Navigation – Plan du site
Supports de la querelle

« Tout n’est que série, succession, suite et feuilleton ici-bas »

Supports, agents et discours de la querelle du roman-feuilleton
Sándor Kálai

Texte intégral

  • 1  La Querelle du roman-feuilleton, Littérature, presse et politique, un débat précurseur (1836-1848)(...)

1 La querelle du roman-feuilleton, dont les documents ont été soigneusement rassemblés et publiés par Lise Dumasy1, est sans doute l’un des débats fondateurs de la culture de la modernité. Cette querelle, qui dure de 1836 à 1848 (et même bien au-delà), oppose un grand nombre d’acteurs, écrivains, journalistes, critiques, hommes politiques, et bénéficied’une audience de plus en pluslargeetvariée. Elle n’a pu avoir cette ampleur qu’à la faveur du fait dont elle essaie justement de rendre compte : l’évolution de la littérature dans un dispositif nouveau, qui se caractérise par la multiplication des organes de presse, l’élargissement du lectorat, l’industrialisation delalittératureetsa démocratisation.

  • 2  Vaillant (Alain), « Invention littéraire et culture médiatique au xixe siècle », dans Mollier (Jea (...)

2 Certains acteurs de la querelle, quicondamnaient le roman-feuilleton et manifestaient ainsi la nécessité d’une littérature soigneusement élaborée, ontcontribué à la constitution d’une opposition à l’intérieur du champ littéraire : entre le sous-champ de grande production et le sous-champ de production restreinte, pour utiliser les notions de Bourdieu. Il n’en reste pas moins vrai, selon notre hypothèse, que la querelle est en même temps fondamentalement travaillée par la logique du système médiatique qui est en train de se mettre en place et qu’elle traduit aussi une sorte de prise de conscience d’un changement de paradigme décrit par Alain Vaillant2, selon lequel le modèle argumentatif est progressivement remplacé par le modèle narratif dans les domaines de la presse et de la littérature.

  • 3  Durand (Pascal), « De la “littérature industrielle” au “poème populaire moderne” : Filtrages média (...)

3 Cette communication, qui n’a pas la prétention de donner une analyse détaillée de l’ensemble du débat, se situe dans le sillage de l’article de Pascal Durand consacré à cette querelle3 et de la préface de Lise Dumasy à son propre recueil. Nous accorderons notre attention à la position de certains acteurs du débat, aux supports (revues, journaux, discours parlementaires) qui conditionnent le déploiement de l’argumentation et, dans un deuxième temps, aux différentes approches esthétiques du roman, genre en voie de légitimation, et à l’évaluation de la presse comme support du roman-feuilleton.

Les acteurs et les supports

  • 4  Chapuys-Montlaville, « Discours à la Chambre des députés, 13 juin 1843 », dans Le Moniteur univers (...)
  • 5  Girardin assure que la suppression du timbre ne change rien au phénomène et le roman-feuilleton n’ (...)
  • 6  Weill (Alexandre), « La politique et la littérature. Le feuilleton et la Chambre », dans La Démocr (...)
  • 7  Desnoyers (Louis), « Un peu d’histoire à propos de roman », dans Le Siècle, les 5, 28 et 29 septem (...)
  • 8  Vaillant (Alain), art. cit., p. 16.
  • 9  Dans ce cas, cette tension n’apparaît pas d’une manière matérielle, entre le haut et le bas du jou (...)
  • 10  Thérenty (Marie-Ève), La Littérature au quotidien, Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris (...)

4Le débat qui se cristallise autour du roman-feuilleton oppose principalementquelques protagonistes. L’un d’entre eux est le député Chapuys-Montlaville, qui fait partie de la gauche anti-dynastique. Il mène trois attaques successives contre le roman-feuilleton : en 1843, en 1845 et en 18474 (cette année-là, il propose l’affranchissement du droit de timbre sur les journaux qui ne publieraient pas de feuilleton), avant de revenir à la charge au début des années 1860. Ses discours, prononcés à la Chambre des députés, provoquent un débat vif. Ils paraissent dans Le Moniteur universel, journal officiel, largement diffusé, quipublie intégralement les débats parlementaires. En 1845, Émile de Girardin, patron de La Presse, consacre un éditorial en réponse aux accusations du député dans son journal (La Presse du 15 mars 1845)5. En 1847, outre Alexandre Weill, littérateur et journaliste, qui publie une réfutation des accusations du député dans La Démocratie pacifique, journal fouriériste et favorable au roman-feuilleton6, un article intitulé Un peu d’histoire à propos de roman paraît dans Le Siècle, dû à la plume de Louis Desnoyers7, journaliste et romancier, rédacteur en chef de la partie littéraire du journal, quiaété fondé, la même année que le journal de Girardin, par Armand Dutacq et Desnoyers lui-même. On peut noter, entre autres choses,que ce sont les « pères » du feuilleton, Girardin et Desnoyers qui répondent aux attaques au sein de leur proprequotidien, La Presse et Le Siècle, les deux organes qui ont précisément inauguré le pratique du roman-feuilleton dans l’espace du journal. Un autre fait, qui démontre également le caractère symbolique du débat, c’est que celui qui attaque, le député Chapuys-Montlaville, appartient à la direction politique du Siècle : ainsi le débat révèle aussi une opposition entre la partie politique et la partie littéraire, entre le « haut » et le « bas » du même journal. Le Siècle, comme tous les journaux qui adoptentlesmêmes principes rédactionnels, témoigne de la polyphonie fondamentale du journal, qui devient ainsi « l’équivalent textuel du monde contrasté8 », en mettant en scène, le cas échéant dans la construction même d’une page, une tension entre la partie politique et la partie littéraire9. Marie-Ève Thérenty éclaire ainsi ce phénomène : « le feuilleton définit [...] une certaine possibilité d’écriture du présent, une certaine façon d’être “mémorien”, écriture à la fois concurrente, mais aussi complémentaire de celle du premier-Paris, ce qui fait du quotidien de la monarchie de Juillet un authentique texte polyphonique10. »

