Navigation – Plan du site

ELLE : un outil d’émancipation de la femme entre journalisme et littérature 1945-1960 ?

Karine Grandpierre

Texte intégral

1ELLE est un magazine international, sur une tranche haut de gamme, véhiculant des modes, au-delà des modèles exclusivement français. Le propos de sa créatrice Hélène Gordon-Lazareff était :

  • 1 Fenwick (Mihri), « J’étais là au premier numéro… », ELLE, n° 3000, pp. 107-110.

Faire un journal de mode, mais pas seulement. Un journal moderne. Pratique. Avec des photos. Donc des photographes. Mais qui ne soit pas une revue. D’ailleurs, les revues comme Vogue faisaient la part belle à l’illustration, et peu à la photo. Un journal qui s’adresse à toutes les femmes. Et qui soit cependant sophistiqué. 1

  • 2 Interview de Valérie Toranian, rédactrice en chef de ELLE. Cité dans Delassein (Sophie), Les dimanc (...)

2Le style rédactionnel ELLE était né et il continue de rayonner par sa plume et ses illustrations depuis plus de soixante ans. Par delà la mode, le magazine propose une formule mêlant littérature et information, tout en promouvant un nouveau rôle pour la femme. « ELLE n’est ni exclusivement féministe ni exclusivement branché, c’est un journal où tous ces éléments se côtoient. Sa diversité fait sa richesse et son équilibre2. » Le magazine est plus audacieux que ses concurrentes Claudine et Marie-France, reprises du Marie-Claire d’avant-guerre. ELLE ose offrir de la nouveauté à des femmes que la guerre aura changées. Elles ne sont plus ces filles soumises à leur père, à leur mari, à la figure patriarcale. Elles disposent depuis quelques mois du droit de vote, dont elles useront timidement en cette année de lancement du magazine. L’originalité de l’hebdomadaire est de présenter la femme sur un pied d’égalité avec l’homme et, surtout de mettre en avant des femmes exerçant des métiers masculins ou ayant un comportement émancipé. Hélène Gordon-Lazareff innove ainsi en valorisant la gent féminine, tout en satisfaisant aux impératifs de neutralité des annonceurs. Dès son premier numéro, la femme émancipée est mise à l’honneur par le biais de la littérature, avant que le ton des articles et le choix des sujets et rubriques ne prolongent cette volonté affichée sans revendication outrancière. Comment ce magazine féminin auquel on appose volontiers le terme « futile » se construit-il autour d’une image forte de la femme loin des clichés d’avant-guerre ? Ce discours, cette valorisation seront particulièrement prégnants entre 1945 et 1960, car les combats féministes sont encore à mener. De plus, à partir des années 1960 et au début des années 1970, le magazine s’essouffle, comme ses confrères, dans la quête d’une nouvelle image de la femme. Ces quinze premières années d’existence marquent bien un nouveau tournant dans l’inscription idéologique d’une femme tendant à être l’égale de l’homme. Pour mieux comprendre la construction nouvelle de ce magazine élaboré par des femmes pour des femmes, nous nous attacherons dans un premier temps à analyser le contexte de cette presse au sortir de la guerre et à comprendre l’héritage de la presse magazine d’avant 1939. Puis, nous étudierons la littérature dans ELLE en tant qu’agent de promotion d’une image de femme libre dont le comportement et les écrits libres choquent la société d’alors. Enfin, ce sont les destins de femmes devenues journalistes grâce à l’hebdomadaire que nous décrypterons, le magazine constituant un tremplin pour le journalisme féminin car il ose offrir des postes à responsabilités à des femmes alors que ces dernières ont rarement reçu une formation académique les préparant aux métiers de la presse. Ces journalistes inventeront une nouvelle image de la femme et lui donneront la parole dans le magazine féminin comme à la télévision, en particulier grâce aux réseaux que leur ouvre ELLE.

Le contexte éditorial

  • 3 Auclair (Marcelle) & Prevost (Françoise), Mémoires à deux voix, Paris, France Loisirs/ Éditions du (...)
  • 4 Ibid., p. 287.
  • 5 Sullerot (Evelyne), La presse féminine, Paris, Armand Colin, « Kiosque », 1963, p. 53.
  • 6 Marie-Claire, février 1938.
  • 7 Soulier (Vincent), Presse féminine, la puissance frivole, Paris, L’Archipel, 2008, p. 98.
  • 8 En 1963, le magazine tire à 1 069 785 exemplaires (source OJD, cité dans Sullerot (Evelyne), op. ci (...)

3Le modèle français de référence pour les journaux féminins français au sortir de la deuxième guerre mondiale est Marie-Claire. Apparu durant l’entre-deux guerres, il a proposé une vraie révolution dans le monde de la presse destinée aux femmes. Marie-Claire crée un nouveau marché plus bourgeois différencié de la presse féminine populaire – qui s’était essentiellement consacrée au roman-feuilleton, puis au roman-photo – mais aussi des magazines pratiques, dont le succès était basé sur les modèles et patrons pour la confection à domicile. Il s’est également éloigné de la presse haut de gamme symbolisée par Vogue, titre importé des États-Unis, en 1920, mais dont le prix et les produits mis en avant le destinent à une élite bien qu’à son lancement en 1937 Jean Prouvost affirme vouloir faire de Marie-Claire « le Vogue du pauvre ». L’idée aurait été lancée au départ par une femme, Marcelle Auclair. Cette dernière souhaitait « une revue où la femme trouverait tout ce dont elle a besoin (comme dans la page de Paris-Soir [qu’elle animait chaque semaine à la demande de Jean Prouvost]) dans un style nouveau, un esprit neuf, présentée avec élégance, bien imprimée sur un papier bon marché3 ». Marcelle Auclair est venue au journalisme en remplaçant Colette que la rubrique de beauté du magazine Marianne « ennuie à périr4 ». Cette revue est lancée en 1932 par Emmanuel Berl et financée par Gaston Gallimard et André Malraux. Elle répond, jusqu’à son rachat par Raymond Patenôtre, en 1937, à l’influence antisémite des Gringoire et Candide d’extrême droite. Après son rachat et sa dépolitisation par Lucien Vogel et André Cornu pour en augmenter les tirages, dans une tentative avortée de concurrencer Match, Marcelle Auclair a l’idée de proposer d’étendre les pages beauté et mode pour créer un magazine uniquement destiné aux femmes. Jean Prouvost refuse dans un premier temps l’idée, mais à la perspective que Gaston Gallimard y investisse, il adopte finalement le concept qui deviendra Marie-Claire. Le lancement du magazine féminin s’accompagne d’une campagne publicitaire, inspirée elle aussi de l’expérience américaine de Marcelle Auclair. La maquette est plus aérée que celles des magazines féminins de l’époque ce qui accroît l’aspect luxueux de ses pages. Son prix facial réduit et ses rubriques techniques et pratiques en font un magazine grand public. Sa « couverture était entièrement nouvelle : elle représentait délibérément toujours une tête de femme, en couleurs, belle, jeune, gaie5. » à cet emprunt à la presse américaine, on peut ajouter le ton volontairement optimiste. Marcelle Auclair y dispense ses conseils de beauté et d’hygiène, une « nouvelle philosophie de la vie » et déjà instille une volonté d’émancipation par une « stricte collaboration6 » entre femmes et hommes. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le magazine se replie sur Clermont-Ferrand, Bordeaux puis Lyon sous la direction de Philippe Boegner, fils de l’Église réformée7. En juin 1940, Jean Prouvost devient directeur de l’information dans le gouvernement de Paul Reynaud, puis haut commissaire à l’Information dans le gouvernement Pétain, poste dont il démissionne un mois plus tard lorsque le Maréchal reçoit les pleins pouvoirs. Cette nomination et sa démission lui valent la rancœur de la Résistance et du régime de Vichy. Marie-Claire continue de paraître, même si sa pagination et sa diffusion s’étiolent jusqu’à la Libération de Paris. Le magazine, comme d’autres publications du groupe, est interdit fin juillet 1944 et doit attendre dix ans avant de reparaître sous le titre de L’Album de Marie-Claire. Son nouveau rédacteur en chef sera Marcel Haedrich, qui travaille sous la direction d’Hervé Mille. Dès son premier numéro en 1954, il compte parmi ses collaboratrices Françoise Prevost, la fille de sa créatrice, Marcelle Auclair. Cette dernière ne reprend le chemin de la rédaction qu’en 1955, à la demande de son public qui s’étonne de son absence dans cette nouvelle édition. La fidélité du lectorat est importante autour de ce titre innovant, qui récupère rapidement son audience d’avant-guerre8. Ainsi les 500 000 exemplaires du premier numéro seront-ils rapidement épuisés.

  • 9 Feyel (Gilles), « La presse féminine au xixe siècle (1794-1914) », dans La vie des femmes, la press (...)
  • 10 En 1930, il tire à 1 130 000 exemplaires (Bonvoisin (Samra-Martine) & Maignien (Michèle), La presse(...)
  • 11 Les restrictions de papier l’amènent à devenir bi-mensuel, puis mensuel en 1942.
  • 12 Sullerot (Evelyne), op. cit., p. 33.

4Entretemps, sa disparition laisse le champ libre au Petit Écho de la Mode, qui pendant la guerre avait modifié sa périodicité. Ce magazine avait été créé en 1879 sous le titre de Petit Journal de la Mode. La famille catholique Huon de Penanster et Emmanuel Ferre devaient le racheter un an plus tard et transformer son titre. Rebaptisé Le Petit Écho de la Mode, il trouva rapidement son public et tirait en 1885 à 100 000 exemplaires, grâce notamment aux romans-feuilletons détachables et à de nombreuses gravures de mode. Il devint le point de départ d’une entreprise de presse, qui éditera Rustica, Mes Romans ou bien encore Lisette. En 1893, l’hebdomadaire intégrait des patrons en papier ce qui lui permit de doubler son tirage. Son contenu se voulait familial et pratique. Si les modèles présentés étaient ceux de la bourgeoisie, il s’attacha néanmoins un lectorat jeune9. Pendant le second conflit mondial la société d’éditions devient société anonyme des Éditions de Montsouris. Son président-directeur général est volontaire dans les Forces Françaises Libres, ce qui lui permet d’obtenir dès Noël 1944 une autorisation de diffusion. Il recouvre lui aussi rapidement son public10, soit 350 000 exemplaires dès 1945 et de mensuel11 il redevient hebdomadaire en 1947. En 1952, son tirage atteindra chaque semaine 1 100 000 exemplaires. Il reste marqué par son engagement chrétien affiché : « Un journal pour les gens de bonne volonté », « non pas confessionnel, mais fait par des catholiques ». Le magazine est ancré sur la famille et s’adresse au grand public féminin afin d’en augmenter le bien-être, il est d’abord un support de publicité12 et de romans. En 1955, il devient L’Écho de la Mode, fusionne avec Femmes d'aujourd'hui en 1976 et prend le titre de Femmes d'aujourd'hui, Écho de la mode jusqu’à son dernier numéro en 1984.

