Navigation – Plan du site

Vies et mort d’un discours hétéronome

Compte rendu de Provenzano (François), Vies et mort de la francophonie. Une politique française de la langue et de la littérature, Bruxelles-Paris, Les Impressions Nouvelles, 2011, coll. « Réflexions faites », 288 p.
Paul Dirkx

Texte intégral

  • 1 Beniamino (Michel), La Francophonie littéraire. Essai pour une théorie, Paris, L’Harmattan, « Espac (...)

1La plupart des discours universitaires sur la francophonie se ressentent plus ou moins directement d’un projet aux origines et aux développements foncièrement politiques et économiques. Dans la lignée de travaux salutaires comme La Francophonie littéraire de Michel Beniamino1, le livre de François Provenzano met à disposition de la recherche de nouveaux outils permettant d’analyser cet engluement, cet écheveau de connivences qui a fini par passer sinon pour normal, du moins pour fatal aux yeux de bon nombre de chercheurs spécialisés dans ce domaine. Muni de cette ambition courageuse, il commence par mettre le doigt sur la plaie : l’objet « francophonie » « semble autant nimbé d’une vague évidence que dépourvu d’histoire », et les institutions et les discours qu’il évoque « n’ont pas encore vraiment fait l’objet d’une enquête historique qui s’emploie à les articuler à d’autres ensembles d’institutions et de discours » (p. 5). Force est en effet de constater que le flux ininterrompu de manuels et d’études consacrés à « la francophonie » a davantage contribué à consolider la légitimité et l’historicité de ce phénomène qu’il n’en a mis au jour les déterminants et les modes de fonctionnement historiques : « Or faire l’historicité n’est pas faire l’histoire. »

2Mais le but de François Provenzano n’est pas tant de révéler des faits historiques que d’examiner la formation et la circulation du sens commun « francophone » - de cette « francodoxie » qui organise les discours d’évidence et d’autorité au sujet de tout ce qui a trait à « la francophonie » et à la langue et la culture « françaises ». Ce faisant, il invite l’observateur à ne considérer les faits qu’entourés de guillemets. Non pas que les faits n’en soient pas vraiment, mais ils sont inséparables des formations discursives qui les font advenir en tant que faits, c’est-à-dire qui, en les citant, ajoutent à leur matérialité l’épaisseur symbolique qui les caractérise en propre. Il s’agit donc de travailler à identifier des matrices conceptuelles et argumentatives qui accompagnent les faits en les structurant depuis leur énonciation jusqu’au moment de leur disparition du discours social. Autrement dit encore, ce sont les « vies » et la « mort » de configurations doxiques relatives au fait « francophone » et très généralement redevables à des enjeux politiques et économiques inavouables ou du moins inanalysés qui sont au cœur de ce livre. L’étude du corpus retenu à cet effet, constitué notamment d’un ensemble de textes métalittéraires, donne à voir à quel point la francodoxie façonne les axiologies critiques, ainsi que la production et la réception des textes eux-mêmes  - lesquels s’avèrent une fois de plus échapper à la vision simplificatrice du « texte » et du « contexte ».

  • 2 On remarquera que, si les politiques « francophones » n’ont guère abouti à un corps de doctrine ou (...)
  • 3 Voir les travaux de François-Xavier Verschave (notamment La Françafrique. Le plus long scandale de (...)

3Dans un premier temps, l’auteur tente de cerner ce qui donne à « la francophonie » ses contours flous, ses enjeux mal définis et son efficacité politique incertaine2. On retiendra ici le double langage de l’État français, qui a gardé jusqu’à nos jours, « à côté du volet “francophone” prospectif, un volet strictement national et plutôt répressif sur les usages linguistiques » (p. 18). À noter, comme le fait d’ailleurs l’auteur (p. 164), que cet État a également conservé une politique et une véritable administration parallèles à l’Organisation internationale de la Francophonie qui lui permet de jouer simultanément sur les deux tableaux multilatéral et bilatéral, avec toutes les dissonances, les ambivalences et les occasions de reniement qui s’ensuivent. Car on ne souligne jamais assez que « la Francophonie » avec majuscule, qui prend souvent des allures de pars pro toto de la « francophonie » avec minuscule et, de ce fait, en accroît encore le manque de lisibilité, est non seulement issue d’un passé colonial qui n’a rien de glorieux, mais qu’elle a eu à se développer en se gardant tant bien que mal d’être associée aux manœuvres néocoloniales de la Françafrique3. Ces efforts sont sans doute pour beaucoup dans le « lyrisme des premiers acteurs » de « la francophonie » (p. 24), lyrisme plus ou moins irénique qui marquera le discours francodoxe de manière durable, et pour cause.

  • 4 Halen (Pierre), « Constructions identitaires et stratégies d’émergence. Notes pour une analyse inst (...)

