Navigation – Plan du site

« Les premières armes du symbolisme » : le rôle du « petit journal » dans la querelle symboliste de 1886

Véronique Silva Pereira

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le présent article a été réalisé dans le cadre d’un projet bénéficiant du soutien du Fond National (...)

1La publication du Manifeste par Jean Moréas dans le Supplément littéraire du Figaro du 18 septembre 1886 marque officiellement le lancement du symbolisme et participe à la construction de la « posture auctoriale » de ce dernier à la tête du mouvement, notamment grâce à l’accueil que lui réserve la presse1. En octobre 1886 deux groupes symbolistes se consolident autour d’une forme éditoriale spécifique : le « petit journal » qui par son format de quatre pages in-folio, sa périodicité hebdomadaire et sa démarche éditoriale se rapproche fortement du journal Le Décadent d’Anatole Baju, publié depuis avril 1886 et bénéficiant d’un certain succès dans le milieu littéraire. La création du Symboliste (4 numéros du 7 octobre au 6 novembre 1886) sous la direction de Gustave Kahn et de Jean Moréas, ainsi que celle de La Décadence (3 numéros du 1er au 17 octobre 1886) – journal de « l’école Symbolique et Harmoniste » de René Ghil – répondent à des exigences esthétiques et littéraires d’ancrer le débat médiatique qu’engendre la presse dans un support approprié et constituent des documents particulièrement intéressants pour étudier les controverses entre les différents pôles du champ : symbolistes contre décadents, mais également littérature contre journalisme. L’existence particulièrement éphémère des petits journaux symbolistes remet en question la portée et la fonction de cet objet hybride qui se situe entre le journal et la revue : est-ce que à ce support correspond un enjeu particulier, ou n’est-ce qu’un objet anecdotique, d’ailleurs peu étudié dans l’histoire littéraire, si l’on considère justement l’abandon de cette forme après un mois de publication et l’importance que va prendre la petite revue dans l’institutionnalisation et la reconnaissance du courant symboliste en France et à l’étranger ?

  • 2 Thérenty (Marie-Ève), « Poétique historique du support et énonciation éditoriale : la case feuillet (...)
  • 3 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Erudit (...)
  • 4 Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), « Autopsie d’un décès. La critique dans la presse quotidienne (...)

2Cette réflexion trouve place et sens à la fois dans une étude de poétique historique des supports dans la lignée des travaux de Marie-Ève Thérenty2 qui envisage l’adéquation entre des supports et des fonctions, ainsi que dans une perspective de scénographies auctoriales et médiatiques pour la construction de « postures littéraires » selon Jérôme Meizoz3 ; et finalement dans une histoire littéraire qui à la suite des travaux de Françoise Melmoux-Montaubin4 prend en compte la redistribution de la littérature dans la presse fin de siècle et dans le système médiatique en général.

Le « petit Journal » : essai de typologie et enjeux dans le champ littéraire

  • 5 « Le Directeur du Scapin¸ M. Raymond, qui a de l’argent, paraît-il, fonde un petit journal, La Déca (...)

3Désignés par les acteurs de l’époque comme « petit journal5 », La Décadence et Le Symboliste au service de la poésie et du courant symboliste en émergence se rapprochent fortement du modèle des petites revues quant à leur contenu. Yoan Vérilhac les classe dans la lignée des premières petites revues nées autour de 1885, en leur accordant une catégorie propre :

  • 6 Vérilhac (Yoan), La Jeune Critiques des petites revues symbolistes, Saint-Etienne, Publications de (...)

Des titres tels Le Symboliste, La Décadence littéraire et artistique ou le premier Décadent sont des journaux, leur périodicité est resserrée, la longueur des articles est réduite et le nombre de pages plutôt faible. Dans cette veine, les feuilles pionnières sont certainement la Nouvelle Rive gauche et Lutèce, mais il ne faut pas négliger non plus l’influence des journaux de cabarets qui se multiplient sous l’influence du Chat noir à partit de 18826.

  • 7 Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), op. cit.

4Le « petit journal » hérite du format et des procédés des premiers journaux illustrés, mais s’en distingue fortement par l’absence d’illustrations tout en accordant une attention particulière au support. Ainsi, La Décadence embellit la page en encadrant les deux colonnes d’une bordure élégante. Quant au Symboliste, ses articles sont répartis en trois colonnes : contrairement à La Décadence, ce support privilégie l’économie de la page en proposant ainsi davantage de contributions aux lecteurs. Peut-être peut-on rapprocher le petit journal des suppléments littéraires des grands quotidiens comme celui du Figaro qui s’est avéré un lieu approprié pour la publication du Manifeste de Moréas. Au niveau du prix, le petit journal se vend de 10 à 15 centimes et se range dans la catégorie de prix des suppléments qui se vendent entre 20 et 25 centimes. D’autre part, comme le démontre Melmoux-Montaubin dans son article « Autopsie d’un décès7 », les suppléments représentent le relai de la critique dans le quotidien, rôle que l’on peut également donner à ces journaux symbolistes, avant-scène médiatique des revues auxquelles ils se rattachent. Pourtant, ce qui distingue fondamentalement ces deux objets est la place dédiée à la littérature puisque les petits journaux s’y consacrent entièrement, tandis que pour le supplément, les lettres occupent une place parmi le reste des informations quotidiennes. Finalement, malgré le même nombre de pages, ces deux supports se distinguent dans leur présentation : le supplément répond à une économie rigoureuse de la page par un départage en plusieurs colonnes, tandis que le petit journal littéraire propose une typographie sobre et soignée, une page en somme moins « touffue » que celle du quotidien.

  • 8 Kahn (Gustave), Trente Ans de Symbolisme, cité par Bertrand (Jean-Pierre), « Laforgue et Kahn, ou l (...)

5À leurs caractéristiques matérielles correspond une fonction particulière : ces petits journaux représentent un support adéquat pour exposer « ouvertement » les débats esthétiques et théoriques des écoles en question. Cette fonction est explicitée dans une lettre du directeur du Symboliste. Pour Kahn le journal sert à défendre les bases théoriques et poétiques de leur courant : « […] à côté de La Vogue, j’avais fondé un journal, Le Symboliste, rédigé par Moréas, Paul Adam, Jules Laforgue et moi-même ; ce qui nous paraissait propre à mieux souligner les points de départ du symbolisme. Cela avait donné trois semaines d’excitation8. » De ce point de vue le petit journal apparaît comme le lieu privilégié du manifeste : c’est surtout dans les colonnes du Décadent que l’on compte le plus de textes à visée programmatique. Sa longévité (trente-cinq numéros, d’avril à décembre 1886) tient probablement à cet engagement continu dans le débat littéraire et à l’adaptation constante de nouveaux principes à travers ces manifestes. Parmi les journaux symbolistes, l’usage du manifeste est plus modéré, seul La Décadence présente un programme « Notre École » sous la plume de René Ghil, tandis que la stratégie du Symboliste passe par d’autres ressorts médiatiques, notamment la « grande » presse où Moréas et Kahn ont fait leurs preuves en tant que théoriciens à la tête du courant.

Le Symboliste et la presse : construction de postures médiatiques

6Le 18 septembre 1886, la publication par Jean Moréas d’« un Manifeste littéraire, le Symbolisme » dans le Supplément littéraire du Figaro marque le lancement officiel du courant symboliste. Moréas tente ainsi d’assurer sa propre publicité et s’offre aux regards du public bourgeois du Figaro, supposé admiratif et bienveillant envers ce jeune novateur qui se voit admis à titre de chef d’école. L’autre avantage du supplément tient bien évidement à sa grande diffusion, c’est un lieu éditorial intéressant pour atteindre un public plus large que ne le permet la revue ou l’édition. Bien plus que simple support, le Figaro représente un lieu stratégique comme le souligne Robert Jouanny :

  • 9 Jouanny (Robert), Jean Moréas : écrivain français 1878-1910 : étude biographique et littéraire, Abb (...)