5L’absence de Marie-Claire, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, ouvre également la voie à trois nouvelles revues : Marie-France (du groupe Amaury qui imite le titre de Prouvost), Claudine (lancé par L’Aurore) et ELLE (qui s’appuie sur la Société France Éditions et Publications et la Franpar).

  • 13 Ibid, p. 292. Hebdomadaire fondé en 1933, il se décline en trois versions : belge en langue flamand (...)
  • 14 Bard (Christine), Les femmes dans la société française au 20e siècle, Paris, Armand Colin, 2001, p. (...)

6Le magazine Marie-France est créé en 1944 par Émilien Amaury et un groupe de résistants. En mars 1947, il absorbe Votre Amie, qui était, depuis 1945, publié sous la direction de Marcelle Auclair. D’abord hebdomadaire, il devient mensuel en 1956, alors mis à mal par le lancement de L’Album de Marie-Claire. Son conservatisme doit beaucoup à l’influence de la Ligue Féminine d’Action Catholique qui domine son conseil d’administration. Il développe des aspects pratiques et une orientation éducative dans un style davantage conservateur que celui du magazine ELLE. Il s’agit avant tout d’un support commercial, où la publicité représente environ 70% des recettes. Ce financement lui permet de proposer une version plus luxueuse que le Marie-Claire d’avant-guerre, avec un accent commercial plus prononcé et une empreinte religieuse plus marquée. Comme Le Petit Écho de la Mode et ou le Belge Femmes d’aujourd’hui13, ses pages sont axées sur « une morale conservatrice, toute [sic] orientée vers les devoirs de la femme au foyer à qui l’on prodigue des conseils en économie domestique14 » et surtout pas sur ses capacités pouvant égaler celles des hommes.

7Claudine, hebdomadaire lui aussi, naît en mai 1945, devançant de quelques mois le magazine d’Hélène Gordon-Lazareff, sur le même créneau du féminin haut de gamme. Le périodique se voulait d’emblée une revue

  • 15 Claudine, n° 53, 10 juillet 1946.

[...] si résolument française, qui, chaque semaine, allait vous apporter le reflet, artistique et pratique, des modes de chez nous et – par le choix de ses romans et de ses contes – l’assurance réconfortante qu’il existe encore, en France, une pléiade d’écrivains susceptibles de captiver votre attention15.

8Les nombreux appels aux lectrices pour nourrir les pages du magazine dénotent, dès les premiers numéros, une pénible légitimation, sans doute due à un faible ancrage dans les difficultés économiques que connaît son lectorat. Dans ses quelques numéros centrés sur la mode, l’entraide féminine, les starlettes et la littérature essentiellement « masculine », il n’est jamais question d’émancipation féminin. Son numéro anniversaire, a contrario, met en valeur des hommes pour leur collaboration au magazine féminin, ainsi les

  • 16 Ibid.

[...] nouveaux romans d’André Corthis, de Georges Vidal, de René Jouglet, d’Albert-Jean ; des œuvres inédites de Paul Redoux et de Roger Régis, ces maîtres incontestés du récit historique ; sans oublier les contes délicats et passionnants d’André Biradeau, de Claude Gevel, de Blanche Vogt, de Pierre Villetard et de tant d’autres dont nous vous réservons la surprise. Et – ceci n’est pas un secret – vous y trouverez la collaboration régulière de Maurice Dekobra, le Français le plus spirituel d’Hollywood16.

9L’étude des signatures des articles indique que près d’un article sur deux est rédigé par une femme, soit moins de la moitié du magazine si l’on prend en compte la publication de la nouvelle dont l’auteur est masculin. La faiblesse de son lectorat, la baisse des investissements publicitaires et les difficultés liées à l’approvisionnement en papier entraînent le rachat de Claudine en mai 1948 par ELLE. La fusion portera durant quelques semaines le double titre ELLE-Claudine.

  • 17 Adler (Laure), Françoise, Paris, Grasset, 2011, p. 69.
  • 18 Sullerot (Evelyne), op. cit., p. 88.
  • 19 Debras (Sylvie), Lectrices au quotidien, des femmes, des hommes et des journaux, Paris, L’Harmattan (...)
  • 20 Entretien réalisé par l’auteur lors des États Généraux de la femme en mai 2010 à Bondy.
  • 21 ELLE, 14 novembre 1955, p. 32.
  • 22 Dubois-Jallais (Denise), La Tzarine, Hélène Lazareff et l’aventure de « ELLE », Paris, Robert Laffo (...)
  • 23 Gundle (Stephen), « Le “Glamour” et la presse féminine », dans La vie des femmes, la presse féminin (...)
  • 24 Taveaux-Grandpierre (Karine), « Lorsque la presse féminine s’internationalise : le cas ELLE », Médi (...)
  • 25 Gundle (Stephen), op. cit., pp. 78-79.

10ELLE naît le 21 novembre 1945. Le premier numéro tiré à 700 000 exemplaires est rapidement épuisé. Ce magazine est avant tout l’œuvre d’une femme, Hélène Gordon-Lazareff. Exilée Russe, elle fait ses premières armes de journaliste à Paris-Soir sous la férule de son futur mari Pierre Lazareff, où elle anime une page consacrée à la femme et à la famille, et collabore à Marie-Claire, dont elle va s’inspirer librement quelques années plus tard. Sa maîtrise des langues lui permet d’adapter des nouvelles anglaises et américaines destinées au public. Hélène et Pierre Lazareff, tous deux de confession juive, doivent quitter la France pour les États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle collabore avec plusieurs journaux et coordonne la rubrique mode au Harper’s Bazaar et le supplément féminin du New York Times. Cette expérience américaine lui permettra de créer ELLE. Les pratiques américaines l’entraînent à composer son équipe de rédaction essentiellement avec des consœurs. À une époque où les femmes sont encore souvent reléguées aux postes de dactylographes, ce choix révèle déjà l’orientation féminine du périodique. Au sortir de la guerre, les grands journaux d’information n’employaient pas de femmes. Au mieux, elles étaient pigistes ou chargées de la rubrique des spectacles. Dans une biographie consacrée à Françoise Giroud, Laure Adler rappelle que « Les femmes journalistes n’avaient donc la possibilité d’exercer que dans la presse féminine17 », et fort rarement aux postes clefs des journaux qui leur sont pourtant consacrés. Le fait qu’une femme soit directrice d’ELLE en fait une exception sur le marché de la presse féminine autant que sur celui de la presse nationale. Ainsi Marie-France et L’Écho de la mode sont dirigés par des hommes. À l’instar de Marie-Claire en 1954, ceux-ci sont également présents au comité de direction et à la rédaction en chef. ELLE se démarque donc de ses concurrents où tous les postes de direction sont occupés par des hommes18. La revue se caractérise par un personnel nombreux, très féminisé bien qu’encadré par quelques personnalités masculines. Cette féminisation est un argument sur lequel le magazine axe sa communication. Et si on reprend les travaux de Sylvie Debras19, le personnel féminin permet une meilleure adéquation entre les sujets, leur traitement et leur lectorat. On peut donc arguer qu’une des raisons du succès de l’hebdomadaire tient de cette domination féminine dans la rédaction. Ceci va également dans le sens des propos de Valérie Toranian qui, en 2010, expliquait que les femmes journalistes écrivaient ce qu’elles-mêmes souhaiteraient lire dans leur magazine20. Déjà, dans son numéro anniversaire, la revue se targue d’avoir « à dix ans, 116 pages et plus de cent collaborateurs, dont soixante-quinze femmes21 ». De plus, grâce à sa très forte personnalité, Hélène Gordon-Lazareff ose proposer des articles en accord avec les préoccupations féminines et afficher son souci d’une plus grande autonomie des femmes. Certes, Pierre Lazareff demeure très présent dans l’élaboration de chaque numéro : il conseille, donne son avis, mais c’est toutefois celui de Gordon-Lazareff qui prévaut22. La collaboration entre les époux permet des échanges ainsi que des redistributions d’articles entre France-Soir et ELLE, principalement des reportages et des articles d’actualité. Son positionnement francophile « malgré la puissance du modèle américain, [lui donne] un sentiment plus collectif, plus participatif [qui] exerça également une influence marquante dans les années qui suivirent la guerre23 ». Certes, ELLE s’inspire des journaux d’Outre-Atlantique mais les idées sont adaptées, comme en son temps par Marie-Claire. Une comparaison, notamment avec le magazine Vogue24, démontre l’originalité du modèle français par rapport à l’expérience américaine de sa créatrice. Hélène Gordon-Lazareff introduit de nouvelles techniques iconographiques, dont la quadrichromie, et use d’un ton plus libre, présentant une femme plus autonome, plus proche du modèle américain, où la femme a obtenu le droit de vote depuis 1920. « Le magazine ELLE […] s’adressait à ses lectrices comme citoyennes et non consommatrices25 ». Le premier numéro est même exempt de publicité et celle-ci reste également discrète dans les numéros suivants. Les annonces sont d’abord concentrées sur une pleine page. Progressivement, elles se diversifient en genres et, procédé inédit en France, ELLE propose la couleur aux annonceurs. Les années d’après-guerre marquent d’une manière générale la montée de la publicité destinée aux femmes, qui sont alors identifiées comme les responsables des achats. Les tirages du magazine du couple Lazareff sont en progression, même si l’hebdomadaire ne profite pas d’une notoriété d’avant-guerre ou d’un passé de résistant. En 1945, ELLE tire en moyenne à 110 000 exemplaires et, trois ans plus tard, il montera jusqu’à 340 000 pour atteindre le cap des 500 000 en 1950. Le magazine devient donc un support publicitaire de choix. Cependant, le périodique est moins marqué que ses concurrents par la publicité qui oscille entre 40 et 50% de sa pagination totale.

  • 26 Propos tenus par Françoise Giroult dans Jesupret (Agnès) ELLE, le magazine, mai 1950.
  • 27 Ibid.
  • 28 Debras (Sylvie), op. cit.
  • 29 ELLE, 19 avril 1954, première partie du reportage qui s’étalera sur six numéros, pp. 24-27.
  • 30 ELLE, 24 mai 1954, pp. 19-25.
  • 31 Lettre circulaire d’Hélène Gordon-Lazareff, ELLE, 19 octobre 1968.

