Navigation – Plan du site

La littérature-monde dans l’évolution des French studies. Vers des Transnational French studies?

Compte rendu de Forsdick (Charles), Hargreaves (Alec G.), Murphy (David) (dir.), Transnational French Studies. Postcolonialism and Littérature-monde, Liverpool, Liverpool University Press, « Francophone Postcolonial Studies », vol. 1, 2010
Abdoulaye Imorou

Texte intégral

  • 1 Pour davantage de détails sur les orientations de cette série, voir le site Internet de la Societ (...)
  • 2 Voir le manifeste des 44 (« Pour une "littérature-monde" en français », Le Monde, 16 mars 2007) e (...)
  • 3 Lionnet (Françoise), « Introduction », Modern Language Notes, n° 118 / 4, 2003, pp. 783-86. [Numé (...)

1Transnational French Studies. Postcolonialism and Littérature-monde est le premier volume d’une nouvelle série publiée par la Society for Francophone Postcolonial Studies. Cette série a pour ambition de proposer, à travers une livraison annuelle, « a sort of état présent on the evolution of research ranging across various expressions of Francophone Postcolonial Cultures (e.g. literature, film, music, history) »1. Ce premier volume, qui réunit presque une vingtaine de contributions, interroge, entre autres, l’impact de la littérature-monde2 dans ce que Françoise Lionnet a appelé le « ‘becoming-transnational’ of French Studies »3. La littérature-monde est donc, ici, inscrite dans la dynamique de changement qui caractérise, actuellement, les French studies et qui les pousse à devenir transnationales. Toute la question est alors d’évaluer dans quelle mesure elle est de nature à encourager cette tendance.

2En vue de fournir quelques éléments de réponse, le volume s’organise en trois parties. Il commence par dresser une sorte d’archéologie de la notion de littérature mondiale qui vise, notamment, à déterminer si celle-ci est bien sensible au dépassement des logiques nationales qui informe les approches transnationales : « From World Literature to Littérature-monde : Genre, History, and the Globalization of Literature». Il s’arrête ensuite, sur les modalités de ce glissement vers les considérations transnationales et tente de saisir les enjeux littéraires comme politiques des rhétoriques et des pratiques qui l’accompagnent : « Postcolonialism, Politics and the ‘Becoming-Transnational’ of French Studies ». Le volume cherche, pour finir, à préciser les contours de la littérature-monde (« Mapping littérature-monde ») et, par la même occasion, celles de ce ‘becoming-transnational’ of French Studies.

3De ces différents développements, deux axes peuvent être retenus. Le premier précise que la littérature-monde est apparue dans un contexte déjà travaillé par des dynamiques de changement, par la volonté de décloisonner les pratiques et les disciplines. Le deuxième démontre que le concept, malgré des limites évidentes, se révèle être un catalyseur particulièrement efficace dans la perspective de cette évolution vers des pratiques transnationales.

Le temps du changement

4Lorsque le manifeste des 44, en faveur d’« une "littérature-monde" en français »,  s’annonce en 2007, son propos se situe dans le registre du changement, de la nouveauté et de l’inédit. L’un des intérêts de Transnational French Studies. Postcolonialism and Littérature-monde est de relativiser cet aspect en rappelant que les French studies avaient déjà adopté un programme sensiblement proche.

  • 4 « Pour une "littérature-monde" en français », Le Monde, 16 mars 2007.
  • 5 Forsdick (Charles), « ‘On the Abolition of the French Department’? Exploring the Disciplinary Con (...)
  • 6 Forsdick (Charles), op. cit., p. 100.
  • 7 Ibid., p. 99.
  • 8 Concernant cette intrusion des espaces francophones dans les French studies, on peut lire : Lionn (...)

5Les tenants de la littérature-monde affirment qu’il est plus que temps de sortir d’une conception ethnocentrée de la littérature et d’en finir avec la manière dont Paris se place au centre du champ littéraire francophone voire mondial. Ces changements de perspective sont d’autant plus urgents et inéluctables, ajoutent-ils, que la littérature parisienne se sclérose, n’a plus le souci du monde tandis que celles, naguère, dites francophones et aujourd’hui regroupées sous l’appellation de littérature-monde ont su rester fidèles « aux puissances d’incandescence de la littérature »4. Il apparaît que les French studies, ne disaient pas, dans les grandes lignes, autre chose. Charles Forsdick démontre ainsi que le temps était déjà loin où les enseignants-chercheurs se sentaient obligés d’adopter les opinions, les goûts et les préjugés français, autrement dit d’être plus français que les Français5. La discipline s’était déjà libérée des conceptions ethnocentrées et cloisonnantes qui l’ont longtemps régie. Cependant, il note également que des chercheurs comme Sandy Petrey considèrent encore que les French studies doivent défendre leurs frontières si elles ne veulent pas prendre le risque de perdre leur identité voire de disparaître6, alors que d’autres, à l’instar de Jon Beasley-Murray, considèrent que le brouillage des frontières disciplinaires ne peut qu’avoir des effets bénéfiques7. Le basculement des French studies d’une position conservatrice reposant sur l’idée d’une grande France seule digne d’étude vers des positions qui, à travers les Francophone studies ou encore les Francophone postcolonial studies, entendent occuper d’autres espaces et aborder d’autres thématiques n’est donc pas sans créer quelques tensions8.