4Sur le plan littéraire, « la francophonie » ne va pas davantage de soi. L’éclatement de ses lieux de production et de ses structures, combiné avec la domination internationale persistante de la France, n’interdit certes pas de théoriser un « système littéraire francophone » (Pierre Halen4), mais il empêche de conclure à l’existence socio-historique d’une « littérature francophone » (pp. 30-32). Des réseaux littéraires plus ou moins proches de « la Francophonie » ont beau décerner des prix, publier des anthologies ou lancer des collections spéciales, rien n’y fait. D’autant moins que les actions de promotion des « écrivains francophones » menées par le centre français (qui, d’ailleurs, s’obstine à se percevoir comme non « francophone ») apparaissent souvent comme des variantes sublimées des vieilles stratégies de domination littéraire, elles-mêmes orientées par de tout aussi vieilles stratégies de domination économique et politique. S’il n’existe pas de « littérature francophone », il reste à approfondir l’étude de l’illusion de son existence dans certains milieux, des intérêts qui s’y agglomèrent et de leurs « actualisations discursives » (p. 35).

  • 5 Avec la publication de Reboullet (André) et Tétu (Michel) (dir.), Guide culturel. Civilisations et (...)
  • 6 Dirkx (Paul), Les « Amis belges ». Presse littéraire et franco-universalisme, Rennes, Presses Unive (...)
  • 7 Il est à prévoir que les « réformes » de l’Université française menées ces dernières années par l’U (...)

5C’est sur ces dernières qu’insiste la présente étude, à commencer par les manuels et les anthologies « francophones » qui se multiplient à partir de la fin des années 19705. Ces publications pétries de partis pris attestent que le discours sur « la francophonie littéraire » constitue un « volet important de l’entreprise “francophone” » (p. 37). Elles montrent à quel point ce discours est marqué, dès le début, par les schèmes tout sauf littéraires du « franco-universalisme6 ». Parallèlement, l’idée d’une « littérature francophone » se nourrit des savoirs à propos des productions littéraires et culturelles en français, depuis La Défense et illustration de la langue française de Joachim du Bellay au manifeste « Pour une littérature-monde » de 2007, et plus spécifiquement des savoirs concernant les productions culturelles « francophones » que produisent les « études francophones ». En dépit d’une démarche empreinte de prudence épistémologique et malgré une diversité d’approches croissante, les « études francophones » portent la marque de l’inscription de leur objet dans telle ou telle tradition universitaire. Alors qu’elles se développent un peu partout en s’alliant à des courants méthodologiques pluriels (postcoloniaux), elles se sont jusqu’à présent heurtées en France aux découpages disciplinaires en vigueur7 et à l’hégémonie de la « littérature française » (c’est-à-dire la littérature que le champ du pouvoir français travaille à patrimonialiser tout en la proclamant « universelle »). On est encore loin de l’insertion de la littérature produite en français en France dans la série des littératures produites en français de par le monde.

  • 8 Ou encore « centre français », expression qui dépolitise ce qui est bien davantage qu’un rapport hi (...)

6L’étude se poursuit par une archéologie (au sens foucaldien) de la francodoxie à partir du postulat selon lequel « toute littérature doit une part de son existence sociale au métadiscours qui la prend en charge » (p. 55). La francodoxie, portion de la doxa structurant le « discours social » (Angenot), est fondamentalement ce qui forge « des représentations efficaces du littéraire “francophone” » (p. 57). Elle « confère aux discours certaines fonctions sociales » jusqu’à « sugg[érer] des modèles de comportement » (p. 61). En témoigne un corpus qui va des écrits « pionniers » d’Onésime Reclus à la politique de la France sous la présidence Sarkozy, laquelle « marque une rupture dans l’archéologie francodoxe » (p. 67) dont l’auteur montre tout le caractère régressif. Mais avant Reclus, au cours de la seconde moitié du xixe siècle, se met en place une « proto-francodoxie », entre autres chez les Suisses Pierre-André Sayous et Virgile Rossel. Ce dernier se montre particulièrement friand de topoï fondateurs, notamment en se faisant le théoricien de ce qu’il baptise les « succursales littéraires de la France », au rang desquelles figurent d’abord la Belgique, la Suisse romande et « le Canada ». Se manifeste donc déjà toute l’ambivalence d’un discours qui reconnaît la domination française sans la reconnaître en tant que telle, en l’euphémisant (en termes d’un « sympathique intérêt » qui ne peut que faire honneur aux dites « succursales ») ou, de manière plus redoutable, en l’ensevelissant sous des expressions métaphoriques plus ou moins naturalisantes. Se trouve ainsi inoculée dans le discours social, dès ces années-là, l’idée d’une domination aux traits assez avenants pour lui préférer des formules (prêtes à l’emploi depuis parfois fort longtemps, précisons-le) telles que « génie français » ou « œuvre civilisatrice de la France8 ». De leur côté, un nombre croissant de contemporains en France tendent à corroborer les effets de cette nouvelle violence symbolique en développant à propos des « succursales » une topique symétrique.

