Navigation – Plan du site
Supports de la querelle

Poétique de l’invective dans les Poèmes aristophanesques de Laurent Tailhade

Laurent Robert

Texte intégral

  • 1  L’orthographe « grouin » était en vigueur pour la première édition du recueil (Paris, Stock, 1899) (...)
  • 2  Angenot (Marc), La Parole pamphlétaire, Paris, Payot, 1982, p. 45.

1Parmi l’abondant corpus traité par Marc Angenot dans La Parole pamphlétaire, les ouvrages de Laurent Tailhade Au Pays du mufle et À travers les Grouins [sic1] constituent les seuls recueils poétiques. L’essayiste y voit une illustration du genre de la satire poétique, revivifié dès la fin du xviiie siècle avec les Iambes d’André Chénier, puis au xixe notamment par Auguste Barbier et Victor Hugo2. Tailhade pourrait ainsi, superficiellement, être considéré comme le poète satiriste de la Troisième République fin de siècle, alors qu’Auguste Barthélémy fut celui de la Monarchie de Juillet ou Victor Hugo celui du Second Empire. Certes, aucun intertexte explicite ne vient conforter l’idée d’un passage de témoin symbolique entre l’insoumis de Guernesey et l’auteur des Poèmes aristophanesques. Tout au plus soulignera-t-on que la longue pièce en terza rima « Résurrection » n’est pas dépourvue de souffle épique et recourt, comme dans certains passages des Châtiments, à l’image du Christ opprimé par de faux dévots serviteurs tant d’un pouvoir absolu que de leur propre enrichissement. Quand Victor Hugo s’exclame dans « À des journalistes de robe courte » :

Depuis dix-huit cents ans Jésus, le doux pontife,
Veut sortir du tombeau qui lentement se rompt,
Mais vous faites effort, ô valets de Caïphe,
Pour faire retomber la pierre sur son front !

2Quand, dans « Un autre », il s’en prend à Veuillot :

  • 3  Hugo (Victor), Les Châtiments, Paris, GF-Flammarion, 1998, pp. 175 et181.

Il ripaille à huis-clos, en public il sermonne,
Chante landerinette après alleluia,
Dit un pater, et prend le menton de Simone3… –

3Laurent Tailhade semble lui faire écho lorsqu’il écrit :

  • 4  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, Paris, Mercure de France, 1904, p. 89.

Ils [i.e. tes prêtres] outragent l’amour, la vie et la nature,
Ils insultent la pécheresse aux tendres yeux
Et dans le fruit naissant cachent la pourriture.
[…]
Ils  te gardent captif sous leurs voûtes croulantes
Et leur haine a planté des épines encor
Dans tes mains que des clous de rubis ensanglantent4.

  • 5  Significativement, s’il leur consacre une longue note infrapaginale, Marc Angenot exploite peu les (...)

4Les Poèmes aristophanesques ne font toutefois pas le procès d’un régime et ne s’en prennent d’ailleurs aucunement au chef de l’État – que celui-ci, d’ailleurs, se nomme Sadi Carnot, Jean Casimir-Périer ou Félix Faure. Ils posent des difficultés spécifiques, qui touchent essentiellement d’une part à la fonction de la satire dans un régime démocratique encore balbutiant et d’autre part aux formes poétiques que peut prendre cette satire – soit à sa poétique même5. Recourant quasi systématiquement à l’invective et à l’attaque ad hominem, ils mettent également en jeu la délicate question d’une postérité possible. En d’autres termes, sous le titre de Poèmes aristophanesques, qui exerce une apparente fonction de structuration et d’unification, se dissimule-t-il des textes disparates, à l’écriture circonstancielle, solubles dans la polémique, ou s’agit-il vraiment d’un ensemble cohérent, excipant d’une démarche poétique précise ? C’est cette question que nous aborderons finalement, après avoir tout d’abord décrit l’économie générale du recueil, puis après y avoir analysé les cibles et les formes de l’invective.

Portrait du poète en Aristophane funambule

  • 6  Le Jardin des rêves avait été publié chez Lemerre en 1880. Vitraux avait paru en 1891 chez Vanier.
  • 7  Tailhade (Laurent), Poèmes élégiaques, Paris, Mercure de France, 1907, pp. 60, 180 et 135.
  • 8  Laurent Tailhade a été la principale victime de l’explosion d’une bombe au restaurant Foyot, le 4 (...)

5Parus en 1904 au Mercure de France, les Poèmes aristophanesques formeront un diptyque avec les Poèmes élégiaques publiés en 1907 chez le même éditeur. Les deux volumes contiennent l’essentiel de l’œuvre poétique de Laurent Tailhade, qu’ils structurent en une dichotomie claire. Chaque ouvrage pris isolément reflète toutefois aussi l’ambiguïté esthétique de Tailhade, la variété de son écriture – sinon sa difficulté à définir pour lui-même une poétique. Reprenant notamment Le Jardin des rêves et Vitraux6, les Poèmes élégiaques sont l’œuvre d’un parnassien tout à la fois mystique, sentimental et sensuel. L’épigramme « Le tout petit enfant qui gît sous cette pierre », les « Vers pour Miss Lilian » ou encore la « Ballade mystique à Paul Verlaine, sur la douceur de pauvreté7 » y rappellent davantage la manière d’un Albert Samain ou d’un François Coppée – au premier degré – que l’écriture d’un fils lointain de Juvénal, d’un polémiste vindicatif, d’un bretteur plusieurs fois blessé en duel, voire d’un anarchiste condamné à un an de prison pour avoir encouragé le recours à la violence, et lui-même victime d’un attentat qui l’a laissé mutilé8.

6Pour leur part, les Poèmes aristophanesques regroupent essentiellement trois ensembles : « Au Pays du mufle » – sous-titré « Quatorzains d’été » –, « À travers les Groins » et « Dix-huit ballades familières pour exaspérer le mufle », auxquels s’ajoutent « Résurrection » déjà mentionné et une série de poèmes épars réunis sous l’intitulé « Quelques variations pour déplaire à forces gens ».

  • 9  Bertrand (Jean-Pierre), « La poétique du fil : Odes funambulesques de Théodore de Banville », Étud (...)

7Le titre même des Poèmes aristophanesques semble construit sur le modèle des Odes funambulesques de Théodore de Banville. Suivant l’exemple de celui qui avait préfacé Le Jardin des rêves, son premier recueil, Tailhade affecte l’exploration de deux voies poétiques distinctes, l’une grave, représentée par les Poèmes élégiaques, et l’autre satirique, railleuse, et plus légère, qu’illustrent les Poèmes aristophanesques. La différence se marque précisément dans le choix de la référence à Aristophane. Il ne s’agit plus seulement, comme l’auteur des « Occidentales », « d’adopter », selon les mots de Jean-Pierre Bertrand, « l’attitude du funambule qui regarde de haut, dans un équilibre fragile, la pitoyable comédie humaine9 » ; il s’agit de prendre parti ouvertement, il s’agit de s’engager pour dénoncer tout ce que la société contemporaine contient de bêtise, de laideur et d’injustice. Aristophane n’est pas qu’une référence érudite ; c’est, pour Tailhade, un modèle alternatif, qui signe l’orientation politique et la tonalité plus virulente du recueil. Rivalisant de verve et d’inventivité verbale avec un poète dramatique grec qui fut aussi le contempteur d’Euripide et de Socrate, les poèmes satiriques de Tailhade se donnent des cibles similaires à travers les mœurs du temps, l’imbécillité des élites politiques et militaires – en particulier dans le contexte de l’Affaire Dreyfus – et les éphémères petits maîtres et fausses idoles des milieux intellectuels et littéraires.

