Navigation – Plan du site

Introduction

Des usages de la dispute en littérature du XIXe au XXIe siècle
Introducción

Texte intégral

1 Les articles réunis dans ce numéro sont issus de la réflexion menée dans le cadre du colloque international organisé par le groupe COnTEXTES à l’Université de Liège, les 12 et 13 mai 2011. Ces deux journées ont été désignées par un titre dans lequel chaque mot compte : « Querelles d’écrivains (XIXe-XXIe siècles) : de la dispute à la polémique. Médias, discours et enjeux ». Soulignons d’abord le choix chronologique consistant à initier la réflexion au seuil du XIXe siècle, siècle d’autonomisation du champ littéraire qui voit s’internaliser les « règles du jeu » et se spécifier pratiques et discours, et à étendre cette réflexion jusqu’aux débuts du XXIe siècle, témoin de l’affirmation croissante d’un rôle public de l’écrivain en intellectuel ou en personnalité médiatique. Avouons ensuite l’ébauche d’hypothèse selon laquelle une certaine définition relationnelle régirait les rapports entre dispute et polémique : d’une part, il y existerait une différence entre ces deux phénomènes situables dans la catégorie plus générale de la querelle qui semble ainsi les subsumer ; d’autre part, une évolution temporelle et/ou une progression logique feraient de la polémique une amplification ou un dépassement de la dispute.

2 De telles distinctions conceptuelles ne vont pas de soi. Elles appelaient, sinon un bilan exhaustif, du moins un parcours transversal ciblé sur quelques-unes des nombreuses interrogations que suscite le phénomène multifactoriel de la querelle lorsqu’il concerne des écrivains. Car c’est bien la question liminaire de ce numéro de COnTEXTES : y a-t-il une spécificité de la querelle en littérature ? Il semble que la réponse soit à chercher dans les caractéristiques disciplinaires qui guident la définition d’une telle spécificité, doublement rapportable au rôle fondamental de l’illusio dans la dynamique du champ littéraire et au statut de médium de la littérature, capable de constituer des prises de positions – dans les trois sens d’être, de former et d’établir.

3 Cette réflexion se fonde sur le constat de plusieurs observations récurrentes. D’abord, le conflit apparaît aussi structurant et significatif que la sociabilité « positive », dont il constituerait même une caractéristique intrinsèque. Ensuite, la dispute agit comme un révélateur dans la mesure où elle est un facteur de visibilité dans le champ, susceptible de modeler les facettes identitaires d’un écrivain, quelles qu’en soient les modalités d’expression (avouée, revendiquée ou déniée) et de mise en évidence (constitution d’une posture auctoriale). Enfin, il faut dissocier la dispute comme phénomène empirique et comme modèle heuristique, ce qui implique de définir attentivement les degrés d’analyse et d’observation auxquels placer notre étude : nous situons-nous au niveau des acteurs eux-mêmes, qui n’ont cessé d’inventer des termes, des étiquettes génériques et des discours pour désigner et infléchir les différends qui les opposaient, ou adoptons-nous le point de vue du chercheur en littérature qui ambitionne d’objectiver ces dissensions pour mettre en évidence des phénomènes structurels ?

4 À partir de ces bases de réflexion communes, le présent numéro poursuit trois objectifs épistémologiques complémentaires : étudier le rôle interactionnel multiple de la dispute dans le champ littéraire, réfléchir aux conditions d’une observation objectivante de ces phénomènes et constituer un appoint terminologique pour préciser les termes qui les désignent. Pour ce faire, quatre axes de recherche ont été définis, qui composent à plusieurs niveaux les apports thématiques et méthodologiques des articles de ce dossier.

5− La rhétorique de la dispute : au-delà de l’attaque ad hominem et de la création des sobriquets péjoratifs qui font notamment de George Sand tantôt une « vache bretonne de la littérature » (Jules Renard), tantôt un « Hermaphrodite-circoncis » (Lautréamont), l’étude des figures de style et des schémas argumentatifs rappelle combien la manifestation de la haine de l’écrivain repose sur une maîtrise du langage et sur le recours à la communication écrite différée. L’évolution de l’art de l’épigramme en offre une illustration significative.

6− Les identités de polémistes : méconnu, un écrivain peut être tenté de se faire connaître en littérature par la dispute ; reconnu, il lui arrive de la subir en résistance à une routinisation des codes esthétiques et à une institutionnalisation des écoles littéraires. Les manières de créer la polémique en littérature contribuent à se donner une visibilité médiatique et suscitent l’élaboration de postures – au sens où Viala et Meizoz entendent ce concept –à mesure que se distribuent les rôles d’arbitre, de polémiste mordant, de pacificateur, etc.

