Navigation – Plan du site

Introduction

Denis Saint-Amand et David Vrydaghs
Introducción

Texte intégral

  • 1  Sapiro (Gisèle), « L’autonomie de la littérature en question », dans Martin (Jean-Pierre) (dir.), (...)
  • 2  Costey (Paul), « L’illusio chez Pierre Bourdieu. Les (més)usages d’une notion et son application a (...)
  • 3  Dans La Distinction, Bourdieu en donne les contours suivants : « Structure structurante, qui organ (...)
  • 4  Bourdieu (Pierre), Raisons pratiques, Paris, Seuil, « Points essais », 1994, p. 151.
  • 5  Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art (1992), Paris, Seuil, « Points essais », p. 537.
  • 6  Idem.
  • 7  Bourdieu (Pierre), Méditations pascaliennes (1997), Paris, Seuil, « Points essais », 2003, p. 146.

1On sait depuis longtemps la haute efficacité des concepts puisés au cœur de la boîte à outils élaborée par Pierre Bourdieu qui permettent d’éclairer les rouages du monde littéraire, depuis le point de vue macrostructurel permis par le « champ », supposant une autonomie relative dont Gisèle Sapiro a récemment rappelé les enjeux1, jusqu’à la perspective individuante impliquée par l’« habitus », héritage de tendances susceptible de peser sur les conduites du sujet et de contaminer inconsciemment la plupart de celles-ci. Trait d’union potentiel entre ces points de vue général et particulier, la notion d’illusio a, comme le signale justement Paul Costey2, généré moins de commentaires critiques que les deux inventions conceptuelles susmentionnées. L’illusio, pourtant, appelle le commentaire : à l’image de celle d’habitus, récrite et réinventée d’un travail à l’autre3, la définition du concept n’est pas définitivement arrêtée et se voit constamment aménagée par Bourdieu au fil de ses essais. Plus volontiers synonyme d’« investissement » que d’« illusion » sans pour autant se départir d’un lien avec cette dernière valeur, l’illusio est mobilisée dans Raisons pratiques en écho à l’emploi qu’en fait Huizinga dans Homo Ludens : « L’illusio, c’est le fait d’être pris au jeu, d’être pris par le jeu, de croire que le jeu en vaut la chandelle, ou, pour dire les choses simplement, que ça vaut la peine de jouer4 ». Proche de l’« intérêt » – à considérer, comme c’est souvent le cas chez Bourdieu, comme une amphibologie (recouvrant simultanément les idées d’avantage et d’attention) –, la notion est elle-même biface, à la fois synonyme d’adhésion, souvent aveugle, à un espace dont les règles font sens (« l’acceptation du présupposé fondamental que le jeu, littéraire ou scientifique, vaut la peine d’être joué, d’être pris au sérieux5 ») et de capacité à intérioriser les règles et les enjeux de ce jeu (« rapport enchanté à un jeu qui est le produit d’un rapport de complicité ontologique entre les structures mentales [d’un individu] et les structures objectives de l’espace social6 »). De l’ordre « de l’action, de la routine, des choses que l’on fait, et que l’on fait parce qu’elles se font et que l’on a toujours fait ainsi7 », l’idée n’est pas tout à fait éloignée de la doxa, dont elle serait l’un des avatars particuliers, et recouvre ce que Pascal Durand a dans les pages de cette même revue proposé d’appeler un « sens littéraire commun » :

  • 8  Durand (Pascal), « L’occulte au fond de tous. Idéologie et sens littéraire commun », dans COnTEXTE (...)

Dans l’illusio proprement littéraire entreront non seulement une libido spécifique (par exemple l’accumulation de capital de consécration, des efforts de différenciation, de conquête, de concurrence), mais aussi des formes d’appréhension et de perception particulières, qui induiront par exemple la reconnaissance de démarcations très fines, invisibles au profane, d’effets de nécessité dans des contraintes apparemment absurdes et qui induiront aussi des critères de jugement, des normes d’appréciation, des positions de lecture et d’écriture déterminées non seulement par une esthétique particulière, mais encore par un sens esthétique général prévalant, au-delà de leurs différences doctrinales et de leurs appartenances d’écoles, dans l’ensemble des participants à un état donné du champ littéraire […]8.

