Navigation – Plan du site

Personnalisme et liturgie

Les nouvelles expressions de la foi parmi les chrétiens contestataires (de 1955 à 1980)
Vincent Soulage

Résumé

Né en 1947, La Vie Nouvelle est un mouvement se réclamant à la fois du personnalisme communautaire et du catholicisme. Actif sur les terrains politiques et religieux, il a cherché à exprimer sa foi au travers d’une liturgie renouvelée. Cet activisme liturgique, qui prend d’abord la forme du Centre Alleluia, a précédé les réformes du concile Vatican ii puis a participé à leur diffusion.

Après mai 68, la pénétration des idées marxistes réoriente la réflexion vers une recherche de cohérence entre les pratiques religieuses et les positions révolutionnaires qu’a adoptées le mouvement. Vie Nouvelle est alors insérée dans un réseau de chrétiens contestataires actif une décennie durant.

L’identité personnaliste, plusieurs fois réaffirmée, n’est pas liée explicitement au combat liturgique. Mais elle est sans doute identifiable dans le souci d’une participation active des fidèles puis d’une cohérence entre les dimensions de la personne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La meilleure source sur l’histoire du mouvement est l’ouvrage de Lestavel (Jean), La Vie Nouvelle, (...)

1Dans le grand épisode de poussée antiinstitutionnelle qui suit mai 68, l’Église catholique est touchée de plein fouet. Sa propension à régenter l’expression de la foi des fidèles est battue en brèche et des expériences se multiplient. En France, les plus dynamiques sont un temps les groupes chrétiens de gauche (ou contestataires) parmi lesquels se distingue La Vie Nouvelle. Mouvement communautaire né en 1947 de la transformation des Amitiés scoutes1, il présente l’originalité de professer à la foi une identité catholique et de reconnaître le personnalisme comme sa principale référence. Très vite, la liturgie est identifiée comme le principal lieu d’expression de la foi, et donc comme un enjeu dans lequel le mouvement doit s’investir.

2Le temps de la célébration eucharistique est celui du rassemblement de la communauté des croyants, mais la liturgie préconciliaire, lointaine héritière de la Contre-réforme tridentine, paraît bien éloignée des principes du personnalisme communautaire. De la disposition de l’assemblée à l’usage du latin, tout maintient l’assistance dans une position passive face à un célébrant (qui d’ailleurs lui tourne le dos), médiateur indispensable avec l’autorité divine. Ce constat est très largement partagé dans l’Église catholique ; des recherches et expériences liturgiques se multiplient dans l’après-guerre, notamment dans l’espace francophone et malgré les condamnations.

3Dès ses jeunes années, Vie nouvelle est partie prenante de ces démarches qui vivront les décisions du concile Vatican ii comme une victoire et une reconnaissance, sans pour autant mettre fin aux innovations. La recherche liturgique au sein de Vie Nouvelle connaît au moins deux phases :

  1. La première débute à la fin des années 1950 et s’intègre à un vaste mouvement en faveur d’une rénovation liturgique puis de l’application rapide des décisions du concile.

  2. La seconde se développe durant la décennie contestataire des années 1970 et vise à redonner une signification (souvent politique) aux gestes liturgiques.

4Entre les deux, l’épisode mai 68 installe le marxisme au cœur même des débats religieux.

5La démarche ici proposée est donc d’utiliser Vie Nouvelle comme observatoire de la recherche de nouvelles expressions de foi et formes liturgiques en essayant de dégager des éléments d’une influence personnaliste tant dans les expériences menées que dans leur mode d’élaboration et de transmission.

PROMOUVOIR LA RÉNOVATION LITURGIQUE GRÂCE AU CENTRE ALLELUIA (1955-1970)

6La première phase de l’action de Vie Nouvelle est sa participation au mouvement de rénovation liturgique qui entoure le concile, participation qui prend la forme des équipes Alleluia.

7Le projet est au départ assez simple : afin de dégager des sources de financement pour le mouvement, son fondateur André Cruizat fait éditer à partir de 1953 un agenda liturgique. Y figurent à la fois des textes bibliques et patristiques, des commentaires contemporains, des propositions pour animer la messe paroissiale, et bien sûr les dates clés de la liturgie. La diffusion et la vente de l’agenda connaissent un vif succès et s’intègrent très vite à une mobilisation plus large en faveur de l’action liturgique.

Un lieu de ressources

  • 2 Document de présentation du Centre Alleluia daté de janvier 1968. Archives de La Vie Nouvelle, cons (...)

8Des équipes Alleluia sont créées à partir d’un appel lancé durant l’avent 1956. Elles prennent en charge l’édition de l’agenda, mais leurs activités prennent vite une autre ampleur pour construire des ressources à disposition de l’ensemble des laïcs qui souhaitent participer à l’animation de la vie paroissiale. La spécificité de leur travail est l’insistance forte à faire le lien entre la liturgie et la vie réelle des laïcs, notamment leurs lieux d’engagement. Leur objectif affirmé est « non de former des spécialistes, mais des laïcs vivifiant leur Foi aux sources de l’assemblée chrétienne et l’enrichissant de leur présence au monde2 ».

9En complément de l’agenda initial, les équipes, devenues peu avant 1965 le Centre Alleluia, éditent et vendent des fiches (parfois appelés Dossiers). Preuve de l’attachement à Vie Nouvelle, ces dernières prennent initialement la forme de supplément à la revue Vers la Vie Nouvelle. La première fiche en 1957 vise à « l’organisation d’une journée d’action liturgique » avec des consignes parfois très précises (sur les horaires, l’invitation prioritaire des mouvements d’Action catholique, les relations avec le curé…). Parmi les premiers dossiers, l’un porte (vraisemblablement en 1962) sur « l’évolution de la messe et de ses composantes depuis les origines apostoliques ». Le recours à de nombreux schémas historiques illustre le souci pédagogique de ce document qui est d’ailleurs rapidement épuisé.

