Navigation – Plan du site

L’Association au collectif

Compte rendu de Groupe Acme, L’Association. Une utopie éditoriale et esthétique, Paris-Bruxelles, Les Impressions nouvelles, coll. « Réflexions faites », 2011
Denis Saint-Amand

Texte intégral

1À la difficulté intrinsèque que pose l’exercice du compte rendu d’un volume collectif se lie ici le fait que le groupe de recherche Acme, dont les membres rassemblent leurs énergies autour de la question de la bande dessinée et auquel on doit le recueil L’Association. Une utopie éditoriale et esthétique, est constitué en majeure partie de chercheurs en sciences humaines de l’Université de Liège ; soit des collègues avec lesquels je partage une même affiliation institutionnelle. J’ai pour autant la faiblesse de croire que cela n’empêche pas de tenter de poser un regard objectif sur ce livre, pour mettre en évidence ses lignes de force et pour signaler ses apports et ses limites.

2Pour rappel, L’Association, que ce volume prend pour objet, est une maison d’édition française de bande dessinée fondée en 1990 par un collectif de huit jeunes auteurs (David B., Killoffer, Matt Konture, Jean-Christophe Menu, Mokeït, Stanislas et Lewis Trondheim) dont plusieurs membres comptent aujourd’hui parmi les figures les plus influentes du monde de la bédé francophone. Avec ce volume, l’objectif poursuivi par le Groupe Acme est d’accorder à cette aventure institutionnelle et artistique une réflexion nourrie, en articulant à de minutieuses analyses sociologiques, esthétiques, historiennes, sémiotiques et narratologiques des encarts encyclopédiques destinés à présenter au lecteur novice différentes facettes de cette réalité multiple (des « tribunes éditoriales » à « la nouvelle génération », en passant par « les revues » et par les marges de « L’OuBaPo »).

3Assumant « une structure en entonnoir » (p. 7), le livre s’ouvre sur une recontextualisation socio-économique très aboutie de L’Association – au cours de laquelle Tanguy Habrand expose la genèse du projet en mettant notamment en lumière la façon dont celui-ci, pensé et dynamisé en grande partie par Jean-Christophe Menu, hérite et se distingue à la fois de Futuropolis – pour aboutir à une étude technique de la polysémioticité d’une planche de l’album Manuel 1-2-3, menée par Sémir Badir, et à une élégante lecture des planches-cases muettes mais hautement significatives du Shenzhen de Guy Delisle, proposée par Dick Tomasovic. Au cours du parcours qui relie ces points de vue macro- et microscopique sur la maison d’édition et sur ses produits se succèdent sept articles, qui permettent d’affiner la connaissance de certains pans spécifiques de la réalité complexe de L’Association.

4Björn-Olav Dozo, de cette façon, se penche sur les enjeux et effets du catalogue annuel de la maison d’édition, qui se donne à lire comme un guide d’utilisation des différentes collections autant que comme un manifeste cristallisant les prises de position des auteurs — Menu en tête. Au cœur de ce catalogue, Erwin Dejasse épingle trois albums qui se sont imposés comme des précurseurs en matière d’autobiographie dans le champ de la bande dessinée francophone (Journal d’un album de Dupuy et Berberian, Approximativement de Trondheim et Livret de phamille de Menu) et dégage les intersections qui unissent ces productions tant sur le plan esthétique qu’en ce qui concerne les effets de cohésion groupale (sinon générationnelle) qu’ils permettent de générer. David Vrydaghs, pour sa part, interroge la façon dont la maison d’édition réinvente, collectivement (dans la série des voyages de « L’Asso » – en Inde, en Égypte et au Mexique) et à travers certaines reprises ponctuelles (les Shenzhen et Pyongyang de Guy Delisle, mais aussi les deux volets de La Vie secrète des jeunes de Riad Sattouf), le genre du reportage en intervenant simultanément sur les codes formels et éthiques qui y sont traditionnellement liés. Dans une contribution prospective ouvrant un chantier qui doit encore être développé, Gert Meesters explore quant à lui les structures de narration visuelle privilégiées par les auteurs de L’Association dans les dix premiers numéros de la revue Lapin, en les confrontant aux canons traditionnels des « grands éditeurs » (p. 123) par les prismes de Tintin et Spirou, et en se fondant sur un très large répertoire (37 entrées) d’« aspects visuels » significatifs et distinctifs, qui vont de l’usage d’icônes dans les phylactères à la mobilisation de personnages non-humains. Suivent ensuite trois chapitres consacrés à des analyses plus spécifiques d’un album ou du style d’auteurs particuliers : Christophe Dony donne les clefs de lecture structurelles et symboliques de l’album muet 73304-24-4153-6-96-8 de Thomas Ott, en détricotant les mécanismes hypnotiques qui s’y déploient ; Maud Hagelstein, en spécialiste d’esthétique et de philosophie de l’art, propose une analyse stylistique de l’œuvre de Joann Sfar, en faisant finement dialoguer le discours programmatique du dessinateur sur sa propre pratique (qu’il présente notamment comme une critique du dessin réaliste et un héritage de Quentin Blake) et ses réalisations effectives ; Frédéric Paques, enfin, livre une étude admirable des formes d’expérimentation mises en œuvre par l’excellent François Ayroles et montre comment les productions grinçantes de ce dernier, liées par certains invariants thématiques, développent différents types de procédés rhétoriques voués à inquiéter les formes de lecture traditionnelle de la bande dessinée.   

