006, p. 38.

5  « L’indifférent est quelqu'un qui, n’ayant pas les principes de vision et de division qui permettent de faire des différences, trouve tout égal, est indifférent, n’est pas mu ni ému ». Bourdieu (Pierre), « Intérêt et désintéressement », Cours du collège de France à la Faculté d’anthropologie et de sociologie de l’Université Lumière Lyon 2, Cahiers de recherche du GRS, n° 7, 1989, p. 12.

6  Dans cet article, « engagement littéraire » est utilisé comme un synonyme d’« investissement littéraire » au sens où ces deux expressions disent l’implication dans l’activité littéraire et dans ses enjeux. On ne parle donc pas ici de prises de position politiques ou morales d’écrivains en dehors de la sphère littéraire.

7  Bourdieu (Pierre), Méditations pascaliennes, Paris, éditions du Seuil, « Points », 2003, p. 25.

8  « Trancher sur le papier et de façon plus ou moins arbitraire des débats qui ne le sont pas dans la réalité, comme la question de savoir si tel ou tel prétendant au titre d’écrivain (etc.) fait partie de la population des écrivains, c’est oublier que le champ de production culturelle est le lieu de luttes qui, à travers l’imposition de la définition dominante de l’écrivain, visent à délimiter la population de ceux qui sont en droit de participer à la lutte pour la définition de l’écrivain ». Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, Paris, éditions du Seuil, « Points », 1998, pp. 367-368.

9  Ibid., pp. 369-370.

10  Bourdieu (Pierre), « Le champ littéraire », op. cit., p. 45.

11  Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., p. 370.

12  En tant que capacité à s’orienter dans le jeu, le « sens du jeu » est une composante de l’illusio. Les différentes manifestations possibles de l’illusio sont détaillées plus bas (voir p. 7).

13  Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., p. 275.

14  « Ce n’est pas assez de dire que l’histoire du champ est l’histoire de la lutte pour le monopole de l’imposition des catégories de perception et d’appréciation légitimes ; c’est la lutte même qui fait l’histoire du champ ; c’est par la lutte qu’il se temporalise. Le vieillissement des auteurs, des œuvres ou des écoles est tout autre chose que le produit d’un glissement mécanique au passé : il s’engendre dans le combat entre ceux qui ont fait date et qui luttent pour durer, et ceux qui ne peuvent faire date à leur tour sans renvoyer au passé ceux qui ont intérêt à arrêter le temps, à éterniser l’état présent ; entre les dominants qui ont partie liée avec la continuité, l’identité, la reproduction, et les dominés, les nouveaux entrants, qui ont intérêt à la discontinuité, à la rupture, à la différence, à la révolution. Faire date, c’est inséparablement faire exister une nouvelle position au-delà des positions établies, en avant de ces positions, en avant-garde, et, en introduisant la différence, produire le temps », Ibid., p. 261.

15  Au contraire, les « prétendants » qui restent exclus du champ sont « dépourvus de la compétence nécessaire pour participer efficacement à la concurrence ». Bourdieu (Pierre), Méditations pascaliennes, op. cit., p. 162.

16  Bourdieu (Pierre), Propos sur le champ politique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2000, p. 38.

17  Ibid., p. 61.

18  Bourdieu (Pierre), Réponses, op. cit.,  p. 74.

19  « La définition la plus stricte et la plus restreinte de l’écrivain (etc.), que nous acceptons aujourd'hui comme allant de soi, est le produit d’une longue série d’exclusions ou d’excommunications visant à refuser l’existence en tant qu’écrivains dignes de ce nom à toutes sortes de producteurs qui pouvaient se vivre comme écrivains au nom d’une définition plus large et plus lâche de la profession ». Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., p. 366.

20  Les enquêtés ont publié au moins un ouvrage relevant des genres suivants : romans de tous genres, poésies, nouvelles, pièces de théâtre, et autobiographies ou témoignages.

21  Viala (Alain), Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, éditions de Minuit, 1985, p. 85.

22  Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., p. 280.

23  Le comité de sélection d’une maison d’édition fonctionne en effet comme une « banque de capital social et de capital symbolique à travers laquelle la maison peut exercer son emprise sur les académies et les prix littéraires, sur la radio, la télévision et les journaux, plusieurs des membres du comité étant connus pour l’étendue de leur réseau de liaisons littéraires ». Bourdieu (Pierre), « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 126-127, mars 1999, p. 4.

