Navigation – Plan du site

De la chronique au feuilleton judiciaire : itinéraires des « causes célèbres »

Amélie Chabrier

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain), 1836: L’an I de l’ère médiatique, analyse (...)

1Cet article entend présenter un aspect de ma thèse, qui s’inscrit dans les « recherches en cours » sur littérature et presse. Elle porte sur l’étude de la chronique judiciaire et ses interactions avec le champ littéraire au xixe siècle, entre 1825, date de création de la Gazette des tribunaux, et la fin de siècle. Trois temps se dessinent dans l’élaboration de ce travail: en premier lieu, il s’agit d’établir une définition de l'objet journalistique, dans le sillage des travaux de poétique historique réalisés ces dernières années par Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant1. Nous verrons ainsi que très tôt le genre semble se caractériser par sa dualité : grande chronique informative pour la cour d’assises d’une part, petite chronique fortement littérarisée pour la police correctionnelle ou la justice de paix d’autre part. La Gazette des tribunaux, d’une composition relativement stable et durable, nous servira d’étalon pour établir des prototypes et évaluer les modifications de l’article au fil du siècle.

  • 2 Voir Kalifa (Dominique), L’Encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, (...)

2Devant l’attraction manifeste générée par le Palais de Justice au cours du xixe siècle, participant de ce que Dominique Kalifa a appelé la « culture du crime2 », nous observerons ensuite les nombreux avatars médiatiques dans lesquels se retrouve cet article, tels les brochures, les feuilletons ou rubriques judiciaires, ou encore les recueils de causes célèbres. Le rédacteur des Causes célèbres étrangères constate ainsi dès 1827 l’engouement des lecteurs et le nécessaire déploiement de cette matière dans des supports divers :

  • 3 Causes célèbres étrangères publiées en France pour la première fois et traduites par une société de (...)

Les colonnes de nos journaux judiciaires quotidiens n’ont plus suffi pour satisfaire la curiosité qu’éveillent les détails des débats judiciaires. Plusieurs feuilles spécialisées qui ont paru concurremment sont consacrées à rapporter toutes les causes qui occupent journellement nos tribunaux et les tribunaux étrangers : cette lecture n’excite guère même moins l’intérêt que l’analyse des discussions publiques de la tribune. Notre nouveau recueil vient donc répondre à un des besoins de l’époque3.

3Devant le foisonnement de ces objets, nous serons amenés à nous poser plusieurs questions : quelles modifications sont apportées à l’article brut ? Peut-on parler pour ces objets de « littérature judiciaire» ? Enfin quelles influences ces textes au statut hybride exercent-ils sur l’article ?

4Un dernier temps portera la réflexion sur une éventuelle naturalisation de l’article en littérature. La poétique de la scène de procès, scène topique en littérature, s’est-elle vue modifiée par cette dense production médiatique ? Y a-t-il eu un copier-coller de chronique, un pastiche, une réécriture ?

  • 4 Dubied (Annick), Les Dits et les scènes du fait divers, Genève-Paris, Droz, 2004.

5Après un rapide rappel des points essentiels de la poétique des deux prototypes du genre défini dans nos premières recherches, sur le modèle d’Annick Dubied pour le fait divers4, et sans nous attarder sur les évolutions diachroniques qui ne sont pas l’objet de cet article, nous nous concentrerons particulièrement sur l’intense circulation de ces textes, sur la question de l’émergence d’une « littérature judiciaire » et son influence rétroactive sur l’article.

Deux prototypes

Le grand compte rendu

  • 5 Gazette des tribunaux, prospectus, 1er novembre 1825.
  • 6 La Presse, 8 mars 1839.
  • 7 Ibid.
  • 8 Voir Chauvaud (Frédéric), «“Voir vite et juste”, la nouvelle chronique judiciaire (1880-1940)», dan (...)

6La chronique judiciaire est étroitement liée à l’actualité. En effet, comme l’indique le prospectus de la Gazette des tribunaux, son rôle est avant tout d’élargir la publicité des débats qui se déroulent chaque jour au Palais de Justice, « trop restreints jusqu’à présent5 ». L’ancrage référentiel s’affiche dès le titre, par la mention systématique du lieu et de la date. Dans La Presse, le procès des meurtriers de la femme Renault, qui a inspiré à Eugène Sue ses personnages des Mystères de Paris et dont nous reparlerons à plusieurs reprises dans cet article, débute ainsi : « c’est aujourd’hui 8 mars que commencent devant la cour d’assises de la Seine les débats de cette affaire qui préoccupe au plus haut point l’attention publique6. » L’article s’écrit souvent dans le hic et nunc du procès, comme le montrent l’emploi de déictiques et l’usage récurrent du présent de l’indicatif pour décrire les différentes phases de la procédure. Le compte rendu semble réglé sur la temporalité référentielle puisque ce sont les séances et les suspensions d’audience qui entraînent le point final, par exemple « l’audience est remise à demain dix heures7 ». Les ruptures imposées au journaliste par la temporalité externe donnent ainsi l’impression d’une information brute, livrée verbatim aux lecteurs, le sténographe se contentant d’enregistrer les débats8. Celui-ci adopte un point de vue extérieur pour son compte rendu, gommant presque toutes les traces de l’énonciateur. Pour parfaire l’illusion d’assister au vrai procès, les journaux proposent parfois le compte rendu in extenso des débats, sur plusieurs jours, au discours direct et souvent dans une case plus petite que le discours-cadre du chroniqueur. Ces livraisons peuvent couvrir plusieurs pages et entraîner parfois la création de suppléments.

7La mission assignée à la chronique judiciaire semble donc bien être d’informer les lecteurs de l’actualité judiciaire en les faisant pénétrer dans l’enceinte du tribunal. On note que le recours au compte rendu détaillé, loin d’être systématique, relève d’une mise en valeur des grandes affaires judiciaires, contrastant ainsi avec les simples faits divers judiciaires. Or, on observe en parallèle pour les petits procès l’existence d’un contre-modèle dans lequel l’information passe au second plan.

Les petits « contes du palais9 »

  • 9 Le terme est emprunté à un ouvrage collectif de l’association de la presse judiciaire : Les Contes (...)
  • 10 Mombert (Sarah), « Fiction », dans La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de (...)
  • 11 Méry (Charles), Gazette des tribunaux, «Variétés», 20 juillet 1881.
  • 12 Chauvaud (Frédéric), « La petite délinquance et La Gazette des Tribunaux : le fait-chronique entre (...)

