Navigation – Plan du site

De quelques critiques récentes adressées à la science des œuvres de Pierre Bourdieu

Réflexion autour de plusieurs parutions dont Vaillant (Alain), L’histoire littéraire, Paris, A. Colin, 2010 ; Lahire (Bernard), Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, 2010 et Lagasnerie (Geoffroy de), Sur la science des œuvres, Paris, Éditions Cartouche, 2011.
Anthony Glinoer

Texte intégral

  • 1  Quelques titres récents : Pierre Bourdieu. Son œuvre, son héritage, Paris, Éditions Sciences Humai (...)
  • 2  Lagasnerie (Geoffroy de), Sur la science des œuvres, Paris, Éditions Cartouche, 2011.
  • 3 Verdrager (Pierre), Ce que les savants pensent de nous et pourquoi ils ont tort. Critique de Pierre (...)
  • 4  Heinich (Nathalie), Pourquoi Bourdieu, Paris, Gallimard, 2007.
  • 5  Voir le vif échange entre Pierre Popovic et Bernard Lahire dans Spirale, n° 235 (hiver 2011) et n° (...)

1Les dernières années ont vu proliférer ce que l’on pourrait commencer à appeler des Bourdieu studies1. Parmi ces travaux, certains sont de nature explicative, d’autres prennent la forme d’hommage, d’autres encore s’engagent résolument dans la voie de la critique. Tout en portant une attention particulière au dernier-né de ces livres (Sur la science des œuvres de Geoffroy de Lagasnerie2), je voudrais ici, sans chercher à en faire le tour, sans non plus prendre le rôle ni de l’avocat ni du procureur, présenter quelques-unes des critiques qui ont été adressées récemment, dans l’espace francophone, à la théorie des champs et plus spécialement à la théorie du champ littéraire. Je précise que je ne tiendrai compte ici que des critiques les plus constructives, non des propos directement polémiques, malveillants ou revanchards, comme ceux de Pierre Verdrager3, de Nathalie Heinich lorsqu’elle s’écarte de sa sociologie des singularités pour régler de vieux comptes4, ou encore de certains herméneutes sociaux pour lesquels Bourdieu, Lahire et leurs « coreligionnaires » se fourvoient dans la recherche des médiations et dans l’interdisciplinarité5, oublient l’étude attentive des textes qu’ils ne comprennent de toute façon pas, bref se ridiculisent ― de par tantôt leur dirigisme théorique tantôt leur éclectisme méthodologique ― devant les vrais lectors.  

  • 6  Viala (Alain) et Saint-Jacques (Denis), « À propos du champ littéraire : histoire, géographie, his (...)

2Du vivant même de Bourdieu, Bernard Lahire avait dirigé un volume sous-titré Dettes et critiques où des sociologues aussi importants que Cyril Lemieux, Jean-Louis Fabiani et Philippe Corcuff passaient le stade de l’épidictique pour explorer les apports et les limites de cette œuvre immense. En ce qui concerne le champ littéraire, Alain Viala et Denis Saint-Jacques avaient uni leurs forces pour questionner l’extension historique et géographique du concept de champ « relativement autonome ». On y apprenait, en un mot, que les formes et les enjeux de cette autonomie relative varient avec le temps (de l’époque classique à l’époque « moderne ») et avec l’espace (de la France au Québec)6.

  • 7  Martin (Jean-Pierre) (dir.), Bourdieu et la littérature, Nantes, Cécile Defaut, 2010.
  • 8  Boltanski (Luc), De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, « nrf e (...)

