Navigation – Plan du site
Supports de la querelle

Les comptes rendus de Durkheim à L’Année sociologique

Entre certitudes et incertitudes, polémiques et controverses
Matthieu Béra

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Wittgenstein (Ludwig), De la certitude, Paris, Gallimard, 1965 (1958 en anglais), proposition 98.

« Proposition 98. Ce qui est juste, c’est ceci : la même proposition peut être traitée à un moment comme ce qui est à vérifier par l’expérience, à un autre moment comme une règle de la vérification1. »

Les comptes rendus de L’Année sociologique : un corpus encore largement sous-exploité

  • 2  L’ampleur exacte du corpus est à affiner, à nuancer, notamment si l’on tient compte des problèmes (...)

1Émile Durkheim (1858-1917) contribua pour une très grande part à alimenter en critiques bibliographiques L’Année sociologique, revue dont le premier numéro parut en 1898 et qu’il dirigea pendant quinze ans. Il rédigea une quarantaine de comptes rendus par numéro, de tailles et importances inégales, et plus de cinq cents sur l’ensemble de la période (voir annexe : tableau 1). Au total, les critiques de Durkheim représentent un corpus de près de mille pages, ou encore l’équivalent d’un des douze volumes de la revue2.

  • 3  Dans ce qui suit, il sera question indistinctement de « critiques », de « reviews », de « comptes (...)
  • 4  Müller (Bertrand), Lucien Febvre, lecteur et critique, Paris, Albin Michel, 2003.
  • 5  Lukes (Steven), Émile Durkheim. His life and work. A historical and critical study, London, Allen (...)
  • 6  Voir Durkheim (Émile), Textes, volume 3, édition établie par Karady (Victor), Paris, Minuit, 1975, (...)
  • 7  Besnard (Philippe), « La formation de l’équipe de L’Année sociologique », dans Études durkheimienn (...)

2Les contours d’un « compte rendu » d’ouvrage peuvent être définis de plusieurs manières3. Pour certains, tel Bertrand Müller, l’on peut parler d’un « compte rendu » dès que la simple mention bibliographique s’accompagne d’une seule ligne de recension4. Dans sa bibliographie de référence, Steven Lukes retient pour sa part tous les comptes rendus d’ouvrages qui font plus de six lignes5. Victor Karady, quant à lui, exclut les « notices bibliographiques rapides » ne dépassant pas les dix lignes6. Philippe Besnard, enfin, propose de distinguer les « analyses » ou « full reviews » d’une page ou plus (il en a dénombré 282 dans le cas de Durkheim), les « notices » ou « short notes » de six lignes à une page (216) et les « notules » ou « notices » de moins de six lignes (154)7. Je reprends dans cet article la définition de Bertrand Müller dans la mesure où, dès que le compte rendu dépasse le simple signalement d’une parution, il permet l’expression d’un jugement.

3Le but de ces comptes rendus fut énoncé par Durkheim dans la préface du premier volume de la revue : trier le bon grain de l’ivraie. Négativement parlant, ceci impliquait de débusquer et de traquer la littérature « pseudo-scientifique ». Formulé de manière positive, il s’agissait de rechercher dans toutes les disciplines (droit, psychologie, philosophie, histoire, économie, ethnologie, etc.), à travers les parutions du monde entier (États-Unis, Allemagne, Italie, Angleterre, parfois ailleurs), les bases sur lesquelles devait s’édifier une véritable sociologie scientifique. Cet objectif ressort clairement des orientations méthodologiques que Durkheim donna à ce travail de recension :

  • 8  Conseil de rédaction donné par Durkheim à son neveu Marcel Mauss, Durkheim (Émile), Lettres à Maus (...)

Il faut dégager notre critique des procédés ordinaires ; notre but n’est pas de distribuer des éloges et des blâmes, des bons et des mauvais points, mais de chercher dans les livres le résidu qui en peut être gardé […] Il me paraît inutile de perdre une page à dire qu’un livre est mauvais. Qu’il signale l’insuffisante documentation, qu’il indique des erreurs précises afin d’empêcher qu’elles ne se propagent […] Mais cela peut être fait brièvement et les erreurs mêmes ne doivent être combattues que si on juge qu’elles méritent de l’être8.

  • 9  Lettre à Bouglé, 20 juin 1897, dans Durkheim (Émile), Textes, volume 2, édition établie par Karady (...)

Il faut, ne le pensez-vous pas, renoncer aux procédés actuels de la critique, qui consiste trop à voir l’auteur sous l’ouvrage et à classer les talents au lieu de noter les résultats et leur importance […]. Il faut qu’on trouve dans notre Année, comme un tableau de ce qu’a été la production proprement sociologique, de son intensité comme de sa qualité. À cet égard, les produits médiocres doivent être notés ; ils sont un élément de l’ensemble, à leur façon9.

  • 10  Durkheim (Émile), « Préface », L’Année sociologique, volume 1, 1898. Cette préface peut donc être (...)

Le critique doit se faire le collaborateur de son auteur et son collaborateur reconnaissant : car si peu de choses qu’il reste d’un livre, c’est autant d’acquis pour la science10.

  • 11  La leçon inaugurale de novembre 1887 a été rééditée dans Durkheim (Émile), La Science sociale et l (...)

4Les notes de lecture de L’Année sociologique participaient aussi, néanmoins, de la conception « impérialiste » de la sociologie qu’avait Durkheim, telle qu’il l’avait affichée dix ans auparavant lors de sa leçon inaugurale de Bordeaux en 1887. Au cours de cette leçon pleine d’audace, ce jeune enseignant de vingt-neuf ans, doctorant et agrégé de philosophie, avait proposé de faire de la sociologie « la matrice de toutes les sciences sociales »11. Il demanda ainsi aux économistes, dont la discipline avait déjà sa place à l’université, de se ranger derrière la sociologie, qui n’obtint pourtant sa première chaire qu’en 1913 à la Sorbonne. Cet autre objectif rendait évidemment Durkheim agressif ou du moins conquérant. Sa prose ne pouvait que s’en ressentir.

  • 12  Voir Clark (Terry), Prophets and Patrons. The French University and the emergence of the Social Sc (...)
  • 13  Voir Besnard (Philippe), art. cit.
  • 14  Les Règles de la méthode sociologique (1894/1895) reçurent un accueil très critique. Voir Mucchiel (...)

5Dans le travail de recension de L’Année sociologique, Durkheim fut soutenu par une équipe d’une cinquantaine d’auteurs au total – groupe qu’on a vite appelé « l’école française de sociologie » – et dont certains membres sont devenus célèbres (Célestin Bouglé, Maurice Halbwachs, François Simiand, Marcel Mauss…)12. Ils recensèrent ensemble près de cinq milles articles et ouvrages et en signalèrent autant sans les commenter13. Ce dispositif permit à l’équipe une gestion collective des échanges scientifiques. Les différents membres n’eurent ainsi pas à subir individuellement des critiques sévères, comme cela avait été le cas antérieurement pour Durkheim lui-même, à l’occasion de ses trois ouvrages, et en particulier des Règles de la méthode sociologique14.

  • 15  Mauss et Durkheim furent par ailleurs tous les deux des théoriciens des classifications. Voir nota (...)

6Durkheim organisa la répartition du travail entre les collaborateurs, en divisant la revue en sections, à la tête desquelles il nomma les responsables. Il s’adjugea le gros de la troisième section, intitulée « Sociologie morale et juridique », dans laquelle étaient recensés les travaux qui traitaient du droit en général, des systèmes juridiques, de l’organisation politique, de l’organisation domestique (i.e. la famille), des droits de la propriété, des obligations ou encore du droit pénal et international. La première section « Sociologie générale » était confiée à Célestin Bouglé, ce qui n’interdisait pas Durkheim d’y contribuer occasionnellement. La seconde, consacrée à la « Sociologie religieuse », qu’il jugeait la plus importante de toutes, était confiée à son neveu Marcel Mauss, qui travaillait en binôme avec Henri Hubert. Il n’y écrivit lui-même qu’exceptionnellement. La quatrième section, dédiée à la sociologie criminelle et à la statistique morale, fut longtemps tenue par Gaston Richard, même si Durkheim y fit aussi quelques excursions. La cinquième concernait la « Sociologie économique » et revint à François Simiand. Durkheim n’y écrivit jamais. Il y en avait une sixième (« morphologie sociale ») qu’il tint en partie jusqu’à ce qu’il décida de la confier à Maurice Halbwachs vers la fin, et une septième, « divers » (sociologie esthétique, sociologie de l’éducation, des techniques, etc.) dont le contenu ne fut jamais vraiment stabilisé et sans véritables responsables. La répartition en sections changea peu, même si à l’intérieur de chacune d’entre elles il eut des réaménagements commentés. Dans l’esprit de Durkheim et de Mauss, la classification de L’Année sociologique renvoyait à celle de la sociologie dans son ensemble15. Durkheim y voyait même un des seuls aspects de leur tâche susceptible de passer à la postérité.

  • 16  Deux rééditions partielles reprennent tout au plus à elles deux 40% des comptes rendus de Durkheim (...)
  • 17  Pour une analyse de la cinquième section, de sociologie économique (qui exclut donc Durkheim qui l (...)
  • 18  Voir Müller (Bertrand), « Critique bibliographique et stratégie disciplinaire dans la sociologie d (...)
  • 19  Voir Müller (Bertrand), op. cit. Il renvoie à la leçon inaugurale de Foucault au Collège de France (...)

7En dépit de l’importance du matériau ayant résulté de cette entreprise de plus de quinze ans, celui-ci n’a jamais été ni sérieusement réédité ni analysé de manière systématique par les historiens de la sociologie et des sciences sociales16. Pourtant, certains comptes rendus donnent à lire de véritables analyses, qui courent sur plusieurs pages (quinze au maximum). Quelques rares auteurs ont examiné certains aspects de ce corpus à partir d’une sélection ou d’une section de la revue17. Dans un article portant sur L’Année sociologique, prise comme un exemple de revue de débats et de combats de la fin du xixe siècle, l’historien Bertrand Müller, spécialiste de Lucien Febvre, a quant à lui insisté sur les enjeux disciplinaires des comptes rendus de la revue18. Ceux-ci « s’insèr[ent] dans un espace contrôlé, dans un ordre de discours19 » et permettent aux rédacteurs réunis autour de Durkheim de balayer l’espace des écrits scientifiques, dont ils « vérifient » la conformité aux canons, aux règles et aux exigences en vigueur dans le champ scientifique, tel qu’ils le concevaient collectivement à ce moment-là.

8Partant des constats de Müller, j’entreprendrai dans ce qui suit une première analyse systématique des comptes rendus de Durkheim dans L’Année sociologique en les étudiant sous l’angle d’une pratique de combat, où se jouent des « querelles », des « disputes », des « polémiques » et des « controverses », dont il s’agira entre autres de souligner les spécificités.

  • 20  Fabiani (Jean-Louis), « Clore enfin l’ère des généralités », dans L’Évaluation en comité, sous la (...)
  • 21  Amossy (Ruth) et Burger (Marcel), « Introduction : la polémique médiatisée », Semen, n°31, 2011. M (...)