8Alors que le premier modèle semble se tenir à distance du phénomène de fictionnalisation démontré dans les récents travaux sur la presse du xixe siècle par Marie-Ève Thérenty, Guillaume Pinson, ou Sarah Mombert10, au contraire le petit compte rendu y participe pleinement. L’information laisse place à l’anecdote, le sérieux au rire, l’exactitude des paroles rapportées aux bons mots que produira la verve du chroniqueur. Selon Charles Méry dans la Gazette des tribunaux, tout le savoir-faire du chroniqueur consiste ainsi à « mettre en relief certaines réponses et réparties », de les « traduire sous une forme vive et alerte » car « abandonnées à elles-mêmes », celles-ci ne seraient que « ternes et insignifiantes11 ». L’œuvre de réécriture et de recréation est soulignée, s’opposant au rendu sténographié des grandes affaires. La scène de tribunal se présente comme un observatoire privilégié pour étudier les mœurs du temps et procure selon l’historien Frédéric Chauvaud un vaste répertoire de saynètes comiques aux chroniqueurs12. Le petit compte rendu n’est donc pas soumis aux mêmes impératifs que les récits de grands procès. Son ancrage référentiel est plus vague, voire inexistant, et l’empreinte du narrateur est omniprésente, que ce soit dans l’accroche servant à introduire le délit jugé, l’emploi de calembours et de jeux de mots, la théâtralisation des échanges devant le tribunal, ou dans la conclusion, parfois moraliste, souvent ironique. Au milieu des nombreuses petites nouvelles de la rubrique, le recours à des procédés venus de la fiction opère ainsi une mise en valeur. Dans un journal sérieux comme la Gazette des tribunaux, cet article joue un rôle de divertissement, comme le laisse entendre la citation suivante :

  • 13 Méry (Charles), op. cit.

Combien de fois les chroniques de police correctionnelle n’ont-elles pas reposé et récréé l’esprit d’un lecteur, en déridant son front qui s’était assombri en lisant le compte rendu d’un horrible procès de cour d’assises, relatant dans ses plus affreux détails, l’assassinat d’une femme coupée en morceaux !13

  • 14 Voici un exemple de ce type d’article : « Un citoyen qui n’est pas entier ! », L’Audience, 1841 :
  • 15 L’Audience, « À nos lecteurs », 1er numéro, 6 mai 1839.

9L’Audience de Polydore Millaud, fondée en 1839, se fera également une spécialité du petit compte rendu de justice de paix et de conseil de discipline de la Garde nationale de Paris14, «  afin de varier la rédaction [du journal] et de donner aux lecteurs les moins graves des matières amusantes et utiles à la fois15. »

10Ces deux modèles antithétiques, en voyageant à travers d’autres supports, donnent naissance à des avatars médiatiques variés.

Circulation des textes et avatars médiatiques

  • 16 Ces multiples emprunts donnent parfois lieu à des procès en contrefaçon. On en trouve par exemple u (...)

11Bien souvent, les journaux quotidiens spécialisés comme la Gazette des tribunaux ou Le Droit servent de réservoir aux autres feuilles, quotidiennes, hebdomadaires ou mensuelles16. La Presse en 1836 déclare ainsi que « les débats de la cour d’assises et de la police correctionnelle qui ont fait le succès de la Gazette des tribunaux seront complètement reproduits ». Dans la presse générale, la rubrique des tribunaux, sorte de réduction des journaux spécialisés, dispose donc d’un espace plus restreint. Par conséquent, outre l’actualité d’une affaire, c’est également sa capacité à intéresser les lecteurs qui justifiera sa présence dans les colonnes d’un quotidien.

12Or, plus la périodicité devient lâche, plus ce second élément est important. Comme l’explique le prospectus des Petites causes célèbres du jour, une publication bi-mensuelle permet de proposer une sélection des procès récents les plus intéressants :

  • 17 Thomas (Frédéric), Petites Causes célèbres du jour, « Pourquoi ces petits livres », Paris, Gustave (...)

Ce qu’il fallait chercher, c’était donc un moyen de ne choisir que des causes intéressantes [...]. Nous croyons avoir trouvé cela. Un volume tous les quinze jours, consacré aux tribunaux de la France et de l’étranger, c’est juste suffisant pour ne rien admettre d’oiseux et ne rien omettre d’essentiel ; il y a tout au plus la place pour l’intérêt, l’ennui ne pourra s’y introduire, on ne saurait où le loger17.

13Ce type de périodiques judiciaires se structure souvent sur la bipolarisation du genre, comme le laisse entendre la significative Gazette des cours d’assises et des tribunaux correctionnels, journal des causes dramatiques et facétieuses, de 1833, sous-titrée, « certains détails feront rire, d’autres feront pleurer ou frémir ». C’est donc le potentiel comique ou dramatique d’une audience qui est avant tout recherché, justifiant le métadiscours romanesque ou théâtral très développé pour désigner les scènes qui se déroulent au palais de justice. Or, les comptes rendus contenus dans ces nouveaux supports connaissent-ils un infléchissement vers la fiction ?

Cas de la petite chronique

  • 18 La Correctionnelle, Petites causes célèbres. Études de mœurs populaires au xixe siècle, accompagnée (...)
  • 19 Nous soulignons.
  • 20 Moinaux (Jules), Les Tribunaux comiques, Paris, A. Chevalier-Marescq, 1881.
  • 21 Les chroniques republiées dans Le Tribunal illustré, telles « La Pudeur de Mme Létui » (mars 1880) (...)
  • 22 Courteline (Georges) & Veber (Pierre), L’Affaire champignon, fantaisie judiciaire en un acte, Paris (...)

14Déjà fortement fictionnalisées, les petites chroniques s’intègrent aisément à des supports sans lien avec l’actualité. Ainsi en 1840 dans La Correctionnelle, petites causes célèbres18, livre constitué de cent livraisons bi-hebdomadaires, des illustrations viennent enrichir les chroniques : « les illustrations de ce recueil ont été confiées au spirituel et gracieux crayon de Gavarni. Là se résume tout le mérite de notre livre. Là seulement est la création, car reproduire ainsi, c’est créer. » De même, certains périodiques ajoutent des titres aux articles, ce qui accentue leur déréalisation. Le rédacteur de la Gazette des cours d’assises et des tribunaux correctionnels écrit ainsi : « La Gazette des tribunaux, si souvent remarquable par ses comptes rendus de la police correctionnelle contenait, ces jours derniers, trois articles, vrais modèles de narration facétieuse. Voici ces articles auxquels nous ne faisons qu'ajouter des titres19 ». Encore en 1881, Le Tribunal illustré, journal hebdomadaire, emprunte régulièrement des chroniques de Jules Moinaux initialement publiées en page 3 de la Gazette des tribunaux, sans titre ni signature. Ces multiples emprunts et modifications expliquent peut-être pourquoi ce chroniqueur décide de réunir dans le recueil des Tribunaux comiques ses meilleures chroniques en juillet 188120. Un compte rendu relatant un prétendu attentat à la pudeur commis par un jeune homme sur une vieille mégère, d’abord apparu dans la Gazette des tribunaux, baptisé ensuite par le rédacteur du Tribunal illustré « La Pudeur de Madame Létui », devient finalement, intégré au recueil, « Une posture encombrante21 ». Précédées d’une préface, d’un sommaire, d’une physiologie du palais, et parées d’illustrations, ces petites chroniques semblent s’être parfaitement fondues dans un cadre fictionnel. Ultime déplacement à la fin du siècle, certaines seront adaptées à la scène par George Courteline, fils de Jules Moinaux, dans des « fantaisies » judiciaires : L'Affaire Champignon, ou encore Blancheton père et fils22.

