Navigation – Plan du site
La querelle comme institution

Le champ littéraire comme champ de bataille (1820-1850)

José-Luis Diaz

Texte intégral

1Puisque le titre de la présente recherche collective invite à penser une évolution sur le temps long – « Querelles d’écrivains (xixe-xxie siècles) : de la dispute à la polémique » –, il peut sembler utile à la réflexion commune de prendre pour sujet la question suivante : y a-t-il eu changement en la matière au xixe siècle ? Si oui, à quel moment ? Et qu’est-ce qui a changé alors dans l’histoire millénaire des querelles littéraires ? L’hypothèse qui sera ici proposée est la suivante : ce qui change en profondeur dès la première moitié du siècle (période qui s’organise autour d’un conflit central, romantiques vs classiques), c’est qu’on y passe des « querelles », des « disputes », des « démêlés », etc., soit donc des polémiques individuelles ou en clans restreints, des haines invétérées à deux ou trois, à une Bataille – en bon ordre, centrale, décisive, structurante : ce que Jules Marsan nommait La Bataille romantique en 1912. Bataille au singulier, même si elle fut faite de combats successifs, à rebondissements, en partie disjoints. Bataille désormais valorisée, en un siècle happé par le sillage de l’épopée napoléonienne, alors que les querelles étaient traditionnellement dénoncées, comme inévitables, récurrentes, moralement répréhensibles, donnant une image négative de la nature humaine, et du corps littéraire en particulier. Bataille désormais liée au phénomène nouveau des écoles, avec leurs chefs, leurs hiérarchies, leurs logiques agonistiques, et ce d’autant plus qu’elles profitent de l’écho que leur prête le média montant : la presse. Bataille qui excède le champ littéraire et/ou esthétique au sens restreint, pour apparaître comme une crise de civilisation, doublée d’une révolution mentale. Bataille surtout qui unifie – déjà – à sa façon le champ littéraire, voire plus : contribue à le faire naître, avec deux ou trois décennies d’avance sur l’autonomisation de la littérature et la constitution d’un champ littéraire restreint telle que les a définies Pierre Bourdieu.

2Où l’on entrevoit l’importance du débat…
1. Il s’agira ici de se demander d’abord quand, comment, en quel termes cette évolution querelles/Bataille s’est faite.
2. Puis de définir le régime nouveau d’organisation de la vie littéraire qui a prévalu autour de la notion de Bataille.
3. De chercher à savoir ce que cela impliqua en termes de création imaginaire d’un champ littéraire « pré-bourdieusien », qui pourrait bien avoir été soumis en partie d’abord à une autre dichotomie que celle qui va se dessiner autour des années 1850.
4. De montrer qu’une telle organisation dichotomique du champ littéraire eut des implications socio-civilisationnelles qui contribuèrent à son efficience structurale.
5. De vérifier enfin l’hypothèse initiale, en montrant comment, avant la relance de batailles successives qu’apporteront les différentes écoles en -isme de la seconde moitié du siècle, il y eut, à partir des années 1832-35 et jusqu’au début des années 1850 (celles de la « bataille réaliste »), un sentiment de nostalgie vis-à-vis de la bataille romantique : épique, fringante, trop tôt pacifiée. Ce qui permettra de mieux définir – en négatif – ce qu’ont apporté ces batailles littéraires d’un type nouveau, dont on se plaira ensuite à faire le deuil. Avant de se plaindre (pendant toute la fin du siècle et au-delà) de leur côté « guéguerres pour journalistes » ou pour manuels…
6. De conclure en montrant que, si cette structure agnostique de la Bataille a pu compter dans les représentations des contemporains, resterait néanmoins à affronter une étude véritable de l’histoire du champ littéraire en cette première moitié du xixe siècle, qui ne pourra se satisfaire de la tranchante dichotomie, vite obsolète, que la notion de Bataille contribua à instituer.

1. Des querelles à la Bataille

3Pour comprendre la trajectoire ici postulée, il convient d’abord d’avoir à l’esprit les couplets sur les querelles littéraires qui continuaient de résonner aux oreilles au milieu du xviiie siècle et jusqu’à la Révolution française (laquelle, transformant en profondeur le corps social, pérennisa pour l’essentiel les habitus centenaires de la République des lettres).

  • 1  Voir sur ce point les analyses désormais classiques de Jean-Marie Goulemot : Discours, révolutions (...)
  • 2  « Tantaene animis coelestibus irae ? », Virgile, L’Énéide, Livre I.
  • 3  « Afin d’observer quelque méthode dans cet ouvrage, il est divisé en plusieurs articles : Querelle (...)
  • 4  « Dans tous les âges, chez toutes les nations où les sciences & les arts ont fleuri, l’esprit de j (...)
  • 5  « Quelqu’un a dit, qu’autrefois les bêtes combattoient dans le cirque, pour amuser les hommes qui (...)

4Voici d’abord, parus en 1761, les deux volumes célèbres de l’abbé Irailh. Leur titre même dit l’essentiel quant à la thèse soutenue : Querelles littéraires, ou Mémoires pour servir aux Révolutions de la République des lettres, depuis Homère jusqu’à nos jours. Les « querelles littéraires » sont donc éternelles, et les « Révolutions » de la « République des lettres », cycliques, en forme d’éternel retour, comme le veut alors le sens du mot1. L’épigraphe exclamative le confirme : « Tant de fiel entre-t-il dans des âmes célestes2 ? » Le mal gît donc bien au fond de chaque âme littéraire prise séparément. Certes, l’auteur distingue trois sortes de querelles3, et il parle bien en termes de « République des lettres » : soit donc de la communauté entière des savants et des gens de lettres. Mais, dans son tableau, les haines singulières se détachent. Et le long flash-back historique en forme d’anecdotes biographiques que présente le livre confirme la vision d’ensemble – pessimiste – donnée en préface4, à peine un peu allégée par le propos affiché de l’auteur : faire changer les gens de lettres en leur tendant le miroir5, dans l’espoir qu’ils cessent de se combattre « pour divertir les sots ».

  • 6  « Il faut avouer que la plupart des querelles littéraires sont l’opprobre d’une nation », lettre à (...)

5Même tableau d’ensemble pessimiste dans tel énoncé de Voltaire (lettre à la Harpe6), ou dans cette autre anthologie des querelles immémoriales qu’est, en 1779, le livre d’Aublet de Maubuy : Histoire des troubles et des démêlés littéraires, depuis leur origine, jusqu’à nos jours inclusivement. Là aussi, déploration horrifiée – mais intéressée… – face à ces querelles indéfiniment résurgentes :

On verra les génies les plus propres à s’élever au plus haut degré de gloire, dégrader les talens, les Lettres, en y répandant l’opprobre & l’ignominie. […] De-là ce déluge d’invectives, d’injures, d’imputations, qui en nous apprenant leurs démêlés, ont consigné & consignent leur honte à la postérité. De-là cet esprit d’indépendance, cette tyrannie, qui règnent dans la Littérature ; ce despotisme qu’on s’efforce d’y établir, qui suffoque ou corrompt les germes du talent, qui en bannit l’émulation & décourage le mérite.

6Même sentiment aussi que ces rivalités personnelles sont dégradantes, nuisent aux lettres et à la dignité de leurs desservants, empêchent leur influence sur le corps social. Ce qu’exprime Louis-Sébastien Mercier dans le chapitre « Querelles littéraires » de son Tableau de Paris :

Quand on veut rabaisser les gens de lettres, on parle de leurs querelles vives & quelquefois scandaleuses. Il est vrai que, dans leurs débats, ils semblent peu éclairés sur leurs véritables intérêts, & qu’ils aiguisent l’un contre l’autre des armes redoutables qu’ils devroient détourner contre leurs ennemis.

Il seroit tems qu’ils y songeassent. Ceux-ci seroient bien foibles alors ; & sans ces divisions déplorables, la littérature auroit un poids majestueux qui opprimeroit ses adversaires.

[….] Mais en condamnant les débats des gens de lettres, le public fait l’hypocrite ; il y trouve trop bien son compte, il devient spectateur d’une guerre ridicule, qui l’amuse fort.

  • 7  Voir Roland Mortier, « La satire, ce “poison de la littérature”. Voltaire et la nouvelle déontolog (...)
  • 8  « Il doit toujours paraître singulier qu’un écrivain attaque la profession d’écrivain, quoique fai (...)
  • 9  « La scène de Vadius et Trissotin est dirigée contre les littérateurs, et plusieurs vers, notammen (...)
  • 10  Voir sa « Réponse à la Onzième Réflexion de Monsieur Despréaux sur Longin » (Œuvres de M. Houdar d (...)
  • 11  Mercier explique pourquoi les « gens du monde » ont intérêt à attiser ces querelles : « Les gens d (...)
  • 12  Jean Le Rond d’Alembert, Essai sur la société des gens de lettres et des grands, sur la réputation (...)
  • 13  D’Alembert, Réflexions sur l’état présent de la République des lettres (1760), texte reproduit en (...)
  • 14  Mercier, Tableau de Paris, chap. CXLII, « Libraires », op. cit., t. II, p. 138.
  • 15  Mercier, Molière, drame en cinq actes, in Théâtre complet de M. Mercier, Amsterdam, 1778, t. III, (...)
  • 16  D’habitude plus tendre pour ce que nous appellerions le « sous-prolétariat intellectuel », Mercier (...)

7Ce sentiment fait alors partie des réflexes du camp philosophique tout entier, en cet âge des « secondes Lumières » (depuis 1760 environ). À la suite de Voltaire, on proscrit la satire au nom de la respectabilité idéale du corps des gens de lettres : elle devient impie7. Pour avoir attaqué la « profession d’écrivain8 », Boileau est mis sur la sellette. Molière lui-même est critiqué pour avoir humilié les littérateurs en la personne de Vadius et Trissotin9. Alors qu’au début du siècle un Houdar de La Motte se contentait de demander un peu de modération dans les « disputes des Gens de Lettres10 », on s’en prend à ces journalistes traîtres à leurs frères qui attisent les querelles, compromettant ainsi l’unité du corps11. En offrant les auteurs à la risée des Grands, ils comblent l’attente de « ces hommes orgueilleux et vils, qui regardent les gens de lettres comme des espèces d’animaux destinés à combattre dans l’arène pour le plaisir de la multitude12 ». Honnis soient ceux qui excitent « la chambre basse de la littérature contre la chambre haute13 » : obscurs « grimauds », « compilateurs », « vil troupeau de libellistes », « manufacturiers du Parnasse14 », « insectes folliculaires15 ». Les nouveaux dignitaires des lettres considèrent avec mépris ces bas-fonds qui libellent à l’envi16. Face à cette « pantomime des Gueux », ils jouent, en troupe, le rôle de « Moi » dans Le Neveu de Rameau. Tant il tient à sa respectabilité, on dirait que l’« Homme de lettres » est sans cesse à la veille de marier sa fille…

  • 17 Correspondance littéraire, philosophique et critique, 15 septembre 1756, Paris, Longchamps et Buiss (...)

8Mais le réel est loin de ressembler à ce modèle idéal, qui vaut pour la haute littérature philosophique. La Correspondance littéraire se lamente : « Depuis le rétablissement des lettres, le monde littéraire a toujours été divisé par des factions et des querelles. On s’est occupé successivement de toutes sortes de questions futiles. L’agitation des esprits a été presque continuelle et extrême, et le dernier parmi les gens de lettres se serait cru déshonoré s’il n’eût pris parti pour ou contre17. » Même tableau chez Favart, l’année de la comédie des Philosophes de Palissot, fleuron de la polémique antiphilosophique. Les querelles ne sont pas seulement l’expression d’une tare immémoriale, mais elles sont attisées désormais parce qu’elles ont pris une surface marchande. Les querelles, cela fait vendre :

  • 18  Favart à M. le C. de Durazzo, 8 mai 1760.

