Navigation – Plan du site

L’imaginaire médiatique. Réflexions sur les représentations du journalisme au XIXe siècle

Guillaume Pinson

Texte intégral

  • 1 Voir La Civilisation du journal. Histoire politique et matérielle de la presse française au XIXe si (...)

1Dans cet article, je me propose de réfléchir à certains défis que posent les corpus journalistiques et à la manière dont on peut traiter les problèmes de périodisation qui se posent inévitablement lorsque l’on est confronté à des ensembles de grande ampleur. Ces questions surgissent alors que la recherche sur la presse du xixe siècle est marquée depuis quelques années par des pratiques d’immersion dans le discours du journal, de manière à infléchir, ou compléter, la traditionnelle histoire politique et matérielle de la presse1. Je vais plaider en premier lieu qu’à partir des dépouillements de corpus, d’abord journalistiques, mais aussi portant sur l’ensemble du discours social, il est possible et surtout pertinent de chercher à écrire l’histoire de l’imaginaire du journal, c’est-à-dire l’histoire des représentations et des conceptions qu’une société se fait de son appareil médiatique. Question pertinente, question de méthode aussi car depuis qu’elle s’intéresse au journal du xixe siècle, la recherche ne cesse naturellement de se confronter aux sources primaires qui représentent le journal, sans pour autant nécessairement s’interroger sur la nature de cette représentation, sur les spécificités de ce corpus et sur les façons de l’appréhender. La question de méthode qui se posera concernera dès lors la manière dont on peut envisager un corpus ample, avec lequel nous sommes parfois déjà familiers (par exemple les romans du journalisme), parfois un peu moins, et sur la manière de concevoir et d’organiser ce corpus.

Quel corpus ?

  • 2 Voir Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistes au XIXe siècle, Pari (...)
  • 3 Voir Angenot (Marc), 1889. Un état du discours social, Longueuil, Le Préambule, 1989.
  • 4 Voir Vaillant (Alain), L’Histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2010.

2Le corpus journalistique est un corpus intimidant et déconcertant. Les quelques certitudes que l’on acquiert au contact du texte du journal sont rapidement ébranlées dès que l’on prolonge les lectures et qu’on les diversifie. Du coup, toute lecture du journal est adossée à l’horizon d’une insaisissable totalité qui comporte virtuellement des éléments de contradiction, voire de réfutation, de ce que l’on pouvait espérer constituer des lignes de force ou des éléments sûrs d’intelligibilité. Telle rubrique que l’on croyait régulière disparaît au bout de quinze jours ; tel titre de section se modifie, revient, change de nouveau, disparaît ; telle signature que l’on voudrait pouvoir retrouver régulièrement nous entraîne dans un jeu de piste sans fin. Au bout du compte s’impose un questionnement : comment lire le journal et que lire du journal ? quelle forme de représentativité comporte le résultat de ces lectures forcément partielles ? À ces questions, pas de réponse simple, mais quelques convictions malgré tout. D’une part, le chercheur qui plonge dans les corpus médiatiques ne le fera toujours qu’en usant d’un filtre qui permet de retenir ce qui est intéressant de ce qui l’est moins, en fonction des questionnements qui sous-tendent l’exploration. L’exercice est ardu : il faut à la fois tenter de s’immerger dans le journal pour se rapprocher d’une expérience de lecture qui a été celle des contemporains, et savoir neutraliser la matière moins intéressante. Pourtant, le lecteur averti sait que le sens des textes qu’il sélectionne est ultimement tributaire d’un horizon de références plus vaste ainsi que d’implicites sociaux souvent difficiles à ressaisir parce qu’ils sont éventés par le temps. D’autre part, se sont imposées des pratiques et des méthodes variées qui ont montré leur pertinence malgré tout : l’angle des poétiques journalistiques2, l’analyse du discours social3, l’histoire littéraire de la presse4 notamment, qui constituent l’arsenal théorique et critique de la recherche des dix-neuviémistes sur les corpus journalistiques.

3Depuis quelques temps, ma propre façon de concevoir le corpus journalistique consiste à l’interroger dans sa dimension réflexive, à savoir dans sa capacité à mettre en scène le journal lui-même, à faire retour sur l’expérience journalistique et à constituer souvent des topiques de légitimation du journalisme. Il s’agit de partir d’un constat que n’importe quel usager de l’appareil médiatique actuel, soit-il imprimé, télévisuel ou encore numérique, peut faire au travers de son expérience quotidienne : il n’est pas de culture médiatique sans mise en scène de la culture médiatique, pas de journal sans représentation du journal, et surtout pas de journalistes sans métadiscours des journalistes. La vitalité d’un tel ensemble discursif est indéniable, et celui-ci ne se cantonne pas à ce qui en est le plus audible généralement, soit le discours de la dépréciation et de la condamnation du journalisme. Cette vitalité se marque par la présence d’effets de boucles incessants : s’interroger sur les effets de la télévision sur les téléspectateurs, c’est exprimer une certaine idée de ce qu’est la télévision ; condamner l’opinion qu’un journal peut exprimer dans son éditorial, c’est se faire une certaine conception de ce journal ; le discours oblique ou l’ironie que l’on peut lire dans un blog dessine infailliblement une certaine image de la culture médiatique en régime numérique. Ultimement, toute prise de parole dans l’espace médiatique, toute posture journalistique constituent l’expression des formes variées que peut prendre cette réflexivité.

  • 5 Doueihi (Milad), Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, 2011.

4La comparaison avec l’époque actuelle peut permettre de mieux cerner le phénomène dont il est question. En effet, notre propre expérience de « numériciens lettrés », pour reprendre l’expression de Milad Doueihi5, d’universitaires qui avons désormais à tout instant un rapport étroit aux médias numériques, aux sources numérisées et aux revues électroniques, nous invite à développer et exprimer cette sensibilité particulière au nouvel espace médiatique. Nous avons conscience de vivre un changement de paradigme médiatique et nous l’exprimons tous les jours. Les journalistes eux-mêmes ne font pas autre chose, et à même les différents supports qu’ils utilisent, que de commenter leur travail dans un contexte qui le fragilise et de s’interroger sur la valeur de leur parole et de leur écriture. Et bien entendu la dimension participative que supposent les réseaux sociaux et les possibilités de réactions des lecteurs, quasi-immédiates, à l’événement ou à tout ce que publient les journaux en ligne, prolongent et démultiplient les éléments de réflexivité.

