Navigation – Plan du site

Historiographies. L’activité et l’écriture critiques entre presse et littérature, xviiie et xixe siècles

Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard

Texte intégral

1Bien que rarement saisie comme objet d’étude spécifique, la critique de littérature dans la presse entre le xviiie et le xixe siècle – entendue comme activité productrice d’écrits et, plus matériellement, comme une rubrique de l’univers périodique – est le lieu par excellence où presse et littérature se regardent et donc se co-construisent. Dans quantité de publications de presse, à partir du xviiie siècle, se produisent des écrits dits de « critique » sur des écrits dits de « littérature » ; les journaux, qui se sont constitués dès leurs origines, au xviie siècle, comme des publications où l’on parle de livres, identifient ainsi les livres qui relèvent, selon les catégories des contemporains eux-mêmes, de la littérature. Réciproquement, le « tribunal de la critique », selon une expression communément employée au xviiie comme au xixe siècle, est une réalité fortement identifiée à la presse périodique dont elle donne ainsi à voir la puissance, et où son jugement s’exerce sur des écrits qui peuvent par ailleurs eux-mêmes être publiés dans la presse – la publication en librairie pouvant venir, simultanément ou ensuite, ou ne jamais avoir lieu, remarque qui vaut aussi pour l’activité critique elle-même. Lorsqu’elle est valorisée comme une activité intellectuelle, voire professionnelle, lorsqu’elle s’arrache au tout venant – certains disent à l’esclavage – de la critique quotidienne des publications nouvelles dans les journaux, celle-ci vise en effet la publication en volume de librairie. Le passage du support périodique au support livre constitue un enjeu symbolique majeur pour les producteurs d’écrits critiques ; il signifie l’entrée de leur production dans le monde moins éphémère du livre et s’accompagne, au xixe siècle, d’une désignation de l’écriture critique comme littéraire (un « genre » littéraire). La presse apparaît donc là comme un lieu où se produit de l’écrit, mais pas de la littérature : sortir de la presse pour aller vers la librairie, mais aussi sortir du périodique quotidien pour aller vers la revue, plus prestigieuse, vouée à la conservation en collection, c’est gagner une légitimité « littéraire ».

2Aussi peut-on dire que l’activité critique participe fortement à l’institutionnalisation de la « littérature » : d’une part, et c’est le plus évident, en produisant des commentaires sur ce qu’est et n’est pas la littérature ; d’autre part, en reliant, pour elle-même d’abord, la qualité littéraire d’un écrit au type de support pour lequel il est destiné, sur lequel il paraît. Enfin, l’activité critique se tient à la charnière des rapports entre presse et littérature en un moment central, celui de l’apparition du roman-feuilleton dans le journal dans les années 1830 : une forme de concurrence, inédite jusque là dans son âpreté, apparaît alors entre écriture critique et écriture de fiction, puisque la fiction, plus vendeuse, vient tenir matériellement la place des articles de critique, menaçant les journalistes critiques dans leur subsistance ou les contraignant à se convertir à d’autres formes d’écriture. L’affirmation très agressive de l’importance du « magistère critique » sur la littérature, comme seul rempart contre la « mercantilisation » de celle-ci, doit se comprendre sur cette toile de fond : la lutte pour l’occupation du papier journal dans un monde où le journal rétribue mieux ses auteurs que la librairie.

3L’article qui suit défend une proposition : partir de la manière dont l’activité critique, prise dans un présent, celui des publications dont elle se saisit, produit tout à la fois une actualité « littéraire » et une écriture d’histoire – une mise dans le temps des écrits littéraires –, afin de mener une étude proprement historique de son rôle dans cette configuration particulière, entre le milieu du xviiie siècle et la seconde moitié du xixe, où presse et littérature ont eu si fortement partie liée.

L’activité critique comme objet d’une histoire sociale de l’écrit : propositions

4Entendons ici par activité critique le fait de produire un travail d’écriture sur des écrits et de publier cette écriture. Notre parti-pris est de la regarder comme une activité sociale prise dans l’histoire, une forme d’investissement de l’écrit dont les produits sont volontiers proliférants dès que l’on s’intéresse au tout-venant de la critique publiée dans la presse, et dont les rapports avec ce qui est désigné, ou qui a été désigné, comme « littérature » varient dans le temps. Cela implique de tenir ensemble deux mises en histoire : celle de la littérature, celle de la critique. Les différentes formes de l’histoire de la littérature, qu’il s’agisse de l’histoire pratiquée au sein des études littéraires, de la socio-histoire du champ littéraire ou de l’histoire culturelle, tendent en effet à conférer mécaniquement – justement parce que leur objet est la littérature – aux écrits critiques une position seconde ou latérale. Autrement dit, elles les constituent en domaine de spécialisation, avec un résultat immédiat : l’historicisation de la critique et celle de la littérature sont effectuées séparément, et même en quelque sorte marchent l’une contre l’autre. Car dès lors qu’on entre dans l’histoire de la critique, la littérature apparaît comme ce qui va de soi ; de ce fait on renforce la croyance dans son anhistoricité, ou plus précisément dans sa capacité à s’élever au-dessus de l’histoire, par contraste avec ces écrits de critique qui seraient, eux, si dépendants de l’air du temps ou des idiomes d’époque. Notons au passage que ce type de discours a été très souvent tenu par des auteurs critiques eux-mêmes, en particulier par des écrivains qui aspiraient au statut d’auteurs de littérature mais qui étaient contraints de produire de la critique dans la presse pour vivre. Pour eux, et pour les différents acteurs de la transmission jusqu’à nous de cette conviction, si la critique peut s’arracher aux contraintes du contexte, devenir « inactuelle », c’est le signe qu’elle peut entrer, qu’elle est entrée dans la littérature : elle voyage avec l’œuvre en quelque sorte, ou elle fait œuvre par sa capacité à s’émanciper de son époque en développant une vision de l’œuvre qu’elle vise (qu’on pense à la critique d’art chez Baudelaire) ou une vision de l’écriture critique comme créatrice. On verra dans la dernière partie de cet article comment un critique comme Sainte-Beuve travaille à cette fabrique du « temps littéraire ».

  • 1 C’est pourquoi aussi, du point de vue de l’histoire de la presse, la critique apparaît comme une pr (...)
  • 2 Voir Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), L’Écrivain-journaliste au xixe siècle : un mutant des Let (...)

5Les auteurs critiques ont ainsi contribué non seulement à la socialisation, donc à la naturalisation, de l’idée que la littérature – cet au-delà de l’ensemble des écrits du passé effectivement lisibles à une époque donnée – est ce qui traverse le temps, mais aussi à la socialisation et à la naturalisation, dont l’historiographie hérite également, de l’existence, autour des œuvres littéraires, d’un « contexte » fait d’écrits de circonstance, de commentaire, de critique, destinés quant à eux à passer1. Ce « contexte » critique peut être mobilisé pour historiciser la littérature (comme activité culturelle, art d’écrire, régime spécifique de vérité), dans la perspective par exemple d’une histoire de sa théorisation – envisageant l’émergence du souci théorique et les théorisations implicites aussi bien qu’explicites de la littérature souvent à l’œuvre dans la production critique – ou de l’étude de la réception des œuvres. Ainsi utilisés comme des sources, les corpus d’écrits critiques, à leur tour, acquièrent une sorte d’évidence. Ils ne sont pas replacés dans ce qui pourrait être une histoire des usages intensifs et spécialisés de l’écriture, mais traités comme des documents fournissant des informations sur les conditions de production d’un objet historique distinct, l’écriture littéraire, et sur les modes de publication et de validation de cette écriture propres à leur époque. L’habitude est souvent de les envisager depuis des points donnés comme fixes : une institution (les revues et les opinions politiques qu’elles défendent, les universités), un itinéraire d’auteur (critique devenu « professionnel » comme Sainte-Beuve ou Jules Janin, ou écrivain et critique comme Théophile Gautier ou Jules Barbey d’Aurevilly2). Des principes de sélection et de lecture des pièces critiques, venus en fait de l’histoire littéraire et contribuant de ce fait à renforcer ses modes d’analyse, se dégagent (on retient ainsi, par exemple, tous les articles, signés ou non, d’un critique, journaliste, professeur ou écrivain ; tous les articles sur un auteur ; toute la production de critique littéraire d’une revue, etc.). Les corpus, s’amenuisant, s’ordonnent plus aisément.