24  Bourdieu (Pierre), Méditations pascaliennes, op. cit., p. 151.

25  Association chargée, sous la tutelle du Ministère de la culture et de la Région Rhône-Alpes, d’assurer la promotion de la lecture, de l’édition et des écrivains de cette région.

26  Notamment, les jugements émis dans l’annuaire d’éditeurs Audace. Voir Gaillard (Roger), Annuaire à l’Usage Des Auteurs Cherchant un Éditeur, Vitry, éditions de l’Oie plate, 2005.

27  Ibid., p. 177.

28  Ibid., p. 130.

29  On peut repérer cette tendance à minimiser les logiques spécifiquement artistiques de l’activité au profit de ses logiques « ordinaires » (fonctions familiales, de sociabilité locale, etc.) dans plusieurs recherches sur les artistes dits « amateurs ». Voir notamment : De Lajarte (Isabelle), Les peintres amateurs, Paris, L'Harmattan, 1991 ; Morinière (Thomas), Le théâtre des amateurs, Bellecombe-en-Bauges, éditions du Croquant, 2007.; Poliak (Claude), Aux frontières du champ littéraire, Paris, Economia, 2006.

30  Bourdieu (Pierre), Raisons pratiques, Paris, éditions du Seuil, 1994, p. 151.

31  Bourdieu (Pierre), « Intérêt et désintéressement », op. cit., p. 17.

32  Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., p. 276.

33  Bourdieu (Pierre), « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, n° 22, 1971, p. 109.

34  Si ce que Pierre Bourdieu nomme « ajustement » est la règle de fonctionnement des champs, toutes les situations qui s’écartent de cette règle peuvent être qualifiées, dans la perspective qui est la sienne, de « désajustements ». Lui-même emploie parfois le terme de « décrochage ». Bourdieu (Pierre), Méditations pascaliennes, op. cit., p. 312.

35  Bourdieu (Pierre), Réponses, op. cit., p. 105.

36  Mises à part certaines situations particulières (le cas « des transformations structurelles qui suppriment ou modifient certaines positions, et aussi de la mobilité inter-ou intragénérationnelle »), il lui donne en effet le plus souvent le statut de « loi » « universelle ». Bourdieu (Pierre), Méditations pascaliennes, op. cit., p. 226 et p. 312.

37  Sur la comparaison entre ces deux types de « carrière », voir : Lahire (Bernard) avec la collaboration de Bois (Géraldine), La Condition littéraire, op. cit.

38  Les enquêtes sur les artistes « amateurs » précitées s’inscrivent dans cette tendance.

39  Bourdieu (Pierre), « Intérêt et désintéressement », op. cit., p. 12. On peut citer ici d’autres définitions similaires : « Chaque champ appelle et active une forme spécifique d’intérêt, une illusio spécifique comme reconnaissance tacite de la valeur des enjeux engagés dans le jeu et comme maîtrise pratique des règles qui le régissent » (Bourdieu (Pierre), Réponses, op. cit., p. 93)  ou « Les agents bien ajustés au jeu sont possédés par le jeu et sans doute d’autant plus qu’ils le maîtrisent mieux » (Bourdieu (Pierre), Raisons pratiques, op. cit., p. 154).

40  Costey (Paul), « L’illusio chez Pierre Bourdieu. Les (més)usages d’une notion et son application au cas des universitaires », Tracés, n° 8, 2005, p. 19.

41  Ce premier score (tout comme le second) mêle donc des éléments « objectifs », liés à des pratiques et des éléments plus « subjectifs », liés aux représentations des acteurs. Mais même les pratiques prises en compte ici sont des déclarations qui ont pu faire l’objet d’interprétations, de surévaluation ou d’omissions plus ou moins volontaires de la part des enquêtés. En réalité, l’objectif de ces scores n’est pas tant de distinguer la « vérité » du « mensonge » que de mesurer des degrés d’adhésion aux enjeux littéraires. Les définitions que les enquêtés donnent d’eux-mêmes et de leurs pratiques, en tant qu’elles manifestent cette adhésion, sont dans cette optique des critères tout aussi valables que les critères apparemment plus « objectifs ».

42  La répartition des variables dans les deux scores a aussi des limites. Par exemple, les pratiques de lecture et l’intérêt pour l’actualité littéraire pourraient aussi être considérés comme des indicateurs de croyance dans l’importance de la littérature. De même, les éditeurs « convoités » donnent tout autant des informations sur les ambitions littéraires des enquêtés que sur leur sens du placement.