  • 6 Les sites de recherche (www.medias19.org pour le XIXe siècle ; http://gazetier-universel.gazettes18 (...)
  • 7 Voir l’ouvrage qui propose la synthèse de cette réflexion : Pinson (Guillaume), L’imaginaire médiat (...)
  • 8 Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain), 1836, l’an I de l’ère numérique, Paris, Nouveau monde édit (...)

5Sans doute influencé par ces effets de représentations dans le discours actuel, plus que jamais nombreux et variés, mais aussi par la présence de la culture médiatique du xixe siècle de plus en plus affirmée sur internet6, je me suis proposé il y a quelque temps de transposer au xixe siècle cette attention au discours médiatique du second degré, tout en étant assez convaincu de ne pas commettre d’erreur de perspective7. Bien au contraire, la détection de ce métadiscours, son amplitude et sa capacité à investir l’ensemble du discours social – pas seulement le secteur périodique –, permet d’affiner la chronologie médiatique. Certes, un spécialiste de l’Ancien Régime pourrait sans doute discuter très légitimement la question des origines du phénomène – lequel remonte probablement à la toute première gazette – mais je pense que l’on peut affirmer que l’émergence d’une véritable « ère médiatique8 », quelque part vers la fin de la Restauration et le début de la monarchie de Juillet, est inextricablement liée à la maturation de ce discours du second degré. Il serait même juste de prétendre qu’il est historiquement impossible de saisir cette impulsion de l’ère médiatique si on ne détecte pas conjointement le métadiscours qui en a permis rapidement la structuration symbolique et l’appropriation par les contemporains.

  • 9 Éléments d’histoire précisés par exemple dans Feyel (Gilles), La presse en France, des origines à 1 (...)
  • 10 Voir entre autres la thèse de Berthier (Patrick), La Presse littéraire et dramatique au début de la (...)
  • 11 Voir par exemple Illusions perdues, Actes du colloque de la Sorbonne, sous la direction de José-Lui (...)
  • 12 Diaz (José-Luis), « L’esprit sous presse. Le journal et le journaliste selon la ‘‘littérature panor (...)
  • 13 Thérenty, Mosaïques, op. cit.

6En effet, au-delà des constats matériels et sociaux de circonstance, effectués par toute histoire des médias – augmentation des tirages, évolution du contextes politique et législatif, diversification du lectorat9 – c’est par l’étude de ce métadiscours essentiellement que nous pouvons en venir à l’hypothèse qu’il se produit quelque chose de nouveau vers les années 1830, et ressenti comme une puissante onde de choc par les contemporains. La recherche en a fait indirectement la démonstration, sans nécessairement raccorder cette prolifération discursive aux données objectives collectées par les historiens de la presse : par exemple en étudiant les débats critiques qui animent les milieux journalistiques et qui interrogent constamment le pouvoir des journalistes sur la création artistique et l’indépendance des créateurs10 ; en se penchant, hors du journal cette fois, sur les fictions du journalisme dont Illusions perdues, si elle en est la plus réussie, n’est qu’une variante tardive parmi de nombreuses autres11 ; ou encore en analysant l’efflorescence d’une littérature dite panoramique où la représentation du journal et du journaliste est omniprésente12. La thèse de Marie-Ève Thérenty avait magistralement analysé la densité et la variété d’un tel discours pour les années charnières 1829-183613, montrant tous les procédés interdiscursifs à l’œuvre et les stratégies convoquées par les écrivains pour les alimenter et y faire face.

7La question dérivée de toutes ces recherches et qui est la mienne est donc, au fond, toute simple et frontale : comment le xixe siècle a-t-il représenté le journal, et à travers quelles sources ? Tenter de répondre à une telle question a une première vertu : faire des sources primaires, qui s’imposent à tout historien du journal, l’objet d’une attention critique qui interroge la représentativité, l’historicité et les effets de sens propres à ce corpus. Autrement dit, traiter moins ces sources pour leur valeur documentaire que pour ce qu’elles peuvent révéler d’un rapport sensible d’une époque au journal et aux journalistes. La seconde vertu de cette approche est qu’elle nous donne l’occasion de faire le point sur les pratiques de dépouillement qui sont les nôtres : nous avons là un corpus ample, varié mais cohérent dans son objet, qui doit être traité en synchronie aussi bien qu’en diachronie.

  • 14 Angenot, 1889, op. cit.
  • 15 J’ai proposé ailleurs une synthèse de ce scénario : « De Lucien de Rubempré à Gédéon Spilett, scéna (...)
  • 16 Berthier (Patrick), « Le thème du ‘‘grand homme de province à Paris’’ dans la presse parisienne au (...)

