Navigation – Plan du site
Le collectif en oppositions

Discordes à La Table Ronde (1948-1954): Paulhan, Mauriac, Laurent et les autres

Jean-Philippe Martel

Texte intégral

1Parue pour la première fois en janvier 1948, la revue La Table Ronde porte un nom qui symbolise l’esprit de conciliation et le refus des magistères. Toutefois, si elle s’affirme et semble en effet accueillante dans ses premiers numéros, force est de constater qu’elle devient rapidement le château-fort d’un certain nombre d’auteurs qui s’y réunissent pour lancer des attaques à leurs contemporains « de l’autre camp ». Ainsi, les querelles entretenues par quelques-uns de ses collaborateurs contribuent à poser la revue, selon une logique dʼattraction et de répulsion que lʼassociation de plusieurs noms sur la page de couverture donne à voir de manière simplifiée et que la périodicité de la publication permet, de numéro en numéro et de mois en mois, de réajuster, de relancer ou dʼinterrompre.

  • 1  Voir à ce sujet Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.
  • 2  Lacroix (Michel), « Littérature, analyse de réseaux et centralité. Esquisse d'une théorisation du (...)

2Apparue dans le sillon de la « Révolution nationale », La Table Ronde semble pour une large part attachée à la redistribution des rôles qui sʼopère dans le champ littéraire français au cours de cet après-guerre1; son histoire, son destin y sont intimement liés. Les tensions politiques suscitées par la cristallisation des blocs de lʼEst et de lʼOuest la traversent également. Lʼannonce du Plan Marshall (le 5 juin 1947), puis sa signature (le 3 avril 1948) ; la ratification du Pacte Atlantique (le 4 avril 1949) et le Blocus de Berlin (de juin 1948 au mois de mai 1949) ; les grandes grèves de novembre 1947 et les divers réalignements du PCF, exercent des pressions sur son orientation, pressions qui sʼobservent à un autre niveau dans les relations entre ses collaborateurs. Enfin, les oppositions entre les partisans de la décolonisation et ceux du maintien de la présence française en Indochine, puis au Maroc et en Algérie, sʼy lisent aussi. Mais, au-delà des principales querelles liées aux grands bouleversements politiques de lʼépoque, ce sont avant tout certains des aspects essentiels de lʼécriture en périodique que lʼétude de La Table Ronde permet de restituer. Car, dans une telle entreprise, tous les acteurs ne sont pas issus du même horizon politique. Tous ne bénéficient pas non plus du même capital symbolique, loin sʼen faut. Corrélativement, tous ne recourent pas aux mêmes stratégies. De même, alors que des écrivains établis avant-guerre et repoussés dans les marges du champ littéraire par la nouvelle donne politique et sociale ont pu apporter leur concours à La Table Rondeafin de lutter contre leur exclusion, voire contre lʼépuration dont ils ont été les victimes, des anciens de La NRf ont pu considérer, eux, cette nouvelle collaboration comme une manière de répondre à la menace posée contre leur prestige, contre leur influence et les valeurs qui les sous-tendaient, par les notions sartriennes de responsabilité et dʼengagement mises en avant dans la nouvelle grande revue de Gallimard. Par ailleurs, le ton cavalier et la virulence de propos souvent associés à La Table Ronde sʼexpliquent en partie par la présence, en ses pages, de nombreux nouveaux venus sur la scène littéraire, et qui tentent, pour sʼy faire un nom, de désarçonner quelques-uns des écrivains en position dominante. Même si les « institutions de la vie littéraire » (et, parmi celles-ci, les revues), les générations et les courants de pensée structurent effectivement le champ littéraire, il ne faut pas perdre de vue que toutes sont portées par des individus, susceptibles de se côtoyer dans lʼespace social et donc de former des liens allant au-delà (voire à lʼencontre de) leurs positions esthétiques et idéologiques. Lʼamitié, la jalousie, les rivalités professionnelles et amoureuses sont autant de motifs extra-littéraires pouvant signaler des structures sous-terraines que les notions de genres, de courants ou de cohortes ne permettent pas toujours de saisir parfaitement. En outre, comme le souligne Michel Lacroix, « [d]éfinir de diverses façons les réseaux dʼun groupe donné dʼacteurs peut conduire à une remise en question des idées reçues sur les identités sociales2 ».

3Cʼest dans une telle perspective que je mʼintéresserai à trois contributions à la revue de La Table Ronde: dʼabord à celle de Jean Paulhan, qui implique une ouverture à des acteurs déjà impliqués dans un combat contre les tenants de la « littérature engagée » ; ensuite à l’article de Jacques Laurent intitulé « Paul et Jean-Paul », dont la réussite repose sur la maîtrise dʼune forme faisant le fond des prétentions à la légitimité de la revue; et enfin aux premiers « Bloc-Notes » de François Mauriac, où lʼauteur récemment nobélisé mène une campagne contre La Nouvelle Nouvelle Revue française, tout en se plaçant en porte-à-faux par rapport à certains de ses alliés de La Table Ronde, ce qui précipite son départ vers LʼExpress (en avril 1954). Ce faisant, cʼest aussi à une réalité souvent occultée dans les partages contribuant à fonder la légitimité des options esthétiques que je mʼintéresserai : les relations concrètes entre les acteurs de la scène littéraire. Ainsi replacée dans le cadre de la trajectoire et des réseaux respectifs de ces auteurs, lʼanalyse de leur collaboration à La Table Ronde permet entre autres de retracer quelques-uns des canaux de circulation des textes et des informations autour de cette revue, de saisir quels facteurs conflictuels échappent aux grands clivages politiques structurant lʼhistoire de la revue et lʼensemble du champ, et de relire cette période de lʼhistoire littéraire à lʼaune de la « petite histoire » des individus qui lʼont écrite.

Des réseaux communautaristes à la fondation de La Table Ronde

  • 3  Louis (Patrick), La Table Ronde. Une aventure singulière, Paris, La Table Ronde, 1992,  p. 27. En (...)
  • 4  Souvent attribuée à Emmanuel Mounier, la formule serait en fait empruntée au Manifeste de la Jeune (...)
  • 5  Jean-Pierre Maxence, pseudonyme de Pierre Godmé, est aussi lʼauteur du Manifeste communautariste, (...)
  • 6   Son revirement antitotalitaire, qui survient au printemps 1937, précipite le départ de R. Brasill (...)
  • 7  Maulnier (Thierry), « Lʼassaut des médiocres », Voici la France, no 14, avril 1941, cité dʼaprès S (...)
  • 8  Laudenbach est aussi le neveu de lʼacteur Pierre Fresnay, pseudonyme de Pierre Jules Louis Laudenb (...)

4Plongeant au cœur des années les plus sombres de lʼOccupation, lʼhistoire de La Table Ronde commence le 10 juin 1941, avec la fondation du Centre communautaire, sorte de « société coopérative de production à capital et à personnel variables [dont] lʼobjet est lʼélaboration et la diffusion de la doctrine communautaire par “lʼorganisation de conférences et la rédaction dʼouvrages divers”3.» Outre Roger Mouton, un industriel qui lui apporte une partie de ses capitaux, le Centre communautaire attire des écrivains reconnus tels que Jean Anouilh, Jean Cocteau, Jean Giraudoux et Henry de Montherlant, qui seront tous inquiétés à la Libération (sauf J. Giraudoux, mort en 1943), bien que, dans la plupart des cas, ils ne soient pas convaincus de collaboration. Dʼanciens proches de la Jeune Droite maurrassienne des années 19304 sʼy trouvent aussi: notamment Jean Le Marchand, alors directeur des Cahiers français, et Thierry Maulnier, qui a codirigé avant-guerre la revue politico-littéraire Combat, avec Jean de Fabrègues. Cʼest dans les pages de cette revue que Maulnier a développé un programme révolutionnaire antibourgeois et anticapitaliste, avant de radicaliser sa position dans LʼInsurgé, où lʼont entre autres suivi Jean-Pierre Maxence5, Robert Francis, Robert Brasillach et Maurice Blanchot. Pendant lʼOccupation, T. Maulnier poursuit sa lutte, amorcée dès 19376, contre la tentation fasciste, et prend, depuis Vichy, la défense des « intellectuels » stigmatisés par la presse collaborationniste pour leur rôle présumé dans la défaite de 1940. Il invoque à cet effet lʼindépendance de la littérature par rapport à « lʼutilité ou [à] lʼinutilité quʼelle peut avoir7 ». Enfin, les jeunes Roland Laudenbach et Roger Turlais8, tous les deux liés à la troupe du Rideau des Jeunes et aspirant à une place dans le champ littéraire, complètent la distribution de cette aventure communautariste.

  • 9  Laudenbach (Roland), « Mode dʼemploi », Cahiers de la Table Ronde, numéro spécial pour le trentièm (...)
  • 10  Assouline (Pierre), Gaston Gallimard. Un Demi-siècle dʼédition française, Paris, Gallimard, coll. (...)

5Le 19 juillet 1944, dʼimportantes modifications sont apportées à la raison sociale de la société coopérative. « [P]our se livrer à des activités moins chimériques9 », le Centre communautaire devient les Éditions du Centre, comme lʼexplique rétrospectivement lʼun de ses fondateurs et son directeur littéraire (jusquʼen 1990), Roland Laudenbach. Si ce changement marque bien une rupture opportune par rapport à la Révolution nationale – que rappelait peut-être un peu trop évidemment le nom de Centre communautaire –, il sʼinscrit aussi dans un contexte favorable au recentrement du groupe autour dʼun projet éditorial. À la Libération, en effet, la plupart des grandes maisons connaissent des difficultés. Gaston Gallimard, par exemple, est contraint de céder La Nouvelle Revue française, désormais interdite de publication. Compromise par lʼattitude de son directeur, Pierre Drieu La Rochelle, sous lʼOccupation, cette revue exerçait avant-guerre un véritable magistère sur les lettres françaises, notamment en valorisant le primat du littéraire sur le politique. Bernard Grasset, quant à lui, est arrêté, interné à Drancy et sa maison est condamnée à la dissolution10. Ce ralentissement du côté des « grands » de lʼédition est salutaire aux nouveaux venus, qui bénéficient dʼun vide relatif dans lʼespace éditorial, et dʼun personnel compétent en rupture de travail – les Éditions du Centre enlèvent ainsi François Salvat, directeur artistique, et André Fraigneau, conseiller littéraire, à Grasset.

  • 11  Collection de luxe, elle permettait à la jeune maison dʼédition de publier les manuscrits dʼauteur (...)
  • 12  Gauthier (Anne), La Table Ronde ou le dilemne [sic] de l’éditeur, Mémoire de D.E.A. d’histoire à P (...)