Paris n’est occupé maintenant que de querelles littéraires ; il suffit de se distinguer dans la carrière des sciences et des arts pour être en butte aux traits de la critique, de la satire même la plus envenimée. Les personnes les plus respectables par leurs talens et par leurs mœurs, sont les premiers objets de cet acharnement. Je ne sais si la littérature y gagne, mais à coup sûr les auteurs de libelles et les faiseurs de feuilles périodiques en profitent, c’est assez pour eux18.

  • 19  Bohème littéraire et Révolution : le monde des livres au xviiie siècle, Paris, Gallimard/Le Seuil, (...)

9Pire encore dans les bas-fonds de la « petite littérature » : elle intrigue, cabale, dispute, querelle, invective à qui mieux mieux, comme l’a montré Robert Darnton19

  • 20  Prosper de Barante, Tableau de la littérature française au xviiie siècle, Paris, Dufeys et Vézard, (...)

10Dressant en 1810 un tableau général du xviiie siècle, Prosper de Barante souligne que « malgré leurs prétentions philosophiques, les auteurs du dix-huitième siècle laissaient voir en général une vanité fort exaltée dans les querelles littéraires. Leur polémique n’avait pas plus de sang froid ni de dignité que les ridicules discordes des pédants20 ». Belle continuité de siècle à siècle…

11Au tournant du siècle, la situation reste bien la même. Jalousie et vanité continuent de caractériser les « auteurs », de faire partie de leur carte d’identité omnibus. En 1808, Millevoye ironise sur les « Jalousies littéraires » :

Quoi ! le Parnasse même a ses guerres civiles !

Quoi ! d’un chétif orgueil esclaves trop serviles,

Pour un frêle laurier les enfans d’Apollon

  • 21  Charles Millevoye, Belsunce, ou la Peste de Marseille, poëme, suivi d’autres poésies, Paris, Gigue (...)

Transforment en champ clos l’harmonieux vallon21 !

  • 22  En 1826, le préfacier de son Lycée insiste sur ses « querelles littéraires sans cesse renaissantes (...)
  • 23 Alfred Nettement, Histoire politique, anecdotique et littéraire du Journal des Débats, Paris, aux b (...)

12Il n’est bruit dans la presse que des exploits de spécialistes patentés de la haine littéraire : La Harpe22, Hoffmann, Geoffroy. Ce qu’on expliquera plus tard par les conditions sociopolitiques propres à l’Empire : « Dans ce temps, on aimait ces batailles littéraires dans lesquelles on dépensait le reste de cette ardeur que les commotions civiles avaient donnée aux esprits. D’ailleurs, la politique faisant silence dans les journaux, il fallait bien que l’activité intellectuelle débordât sur d’autres matières ; et le Journal des Débats, qui a toujours bien compris le mécanisme de la presse périodique, ouvrait avec plaisir ses colonnes à ces duels de la littérature, quand il ne les provoquait pas23. »

  • 24  Gustave Planche, « De la haine littéraire », Revue des Deux Mondes, 1er décembre 1831, t. IV, p. 6 (...)
  • 25  « Il y a, derrière le spectacle littéraire auquel nous venons d’assister, un spectacle plus curieu (...)

13Mais qu’on ne croie pas que l’époque suivante, celle de la Restauration – qui fut aussi celle du début de la « Bataille romantique » – ait tout d’un coup changé miraculeusement la donne. Ce que Planche, dans un article célèbre de 1831, baptisera la « haine littéraire24 » y continue ses ravages. Selon le même critique, ils se poursuivent à la période suivante25. Certes, il arrive qu’on commence à entendre des couplets nouveaux qui, comparant les époques historiques, insistent sur l’atténuation en cours des querelles littéraires. Ainsi procède un collaborateur du Mercure du France au xixe siècle, en 1828, dans un article intitulé : « De l’esprit littéraire au dix-neuvième siècle » :

  • 26  Le Mercure de France au dix-neuvième siècle, 1828, t. XXII, p. 552.

Au reste, nos mœurs littéraires se sont purifiées. On ne voit plus entre les hommes de lettres ces grossières et violentes inimitiés qui ont fait couler tant d’injures : point de dédicaces faméliques ; la classe des savants se respecte davantage ; dans la basse littérature, il y a peut-être plus d’intrigues que jadis, mais à coup sûr, il y a moins d’invectives imprimées, moins de personnalités26.

14On avait déjà le même couplet chez Latouche en 1825, mais il était à l’évidence ironique. Aux haines invétérées du temps passé auraient succédé, selon lui, de tout autres pratiques, d’adulation réciproque. Ce que le même Latouche baptisera en 1829 « camaraderie » :

Jadis la vanité produisait la jalousie : elle portait un écrivain à médire de son confrère. On s’injuriait, on se traitait de cuistre et quelquefois de pédéraste. Aujourd’hui, on n’est plus ni grossier, ni envieux, ni perfide. Au contraire, on se loue réciproquement et sans complaisance. Les prosateurs et les poètes s’accordent entre eux comme les médecins et les apothicaires. « Passez-moi la Gazette, et je vous passerai le Mercure » ; et l’on s’entend dans les journaux comme les Bohémiens en foire, pour la plus grande édification du public.

  • 27  Hyacinthe de Latouche, « Des gens de lettres vers l’an de grâce 1825 », Le Mercure de France au di (...)

Le personnel de la littérature reprend, je le répète, sa primitive dignité27.

  • 28  Jules Janin, « La mort du duc de Reichstadt », Revue des Deux Mondes, 15 août 1832, t. VII, p. 401 (...)
  • 29  « Ernest. — Voyons, cher oncle, vous qui connaissez toutes les péripéties de ce grand drame littér (...)

15Mais qu’on entende le couplet de manière sérieuse ou ironique, l’important désormais n’est plus là. Comme l’exprimera plus tard Janin avec nostalgie, on est entré sous la Restauration dans une période nouvelle : un « temps heureux pour la littérature, le temps des haines littéraires28 » ! Comprenons le temps du devenir positif, épique, « heureux » des haines littéraires, parce qu’elles se sont trouvées canalisées alors en une « Bataille » : opposant non plus des écrivains haineux ou des « factions » portées aux dissensions anarchiques, mais deux armées constituées. Le temps du « grand drame littéraire de la Restauration29 »…

2. Écoles et Bataille

  • 30  L’expression est de Hugo dans la préface des Nouvelles Odes (1824) : « [….] la frivole querelle de (...)
  • 31  Jules Marsan, La Bataille romantique, Paris, Hachette, 1912, p. 29.

16Certes, cette positivation de la Bataille ne fut pas immédiate. Comme l’a souligné Jules Marsan, l’attitude initiale des principaux hérauts du romantisme consista à refuser le combat, tout en ironisant sur les haines littéraires : « Dans toutes les déclarations, dans toutes les préfaces, sous la plume d’Émile Deschamps, d’Ulric Guttinguer, de Philarète Chasles, la même phrase revient, prudente et obstinée : romantisme et classicisme, ces divisions n’ont aucun sens, la frivole querelle30 n’est qu’une querelle de mots. On dirait des escrimeurs qui refusent le fer à leurs adversaires31. » Qu’on se souvienne de ce que Hugo lui-même écrivait en 1824 dans la Préface des Nouvelles Odes, affectant de se situer au-dessus des partis :

Il y a maintenant deux partis dans la littérature comme dans l’État ; et la guerre poétique ne paraît pas devoir être moins acharnée que la guerre sociale n’est furieuse. Les deux camps semblent plus impatients de combattre que de traiter. […] Pour lui, le rôle qu’il réclame, c’est le rôle de conciliateur : il ignore profondément ce que c’est que le genre classique et le genre romantique […].

  • 32 Œuvres complètes, op. cit., t. II, p. 470.

En littérature, comme en toute chose, il n’y a que le bon et le mauvais, le beau et le difforme, le vrai et le faux32.

17La même année, un autre des idéologues littéraires de La Muse française, Émile Deschamps, évoquant « la guerre en temps de paix », affectait lui aussi de traiter la querelle de « haine à la mode », avec une distance ironique, en l’inscrivant dans une série multiséculaire :

  • 33  « La guerre en temps de paix », La Muse française, mai 1824, t. II. p. 294.

Que ce soit du sang ou de l’encre qui coule, peu importe, pourvu qu’on se déteste bien. Voilà le point principal. – Après les guerres de la ligue et de la fronde, sont venues les querelles des jansénistes et des molinistes, auxquelles ont succédé beaucoup d’autres querelles jusqu’à la fameuse dispute des gluckistes et des piccinistes. Et, maintenant, des sanglantes factions qui ont déchiré la France depuis trente ans, et de nos dissensions récentes, il ne reste plus, j’espère, que des classiques et des romantiques, et une bonne animosité de part et d’autre. C’est décidément la haine à la mode33.

  • 34  Voir mes études :« Préfaces et manifestes du XIXe siècle : la réflexion critique comme agir commun (...)

18Mais peu à peu, selon une chronologie à laquelle la Préface de Cromwell, en 1827, apporte une ponctuation décisive, ces scrupules initiaux vont s’estomper. Et ils laissent place à une prise au sérieux de plus en plus évidente de la bataille littéraire nouvelle. C’est que fait Hugo lui-même, qui, changeant du tout au tout de stratégie, tend désormais à s’emparer des insignes de la conquête. Auto-promu chef d’école, il bat bientôt le rappel, à coups de « préfaces-manifestes34 », de toute la « jeunesse artiste », autour du drapeau du romantisme, devenu entre-temps (1830) le « libéralisme en littérature »…

  • 35  Théophile Gautier, Histoire du romantisme, suivie de notices romantiques, Paris, Charpentier, 1874 (...)
  • 36  Armand de Pontmartin, « De l’esprit littéraire en 1858 », Nouvelles causeries du samedi, Paris, Mi (...)
  • 37  Ce que lui reproche Cuvillier-Fleury : « Pour être complètement équitable, M. de Pontmartin aurait (...)
  • 38  Arthur de Gobineau, « Les œuvres de M. Vitet », La Revue nouvelle, 1845, t. VI, p. 630.

19À terme, dans la vision rétrospective – très vite légendaire – que l’époque ultérieure donnera de la « grande bataille romantique », l’accent sera mis sur son côté épique, napoléonien : bataille gagnée avec aisance par de jeunes généraux de vingt ans, remuant en quelques années le sol entier de l’Europe littéraire. Vision qui n’est pas seulement le fait des anciens combattants tels que Gautier qui, dans son Histoire du romantisme, célèbre l’enthousiasme des « jeunes gens pleins de foi, résolus à vaincre ou mourir dans la grande bataille littéraire qui allait se livrer […] le 25 février 1830, le jour d’Hernani35 ». On la retrouve en effet chez des historiens de la littérature moins impliqués dans l’aventure, tels qu’Armand de Pontmartin, qui se souvient avec émoi de « ces magnifiques batailles littéraires de la Restauration, contemporaines et rivales des luttes passionnées de la tribune et de la presse36 ». Et si sa nostalgie de royaliste à l’égard d’une époque à ses yeux bénie y est pour quelque chose37, tel n’est pas le motif des admirations semblables que manifeste en 1845 un des jeunes collaborateurs de la Revue nouvelle, Arthur Gobineau, lorsqu’il célèbre « cette guerre de quinze ans, époque mémorable pour les lettres, et qui a jonché les champs de bataille littéraire des cadavres de bien des héros38 ». Semblable admiration rétrospective se retrouve dans l’évocation que fait, en 1853, le ci-devant premier directeur de la Revue de Paris. Appréciant le rôle de chef d’école que prit Hugo vers la fin de la Restauration, Louis Véron évoque l’évolution de la bataille romantique en filant la métaphore guerrière, confortant ainsi une sorte de « légende dorée » devenue doxa :

Une de ses préfaces fut une proclamation. Il sut enflammer des groupes assez nombreux de jeunes enthousiastes, qui combattirent en son nom et pour sa propre gloire. Il fit passer le romantisme, jusque là tout rêveur, à l’état militant ; il cria : Aux armes !