15En revanche la circulation du grand compte rendu, fortement lié à l’actualité, peut paraître plus problématique.

Cas du grand compte rendu

  • 23 Roch (Eugène), L'Observateur des tribunaux (français et étrangers, journal des causes célèbres et c (...)

16De nombreux journaux et revues judiciaires se constituent en répertoires temporaires de l’histoire criminelle du temps. Un même compte rendu, allégé de ses déictiques, peut donc successivement passer d’un quotidien à un hebdomadaire, pour finir dans une revue annuelle, telle L'Observateur des tribunaux français et étrangers, journal et documents judiciaires pour servir à l'étude de l'éloquence du barreau, de la jurisprudence, des passions, des mœurs et de l'histoire23. Même si ces périodiques contiennent les procès marquants de l’année, le plus souvent la fictionnalisation est nulle et l’on retrouve la forme longue et fastidieuse du compte rendu sténographique. Le lectorat visé semble être professionnel, comme le montre par exemple la grande place occupée par les plaidoiries.

  • 24 L'Avenir de la Mayenne, 5 et 12 août 1894, p. 2.

17Mais ces grands comptes rendus sont parfois immédiatement republiés dans des supports occasionnels : L'Avenir de la Mayenne24, quotidien régional qui a suivi avec minutie en 1894 l'affaire Bruneau, le « vicaire assassin », annonce une brochure qui reprend le « compte rendu in extenso » du procès : « in-octavo carré, illustré, 96 pages. Première partie: la vie de Bruneau ; deuxième: compte rendu complet du procès ; gravures (liste). 50c. » Les arguments de vente soulignent le changement de support : la brochure est « plus complète » que les articles « qui se ressentaient de la hâte avec laquelle ils avaient été composés » ; surtout, elle est plus pratique qu'une « feuille volante », puisqu'elle rassemble tous les articles et que l'on ne risque pas de « perdre les journaux du jour ». Tronqué pour des raisons d’espace dans le journal, le compte rendu sténographique peut ainsi s’étaler dans ces productions médiatiques. Ce type de brochure profite donc du succès immédiat d’une affaire pour toucher le public, qui n’est plus cantonné aux professionnels du droit.

  • 25 Sgard (Jean), « La Littérature des causes célèbres » dans Approches des Lumières, mélanges offerts (...)
  • 26 Fouquier (Armand), Causes célèbres de tous les peuples, Paris, Lebrun et Cie, 1857-69.

18Enfin, dans la tradition des Causes célèbres et intéressantes, avec les jugements qui les ont décidées de Gayot de Pitaval, créées en 1736, se perpétuent les recueils de causes célèbres, qualifiés par Jean Sgard et Sarah Maza pour le xviiie siècle de «littérature judiciaire25 ». Ces recueils se chargent de retracer l’histoire des plus beaux crimes et des grands criminels de France ou de l’étranger, fonctionnant entre eux sur un mode de reprise et d’ajout. Le temps de l’écriture et le temps du procès sont parfois très éloignés, même si le xixe siècle se concentre surtout sur une histoire courte. L’apparition de l’article de presse fournit à ces compilateurs, souvent avocats ou magistrats, un nouveau matériau, qu’Armand Fouquier dans ses Causes célèbres de tous les peuples avoue retravailler pour rendre son texte plus vivant : « le lecteur comprendra que nous ne résumions de ces interminables débats que les faits principaux et les dépositions faites pour jeter la lumière sur les habitudes des accusés26. »

  • 27 Ibid.

19Les réécritures d'affaires judiciaires contenues dans ces volumes reproduisent la chaîne médiatique allant du fait divers à la chronique judiciaire, du crime au châtiment, et se caractérisent par la place encore très importante accordée au procès. Alors que dans une première partie le crime est raconté sur un mode spectaculaire, au contraire la scène de tribunal fait l’objet du traitement long et rigoureux qui caractérise le compte rendu sténographique. En effet, les auteurs de causes célèbres dénoncent « le mensonge du roman27 ». Ainsi, en 1858, Armand Fouquier reprend le procès Soufflard et Lesage, assassins de la femme Renault, qui a inspiré à Eugène Sue les personnages des Mystères de Paris. Dès le prologue, il entend rétablir le vrai, et dénoncer la mystification du roman :

  • 28 Fouquier (Armand), « Soufflard et Lesage », Causes célèbres de tous les peuples, Paris, Lebrun et C(...)

Voici par exemple, le récit simple et vrai des méfaits d’une bande de scélérats de la pire étoffe. Ceci se passe en 1838, quatre ans avant Les Mystères de Paris. L’auteur du roman a largement puisé dans les détails de cette affaire ; mais combien la réalité ne l’emporte-t-elle pas sur l’œuvre de l’imagination ! Seulement le chourineur n’est ici sujet à aucun accès de sensiblerie. La Fleur-de Marie ne manque pas au procès Soufflard : mais, sous le masque trompeur de la blonde et douce vierge, elle cache une dépravation complète. Le célèbre Tortillard s’y rencontre sous les traits du petit Vollard, jeune élève dressé pour le bagne28.

20La narration du procès sous la forme de l’article de journal semble donc être un gage de fiabilité pour l’auteur, même si la première partie de son récit est largement fictionnalisée.

21Ce rapide panorama nous permet de distinguer deux usages du grand compte rendu, l’un professionnel, dans les revues spécialisées, l’autre plus « littéraire », dans les brochures et recueils de causes célèbres, où le compte rendu est associé au récit romancé de la vie des criminels ou de leurs méfaits. Or, c’est paradoxalement dans le cadre du journal quotidien que ces causes célèbres vont connaître un degré supplémentaire de fictionnalisation, lorsque la petite presse s’en empare dans le dernier tiers du siècle.