43  Ainsi, quel que soit le degré de reconnaissance littéraire des répondants, leurs niveaux de croyance et de compétence/sens du jeu sont d’autant plus forts que leur catégorie socioprofessionnelle, leur niveau de diplôme et leur origine sociale (mesurée par la profession et le niveau de diplôme des parents) sont élevés.

44  Ces chiffres les distinguent fortement de la moyenne de la population de Rhône-Alpes qui compte, d’après le recensement de 1999, 12,4% de « cadres et professions intellectuelles supérieures », 26,6% d’ouvriers, et 9,1% de diplômés de niveau  « bac+3 et plus » (notre enquête par questionnaires date quant à elle de 2004).

45  22% des écrivains très peu reconnus qui publient depuis moins de 6 ans se définissent comme « écrivain », contre 25,2% de ceux qui publient depuis au moins 15 ans. Pour la définition de l’écriture comme « une vocation », les pourcentages sont respectivement de 23,7% et 21,7%.

46  En dehors de leurs éditeurs, 47,5% des écrivains très peu reconnus qui publient depuis moins de 6 ans n’ont proposé leurs manuscrits qu’à des éditeurs nationaux contre 36,2% de ceux qui publient depuis au moins 15 ans. La question posée était la suivante : « Pouvez-vous citer les éditeurs à qui vous avez soumis des manuscrits et qui ne les ont pas publiés ? ».

47  En tout, dix-sept grands prix littéraires étaient proposés : le Prix de l'Académie française, le Prix des lectrices de Elle, le Prix des libraires, le Prix du Livre inter, le Grand Prix RTL-Lire, le Prix Fémina, le Prix Fnac, le Prix France Télévision, le Prix France culture, le Prix Goncourt, le Prix Goncourt de la poésie, le Prix Goncourt de la nouvelle, le Prix Goncourt des lycéens, le Prix Interallié, le Prix Médicis, le Prix du Salon de Montreuil, et le Prix Renaudot.

48  Nous rejoignons ici l’analyse de Paul Costey pour qui, « de quelque manière que ce soit, tous les membres du champ partagent la même illusio sans distinction de forme ni de degré ». Costey (Paul), « L’illusio chez Pierre Bourdieu », op. cit., p. 17.

49  Albert (Jean-Pierre), « Écritures domestiques », dans Écritures ordinaires, sous la direction de Daniel Fabre, Paris, POL/Centre Georges Pompidou, 1993, p. 85.

50  « Quiconque veut écrire doit décider de disposer d’au moins deux ou trois heures, chaque jour». André (Alain), Devenir écrivain, Paris, Leduc.s éditions, 2007, p. 117. Auteur publié notamment chez Denoël, Alain André est directeur d’un grand réseau d’ateliers d’écriture (Aleph-écriture, créé en 1985) qui revendique le soutien de « dizaines de responsables institutionnels » et « une constante exigence de qualité ». Ces ateliers forment en partie à l’écriture littéraire et s’adressent à des personnes qui envisagent de publier. La référence à la publication est d’ailleurs très présente dans l’ouvrage d’Alain André tout comme la hiérarchisation des modes d’édition : seule l’édition à compte d’éditeur y est présentée comme valable, et le compte d’auteur y est largement dénoncé (il critique par exemple les « auteurs qui ont publié à compte d'auteur un manuscrit trente fois refusé et qui s’obstinent à le défendre »). Un regard légitime sur la littérature est aussi à l’œuvre dans les conseils d’écriture et de lecture qu’il prodigue (travailler le style des textes, lire de près la production contemporaine, etc.). Tout au long de l’ouvrage, sont donnés en exemples de nombreux écrivains particulièrement reconnus (Borges, Lobo Antunes, Butor, Tabucchi, Kafka, Musil, Quignard, Villon, Woolf, Perec et les auteurs de l’Oulipo, etc.).

51  Bourdieu (Pierre), Méditations pascaliennes, op. cit., p. 25.

52  André (Alain), Devenir écrivain, op. cit., p. 101.

53  Ibid., p. 8.

54  Attitude aussi préconisée par Alain André.  Ibid., p. 61 et p. 137. 

55  Pour « devenir écrivain », il faut en effet « se situer » par rapport à des textes lus « avec lesquels nous dialoguons en écrivant, parfois sans le savoir ». Ibid., p. 23.