6Il est, ici, intéressant de noter que ces tensions ne sont pas sans rappeler celles qui animent, depuis un certain temps, le domaine du comparatisme et qui se traduisent pratiquement dans les mêmes termes. Manuela Mourão en fournit une illustration : s’opposant à Henry Remak (« The Situation of Comparative Literature in the Universities », 1985) pour qui la littérature comparée court à sa perte à trop devenir interdisciplinaire, il affirme :

  • 9 Mourão (Manuela), « Comparative Literature Past and Present », pp. 167-168, dans, Comparative Lit (...)

If, as we saw, several of Comparative Literature’s leaders have repeatedly worried about the boundaries of the field, the fact of the matter is that in order to survive, Comparative Literature as a discipline needs to accept the changes already under way. This may be, in fact, the only way to attract students and keep institutions from withdrawing support for programs. But, more importantly, it is an essential move in the present cultural climate9.

  • 10 Voir entre autres : Maurel, (Chloé), « La World / Global History. Questions et débats », Vingtièm (...)

7La remarque de Manuela Mourão est particulièrement intéressante en cela qu’elle explique la nécessité qu’il y a à décloisonner les pratiques par les caractéristiques de la marche du monde. Elle montre ainsi que le décloisonnement ne relève pas du caprice de quelques universitaires. C’est, pour ainsi dire, le monde qui, en tant qu’objet d’étude, l’impose. Il s’agit, en somme, de repenser les méthodologies, les épistémologies et les disciplines de manière à les aligner sur un mouvement du monde caractérisé par l’abolition des frontières. Un raisonnement similaire informe d’ailleurs l’ensemble des sciences humaines. Il suffit, pour s’en convaincre, de penser au développement de l’histoire globale et de ses variantes : histoire croisée, histoire connectée…10

  • 11 Jenson (Deborah), « Francophone World Literature (Littérature-monde), Cosmopolitanism and decaden (...)

8Le manifeste des 44 voit donc le jour dans un monde aux frontières devenues floues, un monde que la notion de decadent cosmopolitanism of the new millenium aide à mieux saisir11. Deborah Jenson affirme que l’abolition des frontières spatiales est amplifiée par les phénomènes de migration et les logiques diasporiques. De ce fait, le monde actuel est profondément cosmopolite. Cependant, ce type de cosmopolitanisme ne peut plus être ramené à une stratégie impérialiste pour la raison que ce ne sont plus les seuls dominants qui se déplacent et imposent leurs visions du monde. Dominés et dominants partagent, désormais, les mêmes espaces qu’ils contribuent tous à modeler brouillant ainsi les frontières et rendant difficiles les allégeances identitaires et les hégémonies culturelles :

  • 12 Ibidem, pp. 17-18. Deborah Jenson cite Storey (John), Cultural Theory and Popular Culture: An Intro (...)

Ideological hegemony, as ‘a condition in process in which a dominant class (in alliance with other classes or class fractions) does not merely rule a society but leads it through the exercise of “moral and intellectual leadership”’ […] is circumstantially rather than polically undermine by globalized markets and migrant dynamics which surpass, in their power to shape societies mimetically, the powers of exclusive identities12.

9On retrouve cette idée selon laquelle c’est la marche du monde qui impose les logiques transnationales et que les hommes n’ont d’autre choix que d’y adapter leurs modes de pensée. Selon Deborah Jenson, l’intérêt de la littérature-monde vient, justement, de ce qu’elle semble l’avoir compris. C’est la raison pour laquelle elle peut être utile aux dynamiques de changement en cours.

  • 13 Murphy (David), « The Postcolonial Manifesto: Partisanship, Critisism and the Performance of Chan (...)
  • 14 Ngūgī Wa Thiong'o, « On the Abolition of the English Department », dans The Postcolonial Studies (...)
  • 15 Moudileno (Lydie), « Francophonie : Trash or Recycle ? », dans Transnational French Studies, op. (...)