5L’attaque du député est sans doute motivée aussi par le fait que lui-même est associé au journal. La presse permet aux hommes politiques de diffuser leur parole, ainsi chaque parti a son journal à travers lequel il peut persuader son public. La multiplication des journaux, due à la reconstitution de la sphère publique introduit une concurrence entre ceux (et pas seulement des hommes politiques) qui veulent faire entendre leur parole. Par contre, dans ce débat, la position de Louis Desnoyers est très particulière. Dans son article, il écrit ainsi, en incorporant dans son propre discours les expressions de son adversaire :

  • 11  Les Histoires du Dauphiné sont l’œuvre de Chapuys-Montlaville, l’une des cibles de l’ironie acerbe (...)

[C]e contradicteur fort indigne [c’est-à-dire lui-même] est la cause même, la cause originelle de tous les méfaits romanesques dont la Chambre est si peu satisfaite, et en défendant ici, non pas les caniches – il n’est pas assez éligible pour cela –, mais le roman-feuilleton, c’est à peu près son œuvre personnelle qu’il défend. M. de Chapuys-Montlaville se trompe en attribuant à M. Émile de Girardin la création de cette abominable littérature, de cette littérature de bas étage (style parlementaire) que le public recherche avec autant d’avidité à peu près que les Histoires du Dauphiné11 (pp. 124-125).

  • 12  Guise (René), Le Roman-feuilleton. 1830-1848: la naissance d’un genre, doctorat ès lettres et scie (...)

6Le débat en cache donc un autre, à peine perceptible : ce dont il s’agit, c’est, à peu près, pourrait-on dire, la paternité. Le discours de la défense est en même temps une recherche des origines et un règlement de compte : il faut également destituer l’usurpateur, le faux-père, Girardin, en appuyant sur le fait que c’est Le Siècle qui était le premier à publier un roman « orné déjà de l’avis devenu si fameux : “(la suite à demain)” » (p. 125). Il s’agit, selon Desnoyers, du roman de Louis Viardot, La Rue de Candilejo. Toutefois, on aperçoit une contradiction curieuse : l’auteur, tout en avouant la paternité, semble s’y dérober en même temps : Desnoyers, fondateur du Charivari avec Philipon en 1832, fondateur du Siècle en 1836 et un des fondateurs de la Société des gens de lettres en 1837, ne dit absolument rien sur son roman intitulé Les Aventures de Jean-Paul Choppart, qui, selon les recherches menées par René Guise12 dans ce domaine, semble être le premier roman français publié en feuilleton dans un journal, notamment dans le Journal des enfants en 1832.

  • 13  Sainte-Beuve, « De la littérature industrielle », dans La Revue des Deux Mondes, 1er septembre 183 (...)
  • 14  Voir la préface de Lise Dumasy, ibid., p. 5-6.
  • 15  Mollier (Jean-Yves), art. cit., p. 55.
  • 16  Jacques Migozzi insiste sur la phase d’expérimentation dans l’évolution du feuilleton, voir Migozz (...)
  • 17  À part l’article célèbre de Sainte-Beuve, on cite généralement les recueils d’Alfred Nettement (Ét (...)

7Mais la réflexion critique sur cette nouvelle littérature commence plus tôt, avec l’article souvent cité de Sainte-Beuve, De la littérature industrielle, paru en 1839 dans La Revue des Deux Mondes13, de tendance classique, fondée en 1829. Lise Dumasy14 et Jean-Yves Mollier15 précisent qu’à cette époque les revues, comme La Revue de Paris et La Revue des Deux Mondes publient des romans en livraison dès leur naissance en 1829-1830, et c’est Le Journal des débats, qui a inauguré le feuilleton comme rubrique en 1800. Tout au long du débat, on peut constater une opposition de plus en plus nette entre les revues, plus ou moins réticentes envers le feuilleton et défenseurs d’une littérature d’élite, et les journaux, plus favorables au feuilleton. Les documents rassemblés par Lise Dumasy confirment cette constatation. En 1836, La Presse et Le Siècle introduisent un nouveau modèle : avec eux, le journal devient progressivement une entreprise et non pas (ou pas seulement) un organe politique. Malgrélaréductiondu prix de l’abonnement de 80 à 40 francs, le journal estencore cher et reste inaccessible aux milieux populaires, mais le coup permet deux initiatives. D’une part, Girardin et Dutacq s’appuyent sur les annonces pour récupérer lesrecettes qui manquent. D’autre part, afin de conquérir et de fidéliser les lecteurs, ils se tournent vers le roman, genre émergent, et inventent progressivement le roman-feuilleton16. C’est la stigmatisation de cette nouvelle logique industrielle, très peu compatible avec les hautesconceptionsde la littérature, qui sera l’un des leitmotiv de la critique des revues. Sainte-Beuve, dans l’article déjà cité, condamne également le processus de la démocratisation, qui est aussi celle de la littérature, en inaugurant l’image : le champ de la littérature est envahi par « une bande presque organisée » (p. 29), par une « masse » (p. 26), par le « bas-fond » (p. 43), et la presse devient « ce poudreux boulevard de la littérature du jour » (p. 31). Le critique ne fait que des allusions aux journaux (« uniquement fondés sur le produit présumé de l’annonce », pp. 32-33) ou au « personnage trop célèbre et d’une capacité aussi incontestable que malheureusement dirigée » (p. 33), qui n’est autre que Girardin. Ce procédé est en rapport étroit avec la stratégie de Sainte-Beuve : il s’attaque au phénomène qu’il juge d’une manière très négative (v. les synonymes appartenant au même champ sémantique : bande, masse, bas-fond), sans accorder aucune attention aux œuvres elles-mêmes17.  