6Pourtant, à l’écart des figures d’auteurs critiques (qui existent au xviiie comme au xixe siècle), hors de toute valorisation « littéraire » de l’écriture sur la littérature ou les arts, prolifèrent une foule d’écrits, souvent sans nom d’auteur, presque sans qualité, qui concernent la littérature de très près : des résumés de livres assortis d’extraits, des classements saisonniers des publications de la librairie, des critiques publicitaires, etc. Cette production dont l’histoire littéraire ne dit rien et qui ne lui dit rien fait néanmoins exister la littérature. La désignant comme activité et en qualifiant les productions, elle participe au processus de longue durée de son institutionnalisation, entre la période moderne et le xixe siècle. Elle est en outre issue d’un exercice spécifique, sinon toujours professionnel, de l’écriture, d’une activité d’écriture à part entière, dont il faut envisager les producteurs, les lieux, les supports, les formes propres. Mais cette saisie ne peut se faire que dans une histoire de l’investissement social dans la littérature, où la mise en histoire de la littérature et la mise en histoire de la critique constituent deux aspects d’une même démarche consistant à observer des activités et des écrits, les qualifications fluctuantes de ces activités et de ces écrits, leurs lieux, leurs supports et leurs modalités de publication. Cette perspective, on va le voir, ne peut qu’agir sur la périodisation de l’histoire de la littérature et de la presse ; elle produit aussi une compréhension de l’activité critique comme un travail intellectuel.

Grandes périodisations et conjonctures

7Trois récits articulant presse et littérature peuvent saisir la production critique. Le premier raconte l’avènement du critique comme auteur, alors que la critique comme documentation sur la rumeur de l’époque semble quant à elle, on vient de le suggérer, toujours déjà là, avec une sorte d’évidence, dès lors qu’il y a de la littérature. Dans les histoires littéraires du xviiie et du xixe siècle, il y a toujours un moment où émergent des « princes de la critiques » (Geoffroy, Jules Janin, Sainte-Beuve) sur ce fond indifférencié et déshistoricisé. Cet avènement engage un certain rapport à l’auctorialité, et donc à l’autorité, des manières d’écrire et de signer et donc des lieux où publier associés à une spécialisation : des rubriques de presse comme le feuilleton dramatique ou les chroniques des publications nouvelles dans les revues, ou encore l’apparition dans les revues du xixe siècle d’une activité d’histoire littéraire. Mais un tel récit d’émergence dans la rupture avec un avant – en l’occurrence un passé bavard mais informe, où il y avait « déjà » de la critique mais disséminée – porte en lui, parce qu’il se construit avec des sources discursives traitées comme des documents, le risque de la régression toujours possible vers d’autres avènements plus précoces, d’autres « avant », toute une préhistoire tout aussi documentable que l’histoire racontée pour le début du xixe siècle ou les années 1830 : nous allons y revenir.

  • 3 Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain) (dir.), 1836, l’an 1 de l’ère médiatique. Étude littéraire (...)

8Le deuxième récit relève de l’histoire de la presse et décrit l’emprise croissante du périodique dans les pratiques quotidiennes des pays occidentaux au xixe siècle3. Il détaille cette description en déclinant les formes et les figures de la modernité journalistique : triomphe de la presse d’information, ère du fait-divers dominant, spécialisation progressive de l’écriture de presse et professionnalisation des journalistes, cantonnement de la littérature dans des rubriques spécifiques (feuilleton critique ou roman en feuilletons, « variétés ») mais présence diffuse de la littérature dans toute la mise en texte de la réalité (tendance à la fictionnalisation dans le fait-divers, genres « littéraires » journalistiques comme la chronique). Dans ce récit de la modernité, qui s’articule aisément avec celui de l’avènement du critique, l’activité de critique concerne des rubriques, des formes, des figures d’écrivains journalistes (ou des moments de leur vie, comme les débuts). Et comme le précédent, il accroche sur la même impression d’une régression toujours possible vers un avant toujours déjà là (1860 avant 1880, 1830 avant 1860…), ainsi que sur le sentiment qu’il reproduit des discours produits par les acteurs (les écrivains journalistes) pour se situer dans le temps. Les hommes de presse et les écrivains journalistes du xixe siècle n’ont en effet cessé de forger leur histoire, tantôt triomphante (les lumières par le journal), tantôt sombre (le bagne de la presse), de la donner à lire aux lecteurs de journaux, de la faire illustrer, de la mettre en romans. À partir de ce constat que la presse produit continûment la légende de son ascension civilisationnelle, au prix du servage des soutiers du quotidien, il faut peut-être essayer de regarder ce qui y a lieu en s’écartant d’une historiographie qui tend à reproduire cet ordre du temps.

  • 4 Glinoer (Anthony), La Querelle de la camaraderie littéraire. Les romantiques face à leurs contempor (...)
  • 5 Balzac (Honoré de), « Monographie de la presse parisienne », dans La Grande Ville. Nouveau tableau (...)

9Le troisième récit, celui de l’histoire du champ littéraire présentée comme la conquête d’une autonomie, pose le même type de question. On peut voir la critique comme activité au service de cette conquête, travaillant à l’objectivation de l’autonomie de la littérature dans le monde des écrits, et prise dans ce processus, si l’on pense que les critiques n’ont pas eu un simple rôle d’opérateurs mais ont été partie prenante, comme auteurs – auteurs critiques, aspirants auteurs de littérature –, du champ littéraire lui-même. Reste le fait que l’interrogation sur l’autonomie, sur le lien entre écriture « hétéronome », dominée, et subordination à l’empire du journal, comme toute la réflexion sur les relations entre les prises de position critiques et le degré d’intégration des producteurs de critique dans le champ littéraire, n’appartiennent pas en propre à la sociologie de la littérature du xxe siècle, mais sont aussi, en un sens, un legs du passé. En effet, les producteurs de littérature et de critique du xviiie siècle, et plus encore du xixe, n’ont cessé de dénoncer la surdétermination des prises de positions critiques par la subordination réputée inévitable des critiques aux journaux qui les font vivre. De là les mises en cause permanentes de formes de connivence faussant la pureté du jugement critique (« puffisme » ou « camaraderie littéraire »4), ou les protestations bruyantes d’indépendance et du désintéressement malgré tout. Ces discours sur la critique dans ses relations avec la production littéraire et le monde de la presse constituent une manière de première mise en histoire sociale de la littérature, qui rabaisse, en les détaillant, toutes les formes d’écriture « mercantiles », agies par des contraintes économiques ou encore politiques. De cela, nous héritons. Mais il existe également, dans la prolifération des commentaires produits sur leur destin, ou sur leur situation, par ces écrivains journalistes décidément prolixes, des formes de valorisation de l’écriture hétéronome, de la critique dans la presse surtout, qui ne sont visibles qu’à mettre de côté le récit de la conquête de l’autonomie de la littérature. Particulièrement à partir de 1830 en effet, circulent dans quantité d’écrits « critiques » sur la critique, dans ses rapports à la littérature et à la presse, tout un travail de sociographie, d’historiographie qui saisit la critique comme activité d’écriture prise dans le social et le présent, qui affirment la socialité et l’historicité de cette écriture5. On a là, en quelque sorte, une proposition produite dans leur propre conjoncture par des producteurs d’écrits du passé, une contextualisation socio-historique de l’activité critique avancée par les acteurs eux-mêmes.

