Skip to navigation – Site map

Guillaume Apollinaire et la « latinisation » des avant-gardes parisiennes durant la Première Guerre mondiale

Amotz Giladi

Full text

Introduction

  • 1 Cet article est basé sur ma thèse de doctorat, Écrivains étrangers à Paris et construction identita (...)
  • 2 Voir notamment Boschetti (Anna), La Poésie partout : Apollinaire, homme-époque (1898-1918), Paris, (...)
  • 3 Warnier (Raymond), « L’actualité d’Apollinaire dans la perspective des rapports franco-italiens », (...)
  • 4 Caizergues (Pierre), « La collaboration d’Apollinaire à la Démocratie sociale », Archives des lettr (...)
  • 5 Bouatchidzé (Gaston) et al., « De Paris à Nîmes », La Revue des lettres modernes, nº 10, 1973, pp. (...)

1Guillaume Apollinaire fait l’objet d’une recherche abondante, non seulement littéraire mais aussi sociohistorique1. De nombreuses études portent sur sa trajectoire2, sur son rôle dans les échanges internationaux entre mouvements d’avant-garde3, sur sa figure intellectuelle en tant que critique et journaliste4, ou encore sur son engagement volontaire dans l’armée française lors de la Première Guerre mondiale5. Dans cet article, nous nous situerons au croisement de toutes ces perspectives, en cherchant à éclairer un aspect qui nous semble négligé, à la fois à propos d’Apollinaire et, plus généralement, de la vie intellectuelle française durant la Grande Guerre, à savoir la forte circulation d’un discours sur l’identité « latine » ou « panlatine ».

2Idéologie appelant à l’unification de tous les peuples « latins » contre la menace « germanique », la panlatinité se développa fortement en France comme contrepoids au pangermanisme. Malgré l’idée d’un dépassement des frontières nationales en faveur d’une entité transnationale - une sorte de nouvel empire romain -, la plupart des penseurs de la latinité étaient aussi ceux du nationalisme, faisant de celle-là une forme idéalisée, plus universaliste, de celui-ci.

  • 6 Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, pp. 12-13 ; Gamboni (Dari (...)

3Du fait des processus de nationalisation culturelle amorcés en France au xixe siècle et intensifiés sous la iiie République, ces mêmes intellectuels nationalistes, représentés notamment par Maurice Barrès et Charles Maurras, occupèrent les positions dominantes dans le champ littéraire français. Ils défendaient les valeurs « classiques » de la culture française et attaquaient les avant-gardes, qu’ils jugeaient cosmopolites, étrangères et dangereuses, du fait de leur fonctionnement par réseaux internationaux6. Ensuite, dans la conjoncture de la Grande Guerre et de « l’union sacrée » entre la droite et la gauche, avec la subordination des politiques culturelles aux valeurs néo-classicistes des écrivains nationalistes, la défense de l’esthétique avant-gardiste devint encore plus difficile. En effet, durant cette période, s’exacerba la stigmatisation des avant-gardes comme fléau étranger, rattaché surtout à l’ennemi absolu, l’Allemagne.

  • 7 En effet, plusieurs chercheurs et critiques ont pu démontrer la transposition des principes esthéti (...)

4À la recherche d’une légitimité sociale dans ce contexte de guerre, une partie des avant-gardes fut amenée à un processus de nationalisation, dans lequel Guillaume Apollinaire joua un rôle-clé. De son vrai nom Wilhelm Kostrowitzky, né à Rome en 1880 d’un père italien et d’une mère polonaise, il était lui-même doublement touché par le nationalisme – à la fois comme étranger et comme avant-gardiste. S’engageant volontairement dans l’armée française en 1914, il fut naturalisé le 9 mars 1916, huit jours avant d’être grièvement blessé au combat. Reprenant, de retour à Paris, son activité journalistique d’avant-guerre, il se lança dans une véritable campagne de légitimation des avant-gardes. Le principal objet de sa démarche fut le mouvement cubiste, qu’il soutenait ardemment depuis plusieurs années en tant que critique d’art, et dont il transformait, dans ses propres œuvres, les méthodes picturales en techniques poétiques7. Dans une moindre mesure, la démarche d’Apollinaire porta également sur le futurisme, mouvement avec lequel il entretenait des échanges importants. Le cubisme, apparu à Paris et élaboré, au moins à ses débuts, essentiellement par des artistes espagnols et français (tels que Pablo Picasso et Georges Braque), et le futurisme, composé initialement d’Italiens et actif sur l’axe Milan-Paris, offraient à Apollinaire la possibilité de légitimer les avant-gardes parisiennes par l’affirmation de leur essence « latine ».

5En étudiant quelques éléments de la trajectoire d’Apollinaire, depuis sa naissance et jusqu’à la guerre, nous chercherons à éclairer à la fois le handicap social que lui infligeait son origine étrangère, et la position centrale qu’il put occuper malgré tout au sein des avant-gardes parisiennes. Ensuite, nous analyserons sa démarche de latinisation et de nationalisation des avant-gardes durant la guerre.

De la naissance romaine à l’engagement volontaire

6Le grand-père maternel d’Apollinaire était descendant d’une grande famille de la noblesse polonaise. Officier retraité et pensionné de l’armée russe, il s’installa à Rome en 1866, avec sa fille Angelica. C’est probablement de la liaison de celle-ci avec Francesco Flugi d’Aspermont, officier italien d’origine aristocratique, que naquit Wilhelm. En 1887, Angelica Kostrowitzky quitta Rome avec ses deux fils, Wilhelm et Albert (né en 1882), pour s’installer à Monaco.

7Arrivé à Paris en 1901, Apollinaire s’introduisit dans les milieux littéraires et artistiques d’avant-garde. Il créa graduellement de multiples rapports avec les créateurs d’avant-garde à travers l’Europe, ce qui lui valut des attaques xénophobes en France, d’autant plus que dans son travail de conférencier et de journaliste, il défendait avec enthousiasme l’art moderne et notamment le cubisme, celui-ci étant justement le repoussoir principal des critiques et des écrivains nationalistes et néo-classicistes.