Dans les parterres de nos théâtres, les émeutes se succédèrent ; Victor Hugo se fit enfin le chef et le dictateur d’une révolution qui devait rajeunir le sang de notre vieille langue française, renverser les autels des faux dieux, réformer la poétique d’Aristote, de Racine et de Corneille, et peindre l’humanité telle qu’elle est, avec ses beautés et ses vertus, mais surtout aussi avec ses vices et ses laideurs.

  • 39  Louis-Désiré Véron, Mémoires d’un bourgeois de Paris, Bruxelles, Labroue et Cie, 1853, t. I, p. 18 (...)

[…] Entre ces premières années de la Restauration qui virent commencer les premiers coups de feu des romantiques contre les classiques, et l’année 1829, pendant laquelle je fondai la Revue de Paris, il se livra de grandes batailles littéraires ; chacun chercha dans la mêlée la célébrité ou la gloire, mais en 1829 on n’entendit plus le bruit du canon, le combat avait cessé faute de combattants39.

20La force d’évocation de cette vision rétrospective assez conventionnelle tient au talent « médiatique » de son auteur, qui a le mérite de présenter la version commune de la bataille romantique, avec tous ses ingrédients nécessaires : une école montante et son chef, s’exprimant par des préfaces à accents de manifestes, utilisant à titre de média la presse (la Muse française, en éclaireur, puis la Revue de Paris), et ayant pour but de renouveler la langue, de réformer la poétique, de manière à réaliser un but esthétique : que les arts se rapprochent du vrai.

3. Le champ littéraire comme champ de bataille

  • 40  « Remerciement à l’Académie française » (23 juin 1927), Œuvres, Gallimard, Pléiade, t. I, p. 716-7 (...)

21Voici donc que s’ouvre une nouvelle ère : celle où, comme l’analysera Valéry, la « politique littéraire » est devenue claire, nettement distribuée : « Toutes les factions de la politique littéraire avaient alors leurs quartiers généraux et leurs places d’armes. […] Chacune de ces tribus avaient son chef incontestable, je veux dire qu’il n’était contesté que par quelqu’un du même drapeau40. »

  • 41  Le colloque en cours de publication que l’auteur de ces lignes a co-organisé à la BnF avec Jean-Di (...)
  • 42  Voir mon étude : « Quand la littérature se fit événement (1827-1840) », Qu’est-ce qu’un événement (...)

22Et c’est un fait que la période romantique fut, à cet égard, une période « introuvable », où les affrontements étaient nets, où les dissensions littéraires étaient secondées par des lignes de fracture idéologiques, où les combats de la « Bataille » donnaient matière à une fictionnalisation de la vie littéraire41. Organisés d’abord autour de l’axe séparant classiques et romantiques (jusqu’en 1830), ils trouveront ensuite (après 1833) un autre principe organisateur durable dans l’opposition entre l’« art social » et l’« art pour l’art ». Puis, en 1843, viendra le combat que vont livrer les jeunes générations contre « l’école du bon sens », réanimation inespérée du classicisme mort, grâce à Rachel plus qu’à Ponsard. Avant comme après 1830, ces combats sont alimentés par une presse littéraire florissante et une « vie littéraire » bien fournie, animée par des groupes différenciés, scandée par des « événements littéraires42 » fréquents.

23Désormais, les querelles sont devenues « Bataille », et cette Bataille oppose, non plus seulement des individus hargneux mais des « écoles » bipolaires successives, dont l’affrontement réglé rythme la vie littéraire. C’est déjà la vision d’ensemble qu’à la fin du siècle confirmera Gustave Kahn, en une synthèse qui, entre autres mérites, a celui de proposer une métaphore promise à un bel avenir, celle de « champ littéraire » :

  • 43  Gustave Kahn, Symbolistes et décadents, Paris, L. Vanier, 1902, p. 311-312 (souligné par nous).

On a discuté passablement sur l’alternance des écoles, leur nécessité, leur bien fondé, leurs liens entre elles, leurs oppositions ; il semble que, de l’examen de ce siècle, une sorte de loi se dégage ressortissant d’ailleurs des phénomènes de contraste. Elle est applicable surtout aux périodes de développement d’art libre, non gêné par des influences religieuses ou royales qui purent, à certaines époques, modifier sérieusement la marche des choses ; elle pourrait se résumer ainsi : quand une élite a apporté son œuvre et qu’on est en train de tirer de cette œuvre le maximum d’effets qu’elle comporte, une autre élite, plus jeune, prépare un canon de l’œuvre d’art absolument différent, et qui a son expansion pleine à la période suivante. Ce mouvement neuf est alors combattu ou par une réaction vers l’école précédente, ou par une formule nouvelle : c’est-à-dire qu’au moment où une formule est en vigueur, où une école est maîtresse en apparence du champ littéraire, un groupe composé d’artistes plus jeunes se prépare obscurément à apporter aux hommes une matière de joie ou d’ennui tout opposée, une modulation toute diverse des sentiments. […] C’est l’école nouvelle qui compte des cerveaux créateurs, et après une lutte plus ou moins longue, elle triomphe. Ainsi, durant que le Romantisme portait l’attention sur le poème, le théâtre en vers, le roman idéaliste, Stendhal et Constant avaient travaillé avec moins d’éclat (selon l’opinion de leur temps) mais préparaient Balzac, dont l’expansion glorieuse amena l’avènement du naturalisme. Or, tandis que le naturalisme s’épandait en plein succès par Goncourt, et surtout par Zola, le symbolisme se préparait, méditait le roman lyrique, comme il préparait une refonte du vers, en dehors des héritiers du romantisme, les Parnassiens43.

4. Bataille ou Révolution ?

24« Politique littéraire », disait Valéry, regrettant presque le temps où elle était lisible à livre ouvert. Et c’est bien là un des aspects de la mutation ayant eu lieu au cours de la Bataille romantique. Désormais, le politique et l’esthétique sont intriqués. Non que les partis imposèrent de l’extérieur à la littérature leurs canons. Mais parce que la Bataille se voulut elle-même intrinsèquement politique, tout en posant comme allant de soi que les choix de politique esthétique sont plus essentiels que ceux de la politique politicienne. Et aussi parce que, jouant sur un autre tableau, la Bataille aspira de surcroît au prestige de la « Révolution ».

25C’est l’opération que Stendhal réalise l’un des premiers, en ses deux Racine et Shakespeare, dont le second est une réponse au « manifeste » académique d’Hippolyte d’Auger (24 avril 1824), mais aussi dans son Courrier anglais. Le mot de « révolution littéraire » est par lui martelé, pour provoquer l’adversaire, mais aussi de manière propitiatoire :

  • 44  « Lettres de Paris par le petit-neveu de Grimm », London Magazine, 18 décembre 1824, Paris-Londres (...)

Le caractère essentiel de la littérature actuelle en France […] peut s’énoncer en une seule ligne : la Révolution entre dans la littérature44.

  • 45  « Esquisses de la société parisienne, de la politique et de la littérature. Esquisse I », New Mont (...)

Une révolution littéraire est imminente. Tous les écrivains qui ont plus de cinquante ans seront vraisemblablement relégués à l’arrière-plan. C’est ce qui explique leur fureur contre la réforme littéraire que nous appelons romantisme45.

  • 46  « Esquisses de la société parisienne, de la politique et de la littérature. Esquisse V », New Mont (...)

Nous avons eu une révolution littéraire ; les vieilles idées continuent d’occuper les vieilles têtes, mais elles ne sont plus admises dans celles des jeunes gens qui commencent à se faire entendre dans les salons de Paris46.

  • 47  Réforme, coup d’État, 18 Brumaire, etc. Voir mon étude : « La notion de “révolution littéraire” av (...)

26S’il est vrai que d’autres modèles affluent alors pour traduire la dimension politique de la bataille littéraire en cours47, une telle métaphore a le double mérite de placer la bataille romantique sous les auspices de la Révolution française, tout en suggérant la profondeur des bouleversements esthétiques et sociaux provoqués par la guerre littéraire. Désormais, les « querelles » devenues « batailles », et ces batailles, qui sont au fond des « révolutions », structurent le champ littéraire en ses grandes largeurs, mais aussi par réverbération, ont la prétention d’influer sur le corps social tout entier.

  • 48  « Poezie Adama Mickiewicza (Poésies d’Adam Mitskevitch), 2 vol. St. Pétersbourg, 1829 », Bulletin (...)

27Certes, il est des esprits qui tentent d’en limiter la portée : ce ne seraient après tout que querelles de forme. En 1829, c’est l’opinion d’un journaliste du Bulletin du Nord : « Ce qui distingue les poètes romantiques de ceux appartenant au genre classique, c’est moins l’inspiration que le style. Le romantisme vise à la refonte de l’expression, sans rien changer aux idées48. » En 1836, La France littéraire continue de réduire la querelle à son aspect formel, non sans laisser entrevoir son arrière-fonds révolutionnaire :

  • 49  N***, « Budget littéraire de 1836 », La France littéraire : politique, science, beaux-arts, 1837, (...)

Réduisons la querelle à son expression véritable. Les réformateurs n’avaient d’abord qu’un but : c’était de trouver une forme littéraire nouvelle. Cette mission, ils l’annonçaient hautement, et il faut bien reconnaître qu’elle était digne d’occuper les esprits. Évidemment, il y avait une nécessité que tout le monde sentait : c’était d’exprimer franchement les idées nouvelles que le temps et les révolutions nous avaient données, au lieu de les accommoder aux formes de langage empruntées à une civilisation morte depuis longtemps. Il fallait oser dire un fusil au lieu d’un tube creux qui lance le plomb dans les airs49.

28Mais plus près de la vérité semblent tous ceux qui donnent à la « Bataille » sa dimension de révolution littéraire sur fond de mutation sociale : Stendhal, on l’a vu, mais aussi Véron, toujours aussi habile à synthétiser après coup les idées reçues :

  • 50  Louis-Désiré Véron, op. cit., t. I, p. 220.

Les lettres et les arts ont aussi leurs émeutes et leurs révolutions ; mais, dans les arts et dans les lettres, les révolutions ne s’accomplissent point en un jour. On ne livra d’abord à la littérature de l’Empire, à la littérature classique que des escarmouches50.

29Mais là où comme toujours Véron ne fait que réciter la doxa, un républicain tel que Félix Pyat va plus loin. Mettant en parallèle révolution littéraire et révolution sociale, il rappelle le combat à fronts renversés qui affecta l’une et l’autre, et souligne aussi comment la révolution de Juillet permit de parachever la première :

[…] la révolution sociale une fois lancée alla si vite, que la révolution littéraire put à peine la suivre. On fait plus vite des lois que des drames. On bâcle plutôt une charte qu’une poétique. Pour se remettre et se tenir au courant de la société, l’art fut obligé d’abandonner son ornière habituée. […] Enfin l’élément populaire, envahissant toujours sur les deux autres, enfanta une seconde révolution politique, et presque en même temps éclata une révolution littéraire. Il s’agissait de conquérir la liberté de la forme. Classiques et romantiques s’entrechoquèrent comme aristocrates et plébéiens. Les classiques, routiniers sectaires du xviie siècle, inintelligents légataires des doctrines politiques de leurs devanciers, […] se trouvaient dans l’absurde position de demander le mouvement en politique et de le rejeter en littérature. Les romantiques au contraire, nés d’une réaction monarchique et religieuse, […] rétrogrades quant au fond, étaient révolutionnaires par la forme.

  • 51  Félix Pyat, « Artistes contemporains : Bocage », Revue de Paris, septembre 1835, p. 170.

[…] on vit les libéraux, les révolutionnaires invoquer académiquement le secours de la royauté légitime contre les légitimistes, et les légitimistes invoquer prolétairement le secours de la liberté contre les libéraux. […] Ce fut la terreur noire […] chaque jour septembrisa un grand nom ; chaque jour une auréole tomba exécutée sur la Grève littéraire […]. Les Samson de la nouvelle critique, burent le sang de Racine dans le crâne de Boileau. Bref, l’aristocratie fut tuée en art comme en politique ; les genres se confondirent comme les rangs dans cette période d’égalité51.

