Navigation – Plan du site

Compte rendu de Jourdain (Anne) et Naulin (Sidonie), La Théorie de Pierre Bourdieu et ses usages sociologiques

Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 2011, 128 p.
Matthieu Béra

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1Voici donc arrivé sur le marché un nouvel ouvrage d’introduction au sociologue français le plus lu, enseigné et commenté. 123 pages de la collection 128 pour permettre aux étudiants de s’initier aux notions phares, aux textes clés, du grand sociologue français décédé en janvier 2002. Cela s’imposait-il quand il existe déjà le Mounier d’excellente tenue, le Pinto, plus philosophique, qui avait l’inconvénient d’être rédigé par un inconditionnel ou d’autres ouvrages encore ? C’est le choix de François de Singly, directeur de cette collection, qui a néanmoins confié la lourde tache d’écrire cette introduction à deux jeunes doctorantes, normaliennes et agrégées de sciences économiques et sociales, en thèse avec Fréderic Lebaron pour l’une et Philippe Steiner pour l’autre (deux orientations clairement socio-économiques).

2Les deux jeunes auteures utilisent l’introduction de cinq pages pour présenter la vie et la formation de Bourdieu, son parcours universitaire, en indiquant bizarrement qu’Aron était son « maître à penser » (p. 7), ce qui est pour le moins contestable ! Elles évoquent rapidement sa carrière bibliographique, institutionnelle, la création de la revue Actes de la recherche en sciences sociales (un événement bien trop minoré) et à plusieurs reprises insistent sur les ventes de ses ouvrages : « important succès », « très grand succès de librairie », « grands succès éditoriaux », sans jamais donner un chiffre, pourtant disponible. Le traitement mensuel de Bourdieu est aussi tabou que sa charge d’enseignement (fort réduite puisqu’il a accédé à l’EHESS en 1964 et au Collège de France en 1982, avec une heure et demie pas semaine pendant quelques mois par an), alors que le sociologue de l’objectivation ne se gênait pas pour publier ces données sur les autres… Il est des choses qui ne se font pas, visiblement. Le tabou des salaires en France est l’un des plus importants qui soit – surtout dans le « champ intellectuel ».

3Les quatre chapitres participent ensuite de choix drastiques, vue l’ampleur de l’œuvre (elles évoquent près de 400 articles !) ; il fallait trancher. Ce sera donc une orientation épistémologique et théorique pour les chapitres 1 (« Le métier de sociologue ») et 4 (« Théorie de l’espace social »), thématique pour les chapitres 2 (« Sociologie de l’école ») et 3 (« Sociologie de la culture »). Commençons par les premiers.

4On y trouve les contenus du Métier de sociologue (1968), cette anthologie de textes classiques d’épistémologie co-écrite avec Chamboredon et Passeron, introduits par une centaine de pages très denses où les trois auteurs (normaliens et agrégés de philosophie, alors quasi quadras) proposaient de revenir à Durkheim, et réfléchissaient au statut de science de la sociologie – ils n’en doutaient pas alors. Dans ces deux chapitres, on nous propose aussi de passer sur des textes importants de Bourdieu à propos de la fausse neutralité des techniques d’enquêtes (dont les statistiques), l’illusion biographique, la socio-analyse, la réflexivité méthodologique… (le petit ouvrage ne donne pas systématiquement les références bibliographique de ces articles, c’est un défaut). On y présente aussi la théorie de l’action de Bourdieu, les notions d’habitus… et si l’on saute au chapitre 4, celles de champ, de capitaux… Il n’est pas sûr que toutes ces gloses maintes fois prises et reprises sur les principales notions de Bourdieu soient plus claires ici que dans Réponses, l’ouvrage d’entretien avec Wacquant, publié au Seuil en 1992. On se demande parfois pourquoi les ouvrages d’initiation s’évertuent à réécrire ce que les grands auteurs ont parfaitement expliqué ailleurs…