6La parution dʼun premier Cahier de la Table Ronde (en décembre 1944) cadre ainsi dans une stratégie concertée de positionnement, prolongée par la création de la collection « Le choix », où paraît, dès le mois suivant, la pièce Antigone de Jean Anouilh11. Le 21 février 1945, lʼidentité entre la maison dʼédition et ses cahiers trimestriels est consommée, quand les Éditions du Centre sont renommées les Éditions de La Table Ronde12. En quelque sorte condamnée au luxe par manque de papier courant, la jeune maison dʼédition fait contre mauvaise fortune bon cœur et profite du prestige matériel attaché à ses Cahiers imprimés sur Vélin Crèvecœur pour attirer chez elle des écrivains reconnus. Placés sous la direction de Thierry Maulnier, ceux-ci sont consacrés, suivant leur note préliminaire,

  • 13  Maulnier (Thierry), « Préliminaire », Cahier de la Table Ronde, no 1, 1944, p. 3.

au seul divertissement que nous cherchons dans les mots ou dans les figures que dʼautres hommes ont ingénieusement agencées pour notre plaisir [. Ils] nʼont pas dʼautre raison dʼêtre que de donner aux écrivains, aux artistes, au public le lieu et le moyen dʼune communication libre, si les écrivains et le public en ressentent le besoin, ou de contribuer à faire renaître ce besoin, si notre malheur voulait quʼil nous manquât13.

  • 14  Ibid., p. 4.

7Cette déclaration annonce un parti pris pour une littérature qui, pour nʼêtre pas tout à fait soustraite aux exigences de lʼactualité, nʼaccorde pas non plus la préséance à la politique. Plus précisément, T. Maulnier définit le « langage littéraire » comme « un langage porté à la puissance supérieure, un langage du langage [qui serait] au langage commun ce que le langage lui-même est à lʼabsence de langage [...]14 », ce qui dit bien quel rapport au monde la littérature entretient à ses yeux. Manifeste sur le plan de la présentation matérielle de la revue, ce « dégagement », pour reprendre le mot quʼemploiera J. Paulhan quelques mois plus tard, sʼobserve également dans les sommaires des six numéros des Cahiers de La Table Ronde parus entre 1944 et 1946. Des écrivains aussi éloignés les uns des autres que Jacques Audiberti, Marcel Aymé, Maurice Blanchot, Pierre Boutang, Paul Claudel, Colette, Jean Genet, André Gide, Jean Giraudoux, Ernest Hemingway, Max Jacob, Thierry Maulnier, François Mauriac, Jean Paulhan, Jules Romains, André Suarès, les frères Tharaud et Paul Valéry, notamment, leur donneront au moins un texte. Cependant, lʼavenir montrera que derrière cette position dʼouverture et dʼaccueil se profilait une rare virulence de ton et de propos.

  • 15  Louis (Patrick), La Table Ronde. Une aventure singulière, Paris, La Table Ronde, 1992, p. 46.
  • 16  Après avoir accueilli favorablement lʼarrivée du Maréchal Pétain au pouvoir, F. Mauriac évolue rap (...)

8Dès 1947, en effet, les Éditions de La Table Ronde sʼengagent dans une véritable campagne contre la littérature engagée et le sartrisme, en faisant paraître le pamphlet de Pierre Boutang et de Bernard Pingaud, Sartre est-il un possédé ?Entraîné à la jeune revue par T. Maulnier à qui il était « [t]rès lié15 », F. Mauriac apporte à son triumvirat directeur – constitué de J. Le Marchand, R. Laudenbach et T. Maulnier – le prestige de sa signature, en partie attribuable à sa collaboration à La NRF, à partir des années 1922-23, augmenté dʼun capital symbolique acquis dans la Résistance16. Chantre de la « réconciliation nationale », F. Mauriac devra toutefois être rapidement rassuré sur les orientations politiques de la maison et de la revue, comme en témoigne une lettre que R. Laudenbach lui adresse, le 10 février 1948 :

 Cher Monsieur,

[...] Je sais bien (jʼai mes informateurs) que votre méfiance grandit à mon endroit, et que vous nʼenvisagerez plus que dʼun mauvais œil de nouveaux projets avec nous.

Sans doute avons-nous publié des écrivains “collaborateurs”, et en publierons-nous encore – (Giono, Fraigneau, Jouhandeau, Montherlant...) Mais ce nʼest pas en tant que collaborateurs que la Table Ronde les publie (je vous ai dit quʼelle publierait volontiers un roman ou des poèmes dʼAragon), cʼest en tant quʼécrivains.

  • 17  IMEC, Fonds La Table Ronde - François Mauriac, LTR 89.4. Cʼest R. Laudenbach qui souligne.

De NOE, par exemple, Maurice Nadeau vient dʼécrire que cʼétait peut-être le plus beau Giono. Fallait-il abandonner ce titre à Gallimard ?17

  • 18  Bruno Curatolo a montré comment la plupart des revues littéraires de lʼépoque se sont définies (né (...)
  • 19  « Au lecteur », La Table Ronde, mars 1948, no 1, p. 4.
  • 20  Ibid., p. 4.
  • 21  Ibid., p. 5.
  • 22  F. Mauriac, qui sʼest démis de ses fonctions de président dʼhonneur du CNE en octobre 1944, en ava (...)

9Cette méfiance de F. Mauriac à lʼendroit du jeune Roland Laudenbach sʼexplique aussi par la teneur du premier numéro de la revue de La Table Ronde, paru un mois auparavant (en janvier 1948). Là sʼobservent en effet certains signes de la campagne contre lʼengagement et les interdits de lʼépuration menée par la maison dʼédition. Tout lʼavant-propos adressé « Au lecteur » semble ainsi engagé dans un dialogue tacite mais hautement polémique avec Les Temps Modernes de Jean-Paul Sartre18, dont il tente de récupérer le projet en déplaçant lʼ« engagement » qui y est valorisé, de « lʼobédience aux consignes que dicte un parti selon lʼopportunité politique19 » à la seule « liberté de lʼesprit20 » comme garante de la valeur des mots, à lʼheure « où, au nom de la paix, on prépare une campagne dʼanéantissement, où, au nom de la démocratie, on déporte les adversaires politiques ; où, au nom de la liberté, on remplit les camps de concentration; où [...] la seule vérité tolérée est celle qui sert une propagande [...]21 ». Cette défense de lʼautonomie du littéraire par rapport au politique, qui ne va pas toujours sans provocation, se lit aussi dans le sommaire de la revue, où les noms de T. Maulnier et de F. Mauriac voisinent avec ceux de Jean Paulhan, dʼAlbert Camus (quʼune violente polémique avait opposé à F. Mauriac au début de 1945), de Raymond Aron et de Jules Roy, mais aussi de Marcel Jouhandeau, qui figure alors sur la « liste noire » du Comité national des écrivains (CNE) – ce qui vaudra à F. Mauriac dʼen être définitivement exclu22. Dès le mois suivant, cependant, le nom dʼAndré Malraux, qui se trouvait au comité de lecture, disparaît. Cʼest quʼentretemps, F. Mauriac a fait paraître un article défavorable au Rassemblement du peuple français (RPF) dans les pages du Figaro, heurtant les engagements politiques de Malraux... Puis, cʼest celui dʼAlbert Camus quʼon doit retirer.

  • 23  Comme François Mauriac lʼa souvent laissé entendre. Voir notamment lʼintroduction à ses Bloc-Notes (...)

10Marchant dans les pas de lʼancienne NRf, dont elle a vraisemblablement souhaité occuper la place23, La Table Rondeaffiche toujours un discours dʼouverture politique et de réconciliation nationale, que vient doubler un intérêt critique pour des auteurs aussi éloignés que D.H. Lawrence, Henry de Montherlant, A. Camus, Graham Greene, Robert Speaght, Lichtenberg et Simone Weil (dans le numéro de février 1948). Mais, du côté des collaborateurs de la revue, il ne reste bientôt plus à gauche que Jules Roy, qui lui donnera encore quelques textes (notamment son roman Le Métier des armes, publié entre les mois de mai et dʼaoût 1948) et, plus tard, Brice Parain. Ainsi, rapidement, la nouvelle venue dans lʼespace des revues ne compte plus dans ses sommaires que dʼanciens maurrassiens liés à la Jeune Droite des années 1930 ; des écrivains catholiques non-maurrassiens comme Mauriac ou Graham Greene; de nombreux proches de lʼancienne NRf,comme J. Paulhan (membre démissionnaire du CNE), rejoint par Jean Schlumberger, André Gide, Henri Calet, Jacques Audiberti, Jules Supervielle et bien dʼautres; enfin, un groupe dʼauteurs également habitués des sommaires de La NRf, mais inquiétés à la Libération, comme M. Jouhandeau, Jean Giono, H. de Montherlant, etc.

11Outre lʼexpérience de la Libération, qui structure encore largement le champ en 1948, dʼautres événements engendrent des clivages dans lʼespace littéraire. Les tensions croissantes entre les blocs de lʼEst et de lʼOuest, ainsi que la présence du PCF dans le gouvernement qui les rejoue localement, comptent parmi les plus significatives. On trouve trace de ces tensions dans les pages de la revue. Par exemple, dans les deux premiers numéros de La Table Ronde, les articles dʼA. Camus (« Les meurtriers délicats », dont une version revue paraîtra dans LʼHomme révolté, en 1951), de T. Maulnier (« La violence révolutionnaire ») et de F. Mauriac (« La Civilisation chrétienne est-elle en péril ? », écrit en collaboration avec Graham Greene) font directement ou indirectement référence à la menace dʼun nouveau totalitarisme ou aux (fausses) promesses révolutionnaires.

  • 24   Chebel dʼAppollonia (Ariane), Histoire politique des intellectuels en France 1944-1954, tome 1., (...)
  • 25  Hewitt (Nicholas), Literature and the Right in Postwar France. The Story of the “Hussars”, Berg, O (...)

12De même, parmi les quatre tendances isolées par Ariane Chebel dʼAppollonia chez les intellectuels à lʼorée de la guerre froide, trois se trouvent (au moins temporairement) à La Table Ronde: les anticommunistes, ceux qui recherchent une « troisième voie » entre lʼEst et lʼOuest et ceux qui, menés par les Hussards, sʼengageront contre lʼengagement politique, « sans du reste y parvenir24 ». Seul le point de vue communiste nʼy est pas représenté. Si bien que la revue peut apparaître comme le lieu dʼune certaine ouverture dans lʼespace des lettres, même si « lʼaffirmation [de son] caractère apolitique, à [cette] période où la politisation était associée à la Gauche littéraire, [peut à la fois se lire comme] une marque de la Droite et son seul recours25 », comme lʼa montré Nicholas Hewitt à propos de la position des Hussards, pour lesquels La Table Ronde sera justement lʼun des meilleurs tremplins.

Jean Paulhan à La Table Ronde

13Dans cet assemblage de personnalités et de sensibilités diverses que constitue La Table Ronde, la présence de Jean Paulhan, qui a dirigé La NRf de 1925 jusquʼà son sabordage en juin 1940, est significative à la fois des ambitions affichées par la revue et de sa légitimité aux yeux des principaux agents du champ, mais aussi de la fragilité de ses gains, en un temps où les ralliements sont souvent temporaires, et les réalignements fréquents. Avant dʼexaminer en détails sa contribution personnelle, deux anecdotes valent dʼêtre racontées, afin de lʼéclairer.

