Navigation – Plan du site

Chapeau bas à deux jeunes chercheuses !

Jérôme Meizoz

Texte intégral

  • 1 Frédérique Giraud et Émilie Saunier, « La posture littéraire à l’épreuve de deux cas empiriques », (...)

1Si je réponds à l’article « La posture littéraire à l’épreuve de deux cas empiriques »1, signé dans COnTEXTES par Frédérique Giraud et Emilie Saunier, doctorantes à l’ENS de Lyon, élèves de Bernard Lahire, ce n’est pas, contrairement à certaines habitudes du débat académique, particulièrement en France, pour monter sur mes grands chevaux, comme on dit. Au contraire, j’avoue avoir ressenti un réel plaisir intellectuel, pour une fois, à lire une prise de position argumentée, honnête, qui dit les limites dans l’usage d’une notion, sans pour autant la rejeter ou accabler ses usagers. Un article qui parie sur la sérénité et la raison partagée, qui démontre sa croyance au débat intellectuel hors de toute agression personnelle, et qui, par un ton dépassionné et deux exemples empiriques, fait véritablement avancer la réflexion sur les « postures littéraires ».

2Il a fallu que cette élégante leçon soit donnée par deux jeunes doctorantes, dépourvues de pouvoir académique ou médiatique, et n’ayant pour autorité que leur savoir. Alors que dans la plupart des revues de sciences humaines que je lis, de grands noms se sont spécialisés dans le dialogue de sourds, le silence condescendant ou carrément le mépris de leurs collègues... Mais trêve d’éloges, et deux choses, rapidement.

3D’abord, dire à Emilie Saunier et Frédérique Giraud que je prends acte de leurs objections sur l’usage trop général de la notion de posture ainsi que sur « l’importance des données extra-littéraire dans la compréhension des postures des écrivains » (§ 51). À ma décharge, je dirais que dans mon livre sur Ramuz (1997), puis sur Rousseau, Le Gueux philosophe (2003) ainsi que dans plusieurs articles sur L.-F. Céline (2000, 2007, 2011), je ne crois pas avoir entièrement réduit ces auteurs à leur être-dans-le-champ. Au contraire, j’ai tenté de penser aussi la problématique existentielle à la source de leur désir expressif. Chez Ramuz, j’ai longuement étudié la « généalogie imaginaire » que reconstruisent ses textes, après une brutale rupture intergénérationnelle avec le monde rural. Chez Rousseau, j’ai étudié en détail la « socialisation » (mais il est vrai que je n’ai pas recouru à ce terme) de l’auteur : Genevois à Paris, citoyen dans un royaume de sujets, autodidacte, privé de famille et de fortune, et acharné à prouver dans la République des lettres la légitimité du point de vue de ce qui deviendra le « Tiers-état ». Enfin, sur Louis-Ferdinand Céline, de même, j’ai détaillé les éléments (notamment son rapport au père, à la grand-mère dont il prendra le prénom comme pseudonyme, au lycée qu’il ne fréquentera pas, etc.) qui lui ont rendu haïssable le style des écrivains bourgeois et l’ont poussé à glorifier l’« expérience directe » et la « condition de pauvre sur la terre ». Ainsi, j’ai tenté d’échapper à l’excès de Bourdieu et à celui de Lahire, en prenant en compte simultanément, du mieux que j’ai pu, les expériences littéraires et extra-littéraires des auteurs abordés. Certes, du travail reste à faire, mais la volonté de synthèse me semble indéniable.

4Enfin, l’article de Frédérique Giraud et Emilie Saunier constitue une réponse en acte à une critique, sans agressivité je crois, mais un peu rapide, que j’avais adressée dans La Fabrique des singularités (2011) au Kafka (2010) de Bernard Lahire. Ayant lu son imposant volume au moment où mon essai était quasi achevé, j’ai tenu tout de même à le signaler aux lecteurs en bibliographie et à indiquer dans l’introduction (p. 10) une légère réserve non quant au projet global de Lahire, que j’estime beaucoup, mais quant à sa façon de « tordre le bâton dans l’autre sens » que Bourdieu. Autrement dit, là où Bourdieu voit, à tort, les écrivains animés uniquement par les enjeux du champ littéraire et finit par les réduire à cet être-dans-le champ, Lahire, pour montrer l’excès de Bourdieu sur ce point, fait exagérément le contraire : il décrit très pertinemment Kafka à partir de la complexité de sa socialisation, mais sous-estime à mon sens les enjeux propres au champ littéraire (pragois ou autre) dans lequel émerge Kafka. En outre, et sans doute que ceci dérive de cela, il ne prend pas vraiment à bras le corps le style et la langue de Kafka, dans leur texte d’origine. À mon sens, il ne peut y avoir de « théorie de l’œuvre littéraire » qui ne propose aussi une fine sociologie du style (dont Bakhtine déplorait déjà l’absence dans les études littéraires). Je crois l’avoir tentée à propos de Ramuz ou Céline. Cet élément est tout aussi important sur un objet « littéraire » que la lecture sociologique des thèmes obsédants d’une œuvre, réalisée avec brio dans l’étude sur Kafka. Voilà, j’aurais dû étayer mieux ma réserve : en effet, on ne répond pas en trois lignes à un livre de 600 pages. Au vu des chantiers majeurs qu’il a ouvert jusqu’ici, Bernard Lahire est mieux placé que moi pour parvenir à une synthèse de tous ces points, et je suis certain que nous la lirons bientôt sous sa plume.

Haut de page

Notes

1 Frédérique Giraud et Émilie Saunier, « La posture littéraire à l’épreuve de deux cas empiriques », COnTEXTES [En ligne], Varia, mis en ligne le 24 janvier 2012. URL : http://contextes.revues.org/4892

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Meizoz, « Chapeau bas à deux jeunes chercheuses ! », COnTEXTES [En ligne], Prises de position, mis en ligne le 03 février 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://contextes.revues.org/4897

Haut de page

Auteur

Jérôme Meizoz

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page