8Composés entre 1884 et 1894, les sonnets – « Quatorzains d’été » – d’« Au Pays du mufle » sont moins chargés d’allusions à la vie littéraire et à l’actualité politique que les poèmes d’« À travers les groins » et que les « Ballades ». En de courts tableautins, ils mettent en scène la classe moyenne parisienne, conformiste et bien-pensante, mais surtout stupide, inculte et laide. Ainsi de « Barcarolle » :

  • 10  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op.cit., p.15.

Sur le petit bateau-mouche,
Les bourgeois sont entassés,
Avec les enfants qu’on mouche,
Qu’on ne mouche pas assez.

Combien qu’autour d’eux la Seine
Regorge de chiens crevés,
Ils jugent la brise saine
Dans les Billancourts rêvés.

Et mesdames leurs épouses,
Plus laides que des empouses,
Affirment qu’il fait grand chaud

Et s’épaulent sans entraves
À des Japonais très graves
Dans leurs complets de Godchau10.

  • 11  Hilaire Van Daele définit « Empuse » comme un monstre multiforme, sorte de vampire assoiffé de san (...)
  • 12  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op.cit., pp. 20, 27, 16, 18, 12 et 21.
  • 13  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op.cit., p. 16.
  • 14  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op.cit., p.22.

9Le texte recèle les principales caractéristiques qui constituent la manière de Laurent Tailhade dans « Au Pays du mufle ». Non sans férocité ni mauvaise foi, il caricature en grossissant le trait et en généralisant (« les bourgeois sont entassés/ Avec les enfants qu’on mouche » ; « […] la Seine/ Regorge de chiens crevés »), et il mêle les allusions à la réalité parisienne contemporaine à une référence érudite. En l’occurrence, les « empouses » renvoient à Empusa, démon femelle dans la mythologie grecque, et plus particulièrement dans Les Grenouilles d’Aristophane où elle est une gardienne des enfers – ce qui souligne en outre combien le qualificatif d’« aristophanesque » pour le titre du recueil est loin de n’être qu’une coquetterie11. Du reste, un autre aspect du caractère aristophanesque des textes tient à leur trivialité ostensible : les « épouses » sont « laides » comme, dans « Place des Victoires », « les femmes laides qui déchiffrent des sonates », comme l’est dans « Initiation » la presque rimbaldienne « Vénus d’un poids énorme » « en tutu rose » qui « exhibe un mollet » ; leur progéniture « qu’on ne mouche pas assez » est décrite par ailleurs « couleur de morve et de caca » ; et, surtout, les hommes et les lieux sentent incurablement mauvais : « odeur des pieds », « caquesangue/ des enfançons », « mégot qui/ sur la langue vous fait passer comme un renvoi de Krysinska », « bourgeois qui ne sent pas le musc », « odeur de vomi », « rots édifiants », « haleine…/ [Qui] mettrait en fuite le grand khan12 ». Dans « Au Pays du mufle », Tailhade se livre à une poésie du laid, du rance, du souillé. La dégradation des corps y est dégradation d’un corps social attiré par des idéologies néfastes et passant sans vergogne d’un courant de pensée à un autre. Ainsi le bourgeois malodorant se délecte-t-il des « bouquins de Drumont édités par Savine13 » ; ainsi, ailleurs, « monsieur Benoist approuve[-t-il] les gens qui/ Ont lu Voltaire et sont aux Jésuites adverses », mais il emmène à la communion sa fille, « pucelle aux gants de filoselle », « s’émèche et tourne au calotin14 ». L’hypocrisie morale et religieuse n’épargne pas les Juifs, à travers le sonnet « En Israël », texte qu’il n’est pas possible de lire aujourd’hui sans le qualifier d’antisémite, mais qui illustre surtout la complexité et les contradictions de l’auteur – et de son époque – puisqu’il figure dans le recueil juste après « Chemin d’églogue », où est brocardé le bourgeois lecteur de Drumont, et avant les poèmes de propagande dreyfusarde – ou, plutôt, anti-antidreyfusarde – d’« À travers les Groins ».

Cibles et formes de l’invective

10Au moment de la première édition isolée d’À travers les Grouins en 1899, Laurent Tailhade est conscient que le langage utilisé dans certains textes du recueil pourrait scandaliser, puisqu’il juge une mise au point nécessaire dans une préface sous forme de « Précautions oratoires » :

  • 15  Tailhade (Laurent), À travers les Grouins, Paris, Stock, 1899, pp. 10-11.

Quelques lectrices (disons, pour n’exagérer point, une demi-douzaine) veulent bien me reprocher le manque d’urbanité de ma polémique et, surtout, proh pudor ! les termes que j’emploie. D’après elles, on compromet, par de telles violences, plutôt que l’on ne sert, la justice et la vérité. Les gros mots ne conduisent à rien, pas même au style académique. Ne pourrait-on, en un langage plus civil, dire les mêmes choses, édulcorer par un sucre de bienséances l’âpreté des invectives, la haine, et le dégoût ?
À dire le vrai, l’objection m’échappe absolument.
Elle eût consterné les écrivains les mieux famés des âges classiques : et Montaigne, et Pascal, et Molière et Saint-Simon. Je ne pense pas qu’il soit utile d’être mieux appris que M. de Voltaire pour abominer Rochefort ou sabouler Gaston Méry. La pudeur contemporaine, à laquelle je défère de mon mieux, est un sentiment tout à fait neuf, issu de l’invasion boutiquière dans nos comportements. Louis XIV, devant les duchesses, ordonnait d’arrêter son carrosse et disait au cocher pourquoi15.

  • 16  Rappelons que Tailhade était originaire du Sud Ouest. Né à Tarbes en 1854, il fit ses études secon (...)

11Composés essentiellement à partir de 1895, les poèmes d’« À travers les Groins » reflètent l’irruption de Tailhade dans l’arène politique. Pour cet amateur de tauromachie16, la poésie n’est plus une activité d’esthète ; elle est un combat, dont les enjeux dépassent tant la littérature que la vie littéraire. Et ce combat ne peut s’embarrasser de « la pudeur contemporaine », non seulement parce qu’elle contreviendrait à l’efficace du propos, mais mieux encore parce qu’elle est « contemporaine » justement et qu’elle trahit l’« invasion boutiquière », soit la propagation dans la société du temps – et, en particulier, parmi les écrivains, les journalistes et les hommes politiques – du philistinisme bourgeois. Pour combattre les antidreyfusards, puisque c’est de cela qu’il est principalement question, il faut changer de langage, il faut utiliser d’autres mots que ceux que cautionne la bienséance bourgeoise. Un des exemples les plus représentatifs de cette démarche n’est, pour une fois, pas un sonnet, mais une « Odelette (à la manière de Ronsard) » dont la conclusion est clairement ironique :

  • 17  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., p. 59.

Et c’est vraiment justice
Que ce monde obreptice
Et tous ces bougres-là
Chassent Zola17.

  • 18  Tailhade emploie le mot « nègre » non pour  désigner des gens de couleur, mais pour dénigrer des a (...)
  • 19  Le « daim » peut désigner familièrement un « homme élégant, vaniteux et crédule, recherchant la so (...)
  • 20  Les « Artons déshonorés » du texte font vraisemblablement allusion à Émile Arton. Employé de la So (...)