[…] cette publication, en ouvrant à Moréas les portes de cette place forte de la littérature et de la consécration bourgeoise qu’était le “Supplément littéraire”, lui donnait momentanément l’avantage sur ses rivaux. […] Il suffit de parcourir les revues et la presse quotidienne du moment pour se rendre compte que le retentissement de cet article, pourtant si vague, fut beaucoup plus grand que ne l’avait été, l’année précédente celui de la réponse à P. Bourde publiée dans Le xxe siècle : ne fut-il pas honoré d’un « examen » par A. France, dans le Temps, dès le 26 septembre?9 

  • 10 France (Anatole), « Examen du Manifeste », Le Temps, 26 septembre 1886. Cet article a été repris da (...)
  • 11 Pour un bilan complet des articles parus dans la presse sur le symbolisme en 1886, voir Barre (Andr (...)

7La réception par Anatole France dont la signature est une caution appréciable auprès de la bourgeoisie lettrée du Temps10, est une seconde consécration pour Moréas, puisqu’elle réaffirme son rôle à la tête du courant. D’autres grands noms de la critique littéraire donnent des articles11 : Sutter Laumann dans la Justice du 20 septembre 1886, dans l’Événement un premier article par Gaston Deschamps le 22 septembre et un second le 8 octobre par Félicien Champsaur. La réception par le personnel journalistique vient à chaque fois réactualiser le manifeste et la position de Moréas à titre de chef d’école, même un compte rendu défavorable rehausse toujours la popularité de ce dernier. Il est peut-être intéressant de remarquer l’absence du Figaro parmi ces journaux, ce dernier ne s’engage pas dans le débat médiatique autour du manifeste qu’il lance, – il ne détient qu’une fonction « énonciative » et ne s’intéresse pas aux retentissements dans la presse. Cette fonction « critique » est reprise par les autres quotidiens et revues, et surtout par la création du petit journal symboliste qui, comme nous le verrons est un lieu privilégié pour s’attaquer à la presse.

  • 12 Kahn (Gustave), « Réponse des Symbolistes », L’Événement, 28 septembre 1886. Les passages important (...)

8Moréas n’est d’ailleurs pas le seul à avoir pris position dans la presse, Gustave Kahn publie « Réponse des Symbolistes » dans l’Événement du 28 septembre 188612, probablement en réaction à l’article de France paru deux jours plus tôt dans le Temps. L’article de Kahn a pour rôle de « compléter » le manifeste de Moréas, voulant à son tour légitimer sa place comme théoricien et défenseur de la littérature symboliste. Ce recours au quotidien est une démarche que critiqueront leurs adversaires, notamment Anatole Baju qui dans un regard rétrospectif dénonce cette stratégie en relevant l’incompatibilité entre la littérature et le public auquel s’adresse le quotidien :

  • 13 Baju (Anatole), « Les Parasites du Décadisme », Le Décadent, deuxième série, n°2, 1-15 janvier 1888 (...)

Ils se souciaient bien de l’art, eux dont la secrète ambition a toujours consisté à apposer leur signature à un rez-de-chaussée du Figaro ou de l’Événement. Impatients d’entrer en grâce auprès du public, ils imaginèrent deux méthodes d’Écritures l’une pour les artistes l’autre pour les foules, et naïvement ils crurent qu’à les pratiquer simultanément ils participeraient de la gloire qu’on acquiert dans l’une et du profit qu’on tire de l’autre13.

  • 14 Baju (Anatole), « La critique », Le Décadent, 2e série, n°5, 15-29 février 1888, p. 9.

9Pour Baju, le Figaro représente « ce grand réflecteur de l’opinion bourgeoise14 » auquel il n’accorde aucun crédit en matière de littérature et d’art. Nous verrons que c’est avec la même indifférence qu’en 1886 Baju passe sous silence les publications concurrentes. Le Symboliste que lance Kahn en octobre est ainsi à comprendre dans une même démarche stratégique de posture médiatique. La participation de Moréas à titre de rédacteur en chef est motivée par sa renommée et sa présence constante depuis deux semaines dans les médias. Atteste de ce geste sa contribution relativement mince au Symboliste, elle se limite à deux textes qui passent presque inaperçus : la « Réponse à M. Anatole France » qui sert à défendre son manifeste des griefs du critique du Temps, et une chronique sur la peinture. D’ailleurs la ligne éditoriale du journal n’est pas définie par Moréas ou Kahn, mais par Paul Adam qui au lieu d’un exposé théorique à la façon de René Ghil dans La Décadence, dresse une courte bibliographie à partir d’articles dans diverses revues, journaux et recueils :

  • 15 Adam (Paul), « Parenthèses et Incidences », Le Symboliste, n°1 du 7 octobre 1886, p. 2.

À la suite de longues et réitérées controverses sur le Thé chez Miranda, la discussion fut à nouveau engagée à propos des théories émises par certains écrivains de la Revue Indépendante (1884-85) et de la Vogue. Or, de ces écrivains qui luttent déjà depuis plusieurs années, peuvent être consultés les articles suivants : L’Esthétique scientifique de Charles Henry, la Suggestion en Art de Charles Vignier (Revue Contemporaine, année 1885) ; de Jean Moréas deux articles sur le symbolisme, l’un paru au xixe Siècle, en août 85, l’autre au Figaro , tout récemment ; de Gustave Kahn, un article paru ce mois-ci dans l’Événement ; ainsi que plusieurs notes bibliographiques publiées dans le Revue Indépendante, par Félix Fénéon. Pour la première fois et définitivement ces articles formulaient, en des agencements divers, les principes fondamentaux de l’évolution littéraire que ce journal doit affirmer15.

  • 16 Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), op. cit., p. 19.

10En formulant ce programme, Adam énumère différents titres et supports qui garantissent à l’équipe du Symboliste d’établir les origines du mouvement littéraire qu’ils défendent dans le champ littéraire de 1885 et dans des organes à grande diffusion médiatique. En contrepartie, l’on peut émettre l’hypothèse qu’en nommant René Ghil comme représentant du courant qu’ils défendent, l’équipe de La Décadence cherche à proposer une figure « médiatique » capable de s’opposer à Moréas que le Figaro a couronné. En comparant les sommaires de ces deux titres, nous constatons que le journal de Ghil se voue principalement à la littérature par la prépondérance de contributions littéraires et poétiques sur celles à visée critique. Le primat ainsi accordé à la littérature fait du support un lieu éditorial plus spécialisé et plus digne pour ériger une posture médiatique que celui de la presse quotidienne. La Décadence est conçue comme une manière de dévier la voie « désacralisante » de la presse et répond aux exigences du champ symboliste par la création d’une presse spécifique, surtout si l’on considère comme Melmoux-Montaubin que « se faire critique dans la presse quotidienne revient à écrire sur la littérature dans un organe dont la plupart s’accordent à penser qu’il vient précisément “tuer” la littérature16 ». Le petit journal permet d’ancrer le débat et le courant dans une presse spécifique, notamment les revues auxquelles se rattachent La Décadence et Le Symboliste en formant une sorte d’alliance qui a pour but de renforcer leur opposition au Décadent.

