Navigation – Plan du site

Montres molles et journaux fous 

Rythmes et imaginaires du temps quotidien au XIXe siècle
Marie-Ève Thérenty

Texte intégral

  • 1 Voir Corbin (Alain), Les Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes (...)

1Aux rythmes naturels (jour/nuit, succession des saisons et des récoltes), l’homme a la particularité d’associer des rythmes sociaux et culturels. La religion catholique a sans doute fourni à la France le premier mode collectif de scansion et de repérage dans un temps aussi bien quotidien (mâtines, vêpres, bénédicités…) qu’hebdomadaire (messe dominicale) ou annuel (succession des fêtes religieuses, périodes de carêmes, carnavals). Même les « mécréants » n’échappaient pas à un mode d’inscription dans le temps qui se manifestait autant dans les mœurs que dans le paysage visuel avec le clocher apparent de chaque église ou encore dans l’environnement sonore avec la scansion du temps par la cloche1. Celle-ci scandait aussi bien le rythme régulier de la temporalité ordinaire que le temps de la vie naturelle et sociale (baptême, mariage, enterrement) ou le temps extraordinaire de l’événement singulier ou dangereux avec le tocsin.

  • 2 Corbin (Alain), L’Avènement des loisirs 1850-1960, Paris, Champs Flammarion, 1995, p. 10.

2D’autres modes de scansion sociale au xixe siècle sont venus doubler la scansion religieuse. En fait, la société française est à partir du xixe siècle encadrée dans des grilles temporelles précises qui ne laissent plus beaucoup de place à l’imprévu. Alain Corbin a montré, dans son ouvrage sur L’Avènement des loisirs, que la nouveauté venait du fait qu’aux « temps poreux, pénétrés d’imprévus, ouverts à la spontanéité, soumis à l’interruption fortuite et récréative » se substituait « un temps calculé, prévu, ordonné, précipité de l’efficacité et de la productivité », un « temps linéaire, strictement mesuré2 ». L’ensemble de la société entre dans la logique de la périodicité même si les rythmes sociaux impératifs des différentes classes sociales se superposent sans forcément coïncider. Ainsi, la mondanité définit ses propres protocoles temporels caractérisés par un certain savoir-vivre, des codes vestimentaires, des saisons propres alors que les classes prolétaires obéissent à d’autres rythmes calés sur la mise en place des règlements d’atelier et sur les tolérances qu’ils ménageaient comme la saint-Lundi. Le romancier Guy de Maupassant a montré comment la catégorie des employés s’abîmait dans un agenda impitoyable fondé sur la reprise quotidienne des mêmes gestes :

  • 3 Guy Maupassant, La Maison Tellier, Paris, Folio, p. 103, [1881].

M. Caravan avait toujours mené l’existence normale des bureaucrates. Depuis trente ans, il venait invariablement à son bureau, chaque matin, par la même route, rencontrant à la même heure, aux mêmes endroits, les mêmes figures d’hommes allant à leurs affaires ; et il s’en retournait chaque soir, par le même chemin où il retrouvait encore les mêmes visages qu’il avait vus vieillir3.

  • 4 Corbin (Alain), Le Temps, le désir, l’horreur, Aubier, 1991.

3Tous ces phénomènes se produisent alors que s’impose une temporalité nationale avec l’heure de Paris généralisée par la loi en 1891. Ainsi la temporalité au xixe siècle et son appréhension se modifient de manière complexe selon des processus contradictoires : collectivisation et accentuation de la coïncidence des expériences, entrée dans un régime de la répétitivité et différenciation sociale des temporalités, le temps étant avec l’argent un des modes de discrimination majeurs de la modernité. Au temps du marin, du berger, du paysan, temps de l’instinct, « permanence d’un ordre temporel qui paraît immuable et que l’on ne saurait analyser encore analyser comme un fait de culture4 » s’oppose le temps industriel et répétitif que ce soit la périodicité douce de l’otium qui se dispense jusque dans les classes populaires ou l’impératif frénétique de l’horaire manifeste dans la réglementation du travail comme dans l’emploi du temps disciplinaire de la femme bourgeoise (visites de charité, conférence, travaux d’agréments…).

4Dans cet agencement temporel complexe, le journal a fini par constituer au fil du siècle une nouvelle forme de rythme assez comparable dans sa capacité de rassemblement à la religion et inaugurant une des formes les plus radicales, universelles et intransigeantes de scansion : la scansion médiatique. En effet, la lecture du journal est répétée sans cesse, à intervalles réguliers, dans une temporalité homogène. Il est possible d’y voir une sorte de cérémonie de masse, voire la forme séculière pour l’homme moderne de « la prière matinale », selon la formule de Hegel.

  • 5 Sur ce point nous renvoyons à Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève) et Vaill (...)

5Notre hypothèse est que le journal fonde cette entrée nationale dans la périodicité, qu’il incarne, encadre et contient exemplairement. Parallèlement, la littérature, par le biais du principal medium qui la publie5, la presse, s’intègre elle-même avec une grande brutalité dans ce régime répétitif. Or la littérature n’est pas sans ambiguïté à propos de ce processus périodique dont nous verrons qu’avec une certaine prescience quasiment sociologique, elle dénonce les dangers et les dérives possibles.

Périodicité et journalisme

6L’ensemble de la société obéit donc, de manière de plus en plus accentuée au fil du xixe siècle, au paradigme de la périodicité. La quotidienneté de la parution de la presse, qui pourrait sembler au premier abord simplement un effet de cette entrée dans la civilisation périodique, en est peut-être plus justement l’emblème, voire le moteur.

Le journal comme objet périodique

  • 6 Grosclaude (Étienne), Les gaietés de l’année, Paris, A. Laurent, 1886, p. 36.
  • 7 Thiesse (Anne-Marie), Le Roman du quotidien, Lecteurs et lectures populaires à la Belle Époque, Par (...)

7Le journal s’est imposé d’abord en s’intégrant à d’autres rythmes comme les repas, le travail. Innombrables sont au xixe siècle les descriptions du cérémonial du petit déjeuner ou du déjeuner impensables sans la lecture du quotidien. Le journaliste Étienne Grosclaude à la fin du siècle se moque des 750 000 vieilles dames « qui ont coutume de tremper, chaque matin, le Petit Journal, dans leur café au lait6 ». L’écrivain Stendhal, pour sa part, déjeunait mal quand il n’avait pas ses rognons et son feuilleton de Geoffroy. Les enquêtes réalisées par Anne-Marie Thiesse révèlent à la Belle Époque la régularité des lectures des gens anonymes : « Ma mère lisait le journal tous les jours », « Tous les matins, on déposait à notre porte Le Matin. Mon père le lisait à fond, après le repas de midi », « Ma mère lisait le journal le lendemain matin, en prenant son petit-déjeuner7 ».

8Au fil du siècle, des habitudes collectives se sont créées autour de la lecture du journal. Des moments particuliers sont réservés à cette occupation : le petit déjeuner, le voyage en métro à la fin du siècle, le retour du travail. Le journal est lu dans les transports publics avec un effet d’autant plus spectaculaire que toute une population lit en même temps le même texte :

  • 8 Langevin (Jules), Romans-revue, numéro spécial Le Journal, 1913, p. 116 relevé par Anne-Marie Thies (...)