3Plus récemment, un ouvrage collectif, où se rencontrent continuateurs de la pensée de Bourdieu et opposants d’hier ou d’aujourd’hui, a interrogé les rapports de Bourdieu avec la littérature7. On y trouvait des réflexions pour la plupart profondes et éclairantes sur certains aspects de son œuvre : sur sa prétention quasi obsessionnelle à la scientificité et son effort de dévoilement (Dominique Rabaté), sur ce que certains concepts créés ou repris par Bourdieu ― habitus, distinction ― peuvent faire à une analyse stylistique (Marielle Macé), sur les prolongements qu’il est possible de donner à l’idée du romancier sociologue défendue par Bourdieu à propos de Flaubert (Jacques Dubois), sur la pensée qui est la sienne du changement tout autant que de la reproduction (Anna Boschetti), etc. Autant de contributions importantes, quoiqu’elles n’offrent pas assez de place aux approches sociales du littéraire qui, tout en reconnaissant ou non leur dette à l’égard de Bourdieu, ont voulu la mettre à profit sans se sentir contraindre par elle (Dominique Maingueneau sur les scénographies auctoriales, Nathalie Heinich sur la sociologie de l’élite, Pascal Ory sur l’histoire culturelle, Jean-Yves Mollier sur l’histoire de l’édition, pour ne citer que ceux-là). Sans insister sur ce qui constitue sans doute le dépassement le plus brillant de la sociologie critique de Bourdieu mais qui ne touche que marginalement la question littéraire, à savoir ce que Luc Boltanski appelle la sociologie de la critique8, je voudrais ici faire place à trois auteurs et autant de types de critique : historique, sociologique et politico-sociologique.

Une critique historique : Alain Vaillant

  • 9  Vaillant (Alain), L’histoire littéraire, Paris, Armand Colin, « U », 2010.
  • 10  Il tempère tout de même : « Une grande partie des critiques les plus violentes, nées de l’effet de (...)

4Alain Vaillant, dans son étude capitale sur l’histoire littéraire9, consacre quelques pages à la théorie des champs avant d’exposer sa propre conception du « système littéraire ». Il met l’accent sur les notions bourdieusiennes de capitalisme symbolique et d’autonomie, puis propose des « éléments de réfutation » (p. 219)10.

  • 11  Voir Grutman (Rainier), « Le virage social dans les études sur la traduction : une rupture sur fon (...)
  • 12  Voir Marneffe (Daphné de) et Denis (Benoît) (dir.), Les réseaux littéraires, Bruxelles, Le Cri/Cie (...)

5Deux objections majeures se font jour : la première vise la tendance de Bourdieu (ou de la vulgate qui s’en est inspiré ?) à démontrer davantage l’autonomie du champ littéraire que la relativité de l’autonomie, au risque de décrocher la littérature de son ancrage social et de rendre difficile une démarche sociocritique par laquelle le monde social affleurerait dans le texte sans la médiation exclusive du champ. La seconde concerne le choix du critère de la légitimité et l’élaboration d’une échelle axiologique et quantitative unique qui va du plus au moins légitime, alors que les théories des polysystèmes11 et des réseaux12 permettent par exemple de nuancer cette conception et de rendre mieux compte de la multiplicité des pratiques littéraires.

6Au-delà, Vaillant, en dix-neuviémiste, conteste l’interprétation de la seconde moitié de ce siècle comme siège du maximum d’autonomie du champ, alors même que la pression financière sur la littérature se fait très forte et que se joue cette sacralisation de la littérature (Paul Bénichou) que Bourdieu ne conteste pas. Il y a bien chez ce dernier, d’autres avaient déjà insisté sur cet aspect, une confusion partielle entre l’autonomie, comme recherche de cloisonnement des acteurs dans un groupe distinct et socialement autorégulé, et la revendication d’autotélicité et d’intransitivité incarnée par le mouvement de l’art pour l’art et marquée par le refus de toute politisation.

Une critique sociologique : Bernard Lahire

  • 13  Paris, La Découverte, 2010.

7La longue introduction de Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire13propose également un certain nombre de retours critiques sur la méthode de Bourdieu et ses limites. Avant d’exposer sa propre démarche en faveur d’une biographie sociologique, Lahire en situe deux autres qu’il condamne : l’enfermement dans le champ, l’enfermement dans le texte. Je ne m’intéresserai ici qu’à la seconde, la première s’adressant plutôt à Bakhtine et à Barthes. Partant du livre de Bourdieu sur Heidegger, il explique que Bourdieu a tâché de s’y positionner par rapport aux marxistes orthodoxes (Adorno, au premier rang) qui ramenaient les producteurs de biens symboliques aux seules déterminations sociales générales, tandis que Bourdieu privilégie ce que Lahire nomme un « réductionnisme sociologique du champ », comme si la réfraction qu’opère le champ sur les déterminations externes à lui finissaient par masquer celles-ci et à ne plus faire exister que les déterminations internes. Et Lahire de rejoindre ici Vaillant sur la confusion pratiquée par certains sociologues entre analyse socio-historique et adhésion aux tendances les plus autonomisatrices du champ.