9À l’instar de ce que fit Jean-Louis Fabiani à partir d’un autre corpus, j’ai également cherché à expliciter la « grille de lecture » qui sous-tendait les comptes rendus de Durkheim20. Les recensions constituaient pour lui autant d’occasions de (ré)affirmer ses principes méthodologiques en admonestant les auteurs qui ne les appliquaient pas. Plus exactement, il est possible de distinguer deux rhétoriques distinctes dans cet ensemble de textes. La première peut être qualifiée de « fermée » (point 1) et s’observe dans les jugements définitifs prononcés par l’auteur qui affiche une grande certitude et ne souhaite visiblement engager aucun débat avec ceux qu’il recense. Dans ce cadre, Durkheim oppose dogmatiquement la science à la littérature (point 2), ce qui l’amène à adopter un ton incisif (point 3) – nombre de ses comptes rendus sont en effet très « durs » et s’inscrivent dans ce que Ruth Amossy et Marcel Burger appellent la « communication verbale conflictuelle ou la communication agonistique »21. La seconde rhétorique paraît plus « ouverte » (point 4) : l’optique de Durkheim se rapproche davantage du dialogue argumenté et certaines incertitudes sont exprimées. Le reviewer cherche visiblement à en savoir davantage sur les thèses alternatives et propose de les discuter sur le fond, à propos de certains aspects. Ce type de rhétorique ne s’observe que dans les articles qui traitent des travaux de chercheurs ayant adopté (pour l’essentiel) les prérequis méthodologiques et théoriques de Durkheim, ceux que nous allons présenter au préalable. Une question en suspens reste de savoir dans quelle mesure cette seconde rhétorique, apparemment plus ouverte aux thèses des autres, est vraiment animée par une intention argumentative et ne confine pas au « dialogue de sourds » comme a pu le suggérer Angenot :

  • 22  Angenot (Marc) Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits, 2 (...)

les disputeurs philosophiques n’avaient par pour but ni pour espoir de faire changer d’avis leur opiniâtre adversaire – en dépit du fait que c’est à lui qu’ils s’adressaient, vieille fiction rhétorique ! Ils avaient pour but de faire sentir à la cantonade (comme dit le vocabulaire du théâtre), au public arbitre, qu’ils avaient raison et que leur adversaire était dans la parfaite et profonde erreur22.

  • 23  Voir Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 25, 2007, « Comment on se dispute. Les for (...)
  • 24  Amossy (Ruth) et Burger (Marcel), art. cité. Ils se réfèrent notamment aux travaux de Kerbrat-Orec (...)

10Nous partons du principe, à vérifier, que Durkheim avait un schéma (voir annexe schéma 1) en tête : d’un côté, il veut « punir » les auteurs qui ne souscrivent pas aux canons de la discipline positive en voie de construction, que L’Année sociologique tente d’imposer collectivement année après année. Ces comptes rendus de combat sont clairement agonistiques et ne permettent pas aux cibles visées d’accéder à la dynamique de l’échange scientifique. De ce point de vue, nous n’avons pas affaire à des controverses scientifiques, mais bien plutôt à un « dialogue de sourd », y compris quand les auteurs incriminés répliquent et tentent de se défendre – et qu’ils sont à nouveau punis… D’un autre côté, Durkheim introduit une dynamique de l’échange, certes polémique, avec ceux qui respectent dans les grandes lignes les règles de la méthode positive, et il nous introduit dans un espace (réduit) qui s’apparente à ce que certains auteurs appellent la controverse scientifique23. Dans le premier cas, il y a un certain renoncement à argumenter, que l’on ne trouve pas dans l’autre. Pour reprendre les termes d’Amossy qui synthétise de nombreux travaux sur le sujet, dans le premier cas il y a clairement « une atteinte à la face de l’autre », ou une volonté assumée « de disqualifier l’adversaire »24. Dans l’autre cas, même si personne ne parvient à convaincre l’autre – à supposer d’ailleurs que ce soit le but latent et pas seulement manifeste – le souci d’argumentation cohabite avec la confrontation objective. L’espace est dévolu à la mise en scène d’un dialogue rationnel, visant à emporter l’adhésion d’un tiers invisible (les lecteurs), et nourri par l’idée que les protagonistes partagent au moins certaines problématiques, certaines passions. Comme le rapporte Amossy, « les argumentateurs se mettent d’accord pour ne pas être d’accord ».

1. Les jugements sans réplique : l’espace des certitudes durkheimiennes

11Analysons dans un premier temps les critères méthodologiques et théoriques auxquels Durkheim recourt dans ses évaluations. Il s’agit de critères dont Durkheim se montre sûr : ils s’inscrivent au sein de l’espace du « certain ». Dans ces cas, l’auteur des comptes rendus disqualifie l’adversaire et rejette ses méthodes et ses thèses. Si la distinction entre méthode et théorie peut sembler poreuse, elle s’avère très efficace dans la pratique durkheimienne. La méthode renvoie aux principes des Règles de la méthode sociologique ; les théories renvoient aux interprétations que donnent les auteurs quand ils cherchent à relier entre eux un ensemble de faits.

Les certitudes méthodologiques

12En critiquant publiquement de nombreux auteurs pour leur manque de rigueur méthodologique, Durkheim rappelle les règles scientifiques élémentaires qu’il avait énoncées antérieurement dans La Revue philosophique et qu’il avait appliquées dans ses propres travaux (voir annexe : tableau 2). La plupart des fautes méthodologiques qu’il relève concernent l’attitude par rapport aux faits. Les reproches majeurs qu’il formule peuvent être classés comme suit (les exemples sont reportés en annexe : tableau 3) :

13(1) D’abord, beaucoup d’ouvrages sont jugés « idéologiques » ou « apologétiques », dès lors qu’ils manquent au devoir élémentaire de neutralité scientifique, parce que leurs auteurs ont choisi de défendre une cause (ou une confession) avant de se soucier de la réalité. Durkheim constate que de nombreuses thèses n’apportent aucune preuve qui puisse les étayer. Il reproche à leurs auteurs leur « méthode » « subjective », « dialectique » (conçue comme un jeu d’esprit sans souci de contrôle des faits), « introspective », « arbitraire » ou encore relevant de la « pure métaphysique ». Dans le même ordre d’idées, le « juridisme » (consistant à développer une vision intellectualiste du monde social, confondant les règles juridiques et les pratiques sociales ») est pourchassé. Le recours à un nombre insuffisant de faits ou de textes à l’appui d’une théorie est toujours dénoncé. Dans le langage durkheimien, cela signifie qu’il n’y a aucun « travail de la preuve », ce qui, pour lui, est inadmissible.

14(2) Ensuite, Durkheim condamne résolument les auteurs qui ne soumettent les faits à aucun contrôle. Il ne tolère pas que la collecte des faits manque d’attitude critique. Cela concerne ceux qui n’interrogent pas les sources et pensent que les faits « se cueillent comme des fleurs » (pour reprendre une expression de Max Weber). Il ne tolère pas non plus que certains auteurs ne manifestent aucune intention typologique et qu’ils se contentent d’accumuler des faits. Comme on le verra, ce reproche vise particulièrement les historiens et les ethnographes. Il peut se trouver aussi que la méthode comparative soit trop peu maîtrisée : certains comparent l’incomparable, excluant par principe les contextes sociaux. Il condamne aussi les écrits dans lesquels aucun effort n’est fait pour définir les sujets abordés, ce qui autorise des recherches fantaisistes : on ne sait plus de quoi l’on parle et toutes les confusions sont possibles.

15(3) Enfin, quand il y a clairement une méconnaissance de la littérature scientifique sur le sujet abordé, Durkheim le signale sans pitié. Le reproche n’est guère surprenant étant donné le projet même de L’Année sociologique, dont l’objectif est précisément d’examiner et d’évaluer l’ensemble des travaux qui paraissent à l’échelle internationale. Il voudrait que chaque savant s’impose ce travail comme il l’impose à ses collaborateurs et à lui-même, au moins dans son domaine de spécialité.

  • 25  Voir Clark (Terry), Prophets and Patrons, op. cit. ; Müller (Bertrand), « Critique bibliographique (...)

16Ainsi que plusieurs commentateurs l’ont souligné (au point d’en faire parfois la clé de lecture des comptes rendus durkheimiens)25, Durkheim s’en prend souvent à d’autres disciplines (à travers leurs représentants), qu’il s’agisse de l’histoire, de la philosophie, du droit ou de l’ethnographie. Sans trancher définitivement la question, l’on peut émettre l’hypothèse selon laquelle, pour lui, chaque discipline se caractérise par un certain rapport aux faits. Ainsi, les historiens et ethnographes auraient tendance à ne les considérer que dans leur singularité, sans souci de généraliser et de produire des « typologies suggestives » (préface de L’Année sociologique, volume I). Les juristes, quant à eux, auraient un regard trop peu critique à l’égard des faits, les confondant avec des productions de l’esprit. Les philosophes et les économistes, enfin, cèderaient à l’idéalisme et à l’intellectualisme, restant à trop grande distance des faits. Plutôt que de reconnaître à chacune de ces disciplines sa spécificité intrinsèque, il semble avant tout s’agir pour Durkheim d’affirmer la supériorité de la sociologie.

Les certitudes théoriques

17Un second ensemble de critères d’évaluation est basé sur des principes théoriques. En tant que science, la sociologie n’est en effet pas seulement affaire de méthode (positive et objective) : elle se propose aussi d’« expliquer » le social par le social (i.e. le collectif), notamment à partir d’une conception « religieuse » de celui-ci. La religion s’entend, dans ce cadre, comme un ensemble de règles, de prescriptions, négatives ou positives, mais aussi de croyances et de représentations, en rapport avec des choses « sacrées ». C’est autour de ce credo théorique, énoncé dans une lettre à Mauss en 1897 et réaffirmé dans la préface du numéro 2 de la revue en 1899, que Durkheim orienta la ligne théorique de la revue dès 1897 quand il prenait contact avec ceux qui firent partie du premier cercle des collaborateurs :

  • 26  Durkheim (Émile), Lettres à Mauss, op. cit., [juin 1897], p. 71. Voir aussi Béra (Matthieu), « Dav (...)

Or tu es une des chevilles ouvrières de la combinaison, et tout à fait essentielle […] parce que, je le prévoie et je l’espère, de L’Année sociologique va se dégager une théorie qui, exactement opposée au matérialisme historique si grossier et si simpliste malgré sa tendance objectiviste, fera de la religion, et non plus de l’économie, la matrice des faits sociaux […] Le rôle de celui qui s’occupera spécialement des travaux religieux –quoique la religion doive se retrouver partout ou plutôt parce que – sera donc considérable26.

18Une fois encore, ce qu’il avait expliqué à Mauss en privé dans leur correspondance se traduisit par un texte officiel, une position publique de la revue :

  • 27  Durkheim (Emile), « Préface », L’Année sociologique, volume 2, 1899, pp. i-vi.

On s’est étonné de l’espèce de primauté que nous avons ainsi accordée à cette sorte de phénomènes [religieux] ; mais c’est qu’ils sont le germe d’où tous les autres sont dérivés27.

19Durkheim se sert de ces « lunettes théoriques » pour « surveiller » les auteurs qui travaillent sur les questions de parenté, d’organisation sociale et de famille. Lorsque ceux-ci refusent de considérer que ces phénomènes sont d’ordre religieux (en relation avec des rites et des croyances, du sacré), ils se voient rejetés en dehors du cercle des interlocuteurs valables, disqualifiés. À la manière des critères méthodologiques relevés plus haut, les critères théoriques fonctionnent comme des éléments de cadrage doctrinaux et permettent à Durkheim de rendre un verdict, sans ouverture sur la discussion. Ce qui importe à Durkheim, c’est de disqualifier la théorie adverse. Trois principes théoriques généraux orientent les évaluations de Durkheim :

  • 28  Voir Durkheim (Émile), « Lettre à Bouglé, 16 mai 1896 », Textes, volume 2, 1975, pp. 392-293 : « J (...)
  • 29  Voir Durkheim (Émile), Lettres à Mauss, 1998, p. 71. Durkheim y écrit à Mauss qu’il souhaite élabo (...)
  • 30  Steiner (Philippe), Les Durkheimiens et l’économie, Genève, Droz, 2005.
  • 31  J’ai pu en relever une douzaine : Grosse (volume 1) ; Cunow (volume 2) ;  Witort (volume 3) ; Stou (...)

20(1) Le premier affère au refus du « matérialisme économique ». Il faut se souvenir que Durkheim était revenu de l’explication économiste après avoir effectué des recherches dans cette direction pour sa thèse, entre 1882 (date de l’obtention de son agrégation de philosophie) et 189328. L’Année sociologique fut en partie fondée pour lutter contre ce principe théorique29. Sa thèse de 1893 (La Division du travail social) relève de la sociologie économique tout en dépassant le point de vue de l’économie politique dominante30. Dans les comptes rendus de L’Année sociologique, bien que Simiand s’occupe de l’entièreté de la section « sociologique économique », Durkheim continue à condamner de son côté (c’est-à-dire dans la troisième section de la revue) les auteurs qui proposent d’appliquer des explications économiques aux phénomènes sociaux et religieux (voir les exemples repris en annexe : tableau 4)31.