Les Parisiens qui ont vu comme moi, il y a trois ou quatre ans, la curiosité haletante, frénétique, avec laquelle un roman […], Zigomar, publié dans Le Matin, était lu dans la rue, le métro, le tramway, l’autobus ou le train, par les centaines de milliers de personnes qui se rendent à leur travail vers huit heures, peuvent dire qu’historiens et moralistes sont fondés à prétendre que l’apparition d’un feuilleton à grand succès est un événement social8.

Le journal comme moteur de périodicité

  • 9 Galvan (Jean-Pierre), Eugène Sue et ses lecteurs, Paris, L’Harmattan, 1998, t. I, p. 126.

9Effectivement, le journal peu à peu crée son propre rythme de manière autonome et devient lui-même sa raison d’être. Le phénomène du feuilleton le manifeste bien car il a renforcé tous les effets d’attente et de scansion de la quotidienneté, redoublant en fait la périodicité du quotidien par la périodicité du feuilleton. Le phénomène du suspense et du report au lendemain (avec la formule fameuse « la suite à demain ») crée une forme hyperbolique d’attente et de retour régulier de la lecture du journal. Lorsque le premier grand succès du roman-feuilleton, Les Mystères de Paris (1842-1843), ne respecte pas le rythme du journal, les lecteurs s’exaspèrent  (un lecteur des Mystères de Paris estime ainsi « qu’il est déplorable de voir autant d’intervalles placés entre les parties9 ») et interviennent quelquefois de manière décisive comme le président du conseil Soult qui libère Eugène Sue de ses obligations de garde nationale pour qu’il puisse remplir son devoir quotidien. Même les non-lecteurs, pour peu qu’ils vivent en ville, sont imprégnés de la périodicité du journal, notamment à la fin du siècle lorsque les crieurs braillent à chaque édition les gros titres des journaux.

10Du coup, le renoncement à l’objet-fétiche, symbole de la périodicité, de la répétitivité mais aussi peut-être de l’aliénation sociale, devient le signe des vacances et manifeste l’entrée dans l’ère de l’oisiveté et du loisir. L’abandon de la lecture du journal signifie la rupture temporaire avec la société du travail et la plongée dans un nouveau rythme peut-être bucolique : celui de la vacance comme l’écrit Zola.

“Enfin, je ne lirai donc plus de journaux !” Oh ! ne rien savoir, c’est la volupté, c’est le paradis, après nos débauches de renseignements ! Le lever chaque matin dans quelque coin perdu, les oreilles calmes, en pleine ignorance de ce qu’ont pu dire et faire, la veille, les éternels pantins de la politique, et se coucher chaque soir sans être au courant des sottises de la journée, il y a là un véritable bain de fraîcheur, une sensation de pleine santé.

11Mais la suite du propos de Zola montre que la périodicité nous tient :

  • 10 Zola (Émile), préface aux Mémoires de Paris par Chincholle (Charles), Quantin, 1880.

Je sais bien qu’au bout de deux ou trois jours on est las de silence ; on devient inquiet, on court à la gare acheter les journaux. Mais cela est une simple preuve de la profondeur du mal. Le virus de l’information à outrance nous a pénétrés jusqu’aux os, et nous sommes comme ces alcooliques qui dépérissent dès qu’on leur supprime le poison qui les tue. Il serait si bon de ne pas porter dans le crâne tout le tapage du siècle, la tête d’un homme aujourd’hui est si lourde de l’amas effroyable des choses que le journalisme y dépose pêle-mêle quotidiennement10 !

  • 11 Voir par exemple Philippe Rousseau, « Nature morte avec un jambon », 1870 ou de nombreuses natures (...)

12Le journal incarne le temps moderne, répétitif et fragmenté. Rien d’étonnant donc à ce qu’il soit présent en peinture dans beaucoup de natures mortes contemporaines11 où il remplace une autre forme de symbolisation de la temporalité humaine, les crânes qui représentaient l’adage effrayant – memento mori – dans les vanités. Car pour sa part, contrairement aux apparences, le journal met en scène une vision finalement rassurante du temps.

Le journal ou le côté rassurant du quotidien

13Dans un essai récent, paru en France en 2005, La Découverte du quotidien. Éléments pour une phénoménologie du monde de la vie, un philosophe, Bruce Bégout, a démontré avec brio que l’envers du quotidien, l’événement, constitue généralement une inquiétude pour l’homme car l’événement-rupture annonce et prépare cette grande rupture que sera la mort. La construction d’une routine, d’un quotidien, d’une temporalité régulière est donc une opération universelle et rassurante.

  • 12 Bégout (Bruce), La Découverte du quotidien. Éléments pour une phénoménologie du monde de la vie, Pa (...)

Tout événement, quel qu’il soit, une naissance, un deuil, une crise politique ou une catastrophe naturelle nous dévoile avec la violence d’une révélation fracassante, outre sa signification propre – son contenu événementiel pour ainsi dire – l’antique précarité de notre situation mondaine que la quotidianisation a tenté depuis toujours de résorber et de dissimuler12.

14D’après Bégout, un des moyens qu’a trouvé l’homme pour échapper à l’angoisse de sa mort, est de se construire un quotidien répétitif, une routine qui lui permet d’exclure la possibilité d’un changement. Or, le journal est un des instruments collectifs de la « quotidianisation » du monde. Certes, en apparence, il met en scène avec une grande violence l’élément de rupture : le tremblement de terre, le naufrage, la révolution, le déraillement du train qu’il place à la une avec des gros titres à partir des années 1880. Et ce spectaculaire, ce sensationnel, cet imprévisible donne du piquant à la platitude des expériences individuelles. Mais au-delà de cette scénographie de l’événement, la structure même du journal vise à rassurer. D’abord, en continuant à paraître, il manifeste que le quotidien, l’everydaylife, continue malgré la catastrophe. Le romancier Marcel Proust insistait ainsi avec raison sur la conjonction jouissive entre les catastrophes du monde et le recueillement du petit-déjeuner :

  • 13 Proust (Marcel), « Les sentiments filiaux d’un parricide », Pastiches et mélanges, Paris, éditions (...)

Procéder à cet acte abominable et voluptueux qui s’appelle lire le journal et grâce auquel tous les malheurs et cataclysmes de l’univers pendant les dernières vingt-quatre heures, les batailles qui ont coûté la vie à cinquante mille hommes, les crimes, les grèves, les banqueroutes, les incendies, les empoisonnements, les suicides, les divorces, les cruelles émotions de l’homme d’État et de l’acteur, transmués pour notre usage personnel à nous qui n’y sommes pas intéressés, en un régal matinal, s’associent excellemment, d’une façon singulièrement excitante et tonique, à l’ingestion recommandée de quelques gorgées de café au lait13.

15Ensuite, une fois la surprise passée, l’événement est peu à peu englouti dans les pages intérieures du journal, chargées justement de mettre en espace le quotidien, et l’événement est en quelque sorte « quotidianisé » par le journal. On peut donner un exemple de ce processus bien connu avec la catastrophe du naufrage du paquebot « Général Chanzy » le 12 février 1910. Le lendemain, Le Matin fait la une sur son unique survivant. Mais le 18 février 1910, soit six jours après la catastrophe, cet événement n’est plus traité que par une brève en page 2. On y apprend que le naufragé a déjeuné tranquillement la veille en famille. Le quotidien a repris le dessus. Catégoriser l’événement comme catastrophe, est déjà l’inscrire comme un élément prévisible du quotidien et donc comme parfaitement assimilable par le lecteur.

