Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 « Journalisme et littérature : problématiques de la longue durée et recherches en cours », colloque (...)
  • 2 Rappelons que le « régime » est ce qui modifie, réorganise une institution (Le Petit Robert, 2012).

1Ces dernières années, de nombreux travaux se sont développés sous la forme de colloques, séminaires, livres, etc. avec pour ambition de repenser les liens entre les champs littéraire et journalistique aux xixe et xxe siècles. Le présent collectif, issu d’un colloque organisé à Bruxelles en mai 20111, souhaite contribuer à ces initiatives en invitant des chercheurs travaillant sur des périodes et des espaces géographiques différents à interroger les frontières de leurs domaines de spécialité. En ce sens, l’objectif premier de ce dossier est d’assurer la problématisation des interactions entre littérature et journalisme dans la longue durée – les périodes en amont et en aval seront donc également considérées –, mais aussi dans une optique comparatiste entre pays francophones et anglo-saxons. Plus précisément, les articles publiés ici entendent élaborer une périodisation spécifique et un inventaire des formes et des pratiques concernées. Celles-ci peuvent être d’ordre institutionnel, poétique et social ; elles ont trait aux milieux concernés (carrières, positions, stratégies), aux formes mobilisées (typographie, photographie, genres littéraires) et aux projets des différents acteurs (politiques, économiques, littéraires). Au-delà de l’orientation chronologique choisie pour organiser les articles de ce dossier, une série de problématiques transversales s’y offrent ainsi comme autant d’entrées permettant d’observer les transformations du littéraire en régime 2 journalistique.

2En ouverture de ce dossier, l’analyse de Pascal Durand souligne un préalable essentiel à toute investigation concrète. Le choix des concepts « presse » ou « médias », « littérature industrielle » ou « culture médiatique », n’est pas neutre. Ces termes ne renvoient pas aux mêmes réalités, ni à la même chronologie. En sociologue et en historien du langage, l’auteur démontre que, décontextualisés, leur usage peut conduire à une « superposition anachronique d’un système de représentations [...] sur un autre ».

3À cette réflexion terminologique, succède une mise au point historiographique. L’article de Dinah Ribard et Judith Lyon-Caen remet en question la chronologie qui veut que le xixe siècle soit le moment où se formalisent de nouveaux rapports entre presse et littérature. Les auteures examinent la critique de littérature dans la presse « des années 1750 à la fin de l’Ancien Régime », comme le moment et « le lieu par excellence où presse et littérature se regardent et donc se co-construisent », à travers « une sorte de maillage discursif autour de l’écrit littéraire, fait de livres, de collections, de journaux, et sans doute aussi de dictionnaires et de biographies collectives. » Entre tous ces discours s’opèrent des jeux d’échanges et de compétences, qui sont à examiner précisément, comme les auteures le font à propos des écrits de Sainte-Beuve sur la littérature des femmes. Selon elles, la littérature échappe de la sorte à l’idée d’un « contexte » journalistique, ou d’un transfert de contenus et de modes d’écriture entre presse et fiction, pour devenir un discours parmi d’autres constitué dans et par le discours critique. En retour, le critique ayant attribué des qualités littéraires à un certain type d’écrits contribue à sa propre légitimité comme écrivain véritable. Leur conclusion est un véritable programme de recherches : « À partir de ce constat, nos remarques désignent un objectif qui est aussi une exigence : celle précisément de travailler avec les contextualisations, avec les histoires produites par ces praticiens de la littérature et de la presse que sont les critiques de cette période – et non pas sur les contextes que les opérations critiques du passé ont identifiés pour nous. »

4Siècle de la modernité journalistique, le xixe inaugure l’ère des fictions mettant en scène des journalistes. Guillaume Pinson y consacre une grande part de ses travaux actuels destinés à mettre en lumière ce qu’il appelle « l’imaginaire médiatique » de l’époque. Celui-ci possède ses textes de référence, fictions, souvenirs, recueils d’anecdotes ou écrits satiriques, mais également une histoire propre dont les scansions chronologiques peuvent être construites, par exemple en faisant contraster la période où la petite presse détient un quasi monopole du discours sur le journalisme et le moment où commencent à paraître des ouvrages de référence se voulant scientifiques sur le sujet. Un des apports de cette mise en perspective tient aux questions méthodologiques que se pose le chercheur confronté à un matériau de presse : « que dépouiller dans le journal ? » et « comment le dépouiller ? » ne sont plus des évidences, et la réponse doit être liée à une problématique que les travaux contemporains tendent à complexifier et à multiplier de manière passionnante.