7Pour ce qui est de Reclus, son image de « père de la francophonie » se trouve ici écornée par son « obsession de grandeur » que transpire une œuvre systématiquement mise au service d’un projet d’expansion platement « impérialiste » (p. 94). Si la langue et la littérature françaises se voient ravalées sous sa plume au rang de vulgaires appareils idéologiques d’État, ce géographe n’en a pas moins réussi à les convoquer dans les formes, à savoir comme les plus admirables incarnations d’un universalisme dont le caractère foncièrement généreux et pacifique s’impose de lui-même. En ce sens, l’inventeur du vocable « francophonie » est surtout, pourrait-on dire, un des promoteurs à l’échelle mondiale d’un racisme sans races apparentes, fondé sur la supériorité d’une langue. La Belle Époque donnera naissance aux premiers cadres institutionnels au sein desquels pourra se reproduire et s’affermir cette francodoxie qu’on proposerait alors de qualifier au moins en partie de « glossoraciste ». Ainsi des « Congrès internationaux pour l’extension et la culture de la langue française » organisés entre 1905 et 1913 dans les milieux francophiles (et souvent germanophobes) belges. Ces sortes « d’ancêtres des “colloques francophones” qui rythment aujourd’hui le calendrier » universitaire reposent déjà sur « l’intrication de la prétention scientifique (parfois même épistémologique) avec les topiques les plus ancrées dans la doxa de l’époque » (pp. 100-101). Quant aux cadres rhétoriques (ethos, réseaux métaphoriques, procédures heuristiques, etc.), ils s’affirment également, mais demeurent peu diversifiés et peu originaux du fait d’une propension quasi mécanique à sacrifier à la mythologie franco-universaliste.

  • 9 Schoell (Franck), La Langue française dans le monde, Paris, d’Artrey, 1936, p. 347 (cité pp. 116-11 (...)
  • 10 Selon une expression répandue notamment par le premier manuel qui ouvre ses pages à cette littératu (...)
  • 11 Léger (Jules), Le Canada français et son expression littéraire, Paris, Nizet, 1938 (thèse dirigée p (...)
  • 12 Ce plaidoyer semblait néanmoins ignorer que la question de la valeur littéraire, loin de devoir êtr (...)
  • 13 Charlier (Gustave), Les Lettres françaises de Belgique. Esquisse historique, Bruxelles, La Renaissa (...)
  • 14 Dirkx (Paul), Les « Amis belges », op. cit., pp. 28-31.

8On voit bien que, dans de telles conditions, la francodoxie avait un boulevard devant elle, en dépit de la lucidité d’hommes de science tels que les Français Fernand Baldensperger, figure fondatrice de la littérature comparée, ou Franck Schoell. Ainsi, ce dernier, historien des États-Unis et polyglotte, est bien placé pour relever, en 1936, ce que tout le monde sait plus ou moins confusément mais que personne ou presque n’ose introduire dans l’explication scientifique, à savoir le fait que les Français « ne savent habituellement que le français et ignorent tout de l’histoire et des vertus des autres langues9 ». Peu de temps après, la « littérature française à l’étranger10 » devient digne du grade français de docteur, avec une thèse qui pose les jalons d’une analyse géolittéraire des littératures en langue française11. Mais c’est le Suisse Gonzague de Reynold, élève de Gustave Lanson et intellectuel conservateur, qui avait fait les propositions les plus consistantes en préconisant, dès 1913, une approche qui suspende la question de la valeur littéraire et ouvre la voie à une histoire sociale de ces littératures12. « Prenant le contre-pied complet de la doxa anhistorique sur la littérature », écrit François Provenzano, « l’auteur plaide pour une étude qui prenne en compte son ancrage géographique, historique, institutionnel, religieux et même son rapport aux arts plastiques » (p. 123). Autre chercheur dont les vues, contemporaines des deux derniers ouvrages cités, attestent d’une clairvoyance surprenante pour l’époque : le Belge Gustave Charlier, dont le concept de « littérature seconde » n’a sans doute pas encore été suffisamment médité par la littérature comparée et la sociologie des littératures de langue française13. Cet historien de la littérature développe ainsi l’idée d’une profonde hésitation chez l’auteur belge francophone entre spécificité locale et tradition dominante française, « drame » qu’il désigne du terme « antinomie », comme s’il entrevoyait déjà pleinement cette cohabitation tensiogène entre aspirations littéraires autonomes et hétéronomes que ce même mot « antinomie » permettra de conceptualiser quelque septante années plus tard14.