  • 3 On en trouve une bonne synthèse dans Brulin (Monique), « Les mutations liturgiques en France (1965- (...)

10Pour diffuser et aider à s’approprier les outils, des sessions de formation sont organisées, accueillant bien sûr des laïcs, mais aussi une forte proportion de prêtres. Elles sont prioritairement organisées en direction des membres, aumôniers et sympathisants des groupes Vie Nouvelle. Mais le Centre peut aussi intervenir dans des sessions de formation liturgique organisées par les diocèses, et pas seulement celui de Paris. Il établit d’ailleurs en 1965 une liste de correspondants en province et « d’instructeurs » capables d’y animer des sessions. Ces derniers peuvent d’ailleurs ultérieurement participer à des week-ends de recyclage en raison des transformations rapides de la liturgie à la suite du concile3.

  • 4 On trouvera des informations sur ce texte dans l’encyclopédie mutualisée en ligne Wikipédia (http:/ (...)

11Pourvoyeur de ressources et de formations, le Centre Alleluia devient également un lieu d’expertise reconnu et utilisé lorsqu’il s’agit de diffuser en France les décisions conciliaires. Ainsi, c’est lui qui organise, sans doute en 1965, la première session de laïcs pour étudier la Constitution sur la Sainte Liturgie (Sacrosanctum Concilium4, promulguée en décembre 1963). Elle aboutit à l’édition du Documents n° 14 qui décrit les lignes maîtresses du texte romain et insiste sur le tournant historique qu’il représente.

12Cette expertise s’appuie sur les expérimentations menées à la même époque par le Centre. Prenant appui sur la constitution conciliaire, une équipe de recherche d’une trentaine de personnes se constitue fin 1965 pour explorer les pistes ouvertes. Son travail aboutit à un document de synthèse interne, révélateur de la démarche : pour chaque rite sont listées les possibilités (« trop souvent inexploitées ») et les réponses souhaitées (parfois la suppression). Ces dernières sont expérimentées en juin 1966 lors d’une célébration qui a reçu l’accord des instances épiscopales.

Un lieu reconnu

13On sait qu’à cette époque, l’activité du centre Alleluia est connue et appréciée des évêques. Ceux-ci font en 1965 du nouveau cnpl (Centre National de Pastorale Liturgique) un organisme officiel qui va piloter la réforme liturgique en France. Ce dernier s’assure la coopération du Centre Alleluia pour travailler à la mise en œuvre de la nouvelle liturgie et l’associe aux réflexions concernant le nouveau rituel du mariage, la traduction du canon et les nouvelles prières eucharistiques. Il participe de même à l’explication et à la diffusion dans les paroisses des nouveaux textes, ce qui prend par exemple la forme de sessions ou d’un livre publié en septembre 1968.

  • 5 Lestavel, op. cit., p 203.

14Les relations entre les deux centres sont intenses au point de donner l’impression que l’un a absorbé l’autre ; Jean Lestavel va jusqu’à évoquer une « opa » amicale du cnpl5. Il est vrai qu’on y retrouve des anciens du centre Alleluia comme le Père Bonnet, qui participe également au magazine liturgique Fêtes & saisons.

  • 6 Compte-rendu d’une réunion de l’équipe du Centre Alleluia, 20 décembre 1970. Archives de La Vie nou (...)

15La reconnaissance ultime vient en 1969 lors du Congrès Mondial de l’Apostolat des Laïcs, à Rome. La liturgie y est confiée à Robert Baguet, responsable du centre Alleluia et laïc issu de Vie Nouvelle, qui fait d’ailleurs le lien entre les deux structures. Mais l’année suivante, le même R Baguet déplore : « nous ne voulons plus être " les grands clercs de la liturgie conciliaire ". Nous sommes devenus un service technique6 ». À son image, les responsables s’interrogent sur la vocation du centre ; son activité semble se réduire à mesure qu’il s’éloigne du cnpl et adopte une position plus critique.

Des lieux de formation

16Plus largement, la participation au renouveau liturgique est citée par tous les témoins comme un élément essentiel de l’action de Vie Nouvelle dans les années 1960. Dans ses documents internes, le mouvement estime que la moitié de ses 5 000 membres ont un engagement dans leur église locale en 1967, un sondage interne fixant la part d’animateurs liturgiques à 12 %, chiffre fort respectable. Cette participation a un sens : sortir d’une liturgie-spectacle gérée par des experts, clercs ou animateurs, pour y faire participer le plus grand nombre et que l’assemblée comprenne ce qui se joue, par exemple grâce à l’usage de la langue vulgaire ou de formules plus accessibles. La priorité partout évidente est d’abord de permettre aux laïcs de s’approprier la célébration afin d’intervenir dans les espaces possibles d’expérimentations. Le Centre est d’abord un lieu de formation et de ressources, secondairement d’expertise et d’expérimentation.

17On retrouve là l’attitude de Vie Nouvelle durant la décennie 1960, déclinée dans trois domaines d’intervention. Le mouvement, agréé d’éducation populaire, s’y positionne en retrait comme un lieu de formation plutôt que d’élaboration. Encore, ce rôle est-il souvent dévolu à des structures en apparence extérieures afin de disposer d’une large influence.

18On a vu que, dans le domaine religieux, le Centre Alleluia vise à former des laïcs qui, dans un second temps, deviennent les moteurs d’équipes d’animation paroissiale.

  • 7 On a très peu d’ouvrages sur le club Citoyens 60, la référence restant Mossuz (Janine), Les clubs e (...)