Filiation de revues et consolidation des pôles antagonistes

  • 17 Baju (Anatole), « Seul ! », Le Décadent, n°7 du 22 mai 1886, p. 1 : « Publier un journal sans l’avo (...)
  • 18 Le Scapin littéraire, artistique et théâtral : 1e série sous forme de petit journal de décembre 188 (...)
  • 19 La Vogue : 1e série d’avril à décembre 1886 ; 2e série de juillet à septembre 1889 ; 3e série de ja (...)
  • 20 La Décadence, n° 1 du 1er octobre 1886, p. 2.
  • 21 La Pléiade, 1ère série, 12 numéros de mars à novembre 1886 ; 2e série, 5 numéros d’avril à octobre (...)

11Contrairement au journal décadent qui semble mener un combat solitaire comme en témoigne le manifeste de Baju intitulé « Seul !17 », ces petits journaux symbolistes bénéficient de l’appui de revues telles que Le Scapin18, à laquelle se rattache La Décadence, et La Vogue19, où Kahn détient depuis mai 1886 le poste de directeur et soutient Le Symboliste. D’ailleurs, sous la direction de Kahn ces deux organes partagent une même ligne éditoriale : ils ne font pas, contrairement à La Décadence et au Décadent usage du manifeste pour se promouvoir, mais proposent une esthétique à travers les différentes productions littéraires des membres choisis avec soin. Cette forme de patronage permet de discerner deux stratégies commerciales : d’une part, ces petits journaux visent un même public que ces revues, La Décadence va jusqu’à proposer des abonnements doubles au journal et au Scapin. D’autre part, ces petits journaux viennent soutenir les revues dans un combat commun contre Le Décadent de Baju. Le Symboliste, grâce au patronage de La Vogue, – qui, rappelons-le, paraît un jour après Le Décadent et se déclare très vite défavorable à ce dernier – permet de renforcer cette position adverse. Pourtant le débat en question se fait principalement dans le petit journal, puisque contrairement à La Vogue qui se démarque par une indifférence générale face aux attaques de la presse ou des revues concurrentes, Le Symboliste grâce à la contribution de Paul Adam prend position dans ce débat médiatique naissant. Cette forme particulière de filiation est une posture stratégique du Symboliste et de La Décadence avec l’avantage de déclarer plus vivement la guerre au Décadent dans des supports différents. D’ailleurs cette union n’empêche pas dans le cas de la Décadence de revendiquer deux positions distinctes : « LE SCAPIN n’est pas de couleur littéraire ; les genres les plus différents et les écoles les plus opposées s’y coudoient. LA DECADENCE est plus spécialement l’organe de l’école symbolique20 ». Finalement, l’on peut supposer que la nomination de René Ghil comme chef de file engendre une autre filiation plus implicite, celle de La Pléiade21 qui a publié son célèbre Traité du Verbe, première tentative de théorisation de son école que le journal n’omet pas de mentionner. Autant de titres qui permettent d’établir la renommée de Ghil et de légitimer son « ascension » à titre de chef de file. Revues et petit journal n’évoluent donc pas indépendamment l’un de l’autre et cette étude démontrera dans la visée des travaux d’Hélène Millot que ces différents supports se complètent et n’ont d’autre raison d’exister que d’alimenter, de mettre à jour et de mettre « en scène » le débat littéraire et idéologique que se délivrent les différents pôles du champ littéraire.

  • 22 Millot (Hélène), « Chorégraphies manifestaires », dans Spectacles de la parole, sous la direction d (...)

Au cours des deux dernières décennies du xixe siècle, le champ littéraire tend en effet à se transformer en scène, à s’offrir comme une scène. On peut évidement objecter qu’il en a toujours été ainsi, que la littérature a toujours été, peu ou prou, une mise en scène d’elle-même, que le personnel littéraire a toujours été enclin à jouer des rôles, en adoptant et affichant des postures telles que la posture de l’artiste, celle du génie, celle du guide du peuple ou de la jeunesse, ou encore celle de rebelle ou du poète maudit. Il semble cependant que cette fin de siècle présente une caractéristique singulière, à savoir que ce jeu tend à devenir un jeu collectif, déterminé par la structure et le fonctionnement du paysage et du système littéraires, et plus particulièrement par la place prépondérante que tend à y occuper la presse22.

12Jeu collectif dont rend compte également l’effort de ces petits journaux, puisque chaque groupe cherche à ériger son (ou ses) représentant(s) en empruntant différentes stratégies médiatiques : la voie de la grande presse (Moréas et Kahn), ou celle plus « exclusive » des petites revues et journaux littéraires (Ghil et Baju). Par son format et sa périodicité hebdomadaire, le petit journal entretient un rapport à l’actualité littéraire et se manifeste comme une excellente scène médiatique pour exposer ouvertement les hostilités entre les divers groupes. Ainsi, nous verrons que le combat que se livrent respectivement Le Symboliste, La Décadence et Le Décadent s’exprime autour d’un discours négatif envers la grande presse.

Le petit journal et l’actualité littéraire : la place du discours critique

Périodicité et rapport à l’actualité

  • 23 « Nous tenons à informer nos lecteurs que le Décadent journal exclusivement littéraire et artistiqu (...)
  • 24 Il est difficile de trouver des chiffres exacts et cohérents du nombre de tirages de ces petits jou (...)

13Le format du « petit journal » remet en question son rapport à l’actualité : de périodicité hebdomadaire Le Symboliste paraît le jeudi, La Décadence « tous les vendredis » et Le Décadent le samedi. Plus fréquent que la revue, plus ancré dans un « imaginaire du quotidien » par son format, le « petit journal » commente et développe des événements du présent, réactualise un débat et permet à son lecteur de suivre l’événement chaque semaine. Ce rapport à l’actualité du petit journal – condition inhérente à sa périodicité et à son format – est particulièrement perceptible dans les divers genres journalistiques qu’il emprunte tels que les discours critiques, les comptes rendus de presse et les chroniques. Ainsi, en parcourant les sommaires des deux petits journaux symbolistes, nous observons que La Décadence publie majoritairement des poèmes et de la prose : dix-neuf contributions littéraires contre huit ayant trait à l’actualité sous forme de critique de réception de presse « Le Sac de Scapin », de deux « chroniques » de Leo d’Orfer, ainsi que deux autres rubriques « Ton de conversation » et « Paquets » où les membres de La Décadence se répandent en invectives contre ses contemporains, notamment le groupe du Symboliste. Ce rapport « œuvres littéraires » et « discours critique » est plus équitable pour Le Symboliste, l’on retrouve ainsi dix-sept articles critiques contre douze publications d’œuvres littéraires des collaborateurs, notamment des extraits de romans dans une colonne intitulée « actualités » qui replace ainsi ces publications dans un contexte bien présent. La rubrique « Parenthèses et incidences » tenu par de « Plowert » (pseudonyme de Paul Adam) est plus particulièrement consacrée à la réception des quotidiens, revues et petits journaux. Finalement nous retrouvons beaucoup de chroniques sur les événements culturels, notamment le théâtre, la musique, les expositions et la peinture. Aussi bien les revues que les petits journaux s’investissent dans la promotion d’événements culturels23. Ces rubriques sont calquées sur l’actualité culturelle d’un milieu donné et s’inscrivent dans une démarche de fidélisation du public24qu’il s’agit d’informer et d’inviter à ces événements.

  • 25 Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), op. cit., 2003, p. 11.
  • 26 Baju (Anatole), « Bibliographie », Le Décadent, n°31, 6 novembre 1886, p. 3.