8La fameuse affaire du vol de la Joconde fut l’occasion d’un déchaînement xénophobe particulièrement violent à l’égard du poète. Fin août 1911, Géry Pieret, le secrétaire d’Apollinaire, déposa incognito aux bureaux de Paris-Journal - auquel le poète collaborait à l’époque - une statuette volée au Louvre. Sans révéler son identité, il signala au journal qu’il avait volé au Louvre deux autres statuettes, en mars 1907. L’identité du voleur dévoilée, ses rapports avec Apollinaire jetèrent le soupçon sur le poète. La police le suspecta également dans un autre vol qui venait de bouleverser le Louvre, le 21 août 1911 : celui de la Joconde. Incarcéré le 7 septembre, Apollinaire fut libéré le 12 septembre, l’affaire se terminant par un non-lieu.

9Le bref laps de temps de cette arrestation suffit à la presse xénophobe pour associer Apollinaire à une maléfique invasion étrangère. Le 9 septembre, Le Figaro publia l’information suivante :

  • 8 Le Figaro, 09/09/1911.

ces statuettes avaient été apportées à Paris-Journal par un étranger, M. Kostrowisky [sic], sujet polonais, connu dans le monde des lettres sous le pseudonyme de Guillaume Apollinaire, demeurant à Passy, rue Gros. Elles avaient été volées, paraît-il, par un de ses compatriotes, un sieur V…, actuellement en résidence à l’étranger […] La Sûreté assure qu’elle est sur la piste d’une bande internationale venue en France dévaliser les musées8

  • 9 Contrairement à ce qui fut indiqué par Le Figaro, il n’était pas sujet polonais. Dès son arrivée à (...)
  • 10 Olivier (Fernande), Picasso et ses amis, édition présentée et annotée par Hélène Klein, Paris, Pygm (...)

10Ainsi, Apollinaire reçut dans cette affaire un rappel violent de sa situation sociale : écrivain de langue française et critique d’art, il était non seulement soupçonné d’avoir porté atteinte à une des plus grandes institutions culturelles en France, mais aussi stigmatisé à cause de ses origines étrangères9. Cependant, la stigmatisation et l’incarcération d’Apollinaire suscitèrent à leur tour une vive réaction. En effet, Selon Hélène Klein, cet épisode ne fit que renforcer le statut du poète comme figure-clé des avant-gardes parisiennes, et elle considère que la place centrale réservée ultérieurement à Apollinaire dans la revue Les Soirées de Paris fut un « témoignage de l’estime qu’on lui conservait après l’histoire des sculptures volées au Louvre10 ».

11Cette revue fut fondée en 1912 par Apollinaire et quelques-uns de ses amis : André Billy (son premier directeur), André Tudesq, André Salmon et René Dalize. Les choix des textes révélaient une nette orientation avant-gardiste, surtout à partir de la deuxième série de la revue : c’est alors que, remplaçant André Billy à la tête du comité de rédaction, Apollinaire et Jean Cérusse (pseudonyme collectif de Serge Férat et Hélène d’Œttingen) obtinrent la collaboration régulière de poètes avant-gardistes tels que Blaise Cendrars et Max Jacob.

  • 11 Boschetti (Anna), La Poésie partout, op. cit., p. 61.

12C’est largement grâce au rôle joué au sein de cette revue qu’Apollinaire devint une figure centrale dans les débats et polémiques autour du cubisme. Par ailleurs, son activité de rédacteur en chef des Soirées de Paris coïncidait avec une augmentation importante de sa production intellectuelle : la volonté d’apporter lui-même des contributions qui permettraient à sa revue de se distinguer des autres, constitua pour lui un véritable déclenchement créateur. En 1913, il rassembla dans le recueil Alcools l’essentiel de sa poésie écrite jusqu’alors ; et la même année, il recueillit également - dans Les Peintres cubistes - l’essentiel de la réflexion esthétique élaborée dans sa critique d’art11.

  • 12 Cité dans Bouatchidzé (Gaston) et al., « De Paris à Nîmes », art. cité, pp. 38-39.

13Avec l’irruption de la Première Guerre mondiale en 1914, trois ans après l’affaire de la Joconde, Apollinaire reçut un nouveau rappel concernant ses origines. En tant qu’étranger, il dut alors obtenir un permis de séjour. Le 10 août, il fit une demande d’engagement volontaire, assortie d’une demande de naturalisation, mais celles-ci furent provisoirement rejetées. Début septembre, il rejoignit son ami Henri Siegler-Pascal, avocat et collaborateur occasionnel à Paris-Journal, qui résidait à Nice. Dans son témoignage sur cet épisode, celui-ci évoque un certain Niçois nommé Robert Mortier, qui « était à ce moment un garçon de 28 à 30 ans » et qui « avait eu la chance le jour de la mobilisation, de pouvoir retirer de sa banque dix mille francs en louis d’or. Ce qui était une grosse somme pour l’époque ». Mortier « lui proposa [à Apollinaire] très gentiment de l’emmener avec lui, à ses frais, en Suisse ou en Espagne12 ».

14Or Apollinaire craignait qu’un tel comportement ne sapât sa légitimité en tant qu’écrivain étranger en France : selon le même témoignage, l’engagement du poète

  • 13 Cité dans Ibid., p. 31 et 39.

était une solution, à la fois à ses ennuis matériels, et à la perspective de l’après-guerre pour un écrivain étranger qui souhaitait rester en France et écrire dans la langue […] je l’approuvai [l’engagement], car je comprenais que sa place à Paris, après-guerre, eût été délicate, s’il avait passé le temps de la guerre en Suisse13.

  • 14 Au printemps 1914, De Chirico réalisa le fameux Hommage à Dante, dit Portrait prémonitoire de Guill (...)
  • 15 Cité dans Tramuta (Marie-José), « Savinio et l’Autre : étapes d’une identification surmontée », dan (...)

