Navigation – Plan du site

Le Journalisme littéraire à l’aube du xxie siècle : regards croisés entre mondes anglophone et francophone

Isabelle Meuret

Texte intégral

  • 1 L’Université Libre de Bruxelles a organisé deux colloques internationaux sur le sujet en 2011. Le p (...)
  • 2 XXI est un magazine vendu en librairie depuis le 17 janvier 2008 et paraît quatre fois par an. Le d (...)

1L’intérêt grandissant pour les interactions entre journalisme et littérature se mesure au nombre de journées d’études, colloques, et autres rencontres qui leur sont consacrés, et ce tant dans le monde anglophone que francophone1. À l’ère de Twitter et des messages n’excédant pas les cent-quarante signes, le journalisme littéraire peut sembler désuet, voire obsolète, le lecteur actuel étant plutôt habitué à un régime de fast news grignotées sur la toile, en quelques clic frénétiques. Le succès du journalisme littéraire est pourtant une réalité à l’aube de ce xxie siècle, comme en témoigne l’apparition remarquée et plébiscitée de nouveaux magazines en France, tels que XXI (http://www.revue21.fr/​), Le Tigre (http://www.le-tigre.net/​), Usbek & Rica (http://usbek-et-rica.fr/​), Feuilleton (http://www.revuefeuilleton.com/​)2, ou encore le dernier-né, Crimes et Châtiments (2012), consacré aux affaires judiciaires. L’information y est déclinée en milliers de mots, et n’a rien à envier au laconisme des tweets.

  • 3 Un cours de pratique du journalisme narratif existe à l’Université Catholique de Louvain, sous la h (...)

2Cependant, les écoles de journalisme sont le plus souvent bien obligées, puisqu’elles offrent une formation préparant à une profession relativement pratique, de répondre aux exigences du marché en termes de formatage et de rapidité d’exécution. L’enseignement du journalisme en ligne s’impose donc, là où la formation à l’écriture narrative et au reportage fait souvent défaut, même si certaines initiatives pallient aujourd’hui à ces lacunes3. La seule collation des deux termes « journalisme » et « littéraire » pose déjà question, vu que le premier rime avec instantanéité, tandis que le second invite à prendre le temps. Pourtant, il est essentiel que l’enseignement de l’écriture journalistique en école ou université intègre ce genre, afin de faire découvrir l’héritage considérable des grands reporters et journalistes littéraires. Leur production, que ce soit en France, au Royaume-Uni, ou aux États-Unis, a marqué l’histoire culturelle de ces différents pays.

3En effet, pour prendre l’exemple étatsunien, comment comprendre l’histoire de l’esclavage et de la discrimination raciale si ce n’est en lisant The Souls of Black Folk (1903) de W.E.B. Dubois ? Comment saisir le désespoir des Américains durant la Grande Dépression si ce n’est à travers les écrits de James Agee et les photos de Walker Evans rassemblés dans Let Us Now Praise Famous Men (1941) ? Comment mesurer la révolte d’une génération contre la guerre du Vietnam sans lire The Armies of the Night (1968) de Norman Mailer ? Comment partager les délires psychédéliques de la contreculture, et les remettre en question, sans connaître Tom Wolfe, Joan Didion, ou Hunter S. Thompson ?

  • 4 Le mot-valise churnalism, inventé par Nick Davies, vient du verbe « churn out » (produire en série, (...)

4L’engouement actuel pour le journalisme littéraire, genre hybride, n’est pas sans rapport avec une époque où l’information file à la vitesse de l’éclair, mais ne laisse pas toujours le temps de réfléchir ou de vérifier la véracité des faits. Pourtant, il existe chez les lecteurs une volonté de savourer un journalisme de qualité, fondé sur des informations précises et fouillées, sans rapport avec la reproduction systématique et peu scrupuleuse des dépêches d’agence de presse ou la manipulation parfois perverse des spin doctors et autres services de relations publiques, ce que Nick Davies a appelé le churnalism4. Il est rassurant de constater que les lecteurs ne se contentent pas de ce journalisme de masse insipide, purement factuel, sans analyse nuancée et argumentée, et sans qualité stylistique. Ils souhaitent des informations qui se distinguent tant sur le plan de la forme que du fond, tant sur le plan éthique qu’esthétique.

  • 5 Greenberg (Susan), « Slow Journalism », Prospect, n° 131, 25 février 2007.

5Ce journalisme-là, que Greenberg qualifie de slow journalism, à l’instar du mouvement slow food5, s’apparente à du journalisme au long cours, qui prend le temps de voyager, rencontrer, raconter. Si les Américains bénéficient d’une longue tradition de journalisme littéraire, celui-ci s’inspire néanmoins des œuvres d’écrivains anglais tels que Dickens, Orwell, ou Defoe. De nombreux journalistes littéraires se revendiquent aussi de Mark Twain, ce dont témoigne John Hartsock dans A History of American Literary Journalism (2000). Les origines du genre font l’objet de plusieurs anthologies, parmi lesquelles A Sourcebook of American Literary Journalism (1992) de Thomas B. Connery, True Stories : A Collection of the Best American Non-Fiction (2007) de Norman Sims, The Art of Fact : A Historical Anthology of Literary Journalism (1998) de Kerrane et Yagoda, et enfin The Art of Fact: Contemporary Artists of Nonfiction de Barbara Lounsberry (1990). Ces ouvrages font prendre la mesure de la richesse de la tradition, qui trouve son inspiration dans les événements politiques et sociaux.

  • 6 John Bak est Professeur des Universités et directeur de l’IDEA (Interdisciplinarité dans les Études (...)
  • 7 Les conférences de l’IALJS ont eu lieu à Nancy (2006), Paris (2007), Lisbonne (2008), Chicago (2009 (...)

6L’International Association for Literary Journalism (http://www.ialjs.org), fondée à Nancy le 14 juillet 2006 sous l’égide du Professeur John Bak6, se propose d’explorer ce journalisme qui se lit comme de la littérature. Autrement dit, un journalisme qui se caractérise par une qualité d’écriture et un engagement de l’auteur qui se livre à une investigation minutieuse des faits rapportés. C’était pour fêter dignement le centenaire de la publication de The Jungle (1906), bel exemple de muckraking, que John Bak eut la belle idée de convier une poignée d’experts. L’enthousiasme généré par la rencontre mena à la création de cette association qui compte aujourd’hui des spécialistes issus de tous les continents. L’IALJS organise une conférence annuelle rassemblant des chercheurs du monde entier7, la dernière en date s’étant déroulée à l’Université Libre de Bruxelles. Pas moins de soixante participants en provenance de vingt pays contribuèrent à l’événement. La richesse des débats émane de la confrontation d’univers très différents. Malgré des divergences terminologiques et méthodologiques, de nombreux points de convergence apparaissent dans les diverses pratiques et traditions. À cette occasion, nous avons entendu des exposés témoignant de l’apartheid en Afrique du Sud, ou traitant des risques du reportage en Chine, du journalisme gonzo musulman, et des bagnes en Australie. L’IALJS se distingue de par le fait qu’elle rassemble à proportion égale des académiques de formation journalistique et littéraire. La revue scientifique Literary Journalism Studies est une autre initiative prometteuse de l’association, qui encourage la publication d’articles à portée internationale.

Journalisme et littérature, ou journalisme littéraire ?

  • 8 C’est d’ailleurs en ces termes, journalism as literature, que l’IALJS définit son objet d’étude.

7Sans doute faut-il d’abord définir ce que l’on entend par journalisme littéraire, avant de tenter une analyse comparatiste. Ce genre est très anglo-saxon à bien des égards, mais il ne se limite certainement pas au monde anglophone. De toute évidence, d’aucuns voient le journalisme littéraire comme étant la littérature contenue dans les journaux, c’est-à-dire toute information littéraire (critique, essai, commentaire, entretien) publiée dans la presse. D’autres s’intéressent davantage à l’étude de la creative nonfiction ou « journalisme en tant que littérature8 », qui se rapproche alors du grand reportage. C’est pourquoi le terme « journalisme narratif » semble préférable dans le monde francophone, sans doute pour le distinguer de la littérature, laquelle évoque fiction, ou artifice, alors que ce qui distingue avant tout le genre, c’est que sa matière première est le réel.

  • 9 Thérenty (Marie-Ève), La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au dix-neuvième siècle (...)