  • 9  « La croyance collective dans le jeu (illusio) et la valeur sacrée de ses enjeux est à la fois la (...)
  • 10  Bourdieu (Pierre), L’Ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, Minuit, 1988, pp. 46 et 118.

2Dynamique circulaire à la fois moteur et produit du champ9, l’illusio rencontre sans doute ses manifestations littéraires les plus explicites dans des pratiques codifiées qui tendent à se traditionnaliser, depuis les demandes de parrainage que de jeunes poètes adressent à leurs aînés (ils sont nombreux, au xixe siècle, à écrire à Hugo, moins par affiliation sincère que parce que cela se fait, qu’il s’agit d’une étape d’un cursus honorum pressenti) jusqu’à l’autocélébration cénaculaire, en passant par l’emploi systématique d’une langue particulière (celle des Parnassiens, ciselée, ou celle des Symbolistes, délibérément rare) répondant aux impératifs de distinction. C’est-à-dire, en somme, que l’intégration au champ ne pourrait se dérouler sans l’adoption d’un « espace mental », d’un « langage » et d’une « posture10 » spécifiques, actualisations patentes d’une croyance qui permet d’être vraiment au champ et transforme l’individu en acteur plutôt que spectateur. Il est toutefois, notait Bourdieu, quelques agents participant de l’univers auxquels est donnée la capacité de déjouer le jeu en déconstruisant ses mécanismes : ceux-là, selon le sociologue, sont moins à chercher du côté de Flaubert, certes ultra-lucide mais contribuant au renouvellement d’une figure mythique de l’écrivain en se faisant forçat des lettres et bourreau de travail (pour Bouvard et Pécuchet, il écrit en 1880 avoir dû « absorber […] plus de 1500 [volumes] »), ou de Baudelaire, vivotant parmi les réseaux littéraires tout en les gardant à distance, mais acceptant tout de même de se plier à la coutume des visites à ces Académiciens dont il désire rejoindre les rangs, que du côté d’un Stéphane Mallarmé ou, pour le champ artistique, d’un Marcel Duchamp. Dans le présent dossier, Pascal Durand, Patrick Thériault et Benoît Monginot discutent ce statut privilégié que Bourdieu, à la lecture de l’article « La musique et les lettres », avait dévolu à l’auteur du Coup de dés, et poursuivent, sans toujours partager les mêmes conclusions, l’analyse du si fécond cas Mallarmé.

  • 11  Mallarmé (Stéphane), « La Musique et les lettres », dans Œuvres complètes, t. II, édition de Bertr (...)
  • 12  Allant jusqu’à s’écarter des canevas littéraires traditionnels, le Petit Bottin des Lettres et des (...)