  • 32  Voir Nandan (Yash), The Durkheimian School, op. cit.Celui-ci caractérise la « doctrine durkheimien (...)

21(2) Un second principe consiste à expliquer le social par le social32. Durkheim s’insurge systématiquement contre ceux (démographes, juristes, anthropologues diffusionnistes, etc.) qui ne relient pas un phénomène social à son contexte. Il en va ainsi de ceux qui considèrent la famille (et la parenté) comme un phénomène biologique, comme de ceux qui refusent de considérer la religion comme un phénomène social. La liste est longue, là encore, des auteurs disqualifiés selon ce principe (voir annexe : tableau 4).

22(3) Enfin, troisième principe récurrent auquel Durkheim tient particulièrement : comme tout s’origine dans le religieux et en dérive selon lui, il faut passer par cette variable explicative pour rendre compte de l’ensemble des phénomènes sociaux, qu’il s’agisse de la sexualité, de la modestie, de l’hospitalité, du secret, etc. (voir annexe : tableau 4).

23Les critères théoriques donnent lieu à des proscriptions comme à des prescriptions. Il paraît en effet difficile de reprocher sur un ton définitif à un auteur de recourir à un système d’explication quelconque sans prescrire, symétriquement, un système alternatif jugé supérieur. Ainsi, on lit invariablement sous la plume de Durkheim que « tout est social ». Ce principe est si souvent martelé qu’il ressemble à un dogme, voire à une règle de méthode.C’est d’ailleurs un véritable tour de force rhétorique, en réalité, que de faire passer ce qui est théorique pour quelque chose de méthodologique. Cela permet de donner à des interprétations (i. e. des explications) l’aspect de règles. Pour le dire encore autrement, il transmue l’incertain (le système interprétatif qui est nécessairement hypothétique) en certain (les règles de la méthode qui sont positives et toujours vraies). Il soustrait ainsi beaucoup de théories adverses à l’espace argumentatif auquel elles auraient pu avoir droit…

2. Une certitude absolue : la littérature comme exemple à ne pas suivre

La littérature comme anti-modèle

  • 33  Greimas (Algirdas) & Landowski (Eric), Introduction à l’analyse du discours en sciences sociales, (...)

24À plusieurs reprises, on trouve dans les comptes rendus de Durkheim des renvois au domaine de la « littérature », assimilée aux « arts ». La littérature fonctionne dans ces cas comme un « anti-modèle » ou, pour reprendre la terminologie de Greimas et Landowski, comme un « anti-sujet33 ». Ainsi, dès la préface du volume 1 de L’Année sociologique (1898), Durkheim oppose le domaine de la « littérature » et de l’« érudition » à celui de la science :

  • 34  Le titre de l’article de Fabiani de 2003 renvoie à ce passage. Il en fait la pierre angulaire de l (...)
  • 35  Durkheim (Émile), « Préface », L’Année sociologique, volume 1, 1898, pp. i-vii . Nous soulignons.

Le moment est venu pour [la sociologie] de sortir de ces généralités et de se spécialiser34. C’est d’abord la notion de type et de lois qui en est encore trop souvent absente. Beaucoup de ces disciplines, en effet, ressortissent à la littérature et à l’érudition plutôt qu’à la science ; elles visent surtout à conter et à décrire des faits particuliers plus qu’à constituer des genres et des espèces et à établir des rapports. L’esprit sociologique (p. III) consiste à étudier les faits en eux-mêmes pour chercher à les comprendre à les réduire en types et en lois qui les expriment aussi adéquatement que possible35.

  • 36  Fabiani (Jean-Louis), art. cit., p. 45, note 58.

25L’opposition durkheimienne entre « scientifique » et « littéraire » a également été remarquée par Fabiani : « Toutes les formes d’écriture littéraires sont considérées comme des manifestations de non scientificité (…). Il cherche dans tous ses avis pour le CTHS entre 1903 et 1915 à faire advenir la coupure entre savant et mondain, littérature et science36. » Les « littéraires » (à ne pas confondre avec les écrivains) ne sont pas seulement critiqués pour leurs façons d’écrire (l’attrait pour l’essai, les généralités) mais aussi pour leurs « méthode » : introspective, arbitraire, non systématique, ou encore subjective. Les termes utilisés par Durkheim pour caractériser cette opposition sont révélateurs (voir annexe : schéma 2). D’un côté, dans le cadre de la science, Durkheim recourt à des termes tels que : « progrès », travail « impersonnel » et « objectif », « hypothèse », « démonstration », « spécialisation », « preuve », « confirmation », « faits ». De l’autre, dans le contexte de la littérature, d’autres termes sont mobilisés : « fantaisie », « érudition », (stérile), « indémontrable », « imagination », « généralité », « confusion », « subjectif », « arbitraire », etc.

  • 37  Durkheim (Émile), « recension de Seignobos (Charles), La méthode historique appliquée aux sciences (...)

26L’on trouve un bel exemple de ce principe classificatoire dans le cinquième volume (1902) de la revue, dans un compte rendu où Durkheim s’en prend à l’historien Charles Seignobos, et notamment à la conception de l’histoire « toute subjective et incertaine » de celui-ci. Le critique espère que l’auteur « n’entend pas nous ramener aux fantaisies littéraires de la méthode purement subjective »37. L’extrait illustre bien le statut de la littérature dans le discours durkheimien : elle est associée à la fantaisie, à l’absence de rigueur et de méthode, à la frivolité.

  • 38  Durkheim (Émile), « recension de Simmel (Georg), Philosophie des Geldes, Leipzig, 1900], L’Année s (...)

27Dans le même volume, Durkheim commente sévèrement la Philosophie des Geldes de Georg Simmel, sociologue allemand également très en vue, à qui Durkheim avait pourtant demandé de participer au premier numéro en 1898. L’ouvrage aurait pu être commenté par Simiand dans la cinquième section de la revue (« Sociologie économique »), mais Durkheim en rendit compte lui-même dans la section « Sociologie générale », où il aimait à se montrer beaucoup plus sévère envers les auteurs (dis)qualifiés de « généralistes ». Il reproche aux travaux du sociologue allemand de relever de la « philosophie générale ». Ils sont, selon le critique, marqués par une absence de méthode scientifique criante (« des idées rattachées par un lien plus extérieur que logique »), par l’absence de preuve (« l’indémontrable serait son domaine »). Le reproche de déficit méthodologique est directement associé à la littérature (notamment à l’essai) et à l’art. Durkheim termine sa note ainsi : « Mais nous avouons ne pas attacher un très grand prix, quant à nous, à ce genre de spéculation bâtard où le réel est exprimé en termes nécessairement subjectifs, comme dans l’art, mais abstraits, comme dans la science38 ».

28Durkheim adjoint donc au domaine de la « littérature » certaines disciplines ou certaines manières de les pratiquer : ici, l’histoire et la philosophie quand elles s’enferment dans le récit et la description de faits singuliers, se laissent aller à l’introspection et se soucient trop peu du travail de la preuve. Il assimile la littérature à l’art, subjectif et arbitraire (car ils relèvent du domaine de l’imagination). La tâche des collaborateurs de L’Année sociologique est alors de rejeter loin en dehors du cercle de la « bonne science » les auteurs qui, tels que les littérateurs et les essayistes, persistent à pratiquer cette manière de faire.

Origines de ce principe

  • 39  Voir Menger (Pierre-Michel), Le Travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Gallimard, (...)
  • 40  Voir Pickering (W.S.F.), Durkheim’s sociology of religion. Themes and theories, James Clarke, 2009 (...)
  • 41  Durkheim (Émile), cité dans Menger (Pierre-Michel), op. cit., p. 170. Il est difficile de suivre L (...)
  • 42  Voir Durkheim (Émile), L’Évolution pédagogique en France, Paris, PUF, 1938 (posthume). Par exemple (...)
  • 43  Durkheim (Émile), L’Éducation morale, Paris, Alcan, 1924, réédité aux éditions Fabert, Paris, 2005 (...)

29Rappelons avec Pierre-Michel Menger (2009)39 – et avant lui avec W.S.F. Pickering40 – la conception particulière qu’avait Durkheim de l’art. Dans sa thèse de 1893, La Division du travail social, il écrit cette phrase éloquente, connue de ceux qui ont fait de la sociologie de l’art : « une trop grand sensibilité artistique est un phénomène maladif qui ne peut pas se généraliser sans danger pour la société41 ». Cette conception, que l’on retrouve aussi dans ses cours de pédagogie, se fonde sur l’idée que la science force à voir les choses en face, tandis que la littérature éloigne l’esprit de la réalité en la faisant passer pour belle ou grande42. La condamnation de l’art et de la littérature se fait dès lors, comme le montrent aussi ses cours sur l’éducation morale, sur des bases morales : « En montrant quel est le rôle de l’enseignement des sciences dans l’éducation morale, j’ajouterai qu’il est bien plus important que celui de l’art et de la littérature43 ».

  • 44  Voir notamment Bourdieu (Pierre) & Passeron (Jean-Claude), Les Héritiers. Les étudiants et la cult (...)
  • 45  Bourdieu (Pierre) & Passeron (Jean-Claude), Les Héritiers, op. cit., p. 29. Un travail passionnant (...)

30Cette opposition sera à la fois étudiée et adoptée par trois « néo-durkheimiens », à savoir Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron et Jean-Claude Chamboredon44. Comme Durkheim, ils ont viscéralement combattu un style (l’essayisme), qu’ils ont associé à une fraction de classe (la bourgeoisie). Selon eux, l’ascétisme scientifique (les « doctes ») est rattaché sociologiquement aux individus d’extraction modeste en ascension par l’école et le travail laborieux. Partant du principe que les « héritiers » ont un rapport « naturel » à la culture qui leur permet d’adopter une posture distanciée à son égard et d’agir en « mondains », ils distinguent deux rapports à la culture, déterminés par deux modalités d’acquisition de celle-ci et qui débouchent sur deux manières de faire de la science et de la concevoir. On retrouve les oppositions durkheimiennes entre plaisir et réalité, luxe et nécessité, art et science : « n’est-ce pas que l’expérience protégée qu’ils ont connue jusque-là les prédispose à des aspirations obéissant au principe de plaisir plus qu’au principe de réalité45 ? »

  • 46  Chamboredon (Jean-Claude), « Sociologie de la sociologie et intérêts sociaux des sociologues », Ac (...)

31Cependant, loin de s’en tenir à la reprise de ce critère discriminant pour dénoncer les « mondains », Bourdieu, Passeron et Chamboredon proposent d’expliquer sociologiquement cette opposition de « style ». Dans ses articles de 1979 et 1984, Chamboredon fournit à ce sujet une analyse d’autant plus intéressante qu’elle est appliquée au cas Durkheim. Il associe les prises de position de Durkheim à ses positions et ses dispositions, dans une description des champs intellectuel et universitaire autour de 1900, qui opposaient précisément les littéraires aux scientifiques46 :

  • 47  Chamboredon (Jean-Claude), « Sociologie de la sociologie », art. cit.

[…] l’opposition essentielle à un projet scientifique était sans doute, dans le champ universitaire, la tradition lettrée qui définissait divers obstacles : l’opposition à la science positive au nom de la révérence lettrée pour les œuvres et les hommes de la tradition, la réduction de la théorie à la spéculation creuse et éclectique, le primat de la rhétorique. Le projet d’une sociologie scientifique impliquait la polémique profonde contre ces tendances et la réduction ?47

32On mesure combien ce passage est pertinent, même s’il ne propose qu’une esquisse des cadres dans lesquels s’insère le travail de L’Année sociologique. Il colle parfaitement à ce qu’écrit Durkheim dans ses recensions. Il permet de saisir les ressorts sociologiques de ce qu’on y trouve à l’état de « traces ». En outre, Chamboredon pense le compte rendu comme un genre, représentatif de cet ascétisme rigoriste anti-mondain ou anti-lettré (comme on voudra) qui se manifestait dans la critique durkheimienne de la littérature et des arts :

  • 48  C’est une véritable mise en abime, car Chamboredon écrivait cela dans la recension d’un ouvrage. C (...)