8Dans la première catégorie, à savoir l’étude des liens entre presse et littérature, figurent les travaux de Marie-Ève Thérenty, devenus incontournables, particulièrement sur la période du xixe siècle en France. En Angleterre, deux ouvrages proposent une approche historique de ce type de journalisme : Grub Street and the Ivory Tower : Literary Journalism and Literary Scholarship from Fielding to the Internet (1999), sous la direction de Treglow et Bennet, et Journalism, Literature and Modernity : From Hazlitt to Modernism (2000), édité par Kate Campbell. Il s’agit ici le plus souvent d’étudier un matériel littéraire publié dans les journaux. Les études sur la presse et la littérature en France ont mené à une catégorisation en sous-genres, tels que le fait divers, la chronique, le feuilleton, le reportage, etc., comme l’a montré Thérenty9. Dans le monde francophone, journalisme et littérature sont souvent considérés en parallèle, alors que le terme literary journalism laisse d’embler apparaître une osmose entre les deux univers. D’où l’étude du journalisme comme objet littéraire dans le premier cas, et comme genre à part entière, dans le second cas.

  • 10 Bak (John), « Introduction », dans Literary Journalism across the Globe : Journalistic Traditions a (...)
  • 11 Le New New Journalism est le titre d’un ouvrage édité par Robert S. Boynton, à qui l’on doit l’orig (...)
  • 12 Pour une discussion terminologique des vocables américains, voir surtout Hartsock (John), A History (...)
  • 13 Hartsock (John), A History of American Literary Journalism, pp. 8-9.

9Dans la sphère anglo-saxonne, le journalisme littéraire a muté au fil du temps. Il aurait même dépassé les frontières du genre pour devenir une « discipline10 », suggère John Bak. À ce titre, il comporte diverses sous-catégories, telles que le New Journalism dans les années 1960, avec Tom Wolfe, le gonzo journalism de Hunter S. Thompson, et même le New New Journalism11, pour autant que l’on reconnaisse cette catégorie comme distincte de ce qui l’a précédée, à l’aube de ce xxie siècle. Le but n’est point ici d’établir que le journalisme littéraire n’est pas étudié de la même façon sous les diverses aires géographiques, mais bien que plusieurs objets, méthodes, approches, peuvent être liés à cette appellation. Dans l’espace francophone, les termes «  journalisme narratif » ou « grand reportage » sont utilisés pour qualifier les œuvres de Londres et de Kessel, par exemple, alors qu’en anglais, on utilise à quelques nuances près narrative journalism, literary journalism, literary reportage, literary nonfiction, aesthetic journalism, nonfiction reportage, creative nonfiction, et j’en passe12. Toutes ces appellations désignent toujours plus ou moins la même chose, c’est à dire une écriture à partir de faits réels, mais où l’accent est mis tantôt sur la fidélité à la réalité (récit non-fictionnel), tantôt sur le protocole journalistique (information, précision), tantôt sur la volonté esthétisante (qualités littéraires). L’enquête minutieuse menée par Hartsock pour retracer l’existence du terme de literary journalism et isoler son utilisation première nous renvoie au titre d’un article intitulé « Confessions of “a Literary Journalist” » publié en 1907 par un auteur anonyme dans la revue littéraire Bookman. Le terme fut ensuite repris en 1937 par Edwin H. Ford dans sa Bibliography of Literary Journalism in America, et par Hutchings Hapgood dans son autobiographie publiée en 193913.

  • 14 Bak (John), « Introduction », pp. 13-14.
  • 15 Sims (Norman), « The Problem and the Promise of Literary Journalism Studies », Literary Journalism (...)

10Mais si Bak insiste pour que nous envisagions le journalisme littéraire comme une discipline, plutôt qu’un genre, c’est aussi pour que nous arrêtions de définir et redéfinir le terme, ce qui ne mène finalement qu’à des débats stériles et empêche le développement même des études en journalisme littéraire. Que l’on use de l’un ou l’autre des termes précités, peu importe : il ne sert à rien de pinailler sur ce qui qualifie cette écriture du réel, leur commun dénominateur. C’est en stimulant la recherche, en donnant une assise historique au journalisme littéraire, et en observant les traditions et les pratiques dans d’autres aires culturelles que l’on donnera à la discipline sa légitimité14. Bak partage cette curiosité avec Sims, qui perçoit dans l’approche transnationale une opportunité de saisir les variations génériques et formelles du journalisme littéraire15. Je poursuis donc la réflexion dans ce sens en rapprochant les univers anglophone et francophone, en espérant promouvoir les études en journalisme littéraire et modestement contribuer à ce que la discipline acquière ses lettres de noblesse.

Literary Journalism : monde anglophone

Le Journalisme littéraire aux États-Unis

  • 16 Sims (Norman), The Literary Journalists, New York, Ballantine Books, 1984, cité dans Connery (Thoma (...)
  • 17 Lounsberry (Barbara), The Art of Fact: Contemporary Artists of Nonfiction, Westport : Greenwood Pre (...)
  • 18 Gilkes (Lillian) & Stallman (R.W.) (dir.), Stephen Crane : Letters, New York, New York University P (...)
  • 19 MacLeish (Archibald), « Poetry and Journalism », Gideon Seymour Lecture, Minneapolis, University of (...)
  • 20 Le texte original se lit comme suit : « Literary journalism deals with both the “look” and the “fee (...)

11Forte de ces quelques recommandations terminologiques, il n’en demeure pas moins essentiel de situer quelques repères historiques quant à l’émergence de la forme, et la désignation du genre. Connery propose une synthèse du concept de journalisme littéraire, en citant d’une part les critères déterminants – immersion, structure, précision, voix, responsabilité, symbolisme16 ; sélection d’un sujet que l’on peut documenter, recherche par immersion, création de scènes, écriture soignée17 ; d’autre part en soulignant la différence avec le journalisme conventionnel, qui réside dans le choix de sujets existentiels et le recours à des techniques d’écriture littéraire (mise en scène, dramatisation, importance des détails et descriptions). Là où le journaliste traditionnel présente objectivement des faits pour informer, le journaliste littéraire recourt à une structure et un style qui lui permettent d’interpréter la réalité selon sa propre subjectivité. En citant Stephen Crane, dont l’objectif était de « donner aux lecteurs une tranche de vie18 », et MacLeish, qui réconcilie journalisme (événements) et poésie (sentiments)19, Connery arrive à une définition du journalisme littéraire comme produit de ces deux intentions, à savoir une écriture qui permet d’appréhender le monde à travers ce qu’il nous laisse voir et ressentir20. En somme, le journalisme littéraire permet une approche phénoménologique de la réalité dans toute son humanité.

  • 21 Hartsock (John), A History of American Literary Journalism, op. cit., p. 42.

12John Hartsock, dans son histoire du journalisme littéraire américain, tente de définir au mieux le terme et de comprendre l’émergence d’un genre nouveau. Dès les années 1890 aux États-Unis, le journalisme littéraire se distinguait d’une part du journalisme traditionnel, objectif, essentiellement factuel, mais d’autre part aussi du muckraking, ou de la yellow press de piètre qualité. Pour Hartsock, il s’agissait à l’époque d’inventer un type d’écriture journalistique qui limitait l’écart séparant le sujet de son objet. La démarche consistait à rapprocher le moi de l’autre, afin de mieux le connaître et d’en rendre compte. Le journalisme littéraire se serait donc imposé en réponse à l’objectivation pratiquée dans la presse américaine. Par conséquent, ce genre visait à interpeller la subjectivité du lecteur à travers celle du journaliste21. Ce qui émerge également de l’étude historique de Hartsock, c’est que le journalisme littéraire, fort de son écriture « subjective », ressurgit systématiquement à des moments importants de crises ou changements politiques, sociaux, et culturels. L’émergence de ce type d’écriture ne s’est pas produite dans un vide culturel, mais bien à un moment où l’on prônait la vérité scientifique et où sévissait un positivisme exacerbé. De toute évidence, un fossé épistémologique se creusait alors entre journalisme traditionnel et journalisme narratif.

  • 22 Sims (Norman) (dir.), True Stories : A Century of Literary Journalism, Evanston, IL, Northwestern U (...)
  • 23 Ibid., p. 7. Ma traduction.
  • 24 Ricœur (Paul), La Métaphore vive, Paris, Seuil, 1975.

13Norman Sims, Professeur à la University of Massachusetts, à Amherst, s’est imposé comme un des spécialistes du genre, en contribuant à le définir et à en faire connaître les figures de proue. Il a identifié les critères qui distinguent ce genre (cités plus haut), en insistant sur le reportage en immersion, les structures élaborées, et l’intérêt pour les petites gens plutôt que les grands de ce monde22. Pour Sims, le journaliste littéraire est un médiateur retranscrivant la réalité telle qu’il la perçoit ; il raconte des histoires vraies, avec ses propres sensations ; « les journalistes littéraires reconnaissent le besoin d’une conscience dans le texte à travers laquelle les objets vus peuvent être filtrés23. » Autrement dit, précise Sims, le journalisme littéraire donnerait à voir la pensée à l’œuvre ou révèlerait le contexte qui a mené à la création du texte. Le journalisme littéraire, à la frontière entre histoire et sociologie, journalisme et littérature, génère une écriture qui s’enrichit d’un supplément d’âme, une écriture qui se nourrit de la sensation d’être dans le hic et nunc (on évoquera ici Ricœur, pour qui le langage poétique se distingue par sa capacité à rendre le Lebenswelt de Husserl ou le In-der-Welt de Heidegger)24. L’approche phénoménologique du monde, dotée d’un sentiment d’immédiateté ou d’urgence, est donc ce qui caractérise le journalisme littéraire.