15Selon un autre témoignage, celui du peintre et essayiste italien Giorgio De Chirico, ami d’Apollinaire14, celui-ci s’engagea « non pas tant pour la France, comme beaucoup le croient naïvement, qu’à cause de l’obscurité de ses origines extrêmement embrouillées. […] Il désirait […] énormément avoir un pays, une race, un passeport en règle15». Enfin, en plus des motivations évoquées par ces témoignages, il ne faut pas oublier la tradition familiale militaire d’Apollinaire, celle de son père et de son grand-père maternel.

  • 16 Décaudin (Michel), Guillaume Apollinaire, introduction de Philippe Soupault, Paris, Séguier, 1986, (...)

16Renouvelant sa demande d’engagement et bénéficiant sans doute de l’appui d’un officier de marine fréquenté à Nice16, Apollinaire rejoignit finalement le 38e régiment d’artillerie de campagne de Nîmes. Après son retour à l’arrière, suite à sa grave blessure, il fut affecté à la censure militaire, puis au ministère de la Guerre et enfin au bureau de presse du ministère des Colonies. Le 9 novembre 1918, affaibli par les séquelles de ses blessures, Apollinaire est emporté par la grippe espagnole.

Apollinaire comme acteur de la latinisation et de la nationalisation des avant-gardes parisiennes

  • 17 Sur la panlatinité, voir Barthe (Roger), L’Idée latine, Toulouse, Institut d’études occitanes, 1962 (...)

17La Grande Guerre, qui constitua le paroxysme des processus de nationalisation survenus en France et en Europe depuis le xixe siècle, fut aussi un moment crucial dans le développement des idéologies pan-nationalistes, telles que le pangermanisme, le panslavisme et la panlatinité17. Celle-ci consistait à se réclamer de l’héritage culturel de l’empire romain, partagé par plusieurs nations modernes : France, Italie, Espagne, Portugal, Roumanie, républiques latino-américaines, etc. Elle se développa dans deux foyers principaux, l’Italie et la France. En Italie, la panlatinité et l’antigermanisme furent nourris par la rivalité historique avec l’Autriche et par l’aspiration des nationalistes à compléter l’unification nationale de 1860-1861 par l’annexion de terres faisant partie de l’empire habsbourgeois. En France, c’est la défaite de 1870 qui alimenta la panlatinité et renforça son caractère antigermanique. Dorénavant, cette idéologie transnationale fut mobilisée dans le cadre des revendications françaises visant à récupérer l’Alsace et la Lorraine, et plus généralement, dans la concurrence avec l’Allemagne pour l’hégémonie politique, économique, culturelle et linguistique en Europe. À la faveur de la panlatinité, les nationalistes italiens et français pouvaient concevoir leurs conflits respectifs avec un pays voisin en termes de lutte de « cultures », de « civilisations » ou de « races » – conceptions universalistes qui se superposaient aux doctrines nationalistes sans pour autant remettre en question leurs intérêts spécifiques.

18 Ce caractère hybride - à la fois nationaliste et transnational - de l’idéologie panlatine fut utilisé par Apollinaire comme point de départ de la nationalisation des avant-gardes internationalisées, dénoncées avec tant de virulence durant la guerre. Face à ces attaques xénophobes, Apollinaire visait à démontrer que les avant-gardes parisiennes, et surtout le cubisme, faisaient partie intégrante de l’esprit « latin » et français. Pour ce faire, il récupéra le discours nationaliste et panlatiniste tout en l’inversant : d’une part, il se situait ainsi du côté du camp patriotique ; et d’autre part, contrairement à l’usage courant de ce discours, il identifiait les valeurs latines avec la modernité, se positionnant sous ce rapport en opposition aux tenants du néo-classicisme.

19Nous allons le constater dans plusieurs écrits sur l’art, rédigés par Apollinaire durant la guerre, et surtout après son retour du front. Ces textes, dans lesquels la pensée esthétique de l’auteur est mise au service du patriotisme, reflètent la situation de l’espace discursif dans la France des années 1914-1918, où le nationalisme envahit même les milieux littéraires et artistiques d’avant-garde. L’assimilation du discours nationaliste par Apollinaire fut sans doute renforcée par son travail au sein de l’appareil militaire et étatique de propagande (censure militaire, Ministère de la Guerre, Ministère des Colonies).

20Dans la préface rédigée par Apollinaire au catalogue de l’exposition de peinture française contemporaine, présentée à Oslo entre novembre et décembre 1916 (Der Franske Ustillung), on trouve un exemple éclairant de sa façon d’inverser la rhétorique des pires détracteurs du cubisme, afin de dissiper les doutes sur l’origine de cette école. Ainsi, ce qu’il considère comme les mérites du cubisme, est rattaché dans son propos à la suprématie culturelle française, découlant à son tour de la conservation de l’héritage gréco-romain – valeurs-clé du discours nationaliste et panlatiniste :

  • 18 Apollinaire (Guillaume), Œuvres en prose complètes, vol. 2, textes établis, présentés et annotés pa (...)

Comme fit la Grèce dans l’Antiquité, la France propose aujourd’hui à l’univers charmé des modèles qui nourriront les méditations sublimes de longs siècles et exigeront l’imitation investigatrice de milliers d’artistes de toutes nations.
[…]
[Les organisateurs de l’exposition] ont choisi l’époque douloureuse et glorieuse de la guerre pour vous montrer que, même dans la tourmente, sans s’être mis le moins au monde au-dessus de la mêlée, les artistes de France n’ont pas manqué au pacifique et sublime devoir que leur impose la haute civilisation française.
Cet art moderne, qui a résisté victorieusement à tant d’assauts, est bien celui qui domine aujourd’hui dans l’univers et on ne peut lui en opposer un autre.
Intelligente et ouverte, la France continue, même pendant la guerre, cette mission civilisatrice que la Grèce et Rome lui ont transmise tout naturellement comme à la nation la plus ingénieuse, la plus sensée, la plus mesurée18

21Les notions de sens et de mesure, qui constituent deux valeurs chères aux partisans conservateurs de la panlatinité, sont mentionnées ici parmi les raisons de l’élection de la France pour la mission civilisatrice moderne. L’attachement d’Apollinaire au discours panlatiniste et conservateur va jusqu’à concevoir l’art moderne comme une sorte de classicisme contemporain : c’est ce que signifie le premier paragraphe cité ci-dessus, où il avance que la création française actuelle fournira des modèles pour « de nombreux siècles », comme ce fut le cas de la Grèce antique.