  • 6 Quéffelec (Lise), La Querelle du roman-feuilleton. Littérature, presse et politique : un débat préc (...)
  • 7 Haro (Marie-Christine), « Un épisode de la querelle du roman populaire : la circulaire Billaut de 1 (...)

10La critique du xviiie et du xixe siècle contextualise les écrits qu’elle saisit, comme elle contextualise sa propre existence. Mais saisir ces opérations de contextualisation produites dans le passé, qui inscrivent des écritures dans des déterminations sociales, économiques, politiques, les relient à des supports ou à des formes de publication, implique de s’intéresser moins aux récits d’émergence qui en sont, en quelque sorte, les produits qu’à des conjonctures critiques localisées, des conjonctures tout à la fois intellectuelles, « littéraires », matérielles et politiques. En voici deux exemples. Le premier est celui du moment des années 1830, déjà évoqué, où entrent en concurrence dans le même espace, le feuilleton des journaux quotidiens, le roman feuilleton et la critique. C’est le moment de mise en cause de la « littérature industrielle » par une critique en pleine quête de légitimité auctoriale (Sainte-Beuve lance le terme, on le sait, en 1839 dans la Revue des Deux mondes)6. Il s’agit bien du contrôle d’une rubrique de presse qui fait vivre ses contributeurs : la « conjoncture critique » ne relève pas seulement d’une histoire intellectuelle – une histoire des idées critiques – mais d’une histoire socio-politique de l’imprimé. Elle a donc une dimension évidemment politique. Il en est de même de ce moment – second exemple – où les administrateurs du Second Empire, soucieux de contrôler l’éventuelle portée politique des écrits littéraires, favorisent la production de toute une littérature critique « anti-romantique » qui définit comme « contemporain », et néfaste, ce qui s’est écrit et publié en littérature depuis les années 18307. La politique de censure impériale passe alors par une assignation des types d’écrits à des lieux de publication légitimes : de la littérature, mais en volume ; du divertissement romanesque dépolitisé autant que possible dans les journaux populaires et une véritable police de l’imprimé qui lit tout ce qui circule et ne relève clairement ni de la librairie ni du journal : les livrets de colportage, les journaux-romans etc.

11Ces conjonctures critiques gagnent ainsi à être délimitées de manière précise. Les saisir peut offrir une autre manière d’aborder la question du contexte des œuvres littéraires en la liant à celle des lieux, des temps, des modes des opérations de contextualisation passées comme présentes, ces opérations qui elles aussi, de manière plus ou moins insue, voyagent jusqu’à nous. On perçoit ainsi en effet comment, dans le passé, les discours critiques ont produit des contextes, se sont donnés comme contextes des œuvres, et comment notre activité contextualisatrice, quand il s'agit de littérature, s’appuie à la fois sur des contextes produits par les œuvres (en analysant le paratexte, les formes et les modalités de la publication ou toute manière dont « la question du contexte » est travaillée par l’œuvre) et sur des textes critiques contemporains de celles-ci qui définissent le contexte et le temps auquel elles appartiennent (ou, quand elles ne sont pas contemporaines de la critique, les remettent dans le temps, soit dans le passé, soit dans le présent, soit ailleurs).

Conjonctures critiques

  • 8 Sur le Journal des savants, voir les travaux de Vittu (Jean-Pierre), en particulier sa thèse d’État (...)
  • 9 Sgard (Jean) (dir.), Dictionnaire de la presse, 1600-1789. I. Dictionnaire des journaux, Paris/Oxfo (...)
  • 10 Pour un livre de référence en la matière, voir Labrosse (Claude) & Rétat (Pierre), L’Instrument pér (...)
  • 11 Pour une figure d’auteur critique d’« avant », voir par exemple Benhamou (Paul), « Les lecteurs des (...)
  • 12 Voir Labrosse (Claude) & Rétat (Pierre), L’Instrument périodique, op. cit. ; Vittu (Jean-Pierre), « (...)

12La question de la production de telles conjonctures temporelles au xviiie siècle est fort peu travaillée. Cette période est caractérisée par une extraordinaire floraison de discours sur la critique, qui se situent dans la continuité de ceux de la fin du xviie siècle, apparus dans (et avec) des supports périodiques (le Journal des savants, les Nouvelles de la République des Lettres, les différents périodiques lancés par Jean Le Clerc comme la Bibliothèque universelle et la Bibliothèque choisie qui lui fait suite8) consacrés en très grande partie à la discussion des auteurs modernes et qui n’ont cessé, pendant le dernier siècle de l’Ancien Régime, d’offrir des supports multiples à l’activité d’un certain nombre de journalistes9. Répétitifs et omniprésents car produits notamment par les auteurs de critiques dans les journaux, qui mettent eux-mêmes énormément en scène le fonctionnement de ceux-ci, ces discours se sont élaborés en dégageant deux grandes questions, sur lesquelles ils portent en réalité exclusivement et qu’ils font pénétrer dans les travaux sur la critique de cette période10. La première est celle du statut des critiques, c’est-à-dire de la légitimité ou l’illégitimité – le plus souvent l’illégitimité, développée dans de très nombreux propos méprisants sur les journalistes souvent tenus par des journalistes – de leur prétention à porter des jugements sur les écrits des autres, les véritables auteurs ; on voit bien qu’il y a là matière à des développements sur l’apparition de tel ou tel auteur critique qui expliquent la régression toujours possible des analyses sur l’avènement de cette figure11. La seconde est celle de l’écriture des journalistes critiques, notamment leur pratique de l’extrait, et donc de la manière dont ils interviennent sur les écrits qu’ils commentent12. La critique comme objet nommé, désigné, identifié au xviiie siècle, ainsi, s’identifie à la question du jugement sur les auteurs et de ses critères, de la satire et de la flatterie, et à la question des formes scripturaires de l’examen des livres.

  • 13 Voir le critique comme travailleur, voir par exemple l’Avertissement mis à la tête du volume de 175 (...)

13Or ce qui apparaît, grâce à cette forte présence et à une grande efficacité descriptive, comme une documentation sur des positions socio-symboliques et les pratiques concrètes qui leur sont associées a pour effet de dissimuler jusque dans l’historiographie un changement ou un glissement par rapport à la situation de la fin du xviie siècle. Ce changement tient au fait que les auteurs qui écrivent de la critique, dans la conjoncture 1750, en écrivent désormais non en tant que savants qui appliquent aux auteurs modernes les mêmes opérations et les mêmes compétences qu’aux auteurs anciens (ceux dont les œuvres sont l’objet de la critique, au singulier), mais en tant que lecteurs, parce qu’ils lisent les auteurs modernes et que c’est là leur travail propre. Ce passage du lecteur professionnel qui lit pour les autres au lecteur professionnel qui lit comme les autres, qui se fait une compétence par son travail même de lecture, ne peut donc pas être analysé en termes de professionnalisation. Les journalistes critiques du xviiie siècle ne sont pas davantage des lecteurs professionnels que les journalistes du temps de l’apparition des journaux, la fin du xviie siècle. Ils sont des professionnels en tant qu’ils embrassent la prolifération des livres qui paraissent et précisément savent reconnaître parmi eux – notamment parce qu’ils lisent aussi ce qu’écrivent les autres critiques – les ouvrages de littérature, c’est-à-dire les livres dont la valeur tient au fait qu’ils méritent d’être appréciés, c’est-à-dire critiqués, selon des critères littéraires. Leur travail vient ainsi enraciner ou pour mieux dire fonder en évidence sociale le phénomène historique de la littérarisation, dans lequel un ensemble spécifique, celui des écrits de littérature, est dégagé par le fait de sa réception comme tel à l’intérieur de la totalité des écrits du temps13.

  • 14 Sur Fréron, voir Balcou (Jean), Fréron contre les philosophes, Genève, Droz, 1975 ; Balcou (Jean), (...)
  • 15 Ce périodique commence à paraître en 1754 sous le titre L’Année littéraire ou Suite des lettres sur (...)