  • 25 Sims (Norman), « The Problem and the Promise of Literary Journalism Studies », Literary Journalism (...)

14Par ailleurs, Sims rappelle que les questions préoccupant le plus les praticiens du genre sont celles de l’objectivité et de la subjectivité, de la vérité et de la fiction. Mais surtout il invite à explorer davantage les contextes où se forgent les récits, plutôt que de se cantonner soit dans le champ des études littéraires, soit dans le champ des études médiatiques25. Se limiter à ces disciplines ne suffit pas : il faut étendre le champ d’investigation et s’intéresser aux autres cultures, tant géographiques qu’académiques. On peut d’ailleurs aussi évoquer ici les cultural studies, et en particulier l’history from below qui s’intéresse aux expériences personnelles du commun des mortels, ou la microstoria conceptualisée par Giovanni Levi et Carlos Ginzburg. Sims prône l’approche comparatiste d’un corpus international, car la diversité des traditions éclaire la compréhension et l’expérience de la pratique de ce type d’écriture.

15Le journalisme littéraire américain est donc né au xixe siècle, suite notamment à la scission entre deux modèles journalistiques, celui des faits, et celui de la narration. De très grands reporters ont marqué le tournant du siècle : Stephen Crane, Lafcadio Hearn, Lincoln Steffens, Hutchins Hapgood, Richard Harding Davis, ce dernier étant connu pour avoir couvert l’entrée des Allemands dans Bruxelles. Sa mère, Rebecca Harding Davis, s’était illustrée en racontant la Guerre Civile et ses atrocités, afin que le lecteur approche celle-ci au plus près. Tous étaient passés maîtres dans l’art du reportage, qu’il s’agisse de relater les guerres, des voyages, ou de traiter de questions sociales, politiques, et économiques. Les livres et anthologies de Connery, Hartsock, et Sims, sont une mine d’or pour (re)découvrir ces multiples talents.

16Mais tous ces critiques s’accordent pour épingler Mark Twain (le père du roman américain) et Walt Whitman (le poète transcendantaliste) comme étant les précurseurs du genre, auxquels il faut aussi ajouter quelques belles plumes britanniques, à savoir Daniel Defoe, George Orwell, Charles Dickens (tous écrivains et romanciers mais d’abord journalistes), et Henry Mayhew. Leur sens aigu de l’observation, leur volonté de réalisme dans le rendu des faits, souvent liés à la misère sociale, aux conflits, aux guerres, et autres catastrophes naturelles, nous font penser qu’ils pratiquaient déjà cette écriture précise de l’information, usant d’un style sans cesse retravaillé pour atteindre la perfection.

17Le début du xxe siècle est marqué aux États-Unis par les œuvres d’écrivains socialistes et activistes tels que Jack London et Upton Sinclair. Leurs respectifs Peuple d’en bas (ou Peuple de l’abyme ; The People of the Abyss, 1903) et La Jungle (The Jungle, 1906), oscillent entre journalisme d’investigation et reportage littéraire : ce sont des enquêtes de terrain, qui, dans le cas de Sinclair, ont même entraîné des modifications de lois sanitaires en Amérique. Mais ces enquêtes ne se limitent pas à des faits ; ceux-ci sont structurés en une narration développée avec style, où percent les intentions de l’auteur. Suivent les écrivains de la « génération perdue », Hemingway et Dos Passos, le premier se lançant dans la fiction faute de pouvoir tout raconter dans ses écrits journalistiques, le second innovant dans sa trilogie américaine, U.S.A., en mêlant divers styles d’écriture. Ils ne furent pas les seuls : Steinbeck fut aussi un chroniqueur de l’Amérique, non seulement à travers ses romans qui lui valurent prix Pulitzer et prix Nobel (Des souris et des hommes, 1937 ; Les Raisins de la colère, 1939), mais aussi à travers ses textes journalistiques méconnus, notamment America and Americans publié en 1966.

  • 26 Hollowell (John), Fact and Fiction: The New Journalism and the Non-Fiction Novel, Chapel Hill, The (...)
  • 27 Wolfe (Tom), « The New Journalism », dans The New Journalism, sous la direction de Tom Wolfe & E.W. (...)

18Vinrent les années 1960, époque psychédélique de la contreculture, autres années glorieuses du journalisme littéraire. Dépourvus face aux changements sociaux qui ébranlèrent la société américaine, les journalistes ne pouvaient plus rendre compte des nouvelles réalités en utilisant les outils habituels, explique Hollowell. La réalité dépassait littéralement la fiction et, dans le même temps, cette déstabilisation créait un champ d’exploration immense pour s’inventer de nouveaux moyens et témoigner du temps présent26. Tous s’accordent pour dire que le récit des injustices sociales et des émeutes raciales, de l’acquisition de droits par les minorités, de la révolution sexuelle, de l’usage des drogues, de la guerre du Vietnam, ne pouvait se faire par une traduction purement factuelle des événements. C’est au cours de cette décennie que des journalistes littéraires talentueux et provocateurs, rassemblés dans l’anthologie du « Nouveau Journalisme » de Tom Wolfe, mirent en question l’Amérique, en l’observant sous un angle inhabituel27. Selon Wolfe, le journalisme littéraire finirait par supplanter le roman ; désormais règnerait l’écriture du réel. Joan Didion, Michael Herr, John Hersey, Gay Talese, Truman Capote, Hunter S. Thompson, sont quelques-uns des grands noms figurant au panthéon du journalisme littéraire américain.

19Robert S. Boynton, professeur à l’Université de New York, s’est livré à un exercice similaire à celui qu’effectua Tom Wolfe dans les années 1970 : rassembler une série d’entretiens avec des journalistes littéraires talentueux au tournant du siècle. The New New Journalism (2005) permet de mieux connaître des écrivains tels que Susan Orlean, Jon Krakauer, Eric Schlosser, Adrian Nicole Leblanc, Ted Conover, William Langewiesche, et bien d’autres encore. Selon Boynton, ces journalistes se réclament à la fois des précurseurs du xixe siècle, de par leur engagement total pour leur profession – l’art du reportage – en se mêlant à la vie de leurs sujets, en partageant leur quotidien, en mettant les questions raciales et sociales au centre de leurs préoccupations. Mais ils se revendiquent aussi héritiers directs du nouveau journalisme des années 1960, dont ils ont intégré le potentiel de liberté créatrice. Boynton conclut que ces auteurs réalisent une synthèse éblouissante des deux traditions.

  • 28 Boynton écrit très précisément ceci, sur base de ses entretiens avec les new new journalists: « the (...)
  • 29 Boynton s’interroge, « Why, despite their highly developed novelistic and essayistic traditions, ha (...)
  • 30 Sims (Norman), « The Problem and the Promise of Literary Journalism Studies », p. 10.

20Autant dire que le journalisme littéraire est dans l’ADN de l’Amérique : dépassant les limites du genre, ou même de la discipline, on est tenté de conclure que l’histoire culturelle des États-Unis s’y trouve tout entière reflétée. Le journalisme littéraire est le miroir de l’Amérique, un miroir qui ne triche pas, où se reflètent ses moments douloureux et ses multiples défauts, ses failles, mais aussi ses espérances. Ce n’est pas tant sa face cachée que l’on peut y découvrir, mais plutôt ses moments de vérité, ses mises au point : une Amérique mise à nu, tellement réelle, authentique. Néanmoins, il serait dommageable d’attribuer au journalisme littéraire un pedigree exclusivement étatsunien, ce que fait Boynton, en évoquant un « exceptionnalisme américain28 »relevant du caractère unique de l’expérience américaine, et de la manière d’en rendre compte. Autant il est vrai que peu de textes peuvent rivaliser avec le Hiroshima (1946) de John Hersey, et que les new journalists ont été d’excellents chroniqueurs d’une époque – la contreculture – prétendre que le journalisme littéraire n’existe pas sur d’autres continents n’est pas juste29. L’Amérique n’a pas le monopole du journalisme littéraire, même si son corpus est abondant et son histoire monumentale. Ne pas évoquer les innombrables reportages réalisés en France, notamment dans l’entre-deux-guerres, est une omission flagrante. La passion pour le réel et les histoires vraies est un phénomène plus universel que local, et le passage sous silence de certaines traditions s’explique plutôt par l’utilisation d’une terminologie différente et par la méconnaissance des langues étrangères, à laquelle l’absence de traductions ne permet pas toujours de remédier, un regret également relevé par Sims30. Certaines considérations en matière éditoriale doivent aussi être avancées : les new journalists ont bénéficié de promotion et se sont retrouvés au devant de la scène, ce que peut-être les reporters de Mai 68 n’ont pas eu la chance de connaître.