Du recueil au journal: retour de causes célèbres

  • 29 Déjà dans L’Audience de Millaud, on trouve des causes célèbres dans la case feuilleton. On peut fai (...)
  • 30 Ce souvenir judiciaire est publié pour la première fois dans Le Gaulois, à partir du 25 mai 1869 da (...)
  • 31 Cauvain (Jules), « Roman judiciaire et assassinat », Figaro, 27 septembre 1869.
  • 32 Le Tribunal illustré, 07 août 1881 : « Dans notre prochain numéro, nous commencerons la publication (...)

22D’anciens procès connaissent une nouvelle vie dans le journal. Dans le Petit journal, on trouve dès mai 1863 en page 4 une rubrique intitulée « Souvenirs judiciaires » qui devient rapidement un espace consacré à la publication d’anciennes causes célèbres29. Entre décembre 1869 et février 1870, Eugène Chavette, sans citer sa source, utilise le texte d’Armand Fouquier pour écrire « La Belle Alliette30 », nouvelle réécriture de l’affaire Soufflard et Lesage. Le statut de ces anciennes affaires judiciaires oscille donc entre document testimonial et fiction et le terme même de « souvenirs » semble légitimer une narration plus subjective. Jules Cauvain dans le Figaro parle de romans « historico-judiciaires » et de « prétendues » et « fausses » causes célèbres, car trop éloignées des faits31. Ces textes s'appuient sur des procès réels mais fonctionnent comme des romans-feuilletons, se terminant par « (la suite à demain) », comportant une signature d’auteur, étant découpés en chapitres, ou faisant l’objet de nombreuses publicités en amont. Une fictionnalisation supplémentaire s’opère par le paratexte lorsque ces causes célèbres sont placées en bas de page, espace qui est souvent identifiable à celui de la fiction. Dans Le Tribunal illustré, on observe ainsi un glissement générique progressif puisque ces textes sont successivement qualifiés de « causes célèbres », « feuilleton à sensation » et enfin, pour Les Amours honteuses de Jean Pauper32, de « roman judiciaire ». Dès lors, la frontière avec le roman-feuilleton semble difficile à établir.

23En effet, les recueils de causes célèbres sont également une mine féconde pour les romanciers. Ainsi « L’assassinat de la veuve Renault : Soufflard et Lesage » d’Armand Fouquier est exploité de nouveau en 1880 pour un roman-feuilleton de La Patrie : L’Affaire de la rue du Temple de Constant Guéroult. Ce dernier affiche une même prétention à dire le vrai, la présentation du procès sous la forme de l’article de journal semblant apporter une caution par son effet de réel :

  • 33 Guéroult (Constant), L’Affaire de la rue du Temple, Paris, Rouff et Cie, 1884, p. 452.

Ces débats, nous allons les retracer fidèlement, sans en rien retrancher, en conservant même les dépositions qui, inutiles en apparence, quant au côté dramatique de l’action, ont le mérite, immense à nos yeux, de peindre les types, les mœurs, les habitudes du monde exceptionnel que ce récit a mis sous les regards du lecteur. [Ils prouveront] que nous n’avons rien exagéré dans la peinture des scènes où se meut ce monde étrange et on n’en pourra plus douter en voyant revivre ces scènes dans les dépositions exactes et littérales des témoins33.

24Pourtant, il s’agit bien plus d’un pastiche de l’article de journal. Si l’on compare successivement les trois supports (article du journal quotidien, cause célèbre en recueil, puis roman), on constate que la neutralité du premier compte rendu laisse place aux impressions et à la réinterprétation du narrateur. Par exemple, Soufflard, l’un des principaux accusés de meurtre, présenté sans distinction dans l’énumération des accusés de La Presse ou Journal des débats, devient déjà chez Armand Fouquier « le principal objet de la curiosité générale » avant d’être « le sinistre héros de la bande, le terrible Soufflard » chez l’auteur du roman-feuilleton. Constant Guéroult, contrefaisant l’article judiciaire, emprunte le discours rapporté à Fouquier, qu’il ne cite jamais. Cependant, il donne accès à l’intériorité des personnages, ou interprète longuement les attitudes des accusés à l’audience, fictionnalisant le texte journalistique. Il développe notamment le triangle amoureux qui apparaissait en filigrane dans l’affaire initiale entre l’une des accusés, Eugénie Alliette et deux criminels, Soufflard et Micaud :

[Le juge] - Il paraît que vous avez beaucoup d’habileté ?

Soufflard garde le silence.

Vous savez que Micaud vous dénonce formellement ?

Cette phrase soulève dans l’âme de Soufflard une véritable tempête.

Il bondit sur lui-même.

Un frisson convulsif agite toutes les fibres de sa face, dont la pâleur est effrayante.

Il reste deux minutes sans pouvoir répondre.

Mais, cette fois encore, la puissance de sa volonté l’emporte.

L’orage se calme peu à peu, et quand il se sent maître de lui, il répond avec une indifférence dédaigneuse :

  • 34 Ibid., pp. 457-458. En italique le texte de Guéroult, ajouté à celui d’Armand Fouquier.

Je le sais, monsieur, mais c’est un mensonge34.

25Rivalité, passion, jalousie passent ainsi au premier plan et entraînent une nouvelle lecture de l’affaire.

  • 35 Leroux (Gaston), Le Mystère de la chambre jaune, supplément littéraire de L’Illustration, du 7 sept (...)
  • 36 On nuancera cependant cette soi-disant objectivité, car on trouve également chez Armand Fouquier un (...)
  • 37 Voir par exemple Les Forçats innocents de René de Pont-Jest dans le Figaro en juillet-août 1869, qu (...)

26Ce qui différencie également les causes célèbres du roman judiciaire est le volume textuel accordé au procès puisque ce dernier ne couvre plus guère que quelques chapitres, voire un seul intitulé « la cour d’assise » ou « le procès », ne pouvant rivaliser avec l’intérêt suscité par le récit de crime, puis d’enquête. Cependant chez certains auteurs comme Constant Guéroult, ses potentialités dramatiques sont exploitées pour en faire un dénouement spectaculaire. Le procès va de rebondissement en rebondissement, ménagés par les coupes suspensives et les effets d’annonce, jusqu’au verdict. Encore en 1907 dans Le Mystère de la chambre jaune c’est symboliquement le cadre du tribunal qui est choisi par Gaston Leroux pour le dénouement de l’intrigue et la grande révélation de Rouletabille35. À la différence d’Armand Fouquier pour qui la neutralité était capitale36, les romanciers imposent donc des interprétations personnelles qu’ils greffent au premier compte rendu37.