14Raisonner en termes de contextualisations et de conjonctures temporelles produites, ici, permet donc de distinguer un moment, des années 1750 à la fin de l’Ancien Régime, où se multiplient notamment dans les journaux les analyses non seulement sur les livres modernes, mais plus spécialement sur les livres qui parlent des livres, les « bibliothèques », les autres journaux. Ce qui s’opère là, c’est au fond la constitution d’une sorte de maillage discursif autour de l’écrit littéraire, fait de livres, de collections, de journaux, et sans doute aussi de dictionnaires et de biographies collectives. Il s’agit donc d’une conjoncture matérielle (comme dans le cas du feuilleton du xixe siècle, quoique de manière moins visible), où tout un répertoire d’écrits de médiation se développe pour situer les autres écrits, et contribue notamment au travail de différenciation et de rapprochement entre littérature et philosophie. C’est aussi un moment de multiplication de périodiques à l’existence brève, greffés les uns sur les autres autour de journaux qui ont déjà une plus longue vie et donc une sorte d’assise, et dans lesquels se repère l’action spécifique de certains journalistes particulièrement engagés dans un travail sur leur propre statut. Le meilleur exemple de ceux-ci est Élie Catherine Fréron14, auquel l’un des personnages qui se prêtent au récit sur l’avènement de l’auteur critique, Geoffroy, succède en réalité à la direction de son périodique, l’Année littéraire15, dès avant la Révolution et la période du premier Empire où il devait exercer son magistère dans le feuilleton théâtral du Journal des Débats.

15Le repérage d’une conjoncture comme celle-ci, ou les autres précédemment mentionnées, dans lesquelles des mouvements qui prennent sens les uns par rapport aux autres (dissémination de l’écriture critique / ressaisie de ces écritures disséminées par des spécialistes ; dépolitisation / politisation) se donnent à voir dans l’action de produire des contextualisations, laisse ouverte la question de savoir s’il est possible, et s’il est souhaitable de rassembler ces conjonctures dans un récit historique général. Nous ne trancherons pas cette question ici, et nous tournerons plutôt pour finir vers un cas qui nous permettra d’approfondir la question du travail du critique.

Sainte-Beuve et le travail du critique

  • 16 Furman (Nelly), La Revue des Deux mondes et le romantisme, 1831-1848, Genève, Droz, 1975. Sur Saint (...)

16Le cas dont il est question est célèbre, puisqu’il s’agit d’articles publiés dans la Revue des Deux mondes au cours des années 1830 et d’un volume publié en 1844 sous le titre Portraits de femme. Ce sont donc des textes écrits et publiés dans les années où Sainte-Beuve conquiert une position centrale comme critique dans une revue qui s’affirme dans le même temps comme un lieu majeur de la discussion savante, politique et littéraire16.

  • 17 Diaz (Brigitte), « “Écrire à voix basse”. L’écriture féminine selon Sainte-Beuve », Romantisme, n°1 (...)
  • 18 Fayolle (Roger), Sainte-Beuve et le XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1972 ; Sainte-Beuve, « Lett (...)
  • 19 Le qualificatif vient plus tardivement sous la plume de Sainte-Beuve à propos de Mme Swetchine : No (...)

17L’intérêt de Sainte-Beuve pour ce qu’il appelle la « littérature des femmes », a beaucoup été commenté, notamment parce que le critique a contribué durablement à fixer une certaine représentation de l’écriture féminine, de la manière d’écrire réputée propre aux femmes17. Et l’on doit sans doute à Sainte-Beuve d’avoir tenu dans la postérité des écrits qui, peut-être, sans lui, seraient tombés dans l’oubli : tout en les assignant à une identité féminine, il leur a conféré une sorte de dignité littéraire qui leur a permis de traverser le temps, en rattachant, par exemple, les écrits de Mme de Souza ou de Mme de Duras à un « romantisme mélancolique » dans lequel il se reconnaissait lui-même. L’intérêt de Sainte-Beuve pour la littérature des femmes vient également d’une curiosité, d’un « goût », pour les auteurs « mineurs » du xviiie dont il accompagne l’apparition ou la consécration éditoriale, souvent en les préfaçant : son écriture critique dans la Revue des Deux mondes se double ainsi d’une activité éditoriale, comme lorsqu’en 1835 il préface les lettres inédites de Manon Phlipon18. Tout en rendant visibles ces écrits, Sainte-Beuve a donc puissamment contribué à l’essentialisation de la « littérature des femmes », intéressante et secondaire tout à la fois, chevillée aux caractéristiques à la fois naturelles et sociales des femmes : à elles le domaine de l’intime et une évidente spontanéité de d’écriture, loin de tout intérêt pour la sphère publique et de toute capacité théorisatrice. On sait que Sainte-Beuve goûtait peu Mme de Staël et toutes les « femmes auteurs » jouant une autre partition que celle de l’écriture « à voix basse19 », à l’exception de George Sand avec laquelle il eut des relations changeantes et complexes.

  • 20 Sainte-Beuve, « Du roman intime » (Revue des Deux mondes, VII, 1832), repris dans Portraits de femm (...)

18Les textes de Sainte-Beuve sur l’écriture féminine posent de manière aiguë, et parfois explicite, la question du rapport entre littérature, critique dans la presse et travail d’écriture. Car Sainte-Beuve y désigne avant tout l’écriture féminine comme une écriture sans travail ; une écriture qui vient comme malgré soi, qui n’est pas littéraire par intention mais comme par hasard. Ainsi du « roman intime », évoqué par Sainte-Beuve dans la Revue des Deux mondes en 1832 : le critique désigne sous ce titre une série d’écrits de femmes, « des livres qui ne ressemblent pas à des livres, et qui quelquefois même n’en sont pas ; ce sont de simples et secrètes destinées, jetées par le hasard dans des sentiers de traverse20 ». S’y mêlent des correspondances, des souvenirs (des « confessions »), des récits, parfois des ébauches de romans épistolaires – « l’amant s’essaie dans les pleurs par un retour circonstancié ou en s’aidant de l’harmonie de l’art à transmettre, éterniser une histoire d’amour inachevée » : la fiction ne vient pas ici au service d’une composition littéraire mais s’impose dans un usage intime, une inscription et une transmission pour soi. Livres qui « ne sont pas des livres », leur publication relève d’un processus hasardeux, au terme desquels ces femmes deviennent auteurs presque malgré elles.

  • 21 « Mme de Duras », dans ibid., p. 69.

Ce fut par hasard en effet que [Mme de Duras] devint auteur. En 1820 seulement, ayant un soir raconté avec détail l’anecdote réelle d’une jeune négresse élevée chez la maréchale de Beauvau, ses amis, charmés de ce récit (car elle excellait à raconter) lui dirent : « Mais pourquoi n’écririez-vous pas cette histoire ? » Le lendemain, dans la matinée, la moitié de la nouvelle était écrite. Édouard vint ensuite ; puis deux ou trois autres petits romans non publiés, mais qui le seront avant peu, nous aimons à le croire21.

19Mme de Souza, de son côté, pouvait se rêver auteur, mais nul public, fût-ce le plus restreint, n’existait qui pût la reconnaître telle :

  • 22 « Mme de Souza », dans ibid., pp. 45-46,

Mariée, logée au Louvre, elle dut l’idée d’écrire à l’ennui qui lui causaient les discussions politiques de plus en plus animées aux approches de la Révolution. Elle était trop jeune, disait-elle, pour prendre goût à ces matières, et elle voulait se faire un intérieur. [...] Adèle de Senange fut donc écrite sans aucun apprêt littéraire, dans un simple but de passe-temps intime. Un jour, pourtant, l’auteur, cédant à un mouvement de confiance qui lui faisait lever sa barrière idéale, proposa à un ami d’arranger une lecture devant un petit nombre de personnes : cette offre, jetée en avant, ne fut pas relevée ; on lui croyait sans peine un esprit agréable, mais non pas un talent d’écrivain ; Adèle de Senange se passa ainsi d’auditeurs [...]22.