30Mais c’est dès 1829, au moment donc où déjà, selon Véron, la bataille était gagnée, qu’un collaborateur du Mercure de France au xixe siècle clamait la nécessité d’un « 89 de la littérature », dans un langage marqué aux couleurs du temps :

  • 52  « De l’esprit littéraire, au dix-neuvième siècle », Mercure de France au XIXe siècle, 1828, t. XXI (...)

[…] il nous faut une nouvelle littérature, nommez-la romantique ou autrement, peu nous importe ; la génération actuelle avoue la nécessité d’une réforme, d’un 89 de la littérature. La révolution poétique s’effectue, elle marche à grands pas. En attendant ses résultats, les retardataires se lamentent, les écrivains stationnaires crient au désordre, les Jérémies en littérature pleurent sur la Jérusalem nouvelle […] Le siècle actuel convient que c’est le seul moyen de ranimer les lettres que de les mettre à la hauteur de nos mœurs, et que le malheur ne sera pas grand quand nous aurons deux littératures, une classique et une romantique : celle de Racine et celle de M. de Chateaubriand52.

  • 53  « Que veulent les critiques sensés ? Que réclame l’intérêt de la littérature à venir ? Que l’art s (...)

31Lutte des révolutionnaires contre les « retardataires », des « novateurs » contre les « stationnaires », les « routiniers » : soit donc, comme en politique au même moment, du « Mouvement » contre la « Résistance ». Et victoire inévitable du « principe de liberté », comme l’admet jusqu’à Théry, esprit mesuré53. Aux meilleurs observateurs, il est évident que la Bataille-Révolution n’a été possible que du fait d’une de ces commotions transversales qui excèdent de loin les disputes formelles, et qu’elle ne prend son sens véritable que dans le sillage de la Révolution française :

  • 54  Cyprien Desmarais, Le Temps présent, ou essais sur l’histoire de la civilisation au xixe siècle, P (...)

Ceux qui firent de cette question une querelle de mots, ne la comprirent pas ; ceux qui en firent une question de choses, ne purent pas la résoudre. En effet, elle devint de plus en plus insoluble, parce que tout s’y mêla : on fit entrer dans la lice, pour assister au débat, le libéralisme, le royalisme, la religion, la politique ; et toutes ces choses se firent combattants de spectateurs qu’elles étaient54.

  • 55  Préface des Nouvelles Odes, 1824, op. cit., t. II, p. 472.
  • 56  Texte de 1824, dans la préface des Nouvelles Odes, repris dans Littérature et philosophies mêlées, (...)
  • 57 « Lettre aux éditeurs des poésies de feu Charles Dovalle », février 1830, ibid., t. III, p. 1082. F (...)

32Mais c’est déjà sous la plume des hérauts officiels du romantisme que cette fusion des deux logiques, Bataille et Révolution, s’était faite. Dès 1828 Émile Deschamps, loin d’héroïser la « guerre en temps de paix », on l’a vu, manie en revanche avec prudence le modèle révolutionnaire : « On ne peut nier l’immense révolution produite dans la littérature française par les historiens, les philosophes et les poètes de la nouvelle école ; pourquoi l’art dramatique n’aurait-il pas son tour55 ? » Et si Hugo a plaidé d’abord que la littérature nouvelle pourrait bien être le résultat de la révolution française sans en être l’expression56, dès avant la révolution de Juillet, lui-même brandit le nouveau drapeau. Comme le romantisme est désormais « le libéralisme en littérature », la révolution littéraire en cours n’est « qu’un corollaire immédiat de notre grand mouvement social de 1789. C’est le principe de liberté qui, après s’être établi dans l’état et y avoir changé la face de toute chose, poursuit sa marche, passe du monde matériel au monde intellectuel, et vient renouveler l’art comme il a renouvelé la société57 ».

  • 58  « Histoire du Siècle xix. – Au siècle xix, la notion de révolution-rébellion a cessé rapidement de (...)
  • 59  C’est le plus petit dénominateur commun des deux révolutions, si l’on en croit le parallélisme sug (...)

33Qu’est-ce à dire : que les romantiques se sont pris pour de véritables révolutionnaires ? Plutôt qu’ils ont réussi à drainer en leur faveur les connotations positives du mot, en le purgeant de ses sèmes incommodes, quitte à le réduire à n’être qu’un équivalent emphatique, à résonances sociales, de la notion de la novation. Ce qu’a bien analysé Valéry58. Désormais en tout cas, on entre dans un univers mental où la Bataille-Révolution littéraire est d’autant plus valorisée qu’elle a conquis le prestige du « mouvement59 », de la novation, bientôt de la « modernité », et qu’elle prétend passer les bornes du champ clos littéraire, en rayonnant sur tout le corps social, et en visant son renouvèlement en profondeur sous les auspices de la liberté.

5. Quand la Bataille vient à manquer

34Grand changement quelques brèves années après 1830. De toutes parts, le même cri : plus de batailles ! Hugo lui-même le dit en 1834, retournant, grand seigneur, à sa première antienne :

  • 60  « But de cette publication », Préface de Littérature et philosophies mêlées (1834), Œuvres complèt (...)

Ces appellations de classiques et de romantiques, que celui qui écrit ces lignes s’est toujours refusé à prononcer sérieusement, ont disparu de toute conversation sensée aussi complètement que les ubiquitaires et les antipaedobaptistes. Or, c’est déjà un grand progrès dans une discussion quand les mots de parti sont hors de combat. Tant qu’on en est à la bataille des mots, il n’y a pas moyen de s’entendre ; c’est une mêlée furieuse, acharnée et aveugle. Cette bataille, qui a si longtemps assourdi notre littérature dans les dernières années de la restauration, est finie aujourd’hui. […] Le pugilat des théories a cessé. Le terrain de l’art maintenant n’est plus une arène, c’est un champ. On ne se bat plus ; on laboure60.

35Ce qui n’empêche pas Hugo de triompher : « À notre avis, la victoire est aux générations nouvelles. Elles ont pris grandement position dans tous les arts. »

36Elle aussi portée à se réjouir, la Revue européenne préfère vanter l’accès à l’impartialité que permet l’apaisement des querelles littéraires, que la révolution de Juillet a rendues obsolètes :

  • 61  Edmond de Cazalès, « Œuvres de Charles Nodier », Revue européenne, 1832, n° 9, t. III, p. 326.

Le moment est venu d’apprécier avec impartialité cette guerre acharnée entre le classique et le romantique, qui a tant occupé les quinze dernières années […]. Les événements sont venus tourner les esprits vers des pensées plus sévères et de plus graves intérêts ; les querelles littéraires se sont apaisées ; les passions qu’elles soulevaient se sont éteintes, et nous pouvons en parler aujourd’hui avec le sang froid indifférent de la postérité, tant la révolution a mis d’années entre 1829 et 183261.

  • 62  « Société des sciences morales, lettres et arts de Versailles », Le Libre-examen : journal religie (...)
  • 63  Amédée Gabourd, « Du mouvement littéraire en France depuis 1830, et de ses conditions actuelles », (...)
  • 64 Galerie des contemporains illustres par un homme de rien, Paris, 1843, t. VI, p. 17.

37Dans le même esprit, certains se félicitent de la paix retrouvée. Selon Le Libre-examen, la « division en classiques et romantiques qui tient à des questions bien plus profondes que la littérature et les beaux-arts, disparaît graduellement. Après ce choc et cette effervescence momentanée, les esprits se calment, les hommes se rapprochent, et c’est grâce à des concessions mutuelles et tacites, faites à la raison et à l’expérience, qu’on les voit réunir et leurs lumières et leurs efforts pour atteindre le but commun62 ». Sentiment largement partagé : « vieilles querelles » déjà, vu de 1843, que ces « querelles du romantique et du classiques » sous lesquelles « se cachaient des idées d’attaque et de résistance : elles étaient déjà abandonnées à l’époque de la révolution de juillet63 ». Louis de Loménie le confirme, la même année : « Nous sommes déjà bien loin des querelles littéraires des dernières années de la Restauration. Tout ce qu’il y avait de juste et de vrai dans les doctrines auxquelles on donnait jadis l’épithète de romantiques a désormais acquis force de chose jugée64 […]. »

  • 65  Vincenzo Gioberti, Restauration des sciences philosophiques : introduction à l’étude de la philoso (...)

38On se félicite : « […] la sauvage manie de se maltraiter, de se déchirer à coups de plume, est presque passée de mode, aussi bien que ces batailles littéraires ou académiques qui troublèrent si souvent le champ pacifique de la science ». Quitte à se plaindre du nouveau mal : « le culte et la glorification mutuels des auteurs entre eux. Depuis le plus mince écrivailleur jusqu’à ceux qui, à tort ou à raison, sont vénérés comme les maîtres et les distributeurs suprêmes des éloges et des réputations, l’encensoir passe de main en main65 ». Latouche est passé par là…

39En revanche, Alphonse Esquiros a peine à comprendre comment on en est venu si vite au « calme plat ». Regrettant la fin des batailles, il se retourne vers cet âge épique, en filant, plus systématiquement que jamais, la métaphore guerrière :

Lorsque le vieil édifice littéraire était encore debout, que le Théâtre-Français, ce palladium du genre classique, était à enlever d’assaut ; que l’Université, l’Académie et le journalisme présentaient leurs vastes tours bordées de remparts ou de chevaux de frise, la nouvelle école se fit réactionnaire et offensive. – Alors elle attaquait, elle minait, elle battait en brèche. Ce ne fut pendant plusieurs années que jeu de balistes et de catapultes contre ces pauvres bastions, qui n’en pouvaient mais, et qui faisaient jour par tous les flancs […].

  • 66  Alphonse Esquiros, « Journaux. Débats, – Temps, – Courrier, – Quotidienne, – Constitutionnel, – Na (...)

Dès que l’ancienne école fut à terre, que la place se trouva unie et déblayée, que le champ-clos fut entouré de haies et de barrières, l’art nouveau vint faire ses premières armes ; la critique y descendit également, armée de pied en cap, appareillée du heaume et de la cuirasse. […] Partout, cliquetis d’épées au grand jour, lances rompues, voix de fanfares et de trompettes. Chacun avait son cri de guerre et sa devise. Depuis, des généraux mal payés de leurs services et de leurs peines, boudèrent le siècle. Achille se retira dans sa tente. Alors, un calme plat succéda de lui-même à ce tourbillon de bruit et de fumée66.

40Selon L’Artiste, dès 1835, cette fin des batailles littéraires s’inscrit dans une décadence généralisée de tout ce qui fut enthousiasme et passion, et annonce la montée en puissance de l’ennui :

  • 67  P. E. Barré, « Des Bals. Bals de l’Opéra. Le costume », L’Artiste, 8 février 1835, t. IX, p. 22.

Nous courons vers le terme fatal sur un chemin de fer ; quatorze lieues à l’heure ! effrayante vitesse ! Amusons-nous donc, amusons-nous. Où sont les joies de la vie? où est la poésie de la vie? Les arbres n’ont plus de feuillage ; sur nous pèse une atmosphère de brouillards, de la boue dans les rues, […] où sont les nobles passions qui faisaient sentir la vie ? le dévouement aux dames, l’enthousiasme religieux, les tournois et la guerre, et les batailles littéraires et les émotions du théâtre ? Tout s’en va, partout l’ennui se glisse, partout l’ennui s’établit et règne ; hélas ! hélas ! allons nous devenir un peuple de quakers, moins leurs vertus67 ?

41Querelles et batailles d’antan, désormais valorisées, sont ainsi l’objet de regrets unanimes. C’est le sentiment qui l’emporte après 1832. Par rapport au pessimisme foncier – envers la nature humaine, et en particulier la république des lettres – que supposait avant 1830 l’évocation des querelles littéraires, c’est le monde à l’envers.