12Dans les douze quatrains précédents, le poète s’est  effectivement employé à énumérer et à caractériser « ces bougres-là ». La disqualification repose sur la combinaison de plusieurs procédés. Elle s’appuie tout d’abord sur l’association de figures qui, par leur statut social et leur fonction, devraient n’avoir aucune relation entre elles. Ainsi à des marginaux, à des déclassés de toutes sortes (« faussaires », « tantes », « crapules », « cocottes », « nègres18 », « daims19 », « maquereaux », « bistros », « voleur », « escarpe », « brute », et un « personnel classé/ Au quai d’Orsay ») se joignent des notabilités, des fonctions institutionnelles elles-mêmes déjà dégradées (« évêques sans scrupules », « curés », « bonnes sœurs grises/ Distillant pour les brises/ […]/ L’odeur des pieds », « magistrats » ironiquement qualifiés d’« intègres ») et des personnalités spécifiquement visées pour leur rôle dans l’Affaire Dreyfus, pour leur sympathie antidreyfusarde ou pour leur implication dans divers scandales tels que l’Affaire du canal de Panamá ou le scandale des décorations (Estherazy, Arton, Meyer, Alfred Duquet, Mézières, Loti, Cassagnac, Wilson, Gaston Jolivet20). Certains de ces personnages sont disqualifiés par le biais d’une apposition injurieuse : Estherazy est « ce gredin choisi », Cassagnac est un « Major de table d’hôte », Gaston Jolivet est « ce pur navet ». Quant à Arthur Meyer, directeur du Gaulois, journal nationaliste et antidreyfusard, il suffit, pour lui faire injure, de rappeler qu’il est un « juif catholique » arborant « ainsi qu’une relique » « la croix d’honneur ». Tailhade poursuit en étendant à tous des qualificatifs outrageants. Sa charge est à la fois antibourgeoise, antimilitariste et antinationaliste :

  • 21  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., p. 59.

Ils sont hideux et bêtes,
Ils portent sur leurs têtes
L’air brutal et sournois
Propre aux bourgeois.

Ils lèchent les derrières,
Les pattes meurtrières,
Les sabres dégainés
Des galonnés.

Tous, ruisselant d’extases,
Bénissent les ukases,
Le drapeau tricolor,
L’État-major21.

  • 22  Cf. Tournier (Maurice), « La graisse vorace. Petits mythes populaires au service des désignations (...)
  • 23  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., p. 76.
  • 24  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., p. 66.

13L’« Odelette (à la manière de Ronsard) » est le poème le plus politique d’« À travers les Groins ». Hormis dans « Chauvinisme sardinier » où sont mentionnés Boisdeffre, Pellieux et, à nouveau, Estherazy, Tailhade ne s’attaque que rarement à des protagonistes directs de l’Affaire Dreyfus, mais plutôt à des gens de plume, écrivains ou journalistes, du camp antidreyfusard. Ses cibles principales sont Drumont, Rochefort, Barrès, Coppée, Loti et Cassagnac. À propos de Rochefort, Tailhade recourt dans deux textes différents au surnom « Vascagat », qui signifie littéralement « va chier » en provençal, où il désigne de façon familière le « pot de chambre » ou bien est employé adjectivement pour « merdeux ». Le surnom était en usage non seulement pour Rochefort, mais aussi, plus globalement, pour les représentants et sympathisants du boulangisme et de la droite nationaliste, dès lors appelés les « vascagats » ou « vascagâteux22 ». Invité à « exhaler un esprit qui n’est pas sans reproche » – autrement dit à passer l’arme à gauche –, le « Marquis de Vascagat23 » ou « père Vascagat24 » se voit consacrer un sonnet entier intitulé « Rochefort aux glaviots » :

Le macrobe de L’Intransigeant, le Miché,
Vaudevilliste mûr pour les capucinades,
Reçoit du bran et des catharres en tornades
Sur son mufle où tous les bons bougres ont craché.

  • 25  Proférant donc des « capucinades », soit de « banal[s] discours de morale, à la manière des sermon (...)
  • 26  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., pp. 74-75.
  • 27  Angenot (Marc), La Parole pamphlétaire, op. cit., pp. 61-62.
  • 28  Angenot (Marc), La Parole pamphlétaire, op. cit., p. 61.
  • 29  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., pp. 78-79.

14Tailhade procède encore une fois par accumulation et par mélange de registres distincts. Au vocabulaire familier voire ordurier se mêlent un lexique rare, sinon savant, et des indications fortement contextualisées. La notation de « macrobe de L’Intransigeant » fait référence au grand âge de Rochefort et à sa longévité professionnelle, alors que l’expression « vaudevilliste mûr pour les capucinades » rappelle que le vieux moraliste pontifiant25 – au demeurant boulangiste et antisémite – fut d’abord l’auteur de pièces légères et d’opérettes écrites souvent en collaboration. En invoquant, elle aussi, la disparition de l’écrivain-cible – « Votre temps est fini, vieux pitre, ô Rochefort26 ! » –, la conclusion est conforme à l’argumentaire, toujours rudimentaire, du discours invectivant. Comme le note Marc Angenot, « l’invective prétend exclure sa victime d’une commune humanité où l’agression connaît des seuils et des limites ». Le discours se borne par conséquent à conserver, jusqu’au bout, l’« intensité meurtrière27 » initiale. Un constat similaire peut s’opérer à propos des textes qui prennent Maurice Barrès pour cible. Le poème « Les électeurs de la Meurthe et de la Moselle… », par exemple, ne dit au fond rien, si ce n’est que Barrès n’a pas été élu et que c’est bien fait pour lui. Tailhade ironise certes sur l’échec électoral (« tandis que Drumont, en Alger, fait florès,/ La Moire, le destin, l’Anankè sur Barrès/ Exercent des rigueurs à nulle autre pareilles »), mais il se concentre surtout sur sa victime qu’il attaque « à tous les niveaux, dans ses actes, ses idées, sa personne, son passé, sa vie intime » pour reprendre l’extension que Marc Angenot donne à l’invective28. Dans le même état d’esprit que l’évocation du « mufle » de Rochefort « où tous les bons bougres ont craché », Barrès est un « Intellectuel aux mâchoires sans dents » dont l’« haleine » tient du « faguenas », soit selon Littré de l’« odeur rebutante qui sort d’un corps échauffé » ou de l’« odeur d’hôpital ». Tailhade note encore qu’un « mégot à parfum de lessive,/ Un soutados puant lui gratte la gencive ». Moralement – et politiquement –, il est reproché au « pontife du Moi », d’« avoir léché le… dos clérical de Boisdeffre », d’« avoir gueulé, tel un putois, contre Zola » et d’« être », en fait, « la crème des pleutres29 ».

  • 30  Sur la carrière militaire du lieutenant de vaisseau Julien Viaud (alias Pierre Loti), cf. Quella-V (...)
  • 31  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., p. 131.
  • 32  Sur l’élection controversée de Loti à l’Académie française et sur « l’affaire Loti » qui s’ensuivi (...)
  • 33  Aziyadé a paru en 1879. Dès 1892 a couru la rumeur selon laquelle l’héroïne ottomane serait en réa (...)
  • 34  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., pp. 64 et 118.
  • 35  Quella-Villéger (Alain), Pierre Loti. Le pèlerin de la planète, op.cit., pp. 112-113.
  • 36  « Loti, loin de son frère Yves,/ Près des rives/ Qu’arrose le pont des Arts/ Vient mouiller sous l (...)
  • 37  Dans Le Géranium ovipare, Georges Fourest consacre un triolet à Pierre Loti : « Pour jouer au loto (...)
  • 38  Voir en particulier la « Ballade itérative sur la concupiscence qui nous tient du proboscide à ma (...)