11ELLE s’attache chaque semaine à promouvoir une femme plus libre, qui a « cessé de se plaindre26 » de son sort pour travailler, devenir indépendante, s’assumer elle-même comme ses enfants27. Certes, le travail féminin existe, mais il concerne essentiellement les femmes issues des classes populaires pour lesquelles un second salaire est indispensable à la survie du ménage, quand il ne s’agit pas de femmes seules élevant leurs enfants dans le dénuement. Quant aux femmes bourgeoises, à de rares exceptions près, elles se défendent à cette époque de rentrer dans le monde du travail. Il est même courant que les femmes exerçant un métier avant leur mariage, soient tenues par leur mari, dès après la cérémonie, de demeurer au domicile conjugal28. Il faudra attendre 1965 pour que la réforme du régime matrimonial de 1804 soit votée : les femmes pourront dès lors gérer leurs biens elles-mêmes, ouvrir un compte en banque et exercer une profession sans l'autorisation de leur mari. L’opiniâtreté d’Hélène Gordon-Lazareff et de Françoise Giroud les poussera à valoriser l’exercice d’un métier non plus seulement par nécessité alimentaire mais surtout comme moyen d’émancipation et de valorisation. Leur choix se traduit tant dans la liberté de ton que dans la sélection des sujets. Ainsi, dès son premier numéro, ELLE mettra en exergue les quelques femmes membres de l’assemblée Constituante, ce que les autres magazines féminins, de tendance conservatrice, gomment. Régulièrement des séries de longs articles mettent à l’honneur les femmes qui travaillent et soulignent la qualité de leur travail, tel en 1954 « Un document humain, les femmes en blanc 29 ». Parfois même, les articles mettent en lumière la situation à l’étranger, comme à Moscou30. Bien sûr, les aspects pratiques demeurent au centre des préoccupations du magazine : les recettes et les astuces pour dépenser moins ou valoriser le moindre mètre de tissu, publiées en réponse aux attentes de ce difficile après-guerre, côtoient la mode et la vie des stars. La revue s’applique à « mettre en ordre toutes les connaissances dont les femmes de notre temps ont besoin pour s’assumer et assumer les autres31 ».

  • 32 Sullerot (Evelyne), op. cit., p. 91.

12ELLE fournit des réponses aux attentes des femmes dégagées de toute empreinte religieuse, en contribuant à proposer une autre liberté par l’information. « Les fonctions de cette presse déterminent son contenu, elles sont admirablement résumées par le triple devoir que définit la formule de [Pierre] Lazareff : ‘ Rendre service – Distraire – Informer’32. » Le magazine féminin encourage l’émancipation, s’écartant des modèles plus conservateurs proposés en 1945 par Marie-France et Claudine.

La publicisation des femmes auteurs comme agent émancipateur

  • 33 ELLE, 21 novembre 1945.
  • 34  Magazine hebdomadaire littéraire illustré, 1932-1940.
  • 35 ELLE, 22 novembre 1954, pp. 60-62.
  • 36 Bard (Christine), Le Planning familial, histoire et mémoire, 1956-2006, Rennes, Presses universitai (...)

13ELLE promeut la femme écrivain dans l’espace public dès son premier numéro, en se détachant de la concurrence d’après-guerre et en s’adaptant réellement à son public. Ainsi, est publié dans son premier numéro33 et jusqu’au 9 janvier 1946, le début du dernier roman de Colette, L’étoile Vesper. Il s’agit de souvenirs inédits arrachés à l’auteur par Hélène Gordon-Lazareff et qui donnent à voir à la fois la femme écrivain indépendante et son œuvre. Ce n’est pas la première fois que Colette collabore avec la presse. Par delà la publication en épisodes de ses ouvrages, elle a en effet collaboré avant-guerre de façon hebdomadaire à Marianne34. Après son remplacement par Marcelle Auclair, elle travaille épisodiquement avec Marie-Claire. Ainsi, pour le numéro 100 de Marie-Claire, Colette accepte d’en devenir la rédactrice en chef, avec un éditorial alléchant : « J’aime être gourmande ». La publication de nouvelles ou de feuilletons constitue un trait historique de la presse dite féminine, les premiers journaux destinés aux femmes étant avant tout des recueils littéraires. ELLE ne déroge pas à cette tradition et offre une tribune à des auteurs aussi bien masculins que féminins, notamment par le biais de la rubrique ELLE a lu pour vous, animée par François Vilmain, époux d’une des journalistes du magazine. Cette chronique est formée d’une demi-page ou de reportages ponctuels assurés d’abord par Françoise Giroud, Hélène Gordon-Lazareff et André Maurois. Le traitement des auteurs dans le magazine se veut plus féminin, en effet les femmes sont surreprésentées par rapport à la presse féminine et à la presse généraliste (à l’exception plus tard du Nouvel Observateur), qui valorisent d’abord les œuvres d’auteurs masculins. Sur les deux feuilletons publiés, l’un est la création d’une femme, comme souvent la nouvelle qui l’accompagne. L’auteure est mise en avant par le journal par delà les prix littéraires, ainsi sont dressés des tableaux présentant les écrivains de sexe féminin, plus particulièrement dans les années 1950. ELLE n’hésite pas à créer ses propres évènements pour les valoriser, comme en novembre 1954, lorsque la revue titre « 70 romancières, 300 romans : les femmes de lettres s’imposent35 ». Certaines collaborent ou collaboreront avec la revue comme Daniel Gray, Françoise Sagan, Clara Malraux, Françoise Mallet-Joris, etc. La particularité de l’hebdomadaire est de présenter des femmes qui non seulement peuvent vivre de leur plume, fait encore rare à l’époque, mais démontrent une relative émancipation, en adoptant un comportement souvent qualifié de masculin. Nous sommes donc devant un magazine féminin, financé en partie par la publicité, qui utilise ses rubriques de littérature et de reportage pour véhiculer des images de femmes « moins soumises ». La littérature que le magazine met en avant prône cette liberté par le soutien à certaines « auteures » qui contribuèrent à l’avancement de la cause féminine. Certes, le magazine est régulièrement décrié par les représentantes du Mouvement de Libération des Femmes, mais il est le seul périodique féminin qui soit régulièrement cité par les féministes pour son soutien. Pierre Simon, gynécologue et politicien qui participa à la mise en place du planning familial et de la loi Neuwirth sur les méthodes contraceptives, explique : « on vient de célébrer le cinquantenaire de ELLE, j’ai connu Hélène Lazareff, avec laquelle nous avons beaucoup travaillé. Ce journal a effectivement donné des ailes aux femmes36 ». Certes le discours du magazine se veut féminisant et non pas féministe et revendicateur, car il obéit à la logique du marché publicitaire. Pourtant, en comparaison avec la presse féminine d’après guerre, il révèle un véritable engagement. Simone de Beauvoir et Marguerite Duras trouvent dans l’hebdomadaire un espace privilégié où elles pourront défendre leur travail, et leurs idées. Ces femmes engagées sont choisies pour démontrer que la femme peut être fière du métier qu’elle exerce, et donc exister dans la société par sa profession. Nous nous attacherons plus particulièrement dans ce registre à la carrière de Françoise Sagan dont le destin artistique et personnel a régulièrement croisé celui du magazine ELLE. En effet :

  • 37 Delassein (Sophie), Les dimanches de Louveciennes, chez Hélène et Pierre Lazareff, op. cit., p. 11.

Hélène et Pierre Lazareff […] avaient été très importants pour cette romancière turbulente de 19 ans au moment de sa naissance en littérature en 1954. Lui à France-Soir, elle à ELLE, ils ont contribué à la faire découvrir aux Français et l’ont largement soutenue quand Bonjour tristesse provoqua le scandale mondial dont on se souvient37.

  • 38 Lelievre (Marie-Dominique), Sagan à toute allure, Paris, Denoël, 2008, p. 47.

14Les éditions Julliard, qui lancent Françoise Sagan, s’appuient sur une politique de marketing basée sur le scandale et la jeunesse de ses auteurs. Elles publient plus de quatre cents primo-romanciers dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale dont Françoise Sagan qui incarne à la fois cette jeunesse et ce scandale recherchés. Elle bénéficiera dès lors de l’appui de la presse magazine, notamment des deux grandes revues couleurs d’après-guerre, ELLE et Paris-Match38. ELLE lui apporte son soutien lorsque les critiques remettent en cause la morale de son livre. La presse féminine comme généraliste se montre particulièrement virulente à cet égard.

  • 39 La majorité est encore à 21 ans.
  • 40 Sagan (Françoise), Avec mon meilleur souvenir, Paris, Gallimard, 1984.

On ne tolérait pas qu’une jeune fille de dix-sept ou dix-huit ans39 fît l’amour, sans en être amoureuse, avec un garçon de son âge et n’en fût pas punie. L’inacceptable était qu’elle n’en tombât pas éperdument amoureuse et n’en fût pas enceinte à la fin de l’été40.

  • 41 Lelievre (Marie-Dominique), op. cit, p. 59.
  • 42 Moll (Geneviève), Madame Sagan, Ramsay, Paris, 2005, p. 160.
  • 43 ELLE, 26 juillet 1954, pp. 10-11.
  • 44 ELLE, 27 septembre 1954, pp. 60-63.
  • 45 ELLE, 4 octobre 1954, pp. 68-69.
  • 46 ELLE, 11 octobre 1954, pp. 48-51.
  • 47 ELLE, 20 décembre 1954, pp. 52-55.
  • 48 Moll (Geneviève), op.cit., pp. 105-108.
  • 49 ELLE, 9 mai 1955, pp. 25-27.
  • 50 Ibid, p. 116.
  • 51 ELLE, 9 avril 1956, pp. 34-35, Reportage signé Michèle Perrein.
  • 52 Moll (Geneviève), op. cit., p. 113.
  • 53 Ibid, p. 161.
  • 54 Lancé le 4 juin 1956, pp. 31-32.
  • 55 Delassein (Sophie), Aimez-vous Sagan, Paris, Fayard, 2002, pp. 103-104.
  • 56 Ibid, p. 104.