56  « Qu’adviendrait-il en effet de la vie littéraire si l’on en venait à disputer non de ce que vaut le style de tel ou tel auteur, mais de ce que valent les disputes sur le style ? ». Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 47. Pour un écrivain, il est donc nécessaire de « faire des choix » parmi les « esthétiques de la phrase » existantes. André (Alain), Devenir écrivain, op. cit., p. 9.

57  « Tous les ingrédients du book business actuel sont en place à cause de l’inflation des titres, de la course à la vente et de l’importance croissante de l’intermédiaire critique ou journalistique, voire de la publicité pour le démarrage d’un livre ». Charle (Christophe), « Le champ de la production littéraire », dans Histoire de l’édition française - Tome III, sous la direction de Roger Chartier & Henri-Jean Martin, Paris, Fayard/Cercle de la librairie, 1990, p. 155.

58  « L'efficacité légitimatrice d'un acte de reconnaissance […] est faible lorsque les actes de reconnaissance sont accomplis par […] des proches ou des familiers, dont les jugements sont suspects d'être imposés par une forme de complaisance égoïste ou d'aveuglement affectif ». Bourdieu (Pierre), Méditations pascaliennes, op. cit., p. 151.

59  « Rien de plus détestable que la pratique de ces jeunes auteurs (et parfois moins jeunes) qui "arrosent" le paysage éditorial » ; « Si vous ne connaissez aucun éditeur, menez une véritable enquête préalable ». André (Alain), Devenir écrivain, op. cit., pp. 339-340.

60  L’acceptation de son manuscrit par un éditeur est, pour celui qui veut « devenir écrivain », un « adoubement » qui s’apparente à une « conversion religieuse » (« On devient ce que l’on n’était pas »). Ibid., pp. 31-32.

61  Il a reçu deux réponses positives (de l’Âge d’Homme et des éditions du Rocher) mais les éditeurs ont finalement renoncé quelques mois plus tard.

62  Cette méfiance n’est pas sans lien avec la réalité des modes de sélection des grands éditeurs, puisque chez eux, « le tiers des premiers romans publiés n’arrive pas par la poste ». Simonin (Anne) & Fouché (Pascal), « Comment on a refusé certains de mes livres », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 126-127, mars 1999, p. 104.

63  Pour Pierre Bourdieu, la remise en cause des rapports de forces au sein d’un champ est une forme d’investissement. « [Les agents] peuvent vouloir renverser les rapports de forces dans le champ, mais ce faisant ils accordent de la reconnaissance au champ, ils ne sont pas indifférents ». Bourdieu (Pierre), « Intérêt et désintéressement », op.cit., p. 13.

64  En particulier, il ne supporte pas Michel Houellebecq parce que « partout c’est une mode de faire sa promotion » et qu’« il lui suffit de mépriser la presse pour qu’on en parle de plus en plus ».

65  « L’investiture exerce une efficacité symbolique tout à fait réelle en ce qu’elle transforme réellement la personne consacrée. […] Elle transforme […] la représentation que la personne investie se fait d’elle même et les comportements qu’elle se croit tenue d’adopter pour se conformer à cette représentation ». Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire, op. cit., p. 124.

66  Lahire (Bernard) avec la collaboration de Bois (Géraldine), La Condition littéraire, op. cit.,p. 73.

67  Il existe en effet une tendance à l’« idéalisation du rapport que [les dominants] entretiennent avec les normes dominantes », c'est-à-dire une tendance « à sélectionner, parmi [leurs] comportements réels […], ceux qui se rapprochent le plus de [la] culture [dominante], qui en donnent l’idée la plus exacte (ou la plus conforme à la construction que le sociologue est en train d’élaborer), bref à privilégier les comportements d’excellence et à rejeter comme non significatifs ou au mieux secondaires les écarts à la norme, les ratés, les lapsus, etc. ». Grignon (Claude) & Passeron (Jean-Claude), Le savant et le populaire, Paris, Gallimard/Le Seuil, « Hautes études », 1989, pp. 96 et 98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Bois, « Des degrés et des formes d’investissement », COnTEXTES [En ligne], 9 | 2011, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/4857 ; DOI : 10.4000/contextes.4857

Haut de page

Auteur

Géraldine Bois

Université de Lyon / ENS de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page