3Aux côtés du « démontage impie de la fiction et conséquemment du mécanisme littéraire11 » présenté derrière le rideau par Mallarmé, il faudrait pourtant se garder de penser que les positionnements dans le champ littéraire se déclinent systématiquement sur le mode de la croyance et de l’adhésion et de systématiser une opposition manichéenne qui ne pourrait être que réductrice. Au-delà des cas extrêmes typiques, il existe en réalité des modalités de participation au jeu qui se situent dans une sorte de moyen terme : il n’est que de songer, par exemple, à certaines représentations endogènes du monde littéraire, satiriques ou non, qui, sans forcément atteindre la formalisation mallarméenne, donnent prise à des formes de croyances moins dévotes que celles pointées par Bourdieu. Sous le mode du romans à clef, de l’autofiction ou de la mystification, nombreux sont les textes qui disent la vie littéraire au second degré, comme — la liste est longue et bigarrée — Dinah Samuel de Félicien Champsaur, La Maison de la vieille de Catulle Mendès,L’Introduction à l’étude de la stratégie littéraire de Fernand Divoire, L’Enfance d’un chef de Jean-Paul Sartre, Odile de Raymond Queneau, Les Faux-monnayeurs et Paludes d’André Gide ou Les Fruits d’or de Nathalie Sarraute12. C’est un procédé similaire, audacieux, que fait voir Jacques Dubois dans le présent dossier en se penchant sur le cas de la romancière contemporaine Christine Angot, spécialiste de la récriture romancée de sa propre trajectoire et jouant fréquemment à se mettre hors-jeu. Annick Ettlin et Anne-Marie Havard examinent d’autres manières de positions intermédiaires, occupées par des agents dotés d’un certain « sens du jeu » maîtrisé à défaut d’être tout à fait conscientisé. La première, en interrogeant le long silence puis le retour de Valéry à la poésie, laisse voir que certaines conceptions de la poésie, ici considérée comme un moyen et non une fin en soi, s’écartent des règles du jeu et de l’illusio, donnant ainsi l’impression que cette dernière perd en efficacité. La seconde, en montrant combien les poètes du Grand Jeu ont œuvré à l’intersection de plusieurs champs, laisse entendre que leurs investissements multiples les ont rendus moins sensibles à l’illusio littéraire sans pour autant les en délivrer.

  • 13  Direction que l’on avait initialement prise en rédigeant l’appel à contribution de ce dossier, qu’ (...)

4Ces études, du reste, amènent à interroger la validité même du concept d’illusio13. S’il peut éclairer, dans certains cas, les implications et manœuvres d’individus dans le champ littéraire, le principe ne peut s’appliquer identiquement à tous les cas et nécessite d’être subséquemment repensé, intrinsèquement et en articulation avec d’autres manières de penser la littérature. C’est dans cette perspective que Géraldine Bois met l’illusio à l’épreuve des écrivains amateurs, catégorie particulière évoluant en marge du « champ » délimité par Bourdieu et sur laquelle elle a longtemps enquêté : à la suite de Bernard Lahire, qui substitue à l’appareil conceptuel des Règles de l’art la notion de « jeu », elle inquiète ici la boîte à outil bourdieusienne et, sur la base de résultats obtenus lors d’entretiens, donne à voir des degrés et des formes concrètes d’investissement dans le domaine littéraire. Préférant également le modèle du jeu à celui du champ, Frédérique Giraud voit en l’illusio une question plus qu’un concept : celle qui invite le chercheur à reconstruire les socialisations diverses d’un écrivain, en l’occurrence Émile Zola, en vue de comprendre comment et avec quelle intensité le goût du jeu littéraire s’est développé chez lui.

5Sans chercher à répondre définitivement aux questions soulevées par la notion d’illusio, ici appliquée à l’univers littéraire, tant en ce qui concerne les modes de fonctionnement fondamentaux qu’elle suppose que sur le plan de sa propre axiologie, le présent dossier a principalement pour objectif d’interroger ce concept à nouveaux frais, en le mettant à l’épreuve et en tentant de cerner ce qu’il permet ou non de mettre en lumière en matière de logiques bien littéraires.

Haut de page

Notes

1  Sapiro (Gisèle), « L’autonomie de la littérature en question », dans Martin (Jean-Pierre) (dir.), Bourdieu et la littérature, Nantes, Cécile Defaut, 2010, pp. 45-61.

2  Costey (Paul), « L’illusio chez Pierre Bourdieu. Les (més)usages d’une notion et son application au cas des universitaires », dans Tracés. Revue de Sciences humaines, n° 8, L’illusion, avril 2005 [en ligne], mis en ligne le 20 janvier 2009. URL : http://traces.revues.org/index2133.html.

3  Dans La Distinction, Bourdieu en donne les contours suivants : « Structure structurante, qui organise les pratiques et la perception des pratiques, l’habitus est aussi structure structurée : le principe de division en classes logiques qui organise la perception du monde social est lui-même le produit de l’incorporation de la division en classes sociales »(La Distinction, Minuit, 1979, p. 191) ; ce qui, un an plus tard, devient « structures structurées prédisposées à fonctionner comme structures structurantes » (Le Sens pratique, Minuit, 1980, p. 88). Voir Lahire (Bernard), L’homme pluriel, Paris, Nathan, 1998.