  • 26  Sartre (Jean-Paul), « M. François Mauriac et la liberté », La Nouvelle Revue française, Paris, no (...)
  • 27  « Sartre (qui va mener une “campagne romanesque”) mʼa donné un parfait “Mauriac et la liberté roma (...)
  • 28  Comme cʼest le cas le 18 mars 1945. Voir Mauriac (François) & Paulhan (Jean), Correspondance 1925- (...)

14La première concerne un article de Jean-Paul Sartre paru dans La NRf de février 1939 et vraisemblablement commandé par J. Paulhan, intitulé « M. François Mauriac et la liberté », dans lequel J.-P. Sartre affirmait que « Dieu [nʼétait] pas un artiste ; M. Mauriac non plus26. » À lʼépoque, J. Paulhan sʼétait amusé de cet éreintement, quʼil trouvait « parfait27 ». Or, si F. Mauriac nʼa pas répliqué à J.-P. Sartre, tout indique quʼil nʼa pas oublié son article non plus – il lʼoubliera dʼautant moins que J. Paulhan le lui rappellera dans leur correspondance28 et que J.-P. Sartre va le reprendre en volume en 1947, dans Situations I. Mais jʼaurai lʼoccasion dʼy revenir.

  • 29  Brisset (Laurence), La NRF de Paulhan, Paris, Gallimard, 2003, p. 205.
  • 30  Sous le pseudonyme de Maast, du nom du village où il a fait la guerre, et du héros de son roman Le (...)
  • 31  J. Paulhan / Maast y a fait paraître des articles dans les numéros 6, 9, 10, 13 et 15. B. Vian y a (...)

15La seconde anecdote a trait aux efforts de Jean Paulhan pour fonder une autre revue sous lʼégide de Gallimard, après lʼinterdiction de publication de La NRf, à la Libération. On sait que J. Paulhan sʼest dʼabord intéressé au sort de LʼArche, fondée à Alger en 1944 par Jean Amrouche et André Gide, avant de participer à la fondation de la revue Les Temps modernes, qui lui doit son nom29. Mais Gaston Gallimard refuse son concours à la première, et J. Paulhan est rapidement déçu par le ton de la seconde, à laquelle il ne donnera que cinq textes : le premier, paru en mars 1946, signé de son vrai nom et intitulé « La rhétorique était une société secrète », dans lequel il poursuit sa réflexion sur le langage, engagée dans Les Fleurs de Tarbes ou la Terreur dans les lettres (1941-1936); les quatre autres, parus entre juin 1946 et décembre 1946, quʼil signe du pseudonyme de Maast30, présentent des « Morceaux choisis » et commentés, dʼauteurs inconnus, dont les textes ont été envoyés à la revue et refusés par elle. Chacune de ces contributions tire Les Temps Modernes vers une conception plus fantaisiste et ludique de lʼécriture en périodique, quʼillustre également la « Chronique du Menteur » quʼy tient Boris Vian au même moment31.

  • 32  Compagne de Thierry Maulnier jusquʼen 1941, elle se rapprochera plus tard de Jean Paulhan. On lui (...)
  • 33  M. M.-P., « Les Cahiers de la Pléiade », Les Temps Modernes, no 19, avril 1947, pp. 1151-1152.

16Cependant, J. Paulhan donne aussi des textes aux Cahiers de la Table Ronde – tant sous son véritable nom que sous le pseudonyme de Maast –, en plus de fournir une aide sous-terraine mais néanmoins considérable à lʼélaboration de ses sommaires, grâce à ses réseaux personnels, comme le donnent notamment à penser les collaborations de Dominique Aury32 (traductrice des textes de Philip Toynbee et de T.S. Elliot) et de nombreux anciens de La NRf, comme J. Audiberti, J. Supervielle ou A. Gide. Puis, à partir dʼavril 1946, lʼéminence grise du monde des lettres françaises va sʼemployer à créer une autre revue selon ses goûts, grâce aux capitaux de Gallimard. Cette revue prendra la forme des coûteux Cahiers de la Pléiade, qui plaideront en treize livraisons, du printemps 1946 à celui de 1952, pour une « littérature dégagée », selon la formule de leur directeur, et qui sera prise à partie par Maurice Merleau-Ponty dans la livraison dʼavril 1947 des Temps Modernes, en des termes qui ne laissent aucune place à lʼéquivoque quant à lʼétat des relations entre J. Paulhan et le groupe de J.-P. Sartre : « Au sens étroit et sectaire [qui serait celui de J. Paulhan, écrit M. Merleau-Ponty], la littérature engagée serait celle qui oublierait dʼêtre littérature, la littérature dégagée celle qui ne dit rien de rien33. »

17Mais la préparation de ces cahiers bisannuels nʼempêchera pas J. Paulhan de collaborer à dʼautres périodiques, plus à même, peut-être, de contrer lʼinfluence des Temps Modernes et de Lettres françaises, qui se réclament de la Résistance pour arrimer la littérature au social et au politique. Après avoir offert son concours aux Cahiers de La Table Ronde, Paulhan fait ainsi paraître six textes à son avatar mensuel, la revue de La Table Ronde. Or, tant par leur propos que par leur distribution, ces textes servent les visées littéraires, politiques et professionnelles de J. Paulhan.

  • 34  Paulhan (Jean), « Trois notes (à propos de la patrie) », La Table Ronde, no 1, janvier 1948, pp. 2 (...)
  • 35  Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, p. 656.
  • 36  Paulhan (Jean), « Trois notes (à propos de la patrie) », La Table Ronde, no 1, janvier 1948, p. 29
  • 37  Ibid., p. 38.

18De même, dès le premier numéro de la revue, lʼancien directeur de La NRf  et lui-même membre important de la Résistance littéraire sous lʼOccupation mène ouvertement campagne contre le monopole résistancialiste opéré sur lʼidée de patrie34. Au passage, J. Paulhan, qui est lʼun des membres fondateurs du CNE (il en a démissionné en novembre 194635) et de son organe, Lettres françaises, en profite pour régler ses comptes avec Julien Benda, ancien apologiste du désengagement, soutenu par les communistes pendant la guerre et du côté desquels il va se ranger à la Libération. Selon lui, seuls « le mensonge, ou la sénilité36 » peuvent expliquer les récentes prises de position de J. Benda, qui est alors âgé de plus de quatre-vingts ans. Puis, cʼest à Claude Morgan (pseudonyme de Charles Lecomte) quʼil sʼen prend, en rappelant, dʼabord, quel rôle il a joué dans la fondation des Lettres françaises (rôle qui lui est contesté par C. Morgan) et en se demandant sʼil nʼentre pas « de la ruse dans cette réputation de sottise, dont Morgan a si bien su sʼentourer [...]37 ».

19Après quoi, J. Paulhan donne à La Table Ronde « La peinture moderne ou Lʼespace sensible au cœur » et « Les silex de Juva ou La sculpture à lʼétat naissant », respectivement parus en février et en novembre 1948. Dans ces textes, dʼune part, il sʼintéresse à la peinture moderne et, dʼautre part, il fait lʼéloge de la difficulté, en sculpture – mettant ostensiblement de côté les questions dʼengagement et dʼactualité politiques. Ainsi prête-t-il en quelque sorte main-forte au compétiteur de son patron, Gaston Gallimard, contre son ennemi intérieur, Jean-Paul Sartre. Et quand, à la suite dʼune querelle avec André Malraux, J.-P. Sartre contraint G. Gallimard à céder ses Temps modernes à Julliard (en décembre 1948), Paulhan cesse temporairement de collaborer à La Table Ronde...

  • 38  Paulhan (Jean), « Petite préface à toute critique », La Table Ronde, no 31, juillet 1950, pp. 32-4 (...)
  • 39  Paulhan (Jean), « M. André Rousseaux trouve que Jouhandeau écrit mal », La Table Ronde, no 31, jui (...)
  • 40  Halsberghe (Christophe), La Fascination du commandeur. Le sacré et lʼécriture en France à partir d (...)
  • 41  Paulhan (Jean), « Jean-Paul Sartre nʼest pas en bons termes avec les mots », La Table Ronde, Paris(...)

20Il ne reprendra le collier que dix-huit mois plus tard, en donnant, en août 1950, sa « Petite préface à toute critique38 », avec une note intitulée « M. André Rousseaux trouve que Jouhandeau écrit mal39 ». Ces textes seront suivis quatre mois plus tard de « Jean-Paul Sartre nʼest pas en bons termes avec les mots », au titre assez transparent. Dans ces trois articles, J. Paulhan prend explicitement fait et cause pour un recentrement de la critique sur ce qui, à ses yeux, constitue le fondement de la littérature : la matière verbale. De même, il souligne « la confusion chez Sartre du mot et de la pensée40 », sur la base de ce que les mots, pour J.-P. Sartre, en diraient toujours plus long que ce quʼils désignent a priori (ils mobilisent différents fonds de pensée). Selon J. Paulhan, le philosophe prête « au langage des vertus quʼil nʼa pas41 » et, par là, se disqualifie en tant que philosophe. Mais plus grave sans doute est le fait quʼil se disqualifie également en tant que romancier, en envisageant la littérature à lʼenvers :

  • 42  Paulhan (Jean), « Jean-Paul Sartre nʼest pas en bons termes avec les mots », La Table Ronde, Paris(...)

Sartre nʼest pourtant pas un sot ! – Certes non. Ce que je lui reprocherais plutôt, cʼest son peu de sens des réalités : cette façon [...] de composer un manifeste littéraire fort plausible – mais dont il nie aussitôt que ce soit un manifeste littéraire ; de ne distinguer que le jeu dʼune volonté libre dans la soumission passive de ses personnages à quelques règles morales une fois pour toutes posées; [...] dʼécrire une étude de trois cents pages sur la littérature où lʼon trouve de justes réflexions sur les nègres et les juifs, mais où pas une seconde nʼest effleuré le soupçon que cette littérature [...] pourrait bien être littéraire. Étrange cas de Terreur. Mais quoi ! Si Jean-Paul Sartre commence par se tromper du tout au tout sur le langage, comment y verrait-il clair dans ces œuvres de langage : un manifeste, des romans, la poésie, la littérature. Comment ne les verrait-il pas à lʼenvers ?42

  • 43  Il en obtiendra une seconde à la mort dʼAlain. Voir Cerisier (Alban), Une histoire de La NRF, Pari (...)
  • 44  Lettre de François Mauriac à Jean Paulhan [fin octobre 1951]. Voir Mauriac (François) & Paulhan (J (...)
  • 45  Sapiro (Gisèle) La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, p. 684.