8En synchronie, ce que l’on dit du journal et des journalistes à un certain moment du siècle me paraît devoir être appréhendé suivant la perspective de la théorie du discours social, tel que l’a développée Marc Angenot14. Au cœur de cet océan discursif déconcertant que j’évoquais en introduction, on se donne alors les moyens de découvrir des constantes, des effets de répétition ou même de dissension, et c’est au travers de la compréhension de ces régularités et de ces contradictions que l’on peut saisir les rapports les plus sensibles que les contemporains entretenaient au journal, le récit le plus prégnant qu’ils ont élaboré pour se raconter le journalisme. Il s’agit donc d’appréhender les représentations du journalisme comme un ensemble thématique qui traverse et irrigue diverses régions du discours social. C’est dire d’emblée que nous ne sommes pas confrontés au seul corpus journalistique : comme si la presse ne suffisait pas à nous accabler par son ampleur, c’est aussi hors d’elle que se constituent ces représentations. Soit le cas, parmi les plus célèbres mises en scène du journalisme, des Illusions perdues de Balzac. Ce roman exprime quelque chose de fondamental de la culture médiatique vers la fin du premier tiers du siècle, l’aspect très « littéraire » du contact que tout un chacun se faisait alors, lecteurs comme écrivains-journalistes, de la culture journalistique. En fait Balzac ne fait que cristalliser un scénario déjà omniprésent dans le discours social, depuis dix ans au moins, organisé autour de quelques éléments topiques tels que les ambitions du jeune homme de province, son déracinement parisien, sa rencontre des journalistes, son renoncement malheureux15. Ce scénario, modulé avec plus ou moins d’ampleur selon les œuvres, engageant presque invariablement les mêmes éléments topiques, interrogeant finalement la place de la littérature dans la modernité médiatique, se retrouve aussi bien dans des romans publiés dès la fin de la Restauration que dans la presse elle-même, comme l’a montré Patrick Berthier pour cette même période16, confirmant ainsi la circulation de ces représentations. Ce faisant Balzac a conféré à ce dernier une grande force d’imprégnation grâce aux qualités suggestives de la fiction : on retrouvera des romans du jeune écrivain provincial ambitieux, se heurtant à la presse, jusqu’à la Première guerre mondiale au moins. Preuve en est qu’il existe au xixe siècle cette chose que l’on pourrait appeler l’imaginaire médiatique, c’est-à-dire un stock de représentations insistantes, et notamment de fictions, qui s’imposent aux lecteurs d’origine et qui déterminent la manière qu’ils ont eue de se représenter le journalisme, voire même de le pratiquer. Au siècle de Balzac, des Goncourt et de Maupassant, le journalisme se raconte – et l’on pourrait dire en forme de boutade que le journalisme est un roman. Nul doute que pour un tel objet, les représentations romanesques ont eu des effets sociaux considérables, faisant retour sur les pratiques et les imaginaires collectifs.

  • 17 Dans le cas de la présentation visuelle et de la mise en page du journal, on pourrait montrer que l (...)

9Étudier ces documents pour ce qu’ils sont d’abord, c’est-à-dire des formes diversifiées de représentations qui s’imposent dans un état précis du discours social, suppose de les appréhender dans un réseau de sens et au travers de jeux de relations. Dans son discours du second degré, le journal pense constamment son rapport au champ médiatique, et ce rapport s’exprime de manière explicite dans le texte, et même dans la matière du support17. Tout lecteur un peu familiarisé avec la presse du xixe siècle finit par exemple par être confronté à des jeux d’échos et de renvois d’une rubrique à l’autre, d’un corpus à un autre corpus, d’un journaliste à l’autre. La presse dessine à travers le temps, d’un titre à l’autre mais aussi à l’intérieur d’un même titre, un immense réseau de renvois et de références qui constituent quelque chose comme les hyperliens d’une culture médiatique en expansion et les formes primitives de son auto-représentation. Ces éléments mis en rapport, ces renvois incessants, pour anarchiques qu’ils soient dans leur prolifération, n’en sont pas moins les signes même de la culture journalistique au xixe siècle, comme à l’écran les hyperliens sont les signes les plus visibles de la culture numérique.

  • 18 Je me permets à cet égard de renvoyer à mon ouvrage, Fiction du monde. De la presse mondaine à Marc (...)
  • 19 Voir Vaillant (Alain), « Le double jeu du journal, entre communication médiatique et correspondance (...)

10Soit l’exemple de la chronique mondaine, traversée par un réseau d’allusions complices à des chroniques précédentes, à l’histoire du genre, à ses praticiens les plus célèbres (combien de renvois à Delphine de Girardin tout au long de la seconde moitié du siècle !), ou encore à des rubriques autres du journal contre lesquelles elle se définit ou avec lesquelles elle entre en résonance de manière souvent ironique18. Soit un autre exemple, celui de la présence de l’épistolaire dans le journal. La qualité médiatique du journal, c’est-à-dire d’instance de médiation publique, ne se révèle jamais mieux que dans la présence des lecteurs au cœur du journal grâce aux lettres qui y sont publiées19. Par sa lettre, le lecteur « révèle » le journal, entre en dialogue avec lui, le construit comme destinataire et comme produit d’une relation, inscrits dans le texte. Loin de n’être qu’un surcroît de discours, qu’un texte d’origine externe greffé au journal, la lettre appartient donc pleinement à l’objet périodique et propose une série de représentations du journal et des journalistes. La petite presse du second Empire fourmille d’une correspondance joyeusement désinvolte, souvent fictive, qui met incessamment en scène le personnel journalistique. Soit encore, exemple supplémentaire, la présence dans un journal d’un autre journal, qui agit à la fois comme miroir et, par contraste, comme élément d’affirmation d’une forme de l’identité médiatique. Cette présence d’un « autre journal » dans un journal premier prend des formes variées : elle est perceptible dans certaines rubriques (les échos de la petite presse fourmillent d’allusions à des confrères), à l’occasion dans les illustrations, dans la publicité, à travers la pratique de la citation, ou même dans les manifestations de la rumeur qui se promène de journal en journal. Ancêtre de l’actuelle revue de presse, la rubrique « Les journaux de ce matin » publiée dans le quotidien Le Matin est surtitrée de manière suggestive « Ce que disent les autres » entre août 1906 et mai 1909. Il est intéressant d’étudier à travers le temps la formation et les évolutions de ces renvois entre journaux, et plus généralement d’analyser sur des durées plus longues les manières dont les journaux établissent discursivement leur présence au cœur du système médiatique global.

11Mieux comprendre le fonctionnement de ces éléments de coprésence et de relations, comme on peut les saisir dans la chronique, la lettre de lecteur ou la citation, est donc indispensable pour saisir l’imaginaire médiatique dans la variété de ses représentations. Il ne s’agit là sans doute que d’un aperçu de toutes les formes de représentations dont l’inventaire reste à faire.

Quelle historicité ?

12J’en viens maintenant aux périodisations à l’œuvre, aux transformations de cette énorme masse discursive qui travaille à la fois en synchronie mais aussi perpétuellement dans le changement. Ce changement constitue peut-être l’une des historicités les moins connues de la culture médiatique, l’une des plus complexes à saisir, faite de chevauchement et de strates, du fait même de la variété des corpus et du caractère multiforme du journal.

  • 20 Voir à ce propos Histoire culturelle / Histoire littéraire, sous la direction de José-Luis Diaz et (...)
  • 21 Voir Kalifa (Dominique), « L’entrée de la France en régime médiatique : l’étape des années 1860 », (...)