  • 38 Le Tribunal illustré, à partir du 28 novembre 1880.
  • 39 Le Petit Journal, 12 janvier 1874.
  • 40 Le Petit Journal, 3 mars 1874.

27À partir des années 1865, les récits de procès, actuels et référentiels, ou anciens et semi-fictionnels, occupent donc une place conséquente dans la petite presse. Dans le Figaro du 8 décembre 1866, le feuilleton des pages 1 et 2 est occupé par le compte rendu du procès de la veuve Auphan et de son amant Denante, les assassins de Théophile Auphan, procès que Adolphe Belot et Ernest Daudet ont repris dans le roman feuilleton La Vénus de Gordes. Pour narrer les audiences, les auteurs prétendent utiliser les articles originaux de la Gazette des tribunaux du 4 au 10 mai 1862, et reproduisent la disposition conventionnelle à l’identique. Or, juste au-dessus, dans les colonnes consacrées à l’actualité, on voit la rubrique « Gazette des tribunaux », signée par « Ad. Rocher », qui raconte, en plusieurs épisodes, « l’affaire Lamirande » ou « Martin-Réaud ». Enfin en page 3, on lit « L’affaire Fualdès » par Armand Fouquier, faisant du judiciaire la matière dominante des quatre pages du quotidien. Il paraît donc logique de penser que la proximité spatiale, le parallélisme typographique ou encore les similitudes thématiques entre article d’actualité et causes célèbres anciennes ont pu créer un troublant jeu de reflets. En 1880, l’hebdomadaire spécialisé Tribunal Illustré semble en faire la démonstration éclatante : en même temps qu’il diffuse en feuilleton une cause célèbre appelée « Le Curé assassin38 », ce journal choisit pour faire sa « une » un fait divers qu’il titre « Assassinat commis par un curé ». Parfois récits de procès ancien et actuel sont même écrits de concert : en effet, grâce au « rôle » des assises qui annonce à date fixe les séances du tribunal, en 1874, le Petit Journal est en mesure de publier un souvenir judiciaire en guise d’introduction à un futur procès, comme le montre cette réclame : « L’Affaire de la Bastide de Besplas, souvenir judiciaire par A. J. Dalsème. Ce sera à la fois un récit dramatique et une introduction indispensable au procès d’Ampaillac [sic], dont nous donnerons le compte rendu le plus prompt et le plus détaillé39 ». Le journal populaire fait coïncider la fin du souvenir judiciaire avec le début du procès d’Ampouillac, qui a servi de prétexte à sa publication : « Quoi qu’il en soit, l’analogie qui rattache le crime d’Ampouillac à celui de la Bastide ne sera pas l’un des moindres éléments d’émotion du procès dont les débats s’ouvrent aujourd’hui, lundi, à Toulon40. »

  • 41 Le Petit Journal, 7 mars 1874.

28La conclusion actualise le récit en l’ouvrant sur l’actualité, tandis que la chronique judiciaire fait de multiples références au souvenir judiciaire qui l’a précédée, créant ainsi une continuité entre les deux. Il en est ainsi de cette question rhétorique, censée relancer l’intérêt du lecteur : « Serions-nous dans le crime d’Ampouillac comme dans le crime de la Bastide, en présence d’une association mystérieuse dont le principal organisateur aurait eu le talent de se mettre à l’abri41 ? »

  • 42 Cauvain (Jules), « Roman judiciaire et assassinat », Figaro, 27 septembre 1869.

29Le texte de Dalsème est donc présenté comme proposant un véritable intérêt d’actualité tandis que le procès du jour est inscrit dès le journal dans l’histoire des causes célèbres. Comme l’écrit, dans le Figaro, Jules Cauvain dans un article très critique sur le roman judiciaire, « la curiosité du présent se multipliera du charme de la comparaison avec la semi-fiction du passé42. »

  • 43 On peut citer René de Pont-Jest, Eugène Chavette, Frédéric Thomas, A.-J. Dalsème, …

30Cette proximité n’est pas sans conséquence sur la poétique même de l’article, d’autant plus que beaucoup d’auteurs de souvenirs judiciaires sont également chroniqueurs judiciaires43. L’article connaît donc en retour une fictionnalisation : titraille suggestive, mise en relief des moments forts du procès, ou effets d’attente ménagés.

  • 44 Kalifa (Dominique), « La Chronique judiciaire », La Civilisation du journal. Histoire culturelle et (...)

31La chronique judiciaire est donc un genre journalistique qui occupe une place grandissante dans l’économie générale de la presse du xixe siècle44. Si sa fonction première est bien d’informer les lecteurs de l’actualité judiciaire, comme l’explique le quotidien de Darmaing la Gazette des tribunaux dans son prospectus de 1825, le fait que cet article circule dans d’autres supports pose la question de ses nouveaux usages. Si le modèle de la petite chronique, déjà fortement désancrée de l’actualité, semble trouver une place toute trouvée dans des recueils d’études de mœurs comme La Correctionnelle, ou de saynètes judiciaires comme Les Tribunaux comiques de Jules Moinaux, en revanche les adaptations du grand compte rendu de cour d’assises paraissent moins aisées. Au gré de certains aménagements de la matière sténographique, il s’intègre pourtant à des récits de causes célèbres, mais aussi à des souvenirs judiciaires ou à des romans feuilletons, dans lesquels il est mêlé à des ajouts fictionnels des auteurs. Adolphe Belot et Ernest Daudet dans La Vénus de Gordes choisissent ainsi pour garantir l’exactitude de leur récit d’utiliser le compte rendu originel de la Gazette des tribunaux. Le 8 décembre, dans un commentaire réflexif entre parenthèses, ils donnent cette justification :

  • 45 Figaro, 8 décembre 1866, p. 2. Ces commentaires entre parenthèses disparaissent de la version qui e (...)

(Suit l’arrestation de Furbice [l’accusé Denante. Belot et Daudet ont changé les noms des protagonistes] et sa tentative de suicide. Nous continuons à extraire certains passages de l’acte d’accusation, afin que le lecteur puisse se rendre compte de l’exactitude du récit qu’il a lu jusqu’à ce jour. Il verra en même temps combien étaient peu fondés certains reproches d’exagération qu’on s’est plu à nous adresser45.