15Alors qu’il n’est ni un adversaire ni un concurrent littéraire et alors qu’il n’est pas non plus très impliqué dans les débats politiques du temps, Pierre Loti est une des têtes de Turc favorites de Laurent Tailhade. Certes, Loti est un militaire – toutefois pas un haut gradé30 – et il est soutenu en littérature par Alphonse Daudet, écrivain conservateur et antidreyfusard. En réalité, il est surtout reproché à Loti d’être celui « par qui Zola s’afflige31 », c’est-à-dire d’être celui qui a empêché Zola d’être élu à l’Académie française. En 1890, Loti est déjà candidat contre Zola, avant de se désister au profit de Charles de Freycinet, alors Président du conseil et Ministre de la guerre, lequel est d’ailleurs élu. Le 21 mai 1891, Loti est élu au fauteuil d’Octave Feuillet, au terme d’une laborieuse élection qui s’apparente surtout à un long travail de sape contre le naturalisme et contre son chef de file qu’est Zola. Le discours de réception à l’Académie que Loti prononce quelques mois plus tard confirme la portée anti-naturaliste – et anti-zolienne – de son élection32. Même si la presse de l’époque y a fait largement écho, le déclenchement de « l’affaire Loti » ne suffit pas, à lui seul, à expliquer pourquoi l’auteur d’Aziyadé est devenu une cible idéale pour la verve satirique de Laurent Tailhade. Écrivain parmi les marins, marin parmi les écrivains, Loti semble être continûment en porte-à-faux, partagé entre deux institutions – l’Armée et l’Institution littéraire – qui ne l’admettent pas en leur sein sans réserve ni ironie. Il constitue une figure moyenne du monde littéraire parisien de la fin du xixe siècle – et, pour Tailhade, une figure à sa taille, accessible, car le pourfendeur des mufles et des groins se garde bien, en littérature, de s’attaquer à mieux placé que lui. L’ambiguïté des positions institutionnelles de Loti se double d’une équivoque d’ordre sexuel. Sans même éprouver le besoin d’ironiser sur l’identité sexuelle d’Aziyadé33, Tailhade met en scène, de manière unilatérale, un Loti homosexuel. Sous sa plume, l’auteur de Pêcheur d’Islande devient « la vieille Loti, plus fardé que Clitandre » ou celui qui « pour l’escadre et le régiment » « quitte Nana, voire Isabelle34 ». Dans la « Ballade de l’infantile paraguante », Tailhade mentionne un certain « Yves » et, dans la « Ballade 14 juillet », « mon frère Yve [sic] ». Il s’agit, dans les deux cas, d’allusions – à l’époque transparentes et qui tiennent presque du running gag – au récit Mon frère Yves, où Pierre Loti évoque son amitié pour Yves Kermadec, double fictionnel du marin breton Pierre Le Cor35. Si l’expression « frère Yves » peut être utilisée pour référer à Loti sans connotation sexuelle – trop – manifeste, comme c’est le cas, par exemple dans un poème de Raoul Ponchon36, chez Tailhade – de même que, plus tard, chez Georges Fourest37 –, c’est toujours du « mignon quadragénaire » ou de « ma tante Viaud38 » qu’il est question.

  • 39   Sur la « carrière » littéraire des parnassiens et leur « conquête du pouvoir symbolique », voir P (...)
  • 40  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., pp. 54-56.
  • 41  Cf. les poèmes « Chorège » (« Claudicator ayant découvert qu’il existe/ Des comtesses ailleurs qu’ (...)
  • 42  Cf. à ce propos les témoignages convergents cités par Jouanny (Robert A.), Jean Moréas : écrivain (...)

16Les autres cibles littéraires visées dans les Poèmes aristophanesques ne sont, d’un point de vue sociologique, pas très différentes de Loti. Tailhade s’attaque en effet, le plus souvent, à des auteurs dont la reconnaissance s’avère encore fragile, contestée et contestable, c’est-à-dire principalement en l’occurrence à des poètes qui n’ont pas encore reçu – et, pour la plupart, ne recevront jamais – les marques de reconnaissance symbolique et institutionnelle dont ont pu être gratifiés les acteurs majeurs de la génération parnassienne, lesquels font figure de modèle, du moins en terme de carrière possible39. Dans le double sonnet « Candidats à l’immortalité40 », Tailhade ironise d’ailleurs sur « les symbolistes, les simplistes, les romans,/ ceux qui riment à soixante ans leur pucelage » et « veulent sur leur front le diadème esthète/ […]/ Et l’orgueil des festins à douze francs par tête ». Puisant l’argument du poème dans l’élection au titre de Prince des Poètes de Léon Dierkx, à la mort de Stéphane Mallarmé en 1898, il passe en revue une succession de présumés « Candidats » déçus, assortis d’appositions qui témoignent autant de l’acuité du satiriste que de la pertinence du fin connaisseur de la littérature de son temps. Ainsi Sully-Prudhomme est-il un « barde pédagogique » et l’« honneur des Légions d’honneur », Coppée « un François d’Assise tricolore » – pour épingler avec une efficace concision un poète gentillet devenu porte-lyre nationaliste –, et Cazalis « celui qui met en strophes le Néant ». Quant à Jean Richepin, l’auteur de La Chanson des gueux, c’est « le Pierre Puget du suif, des margarines » – autrement dit le sculpteur du gras ou, pire encore, le sculpteur sans finesse. Il « donna l’être à Jéhan Rictus », lequel « peint son âme d’or sur le mur des latrines ». La seule adjonction d’un accent à « Jéhan Rictus » suffit à transformer par calembour le poète des Soliloques du pauvre en une grimace géante et, par calembour et antiphrase, en une manière de nain poétique. Quand il est à court d’arguments littéraires, Tailhade n’hésite jamais à frapper au corps, voire carrément sous la ceinture. Le très oublié Jean Rameau, ailleurs appelé « claudicator41 », est ici réduit à l’état de « boiteux pour un écu béant » alors que Moréas « le soir, au compte-goutte urine », avec une allusion aux probables soucis syphilitiques du poète42.

  • 43  Voir par exemple l’incipit de la « Ballade pour assainir la chose littéraire » : « Odeur de pieds, (...)

17Les invectives tailhadesques peuvent trouver leur origine dans un conflit personnel ou un épisode biographique ponctuel : désaccord politique avec Jean Rameau ou René Maizeroy, soupçon de plagiat de Moréas à l’encontre de Tailhade et progressive déception de ce dernier face à l’évolution poétique prise par l’auteur du Pèlerin passionné. Elles s’expliquent parfois de manière moins rationnelle : répugnance à l’encontre de Joséphin Péladan, dont il ne cesse de fustiger la puanteur43, aversion non dénuée de misogynie voire de racisme pour Marie Krysinska, décrite dans « Intimité » comme un « sujet de bordel » et appelée « Marpha Bableuska ». D’un point de vue général, cependant, Tailhade s’en prend essentiellement à des auteurs avec lesquels il pourrait entrer en concurrence et qui occupe un terrain – esthétique et institutionnel – similaire au sien. Le poème invectivant exerce, à sa façon, la même fonction que le duel : il est un moyen, au demeurant beaucoup moins risqué, sinon d’abattre l’adversaire, du moins de le moucher pour un temps – et d’affirmer sa supériorité face à ses pairs, des petits maîtres donc, des écrivains du second rang avant que d’être du second rayon.

