Skip to navigation – Site map

Femmes de lettres dans la presse féminine (1964-1974)

Claire Blandin

Full text

1Par sa vitalité et sa diversité, la presse magazine constitue un segment essentiel de la presse écrite française du xxe siècle. Le genre apparaît au milieu du xixe siècle, avec des publications illustrées caractérisées par la variété de leur contenu. Le terme « magazine » est d’ailleurs une déformation anglaise du français « magasin », désignant un entrepôt où étaient conservés divers types de marchandises. Lorsque le mot revient dans le monde de la presse française, c’est pour désigner des publications encyclopédiques : Le Magasin pittoresque (1833), par exemple, est un hebdomadaire illustré. Quelques années plus tard, son directeur, Édouard Charton, crée Le Tour du monde qui permet au lecteur de découvrir des horizons lointains. Mais la presse illustrée s’intéresse aussi à l’actualité et, à la suite du London Illustrated News, L’Illustration est créée à Paris en 1843. Le journal couvre pendant un siècle la vie publique du pays.

  • 1 Vu est lancé par Lucien Vogel en 1928 ; Regards a été créé en 1931. Hebdomadaire sportif lancé par (...)

2L’une des caractéristiques du magazine est en effet d’accorder une grande place aux illustrations. L’évolution des procédés techniques permet ce développement au cours du siècle : l’illustration photographique devient d’un usage courant dans les années 1920. Une nouvelle génération d’illustrés, préparant les magazines modernes, voit d’ailleurs le jour dans la période de l’entre-deux-guerres. Vu, Regard et bientôt Match présentent la riche actualité des années 1930 au public français1.

3La littérature trouve, sous diverses formes, sa place dans ces publications illustrées. Les historiens de la presse considèrent que certains titres comme Lectures pour tous participent à ce courant de diversification des supports. Dans l’entre-deux-guerres, les grands reportages sont œuvre de littérateurs qui, comme Joseph Kessel ou André Malraux, publient ensuite les récits de leurs exploits en volumes. Surtout, la contribution littéraire est perçue comme un passage obligé pour les nouveaux titres cherchant à s’imposer et à installer leur légitimité. Créé en 1938 sur l’impulsion de Jean Prouvost, Marie-Claire, magazine de la femme moderne, propose ainsi chaque semaine un récit littéraire à ses lectrices.

  • 2 Depuis cette date, on imprime en France plus de magazines que de quotidiens chaque jour. Charon (Je (...)
  • 3 Marie Chominot a ainsi montré que c’est dans Paris-Match que les Français trouvent des images de la (...)
  • 4 La persistance d’hebdomadaires d’actualité est une spécificité française. Ils ont été remplacés par (...)

4L’existence de cet espace réservé à la littérature dans le magazine est essentielle pour appréhender les relations entre littérature et journalisme au siècle dernier, car le genre du magazine contamine l’ensemble de la presse au cours du xxe siècle. Il devient même dominant à partir de 19782. Alors qu’on ne cesse de parler de crise de la presse, les tirages de la presse magazine ont toujours augmenté depuis la Libération. Ces journaux ont accompagné la décolonisation3, les grandes mutations sociales des Trente Glorieuses et guident aujourd’hui encore le regard des Français sur l’actualité4.

  • 5 Sur la définition et l’évolution de la presse féminine, voir Blandin (Claire) et Eck (Hélène) (dir. (...)
  • 6 C’est l’ouvrage d’Evelyne Sullerot, La Presse féminine (Paris, Armand Colin, 1963) qui fait toujour (...)
  • 7 Sur l’expérience de ce journal, voir par exemple l’article de Sandrine Lévêque « Femmes, féministes (...)
  • 8 Virginia Woolf reste comme l’exemple le plus connu de l’expression par la littérature des revendica (...)
  • 9 Sur ce journal, voir Feyel (Gilles), « La presse féminine au xixe siècle (1797-1914) », dans La Vie (...)
  • 10 Jean-Yves Mollier a travaillé sur ces règles de prescription ; voir par exemple « Du bon et du mauv (...)

5La presse féminine est le premier sous-secteur de la presse magazine5. Elle s’est développée dès le xixe siècle comme une presse de conseils pour les femmes6. Plusieurs expériences de presse ont également accompagné la première vague du féminisme, dont la principale revendication est le droit de suffrage. L’exemple le plus célèbre en est bien sûr La Fronde, quotidien créé et animé par Marguerite Durand, entièrement élaboré et réalisé par des femmes, qui maintient son rythme de parution de 1897 à 19037. La publication de textes littéraires y tient une place importante. Il faut dire que l’écriture est à l’époque un espace de liberté pour les femmes8. Mais la diffusion de la presse féministe est très inférieure à celle de la presse féminine qui accompagne alors le développement de la presse de masse. Dans cette catégorie, Le Petit écho de la mode reste pendant plusieurs décennies le titre phare9. Il est un outil indispensable de la vie domestique car il fournit les patrons pour la confection des vêtements de toute la famille. Jusqu’à la généralisation du prêt-à-porter, ces conseils constituent un thème majeur des publications destinées aux femmes. Les recettes de cuisine, directives pour l’éducation des enfants et instructions sur l’entretien de la maison complètent le plus souvent cette liste de conseils. Cette presse à destination des femmes, pour la première génération française largement alphabétisée, est également prescriptive en matière de lectures. La grande presse populaire de la fin du xixe siècle forge les représentations collectives et façonne les esprits du temps. Tout en publiant de nombreux romans feuilletons, elle met en garde les femmes, dans ses pages de critique, contre le danger des lectures romanesques10.

6Dans les années 1930, le monde de la presse féminine est renouvelé en France par l’arrivée d’un nouveau titre, Marie-Claire. Créé par Jean Prouvost, le magazine accorde une plus grande place à l’illustration et à la couleur. Il s’inspire des magazines américains et veut toucher une jeune femme plus moderne, parfois amenée à travailler en dehors de son foyer. Le magazine publie des nouvelles et des romans par épisodes, signés par les grands romanciers de la période, comme Joseph Kessel. Après la Libération, c’est un nouveau titre qui relance le secteur de la presse féminine : Hélène Gordon-Lazareff lance le journal Elle, qui veut soutenir une nouvelle émancipation des femmes. Le succès est au rendez-vous après quelques années et Elle devient le premier des journaux féminins. Dans un contexte de forte expansion de la presse magazine, il s’impose, dans les années 1960 et 1970, comme le soutien des luttes pour les droits des femmes.