  • 18  L. R., « Littérature. Œuvres complètes de George Sand » (premier article), dans Le Constitutionnel(...)
  • 19  Dumasy (Lise), op.cit., p. 65.
  • 20  Gobineau (Arthur de), « Essais de critique. Esther, Splendeurs et misères des courtisanes, par M. (...)

8Du point de vue de la prise de position, il est intéressant de voir un peu plus près le cas de certains journaux. Le Constitutionnel, qui, dès la Restauration, se trouve sous la direction de Thiers, devient, sur le plan de la littérature, le fer de lance de la lutte contre le romantisme. Dans son recueil, Lise Dumasy a publié trois articles, qui ont paru dans ce journal en 1839 et 1840, sous les initiales de L. R., cachant sans doute le nom de Louis Reybaud, écrivain, publiciste, homme politique, auteur d’un roman satirique, Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale, d’ailleurs défendu par Chapuys-Montlaville, qui le considère comme le seul feuilleton digne d’intérêt (p. 107). Ces articles18 expriment une hostilité vive contre la nouvelle littérature. Mais, comme le nombre des abonnés du journal diminue vite (il n’en reste que 3700 en 1843), Le Constitutionnel doit trouver une solution pour survivre, et c’est le feuilleton qui le sauve : en payant 100 000 francs à Eugène Sue pour son roman Le Juif errant, le journal gagne 20 000 abonnés en 1844. La position du Journal des débats concernant le feuilleton devient également plus nuancée dès le début des années40. Organe quasi officiel du pouvoir sous la Monarchie de Juillet, il doit tenir une position plus modérée, parce qu’il a déjà publié des feuilletons et en publiera d’autres, notamment le roman de Sue, Les Mystères de Paris, dès 1842. D’autre part, comme le relève Lise Dumasy, « le roman-feuilleton a déjà, en 1842, une telle faveur publique qu’un journal modéré comme Le Journal des débats ne peut se permettre de l’attaquer sans nuance19 ». Le journal fouriériste qu’on a déjà mentionné, La Démocratie pacifique, est favorable au roman-feuilleton, tout comme Le Commerce, organe de la gauche dynastique. Lise Dumasy reproduit dans son recueil un article d’Arthur de Gobineau sur Esther de Balzac, qui a paru dans ce journal, très équilibré dans son jugement sur le phénomène du roman-feuilleton20.      

9Une des caractéristiques du support revient souvent dans les arguments contre ce nouveau type de littérature : il s’agit de la périodicité. Le feuilleton introduit un mode de publication par fragments successifs. Il est significatif que, dans l’article de Desnoyers, ce soit l’argument concernant la périodicité qui est le premier à être réfuté. Selon l’auteur, cette forme, ce genre de publication, est loin d’être nuisible : il empêche l’ennui, augmente l’intérêt et excite la curiosité. Mais, surtout, Desnoyers comprend qu’il s’agit là d’un besoin anthropologique : le feuilleton n’est autre qu’une forme qui donne le rythme de notre existence. Tout cela est résumé ainsipar Desnoyers : « à bien considérer les choses, tout n’est que feuilleton en ce bas monde, c’est-à-dire morcellement, succession, fragment, suite à lendemain » (p. 127). Il en découle, selon cette logique, que les discours de Chapuys-Montlaville constituent, eux aussi, un feuilleton — ce que les chercheurs qui étudient la presse et ses rapports avec la littérature n’ont pas manqué de relever. De cette façon, Desnoyers renvoie les accusations au destinateur d’une manière particulièrement efficace.

  • 21  Gaschon de Molènes, « Revue littéraire », dans La Revue des Deux Mondes, 15 décembre 1841,15 mars (...)

10Il va donc sans dire que, dans ce débat, plusieurs critiques déploient leurs arguments en plusieurs parties, c’est-à-dire en feuilleton. En feuilletant le recueil présenté par Lise Dumasy, on peut constater que L. B., le critique du Constitutionnel, publie ses analyses sur un même auteur en plusieurs parties, et les livraisons successives de la Revue littéraire de Gaschon de Molènes21, dans La Revue des Deux Mondes, constituent, comme l’écrit Lise Dumasy, « un panorama du roman-feuilleton » (p. 157). Louis Desnoyers, on l’a vu, insiste particulièrement sur le procédé de publication par fragments. Ce qui rend son analyse particulièrement intéressante, outre la réfutation ironique mais bien argumentée des thèses du député, c’est la mise en scène même de l’impossibilité à échapper au dispositif médiatique. C’est le support, en l’occurrence le journal, qui détermine la manière de dire : on ne peut dire les choses qu’en feuilleton. Citons, de nouveau, Desnoyers :

Le roman-feuilleton, dit encore M. de Chapuys-Montlaville, est nuisible... à.... Mais le défaut d’espace nous force à ajourner l’examen de ses griefs, lesquels sont encore plus terribles que les précédents. Nous nous servirons donc ici, et bien malgré nous, d’une formule dont il a horreur : « La suite, prochainement ». Cette formule fragmentaire est imposée aux journaux, hélas ! par leur nature de feuille isolée (p. 133).

11Cette sorte de mise en abyme donne une dimension particulière au discours de Desnoyers sur le roman-feuilleton.

Approches de la presse et du roman    

  • 22  Vaillant (Alain), art. cit., p. 14.
  • 23  Ibid., pp. 14-15.
  • 24  Ibid., p. 19.