14Parmi les différents « lieux » et « formes » de la critique dans le quotidien, Melmoux-Montaubin classe également la bibliographie25. Indiquant les ouvrages récemment ou prochainement à vendre chez les libraires, cette rubrique contribue à informer sur les nouveautés littéraires. Or, les petits journaux, tout comme les revues (surtout celles qui se doubleront d’une maison d’édition) sont autant de promoteurs d’éditeurs par le choix de libraires qu’ils proposent aux lecteurs dans leurs bibliographies sélectives. L’exemple de l’éditeur Léon Vanier est intéressant dans la mesure où symbolistes et décadents l’adaptent à leurs besoins esthétiques. Tandis que Le Symboliste recommande presque exclusivement les ouvrages de chez Vanier et le désigne stratégiquement de « Bibliopole des symbolistes », Le Décadent s’y réfère à titre d’« éditeur des Modernes et des Décadents » et cherche à construire une filiation importante entre le journal et le libraire : « Il manquait aux Décadents deux choses indispensables à tout école littéraire : un Journal et un éditeur. Aujourd’hui, l’un et l’autre sont trouvés : Le Journal c’est le Décadent, l’éditeur c’est Léon Vanier26. »

15Finalement, l’on peut associer à ces rubriques d’actualité la pratique du manifeste à titre d’exercice de synthèse sur l’état du champ littéraire selon la définition qu’en donne Yoan Vérilhac :

  • 27 Vérilhac (Yoan), op. cit., pp. 181-182.

Bien évidement, la pratique du manifeste aux temps du symbolisme est à replacer dans cet horizon notionnel et doit être, d’une certaine manière, rapprochée de la chronique. Le discours manifestaire est plutôt une synthèse provisoire sur l’état de l’évolution littéraire que la prolifération d’un dogme sanctionnant la fin de l’histoire ou promettant une révolution. Il se définit dès lors comme le moyen de délivrer un double discours au présent et à l’histoire, une double parole médiatique et historique en tant qu’elle enregistre un moment de l’évolution27.

  • 28 « Toutes les fois qu’une nouvelle école littéraire s’affirme et cherche à s’implanter, l’ancienne, (...)
  • 29 Vérilhac (Yoan), op. cit., p. 182.

16La fonction de l’auteur d’un manifeste est rapprochée de celle d’un historien de la littérature qui se montre conscient d’agir sur la littérature contemporaine par la proclamation d’une nouvelle esthétique. C’est surtout au sein du Décadent que nous retrouvons le plus grand nombre de manifestes sous la plume de Baju. Cette récurrence témoigne bien de ce souci de mettre constamment son programme esthétique à jour et de rendre compte de son évolution. D’ailleurs ses ennemis changeront au fil du temps puisque nous constatons qu’à ses débuts Baju insiste surtout sur une bipolarisation du champ littéraire entre naturalistes et décadents28. Nous avons vu avec le manifeste de Moréas que le lieu de publication influe également sur le statut du texte et de son auteur. Pourtant il est tout de même assez étonnant que ces trois groupes ont justement recours au quotidien ou au petit journal pour publier ces textes plutôt qu’aux revues – l’on peut émettre l’hypothèse que la périodicité et le rapport à l’actualité de ces organes favorisent la portée même du manifeste qui selon Vérilhac « doit aussi être compris comme un des outils à la disposition de la jeune critique pour faire exister la littérature comme événement dans une civilisation médiatique29. » Le petit journal est un lieu adéquat pour le manifeste, mais surtout il participe en prenant appui sur la réception de la grande presse à faire de la querelle qui oppose décadents et symbolistes un « événement » littéraire à la une. Nous proposons donc de voir comment s’expriment ces diverses oppositions, puisque l’hostilité entre les petits journaux en question s’articule autour d’un discours négatif sur la critique littéraire dans la presse quotidienne.

La mise en scène du débat entre petits journaux symbolistes et décadents

17Au cœur de l’actualité littéraire, ces petits journaux exposent le combat que se livrent ces trois groupes et permettent d’étudier la façon dont chaque titre rend compte de cette hostilité dans les chroniques dédiées à la réception de la presse. Profitant du « tapage » médiatique qu’a provoqué la publication du Manifeste dans le Figaro, aussi bien Le Symboliste que La Décadence cherchent à défendre leurs représentants des griefs de la presse. L’opposition entre ces deux chapelles symbolistes s’articule donc autour d’un autre discours : celui de la confusion identitaire qu’engendre la presse entre symbolistes et décadents. Afin de discréditer son ennemi, il s’agit pour Le Symboliste de rapprocher La Décadence du groupe décadent et d’exercer une double critique : contre les décadents et contre la presse en général. Parmi les collaborateurs du Symboliste, Paul Adam (et son pseudonyme Plowert) mène ce combat avec les autres médias dans sa rubrique « Incidences et Parenthèses » où il commente la réception du petit journal et s’acharne contre ses adversaires. Outre cette chronique, il publie un long article « La Presse et le Symbolisme » où il s’en prend aux critiques des quotidiens qui ne cessent de confondre les groupes décadents et symbolistes, – par la même occasion il désigne les revues concurrentes où se range aussi l’organe de Ghil:

  • 30 Adam (Paul), « La Presse et le Symbolisme », Le Symboliste, n°1, 7 octobre 1886, p. 2.

Malicieusement on confondit avec eux les réelles personnalités du mouvement symboliste, on attribua à ceux-ci les œuvres de ceux-là et réciproquement. À l’encontre des théories de M. Jean Moréas, on présenta celles de MM. Baju et Ghil et, sans citer la Vogue, seule revue admise, on reproduisit à grand fracas d’exorcismes les diaboliques naïvetés du Scapin ou du Décadent. C’était une façon habile de simplifier la tâche. […] Par suite, nous répudions absolument ce titre : Décadence, puisque nous cultivons précisément une littérature différente de ces écrivains30.

18Bien entendu, la confusion entre les titres de journaux de Ghil et de Baju est un argument dont joue la presse quotidienne et également Le Symboliste. Une semaine plus tard Ghil répond à cet article en cherchant à légitimer à son tour son Manifeste : son Traité du Verbe est antérieur à celui de Moréas et a été chaleureusement accueilli par Stéphane Mallarmé.

  • 31 Ghil (René), « Ton de conversation », La Décadence, n°3, 15 octobre 1886, p. 10.

Or, public qui ne sais pas, causons. Vient de paraître, organe de l’École du vers faux dont je donnai naguère les noms principaux, le Symboliste à son premier numéro. (Tranquillement je réitère que le Symbole à ce Symboliste est inconnu : ou seraient alors deux sortes de symboles ?) En ce premier numéro je relève ceci, me concernant. Quelqu’un y déclare : qu’au Manifeste de M. Moréas, au Figaro, l’on voulut opposer les Théories de MM. Baju et Ghil. Ils savent, ces Messieurs du Symboliste, que M. Baju n’a pas de Théories et n’est pas littérateur : et ils savent trop que, moi, je suis littérateur, avec des Théories. Car d’où vient leur guerre plus ou moins traîtresse contre moi et ces exils bizarres de mon nom, qui sonne quand même ? Ah ! depuis le 1er septembre, lorsque commença M. Sarcey, l’on a parlé de ce Traité du Verbe, de M. René Ghil. L’on en parlait hélas ! longtemps avant le Manifeste de M. Moréas, et « l’on ne voulut donc pas l’opposer au dit Manifeste »31.

  • 32 La Décadence, n°1, 1er octobre 1886, p. 4.