  • 14  Lahire (Bernard), L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.  
  • 15  Et Bourdieu leur répondait que « de même que la théorie newtonienne de la gravitation n’a pu se co (...)
  • 16  Ce qui n’a pas empêché les prises à partie violentes entre ces deux auteurs. Voir Lahire (Bernard) (...)
  • 17  Je renvoie à mon compte rendu : « Ce que la littérature fait à la sociologie de l’art. Remarques à (...)

8Or, les socialisations familiale, religieuse, scolaire, amicale, sentimentale, politique ont elles aussi des effets dont la sociologie de la littérature héritée de Bourdieu a souvent fait peu de cas. Et ce faisant, elle a retiré beaucoup de prégnance à l’habitus, qui est pourtant un concept central chez Bourdieu, parce qu’elle subordonne les prises de position de l’acteur à son positionnement dans le champ. Toutes les expériences hors-champ de celui que Lahire nomme l’homme « pluriel14 » sont alors comme gommées, même quand l’écrivain exerce un second métier ou n’agit comme écrivain que périodiquement. Pour le dire avec Lahire, Bourdieu « pense “position” plutôt que socialisation ou types d’expériences. Et même la “position” est davantage définie par sa valeur différentielle (son prestige relatif) que par son contenu d’expériences » (p. 28). La triade que développe Bourdieu entre dispositions (origines sociales), position dans le champ de production (il faudrait plutôt parler de positions successives) et prises de position (les manifestes et autres textes théoriques ou critiques mais aussi les œuvres, tant dans leur contenu que dans leur forme) aboutirait trop commodément, c’est-à-dire artificiellement, à une explication systématique et des trajectoires et des œuvres. En particulier, la formation des acteurs, la « genèse des vocations littéraires » (p. 33) y est laissée de côté, ce qui aboutit à la désincarnation et à la désocialisation des créateurs (les théoriciens des réseaux et des sociabilités ont également insisté sur ce point15). D’où chez Lahire la réhabilitation du Sartre de Questions de méthode qui aurait réussi à corriger par l’étude psychanalytique l’effacement de la singularité de l’acteur où l’aurait conduit l’analyse proprement marxiste. D’où encore un autre reproche : celui, partagé avec Nathalie Heinich16, selon lequel Bourdieu privilégierait le point de vue surplombant du lecteur professionnel au détriment du point de vue pratique de l’auteur17.

Une critique politique : Geoffroy de Lagasnerie

  • 18 Logique de la création. Sur l’Université, la vie intellectuelle, et les conditions de l’innovation, (...)
  • 19  Voir aussi l’avant-propos de Jean-Pierre Martin, « Bourdieu le désenchanteur », dans Pierre Bourdi (...)