20Car il faut un public pour qu’un écrit intime devienne littérature : que l’écrit soit reçu et fasse œuvre. Sainte-Beuve retrace pour les lecteurs de la Revue des Deux mondes les processus incertains du devenir littéraire de ces écrits de femme ; son propre travail vient en fin de parcours pour achever de les convertir en genre, le « roman intime ». De ce fait, la production de la littérature comme corpus d’œuvres se constitue dans le travail propre du critique, qui tout à la fois juge les textes (c’est la dimension proprement critique), réunit des documents (travail d’historien) et évoque des figures effacées du xviiie siècle finissant (travail de portraitiste). Ces femmes et leurs écrits, saisis comme des objets, permettent au critique d’accomplir ce qui le légitime dans l’espace de la revue, un travail spécialisé. Et c’est justement parce que leur littérature n’est pas d’emblée du travail que les écrits et les figures de ces femmes désignent de manière éclatante le critique de revue comme celui qui peut produire la littérature au sein du monde des écrits.

21L’entrée dans la littérature, produite par et dans le travail du critique, est une entrée dans le temps : le temps littéraire, ouvert sur la postérité. L’écriture d’histoire propre à Sainte-Beuve situe les productions de ces femmes dans leur temps pour mieux les vouer à l’immortalité des belles choses. Le jugement esthétique assurant que « rien ne [leur] manque », les voici prêtes à traverser le temps.

  • 23 « Mme de Duras », dans ibid., pp. 73-74.

S’il est quelques livres que les cœurs oisifs et cultivés aiment tous les ans à relire une fois, et qu’ils veulent sentir refleurir dans leur mémoire comme le lilas ou l’aubépine en sa saison ; Édouard est l’un de ces livres. Entre toutes les scènes si finement assorties et enchaînées, la principale, la plus saillante, celle du milieu, quand, un soir d’été, à Faverange, pendant une conversation de commerce de grains, Édouard aperçoit Mme de Nevers au balcon le profil détaché sur le bleu du ciel, et dans la vapeur d’un jasmin avec laquelle elle se confond, cette scène de fleurs données, reprises, de pleurs étouffés et de chaste aveu, réalise un rêve adolescent qui se reproduit à chaque génération successive ; il n’y manque rien, c’est bien dans ce cadre choisi que tout jeune homme invente et désire le premier aveu : sentiment, dessin, langue, il y a là une page adoptée d’avance par des milliers d’imaginations et de cœurs, une page qui, venue au temps de la Princesse de Clèves, en une littérature moins encombrée, aurait certitude d’être immortelle23.

22Le travail du critique produit ainsi une écriture d’histoire spécifique, où s’articulent en réalité deux temps : celui des vies vécues, de la vie sociale et politique, qui passe, et celui de la littérature, qui reste. Il s’agit donc, très précisément, par la combinaison de l’exercice du jugement esthétique et d’un travail d’érudition, d’arracher des écrits au temps biographique et sociopolitique de leurs auteurs pour les placer dans l’autre temps, celui de la littérature. La vie de Mme de Duras fut ainsi :

  • 24 Ibid., p. 79.

[...] une des vies les plus brillantes, les plus complètes, les plus décemment mélangées qu’on puisse imaginer, où concourent la Révolution et l’ancien régime, où la naissance, et l’esprit, et la générosité, forment un charme ; une vie de simplicité, de grand ton, de monde et d’ardeur sincère ; une vie passionnée et pure, avec une fin admirablement chrétienne, comme on en lit dans les histoires de femmes illustres au dix-septième siècle ; un harmonieux reflet des talents délicats, naturels, et des morts édifiantes de ce temps-là, mais avec un caractère nouveau qui tient aux orages de nos jours ; et qui donne un prix singulier à tout l’ensemble24.

23Le temps de la littérature, et donc la littérature elle-même, tels que produits par Sainte-Beuve, flottent : dans leur ouverture vers l’éternité, tous les temps s’y mêlent, s’y font écho, voisinent, comme ces collections hétéroclites d’objets arrachés au temps dans les cabinets d’antiquaire :

Si nous avons trouvé, par exemple, que Mme de Souza était simplement du dix-huitième siècle qu’elle continuait dans le nôtre, il nous a semblé que, tout en représentant de près la Restauration dans sa meilleure nuance, Mme de Duras ne représentait pas moins, dans un lointain poétique, par sa vie, par ses pages élégantes, par ses sentiments passionnés suivis de retours chrétiens, et par sa mort, quelque chose des plus touchantes destinées du dix-septième siècle. Aujourd’hui, en abordant Mme de Krüdener sous son auréole mystique, dans sa blancheur nuageuse, dans la vague et blonde lumière d’où elle nous sourit, notre vue et notre conjecture se reportent d’abord bien au delà de notre siècle et des deux précédents : nous n’hésitons pas à la replacer plus haut. C’est comme une sainte du moyen-âge qui nous apparaît, une sainte du Nord, du treizième siècle, une sainte Élisabeth de Hongrie, ou encore quelque sœur du Grand-maître des Chevaliers porte-glaive [...].

  • 25 « Mme de Krüderner », ibid., pp. 383-384.

La dernière limite où l’on conçoit Mme de Krüdener possible avec ses facultés complètes et toute la convenance de son développement, c’est la fin du seizième siècle ou le commencement du dix-septième siècle. Elle aurait pu alors, comme sainte Thérèse, et un peu plus tard comme Mme de Chantal, trouver encore appui à l’une des colonnes subsistantes du grand édifice catholique ébranlé ; elle aurait rouvert une route monastique nouvelle dans la ligne encore indiquée des saintes carrières. […] Je ne lui aurais pas conseillée de venir plus tard, même au temps de l’adorable Fénelon, qui eût déjà un peu trop abondé en son sens, et peut-être bercé sa chimère25.

24Dans cette composition singulière des temps qui fait, dans l’écriture de Sainte-Beuve, le temps littéraire, se jouent à la fois la production de la littérature comme effet du travail du critique et l’apparition de Sainte-Beuve comme auteur de littérature – mais de littérature savante, tout à la fois érudite et rêveuse. La construction de Sainte-Beuve critique comme auteur littéraire se situe, nous semble-t-il, dans ce geste qui fait venir dans le travail intellectuel, esthétique et historien, les inflexions d’une voix singulière et le talent d’écriture du portraitiste :

  • 26 « Mme de Charrière », ibid, pp. 411-412.

Est-ce la critique que nous faisons en esquissant ces portraits ? Il y a des personnes qui le croient, et qui veulent bien nous plaindre de nous y absorber ou dissiper. D’autres, qui sont pour la critique au contraire, et qui nous la conseilleraient fort, en contestent le titre à ces essais et doutent de la rigueur du genre. Nous-mêmes, avouons-le, nous en doutons. Pour nous, en effet, faut-il le trahir ? ce cadre où la critique, au sens exact du mot, n’intervient souvent que comme fort secondaire, n’est dans ce cas-là qu’une forme particulière et accommodée aux alentours, pour produire nos propres sentiments sur le monde et sur la vie, pour exhaler avec détour une poésie cachée. C’est un moyen quelquefois, au sein d’une Revue grave, de continuer peut-être l’élégie interrompue. Si nous réussissions à souhait et selon tout notre idéal, un bon nombre de ces articles médiocrement sévères et de ces portraits ne seraient guère autre chose qu’une manière de coup d’œil sur des coins de jardins d’Alcibiade, retrouvés, retracés par-ci par-là, du dehors, et qui ne devraient pas entrer dans la carte de l’Attique : cette carte c’est, par exemple, l’histoire générale de la littérature telle que la professait ces années précédentes et que l’écrira bientôt, nous l’espérons, notre ami Ampère, ou quelqu’un de pareil. En choisissant avec prédilection des noms peu connus ou déjà oubliés, et hors de la grande route battue, nous obéissons donc à ce goût de cœur et de fantaisie qui fait produire à d’autres, plus heureux d’imagination, tant de nouvelles et de romans. Seulement nos personnages, à nous, n’ont rien de créé, même ils semblent les plus imprévus. Ils sont vrais, ils ont existé ; ils nous coûtent moins à inventer, mais non pas moins peut-être à retrouver à étudier et à décrire26.