L’Année sociologique constitue le compte rendu comme activité scientifique, par opposition à l’essai mondain, inversant ainsi la hiérarchie régnante des tâches intellectuelles. Il faudrait analyser toutes les implications de cette forme qui représentait une rupture par rapport à la tradition lettrée, effort de synthèse et d’information, constitution de domaines de savoirs nouveaux, de sections spécialisées avec mises au point périodiques, etc.48

  • 49  Sur Clark : Chamboredon (Jean-Claude), « Sociologie de la sociologie », art. cit. Sur Lacroix et F (...)

33C’est en partie parce qu’il a voulu rompre avec des analyses trop portées sur l’explication psychologique ou biographique, sur des traits de caractère, que Chamboredon a sévèrement recensé certains auteurs : Terry Clark, Jean-Claude Filloux et Bernard Lacroix49. Il a préféré replacer les combats durkheimiens dans le cadre d’une lutte collective de position, elle-même surdéterminée par des enjeux de champs et des « conflits de facultés », entre gens de Lettres et gens de science.

La littérature comme objet sociologique

  • 50  Fournier (Marcel), « Durkheim, L’Année sociologique et l’art », Études Durkheimiennes, Bulletin d’ (...)
  • 51  Hubert (Henri), compte rendu de l’ouvrage de H. Ouvré, Les Formes littéraires de la pensée grecque(...)

34Si la « littérature » fonctionne comme anti-modèle chez Durkheim et ses collaborateurs les plus proches (Hubert et Mauss, notamment), elle peut aussi faire l’objet d’une interprétation sociologique. Ainsi, naît parmi les rédacteurs de la revue progressivement l’idée de créer une rubrique de « sociologie esthétique », réclamée et tenue par Hubert à partir de 190250. Des phénomènes relevant de l’art et de la littérature y sont « objectivés », c’est-à-dire vus comme des « symptômes » de phénomènes sociaux qui les expliquent : ils manifestent et illustrent un état d’esprit, les représentations collectives. De même, les phénomènes esthétiques doivent être compris en tant que phénomènes collectifs. Hubert a certainement été le plus loin dans cette approche qui a débouché sur la sociologie de la littérature et des arts, en livrant quelques intuitions bien senties, que Mauss reprendra à son tour : « la littérature est quelquefois, au sens usuel et restreint du mot, une institution »51.

3. Conséquence de ces certitudes : portrait de Durkheim en polémiste intransigeant

  • 52  Durkheim (Émile), « Lettre à Bouglé » [juillet 1897], dans Durkheim (Émile), Religion, morale, ano (...)

« Mais que voulez-vous, il est dans ma nature de présenter mes idées par la pointe plutôt que par la poignée52. »

Des comptes rendus de combat

  • 53  Ce principe de générosité tout formel se retrouve aussi chez Lucien Febvre, une génération plus ta (...)
  • 54  J’avais réalisé de tels calculs en 1998 sur les critiques d’art, dans Béra (Matthieu), Fondements (...)

35Les comptes rendus du directeur de L’Année sociologique sont souvent sévères. On peut le vérifier en relevant la fréquence des critiques adressées à un auteur. Même si le reste du compte rendu comporte des passages neutres ou positifs–et même si Durkheim affichait un « principe de générosité » avec les auteurs dans la préface du premier numéro, comme pour s’excuser par avance de ce qui allait suivre dans le volume53–le décompte aboutit à des résultats très nets (voir annexe : tableau 5). 40% des comptes rendus de Durkheim (dernière ligne du tableau) contiennent au moins un reproche; la proportion peut dépasser la moitié pour certains numéros (volumes 10, 11 et 12). Au bout du compte, plus de deux cents recensions sont critiques (avant-dernière ligne du tableau)54. On pourrait affiner les calculs en distinguant les comptes rendus qui rassemblent de nombreuses critiques. Ainsi, le premier compte rendu de Durkheim, qui porte sur un ouvrage de l’anthropologue allemand Josef Kohler, à qui il consacre treize pages de discussion serrée, contient à lui seul quatre reproches importants.

  • 55  Voir le film de Pierre Carles sur Bourdieu : « La sociologie est un sport de combat ! ». La lutte (...)
  • 56  Quoiqu’en dise Gargani dans un article intéressant Gargani (Julien), « De la convivialité entre sc (...)
  • 57  Voir Bourdieu (Pierre), Question de sociologie, Paris, Minuit, 1982. Je me permets de renvoyer à m (...)

36Compte tenu de ces données, il est manifeste que le travail de recension se présentait à Durkheim comme un « combat », un « champ de lutte pour la reconnaissance et le monopole de la légitimité » de la nouvelle discipline qu’il voulait imposer au sein de l’université française55. Il adoptait une attitude intransigeante envers certains auteurs, au nom de la science et de la très haute idée qu’il s’en faisait. Il remettait à leur place tous ceux qui ne respectaient pas certaines pratiques scientifiques et il entreprenait tout ce qui était en son pouvoir pour tenir ces mauvais auteurs à l’écart du cercle de la « bonne science », comme on l’a vu plus haut56. Dans ces conditions, le compte rendu négatif se présentait souvent comme une sanction ; positif, il pouvait tenir lieu de récompense ou de preuve que certains s’étaient ralliés aux principes de l’école durkheimienne57.

  • 58  Ce rapport à la science a alimenté la longue polémique entre Tarde et Durkheim. Voir Besnard (Phil (...)
  • 59  Clark (Terry), Prophetsand Patrons, op. cit.
  • 60  Clark (Terry), « Émile Durkheim and the institutionalization of sociology », Archives européennes (...)
  • 61  « La promotion de la sociologie scientifique ne permet aucune trêve, n’autorise aucune démobilisat (...)
  • 62  Voir les Antikritik traduites par Grossein en 2003 (Weber (Max), L’éthique protestante et l’esprit (...)

37Ce travail de recension se faisait dans un état d’esprit particulier: Durkheim était animé par une foi scientiste. Cette « illusio scientiste » (qui se situe à l’opposé d’un relativisme sceptique, qui aurait pu transiger avec des pratiques un peu fantaisistes) se retrouve fréquemment dans les champs académique et scientifique et s’exprime sous une forme plus ou moins agressive58. Clark, qui décrit Durkheim comme un personnage autoritaire59, compare ainsi le champ universitaire à terrain de combat disciplinaire. Les expressions qu’il utilise sont explicites : « authoritative and totally uncompromising proclamations » ; « belligerent », « acrimonious disputes », « controversy », « territorial disputes », « the tooth and nail struggle », etc. 60. Fabiani prolonge cette vision des choses en évoquant « l’intensité de la mobilisation de soi qu’exige[ait] le fondateur de la sociologie universitaire61 ». Par cette attitude combative, polémique, Durkheim se démarquait sans doute de nombreux autres savants moins ardents au combat –par exemple René Worms et sa Revue internationale de sociologie–ou plus individualistes : Georg Simmel en Allemagne, Gabriel Tarde en France. Seul Max Weber semble pouvoir être comparé à Durkheim, et ce n’est pas un hasard s’il apparaît aujourd’hui comme son alter ego allemand. Comme Durkheim, Weber était acharné à la lutte, il avait une attitude souvent « hargneuse » et il répliquait systématiquement aux critiques qui lui étaient adressées62.

  • 63  Aussi surnommé « le clan Tabou-Totem » par certains philosophes (littéraires !) moqueurs qui dirig (...)
  • 64  Karady (Victor), « Stratégies de réussite et modes de faire-valoir de la sociologie chez les durkh (...)

38Les collaborateurs de Durkheim partageaient cet état d’esprit de « croisade »–si l’on veut filer la métaphore religieuse. Le terrain à conquérir était immense, l’ambition de cette équipe de « sociologues » (tous ou presque agrégés de philosophie) ne connaissait pas vraiment de limites. Ils pouvaient exprimer assez librement la ferveur qui les animait et beaucoup d’auteurs extérieurs à l’équipe durent se rendre à l’évidence et se déclarer impressionnés : « l’école française de sociologie »63 réalisait un travail considérable de lecture des autres et possédait des grilles efficaces. Comme l’écrit Karady, il s’agissait d’une véritable « entreprise de quadrillage prospectif et classificatoire. La formule de la revue critique de la littérature permet aux collaborateurs de légiférer avec autorité dans un vaste empire scientifique avant même de l’avoir exploré64. »

  • 65  Voir Durkheim (Émile), Lettres à Mauss, 1998.

39Il n’est pas inutile de donner à lire un florilège d’extraits pour mesurer à quel point les jugements de Durkheim pouvaient paraître cassants. Certaines expressions indiquent son état d’esprit, quoique ce travail ait pu lui coûter psychologiquement et nerveusement65.

40Exemplier de jugements sévères :

  • 66  Je ne renvoie qu’aux auteurs incriminés et aux numéros de l’Année pour éviter certaines lourdeurs.

Ce qui est surtout grave, c’est que l’auteur a complètement méconnu la nature propre du clan .(Kohler, volume 166)

Nous faisons les plus expresses réserves sur la méthode employée. (Grosse, idem)

Un peu de dialectique et d’introspection ne suffit pas. (Gunther, idem)

[Cette] thèse [est] en dehors de toute démonstration. (Simcox, volume 2)

Les arguments allégués à l’appui des conceptions qui sont exposées sont dénués de valeur objective. (Starcke, volume 3)

Simplisme et extrême généralité des explications proposées. (Schultze, volume 4)

L’indémontrable serait son domaine. (Simmel, volume 5)

Un fait qu’il signale lui-même ruine cette explication. (Kolher, idem)

Explication inadmissible. (Darinsky, idem)

Il nous paraît inutile de discuter ces conceptions fantaisistes. (de la Grasserie, idem)

Aucun souci de la preuve. L’auteur, il est vrai, est en matière de preuve d’un simplisme qui déconcerte la critique. (Demolins, idem)

La méthode manque à un degré rare de critique et de discernement. (Crawley, volume 6)

Il n’est jamais soucieux de donner à ses preuves un caractère scientifique. (Pouzol, idem)

Comment peut-on être aussi peu au courant de l’état présent de la science? (Penot, volume 8)

Est-ce faire là œuvre de science? (Tarde, volume 9)

Méconnaissance absolue du rôle prépondérant qu’ont joué les croyances religieuses. (Kelles-Krauz, idem)

L’article ne contient pas même un commencement de preuve. (Richard, volume 10)

Son hypothèse [de la mère collective] est une purefantasmagorie. (Kohler, volume 11)

Une analyse bien sommaire et insuffisante. (Frazer, volume 12)

Ouvrage qui manque de tout caractère scientifique. (Belliot, idem)

Les citations sont des faux. (Déploige, idem).

Les répliques

  • 67  Depuis les années 1960, la sociologie des sciences se penche sur les controverses scientifiques co (...)

41Au fur et à mesure que la revue s’imposa dans le champ intellectuel, elle provoqua des répliques. Plusieurs comptes rendus ont suscité des réactions, provoquant à leur tour une réplique de la part de L’Année sociologique. Une véritable dynamique s’enclenchait alors, sans doute souhaitée, donnant lieu à ce que certains peuvent assimiler à une « controverse »67 scientifique. Cependant, il faut distinguer là encore, comme indiqué au début de cet article, ce qui relevait d’une intention de dialoguer avec des auteurs jugés pertinents ou simplement d’une obligation d’en sanctionner d’autres.

  • 68  Bourdieu (Pierre), « Le sens de l’honneur », dans Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, D (...)
  • 69  Je reprends ici des termes également juridiques puisque la publication de n’importe quelle œuvre d (...)