19Très clairement, Le Symboliste et La Décadence constituent des groupes rivaux, deux « pôles symbolistes » où chaque représentant tient à s’imposer sur la scène avant-gardiste. Il s’agit pour Kahn et Moréas (grâce à Paul Adam) ainsi que pour Ghil de légitimer leurs manifestes en critiquant les adversaires. Pourtant, malgré leur hostilité affichée envers l’autre, ces deux titres présentent l’avantage de mener une campagne plus efficace contre Le Décadent puisqu’ils s’y opposent conjointement. Il s’agit également de prendre position dans le débat « médiatique » qu’engendre la dissension à l’intérieur même de ces groupes, puisqu’aussi bien Ghil que Kahn ou Moréas ont à un moment donné contribué au Décadent auquel ils s’opposent désormais. D’une part, Le Décadent a servi de tremplin pour plusieurs membres du Scapin et de La Décadence¸ notamment René Ghil : son Traité du Verbe y est applaudi par Baju et il y collabore irrégulièrement d’août à début octobre 1886. Pour Ghil, La Décadence représente l’occasion idéale pour « s’émanciper » de la tutelle d’autres organes. Même s’il n’est nommé qu’à titre de secrétaire de la rédaction, il occupe cependant un rôle plus important puisqu’il en est le porte-parole et fait du journal l’organe de son école dans son manifeste inaugural: « De cette dernière École Symbolique et Harmoniste, classique en son progrès, la présente Décadence sera l’organe32. » D’autre part, il n’est pas celui qui confronte Baju, puisque c’est sous la plume de Leo d’Orfer que La Décadence affiche très concrètement son opposition au Décadent :

  • 33 La Décadence, n°2, 8 octobre 1886, p. 5.

Il est temps que cela finisse. Les injures débordantes de la presse quotidienne nous jettent matin et soir à la tête celle d’un sieur Baju Anatole, qui dirige, rédige et compose le journal Le Décadent. D’après les échotiers, les chroniqueurs et même certains romanciers, tels que M. Auguste Saulière, le dit sieur Baju serait le chef de la nouvelle école. Et son nom est accouplé, d’une façon agréable et souriante, aux noms de MM. Stéphane Mallarmé, Paul Verlaine et René Ghil. […] il faut que désormais nos amis soient lavés de cette promiscuité qui nous a d’ailleurs éclaboussés tous un peu, et que le dit sieur Baju (Anatole) reprenne le manteau et la réputation guibollardesques qu’il a si bien gagnés33.

  • 34 La Décadence, n°3, 15 octobre 1886, p. 9.

20Le titre même du journal renvoie par un geste de provocation à l’organe de Baju au risque d’entrainer une confusion supplémentaire. Par l’attention ainsi portée au Décadent et aux critiques qui dressent les analogies entre ces deux groupes, La Décadence décide de fusionner avec Le Scapin : « Pour empêcher des assimilations regrettables et éviter à l’avenir tout malentendu, la Décadence, publiée par le Direction du Scapin, prendra, à partir du prochain numéro, le titre de Scapin34 ». Tout comme dans Le Symboliste, l’opposition au Décadent s’inscrit dans un discours sur la réception de ces titres par la presse qui à son tour se voit sévèrement critiquée.

  • 35 Baju (Anatole), « Le Décadent », Le Décadent, n°26, 2 octobre 1886, p. 1.
  • 36 Baju (Anatole), «  Chronique », Le Décadent, n°27, 9 octobre 1886, p. 1 : « […] Ce fait mémorable s (...)

21Finalement, il est intéressant de considérer la démarche du pôle adverse, puisque Baju ignore tout à fait ces petits journaux symbolistes ; un lecteur du Décadent ne retrouve ainsi aucune mention de ces titres rivaux. Une semaine avant le lancement de ces organes concurrents, Baju considère ces groupes comme des prolongements du sien et préconise une réunion des écoles plutôt qu’une rupture : « Décadents proprement dits, Symbolistes et Quintessents doivent se coudoyer ici dans une noble confraternité. Le Décadent est l’organe de l’ensemble et non pas d’une secte particulière35. » Les sommaires des quatre numéros d’octobre présentent le tour de force de vouloir imposer le « Décadisme » à titre d’avant-garde reconnue. Dans la « Chronique » du 9 octobre Baju déclare : « L’événement le plus considérable de l’année est assurément l’affirmation de l’École décadente36. » La seule référence au symbolisme s’inscrit finalement dans une critique contre le quotidien l’Événement en dénonçant implicitement le rôle de ce journal dans la promotion de Kahn auquel Baju ne fait qu’allusion :

  • 37 Baju (Anatole), « Journaux et revues », Le Décadent, n°26, 2 octobre 1886, p. 3.

On lit dans l’Événement de mercredi une larmoyante élégie qui a du moins le mérite de la sincérité. Le directeur d’une revue absolument inconnue du public se plaint amèrement d’être l’objet d’une sorte de conspiration du silence de la part de la Presse, tandis que l’on fait au Décadent des réclames tumultueuses dans tous les grands journaux de Paris, tels que le Temps, le Gaulois, la Justice, etc.37

  • 38 Baju (Anatole), « M. Champsaur et les Décadents », Le Décadent, n°28, 16 octobre 1886, p. 1.

22Outre Kahn, il se réfère à deux autres chroniqueurs de l’Événement – Paul de Bart et surtout Félicien Champsaur auquel il consacre une chronique en première page et où il fait appel à l’autorité de Mallarmé pour empêcher toute opposition : « Naturellement, il est tombé dans le Symbolisme et sur la foi de quelques braillards sans autorité, il a cru naïvement que la littérature décadente serait symbolique sous peine de ne pas être. Par respect pour le Maître qui a formulé le premier la doctrine symbolique, Stéphane Mallarmé, il ne m’est pas permis de combattre le Symbolisme38. » C’est une façon habile de dévier tout conflit avec les symbolistes en admettant Mallarmé comme seul véritable représentant. Baju n’accorde ainsi aucun crédit à ses adversaires que sont les petits journaux concurrents et ses membres.

23Hormis les hostilités (affichées ou masquées) entre ces trois petits journaux, ils ont en commun de vouloir ériger leur(s) chef(s) d’école et surtout de réagir aux critiques de la presse. Ce dialogue, tout comme le précédent, varie selon le titre et la stratégie de leurs représentants pour s’implanter dans cette querelle médiatique qu’occasionne la réception des grands quotidiens.

La critique de la grande presse

24Le petit journal se définit donc comme un « média de combat » adéquat pour prendre part dans le débat qu’engendre la presse entre décadents et symbolistes en critiquant et attaquant de plein front les critiques et les quotidiens en question. C’est ainsi que dans le premier numéro du Symboliste, Paul Adam dresse le portrait d’un reporter qui dans ce mois particulier d’octobre 1886 doit mettre ses notes à jour quant aux événements littéraires. Cette brève description sous un titre évocateur « Monsieur Au-Jour-le-Jour » met en évidence le rapport du journaliste à l’actualité qui est ici tourné en dérision :

  • 39 Adam (Paul), op. cit., p. 2.

M. Mermeix eut toujours pour la langue française une sollicitude filiale. Fortuitement ce Ballerich apprend les attentats dont elle fut, cette année, victime. Il s’émeut, et, devant le cadavre de sa mère assassinée, fait fumer l’encens de ces phrases « Il faut recommencer à rouler chaque matin la pierre qui retombe le soir. Le mois d’octobre voit revenir pour nous le travail forcé quotidien. Adieu les belles journées de farniente ! En sortant de mon engourdissement d’été j’apprends… » Puis il narre le crime, stigmatise deux des chefs de la bande, MM. Verlaine et Mallarmé (La France, numéro du 6 octobre). Tout cela sur le vu d’un tolichon journal pseudo-symboliste et trop réellement Décadent. Vraiment, cet autre Dubrujeaud semble quelque retardataire gazetier départemental, confiné dans sa bourgade et qui n’a pas lu les articles où la bénévolence du Figaro, de l’Événement, du Cri, du Temps, de la Justice, etc., lui fournissait le moyen de grimer d’un semblant d’érudition son ignorance39.