42On cherche à comprendre la rapidité d’une telle mutation. Pour certains, comme pour ce collaborateur de la Revue de Bretagne, la fin des batailles littéraires s’explique par l’envahissement de la politique. Et lui aussi en profite pour proposer une fresque rétrospective :

Longtemps en France on a vécu de polémiques, de controverses. Souvenez-vous des querelles envenimées de Port-Royal ; souvenez-vous des chaudes attaques des partisans de Gluck et des partisans de Piccini. La curiosité, l’intérêt étaient vivement excités par ces engagements, qui du moins ne coûtaient la vie à personne. – Le xviiie siècle, pour sa part, fut souvent témoin de ces escarmouches littéraires : le xviiie siècle semblait, dans ces luttes, essayer ses forces pour se mesurer bientôt sur un champ de bataille plus large et plus sérieux. Alors le moindre discours, la moindre pièce de vers, la moindre épigramme étaient comme des provocations qui soulevaient des tempêtes […] – Le pugilat des théories, comme dit Victor Hugo, soulevait alors un tourbillon de poussière qui aveuglait souvent combattans et spectateurs ; – et le terrain de l’art n’était plus seulement un champ paisible de travail, mais une bruyante arène de combat.

  • 68  « Polémique littéraire. Nouvelle littérature. Régime impérial », Revue de Bretagne, 1834, t. V, p. (...)

Maintenant plus de passion littéraire. – Trouvez-moi donc, je vous prie, un homme assez courageux pour oser sonner le tocsin de l’insurrection littéraire lorsque tant de voix lamentables entonnent publiquement un lamentable De Profundis sur cette littérature moderne qui peut sans doute avoir abusé de ses forces et de sa jeunesse, mais qui nous paraît, à nous, encore pleine de vie et d’avenir, n’en déplaise aux esprits chagrins et aux intrépides louangeurs du passé? – maintenant la bataille a passé du champ-clos de la littérature sur le terrain brûlant des passions politiques. […]. – La politique est aujourd’hui la seule passion littéraire68.

43Désolés de ce calme plat, certains vont jusqu’à vouloir provoquer artificiellement des querelles pour stimuler une actualité artistique qui fait du sur-place. Ainsi d’un ami consulté par Édouard Monnais, auteur d’un chapitre sur « Les Querelles en fait d’art » dans ses Esquisses de la vie d’artiste :

  • 69  Édouard Monnais, « Des querelles en fait d’art », Esquisses de la vie d’artiste, Paris, Labitte, 1 (...)

– Je pense, me dit-il, qu’un bon petit sujet de querelle nous viendrait bien à point en ce moment de calme plat littéraire et musical, où pour obtenir l’apparence d’une tempête, nous sommes réduits à battre l’eau de nos propres mains. C’est la faute du siècle qui se prête à tout, ne s’étonne de rien, ne se scandalise de rien […] Autrefois on se disputait, on se battait, on se disait des injures, on se sentait vivre. […] À présent, il n’y a plus de plaisir : tout est stable et inamovible. Vous dites une vérité, vous lâchez un paradoxe : personne ne bouge. […] et vous croyez que l’art existe ? Allons donc, il est mort, tout à fait mort et enterré69 !

  • 70  Laurent-Pichat, « Un prix de 2500 frs », Revue de Paris, janvier 1855, t. XXIV, p. 173.

44Quant à la Revue des Deux Mondes, à défaut de vouloir réactiver de vraies querelles, elle propose en 1854 un prix de 2 500 francs sur cette question : « Comment on pourrait raviver l’esprit littéraire et produire un mouvement intellectuel du même ordre que celui qui a signalé la dernière période de la restauration et les premières années du gouvernement de 1830 ». Non sans essuyer les sarcasmes des « jeunes » de la nouvelle Revue de Paris70

  • 71  Sainte-Beuve, « En tête de quelque bulletin littéraire », Critiques et portraits littéraires, Pari (...)

45C’est là en fait l’aboutissement de la réflexion que depuis la fin des années 1830 n’a cessé de proposer Sainte-Beuve, critique lige de la maison, sur l’évolution du champ littéraire. Chez celui qui fut personnellement engagé dans la bataille romantique à la fin de la Restauration, ce sentiment d’une fin des batailles se lie au sentiment d’une fin des écoles ; et ces deux sentiments conjoints prennent une place centrale dans sa philosophie de l’histoire littéraire en train de s’écrire. Selon lui, la littérature des dix premières années de la monarchie de Juillet « se sépare de celle de la restauration par des traits fort tranchés et par une physionomie qui marque véritablement une nouvelle époque ». Alors qu’à la période précédente « l’antagonisme régnait assez exactement entre les écoles littéraires comme entre les partis politiques ; c’étaient des batailles à peu près rangées », on est entré après 1830 dans une tout autre période, de confusion et d’individualisme : « Depuis huit ans, insiste Sainte-Beuve, c’est-à-dire depuis la Révolution de juillet, les écoles littéraires se sont trouvées dissoutes comme les partis politiques, et il ne s’en est pas refait d’autres. Des individus remarquables, des talents nouveaux se sont produits, mais sans appartenir à aucun groupe existant, sans représenter aucune opinion, aucune doctrine fixe et saisissable. […] Cette confusion et ce tourbillon sont le signe même de la nouvelle période littéraire71. »

  • 72  Charles Labitte, « Poetae minores », Revue des Deux Mondes, 1er juillet 1842, t. III, p. 104.

46Il y a là un sentiment désormais répandu, et que reprend en 1843 dans la même revue un disciple de Sainte-Beuve, Charles Labitte : « […] à l’heure qu’il est, il n’y a pas, à proprement parler, d’écoles poétiques : les centres qui avaient réussi à se constituer dans les dernières années de la restauration se sont trouvés brusquement dissous par une révolution politique, et, depuis, on n’a eu aucune occasion décisive, on n’a fait aucun effort sérieux pour se rallier autour d’un principe commun, pour courir la même fortune sous le même drapeau72 ».

47Puis, à mesure que le temps passe, le regret des querelles d’antan revient en boucle, se mêlant à cet autre regret formulé par Sainte-Beuve, la fin des écoles littéraires. « Signe du temps », selon Cadoudal :

  • 73 Georges de Cadoudal, Les Signes du temps : critiques littéraires et morales, Paris, Lecoffre, 1862, (...)

Aujourd’hui, en effet, il n’existe plus, comme il y a un quart de siècle, d’écoles littéraires ni de groupes autour d’un même drapeau […] On ne voit nulle part de ces théories générales, reconnues de tous, crues et acceptées sans discussion, sorte de fonds commun où puisaient les esprits qui ont fait la gloire et la force des grandes époques littéraires. Dans la société contemporaine, les idées, essentiellement individuelles, se sont morcelées comme le sol73.

48Vu d’aujourd’hui, il y a là un sentiment un peu étrange puisque déjà à cette date de 1862 la « bataille réaliste » fait rage depuis une décennie… Mais il faut comprendre que la grande Bataille des classiques et des romantiques (majuscule emphatique de rigueur) garde pour l’instant une telle aura qu’elle rend invisible celle qui lui a succédé. Le même sentiment se retrouve chez Babou, en plus acerbe. Chez lui, le sarcasme contre un présent fait de littérature industrielle, sans gloire ni batailles, l’emporte sur la nostalgie. Plus de combats littéraires glorieux : on en a perdu jusqu’à la mémoire. Les écrivains ne sont plus que des « modistes », pour qui seul compte le bénéf. La réalité industrielle a remplacé la métaphore guerrière, la littérature est tombée de l’epos dans la « blague » :

  • 74 Hippolyte Babou, Les Payens innocents : nouvelles, Paris, Poulet-Malassis, 1858, p. vii-viii.

[…] il y avait, dans les lettres, un mouvement d’activité généreuse et désintéressée, il y avait, dit-on, des écoles et des chefs d’école, des partis et des chefs de partis, des systèmes en lutte, des courants et des contre-courants d’idées, des foyers d’inspiration et d’étude, une vie littéraire ardente, militante, qui passionnait à la fois le public et l’écrivain. Ah ! vers 1830, je le sais, tous les gens de lettres se glorifiaient d’être les soldats d’une expédition, et pour toute publicité ils ne réclamaient, à l’ombre du drapeau, que les sonores appels du champ de bataille. On parlait alors de nos colonels, de nos généraux et de nos maréchaux. Que nous reste-il aujourd’hui de ces fiers panaches ? Nos devanciers combattaient, et nous, nous fabriquons et vendons. […] à la place du champ de bataille il y a une myriade de boutiques et d’ateliers où se vendent et se fabriquent chaque jour les modes nouvelles et tout ce qu’en général on appelle l’article-Paris. Quel est l’insensé qui aspire encore à la renommée, à la gloire, au succès légitime et durable ? – Le succès c’est le bénef ! me disait naguère un jeune romancier dans l’idiome exquis des faiseurs d’affaires74.

  • 75  « La littérature à l’abreuvoir », La Veilleuse, 1868, p. 117-118.

49Si l’on en croit en revanche un chroniqueur de La Veilleuse en 1868, à la place des batailles glorieuses d’antan il ne reste plus que des pugilats d’estaminet. Les écrivains de la génération romantique « formaient une légion de robustes soldats qui servaient vaillamment la grande cause de l’Art, dont quelques jeunes maîtres maintenaient haut le drapeau, en réactionnaires qu’ils étaient, campant sous les cintres des théâtres la veille d’une bataille littéraire, et, le jour venu, se jetant furieusement dans la mêlée, les romantiques courant sus aux perruques. Nous autres, nous avons établi notre quartier général à l’estaminet, luttant contre force bocks, madères, absinthes, bitters et vermuths. Certaines peuplades sauvages dévorent leurs ennemis prisonniers, – nous buvons les nôtres75 ! »

  • 76  Jules Janin, « Discours aux obsèques de Charles Reynaud », in Charles Reynaud, Œuvres inédites, pr (...)
  • 77  Émile Bouvier, La Bataille réaliste : 1844-1857 : Champfleury, La Bohème, Courbet, Max Büchon, Dup (...)
  • 78  « Ma bataille littéraire », dit souvent Zola. Voir entre autres Correspondance : Les lettres et le (...)
  • 79  Philippe Gille, La Bataille littéraire, 7 volumes, Paris, Victor-Havard, 1889-1894.

50Bien rares dans le paysage littéraire des années 1840-1860, ceux qui, tels Janin, pensent que la bataille littéraire continue, et que « ce fut une grande bataille littéraire que Lucrèce76 ! » Les dérisions contre l’école du bon sens l’emportent de loin sur ceux qui tiennent pour une « illustre journée » la représentation triomphale de la tragédie de Ponsard en 1843. De quoi compliquer – un peu – l’idée qui veut que le xixe fut, en continu, un siècle de batailles littéraires. Il faut attendre en fait 1910 pour que la « bataille réaliste » reçoive tardivement ce nom de baptême, grâce à Émile Bouvier77. Mais il est vrai que Zola éprouvera souvent le besoin après 1870 de s’inscrire à son tour dans la perspective d’une bataille littéraire renouvelée, à la fois féroce et épique78, et que la notion s’est aussi trouvée arborée en titre, entre 1889 et 1894, par les sept recueils que Philipe Gille tire de ses articles de critique littéraire79.

51De quoi poursuivre une autre fois cette histoire des querelles transformées en batailles école contre école, qui, malgré la période de crise qui vient d’être évoquée, est bien une caractéristique du xixe siècle dans son ensemble. Ce que ne contredit pas, mais tout au contraire confirme, le fait que lorsque les batailles viennent à manquer, on en ressente le manque comme une déficience structurale, qui brouille les différences et rend illisible le champ littéraire. Preuve par l’absurde en quelque sorte…

52C’est que les querelles désormais devenues batailles ont la vertu d’apporter à la vie littéraire la part de négativité réglée sans laquelle son grand récit se brouille. C’est qu’elles ont ainsi pu fournir peut-être une première forme de structuration au champ littéraire, en lui donnant l’aspect réglé d’un champ de bataille, soit donc une lisibilité nouvelle qui a remplacé l’anarchie des querelles récurrentes par les épisodes d’un combat – national, voire européen – en bonne et due forme : avec chefs, officiers, simples soldats, troupes, avant- et arrière-gardes, proclamations, « manifestes », « journées », etc. Et connotations révolutionnaires en prime...