  • 15 Cerquiligni (Bernard), « Francopolyphonie du Tout-Monde : penser la francophonie avec Édouard Gliss (...)
  • 16 C’est dire que l’étude de la francodoxie gagnerait, nous semble-t-il, à être accompagnée d’une étud (...)

9Mais les études de la première moitié du xxe siècle ne portent généralement pas un regard aussi objectivant sur l’écriture et sur la valeur littéraires. Au contraire, la plupart sont marquées par les « compléments idéologiques [qui sont, à la fois, les instruments] de l’impérialisme : le paternalisme, l’universalisme (éventuellement teinté de catholicisme) et le monologisme » (p. 128). Le monologisme est défini par le linguiste Bernard Cerquiligni comme une conception de la langue « pensée comme unique, fondée sur une norme stricte, objet d’un logos unitaire, associée à une axiologie rassembleuse15 ». François Provenzano a raison d’y insister : un des socles les plus ignorés de la francodoxie est en effet cette fascination quasi morale pour la pureté (pureté du langage, du « bon » usage, des « belles » lettres, du mot « juste », etc.) qui n’a d’égale, dirions-nous, que l’aversion symétrique envers le mélange et le métissage, attestée par exemple par les « chasses aux belgicismes » des grammairiens belges du « bon usage » et dont la stigmatisation du bilinguisme apparaît comme la variante la plus radicale16.

  • 17 Étiemble (René), Parlez-vous franglais, Paris, Gallimard, 1964.

10La fin du Second Empire colonial français ouvre une période de décolonisation – répétons-le : inachevée dans les faits – qui entraîne un aggiornamento de l’ensemble du dispositif francodoxe. Le déclin relatif de la France au sein des nations impérialistes exacerbe les phobies et les obsessions inhérentes à la vision légitime du monde « francophone », comme l’illustre de manière presque idéaltypique le Parlez-vous franglais ? du comparatiste René Étiemble17. L’analyse de ce qui s’apparente à une patrimonialisation crispée s’arrête surtout aux écrits de l’avocat parisien Hyacinthe de Montera, de l’écrivain et militant franco-universaliste Marc Blancpain et du professeur de littérature canadienne Gérard Tougas aux partis pris idéologiques plus que « douteux » (p. 147). Tous ont en commun un mélange d’« ethos d’expert » et de « pathos de croyant », le tout baignant dans un paternalisme qui tend à trahir ses fondements arbitraires à mesure qu’il conteste plus fermement l’anglicisation du monde. Mais l’imposture francodoxe peut compter sur les effets enchanteurs et dépolitisants du rapport textualiste aux textes littéraires « français » que les essayistes comme leurs lecteurs ont le plus souvent chevillé au corps. Et elle est vouée à persister d’autant plus que ces discours obsédés par la « guerre culturelle » mondiale participent d’une redéfinition à l’échelle hexagonale des rapports entre le culturel et le politique, où s’expriment déjà certaines des logiques néolibérales qui prendront leur essor dans les années 1980.

11Le fameux numéro de novembre 1962 de la revue Esprit sur « Le français, langue vivante » est le point de départ d’une deuxième filiation discursive où l’on voit la francodoxie faire le grand écart entre les principes conservateurs qui la sous-tendent et la nécessité de s’adapter à une modernité « postcoloniale ». Cette fois, un progressisme humaniste conduit à préférer à l’idée de la France comme mère-patrie (plus déniée que réellement abandonnée) une « francophonie » engagée, ouverte au métissage et au partage, et donnant naissance à une figure nouvelle de l’intellectuel, moins lutéciocentrée et moins éprise de formalisme (structuraliste). Mais cette vision dépoussiérée de la « francophonie » ne s’en accorde pas moins avec le rapport déshistoricisé qui préside alors et continuera de présider encore longtemps à certaines représentations enchantées entretenues par bon nombre d’experts à propos des « littératures francophones » (pp. 170-171).

  • 18 Viatte (Auguste), « La littérature d’expression française dans la France d’outre-mer et à l’étrange (...)

12Enfin, l’historien de la littérature Auguste Viatte incarne un troisième discours francodoxe qui, délaissant aussi bien la perspective patrimoniale que les visées programmatiques, consiste à « suspendre la dimension politique prospective pour privilégier la dimension culturelle rétrospective » (p. 173). Ce « francodoxe complet », qui combine rigueur métalittéraire et argumentation tendancieuse, valorise les littératures excentrées dans la mesure où elles contribuent à la sauvegarde et au renforcement du centre littéraire français. Opération qui ne sera pas pour déplaire à Gaston Gallimard et Raymond Queneau18, et qui, préciserions-nous, constitue comme une petite révolution conservatrice, en ce que, sous ses dehors scientifiques et novateurs, elle ne se distingue guère des attestations d’autodomination franco-universaliste observables depuis Virgile Rossel (dont Viatte, né en 1901, était le compatriote, jusqu’à sa naturalisation française en 1932). Viatte, comme tant d’autres à la même époque, réserve d’ailleurs un traitement différent aux « littératures francophones », selon qu’elles sont émergentes – témoins (africains ou antillais) d’une expansion heureuse de la France littéraire – ou plus anciennes et plus concurrentielles – les « littératures françaises » de Belgique, de Suisse et du Canada, dûment dénationalisées et franco-universalisées.