10Ces dynamiques, telles qu’elles sont rapportées dans les différentes contributions du volume, trahissent deux caractéristiques essentielles. D’une part, elles rejettent toute logique de la table rase, d’autre part, elles peinent à être pleinement convaincantes. Concernant le premier point, il apparaît, par exemple, que les différents manifestes (littéraires et/ou politiques) qui ont, ces dernières années, appelé à repenser la société et les pratiques françaises ne sont, en dernière analyse, ni communautaires ni antifrançais et ne visent nullement à renverser le système : « A postcolonial challenge to Frenchness is here presented not as a ‘communitarian’ challenge from the margins but rather an attempt to liberate all French people from a failed model of Republicanism »13. Il ne s’agit donc ni de liquider la République, ni de menacer l’identité française, mais plutôt de les amener à respecter les principes de liberté, d’égalité et de fraternité dont elles se réclament et qui sont contraires aux pratiques d’exclusion vers lesquelles elles se sont dirigées. En ce sens, ces manifestes se révèlent davantage conservateurs que révolutionnaires. Il s’avère que la manière dont les études littéraires se repensent, obéit à des logiques similaires. À cet égard, il faut prendre garde à ne pas mal interpréter le titre que Charles Forsdick donne à son article (« ‘On the Abolition of the French Department’ ? »). Cette contribution ne milite, en aucun cas, pour la fermeture des French studies au profit d’une nouvelle discipline. Faisant référence à Ngūgī Wa Thiong'opour qui les départements d’anglais devaient être repensés de manière à mieux tenir compte des littératures africaines de langue anglaise14, Charles Forsdick ne fait qu’attirer l’attention sur la nécessité qu’il y a à donner des orientations transnationales aux French studies. Dans le même ordre d’idées, Lydie Moudileno rejette, également, toute logique de la table rase. Rappelant le combat difficile qu’il a fallu mener pour donner une légitimité aux Francophone studies, elle avance que ce serait un mauvais calcul que de désavouer cette discipline sous prétexte des connotations coloniales attachées au terme de francophonie. En ce qui la concerne, la francophonie a surtout besoin d’être recyclée15.

  • 16 Murphy (David), op. cit., p. 76.

11On le voit, il s’agit davantage d’appeler à prendre acte de la nécessité qu’il y a à décloisonner les pratiques que de chercher à renverser des systèmes. C’est sans doute, en partie, la raison pour laquelle la plupart de ces politiques du changement peinent à se défaire du soupçon qui pèse sur elles et qui consiste à dire qu’elles servent les logiques de domination et d’exclusion plus qu’elles ne les combattent. David Murphy pose ainsi la question de savoir si cette manière de repenser une nouvelle République sur les fondations de l’ancienne n’est pas le signe que les manifestes restent, en fin de compte, prisonniers de la pensée dominante16. L’article de Lydie Moudileno rappelle, de son côté, combien les Francophone studies doivent se battre contre l’image d’une discipline néo-coloniale qui ferait sienne l’idée de cultures francophones périphériques à la grande culture française. On comprend que, dans ces conditions, les French, Francophone et Postcolonial studies voient dans les Transnational French studies une manière de transcender leurs limites réelles comme fantasmées. On regretta cependant que les contours et la grammaire de ces Transnational French studies ne soient clairement précisés et que le « transnationalisme » passe, de ce fait, pour une méthode nécessairement vertueuse.

12Ayant de la sorte précisé son contexte d’énonciation, le volume pose ensuite la question de savoir en quoi la littérature-monde est susceptible d’aider les Transnational French studies à basculer du stade de l’intention à celui de la réalisation.

De l’impact de la littérature-monde

13La littérature-monde ne situe pas seulement son propos dans le registre de l’inédit. Elle affirme également qu’elle participe d’un moment historique et d’une révolution copernicienne : ceux qui ont décerné la plupart des grands prix littéraires de l’automne 2006 à des auteurs dits francophones. En outre, elle dit représenter des écritures qui restent chargées des « puissances d’incandescence de la littérature » dans un contexte général de sclérose. Autant dire qu’elle ne doute pas être en mesure de dicter les nouvelles orientations du champ littéraire francophone si ce n’est mondial. Là encore, le volume relativise ses prétentions en rappelant que le manifeste a reçu des critiques essentiellement négatives, critiques qu’il reprend, en partie, à son compte. Parallèlement, il reconnaît que la littérature-monde n’est pas moins devenue incontournable dans la perspective de la reconfiguration des études littéraires.

14Les critiques négatives, telles qu’elles apparaissent dans les contributions du volume, sont de deux ordres : une partie d’entre elles peut être qualifiée d’essentialisante, tandis que l’autre porte sur l’agenda du manifeste.