  • 80  Comme le font déjà les recherches d’Alain Vaillant (L’Histoire littéraire, Paris, A. Colin, 2010), (...)

53Bien sûr, il n’est pas question de prendre à notre compte la vision schématique qui se dégage lorsqu’on lit à la file ces analystes contemporains… Le romantisme mérite mieux que ces histoires en forme de « légende dorée », qui simplifient de manière souvent éhontée les aspects de la guerre littéraire, et uniformisent la Bataille alors qu’il conviendrait au contraire d’en marquer – enfin… – les phases et de tenir compte de ses aspects pluriels, en termes d’histoire littéraire mais aussi d’histoire culturelle80. Nous sommes là à l’évidence au niveau des représentations, souvent complaisantes, formant part d’un « grand récit » que le romantisme, avec l’aide de ses satellites, aime à tenir sur lui-même, et non dans le cadre d’une analyse scientifique – qui fait encore pour une part défaut. Il y aurait bien plus, bien plus précis surtout à dire sur la véritable histoire du champ littéraire entre les années 1830 et 1850, et il est fort possible alors que la dimension agonistique mise en valeur par les observateurs contemporains trouverait largement de quoi être complétée, y compris par eux-mêmes. Mais de ce grand récit mythique qui vient d’être ici rappelé peut-être convient-il cependant de retenir quelque chose, que toutes leurs analyses convergentes considérées en bloc ne manquent pas de suggérer : c’est qu’il y a bien eu passage dans les décennies ici étudiées de la logique individualiste « querelles » à la logique socialisante « batailles » : cela importe à notre réflexion commune, et constitue la première thèse ici soutenue. Mais une seconde thèse, plus hypothétique – qu’il conviendra d’étayer par des analyses faisant des sondages dans les journaux intimes, les correspondances d’écrivains, les préfaces, l’iconographie, etc. – se dégage de cette réflexion d’ensemble : que cette notion nouvelle a bien entrainé avec elle une première construction imaginaire de l’espace littéraire pris en bloc.

54Quant la Bataille est là, c’est bien l’ensemble de l’espace littéraire qu’elle structure, qu’elle dynamise, mais aussi qu’elle rend lisible, avec l’appui déjà des médias, qui amplifient en temps réel une telle socialisation. Car c’est cela qui est nouveau : avec la promotion de la Bataille, on entre dans une ère nouvelle, ère médiatique où la littérature se fait à sa façon sociale – tant dans ses perceptions, ses imaginaires que dans sa réalité matérielle, tant dans sa conception que dans sa diffusion.

  • 81  Voir sur la génération de 1830, si différente, le numéro de Romantisme que j’ai coordonné : « Géné (...)
  • 82  En partant de l’hypothèse que les « scénographies auctoriales » structurent la pratique littéraire (...)

55Ainsi la fameuse « Bataille » ne vaut pas tant peut-être pour son légendaire épique, si souvent pourtant mis en avant en un siècle longtemps séduit par l’épopée napoléonienne, et qui projette sur la littérature ce romanesque social-là, désormais impossible dans le réel, de même qu’il transfère sur l’écrivain la sacralité perdue de la religion (Bénichou). Elle vaut surtout comme premier modèle imaginaire d’organisation d’un champ littéraire désormais élargi, spatialisé, socialisé, médiatisé, et ouvertement traversé – et travaillé – par le socio-politique, comme en témoigne le commun syncrétisme qui se fait alors entre Bataille et Révolution. La Bataille spatialise la littérature, et ainsi la synthétise, l’organise, du moins en surface ; la Révolution lui ouvre un champ social plus vaste encore. Certes, tout cela a pourtant le défaut – rédhibitoire – de simplifier aussitôt les affrontements réels en ayant recours à une logique binaire trop commode, utile aux simplifications de la doxa, mais dangereuse pour la véritable compréhension des phénomènes, bien plus complexes il va de soi. Plus de distinction dans de telles synthèses cavalières entre romantisme libéral et romantisme ultra, entre génération de 1820 et génération de 183081, entre romantisme hugolien et OPA balzacienne ou baudelairienne sur le romantisme, entre romantisme humanitaire et romantisme artiste82, etc. Mais l’idée si longtemps prégnante de la Bataille a eu du moins cet avantage de proposer déjà, avant 1850, une première synthèse imaginaire de ce que sera le champ littéraire après cette date : soit donc, lorsque, si l’on suit Pierre Bourdieu, une autre scission va le scinder à son tour, et lui donner presque un nouvel être : la séparation marquée, ayant des conséquences dans les imaginaires mais aussi dans le réel des circuits de création et de diffusion, entre littérature autonomisée et littérature industrielle.

56Pourtant lorsque ce sera au tour de cette dichotomie littérature d’art/littérature grand public de réorganiser le champ littéraire si l’on suit Bourdieu, la primitive organisation agonistique du champ littéraire comme champ de bataille ne va pas pourtant disparaître. Les combats esthétiques reprennent dans le champ littéraire d’après 1850, et la systématisation du phénomène des écoles les renforce plus encore, après cette période de bonace qui a tant troublé les observateurs, on l’a vu. Mais ils concernent surtout la haute littérature « autonomisée » (de même que le combat classiques/romantiques se passa dans la même lice, avec simplement de la part des classiques l’essai – manqué – de renvoyer les ambitieux impétrants dans les dessous de l’enfer littéraire). En revanche, il n’y aura pas au sens propre bataille entre les deux pôles nouveaux du champ littéraire que définit Bourdieu (nouveaux, mais organisés, remarquons-le, selon un principe ancien, celui d’une hiérarchie entre un « haut » et un « bas des lettres » comme disaient les Goncourt ; entre une grande et une « petite littérature », comme on disait vers 1820). Mais subsiste bien cependant une tension structurante, entre un pôle positif et un pôle négatif, car le champ littéraire est devenu entre-temps magnétique, comme n’a pas manqué de le relever Bourdieu. Dans cette nouvelle forme de tension, les deux pôles opposés ont subi une transformation conjointe : les classiques, terrassés, ont été remplacés comme têtes-de-turc par les journalistes et les auteurs de romans-feuilletons, tandis que l’idéal littéraire romantique cède la place à la « littérature pure », qui, sinon avec la Bataille, qui reste vive, rompt du moins avec ce qui la fondait en partie : le modèle révolutionnaire et la prétention de la littérature à rayonner sur le corps social. Question cependant : est-ce que ce modèle, qui vaut pour Flaubert et Mallarmé, vaut encore ne serait-ce que pour Zola, à la fois engagé et « batailleur » ?

  • 83  Ce qui, par une autre voie, rejoint la critique qui fut celle de Denis Saint-Jacques et Alain Vial (...)
  • 84  Ce que permet pour une part le livre de Jean-Marie Goulemot et Daniel Oster, Gens de lettres, écri (...)
  • 85  C’est l’esprit du séminaire que je conduis avec Jean-Didier Wagneur à Paris 7 (2011-2013) : « Les (...)
  • 86  Et à la contribution remarquable qu’y a apporté et que continue d’y apporter ce qu’il convient d’a (...)

57Impossible bien sûr d’y répondre dans le cadre de la présente réflexion : ce serait déborder les limites chronologiques déjà amples ici adoptées. Restera à poursuivre ailleurs une telle analyse historique des diverses phases de la constitution du champ littéraire au xixe siècle. Il conviendra sans doute alors de relativiser le terminus a quo posé par Bourdieu, trop tardif, pas assez justifié83 par une prise en considération de l’avant. On se devra sans doute aussi d’interroger à nouveaux frais l’unique critère de distinction qui fut au centre de son hypothèse, de même qu’il sera bon de relativiser, tout autant, la logique agonistique des batailles, favorisée par les contemporains. Il conviendrait même à une étude plus complète de remonter plus en arrière encore, pour se demander comment s’est fait, entre Lumières et Romantisme, le passage de la « République des lettres » au « champ littéraire » romantique et post-romantique en ses diverses structurations. Vaste programme84… Tout cela en ayant en vue ce qui a guidé la présente étude : prêter l’oreille à ce que disent, avec grande acuité souvent, les analystes contemporains85, mais en gardant l’esprit critique qui s’impose, de manière à contribuer modestement au débat théorique ouvert par la « sociologie des champs86 ».

Haut de page

Bibliographie

Bertrand (Jean-Pierre) & Durand (Pascal), La Modernité romantique : de Lamartine à Nerval, Paris, Bruxelles, Impressions nouvelles, 2006.

Darnton (Robert), Bohème littéraire et Révolution : le monde des livres au xviiie siècle, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1983.

Diaz (José Luis) (éd.), Revue d’Histoire littéraire de la France, « Multiple histoire littéraire », 2003.

Diaz (José Luis) (éd.), Romantisme, « Génération Musset », n° 147, 2010.

Diaz (José Luis) & Vaillant (Alain) (éds.), Romantisme, « Histoire culturelle/Histoire littéraire », n° 143, 2009.

Diaz (José Luis), « “Manifestes” romantiques », Revue des sciences humaines, n° 295, 2009, pp. 81-98.

Diaz (José Luis), « La notion de “révolution littéraire” avant 1830 », dans Les Révolutions littéraires aux xixe et xxe siècles, sous la dir. d’Agnès Spiquel & Jeanyves Guérin, Valenciennes, Presses de l’université de Valenciennes, 2006.

Diaz (José Luis), « Préfaces et manifestes du xixe siècle : la réflexion critique comme agir communicationnel », Revue des sciences humaines, n° 295, 2009, pp. 9-16.

Diaz (José Luis), « Quand la littérature se fit événement (1827-1840) », dans Qu’est-ce qu’un événement littéraire au xixe siècle. 1. Faire l’événement, Saint-Étienne, Presses de l’Université de Saint-Étienne, 2008.

Diaz (José Luis), L’Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque romantique en France, Paris, Champion, 2007.

Glinoer (Antony), La Querelle de la camaraderie littéraire : les romantiques face à leurs contemporains, Genève, Droz, 2008.

Goulemot (Jean-Marie) & Oster (Daniel), Gens de lettres, écrivains et bohèmes. L’imaginaire littéraire, 1630-1900, Paris, Minerve, 1992.

Goulemot (Jean-Marie), Discours, révolutions et histoire : représentations de l’histoire et discours sur les révolutions de l’Âge classique aux Lumières, Paris, Union générale d’édition, 1975.

Mortier (Roland), « La satire, ce “poison de la littérature”. Voltaire et la nouvelle déontologie de l’homme de lettres », dans Essays on the age of enlightenment in honor of I.O. Wade, Genève, Droz, 1977.

Pagès (Alain), La Bataille littéraire : essai sur la réception du naturalisme à l’époque de Germinal, Paris, Séguier, 1989.

Saint-Jacques (Denis) & Viala (Alain), « À propos du champ littéraire. Histoire, géographie, histoire littéraire », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 49e année, n° 2, 1994, pp. 395-406.

Vaillant (Alain), L’Histoire littéraire, Paris, A. Colin, 2010.

Haut de page

Notes

1  Voir sur ce point les analyses désormais classiques de Jean-Marie Goulemot : Discours, révolutions et histoire : représentations de l’histoire et discours sur les révolutions de l’Âge classique aux Lumières, Paris, Union générale d’édition, 1975.

2  « Tantaene animis coelestibus irae ? », Virgile, L’Énéide, Livre I.