9Petit livre écrit visiblement en marge de son ambitieux Logique de la création18, Sur la science des œuvres (expression qu’avait adoptée Bourdieu dans Les règles de l’art) se fixe pour mission de mener une « investigation critique de la formation et de l’architecture de la sociologie des champs de Pierre Bourdieu » (p. 7), investigation qui ne veut pas se parer d’un tour polémique où seraient niées « la puissance heuristique et la pertinence opératoire de ce paradigme » (p. 8). Là encore, il s’agit donc de conduire un raisonnement critique et par là de « contester le monopole des critiques adressées à Bourdieu à des auteurs qui se situent en régression totale par rapport à l’héritage qu’il nous a légué19 » (p. 9). Il rappelle d’abord que si Bourdieu a élaboré sa science des œuvres contre la doxa littéraire et philosophique où dominerait le mythe du « génie incréé » ainsi que contre l’herméneutique structuraliste qui évacue le sujet locuteur, la théorie du champ littéraire (et philosophique) a été pensée face au marxisme goldmannien (en particulier, soutient Lagasnerie, en ce qui concerne la définition précise du groupe social dont relève l’écrivain, l’impasse faite sur les déterminations internes au champ et la focalisation sur la fonction idéologique des œuvres) et face à la méthode biographique adoptée par Sartre qui serait tombé dans une triple illusion biographique (la vie comme un tout cohérent), rétrospective (idéologie de la prédestination) et continuiste (la vie conduite de façon linéaire). Lagasnerie renouvelle son adhésion à un certain nombre de points nodaux de la théorie des champs, à savoir l’idée d’homologie entre l’espace des positions et l’espace des prises de position, le mode de pensée relationnel où un agent n’existe que par rapport aux autres, et la notion d’autonomie grâce à laquelle s’articulent mieux enjeux externes et enjeux internes aux œuvres. Viennent alors les critiques, que Lagasnerie adressera moins directement à Bourdieu qu’à certains de ses héritiers (au choix, selon les pages, Anna Boschetti, Gisèle Sapiro et Isabelle Kalinowski).

  • 20  Cas singuliers que Lagasnerie généralise, à tort, à « toutes celles et tous ceux qui créent » (p. (...)

10Les critiques visent essentiellement la notion de champ dans sa définition et sa délimitation et, plus particulièrement, dans les conséquences de son acception de microcosme relativement autonome. Chaque fois que sociologues et historiens (ceux-ci étant systématiquement rapprochés par l’auteur, avec ou sans raison) abordent les personnages les plus éminents du monde littéraire ou philosophique (Apollinaire chez Boschetti, Derrida chez Niilo Kauppi), ceux-ci sont présentés comme atypiques, irréguliers, inclassables par rapport à une norme non interrogée. Si bien qu’ils échouent à traiter ces cas singuliers et singulièrement novateurs20. Lagasnerie n’attribue toutefois pas cette difficulté, comme Lahire, à la pluralité des expériences ordinaires de l’acteur que ne permettent pas de saisir les seules déterminations internes au champ, mais plutôt à la définition même du champ. Celle-ci, englobante, n’ouvrirait que difficilement la possibilité d’envisager de façon systémique le phénomène de l’innovation (on sait que le caractère de nomothète de Flaubert, Baudelaire ou Manet est un des points les plus contestés de la théorie bourdieusienne) parce que celle-ci suppose le refus des cadres et l’invention de nouveaux espaces. Le lecteur alléché aimerait en savoir davantage de ces nouveaux espaces. Hélas, l’auteur préfère renvoyer à son autre livre, Logique de la création.

  • 21  Lagasnerie reprend aussi la critique classique du regard surplombant, ethnocentrique du sociologue (...)

11La deuxième critique concerne cette fois le postulat d’homogénéité des champs (champ des économistes, champ des historiens) et la tendance à prendre pour acquises les divisions disciplinaires ― c’est un autre point focal de Logique de la création, dont le présent ouvrage sert au mieux de complément, au pire de réclame. Cette critique se trouvait déjà développée chez Lahire, mais ici, sont en outre contestés les critères utilisés pour déterminer que tel ou tel acteur appartient à un même champ, « le sujet étudié ne devant son existence qu’à une ratification des frontières et d’appartenances institutionnelles jamais interrogées et mises en question » (p. 55). En conséquence, il devient difficile d’interpréter correctement les trajectoires peu linéaires comme celle d’un Foucault et, même, d’un Bourdieu. Il n’y a rien de nouveau, dira-t-on, à souhaiter qu’en sciences sociales comme en littérature on interroge davantage ce que construisent et produisent les découpages entre disciplines et périodes21.

12La troisième critique s’inspire de celles de Bernard Lahire sur la prise pour argent comptant de la notion d’autonomie, « pas seulement [comme] un principe méthodologique, mais également [comme]  une réalité historique » (p. 74). Seulement Lagasnerie veut quant à lui réhabiliter une dimension plus politique des prises de position littéraires ou philosophiques que la sociologie des écrivains et des philosophes tend, de fait, à évacuer par un refoulement de ses origines marxistes. La tendance est forte en effet (Lagasnerie y voit une véritable « idéologie de la recherche ») à instituer une frontière entre science, art ou littérature d’un côté, et politique de l’autre côté.  Comme chez Lahire, on finit sur une invitation à délaisser une vision aussi unilatéraliste et à privilégier une pluralité des histoires, des critères, des espaces, des représentations, etc.