  • 19 Ibid., pp. 865, 868, 1649 n. 1.

22En effet, Apollinaire considérait « l’esprit nouveau » comme le véritable prolongement de l’héritage classique. C’est précisément dans ce sens-là qu’il inventa en 1917 le terme de « sur-réalisme » : avant qu’André Breton ne transformât celui-ci en « surréalisme » et l’adoptât pour désigner son nouveau mouvement, ce terme était conçu pour qualifier l’esprit nouveau tout entier, donnant lieu à une forme supérieure et intellectualisée de réalisme19.

  • 20 Ibid., p. 1184.

23Un autre aspect à signaler dans la préface d’Apollinaire au catalogue de l’exposition d’Oslo, est la présence d’une terminologie militaire : en effet, l’auteur parle de « cet art moderne, qui a résisté victorieusement à tant d’assauts ». À ce sujet, on peut citer également un compte-rendu du 16 novembre 1917, où Apollinaire fait l’éloge de la « netteté toute militaire » de l’ouvrage Notre Retraite de Serbie20, publié par son ami italien Ricciotto Canudo (sous le pseudonyme anagrammatique de « capitaine Oudanc »). Cette esthétisation de l’expérience militaire s’inscrit dans les tentatives d’Apollinaire pour démontrer que les créateurs qu’il défend sont bel et bien impliqués - que ce soit physiquement ou artistiquement -, dans les efforts de guerre.

24La récupération inversée du discours nationaliste et panlatiniste par Apollinaire s’observe également dans son article sur « L’art et la guerre », paru le 9 décembre 1916 dans Paris-Midi : se réclamant de la latinité et rejetant l’esprit allemand, il le fait, là encore, au nom de la modernité et non pas du néo-classicisme. Or, afin de construire cette argumentation, il doit d’abord démentir l’hypothèse nationaliste sur les origines allemandes de l’art moderne, et montrer que celui-ci est intrinsèquement latin :

  • 21 Ibid., p. 862.

En effet, les Allemands ont peu brillé dans l’art moderne, et pour m’en tenir à la seule peinture et même à la faction la plus moderne de l’école moderne, on ne saurait citer dans le cubisme un seul nom allemand qui vaille la peine d’être mentionné. C’est un hasard, car il y avait à Paris avant la guerre un grand nombre de rapins boches. Aucun d’eux n’est parvenu à se faire un nom même secondaire dans l’école moderne qui florissait en France.
En effet, le cubisme et son frère le futurisme ressortissent si essentiellement à la civilisation latine, que le petit nombre d’artistes qui forment ces écoles, ou plutôt cette école, appartiennent tous aux trois nations française, espagnole et italienne.
Les censeurs atrabilaires qui décernent à tort et à travers l’épithète de boche auraient pu voir que l’école moderne avait livré, avec le courage le plus admirable, un combat victorieux à l’académisme qui ne s’en relèvera pas et qui, lui, est bien d’origine boche21

25N’expliquant pas en quoi le cubisme et le futurisme seraient latins, Apollinaire ne véhicule le discours de la latinité que pour conférer à ces mouvements une légitimité culturelle face à leurs détracteurs néo-classicistes. Par ailleurs, c’est au néo-classicisme qu’il fait allusion sous le terme péjoratif d’« académisme », qu’il rattache à l’Allemagne, achevant ainsi le renversement de l’équation mise en place par le camp conservateur : pour lui, la grandeur de la civilisation française découle de ses innovations artistiques, tandis que les fléaux de l’influence culturelle allemande sont représentés par le traditionalisme.

  • 22 Apollinaire (Guillaume), Œuvres en prose complètes, vol. 3, textes établis, présentés et annotés pa (...)

26Comme dans les textes précédents, on constate ici l’usage d’une terminologie militaire (« courage », « combat victorieux »). En plus, avec sa dénonciation des « Boches », cet article reflète bien la germanophobie répandue alors en France, y compris dans le champ littéraire et les milieux d’avant-garde. À ce propos, citons aussi la chronique « L’Ours et le poilu », publiée le 14 octobre 1918 dans le journal L’Information : Apollinaire y oppose une image sacralisée des soldats français à une image démoniaque et bestiale de l’ennemi, et fait du conflit entre la France et l’Allemagne une véritable croisade de la civilisation contre la barbarie : « Pendant quatre ans ils [les poilus] furent les vivants signes de croix qui arrêtèrent un loup plus féroce que celui de Gubbio et que l’ours polaire du Jardin des Plantes. Quelle reconnaissance leur devra la postérité ! Elle n’oubliera jamais leur vertu et leur sainteté22. »

  • 23 Apollinaire (Guillaume), Œuvres en prose complètes, vol. 2, op. cit., p. 1342.

27Le 22 septembre 1917, Apollinaire souligna de nouveau « l’unité latine » des avant-gardes françaises, italiennes et espagnoles, rassemblées sous l’égide du cubisme et du futurisme : dans une lettre ouverte adressée au directeur du Mercure de France, et publiée sous le titre « L’origine du cubisme », il réaffirma que les deux fondateurs de l’école cubiste étant Pablo Picasso et Georges Braque, celle-ci « pourrait être qualifiée […] de franco-espagnole ou plus simplement de latine23 ». Or, contraint de reconnaître malgré tout la présence d’artistes « non latins » parmi les cubistes, Apollinaire essaya de surmonter ce paradoxe en se repliant sur la notion d’école « parisienne ». Ainsi, il put maintenir l’accent sur la naissance parisienne de ce mouvement et sur son développement sous une égide française :

  • 24 Ibid., pp. 1342-1343.