  • 19 L’Académie française s’empressera très logiquement de décerner à ce livre son Prix de la Langue fra (...)

13Le rôle croissant joué par l’Université en matière « francophone », et notamment l’avènement des « études francophones », est ce qui fera évoluer le plus la francodoxie dans les décennies à venir. Mais, dans un premier temps, les études à caractère scientifique seront parasitées par les produits d’agents tendant à jouer simultanément sur les deux tableaux de la légitimité universitaire et de la nouvelle notabilité liée à l’institution politique « francophone » alors en plein développement. Leur position, inscrite non pas dans un problématique « champ de positions francodoxes » (p. 179), mais dans le champ du pouvoir français, détermine largement le succès de leur quête de légitimité universitaire par le recours plus ou moins subtil à des moyens politiques, et vice-versa. On ne citera pour notre part que le fameux « Que sais-je ? » consacré à La Francophonie par Xavier Deniau, ancien ministre et député européen RPR, qui paraît aux Presses Universitaires de France en 1983, alors qu’il n’offre qu’une apologie à peine déguisée de l’institution francophone vue par le petit bout de la lorgnette des intérêts politiques de la France « universelle »19. François Provenzano tente, sans ambition d’exhaustivité, de montrer toute la diversité des auteurs qui appartiennent à cette catégorie ambivalente (pp. 194-199). Gageons que son analyse de leur ethos – ethos de l’honnête homme souvent anti-intellectualiste, du héros républicain aux traits hugoliens, du savant plus ou moins habile, etc. – s’avérera fort utile à l’étude des réseaux inséparablement intellectuels, médiatiques, politiques et économiques où s’est cristallisée une francodoxie dont la recherche universitaire n’a toujours pas fini de se dépêtrer.

14L’examen des stratégies rhétoriques favorites de ces auteurs (pp. 200-211) débouche sur le constat qu’à la thèse rivarolienne de l’universalité comme attribut de la langue française s’est substituée plus ou moins insensiblement celle d’un universalisme fondé désormais sur le « dialogue des cultures » dont cette même langue serait l’instrument tout indiqué : la francodoxie « déplace l’essentialisme ontologique (centré notamment sur l’idée de “clarté”) vers un essentialisme fonctionnel (centré sur l’idée de “médiation”) » (p. 213). Mais il faut noter dans le même temps que l’on n’en reste pas moins attaché à l’abstraction dépolitisante du « génie de la langue », et que la littérature (« française ») conserve son statut privilégié de terrain d’expérimentation prioritaire de ce génie, langue et écriture littéraire étant toujours intimement associées (voire confondues, comme dans les dictionnaires de noms propres) dans un rapport métonymique inanalysé. Ajoutons à cela que demeure également intact un des socles les plus méconnus et donc les plus efficients de la mythologie franco-universaliste, la confusion homonymique entre « français » (de la France) et « français » (ce qui a trait à une langue hétérogène à usage international).

  • 20 Chaudenson (Robert), Vers une révolution francophone ?, Paris, L’Harmattan, 1989.

15On comprend alors que l’Université, surtout en France, ait eu et ait toujours fort à faire pour analyser de manière scientifique les usages et les usagers du français à l’échelle internationale, en soumettant notamment cette analyse à un examen critique quant à ses présupposés francodoxes. On est là au cœur de l’argumentation de François Provenzano, dans ce qu’elle offre de plus fécond à une réflexion renouvelée en matière de « francophonie ». Quatre catégories de discours peuvent être identifiées qui illustrent toutes la persistance relative des réflexes doxiques, des plus anciens aux plus récents, ainsi que la manière dont ils rendent l’analyse pour le moins hasardeuse : les études de politique internationale, les anthologies commentées, les histoires problématisées et les ébauches de comparatisme littéraire (pp. 220-235). Il n’est pas jusqu’aux plus lucides d’entre les chercheurs, tel le linguiste Robert Chaudenson, l’un des rares à dénoncer toutes les mystifications métalinguistiques dans lesquelles la « francophonie » et la « Francophonie » inclinent à s’engluer, qui ne soient susceptibles d’être pris en défaut, qui de paternalisme tiers-mondiste20, qui de rêverie franco-universaliste, etc.