  • 14 Tarde (Gabriel), L’Opinion et la foule, Paris, Presses universitaires de France, 1989, p. 10, [1901 (...)

16On voit donc combien le journal, par sa structure même plus que par ses contenus, participe de la construction d’une temporalité collective rassurante. Les spécialistes de la presse ont beaucoup insisté sur le rôle prépondérant du journal à la fin du siècle dans la vie de ses très nombreux lecteurs (rappelons que les quotidiens parisiens et provinciaux tirent à la veille de la première guerre mondiale à près de dix millions d’exemplaires). Les Français vivent dans un imaginaire médiatique notamment construit par les quatre plus importants quotidiens de l’époque autour des notions d’identité nationale, de patrie et de république. Le sociologue Gabriel Tarde montre que le journal fait naître un public, c’est-à-dire « une collectivité purement spirituelle, […] une dissémination d’individus séparés et dont la cohésion est toute mentale14 ». Or cette collectivité nationale, qui est créée par le journal et qui ne peut l’être que par lui, vit dans le monde rassurant de la périodicité.

17Le seul événement vraiment inquiétant, le seul qui rompe la quotidienneté rassurante du journal, serait donc la non parution du journal. Lorsque cet événement rarissime arrive, effectivement une inquiétude incontrôlable surgit. Quand la guerre de 1870 ou la Commune provoquent l’arrêt de la distribution des périodiques, les témoignages font état d’un manque terrible. Ainsi ce récit des Goncourt, sous la Commune, manifeste combien le journal rassure et ancre dans un temps de la normalité :

  • 15 Les Goncourt, Journal, mémoires de la vie littéraire, Robert Laffont, tome II, 1989, p. 442.

Mardi 23 mai. Au réveil, aucune nouvelle certaine. Personne ne sait rien de positif. Alors le travail de l’imagination dans le chimérique, dans le noir, à la fin, un journal inespéré, enlevé au kiosque, qui est au bas de la maison, nous apprend que les Versaillais occupent une partie du faubourg Saint-Germain, les Batignolles15.

18Quant à George Sand, devant l’absence de journal pendant la guerre de 1870, elle se met à écrire son propre journal intime comme s’il fallait compenser à tout prix le manque de périodicité. Cette réaction des écrivains nous amène à une deuxième question : comment la littérature, a priori espace de liberté et de non contrainte, intègre-t-elle une entrée si massive dans la civilisation de la périodicité ?

Littérature et civilisation périodique

19S’il est justement une profession profondément touchée par l’entrée du siècle dans la civilisation de la périodicité, c’est bien celle des écrivains contrainte avec une grande violence à se soumettre à ce paradigme qui fait partie de l’entrée dans l’ère médiatique.

La violence du support : devenir des écrivains périodiques

  • 16 Sur ce point nous renvoyons à notre ouvrage La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques (...)

20Pour comprendre la force de la contrainte qui s’exerce sur la littérature, il faut d’abord se souvenir qu’à quelques rares exceptions, tous les hommes de lettres ont participé plus ou moins volontairement à la civilisation du journal, distribuant articles et chroniques dans les journaux ou, pour les plus chanceux, prépubliant sous une forme fragmentée et séquencée leurs œuvres dans la presse. Les écrivains s’impliquent dans l’aventure du périodique au point de créer eux-mêmes des journaux comme le font Gérard de Nerval, Honoré de Balzac, George Sand, Alexandre Dumas, Jules Vallès… Même si les années 1880-1890 voient une professionnalisation avérée des journalistes, la plupart des écrivains continuent durant cette période à s’investir dans une presse aux organes de plus en plus variés et multiples. Catulle Mendès, Octave Mirbeau, Jean Richepin, Alphonse Allais, Théodore de Banville, Jules Renard, Jean Lorrain se dépeignent comme les mercenaires des périodiques16.

  • 17 Berthoud (Samuel-Henri), « À Clignancourt et dans la rue de l’Arcade », feuilleton de La Presse, La (...)
  • 18 France (Anatole), La Vie littéraire, Calmann-Lévy, 1895, t. I, p. II. 

21Or la possibilité d’une écriture libre s’estompe avec la nécessité de la livraison de l’article quotidien ou hebdomadaire. Au xixe siècle, l’écrivain ressemble beaucoup plus à un salarié contraint de livrer une production régulière, à un ouvrier qu’à un artiste écrivant au gré de l’inspiration : « La presse périodique a fait, de la littérature, une sorte de commerce, au jour le jour de la pensée et de son émission17 », écrit significativement l’écrivain Samuel-Henri Berthoud. Les chroniques et les articles de critique se livrent généralement selon un rythme hebdomadaire, mais les journalistes régulièrement salariés par un journal doivent apprendre à répondre rapidement à la demande et à livrer de la copie du jour au lendemain pour les quotidiens. « Vous avez fait de moi un écrivain périodique et régulier18 » déclare joliment Anatole France à Adrien Hébrard, le directeur du quotidien Le Temps. Théophile Gautier, pour sa part, s’emporte régulièrement contre la tyrannie périodique du feuilleton qui lui mobilise la journée du dimanche. Sa joie éclate le jour où la fatidique parution est déplacée du lundi au dimanche car cette mutation lui accorde le droit au repos dominical :

  • 19 Gautier (Théophile), feuilleton de La Presse, La Presse, 12 mai 1839.

Nous voilà rentré dans le droit commun ; nous aurons notre dimanche comme un simple ouvrier ; nous ne travaillerons plus le septième jour, quand Dieu même se repose. […] Demain sera le premier dimanche que nous ayons fêté depuis deux ans ! demain, nous pourrons aller à Saint-Cloud ou à Romainville comme un héros de Paul de Kock ou un bourgeois de la rue Saint-Denis ; et, couché sous l’ombrage d’un hêtre, répéter avec le berger de Virgile : Deus nobis hoc otia fecit. […] Cela veut dire très cher lecteur et non moins précieuse lectrice, que vous verrez vingt-quatre heures plus tôt notre signature au bas de la troisième page19.

  • 20 Baudelaire (Charles), Correspondance, Gallimard, mercredi 9 juillet 1851, 1973, tome I, p. 174.

22Quant à Charles Baudelaire, il voit dans le travail périodique une forme de contrainte bénéfique. Il en parle dans sa correspondance comme d’un « régulateur journalier qui diminue l’influence de toute la sottise et de la passion qui bouillonne toujours en moi20 ».

  • 21 Vierne (Simone), George Sand, la femme qui écrivait la nuit, Presses universitaires de Clermont-Fer (...)

23La civilisation du journal s’accompagne donc visiblement de nouvelles pratiques d’écriture des écrivains qui, les correspondances en témoignent, s’assujettissent beaucoup plus nettement que leurs homologues des siècles précédents à des horaires réguliers d’écriture et de composition. George Sand par exemple privilégie longtemps des horaires nocturnes21 compatibles avec une activité diurne d’hôtesse et de mater familias. On connaît aussi les emplois du temps d’écrivains comme Honoré de Balzac, Victor Hugo ou Émile Zola, tous attachés à une périodicité quotidienne et régulière d’écriture. Or tous ces écrivains ont été requis plus ou moins régulièrement par une activité journalistique et soumis par contrat aux quotidiens qui sous forme d’articles, qui sous forme de livraisons de romans-feuilletons.