19Dans le domaine politique, le club Citoyens 60 (qui associe une revue nationale et des équipes locales) est créé par Jacques Delors au sein de Vie Nouvelle. Il atteint 10 000 membres qui n’ont pas tous la double appartenance, mais Citoyens 60 doit bien être considéré comme le prolongement politique de Vie Nouvelle qui d’ailleurs finance son fonctionnement. Les clubs locaux mènent des activités de formation, de réflexion et de soutien à leurs militants qui, dans un second temps, s’investissent dans les partis existants. Par ses effectifs et son implantation nationale, Citoyens 60 est un des principaux clubs de la décennie 1960 et participe aux initiatives majeures de recomposition de la gauche : Assises de Vichy en 1964 (première rencontre nationale des clubs), création de la Fédération de la Gauche Démocrate et Socialiste en 1965 (qui réunit plusieurs partis de gauche sous la présidence de François Mitterrand), rencontres socialistes de Grenoble en 1966 (organisée autour du psu)7

  • 8 Aumont (Bernadette), « Les orientations clés de la formation "d’animateurs de formation" au cepreg (...)

20Enfin, dans le domaine de la formation permanente, le cepreg est créé par six militants de Vie Nouvelle (et hébergé par ses soins) pour organiser des sessions de formations pour adultes, prioritairement des responsables associatifs puis aussi des enseignants8. Son originalité était l’importance donnée au groupe comme lieu et moyen de la formation. La loi sur la formation professionnelle, votée en 1971 à l’initiative justement de Jacques Delors, provoquera paradoxalement son déclin dans un secteur devenu plus commercial que militant.

21Dans les trois cas, la décennie suivante est marquée par la réintégration de ces activités au sein du mouvement d’origine, Vie Nouvelle développant à nouveau en interne une animation (et une réflexion) religieuse, de même qu’il participe en propre à des mobilisations politiques (voir plus bas).

L’inscription dans l’élan conciliaire

22Rétrospectivement, la capacité d’innovation des équipes Alleluia nous apparaît réduite parce qu’elle rencontre les propositions conciliaires qui vont dans le même sens et se déploient sur la même période. Les propositions nouvelles semblent d’autant plus modestes qu’elles sont peu abordées dans les archives. Cependant, tout au long de la décennie, jouissant du soutien des évêques, le Centre Alleluia connaît une influence limitée, mais un succès réel, lisible dans le témoignage des participants aux sessions.

  • 9 Lettre pastorale sur la sainte liturgie, 14 janvier 1964, cité par Monique Brulin, op. cit., p 113.

23Il serait bien sûr exagéré de dire que la liturgie postconciliaire est personnaliste, mais elle présente des convergences avec la pensée des héritiers de Mounier. Lorsqu’en 1964, l’épiscopat français affirme que la liturgie « engage à réaliser dans la vie quotidienne le mystère célébré dans l’assemblée9 », comment ne pas faire le rapprochement avec les intuitions des premières équipes Alleluia ?

  • 10 Brulin, art. cit., pp. 124-125.

24Avec le concile a triomphé la vision d’une assemblée dominicale composée de personnes à qui on demande une présence active dans la célébration. Monique Brulin relève que la réforme liturgique propose un « modèle de participation du peuple assemblé » attentif à « la part propre aux fidèles et à leur association fervente et intelligente au cérémonial ». Cette volonté de participation s’applique à la communauté rassemblée, invitée à intervenir à de nombreuses reprises (chants d’acclamation, prières d’invocation) dans les nouveaux rituels, y compris au cours de la prière eucharistique. La nouvelle liturgie relève également la présence individuelle : le geste de paix « rompt l’anonymat du regard sur autrui », par celui de communion « chaque fidèle se trouve personnellement considéré10 ».

  • 11 Mgr Lefebvre fonde dès 1970 un séminaire à Ecône pour maintenir l’ancien rite.

25Cette volonté de participation du peuple de Dieu presque redécouvert ne pouvait que rejoindre et réjouir les tenants du personnalisme communautaire. Cet âge d’or sera cependant limité dans le temps, car les attitudes sont divergentes face aux décisions conciliaires. Pour Rome, leur mise en application est une fin en soi qu’il s’agit d’accompagner par un intense effort de formation ; il est indispensable de réussir la diffusion de la nouvelle liturgie face aux résistances qui déjà émergent11. Cette position est déclinée dans les diocèses et paroisses afin de toucher la masse des fidèles.

  • 12 Depuis 1965 et la suppression de sa branche universitaire (qui doit intégrer dans la nouvelle Missi (...)

26De leur côté, les mouvements catholiques voient l’arrivée d’une nouvelle génération pour laquelle le concile est au contraire le point de départ d’une remise en cause quasi générale des expressions de la foi, voire de l’intelligence chrétienne. Cela se remarque d’abord à la jec et au mrjc12 dont les jeunes militants n’ont pas connu Vatican ii et mesurent difficilement les changements déjà accomplis. Parmi les mouvements d’adultes, les nouveaux arrivants ont souvent intégré l’acquis conciliaire et souhaitent le prolonger. Bien formés à la fois par l’Action catholique spécialisée et pas le système scolaire en voie de démocratisation (beaucoup ont pu suivre des études secondaires voire supérieures), ils revendiquent une participation autonome des fidèles à la construction de la foi.

27Entre ces militants et les positions épiscopales, le fossé va se creuser.

LA SURPOLITISATION APRÈS MAI 68

La pénétration du marxisme

  • 13 L’expression sert par exemple de titre au livre polémique de Gunsberg (Henri), Les chrétiens de gau (...)

28Passé 1968, Vie Nouvelle est très fortement influencée par le marxisme, comme beaucoup des mouvements qu’on commence à désigner comme « chrétiens de gauche »13. Ensemble, ils forment une nébuleuse dans laquelle se mêlent groupes confessionnels politisés, associations sous influence chrétienne, mouvements déconfessionnalisés… tous entretenant des liens nombreux et complexes non exempts de tensions. Tous connaissent une dérive de type gauchiste, sans y céder complètement. Des outils intellectuels, des schémas de pensée, des éléments de langage d’origine marxistes pénètrent très largement ces groupes, sans qu’ils soient toujours bien maîtrisés par les membres. Ainsi, il est question de faire un « choix de société socialiste » et de recourir à une « praxis révolutionnaire » afin de « porter la lutte des classes dans l’Église ». Autant de termes qui résonnent parfois comme des slogans et qui sont omniprésents dans la production textuelle (rapports d’analyse, déclaration des mouvements, essais…).