7− Les lieux de la polémique : outre les supports privilégiés que constituent, pour les échanges antagoniques, le manifeste, le pamphlet, la correspondance et le métadiscours critique de type journalistique, les codes et les tons liés à ces genres et régimes ont toute leur importance et concernent même les thématisations romanesques et poétiques de la dispute.

8− Les valeurs de la querelle : entre les faits, les représentations et les discours, l’intérêt socio-littéraire des querelles réside aussi, pour une part importante, dans une forme de réflexivité qu’elles engendrent à travers les commentaires évaluatifs sur un style, une esthétique, une appartenance à une école ou un statut d’écrivain.

9 Cinq volets structurent la présentation des seize articles de ce numéro. La « querelle comme institution » consacre une vue d’ensemble aux éléments définitoires que sont les concepts désignant le différend en littérature, les métaphores cristallisant l’imaginaire littéraire et les oppositions engageant les rôles et les identités de l’intellectuel. Jean-Pierre Bertrand, Denis Saint-Amand et Valérie Stiénon réfléchissent ensemble au sémantisme et au champ d’application que recouvrent les termes récurrents de dispute, querelle, polémique et controverse. Loin de constituer des quasi-synonymes malgré leur apparente interchangeabilité, ils manifestent une centration tantôt sur l’acte (portée pragmatique), tantôt sur la parole (portée performative), avec ceci de particulier que la littérature, dans la plupart des dissensions qui l’animent, tend à associer épreuve de vérité et épreuve de force. José-Luis Diaz explore l’étendue sémantique et métaphorique de la bataille qui révèle, dans les années 1820 à 1850, l’émergence d’une logique agonistique dans le fonctionnement du monde des lettres. Celle-ci porte à considérer le champ littéraire comme un champ de bataille et marque l’évolution décisive de polémiques en clans restreints vers une dynamique du conflit autrement plus structurante. La polémique québécoise récente opposant deux professeurs d’université spécialisés dans la littérature, Jean Larose (Université de Montréal) et Jacques Pelletier (UQAM), permet à Dominique Garand de rappeler toute l’importance de la configuration discursive des identités dans les rapports de forces relatifs à la question de l’engagement social des intellectuels.

10 Parce que la question du médium comme genre (prisme formel et axiologique) et comme support (relai d’enjeux et d’idées) est cruciale pour cerner certains aspects du différend en littérature, il convient aussi d’envisager les « supports de la querelle ». Sandor Kalai revient sur celle du roman-feuilleton à partir des documents rassemblés par Lise Dumasy. Débat fondateur de la culture de la modernité, cette querelle qui s’étend de 1836 à 1848 oppose un grand nombre d’acteurs – écrivains, journalistes, critiques, hommes politiques – et s’avère travaillée par la logique du système médiatique émergeant à travers revues, journaux et discours parlementaires qui conditionnent le déploiement de l’argumentation et infléchissent directement sa rhétorique. À partir des Poèmes aristophanesques de Laurent Tailhade, Laurent Robert étudie les formes poétiques de l’invective et la désignation textuelle de leurs cibles, ce qui pose la question du recours à ce procédé dans la manifestation d’une singularité du poète réputé mineur cherchant, entre adhésion et rejet, à s’adresser à ses pairs. C’est sur un autre corpus spécifique, celui des comptes rendus rédigés par Durkheim dans L’Année sociologique, que se centre l’étude de Matthieu Béra, mettant en évidence l’intervention de stratégies rhétoriques et l’élaboration d’un ton querelleur qui visent à trier le bon grain de l’ivraie dans la littérature « pseudo scientifique » des diverses disciplines (droit, psychologie, philosophie, histoire, économie, ethnologie, etc.) pour poser les bases d’une sociologie scientifique.

11 En raison de l’ancrage social multiple de la polémique, la délimitation de l’endogène et de l’exogène est cruciale pour déterminer quelles sont les incidences du phénomène qui concernent précisément le domaine littéraire. La « lutte en romans » rappelle qu’au nombre de ces supports se compte aussi et surtout le genre romanesque lui-même, dont les ressources figuratives et narratives sont susceptibles de médiatiser le conflit tout en reconfigurant et en déplaçant ses enjeux. Valérie Stiénon montre que certaines fictions romanesques du « désir d’arriver », diversement influencées par les formations doxiques du darwinisme social, reconfigurent une trajectoire conflictuelle sans toutefois accorder une véritable place à la confrontation directe entre hommes de lettres, qui se trouve paradoxalement contournée, voire éludée. S’appuyant sur une lecture faisant dialoguer roman, poésie et anecdotes biographiques, Sylvie Thorel-Cailleteau formule l’hypothèse que Madame Bovary constitue une attaque cryptée de l’ermite de Croisset à l’encontre d’Alfred de Musset. Marie-Hélène Larochelle étudie comment un affront déployé dans la fiction s’actualise dans le champ littéraire suisse. Les passages de L’ogre de Jacques Chessex faisant une référence peu flatteuse à l’écrivain Ramuz trouvent en effet une cohérence à travers l’examen des postures qui rejouent la querelle – générationnelle autant que psychanalytique – du père et du fils littéraires.