13Quelles périodisations (le pluriel s’impose) pour la culture médiatique ? Pour l’histoire traditionnelle du journal, cette question allait relativement de soi, tant les évolutions du journalisme suivaient de près les grandes scansions politiques et sociales. Mais on pourrait aussi envisager la chose en s’inspirant des avancées de l’histoire culturelle, sensible à l’importance des représentations, et qui croise depuis quelques années la nouvelle histoire littéraire20. L’une des fortes affirmations de l’histoire culturelle a en effet été de prendre pour acquis que les périodisations ont toujours quelque chose d’arbitraire, et qu’elles peuvent se concevoir dans la succession, le chevauchement, le retard ou les répétitions, ce que l’histoire du journal a repris à son compte21. À cet égard l’histoire culturelle du journal est une histoire prudente, car la périodisation de l’objet périodique est une chose d’autant plus complexe que le journal est un objet de son temps qui contribue aussi à faire le temps et à le rythmer. Il reste toutefois que poser des balises temporelles est une opération essentielle à l’intelligibilité du passé, et par conséquent l’histoire culturelle et littéraire de la presse a eu tendance à situer tout naturellement les siens autour de moments médiatiques forts tel que 1836 (La Presse d’Émile de Girardin), 1863 (Le Petit journal de Millaud), et le triomphe de la presse de masse autour de 1900, sans pour autant esquiver les jalons politiques (1830, 1848-1852, 1870, 1881, etc.).

14Or, dans l’optique d’une histoire des représentations du journalisme, la question du temps peut être traitée d’une manière complémentaire. Je pense en effet qu’il est possible de montrer qu’il y a une histoire propre – et donc des scansions spécifiques – aux histoires médiatiques que le siècle se raconte. Il y a là une manière particulière de découper des strates chronologiques, et la périodisation qu’il faut envisager devrait elle-même se fonder sur les rapports au temps que tissent les diverses formes de représentations du journal. Moins poser la question de la situation chronologique des sources, donc, bien que ce soit inévitable et nécessaire, et plutôt se demander quelles représentations du temps médiatique émergent des sources interrogées, puisque l’on peut légitimement faire l’hypothèse que toute société médiatique évolue dans son rapport au temps et à la manière de le construire. Les récits d’une telle enquête, on s’en doute, ne tracent pas des lignes temporelles bien nettes, mais au contraire engendrent des effets de boucle, des remontées progressives, parfois des retours en arrière et des retards. L’histoire de l’imaginaire n’est pas une histoire linéaire.

  • 22 Vaillant (Alain), « Invention littéraire et culture médiatique au XIXe siècle », dans Culture de ma (...)
  • 23 Benjamin (Walter), Baudelaire, un poète lyrique à l’orée du capitalisme, Paris, Payot, 1982, p. 57.

15Pour commencer, il conviendrait sans doute de distinguer un premier ensemble de sources qui de manière assez symptomatique, se construisent sur un temps médiatique court, presque immédiat et sans distance avec l’objet représenté. L’hypothèse d’une mutation médiatique décisive intervenant quelque part à la jonction de la Restauration et de la monarchie de Juillet se trouve sans doute renforcée par l’apparition soudaine des petits genres physiologiques dont plusieurs sont consacrés aux types journalistiques et littéraires qui orbitent autour d’une salle de rédaction. Tout à coup émergent des scènes, des inventaires de récits biographiques, des microfictions du journalisme, parfaitement conformes au régime de la représentation qui se met alors en place, comme l’a bien montré Alain Vaillant22. Cette « littérature panoramique23 », comme la qualifiait Walter Benjamin, composée de « codes », de « tableaux », d’« étude de mœurs », dans les années 1830, ou encore de « Physiologies » dans les années 1840 est tout entière collée au monde médiatique et fait système avec lui. Nécessairement, le corpus journalistique lui-même, dans sa dimension autoréférentielle, appartient à ce régime d’un présent triomphant. On se trouve alors au centre d’un système parfaitement circulaire, sans épaisseur temporelle, figé dans un perpétuel présent : cette micro-littérature réagit en quelque sorte à la place nouvelle du journal dans la société tout en contribuant à la constituer.

  • 24 Jean-Didier Wagneur a fait remarquer ce rapprochement dans un article : « Le journalisme au microsc (...)

16Mais progressivement s’inventent des manières différentes, plus rigoureuses, de représenter le journal. C’est le cas de la bibliographie historique, qui apparaît dès les années de libéralisation du second Empire avec les travaux d’Eugène Hatin. Ceux-ci débarrassent les inventaires du ton anecdotique et ironique que le genre imposait jusque-là dans la littérature panoramique. Hatin, qui publie en 1866 une Bibliographie historique et critique de la presse périodique française depuis l’origine du journal jusqu’à nos jours, ouvre ainsi la voix aux véritables bibliographies de journaux, qui vont se systématiser au début de la IIIe République, avec les annuaires d’Émile Mermet à la fin des années 1870, repris par Henri Avenel jusqu’au début du siècle suivant. Ces travaux prennent donc le contrepied des inventaires anecdotiques que l’on voyait encore fleurir dans la presse du second Empire, et notamment dans la petite presse, habituée à ces micro-panthéons d’un monde journalistique tourné vers lui-même et cultivant sa passion « autoscopique », pour reprendre le terme proposé par Jean-Didier Wagneur24. Au contraire dépassionnés, rigoureux et systématiques, les gros ouvrages bibliographiques s’inscrivent dans le contexte d’une rapide et nouvelle professionnalisation du journalisme. Sortes de « google » d’une culture imprimée en expansion, si l’on me permet encore une fois ce rapprochement un peu osé à notre culture numérique, ils accompagnent l’éclosion du journal de masse et me paraissent être la preuve indéniable qu’il se passe quelque chose à partir des années 1860 dans la manière dont la culture médiatique en transformation produit des représentations d’elle-même. La logique du type et du microrécit physiologique, figée dans le présent, s’efface au profit d’inventaires aux datations minutieuses. Le temps médiatique commence à s’effriter, à se morceler dans une micro-histoire : celle des journaux, qui naissent et qui meurent, de la vie de leur rédaction, des aléas de leurs collaborateurs, des rapports enfin qu’ils entretiennent avec des contextes en évolution.