Le Journalisme littéraire en Grande-Bretagne

  • 31 Campbell (Kate), sous la direction de, Journalism, Literature and Modernity : From Hazlitt to Moder (...)

21Du côté britannique, l’idée maîtresse de Journalism, Literature and Modernity est de montrer comment l’écriture journalistique a été essentielle pour la modernité31. Divers chapitres sont consacrés à de véritables journalistes de profession, tels que William Hazlitt, Henry Mayhew, Matthew Arnold (qui faisait déjà référence à un « nouveau journalisme » en 1887), mais aussi à de grands écrivains comme Charles Dickens, Virginia Woolf, et Rebecca West. Campbell nous rappelle que par tradition, le journalisme était bien distinct de la littérature en Grande-Bretagne, et que cette distanciation figurait déjà dans Mass Civilization and Minority Culture (1930) de F. R. Leavis. Seuls Daniel Defoe ou Jonathan Swift peuvent être considérés comme des écrivains-journalistes, précise Campbell, tandis que George Bernard Shaw et H. G. Wells s’exprimaient à l’occasion dans la presse. Mais ce n’est que récemment, après que le domaine des cultural studies s’est emparé des médias et de la communication de masse comme objet d’étude, que l’intérêt littéraire pour le journalisme a repris le dessus.

  • 32 Keeble (Richard) & Wheeler (Sharon), The Journalistic Imagination : Literary Journalists from Defoe (...)

22Richard Keeble et Sharon Wheeler ont édité un volume portant sur diverses figures littéraires ayant travaillé pour des journaux ou écrit des reportages : on y retrouve sans surprise Hazlitt, Defoe, et Dickens. Apparaissent également Graham Greene, Angela Carter, George Orwell32. Pour Keeble, il y a une disproportion notoire aujourd’hui dans la société entre la place et le pouvoir qu’ont les médias au niveau politique, idéologique et culturel. En revanche, dans l’univers littéraire et dans le monde universitaire, c’est le phénomène inverse qui se produit : le journalisme est marginalisé. Son statut de low culture date des origines, c’est-à-dire de son apparition au début du xviie siècle, dans la majorité des capitales européennes : le journalisme était synonyme de gossip, c’est-à-dire de sexe, de scandale, de meurtres. Le terme Grub était utilisé pour y faire référence : il s’agissait d’un quartier mal famé où vivotaient de piètres plumitifs et des écrivaillons issus des bas-fonds de Londres. La situation s’améliora au xviiie siècle avec l’émergence d’un journalisme plus intellectuel, mais son statut inférieur à la littérature persistait. Keeble précise que le terme « journaliste » avait été importé de France dans les années 1830 pour désigner les journalistes travaillant pour les périodiques (et donc en aucun cas des écrivains), ce qui renforça encore la perception du terme comme relevant de la culture populaire.

  • 33 Tulloch (John), « Charles Dickens and the Voices of Journalism », dans The Journalistic Imagination (...)
  • 34 Treglow (Jeremy) & Bennet (Bridget), Grub Street and The Ivory Tower: Literary Journalism and Liter (...)

23Dans le chapitre qu’il consacre à Dickens33, John Tulloch explique que la mauvaise estime sociale qu’on avait du journalisme à l’époque venait du fait que celui-ci ne bénéficiait pas, contrairement aux États-Unis, d’une protection prévue par le Premier Amendement de la Constitution, et parce qu’il se trouvait aussi plus distancié du monde littéraire que ses voisins européens. Tulloch suggère que le manque de respect pour le journalisme à l’époque est lié au manque de contrôle créatif dont jouit l’auteur, comparé à l’artiste. Le journalisme britannique est ici clairement présenté comme moins littéraire que le journalisme français, pour preuve les déclarations du philosophe John Stuart Mill, lequel faisait remarquer avec véhémence qu’au moins en France les philosophes et les penseurs faisaient valoir leurs opinions dans la presse, tandis qu’en Angleterre, les journalistes étaient selon lui les pires hacks. En somme, toujours selon Tulloch, le journalisme dépendait de considérations mercantiles, ce qui n’était pas le cas de la littérature. Tulloch regrette aussi amèrement que le travail de journaliste de Samuel Taylor Coleridge soit ignoré, le monde académique préférant retenir son œuvre de poète. Et enfin, il déplore le fait que des écrivains tels que Woolf et Orwell, extrêmement critiques du monde journalistique bien qu’ils aient fait œuvre de journalisme, n’aient pas aidé à revaloriser la profession. Dans Grub Street and The Ivory Tower, Treglow et Bennet tentent de leur côté de rapprocher le monde du journalisme de celui de l’université. Ils vont même jusqu’à prétendre que l’étude de la littérature anglaise est née à Grub Street. En effet, du fait que le monde académique se consacrait à l’étude de la Bible et des classiques, tout le travail éditorial des œuvres de Shakespeare et d’autres dût se faire en dehors de l’université34.

24La presse contemporaine encourage la pratique du journalisme littéraire en Grande-Bretagne et aux États-Unis. L’excellente revue Granta (http://www.granta.com) presque moribonde, fut relancée en 1979 par un éditeur qui envoya ses journalistes à l’étranger, dans les usines et les mines du Royaume-Uni, pour y récolter des histoires vécues et inspirer son lectorat. Le succès fut instantané. La revue prestigieuse The New Yorker, fondée en 1925, est toujours « la » référence en journalisme littéraire ; quant aux Vanity Fair, Esquire, Harper’s ou Gentlemen’s Quarterly, on croit à tort que ce sont des magazines de mode et de mondanités. Or les plus grands écrivains y ont contribué, d’Ernest Hemingway à Francis Scott Fitzgerald, et chaque numéro contient des récits signés de remarquables journalistes.

Le grand reportage : monde francophone

Le grand reportage à la française

25Le monde anglophone n’a cependant pas le monopole du journalisme littéraire, tel qu’il vient d’être défini. Tout au plus le nomme-t-on autrement dans le monde francophone. En effet, le grand reportage a acquis ses heures de gloire en France, dans les années 1930, grâce à des écrivains de renom tels que Joseph Kessel, et avant lui, Albert Londres. D’excellents ouvrages critiques ont mis en évidence cette période faste, entre les deux guerres. Ce genre devait son succès non seulement au talent des écrivains qui signaient ces reportages, mais également à une conjecture favorable pour les journaux, qui étaient les premiers à bénéficier de l’intérêt des lecteurs pour ces textes passionnants, relatant des expériences vécues et des événements inouïs, le plus souvent dans des contrées lointaines. L’Écrivain-Reporter au cœur des années trente (2004) de Myriam Boucharenc, L’Invention du reportage, numéro spécial de la revue Autour de Vallès (2010) sous la direction de Marie-Ève Thérenty et Guillaume Pinson, ainsi que Les Grands reporters. Les Débuts du journalisme moderne (2005) de Marc Martin sont éclairants pour comprendre l’essor de reportage au xixe siècle et dans l’entre-deux-guerres.

  • 35 Boucharenc (Myriam), L’Écrivain-reporter au cœur des années trente, Lille, Presses Universitaires d (...)
  • 36 Ibid., pp. 12-13.
  • 37 Ibid., p. 17.
  • 38 Ibid., p. 24.
  • 39 Ibid., p. 27.
  • 40 Ibid., p. 21.
  • 41 Ibid., p. 24.

26Pour Boucharenc, « les “mythologies” du reportage semblent avoir largement contribué à faire perdre au reportage sa “qualité historique”35 ». Les études littéraires ont ignoré la figure de l’écrivain-reporter, explique-t-elle, car il est difficile de le ranger dans une catégorie36. Elle nous rappelle aussi que lorsque le reportage intègre la presse française dans les années 1870, il est déjà pratique courante dans le monde anglo-saxon37. Le genre mit du temps à trouver sa voie, hésitant entre « l’information pure » et le « sensationnalisme du fait divers38 », et ne trouva sa légitimité, écrit-elle plus loin, « qu’en se démarquant des deux modèles qui lui faisaient de l’ombre – le “petit” reportage et le reportage anglo-saxon […] » – et « en se calquant sur la littérature39 ». Boucharenc soutient également qu’à la Belle Époque (1870-1890) il y avait une véritable opposition entre les anciens, en quelque sorte, c’est-à-dire « les défenseurs du journalisme d’idées, littéraire et aristocratique » et les adeptes du « nouveau journalisme » de l’époque (car le terme, précise-t-elle, était déjà utilisé) qui préconisaient un « journalisme de terrain40 ». Le reportage était donc vu comme « l’antithèse de la littérature », alors qu’il finit par s’imposer comme genre littéraire41.

  • 42 Martin (Marc), Les Grands reporters : les débuts du journalisme moderne, Paris, Éditions Louis Audi (...)
  • 43 Ibid., p. 32.
  • 44 Ibid., p. 33.