21Au-delà de la critique de méthode, ce que J. Paulhan rappelle dans son article, cʼest évidemment lʼaffront que J.-P. Sartre avait fait subir à F. Mauriac en février 1939, quand il évoque la « volonté libre » de ses personnages – affront quʼil répare en partie en retournant à J.-P. Sartre sa propre critique. En regard du tir croisé de J. Paulhan et de F. Mauriac contre les représentants de lʼorthodoxie résistancialiste et, plus particulièrement, de lʼengagement littéraire, cet article marque un moment important : celui où leurs voix paraissent le plus unies, ce dont atteste leur correspondance. En 1951, F. Mauriac donne un texte à J. Paulhan pour lʼhommage quʼil prépare à André Gide, dans le cadre dʼun numéro spécial de La Nouvelle Revue française pour lequel G. Gallimard a obtenu une autorisation particulière43. Après quoi, une série de nœuds vont survenir entre les deux hommes, qui les éloigneront. Cʼest dʼabord la publication des Deux Étendards de Lucien Rebatet, soutenue par J. Paulhan, qui les oppose ; à cette occasion, F. Mauriac reproche à J. Paulhan de se faire le défenseur de L.-F. Céline, et de se placer du côté de « ceux que douze millions de Juifs massacrés laissent sur leur faim44. » En cela, il laisse transparaître pourquoi il a toujours repoussé les avances de J. Paulhan, qui le sollicitait en vue de ses Cahiers de la Pléiade, dans le sommaire desquels avait figuré lʼauteur de Bagatelles pour un massacre et des Beaux-Draps, à lʼété 1948. Puis, cʼest la Lettre aux directeurs de la Résistance que J. Paulhan fait paraître aux Éditions de Minuit, après avoir essuyé des refus de Gallimard, de Liberté de lʼesprit (la revue de Claude Mauriac, fils de François, très proche du R.P.F. de de Gaulle) et de La Table Ronde, qui marque la rupture entre les deux hommes. Cette fois, lʼappel de J. Paulhan à préserver lʼautonomie du littéraire des irruptions du judiciaire ou du politique va trop loin, même pour ses défenseurs traditionnels, enclins à une certaine réserve morale à lʼégard de collaborateurs comme L. Rebatet et L.-F. Céline. Attaqué de toutes parts, J. Paulhan publiera une dernière réponse à ses détracteurs dans la revue maurassienne Aspects de la France, sous le titre « Une faute de langage trahit lʼinjustice ». Pour Gisèle Sapiro, « [l]ʼopposition de Paulhan au moralisme des nouveaux agents dominants du champ intellectuel, communistes et existentialistes, lʼaura conduit, au nom de “lʼart pour lʼart”, à pactiser avec la droite extrême45. » Et, par là, à se couper de ses anciens alliés. Aussi, quand le 25 octobre 1952 J. Paulhan écrit à F. Mauriac afin de lui demander un texte pour La NRf qui va reparaître, il semble bien que les dés soient déjà jetés.

Lʼéclat de la (très) Jeune Droite

  • 46  Mauriac (François), Nouveaux Mémoires intérieurs, Paris, Flammarion, 1965, pp. 244-245.
  • 47  Comme lʼécrit Lacouture (Jean), François Mauriac, Paris, Seuil, 1980, pp. 443-444.

22Cʼest aussi quʼentre-temps, Mauriac sʼest découvert de nouveaux alliés parmi ces « chevau-légers de la Droite et de lʼExtrême-Droite [...] débord[ant] de talent46 » qui sont présents à La Table Ronde et qui ont le « bon goût » de préférer Le Sagouin aux Chemins de la liberté47.

  • 48  Jacques Laurent, de son véritable nom Jacques Laurent-Cély, est le neveu dʼEugène Deloncle, fondat (...)
  • 49  Voir Martel (Jean-Philippe), « Jacques Laurent, de La Table Ronde à La Parisienne : un franc-tireu (...)
  • 50  Saint-Vincent (Bertrand de) Jacques Laurent alias Cécil Saint-Laurent, Paris, Julliard, coll. « Bi (...)

23Né en 1919, Jacques Laurent peut être considéré comme un membre tardif de la Jeune Droite des années 1930. Avant-guerre, il fait partie de lʼAssociation des étudiants et lycéens dʼAction française et écrit dans Choc et dans LʼÉtudiant français, deux feuilles généralement antisémites et antimarxistes, respectivement proches de La Cagoule48 et de lʼAction française. Il donne aussi quelques articles à Combat, alors codirigé par Thierry Maulnier. Pendant lʼOccupation, il est affecté au Secrétariat général de lʼInformation à Vichy (en tant que fonctionnaire subalterne) et publie des articles dans des revues associées à la Révolution nationale, comme Idées. Comme je lʼai montré ailleurs49, au moment où il est invité par Jean Le Marchand à joindre les rangs de La Table Ronde, au début de 194850, Jacques Laurent est déjà bien en vue des principaux membres de son comité de lecture, quʼil connaît personnellement. Il est en outre en phase de devenir célèbre bien au-delà de ce cercle, puisquʼil vient de faire paraître aux Éditions Froissart, sous le nom de Cecil Saint-Laurent, le roman Caroline chérie qui connaîtra un succès retentissant.

  • 51  Celui dʼune « campagne défensive de la littérature », écrit J. Laurent, « contre la servitude à la (...)
  • 52  Voir Elsen (Claude), « Le mythe de lʼengagement », La Table Ronde, no 24, décembre 1949, pp. 1914- (...)
  • 53  Cerisier (Alban), Une histoire de La NRF, Paris, Gallimard, 2009, p. 487.

24Collaborateur régulier de La Table Ronde entre février 1948 et septembre 1949, Jacques Laurent va y revenir en février 1951 (soit trois mois à peine après la dernière contribution de Paulhan) avec un article très important, tant en ce qui concerne sa propre trajectoire de polémiste que lʼhistoire du périodique. Il sʼagit de « Paul & Jean-Paul », sorte de pamphlet satirique dans lequel il rapproche Jean-Paul Sartre de Paul Bourget, sur la base de leur pratique commune du roman à thèse. Au-delà du contexte dans lequel sʼinscrit cet article51, et même de son propos, ce quʼil importe dʼen retenir ici, cʼest la forme quʼy privilégie son auteur. Au contraire des autres articles parus dans La Table Ronde contre le sartrisme et la littérature engagée, « Paul & Jean-Paul » ne discute pas les thèses de Jean-Paul Sartre; il déplace plutôt lʼargumentaire sur un terrain où les idées ne sont plus lʼenjeu principal. Par exemple, dans sa critique de La Mort dans lʼâme (troisième tome des Chemins de la liberté de J.-P. Sartre), Claude Elsen avait déjà souligné la ressemblance entre le héros sartrien Mathieu Delarue et Gilles, héros fasciste de Drieu. De plus, il avait lui aussi rappelé le réquisitoire de J.-P. Sartre contre les personnages de F. Mauriac et montré quʼ« il nʼen [était] pas un [des termes] qui ne puisse sʼappliquer à lʼauteur de La Mort dans lʼâme52». Mais Claude Elsen (pseudonyme de Gaston Derycke) avait été condamné à mort, en Belgique, pour collaboration53. Comme cʼétait le cas pour de nombreux autres collaborateurs de La Table Ronde, son intervention, même strictement esthétique, pouvait ainsi passer pour lʼexpression dʼun ressentiment politique, à lʼencontre dʼun des représentants du résistantialisme. Or, comme lʼa écrit Jacques Laurent,

  • 54  Laurent (Jacques), Histoire égoïste, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1976, p. 425.

[en] comparant [Jean-Paul Sartre] à un écrivain démodé et qui passait pour le héros poussiéreux dʼune droite désuète au traditionalisme conformiste, je réussissais aussi, me semblait-il, à montrer jusquʼà lʼévidence que mon propos nʼétait pas politique et quʼil visait seulement à défendre contre les servitudes de lʼengagement la littérature, sans se soucier de savoir si le sergent recruteur était de droite ou de gauche54.

  • 55  Selon son propre mot. Voir Laurent (Jacques), Histoire égoïste, Paris, Gallimard, coll. « Folio », (...)
  • 56  Pour Jacques Poirier, « [...] les romans de Jacques Laurent peuvent se lire comme reprise parodiqu (...)
  • 57  Poirier (Jacques), « Désengagement et romanesque : Jacques Laurent, Sartre, Hegel », dans Écriture (...)
  • 58  « It is also humour which is essential to Laurent's attack itself, insofar as it constitutes a ple (...)

25Lʼinsolence de J. Laurent peut se comprendre comme le signe dʼune position de faiblesse par rapport à sa cible, qui dʼailleurs lʼignorera tout à fait (comme, du reste, F. Mauriac lʼavait fait pour J.-P. Sartre en 1939). Cependant, dans la mesure où la trajectoire entière de J. Laurent porte la marque de la polémique et trahit un goût profond pour lʼagitation, voire pour la conspiration, lʼinsolence signale aussi, chez lui, un mode dʼidentification spécifique au littéraire : celui dʼun réel « franc-tireur55 », forcé de multiplier les paradoxes et les oxymores pour se dire56.  Dans cette perspective, lʼhumour constitue  en lui-même, et au même titre que les procédés de brouillage, dʼannexion et de réappropriation quʼil mobilise dans son œuvre romanesque57, un plaidoyer en faveur du jeu et de la polysémie, contre la doctrine et la transparence du langage mises en avant par le groupe des Temps Modernes58. Plus encore, lʼhumour témoigne de la maîtrise dʼune forme et donne du relief à la valeur esthétique revendiquée par le groupe de La Table Ronde, aux dépens de celui des Temps Modernes.

  • 59  Assouline (Pierre), Gaston Gallimard. Un Demi-siècle dʼédition française, Paris, Gallimard, coll. (...)

26Et cette réussite ne restera pas connue que des lecteurs de la revue. Dès le 6 février, François Mauriac lui confère un rayonnement considérable, en la relayant à la « une » du Figaro, où il présente Jacques Laurent comme lʼun des auteurs les plus talentueux de sa génération. Bernard Grasset en fait autant, quand il pirate lʼarticle et lʼimprime en volume. Tous deux ont dʼailleurs des raisons de le monter en épingle : B. Grasset peut légitimement en vouloir à Jean-Paul Sartre du rôle quʼil a joué, au sein du C.N.É. et dans sa mouvance, dans lʼépuration de sa maison ; et F. Mauriac qui y a, lui, plutôt défendu les intérêts de son ancien éditeur59, ne peut pas avoir oublié lʼarticle que J.-P. Sartre avait fait paraître dans La NRf de 1939, et auquel J. Laurent se trouvait en quelque sorte à répondre avec « Paul & Jean-Paul ». Là, en effet, le jeune polémiste rappelait dans quel contexte « M. François Mauriac et la liberté » sʼinscrivait : celui dʼune offensive de La NRf contre le roman à thèse. Puis, il montrait comment la revue de J. Paulhan avait alors été piégée par lʼadresse de Jean-Paul Sartre qui, bien plus que Drieu, écrivait-il, aura été le véritable ennemi de la maison :

  • 60  Laurent (Jacques), « Paul & Jean-Paul », La Table Ronde, no 38, février 1951, p. 53.