  • 44  Sur ces faux Rimbaud, voir Le Couëdic (Stéphane), « Mitrophane Crapoussin, Arthur avant Rimbaud », (...)
  • 45  Voir Picq (Gilles), Laurent Tailhade ou De la provocation considérée comme un art de vivre, op. ci (...)
  • 46  « J’ai eu le tort de signer autrefois du nom d’Arthur Rimbaud de mauvais pastiches de sa manière, (...)

18L’hypothèse selon laquelle Tailhade ne s’attaquerait qu’à des écrivains d’une importance comparable à la sienne dans le champ littéraire paraît confortée par deux épisodes biographiques. En 1888, Tailhade – en partie avec Maurice du Plessys – compose et publie dans Le Décadent plusieurs poèmes qu’il signe « Arthur Rimbaud » – prolongeant et développant un canular entamé par Ernest Raynaud, d’abord dans Lutèce puis dans ce même Décadent44. Ne prisant guère ces faux Rimbaud, qui ne ressemblaient en rien à du Rimbaud, Verlaine fait part de son agacement dans une lettre à Tailhade45. Loin de polémiquer avec un poète déjà reconnu et estimé, Tailhade se garde de toute réaction insultante ou simplement agressive. Au contraire, il fait amende honorable dans une lettre en tout point respectueuse46. Quant aux fantaisies décadentes, souvent écrites à plusieurs mains, ce n’est désormais plus le nom d’Arthur Rimbaud qui leur tient lieu de signature, mais celui de « Mitrophane Crapoussin ».

  • 47  Dom Junipérien [Laurent Tailhade], « Simple guide-âne à l’usage des apédeutes qui désirent examine (...)
  • 48  Prononcée le 14 décembre 1894, la communication a été reprise dans Tailhade (Laurent), Masques et (...)

19Par ailleurs, à l’autre extrémité de la hiérarchie poétique fin de siècle, l’amitié entre Laurent Tailhade et Georges Fourest, commencée à la fin de 1887, tend à s’étioler à partir de 1892. En novembre 1893, dans un article du Mercure de France, Tailhade traite Fourest de « compatriote laxatif de Pourceaugnac, le plus godiche mais universel plagiaire47 » et, comme par prévention, lui attribue directement l’une de ses propres ballades, « Ballade consolative pour Celui qui n’y figurait pas », en fait une version de la « « Ballade itérative sur la concupiscence qui nous tient du proboscide à ma Tante Viaud ». Il réitère l’accusation de plagiat un an plus tard, au cours d’une « Causerie-préface pour l’ouverture des Soirées Procope48 ». Toutefois, aucun des Poèmes aristophanesques ne fait allusion à Fourest de manière injurieuse ou satirique. Il est vrai que, dans les années 1890, Fourest littérairement n’existe pas – ou presque. C’est un dilettante, un poète rentier qui peut se permettre de ne publier en revues qu’au gré de ses humeurs et dont le premier livre, La Négresse blonde, ne sortira qu’en 1909 –  soit à une époque où, pour Tailhade, tout à peu près aura été dit.

Une poétique d’arrière-garde ?

  • 49  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., pp. 126-127.
  • 50  La version initiale de la « Ballade des ballades », datant du 3 décembre 1889, avait été transcrit (...)

20Une dernière évocation de cette stratégie d’attaque des pairs dans l’Institution littéraire permet en outre d’apporter un éclairage plus précis sur la poétique à l’œuvre dans les Poèmes aristophanesques. L’une des « Dix-huit ballades familières pour exaspérer le mufle » s’intitule « Ballade des ballades49 », comme s’il s’agissait de la ballade la plus importante du recueil ou d’une ballade à finalité métapoétique – ou a contrario, de manière ironique,comme si cette ballade devait être jugée aussi dérisoire que le poète qu’elle éreinte, un certain « Tancrède Machin ». Qualifié de « Marseillais » à « la face poupine », le Tancrède en question n’est autre que Tancrède Martel, comme le confirme une version non publiée de la ballade, où le nom du poète figure en toutes lettres50. Non seulement le refrain est injurieux (« Tancrède Machin est un sot »), mais il rime avec des mots en -con (« rythme qu’on », « Picon », « boucon », « faucon »), ce qui double à chaque fois l’injure par calembour. En réalité, Tailhade n’avait pas grand-chose à reprocher à Martel – pas même sa sottise –, si ce n’est d’avoir exprimé les mêmes visées esthétiques et d’avoir affiché les mêmes ambitions littéraires. Méridional monté à Paris – comme Tailhade –, Tancrède Martel s’est fait connaître par la publication de deux recueils de poèmes, Folles Ballades (en 1879) et Poèmes à tous crins (en 1887), qui certes trahissent l’influence du Banville des Odes funambulesques, mais pour lesquels le poète a aussi tenu à se donner d’autres références. Ainsi, dans la « Préface » des Folles Ballades place-t-il sa démarche ni plus moins que dans la lignée de celle de François Villon :

  • 51  Martel (Tancrède),  Folles ballades, Paris, A. Quantin et Cie, 1879, pp. V-VI.

[…] le plus grand d’entre les rois de ce poème à forme fixe est incontestablement ce va-nu-pieds de François Villon, robuste nature poétique, espèce de truand de l’art, dont les succulentes œuvres feront longtemps encore l’étonnement et la joie des véritables lettrés. […] Qu’y a-t-il de plus mélancolique au monde que la Ballade des dames du temps jadis ? Où trouverez-vous plus d’art, de larmes et de passion que dans cette chaude esquisse païenne qui a nom la Ballade de Villon et de la grosse Margot51 ?

21Pour les auteurs de ballades de dernier quart du xixe siècle, la référence à François Villon tient du lieu commun. Elle est présente chez Banville dans le « Dizain au lecteur » et l’« Avant-propos » des Trente-six Ballades joyeuses ou chez Jean Richepin par le biais d’une « Ballade François Villon » dans La Chanson des gueux. Chez Tailhade, elle se fait jour dans une lettre à Georges Fourest, datée du 12 septembre 1891, où le poète émet l’idée que l’auteur de La Négresse blonde serait influencé par « Coppée Martel (!) et Cros », alors que lui-même n’aurait d’autre référence et d’autre maître que Villon :

  • 52  Lettre de Laurent Tailhade à Georges Fourest du 12 septembre 1891 (collection inédite de Marc Bina (...)

Pour moi j’ai tenté de mettre dans la Ballade tout autre chose que Banville ou Richepin (médiocres tous deux en ce poëme trop serré pour leur abondante rhétorique) : c’est de Villon presque seul que je pourrais me réclamer, lui si vigoureux dans la grosse Margot et franchement imprécatoire contre les médisants du royaume de France52.

  • 53  Décaudin (Michel), « Avant-garde politique, arrière-garde poétique », dans Les Arrières-gardes au (...)
  • 54  Michel Décaudin a montré l’arrière-gardisme poétique de petites revues socialisantes du début du x (...)
  • 55  Voir encore dans la lettre à Fourest déjà citée : « C’est la haine contre la platitude, la bassess (...)
  • 56  Rappelons la note que Banville avait jugé utile de placer au début de ses satires « Évohé – Némési (...)