  • 14 L’expression est reprise dans tous les documents internes sur l’histoire du mouvement pour désigner (...)

29Si Vie Nouvelle fait siennes ces affirmations, elle n’oublie pas d’être aussi un mouvement d’éducation populaire et un effort intense de pédagogie est produit en interne. Des équipes nationales, souvent en réalité parisiennes, s’efforcent de produire des raisonnements cohérents qui sont diffusés dans une profusion de publications. Les membres de base peinent à s’approprier ces réflexions en raison du volume et de la densité des textes. Ce fonctionnement devient parfois si pesant que certains dénoncent une « pédagogie du marteau »14. Ces documents restent tout de même une source indispensable pour suivre les réflexions de Vie Nouvelle et de toute la mouvance (mouvements comme intellectuels) avec qui elle est en contact.

30Dans la période qui va de 1968 à 1977, Vie Nouvelle et ses responsables prennent ainsi une part très active aux réflexions sur les relations entre d’un côté la foi chrétienne et l’appartenance éventuelle à une Église instituée, et d’autre part l’engagement politique dans des mouvements socialistes (avec toute l’ambiguïté de ce terme) et le recours au marxisme sous diverses formes.

  • 15 Guichard (Jean), Le marxisme, théorie et pratique de la révolution, Lyon, Chronique sociale de Fran (...)

31Ces débats font l’objet de nombreuses publications, dont les plus célèbres sont les ouvrages de Jean Guichard, Le marxisme, théorie et pratique de la révolution, et celui de Giulio Girardi, Marxisme et christianisme, tous les 2 publiés en 1968 (et réédités). Au sein de Vie Nouvelle, Philippe Warnier, qui est d’abord responsable du secteur politique puis animateur national (1971-1977), enchaîne les publications avec La Foi d’un chrétien révolutionnaire (1975) puis Marx pour un chrétien (1976). Tous ces ouvrages sont des essais de facture classique avec une réelle visée pédagogique et sont abondamment diffusés et commentés dans le mouvement15.

  • 16 Warnier (Philippe), Le phénomène des communautés de base, Paris, Paris, Desclée, 1973, 199 p. et La (...)

32Le même Philippe Warnier est l’auteur en 1973 d’une étude sur Le phénomène des communautés de base, qui explore ces formes nouvelles et communautaires de vie de foi. Devenu directeur de la revue de spiritualité Prier, il imite en 1990 les nombreux militants, clercs ou laïcs, qui racontent sur le tard leur parcours contestataire. Mais La décision16 se distingue par sa forme originale et déroutante, entre biographie et construction romanesque. Un avertissement précise bien la nature de l’ouvrage qui n’est pas un livre d’histoire, mais un témoignage, avec sa part d’exagération et de réinterprétation. L’auteur revendique le choix d’une forme littéraire (le livre est écrit à la troisième personne et suit deux héros) comme permettant à la fois plus de liberté et de vérité dans le récit.

  • 17 Belo (Fernando), Lecture matérialiste de l’Evangile de Marc : récit-pratique-idéologie, Paris, Éd. (...)
  • 18 Sur ce sujet, on peut lire l’article de Rousseau (Sabine), « Lectures militantes de la Bible dans l (...)

33Plus novatrice est l’utilisation du marxisme pour lire le texte biblique. La méthode prend le nom de lecture matérialiste, du nom de l’ouvrage pionnier de Fernando Belo sur l’Évangile de Marc17. La formule est facile, mais il s’agit de « faire lire Marc par Marx ». Des membres de l’équipe nationale de Vie Nouvelle sont associés aux groupes de recherche sur ce sujet, et la presse du mouvement se fait l’écho de la méthode et des publications qui l’alimentent. Si, avec Sabine Rousseau18, on peut douter de sa réelle pénétration dans les mouvements et communautés de base, cette lecture biblique militante participe à l’interrogation sur l’identité marxiste de Vie Nouvelle.

Un personnalisme reformulé

34Vie Nouvelle se fait largement l’écho de ces nouvelles propositions et toute la période 1971-1977 est centrée sur la question du rapport du mouvement au marxisme. La conclusion en sera de rejeter l’idée que la pensée de Marx constitue la référence principale du mouvement qui persiste à se reconnaître comme personnaliste.

  • 19 « La Vie Nouvelle et le personnalisme », supplément au n° 74/3 de la revue Vers la Vie Nouvelle, 1e (...)

35Car le personnalisme, s’il passe au second plan, n’est jamais oublié. En parallèle des questions sur le marxisme et le socialisme, Vie Nouvelle s’interroge aussi sur la pertinence de sa référence fondatrice dans un contexte nouveau. De manière symptomatique, l’année 1974-1975 est l’occasion d’une série de conférences de Giulio Girardi sur le thème « Marxisme et personnalisme ». Mais le pivot de cette réflexion est un document interne épais La Vie Nouvelle et le personnalisme, publié en 1974. Il s’enorgueillit d’ailleurs d’être « le premier essai de confrontation entre le personnalisme chrétien et le marxisme »19.

36En réalité, la confrontation est plus large puisque le document affronte le personnalisme aux Maîtres du soupçon (Marx, Nietzsche, Freud…). Il en ressort un certain nombre d’éléments de convergence avec l’ensemble de ces courants de pensée, tout en distinguant également des points de rupture. Dans sa conclusion, Vie Nouvelle essaie de poser le personnalisme comme une philosophie, une interrogation fondamentale sur le monde, qui peut être partiellement compatible avec d’autres. Car ce qui transparaît le plus est l’idée que le personnalisme a constitué un médiateur, une passerelle vers le socialisme et le marxisme, rappelant avec force que face au capitalisme, Mounier a choisi son camp.