3  « Afin d’observer quelque méthode dans cet ouvrage, il est divisé en plusieurs articles : Querelles particulières, ou Querelles d’auteur à auteur ; Querelles générales, ou Querelles sur de grands sujets ; Querelles de différens corps », Abbé Irailh, Querelles littéraires, ou Mémoires pour servir aux Révolutions de la République des lettres, depuis Homère jusqu’à nos jours, Paris, Durand, 1761, t. I, p. xv.

4  « Dans tous les âges, chez toutes les nations où les sciences & les arts ont fleuri, l’esprit de jalousie & de division les a toujours accompagnés. […] Quelle honte pour l’humanité que cette espèce de maladie règne principalement dans les siècles où brillent les grands talens, & que le nôtre, qu’on dit être celui de la philosophie, n’en soit pas même exempt », ibid., p. viii-ix.

5  « Quelqu’un a dit, qu’autrefois les bêtes combattoient dans le cirque, pour amuser les hommes qui avoient le plus d’esprit, & qu’aujourd’hui les gens d’esprit combattent pour divertir les sots. Le plus sûr moyen de corriger le ridicule, c’est de le peindre & même de le charger. Notre but principal est de contribuer à l’utilité du lecteur par le tableau des querelles littéraires. Elles peuvent être mises au nombre de ces maux qui produisent quelquefois un grand bien. Et qui doute qu’elles ne servent souvent à faire découvrir la vérité ; qu’il ne résulte de grandes lumières du choc des sentimens sur le même sujet », ibid., p. v-vi.

6  « Il faut avouer que la plupart des querelles littéraires sont l’opprobre d’une nation », lettre à M. de La Harpe, 19 avril 1773.

7  Voir Roland Mortier, « La satire, ce “poison de la littérature”. Voltaire et la nouvelle déontologie de l’homme de lettres », Essays on the age of enlightenment in honor of I.O. Wade, Genève, Droz, 1977.

8  « Il doit toujours paraître singulier qu’un écrivain attaque la profession d’écrivain, quoique faiblement exercée par un autre ; et que tous ces traits lancés contre les gens de lettres, partent de la main des gens de lettres. C’est Boileau tour à tour satyrique et adulateur, qui s’est permis le premier cette misérable attaque ; et des rimailleurs honnis se sont intitulés après lui vengeurs du goût. Leur insolence dérive de l’impertinence du trop renommé Boileau qui a donné à la littérature française ce grand scandale » (Louis-Sébastien Mercier, « Boileau », Mon bonnet de nuit, t. II, Neuchâtel, 1784, p. 113-114). Chez d’Alembert, même contestation des procédés satiriques de Boileau à l’égard des « auteurs » (« Éloge de Despréaux », in Éloges lus dans les séances publiques de l’Académie françoise, Paris, Panckoucke, 1779, p. 91).

9  « La scène de Vadius et Trissotin est dirigée contre les littérateurs, et plusieurs vers, notamment ceux qui sont dans la bouche du marquis, tendent à les humilier […]. S’il eût répandu le même ridicule sur les hommes livrés au sciences exactes, il aurait fait rétrograder son siècle » (Louis-Sébastien Mercier, Mon bonnet de nuit, t. II, 1784, p. 156).

10  Voir sa « Réponse à la Onzième Réflexion de Monsieur Despréaux sur Longin » (Œuvres de M. Houdar de La Motte, Paris, 1754, t. IV, p. 86) : « Quelle honte, que dans ce genre d’écrire, ce soit être nouveau que d’être raisonnable ! »

11  Mercier explique pourquoi les « gens du monde » ont intérêt à attiser ces querelles : « Les gens du monde, qui, par envie ou ignorance, s’efforcent de rabaisser tout ce qui est au-dessus d’eux, secrètement irrités de voir qu’on ne parlait plus de leurs occupations futiles, voudraient, s’il leur était possible, humilier les gens de lettres, comme des rivaux qui occupent à leur détriment les bouches de la renommée. Ils ont imaginé en conséquence de rendre les gens de lettres responsables en corps de toutes les sottises que font quelques uns d’entre eux » (Tableau de Paris, chap. DCXXII, « Trente écrivains en France, pas davantage », op. cit., t. VIII, p. 109).

12  Jean Le Rond d’Alembert, Essai sur la société des gens de lettres et des grands, sur la réputation, sur les mécènes et sur les récompenses littéraires [1753], Mélanges de littérature, d’histoire et de philosophie, éd. nouv., Amsterdam, Chatelain, 1759, t. I, p. 394.

13  D’Alembert, Réflexions sur l’état présent de la République des lettres (1760), texte reproduit en appendice au livre de Lucien Brunel, Les Philosophes et l’Académie française au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1884, p. 363.

14  Mercier, Tableau de Paris, chap. CXLII, « Libraires », op. cit., t. II, p. 138.

15  Mercier, Molière, drame en cinq actes, in Théâtre complet de M. Mercier, Amsterdam, 1778, t. III, p. 227.

16  D’habitude plus tendre pour ce que nous appellerions le « sous-prolétariat intellectuel », Mercier s’en prend aux disputes de cette « tourbe subalterne » qui « donne seule au public ce scandale renaissant, dont il s’amuse, et qu’il voudrait malignement rejeter sur les gens de lettres honnêtes et silencieux ; mais le public sait bien qu’il y a autant de distance entre ces aboyeurs et les écrivains, qu’entre des recors et des juges assis sur leur tribunal » (Tableau de Paris, chap. CXXXVIII, « Des Demi-auteurs, quarts d’auteurs, enfin métis, quarterons, etc. », op. cit., t. II, p. 116).

17 Correspondance littéraire, philosophique et critique, 15 septembre 1756, Paris, Longchamps et Buisson, 1813, t. II-1, p. 84. Il est à remarquer que l’auteur de l’article ne croit pas dans le caractère immémorial des querelles littéraires : « Notre oisiveté nous rend minutieux et chicaneurs. Les anciens, toujours occupés de grands objets, ignoraient la manie de traiter des questions frivoles et inutiles. Si la république de Platon eût paru de nos jours, elle aurait occasionné une guerre de plume qui aurait duré plus long-temps que la guerre de Troie », ibid., p. 85.

18  Favart à M. le C. de Durazzo, 8 mai 1760.

19  Bohème littéraire et Révolution : le monde des livres au xviiie siècle, Paris, Gallimard/Le Seuil, 1983.

20  Prosper de Barante, Tableau de la littérature française au xviiie siècle, Paris, Dufeys et Vézard, 1832, p. 254.

21  Charles Millevoye, Belsunce, ou la Peste de Marseille, poëme, suivi d’autres poésies, Paris, Giguet et Michaud, 1808, p. 101.

22  En 1826, le préfacier de son Lycée insiste sur ses « querelles littéraires sans cesse renaissantes. Le ton décisif qu’il avait pris dès 1759 et qu’il a toujours conservé, son goût persévérant pour le rôle d’hypercritique, et l’aigreur qu’il a portée avant et après 1794, dans les disputes littéraires, philosophiques, politiques et religieuses, lui ont attiré tour-à-tour ou à la fois des ennemis de tout ordre et de toute secte », Lycée ou Cours de littérature ancienne et moderne, Paris, Dupont et Ledentu, 1826, t. I, p. cxxv.

23 Alfred Nettement, Histoire politique, anecdotique et littéraire du Journal des Débats, Paris, aux bureaux de l’Écho de France, 1838, t. I, p. 209.

24  Gustave Planche, « De la haine littéraire », Revue des Deux Mondes, 1er décembre 1831, t. IV, p. 605-614.

25  « Il y a, derrière le spectacle littéraire auquel nous venons d’assister, un spectacle plus curieux, plus généralement ignoré, sans lequel le premier demeure inexpliqué en plusieurs parties ; je veux parler de la vie littéraire elle-même. Ce n’est pas une étude facile que de suivre le développement des passions sous la culture exagérée de l’intelligence, la lutte acharnée de la gloire égoïste aux prises avec les plus louables affections ; les amitiés, les jalousies et les haines littéraires ont un caractère particulier, ignoré de la foule et que la foule ne soupçonne pas », Gustave Planche, « Les notabilités littéraires », Nouveau Tableau de Paris au xixe siècle, Paris, Vve Béchet, 1834, t. IV, p. 266-267.

26  Le Mercure de France au dix-neuvième siècle, 1828, t. XXII, p. 552.

27  Hyacinthe de Latouche, « Des gens de lettres vers l’an de grâce 1825 », Le Mercure de France au dix-neuvième siècle, 1825, t. IX, p. 406. Sur ce texte, comme sur tout ce qui concerne les querelles littéraires au tournant des années 1830, il convient de renvoyer de confiance au livre d’Antony Glinoer, La Querelle de la camaraderie littéraire : les romantiques face à leurs contemporains, Genève, Droz, 2008.

28  Jules Janin, « La mort du duc de Reichstadt », Revue des Deux Mondes, 15 août 1832, t. VII, p. 401. Voir aussi : « Marion Delorme est fille de la Restauration ; elle naquit dans ce bon temps de haines littéraires et de passions littéraires qui nous reportaient insensiblement aux dissertations et aux disputes du café Procope », Jules Janin, « De l’art et de la poésie en France depuis la révolution de juillet » (décembre 1832), Album de la mode : chroniques du monde fashionable, 1833, p. 23.

29  « Ernest. — Voyons, cher oncle, vous qui connaissez toutes les péripéties de ce grand drame littéraire de la restauration, dites-nous, en quelque chose ! J’ai si souvent entendu parler des classiques et des romantiques, sans avoir bien compris le sens de ces dénominations » (« Les variations du goût au xixe siècle », Revue du monde catholique, 1862, t. IV, p. 228).

30  L’expression est de Hugo dans la préface des Nouvelles Odes (1824) : « [….] la frivole querelle des romantiques et des classiques n’est que la parodie d’une importante discussion, qui occupe aujourd’hui les esprits judicieux et les âmes méditatives », Œuvres complètes, éd. J. Massin, Club français du livre, t. II, p. 472.

31  Jules Marsan, La Bataille romantique, Paris, Hachette, 1912, p. 29.

32 Œuvres complètes, op. cit., t. II, p. 470.

33  « La guerre en temps de paix », La Muse française, mai 1824, t. II. p. 294.

34  Voir mes études :« Préfaces et manifestes du XIXe siècle : la réflexion critique comme agir communicationnel », Revue des sciences humaines, n° 295 (3/2009) : « Préfaces et manifestes du XIXe siècle », textes réunis par J.-L. Diaz, p. 9-16.. Et « “Manifestes” romantiques », ibid., p. 81-98.

35  Théophile Gautier, Histoire du romantisme, suivie de notices romantiques, Paris, Charpentier, 1874, p. 116-117.

36  Armand de Pontmartin, « De l’esprit littéraire en 1858 », Nouvelles causeries du samedi, Paris, Michel Lévy, 1859, p. 7.

37  Ce que lui reproche Cuvillier-Fleury : « Pour être complètement équitable, M. de Pontmartin aurait dû dire que ce mouvement littéraire, si heureusement commencé sous l’influence patiente et modérée de la Restauration, s’est continué, agrandi, développé avec puissance sous l’action libérale du gouvernement de Juillet », « Mélanges. De la prétendue décadence de l’esprit littéraire en France », Journal des Débats, 6 février 1859, Historiens, poètes et romanciers, Paris, Michel Lévy, 1863, t. II, p. 134-135.

38  Arthur de Gobineau, « Les œuvres de M. Vitet », La Revue nouvelle, 1845, t. VI, p. 630.

39  Louis-Désiré Véron, Mémoires d’un bourgeois de Paris, Bruxelles, Labroue et Cie, 1853, t. I, p. 180.

40  « Remerciement à l’Académie française » (23 juin 1927), Œuvres, Gallimard, Pléiade, t. I, p. 716-717.