Ainsi quʼà lʼépoque gallo-romaine lʼindigène confiait volontiers la future défense de sa ville à son premier assaillant, on préféra confier à Sartre le fanion de lʼancienne jeune revue. Quʼà travers lui cʼétait à Bourget quʼon remettait les clefs, voilà ce quʼil fallut essayer dʼignorer. Une grande bataille littéraire était achevée60

  • 61  Un article assez dur pour André Gide, intitulé « Il suffisait de se montrer », paru dans le numéro (...)
  • 62  Dʼabord La Mort à boire (qui sort au cinéma sous le titre de Le Quai de Grenelle), puis Caroline c (...)
  • 63  Laurent (Jacques), Histoire égoïste, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1976, p. 417.
  • 64  Ibid., p. 416.

27Dans la trajectoire du jeune auteur, la publication de « Paul & Jean-Paul » signe un retour en bonne place dans les pages de La Table Ronde, après seize livraisons de silence presque complet. Au cours des douze mois suivants, il y fera paraître huit textes, dont quatre en tête de sommaire61. Cette présence accrue à la revue de la rue Garancière coïncide avec les premières adaptations de son œuvre romanesque au grand écran et la publication de trois autres livres62. Ces succès personnels correspondent en outre à « lʼâge dʼor63 » de la revue, celui où, « [p]resque tous les lundis », un groupe de collaborateurs de La Table Ronde comprenant entre autres J. Laurent, R. Laudenbach et J. Le Marchand se réunissent autour de F. Mauriac dans un restaurant de la place du Panthéon64. Considérant par ailleurs les querelles internes qui déstabilisent alors le groupe concurrent des Temps modernes (cʼest lʼépoque où surviennent les ruptures entre Sartre et Merleau-Ponty, Camus, Étiemble, etc.), ces succès semblent signifier des gains symboliques importants sur ceux de « lʼautre camp ».

28Toutefois, de nouvelles tensions surgissent bientôt au sein du réseau de La Table Ronde, qui en provoquent lʼéclatement.

Le Bloc-Notes dans la guerre des revues

29Cʼest au cours des derniers mois de 1952 que ces tensions éclatent au grand jour, lorsquʼest connue la nouvelle de la reparution de La NRf (qui devient La Nouvelle NRf, codirigée par Jean Paulhan et Marcel Arland), et lorsque Jacques Laurent fonde une nouvelle revue tentant dʼoccuper le créneau de la littérature dégagée, La Parisienne. Annonçant la couleur, F. Mauriac se livre alors au journal Combat :

  • 65  Le 17 décembre 1952. Cité dʼaprès Mauriac (François) & Paulhan (Jean), Correspondance, 1925-1967, (...)

Il sʼagit de nous défendre pied à pied et si nous sommes battus, ce sera après avoir épuisé toutes les possibilités. On nous croit pris entre deux feux : dʼun côté la machine de guerre de Gallimard ; de lʼautre, le bataillon juvénile des amis de Jacques Laurent. Je passe donc à lʼattaque65.

  • 66  Mauriac (François), « Bloc-Notes », La Table Ronde, Paris, no 60, décembre 1952, p. 37.

30Les journaux moussent la nouvelle et parlent dʼune « guerre des revues ». Fort du Prix Nobel de littérature qui lui est décerné en novembre, F. Mauriac invente alors le « Bloc-Notes », dont il va se servir pour attaquer ses concurrents. En décembre 1952, il prend acte de la nouvelle donne, qui « invite à un examen sérieux des positions que devra tenir La Table Ronde en face de son illustre aînée66 », et espère que celle-ci

  • 67  Ibid., pp. 37-38.

relèvera dʼun esprit auquel nous pourrons valablement nous opposer. Ici lʼintérêt serait de découvrir en elle, sinon un adversaire, du moins un interlocuteur et que lʼintérêt de notre dialogue (le plus vif possible), le plus mordantnous assurât, au moins pour quelque temps, un public commun, jusquʼau jour où lʼune des deux lʼemporterait naturellement. Et pourquoi ne serait-ce pas nous ?67 

  • 68  Celui de février 1953. Celui de janvier 1953 étant consacré à son Prix Nobel de Littérature 1952.
  • 69  Mauriac (François), « Bloc-Notes », La Table Ronde, Paris, no 62, février 1953, pp. 139-140.
  • 70  Sapiro (Gisèle) La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, p. 605.

31Et, dès le numéro suivant68, F. Mauriac montre que ces paroles ne devait pas être prises à la légère. Commençant par souligner le silence de La Nouvelle NRf sur la revue à propos de Drieu, lʼécrivain, qui sʼest doté avec ses « Bloc-Notes » dʼun espace personnel (ils ont la forme dʼun journal intime) particulièrement propice à la querelle, glisse rapidement à lʼaccusation personnelle. Cʼest dʼabord à Gaston Gallimard quʼil destine ses pointes, quand il affirme que, « [i]l y a loin du destin de Drieu à celui de M. Gaston Gallimard. Les choses eussent-elles tourné autrement, M. Gallimard aurait eu bonne mine. Quoi quʼil advînt, il était paré69. » Là encore, sa posture est surtout celle dʼun moraliste. F. Mauriac parle du haut de son ancienneté dans la Résistance ; et son récent Prix Nobel ajoute encore au prix de sa parole qui, pour G. Sapiro, rappelle la qualité de « prophète national70 » quʼil sʼarroge depuis la Libération.

  • 71  Mauriac (François), « Bloc-Notes », La Table Ronde, Paris, no 62, février 1953, p. 140.

Vous avez le droit de le garder, ce silence, sur la N.R.F. [sic] de lʼOccupation, non sur le garçon qui a occupé ce fauteuil, qui a corrigé les épreuves, assis à cette table. Ce nʼest pas une autre N.R.F. [sic] que celle de Drieu qui reparaît aujourdʼhui : vous avez trouvé dans un tiroir des pages de Montherlant que la libération avait empêché de publier ; et le Thomas qui traite des livres de poèmes doit être, jʼimagine, le même Thomas à qui Drieu avait confié cette rubrique. Vous nʼétiez pas obligé de ressusciter la Revue, mais enfin vous lʼavez fait. Vous nʼavez plus désormais la ressource du silence71.

  • 72  Cité dʼaprès Mauriac (François), « Bloc-Notes », La Table Ronde, Paris, no 62, février 1953, p. 14 (...)

32On le voit, dans la perspective mauriacienne, il sʼagit surtout de porter au jour – quand ce nʼest pas carrément de dénoncer – ce qui, dans le silence de la revue sur lʼOccupation, relève de stratégies personnelles et dʼintérêts particuliers. La même stratégie, consistant à juger des gestes et des paroles dʼautrui en fonction de critères moraux, sʼobserve en regard de la défense de la pureté littéraire qui a toujours été la grande préoccupation de J. Paulhan, et qui est encore mise en avant par La Nouvelle NRf, dans son avis au lecteur de janvier 1953. Ce qui fait sursauter F. Mauriac dans ce texte, cʼest la prétention à « maintenir contre la mode... contre les ridicules invites des prix, le pur climat qui permette la formulation dʼœuvres authentiques...72 » Alors, lʼauteur des « Bloc-Notes » sʼenflamme contre la « firme Gallimard », rappelle les millions quʼelle doit au prix Goncourt et lance même une attaque personnelle contre son allié dʼhier, J. Paulhan :

  • 73  Mauriac (François), « Bloc-Notes », La Table Ronde, Paris, no 62, février 1953, p. 141.

“Éminence grise de la littérature” ? Je ne vous refuse pas ce titre, cher Paulhan. Vous êtes aussi, convenez-en, lʼinfatigable poisson-pilote qui navigue depuis des années devant le plus gentil, le plus chéri par ses amis, le plus fin, mais aussi le plus vorace dentuso, devant le galano le plus affamé de toute lʼédition française73.

  • 74  Notamment dans une lettre à Barbara Church du 6 février 1953. Citée dʼaprès Mauriac (François) & P (...)
  • 75  Mauriac (François), « Bloc-Notes », La Table Ronde, Paris, no 62, février 1953, p. 142.

33Dans un certain nombre de lettres à ses proches, J. Paulhan paraît déçu et même dégoûté par cette attaque, quʼil qualifie de « sordide74 ». Un passage en particulier semble lʼavoir blessé, qui déplaira aussi – mais pour de tout autres raisons – à ses alliés de la (très) Jeune Droite, comme Jacques Laurent. Il sʼagit de ces phrases où F. Mauriac affirme aimer encore La NRf, tout en nourrissant « un reste de tendresse pour cette chère vieille dame tondue, dont les cheveux ont mis huit ans à repousser75. »

34J. Paulhan résout néanmoins de se taire et laisse la colère du Prix Nobel 1952 sʼestomper dʼelle-même, ce qui se produit après de brefs soubresauts dans les numéros de mars et dʼavril 1953 de La Table Ronde. Néanmoins brouillés, les deux partis finiront par aplanir leurs différends en 1956, lorsquʼil sera question de faire paraître les œuvres romanesques de F. Mauriac à « La Pléiade ». Afin de signifier sa volonté dʼapaisement, F. Mauriac décide alors de retirer toutes les références à lʼindignité de La Nouvelle NRf de ses premiers « Bloc-Notes », quʼil sʼapprête à publier en volume chez Flammarion (en 1958). Ainsi, le souvenir même de cette guerre des revues est gommé au profit dʼune publication dans la prestigieuse collection de Gallimard.

  • 76  Que Paulhan réprouve aussi, mais avec plus de modération que Laurent.
  • 77  Laurent (Jacques), « Les Mauvaises Rencontres », La Parisienne, no 14, février 1954, p. 186.
  • 78  Mauriac (François), Bloc-Notes, 1952-1957, Paris, Flammarion, 1958, p. 4.

35Cependant, tous ne réagissent pas aux commentaires mauriaciens avec le même calme. À La Parisienne, J. Laurent avait déjà lancé quelques pointes à La Table Ronde, notamment à propos de la stricte hiérarchie qui régnait dans ses sommaires. Mais, en février 1954, il se déchaîne et attaque lʼauteur du « Bloc-Notes » pour son soutien à lʼindépendance du Maroc76. Par la même occasion, J. Laurent souligne lʼisolement croissant dont F. Mauriac souffrirait à La Table Ronde et au Figaro (où il tient également une chronique) en écrivant que « les semailles de petits points qui éclairent lʼun de ses articles ne seraient pas le seul effet de lʼart77 ». Selon J. Laurent, ces tensions internes seraient précisément liées à la question marocaine, ce que F. Mauriac confirme en imputant rétrospectivement la responsabilité de son départ de La Table Ronde aux « directeurs dʼune importante maison dʼédition, devenus entre temps [sic] propriétaires de la revue [et qui] savaient ce quʼen toute circonstance il convient de penser et dʼécrire, et qui était précisément le contraire de ce que jʼécrivais et pensais78 ».