25La tâche du journaliste est décrite comme une mission sisyphienne, pénible mais inutile car il se réfère selon Adam aux mauvaises références et omet l’effort de son équipe du Symboliste. Cette citation démontre également que ce groupe a justement fait usage de la presse, non pas du quotidien La France qu’il critique sévèrement, mais d’autres comme le Figaro et l’Événement, ainsi que la réception que leur accorde des critiques du Temps et de la Justice. Tous les autres quotidiens et critiques sont en quelque sorte répudiés par Adam :

  • 40 Ibid.

Seuls, MM. Sutter Laumann et Anatole France écrivirent de plus raisonnables critiques. Nous y répondrons. Quant aux quelconques reporters dont la brutale ignorance se manifesta, nous nous garderons ici, jugeant leur langage pur défaut d’éducation, de tenir envers ces gavroches mal appris le rôle de gouvernante anglaise40.

26Aucun compromis possible avec ces « reporters » que le petit journal dénonce. L’attaque semble d’ailleurs plus radicale de la part de La Décadence : dans la rubrique intitulée « Le Sac du Scapin » c’est au nom de toute l’équipe, qu’ils s’adressent et accusent les chroniqueurs des principaux quotidiens qui portent préjudice à Ghil, à son journal et au Scapin qui les soutient :

  • 41 La Décadence, n°1, 1er octobre 1886, pp. 3-4.

M. Henry Fouquier, dans le xixe Siècle, attaque vivement l’école symbolique ; il croit devoir passer sous silence les poésies et les articles du Scapin qui ne sont pas « décadents ». Il déclare qu’avec “une bonne foi absolue, un quart d’heure à perdre, une intelligence moyenne, et quelque connaissance de notre bonne langue française”, il n’a pas compris un traître mot du sonner de notre collaborateur Ghil. Nous le regrettons vivement pour M. Fouquier. M. Sutter Laumann, dans la Justice, consacre deux feuilletons aux “Décadents”. […] Nous nous étonnons qu’à la Justice, où ne sont pas rares les écrivains de grand talent, on ait laissé passer une critique aussi peu sérieuse. […] Le Temps a inventé un vocable nouveau : Le Décadisme. C’est le mot le plus spirituel de l’article. Le Scapin, vous l’ignorez sans doute « est exclusivement consacré à la glorification de l’école et de ses adeptes. » C’est « la Revue officielle du Décadisme ». Sutter Laumann, va ! [...] Nous n’avons aucun compte à tenir de la grossière critique d’un soi-disant « Didier » de l’Écho de Paris qui n’a même pas eu l’esprit de nous nommer41.

27Parue dans le numéro inaugural, cette liste « noire » de chroniqueurs défavorables au journal de Ghil rend compte du peu de complicité qu’entretient La Décadence avec la presse quotidienne. Contrairement au Symboliste dont la stratégie des représentants passe justement par le truchement de la presse et de la réception médiatique, La Décadence occupe une position plus marginale, elle tient à ériger son représentant par la voie du petit journal (et de la revue) et accorde peu de crédit à la grande presse. Pourtant, tout comme Le Symboliste, ce petit journal prend position dans ce débat médiatique et tente de se définir en opposition au Décadent.

  • 42 Pour plus de détails sur cette collaboration entre La Vogue et Le Décadent et les conséquences, voi (...)
  • 43 Baju (Anatole), « Le Décadent », Le Décadent, n°26, 2 octobre 1886, p. 1 : « Nous devons cependant (...)

28Par rapport aux petits journaux d’octobre, le Décadent représente un document plus complet pour analyser le rapport à la grande presse dans une durée plus importante. Pourtant, l’on constate que ce dialogue avec les quotidiens s’engage en même temps : c’est à partir de la collaboration de l’équipe de la Vogue au Décadent42 (n° 25 du 23 septembre 1886), – une semaine après la publication du Manifeste de Moréas et juste avant la création du Symboliste et de La Décadence que le journal de Baju se montre attentif à la réception des divers quotidiens. Grâce à une nouvelle rubrique intitulée « journaux et revues » le directeur du Décadent prend position dans ce débat médiatique et désigne les chroniqueurs qui leur sont favorables, notamment Sutter Laumann de la Justice43, ainsi que ses ennemis qu’il aborde d’un ton enjoué et plus distancié que les attaques que profèrent les petits journaux symbolistes :

  • 44 Ibid.

Quant aux autres, la plupart, aveugles de préjugés et ne tenant nul compte de notre persévérance et de nos efforts, ne nous ont d’abord considérés qu’au point de vue des effets qu’ils pouvaient tirer d’une chronique sur nous ; maintes fois ils ont tenté de faire rire la galerie à nos dépens. Heureusement ils se sont vite aperçus de leur aberration et aujourd’hui leur raillerie est presque disparue : ils nous sont carrément hostiles en attendant qu’ils nous deviennent sympathiques44.

  • 45 Baju (Anatole), « L’École décadente », Le Décadent, n°24, 18 septembre 1886, p. 1.

29Baju prend appui sur cette réception médiatique : tout article a une utilité publicitaire qui irrite ses adversaires comme le démontrent justement les griefs du Symboliste et de La Décadence. Cependant, c’est au sein même de son journal que s’exprime plus concrètement une défense de la critique littéraire par un personnel plus spécialisé que les chroniqueurs des grands journaux : « Nous aimons à être discutés, raillés, assommés même par des littérateurs et non pas par des marchands de papier45. » Les diverses rubriques ainsi consacrées à la presse témoignent bien de l’effort de ces petits journaux à replacer un discours qui à l’origine se tient dans les quotidiens dans le cadre du support plus spécifiquement littéraire et sous la plume légitime de ses auteurs. Même après la fin des petits journaux symbolistes, Baju fait appel aux écrivains pour défendre et définir le courant littéraire, toujours aussi conscient du rôle que doit endosser l’écrivain dans l’évolution littéraire :

  • 46 Baju (Anatole), « Sensationnisme », Le Décadent, n°32, 13 novembre 1886, p. 1.

Maintenant que les chroniquailleurs (ces anatomistes du derme) ont parachevé leur facile tâche et épuisé leurs stocks d’épigrammes, ne serait-ce pas temps que de plus sérieux écrivains se missent à examiner la question ? Qu’ils cherchassent, par une attentive analyse, à découvrir, parmi les complexes et individuelles théories, la tendance générale et maîtresse de la nouvelle évolution littéraire46.

  • 47 Les Écrits pour l’Art, 1e série de janvier 1887 à janvier 1893 ; 2e série de mars 1905 à février 19 (...)

30Or, cette mission est bien celle que doit accomplir l’écrivain au sein de cette presse littéraire : un lieu fait par des écrivains pour des écrivains où il est légitime de parler littérature. Cette idée persiste dans les petites revues qui prendront la relève des petits journaux. En effet, cette forme éditoriale est vite abandonnée, aussi bien par les symbolistes qui se réuniront autour des petites revues telles que La Vogue, Le Scapin, La Pléiade et Les Écrits pour l’Art47, que par le pôle décadent – la deuxième série que lance Baju en 1887 se présente sous forme de revue. Contrairement au petit journal, la périodicité de la revue, paraissant une à deux fois par mois, permet à son personnel de développer une pratique de la critique littéraire moins soumise aux conditions temporelles resserrées de ces petites feuilles qui commentent à un rythme hebdomadaire l’accueil que leur réserve les grands quotidiens.

  • 48 Titre que nous empruntons à la courte anthologie de Jean Moréas, Les Premières Armes du Symbolisme, (...)
  • 49 Vérilhac (Yoan), op. cit., p. 60 : « Le point problématique de ces feuilles est une position fondam (...)