32En 1873, Émile Gaboriau dans La Corde au cou choisit aussi de raconter le procès du héros Jacques de Boiscoran à travers la chronique du journal local : « Trop rare était l’occasion pour que L’Indépendant de Sauveterre la laissât échapper ». Paraissant le matin, il publia « vu la gravité des circonstances », une édition du soir. Et voici son compte rendu : 

COUR D’ASSISES DE SAUVETERRE

Audience du jeudi 23 …

PRÉSIDENCE DE M. DOMINI

Assassinat – Incendie

  • 46 Gaboriau (Émile), La Corde au cou, Paris, Hachette, « Labyrinthes », 2004 (1873), p. 575. Ce roman (...)

(Correspondance particulière de l’indépendant.)46

33Cette fois, au lieu d’un copier-coller, Gaboriau, ancien chroniqueur judiciaire, réalise un pastiche de l’article en jouant avec ses codes.

  • 47 Par exemple, le recueil de chronique judiciaire de Maurice Talmeyr, intitulé Sur le banc, contient (...)

34Enfin, ces transformations de l’article dans les fictions ayant souvent lieu sur la page même du journal, on remarque des effets de contamination entre les réécritures d’anciens procès ou les procès fictifs et les articles d’actualité. Le Figaro, lorsqu’il devient quotidien en 1866, semble exemplaire de cette proximité, et l’on fera l’hypothèse, avec Frédéric Chauvaud, que ce journal tient un rôle dans l’évolution poétique de la chronique judiciaire. En effet, entre le compte rendu sténographique de 1825 et certaines chroniques, par exemple celles signées du chroniqueur « Ad. Rocher », on note une littérarisation qui se traduit par la place grandissante de l’énonciateur, au détriment de la matière sténographiée rapportée. Il faudrait également, pour compléter cette étude des influences sur l’écriture de l’article, observer ses liens avec deux autres genres journalistiques qui traitent aussi du crime, d’abord le fait divers, puis le reportage47.

  • 48 Dalsème (Achille-Jules), À travers le Palais, hommes et choses judiciaires, Paris, E. Dentu, 1881, (...)
  • 49 Chauvaud (Frédéric), «“Voir vite et juste”, la nouvelle chronique judiciaire (1880-1940)», dans La (...)
  • 50 Dalsème (A.-J.), op. cit., p. 312.
  • 51 Ibid.
  • 52 Bataille (Albert), Causes criminelles et mondaines, Paris, E. Dentu, 1881-98.

35Cette évolution s’accompagne à partir des années 1880 d’un métadiscours faisant le constat de la nécessaire « métamorphose » poétique de « l’article judiciaire ». Comme l’écrit Achille Jules Dalsème48 « un procès-verbal, quelque fidèle qu’il soit, ne suffit plus. Cela est trop et cela est trop peu. Trop par l’étendue, trop peu par la forme.  » À côté du compte rendu sténographique apparaît donc une « nouvelle chronique », selon les termes de l’historien Frédéric Chauvaud49. Celle-ci entend répondre à des contraintes esthétiques : « Dans cet espace réduit [du journal], le tribunalier doit condenser le récit le plus grave, embrasser d’un coup d’œil et éclairer les situations50 ». Le chroniqueur assume donc le rôle de narrateur, fait des choix, tout en restant impartial. « Rapide, vivant, précis, il a dans la même heure à extraire la quintessence de la cause, à en déduire les conséquences, à en tirer la moralité51 ». Grâce à ces nouvelles caractéristiques, des grands noms de la chronique judiciaire apparaissent. Albert Bataille, Maurice Talmeyr, sortent la chronique de l’anonymat et confirment sa littérarisation, en écrivant les causes célèbres au jour le jour et en publiant leurs articles dans leurs propres collections de causes célèbres, telles les Causes criminelles et mondaines à partir de 188052. Cette remarque nous invite à penser ces productions médiatiques comme faisant partie intégrante de ce que nous désignions en introduction par « littérature judiciaire », qui serait un domaine plus large que le simple roman judiciaire, entendu comme ancêtre du roman policier.

Haut de page

Bibliographie

Chauvaud (Frédéric), « La petite délinquance et La Gazette des Tribunaux : le fait-chronique entre la fable et la farce », dans La Petite délinquance du Moyen Age à l’époque contemporaine, sous la direction de Benoît Garnot, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1998.

Chauvaud (Frédéric), « “Voir vite et juste”, la nouvelle chronique judiciaire (1880-1940) », dans La Chronique judiciaire, Mille ans d’histoire, sous la direction de Sylvie Humbert & Denis Salas, Paris, La Documentation française, « Histoire de la justice », 2010.

Dubied (Annick), Les Dits et les scènes du fait divers, Genève-Paris, Droz, 2004.

Maza (Sarah), Vies privées, affaires publiques, les causes célèbres de la France pré-révolutionnaire, Fayard, 1997.

Mombert (Sarah), « Fiction », dans La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse, sous la direction de Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty & Alain Vaillant, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2011.

Kalifa (Dominique), L’Encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.

Pinson (Guillaume), Fiction du monde. De la presse mondaine à Marcel Proust, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2008.

Sgard (Jean), « La Littérature des causes célèbres », dans Approches des Lumières, mélanges offerts à Jean Fabre, Paris, Kincksieck, 1974, pp. 459-470.

Thérenty (Marie-Ève), La Littérature au quotidien, poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, « Poétique », 2007.

Thérenty (Marie-Ève), Vaillant (Alain), 1836: L’an I de l’ère médiatique, analyse littéraire et historique de La Presse d’Émile de Girardin, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2001.

Sources primaires :

L’Audience, « À nos lecteurs », 1er numéro, 6 mai 1839.

Gazette des tribunaux, prospectus, 1er novembre 1825.

Le Tribunal illustré, 07 août 1881.

Cauvain (Jules), « roman judiciaire et assassinat », Figaro, 27 septembre 1869.

Méry (Charles), Gazette des tribunaux, «Variétés», 20 juillet 1881.

La Presse, 8 mars 1839.

L'Avenir de la Mayenne, 5 et 12 août 1894.

« Un citoyen qui n’est pas entier ! », L’Audience, 1841.

« La pudeur de Mme Létui », Le Tribunal illustré, mars 1880.

« Le Tir aux lapins », Le Tribunal illustré, 6 juin 1880

Le Petit Journal, 3 mars 1874.

Le Petit Journal, 7 mars 1874.

Roch (Eugène), L'Observateur des tribunaux (français et étrangers, journal des causes célèbres et chronique judiciaire pour servir à l'étude des passions, des mœurs et de l'histoire), Paris, Ladvocat, 1833-37, (15 volumes).

Chavette (Eugène), La Bande à la Belle Alliette, Paris, Marpon et Flammarion, 1882.