7La collection du magazine a été explorée, pour ce travail, des années 1964 à 1974, c’est-à-dire d’une révolution qui voit l’arrivée des newsmagazines en France, aux débuts de la crise qui met fin aux Trente Glorieuses. Alors que les femmes obtiennent le droit à la contraception et revendiquent celui à l’avortement, dans une génération qui apprend à gérer vie professionnelle et vie de famille, alors qu’elles sont en droit de gérer leur patrimoine… il s’agit d’analyser comment Elle accompagne et reflète les mutations. Si le travail présenté ici est centré sur le discours rédactionnel, l’étude générale prend en compte le discours rédactionnel du journal, les courriers de lecteurs, mais aussi les annonces publicitaires publiées, et utilise les critiques présentées comme autant d’ouvertures vers la culture de masse de la période. On pourra donc faire référence à l’ensemble des discours de la publication. On peut, dans ce contexte, s’interroger sur les modalités de l’ouverture du titre en direction de la littérature. Comment le monde des lettres est-il présenté aux lectrices ? Quels conseils de lecture leur donne-t-on ? Peut-on repérer des figures de femmes de lettres et quelles sont leurs relations avec la rédaction ? Autant de questions qui visent à cerner la place de la littérature dans le discours, présenté comme féministe, du journal.

Elle, hebdomadaire des femmes modernes des années 1960 ?

  • 11 Interdit à la Libération pour avoir poursuivi son activité pendant les années noires, l’hebdomadair (...)
  • 12 Bonvoisin (Samra-Martine) & Maignien (Michèle), La Presse féminine, Paris, PUF, « Que sais-je ? », (...)

8Épouse de Pierre Lazareff et ancienne rédactrice à Marie-Claire, Hélène Gordon-Lazareff a passé les années de guerre aux États-Unis où elle a travaillé au Harper’s Bazaar. Elle crée le magazine Elle, inspiré des titres américains, à son retour en France. L’hebdomadaire propose une présentation luxueuse et achète ses premières couvertures aux États-Unis ; pour la première fois, la publicité paraît en couleur. L’hebdomadaire est dirigé par une jeune journaliste, Françoise Giroud, jusqu’en 1953. Il s’impose assez rapidement dans un paysage dont Marie-Claire a disparu11. Dans les années 1950, c’est cependant un autre type de presse féminine, la presse du cœur, qui atteint des records de tirages. Confidences reprend sa parution en 1946 et Cino del Duca crée Nous Deux en 1947. Le titre est inspiré du Grand Hôtel italien animé de l’autre côté des Alpes par le frère de Del Duca ; chaque numéro comprend un grand roman d’amour à suivre, des histoires vécues et des romans dessinés (remplacés par des romans-photos à partir de 1963). C’est le début en France de l’empire Del Duca qui touche en 1960 près de six millions de lectrices chaque semaine avec treize hebdomadaires12.

9Les années 1960 que nous étudions sont plutôt marquées par un recul des ventes de la presse féminine. Comme l’ensemble de la presse écrite, ces magazines souffrent de la concurrence de la télévision, en voie de devenir un média de masse. De plus, Elle peut être considéré comme un féminin généraliste, alors que ce sont les titres spécialisés (pour un public, comme la jeunesse, ou sur un thème) qui commencent à se développer. La désaffection du lectorat féminin vient enfin des mutations de la place des femmes dans la société : elles sont plus nombreuses à occuper un emploi salarié à temps plein, plus nombreuses à avoir suivi des études supérieures, et les journaux doivent s’adapter à leurs nouvelles demandes et exigences. Alors que la presse féminine avait aidé les lectrices à affirmer leur individualité dans la période de l’entre-deux-guerres, elle semble presque dépassée par la profonde mutation sociale des sixties. La diffusion de Elle baisse, de 591 000 exemplaires en 1966 à 550 000 en 1971.

  • 13 C’est par exemple le cas de Marie-Françoise Colombani et Michèle Fitoussi, qui ont écrit Elle 1945- (...)

10Les historiens de la presse ont peu travaillé sur la presse magazine, et les travaux sur la presse féminine sont presque inexistants. L’histoire du journal est principalement racontée par ses rédactrices, qui revendiquent sa participation aux luttes d’émancipation des femmes13. C’est justement pour se replacer sur ce terrain de la défense des droits des femmes que l’hebdomadaire, quelque peu dépassé par le mouvement, lance, à la fin des années 1960, des consultations de lectrices. Dans ce contexte, il est intéressant de voir dans quelle mesure la littérature a également pu servir sa stratégie de reconquête d’un discours féministe ; mais aussi d’analyser les dimensions de ce discours.

  • 14 Cité par Bonvoisin (Samra-Martine) & Maignien (Michèle), La Presse féminine, op. cit., p. 31.

11L’hebdomadaire aurait même tenté de faire évoluer sa formule pour devenir « le journal où l’on parlera de tout ». Une de ses rédactrices estime ainsi en 1970 que « nous nous acheminons vers une presse unisexe qui sera valable à la fois pour les hommes et pour les femmes et ce sont les magazines féminins qui seront à l’origine de ce mouvement et qui constitueront en quelque sorte le noyau solide de cette presse nouvelle14 ». Ce projet de créer un news magazine au féminin n’aboutit jamais.

  • 15 Le repérage systématique des titres de une a été effectué pour l’ensemble de la période étudiée. Il (...)

12L’hebdomadaire ne se présente jamais simplement comme un journal féministe et de défense des droits des femmes, comme la littérature écrite par les journalistes elles-mêmes le laisse penser. L’étude de ses couvertures15 montre qu’il veut surtout être un journal de mode, qui laisse la place aux plumes et à de grandes personnalités journalistiques : Jean Duché signe l’éditorial, Marcelle Ségal répond au courrier des lectrices, Ménie Grégoire publie de grands reportages sur la condition des femmes à travers le monde. Le journal propose donc une polyphonie de discours sur les femmes et à destination du public féminin. Elle, bien sûr, parle des combats des femmes, mais le plus souvent parce qu’ils sont dans l’actualité.