15Les critiques essentialisantes sont liées à la nature des filiations qui sont reconnues à la littérature-monde. Le volume démontre que même si elle ne le reconnaît pas toujours de manière explicite, celle-ci est tributaire d’un certain nombre de concepts, de notions, de positions dont la Weltliteratur, la World literature, la littérature voyageuse, le Tout-monde, le cosmopolitanisme, l’humanisme, le genre du manifeste. De ce fait, elle serait d’emblée connotée, informée qu’elle est par la nature de ces précurseurs. Tout se passe alors comme si on lui attribuait, dans une sorte de processus de transfert, aussi bien leurs limites que leurs portées. C’est ainsi que Typhaine Leservot doute de sa capacité à se libérer de la dimension néo-coloniale de la francophonie de la même manière que la Weltliteratur, puis la World literature et le comparatisme n’ont, en fin de compte, pas su s’affranchir totalement de conceptions eurocentrées de la littérature :

  • 17 Leservot (Typhaine), « From Weltliteratur to World Literature to Littérature-monde: The History o (...)

As a consequence of its links to Goethe’s concept of world literature, formulated in the nineteenth century and employed since that time in comparative studies, the littérature-monde of the forty-four signatories brings with it a cultural heritage that both ruins the risks of preventing the freedom it seeks from Francophonie and simultaneously offers Francophone studies the potential benefits of new developments in comparative studies which are no longer bound with by outdated notions of the region17.

  • 18 Le Bris (Michel) (dir.), Pour une littérature voyageuse, Paris, Éditions Complexe, 1992. Le manif (...)
  • 19 Dutton (Jacqueline), « From Littérature Voyageuse to Littérature-monde via Migrant Literatures : (...)

16Dans un ordre d’idée similaire, Jacqueline Dutton note que la littérature voyageuse dont se réclame la littérature-monde, si elle invite à se vouer « à l’Autre et à l’Ailleurs » conserve les relents d’un certain eurocentrisme machiste que ne dément pas le fait que les signataires du manifeste « Pour une littérature voyageuse »18 soient tous Blancs et masculins19.

  • 20 Pour la tendance du genre du manifeste au discours manichéen, lire Lyon (Janet), Manifestoes : Pr (...)

17Ainsi, du simple fait de ses filiations la littérature-monde hérite d’une image mitigée, à la fois positive et négative. Même s’il faut reconnaître que certaines de ces critiques se vérifient ­– la littérature-monde n’est, par exemple, pas exempte du manichéisme qui caractérise souvent le propos des manifestes20 – cette réception essentialisante ne manque pas de surprendre de la part d’universitaires dont les disciplines sont elles-mêmes victimes d’un processus similaire comme le montre l’image que l’on associe aux Francophones studies.

  • 21 Hargreaves (Alec), Forsdick (Charles) & Murphy (David), op. cit., p. 3.
  • 22 Jenson (Deborah), op. cit., pp. 18-19.
  • 23 Cavaillé (Jean-Pierre), « Francophones, l’écriture est polyglotte », Libération, 30 mars 2007, ci (...)

18Une autre partie des critiques portent sur les intentions et les motivations de la littérature-monde. Elle pose, entre autres, la question de l’opportunisme de Michel Le Bris, qui, d’abord hostile au postcolonialisme21 et préoccupé uniquement de la manière dont le Signe-Roi a pris en otage la littérature française, finit par s’emparer des rhétoriques transnationales et à défendre la cause des littératures dites francophones22. Elle se montre, en outre, méfiante vis-à-vis d’un manifeste qui a bien l’air de vouloir reproduire cela même contre quoi il prétend lutter. Sur ce point, le volume s’appuie, notamment, sur les analyses de Jean-Pierre Cavaillé selon lesquels, la littérature-monde n’est qu’un moyen pour le centre de « simuler sa propre crise, de jouer le décentrement pour se réimposer comme centre »23. Le volume en veut pour preuve le fait que les signataires mettent en avant les prix littéraires de 2006 et valident, de la sorte, le rôle de légitimation littéraire des institutions françaises, alors que la logique voudrait qu’ils le dénoncent :

  • 24 Ridon (Jean-Xavier), « Littérature-monde, or Redefining Exotic Literature ? », p. 197, dans Trans (...)

Here, change is said to have come from recognizing the power of this peripheral voices whereas one might have thought that the refusal by four Francophone authors to accept this prizes would have constituted a more effective challenge of what they represented and more importantly, would have underlined these authors’ independence with regard to the Parisian literary establishment24.

  • 25 Voir Imorou (Abdoulaye), « Un cas d’indépendance réussie : la littérature africaine », Africultur (...)