4  Bourdieu (Pierre), Raisons pratiques, Paris, Seuil, « Points essais », 1994, p. 151.

5  Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art (1992), Paris, Seuil, « Points essais », p. 537.

6  Idem.

7  Bourdieu (Pierre), Méditations pascaliennes (1997), Paris, Seuil, « Points essais », 2003, p. 146.

8  Durand (Pascal), « L’occulte au fond de tous. Idéologie et sens littéraire commun », dans COnTEXTES [En ligne], n°2, février 2007, mis en ligne le 15 février 2007. URL : http://contextes.revues.org/index185.html Cette conception de l’illusio est singulièrement approfondie par l’auteur dans ce dossier.

9  « La croyance collective dans le jeu (illusio) et la valeur sacrée de ses enjeux est à la fois la condition et le produit du fonctionnement même du jeu ; c’est elle qui est au principe du pouvoir de consécration permettant aux artistes consacrés de constituer certains produits, par le miracle de la signature (ou de la griffe), en objets sacrés ». (Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op.cit., p. 376.)

10  Bourdieu (Pierre), L’Ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, Minuit, 1988, pp. 46 et 118.

11  Mallarmé (Stéphane), « La Musique et les lettres », dans Œuvres complètes, t. II, édition de Bertrand Marchal, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la pléiade », 2003, p. 67.

12  Allant jusqu’à s’écarter des canevas littéraires traditionnels, le Petit Bottin des Lettres et des Arts est également de ceux-là, qui se présente sous la forme d’un dictionnaire onomastique et satirique du champ littéraire, publié anonymement en 1886 et compilé par Paul Adam, Félix Fénéon, Oscar Méténier et Jean Moréas. En s’amusant à définir leurs pairs pour s’en gausser, les quatre comparses ne disent pas explicitement leur lucidité à propos du moteur-jeu qui dynamise le monde des lettres et des arts, mais ils œuvrent malgré tout au dévoilement de cet univers. Réduire la littérature à un catalogue de ceux qui la font, c’est refuser sa prétendue exceptionnalité pour, fût-ce en riant, mieux la réinscrire dans l’espace social auquel elle appartient, mais c’est aussi neutraliser, à première vue, les logiques et mouvements qui font de cette littérature un phénomène social. Mais à l’adoption d’une structure dictionnairique induisant un refus de déférence à l’égard de la littérature doit être articulée l’injection, dans cette structure, de formes plus ou moins fixes liées au domaine littéraire, telles des définitions-poèmes ou des définitions-saynètes. À ce titre, ce répertoire singulier oscille paradoxalement entre une banalisation de la littérature et une valorisation de celle-ci en tant qu’antidote à la morosité et génératrice de plaisir. Récusant l’idée que le jeu doit être joué sur un air sérieux et sacralisant, le Petit Bottin ne nie toutefois pas que celui-ci vaut malgré tout la peine d’être joué : cherchant à faire voir le « mécanisme littéraire » sous sa forme la plus banale et la plus limpide tout en goûtant le plaisir de l’autoreprésentation, le projet ne parvient pas à déjouer l’illusio, mais propose temporairement une petite redéfinition des règles du jeu.

13  Direction que l’on avait initialement prise en rédigeant l’appel à contribution de ce dossier, qu’on avait alors pensé intituler « Faut-il croire en l’illusio ? » Si nous avons opté, au final, pour un autre titre, c’est qu’il nous a semblé plus neutre au regard des différentes conceptions critiques de l’illusio défendues dans ces pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Saint-Amand et David Vrydaghs, « Introduction », COnTEXTES [En ligne], 9 | 2011, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://contextes.revues.org/4874 ; DOI : 10.4000/contextes.4874

Haut de page

Auteurs

Denis Saint-Amand

F.R.S. – FNRS — Université de Liège

Articles du même auteur

David Vrydaghs

FUNDP Namur

Articles du même auteur

Haut de page