  • 16 Dans son numéro 1237 du 24 mai 1971, le magazine propose ainsi les bonnes feuilles de Elle, Adrienn (...)
  • 17 Ce sont les lectrices de Elle qui placent le livre et la connaissance au centre de leurs doléances (...)

13Divisé en cahiers thématiques, Elle ne comporte pas de rubrique littérature régulière dans son volet culturel. On trouve cependant une rubrique « Lectures » dans laquelle le magazine présente des romans et en publie les bonnes feuilles16. Presse de conseils, la presse féminine cherche également à orienter ses lectrices dans leurs lectures. Alors que les loisirs se développent, et que le livre est perçu comme une des voies d’émancipation des femmes, la question devient centrale17. L’hebdomadaire propose également des interviews d’écrivaines, parmi lesquelles émerge la figure de Françoise Mallet-Joris.

Françoise Mallet-Joris, femme de lettres

  • 18 Chaperon (Sylvie), « Une génération d’intellectuelles dans le sillage de Simone de Beauvoir », Clio (...)

14À la suite de Simone de Beauvoir, la deuxième vague du féminisme a été marquée par l’engagement militant et la production littéraire d’intellectuelles et d’écrivaines. Issues des premières générations pour lesquelles les discriminations sexuelles dans l’enseignement ont été levées, souvent marquées par l’expérience de la Résistance, Dominique Aury, Françoise d’Eaubonne ou édith Thomas sont les représentantes de cet ensemble protéiforme18. Mais elles sont peu connues du grand public, qui n’accède à cette génération d’écrivaines que par quelques noms. Dans Elle, celui de Françoise Mallet-Joris se détache car elle est, de suite, présentée comme un contre modèle, ou plutôt un modèle de la nouvelle modernité féminine et familiale.

  • 19 L’étude présentée ici est issue d’un travail plus ample sur les représentations de la famille dans (...)
  • 20 Son père, Albert Lilar deviendra ministre, et sa mère Suzanne Lilar, première femme inscrite au bar (...)
  • 21 Voir Petit (Susan), Femme de papier, Françoise Mallet-Joris et son œuvre, Paris, Grasset, 2005, 299 (...)

15Pendant la période étudiée, Françoise Mallet-Joris est une des femmes de lettres les plus présentes dans le magazine Elle19. Née en 1930 à Anvers, Françoise Lilar a des parents avocats20. Envoyée aux États-Unis pour poursuivre ses études, elle s’y marie une première fois à dix-huit ans (et accouche de Daniel, son premier fils). Suit un éphémère second mariage avec l’historien Alain Joxe avant la rencontre avec le peintre Jacques Delfau, avec lequel elle a trois enfants à la fin des années 1950. Sa conversion au catholicisme au cours de cette période brouille l’image de l’écrivaine rebelle et revendiquant sa liberté sexuelle qu’elle avait forgée depuis le succès, en 1951, du Rempart des Béguines21.

  • 22 Elle obtient ainsi le Prix des Libraires en 1956 pour Les Mensonges et le Prix Femina en 1958 pour (...)
  • 23 « René Julliard : foi, audace, amitié. Il était avec ceux qui espèrent », Le Figaro littéraire, sam (...)
  • 24 « Pierre Fisson mène l’enquête sur le roman », Le Figaro littéraire, samedi 29 septembre 1962, n° 8 (...)
  • 25 Voir Blandin (Claire), Le Figaro littéraire, vie d’un hebdomadaire politique et culturel (1946-1971 (...)
  • 26 « écrivains et étudiants témoignent. Bernanos pour quoi cette nouvelle vogue ? », Le Figaro littéra (...)
  • 27 Le Figaro littéraire, 14 décembre 1970, n° 1282, p. 21.

16Dans les années 1960, Françoise Mallet-Joris multiplie les romans à succès. Elle siège dans les comités de lecture de plusieurs grandes maisons d’édition parisiennes, et reçoit les plus prestigieux prix littéraires22. Sa renommée médiatique est attestée par sa présence dans plusieurs autres magazines. On peut par exemple étudier quand et comment elle est citée dans Le Figaro littéraire, qui a pris la forme d’un magazine et s’est ouvert à l’ensemble de l’actualité culturelle au début de la décennie. Françoise Mallet-Joris est, pour ce journal, une figure incontournable au moment de rendre hommage à René Julliard23. Sur les deux tiers de la page, le journal présente un petit texte de Michel Droit et les témoignages de nombreux écrivains (Christine Arnothy, Lucie Faure, François Mallet-Joris, Silvia Monfort, Pierre Boulle, Jean-Louis Curtis, Gaston Gallimard, Jean-Jacques Gautier, Robert Laffont, Jérôme Lindon, Michel Robida, Maurice Schumann, Jean-Loup Vichiac), une rapide biographie et une photographie de l’éditeur. Quelques mois plus tard, Françoise Mallet-Joris est aussi à l’honneur dans l’enquête réalisée par l’hebdomadaire sur le Nouveau Roman. Pierre Fisson recueille24 les témoignages de : François Mallet-Joris « Le mélo stupide est devenu du sérieux stupide », Robert Pinget « Il n’y a que nos romans qui resteront valables » et Jean-Louis Curtis « Il nous fallait un Calvin. Ce fut Robbe-Grillet »25. L’écrivaine est enfin interviewée par Le Figaro littéraire en 1970 autour d’un numéro spécial consacré à Georges Bernanos26. Elle fait partie des « écrivains d’aujourd’hui » à qui le magazine demande ce qu’ils pensent de l’œuvre de Bernanos (après publication de nombreux souvenirs d’écrivains de la génération du défunt). L’actualité de Françoise Mallet-Joris est aussi présente dans les pages des courriéristes littéraires. Jean Chalon propose ainsi un article intitulé « Mallet-Joris chez les Goncourt27 », quelques mois avant l’élection de l’écrivaine au dixième couvert. Tout cela montre que Françoise Mallet-Joris est déjà une romancière importante au début des années 1960. Le magazine Elle participe à l’extension de cette renommée auprès du grand public, et la réutilise pour mettre en avant le féminisme de la jeune femme.