27Marc Martin insiste sur la notion de voyage chez les grands reporters : parce qu’ils écrivent autre chose, leurs articles ont du succès. Les grands reporters étaient autant soucieux de témoigner de « choses vues » que de soigner leur écriture42. La presse américaine excellait dans ce genre depuis fort longtemps, dès la fin de la guerre contre le Mexique (1846-1848) et ensuite pendant la guerre de Sécession (1861-1865)43. Pourtant, Giffard, grand reporter français, rejeta le modèle américain à cause de son manque de qualité esthétique. Il déclarait que les reporters américains « n’ont aucun sens artistique. Ce sont des machines à noter. Ils ne sont d’ailleurs ni écrivains, ni artistes, ni critiques. Il faut que nous soyons tout cela44. » Ce point de vue n’est pas sans intérêt, à l’heure où, outre-Atlantique, le reportage se targue d’avoir justement cette qualité particulière qu’est le talent littéraire.

  • 45 Ibid., p. 34.
  • 46 Ibid., pp. 38, 41, 42.
  • 47 Ibid., p. 47.

28Martin explique pourquoi cette filiation américaine est férocement rejetée : « Au lendemain de la guerre de 1870 et de la Commune, il n’y a pas en France la même avidité de connaître les hommes et les mondes étrangers que celles que suscitent aux États-Unis l’aventure de la Frontière et l’origine lointaine d’une grande partie de leur population45. » Et surtout, la liberté limitée de la presse sous le second Empire réduisait fortement la marge de manœuvre. L’essor du grand reportage ne se fit pas tant sous l’influence du modèle américain, explique Martin, mais davantage grâce à la révolution des transports et des communications à distance. Ensuite, la politique d’expansion coloniale et le développement de plusieurs titres vont booster le grand reportage46. Deux précisions encore, apportées par Martin : au xixe siècle, à Paris, la majorité des gens de lettres écrivaient dans les journaux ; le journalisme était la voie royale pour devenir écrivain même si le grand reporter ne parvenait pas à occuper cette place d’homme de lettres47. Finalement, le reportage sera victime de son succès, et disparaîtra, faute d’avoir pu être codifié, comme l’a également très bien expliqué Myriam Boucharenc.

  • 48 Thérenty (Marie-Ève), La Littérature au Quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, op. ci (...)
  • 49 Ibid., pp. 11-12.
  • 50 Ibid., pp. 21-22.
  • 51 Ibid., pp. 25, 22, 25.

29Marie-Ève Thérenty, quant à elle, évoque une double fracture, poétique et professionnelle, qui se produisit entre journalisme et littérature avec, d’une part la création du statut de journaliste, et d’autre part, l’apparition d’écoles où l’on enseigne le journalisme48. Au xixe siècle, précise-t-elle, il existait une « poétique du quotidien ». La littérature était un élément constitutif du journal bien avant qu’une écriture journalistique, et les institutions pour former à sa pratique, ne voient le jour49. Thérenty repère sous la Troisième République une ligne de démarcation séparant la presse informative de la littérature50. Les rapports entre journalisme et littérature évoluent dans le sens où coexistent désormais des textes purement informatifs, et d’autres formes d’écriture, celles-là plus littéraires. Thérenty énonce trois éléments sur lesquels repose la littéralisation du journal : « la circularité des écritures entre le journal et le livre », ensuite la « fictionnalisation de l’information », et enfin le « changement de paradigme », c’est-à-dire « le passage d’un régime de la chose dite à la chose vue51 ». On voit donc clairement qu’au fil du temps deux univers se sont côtoyés, concurrencés, mais surtout qu’ils sont intimement liés, la veine littéraire ayant toujours traversé la presse française.

Convergences : vers une écriture vérité

Journalisme littéraire et mondialisation

30Les écrivains-journalistes s’illustrent comme d’intrépides globe-trotters, parcourant le monde en quête d’expériences inédites et de récits captivants. L’ouverture aux cultures étrangères et l’aventure sous d’autres tropiques pimentent leurs enquêtes sur le terrain et agrémentent leurs récits de voyages. C’est sans doute la raison pour laquelle le journalisme littéraire éveille la curiosité des comparatistes, qui à leur tour franchissent les frontières, tant géographiques, que temporelles ou génériques, pour proposer des études transnationales. Mettre en relation des corpus et des univers différents n’est pas chose aisée, lorsqu’on tente une telle ouverture internationale. Pourtant, les initiatives se multiplient, pour preuve la publication pratiquement simultanée de deux livres confrontant diverses traditions : Presse, nations et mondialisation au dix-neuvième siècle (2010), dirigé par Thérenty et Vaillant, et Literary Journalism across the Globe : Journalistic Traditions and Transnational Influences (2011), sous la direction de Back et Reynolds. Même si les intentions diffèrent, le premier privilégiant une approche historiographique du journalisme littéraire dans le monde, le second s’attelant à retrouver les racines des différentes traditions du reportage et à repérer leurs influences mutuelles, ces deux compilations s’imposent comme des jalons de l’histoire de la discipline. L’enjeu n’est pas tant de faire émerger une tradition universelle, véritable gageure, mais plutôt de mettre en contact des cultures et d’identifier, dans cette zone interstitielle, de nouveaux paradigmes pour étudier le journalisme littéraire, comme le propose Bak, afin d’éviter des écueils terminologiques et de lever les obstacles qui ont incontestablement freiné la recherche, faute de pouvoir définir cet objet à l’échelle internationale.

  • 52 Didion (Joan). L’Amérique. Chroniques, Paris, Grasset, 2009.

31Dans un autre registre, il faut souligner l’importance de la traduction qui permet aux univers anglophone et francophone de se rapprocher. Albert Londres est une figure bien connue des Français, pourtant il n’est pas aisé de trouver son œuvre en anglais. Pour les chefs-d’œuvre américains tels que La Jungle (The Jungle, 1906) d’Upton Sinclair ou Le Peuple d’en Bas (The People of the Abyss, 1903) de London, les traductions furent plus rapides. En revanche, ce n’est que récemment que les livres de Didion, icône du journalisme littéraire américain, ont été traduits, comblant ainsi une énorme lacune dans le corpus littéraire français relatif à la contreculture. Figure inconnue du monde francophone, sauf de quelques experts, Didion est pourtant un auteur canonique aux États-Unis, et ce depuis les années 1960. L’Amérique52 rassemble ses chroniques qui racontent un pays à travers une série de vignettes et d’esquisses réalisées avec élégance.

32Par contre, on peut se réjouir que les journalistes littéraires des dernières années, notamment ceux que l’on retrouve dans l’anthologie du New New Journalism, soient en partie disponibles en français. Jane Kramer, Adrian Nicole Leblanc, William Langewiesche, Susan Orlean, Eric Schlosser, sont maintenant disponibles en France, mais quid de Ted Conover ? À l’inverse, très peu d’auteurs contemporains français sont traduits en anglais. C’est le cas d’Emmanuel Carrère, avec The Adversary (2000), ou de Jean Hatzfeld, dont les deux ouvrages traitant du génocide rwandais – Dans le nu de la vie (2000) et Une saison de machettes (2003) – ont rapidement été traduits, respectivement sous les noms de Life Laid Bare : The Survivors in Rwanda Speak (2007) et Machete Season : The Killers in Rwanda Speak (2006). Ce serait une erreur que d’ignorer les obstacles linguistiques qui ne facilitent pas le dialogue entre les deux univers. En revanche, un immense champ d’exploration s’ouvre aux comparatistes désireux de rapprocher les traditions issues des mondes francophone et anglophone.

Nouvelles tendances : l’Écriture du réel

  • 53 Le site du magazine français se revendique explicitement de la tradition anglo-saxonne, et s’inscri (...)
  • 54 Je renvoie ici à l’excellent mémoire de Flora Six sur le journalisme gonzo et son héritage dans la (...)
  • 55 Kaprièlian (Nelly), « Au-delà du réel », Les Inrockuptibles hors série, Nouvelles littératures fran (...)

33À l’heure actuelle, on ne peut que se réjouir du succès de la revue XXI, pensée sur le modèle des magazines anglo-saxons53, viviers de grands auteurs. D’autres créations apparaissent ou renaissent de leurs cendres, tels que les journaux Muze ou les plus décalés Le Tigre et So Foot54. Il faut également signaler que, fort de son premier succès, Patrick de Saint-Exupéry a lancé 6 Mois en 2011, un magazine photo qui s’inscrit dans la tradition du photojournalisme de Capa, Seymour, ou Cartier-Bresson. Mais ce retour au réel n’est pas que journalistique : il apparaît comme une tendance très en vogue dans pas mal d’ouvrages littéraires d’auteurs plus ou moins connus. C’est en tout cas le constat dressé par Nelly Kaprièlian dans le hors-série du magazine Les Inrockuptibles consacré aux nouvelles littératures françaises. Dans son article intitulé « Au-delà du réel55 », la journaliste fait le bilan de la décennie en mettant en avant l’importance du « fait divers » comme point de départ et source d’inspiration pour des écrivains tels qu’Emmanuel Carrère ou Régis Jauffret, et la volonté d’aborder des sujets politiques et sociaux très controversés, comme les centrales nucléaires pour Élisabeth Filhol, et le commerce des armes, pour Philippe Vasset.