31Nous pouvons donc conclure sur cette idée que ces petits journaux représentent bien un objet à part, une forme hybride entre journal et revue et une première tentative de détachement et d’opposition au grand journal grâce à la création d’une presse plus spécifique. Contrairement au Décadent qui publie régulièrement son journal pendant huit mois, le petit journal symboliste représente donc bien un format « intermédiaire » ou plutôt un « format de circonstance » où le discours de ces groupes naissants prend place dans un débat médiatique que lance la grande presse. Par leur goût prononcé pour la provocation et la combativité, Le Symboliste et La Décadence représentent les « premières armes du symbolisme48 » par lesquelles le champ littéraire s’autonomise en s’associant ou en s’opposant à la grande presse selon les divers représentants. Son format répond donc à une stratégie d’implantation dans le champ médiatique, mais c’est justement ce rapport à la grande presse qui pose le problème inhérent quant à sa « médiatisation49 » : le petit journal attaque et critique la grande presse tout en prenant appui sur sa réception – il n’a d’autre sens à son existence que d’alimenter et de mettre à jour le débat entre décadents et symbolistes qui vers la fin du moins d’octobre 1886 semble ne plus être d’actualité.

Haut de page

Bibliographie

Barre (André), Le Symbolisme, essai historique sur le mouvement poétique en France de 1885 à 1900, Thèse pour le doctorat, Faculté des Lettres de l’Université de Paris, Paris, Jouve & Cie, 1911.

Biétry (Roland), Les Théories poétiques à l‘Epoque symboliste (1883-1896), Paris, Peter Lang, 1989.

Didier (Bénédicte), Petites revues et esprit bohême à la fin du xixe siècle (1878-1889), Paris, l’Harmattan, « Critiques Littéraires », 2009.

Jouanny (Robert A.), Jean Moréas écrivain français 1979-1910, étude biographique et littéraire, Abbeville, F. Payard, 1969.

Bertrand (Jean-Pierre), « De l’amitié littéraire : Laforgue et Kahn, ou la naissance d’une clique », dans Gustave Kahn (1859-1936), sous la direction de Sophie Basch, Paris, éditions classiques Garnier, 2009, pp. 343-372.

Lethève, Jacques, Impressionnistes et symbolistes devant la presse, Paris, Armand Colin, 1959.

Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Erudition, 2007.

Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), « Autopsie d’un décès. La critique dans la presse quotidienne de 1836 à 1891 », Romantisme, n°121, 2003, pp. 9-22.

Millot (Hélène), « Chorégraphies manifestaires », dans Spectacles de la parole, sous la direction d’Hélène Millot & Corinne Saminadayar-Perrin, Saint-Etienne, éditions des Cahiers intempestifs, « Lieux littéraires », 2003, pp. 361-374.

Mondor (Henri), Vie de Mallarmé, Paris, Gallimard, 1941.

Richard (Noël), À l’aube du symbolisme, Hydropathes, fumistes et décadents, Paris, Libraire Nizet, 1961.

Richard (Noël), Le mouvement décadent, Paris, Librairie Nizet, 1968.

Thérenty (Marie-Ève), « Une invasion de jeunes gens sans passé. Au croisement du paradigme éditorial et de la posture générationnelle », Romantisme, n°147, 2010, pp. 41-54.

Thérenty (Marie-Ève), « Poétique historique du support et énonciation éditoriale : la case feuilleton au xixe siècle. », Communication et langages, n° 166, décembre 2010, pp. 3-19.

Vaillant (Alain), Bertrand (Jean-Pierre), Régnier (Philippe), Histoire de la Littérature française du xixesiècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2e édition, 2011.

Van Nuijs (Laurence), « Postures journalistiques et littéraires », Interférences littéraires/ Literaire interfernties, n° 6, mai 2011, pp. 7-17.

Vérilhac (Yoan) « L’art et le journalisme sont incompatibles: l’effort des petites revues dans le spectacle de la critique fin-de-siècle », dans Spectacles de la parole, sous la direction d’Hélène Millot & Corinne Saminadayar-Perrin, Saint-Etienne, Editions des Cahiers intempestifs, « Lieux littéraires », 2003, pp. 345-359.

Vérilhac (Yoan), La Jeune Critiques des petites revues symbolistes, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2010.

Haut de page

Notes

1 Le présent article a été réalisé dans le cadre d’un projet bénéficiant du soutien du Fond National de la Recherche du Luxembourg.

2 Thérenty (Marie-Ève), « Poétique historique du support et énonciation éditoriale : la case feuilleton au xixe siècle. », Communication et langages, n° 166, décembre 2010, pp. 3-19 ; Thérenty (Marie-Ève), « Une invasion de jeunes gens sans passé. Au croisement du paradigme éditorial et de la posture générationnelle », Romantisme, n° 147, 2010, pp. 41-54.

3 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Erudition, 2007. Voir également : Van Nuijs (Laurence) « Postures journalistiques et littéraires », Interférences littéraires/ Literaire interfernties, n° 6, mai 2011, pp. 7-17.

4 Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), « Autopsie d’un décès. La critique dans la presse quotidienne de 1836 à 1891 », Romantisme, n°121, 2003, pp. 9-22.

5 « Le Directeur du Scapin¸ M. Raymond, qui a de l’argent, paraît-il, fonde un petit journal, La Décadence, et il est venu m’offrir de diriger la rédaction selon vous et moi et ce qui est exposé au Traité […] » (Lettre de René Ghil à Mallarmé, dans Mondor (Henri), Vie de Mallarmé, Paris, Gallimard, 1941, vol I, p. 491) ; « C’est après l’avoir [Verlaine] lu ou entendu réciter dans telle brasserie du Quartier Latin que M. Paul Adam encore adolescent, fonda un petit journal de littérature bravement appelé : La Décadence » (dans Rémy de Gourmont, Promenades littéraires, Paris, Vanier, 1904, p. 191).

6 Vérilhac (Yoan), La Jeune Critiques des petites revues symbolistes, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2010, p. 45.

7 Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), op. cit.

8 Kahn (Gustave), Trente Ans de Symbolisme, cité par Bertrand (Jean-Pierre), « Laforgue et Kahn, ou la naissance d’une clique », dans Gustave Kahn (1859-1936), sous la direction de Sophie Basch, Paris, éditions classiques Garnier, 2009, p. 369.

9 Jouanny (Robert), Jean Moréas : écrivain français 1878-1910 : étude biographique et littéraire, Abbeville, F. Paillard, 1969, p. 255.

10 France (Anatole), « Examen du Manifeste », Le Temps, 26 septembre 1886. Cet article a été repris dans Moréas (Jean), Les Premières Armes du Symbolisme, Paris, L. Vanier, 1911, pp. 40-47.

11 Pour un bilan complet des articles parus dans la presse sur le symbolisme en 1886, voir Barre (André), Le Symbolisme, essai historique sur le mouvement poétique en France de 1885 à 1900, Paris, Jouve Editeurs, 1911, pp. 101-131.

12 Kahn (Gustave), « Réponse des Symbolistes », L’Événement, 28 septembre 1886. Les passages importants sont repris dans un article d’Adam (Paul), « Le symbolisme », La Vogue, t. II, n° 12, 4-11 octobre 1886, pp. 399-400.

13 Baju (Anatole), « Les Parasites du Décadisme », Le Décadent, deuxième série, n°2, 1-15 janvier 1888, p. 5.

14 Baju (Anatole), « La critique », Le Décadent, 2e série, n°5, 15-29 février 1888, p. 9.

15 Adam (Paul), « Parenthèses et Incidences », Le Symboliste, n°1 du 7 octobre 1886, p. 2.

16 Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), op. cit., p. 19.