42Dans un article assez méconnu intitulé « les lois de l’honneur » en Kabylie, Bourdieu a proposé un modèle qui peut aider à décrire la dynamique enclenchée par ce travail de recension de l’Année sociologique68. Amossy évoque dans ses travaux, on l’a vu, qu’il est aussi question de « face » ; c’est pourquoi le parallèle avec les luttes pour l’honneur est parfaitement justifié dans ces affaires de dialogues publics sur des questions scientifiques. Dans cette perspective, les critiques ressemblent à des « défis » et initient une polémique en « provoquant » l’adversaire qui est épinglé69. Les « ripostes », quant à elles, contribuent, en fonction de leur force et du délai de réactivité, à structurer les groupes entre eux et les individus au sein des groupes.

43Dans le corpus étudié ici, j’ai pu dénombrer une vingtaine de « ripostes » durkheimiennes (tableau 6), qui sont à mettre en relation avec les deux cents comptes rendus de Durkheim contenant un élément critique (plus assimilables, pour leur part, à des « provocations » ou des « défi »). Durkheim a sans doute été très « heureux » de provoquer des réactions : cela le confirmait dans l’idée que les « notes » critiques de L’Année sociologique produisaient leur petit « effet ». Qu’il n’y ait eu que 10% ou 20% de « répliques » n’est pas fondamental en soi – d’autant qu’il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit des décomptes réalisés sur les seuls textes attribués à Durkheim ; si l’on étudiait tous les autres comptes rendus pour atteindre une vue d’ensemble, on obtiendrait, toutes choses égales par ailleurs, environ deux cents « ripostes », ce qui donne une idée plus réaliste de l’ampleur de la force et de l’influence de L’Année sociologique en tant qu’entreprise collective capable d’entretenir, de relancer, de clôturer des polémiques. Ces ripostes sont la preuve d’une véritable dynamique : la revue avait trouvé sa place dans le champ, elle était devenue une interlocutrice avec laquelle il fallait compter.

44En se référant à cet « indicateur », on peut considérer que la position de L’Année sociologique bascule en 1901 (volume 4), dès lors que certains savants éprouvent le besoin de se positionner par rapport à elle, au lieu que ce soit le contraire. À partir de ce numéro, Durkheim se met à « répondre aux réponses ». En réagissant à des auteurs qui le « défiaient » à nouveau, mais positionné cette fois au cœur de ce puissant dispositif collectif et impersonnel, campé dans une position institutionnelle forte qu’il s’était aménagé, il pouvait s’engager dans un combat scientifique en rendant coup pour coup, presqu’en temps réel : le délai de réplique pouvait être de moins d’un an. Cette fonction agonistique de L’Année sociologique, peut-être attendue, sans doute espérée par Durkheim, se mit à jouer à plein. Il put reprendre les arguments, les contester, condamner sévèrement certains interlocuteurs récalcitrants, choisir parmi eux ceux qu’il estimait dignes d’être discutés et non pas seulement sanctionnés, en réduisant beaucoup de « mauvais » savants au silence ou aux simples signalements. Il s’était mis en position d’évaluateur, ayant quitté les habits trop étriqués de l’évalué, distribuant désormais lui-même des bons et des mauvais points, quoiqu’il s’en soit défendu ici ou là.

45Cette entreprise collective avait également un autre avantage pour Durkheim. En tant que rédacteur en chef, chaque fois qu’un auteur lui répliquait, il avait la possibilité de répondre en personne ou de déléguer la tache à l’un de ses collaborateurs, faisant jouer ainsi la dimension impersonnelle et objective du travail scientifique qu’il aimait à rappeler. À partir de ce moment-là, les interlocuteurs extérieurs durent affronter un collectif solidaire et se sentir bien seuls.

4. Les comptes rendus qui appellent à la discussion scientifique : un espace pour l’expression de certaines incertitudes durkheimiennes

  • 70  Fabiani (Jean-Louis), art. cit.

46Comme nous l’avons vu, Fabiani souligne dans son étude l’« esprit guerrier » de Durkheim, son aptitude à la polémique et sa tendance à refuser tout compromis70. Mais il ajoute aussi que, parfois, Durkheim « daignait gratifier l’un de ses interlocuteurs d’une réfutation ». Fabiani cite dans ce contexte l’exemple du chapitre du Suicide de Durkheim où celui-ci discute un à un les arguments de Tarde. L’exemple est certes réel, mais Fabiani a dû le chercher ailleurs que dans son corpus initial (i.e. les avis pour le comité historique).

  • 71  Durkheim (Émile), « Préface », L’Année sociologique, volume I, 1898, pp. i-vi
  • 72  « Il y a pire que d’être critiqué, voire d’être cité à tort et à travers par des lecteurs peu atte (...)

47Qu’en est-il pour notre corpus ? L’examen des comptes rendus de Durkheim dans L’Année sociologique montre que certains d’entre eux s’inscrivent dans une logique de dialogue, de débat « ouvert » ou de « controverse » proprement dite. Ils se distinguent du groupe des comptes rendus qui ne visent qu’à disqualifier certains auteurs, à leur faire « perdre la face ». Ils permettent à Durkheim d’entreprendre un véritable travail de discussion. Dans ces cas, l’enjeu du commentaire semble être celui de faire apparaître ce que Durkheim appelle le « résidu objectif » des ouvrages : « Notre rôle doit être d’extraire le résidu objectif des œuvres, c’est à dire les faits suggestifs, les vues fécondes, qu’elles soient intéressantes pour leur valeur interne ou pour les discussions qu’elles appellent71 ». Dans son esprit, il existe véritablement un « espace résiduel » où la discussion est possible  et qui relève de la controverse scientifique. Seuls les ouvrages qui ont passé le premier « tir de barrage » peuvent y prétendre72. À ces « rescapés », Durkheim adresse des critiques plus « ouvertes ». Ici, on discute des « preuves », des « faits », des « interprétations » et des « conjectures ». On argumente. On vise à convaincre. Sinon l’auteur lui-même, au moins les lecteurs.

  • 73  Popper (Karl), La Logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1935.

48Ces comptes rendus mettent en scène une « rhétorique de la preuve » : au lieu de constater qu’il n’existe aucune preuve, ou que l’auteur recensé ne se préoccupe jamais d’en fournir aucune, Durkheim discute celles qui sont produites. Il pourra les juger « insuffisantes », « incomplètes » ou « peu satisfaisantes », mais on est loin d’une condamnation définitive motivée par le constat de leur carence absolue. De même, au lieu de dire qu’il n’existe aucune démonstration, les explications seront qualifiées de « peu probantes ». Quand Durkheim écrit qu’un fait peut infirmer ou contredire une thèse, il ne fait évidemment pas la même chose que lorsqu’il évoque l’« ignorance » d’un auteur sur la littérature scientifique. Si une théorie s’avère au final « contradictoire » dans les termes ou « étant donnés certains faits », elle a au moins le mérite d’être discutable – « réfutable » dira Karl Popper des années plus tard – puisqu’elle présente un appareil de preuves et repose sur des faits73. Même si une théorie ne « convainc » pas le sociologue, elle peut donc bien être présentée et discutée. Si l’on adopte la terminologie des pragmatistes américains, reprise par les science studies, on est ici dans le cadre de « la science en train de se faire ».

49Dans un compte-rendu de l’ouvrage d’Atkinson, Durkheim thématise a contrario sa conception de la « controverse » – un terme qu’il utilise lui-même à cette occasion. Selon lui, certaines théories peuvent faire l’objet d’une discussion, à certaines conditions, non réunies dans ce cas précis :

  • 74  Durkheim (Émile), « Compte rendu de Atkinson, Primal Law, Londres, 1903 », L’Année sociologique, v (...)

Nous ne suivrons pas l’auteur dans la suite des conjectures qu’il risque. De telles théories ne relèvent pas de la controverse scientifique puisqu’elles ne sont susceptibles d’aucun contrôle. C’est un tissu de pure imagination, dont on peut parfois estimer l’ingéniosité, mais qui ne repose sur aucune preuve positive74.

  • 75  Voir Van Nuijs (Laurence), « Compte rendu de Amossy (Ruth) et Burger (Marcel), dir., Polémiques mé (...)

50La question de la preuve se trouve bien au cœur de la conception de Durkheim. Si ce travail de la preuve vient à manquer, Durkheim sanctionne sans argumenter. Quand la preuve est fournie mais s’avère insuffisamment convaincante, une controverse peut éventuellement s’engager avec l’interlocuteur. Ce critère permet de distinguer les deux types de rhétoriques que j’ai appelées « ouverte » et « fermée » au début de cet article, et qui renvoient à la différenciation entre les espaces du certain et de l’incertain. Pour revenir sur les travaux de Latour, le second espace, résiduel, correspond au principe d’incertitude qui est celui de « la science en train de se faire ». Après avoir délimité le certain, conçu comme un préalable aux abords de l’incertain, il rentre dans ce qui se prête à la discussion scientifique. On retrouve cette opposition chez Ruth Amossy qui différencie la polémique, « qui constitue une forme de communication conflictuelle dominée par un désaccord fondamental », et la controverse, « qui serait marquée par la primauté du bénéfice du savoir75. »

51Dans ses comptes rendus, qui relèvent donc tantôt de la polémique, tantôt de la controverse, Durkheim semble avoir défini in concreto les principaux éléments constitutifs de « la science » qui seront théorisées plus tard par Popper. Pour Durkheim, la dynamique de la science repose sur le travail incessant de la réfutation et de la confirmation. Le critère de réfutabilité (qui se manifeste dans les comptes rendus pas celui de la « discutabilité ») a dès lors une place primordiale : une théorie reste valide aussi longtemps qu’aucune expérience par la pensée ou qu’aucun fait décisif ne viennent la contredire. D’où l’attitude de Durkheim quand il lit les autres : il est toujours à l’affût de nouveaux faits, tantôt pour confirmer ce qu’il avait théorisé lui-même et faire la démonstration de nouvelles alliances objectives entre savants qui ne se connaissent même pas, tantôt pour infirmer des théories qui ne lui paraissent pas tenables. Ce critère s’inscrit dans une conception cumulative de la dynamique du progrès scientifique : la science avance pas à pas, progressivement, méthodiquement, collectivement et de manière impersonnelle.

Conclusion

  • 76  « Cadrages » est entendu au sens des frame analysis de Goffman (« les cadres de l’expérience ») qu (...)
  • 77  C’est aussi pour cela qu’il faut admettre que la preuve est toujours à la fois scientifique et soc (...)
  • 78  Pas au sens où la controverse a été clôturée parce qu’une des parties avait raison, mais au sens o (...)

52Cette étude nous a permis de reconstituer les grands principes de jugement à partir desquels Durkheim évaluait les auteurs dans ses comptes rendus de L’Année sociologique. Il entendait se servir de sa revue annuelle pour préciser le cadre à l’intérieur duquel pouvait se réaliser la « véritable » science, la « sociologie objective ». Ce « cadrage » ne pouvait se faire, du moins pour Durkheim – étant donné le contexte et sa personnalité – sans l’usage d’un ton incisif, dès lors que les auteurs recensés n’avaient pas appliqué les principes fondamentaux de la méthode scientifique posés par lui en 189476. Cette attitude – que nous avons pu qualifier de « polémique » – était la conséquence de son intransigeance à l’égard des « faiseurs », des « essayistes », des « mondains », tous ceux qui n’étaient pas animés par le souci des faits ou des preuves et qu’il reléguait dès lors du côté de la « littérature ». Cette intransigeance put – et peut ! – paraître dogmatique, car elle découle d’une (di)vision schématique qui sépare le certain de l’incertain, tant en matière méthodologique que théorique. Ce travail sur les frontières (du discutable et de l’indiscutable, du certain et de l’incertain) s’apparente rétrospectivement à un coup de force, auquel Durkheim s’était autorisé par la puissance de son travail personnel et par l’efficacité collective de son dispositif – à savoir L’Année sociologique – qu’il réussit à faire perdurer de 1898 à 1913 sans presqu’aucune discontinuité. Aucun concurrent ne put se mesurer sérieusement à la revue pendant ces années77. « Coup de force », car il apparaît aussi, avec le recul historique, que beaucoup de ce qu’il introduisait dans le cercle du « certain » ne l’était pas ou ne l’est plus, et beaucoup de ce qu’il réservait à la controverse scientifique a été abandonné78 !