Un engagement concret à gauche

37Pour Vie Nouvelle, revendiquer un choix socialiste n’est pas abstrait. Déjà en 1965, le mouvement avait encouragé ses membres à rejoindre la nouvelle fgds (Fédération de la Gauche Démocrate et Socialiste), présidée par François Mitterrand et rassemblant la gauche non communiste. L’incitation est plus forte en 1971 à l’occasion du congrès d’Epinay qui marque la naissance officielle du Parti socialiste. Il s’agit alors de soutenir un groupe de chrétiens qui dépose une motion spécifique autour de Robert Buron, mais n’obtient qu’un maigre résultat. L’implication est complète trois ans plus tard lorsque Vie Nouvelle participe officiellement aux Assises du Socialisme. Elles permettent de faire entrer au PS une partie du psu (autour de Michel Rocard) et une « Troisième composante » regroupant des militants venus en grande majorité de la cfdt et d’autres groupes de la nébuleuse des chrétiens de gauche.

38En complément de cet investissement politique, le mouvement est très actif dans la mobilisation des réseaux de chrétiens contestataires. Ceux-ci rassemblent un large éventail de positions, du gauchisme aux prémices des charismatiques ; des grands rassemblements sont organisés à un rythme quasi annuel, permettant des rencontres régulières et plus larges que celles des directions des groupes respectifs.

39Ces chrétiens contestataires sont traversés par une exigence forte de cohérence entre leur agir politique, c’est-à-dire leurs engagements et la réflexion marxisante qui les alimentent, et l’expression de leur foi toujours affirmée en Jésus-Christ.

40Par delà leur diversité, tous sont critiques envers les formes existantes. Bien sûr l’institution est régulièrement attaquée, souvent à partir de la notion d’appareil idéologique d’État forgée par le philosophe marxiste Althusser. Le terme désigne des institutions qui participent par leur action, essentiellement idéologique, à la préservation de la société capitaliste ; et bien sûr parmi elles, les Églises.

  • 20 Enseignant lyonnais, collaborateur de plusieurs revues, et militant aco, Jean Guichard est présenté (...)
  • 21 Denis (Henri), « Liturgie et sacrements. Vers une nouvelle étape de la réforme liturgique », LMD, n (...)

41Mais surtout, dans une période de surpolitisation, ces militants cherchent à faire une lecture politique du religieux, qui va toucher jusqu’à la liturgie. Ainsi, Jean Guichard fait « une lecture socio-politique du vocabulaire liturgique » qui lui fait conclure que « le langage de l’Église perpétue une domination de classe »20. Les formes traditionnelles de liturgie, même rénovée, sont contestées pour leur incapacité à rendre leur vision du monde, c’est-à-dire la lutte des classes. Il y a un besoin de (re)trouver une unité de sens entre les actes sacramentels et la vie personnelle et sociale. De la sorte, ils participent au « glissement du liturgique au sacramentel » identifié dès 1970 par l’abbé Henri Denis, membre du cnpl. Ce dernier le définit comme le passage de l’application d’un programme rituel à la question du sens des sacrements dans la vie des hommes21.

42Réussir cette nouvelle étape exige la recherche de nouvelles expressions de foi et donc l’expérimentation de nouvelles formes liturgiques, plus radicales que durant la période précédente.

EXPÉRIMENTER UNE LITURGIE RÉVOLUTIONNAIRE (1970-1980)

Une célébration qui continue à faire sens

43On pourrait d’abord trouver original voire surprenant que ces groupes contestataires persistent à organiser des célébrations liturgiques. Or, cette permanence fait sens pour eux.

44Ces célébrations sont d’abord la manifestation de leur appartenance à la communauté des croyants, même si elle est distante ou critique. Si les formes canoniques ne sont pas toujours respectées, beaucoup continuent d’affirmer leur attachement à l’eucharistie qui est aussi la communion, rite communautaire indiscutable.

45À travers leurs célébrations, ces chrétiens peuvent aussi manifester leurs différences, leurs critiques voire leurs ruptures avec les institutions qui les portent habituellement. Le choix des textes peut exprimer ce degré de rupture avec l’Église-institution et ainsi devenir un enjeu entre des groupes de positions différentes.

  • 22 Né au Chili sous la présidence d’Allende, le mouvement des CpS (Chrétiens pour le Socialisme) s’est (...)

46Ainsi, l’assemblée de lancement de Chrétiens pour le Socialisme22, en juin 1977, voit s’affronter deux mouvances aux stratégies politico-religieuses divergentes. Face aux gauchistes désireux de lutter contre l’idéologie religieuse, la tendance pilotée par Vie Nouvelle et Témoignage Chrétien (tc) assume sa proximité avec le ps et le dialogue avec l’épiscopat. Cette opposition plonge ses racines dans des degrés différents de protestation socio-religieuse. Mais le conflit se prolonge jusqu’au choix de la prière eucharistique, l’extrême gauche critiquant très vivement le manque d’originalité de Philippe Warnier qui défend le choix d’un texte canonique.

47Sources de dissensions, ces célébrations doivent aussi, dans l’esprit de beaucoup, manifester ce qui est partagé. Les références aux pauvres, à la libération des hommes… permettent de refléter l’engagement commun pour le socialisme. Tous partagent également un désir confus de changer les formes habituelles, ce qui les oblige à l’inventivité.

48Vie Nouvelle retrouve ici son rôle central. Grâce au centre Alleluia, elle dispose d’une véritable expertise en matière liturgique. On a déjà évoqué les questions que cela posait aux animateurs du centre qui continue néanmoins à diffuser des textes et organiser des sessions. Mais la dynamique se déplace et trouve trois nouveaux lieux d’expansion.