17Cette émergence d’une sensibilité au journal dans le temps est tout à fait nouvelle et remarquable. Progressivement l’imaginaire médiatique s’extrait d’un présent triomphant et commence à intégrer des perspectives temporelles, des lignes de fuite chronologiques. Non pas que celles-ci n’aient jamais existé auparavant, mais les convergences du discours social sont alors inédites à cet égard. Commence à s’imposer l’idée que le journal, que toute page aussi anodine soit-elle et vite remplacée par celle qui la suit, est virtuellement une archive en devenir ; que le journal est le signe de son temps, d’un temps qui sera immanquablement révolu, et au bout du compte que c’est bien le journal qui aura contribué à dater ce temps achevé. Autrement dit l’imaginaire médiatique acquière une nouvelle densité de significations et de suggestions alors que se fondent l’une dans l’autre les scansions temporelles du journal et le temps social général. Par la place de premier plan qu’il occupe désormais dans la quotidienneté, le journal offre le potentiel d’une fascinante récapitulation temporelle, la remémoration d’un temps révolu. Tout le monde connaît aujourd’hui cette manière de faire : se souvenir d’un grand événement, en régime médiatique, consiste bien souvent à se souvenir plus exactement de ses répercussions et réfractions médiatiques.

18Deux types de sources permettent de mesurer ces évolutions, à commencer par l’émergence d’un véritable discours historiographique consacré au journal, dans les années 1850. Le décalage d’une génération au moins, entre les premières années de la monarchie de Juillet qui voient s’instaurer le cadre de la première ère médiatique et le milieu du régime de Napoléon III, a été nécessaire pour que se constitue une forme de conscience du journal dans le temps. Il a fallu pour cela que la culture médiatique acquière à la fois une certaine pérennité dans le paysage culturel, social et politique, et en même temps qu’elle se révèle dans sa capacité à se réinventer et à s’adapter à des contextes en transformation. Eugène Hatin encore une fois est au centre de ces innovations. Hatin avait proposé une brève Histoire du journal en France dès 1846, qu’il retravaille à partir de 1853 (Histoire du journal en France : 1631-1853) pour lui donner progressivement la forme définitive et ambitieuse de la toute première Histoire politique et littéraire de la presse en France, dont les huit volumes paraissent entre 1859 et 1863. Cette grande entreprise n’aura d’équivalent que près de quarante ans plus tard, lorsque Henri Avenel publiera en 1900 une Histoire de la presse française depuis 1789 jusqu’à nos jours comptant près de 900 pages, publiée lors de l’Exposition universelle de Paris et alors que la République accepte officiellement de lier histoire nationale et histoire médiatique.

  • 25 Sur ce contexte, voir Delporte (Christian), Les Journalistes en France (1850-1950). Naissance et co (...)

19Autre forme insistante de discours rétrospectif : les mémoires et souvenirs de journalistes qui se multiplient après la chute du second Empire, du fondateur du Figaro, Hippolyte de Villemessant, qui publie ses Mémoires d’un journaliste entre 1872 et 1875, au directeur du Gaulois, Arthur Meyer (Ce que mes yeux ont vu, 1910) en passant par un ensemble de journalistes souvent bien oubliés aujourd’hui (Philibert Audebrand, Maxime Rude, Maurice Talmeyr, etc.). L’intérêt de ces textes ne réside pas dans leur valeur documentaire, qui est faible car ces témoignages sont anecdotiques et largement fictionnalisés ; il se situe plutôt dans le fait qu’ils contribuent à cristalliser une histoire mémorielle du journalisme, une histoire à hauteur d’individu, appropriée et retraduite dans le récit d’une expérience. Dès lors on voit l’imaginaire médiatique évoluer encore un peu, se doter de mises en scène à la temporalité particulière : celle de l’expérience individuelle des journalistes confrontée au poids des larges transformations qui ont cours dans les milieux professionnels et médiatiques. En effet, la plupart de ces recueils de souvenirs sont le fait d’une génération qui était parvenue à maturité sous le second Empire, et qui entend désormais témoigner de sa contribution à un système médiatique qui était alors en émergence. Les textes creusent cet écart, ce sillon temporel  inscrit dans le moment de leur parution : plusieurs de ces artisans du journal, formés à la vieille école du journalisme littéraire, habitués des anciens réseaux lettrés et des sociabilités boulevardières, ont du mal à se retrouver dans le nouveau contexte qui est celui de la naissance de la presse de masse, de l’information à grande échelle, des tirages écrasants et de la professionnalisation25.

  • 26 Angenot, 1889, op. cit., p. 177.

20Où situer enfin la fiction dans cette interrogation sur les temporalités de l’imaginaire médiatique ? La méthode d’appréhension des textes pour laquelle je plaide ici consiste à ne pas isoler ces documents souvent prestigieux, comme on le fait le plus souvent, et à les considérer à partir de la place qu’ils occupent dans l’ensemble de ces différentes formes de représentations. Les affinités du roman avec le journal sont profondes, on le sait, et d’autant plus profondes que les frontières sont poreuses, les circulations incessantes entre corpus journalistiques et corpus romanesques, entre narration réaliste et narration journalistique, quand ils ne sont pas tout simplement confondus. Le roman-feuilleton appartient au journal aussi bien que tout autre genre ou rubrique médiatique, mais il n’est que la partie émergeante d’un discours social, Marc Angenot l’a montré, tout entier appuyé sur un « romanesque général26 », soit un mode de connaissance fondé sur la mise en récit.

  • 27 Brulat (Paul), Le Reporter, roman contemporain, Paris, Perrin, 1898 et La Faiseuse de gloire, Paris (...)
  • 28 Mirmont (La Ville de), Le Folliculaire, comédie en 5 actes et en vers, Paris, Ladvocat, 1820. Sur l (...)