17 Baju (Anatole), « Seul ! », Le Décadent, n°7 du 22 mai 1886, p. 1 : « Publier un journal sans l’avoir annoncé, sans le concours d’une feuille amie pour lui souhaiter la bienvenue, sans un seul article d’une sommité quelconque, sans avoir dans sa Rédaction autre chose que des écrivains absolument inconnus. On conviendra que c’est raide, surtout à Paris où le public ne veut que des noms. C’est pourtant dans ces conditions qu’est paru le Décadent ».

18 Le Scapin littéraire, artistique et théâtral : 1e série sous forme de petit journal de décembre 1885 à avril 1886 ; 2e série sous forme de revue de septembre à décembre 1886.

19 La Vogue : 1e série d’avril à décembre 1886 ; 2e série de juillet à septembre 1889 ; 3e série de janvier à mars 1901.

20 La Décadence, n° 1 du 1er octobre 1886, p. 2.

21 La Pléiade, 1ère série, 12 numéros de mars à novembre 1886 ; 2e série, 5 numéros d’avril à octobre 1889. Il est intéressant de souligner que cette dernière ne paraît pas de septembre à octobre lorsque sont publiés les petits journaux symbolistes, peut-être pour se tenir à l’écart de ce débat médiatique.

22 Millot (Hélène), « Chorégraphies manifestaires », dans Spectacles de la parole, sous la direction d’Hélène Millot & Corinne Saminadayar-Perrin, Saint-Etienne, éditions des Cahiers intempestifs, « Lieux littéraires », 2003, p. 363.

23 « Nous tenons à informer nos lecteurs que le Décadent journal exclusivement littéraire et artistique les tiendra au courant de tous les événements de la littérature et des arts. Aucun fait – pourvu qu’il ne soit pas d’une trop minime importance – intéressant le monde intellectuel ne se produira sans être immédiatement relaté et apprécié à notre façon. », Le Décadent, n° 2, 17 avril 1886, p. 4.

24 Il est difficile de trouver des chiffres exacts et cohérents du nombre de tirages de ces petits journaux qui puissent donner une notion de l’étendue de leur public. La seule référence au nombre de tirages se trouve dans La Décadence (n° 2, 8 octobre 1886, p. 2) : « Vingt-deux mille exemplaires [pour Le Scapin et La Décadence], bien et dûment tirés et certifiés, apportent chaque mois nos œuvres à des lecteurs sûrs. Les trois cent cinquante Décadents hebdomadaires sont bien lointains. » Cette citation soulève des doutes quant aux chiffres exposés, un tel succès n’expliquerait pas la fin subite de ce petit journal…Quant au Symboliste, aucune indication sur le nombre de tirages, mais l’on peut supposer que le petit journal a circulé parmi les soixante-quatre abonnés de La Vogue.

25 Melmoux-Montaubin (Marie-Françoise), op. cit., 2003, p. 11.

26 Baju (Anatole), « Bibliographie », Le Décadent, n°31, 6 novembre 1886, p. 3.

27 Vérilhac (Yoan), op. cit., pp. 181-182.

28 « Toutes les fois qu’une nouvelle école littéraire s’affirme et cherche à s’implanter, l’ancienne, celle qui est encore en vogue et qui va disparaître, se dresse dans son orgueil d’agonisante et insulte sa jeune rivale avec l’hydrophobe acrimonie d’une vieille maîtresse délaissée. C’est l’histoire des Classiques et des Romantiques, des Romantiques et des Naturalistes, des Naturalistes et des Décadents. […] Aujourd’hui c’est le Naturalisme et le Décadisme qui sont je ne dirai pas aux prises –il y a quelquefois de la répugnance à se colleter ave certains adversaires – mais face à face. » Baju (Anatole), « Esthétique décadente », Le Décadent, n°10, 12 juin 1886, p. 1.

29 Vérilhac (Yoan), op. cit., p. 182.

30 Adam (Paul), « La Presse et le Symbolisme », Le Symboliste, n°1, 7 octobre 1886, p. 2.

31 Ghil (René), « Ton de conversation », La Décadence, n°3, 15 octobre 1886, p. 10.

32 La Décadence, n°1, 1er octobre 1886, p. 4.

33 La Décadence, n°2, 8 octobre 1886, p. 5.

34 La Décadence, n°3, 15 octobre 1886, p. 9.

35 Baju (Anatole), « Le Décadent », Le Décadent, n°26, 2 octobre 1886, p. 1.

36 Baju (Anatole), «  Chronique », Le Décadent, n°27, 9 octobre 1886, p. 1 : « […] Ce fait mémorable sera consigné dans les Annales de l’an de grâce 1886. Il surpassera tous les autres par son importance, comme un monument grandiose qui écrase les misérables échoppes qui s’appuient au pied de ses murs. »

37 Baju (Anatole), « Journaux et revues », Le Décadent, n°26, 2 octobre 1886, p. 3.

38 Baju (Anatole), « M. Champsaur et les Décadents », Le Décadent, n°28, 16 octobre 1886, p. 1.

39 Adam (Paul), op. cit., p. 2.

40 Ibid.

41 La Décadence, n°1, 1er octobre 1886, pp. 3-4.

42 Pour plus de détails sur cette collaboration entre La Vogue et Le Décadent et les conséquences, voir Didier (Bénédicte), Petites revues et esprit bohême à la fin du XIXe siècle (1878-1889), Paris, l’Harmattan, « Critiques Littéraires », 2009, pp. 57-65.

43 Baju (Anatole), « Le Décadent », Le Décadent, n°26, 2 octobre 1886, p. 1 : « Nous devons cependant rendre cette justice à plusieurs de nos Critiques : quelques-uns sont sincères. Entre autres, M.Sutter Laumann, de la Justice. Dans les articles hebdomadaires qu’il consacre aux Décadents, absence totale de cette haine stupide qu’on voue aux Jeunes sans trop savoir pourquoi et velléité, sinon désir, d’apprécier à leur juste valeur les écrivains de la nouvelle école. »

44 Ibid.

45 Baju (Anatole), « L’École décadente », Le Décadent, n°24, 18 septembre 1886, p. 1.

46 Baju (Anatole), « Sensationnisme », Le Décadent, n°32, 13 novembre 1886, p. 1.

47 Les Écrits pour l’Art, 1e série de janvier 1887 à janvier 1893 ; 2e série de mars 1905 à février 1906.

48 Titre que nous empruntons à la courte anthologie de Jean Moréas, Les Premières Armes du Symbolisme, Paris, Léon Vanier, 1889. Cet ouvrage est une autre forme de consécration « rétroactive » par le rassemblement des articles de Moréas parus dans le Figaro et le Symboliste.

49 Vérilhac (Yoan), op. cit., p. 60 : « Le point problématique de ces feuilles est une position fondamentalement contradictoire vis-à-vis de la médiatisation. C’est très certainement dans les organes des premiers temps que les charges contre la grande presse sont les plus systématiques et les plus violents. Elles sont combinées avec un discours très négatif quant au public qui alternativement est tenu pour victime ou pour coupable des abêtissements des médias. La rupture radicale avec la presse, le public, la politique, le siècle…tient lieu de politique rédactionnelle. L’organe décadent livre donc une face radicalement marginale et fonde son activité et ses valeurs sur l’impossibilité d’aucune conciliation, aucune concession, avec le monde moderne. Cependant c’est aussi dans ces revues que l’on est le plus à l’affût de sa pénétration dans les autres médias. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Silva Pereira, « « Les premières armes du symbolisme » : le rôle du « petit journal » dans la querelle symboliste de 1886 », COnTEXTES [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/5318 ; DOI : 10.4000/contextes.5318

Haut de page

Auteur

Véronique Silva Pereira

Université Montpellier III, Université du Luxembourg

Haut de page