49D’abord, Vie Nouvelle (re)crée en son sein une équipe liturgique qui doit à la fois préparer les temps forts du mouvement et diffuser en interne la recherche liturgique. Cette recherche trouve ensuite une mise en pratique dans les groupes locaux qui peuvent essaimer grâce aux liens établis avec des communautés de base alors en expansion. Enfin, la participation aux grands rassemblements, au cours desquels la liturgie s’inspire souvent des propositions de Vie Nouvelle, permet des expérimentations à grande échelle.

  • 23 Intervention du père André Aubry, célébrant des rassemblements Vie Nouvelle, lors du week-end de l’ (...)

50« Petites communautés et superrassemblements » sont d’ailleurs les lieux identifiés de transformation des pratiques liturgiques23. Le mouvement personnaliste se trouve donc au cœur de ces innovations qui se déploient sur deux chantiers.

Innover par des textes et des gestes signifiants

51Le premier concerne les textes liturgiques en usage : plus la décennie avance, plus on prend de liberté avec les formules canoniques. Ainsi, lors d’un baptême préparé dans une communauté de base à forte influence Vie Nouvelle à Évry, les formules rituelles sont globalement préservées, mais le reste de la célébration est largement modifié, à commencer par la liturgie de la parole. Le désir de reformulation est croissant après 1970 ; le credo et toute la prière eucharistique sont progressivement touchés, jusqu’aux formules de consécration. Cela suscite d’ailleurs des interrogations sur la validité des sacrements ainsi célébrés. Mais elles sont de peu de poids face à la volonté dominante de tout remettre en question et d’utiliser des formules capables de redire les engagements.

52Au-delà des textes, l’ensemble de l’édifice liturgique est affecté par le désir de pratiques plus actives, intelligentes et surtout signifiantes.

  • 24 Citation reprise par Lestavel, op. cit.

53À cet égard, il faut présenter un peu longuement l’expérience menée par Vie Nouvelle lors de son rassemblement national de 1970. Bousculé par les suites de mai 68 et l’arrivée de nouvelles générations, le mouvement traverse une crise d’identité et près de la moitié des membres sont présents. La célébration commence le samedi soir à 22 heures, après une veillée africaine. Un animateur, guitare en bandoulière, lance des notes et des rythmes qui sont repris par la foule sur des modes très divers. André Vimeux, journaliste à tc, rapporte : « On s’attend à la cacophonie et c’est le miracle. Ces sons, ces phrases, ces incantations se fondent en un accord inattendu qu’envierait plus d’un meneur de chorale24 ». Les lectures mélangent poèmes et Évangile, d’ailleurs lu par un laïc. En guise d’homélie, on commente l’Évangile dans des 6x6 (petits groupes de 6 personnes censés échanger durant 6 minutes), et 5 groupes montent au podium le temps d’une proclamation. Au moment du geste de communion, le pain est rompu et les célébrants (qui concélèbrent) remplissent des corbeilles ; celles-ci sont distribuées dans la salle et chacun fait communier son voisin.

54Il semble que ces initiatives aient été diversement appréciées, mais elles vont inspirer les pratiques ultérieures. Certains gestes sont adaptés, voire imités dans des célébrations préparées par des membres de Vie Nouvelle. Le partage de la communion est ainsi reproduit lors du baptême à Évry évoqué précédemment, à la différence que tous communient en même temps. En 1976, Vie Nouvelle est coorganisatrice d’un rassemblement à Orléans qui doit préparer la naissance des Chrétiens pour le Socialisme ; lors de la célébration, on reprend les 6x6 après la Parole, la communion en petits groupes et on innove même par un Notre Père récité à l’envers pour chercher à faire l’expérience d’une libération totale.

Des pratiques qui essaiment

55Des expériences similaires sont faites dans d’autres groupes contestataires entretenant des liens étroits avec Vie Nouvelle, à l’exemple de la jec. Ainsi, lors du rassemblement national de 1970, des prêtres sont choqués par la présence de l’équipe nationale autour de la table eucharistique, avec les célébrants. Il est vrai que les jeunes laïcs sont allés jusqu’à réciter la formule de consécration, et l’aumônier national doit s’excuser de cet excès de spontanéité.

  • 25 Dossier du participant du Conseil National de Lyon, 1976.

56Dans ses rencontres nationales, le mouvement d’action catholique cherche, comme Vie Nouvelle, des célébrations « en cohérence avec le projet militant qui se dégage de notre pratique et en soit signifiantes »25. Il y utilise des prières eucharistiques très remaniées, et on peut soupçonner, sans en avoir la preuve, qu’une réflexion en partie commune existait. Ces célébrations sont des occasions pour tenter d’exprimer par d’autres formes que la parole les luttes auxquelles participent les jécistes. Des expériences de scénographie, voire de mise en mouvement de l’assemblée (pour « exprimer son déplacement ») sont tentées, mais pas toujours réussies.

57Les grands rassemblements, organisés quasi annuellement entre 1971 et 1977 pour réunir les chrétiens contestataires, sont d’autres occasions d’échanges. Des ateliers sont organisés sur la liturgie ou plus largement sur l’expression de la foi, et la préparation de l’incontournable célébration donne lieu à des confrontations d’expériences parfois tendues.

58Ces recherches parallèles (et partiellement communes) se retrouvent dans la réponse apportée aux progrès de la diversité religieuse interne. Vie Nouvelle avait déjà rencontré des difficultés pour accueillir un nombre limité de protestants ; désormais, tous les mouvements d’Action catholique sont confrontés à la montée du nombre de non-croyants dans leurs rangs au début des années 1980.