21Or, la fiction est ce qui fait sortir le journal hors de son temps propre, ou du moins qui brouille et déplace les temporalités. La fiction du journalisme contribue à ralentir le tempo de l’histoire de l’imaginaire médiatique et la séquence de ses évolutions : c’est ce que montre l’étude des romans du journalisme, de la fin de la Restauration jusqu’au début du xxe siècle. Il est étonnant de lire dans les Déracinés de Barrès en 1897 ou dans des romans peu connus comme ceux de Paul Brulat au début du siècle suivant27, par exemple, les schémas anciens mais inusables dont l’origine remonte au moins à la Restauration. Ils sont aussi présents depuis longtemps sur scène, comme dans la pièce de La Ville de Mirmont, qui propose en 1820 une amusante satire des milieux littéraires, dénonçant l’ambition de jeunes gens de lettres qui choisissent la presse pour accélérer leur ascension dans le monde des lettres : près de vingt ans avant Balzac, la topique est déjà dans l’air du temps, et elle perdurera jusqu’à la Première guerre mondiale au moins28. Ces éléments scénaristiques que j’ai brièvement résumés plus tôt semblent donc avoir eu la capacité à réinvestir des époques différentes et à demeurer les manifestations clefs d’une appropriation sensible de la culture médiatique. Sur près d’un siècle et pour des générations renouvelées de lecteurs, le scénario de l’écrivain-journaliste, construit autour de la déchirure entre compromission au régime médiatique et visées sublimes d’une création authentique, demeure profondément suggestif.

  • 29 On se souviendra des héros reporters qui émaillent son œuvre : Gédéon Spilett dans L’Île mystérieus (...)

22Mais si le roman de mœurs à la fin du siècle garde de nombreux échos de ce conflit, c’est surtout dans certaines fictions populaires comme les romans du reporter, qui émergent à partir des années 1870 notamment grâce à l’impulsion géniale de Jules Verne29, que cet imaginaire va se renouveler. Tout se passe alors comme si certaines fictions renversaient le scénario de l’écrivain-journaliste en cessant de mettre en scène un personnage intérieurement déchiré, pour s’intéresser au contraire à un héros qui résout et dépasse dans l’action ces tensions originelles : après les personnages de Jules Verne viendront les Rouletabille, Isodore Beautrelet et Jérôme Fandor. Deux temporalités de l’imaginaire médiatique cohabitent donc vers la période 1870-1900, l’une inscrite dans la longue durée du scénario primitif de l’écrivain-journaliste, l’autre qui s’en écarte et vient s’y superposer.

  • 30 Sur Bloy journaliste, voir Fontana (Michèle), Léon Bloy, journalisme et subversion (1874-1917), Par (...)
  • 31 Le roman est publié à partir du 25 juin 1906. Il était demeuré depuis longtemps introuvable ; le si (...)
  • 32 Voir Kalifa (Dominique), « Les tâcherons de l’information : petits reporters et faits divers à la B (...)

23Il est probable qu’en matière de fiction le corpus journalistique n’ait pas livré tous ses secrets. La force de suggestion du scénario primitif, de type Illusions perdues, contribue peut-être à masquer des mises en fiction du journalisme oubliées, et qui attendent de refaire surface grâce à des dépouillements exhaustifs. Tout le roman de Léon Bloy, Le Désespéré (1896), serait par exemple à relire pour mieux comprendre la tension qu’il construit à partir d’un imaginaire médiatique profondément sombre, dans lequel le scénario du journalisme est altéré par un discours pamphlétaire religieux inédit30. Et l’on fait parfois de réelles découvertes, réjouissantes et fascinantes par ce qu’elles peuvent renouveler de la connaissance de l’imaginaire médiatique, par exemple ce roman-feuilleton de Louis Forest, intitulé Le voleur d’enfants, dont la publication commence en juin 1906 dans Le Matin, et qui constitue une fiction de reportage dont la narration est presque entièrement déléguée aux héros reporters31. À ma connaissance ce procédé narratif constitue une absolue nouveauté, un formidable déplacement dans le point de vue que la culture médiatique adopte sur elle-même ; jusque là il paraissait impensable à un romancier de déléguer entièrement sa voix à celle d’un journaliste, serait-il fictif. La mise en fiction du journaliste, ici explicite, peut même prendre ailleurs des allures plus ambiguës, notamment dans la lutte que se livrèrent policiers et journalistes à la fin du siècle, lutte relayée par la fictionnalisation du journaliste enquêteur dont Rouletabille deviendra bientôt l’emblème32. Mais pour quelques exemples miraculeusement retrouvés, combien d’autres attendent d’être découverts par des chercheurs patients et dévoués ?

  • 33 Thérenty & Vaillant, 1836, op. cit., p. 295 et suiv. (contributions de Corinne Pelta, Patrick Berth (...)

24Les questions « que dépouiller dans le journal ? » et « comment le dépouiller ? » n’appellent pas de réponses simples. Elles nécessitent évidemment un questionnement préalable, et celui qui concerne l’étude des mises en scène de la culture médiatique constitue une manière valable d’organiser le travail. Cela dit il est de multiples approches envisageables, comme l’avait montré la dernière partie de l’ouvrage de Marie-Ève Thérenty et d’Alain Vaillant, 1836, l’an I de l’ère médiatique : plusieurs chercheurs habitués aux dépouillements ambitieux de corpus de presse avaient confié leur manière d’appréhender le journal et sa dimension discursive33. Ressortaient essentiellement de ces témoignages l’aveu répété d’une sensation de noyade face à l’ampleur des données disponibles, mais aussi le partage d’un enthousiasme lié au sentiment grisant de vraiment chercher quelque chose.

  • 34 C’est dans cet esprit du moins qu’a été lancé récemment le site Médias 19 (www.medias19.org).