5Marie-Ève Thérenty observe sous un autre angle de l’histoire culturelle, les liens que nouent presse et littérature au xixe siècle. Dans un article consacré à la manière dont les écrivains représentent le temps du journal dans la fiction, l’auteure indique à quel point le « quotidien » imprègne la littérature, de manière matérielle autant qu’imaginaire. Pour une part, le journal, avec sa parution régulière, opère une scansion du présent, il aide à se situer comme le faisait, dans la société médiévale, la cloche du monastère. Mais il impose aussi son rythme à tous ceux qui participent à son emprise, ses modes de préhension du réel, et produit souvent une mélancolie née de la réitération d’informations éphémères. On notera que les exemples proposés, qui vont de Balzac à Proust, suggèrent un temps long du « roman du quotidien », qui ferait commencer le xixe siècle vers 1830 et trouverait la fin d’une certaine cohérence entre les deux guerres mondiales du xxe siècle.

6La question des transferts entre poétiques journalistiques et littéraires est développée à travers quatre articles.

7Amélie Chabrier étudie dans sa thèse de doctorat la chronique judiciaire et ses interactions avec le champ littéraire au xixe siècle, entre 1825, date de création de la Gazette des tribunaux, et la fin de siècle. L’article qu’elle présente ici comme une étape de ses recherches montre bien comment se réalise concrètement le transfert de contenus et de styles depuis le compte rendu analytique d’un procès à sa fictionnalisation pure dans le roman, en passant par plusieurs étapes mixtes, qui disent la « vérité » d’un procès dans une rhétorique feuilletonnesque.

8Véronique Silva Pereira place, quant à elle, sa réflexion dans une étude de poétique historique des supports. Mettant en lumière le rôle des petits journaux (Le Symboliste et La Décadence) dans la querelle symboliste de 1886, elle montre que ces derniers constituent « une forme hybride entre journal et revue et une première tentative de détachement et d’opposition au grand journal grâce à la création d’une presse plus spécifique. » Entièrement consacré au littéraire, le petit journal s’offre en effet comme un espace éditorial « plus spécialisé et plus digne pour ériger une posture médiatique que celui de la presse quotidienne ». Toutefois, parce qu’il mobilise des traits propres à la grande presse (périodicité et rapport à l’actualité), il s’impose également comme « le lieu privilégié du manifeste ». Son statut hybride en fait donc un objet certes éphémère mais dont l’étude est essentielle à qui s’intéresse aux processus d’autonomisation du littéraire.

9Paul Aron consacre son étude à un genre emblématique des interactions entre presse et littérature : le reportage. L’entre-deux-guerres constitue, comme il le souligne, un moment clé dans son institutionnalisation, à la fois en raison de la mise en place d’instances de reconnaissance du métier de reporter et de ses pratiques (prix, association, etc.), mais également en raison des « transformations du paysage éditorial et [...] des représentations qui peuvent en découler sur les pratiques d’écriture contemporaines ». Alors que des éditeurs littéraires investissent désormais massivement dans les hebdomadaires d’information et de culture, ces derniers jouent véritablement le rôle de « passerelles » entre presse et littérature, en faisant entrer dans le monde des lettres des techniques (photographie, publicité, héliogravure, etc.) et une esthétique au départ caractéristiques du reportage et du cinéma. Passant de l’exposé historique à l’analyse textuelle, l’auteur s’attache à décrire « la matrice stylistique du reportage », et en particulier à définir ce qu’il appelle « le reportage social », pour enfin souligner de quelle manière celui-ci féconde le littéraire, à la fois en introduisant au sein de collections spécialisées de nouvelles catégories qui brouillent les frontières (docu-romans, reportages romancés, romans-reportages, etc.), mais également en fécondant l’écriture fictionnelle d’auteurs majeurs du xxe siècle (Simenon, Céline).