  • 22 Voir Thérenty (Marie-Ève), « Le journalisme intime de George Sand », article paru dans Masson (Cath (...)
  • 23 Hugo (Victor), Choses vues, Œuvres complètes, Histoire, Robert Laffont, Bouquins, p. 595.

24Significativement, ces rythmes nouveaux s’accompagnent de créations de nouvelles formes littéraires bâties sur la contrainte d’une écriture quotidienne. Les pratiques sociales engendrent toujours leurs poétiques. Ainsi la tenue du journal intime se généralise chez beaucoup de ces écrivains périodiques ; d’autres inventent à partir du modèle intimiste des formes d’écriture originales comme l’agenda chez George Sand, voué d’ailleurs à une réutilisation littéraire dans Le Temps22, ou comme la chose vue chez Victor Hugo, qui appelle immédiatement une contrainte de la quotidienneté. Dans le Journal de ce que j’apprends chaque jour, Victor Hugo veut s’astreindre à rédiger journellement une note. Il commence donc ce journal le 20 juillet 1846 avec un projet poétique hypnotisé par le quotidien, fasciné par la construction paratactique du journal et par sa périodicité : «  j’ai remarqué qu’il ne se passe pas de jour qui ne nous apprenne quelque chose que nous ignorions, surtout dans la région des faits23. »

25Dans certains romans, on trouve même explicités quelques programmes de travail d’écrivains. La Première Maîtresse (1887), roman de Catulle Mendès, montre ainsi la métamorphose d’un poète en écrivain du quotidien dans tous les sens que peut prendre cette expression. Il est contraint par sa maîtresse à

  • 24 Mendès (Catulle), La Première Maîtresse, roman contemporain, Charpentier, 1887, p. 254.

la prose simple, claire que tout le monde comprend ; au roman sans imagination, honnête, bien écrit qu’on peut laisser lire aux jeunes filles, et qui raconte la vie réelle de personnages sympathiques. Elle l’habitua aussi à travailler tous les jours, dès le réveil, jusqu’au déjeuner, posément, sans rature, s’arrêtant, la pendule sonnant, à l’heure accoutumée, après la page remplie, au milieu d’une phrase qu’il achevait le lendemain24.

26Effectivement, comme en miroir à la périodicité nouvelle du métier d’écrivain, le roman s’avère particulièrement sensible aux rythmes nouveaux qui viennent consacrer le quotidien et la vie privée bourgeoise.

Le roman du quotidien

27Le roman énumère des heures, fait l’inventaire de rites domestiques. Il détaille les emplois du temps quotidiens de ses personnages les plus secondaires avec une sorte de frénésie dispendieuse du temps de ses lecteurs censés s’abîmer avec ivresse dans cette énumération des heures. On trouve ce nouveau souci de la périodicité chez un Balzac.

  • 25 Balzac (Honoré de), Mémoires de deux jeunes mariées, Gallimard, 1976, tome I, p. 209.

J’ai su ces nouvelles au déjeuner, seul moment de la journée où mon père, ma mère, mon frère se voient dans une certaine intimité. […] Le reste du temps, mon frère est absent aussi bien que mon père. Ma mère s’habille, elle n’est jamais visible de deux à quatre : à quatre heures, elle sort pour une promenade d’une heure ; elle reçoit de six à sept quand elle ne dîne pas en ville ; puis la soirée est employée par les plaisirs, le spectacle, le bal, les concerts, les visites …25

28En fait, l’ensemble du roman du xixe siècle prend en charge cette écriture du quotidien dans tous les sens du terme d’ailleurs : le temps quotidien, l’ordinaire et le banal, le journal. Car le journal, produit périodique par excellence, est très souvent présent dans le roman réaliste lorsque celui-ci doit évoquer la répétition des rythmes sociaux. Ainsi en est-il par exemple lorsque Flaubert installe un personnage périodique, Regimbart, dans son roman, L’Éducation sentimentale.

Tous les jours, Regimbart s’asseyait au coin du feu, dans son fauteuil, s’emparait du National, ne le quittait plus, et exprimait sa pensée par des exclamations ou de simples haussement d’épaules.

  • 26 Flaubert (Gustave), L’Éducation sentimentale, Presses pocket, 1989, p. 162.

À huit heures du matin, il descendait des hauteurs de Montmartre pour prendre le vin blanc dans la rue Notre-Dame-des-Victoires. Son déjeuner que suivaient plusieurs parties de billard, le conduisait à trois heures. Il se dirigeait alors vers le passage des Panoramas pour prendre l’absinthe. Après la séance chez Arnoux, il entrait à l’estaminet Bordelais, pour prendre le vermout ; puis au lieu de rejoindre sa femme, souvent, il préférait dîner seul, dans un petit café de la place Gaillon, où il voulait qu’on lui servît « des plats de ménage, des choses naturelles » ! Enfin, il se transportait dans un autre billard et y restait jusqu’à minuit, jusqu’à une heure du matin, jusqu’au moment où, le gaz éteint et les volets fermés, le maître de l’établissement exténué le suppliait de sortir26.

29Ces emplois du temps fictionnels renvoient au désir bourgeois de scander le temps que l’on retrouve par exemple dans la tenue des journaux intimes, des agendas, des livres de comptes, dans les albums photos, dans la diffusion des manuels de savoir-vivre au xixe siècle.

  • 27 Balzac (Honoré de), La Maison du chat-qui-pelote, La Comédie Humaine, édition publiée sous la direc (...)
  • 28 Balzac (Honoré de), La Maison du chat-qui-pelote, ibid., p. 65.

30Balzac surtout est le grand romancier de la périodicité. La nouvelle qu’il place en ouverture de La Comédie humaine, La Maison du chat-qui-pelote, décrit une histoire de rivalités entre emplois du temps. Les parents Guillaume, d’honnêtes commerçants, ont imposé d’emblée à leurs filles une vie fondée sur une discipline religieuse : « Madame Guillaume exigeait que ses deux filles fussent habillées de grand matin, qu’elles descendissent tous les jours à la même heure, et surtout soumettait leurs occupations à une régularité monastique27 ». Balzac décrit leur existence comme « une vie agitée quoique sans mouvement, espèce d’existence mécanique et instinctive semblable à celle des castors ». Lorsque le premier commis du magasin déclare son amour pour Augustine, il lui propose un nouveau quotidien avec une autre répartition entre travail et loisir : « Mais qu’une femme sache donner un coup de main à la comptabilité, à la correspondance, au détail, aux commandes, à son ménage, afin de ne pas rester oisive, c’est tout. À sept heures, quand la boutique serait fermée, moi je m’amuserais, j’irais au spectacle et dans le monde28 ». Finalement Augustine choisit d’épouser un artiste qui n’a pas d’horaires de travail et se lève la nuit et c’est exactement sur la question des rythmes (rythme du coucher, du lever, répartition et distinction du temps des loisirs et du temps du travail) que les deux sociétés, artiste et bourgeoise, se déchirent, faisant de la périodicité un nouveau sujet romanesque.