  • 56 Ibid., p. 4.
  • 57 Ibid., p. 5.
  • 58 Ibid., p. 4.
  • 59 Ibid., pp. 4-5.
  • 60 « Écrire, écrire, pourquoi ? », Emmanuel Carrère : Entretien avec Nelly Kaprièlian, Paris, Éditions (...)

34De manière très subtile, Kaprièlian identifie les raisons qui mènent à cette « contamination grandissante de la littérature par le réel ». D’une part, on observe une propension significative à vouloir écrire sur soi (autofiction ou autobiographie) ; d’autre part, on note aussi une volonté « d’interroger encore davantage les limites entre fiction et réalité56 ». D’où l’évolution de ce que Kaprièlian nomme une « écriture hybride pour monde-chaos57 », ou comment faire sens du monde qui nous entoure lorsque la réalité et les vérités sont ébranlées. L’écriture du réel peut alors se définir comme « une machine de guerre contre les abus de langage, le formatage, la manipulation publicitaire, la standardisation de la pensée et du désir qu’un monde de plus en plus absurde tenterait de nous imposer58. » Il est frappant de constater que les auteurs cités plus hauts, mais aussi Jean Rolin, Tristan Garcia, Laurent Mauvignier59, et l’excellent Jean Hatzfeld, partagent les mêmes préoccupations que leurs confrères américains, ces fameux new new journalists. Ce n’est pas uniquement la société américaine qui inspire, mais bien le monde globalisé qui érige en fables universelles des histoires simples, ou des traumatismes graves se produisant aux quatre coins de la planète. Il arrive même que certains, comme Carrère, témoignent de l’influence directe d’un écrivain, en l’occurrence Truman Capote, dont le De sang-froid guida la démarche de L’Adversaire60.

L’Héritage gonzo

  • 61 Le Monde, 6 mai 2010.
  • 62 Grangeray (Émilie), « Hunter S. Thompson, ou la fin du rêve américain », Le Monde, 6 mai 2010.
  • 63 Vetter (Craig), « Playboy Interview: Hunter Thompson », Playboy novembre 1974, dans Ancient Gonzo W (...)

35Le 6 mai 2010, le journal Le Monde consacrait un dossier de plusieurs articles à cet oxymore, le journalisme littérair61. Aux côtés des légendaires Kessel, Colette, et Kapuscinski, figurait un hommage à l’Américain Hunter S. Thompson62, instigateur du journalisme gonzo. Enfant terrible de la contreculture, mais aussi journaliste talentueux, son style unique fit des émules, au point qu’il s’est imposé comme un agent provocateur tant dans le monde anglophone que francophone, et au-delà. Le gonzo est né lorsque Thompson devait réaliser la couverture du Kentucky Derby pour le magazine Scanlan’s et qu’il peinait à respecter les délais d’exécution. Faute de temps, l’article était lacunaire, les interviews incohérentes, le tout ressemblant à un assemblage éclectique de notes prises au vol et de commentaires erratiques. Pourtant, les réactions des lecteurs furent enthousiastes, ceux-ci voyant dans l’article une « avancée géniale du journalisme63 ». La majeure partie de l’œuvre de Thompson est traduite en français, même si certains livres ne l’ont été que récemment. Bien que l’on ne retienne souvent de l’auteur, à tort, que ses excentricités, il demeure un journaliste politique hors pair, ayant notamment couvert la campagne du président Nixon, racontée dans Fear and Loathing on the Campaign Trail ’72 (1973).

  • 64 Pacadis (Alain), Nightclubbing: Chroniques et articles 1973-1986, Paris, Éditions Denoël, 2008, pp. (...)
  • 65 Ibid., p. 9.

36Mais certains n’ont pas attendu les traductions en français pour s’intéresser à ce journalisme hors du commun. En effet, le gonzo s’est imposé comme une marque, un label qui assure que les ouvrages qui s’en revendiquent sont un peu fous, polémiques, et écrits dans un langage décalé, argotique, voire grossier. Alain Pacadis, en France, s’est illustré dans les années 1970 par ses rubriques innovatrices dans Libération et l’on peut se mordre les doigts aujourd’hui en lisant, dans l’introduction de Nightclubbing (2005), que « la veille de sa mort, en décembre 1986 », le journaliste « rédigea[i]t des articles en surchauffe qui finirent dans les corbeilles à papier de Libé, la naïveté de ses vues laissant circonspects les rédacteurs en chef à qui il les proposait64. » Mais il était loin de faire l’unanimité car les lecteurs s’insurgeaient et parfois exigeaient le renvoi immédiat du fauteur de troubles, « unique incarnation française du gonzo journaliste américain65. » Aujourd’hui, c’est sur la toile qu’il faut se rendre pour rencontrer les héritiers du gonzo, en visitant des sites tels que feu http://www.novövision.fr (désormais inaccessible). Ce n’est pas étonnant, car le gonzo, c’est un peu du journalisme « hyper-réel », du reportage sur le réel mais perçu à l’aune d’un monde virtuel où la limite entre réalité et fiction est parfois difficile à tracer. Dans ses reportages, Hunter S. Thompson franchissait de nombreuses limites, qu’elles soient du « politiquement correct », formelles, stylistiques, mais aussi les limites même de la perception, car alcool et drogue font basculer dans un état modifié de conscience qui autorise une approche phénoménologique où tout est « hyper », « trop », démesurément réel.

  • 66 Senécal (Henri-Paul), « Qu’est-ce que le cinéma-vérité? », Séquences: la revue du cinéma, n°34, 196 (...)

37Monde francophone et anglophone partagent certainement un engouement semblable pour le journalisme littéraire. Peut-être faut-il néanmoins souligner le regain d’intérêt pour ce genre narratif dans l’hexagone aujourd’hui. Les deux traditions tendent vers ce que j’appellerais une « écriture-vérité » qui, à l’instar du cinéma vérité, prône une « saisie sur le vif de la réalité » et tente cette saisie dans « sa crudité totale66 ». Comme dans le cinéma-vérité, le sujet du journalisme littéraire est central et l’auteur s’investit énormément dans l’existence de ce sujet. Recherche de vérité, fascination pour le réel, constituent les ingrédients majeurs de ce type d’écriture, qui passe nécessairement par une subjectivité réflexive, qui repose sur l’émotion, les sensations, et une profonde humanité. Mais à cela il faut ajouter la qualité éminemment littéraire de l’écriture, en rappelant comme l’ont fait Sims, Kramer, Hartsock, Connery, que le journalisme littéraire consiste à faire bon usage des outils et des techniques de l’écrivain pour sublimer le récit tout en rendant fidèlement compte du réel.

Divergences : deux modèles s’affrontent

38Les deux traditions – anglophone et francophone – affichent aussi des différences, la première ayant privilégié les faits, l’autre l’opinion. Et si le journalisme littéraire est une discipline indépendante chez les Anglo-Saxons, le clivage journalisme et littérature semble persister dans le monde francophone, essentiellement pour des questions de méthodologie. Doit-on favoriser une approche journalistique d’œuvres littéraires, ou une approche littéraire de textes journalistiques ? Et est-on seulement obligé de se cantonner à sa discipline de prédilection ? Le journalisme littéraire ébranle les fondations des écoles de journalisme où l’on perpétue une pédagogie d’écriture fondée essentiellement sur les faits, l’objectivité, et la neutralité. Valeurs essentielles, incontestablement, mais qui ne laisse pas entrevoir les promesses avancées par le journalisme littéraire qui propose d’autres voies pour raconter de vraies histoires et initier à cette écriture-vérité. Alain Lallemand tente en tout cas le pari, avec son Journalisme narratif en pratique (2011) dans lequel il propose des références littéraires et prodigue des conseils pratiques pour se mettre à la tâche.

39Doit-on analyser le journalisme d’investigation de Jean Hatzfeld, Ted Conover, ou Günter Wallraff dans les filières de journalisme ou de langues et lettres ? Dans les deux, dirais-je sans hésitation, vu qu’il y a tant à apprendre de leur démarche, de leur écriture, et des contextes sociaux, politiques, culturels, dans lesquels s’inscrivent ces textes. En lisant ces journalistes et écrivains, nous découvrons avant tout les divers malaises de notre civilisation. Nous avons vu plus haut, avec Bak et Sims, qu’une approche comparatiste permet de dépasser les limites méthodologiques que présentent les disciplines littéraires d’une part et les études médiatiques d’autre part. En s’intéressant aux multiples contextes culturels dans lesquels le journalisme littéraire émerge et se développe, en observant ces diverses traditions avec un certain recul, nous croisons nos regards journalistiques et littéraires pour pouvoir développer, comme l’a suggéré Sims, une méthodologie propre à la discipline. C’est dans cette mise en perspective que le journalisme littéraire révèle son identité profonde et sa raison d’être : un journalisme « éthique » – il propose de vraies histoires, originales et documentées – et « esthétique », car il y a un plaisir d’écriture et de lecture. Tout cela, dans un élan de vérité et d’humanité.