  • 21 Joubert (Jean-Louis), Les Voleurs de langue. Traversée de la francophonie littéraire, Paris, Philip (...)

16Tout semblait ainsi fait pour qu’une partie non négligeable des « études francophones », discipline au soubassement épistémologique décidément fragile, finisse par prendre à témoin les écrivains « francophones » eux-mêmes, ou du moins la fraction d’écrivains la plus engagée en faveur de l’institutionnalisation des « littératures francophones », voire d’une « littérature francophone » (confondant par là, faut-il le dire, discours littéraire et discours métalittéraire, « littérature primaire » et « littérature secondaire », erreur répandue car inscrite dans l’histoire des « études littéraires » et dans la fonction « critique » que celles-ci ont encore largement tendance à s’assigner). Le livre Les Voleurs de langue de Jean-Louis Joubert21 offre l’un des meilleurs exemples de cette mouvance critique (postcoloniale) qui, par un renversement des valeurs, évalue positivement les auteurs considérés comme périphériques à l’aune de leur capacité à la contestation du centre et qui procure à pareille « francophonie littéraire » toute une histoire spécifique qu’elle fait remonter jusqu’aux Serments de Strasbourg. « Cette posture énonciative particulière – qu’on pourrait qualifier d’ethos empathique – semble ainsi renoncer à produire un savoir-sur, pour privilégier plutôt un combat-avec l’“écrivain francophone” », écrit en résumé François Provenzano, pour qui, in fine, l’étude du fait « francophone », si elle « aime à se penser affranchie de toute doxa », n’en calque pas moins l’essentiel de ses présupposés sur les « grandes inflexions francodoxes des dernières décennies » (pp. 241-242).

17Dans une conclusion dense et à haute valeur théorique ajoutée (pp. 243-257), l’auteur tente de rassembler l’ensemble des argumentaires rencontrés à propos de l’identité « francophone » pour en dégager quelques caractéristiques communes. Cet ensemble argumentatif se divise en deux selon que le discours concerné convoque une « rhétorique doxique », propre à la politique ou à l’essayisme plus ou moins militant, plutôt qu’une « rhétorique épistémique », adossée à la tradition universitaire. Les deux catégories de mise en discours se voient ensuite différenciées en fonction de divers critères (type d’ethos, de logos et de pathos). L’auteur insiste sur le fait que toutes les configurations rhétoriques observées « sont avant tout politiques, dans la mesure où elles concernent les systèmes de valeur qui organisent le rapport de la France à son altérité constitutive » (p. 246, c’est l’auteur qui souligne). Aussi l’alternative entre, d’une part, approches politiques (par exemple postcoloniales) ou politisées (par exemple liées à la Francophonie) et, d’autre part, approches « plus strictement “littéraires” ou “sociologiques” » (p. 247) ne met-elle pas les « études francophones » à l’abri d’erreurs d’observation ou de distorsions de la réalité. Quel que soit le degré de scientificité du discours tenu sur les « littératures francophones » par exemple, celui-ci ne peut se développer en dehors de « grands cadres institutionnels et axiologiques de production d’un savoir légitime sur ces littératures » (p. 248), autrement dit il ne peut se soustraire à la francodoxie. « En forçant sans doute un peu le trait, on peut en effet considérer que les outils conceptuels utilisés à propos des “littératures francophones” entretiennent soit une forme de connivence, soit une forme de rejet par rapport à la francodoxie qui, dans un cas comme dans l’autre, surdétermine ainsi la production du savoir sur la “francophonie” en induisant un usage normatif des concepts. »

18Il nous semble que pareille remarque peut s’appliquer à toute étude scientifique de quelque objet social que ce soit. Or le travail scientifique et sa possibilité même nous paraissent dépendre de l’élaboration et de l’application de modèles théoriques capables de dépasser le dilemme entre adhésion et aversion ou celui, tout aussi vain, entre attraction-répulsion et neutralité, pour donner lieu à une objectivation de tels phénomènes d’empathie (effectivement inévitables, du moins dans un premier stade du travail scientifique), une objectivation qui implique le chercheur lui-même et notamment son propre rapport à l’objet (« français », « francophone », etc.). La science entretient « une forme de rejet » non pas à l’égard de la doxa en tant que telle, mais à l’égard de la doxa en tant qu’elle habite l’esprit du chercheur et y produit des effets qu’il lui appartient d’intégrer et de désintégrer autant que possible dans sa démarche. En ce sens, le degré de scientificité ou, mieux, le statut scientifique de son discours tient à l’observation paradoxale, infatigablement réflexive, d’une doxa qu’il sait à l’œuvre jusqu’au plus profond de ses propres pratiques. Il est possible de rendre compte de manière non pas idéale, mais scientifique d’un système de représentations littéraires ou métalittéraires sans succomber à quelque axiologie incontrôlée, ni mener quelque entreprise de démystification. En somme, la critique que l’on pourrait formuler à l’égard de l’importante étude de François Provenzano est que celle-ci finit par perdre quelque peu de vue, à son stade final, ce que penser doxiquement veut dire pour une science réflexive.