5Ces trois lectures ciblées d’œuvres de Sfar, d’Ayroles et d’Ott témoignent en outre du moteur du Groupe Acme. En accordant une place privilégiée à certains membres de L’Association plutôt qu’à d’autres (Trondheim et Konture, par exemple, sont finalement peu présents au cœur de l’ouvrage, et seul un encart indispensable dédié à l’immense succès de Persepolis empêche que Satrapi ne finisse aux oubliettes), ce collectif assume pleinement une posture critique qui présente ses contributeurs comme autant de spécialistes amateurs. Ceci explique notamment que, tout au long du recueil, l’analyse universitaire déborde fréquemment vers une forme de critique de goût subjective (la majeure partie des conclusions des articles en constituent des exemples criants où, après s’être efforcés de tenir leurs objets respectifs à une certaine distance critique, les auteurs ont tendance à boucler leur texte par un commentaire encomiastique à la clausule), qui ne nuit d’ailleurs en rien à la lisibilité de l’ensemble.

6On remarquera aussi que si le Groupe Acme est composé de passionnés de L’Association, il rejoint également assez bien la maison qu’il prend pour objet, jusque dans l’idée d’un foutoir organigrammatique. Sur la couverture, en effet, ce volume issu « de deux années d’échange, d’écriture et de recherche collective » (p. 7) semble assumé par l’ensemble de la clique, alors que la page de faux-titre indique que le volume a été dirigé par trois chercheurs seulement et que l’introduction est prise en charge par un autre trio, dans lequel ne subsiste qu’un seul des directeurs précités (Tanguy Habrand, à qui l’on doit également l’excellente mise en page de ce livre richement illustré et qui, il faut le souligner, est aussi un superbe objet).     

7Pour autant, si ce livre, qui n’avait du reste pas la prétention d’épuiser la question, ne donne qu’un aperçu partiel de l’hydre qu’est L’Association, il pose des fondations solides et ouvre des pistes à d’autres types d’exploration de ce beau cas polymorphe. En cela, il fait déjà figure d’incontournable pour les chercheurs spécialisés autant que pour les amateurs attentifs à l’histoire de la bande dessinée. Mieux encore sans doute, au-delà de ses apports sur une problématique spécifique, ce recueil du Groupe Acme se révèle aussi un formidable plaidoyer pour cette interdisciplinarité fréquemment réduite à de l’irénisme par ses détracteurs et trop souvent bombardée comme une évidence au fil des programmes et des maquettes par certains décisionnaires, mais qui n’est jamais aussi efficace que quand elle est, comme dans le cas présent, maturée et complice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « L’Association au collectif », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 07 décembre 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/4891

Haut de page

Auteur

Denis Saint-Amand

FNRS – Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page