Haut de page

Bibliographie

Bak (John S.) & Reynolds (Bill) (dir.), Literary Journalism Across The Globe : Journalistic Traditions and Transnational Influences, Boston & Amherst, University of Massachusetts Press, 2011.

Boucharenc (Myriam), L’Écrivain-reporter au cœur des années trente, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2004.

Boucharenc (Myriam), Martens (David), et van Nuijs (Laurence) (dir.), « Croisées de la fiction. Journalisme et littérature », Interférences littéraires, n° 7, novembre 2011.

Boynton (Robert), The New New Journalism : Conversations with America’s Best Nonfiction Writers on Their Craft, New York, Vintage, 2005.

Campbell (Kate) (dir.), Journalism, Literature and Modernity: From Hazlitt to Modernism, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2000.

Capote (Truman), In Cold Blood, New York, Vintage, 1994.

Carrère (Emmanuel), L’Adversaire, Paris, P.O.L., 2000.

Carrère (Emmanuel), The Adversary, New York, Picador, 2002.

Connery (Thomas B.) (dir.), A Sourcebook of American Literary Journalism : Representative Writers in an Emerging Genre, New York, Greenwood Press, 1992.

Davies (Nick), Flat Earth News : An Award-Winning Reporter Exposes Falsehood, Distortion and Propaganda in the Global Media, Londres, Chatto & Windus, 2008.

Didion (Joan), L’Amérique 1965-1990, Paris, Grasset, 2009.

Greenberg (Susan), « Slow Journalism », Prospect, n° 131, 25 février 2007.

Grevisse (Benoît), Écritures journalistiques : Stratégies rédactionnelles, multimédia et journalisme narratif, Bruxelles, De Boeck, 2008.

Hartsock (John), A History of American Literary Journalism: The Emergence of A Modern Narrative Form, Amherst, University of Massachusetts Press, 2000.

Hatzfeld (Jean), Dans le nu de la vie: récit des marais rwandais, Paris, Seuil, 2000.

Hatzfeld (Jean), Une saison de machettes, Paris, Le Seuil, 2003.

Hatzfeld (Jean), Life Laid Bare: The Survivors in Rwanda Speak, New York, Other Press, 2007.

Hatzfeld (Jean), Machete Season: The Killers in Rwanda Speak, New York, Farrar, Straus & Giroux, 2005.

Hollowell (John), Fact and Fiction : The New Journalism and the Non-Fiction Novel, Chapel Hill, The University of Carolina Press, 1977.

Kaprièlian (Nelly), « Au-delà du réel », Les Inrockuptibles hors série, Nouvelles littératures françaises, 2010, pp. 4-5.

Keeble (Richard) & Wheeler (Sharon), The Journalistic Imagination: Literary Journalists from Defoe to Capote and Carter, London & New York, Routledge, 2007.

Lallemand (Alain), Journalisme narratif en pratique, Bruxelles, De Boeck, 2011.

London (Jack), Le Peuple d’en-bas, Paris, Éditions Phébus, 1999.

Lounsberry (Barbara), The Art of Fact : Contemporary Artists of Nonfiction, New York, Greenwood, 1990.

Martin (Marc), Les Grands reporters : les débuts du journalisme moderne, Paris, Louis Audibert Éditions, 2005.

McKeen (William), Hunter S. Thompson : Journaliste et hors-la-loi, préface de Philippe Manœuvre, traduction de Jean-Paul Mourlon, Auch, Tristram, 2010, traduit de l’anglais Outlaw Journalist : The Life and Times of Hunter S. Thompson, New York, W.W. Norton & Company, 2008.

Pacadis (Alain), Nightclubbing : Chroniques et articles 1973-1986, Paris, Éditions Denoël, 2008.

Pinson (Guillaume) & Thérenty (Marie-Ève), L’Invention du reportage, numéro spécial de la revue Autour de Vallès, 2010.

Senécal (Henri-Paul), « Qu’est-ce que le cinéma-vérité ? », Séquences : la revue du cinéma, n°34, 1963, pp. 4-9.

Sims (Norman) (dir.), True Stories : A Century of Literary Journalism, Evanston, IL, Northwestern University Press, 2007.

Sims (Norman), « The Problem and the Promise of Literary Journalism Studies », Literary Journalism Studies, no 1, printemps 2009, pp. 7-16.

Sims (Norman), et Kramer (Mark), sous la direction de, Literary Journalism in the Twentieth Century, New York, Ballantine, 1990.

Sinclair (Upton), La Jungle, Paris, Éditions Gutenberg, 2008 (2003).

Steinbeck (John), Des souris et des hommes, Paris, Gallimard, collection Folio, 1984.

Steinbeck (John), Les Raisins de la colère, Paris, Gallimard, 1947.

Steinbeck (John), America and Americans and Selected Nonfiction, Londres, « Penguin Books Classics », 2003.

Thérenty (Marie-Ève), La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au dix-neuvième siècle, Paris, Seuil, « Poétique », 2007.

Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain) (dir.), Presse, nations et mondialisation au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2010.

Treglow (Jeremy) & Bennet (Bridget), Grub Street and The Ivory Tower: Literary Journalism and Literary Scholarship from Fielding to the Internet, Oxford, Oxford University Press, 2008 (1998).

Tulloch (John), « Charles Dickens and the Voices of Journalism », dans The Journalistic Imagination : Literary Journalists from Defoe to Capote and Carter, sous la direction de Richard Keeble & Sharon Wheeler, London & New York, Routledge, 2007, pp. 58-73.

Vetter (Craig), « Playboy Interview : Hunter Thompson », Playboy novembre 1974, in Ancient Gonzo Wisdom : Interviews with Hunter S. Thompson, sous la direction d’Anita Thompson, Cambridge, MA & New York, Picador, 2009.

Wolfe (Tom) & Johnson (E.W.), The New Journalism, London, Picador, 1975.

Haut de page

Notes

1 L’Université Libre de Bruxelles a organisé deux colloques internationaux sur le sujet en 2011. Le premier était en fait la sixième convention annuelle de l’IALJS (International Association for Literary Journalism Studies http://www.ialjs.org), intitulée « Literary Journalism : Theoria, Poiesis and Praxis » (12-14 mai 2011) ; la seconde, « Journalisme et littérature : problématiques de la longue durée et recherches en cours » (26-27 mai 2011), était organisée par Paul Aron. Un colloque a également été organisé à l’Université Catholique de Louvain sur le thème « Récit médiatique et journalisme narratif », les 9 et 10 février 2012. Les numéros 6 et 7 de la revue électronique Interférences littéraires/Literaire interferenties sont consacrés aux interférences entre journalisme et littérature (http://www.interferenceslitteraires.be/).

2 XXI est un magazine vendu en librairie depuis le 17 janvier 2008 et paraît quatre fois par an. Le directeur de publication est Laurent Beccaria et le rédacteur en chef Patrick de Saint-Exupéry. Le Tigre a démarré sous format papier en avril 2007 ; Usbek & Rica est un trimestriel où savants et journalistes explorent l’avenir en s’inspirant de personnages issus des Lettres persanes de Montesquieu ; Feuilleton, qui contient beaucoup de reportages traduits, vient de sortir son premier numéro à l’automne 2011. Merci à Flora Six, Nadia Nahjari et François Heinderyckx, d’avoir porté plusieurs de ces magazines à ma connaissance.

3 Un cours de pratique du journalisme narratif existe à l’Université Catholique de Louvain, sous la houlette de Benoît Grevisse et Alain Lallemand, respectivement auteurs de Écritures journalistiques : Stratégies rédactionnelles, multimédia et journalisme narratif (Bruxelles, De Boeck, 2008) et du Journalisme narratif en pratique (Bruxelles, De Boeck, 2011). J’ai pour ma part initié un cours en journalisme littéraire américain dans le Postgraduate Program in American Studies de la Universiteit Gent (2011-2012).

4 Le mot-valise churnalism, inventé par Nick Davies, vient du verbe « churn out » (produire en série, à la chaîne). Davies (Nick), Flat Earth News : An Award-Winning Reporter Exposes Falsehood, Distortion and Propaganda in the Global Media, Londres, Chatto & Windus, 2008, p. 59.

5 Greenberg (Susan), « Slow Journalism », Prospect, n° 131, 25 février 2007.

6 John Bak est Professeur des Universités et directeur de l’IDEA (Interdisciplinarité dans les Études Anglophones) à l’Université de Nancy. Il est spécialiste du reportage américain.