15« Dès l’été 1954, la légende est fixée : la victorieuse Françoise Sagan est le symbole de la jeune fille libre, le premier exemplaire du bébé amazone, matrice qui sera ensuite largement dupliquée41. » Face aux attaques virulentes, le magazine et sa fondatrice affichent leur appui à la jeune femme, tant et si bien que celle-ci va jusqu’à désigner le couple Lazareff comme ses « parrains42 ». ELLE la suit dans sa vie professionnelle mais également personnelle, dès juillet 195443, lui accordant souvent deux pleines pages, soit bien plus que la demi-page dont bénéficient les stars féminines de l’époque. Le magazine féminin relaie bien sûr les sorties de ses livres, traite de son accident de voiture. Sagan apparaît régulièrement dans ses pages, même après son décès. Une collaboration avec le magazine se noue d’ailleurs rapidement. Ainsi, quelques mois après la sortie de Bonjour tristesse, ELLE sollicite Françoise Sagan pour une série de trois articles consacrés à l’Italie, sous la forme de récits de voyage – « Bonjour Naples44 », « Bonjour Capri45 », « Bonjour Venise46 », Bonjour devenant sa marque. Si cette première série est un succès, les reportages sur Beyrouth, Jérusalem, Damas et Bagdad, commandés ensuite par Hélène Gordon-Lazareff, ne bénéficient pas d’un investissement équivalent de la part de l’auteure. « Je découvre Jérusalem et Bethléem47 »est ainsi marqué par l’absence de la romancière qui profite en effet du voyage et en oublie d’en rapporter les articles commandés48. En 1955, Françoise Sagan prolonge toutefois sa collaboration avec « ELLE se promène 24h avec une jeune fille célèbre49 ». La romancière se rend une première fois aux États-Unis en 1955 pour la promotion de son livre, qui y connaît également un grand succès. Elle est accueillie à New York par Hélène Gordon-Lazareff, elle-même, qui organise une fête pour l’événement. Lors de son périple américain, elle est accompagnée d’une journaliste de la rédaction, Colette Hymans50, ce qui donnera lieu à une double page dans le numéro daté du 9 avril, lors de la sortie d’Un certain sourire51. À l’occasion de ce voyage, l’auteure fait la connaissance de son futur mari, Guy Schoeller, alors directeur chez Hachette, qui est devenu propriétaire de l’hebdomadaire féminin52. La fondatrice de ELLE a donc joué un rôle dans la vie sentimentale de Sagan en accueillant et en organisant la fête qui suivit leur mariage en mars 1958. Pierre Lazareff est, quant à lui, le deuxième témoin de Françoise Sagan53. Entretemps, en 1956, lorsqu’Otto Preminger recherche une interprète pour le personnage de Cécile pour l’adaptation cinématographique de Bonjour tristesse, un concours dans ELLE54 permet de découvrir Jean Seberg, choisie sur une sélection de plus de dix-huit mille candidates qui ont fait parcourir au réalisateur pas moins de trente-cinq mille kilomètres55. « Le premier coup de manivelle est donné à La Fossette, la villa qu’Hélène Gordon-Lazareff a mise à disposition du cinéaste56 ». D’autres rencontres importantes se joueront pour Françoise Sagan lors des dimanches à Louveciennes, demeure des époux Lazareff, notamment avec François Mitterrand, dont elle devient l’amie et un soutien lors des élections présidentielles. Sa vie sentimentale la rapproche à nouveau du magazine, lorsqu’elle rencontre Peggy Roche au milieu des années 1970. Celle-ci, d’abord mannequin devient styliste, puis journaliste pour ELLE avant d’en devenir rédactrice en chef. Peggy Roche partage pendant quinze ans la vie de la romancière, jusqu’à sa mort en 1991. Les liens entre ELLE et Françoise Sagan restent étroits, l’auteur accordant des textes à la revue et celle-ci lui consacrant régulièrement de nombreux articles, contribuant à faire de cette auteure la première écrivaine « people ». En 1989, le numéro du 14 juin lui est dédié. Contenant une interview et des textes à son propos rédigés par plusieurs personnalités, il démontre un peu plus l’importance de l’auteur de La Laisse sur le lectorat du magazine. On peut ainsi lire :

  • 57 Ibid, p. 307.

Pour Inès de La Fressange, le mannequin : « Elle semble démontrer que Saint-Simon et Saint-Tropez ne sont pas compatibles ». Pour Marie Nimier, écrivain : « Françoise Sagan est – toutes proportions gardées – un Roger Nimier rive gauche. Il y a chez elle dans son goût la vitesse, de l’ellipse et du jeu, un côté ‘hussarde’ ». Pour Christophe Malavoy, acteur : « Françoise Sagan c’est un violon dans l’orage ». Pour Philippe Stark, architecte-designer : « Je pense qu’elle a ce qu’il y a de plus souhaitable en littérature : un style limpide et naturel, l’élégance, autrement dit »57.

16En 1995 et 2000, Françoise Sagan est choisie par la rédaction pour introduire son album anniversaire des années 1955 à 1965. Elle représente la femme émancipée tant par son métier, ses productions que sa manière de vivre, ce que relève notamment Nathalie Morello.

  • 58 Morello (Nathalie), Françoise Sagan, une conscience de femme refoulée, New York, Peter Lang Publish (...)

En brisant les tabous qui défendaient à la femme de jouir de son corps en toute liberté et en la délivrant des pressions qui l’enfermaient dans un rôle secondaire et inférieur, Sagan suggérait que l’être humain n’était pas cette accumulation de stéréotypes dégradants si communément associés à l’entité femme. [...] Sans brandir la banderole d’un féminisme militant [ses écrits] ébauchaient certains thèmes de réflexions inhérents à l’émancipation des femmes qui allaient occuper une place prépondérante dans les débats féministes des années soixante-dix58.

  • 59 ELLE, 28 avril 1961.
  • 60 ELLE, 3 janvier 1955.
  • 61 ELLE, 30 août 1954, pp. 56-57.
  • 62 ELLE, 21 mai 1956, pp. 38-39 et 90.
  • 63 Weiner (Susan), op. cit. p. 70.
  • 64 Ibid, p. 84.
  • 65 Cette « féministe de naissance », selon Éliane Victor, participera à un numéro des Femmes aussi. Ci (...)
  • 66 ELLE, 26 juillet 1954, pp. 16-17.
  • 67 L’affaire donnera en effet lieu à une véritable controverse opposant différents journaux. Adulte, M (...)
  • 68 ELLE, 14 novembre 1955, pp. 40-43 et 100-101.
  • 69 « à propos de l’affaire Minou Drouet ELLE interroge les plus grands écrivains », ELLE, 12 décembre (...)
  • 70 Weiner (Susan), Enfants terribles : youth and femininity in mass media in France, 1945-1968, Baltim (...)

17Outre Françoise Sagan, Margueritte Duras59, Simone de Beauvoir60 et autres figures célèbres, ELLE publie régulièrement des articles dédiés à des femmes romancières. Françoise Giroud consacre plusieurs articles aux femmes écrivains, comme « Merci Colette61 » ou « Françoise Sagan62 ». Le magazine féminin participe, comme la presse française d’informations générales, à une juxtaposition entre les personnages et leurs auteures63. Cette exposition lui permet d’assumer face aux annonceurs un aspect émancipateur sans encourir la baisse des investissements publicitaires. « Le succès initial de Sagan, telle la voix d’une génération, pave la voie pour d’autres jeunes femmes écrivains par leurs romans que la presse veut présenter comme les prémices du féminisme64. » Le magazine leur accorde au moins deux pleines pages, avec photographies, alors que les écrivains masculins ne peuvent espérer qu’une seule page. Ainsi dans le numéro du 5 octobre 1962 une double page présentée par André Maurois est consacrée au Journal à quatre mains de Benoite65 et Flora Groult, roman qui évoque l’avortement alors au cœur des revendications féministes. Maurois met en valeur les femmes auteurs, de Georges Sand66 à des figures contemporaines. Le magazine conserve tout de même une vocation critique puisqu’il est à l’origine du scandale sur l’authenticité des écrits de Minou Drouet, jeune auteure aveugle. Selon ELLE et les investigations de Michèle Perrein, le véritable auteur d’Arbre, mon ami n’est autre que la mère adoptive de la petite fille de huit ans67. L’affaire éclate dans le numéro daté du 14 novembre 195568 et fait l’objet d’un véritable débat irrésolu dans la presse et le monde des lettres69. Ce reportage donne l’occasion à Michèle Perrein de pratiquer le journalisme, elle qui a obtenu son premier poste à ELLE et qui va devenir une militante féministe notamment par le biais de ses œuvres littéraires70, dont ELLE rendra évidemment compte en ses pages. Le monde littéraire se féminise et le magazine en rend compte plus largement que la concurrence tout en conservant sa fonction critique. Auteures et femmes journalistes se croisent, se lient à la fois autour d’une personnalité, Hélène Gordon-Lazareff, et d’un support féminin, ELLE.

Des femmes au foyer devenues journalistes

18ELLE constitue donc un support valorisant la femme et dont la rédaction correspond aux valeurs qu’elle diffuse. Sa fondatrice a fait le choix de construire son équipe avec des femmes qui n’ont, pour la plupart, pas suivi de formation journalistique, qui n’ont même parfois jamais collaboré avec un journal, qu’il soit féminin ou non. Cinq destins de femmes nous semblent emblématiques de ce que fut pour le journalisme l’expérience ELLE et le réseautage de sa fondatrice. De niveaux sociaux et académiques différents, ces journalistes y feront souvent leurs premières armes, l’utiliseront comme tremplin pour entamer une carrière sur un autre support de presse ou télévisé, mais aussi et surtout comme outil d’émancipation pour elles-mêmes et leurs consœurs. Certaines ont acquis une petite expérience avant guerre, comme Marcelle Segal, ou pendant le second conflit, comme Françoise Giroud. D’autres seront découvertes par Hélène Gordon-Lazareff et tiendront un rôle important dans le journalisme féminin français que ce soit dans la presse écrite, à la radio ou à la télévision. Le choix de ces cinq femmes est aussi représentatif du lectorat du magazine :

  • 71 Sullerot (Evelyne), op. cit., p. 291.

[...] près de 3 millions de lecteurs, 26% d’hommes, 39% ont moins de 35 ans, 30% entre 35 et 50 ans, et 31% plus de 50 ans. Gros pourcentage de lecteurs et lectrices des cadres moyens et employés : 33%, et des cadres supérieurs : 16%. Sur 1000 femmes de la catégorie cadres-supérieurs-professions-libérales, 371 lisent ELLE. Le pourcentage des lecteurs ouvriers est faible : 20%. Celui des agriculteurs infime : 4%. 15% des lecteurs ont une instruction secondaire et 8% supérieure. Le pourcentage des lecteurs ne possédant qu’une instruction primaire tombe au-dessous de la moyenne : 46%. La diffusion de ELLE est massive dans la région parisienne [...] et dans les agglomérations urbaines de plus de 10 000 habitants71.