10Séverine Bourdieu, enfin, s’attaque à un genre en cours de constitution : le reportage en bande dessinée ou BD reportage, ou encore reportage dessiné – les termes ne sont pas encore fixés. Ce qu’elle décrit est une sorte de double coup de force, qui participe au positionnement « adulte » de la BD et au statut pleinement journalistique du dessinateur. Ce faisant, il ne s’agit pas de reprendre tel quel le modèle du grand reportage pour le transposer dans un nouveau média. Le dessin possède des spécificités, comme le souligne bien Séverine Bourdieu : « Parce qu’il stylise et simplifie la réalité, le dessin autorise le lecteur à regarder des faits éprouvants sans ressentir ce sentiment de voyeurisme que provoque parfois la contemplation d’une photographie de presse ». Il ouvre ainsi à une forme spécifique de récit, dotée d’un style propre, et productrice d’effets qu’il convient d’analyser en profondeur.

11Karine Grandpierre et Claire Blandin s’intéressent au secteur de la presse magazine destinée au public féminin. Dans une contribution consacrée à Elle, la première note l’importance de la place qui y est accordée aux figures d’écrivaines comme Colette ou Françoise Sagan, mais aussi le rôle de ce genre de revues dans la naissance d’un journalisme au féminin de grande qualité. Cette analyse est prolongée par Claire Blandin dans « Femmes de lettres dans la presse féminine (1964-1974) ». S’il est vrai, comme on l’a souvent répété, que le lecteur de romans est une lectrice, il va dès lors de soi que les magazines féminins s’imposent comme un lieu stratégique de la vie des lettres. En particulier, par l’attention qu’ils portent à une lecture psychologisante et d’identification, ils donnent à lire des biographies d’écrivains construites aux fins de susciter l’adhésion du public ciblé comme c’est le cas avec Françoise Mallet-Joris. Mais la place de la littérature ne se cantonne pas aux rubriques ad hoc : on la retrouve dans les courriers de lecteurs, les annonces publicitaires et dans les pages généralistes et d’un féminisme modéré consacrées à « l’air du temps ». Elle se concrétise également par la mise en place d’un prix littéraire (Grand prix des lectrices de Elle), dont on notera qu’il récompense d’abord des femmes dont la vie professionnelle se partage entre journalisme et écriture de fiction. À l’évidence, le rôle de ces magazines dans la vie littéraire contemporaine est un fait dont l’histoire littéraire et l’histoire de la presse tardent à prendre toute la mesure.

12Au tournant des xixe et xxe siècles, la relation entre littérature et journalisme devient fondamentalement bivalente, comme l’indique Patrick Suter. Si l’on ne peut plus saisir l’une sans l’autre, il devient évident aussi que les réactions d’opposition, de contre-modèle, voire de dénégation deviennent aussi importantes que les symbioses mimétiques. Il devient dès lors intéressant de suivre l’évolution de certaines techniques, comme le collage ou l’assemblage, qui se transforment progressivement en vecteurs d’une poétique sinon autonome, en tout cas détachées du support journalistique qui leur avait donné une première fonction. La revue surréaliste, Le Surréalisme au service de la Révolution, apparaît comme un moment clé de cette évolution, puisqu’elle expérimente des compositions d’images et de textes qui inspireront une part de l’avant-garde. Reste néanmoins, comme le fait justement observer l’auteur, que tous les écrivains qui ont recours au montage et à l’assemblage n’appartiennent pas à la même filiation intellectuelle : la musique ou les ruptures de ton d’une certaine modernité littéraire suggèrent également d’en faire usage.