31Cette question de la périodicité quotidienne devient encore plus centrale dans les romans postnaturalistes où les personnages sont de plus en plus abymés dans des emplois du temps répulsifs et presque ironiques comme si le roman fin de siècle parodiait, moquait la passion du siècle pour la rassurante périodicité.

  • 29 Huysmans (Joris-Karl), En ménage, op. cit., p. 45.

C’était maintenant la nourriture, toujours la même à des jours fixés : le gigot au suif et les haricots à l’eau tiède du lundi ; le veau et le plâtreux fromage blanc de tous les mardis, les carottes à la sauce rousse, l’oseille du jeudi qui rendait malade, le macaroni sans parmesan et sans gruyère, la purée des pois mal concassés, les pommes de terre sautées dans de la graisse noire29.

Le feuilleton et le temps

32Il est encore un fait important qui contribue à confronter la littérature avec la question de la quotidienneté et de la périodicité : la littérature est la plupart du temps elle-même diffusée par un support périodique et souvent dans la case feuilleton des quotidiens. Ce fait ne concerne pas seulement le roman populaire mais bien l’ensemble de la production romanesque, une partie importante de la poésie, du théâtre… La littérature pendant plus d’un siècle est distillée selon un mode périodique, voire même quotidien, et elle s’inscrit selon ce rythme régulier et fragmenté dans la vie des Français. Cet état de fait explique peut-être que le feuilleton constitue un atelier exemplaire de réflexion et de théorisation sur cette nouvelle notion du quotidien. La case feuilleton constitue une case oblique qui prend souvent le contrepied en termes idéologiques, politiques, culturels du haut de page. Les rapports au temps aussi diffèrent. Alors que le haut-de-page valorise l’événement public exceptionnel, la discussion à la chambre, la politique étrangère, le feuilleton est le lieu de mise en scène de nouvelles temporalités plus répétitives, plus banales, plus anodines.

33Les romans-feuilletons ne sont donc pas seulement des romans de la péripétie, du suspense et de l’événement inattendu, ils s’offrent aussi le luxe de réfléchir au temps quotidien. S’ils multiplient d’un côté les péripéties les plus extravagantes, ils proposent aussi le temps de longues pauses descriptives, digressives ou dialoguées où le temps vécu équivaut au temps lu. Tel est le sens par exemple de conversations sans poids et sans influence, de causeries anodines et banales retranscrites dans le feuilleton comme ici dans le roman de Xavier de Montepin, La Porteuse de pain :

Debout sur le seuil de sa porte, le concierge examina d’un œil méfiant ce visiteur dont la mine et le costume lui semblaient suspects :

- Qu’est-ce que vous voulez ? demanda-t-il de la voix la plus sèche et de son air le moins engageant.

- M. Paul Harmant, c’est bien ici ?

- C’est bien ici.

- Pourrais-je le voir ?

- À sept heures du matin ! s’écria le concierge.

- M. Harmant me connaît bien… il sera très content de me voir.

- Il est à son usine… À six heures précises, il partait.

- À quelle heure rentrera-t-il ?

  • 30 de Montepin (Xavier), La Porteuse de pain, H. Geoffroy, 1903-1905.

- Je n’en sais rien. Peut-être à midi, peut-être seulement ce soir. Si vous venez pour des affaires de mécanique ou pour demander du travail, adressez-vous à l’usine30.

34Ces conversations ont une fonction : par le quotidien, elles fondent une équivalence essentielle pour la lecture entre temps du lecteur et temps de la fiction. Elles permettent de poser les échelles. Comme l’explique le spécialiste du roman populaire, Jean-Claude Vareille,

  • 31 Vareille (Jean-Claude), Le Roman populaire français (1789-1914), Limoges, PULIM, Québec, éditions N (...)

Le banal n’est pas le vide ; il est le quotidien, c’est-à-dire l’essentiel inévitable, indésaisissable ; et le lecteur populaire sans doute face à des passages de cette sorte fait preuve d’autres réflexes que ceux du critique. Il se reconnaît en eux, y retrouve son quotidien, sa façon de s’exprimer comme sa philosophie. Le roman populaire, à travers de telles pages, perd son agressivité et sa pulsion dévoratrice/traumatisante : il se fait derechef insinuant, il tend un miroir à son lecteur31.

35Une fois de plus, le journal dépeint le côté rassurant du quotidien. Le roman côtoie alors les limites du genre, frôlant l’antiromanesque dans cette fascination pour le périodique, le détail, l’anodin. Il n’en reste pas moins que dans ces exercices de représentation des nouvelles temporalités, le roman interroge des limites poétiques mais aussi sociales voire civilisationnelles. Le roman, à partir de L’Éducation sentimentale (1869), allant plus loin encore, introduit le trouble d’une double interrogation sur l’humanisme de ces nouvelles temporalités répétitives et sur la civilisation du journal elle-même qui s’en fait le soutien.

L’atroce périodicité

  • 32 Sheringham (Michael), Everydaylife, Theories and practices from surrealism to present, Oxford unive (...)
  • 33 Blanchot (Maurice), « La parole quotidienne », L’Entretien infini, juin 1962.
  • 34 Lefebvre (Henri), Critique de la vie quotidienne, L’Arche, 1947, 1958 et 1981.

36Les nombreux travaux sur le quotidien abordent souvent frontalement cette question de la périodicité et de l’everydaylife. Pour la plupart, ils portent sur le vingtième siècle, comme si ce siècle avait inventé la notion. L’essai fort subtil de Michael Sheringham32 sur les littératures de l’everydaylife fait à peine quelques excursions rapides au xixe siècle du côté de Balzac ou de Baudelaire. Surtout les grands travaux fondateurs, que ce soit ceux de Maurice Blanchot33ou d’Henri Lefèbvre34, avec leur vision extrêmement pessimiste de la quotidienneté, ancrent leur réflexion dans le xxe siècle. Or c’est bien la fin du xixe siècle et notamment les écrivains que l’on pourrait dire à certains égards post-naturalistes comme Guy de Maupassant, Joris-Karl Huysmans, Paul Alexis, Henry Céard ou Robert Caze qui identifient le quotidien à une routine, à une série d’actions mornes et sans relief qui se répètent perpétuellement, toujours égales à elles-mêmes. Ce temps quotidien pour ces écrivains fonde visiblement un antihumanisme. Ces écrivains présociologues anticipent ici des analyses plus tardives, d’inspiration marxiste, sur le taylorisme ou le travail à la chaîne. Pour eux, même le temps du loisir est soumis à la logique productive du temps de travail car le consommateur ne désire pas. Notamment dans les romans des années 1880, le temps se détraque et la répétition devient mélancolique plus que rassurante.

Montres folles/journaux mous

37Le roman, à partir de L’Éducation sentimentale qui constitue peut-être le point seuil de ce mouvement de critique de la périodicité, fourmille de pendules et de montres qui paraissent toutes aux personnages un peu détraquées, soit qu’elles semblent gaspiller le temps, soit qu’au contraire, elles le ralentissent insensiblement.

  • 35 Caze (Robert), La semaine d’Ursule, Tresse éditeurs, 1885, p. 59.