13Le dernier domaine abordé touche à la question de la réception des œuvres. L’auteur donne alors des accents résolument polémiques à son texte (en multipliant par exemple la formule autosatisfaisante « on ne peut pas ne pas ») mais la question qu’il pose n’en est pas moins pertinente : que faire des œuvres et des auteurs qui ont été lus hors des cercles restreints des autres producteurs, soit de la circulation exotérique des biens culturels ? Lagasnerie s’en prend là encore à cette dimension idéologique, selon laquelle la lecture hors de l’espace autonome de la discipline et/ou de l’institution sera dévalorisée, et qui hypostasie ainsi la vision la plus esthétisante et autotéliste de la création. L’accusation d’ « illusion scolastique » est du coup retournée à l’envoyeur.

  • 22  On lira avec intérêt, dans la présente revue, le vaste article qu’y consacre Pascal Durand, « Vers (...)

14Ces trois ensembles de remarques, on le comprend, s’en prennent à la théorie des champs (mais pas seulement à elle, et sans malveillance gratuite) afin de créer de nouveaux espaces de réflexion en sociologie et en histoire sociale des biens culturels. Plutôt que d’en contester les acquis, elles en tirent profit mais en critiquent le réductionnisme. Qu’elles considèrent la notion de champ (au détriment de celles, plus porteuses en définitive, d’habitus et d’illusio22) d’un point de vue historique, sociologique ou politique, ces auteurs plaident pour un plus grand pluralisme méthodologique. Pluralisme n’est pas œcuménisme, comme on le sait. Sans doute est-il temps, en effet, de mettre dans les études littéraires un terme à l’impératif d’adhésion ou de rejet catégoriques des thèses de Bourdieu et plutôt prendre cet appareil théorique, comme le sociologue nous y invitait lui-même, comme une boîte à outils dont certaines pièces conviennent mieux à certains emplois.

Haut de page

Notes

1  Quelques titres récents : Pierre Bourdieu. Son œuvre, son héritage, Paris, Éditions Sciences Humaines, « Petite Bibliothèque », 2008 ; Accardo (Alain)Introduction à une sociologie critique. Lire Pierre Bourdieu, Marseille, Agone, « Éléments », 2006 ; Mauger (Gérard), Rencontres avec Pierre Bourdieu, Paris, Éditions du Croquant, 2005 ; Cornaton (Michel),Pierre Bourdieu. Une vie dédoublée, Paris, L’Harmattan, « Une vie une œuvre », 2010 ; Pinto (Louis), Sapiro (Gisèle), Champagne (Patrick ) (dir.), Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Fayard, 2004 ; Bongaerts (Gregor),Verdrängungen des Ökonomischen: Bourdieus Theorie der Moderne, Bielefeld, Transcript, 2008 ; Grenfell (Michael ) and Hardy (Cheryl), Art rules: Pierre Bourdieu and the Visual Arts, London, Berg, 2007 ; Robbins (Derek), Bourdieu and Culture, London, Thousand Oaks (Calif.) et New Delhi, Sage, 2000 ; Provenzano (François),  « La consécration par la théorie », COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, 3 juin 2010, http://contextes.revues.org/index4629.html, etc.

2  Lagasnerie (Geoffroy de), Sur la science des œuvres, Paris, Éditions Cartouche, 2011.

3 Verdrager (Pierre), Ce que les savants pensent de nous et pourquoi ils ont tort. Critique de Pierre Bourdieu, Paris, Les empêcheurs de penser en rond, 2010.

4  Heinich (Nathalie), Pourquoi Bourdieu, Paris, Gallimard, 2007.

5  Voir le vif échange entre Pierre Popovic et Bernard Lahire dans Spirale, n° 235 (hiver 2011) et n° 238 (automne 2011).