13À la fin du xxe siècle, un constat s’impose : la littérature, qui a longtemps occupé une place importante dans les médias de presse, y compris dans les médias de presse populaire, tend à en être exclue, à l’exception de ce qui, dans la vie littéraire, continue à faire événement, et donc à pouvoir être traité comme une information : prix littéraire, vie/mort des auteurs, scandales et potins de « peoples ». Pourtant, comme le soulignent Marie-José Des Rivières et Denis Saint-Jacques, sa présence était imposante un siècle plus tôt, et particulièrement massive même si l’on définit la littérature du point de vue des lecteurs populaires et des produits que le marché leur a destinés. Ce retrait du roman des journaux populaires n’est évidemment pas lié à une baisse de la production de fictions dans la société : jamais les tirages n’ont été aussi importants. Mais il indique que le livre fait de moins en moins partie des produits que l’on adresse au plus grand public. Comme le notent les auteurs dans une belle formule, c’est « le circuit littéraire élargi qui se restreint ». Comment l’expliquer dès lors, sinon par le déplacement qui concerne d’autres médias, en particulier le film, qui s’ouvrent au romanesque, dans le moment même où celui-ci perd de ses positions dans le monde de l’imprimé. Le vrai enjeu des études littéraires n’est-il pas dans ce cadre d’être capable de suivre la production de fictions là où elle a lieu en réalité, sur le net aujourd’hui, comme dans le cinéma et la bande dessinée ? De ce point de vue, sans doute, le dossier des relations entre journalisme et littérature devrait être prolongé par d’autres études, plus larges et encore bien plus ouvertes aux frontières des disciplines constituées dans le monde académique.

14Un aspect de cet élargissement tient aux relations de contiguïté, mais aussi de rivalité, entre les pratiques européennes et anglo-saxonnes, en particulier nord-américaines. Les contributions de Landry Liébart, pour le xixe siècle, et d’Isabelle Meuret, pour les xxe et xxie siècles, soulignent des phénomènes majeurs de la vie littéraire au sein de la presse anglo-saxonne. En écho à l’article de Guillaume Pinson, la contribution de Landry Liébart interroge les représentations du milieu de presse dans la fiction romanesque américaine. Le roman, on le sait, s’est toujours adapté au support destiné à le publier, et l’importance du marché des romans ou histoires courtes publiées dans la presse américaine ont entraîné un point de vue et des sujets réalistes, qui se sont traduits en une école esthétique précise. Une des occurrences de cette tendance très générale est de consacrer des romans au journalisme même, sous la forme d’un genre littéraire spécifique que l’on peut appeler le newspaper story. Ce genre apparaît dès le xixe siècle dans la littérature américaine, comme l’indique l’auteur. Il promeut souvent le personnage du reporter, mais il met aussi et surtout en perspective le regard du reporter sur le monde, l’invention d’une écriture efficace, et un jeu subtil de construction d’une objectivité singulière. Pour Isabelle Meuret, qui s’intéresse d’avantage à la période contemporaine, la revendication d’un journalisme qui prenne le temps de l’écriture, un slow journalism, est une donnée importante de la vie littéraire nord-américaine. Il se décline en diverses tendances stylistiques (new journalism à la Tom Wolfe, gonzo à la Hunter S. Thompson, ou encore creative nonfiction). Une importante bibliographie, peu connue encore par les lecteurs francophones, existe à ce sujet. Elle permet de réexaminer les idées reçues, de part et d’autre de l’Atlantique, sur les genres présentés comme originaux que seraient, d’une part, le grand reportage, et d’autre part, le new journalism. C’est en vérité tout un chantier pour le comparatisme qui s’ouvre ici et que balise l’auteure en confrontant les pratiques du « journalisme littéraire » en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis.

  • 3 Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain), La Civilisation du (...)

15Pout terminer, en vue de creuser plus profondément les voies tracées ici et ailleurs, il semblait essentiel de compléter ce dossier par quelques repères bibliographiques. Marie-Ève Thérenty balise dix ans de recherches consacrées au xixe siècle à travers une bibliographie d’ouvrages clés que le lecteur complètera aisément à l’aide des 1350 références reprises dans La Civilisation du journal3. Philippe Baudorre, quant à lui, présente la première bibliographie systématique des relations entre presse et littérature françaises pour le xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 « Journalisme et littérature : problématiques de la longue durée et recherches en cours », colloque international organisé à l’Université libre de Bruxelles par l’Action en recherche concertée « Presse et littérature en Belgique francophone (1920-1960) », les 26 mai et 27 mai 2011.

2 Rappelons que le « régime » est ce qui modifie, réorganise une institution (Le Petit Robert, 2012).

3 Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, « Opus Magnum », 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Présentation du dossier », COnTEXTES [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://contextes.revues.org/5387 ; DOI : 10.4000/contextes.5387

Haut de page