12 Ce débat sur le roman-feuilleton semble s’inscrire dans le changement de paradigme décrit par Alain Vaillant. Il précise que cette mutation peut être identifiée dans toute la presse européenne à la même époque, entre 1820 et 1850, avec la date significative de 1836, datede la création de La Presse de Girardin, journal fondé sur une pure logique entrepreneuriale.Comme l’écritAlainVaillant, jusqu’au début du XIXe siècle, « la culture de l’écrit a reposé sur un modèle fondamentalement argumentatif et rhétorique22 ». La prise de parole avait pour fonction d’énoncer une conviction et d’en persuader le public. Il en découle une morale et une philosophie : le discours est ramené à son origine subjective. C’est cette fonction persuasive qui est revendiquée, on l’a vu, par le député Chapuys-Montlaville. « Or le nouveau paradigme qui se met en place à la fin des années 1820 est représentatif et narratif : l’écrit sert désormais à représenter le réel, à en offrir un analogon discursif23. » Il ne s’agit pas (ou pas seulement) d’exprimer une opinion, mais de raconter le monde, d’exercer une médiation entre le monde et les lecteurs. Comme Alain Vaillant le précise, ce changement correspond à la naissance du système médiatique dans lequel nous continuons de vivre, et le journal, par nature collectif et périodique, joue un rôle particulièrement important dans ce processus culturel. On peut donc légitimement supposer que ce débat, travaillé, on l’a vu, par ce nouveau dispositif, est aussi l’une des premières prises de conscience de ce changement. Le roman contemporain (de Balzac ou de Sue), cible des critiques, constitue « une sorte de transfiguration fictionnelle de cette prose journalistique [...] qui sature désormais l’imaginaire collectif de ses représentations médiatiques du monde quotidien24 ». Dans ce qui va suivre, on s’intéressera donc aux diverses approches de la presse et du roman par les acteurs du débat, en prenant toujours en considération le contexte de leurs arguments.

13 Une partie des articles du recueil publié par Lise Dumasy témoigne d’une sorte de perplexité : les critiques perçoivent certaines nouveautés dans la production romanesque de l’époque, mais il leur est difficile de s’en rendre compte, les principes qui guident leur évaluation ne leur permet de juger ces procédés que d’une manière négative. De ce point de vue, le titre de l’article de Sainte-Beuve est déjà programmatique : le grand problème de cette littérature, selon lui et quelques autres, c’est qu’elle est devenue industrielle. Par l’émulation effrénée, « la littérature industrielle s’est de plus en plus démasquée » (p. 27) – écrit le célèbre critique. On n’écrit plus que pour assurersasubsistance, le pratique de la littérature devient de moins en moins un trait distinctif. On peut constater que dans le discours argumentatif de Sainte-Beuve les inquiétudes concernant, d’une part, la dynamique de la démocratisation et, d’autre part, la logique de l’industrialisation sont constamment mêlées.  

14Une des causes de ces changements, toujours selon Sainte-Beuve, c’est que la presse, qui publie des annonces, perd de son indépendance : « L’état actuel de la presse quotidienne, en ce qui concerne la littérature, est, pour trancher le mot, désastreux. Aucune idée morale n’étant en balance, il est arrivé qu’une suite de circonstances matérielles a graduellement altéré la pensée et en a dénaturé l’expression » (p. 32). Dans ses discours parlementaires, le député Chapuys-Montlaville avance des arguments semblables. Selon lui, les mauvaises lois contraignent la presse à devenir commerciale, ce qui entraîne des conséquences fâcheuses :

La partie principale et politique, tout à coup, est devenue la partie secondaire ; le feuilleton a pris, dans le journal, l’importance qui appartenait autrefois à la politique, à ces articles de premier-Paris ou de fond que plusieurs de ses publicistes les plus honorés se faisaient un devoir d’écrire pour l’instruction générale et pour la discussion publique (p. 96).

15Il est intéressant de noter que les propos du député semblent décrire le changement de paradigme dont nous parlons : tout en dénonçant le fait, il met en relief que ce n’est plus (ou pas seulement) la conviction énoncée qu’on cherche, quand on lit les journaux. Il en découle, selon Chapuys-Montlaville, l’affaiblissement de l’esprit politique en France. Cette constatation du député révèle, d’une part, le sentiment amère de la perte du pouvoir persuasif de l’homme politique, d’autre part, en résonance avec le discours de Sainte-Beuve, la peur de l’élite politique et culturel de ne pas pouvoir contrôler l’évolution de la presse et de la littérature dans un régime commercial et médiatique.

16 Pourtant, il y a des auteurs qui voient autrement la question, et leurs opinions trouvent naturellement un support dans les journaux. Ainsi, dans son article déjà cité, Gobineau parle de la nécessité de bien comprendre le phénomène du roman-feuilleton : « S’acharner contre un fait irrémédiable est une folie qui souvent devient fatale » (p. 88). L’image quelque peu condescendante qui lui sert d’appui est devenue célèbre :

Tout le monde lit et veut lire beaucoup ; nous ne pouvons pas dire si le berger de nos Pyrénées, en gardant ses chèvres, en est déjà arrivé là, mais il y viendra sans nul doute, et en tout cas, nous sommes persuadés que si l’envie nous prenait de descendre dans l’échoppe du dernier artisan parisien pour y raisonner sur Le Juif errant, nous trouverions à qui parler (p. 88).

  • 25  Mollier (Jean-Yves), « L’émergence de la culture de masse dans le monde », dans Culture de masse e (...)