59Cela implique que la célébration ne soit plus le moment central où se réunissent les participants, mais un temps fort que tous ne partageront pas et auquel il faut prévoir des alternatives. La messe classique laisse la place à un déroulement plus souple qui permet d’une part d’intégrer la lecture de la Parole au temps de réflexion, et d’autre part de distinguer plus nettement la célébration eucharistique au sens strict. Porteuse de moins d’enjeux, cette dernière peut donc revenir à des formes moins hétérodoxes.

60Dans toutes ces expériences, il n’y a pas de lien conscient ou affirmé qui soit fait avec le personnalisme, mais on retrouve certains traits de la philosophie et de l’état d’esprit décrit par Vie Nouvelle dans son document de 1974. Contre la spécialisation de certains, ces expériences insistent sur la dimension communautaire de la célébration, jusqu’au risque de confusion dans la consécration ; ce d’ailleurs est d’ailleurs dénoncé par quelques prêtres dans des lettres adressées à l’équipe nationale de Vie Nouvelle. Le devoir d’intelligence se retrouve dans la volonté de redonner du sens et du concret aux formules, qui doivent refléter l’engagement réel et la présence au monde. Toutes ces tentatives sont animées par le désir de trouver une cohérence entre les dimensions de la personne : Foi, engagements, vie personnelle…

61Dès la fin des années 1970, un retour à moins d’originalité dans les rituels, les chants, l’organisation des célébrations… est perceptible. Les réflexions de fond, théologiques, intéressent moins que les sujets plus directement opérationnels comme en témoigne le succès du week-end « Célébrer Pâques » en 1980, alors que la session d’été « Jésus Christ : questions ouvertes » doit être annulée.

Conclusions

62Pendant un quart de siècle, Vie Nouvelle s’est située à la pointe de l’innovation liturgique. D’abord pionnière, intégrée à une institution qui évolue sur les mêmes traces, elle devient une avant-garde menacée par l’isolement et la marginalité.

63L’unité de ce parcours se retrouve dans le souci de participation des individus pour donner aux célébrations une dimension véritablement communautaire et porteuse de sens. Toutes les initiatives insistent sur la manifestation de l’unité de la personne par la mise en cohérence des différentes dimensions de l’existence, avec une insistance particulière sur les engagements sociaux et politiques. Il serait exagéré de parler de liturgie personnaliste, mais ce courant inspire, directement ou par capillarité, les expériences d’expression collective de foi portées par l’élan conciliaire.

  • 26 Pelletier (Denis), op. cit., pp. 283-290.

64L’épuisement du tout politique à l’orée de la décennie 1980 associé à la remise en ordre des années Jean-Paul ii referment le chantier liturgique. C’est désormais à Taizé ou dans le Renouveau charismatique que se font les nouvelles expérimentations, plus sages et vidées de leur dimension politique et contestataire26. En lançant en 1979 la revue Célébrer, le cnpl (et avec lui l’épiscopat) réaffirme sa place centrale dans la formation à la liturgie. Partout, la priorité est désormais à la défense de l’acquis conciliaire (et des ouvertures qu’il rendait possible) face aux contestations des courants conservateurs et intégristes. À Vie Nouvelle comme dans l’Action catholique spécialisée, l’inventivité se déplace hors de l’espace liturgique et les célébrations se font moins originales pour mieux manifester l’appartenance à l’Église catholique.

  • 27 Les effectifs de Vie Nouvelle ont culminé à 5174 en 1971 ; ils ont diminué de moitié à la fin de la (...)

65D’espace d’innovation, la liturgie devient un lieu de résistance, d’autant plus fragile que partout les troupes s’amenuisent27. Pris en charge par de nouveaux acteurs, ce combat liturgique n’est plus celui de Vie Nouvelle qui cherche une nouvelle dynamique dans la réaffirmation de son personnalisme, de plus en plus distancié de la foi chrétienne.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aumont (Bernadette), « Les orientations clés de la formation "d’animateurs de formation" au CEPREG (1958-1975) », Recherche et formation, 53, 2006, 41-53.
DOI : 10.4000/rechercheformation.988

Calvez (Jean-Yves), Chrétiens penseurs du social. Après le Concile, après « 68 » (1968-1988), Paris, Ééd du Cerf, 2008, 288 p.

Fouilloux (Etienne), Les chrétiens français entre guerre d’Algérie et mai 1968, Paris, Parole et Silence, 2008, 360 p.

Galinier-Pallerola (Jean-François), Laffay (Augustin) et Minvielle (Bernard) (dir), L’Église de France après Vatican ii, Paris-Toulouse, Parole et Silence, 2011, « Institut Catholique de Toulouse », 367 p.

Lestavel (Jean), La Vie Nouvelle, histoire d’un mouvement inclassable, Paris, Éd. du Cerf, 1994, 435 p.

Pelletier (Denis) et Schlegel (Jean-Louis) (dir), À gauche du Christ. Les chrétiens de gauche en France de 1945 à nos jours, Paris, Le Seuil, à paraître en septembre 2012.

Pelletier (Denis), La crise catholique, Paris, Payot, 2002, 321 p.

Rousseau (Sabine), « Lectures militantes de la Bible dans les années 1970 », in Siècles, n°29, 2009.

Tranvouez (Yvon), Catholicisme et société dans la France du xxe siècle, éd Karthala, Paris, 2011, 327 p.

Haut de page

Notes

1 La meilleure source sur l’histoire du mouvement est l’ouvrage de Lestavel (Jean), La Vie Nouvelle, histoire d’un mouvement inclassable, éd du Cerf, Paris, 1994, 435 p. Le mouvement existe encore et propose des résumés historiques sur son site internet.

2 Document de présentation du Centre Alleluia daté de janvier 1968. Archives de La Vie Nouvelle, conservées au anmt, Roubaix.