 Il est vrai que depuis la guerre elle [l’école cubiste] s’est étendue au point qu’il s’en faudrait de peu qu’on pût l’appeler cosmopolite si la latinité ne s’était encore une fois affirmée par l’absorption importante qu’elle a faite de certains éléments qui ont joué un rôle du premier ordre dans la création du futurisme italien. Il est juste par conséquent qu’on appelle latine une école dont les principaux adeptes sont français, espagnols et italiens. De toute façon, elle est née sur le sol français et les artistes qui la composent travaillent à Paris, ce qui fait que le qualificatif de parisienne ne lui irait pas mal24

28Nous voyons ici que tout en reconnaissant l’adhésion de peintres « non latins » au cubisme, Apollinaire évitait de qualifier celui-ci de « cosmopolite », qui était justement l’un des termes utilisés par les détracteurs du mouvement pour le dénigrer.

29Dans tous ces exemples, on peut voir un effort d’apologie, de justification et de nationalisation des avant-gardes, dans un contexte de guerre qui fragilisait fortement leur légitimité. Pour Apollinaire, la mise en valeur du caractère « latin » du cubisme et du futurisme était le meilleur moyen de justifier la présence en France d’artistes espagnols et italiens - ressortissants respectivement d’un pays neutre et d’un pays allié -, même lorsqu’ils ne combattaient pas. La question de l’engagement était délicate pour lui, car le fait que les cubistes espagnols Pablo Picasso et Juan Gris, ainsi que le futuriste italien Gino Severini, étaient restés à Paris sans contribuer à l’effort national, risquait de donner des armes aux dénonciateurs de « l’antipatriotisme » des avant-gardes.

  • 25 Ibid., p. 857-858. Dans ce même article, Apollinaire invente une maladie qui aurait empêché à Picas (...)

30Or, tout en subissant le handicap lié au fait d’être restés en France sans s’engager, ces peintres bénéficiaient de leur appartenance à des nations « latines ». Cela leur ouvrait la possibilité de se légitimer à travers l’identification aux idéaux de la latinité et l’amorce d’un dialogue pictural avec le classicisme « latin ». Ainsi, dès 1915, Picasso peignait plusieurs œuvres se référant au langage pictural d’Ingres. Cela donna à Apollinaire l’occasion de présenter le peintre espagnol, dans un article intitulé « L’art vivant et la guerre » - paru le premier mars 1915 dans Le Petit Messager des arts et des industries d’arts -, comme successeur d’Ingres et défenseur de la culture française classique25.

  • 26 Wilfert-Portal (Blaise), « Literary Import Into France and Britain Around 1900 : a Comparative Stud (...)
  • 27 Silver (Kenneth E.), Vers le retour à l’ordre, op. cit., pp. 20-21.
  • 28 Apollinaire (Guillaume), Œuvres en prose complètes, vol. 2, op. cit., p. 998.

31Si la démarche d’Apollinaire visait à assurer aux avant-gardes parisiennes une certaine autonomie intellectuelle et esthétique, dans un contexte de forte hétéronomie, il semble en réalité que celles-là furent graduellement absorbées par le mouvement néo-classiciste de retour à l’ordre, promu par des périodiques aussi influents que l’Action française de Charles Maurras ou La Nouvelle Revue française26. Par ailleurs, Apollinaire était lui-même abonné à l’Action française pendant la guerre27. Dans une lettre adressée le 15 mars 1918 à son directeur, il chercha de nouveau à défendre l’avant-garde en affirmant que ses innovations « ne sont pas anarchiques », et qu’elles « tendent toutes à la discipline28. » Il est révélateur de voir comment, devant Maurras, Apollinaire déployait toute sa rhétorique d’apologie patriotique, tenant à se justifier du fait même de parler de questions nationales :

  • 29 Ibid., p. 999. Arrivé dans l’Hexagone à l’âge de sept ans, comme nous l’avons vu plus haut, Apollin (...)

 Vous me demanderez comment je peux avoir l’audace de parler, moi, né étranger, sur ces questions. Je répondrai qu’un poète n’est jamais un étranger dans le pays de la langue qu’il emploie. Mais vous avez parlé de Romanité. Et je suis né à Rome, de sang italien et de sang polonais […] je suis en France depuis l’âge de trois ans et la seule langue que je connaisse bien est le français. D’autre part, j’ai gagné sur le champ de bataille ma naturalisation dont le brevet me fut apporté devant Craonne, il contient en toutes lettres la mention sous-lieutenant au 96e régiment d’infanterie et quatre jours après que je l’eus reçu les Allemands me baptisèrent français avec le sang jailli de ma tête où la cicatrice d’une trépanation en forme d’étoile est le plus beau calligramme que j’aie encore dessiné29

32Face à cette mise en valeur du courage et de l’héroïsme, il faut encore rappeler l’héritage familial militaire d’Apollinaire. De plus, dans ce contexte de guerre, où des preuves de patriotisme français étaient exigées des créateurs étrangers, Apollinaire voulait servir de modèle aux avant-gardes, et craignait, plus que tout autre chose, de voir celles-ci taxées de dissidence, de défaitisme ou de pacifisme.

Conclusion

33Nous avons déjà signalé que les origines espagnoles ou italiennes de nombreux créateurs cubistes et futuristes semblaient leur ouvrir la voie à une légitimation en France, à travers l’identification à la latinité, celle-ci faisant partie du discours nationaliste français de l’époque. C’est à ce type de légitimation que visait Apollinaire, en luttant pour la reconnaissance de la nature « latine » de ces avant-gardes. Mais nous avons également vu que tout en étant tournée vers la défense de l’art moderne et la démonstration de sa compatibilité avec le patriotisme, sa démarche avait fini par s’aligner sur le mouvement nationaliste de retour à l’ordre classiciste. D’autre part, les efforts d’Apollinaire pour latiniser et nationaliser l’art moderne n’eurent, après tout, que des effets limités et passagers. En effet, au cours de l’entre-deux-guerres, période durant laquelle de fortes tendances nationalistes et xénophobes perduraient dans le champ intellectuel français, les avant-gardes étaient toujours largement dénoncées pour leur caractère « métèque ».