17Même si la réduction du prix de l’abonnement ne mène pas automatiquement à l’élargissement du lectorat vers les milieux populaires, la tendance n’en reste pas moins identifiable. Les analyses contemporaines de la culture médiatique mettent l’accent sur le fait que la première période de la culture de masse se caractérise par la prédominance de la consommation des imprimés de grande diffusion, et « le premier critère de son émergence [est] l’achèvement de la réforme de l’instruction universelle25 ». Même si Gobineau reprend ici l’image du peuple-enfant qu’il faut éduquer, il met l’accent sur le rôle d’acculturation du feuilleton et de la presse : « Le roman-feuilleton joue donc, en quelque sorte, à ce moment de notre existence sociale, le rôle d’un abécédaire perfectionné et orné d’image en taille-douce » (pp. 89-90).

18 C’est Louis Desnoyers qui donne l’image la plus nuancée sur la presse quand il répond à l’argument de Chapuys-Montlaville concernant l’affaiblissement de l’esprit politique. Outre la modicité du prix de l’abonnement, il met l’accent sur la complexité du journal :

La vérité, c’est qu’on ne s’abonnerait pas plus à un journal purement littéraire qu’on ne s’abonnerait maintenant à un journal exclusivement politique, ce qu’on veut c’est une publication complexe, composée de politique, de littérature et d’une foule d’autres amusements(p. 137).

19Ce dont il parle, c’est la polyphonie de la presse, qui, organe par nature collectif, devient, pour un public de plus en plus diversifié, le miroir textuel d’un monde en perpétuel changement. Il en découle que, selon Desnoyers, le journal a pour fonction d’offrir le plus de matière possible pour ses lecteurs.

20Dans les revues, l’évaluation du phénomène est différente. On l’a vu, La Revue des Deux Mondes a publié la Revue littéraire de Gaschon de Molènes. Le critique se situe dans le sillage de Sainte-Beuve, à qui il fait référence, élabore un système de jugement, qui lui permet d’exercer une critique à la fois externe et interne. L’opposition entre l’industrie et la pensée constitue le point de départ de ses analyses. Comme il le dit, c’est le côté industriel qui se développe chez les romanciers contemporains, et la cause de ce « déplorable mouvement » (p. 158) est le roman-feuilleton. L’influence de « l’improvisation journalière » (p. 158) empêche les écrivains d’atteindre les hauteurs de la littérature. Dans ce contexte, le support ne peut être qu’un obstacle de la vraie création :

L’homme qui doit porter un jugement rapide sur les choses de la veille, prévoir celles du lendemain, s’associer aux émotions du jour, n’a que des excitations salutaires à puiser dans le mouvement hâtif de la presse quotidienne, dans les continuelles exigences de son impérieuse activité (p. 158).   

21Ainsi, la presse ne peut-elle que nuire, et les romans des auteurs qui publient dans le rez-de-chaussée des journaux, sont-ils condamnés d’avance.

22Il n’en reste pas moins vrai que les écrivains publient dans les journaux : Sand, Balzac, Sue, Soulié pratiquent tous le feuilleton. Les membres de cette nouvelle génération sont perçus de la même manière. Dans son article sur George Sand paru dans Le Constitutionnel, L. R. écrit : « Il n’y a même plus d’artistes, mais seulement des ouvriers en style, qui se prennent à la journée ou se paient à la toise » (p. 45). Il en découle que cette littérature ne peut être considérée autrement par l’auteur que comme un « excès » ou une « décadence » (p. 45). Dans son article sur Sue, Cuvillier-Fleury met l’accent sur la même chose : « le travail sérieux et réfléchi » (p. 68) de l’écrivain est remplacé par « l’improvisation rapide et aventureuse » (p. 26). Gaschon de Molènes, quant à lui, mentionne également l’improvisation et le travail hâtif comme les défauts de cette nouvelle littérature. On constate que cette critique, de type normatif, perçoit la nouvelle logique de production, mais il le juge incompatible avec sa vision du travail littéraire sérieux.

23Dans ce contexte, le roman-feuilleton qui, comme la presse quotidienne, est en train d’élaborer différentes stratégies poétiques de la représentation, qui s’inspire de l’actualité et met en scène les types et les scènes du monde contemporain en s’appuyant sur les détails, est jugé très sévèrement. Voiciparexempleunjugement de Sainte-Beuve :

Cette littérature en un mot, qu’on est fâché d’avoir tant de fois à nommer industrielle quand on sait quels noms s’y trouvent mêlés, a eu le vouloir et les instruments d’innovation, les capitaux et les talents, elle a toujours tout gaspillé : l’idée morale était absente, même la moindre ; la cupidité égoïste d’un chacun portait bientôt ruine à l’ensemble (p. 43).

24Pourtant, Sainte-Beuve ne s’occupe guère des romans eux-mêmes, il ne dit que très peu de choses sur la poétique de cette nouvelle littérature, il s’en prend surtout au style : « Les journaux s’élargissant, les feuilletons se distendant indéfiniment, l’élasticité des phrases a dû prêter, et l’on a redoublé de vains mots, de descriptions oiseuses, d’épithètes redondantes : le style s’est étiré dans tous ses fils comme les étoffes trop tendues » (p. 35).