Dalsème (Achille-Jules), « L’Affaire de la Bastide de Besplas, souvenir judiciaire », Le Petit Journal, 12 janvier 1874.

« Le Curé assassin », Le Tribunal illustré, à partir du 28 novembre 1880.

Bataille (Albert), Causes criminelles et mondaines, Paris, E. Dentu, 1881-98.

La Correctionnelle, petites causes célèbres. Études de mœurs populaires au xixe siècle,

accompagnées de cent dessins par Gavarni, Imprimerie Amédée Gratiot et Cie, 1840.

Moinaux (Jules), Les Tribunaux comiques, Paris, A. Chevalier-Marescq, 1881.

Causes célèbres étrangères publiées en France pour la première fois et traduites par une société de jurisconsultes et de gens de lettres, Paris, Panckoucke, 5 volumes, préface, 1827-28.

Thomas (Frédéric), Petites Causes célèbres du jour, «pourquoi ces petits livres», Paris, Gustave Havard, 1855.

Fouquier (Armand), Causes célèbres de tous les peuples, Paris, Lebrun et Cie, 1857-69.

Les Contes du palais, par la Presse judiciaire, Paris, Marpon et Flammarion, 1887.

Courteline (Georges) & Veber (Pierre), L’Affaire champignon, fantaisie judiciaire en un acte, Paris, Flammarion, 1899 

Courteline (Georges) & Veber (Pierre), Blancheton père et fils, fantaisie judiciaire en un acte, Paris, Flammarion, 1900.

Dalsème, (Achille-Jules), À travers le Palais, hommes et choses judiciaires, Paris, E. Dentu, 1881.

Guéroult (Constant), L’Affaire de la rue du Temple, Paris, Rouff et Cie, 1884.

Leroux (Gaston), Le Mystère de la chambre jaune, supplément littéraire de L’Illustration, du 7 septembre au 30 novembre 1907.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain), 1836: L’an I de l’ère médiatique, analyse littéraire et historique de La Presse d’Émile de Girardin, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2001.

2 Voir Kalifa (Dominique), L’Encre et le sang. Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.

3 Causes célèbres étrangères publiées en France pour la première fois et traduites par une société de jurisconsultes et de gens de lettres, Paris, Panckoucke, 5 volumes, préface, 1827-28. Nous soulignons.

4 Dubied (Annick), Les Dits et les scènes du fait divers, Genève-Paris, Droz, 2004.

5 Gazette des tribunaux, prospectus, 1er novembre 1825.

6 La Presse, 8 mars 1839.

7 Ibid.

8 Voir Chauvaud (Frédéric), «“Voir vite et juste”, la nouvelle chronique judiciaire (1880-1940)», dans La Chronique judiciaire, Mille ans d’histoire, sous la direction de Sylvie Humbert & Denis Salas, Paris, La Documentation française, 2010, «Histoire de la justice», pp. 81-91. Frédéric Chauvaud parle à propos du compte rendu d’audience de « ses allures de prises de notes envoyées chez un imprimeur et publiées telles qu’elles […], impersonnelles et anonymes ».

9 Le terme est emprunté à un ouvrage collectif de l’association de la presse judiciaire : Les Contes du palais, Paris, Marpon et Flammarion, 1887.

10 Mombert (Sarah), « Fiction », dans La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse, Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty & Alain Vaillant, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2012 ; Pinson (Guillaume), Fiction du monde. De la presse mondaine à Marcel Proust, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2008 ; Thérenty (Marie-Ève), La Littérature au quotidien, poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, «Poétique», 2007.

11 Méry (Charles), Gazette des tribunaux, «Variétés», 20 juillet 1881.

12 Chauvaud (Frédéric), « La petite délinquance et La Gazette des Tribunaux : le fait-chronique entre la fable et la farce », dans La Petite délinquance du Moyen Age à l’époque contemporaine, sous la direction de Benoît Garnot, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1998, pp. 79-89.

13 Méry (Charles), op. cit.

14 Voici un exemple de ce type d’article : « Un citoyen qui n’est pas entier ! », L’Audience, 1841 :

« Un monsieur couvert d’un grand manteau s’avance devant les juges.

Le Président – M. Vermontier, le conseil est prévenu que vous vous refusez à vos prises d’armes.

Vermontier – Je m’y refuse totalement. Je ne prêterai jamais les mains à vos prises d’armes.

Pourquoi cela ?

Parce que je ne vous vois pas d’un bon œil.

On vous y forcera bien ; nous vous obligerons à marcher.

Vous aurez beau faire, je ne mettrai jamais un pied devant l’autre […] ».

Or le rebelle se révèle être un invalide de la guerre d’Italie, d’où cette chute inattendue :

« Vermontier – Vous voyez bien messieurs, que j’avais raison de dire que je ne vous voyais pas d’un bon œil, celui qui est crevé… que je ne prêterai jamais les mains à vos prises d’armes, n’en ayant plus deux, et que je ne mettrai jamais un pied devant l’autre, ayant une jambe de bois ! »

15 L’Audience, « À nos lecteurs », 1er numéro, 6 mai 1839.

16 Ces multiples emprunts donnent parfois lieu à des procès en contrefaçon. On en trouve par exemple une trace dans un encart de l’Audience qui date de 1842, dans lequel le journal de Millaud reconnaît les faits et rédige son mea culpa : « […] il y avait reproduction plus ou moins textuelle de notre feuille des articles signalés par la Gazette des tribunaux ».

17 Thomas (Frédéric), Petites Causes célèbres du jour, « Pourquoi ces petits livres », Paris, Gustave Havard, 1855.

18 La Correctionnelle, Petites causes célèbres. Études de mœurs populaires au xixe siècle, accompagnées de 100 dessins par Gavarni, Paris, Chez Martinon, 1840. Sur la première page, on trouve ces indications : « édition de luxe, paraissant par livraisons, deux fois par semaine ; chaque livraison comprend trois pages de texte avec encadrement et un dessin par Gavarni ». Enfin, en guise de préface, les auteurs, restés anonymes, précisent : « Ce n’est ni une statistique judiciaire, ni un répertoire de jurisprudence que nous nous proposons d’écrire, mais tout simplement un tableau de mœurs. » Nous pensons qu’il s’agit plutôt d’articles fictifs, réécrits sur le modèle de la petite chronique.

19 Nous soulignons.

20 Moinaux (Jules), Les Tribunaux comiques, Paris, A. Chevalier-Marescq, 1881.

21 Les chroniques republiées dans Le Tribunal illustré, telles « La Pudeur de Mme Létui » (mars 1880) ou « Le Tir aux lapins » (6 juin 1880) deviennent respectivement dans Les Tribunaux comiques, « Une Posture encombrante » et « Le Lapin révélateur ».