41  Le colloque en cours de publication que l’auteur de ces lignes a co-organisé à la BnF avec Jean-Didier Wagneur en janvier 2010 sur « La Vie littéraire au xixe siècle », a pris cette hypothèse de la fictionnalisation de la vie littéraire pour un de ses fils conducteurs. Voir l’incipit de mon article intitulé « L’invention de la vie littéraire » : « Faire l’histoire de la notion, mais aussi celle des débuts de la mise en récit, de la mise en spectacle et de la mise en histoire de la vie littéraire, tel est l’objet de cet exposé. »

42  Voir mon étude : « Quand la littérature se fit événement (1827-1840) », Qu’est-ce qu’un événement littéraire au XIXe siècle. 1. Faire l’événement, Presses de l’Université de Saint-Étienne, 2008.

43  Gustave Kahn, Symbolistes et décadents, Paris, L. Vanier, 1902, p. 311-312 (souligné par nous).

44  « Lettres de Paris par le petit-neveu de Grimm », London Magazine, 18 décembre 1824, Paris-Londres. Chroniques, éd. Renée Dénier, Éditions Stock, 1997, p. 245.

45  « Esquisses de la société parisienne, de la politique et de la littérature. Esquisse I », New Monthly Magazine, janvier 1826, Paris-Londres, op. cit., p. 631.

46  « Esquisses de la société parisienne, de la politique et de la littérature. Esquisse V », New Monthly Magazine, mai 1826, Paris-Londres, opcit., p. 681. Mais notons que Stendhal lui-même, changeant parfois de modèle politique pour parler de cette mutation littéraire, évoque une Saint-Barthélemy littéraire : « D’ici à la fin des deux ou trois années à venir, toutes les vieilles niaiseries littéraires vont périr dans une Saint-Barthélemy générale », « Lettres de Paris par le petit-neveu de Grimm », London Magazine, 18 décembre 1824, Paris-Londres, p. 246.

47  Réforme, coup d’État, 18 Brumaire, etc. Voir mon étude : « La notion de “révolution littéraire” avant 1830 » : exposé dans le cadre d’un colloque co-organisé par les universités de Valenciennes et de Marne-la Vallée sur « Les révolutions littéraires », 13-15 octobre 2005, paru dans les Actes, Presses de l’université de Valenciennes, 2007.

48  « Poezie Adama Mickiewicza (Poésies d’Adam Mitskevitch), 2 vol. St. Pétersbourg, 1829 », Bulletin du Nord : journal scientifique et littéraire, 1829, t. II, p. 267.

49  N***, « Budget littéraire de 1836 », La France littéraire : politique, science, beaux-arts, 1837, t. XXVII, p. 415. Même jeu l’année suivante de la part de la Bibliothèque universelle de Genève : « […] ce qui sépare le genre classique du genre romantique, se réduit à des questions de forme. Nous ne voulons point dire qu’elles soient sans importance ; mais nous croyons qu’on s’en est beaucoup trop préoccupé », 1837, Nouvelle série, t. X, p. 95.

50  Louis-Désiré Véron, op. cit., t. I, p. 220.

51  Félix Pyat, « Artistes contemporains : Bocage », Revue de Paris, septembre 1835, p. 170.

52  « De l’esprit littéraire, au dix-neuvième siècle », Mercure de France au XIXe siècle, 1828, t. XXII, p. 552.

53  « Que veulent les critiques sensés ? Que réclame l’intérêt de la littérature à venir ? Que l’art s’associe à la nature ; qu’il ne s’effraie pas des hardiesses qu’elle conseille, mais qu’elle ne répudie pas les ménagements accordés au principe de l’ordre. Seulement, dans cet enfantement d’un système, le principe de liberté, comme dans la société, comme dans la politique, doit prévaloir aujourd’hui. Le classique, où dominait l’ordre, souvent à l’exclusion de la liberté, a fait son œuvre. Le romantique vrai, épuré, où la liberté de conception, de disposition, de style, triomphera en laissant à l’ordre ce qui ne peut éteindre l’inspiration, le romantique ainsi compris, ainsi appliqué, restera en possession du théâtre, et de là proclamera son droit de conquête dans tout l’empire de la littérature et des arts […] », Augustin-François Théry, De l’esprit et de la critique littéraires chez les peuples anciens et modernes, Paris, L. Hachette, 1832, t. II, p. 293.

54  Cyprien Desmarais, Le Temps présent, ou essais sur l’histoire de la civilisation au xixe siècle, Paris, Ladvocat et Ponthieu, 1826, p. 111.

55  Préface des Nouvelles Odes, 1824, op. cit., t. II, p. 472.

56  Texte de 1824, dans la préface des Nouvelles Odes, repris dans Littérature et philosophies mêlées, en 1834, œuvres complètes, op. cit., t. V, p. 156.

57 « Lettre aux éditeurs des poésies de feu Charles Dovalle », février 1830, ibid., t. III, p. 1082. Formules auxquelles la Revue de Bretagne donnera un traduction bien plus nette : « Comme si une révolution littéraire n’était pas, suivant la franche expression de Victor Hugo, le corollaire indispensable de toute révolution politique […] », « Polémique littéraire. Nouvelle littérature. Régime impérial », Revue de Bretagne, 1834, t. V, p. 188.

58  « Histoire du Siècle xix. – Au siècle xix, la notion de révolution-rébellion a cessé rapidement de représenter l’idée de Réforme violente – à cause d’un mauvais état des choses – pour devenir l’expression d’un renversement de ce qui existe en tant que tel, quel qu’il soit. Le passé prochain devenant l’ennemi. – Le changement en soi devenant ce qui importe, etc. – Conséquences en tous domaines. – L’œuvre doit donc être telle que son plus grand intérêt s’évanouisse si l’on fait abstraction de l’œuvre qu’elle remplace, abolit, pour être œuvre de la veille – ; ou bien si l’on introduit l’œuvre du lendemain. – Le nouveau en soi », Cahiers (1929. AE, XIII, 611), Pléiade, t. II, p. 1213.

59  C’est le plus petit dénominateur commun des deux révolutions, si l’on en croit le parallélisme suggéré par Hugo dans sa Préface aux Poésies de Dovalle : « notre grand mouvement social de 1789 »/« Un grand mouvement, un vaste progrès […] s’accomplit dans l’art », op. cit., t. III, p. 1082.

60  « But de cette publication », Préface de Littérature et philosophies mêlées (1834), Œuvres complètes, op. cit., t. V, p. 28-29.

61  Edmond de Cazalès, « Œuvres de Charles Nodier », Revue européenne, 1832, n° 9, t. III, p. 326.

62  « Société des sciences morales, lettres et arts de Versailles », Le Libre-examen : journal religieux, philosophique et littéraire, 1835, p. 108.

63  Amédée Gabourd, « Du mouvement littéraire en France depuis 1830, et de ses conditions actuelles », Revue religieuse, littéraire et critique, 1843, p. 243.

64 Galerie des contemporains illustres par un homme de rien, Paris, 1843, t. VI, p. 17.

65  Vincenzo Gioberti, Restauration des sciences philosophiques : introduction à l’étude de la philosophie, Paris, Lecoffre, 1847, p. 399.

66  Alphonse Esquiros, « Journaux. Débats, – Temps, – Courrier, – Quotidienne, – Constitutionnel, – National, – Gazette de France »,La France littéraire,septembre 1834, p. 311.

67  P. E. Barré, « Des Bals. Bals de l’Opéra. Le costume », L’Artiste, 8 février 1835, t. IX, p. 22.

68  « Polémique littéraire. Nouvelle littérature. Régime impérial », Revue de Bretagne, 1834, t. V, p. 178.

69  Édouard Monnais, « Des querelles en fait d’art », Esquisses de la vie d’artiste, Paris, Labitte, 1844, t. I, p. 105.

70  Laurent-Pichat, « Un prix de 2500 frs », Revue de Paris, janvier 1855, t. XXIV, p. 173.

71  Sainte-Beuve, « En tête de quelque bulletin littéraire », Critiques et portraits littéraires, Paris, Bonnaire et Renduel, 1839, t. V, p. 538.

72  Charles Labitte, « Poetae minores », Revue des Deux Mondes, 1er juillet 1842, t. III, p. 104.

73 Georges de Cadoudal, Les Signes du temps : critiques littéraires et morales, Paris, Lecoffre, 1862, p. 2.

74 Hippolyte Babou, Les Payens innocents : nouvelles, Paris, Poulet-Malassis, 1858, p. vii-viii.

75  « La littérature à l’abreuvoir », La Veilleuse, 1868, p. 117-118.

76  Jules Janin, « Discours aux obsèques de Charles Reynaud », in Charles Reynaud, Œuvres inédites, précédées de documents historiques, Vienne, Timon frères, 1854, p. 36.

77  Émile Bouvier, La Bataille réaliste : 1844-1857 : Champfleury, La Bohème, Courbet, Max Büchon, Dupont, Mathieu, le Cénacle réaliste, Préface de G. Lanson, Paris, Fontemoing, [1913].

78  « Ma bataille littéraire », dit souvent Zola. Voir entre autres Correspondance : Les lettres et les arts, Paris, Charpentier, 1908, p. 189 : « J’étais alors aux heures les plus rudes de ma bataille littéraire, la critique me traitait journellement en criminel […]. » Voir aussi Une campagne (1880-1881), Paris, Charpentier, 1882, et l’étude d’Alain Pagès sur cet aspect de la vie littéraire de Zola (La Bataille littéraire : essai sur la réception du naturalisme à l’époque de Germinal, Paris, Séguier, 1989).

79  Philippe Gille, La Bataille littéraire, 7 volumes, Paris, Victor-Havard, 1889-1894.

80  Comme le font déjà les recherches d’Alain Vaillant (L’Histoire littéraire, Paris, A. Colin, 2010), celles que manifestent le numéro de la RHLF que j’ai moi-même dirigé sur l’histoire littéraire (« Multiple histoire littéraire, 2003-3), ainsi que le numéro de Romantisme que j’ai co-dirigé avec Alain Vaillant : « Histoire culturelle/Histoire littéraire », n° 143, 2009, 1er trimestre.

81  Voir sur la génération de 1830, si différente, le numéro de Romantisme que j’ai coordonné : « Génération Musset », n° 147, 2010-1.

82  En partant de l’hypothèse que les « scénographies auctoriales » structurent la pratique littéraire tout entière, j’en suis venu à une lecture structurale du romantisme, qui en distingue cinq versions et en suit l’histoire. Voir L’Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque romantique en France, Paris, Champion, 2007.

83  Ce qui, par une autre voie, rejoint la critique qui fut celle de Denis Saint-Jacques et Alain Viala, « À propos du champ littéraire. Histoire, géographie, histoire littéraire », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 49e année, n° 2, 1994, p. 395-406.

84  Ce que permet pour une part le livre de Jean-Marie Goulemot et Daniel Oster, Gens de lettres, écrivains et bohèmes. L’imaginaire littéraire, 1630-1900, Paris, Minerve, 1992, avec pour défaut le fait que la période romantique y est « sautée ». C’est là une des questions au centre des recherches d’ensemble dont la présente analyse est un aperçu.

85  C’est l’esprit du séminaire que je conduis avec Jean-Didier Wagneur à Paris 7 (2011-2013) : « Les écrivains face au champ littéraire », qui postule qu’au xixe siècle les écrivains et journalistes contemporains, quand ils ont nom Stendhal, Balzac, Baudelaire, les Goncourt, Huret, etc., ne sont pas seulement des témoins remarquables, mais des analystes dignes de foi.

86  Et à la contribution remarquable qu’y a apporté et que continue d’y apporter ce qu’il convient d’appeler « l’école de Liège ». En particulier pour la question ici abordée Jean-Pierre Bertrand et Pascal Durand. Voir en particulier La Modernité romantique : de Lamartine à Nerval, Paris, Bruxelles, Impressions nouvelles, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

José-Luis Diaz, « Le champ littéraire comme champ de bataille (1820-1850) », COnTEXTES [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 08 avril 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://contextes.revues.org/4943 ; DOI : 10.4000/contextes.4943

Haut de page

Auteur

José-Luis Diaz

Université de Paris 7 – Diderot

Articles du même auteur

Haut de page