25D’autres critiques sont choqués par certains procédés des romans. Ainsi, L. R. considère Balzac comme le parfait représentant de « l’école en décadence » (p. 55)  et ne le juge que par référence à l’image de l’écrivain classique : « Que M. de Balzac fût venu dans un autre temps, quand le respect des traditions contenait, disciplinait les facultés de l’écrivain, les belles parties de son talent se seraient seules mises en relief, et les mauvaises tendances auraient été réprimées, domptées, vaincues » (p. 56). Toutes les qualités poétiques qui contribuent, dans son cas, à élaborer une esthétique de la représentation ne peuventêtre jugées que d’une manière négative : « L’un des plus grands défauts de M. de Balzac, c’est de s’être crée un monde imaginaire, qu’il a pris au sérieux et qu’il s’obstine à regarder comme réel » (p. 58). De plus, il s’agit de la représentation d’une société où – selon le critique – presque tout est pourriture. Le soi-disant manque d’harmonie des œuvres est également considéré comme un défaut. Même si Balzac possède un rare talent descriptif, il l’épuise dans destasdedétailsinutiles. Comme ledit L. R., il s’agit là d’un « talent de commissaire-priseur » (p. 59) : « Pour une jeune fille, passe encore, mais qu’on transporte ce procédé d’investigation minutieuse sur des personnes âgées, de l’un et de l’autre sexe, et l’on pourra juger à quels inventaires le romancier convie ses lecteurs. La Vieille Fille est un chef-d’œuvre en ce genre » (p. 59). N’oublions pas que le roman, qui est mentionné ici a été un des premiers romans publiés dans un journal politique quotidien, dans La Presse en 1836, dans la rubrique « Variétés ». Le détail, l’un des fondements de l’esthétique du roman du réel et de toute poétique de la représentation, ne peut donc être jugé que d’une manière ironique : « tout est l’objet d’une enquête solennelle. On ne s’y prendrait pas avec plus de soin pour une instruction judiciaire » (60). Cette critique fonctionne d’ailleurs comme un avertissement adressé à Balzac lui-même, car « [l]es œuvres solides ne peuvent se passer ni de bon sens, ni de morale » (p. 61).

26On l’a vu, les journaux qui publient des feuilletons deviennent de plus en plus indulgents avec le roman, mais la Revue littéraire de Gaschon de Molènes reste par contre très sévère. Cette revue a le grand mérite de traiter les romans individuellement, l’un après l’autre, mais elle le fait à partir de principes préétablis et normatifs. Le ton du jugement est neutre, mais il arrive que certains caractéristiques d’un roman exaspèrent le critique : « Six volumes, grand Dieu ! c’est plus long que Les Confessions de Jean-Jacques. » –  lit-on à propos de Mathilde de Sue (p. 160), et cette remarque indique aussi que l’un des axes du critique est la manière de la composition. L’autre en est la composition elle-même, qui comprend l’analyse de l’intrigue, l’énumération des thèmes ou des personnages et des remarques sur le style. Voici, par exemple, ce qu’on lit à propos des Mémoires de deux jeunes mariées de Balzac : « Quel style, grand Dieu ! La pensionnaire de M. de Balzac nous fait croire à tous les bruits qu’on répand sur les couvents » (p. 198). Demême, silecritique loue le talent d’observation d’un Sue, il considère que « [l]e style de ce roman [il s’agit de Mathilde] échappe la plupart du temps à toute espèce d’appréciation littéraire » (p. 166). Selon lui, comme tous les romans-feuilletons, celui de Sue aussi est le fruit « d’une sorte d’improvisation bâtarde » (p. 167). Les Quatre sœurs de Soulié choque également le critique, déjà par le choix d’une classe sociale : « c’est une bourgeoisie maussade, mesquine et mal à l’aise, connaissant toutes les misères et toutes les douleurs de la vanité. Encore, si on était au milieu d’honnêtes gens ! » (p. 168). Il va de soi que le style est en parfait rapport avec le fond de l’ouvrage, donc il faut le condamner. Gaschon de Molènes, comme beaucoup d’autres, veut exclure certains thèmes ou procédés stylistiques du champ littéraire, ceux-là justement (le choix d’une classe sociale jusqu’ici exclue de la littérature, le style journalistique ou l’observation des détails) qui nous semblent être le plus en rapport avec la prose journalistique. On n’est donc pas surpris du fait que les audaces de certains romans de Balzac choquent le critique. Voilà un passage qui indique bien le caractère normatif de l’analyse :

Il n’est pas de mystères que M. de Balzac ne respecte, ceux-là même que la pudeur du corps et celle de l’âme s’unissent à protéger. Rien de plus hideux que le récit de l’accouchement qui est contenu dans un des passages de son livre [il s’agit des Mémoires de deux jeunes mariées]. Là où la souffrance étend comme un triple voile, là où le corps de la femme, purifié par les divines tortures du martyre, là où l’on doit détourner les yeux avec tremblement, M. de Balzac n’abaisse pas un instant son regard (p. 201).

27Tout comme Sainte-Beuve, Gaschon de Molènes, qui publie ses critiques au sein d’une revue, défend en fin de compte une conception élitiste de la littérature : « En abaissant l’art, on le rend accessible à tous. Quand les bornes servaient de chaire aux vérités de la Bible, tout le monde était prédicant ; depuis que les conteurs descendent aussi dans la rue, tout le monde a son histoire à raconter » (p. 181).

28Une pareille approche de la littérature est insoutenable pour Louis Desnoyers. Selon lui, « tous les Français sont égaux devant la littérature comme devant la loi ; vous trouverez partout, dans les mains du banquier comme dans celles de l’artisan, sous les yeux de l’érudit comme sous ceux du vulgaire, les mêmes histoires et les mêmes romans » (p. 146). Desnoyers précise également que, pour comprendre cette nouvelle littérature, il faut se rendre compte du fait que les conditions générales de la littérature sont profondément changées. Dans une société où on ne travaille plus pour un public d’élite, mais pour tout le monde, les fresques, comme il dit, remplacent les miniatures :

Les finesses échappent aux yeux de la foule : ce qu’elle aime, ce sont des tableaux chaudement colorés, des personnages peints à grands traits, des faits largement esquissés, de vigoureux effets d’ensemble au lieu de mignonnes délicatesses, des émotions fortes au lieu de douces sensations, des passions au lieu de sentiments, du fait au lieu de l’analyse, de l’improvisation au lieu de travail (p. 145).