  • 28 « Elle fait des pâtés, ils font des pâtés », Elle, n° 1021, 15 juillet 1965, pp. 39-43.

17Le plus souvent, lorsque le magazine Elle évoque une figure d’écrivaine, c’est que sa renommée médiatique est déjà construite. C’est par exemple le cas de Françoise Sagan, dont le succès, avec Bonjour tristesse, date de 1954. Dans les années 1960, Elle la traite comme une personnalité médiatique parmi d’autres. Ainsi lorsque le journal propose en juillet 1965 un article sur les enfants de vedettes en vacances, le reportage s’ouvre avec une photo du fils de Françoise Sagan, âgé de trois ans, faisant des pâtés sur la plage28. On trouve ensuite : le fils d’Enrico Macias, les enfants de Richard Anthony, la fille de Hugues Aufray, celle de Lucien Morisse, Laurent Distel, Christian Vadim (avec sa mère Catherine Deneuve), les enfants de Geneviève Page et, enfin, Anthony Delon, avec son père (pendant que Nathalie est en tournage). Sagan est donc la seule représentante du monde des lettres, et sa renommée est mise sur le même plan que celles de chanteurs et d’acteurs reconnus à l’époque.

  • 29 Mallet-Joris (Françoise), « Les enfants 66. Comment les comprendre ? », Elle, n° 1088, 27 octobre 1 (...)

18La place de Françoise Mallet-Joris est tout autre. Le magazine rend compte de son travail d’écriture, et lui donne la parole. Ainsi, au cours de la période étudiée, les questions d’éducation deviennent de plus en plus présentes dans Elle. Parmi les différentes figures d’experts qui se prononcent sur le sujet, Françoise Mallet-Joris tient une place à part. Elle publie en 1966 des extraits de Enfance, ton regard qui vient de paraître aux éditions Hachette29. L’ouvrage présente les parents contemporains comme les plus désemparés devant leurs enfants. Françoise Mallet-Joris souligne dans ces extraits les phénomènes invariants sur l’évolution des enfants (la technologie ne change pas le rythme de développement) mais invite les parents à préserver l’enfance de leurs petits.

  • 30 Le Roux (Claude), « Vie moderne. Noël… les enfants d’autrefois se souviennent. Les enfants d’aujour (...)

19C’est aussi de leur propre enfance que les écrivains sont invités à parler dans Elle. Le principe de l’article est simple, il s’agit de confronter les souvenirs de Noël de personnalités et les rêves éveillés des enfants de la rédaction30. Ce sont Elsa Triolet, Christine de Rivoyre, Françoise Mallet-Joris, Françoise Sagan, André Pieyre de Mandiargues ou Louise de Vilmorin qui se souviennent plutôt des privations (mais aussi de la joie) de leur enfance. Les enfants des journalistes rêvent d’organiser d’immenses fêtes, d’avoir des animaux ou d’aller à l’école avec leur tenue de réveillon.

  • 31 Dubois-Jallais (Denise), « Récit “Famille, je vous aime” », Elle, n° 1259, 2 février 1970, pp. 94-9 (...)
  • 32 Les études littéraires sous le prisme du Genre se développent en France. Voir les pistes lancées da (...)

20Surtout, au début de l’année 1970, le magazine féminin réserve une place particulière à la publication de La Maison de papier31. Dans ce roman très autobiographique, Françoise Mallet-Joris met en scène la vie d’une famille parisienne de quatre enfants, dont le père est peintre et la mère écrivaine32. Le livre est centré sur les dialogues des enfants avec leur mère (qui permettent à l’auteur de donner son point de vue sur de nombreuses questions), mais on y voit aussi passer les amis et les voisins. Sur une double page, Elle présente une photo de la famille de Françoise Mallet-Joris et une colonne de texte d’introduction à la publication de La Maison de papier :

À partir de la semaine prochaine, Françoise Mallet-Joris vous racontera la vie de cette famille : la sienne. Ce seront, en exclusivité, des extraits de son dernier livre : La Maison de papier (éd. Grasset). Vous saurez enfin comment fait cette femme pour écrire avec quatre enfants. Pour accumuler les récompenses : Prix des libraires (1957), Prix Femina (1958), Prix Monaco (1965), sans cesser de mener une vie de famille austère. Pour publier régulièrement un livre tous les deux ans, depuis son fameux Rempart des Béguines en 1951 et élever Daniel, Vincent, Alberte, Pauline.

Vous lirez comment elle s’arrange de la vie et de l’amour, de la vie moderne et de la foi, de la vaisselle et de la littérature. Comment elle choisit d’apprendre la guitare plutôt que de passer l’encaustique. Vous serez peut-être choqués parce que, avec son mari, peintre, elle vit en marge, en artiste ; que ses bonnes espagnoles l’appellent Françoise, qu’elle écrit dans les petits cafés du quartier Latin ou de Saint-Germain-des-prés. Ou qu’elle accueille dans son entrée… un clochard.

Vous ne résisterez pas à l’idée de savoir comment elle éduque, et respire, avec ordre et désordre, avec liberté, avec générosité. Avec elle, vous aurez envie vous-mêmes de faire le point sur vos aspirations, vos idées, vos progrès intérieurs.

  • 33 Dubois-Jallais (Denise), « Récit “Famille, je vous aime” », op. cit.

Mais, surtout, vous serez touchés, parce que ce livre sincère et pudique est un livre « famille je vous aime »33.

  • 34 Le Roux (Claude), « Madame Management contre Madame Bohème », Elle, n° 1269, 13 avril 1970, pp. 154 (...)