25Actuellement, les mutations opérées dans la recherche grâce aux technologies numériques ne sont sans doute pas sans conséquence sur la manière dont les chercheurs appréhendent l’objet médiatique. Les fastidieux travaux de dépouillements que nous effectuons généralement de manière isolée pourront sans doute connaître une diffusion plus large pour profiter à l’ensemble de la communauté scientifique, si nous adoptons des manières nouvelles de traiter les sources primaires. En effet, les nouveaux dispositifs numériques permettent certes de reconsidérer les rapports que nous entretenons aux données brutes de nos recherches, mais aussi – et là le réflexe n’est pas encore complètement acquis – les habitudes de partage de ces données. C’est souvent le cas en études littéraires, et c’est tout particulièrement le cas dans l’étude des textes journalistiques, le chercheur cumule patiemment des données et des corpus le plus souvent inédits, mais il est le seul à profiter de sa collecte, et par le fait même à peu de choses près le seul aussi à savoir les manipuler avec un peu d’aisance. On peut espérer qu’à terme la communauté des chercheurs se regroupera autour de plateformes numériques spécifiquement conçues pour la recherche sur la presse ancienne34.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Angenot (Marc), 1889. Un état du discours social, Longueuil, Le Préambule, 1989.

Benjamin (Walter), Baudelaire, un poète lyrique à l’orée du capitalisme, Paris, Payot, 1982, p. 57.

Berthier (Patrick), « Le thème du "grand homme de province à Paris" dans la presse parisienne au lendemain de 1830 », dans Illusions perdues, Actes du colloque de la Sorbonne, Sorbonne, sous la direction de José-Luis Diaz & André Guyaux, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2004, pp. 25-59.

Berthier (Patrick), La Presse littéraire et dramatique au début de la Monarchie de Juillet (1830-1836), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1997.

Brulat (Paul), Le Reporter, roman contemporain, Paris, Perrin, 1898 et La Faiseuse de gloire, Paris, Société mutuelle d’édition, 1900.

La Civilisation du journal. Histoire politique et matérielle de la presse française au XIXe siècle, sous la direction de Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty & Alain Vaillant, Paris, Nouveau monde éditions, « Opus Magnum », 2011.

Delporte (Christian), Les Journalistes en France (1850-1950). Naissance et construction d’une profession, Paris, Seuil, 1999.

Diaz (José-Luis), « L’esprit sous presse. Le journal et le journaliste selon la "littérature panoramique" (1781-1843) », dans Presse et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle, sous la direction de Marie-Ève Thérenty & Alain Vaillant, Paris, Nouveau monde, 2003, pp. 31-50.

Doueihi (Milad), Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, 2011.

Feyel (Gilles), La presse en France, des origines à 1945, Paris, Ellipse, 2007.

Fontana (Michèle), Léon Bloy, journalisme et subversion (1874-1917), Paris, Champion, 1998.

Glinoer (Anthony), La querelle de la camaraderie littéraire. Les romantiques face à leurs contemporains, Genève, Droz, 2008.

Hollinshead-Strick (Cary), Performing Publicity : the Press on Stage and in the Feuilleton (1836-1848), Thèse de doctorat, Penn University, 2008.

Illusions perdues, Actes du colloque de la Sorbonne, sous le direction de José-Luis Diaz et André Guyaux, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2004.

Kalifa (Dominique), « L’entrée de la France en régime médiatique : l’étape des années 1860 », dans De l’écrit à l’écran, sous la direction de Jacques Migozzi, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2000, pp. 39-51.

Kalifa (Dominique), « Les tâcherons de l’information : petits reporters et faits divers à la Belle Époque », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 40, no 4, octobre-décembre 1993, pp. 578-603.

Mirmont (La Ville de), Le Folliculaire, comédie en 5 actes et en vers, Paris, Ladvocat, 1820.

Pinson (Guillaume), « De Lucien de Rubempré à Gédéon Spilett, scénarios et contre-scénarios », L’écrivain fictif en sociétés, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, à paraître en 2012.

Pinson (Guillaume), Fiction du monde. De la presse mondaine à Marcel Proust, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Socius », 2008.

Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistes au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2007.

Thérenty (Marie-Ève), Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Paris, Champion, 2003.

Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain), 1836, l’an I de l’ère numérique, Paris, Nouveau monde éditions, 2001.

Vaillant (Alain), «Le double jeu du journal, entre communication médiatique et correspondance privée», Médias 19 [En ligne], Dossier 1. La lettre et la presse : poétique de l’intime et culture médiatique, mis à jour le 05/07/2011, URL : http://www.medias19.org/index.php?id=341.

Vaillant (Alain), L’Histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2010.

Vaillant (Alain), « Invention littéraire et culture médiatique au xixe siècle », dans Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques 1860-1940, sous la direction de Jean-Yves Mollier, Jean-François Sirinelli & François Vallotton, Paris, PUF, « Le nœud gordien », 2006, pp. 11-22.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Wagneur (Jean-Didier), « Le journalisme au microscope. Digressions bibliographiques », dans Microrécits médiatiques. Les formes brèves du journal, entre médiations et fiction, sous la direction de Pinson (Guillaume) & Thérenty (Marie-Ève), revue Études françaises, vol. 44, no 3, 2008, pp. 35-36.
DOI : 10.7202/019530ar

Haut de page

Notes

1 Voir La Civilisation du journal. Histoire politique et matérielle de la presse française au XIXe siècle, sous la direction de Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty & Alain Vaillant, Paris, Nouveau monde éditions, « Opus Magnum », 2011.

2 Voir Thérenty (Marie-Ève), La littérature au quotidien. Poétiques journalistes au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2007.

3 Voir Angenot (Marc), 1889. Un état du discours social, Longueuil, Le Préambule, 1989.

4 Voir Vaillant (Alain), L’Histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2010.

5 Doueihi (Milad), Pour un humanisme numérique, Paris, Seuil, 2011.

6 Les sites de recherche (www.medias19.org pour le XIXe siècle ; http://gazetier-universel.gazettes18e.fr pour le XVIIIe siècle) et des grandes institutions de conservation (Gallica, Canadiana, Europeana, etc.) se sont multipliés ces dernières années, interrogeant les cultures médiatiques anciennes et donnant à lire les journaux anciens sous la forme de leurs supports d’origine. Cet accès renouvelé aux sources, la facilité accrue de consultation de journaux dont les collections étaient naguères éparpillées, ont très certainement contribué à accélérer les recherches sur la presse et à susciter des vocations chez les jeunes chercheurs.

7 Voir l’ouvrage qui propose la synthèse de cette réflexion : Pinson (Guillaume), L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au xixe siècle, Paris, Garnier, coll. « Études romantiques et dix-neuviémistes », 2012 (à paraître).