19Jean-Xavier Ridon reprend ici un argument devenu classique qui consiste à voir dans le fait de s’appuyer sur les institutions du centre le signe d’une allégeance mais qui ne tient pas suffisamment compte des impératifs des stratégies de positionnement dans le champ littéraire. Or ces stratégies échappent à la dialectique collaboration/résistance pour ne dépendre que des critères de visibilité et d’invisibilité25. Dans ces conditions, la littérature-monde, dans la mesure où elle entendait être reconnue comme étant la nouvelle référence littéraire, pouvait difficilement, dans un premier temps, se passer des instances de consécration parisiennes. Dès lors, sa crédibilité ne peut être mesurée à partir des relations qu’elle entretient avec elles mais uniquement dans la nature des politiques qu’elle se propose de mettre en place. En effet, de même que les études littéraires choisissent de conserver le système universitaire et les disciplines mais entendent réorganiser les pratiques, il convient de supposer que la littérature-monde pourrait tout aussi bien s’inscrire dans le champ littéraire francophone et en redéfinir les politiques.

  • 26 Le Bris (Michel) & Rouaud (Jean) (dir.), op. cit., 2007, pp. 23-24.
  • 27 Hargreaves (Alec), Forsdick (Charles) & Murphy (David), op. cit., p. 8.
  • 28 Thomas (Dominic), « The ‘Marie NDiaye Affair’ or the Coming of a Postcolonial Evoluée », p. 160, (...)
  • 29 Villes qui accueillent le festival Étonnants voyageurs de Michel Le Bris.

20Concernant cette redéfinition des politiques, deux séries d’observations s’imposent. La première demande de reconnaître que la rhétorique de la révolution copernicienne n’est pas tout à fait injustifiée. La littérature-monde s’inscrit, certes, dans un vieux débat qui consiste à demander au centre parisien d’avoir davantage de considération pour les littératures dites périphériques. Or, il avait, jusque là, surtout été question de demander à Paris d’ouvrir ses portes, de reconnaître que ces littératures ne déméritaient pas. La littérature-monde inverse les termes de la revendication. Cette fois-ci, c’est la littérature parisienne qui doit prouver qu’elle ne démérite pas, qu’elle réunit les critères nécessaires pour être intégrée au sein de la littérature-monde26. De ce point de vue, le manifeste peut difficilement être accusé de vouloir faire le jeu du centre. L’autre série d’observations fait, en revanche, état des limites de la littérature-monde dans sa volonté de redessiner le champ littéraire. Il apparaît que son programme politique n’est clairement précisé ni dans le manifeste, ni dans les deux volumes qui l’ont suivi de sorte qu’on peut se demander si elle en a réellement un. De plus, en dehors des manifestations du festival « Étonnants voyageurs », le groupe de Le Bris ne semble engagé dans aucune action concrète à même de préciser les contours de leurs concepts et politiques. La revue qui devait leur servir de tribune n’a, par exemple, toujours pas vu le jour27. Par ailleurs, certains des silences de la littérature-monde sont particulièrement significatifs. Dominic Thomas note ainsi qu’elle ne semble pas faire plus de cas des littératures dites de banlieue que ne le fait Paris28. Ces constats amènent à se demander s’il ne s’agit pas simplement pour Bamako, Port-au-Prince et Saint-Malo29 de prendre la place de Paris sans vraiment réorganiser le champ littéraire, sans en finir avec le système du centre et des périphéries.

21L’intérêt du volume vient, cependant, de ce qu’il ne s’arrête pas à une recension des limites du manifeste. C’est ainsi qu’il lui reconnaît un rôle de catalyseur dans le becoming-transnational of French studies. Celui-ci se décline, principalement, selon deux modalités.

  • 30 Murphy (David), op. cit., p. 82.
  • 31 Idem, voir également l’article de Charles Forsdick à la page 93.

22En premier lieu, la littérature-monde se révèle être une tribune particulièrement efficace. Cela s’explique par l’identité des signataires du manifeste. Ceux-ci sont parmi les personnalités littéraires les plus en vue du moment, ceux dont la parole compte (Alain Mabanckou, Tahar Ben Jelloun, Édouard Glissant, …) et qui ont, pour cette raison, accès aux médias les plus incontournables comme le journal Le Monde et les éditions Gallimard. Comme le montre David Murphy, ces critères sont pour beaucoup dans l’impact du manifeste qui bénéficie d’une visibilité autrement plus importante que d’autres manifestes publiés dans des médias plus modestes comme Respect mag pour « l’Appel pour une République multiculturelle et postraciale »30. Le manifeste parvient ainsi à toucher le grand public popularisant des débats et des enjeux qui avaient, jusque là, du mal à trouver une légitimité en dehors des cercles académiques31. Ce faisant, il donne aux aspirations au changement des chances de devenir réalité.

  • 32 Bongie (Chris), op. cit., pp. 133-134.
  • 33 Syrotonski (Michael), « The Post-Genocidal African Subject : Patrice Nganang, Achille Mbembe and (...)
  • 34 Nganang (Patrice), Manifeste d’une nouvelle littérature africaine : Pour une écriture préemptive, (...)
  • 35 Keown (Michelle), « Littérature-monde or Littérature océanique ? Internationalism versus Regional (...)