  • 26  Lits (Marc), « Culture médiatique, ou contamination de la culture par les médias », dans Culture d (...)

29De tout cela résultent le recul de la poésie et la popularité du roman. Desnoyers, un peu nostalgique sur ce point, s’abstient de juger ce changement. Il avance d’ailleurs ici un argument qui sera plus tard analysé par ceux qui étudient l’évolution de la culture médiatique comme un des traits majeurs de la consommation des produits culturels à l’époque moderne : « le primat accordé à l’émotion, voire à la sensation, sur la rationalité ; la réception fondée sur l’identification ou la projection plutôt que le recul critique26 ». Grâceaux représentations que le feuilleton élabore, il devient capable de transmettre, surlemondecontemporain, toutes sortes de connaissances que le lecteur peut évaluer.

Conclusion

30 En France, dès les années 1830, on constate un changement de paradigme. Désormais, les produits culturels, organisés de plus en plus selon une logique industrielle, assurent une fonction de médiation. La presse et la littérature racontent le monde et élaborent, pour le faire, une poétique de la représentation. Il convient également de ne pas oublier l’image. Je cite sur ce point les phrases de Jean-Yves Mollier :

  • 27  Mollier (Jean-Yves), « Aux origines du feuilleton dans l’espace francophone », dans Au bonheur du (...)

31« On est en effet frappé, lorsque l’on s’interroge sur ces phénomènes, par le cheminement parallèle du roman-feuilleton et de l’histoire en images, celle-ci connaissant également un véritable tournant au milieu des années 1830, sans que l’on ait pourtant pris l’habitude de relier ces phénomènes entre eux27. »

  • 28  Ibid., p. 64.

32Dès 1836, en Suisse, Rodolphe Töppfer explique son programme : il veut découper le récit en séquences pour pouvoir narrer des histoires aux plus démunis, en s’inspirant des méthodes des marchandes d’estampes. Parallèlement, en France, dans les journaux satiriques, comme La Caricature et Le Charivari, des dessinateurs telsque Daumier mettent « en intrigue iconique l’actualité politique et sociale28 ». Il semble donc que, même si on ne peut pas encore parler de l’existence d’une culture de masse, phénomène plus tardif, le dispositif d’une culture médiatique est mis en place.

  • 29  Durand (Pascal), art. cit., p. 28.

33 C’est dans ce contexte qu’il faut replacer le débat sur le roman-feuilleton, déjà travaillé par cette logique. Il peut être considéré comme une des premières prises de conscience d’un changement de paradigme ayant des conséquences littéraires et linguistiques, mais aussi culturelles. Il n’est pas surprenant non plus que ce soient justement les revues qui stigmatisent tout de suite cette nouvelle littérature, commelenote Pascal Durand : « C’est une dialectique de la distinction symbolique et sociale qu’un Sainte-Beuve et d’autres actent à leur insu [...]. Dialectique par laquelle l’institution de la littérature pour les pairs se postule et se réalise dans les esprits, sinon dans les faits, par la stigmatisation d’une littérature pour le marché29. » Stigmatisation des produits, mais aussi celle des producteurs et, plus implicitement, celle du public en voie de massification. Le discours de Sainte-Beuve sur la littérature industrielle assure ainsi une domination politique et culturelle.

  • 30  Morin (Edgar), L’Esprit du temps, Paris, Grasset, 1962, p. 14.

34 C’est à la suite de la mise en place du système médiatique que commence une autre histoire : celle de l’opposition entre les divers produits culturels consommés, lesuns par une élite, lesautres par un public de plus en plus vaste et varié. Les sociétés modernes sont devenues polyculturelles, comme l’écrit Edgar Morin : « La culture de masse à la fois intègre et s’intègre dans une réalité polyculturelle, elle se fait contenir, contrôler, censurer (par l’État, par l’Église), et en même temps, elle tend à corroder, désagréger les autres cultures30. » Ainsi de nouveaux débats surgissent-ils autour des produits des industries culturelles (les films « grand public », la BD, les nouveaux genres télévisuels ou les jeux vidéo), qui justifient la fascination ou, le plus souvent, l’inquiétude concernant les effets (supposés) de leur réception. La querelle du roman-feuilleton constitue, de ce point de vue, une première manifestation fondatrice.

Haut de page

Bibliographie

La Querelle du roman-feuilleton, Littérature, presse et politique, un débat précurseur (1836-1848), textes réunis et présentés par Lise Dumasy, Grenoble, ELLUG, 1999

Cachin (Marie-Françoise), Cooper-Richet (Diana), Mollier (Jean-Yves) et Parfait (Claire) (dir.), Au bonheur du feuilleton, Paris, Creaphis, 2007.

Mollier (Jean-Yves) Sirinelli (Jean-François) et Vallotton (François) (dir.), Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques (1860-1940), Paris, PUF, 2006.

Morin (Edgar), L’Esprit du temps, Paris, Grasset, 1962.

Thérenty (Marie-Ève), La Littérature au quotidien, Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, 2007

Haut de page

Notes

1  La Querelle du roman-feuilleton, Littérature, presse et politique, un débat précurseur (1836-1848), textes réunis et présentés par Lise Dumasy, Grenoble, ELLUG, 1999. Le titre de la présente contribution reprend un extrait d’un article de Louis Desnoyers que l’on peut notamment découvrir dans le recueil composé par Dumasy. Voir Desnoyers (Louis), « Un peu d’histoire à propos de roman », dans Le Siècle, 5 septembre 1847, cité dans Ibid., p. 127).