6  Viala (Alain) et Saint-Jacques (Denis), « À propos du champ littéraire : histoire, géographie, histoire littéraire », dans Bernard Lahire (dir.), Le travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, Paris, La Découverte, 2001 (1999), pp. 59-74.

7  Martin (Jean-Pierre) (dir.), Bourdieu et la littérature, Nantes, Cécile Defaut, 2010.

8  Boltanski (Luc), De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, « nrf essais », 2009.

9  Vaillant (Alain), L’histoire littéraire, Paris, Armand Colin, « U », 2010.

10  Il tempère tout de même : « Une grande partie des critiques les plus violentes, nées de l’effet de sidération produit par une démarche sociologique qui osait remettre en cause la tradition littéraire et son histoire, se sont vite déconsidérées elles-mêmes, victimes de leur excès et de leur emportement idéologique. » (p. 219).

11  Voir Grutman (Rainier), « Le virage social dans les études sur la traduction : une rupture sur fond de continuité », dans Carrefours de la sociocritique, Anthony Glinoer (éd.), Texte, n°45-46, 2009, pp. 135-152

12  Voir Marneffe (Daphné de) et Denis (Benoît) (dir.), Les réseaux littéraires, Bruxelles, Le Cri/Ciel, 2006.

13  Paris, La Découverte, 2010.

14  Lahire (Bernard), L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.  

15  Et Bourdieu leur répondait que « de même que la théorie newtonienne de la gravitation n’a pu se construire qu’en rupture avec le réalisme cartésien qui ne voulait reconnaître aucun autre mode d’action physique que le choc, le contact direct, de même, la notion de champ suppose une rupture avec la représentation réaliste qui porte à réduire l’effet du milieu à l’effet de l’action directe s’effectuant dans une interaction. C’est la structure des relations constitutives de l’espace du champ qui commande la forme que peuvent revêtir les relations visibles d’interaction et le contenu même de l’expérience que les agents peuvent en avoir. » (Pierre Bourdieu, Leçon sur la leçon, Paris, Minuit, 1982, pp. 41-42).

16  Ce qui n’a pas empêché les prises à partie violentes entre ces deux auteurs. Voir Lahire (Bernard), La Condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006; Heinich (Nathalie), « Régime vocationnel et pluriactivité chez les écrivains : une perspective compréhensive et ses incompréhensions », Socio-logos. Revue de l’association française de sociologie, n° 3, mis en ligne le 28 mai 2008, consulté le 27 octobre 2011, http://socio-logos.revues.org/1793.

17  Je renvoie à mon compte rendu : « Ce que la littérature fait à la sociologie de l’art. Remarques à propos de L’Élite artiste de Nathalie Heinich », COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, 20 novembre 2006, http://contextes.revues.org/document174.html.

18 Logique de la création. Sur l’Université, la vie intellectuelle, et les conditions de l’innovation, Paris, Fayard, coll. « Histoire de la pensée », 2011.

19  Voir aussi l’avant-propos de Jean-Pierre Martin, « Bourdieu le désenchanteur », dans Pierre Bourdieu et la littérature, op. cit., pp. 7-21.

20  Cas singuliers que Lagasnerie généralise, à tort, à « toutes celles et tous ceux qui créent » (p. 45).

21  Lagasnerie reprend aussi la critique classique du regard surplombant, ethnocentrique du sociologue et la promotion de l’optique des créateurs sans que l’on sache très bien selon quels protocoles ce changement d’optique serait réalisé.

22  On lira avec intérêt, dans la présente revue, le vaste article qu’y consacre Pascal Durand, « Vers une illusio sans illusion ? », COnTEXTES, n° 9, mis en ligne le 1er septembre 2011, consulté le 31 octobre 2011, http://contextes.revues.org/index4800.html ainsi que le dossier dans lequel il s’insère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Glinoer, « De quelques critiques récentes adressées à la science des œuvres de Pierre Bourdieu », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 06 novembre 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://contextes.revues.org/4881

Haut de page

Auteur

Anthony Glinoer

Université de Sherbrooke (Chaire de recherche du Canada)

Articles du même auteur

Haut de page