  • 30 Becker (Annette), « Artistes et cinéastes d’avant-garde pendant l’après-guerre », dans Encyclopédie (...)
  • 31 Prochasson (Christophe), « Les intellectuels », dans Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918 : (...)
  • 32 Bonnet (Marguerite), « L’Orient dans le surréalisme : mythe et réel », Revue de littérature comparé (...)

34 Quant à la nouvelle génération d’avant-garde apparue après la guerre, et représentée notamment par le mouvement surréaliste, elle affichait clairement son internationalisme et son antinationalisme, en contre-attaquant ses aînés nationalistes, surtout ceux qui s’étaient faits les grands chantres de la guerre. En 1921, André Breton, Philippe Soupault, Louis Aragon et Georges Ribemont-Dessaignes mirent en scène un procès fictif, condamnant Maurice Barrès pour son soutien intellectuel à la guerre30. Cette critique des surréalistes contre tous les intellectuels qui avaient contribué moralement aux efforts de guerre, ne fit que s’intensifier au cours des années 192031. Le défunt Apollinaire, dont les surréalistes admiraient les innovations esthétiques, fut néanmoins violemment attaqué par Breton à cause de ses prises de position patriotiques entre 1914 et 1918. Cela découlait, entre autres, du fait que les surréalistes voulaient rester à tout prix à l’avant-garde et éviter tout glissement vers des positions politiques et esthétiques plus consensuelles, comme cela était arrivé à leurs prédécesseurs32. La contestation et la fragilisation de l’héritage politique d’Apollinaire, mort deux jours seulement avant l’armistice, en font le grand héros tragique des avant-gardes parisiennes durant la Première Guerre mondiale.

Top of page

Bibliography

Al-Matary (Sarah), « Du caractère national à l’identité supranationale : le messianisme latin, une voie inexplorée du préfascisme français », Les Cahiers de Psychologie politique, nº 11, 2007, pp. 169-177.

Al-Matary (Sarah), Idéalisme latin et quête de « race ». Un imaginaire politique, entre nationalisme et internationalisme (France-Amérique hispanique, 1860-1933), thèse sous la direction de René-Pierre Colin, Université Lyon 2, soutenue le 20 juin 2008.

Apollinaire (Guillaume), Œuvres en prose complètes, vol. 2, textes établis, présentés et annotés par Pierre Caizergues et Michel Décaudin, Paris, Gallimard, 1991.

Apollinaire (Guillaume), Œuvres en prose complètes, vol. 3, textes établis, présentés et annotés par Pierre Caizergues et Michel Décaudin, Paris, Gallimard, 1993.

Barthe (Roger), L’Idée latine, Toulouse, Institut d’études occitanes, 1962.

Becker (Annette), « Artistes et cinéastes d’avant-garde pendant l’après-guerre », dans Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918 : histoire et culture, Paris, Bayard, 2004, pp. 1203-1213.

Blau (Eve) & Troy (Nancy L.) (dir.), Architecture and Cubism, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1977.

Bonnet (Marguerite), « L’Orient dans le surréalisme : mythe et réel », Revue de littérature comparée, nº 216, 1980, pp. 411-424.

Boschetti (Anna), La Poésie partout : Apollinaire, homme-époque (1898-1918), Paris, Seuil, 2001.

Bouatchidzé (Gaston) et al., « De Paris à Nîmes », La Revue des lettres modernes, nº 10, 1973, pp. 27-43.

Breunig (LeRoy C.) (dir.), The Cubist Poets in Paris : an Anthology, Lincoln, University of Nebraska Press, 1995.

Caizergues (Pierre), « La collaboration d’Apollinaire à la Démocratie sociale », Archives des lettres modernes, vol. 101, nº 5, 1969, pp. 3-24.

Caizergues (Pierre), Apollinaire journaliste : les débuts et la formation du journaliste, 1900-1909, Paris, Lettres Modernes, 1981.

Caizergues (Pierre), « Le journaliste », dans Apollinaire en 1918, Paris, Méridiens/Klincksieck, 1988, pp. 41-64.

Campa (Laurence), Apollinaire : critique littéraire, Paris, Honoré Champion, 2002.

Décaudin (Michel), Guillaume Apollinaire, introduction de Philippe Soupault, Paris, Séguier, 1986.

Décaudin (Michel) (dir.), Amis européens d’Apollinaire : Actes du seizième colloque de Stavelot, 1-3 septembre 1993, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 1995.

Gamboni (Dario), « Paris et l’internationalisme symboliste », dans Künstlerischer Austausch/Artistic Exchange, sous la direction de Thomas W. Gaehtgens, Berlin, Akademie Verlag, 1993, pp. 277-288.

Giladi (Amotz), Écrivains étrangers à Paris et construction identitaire supranationale : le cas de la panlatinité, 1900-1939, thèse à l’EHESS/CSE, Paris, sous la direction de Gisèle Sapiro, soutenue le 6 juillet 2010.

Giladi (Amotz), « Entre le national et le transnational : l’identité “latine” dans les trajectoires de deux écrivains italiens d’avant-garde à Paris, 1900-1924 », dans Se déplacer pour se situer : places en jeu, enjeux de classes, sous la direction de Thierry Ramadier & Sandrine Depeau, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

Gray (Christopher), Cubist Aesthetic Theories, Baltimore, Johns Hopkins Press, 1953.

Margolius (Ivan), Cubism in Architecture and the Applied Arts : Bohemia and France, 1910-1914, Newton Abbot, David & Charles, 1979.

Menaker Rothschild (Deborah), Picasso’s “Parade”: From Street to Stage : Ballet by Jean Cocteau ; Score by Erik Satie ; Choreography by Léonide Massine, London, Sotheby’s Publications, 1991.

Olivier (Fernande), Picasso et ses amis, édition présentée et annotée par Hélène Klein, Paris, Pygmalion/Gérard Watelet, 2001.