8 Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain), 1836, l’an I de l’ère numérique, Paris, Nouveau monde éditions, 2001.

9 Éléments d’histoire précisés par exemple dans Feyel (Gilles), La presse en France, des origines à 1945, Paris, Ellipse, 2007.

10 Voir entre autres la thèse de Berthier (Patrick), La Presse littéraire et dramatique au début de la Monarchie de Juillet (1830-1836), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1997, ainsi que l’ouvrage de Glinoer (Anthony), La querelle de la camaraderie littéraire. Les romantiques face à leurs contemporains, Genève, Droz, 2008.

11 Voir par exemple Illusions perdues, Actes du colloque de la Sorbonne, sous la direction de José-Luis Diaz & André Guyaux, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2004 ; Thérenty (Marie-Ève), Mosaïques. Être écrivain entre presse et roman (1829-1836), Paris, Champion, 2003.

12 Diaz (José-Luis), « L’esprit sous presse. Le journal et le journaliste selon la ‘‘littérature panoramique’’ (1781-1843) », dans Presse et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle, sous la direction de Marie-Ève Thérenty & Alain Vaillant, Paris, Nouveau monde, 2003, pp. 31-50.

13 Thérenty, Mosaïques, op. cit.

14 Angenot, 1889, op. cit.

15 J’ai proposé ailleurs une synthèse de ce scénario : « De Lucien de Rubempré à Gédéon Spilett, scénarios et contre-scénarios », L’écrivain fictif en sociétés, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

16 Berthier (Patrick), « Le thème du ‘‘grand homme de province à Paris’’ dans la presse parisienne au lendemain de 1830 », dans Illusions perdues, Actes du colloque de la Sorbonne, op. cit., pp. 25-59.

17 Dans le cas de la présentation visuelle et de la mise en page du journal, on pourrait montrer que les choix « d’énonciation éditoriale » ne sont pas non plus anodins ; toute application d’une formule visuelle est une prise de position qui dit quelque chose de l’identité du journal d’où elle émane ; à ce titre elle est indissolublement présentation de soi et représentation. Sur la notion d’énonciation éditoriale, voir Souchier (Emmanuël), « L’image du texte. Pour une théorie de l’énonciation éditoriale », Les Cahiers de médiologie, no 6, 2e semestre (1998), pp. 137-145.

18 Je me permets à cet égard de renvoyer à mon ouvrage, Fiction du monde. De la presse mondaine à Marcel Proust, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Socius », 2008.

19 Voir Vaillant (Alain), « Le double jeu du journal, entre communication médiatique et correspondance privée », Médias 19 [En ligne], Dossier 1. La lettre et la presse : poétique de l’intime et culture médiatique, mis à jour le 05/07/2011, URL : http://www.medias19.org/index.php?id=341.

20 Voir à ce propos Histoire culturelle / Histoire littéraire, sous la direction de José-Luis Diaz et Alain Vaillant, revue Romantisme, no 143, 1er trimestre 2009.

21 Voir Kalifa (Dominique), « L’entrée de la France en régime médiatique : l’étape des années 1860 », dans De l’écrit à l’écran, sous la direction de Jacques Migozzi, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2000, pp. 39-51.

22 Vaillant (Alain), « Invention littéraire et culture médiatique au XIXe siècle », dans Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques 1860-1940, sous la direction de Jean-Yves Mollier, Jean-François Sirinelli & François Vallotton, Paris, PUF, « Le nœud gordien », 2006, pp. 11-22.

23 Benjamin (Walter), Baudelaire, un poète lyrique à l’orée du capitalisme, Paris, Payot, 1982, p. 57.

24 Jean-Didier Wagneur a fait remarquer ce rapprochement dans un article : « Le journalisme au microscope. Digressions bibliographiques », dans Microrécits médiatiques. Les formes brèves du journal, entre médiations et fiction, sous la direction de Pinson (Guillaume) & Thérenty (Marie-Ève), revue Études françaises, vol. 44, no 3, 2008, pp. 35-36.

25 Sur ce contexte, voir Delporte (Christian), Les Journalistes en France (1850-1950). Naissance et construction d’une profession, Paris, Seuil, 1999.

26 Angenot, 1889, op. cit., p. 177.

27 Brulat (Paul), Le Reporter, roman contemporain, Paris, Perrin, 1898 et La Faiseuse de gloire, Paris, Société mutuelle d’édition, 1900.

28 Mirmont (La Ville de), Le Folliculaire, comédie en 5 actes et en vers, Paris, Ladvocat, 1820. Sur le journalisme au théâtre, voir Hollinshead-Strick (Cary), Performing Publicity : the Press on Stage and in the Feuilleton (1836-1848), Thèse de doctorat, Penn University, 2008.

29 On se souviendra des héros reporters qui émaillent son œuvre : Gédéon Spilett dans L’Île mystérieuse (1874), Blount et Jolivet dans Michel Strogoff (1876), Claudius Bombarnarc dans un roman éponyme moins connu (1896).

30 Sur Bloy journaliste, voir Fontana (Michèle), Léon Bloy, journalisme et subversion (1874-1917), Paris, Champion, 1998.

31 Le roman est publié à partir du 25 juin 1906. Il était demeuré depuis longtemps introuvable ; le site Médias 19 en offre désormais une édition annotée : http://www.medias19.org/index.php?id=614

32 Voir Kalifa (Dominique), « Les tâcherons de l’information : petits reporters et faits divers à la Belle Époque », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 40, no 4, octobre-décembre 1993, pp. 578-603.

33 Thérenty & Vaillant, 1836, op. cit., p. 295 et suiv. (contributions de Corinne Pelta, Patrick Berthier, Marie-Ève Thérenty, Marie-Françoise Melmoux-Montaubin et Daniel Frydman).

34 C’est dans cet esprit du moins qu’a été lancé récemment le site Médias 19 (www.medias19.org).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Pinson, « L’imaginaire médiatique. Réflexions sur les représentations du journalisme au XIXe siècle », COnTEXTES [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2012, consulté le 30 juillet 2016. URL : http://contextes.revues.org/5306 ; DOI : 10.4000/contextes.5306

Haut de page

Auteur

Guillaume Pinson

Université Laval

Haut de page