7 Les conférences de l’IALJS ont eu lieu à Nancy (2006), Paris (2007), Lisbonne (2008), Chicago (2009), Londres (2010), et Bruxelles (2011). Les prochaines sont prévues à Toronto (2012), Helsinki (2013), Paris (2014).

8 C’est d’ailleurs en ces termes, journalism as literature, que l’IALJS définit son objet d’étude.

9 Thérenty (Marie-Ève), La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au dix-neuvième siècle, Paris, Seuil, « Poétique », 2007.

10 Bak (John), « Introduction », dans Literary Journalism across the Globe : Journalistic Traditions and Transnational Influences, sous la direction de John S. Bak & Bill Reynolds, Amherst-Boston, University of Massachusetts Press, 2011, p. 18.

11 Le New New Journalism est le titre d’un ouvrage édité par Robert S. Boynton, à qui l’on doit l’originalité du terme. Boynton est spécialiste du journalisme littéraire américain, journaliste lui-même et professeur à la New York University (http://www.robertboynton.com). Le New New Journalism serait à la fois influencé par le journalisme littéraire des précurseurs du xixe (Twain, par exemple) et celui des années 1960 (Wolfe, Thompson, Didion). Voir plus loin les paragraphes consacrés à cette nouvelle mouvance.

12 Pour une discussion terminologique des vocables américains, voir surtout Hartsock (John), A History of American Literary Journalism : The Emergence of A Modern Narrative Form, Amherst, University of Massachusetts Press, 2000, et Connery (Thomas) (dir.), A Sourcebook of American Literary Journalism : Representative Writers in An Emerging Genre, New York, Greenwood Press, 1992.

13 Hartsock (John), A History of American Literary Journalism, pp. 8-9.

14 Bak (John), « Introduction », pp. 13-14.

15 Sims (Norman), « The Problem and the Promise of Literary Journalism Studies », Literary Journalism Studies, n° 1, printemps 2009, p. 10.

16 Sims (Norman), The Literary Journalists, New York, Ballantine Books, 1984, cité dans Connery (Thomas), A Sourcebook of American Literary Journalism, pp. 4-5.

17 Lounsberry (Barbara), The Art of Fact: Contemporary Artists of Nonfiction, Westport : Greenwood Press, 1990, xv, cité dans Connery (Thomas), p. 5.

18 Gilkes (Lillian) & Stallman (R.W.) (dir.), Stephen Crane : Letters, New York, New York University Press, 1960, cité dans Connery, p. 7.

19 MacLeish (Archibald), « Poetry and Journalism », Gideon Seymour Lecture, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1958 ; or MacLeish (Archibald), « The Poet and the Press », Atlantic Monthly 205 (March 1959), pp. 40-46, cité dans Connery, p. 11.

20 Le texte original se lit comme suit : « Literary journalism deals with both the “look” and the “feel” of the world. » Voir Connery, op. cit., p. 11.

21 Hartsock (John), A History of American Literary Journalism, op. cit., p. 42.

22 Sims (Norman) (dir.), True Stories : A Century of Literary Journalism, Evanston, IL, Northwestern University Press, 2007, pp. 6-7.

23 Ibid., p. 7. Ma traduction.

24 Ricœur (Paul), La Métaphore vive, Paris, Seuil, 1975.

25 Sims (Norman), « The Problem and the Promise of Literary Journalism Studies », Literary Journalism Studies, n° 1, printemps 2009, pp. 9-10.

26 Hollowell (John), Fact and Fiction: The New Journalism and the Non-Fiction Novel, Chapel Hill, The University of Carolina Press, 1977, pp. 4, 9, 15, 21.

27 Wolfe (Tom), « The New Journalism », dans The New Journalism, sous la direction de Tom Wolfe & E.W. Johnson, Londres, Picador, 1975.

28 Boynton écrit très précisément ceci, sur base de ses entretiens avec les new new journalists: « there is something peculiarly American about the form », « there is something fundamentally American about the genre », « [o]ne can trace this American exceptionalism […] ». Voir Boynton (Robert S.), The New New Journalism : Conversations with America’s Best Nonfiction Writers on Their Craft, New York, Vintage, 2005, pp. xx-xxi. C’est moi qui souligne.

29 Boynton s’interroge, « Why, despite their highly developed novelistic and essayistic traditions, had neither Europe, Asia, nor South America embraced literary nonfiction? ». Voir Ibid., p. xx.

30 Sims (Norman), « The Problem and the Promise of Literary Journalism Studies », p. 10.

31 Campbell (Kate), sous la direction de, Journalism, Literature and Modernity : From Hazlitt to Modernism, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2000.

32 Keeble (Richard) & Wheeler (Sharon), The Journalistic Imagination : Literary Journalists from Defoe to Capote and Carter, London & New York, Routledge, 2007.

33 Tulloch (John), « Charles Dickens and the Voices of Journalism », dans The Journalistic Imagination : Literary Journalists from Defoe to Capote and Carter, sous la direction de Richard Keeble & Sharon Wheeler, London & New York, Routledge, 2007, pp. 58-73.

34 Treglow (Jeremy) & Bennet (Bridget), Grub Street and The Ivory Tower: Literary Journalism and Literary Scholarship from Fielding to the Internet, Oxford, Oxford University Press, 2008 (1998).

35 Boucharenc (Myriam), L’Écrivain-reporter au cœur des années trente, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2004, pp. 11-12.

36 Ibid., pp. 12-13.

37 Ibid., p. 17.

38 Ibid., p. 24.

39 Ibid., p. 27.

40 Ibid., p. 21.

41 Ibid., p. 24.

42 Martin (Marc), Les Grands reporters : les débuts du journalisme moderne, Paris, Éditions Louis Audibert, 2005, p. 12.

43 Ibid., p. 32.

44 Ibid., p. 33.

45 Ibid., p. 34.

46 Ibid., pp. 38, 41, 42.

47 Ibid., p. 47.

48 Thérenty (Marie-Ève), La Littérature au Quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, op. cit., p. 12.

49 Ibid., pp. 11-12.

50 Ibid., pp. 21-22.

51 Ibid., pp. 25, 22, 25.

52 Didion (Joan). L’Amérique. Chroniques, Paris, Grasset, 2009.

53 Le site du magazine français se revendique explicitement de la tradition anglo-saxonne, et s’inscrit dans la lignée des prestigieux Vanity Fair, The New Yorker, et The Atlantic Monthly aux États-Unis, et de Granta en Angleterre.

54 Je renvoie ici à l’excellent mémoire de Flora Six sur le journalisme gonzo et son héritage dans la presse française contemporaine (notamment Le Tigre et So Foot), sous la direction de Valérie André (ULB, 2011).

55 Kaprièlian (Nelly), « Au-delà du réel », Les Inrockuptibles hors série, Nouvelles littératures françaises, 2010, pp. 4-5.

56 Ibid., p. 4.

57 Ibid., p. 5.

58 Ibid., p. 4.

59 Ibid., pp. 4-5.

60 « Écrire, écrire, pourquoi ? », Emmanuel Carrère : Entretien avec Nelly Kaprièlian, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information / Centre Pompidou, novembre 2010, p. 5. (http://www.editionsdelabibliotheque.bpi.fr, consulté le 7 mars 2012).

61 Le Monde, 6 mai 2010.

62 Grangeray (Émilie), « Hunter S. Thompson, ou la fin du rêve américain », Le Monde, 6 mai 2010.

63 Vetter (Craig), « Playboy Interview: Hunter Thompson », Playboy novembre 1974, dans Ancient Gonzo Wisdom : Interviews with Hunter S. Thompson, sous la direction d’Anita Thompson, Cambridge, MA & New York, Picador, 2009, p. 47. Ma traduction. Voir aussi l’excellente biographie que lui consacre McKeen (William), Outlaw Journalist : The Life and Times of Hunter S. Thompson, New York, W.W. Norton & Company, 2008 ; pour la traduction française, voir McKeen (William), Hunter S. Thompson : Journaliste et hors-la-loi, préface de Philippe Manœuvre, traduction de Jean-Paul Mourlon, Auch, Tristram, 2010.

64 Pacadis (Alain), Nightclubbing: Chroniques et articles 1973-1986, Paris, Éditions Denoël, 2008, pp. 7-8.

65 Ibid., p. 9.

66 Senécal (Henri-Paul), « Qu’est-ce que le cinéma-vérité? », Séquences: la revue du cinéma, n°34, 1963, pp. 4, 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Meuret, « Le Journalisme littéraire à l’aube du xxie siècle : regards croisés entre mondes anglophone et francophone », COnTEXTES [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/5376 ; DOI : 10.4000/contextes.5376

Haut de page

Auteur

Isabelle Meuret

Université Libre de Bruxelles

Haut de page