22 Courteline (Georges) & Veber (Pierre), L’Affaire champignon, fantaisie judiciaire en un acte, Paris, Flammarion, 1899 ; Courteline (Georges) & Veber (Pierre), Blancheton père et fils, fantaisie judiciaire en un acte, Paris, Flammarion, 1900.

23 Roch (Eugène), L'Observateur des tribunaux (français et étrangers, journal des causes célèbres et chronique judiciaire pour servir à l'étude des passions, des mœurs et de l'histoire), Paris, Ladvocat, 1833-37, (15 volumes).

24 L'Avenir de la Mayenne, 5 et 12 août 1894, p. 2.

25 Sgard (Jean), « La Littérature des causes célèbres » dans Approches des Lumières, mélanges offerts à Jean Fabre, Paris, Kincksieck, 1974, pp. 459-470 ; Maza (Sarah), Vies privées, affaires publiques, les causes célèbres de la France pré-révolutionnaire, Fayard, 1997.

26 Fouquier (Armand), Causes célèbres de tous les peuples, Paris, Lebrun et Cie, 1857-69.

27 Ibid.

28 Fouquier (Armand), « Soufflard et Lesage », Causes célèbres de tous les peuples, Paris, Lebrun et Cie, 10e livraison, 1858, p. 1.

29 Déjà dans L’Audience de Millaud, on trouve des causes célèbres dans la case feuilleton. On peut faire le même constat pour Le Droit, et seule la Gazette des tribunaux ne possède pas cet espace. En novembre 1866, quand le Figaro devient quotidien, on trouve pages 3 et 4 des causes célèbres écrites par Armand Fouquier et tirées de ses recueils.

30 Ce souvenir judiciaire est publié pour la première fois dans Le Gaulois, à partir du 25 mai 1869 dans la rubrique « Causes célèbres », et sous le pseudonyme de « D’Herbinville ». Le titre exact est La bande de la Belle Alliette, et sera repris dans la publication en livre : Chavette (Eugène), La Bande à la Belle Alliette, Paris, Marpon et Flammarion, 1882.

31 Cauvain (Jules), « Roman judiciaire et assassinat », Figaro, 27 septembre 1869.

32 Le Tribunal illustré, 07 août 1881 : « Dans notre prochain numéro, nous commencerons la publication de "Les Amours honteuses", roman judiciaire par Jean Pauper. C’est une histoire vraie, dont le dénouement a lieu en cour d’assises, que l’auteur met sous les yeux de ses lecteurs ».

33 Guéroult (Constant), L’Affaire de la rue du Temple, Paris, Rouff et Cie, 1884, p. 452.

34 Ibid., pp. 457-458. En italique le texte de Guéroult, ajouté à celui d’Armand Fouquier.

35 Leroux (Gaston), Le Mystère de la chambre jaune, supplément littéraire de L’Illustration, du 7 septembre au 30 novembre 1907. L’auteur, ancien chroniqueur judiciaire notamment au Matin, emprunte la forme de l’article pour ouvrir le chapitre relatif au procès.

36 On nuancera cependant cette soi-disant objectivité, car on trouve également chez Armand Fouquier un recours à la fictionnalisation.

37 Voir par exemple Les Forçats innocents de René de Pont-Jest dans le Figaro en juillet-août 1869, qui dans le cadre d’une erreur judiciaire, l’affaire Louarn et Baffet, réécrit le procès en dénonçant dès les premières lignes la partialité et l’injustice du Président de séance. Dans le Figaro du 20 juillet 1869, on trouve ce commentaire axiologique du narrateur sur l’attitude du magistrat. Durant un interrogatoire, l’un des accusés fait une réponse qui semble déplaire au président, « dont la voix se fit encore plus sévère, si cela était possible », [pour lui donner la réplique]. Le lecteur est invité à éprouver de la compassion pour les « malheureux » accusés, et à condamner les acteurs de ce premier procès.

38 Le Tribunal illustré, à partir du 28 novembre 1880.

39 Le Petit Journal, 12 janvier 1874.

40 Le Petit Journal, 3 mars 1874.

41 Le Petit Journal, 7 mars 1874.

42 Cauvain (Jules), « Roman judiciaire et assassinat », Figaro, 27 septembre 1869.

43 On peut citer René de Pont-Jest, Eugène Chavette, Frédéric Thomas, A.-J. Dalsème, …

44 Kalifa (Dominique), « La Chronique judiciaire », La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse, Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève) et Vaillant (Alain) (dir.), Paris, Nouveau Monde Éditions, 2012, pp. 999-1009.

45 Figaro, 8 décembre 1866, p. 2. Ces commentaires entre parenthèses disparaissent de la version qui est publiée quasi simultanément en livre chez Achille Faure. Pour le livre, le procès est en effet entièrement réécrit, considérablement raccourci, la matière sténographique disparaît et seuls les commentaires du chroniqueur restent.

46 Gaboriau (Émile), La Corde au cou, Paris, Hachette, « Labyrinthes », 2004 (1873), p. 575. Ce roman est pré-publié dans Le Petit Journal à partir du 20 octobre 1872.

47 Par exemple, le recueil de chronique judiciaire de Maurice Talmeyr, intitulé Sur le banc, contient de véritables reportages judiciaires dans lesquels le journaliste n’est plus simplement témoin des audiences mais mène une enquête sur les lieux du crime. Malgré le titre, on n’est plus seulement cantonné au cadre du tribunal. Voir Talmeyr (Maurice), Sur le banc, Paris, Léon Genonceau, 1890.

48 Dalsème (Achille-Jules), À travers le Palais, hommes et choses judiciaires, Paris, E. Dentu, 1881, p. 312.

49 Chauvaud (Frédéric), «“Voir vite et juste”, la nouvelle chronique judiciaire (1880-1940)», dans La Chronique judiciaire, Mille ans d’histoire, sous la direction de Sylvie Humbert & Denis Salas, Paris, La Documentation française, « Histoire de la justice », 2010, pp. 81-91.

50 Dalsème (A.-J.), op. cit., p. 312.

51 Ibid.

52 Bataille (Albert), Causes criminelles et mondaines, Paris, E. Dentu, 1881-98.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Chabrier, « De la chronique au feuilleton judiciaire : itinéraires des « causes célèbres » », COnTEXTES [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2012, consulté le 19 février 2017. URL : http://contextes.revues.org/5312 ; DOI : 10.4000/contextes.5312

Haut de page

Auteur

Amélie Chabrier

Université de Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page