5Dans le second cadre, thématique celui-ci, sur lequel il nous paraît plus intéressant d’insister, les deux auteures présentent la sociologie de l’école, en la séparant de la sociologie de la culture, sans tenir compte d’un parti pris fondamental de Bourdieu pour qui les deux étaient intimement liés ! L’école est chargée de diffuser la culture légitime, de classer les individus, les biens – elle ne peut pas être séparée de la sociologie de la culture (qui a dit : « il est absurde de séparer la sociologie de l’éducation de la sociologie de la culture » ?, Choses dites, 1987, p. 52). Le chapitre sur l’école n’est pas très nouveau non plus. On nous y présente la théorie de la reproduction (celle-ci en revanche est quasiment impossible à lire directement dans le livre de 1970, donc une initiation s’impose), l’inusable débat Boudon/Bourdieu (au programme de terminale ES), le calcul rationnel des acteurs contre l’habitus des agents (p. 48) et on se retrouve sur la théorie de l’action (déjà présentée dans le chapitre 1 et reprise encore dans le chapitre 3). On peut regretter qu’aucun tableau statistique (tiré par exemple des Héritiers 1964, de la Noblesse d’Etat 1989) ne soit repris ni analysé, aucun schéma proposé, alors que ce sont aussi des éléments fondamentaux de la méthodologie bourdieusienne.

6J’insisterai davantage sur le chapitre 3 « Sociologie de la culture », qui court de la page 63 à la page 86 où l’on nous présente une fois encore la TLC (nom de code de la Théorie de la légitimité culturelle, appellation contrôlée sous laquelle on désigne sa sociologie de la culture depuis dix ans). Là encore, cette théorie ayant été maintes fois présentée dans les ouvrages de sociologie de la culture (dont aucun n’est cité ou proposé en bibliographie ou en note), il était difficile de faire du nouveau… Il est bien précisé que la notion de légitimité vient tout droit de la théorie wébérienne (p. 67) ; encore eût-il fallu ajouter que tout Bourdieu en était inspiré (épistémologie, sociologie de l’éducation) et que la théorie de la religion a été transposée par Bourdieu et Passeron en théorie de l’éducation. Au jeu des influences, il aurait fallu insister également sur l’école française de sociologie, Durkheim, Mauss, Hubert, qui ont ouvert la voie et les yeux de Bourdieu sur les phénomènes de croyances collectives, de leur production à leur diffusion. Les auteurs ne le savaient peut-être pas, car trop peu a été dit à ce jour sur la question. L’influence marxiste n’est pas davantage évoquée, alors que la théorie de la classe dominante, culturellement et économiquement, s’en inspire beaucoup. Le rôle de l’école est quand même évoqué (pp. 70-71), en un petit paragraphe plutôt dérisoire comparé au rôle joué par l’institution (dans la théorie et la vie de Bourdieu et peut-être aussi dans la réalité des « agents » !).

7Une partie de ce chapitre est consacrée aux prolongements et discussions, ce que les auteures appellent « usages » (cf. le titre de leur ouvrage – on y reviendra). Dans le premier cas, elles renvoient à Fabiani et à son article sur la légitimation du jazz. Exemple étonnant car ancien (1986) et surtout peu développé par cet auteur, hormis à cette occasion… La légitimation d’un domaine culturel est devenue un terrain d’enquêtes pour de nombreux auteurs, elles en citent d’autres depuis Boltantski et la BD en 1975. La légitimation est un processus passionnant à étudier, il peut se décliner pour tous les domaines : musique, danse, littérature, etc. Les indicateurs du processus sont les suivants : institutionnalisation (apprentissage dans les écoles supérieures), attitudes des amateurs, subventions et soutiens politiques, développement d’une critique savante, etc.

8Jourdain et Naulin présentent aussi les discussions animées qui ont été provoquées depuis 30 ans par la TLC : la critique axiologique de Passeron et Grignon (Le Savant et le populaire, 1989, suite au séminaire de 1982, comme réponse à des points aveugles de La Distinction sur la culture populaire), mais aussi les enquêtes sur l’éclectisme, considéré comme une nouvelle forme de profits de distinction (Peterson, Donnat, Coulangeon), conciliables avec la théorie de Bourdieu, ou encore les travaux de Lahire sur les « profils dissonants », c’est-à-dire non spécifiquement légitimes ou illégitimes, qu’il étudie dans La Culture des individus, 2004 (soit dit en passant, Lahire n’a jamais été « un élève de Bourdieu » qui ne fut ni son enseignant, ni son directeur de thèse, ni membre de son jury), jusqu’aux critiques radicales de Hennion (1993) et sa pragmatique du goût – critiques un peu en friches – ou celles du jeune Glevarec, inspiré par les cultural studies, qui condamne le dénigrement bourdieusien pour toutes les formes populaires de culture. Il est vrai que ce dernier n’a pas été très pertinent dans son analyse de la télévision qu’il ne devait pas regarder souvent (encore moins pour internet qu’il n’a jamais dû vraiment pratiquer). Il y a des oublis un peu regrettables dans ce registre : quid de Dominique Pasquier qui la première a pris comme objet la télévision en sociologie française, et qui propose d’autres variables que celles de classes pour comprendre les publics de la culture (les genres, les générations) ? D’une manière générale, quid des cultural studies depuis Hoggart qui sont devenues très à la mode aujourd’hui chez tous ceux qui tentent de dépasser le maître par là où il a clairement manqué de clairvoyance ?