  • 79  Qui possédaient déjà, depuis novembre 1949, 70% du capital à la fois de la maison et de la revue. (...)
  • 80  Suivant P. Louis, « [s]ans Mauriac, la revue survivra chez Plon sous la houlette de Pierre Sipriot (...)

36Depuis octobre 1953, en effet, la maison dʼédition de La Table Ronde nʼa plus aucune part dans la revue du même nom ; cʼest désormais Plon qui en est le seul propriétaire79. De sorte que, dans le même temps que le nombre de revues valorisant lʼautonomie de la littérature augmente, la place faite à la politique dans le discours de chacune dʼelles croît sensiblement et la position des différents acteurs impliqués se précise. Cette politisation paradoxale des débats – alors que le nombre de joueurs « dégagés » devient de plus en plus grand – contribue à porter au jour certaines des dissensions larvées ayant pu exister entre les membres les plus modérés de La Table Ronde (comme J. Paulhan et même F. Mauriac, du moins à ses débuts dans la revue) et les plus radicaux (par ailleurs souvent proches de lʼancienne Jeune Droite, comme J. Laurent). À terme, les clivages hérités de lʼOccupation, à bien des égards réactualisés par la guerre froide, puis par le problème de la décolonisation, auront raison de lʼalliance stratégique un temps tentée par ces acteurs, contre lʼengagement de la littérature – ils auront aussi mené, avec le départ de F. Mauriac vers LʼExpress, en avril 1954, non seulement à lʼimplosion du premier (vaste) réseau de La Table Ronde, mais à la disparition même de la revue80.

37En somme, ce que lʼhistoire (même partielle) des querelles ayant agité La Table Ronde entre 1948 et 1954 permet de restituer, cʼest bien sûr un état du champ littéraire au cours de ces années troubles. Si la revue se présente dʼabord comme lʼhéritière de La NRf dʼavant-guerre en prônant une semblable autonomie du littéraire, elle sʼen distingue rapidement par la composition de ses sommaires, généralement marquée à droite, et par la virulence de ses déclarations, justement en faveur de lʼautonomie de la littérature – déclarations dʼindépendance et de liberté dʼesprit qui, à la Libération, trahissent évidemment un parti pris politique ne voulant pas, ou ne pouvant pas, dire son nom. La revue se donne donc généralement à lire comme le véhicule dʼune position esthétique (celle de « la littérature dégagée »), liée à des impératifs idéologiques (ceux de la réconciliation nationale et de lʼanticommunisme) et, au-delà, au positionnement dʼécrivains discrédités par leur attitude sous lʼOccupation ou marginalisés par la montée dʼune nouvelle avant-garde, qui correspond aussi, comme lʼa montré G. Sapiro, à une nouvelle génération.

  • 81  Chebel dʼAppollonia (Ariane), Histoire politique des intellectuels en France 1944-1954, tome II, É (...)

38Ainsi, la présence de J. Paulhan dans les premiers sommaires de La Table Ronde semble indiquer une ouverture aux réseaux de lʼancienne NRf et, avec elle, tout un travail de conservation, non seulement dʼune certaine mémoire littéraire, mais de carrières et de positions personnelles. Cette entreprise de maintien et de défense se lit aussi bien dans les textes de J. Paulhan, que dans le moment de leur parution. Au-delà, elle signale une complicité, sinon une alliance entre les anciens membres de la Résistance non-communiste et certains auteurs compromis par leur attitude sous lʼOccupation, contre lʼinfluence grandissante des communistes dans le champ et la menace quʼelle fait peser sur son autonomie, à un moment où le jdanovisme est introduit en France par Jean Kanapa et Laurent Casanova81, et où la France fait à toutes fins pratiques office de rempart contre lʼUnion Soviétique dans la doctrine dʼendiguement (containment) préconisée par le Président des États-Unis, H. Truman.

39Mais cʼest sans doute lʼarticle « Paul & Jean-Paul » que Jacques Laurent y fait paraître en février 1951 qui se présente comme le modèle dʼécriture valorisé à La Table Ronde – celui qui en incarne le mieux le ton et lʼesprit, comme la jeunesse. En y préférant la désinvolture et la dérision à la discussion, J. Laurent affirme la singularité dʼune pratique qui rappelle à certains égards lʼécriture pamphlétaire de la Jeune Droite des années 1930, mais qui serait ici engagée sur un terrain et dans un monde nouveaux, ceux où lʼauteur de Caroline chérie donne à penser quʼil vit comme il écrit, cʼest-à-dire avec fracas. Par rapport à La NRf dʼavant-guerre, « Paul & Jean-Paul » pose également la supériorité de La Table Ronde, en laissant entendre que la revue de J. Paulhan sʼétait déjà compromise avant que Drieu en prenne la direction, le jour où elle a confié les clés de sa maison au représentant du roman à thèse, Jean-Paul Sartre (ce Paul Bourget de la jeunesse existentialiste). Enfin, les « Bloc-Notes » de François Mauriac contribuent eux aussi à lʼéclat et à la réputation de la revue, en tant que véhicule polémique, en plus de faire en quelque sorte le pont entre la restructuration du champ littéraire qui sʼobserve aux lendemains de la Libération, et celle qui se produit au début des années 1950, en opérant un redécoupage du champ en fonction de partages idéologiques qui ont pu, un temps, sembler satisfaisants, mais dont le fragile équilibre est rompu par le problème de la décolonisation.

40Or, toutes les querelles survenues à La Table Ronde ne sont pas dirigées vers Jean-Paul Sartre ou la gauche littéraire. On sʼy est aussi échangé de nombreux coups de pied sous la table, pour reprendre la formule de Marcel Arland, qui en a dʼailleurs reçu quelques-uns lors de son passage dans ses sommaires. Cʼest quʼune revue nʼoffre pas quʼune réunion de contributions individuelles ; cʼest aussi un lieu de rencontres, un espace de sociabilités fondé sur des hiérarchies et des sympathies diverses, un réseau hétéroclite travaillé par une grande variété dʼopinions. En dʼautres mots, la revue repose sur une logique de groupe – cʼest une entreprise collective, qui est appelée à se définir contre un (ou des) groupe(s) concurrent(s), mais qui aussi tiraillée par les individualités qui la composent.

41Périodique, la revue sʼappuie également sur un principe de reconfiguration constante, favorable à lʼinvective et à la polémique : tous les mois, les querelles peuvent être relancées, prolongées ou interrompues ; leur objet peut être réorienté en fonction dʼobjectifs plus ou moins immédiats et dʼimpératifs partagés par un plus ou moins grand nombre de ses collaborateurs. En ce sens, et dans la mesure où notre conception de la littérature est aussi informée par son rapport à lʼimprimé, la revue apparaît comme un vecteur particulièrement efficace de la polémique littéraire, un lieu fécond en querelles de toutes sortes et, peut-être, son support privilégié. Cʼest en tout cas ce que suggère la lecture de La Table Ronde, qui a largement alimenté ce quʼon a appelé « la guerre des revues », et qui sʼest aussi, en retour, généreusement nourrie dʼelle.

Haut de page

Bibliographie

Anouilh (Jean), « Histoire morale », Cahiers de la Table Ronde, numéro spécial pour le trentième anniversaire, hiver 1974, pp. 23-24.

Assouline (Pierre), Gaston Gallimard. Un Demi-siècle dʼédition française, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2006.

Bressollette (Michel), « La Table Ronde, une revue pour la liberté de lʼesprit », dans Les Revues littéraires au xxe siècle, sous la direction de Bruno Curatolo & Jacques Poirier, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, « Centre de Recherches Le Texte et lʼÉdition », 2002, pp. 91-100.

Brisset (Laurence), La NRF de Paulhan, Paris, Gallimard, 2003.

Cerisier (Alban), Une histoire de La NRF, Paris, Gallimard, 2009.

Chebel dʼAppollonia (Ariane), Histoire politique des intellectuels en France 1944-1954, t. I, Éditions Complexe, Bruxelles, coll. « Questions au xxe s », 1991.

Chebel dʼAppollonia (Ariane), Histoire politique des intellectuels en France 1944-1954, t. II, Éditions Complexe, Bruxelles, coll. « Questions au xxe s », 1991.

Cortijo Talavera (Adela), « Les “Chroniques du Menteur” ou lʼincursion de Boris Vian dans Les Temps modernes », dans La chronique journalistique des écrivains (1880-2000), sous la direction de Bruno Curatolo & Alain Schaffner, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, « Écritures », pp. 191-201.

Curatolo (Bruno), « Le romanesque comme enjeu esthétique et politique (1945-1953) », dans Récit dʼenfance et romanesque, sous la direction d’Alain Schaffner, Amiens, Encrage, 2004, p. 115-141.

Elsen (Claude), « Le mythe de lʼengagement », La Table Ronde, n24, décembre 1949, pp. 1914-1921.

Gauthier (Anne), La Table Ronde ou le dilemne [sic] de l’éditeur, Mémoire de D.E.A. d’histoire à Paris IV – Sorbonne (Henri-Jean Martin dir.), 1990.

Haslberghe (Christophe), La Fascination du commandeur. Le sacré et lʼécriture en France à partir du débat-Bataille, [s.l.], Rodopi, coll. « Faux-titre », 2004.

Hewitt (Nicholas), Literature and the Right in Postwar France. The Story of the “Hussars”, Berg, Oxford & Washington, coll. « French Studies », 1996.

Kessler (Nicolas), Histoire politique de la jeune droite (1929-1942), Paris, LʼHarmattan, 2001.

Kohn-Étiemble (Jeanine), 226 lettres inédites de Jean Paulhan, Poitiers, Klincksieck, coll. « Bibliothèque du xxesiècle », 1975.

Lacroix (Michel), « Littérature, analyse de réseaux et centralité. Esquisse d'une théorisation du lien social concret en littérature », Recherches sociographiques, Québec, vol. 44, n3, 2003, pp. 475-497.

Laudenbach (Roland), « Mode dʼemploi », Cahiers de la Table Ronde, numéro spécial pour le trentième anniversaire, hiver 1974, pp. 7-14.

Laurent (Jacques), Histoire égoïste, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1976.

Laurent (Jacques), « Les Mauvaises Rencontres », La Parisienne, n14, février 1954, pp.181-192.

Laurent (Jacques), « Paul & Jean-Paul », La Table Ronde, n38, février 1951, pp. 22-53.

Louis (Patrick), La Table Ronde. Une aventure singulière, Paris, La Table Ronde, 1992.  

Martel (Jean-Philippe), « Boris Vian, un agent libre dans le schéma de jeu des Temps Modernes », LʼAtelier du roman, à paraître en 2012.

Martel (Jean-Philippe), « Jacques Laurent, de La Table Ronde à La Parisienne : un franc-tireur dans la “guerre des revues” », Interférences littéraires / Literaire interferenties, n7, novembre 2011, pp. 237-253.

Maulnier (Thierry), « Préliminaire », Cahier de la Table Ronde, n1, 1944, pp. 3-7.