Parenteau (Olivier), « Le soldat à la tête bandée, le poète à la tête étoilée », COnTEXTES [en ligne], Varia, mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 13 août 2011, URL : http://contextes.revues.org/index282.html.

Poupault (Christophe), « Les voyages d’hommes de lettres en Italie fasciste. Espoir du rapprochement franco-italien et culture de la latinité », Vingtième siècle, vol. 104, nº 4, 2009, pp. 67-79.

Prochasson (Christophe), « Les intellectuels », dans Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918 : histoire et culture, Paris, Bayard, 2004, pp. 665-676.

Rosenblum (Robert), Cubism and Twentieth-Century Art, New York, Abrams, 1976.

Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.

Serra (Maurizio E.), « Latinité et modernité : une interrogation sur l’héritage et sur l’avenir », dans La Latinité en question, Paris, L’Institut des hautes études de l’Amérique latine et l’Union latine, 2004, pp. 124-130.

Silver (Kenneth E.), Vers le retour à l’ordre : l’avant-garde parisienne et la Première Guerre mondiale, tr. Dennis Collins, Paris, Flammarion, 1991.

Tournadre (Claude), « Apollinaire soldat, au jour le jour », La Revue des lettres modernes, nº 10, 1973, pp. 7-26.

Traimond (Bernard), « L’idée latine : l’invention d’un projet », dans La Latinité en question, Paris, L’Institut des hautes études de l’Amérique latine et l’Union latine, 2004, pp. 172-180.

Tramuta (Marie-José), « Savinio et l’Autre : étapes d’une identification surmontée », dans Figures de l’Autre, sous la direction de Mariella Colin, Caen, Presses universitaires de Caen, 1995.

Warnier (Raymond), « L’actualité d’Apollinaire dans la perspective des rapports franco-italiens », Rivista di letterature moderne e comparate, vol. 19, nº 3, 1966, pp. 231-234.

Watkins (Glenn), Pyramids at the Louvre : Music, Culture, and Collage from Stravinsky to the Postmodernists, Cambridge (Mass.), Belknap Press of Harvard University Press, 1994.

Wilfert-Portal (Blaise), « Literary Import Into France and Britain Around 1900 : a Comparative Study », dans Anglo-French Attitudes : Comparisons and Transfers Between English and French Intellectuals Since the Eighteenth Century, sous la direction de Christophe Charle, Julien Vincent & Jay Winter, Manchester/New York, Manchester University Press, 2007, pp. 173-193.

Top of page

Notes

1 Cet article est basé sur ma thèse de doctorat, Écrivains étrangers à Paris et construction identitaire supranationale : le cas de la panlatinité, 1900-1939, rédigée à l’EHESS/CSE, Paris, sous la direction de Gisèle Sapiro, soutenue le 6 juillet 2010.

Je tiens à remercier Madame Colette Salem pour sa relecture de cet article et pour ses remarques et suggestions.

2 Voir notamment Boschetti (Anna), La Poésie partout : Apollinaire, homme-époque (1898-1918), Paris, Seuil, 2001.

3 Warnier (Raymond), « L’actualité d’Apollinaire dans la perspective des rapports franco-italiens », Rivista di letterature moderne e comparate, vol. 19, nº 3, 1966, pp. 231-234 ; Décaudin (Michel) (dir.), Amis européens d’Apollinaire : Actes du seizième colloque de Stavelot, 1-3 septembre 1993, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 1995.

4 Caizergues (Pierre), « La collaboration d’Apollinaire à la Démocratie sociale », Archives des lettres modernes, vol. 101, nº 5, 1969, pp. 3-24 ; Caizergues (Pierre), Apollinaire journaliste : les débuts et la formation du journaliste, 1900-1909, Paris, Lettres Modernes, 1981 ; Caizergues (Pierre), « Le journaliste », dans Apollinaire en 1918, Paris, Méridiens/Klincksieck, 1988, pp. 41-64 ; Campa (Laurence), Apollinaire : critique littéraire, Paris, Honoré Champion, 2002.

5 Bouatchidzé (Gaston) et al., « De Paris à Nîmes », La Revue des lettres modernes, nº 10, 1973, pp. 38-39 ; Tournadre (Claude), « Apollinaire soldat, au jour le jour », La Revue des lettres modernes, nº 10, 1973, pp. 7-26 ; Parenteau (Olivier), « Le soldat à la tête bandée, le poète à la tête étoilée », COnTEXTES [en ligne], Varia, mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 13 août 2011, URL : http://contextes.revues.org/index282.html.

6 Sapiro (Gisèle), La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, pp. 12-13 ; Gamboni (Dario), « Paris et l’internationalisme symboliste », dans Künstlerischer Austausch/Artistic Exchange, sous la direction de Thomas W. Gaehtgens, Berlin, Akademie Verlag, 1993, pp. 277-288.

7 En effet, plusieurs chercheurs et critiques ont pu démontrer la transposition des principes esthétiques du cubisme dans d’autres arts. Voir par exemple Breunig (LeRoy C.), The Cubist Poets in Paris : an Anthology, Lincoln, University of Nebraska Press, 1995 ; Gray (Christopher), Cubist Aesthetic Theories, Baltimore, Johns Hopkins Press, 1953 ; Rosenblum (Robert), Cubism and Twentieth-Century Art, New York, Abrams, 1976 ; Margolius (Ivan), Cubism in Architecture and the Applied Arts : Bohemia and France, 1910-1914, Newton Abbot, David & Charles, 1979 ; Blau (Eve) & Troy (Nancy L.), Architecture and Cubism, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1977 ; Watkins (Glenn), Pyramids at the Louvre : Music, Culture, and Collage from Stravinsky to the Postmodernists, Cambridge (Mass.), Belknap Press of Harvard University Press, 1994 ; Menaker Rothschild (Deborah), Picasso’s “Parade” : From Street to Stage : Ballet by Jean Cocteau ; Score by Erik Satie ; Choreography by Léonide Massine, London, Sotheby’s Publications, 1991.