23La deuxième modalité se situe, en définitive, dans la continuité de cette notion de tribune : le manifeste devient un prétexte pour attirer l’attention sur des questions qui, sans être directement liées au concept de littérature-monde, ne sont pas moins importantes. Chris Bongie part ainsi de sa critique des contributions d’Édouard Glissant et de Lyonel Trouillot à l’ouvrage collectif Pour une littérature-monde, pour poser, dans le cadre du contexte politique haïtien, la question de la sacralisation de l’écrivain. Selon lui, la manière dont Lyonel Trouillot se place dans la position du porte-parole apolitique et désintéressé d’un peuple « bâillonné », ne doit pas faire oublier ses accointances néo-libérales sinon néo-coloniales32. Quant à Michael Syrotinski33, il profite de ce que le manifeste de Patrice Nganang34 a également été publié en 2007 pour l’inscrire au centre du débat et suggérer que le contexte d’énonciation des textes africains n’est pas tant celui de la globalisation et du décloisonnement, que celui du génocide rwandais à partir duquel la philosophie et l’écriture africaines doivent se repenser. Les contributions de Jacqueline Dutton et de Michelle Keown se penchent sur l’espace pacifique35, bien souvent oublié, et rejoignent la question, posée par Typhaine Leservot, de la régionalisation des études francophones dont s’accommodent paradoxalement les rhétoriques transnationales. On retiendra qu’en permettant à ce type de questions de trouver leur place dans un volume dédié aux French studies, la littérature-monde fournit à ce becoming-transnational l’occasion de passer du stade du projet à celui de la pratique. On peut en effet considérer que ces contributions sont pour ainsi dire des Transnational French studies in process, des exemples de ce vers quoi ce type d’études est amené à se diriger.

  • 36 Hiddleston (Jane) & Crowley (Patrick) (dir.), Postcolonial Poetics: Genre and Form, Liverpool, Li (...)

24De ce qui précède, il apparaît que l’impact de la littérature-monde ne tient pas seulement à ses propos et réalisations, mais à sa capacité à ouvrir des espaces au débat et à encourager un certain nombre d’initiatives. Cette capacité ne peut que servir les Transnational French studies. Il appartient, cependant, à chacun de nourrir la dynamique amorcée. C’est ce que se propose de faire le deuxième volume de la série « Francophone Postcolonial Studies »36. Ce volume, parce qu’il entend insister sur la dimension poétique des textes postcoloniaux, participera sans doute à mieux les instituer en tant que textes littéraires et à atténuer l’image de « documents » qui a tendance à les accompagner du fait des lectures essentiellement politiques dont ils sont l’objet.

  • 37 Chemain-Degrange (Arlette), Cambon (Valérie) & Gastaldi (Marc), « Littérature-monde » Francophone (...)
  • 38 Sagini Lebas (Yvette), « Un monde en mutation – Merveilleux et Érotisme Sony Labou Tansi, Alain R (...)

25On ne peut qu’espérer que l’Université française saura, comme les French studies, engager des réformes. Des initiatives existent, cependant, comme ce travail effectué par de jeunes chercheurs de l’Université de Nice Sophia-Antipolis autour d’Arlette Chemain-Degrange et qui a abouti à la publication  de « Littérature-monde » Francophone en mutation. Écritures en dissidence37. Le travail est intéressant en ce sens que la littérature-monde ne fait pas l’objet d’un méta-discours mais est définie en tant que corpus de textes. D’autre part, ce corpus ne commet pas l’erreur de se limiter aux textes du Sud. À cet égard, chacun saura apprécier le titre de la contribution d’Yvette Sagini Lebas : « Un monde en mutation – Merveilleux et Erotisme Sony Labou Tansi, Alain Robbe-Grillet »38. L’initiative de Nice peut, de la sorte, être considérée comme un cas de Transnational French studies à la française. Il reste à espérer que le fait que les dynamiques de changement cherchent davantage à redéfinir qu’à détruire saura rassurer l’Université et les institutions françaises et les pousser à favoriser ce type d’initiatives.

Haut de page

Notes

1 Pour davantage de détails sur les orientations de cette série, voir le site Internet de la Society for Francophone Postcolonial Studies. URL: http://www.sfps.ac.uk/publications/sfpsliverpool-university-press-publication/. [Consulté le 26 juillet 2011].

2 Voir le manifeste des 44 (« Pour une "littérature-monde" en français », Le Monde, 16 mars 2007) et l’ouvrage collectif qui a suivi : Le Bris (Michel) & Rouaud (Jean) (dir.), Pour une littérature-monde, Paris, Gallimard, 2007.