Mauriac (François) et Paulhan (Jean), Correspondance 1925-1967, Bassac, Éditions Claire Paulhan, 2001.

Mauriac (François), Nouveaux Mémoires intérieurs, Paris, Flammarion, 1965.

Mauriac (François), Bloc-Notes, 1952-1957, Paris, Flammarion, 1958.

Mauriac (François), « Bloc-Notes », La Table Ronde, Paris, n62, février 1953, pp. 137-143.

Mauriac (François), « Bloc-Notes », La Table Ronde, Paris, n60, décembre 1952, pp. 34-38.

Mauriac (François), « Les catholiques autour dʼAndré Gide », La Nouvelle Revue française. Hommage à André Gide, 1869-1951, novembre 1951, pp. 103-107.

M[erleau]-P[onty] (M[aurice]), « Les Cahiers de la Pléiade », Les Temps Modernes, n19, avril 1947, pp. 1151-1152.

Mauriac (François), Bloc-Notes, 1952-1957, Paris, Flammarion, 1958.

Paulhan (Jean), « Jean-Paul Sartre nʼest pas en bons termes avec les mots », La Table Ronde, Paris, n35, novembre 1950, pp. 9-20.

Paulhan (Jean), « Petite préface à toute critique », La Table Ronde, n31, juillet 1950, pp. 32-44.

Paulhan (Jean), « M. André Rousseaux trouve que Jouhandeau écrit mal », La Table Ronde, n31, juillet 1950, pp. 106-109.

Paulhan (Jean), « Trois notes (à propos de la patrie) », La Table Ronde, n1, janvier 1948, pp. 20-41.

Poirier (Jacques), « Désengagement et romanesque : Jacques Laurent, Sartre, Hegel », dans Écritures romanesques de droite au xxe siècle, Questions dʼesthétique et de poétique, sous la direction de Catherine Douzou & Paul Renard, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, coll. « Écritures », pp. 105-114.

[Sans auteur], « Au lecteur », La Table Ronde, mars 1948, n1, pp. 3-6.

Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.

Touzot (Jean), Mauriac sous lʼOccupation, Paris, La Manufacture, coll. « Les Classiques de la Manufacture », 1990.

Saint-Vincent (Bertrand de), Jacques Laurent alias Cécil Saint-Laurent, Paris, Julliard, coll. « Biographies », 1995.

Haut de page

Notes

1  Voir à ce sujet Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.

2  Lacroix (Michel), « Littérature, analyse de réseaux et centralité. Esquisse d'une théorisation du lien social concret en littérature », Recherches sociographiques, Québec, vol. 44, n3, 2003, p. 479.

3  Louis (Patrick), La Table Ronde. Une aventure singulière, Paris, La Table Ronde, 1992,  p. 27. En ce qui concerne lʼhistoire de la revue, on consultera aussi Bressollette (Michel), « La Table Ronde, une revue pour la liberté de lʼesprit », dans Les Revues littéraires au xxe siècle, sous la direction de Bruno Curatolo et de Jacques Poirier, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, « Centre de Recherches Le Texte et lʼÉdition », 2002, pp. 91-100.

4  Souvent attribuée à Emmanuel Mounier, la formule serait en fait empruntée au Manifeste de la Jeune Droite de Pierre Drieu La Rochelle. Voir à ce sujet Kessler (Nicolas), Histoire politique de la jeune droite (1929-1942), Paris, LʼHarmattan, 2001, p. 16.

5  Jean-Pierre Maxence, pseudonyme de Pierre Godmé, est aussi lʼauteur du Manifeste communautariste, publié en 1942. Son frère Robert est mieux connu sous le nom de Robert Francis, déjà cité. Quant à Thierry Maulnier, son vrai nom est Jacques Louis Talagrand.

6   Son revirement antitotalitaire, qui survient au printemps 1937, précipite le départ de R. Brasillach vers Je Suis Partout. Voir Kessler (Nicolas), Histoire politique de la jeune droite (1929-1942), Paris, LʼHarmattan, 2001, pp. 339-397.

7  Maulnier (Thierry), « Lʼassaut des médiocres », Voici la France, no 14, avril 1941, cité dʼaprès Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, p. 177.

8  Laudenbach est aussi le neveu de lʼacteur Pierre Fresnay, pseudonyme de Pierre Jules Louis Laudenbach. Ancien combattant de la Première Guerre mondiale, Fresnay a tourné de nombreux films pendant lʼOccupation, ce qui lui a valu dʼêtre emprisonné à la Libération. Quant à Roger Turlais, après un séjour dans la Milice, il a rejoint lʼArmée française, sous les couleurs de laquelle il est mort, emporté par un éclat dʼobus, près de Mulhouse.

9  Laudenbach (Roland), « Mode dʼemploi », Cahiers de la Table Ronde, numéro spécial pour le trentième anniversaire, hiver 1974, pp. 7-14.

10  Assouline (Pierre), Gaston Gallimard. Un Demi-siècle dʼédition française, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2006, pp. 527 et 530.

11  Collection de luxe, elle permettait à la jeune maison dʼédition de publier les manuscrits dʼauteurs reconnus, mais normalement liés à d'autres maisons dʼédition, en profitant dʼune lacune dans leurs contrats, auxquels échappaient habituellement les publications de luxe. Avec Roger Mouton, le premier propriétaire de la maison, Laudenbach espérait ainsi créer un « effet de catalogue » important et y réussit en partie, bien quʼà très grands frais. En plus de Mauriac, Anouilh, Montherlant, Giono et Claudel ont publié au moins un livre dans cette collection, qui a fait paraître treize titres entre 1945 et 1956. Cependant, cela ne sʼest pas toujours fait sans heurts, Grasset et Gallimard, les éditeurs respectifs de Mauriac et de Giono, entrant rapidement en conflit avec La Table Ronde à ce sujet, et quelques échanges de lettres entre la nouvelle maison et ses auteurs (notamment Paul Claudel) témoignant des difficultés financières rencontrées par La Table Ronde, au moment de verser les à-valoir promis. Une édition courante dʼAntigone a aussi été tirée à 10 000 exemplaires. Dans une note parue dans un Cahier anniversaire pour les trente ans de La Table Ronde, Anouilh se montre tout à fait dépassé par les chiffres de vente de sa pièce, qui atteindraient alors les 50 000 volumes par année. Voir Anouilh (Jean), « Histoire morale », Cahiers de la Table Ronde, numéro spécial pour le trentième anniversaire, hiver 1974, pp. 23-24.

12  Gauthier (Anne), La Table Ronde ou le dilemne [sic] de l’éditeur, Mémoire de D.E.A. d’histoire à Paris IV – Sorbonne, sous la direction de Monsieur Henri-Jean Martin, 1990, p. 19.

13  Maulnier (Thierry), « Préliminaire », Cahier de la Table Ronde, no 1, 1944, p. 3.

14  Ibid., p. 4.

15  Louis (Patrick), La Table Ronde. Une aventure singulière, Paris, La Table Ronde, 1992, p. 46.

16  Après avoir accueilli favorablement lʼarrivée du Maréchal Pétain au pouvoir, F. Mauriac évolue rapidement vers la Résistance littéraire. « [Il] est le seul grand écrivain consacré, et le seul académicien, à siéger au comité directeur du CNE. » Il collabore en outre à Lettres françaises, lʼorgane de diffusion du CNE, et fait paraître, en 1943, Le Cahier noir, aux Éditions de Minuit, sous le pseudonyme de Forez. Voir notamment Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, p. 539 et, plus généralement, Touzot (Jean), Mauriac sous lʼOccupation, Paris, La Manufacture, coll. « Les Classiques de la Manufacture », 1990.

17  IMEC, Fonds La Table Ronde - François Mauriac, LTR 89.4. Cʼest R. Laudenbach qui souligne.

18  Bruno Curatolo a montré comment la plupart des revues littéraires de lʼépoque se sont définies (négativement) par rapport à la « Présentation » des Temps Modernes de Jean-Paul Sartre. Voir Curatolo (Bruno), « Le romanesque comme enjeu esthétique et politique (1945-1953) », dans Récit dʼenfance et romanesque, sous la direction de Schaffner (Alain) Amiens, Encrage, 2004, p. 115-141.

19  « Au lecteur », La Table Ronde, mars 1948, no 1, p. 4.

20  Ibid., p. 4.

21  Ibid., p. 5.

22  F. Mauriac, qui sʼest démis de ses fonctions de président dʼhonneur du CNE en octobre 1944, en avait déjà formellement démissionné en janvier 1946, avant dʼy reprendre sa place en mai de la même année, afin de contrecarrer la candidature de Jean-Louis Vaudoyer à lʼAcadémie française, contre laquelle le CNE nʼa pas manqué de se prononcer. Voir Mauriac (François) & Paulhan (Jean), Correspondance 1925-1967, Bassac, Éditions Claire Paulhan, 2001, pp. 264-265 et Sapiro (Gisèle) La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, pp. 605, 651-653, 662.

23  Comme François Mauriac lʼa souvent laissé entendre. Voir notamment lʼintroduction à ses Bloc-Notes, 1952-1957, Paris, Flammarion, 1958, pp. 3-4 et ses Nouveaux Mémoires intérieurs, Paris, Flammarion, 1965, p. 265.

24   Chebel dʼAppollonia (Ariane), Histoire politique des intellectuels en France 1944-1954, tome 1., Éditions Complexe, Bruxelles, coll. « Questions au xxe s », 1991, 167-168.

25  Hewitt (Nicholas), Literature and the Right in Postwar France. The Story of the “Hussars”, Berg, Oxford & Washington, coll. « French Studies », 1996, p. 175 ; cʼest moi qui traduis.

26  Sartre (Jean-Paul), « M. François Mauriac et la liberté », La Nouvelle Revue française, Paris, no 305, 1er février 1939, pp. 212-232.

27  « Sartre (qui va mener une “campagne romanesque”) mʼa donné un parfait “Mauriac et la liberté romanesque”. (Éreintement, il va sans dire, mais jamais le truquage de M nʼavait été si bien démonté », écrit J. Paulhan dans une lettre à René Étiemble, le 3 novembre 1938. Voir Kohn-Étiemble (Jeanine), 226 lettres inédites de Jean Paulhan, Poitiers, Klincksieck, coll. « Bibliothèque du xxe siècle », 1975, p. 170.

28  Comme cʼest le cas le 18 mars 1945. Voir Mauriac (François) & Paulhan (Jean), Correspondance 1925-1967, Bassac, Éditions Claire Paulhan, 2001, pp. 246-247.

29  Brisset (Laurence), La NRF de Paulhan, Paris, Gallimard, 2003, p. 205.

30  Sous le pseudonyme de Maast, du nom du village où il a fait la guerre, et du héros de son roman Le Guerrier appliqué (1917).

