Navigation – Plan du site

Compte-rendu de Dozo (Björn-Olav), Mesures de l’écrivain

Liège, Presses Universitaires de Liège, coll. « Situations », 2011.
Samuel Coavoux

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dozo (Björn-Olav), La Vie littéraire à la toise. Études quantitatives des professions et des socia (...)

1Mesures de l’écrivain est avant tout un texte méthodologique : un préambule aux travaux réunis dans un ouvrage précédent, La vie littéraire à la toise1. Il a pour objectif d’éclairer les conditions et le processus de production des données sur la vie littéraire belge contenues dans la base du Collectif interuniversitaire d’étude du littéraire (CIEL), ainsi que quelques méthodes statistiques d’analyse sociologique mobilisant ces données. Ce faisant, il s’agit de montrer quel peut être l’intérêt de ces méthodes pour l’analyse de la littérature. L’approche résolument externe de la sociologie, moins préoccupée du contenu des textes littéraires que de leurs propriétés, et de celles de leurs auteurs, permet en effet, à conditions d’en maitriser les outils, de vérifier ou d’infirmer certaines hypothèses sur le fonctionnement de la vie littéraire, comme de mettre en lumière la structure des relations entre les producteurs culturels.

2L’auteur fait le choix, appréciable, de présenter ces méthodes en lien étroit avec les recherches empiriques qu’elles ont permis plutôt que sous la forme d’un manuel. Son travail porte plus précisément sur le sous-champ littéraire belge francophone durant l’entre-deux-guerres. Il a pour ambition de décrire sa structure, de repérer des positions singulières d’écrivains (en particulier les « animateurs de la vie littéraire » remarquables par leur centralité relationnelle plutôt que par leur œuvre), ainsi que de poser la question de l’autonomie de l’espace belge francophone, par rapport, en particulier, à la France (« Une frontière politique suffit-elle à différencier une littérature ? », p. 18). L’ouvrage est alors constitué de deux parties. La première, la plus intéressante à nos yeux, présente deux techniques statistiques, l’analyse factorielle des correspondances et l’analyse structurale des relations sociales, et discute de leurs liens avec les théories sociologiques qui les soutiennent. La seconde décrit minutieusement la base de données du CIEL et présente des exemples d’analyses mobilisant ces deux techniques.

  • 2  Voir en particulier Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littérair (...)

3Le positionnement de cette recherche dans la théorie des champs rend l’usage de l’analyse des correspondances évidente. Cette technique présente en effet de nombreuses affinités avec la conception de l’espace social de Pierre Bourdieu2. Plutôt que de prendre les variables une à une, comme le font par exemple les techniques de régression, elle produit des synthèses qui tiennent compte de leur interdépendance. En effet, rien n’est jamais « égal par ailleurs » comme le voudraient les modèles statistiques. Elle permet de plus de produire une représentation spatiale, « résumé visuel et efficace » (p. 25) des relations objectives entre les agents, en repérant ceux qui se trouvent dans la même position. À l’inverse, l’analyse de réseaux s’intéresse aux relations effectives. Il s’agit alors de partir des liens sociaux réellement existant, et non des structures. La méthode est là encore étroitement liée à une théorie, au point d’être devenue un paradigme à part entière. Pourtant, c’est en tant que simple outil, mis au service de la théorie des champs parce qu’il permet d’opérationnaliser le concept de capital social, qu’il est ici utilisé.

4On passe alors de la description à la mise en œuvre des techniques. La seconde partie est majoritairement composée d’une description du recueil et de la construction des indicateurs utilisés dans les analyses statistiques. L’approche adoptée est prosopographique, et consiste donc en un questionnaire biographique systématiquement appliqué à une population, en l’occurrence celle des écrivains belges francophones de l’Entre-deux-guerres. Ce questionnaire inclut un ensemble de variables socio-démographiques (niveau et genre d’études, profession, origine sociale et origine géographique – le genre, par contre, manque à l’appel, quoique les listes d’écrivains laissent apparaitre quelques prénoms féminins), littéraires (genres, éditeurs, revues, prix littéraires et lieux de sociabilité) et une variable de génération socio-littéraire astucieusement construite à partir de la pondération par la moyenne d’âge des relations de la génération de naissance. Ces variables permettent alors de construire un ensemble de capitaux : capital relationnel (déterminé par la centralité dans le réseau, calculée à partir de la participation aux lieux de sociabilité et aux revues), économique (profession, origine sociale), culturel (profession et études), et de reconnaissance symbolique française et belge (éditeurs et genres).