22La sottise de Martel est donc d’abord une proximité. Si Martel « est un sot » ou, plus exactement, si Tailhade doit écrire que Martel « est un sot », c’est essentiellement parce que ce dernier s’est placé sur un terrain que l’auteur des Poèmes aristophanesques souhaitait occuper de manière exclusive : celui de la ballade à tonalité prosaïque et satirique. Tailhade s’illusionne ici en ne voyant pas – ou en feignant de ne pas voir – le caractère déjà anachronique, sinon arrière-gardiste de sa démarche. Il n’est certes pas d’arrière-garde parce qu’il se propose de réactiver des formes poétiques du passé, mais parce qu’il le fait en épigone, voire en épigone d’épigone, et à un moment où, bientôt, cela ne se fera plus. Comme le souligne Michel Décaudin, l’arrière-garde, notamment poétique, est ambiguë ; elle « regarde derrière elle – c’est sa mission –, mais tout en avançant avec le gros de la troupe53 ». Elle l’est aussi à un autre titre, dans la mesure où elle peut être porteuse d’idées politiques avancées, avant-gardistes en d’autres termes54. Anarchiste, défenseur de Dreyfus et de Zola, mais encore parnassien, serviteur sourcilleux de la ballade et du sonnet, admirateur de Villon, de Rabelais et des satiristes latins, Laurent Tailhade semble reproduire en tous points ces ambiguïtés dans les Poèmes aristophanesques. Les commentaires métapoétiques qui émaillent sa correspondance font apparaître un auteur pleinement conscient de la poétique qu’il est en train de construire, mais totalement aveugle sur son actualité ou son originalité55. À la différence d’un Banville sans illusion sur la postérité de ses Odes funambulesques56, à la différence d’un Fourest qui s’amusera de son anachronisme et de son insuccès dans Le Géranium ovipare, Laurent Tailhade semble ignorer que le temps littéraire passe – jusqu’à dépasser le poète méticuleux.

  • 57  Desnos (Robert), Destinée arbitraire, Paris, Gallimard, « Poésie/Gallimard », 1975, p. 15. Les ver (...)

23Si la parution en 1904 des Poèmes aristophanesques a permis à des ensembles satiriques diversifiés de s’organiser en œuvre, l’écrin qu’elle leur a offert s’est mué, très vite, en tombeau. Les victimes des flamboyantes invectives tailhadesques et Tailhade lui-même sont entrés dans l’oubli. Les poètes ont cherché d’autres mots, d’autres formes, et se sont échauffés pour d’autres conflits, majeurs ou non. Seul Robert Desnos, à l’aube de son œuvre, sans ironie ni invective, s’est souvenu « qu’il fallait chanter ;/ Laurent Tailhade, Apollinaire57 ».

Haut de page

Bibliographie

Angenot (Marc), La Parole pamphlétaire, Paris, Payot, 1982.

Aristophane, Théâtre, Paris, Les Belles Lettres, 1956.

Banville (Théodore de), Poésies complètes. Tome I. Odes funambulesques, Paris, Eugène Fasquelle Éditeur, 1909.

Bertrand (Jean-Pierre), « La poétique du fil : Odes funambulesques de Théodore de Banville », Études françaises, 43, 2, 2007, pp.73-83.

Décaudin (Michel), « Avant-garde politique, arrière-garde poétique », dans Les Arrières-gardes au xxe siècle, sous la direction de William Marx, Paris, PUF, 2004, pp.103-115.

Desnos (Robert), Destinée arbitraire, Paris, Gallimard, « Poésie/Gallimard », 1975.

Fourest (Georges), Le Géranium ovipare, Paris, José Corti, 1993.

Dom Junipérien [Laurent Tailhade], « Simple guide-âne à l’usage des apédeutes qui désirent examiner avec fruit l’exposition des Portraits du prochain siècle », Le Mercure de France, novembre 1893, pp.236-244.

Grojnowski (Daniel), La Muse parodique, Paris, José Corti, 2009.

Hugo (Victor), Les Châtiments, Paris, GF-Flammarion, 1998.

Jouanny (Robert A.), Jean Moréas : écrivain français, Paris, Minard, 1969.

Le Couëdic (Stéphane), « Mitrophane Crapoussin, Arthur avant Rimbaud », Les Mystifications littéraires. Actes du Quatrième Colloque des Invalides 1er décembre 2000, Tusson, Du Lérot, éditeur, 2001, pp.127-150.

Martel (Tancrède),  Folles ballades, Paris, A. Quantin et Cie, 1879.

Picq (Gilles), Laurent Tailhade ou De la provocation considérée comme un art de vivre, Paris, Maisonneuve & Larose, 2001.

Ponton (Rémi), « Programme esthétique et accumulation de capital symbolique. L’exemple du Parnasse », Revue française de Sociologie, XIV, 1973, pp.202-220.

Quella-Villéger (Alain), Pierre Loti. Le pèlerin de la planète, 1998, Bordeaux, Éditions Aubéron.

Tailhade (Laurent), À travers les Grouins, Paris, Stock, 1899.

Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, Paris, Mercure de France, 1904.

Tailhade (Laurent), Poèmes élégiaques, Paris, Mercure de France, 1907.

Tailhade (Laurent) Masques et visages, Paris, Éditions du Monde moderne, 1925.

Tailhade (Laurent), Imbéciles et gredins, Paris, Robert Laffont, 1969.

Tailhade (Laurent), Au Pays du mufle, Châlons-en-Champagne, Cynthia 3000, 2009.

Tailhade (Laurent), La Corne et l’épée, Bordeaux, Le Festin, 2011.

Tournier (Maurice), « La graisse vorace. Petits mythes populaires au service des désignations sociopolitiques à la fin du 19e siècle », Langage et Société n°113, 2005, pp.93-123.

Tournier (Maurice), Des Noms et des gens en République (1879-1914), Paris, L’Harmattan, 2010.

Haut de page

Notes

1  L’orthographe « grouin » était en vigueur pour la première édition du recueil (Paris, Stock, 1899). Pour la section des Poèmes aristophanesques, c’est « À travers les Groins » qui a prévalu.

2  Angenot (Marc), La Parole pamphlétaire, Paris, Payot, 1982, p. 45.

3  Hugo (Victor), Les Châtiments, Paris, GF-Flammarion, 1998, pp. 175 et181.

4  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, Paris, Mercure de France, 1904, p. 89.

5  Significativement, s’il leur consacre une longue note infrapaginale, Marc Angenot exploite peu les poèmes satiriques de Tailhade, se référant davantage aux proses polémiques d’Imbéciles et gredins (cf. La Parole pamphlétaire, passim). Sans doute est-il suggéré par là que les Poèmes aristophanesques soulèvent moins de questions en tant que discours pamphlétaire qu’en tant que texte poétique.

6  Le Jardin des rêves avait été publié chez Lemerre en 1880. Vitraux avait paru en 1891 chez Vanier.

7  Tailhade (Laurent), Poèmes élégiaques, Paris, Mercure de France, 1907, pp. 60, 180 et 135.

8  Laurent Tailhade a été la principale victime de l’explosion d’une bombe au restaurant Foyot, le 4 avril 1894. Il a enduré toute sa vie d’importantes séquelles de cet attentat, qui ne le visait peut-être pas, mais qui est entré en résonance avec une déclaration qu’il a commise lors d’un  banquet de La Plume et qu’a reproduite Le Journal peu après l’attentat d’Antoine Vaillant à la Chambre des Députés, le 9 décembre 1893 : « Qu’importent les victimes si le geste est beau ? Qu’importe la mort des vagues humanités, si par elle, s’affirme l’individu ? ». En septembre 1901, son article du Libertaire « Le triomphe de la domesticité » est un véritable appel au meurtre du Tsar. Il lui vaut un an de prison (réduit à six mois, grâce notamment à une pétition signée par de nombreux écrivains et intellectuels dont Anatole France, Octave Mirbeau, Camille Lemonnier, Maurice Maeterlinck, Saint-Pol-Roux et Émile Zola). Par ailleurs, Laurent Tailhade a enchaîné les duels à partir de 1895, principalement contre des antidreyfusards. Le 29 juin 1895, il est blessé à la main dans un duel contre le journaliste antisémite d’Elissagaray. Le 17 octobre 1898, il se bat à l’épée contre Maurice Barrès et est gravement blessé au bras. Sur les détails de la vie tumultueuse de Laurent Tailhade, voir la somme de Picq (Gilles), Laurent Tailhade ou De la provocation considérée comme un art de vivre, Paris, Maisonneuve & Larose, 2001. « Le Triomphe de la domesticité » a été repris dans Tailhade (Laurent), Imbéciles et gredins, Paris, Robert Laffont, 1969, pp. 219-228.