21Dans Elle, Françoise Mallet-Joris représente un modèle (mais aussi une forme d’animal exotique), qui est opposé à celui de Christiane Collange34. Alors que Christiane Collange publie Madame et le management (ou « comment gérer sa maison comme une entreprise »), Elle trouve intéressant de la confronter à Françoise Mallet-Joris. C’est Christiane Collange qui attaque en demandant à Françoise Mallet-Joris si elle n’a quand même pas grossi le trait dans La Maison de papier ; elle ne pourrait pas s’imaginer débarquant chez elle dans un tel « bazar ». Françoise Mallet-Joris souligne que le livre concentre des épisodes qui se sont déroulés en vingt ans mais que tout est vrai. Elle explique qu’elle était très organisée et ordonnée au départ mais a dû s’adapter au mode de vie de son mari, artiste-peintre. Elles essaient de trouver leurs points communs (elles sont toutes deux divorcées, tentent avant tout d’élever leurs familles dans l’amour…) mais c’est la différence des modes de vie qui est frappante. Christiane Collange semble avoir été heurtée par certaines scènes, comme celle où Françoise Mallet-Joris prend son bain en discutant avec sa femme de ménage espagnole. Cette dernière est obligée d’expliquer que, vivant à huit dans trois pièces, il fallait trouver les endroits et les moments de discussion. Christiane Collange rapproche alors cela de ses propres cafés avec la jeune fille qui s’occupe de ses enfants, à 7h du matin dans la cuisine.

  • 35 Mallet-Joris (Françoise), « Un homme et ses femmes », Elle, n° 1421, 12 mars 1973, pp. 144-170.

22En mars 1973, le texte de présentation des bonnes feuilles du Jeu du souterrain (plus de vingt-cinq pages) est un modèle de démonstration de la place accordée à Françoise Mallet-Joris dans le journal35. Le tout est bien sûr coupé par de nombreuses publicités, mais cette publication dans la rubrique « Le livre de la semaine » est particulièrement longue. L’extrait présente la vie de Robert qui est entouré des femmes de sa vie, et trompe son épouse :

Depuis Le Rempart des Béguines, un nouveau Mallet-Joris est toujours un événement. Aujourd’hui avec Le Jeu du souterrain que publient les éditions Bernard Grasset, c’est une surprise. Vous allez y retrouver l’écriture chaude, la tendresse sous-jacente, le climat qui donnent aux êtres une sorte de teinte mordorée – comme dans La Maison de papier dont nous avions publié des extraits, en 1970, dans nos numéros 1260 et 1261. Mais, et c’est la surprise, vous allez découvrir un ton, des personnages, une philosophie inexprimée, très présente cependant, qui vont vous étonner. Et vous enthousiasmer. Le ton de ce Jeu du souterrain est celui d’une désinvolture étudiée ; tout, dans le langage, est simple, dépouillé, quotidien, à tel point que le lecteur pourrait s’identifier à l’auteur. Et c’est un art que de poncer ainsi son naturel.

  • 36 Ibid.

Les personnages tournent autour d’un homme à qui Françoise Mallet-Joris donne toutes les apparences d’un anti-héros et qui, pourtant, est l’âme du roman : Robert. Sa femme, sa belle-mère, sa belle-sœur, sa maîtresse – et les hommes aussi, amis ou confrères – l’exploitent, en croyant, souvent, le porter à bout de bras ou de cœur. Quand à la philosophie, elle joue du symbole, ce souterrain vainement creusé, pour arriver au but : la nécessaire poursuite d’un impossible. Reste l’amour. Il aura le dernier mot36.

23Cette présentation montre la place spécifique réservée par le magazine à Françoise Mallet-Joris. La publication des bonnes feuilles vaut validation et encouragement à la lecture pour le public du journal, comme la parution du feuilleton incitait à l’achat du roman au xixe siècle. Ici, la prescription se poursuit dans la recommandation de Jacqueline Barde, publiée dans un encadré :

  • 37 Ibid.

Sur le seul nom de Françoise Mallet-Joris, d’après la séduisante mise en appétit que constitue le présent extrait, vous allez acheter Le Jeu du souterrain, et le dévorer, j’en jurerais. C’est un livre qu’on ne peut lâcher, vivant, mouvementé, bourré de personnages pittoresques et de formules heureuses. […] Le Jeu du souterrain nous concerne tous et toutes : à nous de savoir si nous avons l’équipement, les poumons, la persévérance pour nous y plonger. Ne vous laissez pas impressionner, à première lecture, et dans quelque sens que ce soit, par ce roman. Relisez-le, reprenez-le par morceaux choisis, méditez-le. Vous m’en direz des nouvelles. (Bernard Grasset, 286 pages, 27F)37.

  • 38 Mansfield (Katherine), « Un amour au creux de la guerre », Elle, n° 1422, 19 mars 1973, pp. 158-204

24Un tel engagement de l’hebdomadaire est très rare. Jacqueline Barde présente le plus souvent différentes parutions récentes dans sa chronique sans émettre d’avis tranché. Si le journal Elle met en avant la littérature contemporaine dans les années 1960, c’est donc avant tout en passant par une personnalité, une écrivaine pouvant être un modèle pour ses lectrices, François Mallet-Joris. Il existe toutefois une rubrique de critique régulière, « Le Livre de la semaine », qui propose par exemple en 1973 des extraits du Journal de Katherine Mansfield qui vient de paraître chez Stock38. Dans les pages publiées, il est question de l’histoire d’amour entre l’auteure et Francis Carco pendant la Première Guerre mondiale. Une première version de ce Journal avait été publiée en 1932 mais la nouvelle semble plus complète. Mais, là aussi, c’est par la parution de bonnes feuilles que le magazine choisit de défendre l’ouvrage. Ces publications sur de nombreuses pages sont pour les lectrices le signe d’un intérêt spécifique de la part du journal. Elles sont plutôt inhabituelles, la plus grande partie de l’espace rédactionnel étant usuellement réservée aux pages de mode.

  • 39 Curtis (Jean-Louis), « Quand un père ne comprend plus sa fille », Elle, n° 1325, 10 mai 1971, pp. 6 (...)

25Il n’y a pas que pour les femmes que la publication de littérature soit l’occasion pour Elle de poser des questions sur les relations parents-enfants (qui deviennent, avec la mode, le cœur du discours rédactionnel de la publication). Elle adopte la même démarche de publication des bonnes feuilles pour le roman de Jean-Louis Curtis, Le Roseau pensant, sur les relations d’un père quinquagénaire et sa fille étudiante39. Dans l’extrait publié, le père éprouve pour la première fois qu’il ne peut plus jouer de son charme pour faire dire tout ce qu’il veut à sa fille (24 ans) et la scène se termine par des cris.

  • 40 Jardin (Pascal), « L’amour impossible, l’amour illusion », Elle, n° 1334, 12 juillet 1971, pp. 4-5.