25À regarder ainsi, dans le détail d’un cas, comme un travail, l’activité critique destinée à une revue, on perçoit combien l’écriture dans la presse telle que la pratique Sainte-Beuve peut être productrice de « littérature » à plusieurs niveaux imbriqués. D’abord parce qu’elle se saisit d’écrits pour les désigner comme littéraires, faisant de la revue et du travail d’écriture et de publication dans une revue le lieu et l’activité qui font exister la littérature, l’institutionnalisent comme une classe d’écrits dotés de caractéristiques esthétiques et historiques singulières. Ensuite parce que, ce faisant, elle définit le type de travail dont relève la littérature : un travail de jugement sur la composition et sur l’écriture, et un travail d’histoire, qui combine la reconstitution de contextes biographiques et socio-politiques avec la construction de l’historicité propre du phénomène « littérature ». Le travail de Sainte-Beuve fabrique du « littéraire » en disant donc de quel type de jugement et d’opération de contextualisation relèvent les textes littéraires. Le travail de Sainte-Beuve ne produit pas seulement des œuvres et des auteurs à partir d’écrits et de producteurs d’écrits arrachés au passé et à l’oubli, il produit « la littérature » comme un temps singulier et l’objet de savoirs spécifiques et articulés. Mais Sainte-Beuve montre aussi, pour finir, que le travail d’écriture du critique sur la littérature peut être gagné par la littérature, précisément parce que le travailleur critique sait de quoi il est question. Il peut alors reverser les qualités dégagées dans les œuvres sur la propre écriture qui les produit comme œuvres : une écriture qui, par ses qualités de composition et d’expressivité (d’une âme, d’une vie, d’une époque, d’une époque littéraire), devient de la littérature. Écrire de la littérature selon Sainte-Beuve, ce peut donc « au sein d’une revue grave, continuer l’élégie interrompue », l’œuvre littéraire commencée ailleurs, dans des volumes de poésies, de confessions, de roman…

26En situant dans une conjoncture délimitée la production d’auteurs littéraires par un critique de presse visant pour lui-même une légitimité d’écrivain, et en regardant cette production comme un travail d’écriture, le cas présenté ici complique singulièrement la représentation de l’écriture littéraire que l’histoire sociale de la littérature doit à la théorie du champ. Car c’est bien dans le cadre d’une écriture hétéronome, dominée à l’ordre de la revue, par les attentes des lecteurs, marquée par un travail, précis, d’évaluation et de contextualisation, que la critique produit du littéraire. Il s’agit bien d’une hétéronomie exhibée, d’un jeu maîtrisé, qui fabrique du texte et du temps littéraires : qui transforme des écrits en œuvres en les arrachant à l’histoire après les avoir situés dans leur temps, dans une écriture qui, « quelquefois », se montre comme s’échappant à elle-même – échappant à sa situation de travail, à son inscription dans le lieu et le temps du travail critique – pour s’ouvrir à la « rêverie ».

27Nous n’avions pas l’ambition, dans cet article, de composer un panorama, ni d’offrir une mise au point sur les recherches consacrées à la critique des xviiie et xixe siècles. On sait, et nous l’avons rappelé, que les études de presse servent souvent de réservoir de « contextes » pour les études d’histoire littéraire : contextes sociaux, politiques, matériels de l’activité d’écrivain, contextes critiques du passé… En menant ensemble deux mises en histoire, celle de l’activité et de l’écriture critiques dans la presse et autour de la presse, et celle de la production d’écrits de littérature, on se retrouve conduit, non seulement à écarter cette subordination, mais encore à la regarder comme le résultat d’opérations passées constamment réitérées jusqu’à nous, et par là même naturalisées. À partir de ce constat, nos remarques désignent un objectif qui est aussi une exigence : celle précisément de travailler avec les contextualisations, avec les histoires produites par ces praticiens de la littérature et de la presse que sont les critiques de cette période – et non pas sur les contextes que les opérations critiques du passé ont identifiés pour nous.

Haut de page

Bibliographie

Balcou (Jean), Fréron contre les philosophes, Genève-Paris, Droz, 1975.

Balcou (Jean), Le Dossier Fréron ; correspondances et documents, Genève, Droz, 1975.

Bailbé (Joseph-Marc), Jules Janin, une sensibilité littéraire et artistique, Paris, Minard 1974.

Benhamou (Paul), « Les lecteurs des périodiques de Desfontaines », dans Bots (Hans) (éd.), La Diffusion et la lecture des journaux de langue française sous l´Ancien Régime. Actes du colloque international, Nimègue, 3-5 juin 1987 / Circulation and Reception of Periodicals in the French Language during 17th and 18th centuries. Proceedings of the International Congress, Nijmegen, Amsterdam and Maarssen, APA – Holland University Press, 1988, pp. 139-151.

Berthier (Philippe), Kalifa (Dominique ), Thérenty (Marie-Ève), Vaillant (Alain) (dir), La Civilisation du journal, Paris, Nouveau Monde, 2011.

Bost (Hubert), Un «intellectuel» avant la lettre : le journaliste Pierre Bayle, Amsterdam, Maarssen, 1994.

Bots (H.), Hillenaar (H.), Janssen (J), van der Korst (J.) & van Lieshout (L.), De Bibliothèque universelle et historique (1686-1693) : een periodiek als trefpunt van geletterd Europa, Amsterdam, APA/Holland Universiteits Pers, 1981.

Bots (Hans), « Jean Leclerc as journalist of the Bibliothèques : his contribution to the spread of English learning on the European continent », dans Studies in Seventeenth-Century English Literature, History and Bibliography : Festschrift for Professor T.A. Birrell on the occasion of his sixtieth birthday, ed. by G.A.M. Janssens and F.G.A.M. Aarts, Amsterdam, Rodopi, 1984, pp. 53-66.

Cook (Malcolm) & Plagnol-Diéval (Marie-Emmanuelle) (dir.), Critique, Critiques au XVIIIe siècle, Oxford, Berne, Berlin, Bruxelles, Francfort, New York, Vienne, Peter Lang, 2006.

Diaz (Brigitte). « “Écrire à voix basse”. L'écriture féminine selon Sainte-Beuve », Romantisme, n°109, Sainte-Beuve ou l'invention de la critique, 2000, pp. 81-97.

Fayolle (Roger), Sainte-Beuve et le xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 1972.

Furman (Nelly), La Revue des Deux mondes et le romantisme, 1831-1848, Genève, Droz, 1975.

Gautier journaliste, articles et chroniques choisis et présentés par Patrick Berthier, Paris, Flammarion, 2011.

Glinoer (Anthony), La Querelle de la camaraderie littéraire. Les romantiques face à leurs contemporains, Genève, Droz, 2008.

Haro (Marie-Christine), « Un épisode de la querelle du roman populaire : la circulaire Billaut de 1860 », Romantisme, n° 53, 1986, pp. 49-58.

Labrosse (Claude) & Rétat (Pierre), L’Instrument périodique. La fonction de la presse au xviiie siècle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1998.

Lavaud (Martine) & Thérenty (Marie-Ève) (dir), Le Cothurne étroit du journalisme : Théophile Gautier et la contrainte médiatiqueBulletin de la Société Théophile Gautier, n° 30, 2008.

Lepenies (Wolf), Sainte-Beuve, au seuil de la modernité, traduction française, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Idées », 2002.