5Ces variables sont ensuite mobilisées dans trois analyses statistiques. Une première analyse des correspondances multiples porte sur les variables descriptives (à l’exception de la génération socio-littéraire, projetée comme variable supplémentaire) et dégage quatre profils d’écrivains sur le premier plan factoriel : le pôle dominant des écrivains légitimes, plus âgés et d’origine sociale plus favorisée que la moyenne, le « gros de la vie littéraire belge » (p. 196), les écrivains dominés, décentrés et d’origine moins favorisée (ces deux profils étant formés des générations montantes), et enfin les écrivains flamands de langue française. L’analyse de réseaux menée ensuite sur les données relationnelles dégage les nœuds les plus importants de la vie littéraire. L’avant-garde, en particulier surréaliste, se détache clairement, par une sociabilité très forte (liée sans doute, par ailleurs, à la multiplication des manifestes, utilisés pour déterminer les liens entre écrivains), mais il existe un second pôle, composé de la littérature plus instituée, autour duquel gravitent les lieux de sociabilités et les revues les moins connectés. Enfin, une nouvelle analyse des correspondances, opérée sur les variables synthétiques de capitaux, confirme et accentue le constat de la première. Elle est, elle aussi, fortement structurée par la génération, le pôle dominant alliant l’ancienneté à la reconnaissance symbolique, mais elle montre également une opposition entre capitaux culturel et économique d’une part, relationnel et symbolique d’autre part. On y voit par ailleurs que la reconnaissance belge et française sont partiellement déconnectée, de sorte qu’il semble possible, pour l’Entre-deux-guerres, de parler d’un sous-champ relativement autonome.

6La grande vertu de l’ouvrage de Björn-Olav Dozo est de montrer comment les statistiques peuvent contribuer à l’étude de la littérature. Cet enseignement pourrait bien sûr être généralisé à l’ensemble des terrains étudiés par les sciences sociales. La littérature apparaît certes exemplaire, pour de nombreuses raisons. Mais l’ouvrage montre bien que c’est aussi parce qu’elle oblige à poser explicitement, et à résoudre pragmatiquement, l’ensemble des questions afférentes à la construction de l’objet sociologique que la statistique est si utile. Elle oblige ici à un surcroit de travail empirique : il faut définir précisément ce que l’on entend par écrivain ou par lieu de sociabilité littéraire, se demander à quelles conditions l’on peut considérer un groupe d’écrivains (au sein de la rédaction d’une revue, dans une association littéraire, dans un salon…) comme un groupe d’interconnaissance effective, ou encore comment distinguer des « générations socio-littéraires » qui ne tiennent pas seulement de l’âge biologique, mais aussi de l’âge d’entrée en littérature, et de l’âge social des relations. L’exigence empirique de l’analyse structurale des relations de travailler sur une population exhaustive permet par ailleurs de ne pas se restreindre aux seuls écrivains reconnus et de repérer, par exemple, des positions d’animateurs de la vie littéraires, centrales dans le sous-champ de l’époque, quoique parfois oubliés par l’histoire littéraire, faute de disposer d’une œuvre suffisante.

7L’entreprise consistant à mener de front la présentation de techniques statistiques et d’analyses empiriques est d’ailleurs fort louable. Elle permet d’éviter le caractère par trop formel des manuels de statistiques, parfois déconnectés des besoins du chercheur. Le chapitre trois, portant sur l’analyse factorielle des correspondances, réussit ainsi à présenter la technique dans ses aspects mathématiques et sociologiques, en la replaçant dans la théorie des champs, tout en s’appuyant sur des données concrètes. Le chapitre suivant, sur les réseaux, est également fort intéressant, même si la discussion des théories qu’il propose peine à se distancer des textes commentés.

  • 3  Passeron (Jean-Claude), « Ce que dit un tableau et ce qu’on en dit », in Le raisonnement sociologi (...)

8Le pari est cependant difficile à tenir tout au long de l’ouvrage. Le lecteur, accompagné pas à pas au fil des différentes étapes du travail statistique, la compréhension théorique des méthodes, puis la production, laborieuse, des données, est laissé seul dès lors que l’on atteint l’analyse statistique proprement dite, c’est-à-dire la mise en place de techniques propres à faire sens des données, et surtout l’interprétation des résultats de ces méthodes. L’analyse de données n’occupe qu’une dizaine de pages, la première analyse factorielle étant par exemple commentée en deux pages dans le chapitre sept. Ainsi, l’ambition initiale d’ouvrir l’atelier du chercheur en étalant la méthodologie s’arrête au seuil de la réserve : les matières premières sont dévoilées, les outils sont exposés, mais la pratique même du statisticien échappe à cette volonté de transparence. Or, l’interprétation de graphiques n’a rien d’évidente, pas plus, d’ailleurs que la lecture d’un tableau3. À nos yeux, l’ouvrage souffre donc d’un déséquilibre dans sa construction, qui apparait clairement lorsque l’on compare la place consacrée à la discussion des analyses à celle dédiée à la construction des variables. Il aurait gagné à limiter la reproduction de données brutes, listes d’écrivains ou de revues accompagnés de leurs propriétés, et à développer la description du raisonnement statistique, et ce d’autant plus que les sections portant sur la construction des variables perdent parfois le fil de la problématique.