26La littérature peut aussi être l’occasion de parler des relations conjugales comme lors de la publication de deux extraits de La Guerre à neuf ans de Pascal Jardin40. Dans le premier extrait, il explique comment il a rencontré sa deuxième femme, et s’est remarié contre l’avis de tout son entourage. Ce traitement léger et fictionnel des recompositions familiales est mis en avant par Elle comme lecture d’été.

27Mise en exergue de la figure d’une écrivaine, maintien de bonnes relations avec les maisons d’édition pour être dépositaire de leurs bonnes feuilles… Elle porte une certaine attention à la littérature. Mais c’est avec le « Grand prix des lectrices » qu’une démarche spécifique, sur ce que le livre peut apporter à son lectorat, émerge dans le journal.

Le « Grand prix des lectrices » : une appropriation de la littérature ?

  • 41 Initiés par Jean Mauduit, les « États généraux » sont préparés par plusieurs mois de rencontres des (...)

28C’est sans doute parce qu’il y a une actualité de la lutte des femmes au début des années 1970, après la naissance du MLF, que Elle s’engage sur ce terrain. Le magazine organise une grande consultation dans toute la France et un colloque à Paris, « Les États généraux de la femme ». Cette manifestation, aujourd’hui présentée par le journal comme un acte fondateur de sa démarche féministe, est alors boudée par les féministes qui reprochent à la presse féminine de diffuser une image dégradante des femmes41.

29Le « prix des lectrices » est créé en 1970 dans la perspective des États généraux, parce que « l’outil culturel essentiel des Français est la lecture42 ». Pour la première année, le jury des lectrices de Elle a été invité à noter les romans qui avaient reçu les principaux prix43. Dans les mêmes pages, le magazine propose les choix des éditeurs pour l’été. De 1970 à 1977, le Grand prix récompense un roman. Il décerne ensuite deux prix (un roman et un essai) puis trois depuis 2002 (un roman, un essai et un policier)44.

30En 1971, le Grand prix des lectrices est annoncé dans le no°1328 du 31 mai. Il ne fait pas plus la une que l’année précédente, mais quand même l’ouverture du magazine puisqu’un article (« La Chineuse l’emporte d’un souffle sur Fiesta ») lui est consacré des pages 6 à 9. On trouve dans cet ensemble une interview de l’écrivaine lauréate ainsi que le trombinoscope des lectrices ayant participé au jury. Le déroulement des délibérations est également rappelé. Le roman primé est l’histoire d’une femme, et l’auteure (Michèle Perrein) semble engagée dans le mouvement féministe dans son interview. Cela confirme l’hypothèse que le prix est un espace d’expression du féminisme dans Elle.

31En 1972, les résultats du grand prix des lectrices de Elle sont annoncés en couverture du numéro 1379 du 22 mai 1972. L’annonce du prix elle-même prend la forme d’un article de quatre pages (pp. 4 à 7) intitulé « Grand prix des lectrices de Elle 1972 Un long mois de septembre ». Il s’agit d’un roman d’Elvire de Brissac dont les bonnes feuilles ont été publiées quelques semaines plus tôt dans le magazine. La lauréate est interviewée ; Elle lui demande en particulier si elle a déjà exercé une profession, accréditant l’idée que la littérature ne serait pas une pratique professionnelle. Il se trouve qu’Elvire de Brissac, après de brillantes études à l’école libre des Sciences politiques, a été journaliste au Monde pendant quatre ans.

  • 45 Monteaux (Jean), « Simone Schwarz-Bart : “C’est peut-être un roman d’amour” », Elle, n° 1431, 21 ma (...)

32La désignation du quatrième grand prix des lectrices de Elle n’est pas annoncée en couverture en 197345. C’est Simone Schwarz-Bart qui reçoit le prix pour Pluie et vent sur Télumée Miracle. Elle a obtenu sans possible contestation la meilleure moyenne (c’est ainsi que se passe la notation) des lectrices membres du jury. Les journalistes expliquent que la rédaction a vécu des journées d’intenses négociations où les pronostics étaient impossibles. Le journal propose ensuite une interview de la lauréate et les confidences des jurées. Elles ont apprécié de rencontrer le magnifique personnage principal de vieille femme de ce roman, qui leur a fait découvrir les Antilles. On retrouve l’opinion de Jacqueline Barde, l’expert ès-littérature du journal dont on avait déjà évoqué les critiques des livres de Françoise Mallet-Joris.

33En 1974 enfin, le grand prix des lectrices est annoncé dans le numéro du 3 juin, sans être mentionné en couverture. Il est décerné à Max Gallo. L’article d’annonce est relégué en fin de numéro dans la rubrique « Vie culturelle ». Les lieux de publication dans le journal semblent indiquer un moindre intérêt de la publication pour ce prix, décerné à un homme pour la première fois. Dans l’article qui accompagne cette annonce, le magazine se félicite des très bons jugements de ses lectrices : les romanciers bien notés par Elle reçoivent d’autres prix (souvent plus prestigieux) les années suivantes.

  • 46 Un premier bilan de cette vague a été posé avec le colloque organisé par Christine Bard « Les fémin (...)
  • 47 Voir sur ce point notre article « Elle et le travail des femmes », Sciences de la société, à paraît (...)
  • 48 Les suppléments encyclopédiques sont souvent centrés sur le droit à disposer de son corps, qui est (...)

34Les événements de Mai 68 bouleversent et révolutionnent la société française. Leurs conséquences sur l’évolution des discours médiatiques est encore en cours d’examen par les chercheurs aujourd’hui. Mai 68 est une crise qui libère la parole et donne plus de visibilité aux mouvements contestataires de l’ordre social établi. L’une des traductions de ce phénomène est l’émergence sur la scène publique de la seconde vague du féminisme46. Parce qu’il se doit, pour satisfaire lecteurs et annonceurs, d’être à l’écoute de ces évolutions sociales, le magazine Elle ouvre plus largement ses colonnes, après Mai 68, aux revendications du mouvement féministe. Ainsi son regard sur le travail salarié des femmes évolue47. Le magazine crée également un supplément mensuel, intitulé L’Encyclopédie de Elle, qui traite des revendications des femmes dans la société contemporaine48. Enfin, l’examen du traitement de la figure de l’écrivaine Françoise Mallet-Joris, et de la création d’un prix littéraire des lectrices de Elle montre que la littérature est pour le magazine féminin un lieu d’expression de la pensée féministe alors en mouvement.