19À la lumière de ces trajectoires de femmes et de leurs liens avec le magazine ELLE, c’est un espace d’émancipation pratique valorisé par la revue qui se révèle, bien que trop souvent passé sous silence

  • 72 Segal (Marcelle), Mon métier. Le "courrier du cœur", préface de Hélène Gordon-Lazareff, Paris, P. H (...)
  • 73 Pour une analyse du traitement du courrier du cœur dans ELLE, voir Chabrol (Claude), Le récit fémin (...)
  • 74 Françoise Ducout, ancienne journaliste à ELLE, L’Humanité, le 29 décembre 1998. 
  • 75 Segal (Marcelle), Mon métier. Le "courrier du cœur", op. cit. ; Segal (Marcelle), Moi aussi j'étais (...)

20Trois femmes se démarquent par une première expérience dans le journalisme, voire une formation professionnelle spécialisée dans le domaine. La première, Marcelle Segal, est diplômée en mathématiques, titre qu’elle n’utilisera jamais. Après un mariage très rapide, elle divorcera en 1928, événement encore alors exceptionnel. Elle travaille d’abord dans une banque, puis en 1937, pour Paris-Soir Dimanche, avec Hélène Gordon-Lazareff, où elle reçoit la charge du courrier des lecteurs. En 1940, elle se réfugie à Lyon, mais les lois anti-juives de Vichy l’empêchent de poursuivre dans le journalisme. Elle rejoint alors la Résistance. Lorsqu’elle croise Hélène Gordon-Lazareff en 1946, elle lui offre ses services pour la « fiction » et reprend le courrier des lectrices. Cette dernière rubrique prend de l’importance dans le magazine et devient même un tiré à part encarté durant les deux premières années du magazine. Lorsque en 1947, Marcelle Segal souhaite changer de rubrique, dédaignant ce courrier ne traitant que du « cœur », Hélène Gordon-Lazareff lui répond que c’est un beau titre le « courrier du cœur » et que les femmes doivent pouvoir compter sur ses conseils pour se dégager de la soumission masculine72. Pendant vingt ans, Segal assume cette fonction et devient même, en septembre de la même année, conseillère pour les affaires de cœur dans le cadre du service social instauré par ELLE73. Dans cette rubrique, qui ne survivra pas à son départ à la retraite, elle distille des conseils aux « cœurs brisés », tout en prônant l’indépendance par le travail et l’existence de la femme par et pour elle-même, notamment en ne privilégiant pas le mariage et en osant proposer le divorce. La rubrique de « Marcelle Ségal est arrivée à une époque où les gens abandonnaient le confessionnal, mais ne consultaient pas encore chez les psy74 ». On s’éloigne ici des habituels discours conservateurs d’avant-guerre, que l’on retrouve même chez Marie-Claire où, par exemple, le mot « amant » était interdit. La journaliste se sert de son expérience de femme divorcée ayant pris son destin en main pour offrir des conseils de bon sens, mais toujours dans un esprit d’émancipation. Sa rubrique, moins adaptée aux changements qu’a connus la société devient en 1987 « Elle aime vos lettres » sous la plume de Danielle Garnier. Les propos émancipateurs de Marcelle Segal sont développés dans ses deux ouvrages, Mon métier: le Courrier du cœur et Moi aussi j’étais seule75, dans lesquels elle livre son histoire personnelle. Le lien tissé avec le public par le biais de sa rubrique la présente à la fois dans le rôle de celle en qui on peut avoir confiance mais aussi de celle dont l’exemple est à suivre.

  • 76 Adler (Laure), op. cit., p. 69.
  • 77 Ibid.
  • 78 Ibid, p.78.
  • 79 Grégoire (Ménie), Le métier de femme, Paris, Plon, 1965 ; Bard (Christine), Le Planning familial, h (...)
  • 80 Adler (Laure), op. cit., p.73.
  • 81 Ibid, p. 75.
  • 82 Ibid, p.76.
  • 83 ELLE, 22 octobre 1951.
  • 84 « Françoise Giroud en Amérique », ELLE, 3 novembre 1952.
  • 85 Adler (Laure), op. cit., p. 107.

21Leur divorce, leur absence de formation journalistique et leur métier sont des traits communs à Marcelle Ségal et Françoise Giroud, lesquelles, dans des domaines parfois éloignés, témoigneront de ce choix d’indépendance et de ses joies. Françoise Giroud, face à la mort prématurée de son père, est amenée rapidement à travailler. Son diplôme de dactylo en poche, elle s’oriente vers le cinéma où elle devient la première femme scripte. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle collabore en zone libre à plusieurs films et écrit régulièrement pour Carrefour et L’Intransigeant. Aux côtés de sa sœur Djénane Chappat, elle participe activement à la Résistance. Au sortir de la guerre, en 1945, Hervé Mille la présente à Hélène Gordon-Lazareff pour lancer un hebdomadaire féminin. Elle débute par quelques articles à la pige avant de devenir rédactrice en chef dès 1946, puis éditorialiste, à partir de 1951. Son premier papier révèle déjà un ton incisif pour l’époque : « Aujourd’hui ce sont les garçons qui veulent se marier et les jeunes filles qui hésitent76 ». Françoise Giroud y pointe alors ces hommes qui préfèrent se marier pour des questions bassement matérielles. Ceux-ci doivent en effet faire face à la forte augmentation des loyers, à un budget qui ne leur permet pas de manger au restaurant et de se payer une femme de ménage77. S’en suivent des articles sur la liberté intellectuelle et financière, les femmes n’étant plus obligées de se marier pour exister. Françoise Giroud n’hésitera pas à parler des soucis et des joies d’être une mère célibataire78. Selon elle, les femmes doivent travailler pour obtenir leur indépendance, ce mot devenant un leitmotiv. Elle les sollicite lors des premières élections auxquelles elles sont conviées. Elle les encourage à se rendre aux urnes, tout en leur expliquant la situation politique et la nécessité d’exprimer leur voix. Hélène Gordon-Lazareff soutient Françoise Giroud, malgré les fortes réticences de Pierre Lazareff – ELLE et France-Soir cohabitent au 100 rue Réaumur et les époux se consultent fréquemment. La journaliste dérange encore ce dernier lorsqu’elle ose écrire sur le désir féminin, sur le pouvoir de décision des femmes en matière de rencontres amoureuses et sur leur capacité à croire en elles-mêmes grâce à leur pouvoir de séduction et leur insertion professionnelle79. « Travailler ce n’est pas seulement gagner sa vie, c’est aussi une porte ouverte sur le monde, un monde multiple qui vous appartiendra si vous lui tendez la main80. » Cette liberté d’expression dénote dans le paysage des magazines féminins, face aux très conservatrices Claudine et Marie-France, si bien que sa distribution souffre de censure. « Dans de nombreuses régions, des diffuseurs refusent de mettre la revue en vente, car ils la trouvent trop émancipée81. » Cette difficulté entraîne des répercussions économiques. Refusant de se soumettre aux modérations de Pierre Lazareff et à la censure de la diffusion, Françoise Giroud innove encore en proposant la prépublication d’ouvrages importants, qui sont découpés à la manière de feuilletons, quitte à parfois en écrire elle-même afin d’accroître les ventes. Elle ouvre les portes de la rédaction à sa sœur Djénane qui introduit une rubrique de décoration et de savoir-vivre. ELLE se veut une tribune féministe ne parlant pas « que de princesses », mais aussi de « l’histoire d’une jeune fille ordinaire, une sténo-dactylo, par exemple, de seize ans, très pauvre, qui est devenue la scénariste d’Antoine et Antoinette et la journaliste à qui vous faite l’honneur d’écrire82. » Progressivement, les sujets abordés par Françoise Giroud s’attachent aux aspects psychosociologiques et notamment aux relations parents-enfants. Dans cette veine, elle est à l’initiative des tests et enquêtes, par exemple sur les péchés capitaux, et publiera des portraits de femmes exceptionnelles, telle l’aviatrice Jacqueline Auriol. Un des grands sujets qui marque sa carrière à ELLE sera, en 1951, le dossier « Les Françaises sont-elles sales ?83 ». Elle y rejoint les préoccupations de Marcelle Auclair qui veut donner de nouvelles règles d’hygiène à la population. Françoise Giroud est l’auteure d’un des premiers grands reportages pour le magazine : elle couvre les élections présidentielles américaines de 195284. L’année suivante, elle quitte ELLE pour une nouvelle aventure : la création de L’Express avec Jean-Jacques Servan-Schreiber. Ce magazine d’informations générales, et surtout politiques, lui offre la possibilité d’un engagement politique plus appuyé afin de promouvoir les idées de Pierre Mendes-France. « L’Express sera un journal de gens vivants qui veulent secouer les habitudes, s’adresser aux trentenaires, et transmettre, à travers des valeurs et des conseils, un nouveau mode de vie85 ». Son engagement féministe et ses amitiés politiques l’amènent à occuper la charge de secrétaire d’État auprès du Premier ministre, sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, en charge de la Condition féminine de juillet 1974 à août 1976. Elle lance à cette occasion « cent une mesures » en faveur des femmes (mise en place de droits propres pour les femmes, lutte contre les discriminations, ouverture des métiers dits masculins, etc.). Jusqu’à la fin de sa vie, elle prônera l’égalité entre la femme et l’homme, à l’image de l’émission La minute pour les femmes qu’elle confiera à un autre membre du réseau ELLE, Éliane Victor. Son profil de femme élevant seule deux enfants lui permet de se positionner en exemple à suivre de femme émancipée.

  • 86 Delassein (Sophie), Aimez-vous Sagan, op. cit., p. 326 ; Ockrent (Christine), Françoise Giroud, une (...)
  • 87 Delassein (Sophie), Aimez-vous Sagan, op. cit., pp. 326-327.
  • 88 « Dim Dam Dom » (Article en ligne. URL :http://www.teppaz-and-co.fr/articles/dimdamdom.html
  • 89 Ibid.
  • 90 « Dimdamdom l’émission culte des sixties en DVD » (Article en ligne. URL : http://www.elle.fr/Mode/ (...)
  • 91 ELLE, 4 mai 2009.