Lévrier (Alexis), « Impossible et nécessaire polémique : les contradictions du journalisme de critique littéraire au XVIIIe siècle » dans Polémique en tous genres (xvie-xviiie siècles), textes réunis par Servet (Pierre) et Servet (Marie-Hélène), Cahiers du GADGES, n° 7, Lyon, Université Jean Moulin Lyon-3, Genève, Diff. Droz, 2010, pp. 287-305.

Lyon-Caen (Judith), « Remettre le monde en ordre : les académies et la questions de l'influence de la littérature sur les mœurs dans les années 1850 », dans 1848, une révolution du discours, sous la direction de Hélène Millot & Corinne Saminadayar, Saint-Étienne, Éditions des Cahiers intempestifs, 2001, pp. 27-45.

Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), L’Écrivain-journaliste au xixe siècle : un mutant des Lettres, Saint-Etienne, Éditions des Cahiers intempestifs, 2003.

Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise) (dir.), Barbey d’Aurevilly, romancier et critique de romans, Amiens, Centre d'études du roman et du romanesque de l'Université de Picardie-Jules Verne / Encrage université, 2009.

Quéffelec (Lise), La Querelle du roman-feuilleton. Littérature, presse et politique : un débat précurseur (1836-1848), Grenoble, ELLUG, 1999

Sainte-Beuve ou l'invention de la critique, Romantisme, n° 109, Paris, Armand Colin, 2000.

Sgard (Jean) (dir.), Dictionnaire de la presse, 1600-1789. I. Dictionnaire des journaux, Paris/Oxford, Universitas/The Voltaire Foundation, 1991.

Sgard (Jean) (dir.), Dictionnaire de la presse, 1600-1789. II. Dictionnaire des journalistes, Oxford, The Voltaire Foundation, 1999.

Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain) (dir.), 1836, l'an 1 de l'ère médiatique. Étude littéraire et historique du journal « La Presse », d'Émile de Girardin, Paris, Nouveau Monde, 2001.

Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain) (dir.), Presses et plumes. Journalisme et littérature au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde, 2004.

Vittu (Jean-Pierre), Le Journal des Savants et la République des Lettres, 1665-1714, thèse pour le Doctorat d’État ès Lettres soutenue le 7 février 1998, Paris I-Sorbonne, à paraître aux éditions Honoré Champion.

Vittu (Jean-Pierre), « La formation d'une institution scientifique : le Journal des savants de 1665 à 1714. 1. D'une entreprise privée à une semi institution », Journal des savants, janvier-juin 2002, pp. 179-203.

Vittu (Jean-Pierre), « La formation d'une institution scientifique : le Journal des savants de 1665 à 1714. 2. L'instrument central de la République des Lettres », Journal des savants, juillet-décembre 2002, pp. 349-377.

Vittu (Jean-Pierre), « Qu’est-ce qu'un article au Journal des savants de 1665 à 1714 ? », Revue française d'histoire du livre, n° 112-113, 2001, pp. 129-148.

Haut de page

Notes

1 C’est pourquoi aussi, du point de vue de l’histoire de la presse, la critique apparaît comme une pratique particulière, justement parce qu’attachée à la littérature. Vue dans cette perspective, elle semble relever d’une autre temporalité que la presse elle-même, d’une autre histoire que celle du journal – ainsi ne serait-elle pas, ou peu, ou moins que d’autres types d’écrits, concernée par l’histoire de la modernité journalistique, celle de la montée du souci de l’information, de la progression d’une culture du fait plus que de l’opinion.

2 Voir Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), L’Écrivain-journaliste au xixe siècle : un mutant des Lettres, Saint-étienne, Éditions des Cahiers intempestifs, 2003 : Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise) (dir.), Barbey d’Aurevilly, romancier et critique de romans, Amiens, Centre d'études du roman et du romanesque de l’Université de Picardie-Jules Verne / Encrage université, 2009. Sur Jules Janin, voir Bailbé (Joseph-Marc), Jules Janin, une sensibilité littéraire et artistique, Paris, Minard 1974. Sur Gautier : Le Cothurne étroit du journalisme : Théophile Gautier et la contrainte médiatique, numéro dirigé par Martine Lavaud & Marie-Ève Thérenty, Bulletin de la Société Théophile Gautier, n° 30, 2008 ; et la réédition d’un choix d’articles : Gautier journaliste, articles et chroniques choisis et présentés par Patrick Berthier, Paris, Flammarion, 2011.

3 Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain) (dir.), 1836, l’an 1 de l’ère médiatique. Étude littéraire et historique du journal « La Presse », d’Émile de Girardin, Paris, Nouveau Monde, 2001 ; Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain) (dir), Presses et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde, 2004 ; Berthier (Philippe), Kalifa (Dominique), Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain) (dir.), La Civilisation du journal, Paris, Nouveau Monde, 2011.

4 Glinoer (Anthony), La Querelle de la camaraderie littéraire. Les romantiques face à leurs contemporains, Genève, Droz, 2008.

5 Balzac (Honoré de), « Monographie de la presse parisienne », dans La Grande Ville. Nouveau tableau de Paris comique, critique et philosophique, Paris, au bureau central des publications nouvelles, tome II, 1843. Dans Les Français peints par eux-mêmes (Paris, Curmer, 1839-1842, 9 volumes dont « Le Prisme ») : Janin (Jules), « Le journaliste », tome III ; Fries (Charles), « Le correspondant dramatique », tome II, ainsi que Guichardet (Francis), « Les petits métiers littéraires », « Le rédacteur industriel » et « Le Journal industriel », dans « Le Prisme – Album des Français », 1841.

6 Quéffelec (Lise), La Querelle du roman-feuilleton. Littérature, presse et politique : un débat précurseur (1836-1848), Grenoble, ELLUG, 1999.

7 Haro (Marie-Christine), « Un épisode de la querelle du roman populaire : la circulaire Billaut de 1860 », Romantisme, n° 53, 1986, pp. 49-58 ; Lyon-Caen (Judith), « Remettre le monde en ordre : les académies et la questions de l’influence de la littérature sur les mœurs dans les années 1850 », dans 1848, une révolution du discours, sous la direction de Hélène Millot & Corinne Saminadayar, Saint-Étienne, Éditions des Cahiers intempestifs, 2001, pp. 27-45.

8 Sur le Journal des savants, voir les travaux de Vittu (Jean-Pierre), en particulier sa thèse d’État, Le Journal des Savants et la République des Lettres, 1665-1714, thèse pour le Doctorat d’État ès Lettres soutenue le 7 février 1998, Paris I-Sorbonne, à paraître aux éditions Honoré Champion ; « La formation d’une institution scientifique : le Journal des savants de 1665 à 1714. 1. D’une entreprise privée à une semi institution », Journal des savants, janvier-juin 2002, pp. 179-203 ; « La formation d’une institution scientifique : le Journal des savants de 1665 à 1714. 2. L’instrument central de la République des Lettres », Journal des savants, juillet-décembre 2002, pp. 349-377. Sur les Nouvelles de la république des lettres, voir Bost (Hubert), Un «intellectuel» avant la lettre : le journaliste Pierre Bayle, Amsterdam, Maarssen, 1994. Sur Jean Leclerc, voir Bots (H.), Hillenaar (H.), Janssen (J.), van der Korst (J.) & van Lieshout (L.), De Bibliothèque universelle et historique (1686-1693) : een periodiek als trefpunt van geletterd Europa, Amsterdam, APA/Holland Universiteits Pers, 1981 ; Bots (Hans), « Jean Leclerc as journalist of the Bibliothèques : his contribution to the spread of English learning on the European continent », dans Studies in Seventeenth-Century English Literature, History and Bibliography : Festschrift for Professor T.A. Birrell on the occasion of his sixtieth birthday, ed. by G.A.M. Janssens and F.G.A.M. Aarts, Amsterdam, Rodopi, 1984., pp. 53-66.