35Si les journalistes de l’hebdomadaire cherchent à « initier » leurs lectrices, ils ne les encouragent pas à revendiquer de nouveaux droits dans le contexte de leur vie quotidienne. Le féminisme reste un idéal, et un attribut des intellectuelles. En le prenant sous cet angle, Elle le cantonne à un univers qui n’est pas forcément celui de ses lectrices. Le journal reproduit par là son traitement de la mode : le féminisme est un chic inaccessible, tout comme les collections présentées deux fois par an sur papier glacé. Il n’en reste aux lectrices que le prêt-à-porter, une lente ouverture vers l’évolution des relations conjugales, l’émancipation par le travail ou la possibilité de prendre en mains une éducation un peu différente pour leurs enfants.

Top of page

Bibliography

Almeida (Fabrice d’) et Delporte (Christian), Histoire des médias en France, de la Grande Guerre à nos jours, Paris, Flammarion, 2003, 430 p.

Blandin (Claire), « Presse magazine », dans Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, sous la direction de Christian Delporte, Jean-Yves Mollier & Jean-François Sirinelli, Paris, PUF, 2010, 900 p.

Blandin (Claire), « Christiane Rochefort, un parcours féministe littéraire et médiatique », dans Les Féministes de la seconde vague, actrices du changement social, Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître.

Blandin (Claire) & Eck (Hélène) (dir.), La Vie des femmes. La presse féminine aux xixe et xxe siècles, Paris, éditions Panthéon-Assas, 2010, 148 p.

Bonvoisin (Samra-Martine) & Maignien (Michèle), La Presse féminine, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1996, 127 p.

Charon (Jean-Marie) (dir.), « La presse magazine, un média à part entière », Réseaux, vol. 19, n° 105, 2001.

Colombani (Marie-Françoise) & Fitoussi (Michèle), Elle 1945-2005 : une histoire des femmes, Paris, Filipacchi, 2005, 267 p.

Naudier (Delphine) & Rollet (Brigitte) (dir.), Genre et légitimité culturelle. Quelle reconnaissance pour les femmes ?, Paris, L’Harmattan, « Bibliothèque du féminisme », 2007, 165 p.

Pringle (Colombe), Telles qu’Elle. Cinquante ans d’histoire des femmes à travers le journal Elle, Paris, Grasset, 1995.

Sullerot (Evelyne), La Presse féminine, Paris, Armand Colin, 1963, 320 p.

Top of page

Notes

1 Vu est lancé par Lucien Vogel en 1928 ; Regards a été créé en 1931. Hebdomadaire sportif lancé par Léon Bailby en 1926, Match est repris par Jean Prouvost, qui y développe la place de la photographie, en 1938.

2 Depuis cette date, on imprime en France plus de magazines que de quotidiens chaque jour. Charon (Jean-Marie), La Presse magazine, éditions La Découverte, « Kiosque », 2008, 122 p.

3 Marie Chominot a ainsi montré que c’est dans Paris-Match que les Français trouvent des images de la guerre d’Algérie à une époque où la télévision est encore rare et sous étroit contrôle gouvernemental. Voir Chominot (Marie), Guerre des images, guerre sans image ? Pratiques et usages de la photographie pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962), thèse de doctorat en histoire dirigée par Benjamin Stora, soutenue à l’Université Paris 8 en 2008.

4 La persistance d’hebdomadaires d’actualité est une spécificité française. Ils ont été remplacés par les suppléments hebdomadaires des grands quotidiens dans les autres pays.

5 Sur la définition et l’évolution de la presse féminine, voir Blandin (Claire) et Eck (Hélène) (dir.), La Vie des femmes. La presse féminine aux xixe et xxe siècles, Paris, éditions Panthéon-Assas, 2010, 148 p.

6 C’est l’ouvrage d’Evelyne Sullerot, La Presse féminine (Paris, Armand Colin, 1963) qui fait toujours référence. L’auteure y distingue les fonctions de ces journaux féminins qui oscillent entre un ton d’injonction présentant les devoirs des femmes et une ouverture vers leurs désirs.

7 Sur l’expérience de ce journal, voir par exemple l’article de Sandrine Lévêque « Femmes, féministes et journalistes : les rédactrices de La Fronde à l’épreuve de la professionnalisation journalistique », Le Temps des médias, n° 12, 2009, pp. 41-53 et la biographie de Marguerite Durand : Rabaut (Jean), Marguerite Durand (1864-1936): La Fronde féministe, ou Le Temps en jupons, Paris, L’Harmattan, « Chemins de la mémoire », 1996.

8 Virginia Woolf reste comme l’exemple le plus connu de l’expression par la littérature des revendications des femmes du premier xxe siècle. Voir Forrester (Viviane), Virginia Woolf, Paris, Albin Michel, 2009.

9 Sur ce journal, voir Feyel (Gilles), « La presse féminine au xixe siècle (1797-1914) », dans La Vie des femmes. La presse féminine aux xixe et xxe siècles, op. cit., pp. 31-48.

10 Jean-Yves Mollier a travaillé sur ces règles de prescription ; voir par exemple « Du bon et du mauvais usage des “bons” et des “mauvais” livres en France des Lumières à Internet », Cahiers de l’Association internationale des études françaises, 2002, no 54, pp. 347-359.

11 Interdit à la Libération pour avoir poursuivi son activité pendant les années noires, l’hebdomadaire de Prouvost reparaît finalement en 1954.

12 Bonvoisin (Samra-Martine) & Maignien (Michèle), La Presse féminine, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1996, p. 25.

13 C’est par exemple le cas de Marie-Françoise Colombani et Michèle Fitoussi, qui ont écrit Elle 1945-2005 : une histoire des femmes, Paris, Filipacchi, 2005, 267 p. et de Pringle (Colombe), Telles qu’Elle. Cinquante ans d’histoire des femmes à travers le journal Elle, Paris, Grasset, 1995.