9Ce problème concerne à la fois le lecteur néophyte, qui peut avoir du mal à reconstituer le processus d’interprétation, et le statisticien averti, qui aimerait pouvoir juger de sa validité en disposant d’informations plus complètes sur les analyses. Aucun des indicateurs couramment mobilisés pour juger de la qualité d’une analyse factorielle n’est mentionné : ni l’inertie des premiers axes (certes présente sur les graphique, mais non commentée), ni les raisons qui poussent l’auteur à ne conserver que ceux-là et à ignorer les suivants, ni même, bien plus grave, les contributions des différentes modalités à la construction de ces axes. Il est par ailleurs curieux que le premier plan factoriel commenté pp. 194-196 le soit directement en tant que plan, et non pas axe par axe, comme le veut l’usage dans la tradition de Benzecri.

10De plus, quoique les synergies potentielles entre analyse factorielle et analyse des réseaux aient été longuement vantées, elles sont assez peu exploitées. Les indices de centralité sont certes utilisés pour mesurer le capital relationnel des écrivains, et mobilisés à cet égard dans la seconde analyse factorielle, présentée dans le chapitre huit. On pouvait pourtant imaginer bien d’autres usages. L’analyse factorielle débouchant sur une typologie, certes fruste, des écrivains, pourquoi ne l’avoir pas systématisée (à partir, par exemple, d’une classification automatique) et projetée sur le graphe des relations entre écrivains ? Ou, à l’inverse, pourquoi n’avoir pas projeté ces relations sur l’espace défini par le plan factoriel commenté, afin de voir dans quelle mesure relations objectives et relations effectives pouvaient correspondre ?

11Les usages qui sont fait de l’analyse factorielle peuvent également apparaître surprenants dans le contexte de la théorie des champs. Cette perspective vise à montrer que la structure des relations objectives, dans un espace social donné, ne tient pas du hasard, mais correspond au contraire à une structure des capitaux. Dès lors, Bourdieu utilise la technique de Benzecri pour mettre au jour des systèmes de pratiques (ou de représentations, ce qui revient au même) propres à un espace social : des goûts et des dégoûts, des attraits et des répulsions, des présences et des absences. Puis, en projetant comme variables supplémentaires des indicateurs de capitaux, il peut montrer que tel pôle de l’espace dégagé est investi par telle catégorie de personne. Cette technique des variables supplémentaires, centrale dans l’usage bourdieusien de l’analyse géométrique des données, n’est pas traitée ici, alors qu’elle engage des choix sociologiques majeurs, puisque les variables actives de l’analyse sont celles qui sont supposées participer de la constitution du champ. Il nous semble que l’auteur aurait donc pu proposer une cartographie du champ limitée aux seules variables de vie littéraire, ou à tout le moins justifier son choix de ne pas le faire. On comprend mal, enfin, la construction dans le dernier chapitre de variables synthétiques, les capitaux (économique, culturel, relationnel, etc.) dans la mesure où c’est justement la vocation de l’analyse factorielle que de produire mathématiquement de telles synthèses.

12Mesures de l’écrivain apparait donc comme un meilleur ouvrage théorique qu’empirique. S’il est dommage qu’elle ne soit pas menée à son terme, on ne peut cependant que saluer l’ambition, en partie accomplie, de rendre accessible à l’ensemble des chercheurs travaillant sur la littérature des techniques dont la fertilité est évidente, et espérer qu’elle inspirera des prolongements.

Haut de page

Notes

1  Dozo (Björn-Olav), La Vie littéraire à la toise. Études quantitatives des professions et des sociabilités des écrivains belges francophones (1918-1940), Bruxelles, Le Cri-ULB-ULg, 2010.

2  Voir en particulier Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998.

3  Passeron (Jean-Claude), « Ce que dit un tableau et ce qu’on en dit », in Le raisonnement sociologique, Paris, Nathan, 1991, pp. 111-133.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Compte-rendu de Dozo (Björn-Olav), Mesures de l’écrivain », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 18 janvier 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/4895

Haut de page

Auteur

Samuel Coavoux

ENS Lyon – Centre Max Weber

Articles du même auteur

Haut de page