9Voici à peu près ce que l’on peut trouver dans ce petit ouvrage condensé, de la part de ces auteures qui se sont confrontées à la lourde tache de donner un premier aperçu sur une sociologie considérable, qui s’est intéressée à presque tout (sauf peut-être à la famille).

10Avant de terminer, il nous faut soulever un point décevant.

11La notion d’ « usages » qui trône en titre, pour prometteuse qu’elle soit (doit-on avouer qu’elle nous a donné envie à elle seule de lire l’ouvrage ?), ne recèle malheureusement aucun intérêt majeur dans le traitement que lui réservent les auteures. Selon elles, les usages sont la « présentation des travaux d’auteurs qui ont illustré ou poursuivi sa réflexion » (p. 9). Et de fait, elles essayent à chaque fois de présenter des chercheurs qui ont suivi Bourdieu : Lenoir sur la genèse historique de la catégorie de 3e âge (chapitre 1), Fabiani déjà évoqué (chapitre 3), Charle à propos du champ littéraire (chapitre 4)… Elles auraient pu ajouter Pouppeau dans le chapitre 2 sur l’école et bien d’autres encore… N’écrivent-elles pas en conclusion que Bourdieu « a fait école » ? C’eût été intéressant de développer cet aspect de la question, même brièvement. On s’étonne de voir F. de Singly (chapitre 4) pour l’ « usage » qu’il a fait de la théorie des capitaux, avec son très réussi Fortune et infortune de la femme mariée (1987). Etait-ce un hommage obligé au Directeur de collection ? Singly avait pourtant fait à cette occasion le pari individualiste, qui n’est pas spécialement bourdieusien ! Mais il est vrai aussi que la notion de « stratégie inconsciente », chère à Bourdieu, dénoncée ailleurs comme un terrible oxymore et une hérésie pure et simple, peut être recyclée aussi dans ce sens…

12Cependant, les auteures dévient de leur définition initiale quand elles présentent les discussions (cf. le chapitre 3 par exemple). On ne saurait leur reprocher : il est clair que la recherche sur les « usages » sociaux des grandes théories (et la sociologie de la sociologie qu’elle implique nécessairement, elle-même prônée par Bourdieu) doit inclure les stratégies d’attaque, de polémique. Discuter Bourdieu, comme le relayer sans discussion, constituent des usages parmi d’autres. Mais la perspective n’est pas vraiment celle des auteurs, qui restent très timides dans la discussion – sans doute ne sont-elles pas encore assez armées pour cela, ou peut-être leur a-t-on déconseillé de le faire ? Les quatre pauvre critiques développées – évoquées – en conclusion (p. 120) font pâle figure et paraissent bien dérisoires à côté des débats soulevés par Bourdieu (qui font partie de sa postérité). De même, la présentation de la critique de Passeron et Grignon déjà évoquée (pp. 75 et 76) est très euphémisée. Citons-les : « la TLC serait donc [notez le conditionnel] moins pertinente pour décrire la culture populaire »… Rien de très persuasif, il faut le reconnaître ! Plus généralement, la notion d’« usages » aurait pu renvoyer aux usages extra-scientifiques de la théorie de Bourdieu, aux usages politiques par exemple.

13Ce qui nous avait intéressé a priori s’est révélé absent de l’ouvrage. Dommage, car l’originalité du titre aurait pu se trouver de nombreux points d’appui, largement inédits sur le marché.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Béra, « Compte rendu de Jourdain (Anne) et Naulin (Sidonie), La Théorie de Pierre Bourdieu et ses usages sociologiques », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 08 août 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://contextes.revues.org/5431

Haut de page

Auteur

Matthieu Béra

Université de Bordeaux 4

Articles du même auteur

Haut de page