9 Sgard (Jean) (dir.), Dictionnaire de la presse, 1600-1789. I. Dictionnaire des journaux, Paris/Oxford, Universitas/The Voltaire Foundation, 1991 ; Sgard (Jean) (dir.), Dictionnaire de la presse, 1600-1789. II, Dictionnaire des journalistes, Oxford, The Voltaire Foundation, 1999.

10 Pour un livre de référence en la matière, voir Labrosse (Claude) & Rétat (Pierre), L’Instrument périodique. La fonction de la presse au xviiie siècle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1998 ; et plus récemment, Cook (Malcolm) & Plagnol-Diéval (Marie-Emmanuelle) (dir.), Critique, Critiques au xviiie siècle, Oxford, Berne, Berlin, Bruxelles, Francfort, New York, Vienne, Peter Lang, 2006 ; Lévrier (Alexis), « Impossible et nécessaire polémique : les contradictions du journalisme de critique littéraire au xviiie siècle » dans Polémique en tous genres (xvie-xviiie siècles), textes réunis par Servet (Pierre) & Servet (Marie-Hélène), Cahiers du GADGES, n° 7, Lyon, Université Jean Moulin Lyon-3, Genève, Diff. Droz, 2010, pp. 287-305.

11 Pour une figure d’auteur critique d’« avant », voir par exemple Benhamou (Paul), « Les lecteurs des périodiques de Desfontaines », dans La Diffusion et la lecture des journaux de langue française sous l´Ancien Régime. Actes du colloque international, Nimègue, 3-5 juin 1987 / Circulation and Reception of Periodicals in the French Language during 17th and 18th centuries. Proceedings of the International Congress, Nijmegen, édités par Hans Bots, Amsterdam and Maarssen, APA – Holland University Press, 1988, pp. 139-151.

12 Voir Labrosse (Claude) & Rétat (Pierre), L’Instrument périodique, op. cit. ; Vittu (Jean-Pierre), « Qu’est-ce qu'un article au Journal des savants de 1665 à 1714 ? », Revue française d'histoire du livre, n° 112-113, 2001, pp. 129-148.

13 Voir le critique comme travailleur, voir par exemple l’Avertissement mis à la tête du volume de 1755 de l’Année littéraire (sur ce périodique, voir les deux notes suivantes) : « À l’égard des Lettres pour tout autre objet relatif à mon ouvrage, je supplie tous ceux qui me font l´honneur de me les écrire, de ne pas s’offenser s’ils n’ont de moi aucune réponse. Je sens toute l’impolitesse de ce procédé ; mais il m´est impossible d’agir autrement. Mes travaux périodiques ne me le permettent pas ; & d´ailleurs, quand je ne serais pas aussi considérablement occupé que je le suis, je ne trouverais jamais assez de temps pour répondre au grand nombre de Lettres que je reçois toutes les semaines. Je n’en invite pas moins tous mes Lecteurs à me faire part de leurs remarques, de leurs réflexions, de leurs idées, pourvu (je le répète) qu’ils n’exigent pas que je leur réponde, & que le port de leurs Lettres soit affranchi. Ils doivent être persuadés que je ferai toujours une attention sérieuse à leurs conseils […] Le peu de loisir qui me reste me met encore hors d´état de pouvoir lire les ouvrages manuscrits. J’ai déjà touché cet article quelque part. C’est me flatter infiniment, sans doute, que de soumettre à mes faibles lumières des Tragédies, des Comédies, des Pièces de vers, des Discours, &c., avant que de leur faire voir le jour. Mais les Ecrivains qui m’honorent de cette confiance trouveront dans Paris des Juges plus éclairés & moins occupés. Je finis par quelques réflexions sur le travail que j’ai entrepris, & que j’ai le courage de continuer. Il est certain que je me fais beaucoup d’ennemis ; je n’en puis douter ; je n’en suis point étonné ; je m’y suis attendu ; & malheur à moi, si je deviens jamais l’ami de tous les Auteurs ; ce sera une preuve infaillible que mon Ouvrage aura perdu le peu qu´il vaut. Je conçois qu´un Censeur Littéraire soit haï de ceux qu´il censure. Mais d’où vient la haine que lui portent des personnes qui n’ont jamais fait de Livres ? Rien n´est plus simple encore. Les mauvais Auteurs, qui sont en grand nombre, ont leurs amis, leurs connaissances, leurs coteries, où ils sont bien venus. Ils déchirent impitoyablement la réputation du Censeur qui a trouvé leurs écrits misérables ; il n’est pas là pour se défendre […] » (pp. 4-6). Ces feuilles, continue Fréron, ne sont pas des « archives de noirceur & de méchanceté », mais un « Recueil de principes & de remarques, assez justes, en général, sur les beautés & sur les défauts des Ecrits de nos jours » (p. 9).

14 Sur Fréron, voir Balcou (Jean), Fréron contre les philosophes, Genève, Droz, 1975 ; Balcou (Jean), Le Dossier Fréron ; correspondances et documents, Genève, Droz, 1975.

15 Ce périodique commence à paraître en 1754 sous le titre L’Année littéraire ou Suite des lettres sur quelques écrits de ce temps, le périodique précédemment rédigé par Fréron. Après la mort de celui-ci, un nouveau privilège est accordé à sa veuve, qui sera la directrice de la publication de 1776 à 1790, année où le journal, après avoir pris un nouveau titre, L’Année littéraire et politique, est suspendu (en mai), avant de reparaître quelques mois en 1791, puis de disparaître définitivement, à part un épisode en 1800. Mais Mme Fréron confiait la rédaction à d’autres : en 1776-1777, la page de titre porte : L’Année littéraire, par M. l’abbé Grosier et M. Fréron, en 1778-1781, par M. Fréron. Ce Fréron-là est Stanislas Fréron, le beau-fils de Mme Fréron. Il est évincé en 1781 à la suite d’une histoire de famille et la rédaction est alors dirigée par l’abbé Royou (beau-frère de Fréron) et Geoffroy, qui n’a pas cessé d’être un contributeur important du journal de 1776 à 1790.

16 Furman (Nelly), La Revue des Deux mondes et le romantisme, 1831-1848, Genève, Droz, 1975. Sur Sainte-Beuve, voir Sainte-Beuve ou l’invention de la critique, Romantisme, n° 109, Paris, Armand Colin, 2000 et Lepenies (Wolf), Sainte-Beuve, au seuil de la modernité, traduction française, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des Idées », 2002.

17 Diaz (Brigitte), « “Écrire à voix basse”. L’écriture féminine selon Sainte-Beuve », Romantisme, n°109, Sainte-Beuve ou l'invention de la critique, 2000, pp. 81-97.

18 Fayolle (Roger), Sainte-Beuve et le XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1972 ; Sainte-Beuve, « Lettres inédites de Mme Roland », Revue des Deux mondes, 1840, XXIV, pp. 553-568.

19 Le qualificatif vient plus tardivement sous la plume de Sainte-Beuve à propos de Mme Swetchine : Nouveaux lundis (1861), t. I, p. 236, cité par Diaz (Brigitte), art. cit., p. 92.

20 Sainte-Beuve, « Du roman intime » (Revue des Deux mondes, VII, 1832), repris dans Portraits de femmes [1845], nouvelle édition revue et corrigée, Garnier, 1886, p. 22.

21 « Mme de Duras », dans ibid., p. 69.

22 « Mme de Souza », dans ibid., pp. 45-46,

23 « Mme de Duras », dans ibid., pp. 73-74.

24 Ibid., p. 79.

25 « Mme de Krüderner », ibid., pp. 383-384.

26 « Mme de Charrière », ibid, pp. 411-412.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard, « Historiographies. L’activité et l’écriture critiques entre presse et littérature, xviiie et xixe siècles », COnTEXTES [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://contextes.revues.org/5303 ; DOI : 10.4000/contextes.5303

Haut de page

Auteurs

Judith Lyon-Caen

école des hautes études en sciences sociales

Dinah Ribard

école des hautes études en sciences sociales

Haut de page