  • 79  Je remercie les lecteurs/évaluateurs de la revue Contextes qui m’ont aidé à améliorer une première (...)

53Cette incursion dans le travail de recension d’un auteur est aussi l’occasion de décrire le « champ scientifique ». Comme le rappelle Müller, si les comptes rendus ne sont plus considérés aujourd’hui comme des espaces stratégiques, s’ils ont perdu de leur prééminence à côté d’autres éléments de régulation de la production scientifique (comme les comités de lecture, la publication d’articles), s’ils ont été relégués en fin de revue (Revue française de sociologie, Année sociologique, etc.) ou presque totalement abandonnés (Actes de la recherche en sciences sociales), et si peu d’auteurs les pratiquent, y compris les plus importants et les plus productifs (Bourdieu par exemple), s’ils ne sont pas considérés très haut dans l’évaluation des chercheurs, ou dans l’échelle de prestige des chercheurs et des auteurs, il n’empêche que l’historiographie les redécouvre et montre qu’ils ont joué un rôle essentiel dans la construction d’un champ scientifique (ou, en l’occurrence, d’une discipline : la sociologie). Cet article a voulu attirer l’attention sur ces dispositifs. Il a permis aussi de mieux connaître une dimension encore méconnue et sous-évaluée du travail de Durkheim, qui consacra pourtant, pendant quinze ans, une part considérable de son énergie à la rédaction de notes de lecture79.

Haut de page

Bibliographie

Alpert (Harry), Émile Durkheim and His Sociology, New York, Columbia University Press, 1939.

Angenot (Marc), La Parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982.

Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits, 2008.

Amossy (Ruth) et Koren (Roselyne), « Rhétorique et argumentation : approches croisées », Argumentation et analyse du discours, Semen, 2, 2009, pp. 1-20 (en ligne)

Amossy (Ruth) et Burger (Marcel), « Introduction : la polémique médiatisée », Semen, n°31, 2011 [en ligne].

Archives européennes de sociologie, « Weber et Durkheim : le solitaire et le chef d’école », Tome IX, n°1, 1968.

Baciocchi (Stéphane) & Mergy (Jennifer) (dir.), Durkheim, L’évaluation en comité,  Oxford, Durkheim Press, 2003.

Béra (Matthieu), Fondements et légitimité de la critique d’art dans la presse, des origines à nos jours, Thèse, Paris 7, 1998.

— « Critique et/ou promotion », Réseaux, n°117, vol 21, 2003, pp. 155-187.

— « La critique d’art est-elle un don ? De la nécessité de donner, y compris dans les industries culturelles », dans Travail et dons, sous la direction de Jacquot (Lionel) & Kraemer (Charles), Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2011, pp. 559-577.

— « David, Émile. Les ambivalences de l’identité juive de Durkheim », Oxford, Durkheimian studies, volume 17, issue 1, 2011, pp. 121-150.

— « Durkheim versus Lang. La controverse comme démonstration de force », Raisons politiques, mai 2012, numéro spécial sur les controverses (à paraître)

Berthelot (Jean-Michel), 1895. Durkheim. L’avènement de la sociologie scientifique, Toulouse, PUMirail, 1995.

— Sociologie : épistémologie d’une discipline, De Boeck, 2000.

Besnard (Philippe), Études durkheimiennes, Genève, Droz, 2003.

Borlandi (Massimo), « Gabriel Tarde contre Durkheim à propos de son suicide », dans Borlandi (Massimo) & Cherkaoui (Mohamed) (dir.), Le Suicide, un siècle après, Paris, PUF, 2000.

Boudon (Raymond), « Comment écrire l’histoire des sciences sociales ? », dans Études sur les sociologies classiques, Paris, PUF, 2000 (1ère éd. Communications, n°54, 1992).

Bourdieu (Pierre),  « Le sens de l’honneur », dans Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Droz, 1972, pp. 19-60.

— « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°2-3, 1976, pp. 88-104.

La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

Question de sociologie, Paris, Minuit, 1982.

— Science de la science et réflexivité, Paris, Seuil, 2002.

Bourdieu (Pierre), Chamboredon (Jean-Claude) & Passeron (Jean-Claude), Le Métier de sociologue, Mouton, 1968.

Callon (Michel), Courtial (Jean-Pierre) & Penan (Hervé), La Scientométrie, Paris, PUF, 1993.

Chamboredon (Jean-Claude), « Sociologie de la sociologie et intérêts sociaux des sociologues »,Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1, n°2, mars 1975, pp. 2-31.

— « Émile Durkheim : le social objet de science. Du moral au politique ? », Critique, juillet 1984, pp. 461-531.

Clark (Terry), « Émile Durkheim and the institutionalization of sociology », Archives européennes de sociologie, Tome IX, n°1, 1968

— Prophets and Patrons. The French University and the emergence of the Social Sciences, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1973.

COnTEXTES, « Nouveaux regards sur l’illusio », n°9, septembre 2011.

Coser (Lewis), Les fonctions du conflit social, Paris, PUF, 1982.

Davy (Georges), « Durkheim, l’homme », Revue de métaphysique et de la morale, 26, 1919, pp. 181-198.

Durkheim (Émile), « Leçon inaugurale », 1887, dans La Science sociale et l’action, Paris, PUF, 1970, chapitre 1, pp. 77-110.

« Préface », L’Année sociologique, volume I, 1898.

— Lettres à Mauss, Paris, PUF, 1998.

— « Lettres à Bouglé », dans Durkheim (Émile), Religion, morale, anomie. Textes II, édition de Victor Karady, Paris, Minuit, 1975, pp. 389-439.

L’Éducation morale, posthume, Paris, Alcan, 1924.

Duvignaud (Jean), Journal sociologique, Paris, PUF, 1969.

Enquête, « Débats et controverses », Marseille, EHESS, n°5, 1997.

Fabiani (Jean-Louis), « Clore enfin l’ère des généralités », dans L’Évaluation en comité, sous la direction de Baciocchi (Stéphane) & Mergy (Jennifer), Oxford, Durkheim Press, 2003, pp. 151-190.

— « Faire école en science sociales. Un point de vue sociologique », Les Cahiers de centre de recherches historiques, n°36, 2005, pp. 1-12.

Filloux (Jean-Claude), Durkheim et le socialisme, Genève, Droz, 1977.

Fournier (Marcel), « Durkheim, L’Année sociologique et l’art », Études Durkheimiennes, Bulletin d’informations, n°2, janvier 1987, pp. 1-10.

Mauss, Paris, Fayard, 1994.

— Durkheim, Paris, Fayard, 2007.

Gargani (Julien), « De la convivialité entre scientifiques », Revue du Mauss, n°29, 1/2007, pp. pp. 127-156.

Giddens (Anthony), « Durkheim as a review critic », The sociological review, 18, n°2, 1970, pp. 171-196.

Greimas (Algirdas Julien) et Landowski (Eric), Introduction à l’analyse du discours en sciences sociales, Paris, Hachette université, 1979.

Karady (Victor) (dir.), Textes, 3 volumes, Minuit, 1975.

— « Stratégies de réussite et modes de faire-valoir de la sociologie chez les durkheimiens », Revue française des sociologie, XX, 1, 1979, pp. 49-82.

Kerbrat-Orecchioni (Catherine), « La polémique et ses définitions », La parole polémique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, pp. 3-40.

Lacroix (Bernard), Durkheim et le politique, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1981.

Lamanna (Mary Ann), Émile Durkheim on the family, Omaha, University of Nebraska, 2001.

Latour (Bruno), La science en action, Paris, Gallimard, 1995 (1989).

Latour (Bruno) & Woolgar (Steve), La Vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1996 (1979), chapitre 2, pp. 33-90.

Lepenies (Wolf), La troisième culture : la sociologie entre la science et la littérature, Paris, MSH, 1990 (éd. all : 1985).

Lukes (Steven), Émile Durkheim. His life and work. A historical and critical study, London, Allen Lane, 1973.

Mil neuf cent, « Comment on se dispute ? Les formes de la controverse de Renan à Barthes », n°25, 2007.

Menger (Pierre-Michel), Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, chapitre 4 « Les pouvoirs de l’imagination et l’économie des désirs. Durkheim et l’art », pp. 165-186, Paris, Gallimard, 2009.

Mucchielli (Laurent), La Découverte du social, Paris, La Découverte, 1998.

Müller (Bertrand), « Critique bibliographique et stratégie disciplinaire dans la sociologie durkheimienne », Regards sociologiques, 5, 1993, pp. 9-23.

— « Critique bibliographique et construction disciplinaire : l’invention d’un savoir-faire », Genèses, n°14, 1994, pp. 105-123.

— Lucien Febvre, lecteur et critique, Paris, Albin Michel, 2003.

Paoletti (Giovani), « La réception des Règles du vivant de Durkheim (1894-1917) », dans La sociologie et sa méthode. Les Règles de Durkheim un siècle après, sous la direction de Borlandi (Massimo) & Mucchielli (Laurent), Paris, l’Harmattan, 1995.

Nandan (Yash), The Durkheimian School. A systematical and comprehensive Bibliography, London, Greenwood press, 1977.

— Durkheim’s contributions to l’Année sociologique, New York, The free press, 1980.

Nizet (Jean) et Rigaux (Natalie), La Sociologie de Erving Goffman, Paris, La Découverte, 2005.

Noiriel (Gérard), « L’éthique de la discussion chez Simiand », dans François Simiand (1873-1935). Sociologie, histoire, économie, sous la direction de Gillard (Lucien) et Rosier (Michel), Paris, Éditions des archives contemporaines, 1996, pp. 81-93.

Pagès (Alain), Figures du discours critique. La réception du naturalisme à l’époque de Germinal, Thèse, Paris III, 1987.

Pickering (William), « Gaston Richard : collaborateur et adversaire », Revue française de sociologie, 20 (1), 1979, pp. 163-182.

— Durkheim’s sociology of religion. Themes and theories, James Clarke, Cambridge, UK, 2009 (1984), chapitre 19 « Its relation to la vie sérieuse », pp. 352-361.

— « Durkheim, the arts and the moral sword », Durkheimian studies, volume 6, 2000, pp. 43-59.

Popper (Karl), La Logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973 (1935).

Raynaud (Dominique), Sociologie des controverses scientifiques, Paris, PUF, 2003.

Sapiro (Gisèle), « Défense et illustration de ‘l’honnête homme’. Les hommes de Lettres contre la sociologie », Actes de la recherche en sciences sociales, n°153, juin 2004, pp. 11-27.

Steiner (Philippe), La Sociologie de Durkheim, Paris, La Découverte, 1994.

— « La sociologie économique comme critique de l’économie politique », L’Année sociologique, n°48-1, 1998, pp. 115-137.

L’École durkheimienne et l’économie : sociologie, religion et connaissance, Genève, Droz, 2005.

Tarot (Camille), De Durkheim à Mauss, L’invention du symbolique, Paris, Revue du Mauss/La Découverte, 1999.

Van Nuijs (Laurence), « Compte rendu de Amossy (Ruth) et Burger (Marcel), dir., Polémiques médiatiques et journalistiques. Le discours polémique en question, Semen, 31 », COnTEXTES [en ligne], octobre 2011, URL : http://contextes.revues.org/index4875.html.

Watt (Ian), « L’institution du compte rendu », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 59, sept 1985, pp. 85-86.

Weber (Max), Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965

— L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, suivi des « anti-critiques », trad. Grossein (Jean-Pierre), Paris, Gallimard, 2003.

Wittgenstein (Ludwig), De la certitude, Paris, Gallimard, 2000 (1ère éd. fr : 1965).

Haut de page

Notes

1  Wittgenstein (Ludwig), De la certitude, Paris, Gallimard, 1965 (1958 en anglais), proposition 98.

2  L’ampleur exacte du corpus est à affiner, à nuancer, notamment si l’on tient compte des problèmes posés par l’attribution des comptes rendus et par le caractère collectif de la rédaction de dizaines d’entre eux (signés à la fois par Hubert, Mauss et/ ou Durkheim). Merci à Stéphane Bacioccchi de m’avoir rappelé ces problèmes, qui n’ont encore jamais été affrontés de face par les durkheimologues.