  • 22 C’est dire que l’étude présentée dans ce livre était illustrative et sa visée théorique bien plus l (...)

19Au problème épistémologique qu’il soulève avec raison – et, là aussi, avec courage –, l’auteur ne voit d’autre solution que de proposer de mettre en chantier une étude systématique des représentations métalittéraires et de leurs usages politiques, étude fondée sur « une approche socio-rhétorique » seule capable, semble-t-il, de placer le chercheur pour ainsi dire au-dessus de la mêlée doxique, en l’occurrence francodoxe. Cette approche nécessite quatre phases, distinguées « pour la clarté de l’exposé » (p. 250). Il s’agit d’abord d’interroger les conditions socio-historiques et socio-discursives de telle ou telle production métalittéraire (par exemple « francophone22 »). Puis doivent être explicitées les modalités d’inscription institutionnelle de cette production. Un troisième volet porte sur ses modalités rhétoriques, « en partie branchées sur les conditions institutionnelles (particulières) et doxiques (globales) », mais en partie aussi sur « un espace rhétorique de négociation » où se constitue un « héritage » que cet espace lègue « immanquablement aux énonciateurs successifs, même si ceux-ci ne présentent plus le même ancrage institutionnel et discursif que leurs prédécesseurs » (p. 251). Enfin, quatrièmement, l’étude socio-rhétorique a à évaluer le degré d’ajustement de la production métalittéraire « aux enjeux contextuels ».

  • 23 Il combat ainsi certains effets politiques de la clôture textualiste : depuis Nicolas Sarkozy, avec (...)

20La procédure est ainsi marquée par un travail axé tantôt sur la dimension discursive et spécialement rhétorique (les « conditions socio-historiques et socio-discursives » de production métalittéraire ; l’« espace rhétorique de négociation » relativement autonome, capable de « léguer immanquablement » un héritage rhétorique, etc.), tantôt sur les « enjeux contextuels » (les « modalités d’inscription institutionnelle » de la production métalittéraire, l’« ancrage institutionnel et discursif » des énonciateurs, etc.). Apparaît ainsi une tendance à la sémiotisation des discours, lesquels ne sont pourtant pas les produits de mécanismes sémiotiques en « contexte » social, mais les produits de mécanismes inséparablement sémiotiques et sociaux. La méthode esquissée dans cette conclusion gagnerait donc à inclure davantage ce qui fonde ce lien inséparable – inclure ce qui, dans la théorie des champs de Pierre Bourdieu par exemple, se situe du côté du corps (lieu d’incorporations de ce qui existe d’abord à l’extérieur, sous forme de structures sociales incarnées par des corps institutionnels ou individuels) et de l’habitus (système incorporé de dispositions à évaluer, agir, discourir, etc.). L’ensemble de l’étude, qui donne la priorité « à la dimension rhétorique des discours, aux représentations construites par ceux-ci et à la circulation sociale de ces représentations » (p. 55), distingue entre une « socialité » et une « textualité » (p. 64) selon une forme imprévue de textualisme que recouvre sans doute la notion foucaldienne d’« ordre du discours » dont l’auteur se réclame en début d’ouvrage, tout en insistant sur son « efficace sociale » (p. 6). Si la démarche de François Provenzano est loin de verser dans des options épistémologiques que lui-même, avec la sociologie de la littérature et l’analyse du discours social, sait problématiques23, elle en offre malgré tout certains aspects qui finissent par émerger dans cette conclusion stimulante qui a le mérite d’en renouveler la discussion sous le signe nouveau de la « socio-rhétorique ».

Haut de page

Notes

1 Beniamino (Michel), La Francophonie littéraire. Essai pour une théorie, Paris, L’Harmattan, « Espaces francophones », 1999.

2 On remarquera que, si les politiques « francophones » n’ont guère abouti à un corps de doctrine ou à une action diplomatique capables de susciter à travers le monde un sentiment plus ou moins unanime de visibilité, voire de lisibilité, elles n’en contribuent pas moins efficacement à renforcer la vision du monde légitime et le nouvel ordre établi à l’ère néolibérale et mondialisée – aspect auquel le livre de François Provenzano n’est d’ailleurs pas insensible.

3 Voir les travaux de François-Xavier Verschave (notamment La Françafrique. Le plus long scandale de la République, Paris, Stock, 1998).

4 Halen (Pierre), « Constructions identitaires et stratégies d’émergence. Notes pour une analyse institutionnelle du système littéraire francophone », Études françaises, 37, 2, 2001, pp. 13-31.