2  Vaillant (Alain), « Invention littéraire et culture médiatique au xixe siècle », dans Mollier (Jean-Yves) Sirinelli (Jean-François) et Vallotton (François) (dir.), Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques (1860-1940), Paris, PUF, 2006, pp. 11-22.  

3  Durand (Pascal), « De la “littérature industrielle” au “poème populaire moderne” : Filtrages médiatiques et littéraires de la “culture de masse” au xixesiècle », dans Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques (1860-1940), op. cit., pp. 23-36.

4  Chapuys-Montlaville, « Discours à la Chambre des députés, 13 juin 1843 », dans Le Moniteur universel, 14 juin 1843 ; « Discours à la Chambre des députés, 14 mars 1845 », dans Le Moniteur universel, 15 mars 1845 ; « Discours à la Chambre des députés, 6 avril 1847 », dans Le Moniteur universel, 7 avril 1847, cités dans La Querelle du roman-feuilleton, op. cit., pp. 80-86, 95-103 et 104-116. Les indications de pagination concernant les articles d’époque mentionnés dans le présent article suivent désormais la citation en renvoyant au volume édité par Lise Dumasy.

5  Girardin assure que la suppression du timbre ne change rien au phénomène et le roman-feuilleton n’est pas nuisible à la partie politique.

6  Weill (Alexandre), « La politique et la littérature. Le feuilleton et la Chambre », dans La Démocratie pacifique, 11 avril 1847, ibid., pp. 117-120.

7  Desnoyers (Louis), « Un peu d’histoire à propos de roman », dans Le Siècle, les 5, 28 et 29 septembre 1847, ibid., pp. 121-133, 134-141 et 142-154.

8  Vaillant (Alain), art. cit., p. 16.

9  Dans ce cas, cette tension n’apparaît pas d’une manière matérielle, entre le haut et le bas du journal, mais au niveau des idées et des intentions, il n’en reste moins symptomatique.

10  Thérenty (Marie-Ève), La Littérature au quotidien, Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, 2007, p. 67.

11  Les Histoires du Dauphiné sont l’œuvre de Chapuys-Montlaville, l’une des cibles de l’ironie acerbe de Desnoyers.

12  Guise (René), Le Roman-feuilleton. 1830-1848: la naissance d’un genre, doctorat ès lettres et sciences humaines, Université de Nancy II, 1974, cité par Mollier (Jean-Yves), « Aux origines du feuilleton dans l’espace francophone », dans Cachin (Marie-Françoise), Cooper-Richet (Diana), Mollier (Jean-Yves) et Parfait (Claire) (dir.), Au bonheur du feuilleton, Paris, Creaphis, 2007, pp. 53-65, pp. 53-54.  

13  Sainte-Beuve, « De la littérature industrielle », dans La Revue des Deux Mondes, 1er septembre 1839, cité dans La Querelle du roman-feuilleton, op. cit., pp. 25-43.

14  Voir la préface de Lise Dumasy, ibid., p. 5-6.

15  Mollier (Jean-Yves), art. cit., p. 55.

16  Jacques Migozzi insiste sur la phase d’expérimentation dans l’évolution du feuilleton, voir Migozzi (Jacques), « La révolution française du roman-feuilleton (1836-1848), dans Au bonheur du feuilleton, op.cit., pp. 81-94, plus particulièrement pp. 83-84.

17  À part l’article célèbre de Sainte-Beuve, on cite généralement les recueils d’Alfred Nettement (Études critiques sur le roman-feuilleton, Paris, Perrodil, 1845 et 1846). Nettement, journaliste catholique et légitimiste, recueille ici ses articles hostiles au genre parus dans La Gazette de France, journal légitimiste.

18  L. R., « Littérature. Œuvres complètes de George Sand » (premier article), dans Le Constitutionnel, 2 octobre 1839 ; « Revue littéraire. Œuvres de M. de Balzac » (premier article), dans Le Constitutionnel, 8 mai 1840 ; « Revue littéraire. Œuvres de M. de Balzac » (deuxième article), dans Le Constitutionnel, 15 juin 1840, cité dans La Querelle du roman-feuilleton, op.cit., pp. 44-49, 50-54 et 55-61.  

19  Dumasy (Lise), op.cit., p. 65.

20  Gobineau (Arthur de), « Essais de critique. Esther, Splendeurs et misères des courtisanes, par M. de Balzac », dans Le Commerce, 29 octobre 1844, cité dans La Querelle du roman-feuilleton, op.cit., pp. 87-94.  

21  Gaschon de Molènes, « Revue littéraire », dans La Revue des Deux Mondes, 15 décembre 1841,15 mars 1842, 15 juin 1843, cité dans La Querelle du roman-feuilleton, op.cit., pp. 157-183, 184-209 et 210-235.    

22  Vaillant (Alain), art. cit., p. 14.

23  Ibid., pp. 14-15.

24  Ibid., p. 19.

25  Mollier (Jean-Yves), « L’émergence de la culture de masse dans le monde », dans Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques (1860-1940), op.cit., p. 65.

26  Lits (Marc), « Culture médiatique, ou contamination de la culture par les médias », dans Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques (1860-1940), op.cit., p. 61.

27  Mollier (Jean-Yves), « Aux origines du feuilleton dans l’espace francophone », dans Au bonheur du feuilleton, op.cit., p. 55.

28  Ibid., p. 64.

29  Durand (Pascal), art. cit., p. 28.

30  Morin (Edgar), L’Esprit du temps, Paris, Grasset, 1962, p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sándor Kálai, « « Tout n’est que série, succession, suite et feuilleton ici-bas » », COnTEXTES [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 08 avril 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://contextes.revues.org/4910 ; DOI : 10.4000/contextes.4910

Haut de page

Auteur

Sándor Kálai

Université de Debrecen

Haut de page