3  Dans ce qui suit, il sera question indistinctement de « critiques », de « reviews », de « comptes rendus », de « notes », d’« analyses critiques » ou encore de « recensions ».

4  Müller (Bertrand), Lucien Febvre, lecteur et critique, Paris, Albin Michel, 2003.

5  Lukes (Steven), Émile Durkheim. His life and work. A historical and critical study, London, Allen Lane, 1973.

6  Voir Durkheim (Émile), Textes, volume 3, édition établie par Karady (Victor), Paris, Minuit, 1975, p. 488.

7  Besnard (Philippe), « La formation de l’équipe de L’Année sociologique », dans Études durkheimiennes, Genève, Droz, 2003, p. 277 (initialement paru en 1979 et 1983).

8  Conseil de rédaction donné par Durkheim à son neveu Marcel Mauss, Durkheim (Émile), Lettres à Mauss, présentées par Besnard (Philippe) & Fournier (Marcel), Paris, Presses Universitaires de France, 1998, pp. 87-88 [sans doute écrit en novembre 1897, en vue de la préparation du premier numéro de la revue].

9  Lettre à Bouglé, 20 juin 1897, dans Durkheim (Émile), Textes, volume 2, édition établie par Karady (Victor), Paris, Minuit, 1975, pp. 397-398.

10  Durkheim (Émile), « Préface », L’Année sociologique, volume 1, 1898. Cette préface peut donc être considérée comme la version publique du conseil qu’il avait adressé en privé à son neveu dans leur correspondance. (Cf. note 8)

11  La leçon inaugurale de novembre 1887 a été rééditée dans Durkheim (Émile), La Science sociale et l’action, Paris, PUF, 1970, pp. 77-110 (chapitre 1).

12  Voir Clark (Terry), Prophets and Patrons. The French University and the emergence of the Social Sciences, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1973; Lukes (Steven), op. cit. ;Besnard (Philippe), art. cit. ; Nandan (Yash), The Durkheimian School. A systematical and comprehensive Bibliography, London, Greenwood press, 1977. Un seul collaborateur quitta le navire : Gaston Richard, qui était pourtant des leurs depuis le premier numéro. Voir Pickering (W.S.F.), « Gaston Richard : collaborateur et adversaire », Revue française de sociologie, 20 (1), pp. 163-182.

13  Voir Besnard (Philippe), art. cit.

14  Les Règles de la méthode sociologique (1894/1895) reçurent un accueil très critique. Voir Mucchielli (Laurent), La Découverte du social, Paris, La Découverte, 1998 ; Paoletti (Giovani), « La réception des Règles du vivant de Durkheim (1894-1917) », dans La sociologie et sa méthode. Les Règles de Durkheim un siècle après, sous la direction de Borlandi (Massimo) & Mucchielli (Laurent), Paris, l’Harmattan, 1995 ; ou encore Berthelot (Jean-Michel), 1895. Durkheim. L’avènement de la sociologie scientifique, Toulouse, PUMirail, 1995.

15  Mauss et Durkheim furent par ailleurs tous les deux des théoriciens des classifications. Voir notamment leur article de 1903 « De quelques formes primitives de classification : contribution à l’étude des représentations collectives », L’Année sociologique, 1903, volume 6, pp. 1-72 (également dans Mauss (Marcel), Œuvres, Paris, Minuit, volume II, pp. 13-89).

16  Deux rééditions partielles reprennent tout au plus à elles deux 40% des comptes rendus de Durkheim : Duvignaud (Jean), Journal sociologique, Paris, PUF, 1969 et Karady (Victor), Textes, trois volumes, Paris, Minuit, 1975. Pour quelques éléments généraux, sans analyse de contenu, voir Nandan (Yash), The Durkheimian School, op. cit. ; Nandan (Yash), Durkheim’s contributions to l’Année sociologique, New York, The free press, 1980. Marcel Fournier insiste sur l’entreprise collective que fut l’Année sociologique, mais sans traiter le contenu de manière systématique. Voir Fournier (Marcel), Durkheim, Paris, Fayard, 2007 et du même, Mauss, Paris, Fayard, 1994.

17  Pour une analyse de la cinquième section, de sociologie économique (qui exclut donc Durkheim qui l’avait confiée à Simiand), voir Steiner (Philippe), « La sociologie économique comme critique de l’économie politique », L’Année sociologique, n°48-1, 1998. Pour une étude des écrits de Durkheim sur la famille, voir Lamanna (Mary Ann), Emile Durkheim on the family, University of Nebraska, Omaha, 2001.

18  Voir Müller (Bertrand), « Critique bibliographique et stratégie disciplinaire dans la sociologie durkheimienne », Regards sociologiques, 5, 1993, pp. 9-23.

19  Voir Müller (Bertrand), op. cit. Il renvoie à la leçon inaugurale de Foucault au Collège de France : Foucault (Michel), L’Ordre du discours, Paris, Gallimard, 1972), ainsi qu’à Watt (Ian), « L’institution du compte rendu », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 59, septembre 1985 et au commentaire de Bourdieu qui accompagne ce petit texte. Voir aussi Müller (Bertrand), « Critique bibliographique et construction disciplinaire : l’invention d’un genre », Genèses, n°14, janvier 1994, pp. 105-123.

20  Fabiani (Jean-Louis), « Clore enfin l’ère des généralités », dans L’Évaluation en comité, sous la direction de Baciocchi (Stéphane) & Mergy (Jennifer), Oxford, Durkheim Press, 2003, pp. 151-190.

21  Amossy (Ruth) et Burger (Marcel), « Introduction : la polémique médiatisée », Semen, n°31, 2011. Merci à Laurence van Nuijs de m’avoir indiqué cette référence.

22  Angenot (Marc) Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits, 2008. p. 13.

23  Voir Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 25, 2007, « Comment on se dispute. Les formes de la controverse » ; Enquêtes, « Débats et controverses », n° 5, 1997 ; Raynaud (Dominique), Sociologie des controverses scientifiques, Paris, PUF, 2003 ; Latour (Bruno), La Science en action, Paris, Gallimard, 1987 (1985 en anglais), 1ère partie, « d’une rhétorique plus faible à une rhétorique plus forte ».

24  Amossy (Ruth) et Burger (Marcel), art. cité. Ils se réfèrent notamment aux travaux de Kerbrat-Orecchioni (Catherine), « La polémique et ses définitions », La parole polémique, Lyon : Presses Universitaires de Lyon, p. 3-40) qui reconnait le discours polémique à cela qu’il est disqualifiant et attaque une cible et à ceux d’Angenot (Marc), La Parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982, selon lequel un discours polémique se focalise sur le discours de l’autre pour le rejeter.

25  Voir Clark (Terry), Prophets and Patrons, op. cit. ; Müller (Bertrand), « Critique bibliographique et stratégie disciplinaire », art. cit. ; Müller (Bertrand), « Critique bibliographique et construction identitaire », art. cit. ; Mucchielli (Laurent), op. cit. ; Fabiani (Jean-Louis), art. cit.

26  Durkheim (Émile), Lettres à Mauss, op. cit., [juin 1897], p. 71. Voir aussi Béra (Matthieu), « David, Émile, ou les ambivalences de l’identité juive de Durkheim », Durkheimian studies, 2011 (à paraître).

27  Durkheim (Emile), « Préface », L’Année sociologique, volume 2, 1899, pp. i-vi.

28  Voir Durkheim (Émile), « Lettre à Bouglé, 16 mai 1896 », Textes, volume 2, 1975, pp. 392-293 : « Je souhaite que la lecture des économistes vous serve plus qu’elle m’a servi. Moi aussi, quand j’ai commencé, il y a quinze ans, j’ai cru que j’y trouverai la réponse aux questions qui me préoccupaient. J’y ai passé plusieurs années, et je n’en ai rien retiré, sauf ce que peut apprendre une expérience négative. »

29  Voir Durkheim (Émile), Lettres à Mauss, 1998, p. 71. Durkheim y écrit à Mauss qu’il souhaite élaborer une théorie qui fera de la religion, et non plus de l’économie, « la matrice des faits sociaux ».

30  Steiner (Philippe), Les Durkheimiens et l’économie, Genève, Droz, 2005.

31  J’ai pu en relever une douzaine : Grosse (volume 1) ; Cunow (volume 2) ;  Witort (volume 3) ; Stouff, Krauz, Cauderlier, Weber (volume 4) ; See, Godstein (volume 5) ; Labriolo ; Prinzing ; Juglar (volume 8). Il faudrait vérifier, symétriquement, dans quelle mesure les comptes rendus de Simiand s’alignent sur ce credo théorique. A priori, il ne semble  pas que Simiand ait jugé très pertinentes les lunettes religieuses pour recenser la littérature économique.

32  Voir Nandan (Yash), The Durkheimian School, op. cit.Celui-ci caractérise la « doctrine durkheimienne » à partir des expressions suivantes ; néo positivisme, scienticisme [sic], comparatisme, sociétisme [sic], science de la morale, épistémologie. Comme Clark, Nandan assimile le dogmatisme de Durkheim à un trait de caractère. Voir Clark (Terry), Prophets and Patrons, op. cit.

33  Greimas (Algirdas) & Landowski (Eric), Introduction à l’analyse du discours en sciences sociales, Paris, Hachette université, 1979.

34  Le titre de l’article de Fabiani de 2003 renvoie à ce passage. Il en fait la pierre angulaire de la grille de lecture quand Durkheim rédigeait ses avis pour décider de subventionner ou non la publication de certains ouvrages. Voir Fabiani (Jean-Louis), art. cit.

35  Durkheim (Émile), « Préface », L’Année sociologique, volume 1, 1898, pp. i-vii . Nous soulignons.

36  Fabiani (Jean-Louis), art. cit., p. 45, note 58.

37  Durkheim (Émile), « recension de Seignobos (Charles), La méthode historique appliquée aux sciences sociales, Paris, Alcan, 1901 », L’Année sociologique, volume 5, 1902, p. 127.

38  Durkheim (Émile), « recension de Simmel (Georg), Philosophie des Geldes, Leipzig, 1900], L’Année sociologique », volume 5, 1902, pp. 140-145.

39  Voir Menger (Pierre-Michel), Le Travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Gallimard, 2009, chapitre 4 « Durkheim et l’art », pp. 165-186.

40  Voir Pickering (W.S.F.), Durkheim’s sociology of religion. Themes and theories, James Clarke, 2009 (1984), chapitre 19 : « Its relation to la vie sérieuse » pp. 352-361 ; Pickering (W.S.F.), « Durkheim, the arts and the moral sword », Durkheimian studies, volume 6, 2000, pp. 43-59.

41  Durkheim (Émile), cité dans Menger (Pierre-Michel), op. cit., p. 170. Il est difficile de suivre Lepenies (Wilhem), La troisième culture : la sociologie entre la science et la littérature, Paris, MSH, 1990 (éd. all : 1985) quand il essaye de montrer que la typologie du Suicide est inspirée par la littérature. Je me range derrière la critique de Lepenies faite par Boudon (Raymond), « Comment écrire l’histoire des sciences sociales ? », dans Études sur les sociologies classiques, II, 2000 (1ère éd. Communications, n°54, 1992), selon lequel Durkheim ne rentre pas du tout dans cette « troisième voie ». Il a tout fait au contraire pour se positionner en scientifique contre les littéraires et les philosophes. Les passages de Lepenies sur Durkheim sont très peu convaincants. Voir aussi Sapiro (Gisèle), « Défense et illustration de ‘l’honnête homme’. Les hommes de Lettres contre la sociologie », Actes de la recherche en sciences sociales, n°153, juin 2004, pp. 11-27.