22Seule, Daisy de Galard l’est aussi lorsque, suite à son recrutement par Hélène Gordon-Lazareff, elle rejoint en 1952, peu avant le départ de Françoise Giroud, l’hebdomadaire féminin. Elle est une des premières femmes diplômées de l’école supérieure de journalisme de Paris. Sans la connaître, la patronne lui commande d’emblée un dossier intitulé « Quoi de neuf ?86 ». La journaliste en herbe doit y faire état des tendances dans tous les domaines : de la mode, de la littérature, du mobilier, etc. Hélène Gordon-Lazareff demande à sa nouvelle recrue de l’étonner, de la surprendre, de l’informer87. Daisy de Galard fait ses premières armes dans la rubrique avant de prendre la direction des échos de la semaine, centrée sur l’actualité et les stars. Elle n’hésite pas à y publier quatre pages sur les nez refaits de certains « peoples ». Elle devient rédactrice en chef du magazine de 1972 à 1975. Parallèlement, Daisy de Galard s’essaie avec succès à la télévision en créant l’émission Dim Dam Dom, sur la deuxième chaîne de l’ORTF. Il s’agit, selon elle, de transposer ELLE à la télévision88. Son titre synthétise son concept : « Dim » pour dimanche, jour de diffusion du programme, « Dam » parce qu'elle s'adressait aux dames et que c'est une femme qui la produisait, « Dom » parce que des rubriques masculines étaient prévues et que c'était un homme, Claude Contamine, qui était à l'origine du projet89. L’émission « présente à travers des sujets décalés, une parole féminine très sixties, et toujours plus libérée90 ». Elle est secondée par Peter Knapp, à l’époque photographe et directeur artistique de ELLE, et du journaliste Michel Polac. Elle s’entoure également d’un autre photographe du magazine, Fouli Elia, lui aussi découvert par Hélène Gordon-Lazareff. Chaque numéro se compose d'une suite de courtes séquences présentées par des speakerines d'un jour, actrices ou chanteuses alors à la mode (Mireille Darc, France Gall, Françoise Hardy, Claude Jade, Marie Laforêt, Sheila, etc.). De 1965 à 1971, elle produit les numéros mensuels de cette émission décalée mais féministe, avant de présenter Cinémalice et Cinéastes de leurs temps. Par la suite, elle devient membre du conseil d’administration de la première chaîne privatisée, puis directrice pour Gaumont des productions télévisées, avant de créer sa propre maison de production, Angel International, en 1984. Sa maîtrise de l’audiovisuel, son professionnalisme et ses engagements lui valent de devenir membre de différentes grandes instances : du Haut Conseil de l’Audiovisuel de 1976 à 1979, de la Commission nationale de la communication et des libertés de 1986 à 1989, et enfin du Conseil supérieur de l'audiovisuel de 1989 à 1995. Son dernier mandat la met à la tête de Radio France jusqu’en 2006. Elle est également l’auteur de rapports sur la violence ou les jeux à la télévision. Daisy de Galard est une femme émancipée, qui a su insuffler à ELLE comme aux émissions télévisées un air de modernité et d'impertinence, en donnant la parole aux femmes. Le magazine lui rendra d’ailleurs hommage lors de la sortie en DVD de son émission DimDamDom, couplée avec Les femmes aussi91.

23Ces trois femmes laissent une forte empreinte dans le paysage médiatique français, dans la presse écrite comme à la télévision, en mettant la femme en valeur. Leur production journalistique trouve un écho dans le magazine, même lorsqu’elles ne font plus partie de la rédaction. Deux autres femmes vont faire leur apprentissage dans la revue, la première, Éliane Victor, en tant que « femme de » et la seconde, Denise Dubois-Jallais, en tant que « femme au foyer ».

  • 92 ELLE, 21 et 28 octobre 1957.

24Éliane Victor, épouse à 17 ans Alain Pieyre de Mandiargues, héritier de la haute société protestante et avec lequel elle a un fils. Deux ans plus tard, elle rencontre Paul-Émile Victor qui, en cette époque où on divorce encore peu, la convainc de se séparer de son époux pour l'épouser. De cette union naissent trois enfants. A priori, rien ne destine éliane Victor au journalisme. Certes, elle collabore aux œuvres de son mari, mais travaille dans son ombre. La directrice de ELLE va cependant reconnaître en elle une plume et un Sujet. L’aîné de leurs enfants, Jean-Christophe, souffre d’une maladie cardiaque grave. Seule une opération à cœur ouvert aux États-Unis lui permettrait de survivre. Touchée par cette histoire et par cet enfant malade de neuf ans, Hélène Gordon-Lazareff presse Éliane Victor d’écrire au sujet de cette épreuve familiale. La mère cède et rédige un long article, qui est publié en deux livraisons consécutives en 195792. Cette première collaboration est un vrai succès et permet de récolter des fonds via l’opération « Cœurs d’enfants ». En trois jours, cent quarante millions de francs sont réunis afin d’équiper l’hôpital Broussais pour ce type d’opérations. Hélène Gordon-Lazareff offre à Éliane Victor un engagement à ELLE, pour développer un sujet qui prolonge son expérience : l’État des lieux des hôpitaux de France. Mais en dépit de son admiration pour la créatrice de l’hebdomadaire féminin, Éliane Victor ne souhaite pas travailler pour un journal féminin. Hélène Gordon-Lazareff lui propose alors de rencontrer son mari qui s’est vu confier une émission télévisée.

  • 93 Delassein (Sophie), Les dimanches à Louveciennes chez Hélène et Pierre Lazareff, op. cit., pp. 285- (...)
  • 94 Ibid, p. 287.
  • 95 Ibid, pp. 289-290.
  • 96 Ibid, p. 290.
  • 97 Ibid, p. 293.
  • 98 Ibid., p. 103.

25Éliane Victor se joint dès lors à l’aventure de Cinq colonnes à la Une93. Elle y aura la lourde tâche de travailler dans une équipe où il n’est « pas facile d’être la seule femme dans cet univers exclusivement masculin et profondément machiste94 ». Elle est chargée de coordonner l’émission, en étant rémunérée à la fois par la RTF et par France-Soir. L’équipe est alors constituée de Pierre Desgraupes, Pierre Dumayet, Igor Barrere et Pierre Lazareff. Elle collabore, dès 1959, au premier magazine d’information de la télévision, qui devient vite une référence. « Cinq Colonnes à la Une, est un grand journal d’information, un programme qui se veut populaire95 ». « Son menu est varié : interviews de personnalités de divers horizons, reportages de guerre, décryptages de faits divers, sujets de société. Seul dénominateur commun : l’incarnation du vécu cher à Pierre Lazareff96 ». Pendant dix ans, Éliane Victor participe à cette aventure, jusqu’au dernier numéro, diffusé le 3 mai 1968. Parce qu’on leur refuse le droit de filmer les émeutes, Pierre Lazareff et toute l’équipe décident de se mettre en grève, ce dont l’émission ne se relèvera pas97. Dès 1964, Éliane Victor propose alors un programme pour les femmes. Elle devra batailler ferme pour obtenir le droit de tourner et de diffuser chaque numéro. Les femmes aussi est un concept totalement nouveau à la télévision française et en Europe. Le directeur de la BBC présent lorsque la conceptrice expose son pitch, ne croit pas en son concept. Il s’agit de présenter « sur leur âme, leurs opinions, la réalité de la vie au quotidien98 ». À force de persuasion, Éliane Victor parvient à imposer son émission, pour laquelle elle reçoit en 1966 le prix Barthélémy. Elle réalise soixante-cinq numéros pendant neuf ans. Elle « décide de montrer des inconnues, des femmes de la rue, des femmes sans titre et de les montrer au naturel, au cœur de leur activité ». La sélection de ces inconnues s’effectuait « après enquête dans les mairies, dans les lieux divers ». En effet :

  • 99 Levy (Marie-Françoise), « Les femmes du temps présent à la télévision 1960-1975 », dans Les années (...)

Cette télévision était possible dans un contexte très différent de l’actuel : une seule chaîne avec un journal télévisé nul, ce qui fait qu’il n’y avait pas beaucoup de concurrence pour des émissions comme « Cinq colonnes à la Une », et il y avait des moyens (trois semaines de repérage, trois semaines de tournage, trois semaines de montage), qui aujourd’hui sont réduits99.

  • 100 Entretien avec Éliane Victor, Ouest France, 8 février 1972.
  • 101 Entretiens avec Éliane Victor, 4 avril et 6 mai 1997. Cités dans Les années 68 : le temps de la con (...)
  • 102 Ibid, p. 209.
  • 103 Ibid, p. 128.
  • 104 Victor (Éliane), op. cit., p. 118.

26Elle cherche « essentiellement à faire une émission qui s’adresse aux femmes en tant qu’êtres responsables et adultes100 » dans une quête de sujets qui font écho à ses « propres soucis » et à ses « questions101 ». Le succès est tel qu’en 1965, 40% des téléspectateurs français regardent Les femmes aussi102. à partir de 1967, elle anime un magazine d’information mensuel sur la deuxième chaîne, Séance tenante. Deux ans plus tard, elle produit, sur les deux chaînes Régie IV et Procès, des émissions qui abordent des sujets de société comme l’éducation sexuelle ou la majorité à 18 ans, ainsi que la série documentaire Du côté des enfants. L’éclatement de l’ORTF, en 1974, l’amène à arrêter son émission et à prendre, jusqu’en 1992, des responsabilités sur la troisième chaîne créée en 1972, qui deviendra trois ans plus tard France Régions 3. Entre 1974 et 1981, avec un autre membre du réseau ELLE, Françoise Giroud, alors secrétaire d’État à la condition féminine, elle crée La minute de la femme103, une émission qui met les femmes, en valeur pendant trois minutes. L’année 1978 marque son retour au magazine ELLE, sur la recommandation de Françoise Giroud, elle devient rédactrice en chef. Elle arrive à un moment difficile pour une revue dont les ventes diminuent et qui vient de subir une réduction de ses effectifs. Éliane Victor y met en avant le reportage d’informations liées à l’actualité féminine. Elle ose y présenter un homme à la Une, Yves Montand, et tente d’y supprimer l’intouchable horoscope, rejoignant les préoccupations de Françoise Giroud. À son départ en 1982, la diffusion a augmenté et le groupe Lagardère, nouvellement propriétaire du groupe Hachette, souhaite poursuivre avec elle dans l’éventualité où il se verrait confier la cinquième chaîne. Éliane Victor est engagée à la privatisation de TF1, en 1986, où elle devient directrice des programmes de la journée104. Deux ans plus tard, son engagement féministe trouve un prolongement, malgré sa retraite, sur la Chaîne parlementaire qui lui propose de faire le portrait de femmes députées.