3 Lionnet (Françoise), « Introduction », Modern Language Notes, n° 118 / 4, 2003, pp. 783-86. [Numéro spécial édité par Françoise Lionnet et Dominic Thomas : Francophone Studies : New Landscapes] ; citée par Hargreaves (Alec), Forsdick (Charles) & Murphy (David), « Introduction: What Does Littérature-monde Mean for French, Francophone and Postcolonial Studies », p. 2, dans Transnational French Studies, op. cit., pp. 1-11.

4 « Pour une "littérature-monde" en français », Le Monde, 16 mars 2007.

Il convient cependant de garder en mémoire que l’intention des signataires n’est pas, et ce malgré le mépris marqué, entre autres, pour le nouveau roman et l’autofiction, de déclarer la littérature parisienne nulle et non avenue, ni d’ériger des frontières étanches entre elle et la littérature-monde. Michel Le Bris précise dans ce sens, que « rien ne serait pire que d’exiler de nouveau en littérature-monde, les anciens "francophones" ». (Le Bris (Michel) & Rouaud (Jean), op. cit., p. 45). A noter également que dans le deuxième ouvrage collectif qui fait suite au manifeste, Michel Le Bris tempère sa vision de l’autofiction qui, « à son meilleur, ne s’oppose pas autant qu’on veut le croire à une littérature voyageuse vouée à l’Autre et à l’Ailleurs ». Le Bris (Michel) & Rouaud (Jean), (dir.), Je est un autre. Pour une identité-monde, Paris, Gallimard, 2010, p. 13.

5 Forsdick (Charles), « ‘On the Abolition of the French Department’? Exploring the Disciplinary Contexts of Littérature-monde », p. 96, dans Transnational French Studies, op. cit., pp. 89-108.

6 Forsdick (Charles), op. cit., p. 100.

7 Ibid., p. 99.

8 Concernant cette intrusion des espaces francophones dans les French studies, on peut lire : Lionnet (Françoise), «National Language Departments in the Era of Transnational Studies », PMLA, vol. 117 (5), 2002, pp. 1252-1254. Le texte est disponible en ligne : URL : http://www.mla.org/pdf/conf_lionnet.pdf. [Consulté le 26 juillet 2011].

Pour comparaison, un aperçu de l’état des lieux des études francophones au sein de l’Université française, est fourni par : Veldwachter (Nadège), «Littérature française et littératures francophones : une union inconvenante ? », LHT, n° 8, Dossier, publié le 16 mai 2011 [En ligne], URL : http://www.fabula.org/lht/8/8dossier/236-8veldwachter. [Consulté le 26 juillet 2011].

9 Mourão (Manuela), « Comparative Literature Past and Present », pp. 167-168, dans, Comparative Literature Now : Theories and Practice / La littérature comparée à l’heure actuelle : Théories et réalisations, sous la direction de Steven Tötösy de Zepetnek & Milan V. Dimić, Paris, Honoré Champion, 1999, pp. 165-172.

10 Voir entre autres : Maurel, (Chloé), « La World / Global History. Questions et débats », Vingtième siècle, n° 104, 2009 / 4, p. 153-166.

11 Jenson (Deborah), « Francophone World Literature (Littérature-monde), Cosmopolitanism and decadence : ‘Citizen of the World’ without the Citizen », dans Transnational French Studies, op. cit., pp. 15-35.

12 Ibidem, pp. 17-18. Deborah Jenson cite Storey (John), Cultural Theory and Popular Culture: An Introduction, Athens, University of Georgia Press, 2006, pp. 63-64.

13 Murphy (David), « The Postcolonial Manifesto: Partisanship, Critisism and the Performance of Change », p. 78, dans Transnational French Studies, op. cit., pp. 67-86.

La contribution de David Murphy porte sur « Pour une "littérature-monde" en français » et sur les manifestes suivants:

« l’Appel des indigènes de la République », 2005, URL :  http://www.indigenes-republique.fr/. [Consulté le 26 juillet 2011]; « Qui fait la France ? », 2007, URL : http://www.quifaitlafrance.com/content/view/45/1/. [Consulté le 26 juillet 2011] ; « Appel pour une République multiculturelle et postraciale », Respect Mag, n° 24, 2010. [Supplément].

14 Ngūgī Wa Thiong'o, « On the Abolition of the English Department », dans The Postcolonial Studies Readers, sous la direction de Bill Ashcroft, Gareth Griffiths & Helen Tiffin, Londres, Routledge, pp. 438-442. [Première publication dans Homecoming: Essays on African and Caribbean literature, Culture and Politics, New York, Lawrence Hill and Co, 1972].