9  Bertrand (Jean-Pierre), « La poétique du fil : Odes funambulesques de Théodore de Banville », Études françaises, 43, 2, 2007, p. 77.

10  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op.cit., p.15.

11  Hilaire Van Daele définit « Empuse » comme un monstre multiforme, sorte de vampire assoiffé de sang, envoyé par Hécate pour effrayer les hommes (Aristophane, Théâtre, Paris, Les Belles Lettres, 1956, p.966). Dans Les Grenouilles, Aristophane écrit qu’« elle prend toutes les formes, tantôt bœuf, tantôt mulet, puis femme ravissante », et aussi qu’« elle a une jambe d’airain » et « l’autre de bouse » (op.cit., pp.700-701, traduction Hilaire Van Daele).

12  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op.cit., pp. 20, 27, 16, 18, 12 et 21.

13  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op.cit., p. 16.

14  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op.cit., p.22.

15  Tailhade (Laurent), À travers les Grouins, Paris, Stock, 1899, pp. 10-11.

16  Rappelons que Tailhade était originaire du Sud Ouest. Né à Tarbes en 1854, il fit ses études secondaires à Toulouse, Pau et Tarbes. Étudiant peu assidu, il fréquenta – aussi peu que possible – la Faculté de droit de Toulouse, où il rencontra Georges Fourest, futur auteur de La Négresse blonde. Il vécut plusieurs années à Bagnères-de-Bigorre, avant de s’installer à Paris. Ses chroniques défendant la corrida ont été réunies sous le titre La Corne et l’épée (Bordeaux, Le Festin, 2011. Préface de Stéphane Taurand. Postface de Gilles Picq).

17  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., p. 59.

18  Tailhade emploie le mot « nègre » non pour  désigner des gens de couleur, mais pour dénigrer des adversaires qui ont une origine – quelquefois vaguement – méridionale. Moréas est dès lors « plus nègre que ce freux où vit le preux Artus » et Georges d’Esparbès fait l’objet d’un poème intitulé « Autre moricaud », où il est noté en conclusion qu’« il partage avec Paul Granier de Cassagnac/ L’honneur d’être un nègre antisémite » (Poèmes aristophanesques, op. cit., pp. 55 et 81).

19  Le « daim » peut désigner familièrement un « homme élégant, vaniteux et crédule, recherchant la société des demi-mondaines » ou une « personne stupide, sotte, du beau monde » (TLFI).

20  Les « Artons déshonorés » du texte font vraisemblablement allusion à Émile Arton. Employé de la Société de dynamite, dont le principal client était la Compagnie du canal de Panamá, Arton versa des pots-de-vin à des ministres et à des parlementaires afin d’obtenir leur vote sur l’ouverture de l’emprunt à lots censé sauver l’entreprise du canal de Panamá. Alfred Duquet (1842-1916) était un écrivain militaire et un historien spécialiste des guerres du Second Empire. Admirateur de Zola, il s’opposa toutefois à celui-ci dans l’Affaire Dreyfus. Alfred Mézières (1826-1915) fut député de Meurthe-et-Moselle de 1885 à 1898. Nationaliste, passionné par les questions militaires, il était opposé à la révision du procès de Dreyfus. Daniel Wilson (1840-1919) fut député et sous-secrétaire d’État aux Finances. Gendre du Président de la République Jules Grévy, il entraîna la démission de son beau-père en 1887, en se rendant coupable d’un important trafic de décorations au sein même de l’Élysée. Gaston Jolivet (1842-1927) était journaliste, notamment au Gaulois, et dramaturge.

21  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., p. 59.

22  Cf. Tournier (Maurice), « La graisse vorace. Petits mythes populaires au service des désignations sociopolitiques à la fin du 19e siècle », Langage et Société n°113, 2005, p.111 ; et Tournier (Maurice), Des Noms et des gens en République (1879-1914), Paris, L’Harmattan, 2010, p. 166.

23  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., p. 76.

24  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., p. 66.

25  Proférant donc des « capucinades », soit de « banal[s] discours de morale, à la manière des sermons de capucin » (TFLI).

26  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., pp. 74-75.

27  Angenot (Marc), La Parole pamphlétaire, op. cit., pp. 61-62.

28  Angenot (Marc), La Parole pamphlétaire, op. cit., p. 61.

29  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., pp. 78-79.

30  Sur la carrière militaire du lieutenant de vaisseau Julien Viaud (alias Pierre Loti), cf. Quella-Villéger (Alain), Pierre Loti. Le pèlerin de la planète, 1998, Bordeaux, Éditions Aubéron, pp. 259-280.

31  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., p. 131.

32  Sur l’élection controversée de Loti à l’Académie française et sur « l’affaire Loti » qui s’ensuivit, cf. Quella-Villéger (Alain), Pierre Loti. Le pèlerin de la planète, op.cit., pp. 193-201.

33  Aziyadé a paru en 1879. Dès 1892 a couru la rumeur selon laquelle l’héroïne ottomane serait en réalité un homme. Cf. Goncourt (Edmond de), Journal, t. XVIII, 6 avril 1892, cité par Quella-Villéger (Alain), op. cit., p.77. L’hypothèse serait contredite par le journal intime de Julien Viaud (Quella-Villéger, op. cit., p. 78).

34  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., pp. 64 et 118.

35  Quella-Villéger (Alain), Pierre Loti. Le pèlerin de la planète, op.cit., pp. 112-113.

36  « Loti, loin de son frère Yves,/ Près des rives/ Qu’arrose le pont des Arts/ Vient mouiller sous la Coupole/ Nécropole/ Où dorment nos vieux lézards » (poème paru dans Le Courrier français du 17 avril 1892, cité par Quella- Villéger, op. cit., p. 213).

37  Dans Le Géranium ovipare, Georges Fourest consacre un triolet à Pierre Loti : « Pour jouer au loto Loti/ estimait surtout le frère Yves./ […]/ En vain les filles de Loth i-/ raient le chatouiller sur les rives » (Fourest (Georges), Le Géranium ovipare, Paris, José Corti, 1993, p. 89).

38  Voir en particulier la « Ballade itérative sur la concupiscence qui nous tient du proboscide à ma tante Viaud » dont le refrain est : « Je veux voir la trogne à Loti » (Poèmes aristophanesques, op. cit., pp. 128-129).

39   Sur la « carrière » littéraire des parnassiens et leur « conquête du pouvoir symbolique », voir Ponton (Rémi), « Programme esthétique et accumulation de capital symbolique. L’exemple du Parnasse », Revue française de Sociologie, XIV, 1973, pp. 202-220.

40  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., pp. 54-56.