Sur la cheminée, une pendule en bronze doré, qui sertissait des médaillons en faux saxe où des petits Amours baignaient des fessiers dodus dans le gris rose de nuages impossibles, battit un tic-tac accéléré de machine trop pressée de compter le temps35.

  • 36 Huysmans (Joris-Karl), En ménage, Charpentier, 1881, p. 1.

Il y eut un moment de silence. Ils marchaient lentement, côte à côte, quand minuit sonna. Deux horloges entremêlaient leurs coups ; l’une au loin, vibrait doucement, en retard d’une seconde sur l’autre ; la plus proche découpait nettement, presque gaiement son heure36.

38Le temps moderne ne fonctionne plus selon les mêmes modalités qu’avant comme le constate Folantin, le personnage de Huysmans dans À vau l’eau :

La journée avait été mauvaise ; depuis le matin, il broyait du noir ; le chef du bureau, où il était commis, depuis vingt ans, lui avait, sans politesse, reproché son arrivée, plus tardive que de coutume.

M. Folantin s’était rebiffé et, tirant son oignon : « onze heures juste », avait-il dit d’un ton sec.

Le chef avait à son tour extrait de sa poche un puissant remontoir :

  • 37 Huysmans (Joris-Karl), À vau l’eau, Kistemaeckers, 1882, p. 9-10.

- Onze vingt, avait-il riposté, je vais comme la Bourse, et d’un air méprisant, il avait consenti à excuser son employé, en s’apitoyant sur l’antique horlogerie qu’il exhibait37.

39L’employé de Huysmans doit vivre dans le temps de la périodicité boursière et de la quotidienneté industrielle : la nouvelle décrit avec une grande mélancolie la triste vie de celui qui n’arrive pas à s’inventer un quotidien vivable.

40Dans la description de ce temps détraqué, le journal joue un rôle aussi important que la montre. Le journal permet aussi d’introduire l’idée d’ennui lié au retour répétitif des mêmes tâches ou aux durées horriblement allongées par l’attente.

  • 38 Flaubert (Gustave), op. cit., p. 47.

Ainsi les jours s’écoulaient dans la répétition des mêmes ennuis et des habitudes contractées. Il feuilletait des brochures sous les arcades de l’Odéon, allait lire la Revue des deux mondes au café, entrait dans une salle du collège de France, écoutait pendant une heure une leçon de chinois ou d’économie politique38.

  • 39 Flaubert (Gustave), op. cit., p. 142. Nous soulignons et remercions Marie-Astrid Charlier (universi (...)

41Les phénomènes d’allongement temporel dus à l’ennui ou à l’expectative peuvent être rendus grâce à un accroissement textuel (c’est le cas pour l’attente de madame Arnoult rue Tronchet). Ils peuvent aussi être exprimés avec une certaine économie de moyens par un jeu sur les titres mêmes des journaux : « Il lut tout Le Siècle du jour, et le relut. Il examina, jusque dans les grains du papier, la caricature du Charivari ; à la fin, il savait par cœur les annonces39. »

42Ce calembour renvoie à l’ambiguïté du périodique comme du quotidien, à la fois cumulatif et non cumulatif. On pourrait reprendre beaucoup d’apparitions du périodique et les relier à cette nouvelle perception de l’everydaylife, composante essentielle de L’Éducation sentimentale, qui s’alimente à la lecture faite par Flaubert jour après jour des journaux sur la période. Le rythme calendaire de L’Éducation sentimentale n’est pas obtenu par une succession de dates mais par un recopiage de fragments journalistiques renvoyant à cet objet périodique qu’est le journal, bien plus apte que la date à rendre compte d’une temporalité au moins autant construite sur la répétition que sur le choc de l’événement historique.

La répétition mélancolique

43Deux points nouveaux caractérisent les agendas présents dans les romans post-naturalistes. D’abord ils décrivent une quotidianisation qui se vit non plus dans l’euphorie d’un rythme rassurant comme souvent chez Balzac mais plutôt sous le signe d’une grande mélancolie liée à l’ennui de la répétition. La complainte sans fin du quotidien se déroule dans ces romans :

  • 40 À vau l’eau, op. cit., p. 37.

Ni le lendemain, ni le surlendemain, la tristesse de M. Folantin ne se dissipa ; il se laissait aller à vau-l’eau, incapable de réagir contre ce spleen qui l’écrasait. Mécaniquement, sous le ciel pluvieux, il se rendait à son bureau, le quittait, mangeait et se couchait pour recommencer le jour suivant, une vie pareille ; peu à peu, il glissait à un alourdissement absolu d’esprit40.

44Ailleurs Huysmans, avec une jolie paronomase, parle du « vide de sa vie murée ». Dans ce roman, significativement, comme dans Bouvard et Pécuchet, le personnage principal, Folantin, est copiste, ce qui renvoie aussi à la mécanique de sa propre vie, qu’il recopie de jour en jour.

  • 41 Maupassant (Guy de), Une vie, Robert Laffont, p. 727.

45Ces expériences romanesques chez Huysmans, Maupassant, Paul Alexis, Henry Céard, Robert Caze montrent un quotidien inquiétant, délétère et mélancolique, où l’événement n’est qu’un faux espoir de changement. Ainsi en est-il d’Une vie de Maupassant paru dans le feuilleton du Gil Blas de 1883. L’héroïne croit d’abord vivre un événement exceptionnel au moment de sa nuit de noces : « il lui semblait qu’elle était entrée dans un autre monde, partie sur une autre terre, séparée de tout ce qu’elle avait connu, de tout ce qu’elle avait chéri. Tout lui semblait bouleversé dans sa vie et dans sa pensée41. »

  • 42 Ibid., p. 731.

46Dès le lendemain, la vie accapare facilement l’événement et le transforme en quotidien : « Elle ne se montra qu’à l’heure du déjeuner. Et la journée s’écoula ainsi qu’à l’ordinaire comme si rien de nouveau n’était survenu. Il n’y avait qu’un homme de plus dans la maison42. »

47Le roman naturaliste entend restituer, dans des expériences de plus en plus limites, l’ennui qui s’attache au quotidien, à la répétition, à l’habitude. Si le quotidien est dans un sens rassurant, il est aussi angoissant dans la mesure où il englue :

  • 43 Ibid., p. 741.

Mais voilà que la douce réalité des premiers jours allait devenir la réalité quotidienne qui fermait la porte aux espoirs indéfinis, aux charmantes inquiétudes de l’inconnu. Oui, c’était fini d’attendre. Alors plus rien à faire, aujourd’hui, ni demain, ni jamais. Elle sentait tout cela vaguement à une certaine désillusion, à un affaissement de ses rêves43.

  • 44 Huysmans (Joris-Karl), op. cit., p. 61.
  • 45 Caze (Robert), op. cit., p. 293.

48Le quotidien ne forme plus l’arrière-plan du roman réaliste mais en constitue l’enjeu même. Les héros de Huysmans et de Maupassant sont obsédés par l’idée de se construire un quotidien convenable. Ils ne fuient pas la répétition au contraire mais veulent la réaliser dans un monde possible pour eux. La médiocrité de leurs ambitions frappe d’ailleurs le lecteur : Folantin cherche un restaurant correct pour dîner, l’écrivain Olivier, héros de En Ménage, veut se reconstruire un petit train-train44, Ursule souhaite avoir une personne à ses côtés dont elle puisse s’occuper. Or toutes ses aspirations minimales sont systématiquement contrecarrées par un quotidien mélancolique qui prend toujours le dessus. Ainsi Ursule, dans La Semaine d’Ursule, après avoir rencontré son grand rêve, le mercredi, dans l’offre de concubinage d’un M. Mercier, finit par y renoncer le dimanche dans sa chambre : « Elle s’y retrouva seule, calme, très reposée, nullement inquiète du lendemain, résignée à la morne succession de journées éternellement semblables45 ».