31  J. Paulhan / Maast y a fait paraître des articles dans les numéros 6, 9, 10, 13 et 15. B. Vian y a donné ses « Chroniques du Menteur » dans les numéros 9, 10, 13, 21 et 26. Deux autres chroniques ont été refusées, en juin 1946 et, assez significativement, en septembre 1948, soit après la parution du numéro 38. Voir à ce sujet Cortijo Talavera (Adela), « Les “Chroniques du Menteur” ou lʼincursion de Boris Vian dans Les Temps modernes », dans La chronique journalistique des écrivains (1880-2000), sous la direction de Bruno Curatolo et dʼAlain Schaffner, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, « Écritures », pp. 191-201. Ou encore mon article « Boris Vian, un agent libre dans le schéma de jeu des Temps Modernes », LʼAtelier du roman, à paraître en 2012.

32  Compagne de Thierry Maulnier jusquʼen 1941, elle se rapprochera plus tard de Jean Paulhan. On lui doit entre autres Histoire dʼO, paru sous le pseudonyme de Pauline Réage. Voir Cerisier (Alban), Une histoire de La NRF, Paris, Gallimard, 2009, p. 441.

33  M. M.-P., « Les Cahiers de la Pléiade », Les Temps Modernes, no 19, avril 1947, pp. 1151-1152.

34  Paulhan (Jean), « Trois notes (à propos de la patrie) », La Table Ronde, no 1, janvier 1948, pp. 20-41.

35  Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, p. 656.

36  Paulhan (Jean), « Trois notes (à propos de la patrie) », La Table Ronde, no 1, janvier 1948, p. 29.

37  Ibid., p. 38.

38  Paulhan (Jean), « Petite préface à toute critique », La Table Ronde, no 31, juillet 1950, pp. 32-44.

39  Paulhan (Jean), « M. André Rousseaux trouve que Jouhandeau écrit mal », La Table Ronde, no 31, juillet 1950, pp. 106-109. Je rappelle que J. Paulhan avait démissionné du C.N.E. devant le refus dʼAragon qui le dirigeait alors, de rayer le nom de Marcel Jouhandeau de sa « liste noire ».

40  Halsberghe (Christophe), La Fascination du commandeur. Le sacré et lʼécriture en France à partir du débat-Bataille, [s.l.], Rodopi, coll. « Faux-titre », 2004, p. 78.

41  Paulhan (Jean), « Jean-Paul Sartre nʼest pas en bons termes avec les mots », La Table Ronde, Paris, no 35, novembre 1950, p. 13.

42  Paulhan (Jean), « Jean-Paul Sartre nʼest pas en bons termes avec les mots », La Table Ronde, Paris, no 35, novembre 1950, p. 17. Cʼest moi qui souligne.

43  Il en obtiendra une seconde à la mort dʼAlain. Voir Cerisier (Alban), Une histoire de La NRF, Paris, Gallimard, 2009, p. 461. Pour le texte de F. Mauriac, voir Mauriac (François), « Les catholiques autour dʼAndré Gide », La Nouvelle Revue française. Hommage à André Gide, 1869-1951, novembre 1951, pp. 103-107.

44  Lettre de François Mauriac à Jean Paulhan [fin octobre 1951]. Voir Mauriac (François) & Paulhan (Jean), Correspondance 1925-1967, Bassac, Éditions Claire Paulhan, 2001, p. 291.

45  Sapiro (Gisèle) La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, p. 684.

46  Mauriac (François), Nouveaux Mémoires intérieurs, Paris, Flammarion, 1965, pp. 244-245.

47  Comme lʼécrit Lacouture (Jean), François Mauriac, Paris, Seuil, 1980, pp. 443-444.

48  Jacques Laurent, de son véritable nom Jacques Laurent-Cély, est le neveu dʼEugène Deloncle, fondateur de La Cagoule, surnom donné à lʼ« Organisation secrète dʼaction révolutionnaire nationale », cette société terroriste à tendance fasciste formée dans la foulée des émeutes du 6 février 1934. Voir notamment Saint-Vincent (Bertrand de) Jacques Laurent alias Cécil Saint-Laurent, Paris, Julliard, coll. « Biographies », 1995.

49  Voir Martel (Jean-Philippe), « Jacques Laurent, de La Table Ronde à La Parisienne : un franc-tireur dans la “guerre des revues” », Interférences littéraires / Literaire interferenties, no 7, novembre 2011, pp. 237-253.

50  Saint-Vincent (Bertrand de) Jacques Laurent alias Cécil Saint-Laurent, Paris, Julliard, coll. « Biographies », 1995, p. 170.

51  Celui dʼune « campagne défensive de la littérature », écrit J. Laurent, « contre la servitude à laquelle Sartre et Les Temps modernes voulaient réduire lʼécrivain », voir Laurent (Jacques), Histoire égoïste, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1976, p. 419.

52  Voir Elsen (Claude), « Le mythe de lʼengagement », La Table Ronde, no 24, décembre 1949, pp. 1914-1921.

53  Cerisier (Alban), Une histoire de La NRF, Paris, Gallimard, 2009, p. 487.

54  Laurent (Jacques), Histoire égoïste, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1976, p. 425.

55  Selon son propre mot. Voir Laurent (Jacques), Histoire égoïste, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1976, p. 458.

56  Pour Jacques Poirier, « [...] les romans de Jacques Laurent peuvent se lire comme reprise parodique du choix existentiel par lequel, dans lʼautre camp, le héros accède à lui-même en se donnant à la cause [...] » et il explique : « Si lʼHistoire possède un mouvement propre, il est vain de vouloir lui échapper ; si au contraire la marche des événements relève de lʼaléatoire, alors en sʼabandonnant au hasard, en ne choisissant jamais, sauf sur coup de tête ou de dé, le personnage reste en accord avec “lʼesprit du monde” . » Voir Poirier (Jacques), « Désengagement et romanesque : Jacques Laurent, Sartre, Hegel », dans Écritures romanesques de droite au xxe siècle, Questions dʼesthétique et de poétique, sous la direction de Catherine Douzou et de Paul Renard, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, coll. « Écritures », pp. 109-110.

57  Poirier (Jacques), « Désengagement et romanesque : Jacques Laurent, Sartre, Hegel », dans Écritures romanesques de droite au xxe siècle, Questions dʼesthétique et de poétique, sous la direction de Catherine Douzou et de Paul Renard, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, coll. « Écritures », p. 110.

58  « It is also humour which is essential to Laurent's attack itself, insofar as it constitutes a plea for the ludic and the multi-faceted against the doctrinaire and the transparent ». Voir Hewitt (Nicholas), Literature and the Right in Postwar France. The Story of the ‘Hussars’, Berg, Oxford & Washington, coll. « French Studies », 1996, p. 174.

59  Assouline (Pierre), Gaston Gallimard. Un Demi-siècle dʼédition française, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2006, pp. 502-533.

60  Laurent (Jacques), « Paul & Jean-Paul », La Table Ronde, no 38, février 1951, p. 53.

61  Un article assez dur pour André Gide, intitulé « Il suffisait de se montrer », paru dans le numéro spécial de La Table Ronde consacré au Prix Nobel de littérature 1947, récemment décédé, et dans lequel Laurent poursuit une querelle faite à Marcel Arland. Ainsi que des pastiches de J. Giraudoux, de H. de Montherlant et de J. Anouilh.

62  Dʼabord La Mort à boire (qui sort au cinéma sous le titre de Le Quai de Grenelle), puis Caroline chérie et, lʼannée suivante, Les Caprices de Caroline. Lʼécrivain fait également paraître, avec Claude Martine (son épouse), Neuf perles de culture (qui reprend quelques-uns de ses pastiches), puis Mademoiselle des Champs-Élysées et À bouche que veux-tu, tous deux sous le nom de Cecil Saint-Laurent.

63  Laurent (Jacques), Histoire égoïste, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1976, p. 417.

64  Ibid., p. 416.

65  Le 17 décembre 1952. Cité dʼaprès Mauriac (François) & Paulhan (Jean), Correspondance, 1925-1967, Éditions Claire Paulhan, 2001, p. 309.

66  Mauriac (François), « Bloc-Notes », La Table Ronde, Paris, no 60, décembre 1952, p. 37.

67  Ibid., pp. 37-38.

68  Celui de février 1953. Celui de janvier 1953 étant consacré à son Prix Nobel de Littérature 1952.

69  Mauriac (François), « Bloc-Notes », La Table Ronde, Paris, no 62, février 1953, pp. 139-140.

70  Sapiro (Gisèle) La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, p. 605.

71  Mauriac (François), « Bloc-Notes », La Table Ronde, Paris, no 62, février 1953, p. 140.

72  Cité dʼaprès Mauriac (François), « Bloc-Notes », La Table Ronde, Paris, no 62, février 1953, p. 140. Cʼest lʼauteur qui souligne.

73  Mauriac (François), « Bloc-Notes », La Table Ronde, Paris, no 62, février 1953, p. 141.

74  Notamment dans une lettre à Barbara Church du 6 février 1953. Citée dʼaprès Mauriac (François) & Paulhan (Jean), Correspondance, 1925-1967, Éditions Claire Paulhan, 2001, p. 310.

75  Mauriac (François), « Bloc-Notes », La Table Ronde, Paris, no 62, février 1953, p. 142.

76  Que Paulhan réprouve aussi, mais avec plus de modération que Laurent.

77  Laurent (Jacques), « Les Mauvaises Rencontres », La Parisienne, no 14, février 1954, p. 186.

78  Mauriac (François), Bloc-Notes, 1952-1957, Paris, Flammarion, 1958, p. 4.

79  Qui possédaient déjà, depuis novembre 1949, 70% du capital à la fois de la maison et de la revue. Voir  Gauthier (Anne), La Table Ronde ou le dilemne [sic] de l'éditeur, Mémoire de D.E.A. d'histoire à lʼU. de Paris-IV – Sorbonne, 1990, p. 34.

80  Suivant P. Louis, « [s]ans Mauriac, la revue survivra chez Plon sous la houlette de Pierre Sipriot. Plus rien alors ne la rattache aux éditions de La Table Ronde. Elle doit faire face à la concurrence de La Parisienne et de la Nouvelle N.R.F. recrée par Jean Paulhan en 1953. Plon finira par céder en 1961 le titre à la S.E.P.A.Q., une société proche de l’Opus Dei. En février 1969, avec son numéro 253, la revue s’arrête. Dans les années 70, Bernard George dirigera une Nouvelle Table Ronde, mais, très vite, les rapports avec la maison d’édition se détériorent ». Voir Louis (Patrick), La Table Ronde. Une aventure singulière, Paris, La Table Ronde, 1992, p. 93.

81  Chebel dʼAppollonia (Ariane), Histoire politique des intellectuels en France 1944-1954, tome II, Éditions Complexe, Bruxelles, coll. « Questions au xxe s », 1991, p. 23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Martel, « Discordes à La Table Ronde (1948-1954): Paulhan, Mauriac, Laurent et les autres », COnTEXTES [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 13 avril 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://contextes.revues.org/5035 ; DOI : 10.4000/contextes.5035

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Martel

Université du Québec à Montréal

Haut de page