41  Cf. les poèmes « Chorège » (« Claudicator ayant découvert qu’il existe/ Des comtesses ailleurs qu’aux romans de Balzac,/ A chaussé des gants paille et revêtu le frac:/ On le prendrait, tant il est beau, pour un dentiste ») et « Quatorzain d’hiver » sous-titré « À la louange de claudicator le bénévole » (Poèmes aristophanesques, op. cit., pp. 43-46). Dans son édition d’Au Pays du mufle, Gilles Picq rappelle que « Jean Rameau était affecté d’une légère claudication » (Tailhade (Laurent), Au Pays du mufle, Châlons-en-Champagne, Cynthia 3000, 2009, p. 33).

42  Cf. à ce propos les témoignages convergents cités par Jouanny (Robert A.), Jean Moréas : écrivain français, Paris, Minard, 1969, pp.60-61. Moréas a lui-même évoqué la syphilis dans un poème de 1883 : « Mais j’oublie, insensé, le mal qui me torture,/ […]/ C’est cette belladone affreuse de garni/ Ce lys de siphilis [sic], ce cadavre sans âme » (La Nouvelle Lune, 1er avril 1883, cité par Jouanny, op. cit., p. 61).

43  Voir par exemple l’incipit de la « Ballade pour assainir la chose littéraire » : « Odeur de pieds, senteur de bouches,/ Et ridicule énormément,/ C’est Péladan Tueur-de-Mouches » (Poèmes aristophanesques, op. cit.,  p. 118).

44  Sur ces faux Rimbaud, voir Le Couëdic (Stéphane), « Mitrophane Crapoussin, Arthur avant Rimbaud », Les Mystifications littéraires. Actes du Quatrième Colloque des Invalides 1er décembre 2000, Tusson, Du Lérot, éditeur, 2001, pp. 127-150.

45  Voir Picq (Gilles), Laurent Tailhade ou De la provocation considérée comme un art de vivre, op. cit., pp. 248-249; et Le Couëdic (Stéphane), « Mitrophane Crapoussin, Arthur avant Rimbaud », p. 130. Les textes de Mitrophane Crapoussin ont été repris par Grojnowski (Daniel) dans son anthologie La Muse parodique (Paris, José Corti, 2009, pp. 397-405).

46  « J’ai eu le tort de signer autrefois du nom d’Arthur Rimbaud de mauvais pastiches de sa manière, embellis de gloses en style décadent, mais je me suis abstenu avec scrupule de cette irrévérence depuis que vous avez bien voulu me faire connaître le déplaisir que vous en ressentiez » (lettre du 14 mars 1889, citée par Picq, op. cit., p. 249).

47  Dom Junipérien [Laurent Tailhade], « Simple guide-âne à l’usage des apédeutes qui désirent examiner avec fruit l’exposition des Portraits du prochain siècle », Le Mercure de France, novembre 1893, pp. 236-244. Rappelons que, dans Monsieur de Pourceaugnac de Molière, le personnage de balourd provincial qui donne son titre à la pièce est un avocat originaire de Limoges, soit exactement ce qu’est aussi Fourest.

48  Prononcée le 14 décembre 1894, la communication a été reprise dans Tailhade (Laurent), Masques et visages, Paris, Éditions du Monde moderne, 1925, p. 141.

49  Tailhade (Laurent), Poèmes aristophanesques, op. cit., pp. 126-127.

50  La version initiale de la « Ballade des ballades », datant du 3 décembre 1889, avait été transcrite sur la page de garde de l’exemplaire appartenant à Fourest des Poèmes à tous crins de Tancrède Martel (information fournie par Yannick Beaubatie et reprise par Gilles Picq dans son édition d’Au Pays du mufle, op. cit., p. 87).

51  Martel (Tancrède),  Folles ballades, Paris, A. Quantin et Cie, 1879, pp. V-VI.

52  Lettre de Laurent Tailhade à Georges Fourest du 12 septembre 1891 (collection inédite de Marc Binazzi ; c’est Tailhade qui souligne).

53  Décaudin (Michel), « Avant-garde politique, arrière-garde poétique », dans Les Arrières-gardes au xxe siècle, sous la direction de William Marx, Paris, PUF, 2004, p. 104.

54  Michel Décaudin a montré l’arrière-gardisme poétique de petites revues socialisantes du début du xxe siècle (art. cité, pp. 103-115).

55  Voir encore dans la lettre à Fourest déjà citée : « C’est la haine contre la platitude, la bassesse, le puffisme et la lâcheté dont les âmes de ce temps-ci portent les boueux stigmates qui m’a soufflé ces poëmes aucunement jolis mais d’une forme que je crois neuve et d’une indignation si ardente qu’il faut bien qu’elle viole les mémoires. » (12 septembre 1891).  Dans un esprit similaire – et à titre seulement d’exemple –, le 11 août 1888, Tailhade écrivait au même Fourest à propos du sonnet « Troisième sexe » qui égratignait Jean Lorrain : « Mon ami Georges vous êtes un grand misérable d’aimer moins « Troisième sexe » la perle, j’ose dire, et la fleur et le paradigme du genre quatorzain. Outre la pensée communiquée à ce jocrisse, je pensais avoir pondu un chef d’œuvre […] » (collection inédite de Marc Binazzi ; c’est Tailhade qui souligne).

56  Rappelons la note que Banville avait jugé utile de placer au début de ses satires « Évohé – Némésis intérimaire » : « Rien de plus difficile que de faire comprendre, après dix ans, une plaisanterie parisienne. Autant vouloir transvaser cette essence de roses que Smyrne enferme dans des flacons bariolés d’or. Ici ce sont les vivants qui vont le plus vite ! […] Mais tout cela semble aujourd’hui s’être passé avant la guerre de Troie. O neiges d’antan » (Banville (Théodore de), Poésies complètes. Tome I. Odes funambulesques, Paris, Eugène Fasquelle Éditeur, 1909, p. 184).

57  Desnos (Robert), Destinée arbitraire, Paris, Gallimard, « Poésie/Gallimard », 1975, p. 15. Les vers cités proviennent de « Dédicace », premier poème du recueil Prospectus (1919), inédit du vivant de l’auteur.  Un peu plus loin dans le recueil, Desnos écrit : « Il est mort notre Apollinaire/ et mort aussi Laurent Tailhade » (op. cit., p. 20). Le poème est daté du « 5.11.19 », soit de quatre jours après la mort de Tailhade, emporté par une congestion pulmonaire le 1er novembre 1919 à Combs-la-Ville. Tout cela est lourd de sens. Dans une manière de passage de témoin, le premier livre de Robert Desnos se donne comme le premier recueil de poèmes écrit après la mort de Laurent Tailhade, auquel il rend hommage. La mordante verve de Tailhade semble encore animer plusieurs poèmes engagés, composés par Desnos durant la Seconde Guerre mondiale, notamment « Le legs » (« […] C’est la racaille/ Un Laval, un Pétain, un Bonnard, un Brinon,/ Ceux qui savent trahir et ceux qui font ripaille », op. cit., p. 223) et « Maréchal Ducono » (« C’est tarte, je t’écoute, à quatre-vingt-six berges,/ De se savoir vomi comme fiotte et faux derge/ Mais tant pis pour son fade, il aurait dû clamser », op. cit., p. 216).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Robert, « Poétique de l’invective dans les Poèmes aristophanesques de Laurent Tailhade », COnTEXTES [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 07 avril 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://contextes.revues.org/4914 ; DOI : 10.4000/contextes.4914

Haut de page

Auteur

Laurent Robert

Haute École de la Communauté française en Hainaut

Haut de page