  • 105 Sullerot (Evelyne), op. cit., p. 291.
  • 106 Elle fait la Une du numéro du 26 septembre 1955, pp. 30-32.
  • 107 Dubois-Jallais (Denise), op.cit., p. 17.
  • 108 La promotion endogène est la règle. Voir Sullerot (Evelyne), op. cit., p. 85.
  • 109 Elle est notamment l’auteur de Matin triste, Paris, P. Seghers, 1952 ; La Lionne assise [entretiens (...)

27Le destin de cette femme devenue journaliste grâce à la fondatrice d’ELLE trouve son pendant littéraire dans le parcours de Denise Dubois-Jallais. Cette jeune femme réalise le rêve de nombreuses lectrices en remportant le premier concours « Soyez lectrice-rédactrice » lancé par le magazine ELLE en 1955. Elle est alors femme au foyer, avec deux enfants et habite à la Baule chez ses beaux-parents, dans un studio. Sa condition sociale renvoie à une autre partie du lectorat du magazine. Comme beaucoup de femmes et de lectrices d’ELLE, Denise Dubois-Jallais est maintenue au foyer par les pressions sociale et familiale, et comme 20% d’entre-elles105, elle est issue d’un milieu très modeste. Cette première publication106 l’encourage à solliciter Hélène Gordon-Lazareff pour devenir journaliste et intégrer la rédaction du magazine. Sans autre qualification que ce premier prix, celle qu’Hélène Gordon-Lazareff décrit comme « la jeune femme au regard aigu, qui après avoir été lectrice-rédactrice était devenue rédactrice tout court, écrivait des poèmes, etc.107 » gravit petit à petit les échelons au sein de l’hebdomadaire108pendant vingt années. Elle propose d’abord des nouvelles, puis se voit confier la rubrique « Madame Proprette fait son ménage net ». à force de pugnacité, elle se forme au métier de journaliste et devient l’assistante d’une reporter avant de décrocher le poste de rédactrice pour le très convoité service mode. Elle accompagne dans de nombreux déplacements Hélène Gordon-Lazareff, notamment en Russie. L’avenir de Denise Dubois-Jallais au sein de la rédaction du magazine sert de modèle positif auprès des lectrices. Cette collaboration semble prendre fin vers 1978 alors qu’Éliane Victor devient rédactrice en chef et que le magazine se restructure. Hélène Gordon-Lazareff, son mentor, n’est plus en mesure de l’appuyer, la diminution de ses facultés intellectuelles ne lui permettant plus de collaborer à ELLE depuis 1972. Les liens de Denise Dubois-Jallais avec la fondatrice de la revue l’amènent à recueillir les derniers souvenirs de sa créatrice au journalisme. Son pygmalion souffre alors de la maladie d’Alzheimer qui l’emportera en 1988. Parallèlement, elle mène une carrière de romancière et de poétesse109. Après les années ELLE, Denise Dubois-Jallais devient journaliste free-lance pour des magazines féminins. Sans le magazine Elle, elle serait sans doute restée une femme au foyer écrivant des poèmes. La revue lui aura permis de s’épanouir grâce à l’apprentissage d’un métier rémunéré par un salaire propre à subvenir aux besoins de sa famille et à s’affranchir des barrières sociales.

Conclusion

  • 110 Le Mouvement de libération de la Femme s’invitera également à l’évènement, ainsi qu’au meeting orga (...)

28Les différents parcours de personnalités que nous avons présentées montrent que l’histoire du magazine ELLE croise la destinée de femmes émancipées, auxquelles il aura d’ailleurs offert l’occasion de cette émancipation. Les femmes autonomes financièrement y ont trouvé une tribune pour se défendre et promouvoir leur travail. De Françoise Sagan à Margueritte Duras et Simone de Beauvoir, les auteurs aux textes engagés ont une place d’honneur dans la revue. Dépassant la tradition de la presse féminine publiant de la littérature, ELLE propose aux femmes de prendre une part active à la promotion de la littérature. Ainsi, le 13 juillet 1970 est créé le Grand prix des Lectrices de ELLE, d’abord pour un roman. Il trouve un écho dans les États Généraux de la femme lancés neuf mois plus tard par le magazine110. À ce prix s’adjoindront en 1977, celui récompensant un essai et, en 2002, celui primant un roman « policier ». Au sein de la rédaction, des femmes trouvent un métier valorisant qui leur permet de s’émanciper et de s’épanouir dans le monde du travail. Elles sont présentées, quand elles ne se donnent pas elles-mêmes en exemples comme Françoise Giroud, comme des modèles à suivre, telle Denise Dubois-Jallais.

  • 111 Taveaux-Grandpierre (Karine), « ELLE et le photojournalisme », dans Structures et mutations du phot (...)

29ELLE aura constitué un outil d’émancipation pour la génération des femmes actives entre la Libération et Mai 68. Cela ne veut pas dire que le titre n’a joué aucun rôle dans la période qui a suivi. Cette fonction émancipatrice d’un magazine féminin unique dans son style et son influence est passée par la constitution d’un réseau de femmes cooptées par quelques hommes, et ensuite par d’autres femmes. ELLE a relevé d’une configuration recoupant une partie des champs politique, littéraire et télévisuel. Dans la période suivante, un nouveau paysage s’installera en France, la radio entrant en jeu, avec notamment l’émission de Ménie Grégoire sur RTL qui débutera en 1967. Le féminisme prendra alors d’autres formes. ELLE continuera de jouer un rôle éminent à ce moment, bien que se trouvant en concurrence avec d’autres supports et étant confronté à une extension de la puissance de la télévision. Le magazine prendra parallèlement une dimension internationale111.

  • 112 Weiner (Susan), op. cit., p. 64.

30Nous espérons avoir montré dans cet article comment, dans les années 1945-1960, le magazine aura à la fois largement contribué à résorber une partie du retard du féminisme français sur ses équivalents anglo-saxons et même, dans certains cas, latins, et construit une image de la femme française émancipée, tout en conservant les caractéristiques d’une féminité antérieure au féminisme. Quelle que soit l’opinion que l’on ait de cette posture originale, elle nous semble mériter d’être intégrée non seulement à l’histoire de la presse, mais à celle des femmes et du féminisme. « ELLE fut fondé par des femmes, pour des femmes, pour leur montrer comment rendre une maison confortable dans une société nouvelle, où elles peuvent et doivent prendre part au processus politique 112 ».

Haut de page

Bibliographie

Adler (Aude), Françoise, Paris, Bernard Grasset, « Biographie », 2011.

Auclair (Marcelle) et Prevost (Françoise), Mémoires à deux voix, Paris, France Loisirs/ Éditions du Seuil, 1978.

Bard (Christine), Le Planning familial, histoire et mémoire, 1956-2006, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

Bard (Christine), Les femmes dans la société française au 20e siècle, Paris, Armand Colin, 2001.

Baudot (François), ELLE, mémoire de la mode, Paris, Éditions Assouline, 1999.

Bettinotti (Julia) et Gagnon (Jocelyn), Que c’est bête, ma belle, études sur la presse féminine au Québec, Soudeyns-Donzé Éditeurs, 1983.

Bonvoisin (Samra-Martine) et Maignien (Michèle), La presse féminine, Paris, Éditions PUV, « Que sais-je ? », 1986.

Chabrol (Claude), Le récit féminin, Paris, Mouton, 1971.

Colombani (Marie-Françoise) et Fitoussi (Michèle), ELLE, 1945-2005, une histoire des femmes, Paris, Filipacchi, 2005.

Dardigna (Anne-Marie), La presse féminine, fonction idéologique, Paris, FM, « Petite collection Maspero », 1978.

Delassein (Sophie), Aimez-vous Sagan, Paris, Fayard, 2002.

Delassein (Sophie), Les dimanches de Louveciennes chez Hélène et Pierre Lazareff, Paris, Grasset & Fasquelle, 2009.

Dubois-Jallais (Denise), La Tzarine, Hélène Lazareff et l’aventure de « ELLE », Paris, Robert Laffont, 1984.

Dreyfus-Armand (Geneviève), Le Puloch (Maryvonne), de Baecque (Antoine) (dir.), Les années 68 : le temps de la contestation, Paris, Éditions Complexes, « Histoire du temps présent », 2000.

Giet (Sylvette), Soyez librez ! C’est un ordre, le corps dans la presse féminine, Paris, Éditions Autrement, 2005.

Giroud (Françoise), Profession journaliste, conversations avec Martine de Rabaudy, Paris, Hachette Littératures, 2001.

Gundle (Stephen), « Le ‘Glamour’ et la presse féminine », dans La vie des femmes, la presse féminine aux xixe et xxe siècles, Paris, Éditions Panthéon Assas, 2010.

Feyel (Gilles), « Le magazine un nouveau genre de presse », Réseaux, vol. 19, n°105, 2001, pp. 19-51.

Lelievre (Marie-Dominique), Sagan à toute allure, Denoël, Paris, 2008.

Pringle (Colombe), Telles qu’ELLE, cinquante ans d’histoire des femmes à travers le journal ELLE, Paris, Grasset, 1995.

Soulier (Vincent), Presse féminine, la puissance frivole, Montréal, L’Archipel, 2008.

Scatton-Tessier (Michelle), « Rencontre avec Éliane Victor, la Grande Dame de la télévision française », The French Review, Vol. 78, No. 5 (Apr., 2005), pp. 976-987.

Sullerot (Evelyne), La presse féminine, Paris, Armand Colin, « Kiosque », 1963.

Taveaux-Grandpierre (Karine), « ELLE et le photojournalisme, être aujourd’hui l’incarnation légitime de la femme aux avant-postes d’un monde en perpétuelle évolution », dans Structures et mutations du photojournalisme, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, à paraître 2012. Dossier thématique, Média 19, http://www.medias19.org

Weiner (Susan), Enfants terribles : youth and femininity in mass media in France, 1945-1968, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2001.

Haut de page

Notes

1 Fenwick (Mihri), « J’étais là au premier numéro… », ELLE, n° 3000, pp. 107-110.

2 Interview de Valérie Toranian, rédactrice en chef de ELLE. Cité dans Delassein (Sophie), Les dimanches de Louveciennes, chez Hélène et Pierre Larareff, Paris, Grasset, 2009, p. 154.

3 Auclair (Marcelle) & Prevost (Françoise), Mémoires à deux voix, Paris, France Loisirs/ Éditions du Seuil, 1978, p. 289.