15 Moudileno (Lydie), « Francophonie : Trash or Recycle ? », dans Transnational French Studies, op. cit., pp. 109-124.

16 Murphy (David), op. cit., p. 76.

17 Leservot (Typhaine), « From Weltliteratur to World Literature to Littérature-monde: The History of a Controversial Concept », p. 45, dans Transnational French Studies, op. cit., pp. 36-48.

18 Le Bris (Michel) (dir.), Pour une littérature voyageuse, Paris, Éditions Complexe, 1992. Le manifeste « Pour une "littéraire-monde" en français » est directement tributaire de ce premier manifeste dont il reprend les principes.

19 Dutton (Jacqueline), « From Littérature Voyageuse to Littérature-monde via Migrant Literatures : Toward an Ethics and Poetics of Littérature-monde through French-Australian Literature », p. 214, dans Transnational French Studies, op. cit., pp. 209-226.

20 Pour la tendance du genre du manifeste au discours manichéen, lire Lyon (Janet), Manifestoes : Provocations of the Moderns, Ithaca, NY et Londres, 1999 ; citée par David Murphy (art. cit., p. 74).

Pour le binarisme de la littérature-monde, on peut penser à la manière dont elle applaudit les littératures du Sud et désavoue le nouveau roman et l’autofiction. On peut également lire la critique que Chris Bongie dresse de la contribution de Édouard Glissant à l’ouvrage collectif qui a suivi le manifeste : Bongie (Chris), « (Not) Razing the Walls : Glissant, Trouillot and the Post-Politics of World ‘Literature’ », p. 129, dans Transnational French Studies, op. cit., pp. 125-145.

21 Hargreaves (Alec), Forsdick (Charles) & Murphy (David), op. cit., p. 3.

22 Jenson (Deborah), op. cit., pp. 18-19.

23 Cavaillé (Jean-Pierre), « Francophones, l’écriture est polyglotte », Libération, 30 mars 2007, cité par Hargreaves (Alec), Forsdick (Charles) & Murphy (David), op. cit., p. 7.

24 Ridon (Jean-Xavier), « Littérature-monde, or Redefining Exotic Literature ? », p. 197, dans Transnational French Studies, op. cit., pp. 195-208.

25 Voir Imorou (Abdoulaye), « Un cas d’indépendance réussie : la littérature africaine », Africultures : Indépendances africaines : chroniques d’une relation, n° 83, janvier 2011, pp. 44-51.

26 Le Bris (Michel) & Rouaud (Jean) (dir.), op. cit., 2007, pp. 23-24.

27 Hargreaves (Alec), Forsdick (Charles) & Murphy (David), op. cit., p. 8.

28 Thomas (Dominic), « The ‘Marie NDiaye Affair’ or the Coming of a Postcolonial Evoluée », p. 160, dans Transnational French Studies, op. cit., pp. 146-163.

29 Villes qui accueillent le festival Étonnants voyageurs de Michel Le Bris.

30 Murphy (David), op. cit., p. 82.

31 Idem, voir également l’article de Charles Forsdick à la page 93.

32 Bongie (Chris), op. cit., pp. 133-134.

33 Syrotonski (Michael), « The Post-Genocidal African Subject : Patrice Nganang, Achille Mbembe and the Worldiness of Contemporary African Literature in French », dans Transnational French Studies, op. cit., pp. 274-286.

34 Nganang (Patrice), Manifeste d’une nouvelle littérature africaine : Pour une écriture préemptive, Paris, Éditions Homnisphères, 2007.

35 Keown (Michelle), « Littérature-monde or Littérature océanique ? Internationalism versus Regionalism in Francophone Pacific Writing », dans Transnational French Studies, op. cit., pp. 240-257.

36 Hiddleston (Jane) & Crowley (Patrick) (dir.), Postcolonial Poetics: Genre and Form, Liverpool, Liverpool University Press, « Francophone Postcolonial Studies », vol. 2, à venir (2011).

L’argumentaire est disponible sur le site de la Society for Francophone Postcolonial Studies. URL : http://www.sfps.ac.uk/publications/sfpsliverpool-university-press-publication/volume-2-2011/ . [Consulté le 26 juillet 2011].

37 Chemain-Degrange (Arlette), Cambon (Valérie) & Gastaldi (Marc), « Littérature-monde » Francophone en mutation. Écritures en dissidence, Paris, L’Harmattan, « Critiques littéraires », 2009.

38 Sagini Lebas (Yvette), « Un monde en mutation – Merveilleux et Érotisme Sony Labou Tansi, Alain Robbe-Grillet », dans « Littérature-monde » Francophone en mutation. Écritures en dissidence, op. cit., pp. 77-90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdoulaye Imorou, « La littérature-monde dans l’évolution des French studies. Vers des Transnational French studies? », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/4862

Haut de page

Auteur

Abdoulaye Imorou

Université de Cergy-Pontoise

Articles du même auteur

Haut de page