12 La dimension intrinsèquement contextuelle des dissensions littéraires fait d’elles des phénomènes éminemment datés et datant. Si chaque époque a ses manières de se disputer, qu’en est-il des mœurs contemporaines en la matière ? C’est la question que traite le volet « polémiques contemporaines » consacré à plusieurs « affaires » récentes qui voient se dessiner de nouveaux profils d’acteurs littéraires sur la scène publique et se discuter d’autres valeurs à partir de tribunes alternatives. Anne Strasser revient sur l’accusation de « plagiat psychique » formulée par Camille Laurens à l’encontre de Marie Darrieussecq à propos du roman Tom est mort. Le détail des arguments des deux parties et les réponses croisées par œuvres interposées permet de questionner à la fois les limites du genre biographique (y a-t-il des sujets que l’on ne peut aborder qu’à condition de les avoir vécus personnellement ?) et le rôle joué par les revues et journaux dans la médiatisation de ce différend à la fois interpersonnel et intergénérique. Fanny Barnabé met au jour l’argumentaire des conflits autour du soupçon de légitimité pesant sur le secteur de la littérature de jeunesse, occasion de montrer que la querelle de légitimité se transpose en une querelle de médium opposant la presse magazine traditionnelle aux nouvelles tribunes de commentaire et d’évaluation de la littérature que constituent les blogs d’écrivains, les sites internet et les émissions culturelles télévisuelles ou radiophoniques. Ivan Jaffrin revient sur l’actualité retentissante de Renaud Camus pour examiner les conditions politiques et les moyens rhétoriques de production sociale d’une affairisation de la querelle. Louise Moor apporte au phénomène Houellebecq un éclairage particulier concernant la réception d’une posture auctoriale encline à susciter la polémique comme dynamique structurante propre à fédérer une certaine communauté de lecteurs : l’écrivain fait de la polémique son art poétique autant que son code éthique, en la déclinant sur le mode d’une ironie toujours compromettante.

13 Enfin, la dernière question posée au sujet des querelles concerne la dialectique du singulier et du collectif qui les parcourt. « Le collectif en oppositions » rappelle que, si de nombreuses figures d’auteurs émergent comme autant de spécialistes ès conflits au sein du champ littéraire, ces individualités ont, dans la plupart des cas, partie liée avec la définition collective d’esthétiques et avec la formation de groupements littéraires. Les prises de positions disqualifiantes à l’égard de certains acteurs du monde littéraire ne tendent-elles pas d’ailleurs à favoriser l’émergence de véritables « camps » ? Attaquer les autres en groupe, selon des codes typiques et à travers des formes dans lesquelles on reconnaît son appartenance, c’est donner à voir sa propre cohésion et assurer un resserrement réticulaire bénéficiant d’une logique d’opposition qui se révèle paradoxalement fédératrice. Anthony Glinoer et Vincent Laisney retracent conjointement l’histoire des représentations polémiques des cénacles, cette configuration sociale qui n’a cessé de se représenter et d’être représentée comme le lieu d’une tension entre privé et public, intérieur et extérieur, solitude et communauté. Ils mettent ainsi au jour l’existence d’un discours anti-cénaculaire qui fait partie intégrante des modes d’existence et de signalement de cette sociabilité littéraire. David Vrydaghs montre que les querelles, souvent étudiées comme éléments structurants ou destructeurs dans la formation ou la dissolution des groupes littéraires, adviennent aussi régulièrement dans l’activité « routinière » de ceux-ci. En témoignent notamment, au sein du groupe surréaliste français des années 1920, la définition et la conception du romanesque ayant opposé Louis Aragon et André Breton. L’histoire d’une revue, support privilégié d’une reconfiguration constante des dissensions et vecteur d’expression contradictoire des opinions, est, elle aussi, révélatrice de cette dynamique collective. Jean-Philippe Martel examine le cas de la Revue de la Table Ronde (1948-1954), château-fort d’un certain nombre d’auteurs de droite qui s’y réunissent pour lancer des attaques à leurs contemporains « de l’autre camp », en particulier celui des Temps Modernes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Introduction », COnTEXTES [En ligne], 10 | 2012, mis en ligne le 13 avril 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://contextes.revues.org/5040 ; DOI : 10.4000/contextes.5040

Haut de page