4 Ibid., p. 287.

5 Sullerot (Evelyne), La presse féminine, Paris, Armand Colin, « Kiosque », 1963, p. 53.

6 Marie-Claire, février 1938.

7 Soulier (Vincent), Presse féminine, la puissance frivole, Paris, L’Archipel, 2008, p. 98.

8 En 1963, le magazine tire à 1 069 785 exemplaires (source OJD, cité dans Sullerot (Evelyne), op. cit., p. 294).

9 Feyel (Gilles), « La presse féminine au xixe siècle (1794-1914) », dans La vie des femmes, la presse féminine aux xixe-xxe siècles, Paris, Éditions Panthéon Assas, 2010, p. 43.

10 En 1930, il tire à 1 130 000 exemplaires (Bonvoisin (Samra-Martine) & Maignien (Michèle), La presse féminine, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1986, p. 19).

11 Les restrictions de papier l’amènent à devenir bi-mensuel, puis mensuel en 1942.

12 Sullerot (Evelyne), op. cit., p. 33.

13 Ibid, p. 292. Hebdomadaire fondé en 1933, il se décline en trois versions : belge en langue flamande, belge en langue française et française.

14 Bard (Christine), Les femmes dans la société française au 20e siècle, Paris, Armand Colin, 2001, p. 117.

15 Claudine, n° 53, 10 juillet 1946.

16 Ibid.

17 Adler (Laure), Françoise, Paris, Grasset, 2011, p. 69.

18 Sullerot (Evelyne), op. cit., p. 88.

19 Debras (Sylvie), Lectrices au quotidien, des femmes, des hommes et des journaux, Paris, L’Harmattan, « Communication », 2003.

20 Entretien réalisé par l’auteur lors des États Généraux de la femme en mai 2010 à Bondy.

21 ELLE, 14 novembre 1955, p. 32.

22 Dubois-Jallais (Denise), La Tzarine, Hélène Lazareff et l’aventure de « ELLE », Paris, Robert Laffont, 1984 et Delassein (Sophie), Les dimanches de Louveciennes chez Hélène et Pierre Lazareff, op. cit.

23 Gundle (Stephen), « Le “Glamour” et la presse féminine », dans La vie des femmes, la presse féminine aux xix et xxe siècles, op. cit., p. 78.

24 Taveaux-Grandpierre (Karine), « Lorsque la presse féminine s’internationalise : le cas ELLE », Média 19, dossier thématique, à paraître été 2012 (En ligne. URL : http://www.medias19.org).

25 Gundle (Stephen), op. cit., pp. 78-79.

26 Propos tenus par Françoise Giroult dans Jesupret (Agnès) ELLE, le magazine, mai 1950.

27 Ibid.

28 Debras (Sylvie), op. cit.

29 ELLE, 19 avril 1954, première partie du reportage qui s’étalera sur six numéros, pp. 24-27.

30 ELLE, 24 mai 1954, pp. 19-25.

31 Lettre circulaire d’Hélène Gordon-Lazareff, ELLE, 19 octobre 1968.

32 Sullerot (Evelyne), op. cit., p. 91.

33 ELLE, 21 novembre 1945.

34  Magazine hebdomadaire littéraire illustré, 1932-1940.

35 ELLE, 22 novembre 1954, pp. 60-62.

36 Bard (Christine), Le Planning familial, histoire et mémoire, 1956-2006, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 146.

37 Delassein (Sophie), Les dimanches de Louveciennes, chez Hélène et Pierre Lazareff, op. cit., p. 11.

38 Lelievre (Marie-Dominique), Sagan à toute allure, Paris, Denoël, 2008, p. 47.

39 La majorité est encore à 21 ans.

40 Sagan (Françoise), Avec mon meilleur souvenir, Paris, Gallimard, 1984.

41 Lelievre (Marie-Dominique), op. cit, p. 59.

42 Moll (Geneviève), Madame Sagan, Ramsay, Paris, 2005, p. 160.

43 ELLE, 26 juillet 1954, pp. 10-11.

44 ELLE, 27 septembre 1954, pp. 60-63.

45 ELLE, 4 octobre 1954, pp. 68-69.

46 ELLE, 11 octobre 1954, pp. 48-51.

47 ELLE, 20 décembre 1954, pp. 52-55.

48 Moll (Geneviève), op.cit., pp. 105-108.

49 ELLE, 9 mai 1955, pp. 25-27.

50 Ibid, p. 116.

51 ELLE, 9 avril 1956, pp. 34-35, Reportage signé Michèle Perrein.

52 Moll (Geneviève), op. cit., p. 113.

53 Ibid, p. 161.

54 Lancé le 4 juin 1956, pp. 31-32.

55 Delassein (Sophie), Aimez-vous Sagan, Paris, Fayard, 2002, pp. 103-104.

56 Ibid, p. 104.

57 Ibid, p. 307.

58 Morello (Nathalie), Françoise Sagan, une conscience de femme refoulée, New York, Peter Lang Publishing, 2000.

59 ELLE, 28 avril 1961.

60 ELLE, 3 janvier 1955.

61 ELLE, 30 août 1954, pp. 56-57.

62 ELLE, 21 mai 1956, pp. 38-39 et 90.

63 Weiner (Susan), op. cit. p. 70.

64 Ibid, p. 84.

65 Cette « féministe de naissance », selon Éliane Victor, participera à un numéro des Femmes aussi. Cité dans Victor (Éliane), Profession femme, Paris, Grasset, 2008, p. 110.

66 ELLE, 26 juillet 1954, pp. 16-17.

67 L’affaire donnera en effet lieu à une véritable controverse opposant différents journaux. Adulte, Minou Drouet refusera toujours de s’expliquer.

68 ELLE, 14 novembre 1955, pp. 40-43 et 100-101.

69 « à propos de l’affaire Minou Drouet ELLE interroge les plus grands écrivains », ELLE, 12 décembre 1955, pp. 32-33.

70 Weiner (Susan), Enfants terribles : youth and femininity in mass media in France, 1945-1968, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2001.

71 Sullerot (Evelyne), op. cit., p. 291.

72 Segal (Marcelle), Mon métier. Le "courrier du cœur", préface de Hélène Gordon-Lazareff, Paris, P. Horay, 1952, p. 28.

73 Pour une analyse du traitement du courrier du cœur dans ELLE, voir Chabrol (Claude), Le récit féminin, Paris, Mouton, 1971.

74 Françoise Ducout, ancienne journaliste à ELLE, L’Humanité, le 29 décembre 1998. 

75 Segal (Marcelle), Mon métier. Le "courrier du cœur", op. cit. ; Segal (Marcelle), Moi aussi j'étais seule, Paris, Grasset, « Centurion », 1971.

76 Adler (Laure), op. cit., p. 69.

77 Ibid.

78 Ibid, p.78.

79 Grégoire (Ménie), Le métier de femme, Paris, Plon, 1965 ; Bard (Christine), Le Planning familial, histoire et mémoire, 1956-2006, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

80 Adler (Laure), op. cit., p.73.

81 Ibid, p. 75.

82 Ibid, p.76.

83 ELLE, 22 octobre 1951.

84 « Françoise Giroud en Amérique », ELLE, 3 novembre 1952.

85 Adler (Laure), op. cit., p. 107.

86 Delassein (Sophie), Aimez-vous Sagan, op. cit., p. 326 ; Ockrent (Christine), Françoise Giroud, une ambition française, Paris, Fayard, 2003, p. 73.

87 Delassein (Sophie), Aimez-vous Sagan, op. cit., pp. 326-327.

88 « Dim Dam Dom » (Article en ligne. URL :http://www.teppaz-and-co.fr/articles/dimdamdom.html

89 Ibid.

90 « Dimdamdom l’émission culte des sixties en DVD » (Article en ligne. URL : http://www.elle.fr/Mode/Les-news-mode/Autres-news/Dim-Dam-Dom-l-emission-culte-des-sixties-en-dvd-882898).

91 ELLE, 4 mai 2009.

92 ELLE, 21 et 28 octobre 1957.

93 Delassein (Sophie), Les dimanches à Louveciennes chez Hélène et Pierre Lazareff, op. cit., pp. 285-287.

94 Ibid, p. 287.

95 Ibid, pp. 289-290.

96 Ibid, p. 290.

97 Ibid, p. 293.

98 Ibid., p. 103.

99 Levy (Marie-Françoise), « Les femmes du temps présent à la télévision 1960-1975 », dans Les années 68 – Le temps de la contestation, sous la direction de Geneviève Dreyfus-Armand, Robert Frank, Marie-Françoise Levy & Michelle Zancarini-Fournel, Paris, éditions Complexe, « Historiques », 2008, p. 207.

100 Entretien avec Éliane Victor, Ouest France, 8 février 1972.

101 Entretiens avec Éliane Victor, 4 avril et 6 mai 1997. Cités dans Les années 68 : le temps de la contestation, op. cit., p. 206.

102 Ibid, p. 209.

103 Ibid, p. 128.

104 Victor (Éliane), op. cit., p. 118.

105 Sullerot (Evelyne), op. cit., p. 291.

106 Elle fait la Une du numéro du 26 septembre 1955, pp. 30-32.

107 Dubois-Jallais (Denise), op.cit., p. 17.

108 La promotion endogène est la règle. Voir Sullerot (Evelyne), op. cit., p. 85.

109 Elle est notamment l’auteur de Matin triste, Paris, P. Seghers, 1952 ; La Lionne assise [entretiens avec Nicole Corbassière], Paris, Stock, 1974 ; Les couleurs de la mer, Paris, P. Seghers, 1955 ; L'Arbre et la terre, Paris, P. Seghers, 1954 ; Exaltation de la vie quotidienne, Paris, Stock, 1976 ; Poèmes de vie, Paris, L'École des loisirs, 1977.

110 Le Mouvement de libération de la Femme s’invitera également à l’évènement, ainsi qu’au meeting organisé en 1971 par le Nouvel Observateur, cité dans Bard (Christine), Le planning familial, histoire et mémoire, op. cit., p. 31.

111 Taveaux-Grandpierre (Karine), « ELLE et le photojournalisme », dans Structures et mutations du photojournalisme, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, à paraître 2012 ; « ELLE et ses éditions internationales, 1945-2010 », colloque Les magazines illustrés (xixe-xxie siècles), Une approche transnationale organisé par l’Observatoire de la Presse Illustrée Internationale Magazine, les 9 et 10 décembre 2010.

112 Weiner (Susan), op. cit., p. 64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Grandpierre, « ELLE : un outil d’émancipation de la femme entre journalisme et littérature 1945-1960 ? », COnTEXTES [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 18 mai 2012, consulté le 21 septembre 2014. URL : http://contextes.revues.org/5399 ; DOI : 10.4000/contextes.5399

Haut de page

Auteur

Karine Grandpierre

Université Paris 13

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page