49Le roman post-naturaliste interroge les notions de quotidienneté et de périodicité qui sont au centre de la société de la seconde moitié du xixe siècle, il en montre le côté stérile. Mais surtout il construit une énorme machine ironique qui, autour de la notion d’événement, interroge simultanément le roman et le journal.

Une écriture ironique vis-à-vis du journal

50Ces romans des années 1880 sont construits autour de micro-événements qui reçoivent exactement le même traitement que les grandes péripéties des romans antérieurs. L’effet produit, burlesque, interroge la notion même d’événement sur laquelle s’appuie toute la presse quotidienne :

Puis, il eut, un beau matin, un réveil. Il lui sembla qu’il sortait d’une léthargie ; le temps était clair et le soleil frappait les vitres damasquinées de givre ; l’hiver reprenait, mais lumineux et sec ; M. Folantin se leva en murmurant : fichtre, ça pince. Il se sentait ragaillardi. Ce n’est pas du tout cela, il s’agirait de trouver un remède aux attaques d’hypocondrie, se dit-il. 

  • 46 Huysmans (Joris-Karl ), À vau l’eau, op. cit., p. 23.

Après de longues délibérations, il se décida à ne plus vivre ainsi enfermé et à varier ses restaurants46.

  • 47 Huysmans (Joris-Karl), En ménage, op. cit., p. 69.
  • 48 Op. cit., p. 126.

51Les désirs des héros de romans sont dérisoires : « Depuis huit mois qu’il avait été promu sous-chef dans une mairie, M. Désableau avait enfin assouvi le désir qui le possédait depuis des années, prendre du café, tous les jours, après ses repas47. » Même l’emploi du mot « quotidien » est parfois comique dans ces romans comme le montre ici l’emploi de l’adverbe dans À vau l’eau : «  Et quotidiennement, il se bourra de salades48 ».

  • 49 Céard (Henri), Une belle journée, Charpentier, 1881, p. 10.

52Toute la mécanique romanesque est dénoncée par ces romans de la dérision qui prennent souvent la place dans le bas-de-page des grands romans-feuilletons populaires. De cette place, ils questionnent aussi ce grand monument périodique qu’est le journal et ils se gaussent de cette machine à rassurer et à endormir les consciences. Car l’objet journal est au centre de tous ces romans qui ironisent sur le triste règne de la périodicité comme le prouve Une belle journée d’Henri Céard, roman où une bourgeoise tranquille, Madame Duhamain, ancrée dans la répétition mais avide d’émotions extraconjugales, suit imprudemment le commis Trudon dans une auberge. Rapidement, elle découvre l’inanité de cet être, imbibé de son journal au point de trouver dans son quotidien, Le xixe siècle, des « formules prétentieuses pour exprimer la pauvreté congénitale de ses idées » : il « répétait néanmoins des phrases entières de leurs articles croyant ainsi témoigner d’une grande liberté d’esprit et d’un considérable bon sens naturel49 ». Symboliquement, la première manifestation du désaccord des personnages et de l’impossibilité de leur couple s’exprime grâce au journal. Trudon, qui ne lit que Le xixe siècle, refuse de feuilleter Le Pays ou Le Gaulois et préconise de briser les presses typographiques du Figaro. Madame Duhamain, trop heureuse de le contredire, défend vigoureusement ces journaux plus mondains, ce qui dans une relecture dix-neuviémiste du code amoureux, manifeste leur mésentente profonde.

53Le lecteur est sensible à l’ironie du code lorsque madame Duhamain, après une après-midi d’ennui, de pluie et de lecture des journaux, rentre au logis se promettant qu’on ne l’y reprendra guère à fréquenter des personnages aussi ennuyeux et trouve son mari au lit, lisant évidemment Le xixe siècle :

  • 50 Ibid., p. 160.

Et là, sous les draps de toile fine que la coquetterie laborieuse de Mme Duhamain avait brodés de capricieuses initiales héraldiques, sur les oreillers que sa fantaisie toujours en quête d’un prétexte pour s’épancher avait élégamment ornés de dentelles, il attendait, lisant avec application Le xixe siècle. [...] Et sans doute, ce soir-là, les articles lui en paraissaient savoureux et décisifs plus qu’à l'ordinaire, car, répondant à peine au baiser de sa femme, il continua sa lecture50.

54Le journal apparaît comme le symbole de l’enfermement bourgeois et d’une mentalité masculine mesquine dans un décor où la quête féminine de l’idéal ne s’exprime plus que par broderies et dentelles kitsch. À l’heure de la civilisation du journal, de la périodisation et de l’uniformisation, madame Duhamain, la Bovary moderne, ne peut même plus prendre d’amants. La mention du périodique montre alors l’ironie d’un auteur qui cherche un lecteur complice pour mieux dépeindre un xixe siècle vide, bourgeois et hanté par la répétition.

55Le xixe siècle entre avec brutalité dans la civilisation de la périodicité. La presse illustre cette périodicité tout en en manifestant le côté rassurant dans une société inquiétée par les aléas du politique et du social. La littérature aussi est touchée par ce paradigme d’abord parce que les écrivains, fournisseurs de la presse, doivent s’adapter à sa cadence mais aussi parce que ce nouveau rythme est l’occasion de réflexions spéculaires s’introduisant à l’intérieur des œuvres, exemplairement dans celles qui sont publiées dans la case feuilleton, et interrogeant de toutes les manières possibles la quotidienneté. À la fin du siècle notamment, la littérature, avant la philosophie ou la sociologie, devient un lieu de réflexion sur la routine du quotidien. Les écrivains s’interrogent dans des machines romanesques parodiques questionnant simultanément la littérature, la société et aussi la presse qui apparaît bien à ces analystes lucides comme le pivot de la temporalité moderne. Si à l’époque romantique, les individus peuvent encore lutter contre une temporalité médiatique qui se combine à d’autres scansions sociales, à la Belle Époque, la société vit bien au rythme dictatorial de l’information périodique qui dicte la systole/diastole nationale.

Haut de page

Bibliographie

Bégout (Bruce), La Découverte du quotidien. Éléments pour une phénoménologie du monde de la vie, Paris, Allia, 2005.

Blanchot (Maurice), « La parole quotidienne », L’Entretien infini, juin 1962.

Corbin (Alain), Le Temps, le désir et l’horreur, Aubier collection historique, 1991.

Corbin (Alain), L’Avènement des loisirs 1850-1960, Paris, Champs Flammarion, 1995.

Corbin (Alain), Les Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xixe siècle, Paris, Flammarion, 2000.

Galvan (Jean-Pierre), Eugène Sue et ses lecteurs, Paris, L’Harmattan, 1998

Grosclaude (Étienne), Les gaietés de l’année, Paris, A. Laurent, 1886.

Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève) et Vaillant (Alain) (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse, Paris, Nouveau Monde éditions, « Opus Magnum », 2011.

Lefebvre (Henri), Critique de la vie quotidienne, L’Arche, 1947, 1958 et 1981.

Proust (Marcel), « Les sentiments filiaux d’un parricide », Pastiches et mélanges, Paris, éditions de la Nouvelle Revue française, 1919.

Sheringham (Michael), Everydaylife. Theories and practices from surrealism to present, Oxford university press, 2006.

Tarde (Gabriel), L’Opinion et la foule, Paris, Presses universitaires de France, 1989, [1901].

Thérenty (Marie-Ève), La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Seuil, 2007.

Thérenty (Marie-Ève), « Le journalisme intime de George Sand », dans Masson (Catherine) (dir.), George Sand, une écriture expérimentale, La Nouvelle Orléans, Presses du nouveau monde, 2006.

Thiesse (Anne-Marie), Le Roman du quotidien. Lecteurs et lectures populaires à la Belle Époque, Paris, Éd. du Seuil, « Points », 2000

Vierne (Simone), George Sand, la femme qui écrivait la nuit, Presses universitaires de Clermont-Ferrand, 2004.

Haut de page

Notes

1 Voir Corbin (Alain), Les Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2000.

2 Corbin (Alain), L’Avènement des loisirs 1850-1960, Paris, Champs Flammarion, 1995, p. 10.

3 Guy Maupassant, La Maison Tellier, Paris, Folio, p. 103, [1881].

4 Corbin (Alain), Le Temps, le désir, l’horreur, Aubier, 1991.

5 Sur ce point nous renvoyons à Kalifa (Dominique), Régnier (Philippe), Thérenty (Marie-Ève) et Vaillant (Alain) (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse, Paris, Nouveau Monde éditions, « Opus Magnum », 2011.

6 Grosclaude (Étienne), Les gaietés de l’année, Paris, A. Laurent, 1886, p. 36.

7 Thiesse (Anne-Marie), Le Roman du quotidien, Lecteurs et lectures populaires à la Belle Époque, Paris, Éd. du Seuil, « Points », 2000, p. 14, p. 15.

8 Langevin (Jules), Romans-revue, numéro spécial Le Journal, 1913, p. 116 relevé par Anne-Marie Thiesse, Le Roman du quotidien, op. cit., p. 51.

9 Galvan (Jean-Pierre), Eugène Sue et ses lecteurs, Paris, L’Harmattan, 1998, t. I, p. 126.

10 Zola (Émile), préface aux Mémoires de Paris par Chincholle (Charles), Quantin, 1880.

11 Voir par exemple Philippe Rousseau, « Nature morte avec un jambon », 1870 ou de nombreuses natures mortes de William Michael Harnett.

12 Bégout (Bruce), La Découverte du quotidien. Éléments pour une phénoménologie du monde de la vie, Paris, Allia, 2005, p. 470.

13 Proust (Marcel), « Les sentiments filiaux d’un parricide », Pastiches et mélanges, Paris, éditions de la Nouvelle Revue française, 1919.

14 Tarde (Gabriel), L’Opinion et la foule, Paris, Presses universitaires de France, 1989, p. 10, [1901].

15 Les Goncourt, Journal, mémoires de la vie littéraire, Robert Laffont, tome II, 1989, p. 442.

16 Sur ce point nous renvoyons à notre ouvrage La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2007.

17 Berthoud (Samuel-Henri), « À Clignancourt et dans la rue de l’Arcade », feuilleton de La Presse, La Presse, 22 mai 1839.

18 France (Anatole), La Vie littéraire, Calmann-Lévy, 1895, t. I, p. II. 

19 Gautier (Théophile), feuilleton de La Presse, La Presse, 12 mai 1839.

20 Baudelaire (Charles), Correspondance, Gallimard, mercredi 9 juillet 1851, 1973, tome I, p. 174.

21 Vierne (Simone), George Sand, la femme qui écrivait la nuit, Presses universitaires de Clermont-Ferrand, 2004.

22 Voir Thérenty (Marie-Ève), « Le journalisme intime de George Sand », article paru dans Masson (Catherine) (dir.), George Sand, une écriture expérimentale, presses du nouveau monde, La Nouvelle Orléans, Etats-Unis, novembre 2006, pp. 75-87.

23 Hugo (Victor), Choses vues, Œuvres complètes, Histoire, Robert Laffont, Bouquins, p. 595.

24 Mendès (Catulle), La Première Maîtresse, roman contemporain, Charpentier, 1887, p. 254.

25 Balzac (Honoré de), Mémoires de deux jeunes mariées, Gallimard, 1976, tome I, p. 209.

26 Flaubert (Gustave), L’Éducation sentimentale, Presses pocket, 1989, p. 162.

27 Balzac (Honoré de), La Maison du chat-qui-pelote, La Comédie Humaine, édition publiée sous la direction de Pierre-Georges Castex, 1976, p. 51.

28 Balzac (Honoré de), La Maison du chat-qui-pelote, ibid., p. 65.

29 Huysmans (Joris-Karl), En ménage, op. cit., p. 45.

30 de Montepin (Xavier), La Porteuse de pain, H. Geoffroy, 1903-1905.

31 Vareille (Jean-Claude), Le Roman populaire français (1789-1914), Limoges, PULIM, Québec, éditions Nuit Blanche, collections idéologies et pratiques, 1994, p. 241.

32 Sheringham (Michael), Everydaylife, Theories and practices from surrealism to present, Oxford university press, 2006.

33 Blanchot (Maurice), « La parole quotidienne », L’Entretien infini, juin 1962.

34 Lefebvre (Henri), Critique de la vie quotidienne, L’Arche, 1947, 1958 et 1981.

35 Caze (Robert), La semaine d’Ursule, Tresse éditeurs, 1885, p. 59.

36 Huysmans (Joris-Karl), En ménage, Charpentier, 1881, p. 1.

37 Huysmans (Joris-Karl), À vau l’eau, Kistemaeckers, 1882, p. 9-10.

38 Flaubert (Gustave), op. cit., p. 47.

39 Flaubert (Gustave), op. cit., p. 142. Nous soulignons et remercions Marie-Astrid Charlier (université de Montpellier III) qui prépare actuellement une thèse sur l’invention du temps quotidien dans le roman réaliste du xixe siècle de nous avoir proposé cet exemple et son analyse.

40 À vau l’eau, op. cit., p. 37.

41 Maupassant (Guy de), Une vie, Robert Laffont, p. 727.

42 Ibid., p. 731.

43 Ibid., p. 741.

44 Huysmans (Joris-Karl), op. cit., p. 61.

45 Caze (Robert), op. cit., p. 293.

46 Huysmans (Joris-Karl ), À vau l’eau, op. cit., p. 23.

47 Huysmans (Joris-Karl), En ménage, op. cit., p. 69.

48 Op. cit., p. 126.

49 Céard (Henri), Une belle journée, Charpentier, 1881, p. 10.

50 Ibid., p. 160.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Ève Thérenty, « Montres molles et journaux fous  », COnTEXTES [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 17 mai 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/5407 ; DOI : 10.4000/contextes.5407

Haut de page

Auteur

Marie-Ève Thérenty

Université de Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page