5 Avec la publication de Reboullet (André) et Tétu (Michel) (dir.), Guide culturel. Civilisations et littératures d’expression française, Québec, Hachette / Les Presses de l’Université Laval, 1977.

6 Dirkx (Paul), Les « Amis belges ». Presse littéraire et franco-universalisme, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 2006.

7 Il est à prévoir que les « réformes » de l’Université française menées ces dernières années par l’UMP et dont l’essentiel est approuvé par le PS (notamment la loi dite « relative aux libertés et responsabilités des universités » de 2007 (loi LRU) et la création en leur sein de « collegiums » et de « pôles scientifiques » favorisant une « pluridisciplinarité » adaptée aux demandes du marché et évaluée par des agences relativement hétéronomes) modifieront le paysage (sous-)disciplinaire français à plus ou moins court terme.

8 Ou encore « centre français », expression qui dépolitise ce qui est bien davantage qu’un rapport hiérarchique entre un « centre » et une « périphérie » (voir Dirkx (Paul), « Une périphérie ? », Berg (Christian) et Halen (Pierre) (dir.), Littératures belges de langue française. Histoire et perspectives (1830-2000), Bruxelles, Le Cri, « Histoire », 2000, , pp. 341-368).

9 Schoell (Franck), La Langue française dans le monde, Paris, d’Artrey, 1936, p. 347 (cité pp. 116-117).

10 Selon une expression répandue notamment par le premier manuel qui ouvre ses pages à cette littérature, voir Calvet (Jean), Manuel illustré d’histoire de la littérature française, Paris, J. de Gigord, 1923, supplément « La littérature française à l’étranger [Belgique, Suisse et Canada] ».

11 Léger (Jules), Le Canada français et son expression littéraire, Paris, Nizet, 1938 (thèse dirigée par le comparatiste Paul Van Tieghem).

12 Ce plaidoyer semblait néanmoins ignorer que la question de la valeur littéraire, loin de devoir être « suspendue », est au cœur de la perspective sociale qu’il appelait de ses vœux.

13 Charlier (Gustave), Les Lettres françaises de Belgique. Esquisse historique, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1938.

14 Dirkx (Paul), Les « Amis belges », op. cit., pp. 28-31.

15 Cerquiligni (Bernard), « Francopolyphonie du Tout-Monde : penser la francophonie avec Édouard Glissant », http://www.mondesfrancophones.com/espaces/Creolisations/articles/francopolyphonie (cité p. 128).

16 C’est dire que l’étude de la francodoxie gagnerait, nous semble-t-il, à être accompagnée d’une étude des discours doxiques sur les autres langues et sur les interférences entre celles-ci et le(s) français.

17 Étiemble (René), Parlez-vous franglais, Paris, Gallimard, 1964.

18 Viatte (Auguste), « La littérature d’expression française dans la France d’outre-mer et à l’étranger », dans Queneau (Raymond) (dir.), Encyclopédie de la Pléiade. Histoire des littératures. III: Littératures françaises, connexes et marginales, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », pp. 1367-1413.

19 L’Académie française s’empressera très logiquement de décerner à ce livre son Prix de la Langue française 1984.

20 Chaudenson (Robert), Vers une révolution francophone ?, Paris, L’Harmattan, 1989.

21 Joubert (Jean-Louis), Les Voleurs de langue. Traversée de la francophonie littéraire, Paris, Philippe Rey, 2006.

22 C’est dire que l’étude présentée dans ce livre était illustrative et sa visée théorique bien plus large. Elle pourrait être utilement complétée, nous dit l’auteur, par des comparaisons avec des complexes socio-rhétoriques aussi divers que « le marxisme », « le romantisme », « le structuralisme » ou « le féminisme » (p. 254).

23 Il combat ainsi certains effets politiques de la clôture textualiste : depuis Nicolas Sarkozy, avec lequel son successeur socialiste fraîchement élu ne semble pas prêt à rompre de manière nette, la France connaît un processus de délégitimation des études littéraires, « désormais susceptibles de produire de la littérature (française) une représentation peu conforme à l’idéal patrimonial et fonctionnaliste [qui dénie] toute fonction sociale au littéraire, autre que celle d’un rayonnement civilisationnel » (p. 256). Les dernières phrases du livre précisent qu’il s’agissait au moins de contribuer à une meilleure compréhension des « manœuvres actuelles de redéfinition de l’identité culturelle française et [de] la manière dont une certaine représentation de la littérature ou de la culture est embarquée dans ces manœuvres » (p. 257).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Dirkx, « Vies et mort d’un discours hétéronome », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 01 juin 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://contextes.revues.org/5424

Haut de page

Auteur

Paul Dirkx

Université de Lorraine, Centre d’études littéraires Jean Mourot (CÉLJM)

Articles du même auteur

Haut de page