3 On en trouve une bonne synthèse dans Brulin (Monique), « Les mutations liturgiques en France (1965-1975) », dans L’Église de France après Vatican II, sous la direction de Galinier-Pallerola (Jean-François), Laffay (Augustin) et Minvielle (Bernard), Paris, Parole et Silence, 2011 (« Institut Catholique de Toulouse »), pp. 107-140.

4 On trouvera des informations sur ce texte dans l’encyclopédie mutualisée en ligne Wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Sacrosanctum_Concilium, consulté le 15 juin 2012).

5 Lestavel, op. cit., p 203.

6 Compte-rendu d’une réunion de l’équipe du Centre Alleluia, 20 décembre 1970. Archives de La Vie nouvelle, anmt, Roubaix.

7 On a très peu d’ouvrages sur le club Citoyens 60, la référence restant Mossuz (Janine), Les clubs et la politique en France, Paris, A Colin, 1970, 128 p. On peut se reporter utilement à la thèse récente de Laurent (Mathieu), Les structures non-partisanes dans le champ politique, soutenue le 8 septembre 2011 et disponible en ligne via le site www.theses.fr.

8 Aumont (Bernadette), « Les orientations clés de la formation "d’animateurs de formation" au cepreg (1958-1975) », Recherche et formation, 53, 2006, 41-53.

9 Lettre pastorale sur la sainte liturgie, 14 janvier 1964, cité par Monique Brulin, op. cit., p 113.

10 Brulin, art. cit., pp. 124-125.

11 Mgr Lefebvre fonde dès 1970 un séminaire à Ecône pour maintenir l’ancien rite.

12 Depuis 1965 et la suppression de sa branche universitaire (qui doit intégrer dans la nouvelle Mission Etudiante), la Jeunesse Etudiante Chrétienne est essentiellement un mouvement lycéen, encadré par un petit nombre d’étudiants occupant les postes de responsabilités et quelques aumôniers. Né de la transformation de la Jeunesse Agricole Chrétienne (jac), le Mouvement Rural de la Jeunesse Chrétienne accueille tous les jeunes issus du milieu rural, même ceux qui suivent des études longues.

13 L’expression sert par exemple de titre au livre polémique de Gunsberg (Henri), Les chrétiens de gauche ou le parti gris, Paris, J-J Pauvert, 1966. Vie Nouvelle revendiquera explicitement cette étiquette lors du congrès d’Epinay du ps en 1971.

14 L’expression est reprise dans tous les documents internes sur l’histoire du mouvement pour désigner la période, mais son origine est indéfinie.

15 Guichard (Jean), Le marxisme, théorie et pratique de la révolution, Lyon, Chronique sociale de France, 1968 ; Girardi (Giulio), Marxisme et christianisme, Paris, Desclée, 1968 : Warnier (Philippe), La Foi d’un chrétien révolutionnaire, Paris, Fayard, 1975 et Marx pour un chrétien, Paris, Fayard, 1976. Ces ouvrages sont étudiés dans le chapitre 2 de Calvez (Jean-Yves), Chrétiens penseurs du social. Après le Concile, après « 68 » (1968-1988), Paris, Éd. du Cerf, 2002 (Histoire de la morale).

16 Warnier (Philippe), Le phénomène des communautés de base, Paris, Paris, Desclée, 1973, 199 p. et La décision, Nouvelle cité, 1990, 471 p.

17 Belo (Fernando), Lecture matérialiste de l’Evangile de Marc : récit-pratique-idéologie, Paris, Éd. du Cerf, 1974, 415 p.

18 Sur ce sujet, on peut lire l’article de Rousseau (Sabine), « Lectures militantes de la Bible dans les années 1970 », in Siècles, n° 29, 2009, p. 123-134.

19 « La Vie Nouvelle et le personnalisme », supplément au n° 74/3 de la revue Vers la Vie Nouvelle, 1er trimestre 1974, 83 pages. Les auteurs sont les permanents du mouvement.

20 Enseignant lyonnais, collaborateur de plusieurs revues, et militant aco, Jean Guichard est présenté par Vie Nouvelle comme « un des plus solides connaisseurs du marxisme en France » lors du colloque « Foi chrétienne et marxisme » organisé par Vie Nouvelle en septembre 1973.

21 Denis (Henri), « Liturgie et sacrements. Vers une nouvelle étape de la réforme liturgique », LMD, n°104, 1970, pp 7-29 ; cité par Brulin, op. cit.

22 Né au Chili sous la présidence d’Allende, le mouvement des CpS (Chrétiens pour le Socialisme) s’est développé en Amérique et en Europe. Il suscite un débat vif en France entre 1975 et 1978 quand la création de la section française est vue comme l’occasion de rassembler la nébuleuse chrétienne de gauche. La persistance des conflits internes fait échouer le projet. Voir Pelletier (Denis), La crise catholique, Paris, Payot, 2002, pp. 181-185.

23 Intervention du père André Aubry, célébrant des rassemblements Vie Nouvelle, lors du week-end de l’équipe animatrice du centre Alleluia en novembre 1970.

24 Citation reprise par Lestavel, op. cit.

25 Dossier du participant du Conseil National de Lyon, 1976.

26 Pelletier (Denis), op. cit., pp. 283-290.

27 Les effectifs de Vie Nouvelle ont culminé à 5174 en 1971 ; ils ont diminué de moitié à la fin de la décennie avec 2598 adhérents en 1978. Chiffres cités dans le document « Plongée dans l’histoire de La Vie nouvelle », rédigé en 2006 par Laurence Flichy pour les stages d’accueil du mouvement. Il est disponible en ligne : http://www.lvn.asso.fr/IMG/pdf/Historique_LVN_nov_2006_Flichy.pdf., consulté le 2 juillet 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Soulage, « Personnalisme et liturgie », COnTEXTES [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://contextes.revues.org/5520 ; DOI : 10.4000/contextes.5520

Haut de page

Auteur

Vincent Soulage

Agrégé d’histoire, doctorant EPHE-GSRL

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page