8 Le Figaro, 09/09/1911.

9 Contrairement à ce qui fut indiqué par Le Figaro, il n’était pas sujet polonais. Dès son arrivée à Monaco, Angelica Kostrowitzky fut officiellement considérée comme ressortissante russe, étant la fille d’un officier retraité de l’armée russe. Par conséquent, ses fils étaient également considérés comme ressortissants russes.

10 Olivier (Fernande), Picasso et ses amis, édition présentée et annotée par Hélène Klein, Paris, Pygmalion/Gérard Watelet, 2001, p. 197, n. 112.

11 Boschetti (Anna), La Poésie partout, op. cit., p. 61.

12 Cité dans Bouatchidzé (Gaston) et al., « De Paris à Nîmes », art. cité, pp. 38-39.

13 Cité dans Ibid., p. 31 et 39.

14 Au printemps 1914, De Chirico réalisa le fameux Hommage à Dante, dit Portrait prémonitoire de Guillaume Apollinaire.

15 Cité dans Tramuta (Marie-José), « Savinio et l’Autre : étapes d’une identification surmontée », dans Figures de l’Autre, sous la direction de Mariella Colin, Caen, Presses universitaires de Caen, 1995, p. 116.

16 Décaudin (Michel), Guillaume Apollinaire, introduction de Philippe Soupault, Paris, Séguier, 1986, p. 122.

17 Sur la panlatinité, voir Barthe (Roger), L’Idée latine, Toulouse, Institut d’études occitanes, 1962 ; Serra (Maurizio E.), « Latinité et modernité : une interrogation sur l’héritage et sur l’avenir », dans La Latinité en question, Paris, L’Institut des hautes études de l’Amérique latine et l’Union latine, 2004, pp. 124-130 ; Traimond (Bernard), « L’idée latine : l’invention d’un projet », dans La Latinité en question, Paris, L’Institut des hautes études de l’Amérique latine et l’Union latine, 2004, pp. 172-180 ; Al-Matary (Sarah), « Du caractère national à l’identité supranationale : le messianisme latin, une voie inexplorée du préfascisme français », Les Cahiers de Psychologie politique, nº 11, 2007, pp. 169-177 ; Al-Matary (Sarah), Idéalisme latin et quête de « race ». Un imaginaire politique, entre nationalisme et internationalisme (France-Amérique hispanique, 1860-1933), thèse sous la direction de René-Pierre Colin, Université Lyon 2, soutenue le 20 juin 2008 ; Poupault (Christophe), « Les voyages d’hommes de lettres en Italie fasciste. Espoir du rapprochement franco-italien et culture de la latinité », Vingtième siècle, vol. 104, nº 4, 2009, pp. 67-79 ; Giladi (Amotz), Écrivains étrangers à Paris et construction identitaire supranationale, op. cit. ; Giladi (Amotz), « Entre le national et le transnational : l’identité “latine” dans les trajectoires de deux écrivains italiens d’avant-garde à Paris, 1900-1924 », dans Se déplacer pour se situer : places en jeu, enjeux de classes, sous la direction de Thierry Ramadier & Sandrine Depeau, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

18 Apollinaire (Guillaume), Œuvres en prose complètes, vol. 2, textes établis, présentés et annotés par Pierre Caizergues et Michel Décaudin, Paris, Gallimard, 1991, pp. 863-864.

19 Ibid., pp. 865, 868, 1649 n. 1.

20 Ibid., p. 1184.

21 Ibid., p. 862.

22 Apollinaire (Guillaume), Œuvres en prose complètes, vol. 3, textes établis, présentés et annotés par Pierre Caizergues et Michel Décaudin, Paris, Gallimard, 1993, p. 617.

23 Apollinaire (Guillaume), Œuvres en prose complètes, vol. 2, op. cit., p. 1342.

24 Ibid., pp. 1342-1343.

25 Ibid., p. 857-858. Dans ce même article, Apollinaire invente une maladie qui aurait empêché à Picasso de faire son service militaire. Sur le dialogue avec la peinture classique, que Picasso, de même que Severini, entreprit durant la guerre, voir Silver (Kenneth E.), Vers le retour à l’ordre : l’avant-garde parisienne et la Première Guerre mondiale, tr. Dennis Collins, Paris, Flammarion, 1991, chapitre 3.

26 Wilfert-Portal (Blaise), « Literary Import Into France and Britain Around 1900 : a Comparative Study », dans Anglo-French Attitudes : Comparisons and Transfers Between English and French Intellectuals Since the Eighteenth Century, sous la direction de Christophe Charle, Julien Vincent & Jay Winter, Manchester/New York, Manchester University Press, 2007, p. 189.

27 Silver (Kenneth E.), Vers le retour à l’ordre, op. cit., pp. 20-21.

28 Apollinaire (Guillaume), Œuvres en prose complètes, vol. 2, op. cit., p. 998.

29 Ibid., p. 999. Arrivé dans l’Hexagone à l’âge de sept ans, comme nous l’avons vu plus haut, Apollinaire modifia ici ce détail sans doute pour souligner davantage son enracinement en France.

30 Becker (Annette), « Artistes et cinéastes d’avant-garde pendant l’après-guerre », dans Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918 : histoire et culture, Paris, Bayard, 2004, pp. 1207-1208.

31 Prochasson (Christophe), « Les intellectuels », dans Encyclopédie de la Grande Guerre, 1914-1918 : histoire et culture, Paris, Bayard, 2004, pp. 665-666.

32 Bonnet (Marguerite), « L’Orient dans le surréalisme : mythe et réel », Revue de littérature comparée, nº 216, 1980, pp. 418-424.

Top of page

References

Electronic reference

Amotz Giladi, « Guillaume Apollinaire et la « latinisation » des avant-gardes parisiennes durant la Première Guerre mondiale », COnTEXTES [Online], Varia, Online since 30 May 2012, connection on 21 September 2017. URL : http://contextes.revues.org/5045

Top of page

Author

Amotz Giladi

EHESS-CSE

Top of page