14 Cité par Bonvoisin (Samra-Martine) & Maignien (Michèle), La Presse féminine, op. cit., p. 31.

15 Le repérage systématique des titres de une a été effectué pour l’ensemble de la période étudiée. Il révèle que huit semaines sur dix, c’est le vêtement qui fait la une.

16 Dans son numéro 1237 du 24 mai 1971, le magazine propose ainsi les bonnes feuilles de Elle, Adrienne à partir de la page 168.

17 Ce sont les lectrices de Elle qui placent le livre et la connaissance au centre de leurs doléances lors des rencontres organisées par le magazine pour la préparation des états généraux de la femme en 1970.

18 Chaperon (Sylvie), « Une génération d’intellectuelles dans le sillage de Simone de Beauvoir », Clio. Histoire, femmes et sociétés, n°13, 2001, pp. 99-116.

19 L’étude présentée ici est issue d’un travail plus ample sur les représentations de la famille dans la presse magazine, passant par la lecture des dix ans de publication de Elle (la totalité des numéros ont été dépouillés, pour un mois sur deux) de 1964 à 1974. Si le personnage de Mallet-Joris se dégage, c’est qu’elle apparaît dans différents types de rubriques du magazine : reportages, critique littéraire, bonnes feuilles…

20 Son père, Albert Lilar deviendra ministre, et sa mère Suzanne Lilar, première femme inscrite au barreau d’Anvers fait également une carrière de romancière et d’essayiste.

21 Voir Petit (Susan), Femme de papier, Françoise Mallet-Joris et son œuvre, Paris, Grasset, 2005, 299 p.

22 Elle obtient ainsi le Prix des Libraires en 1956 pour Les Mensonges et le Prix Femina en 1958 pour L’Empire céleste.

23 « René Julliard : foi, audace, amitié. Il était avec ceux qui espèrent », Le Figaro littéraire, samedi 7 juillet 1962, n° 846, p. 7.

24 « Pierre Fisson mène l’enquête sur le roman », Le Figaro littéraire, samedi 29 septembre 1962, n° 858, p. 3.

25 Voir Blandin (Claire), Le Figaro littéraire, vie d’un hebdomadaire politique et culturel (1946-1971), Paris, Nouveau monde éditions, 2010, 651 p.

26 « écrivains et étudiants témoignent. Bernanos pour quoi cette nouvelle vogue ? », Le Figaro littéraire, 6 avril 1970, n° 1246.

27 Le Figaro littéraire, 14 décembre 1970, n° 1282, p. 21.

28 « Elle fait des pâtés, ils font des pâtés », Elle, n° 1021, 15 juillet 1965, pp. 39-43.

29 Mallet-Joris (Françoise), « Les enfants 66. Comment les comprendre ? », Elle, n° 1088, 27 octobre 1966, pp. 152-155 puis 157.

30 Le Roux (Claude), « Vie moderne. Noël… les enfants d’autrefois se souviennent. Les enfants d’aujourd’hui rêvent », Elle, n° 1199, 9 décembre 1968, pp. 24-33.

31 Dubois-Jallais (Denise), « Récit “Famille, je vous aime” », Elle, n° 1259, 2 février 1970, pp. 94-95.

32 Les études littéraires sous le prisme du Genre se développent en France. Voir les pistes lancées dans le colloque de 2002 : Fougeyrollas-Schwebel (Dominique), Planté (Christine), Riot-Sarcey (Michèle) (dir.), Le Genre comme catégorie d’analyse : sociologie, histoire, littérature, Paris, L’Harmattan, 2003, 234 p.

33 Dubois-Jallais (Denise), « Récit “Famille, je vous aime” », op. cit.

34 Le Roux (Claude), « Madame Management contre Madame Bohème », Elle, n° 1269, 13 avril 1970, pp. 154-161.

35 Mallet-Joris (Françoise), « Un homme et ses femmes », Elle, n° 1421, 12 mars 1973, pp. 144-170.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Mansfield (Katherine), « Un amour au creux de la guerre », Elle, n° 1422, 19 mars 1973, pp. 158-204.

39 Curtis (Jean-Louis), « Quand un père ne comprend plus sa fille », Elle, n° 1325, 10 mai 1971, pp. 6-9.

40 Jardin (Pascal), « L’amour impossible, l’amour illusion », Elle, n° 1334, 12 juillet 1971, pp. 4-5.

41 Initiés par Jean Mauduit, les « États généraux » sont préparés par plusieurs mois de rencontres des journalistes avec les lectrices dans toutes les régions de France. Ils rassemblent plus de trois cents déléguées des lectrices de Elle pour trois jours de congrès à Versailles en novembre 1970.

42 Elle, n° 1282 du 13 juillet 1970.

43 Le jury du prix est composé de lectrices et de membres de la rédaction du journal. Les lectrices sont sélectionnées sur lettre de candidature. Les livres concourent lorsqu’ils ont déjà reçu un prix par ailleurs.

44 Voir le palmarès de ce prix : http://livres.20minutes-blogs.fr/archive/2008/05/28/prix-des-lectrices-de-elle-le-palmares.html (consultée le 16 mars 2012).

45 Monteaux (Jean), « Simone Schwarz-Bart : “C’est peut-être un roman d’amour” », Elle, n° 1431, 21 mai 1973, pp. 6-9.

46 Un premier bilan de cette vague a été posé avec le colloque organisé par Christine Bard « Les féministes de la deuxième vague, actrices du changement social » qui s’est déroulé à Angers en avril 2010 et dont les actes vont être publiés aux PUR.

47 Voir sur ce point notre article « Elle et le travail des femmes », Sciences de la société, à paraître en 2012.

48 Les suppléments encyclopédiques sont souvent centrés sur le droit à disposer de son corps, qui est une des revendications phares de la Seconde vague du féminisme.

Top of page

References

Electronic reference

Claire Blandin, « Femmes de lettres dans la presse féminine (1964-1974) », COnTEXTES [Online], 11 | 2012, Online since 16 May 2012, connection on 24 October 2017. URL : http://contextes.revues.org/5329 ; DOI : 10.4000/contextes.5329

Top of page

Author

Claire Blandin

Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne / Centre d’histoire de Sciences-Po Paris

Top of page