42  Voir Durkheim (Émile), L’Évolution pédagogique en France, Paris, PUF, 1938 (posthume). Par exemple le chapitre III de la seconde partie est très explicite. En voici un passage : « Une pédagogie qui faisait de la rhétorique la principale des disciplines scolaires ne pouvait donc développer que les qualités de luxe, sans rapport avec les nécessités de l’existence. Mais ce premier vice en implique un autre. Si cette éducation est une éducation de luxe, c’est parce qu’elle ne cultive que des qualités littéraires, c’est-à-dire esthétiques. Or une culture exclusivement ou essentiellement esthétique contient en elle-même un germe d’immoralité ou, tout au moins, de moindre moralité. »

43  Durkheim (Émile), L’Éducation morale, Paris, Alcan, 1924, réédité aux éditions Fabert, Paris, 2005, préface de Filloux (Jean-Claude), notamment la dix-huitième leçon, « la culture esthétique », pp. 329-345.

44  Voir notamment Bourdieu (Pierre) & Passeron (Jean-Claude), Les Héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Minuit, 1964 ; Bourdieu (Pierre), Passeron (Jean-Claude) & Chamboredon (Jean-Claude), Le Métier de sociologue, Paris, Mouton, 1968 ; Bourdieu (Pierre), La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

45  Bourdieu (Pierre) & Passeron (Jean-Claude), Les Héritiers, op. cit., p. 29. Un travail passionnant reste à faire qui consisterait à donner un grand nombre de preuves que les « bourdieusiens » de la première heure, ceux qui se sont regroupés autour des Actes de la recherche en sciences sociales, à partir de 1975, sont des descendants en ligne directe des « durkheimiens » de L’Année sociologique.

46  Chamboredon (Jean-Claude), « Sociologie de la sociologie et intérêts sociaux des sociologues », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 1, n° 2, mars 1975, pp. 2-31 ; Chamboredon (Jean-Claude), « Émile Durkheim : le social objet de science. Du moral au politique ? », Critique, juillet 1984, pp. 461-531.

47  Chamboredon (Jean-Claude), « Sociologie de la sociologie », art. cit.

48  C’est une véritable mise en abime, car Chamboredon écrivait cela dans la recension d’un ouvrage. Cela ne retire rien à sa clairvoyance.

49  Sur Clark : Chamboredon (Jean-Claude), « Sociologie de la sociologie », art. cit. Sur Lacroix et Filloux : Chamboredon (Jean-Claude), « Emile Durkheim : le social objet de science », op. cit. Les ouvrages visés sont ceux de Clark (Terry), Prophets and Patrons, op. cit. ; Filloux (Jean-Claude), Durkheim et le socialisme, Genève, Droz, 1977 ; Lacroix (Bernard), Durkheim et le politique, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1981.

50  Fournier (Marcel), « Durkheim, L’Année sociologique et l’art », Études Durkheimiennes, Bulletin d’informations, janvier 1987, n°2, pp. 1-10.

51  Hubert (Henri), compte rendu de l’ouvrage de H. Ouvré, Les Formes littéraires de la pensée grecque, Paris, Alcan, 1900, dans L’Année sociologique, volume V, 1902, p. 588. Cité par Fournier (Marcel), « Durkheim, L’Année sociologique et l’art », art. cit., p. 4.

52  Durkheim (Émile), « Lettre à Bouglé » [juillet 1897], dans Durkheim (Émile), Religion, morale, anomie. Textes II, édition de Karady (Victor), Paris, Minuit, 1975, p. 400.

53  Ce principe de générosité tout formel se retrouve aussi chez Lucien Febvre, une génération plus tard, quand il occupe des fonctions analogues à la direction des Annales : « La critique n’est pas faite pour juger les hommes, ou même les livres – qui donc jugerait ? Elle est faite pour rendre plus intelligent celui qui lit », cité par Müller (Bertrand), op. cit., p. 15). Cela n’empêcha pas les deux auteurs de se tailler une réputation de lecteurs redoutables et redoutés !

54  J’avais réalisé de tels calculs en 1998 sur les critiques d’art, dans Béra (Matthieu), Fondements et légitimité de la critique d’art dans la presse, des origines à nos jours, Thèse, Paris 7, 1998 (inédite) ; repris dans « Critique et/ou promotion », Réseaux, n°117, vol. 21, pp. 155-187. Le taux maximum atteint par un critique d’art était aussi 50%. C’était celui du rédacteur en chef de Beaux-arts magazine.

55  Voir le film de Pierre Carles sur Bourdieu : « La sociologie est un sport de combat ! ». La lutte est le registre lexical de Bourdieu quand il décrit le champ scientifique. Voir Bourdieu (Pierre), « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1976, n°2-3, pp. 88-104.

56  Quoiqu’en dise Gargani dans un article intéressant Gargani (Julien), « De la convivialité entre scientifiques », Revue du Mauss, n°29, 1/2007, pp. 127-156.

57  Voir Bourdieu (Pierre), Question de sociologie, Paris, Minuit, 1982. Je me permets de renvoyer à mon article - « La critique d’art est-elle un don ? De la nécessité de donner, y compris dans les industries culturelles », 2011, dans Travail et don, sous la direction de Jacquot (Lionel) & Kraemer (Charles), dans lequel j’assimile la critique positive à un « don ».

58  Ce rapport à la science a alimenté la longue polémique entre Tarde et Durkheim. Voir Besnard (Philippe), « Durkheim critique de Tarde », Études Durkheimiennes, Genève, Droz 2003, pp. 65-86 ; Borlandi (Massimo), « Gabriel Tarde contre Durkheim à propos de son suicide », dans Le Suicide, un siècle après Durkheim, sous la direction de Borlandi (Massimo) & Cherkaoui (Mohamed), Paris, PUF, 2000, pp. 219-255. Le premier reprochait à Durkheim d’avoir la foi du charbonnier vis-à-vis de la science. Durkheim, à l’inverse, ne supportait pas le scepticisme de Tarde. Certains comptes rendus ont été cinglants d’un côté comme de l’autre. Sur la notion d’illusio, voir le numéro spécial de COnTEXTES, n°9, septembre 2011.

59  Clark (Terry), Prophetsand Patrons, op. cit.

60  Clark (Terry), « Émile Durkheim and the institutionalization of sociology », Archives européennes de sociologie, tome IX, 1968, n°1, p. 51.

61  « La promotion de la sociologie scientifique ne permet aucune trêve, n’autorise aucune démobilisation, même temporaire : il faut être, en permanence, sur tous les fronts » (…) Durkheim est un militant de la science ». Fabiani (Jean-Louis), art. cit., p. 152.

62  Voir les Antikritik traduites par Grossein en 2003 (Weber (Max), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2003).  Autre point commun entre Durkheim et Weber : ce dernier était également très lié à une revue, qu’il avait reprise avec Sombart : les Archiv fur sozialwissenchaft, dans laquelle il fit paraître quasiment tous ses travaux. En revanche, à ma connaissance, Weber n’entreprit jamais un travail comparable de recension d’ouvrages. Il rédigeait plutôt des « notes critiques » qui regroupaient de nombreux travaux pour aborder des questions épistémologiques. Voir Weber (Max), Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965. Cela n’empêche pas le numéro spécial d’une revue de les opposer, au moins dans le titre de son dossier : « Weber et Durkheim : le solitaire et le chef d’école », Archives européennes de sociologie, Tome IX, 1968, n°1.

63  Aussi surnommé « le clan Tabou-Totem » par certains philosophes (littéraires !) moqueurs qui dirigeaient la Revue de métaphysique et de morale, mais aussi par Bouglé lui-même qui ne manquait pas d’humour et de recul. Voir Fournier (Marcel), Durkheim, op. cit., chapitre 16, « Le grand manitou et le clan Tabou-Totem », note 3, p. 547. Bouglé présente ainsi les durkheimiens dans une lettre à Daniel Halévy, ami et frère cadet du responsable de la revue concurrente. Dans une lettre à Bouglé du 11 juillet 1903, Elie Halévy lui demande de s’occuper d’autre chose que du totem et du tabou !

64  Karady (Victor), « Stratégies de réussite et modes de faire-valoir de la sociologie chez les durkheimiens », Revue française de sociologie, XX, 1, 1979, pp. 49-82.

65  Voir Durkheim (Émile), Lettres à Mauss, 1998.

66  Je ne renvoie qu’aux auteurs incriminés et aux numéros de l’Année pour éviter certaines lourdeurs.

67  Depuis les années 1960, la sociologie des sciences se penche sur les controverses scientifiques considérant qu’elles sont au cœur du processus de « la science en train de se faire ». Voir Latour (Bruno), La Science en action, op. cit.. Ce point de vue vise notamment à contrecarrer l’épistémologie traditionnelle qui ne s’intéresse qu’à la science déjà faite, la science des « vainqueurs ». Le principe de symétrie de l’école d’Edinburg, notamment de Bloor, consiste à décrire les controverses dès leur départ, sans privilégier le point de vue des gagnants retenus par les livres d’histoire.

68  Bourdieu (Pierre), « Le sens de l’honneur », dans Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Droz, 1972.

69  Je reprends ici des termes également juridiques puisque la publication de n’importe quelle œuvre de l’esprit est considérée comme une « provocation » en cela qu’elle appelle des commentaires (éventuellement critiques) et accepte de s’y exposer. Certains juristes (et critiques) ont même tenté de faire passer un projet de loi en 1822 pour que les auteurs renoncent à répondre aux critiques (théorie dite de la « renonciation présumée »). Projet qui a été rejeté.

70  Fabiani (Jean-Louis), art. cit.

71  Durkheim (Émile), « Préface », L’Année sociologique, volume I, 1898, pp. i-vi

72  « Il y a pire que d’être critiqué, voire d’être cité à tort et à travers par des lecteurs peu attentifs : c’est d’être ignoré. Comme le statut d’une affirmation dépend de la façon dont elle est reprise par les utilisateurs suivants, que se passe-t-il s’il n’y a pas le moindre repreneur ? (…) la plupart des articles scientifiques ne sont pas lus du tout » ; Latour (Bruno), La Science en action, op. cit., p. 102. Voir également Callon (Michel), Courtial (Jean-Pierre) & Penan (Hervé), La Scientométrie, Paris, PUF, 1993, p. 18. Ils évaluent les articles non lus (ou non cités) à hauteur de 90% !

73  Popper (Karl), La Logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1935.

74  Durkheim (Émile), « Compte rendu de Atkinson, Primal Law, Londres, 1903 », L’Année sociologique, volume VII, 1904, p. 40.

75  Voir Van Nuijs (Laurence), « Compte rendu de Amossy (Ruth) et Burger (Marcel), dir., Polémiques médiatiques et journalistiques. Le discours polémique en question, Semen, 31 », COnTEXTES, octobre 2011.

76  « Cadrages » est entendu au sens des frame analysis de Goffman (« les cadres de l’expérience ») qui renvoient aux systèmes d’argumentation des acteurs. Voir Nizet (Jean) & Rigaux (Natalie), La Sociologie de Erving Goffman, Paris, La Découverte, 2005, en particulier le chapitre  V « les cadres de l’expérience ».

77  C’est aussi pour cela qu’il faut admettre que la preuve est toujours à la fois scientifique et sociale, comme le répètent les science studies. Voir Berthelot (Jean-Michel), Sociologie : épistémologie d’une discipline, 2000 ; Bourdieu (Pierre), Science de la science et réflexivité, Paris, Seuil, 2002 ; Bourdieu (Pierre), Chamboredon (Jean-Claude) & Passeron (Jean-Claude), Le Métier de sociologue, Paris, Mouton, 1968.

78  Pas au sens où la controverse a été clôturée parce qu’une des parties avait raison, mais au sens où certains objets ont disparu de « l’agenda scientifique » (je pense au totémisme).

79  Je remercie les lecteurs/évaluateurs de la revue Contextes qui m’ont aidé à améliorer une première version de ce texte, pour les références qu’ils ont bien voulu me signaler et les corrections qu’ils m’ont proposées. Je remercie Anaïs Theviot pour ses commentaires judicieux et Nicolas Sembel pour ses relectures opiniâtres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Béra, « Les comptes rendus de Durkheim à L’Année sociologique », COnTEXTES [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 07 avril 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/4927 ; DOI : 10.4000/contextes.4927

Haut de page

Auteur

Matthieu Béra

Université de Bordeaux 4 – IRDAP

Articles du même auteur

Haut de page