Navigation – Plan du site

Psychanalyse et religion en littérature à l’heure du personnalisme. La nuit est ma lumière d’Étienne De Greeff (1949)

Cécile Vanderpelen-Diagre

Résumé

Après la guerre, alors qu’Emmanuel Mounier et sa maison d’édition Le Seuil tentent de s’imposer dans le champ littéraire et intellectuel français, un psychiatre et criminologue belge, Étienne de Greeff leur donne l’occasion de relever ce défi. Il est en effet l’auteur d’un roman qui, à partir du récit d’un cas clinique, tente de démontrer la véridicité de l’un des principes majeurs du personnalisme : l’humain n’existe que par le regard d’une personne qui l’envisage comme une personne. Le roman connaît un succès d’estime et de librairie. La trajectoire de ce médecin écrivain mise en relation avec son horizon d’attente est révélatrice de l’aspiration conjoncturelle du lectorat catholique en questionnement sur sa foi à partir d’un savoir extérieur à elle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Serry (Hervé), Les Editions du Seuil, 70 ans d’histoires, Paris, Seuil, 2008.
  • 2 Cet article doit beaucoup à la relecture qu’Hervé Serry en a faite. Je le remercie chaleureusement.

1À première vue, les principes du personnalisme énoncés par Mounier sont facilement l’objet d’une intrigue narrative. Quoi de plus facile, en effet, que de mettre en scène un homme ou une femme qui cherche à dépasser son statut d’individu par un engagement dans la communauté et qui travaille à nouer des liens avec ses semblables ? Quel sujet idéal que la dénonciation de l’atomisation de la société moderne ? Il est peut-être plus délicat de donner à voir la « vie profonde » d’un individu, le cheminement qui l’amène à élargir la conscience qu’il a de son histoire, de son milieu, de ses attaches, bref de sa culture. De saint Augustin aux romans psychologiques de Paul Bourget, la littérature catholique regorge de modèles qui peuvent aller dans ce sens. Mais, justement, Emmanuel Mounier et ses amis veulent rompre avec ces canons et prôner une littérature en quelque sorte révolutionnaire en ce qu’elle n’est assimilable à aucun roman à thèse – il s’agit de faire voir les tourments du chrétien moderne. Idéalement, l’accent « révolutionnaire » doit en outre être clairement identifié. Au vu de la production littéraire des éditions du Seuil dans ses premières années d’existence, il semble que ce projet a été plus difficile à réaliser qu’il n’y paraît. Si les essais regorgent, les romans se font plus rares1. Aussi est-ce avec un enthousiasme non dissimulé qu’Emmanuel Mounier et Paul Flamand accueillent un roman qui contient tous les attendus du manifeste personnaliste, en 1949 : La Nuit est ma lumière du psychiatre et criminologue Étienne De Greeff2.

La maladie mentale et le personnalisme

  • 3 Fouilloux (Étienne), « Bruno de Jésus-Marie et les Études carmélitaines (1930-1939) », Bernard Hour (...)

2A priori, rien ne prédisposait le médecin à devenir un zélateur de la philosophie personnaliste. Né à Tournai dans une famille de cultivateurs, il eut pu suivre la volonté paternelle et prendre la relève dans l’exploitation agricole. Cependant, écoutant sa mère, il fait des études à l’internat du collège Notre-Dame-de-la-Tombe à Kain (près de Tournai). Nanti de son diplôme en 1916, il ne peut toutefois pas entamer ses études à l’Université catholique de Louvain, fermée durant toute la guerre. Il suit alors des cours de philosophie thomiste au collègue de Bonne espérance, près de Binche, avant d’entrer à l’Université à la fin de la guerre pour en sortir en 1924 muni d’un diplôme en médecine. Peu après, il entre à la nouvelle clinique psychiatrique Salve Mater, à Lovenjoel, près de Louvain. Il s’intéresse de plus en plus à la médecine légale et à la pédagogie et publie des articles sur ces questions dans des journaux spécialisés ainsi que dans les grandes revues d’intérêt général. Tout est en place pour le voir gravir sans encombre les échelons de la course aux honneurs et de la notoriété médicale. C’est compter sans les aspects atypiques de ses caractéristiques sociales décalées dans son milieu professionnel et professionnel, lesquelles s’expliquent peut-être par ses origines sociales, très différentes de celles de ses collègues, élevés aux respects des règles et pratiques établies. Lui se montre très critique à l’égard de certains usages en cours dans les hôpitaux confessionnels. Plus grave, il intervient dans l’affaire des apparitions Bauraing. Celles-ci démarrent en novembre 1932 et, comme on le sait, défraient très vite la chronique. Intrigué, le psychiatre décide, en pleine tourmente, de faire une enquête de terrain pendant trois jours. Il en revient convaincu que l’hypothèse surnaturelle est à rejeter et rejoint l’équipe qui, dans les pages des Études carmélitaines, s’interroge sur la nature du phénomène en osant s’opposer au nom de la méthode scientifique, à l’Église3.

  • 4 On trouvera une biographie très complète d’Étienne De Greef dans : Casselman (Joris), Etienne De Gr (...)
  • 5 Jadoulle (Jean-Louis), « Les Groupes Esprit de Belgique durant l’entre-deux-guerres », Mertens (Pie (...)

3Cette expérience aura trois conséquences fondamentales dans la suite de la vie intellectuelle du médecin. Premièrement, elle inculque en lui une remise en question profonde d’une certaine hiérarchie catholique, laquelle ne le lui pardonnera jamais et s’opposera, tout au long de sa carrière, à plusieurs promotions à l’Université catholique de Louvain. Deuxièmement, l’impasse ontologique dans lequel le scientifique croyant est plongé face aux phénomènes surnaturels éveillera en lui le désir irrépressible de concilier/réconcilier la science et la religion, notamment à partir des préceptes thomistes – dont il a une parfaite et profonde connaissance. Enfin, troisièmement, il rencontre à l’occasion des apparitions de Bauraing les groupes qui gravitent autour d’Esprit, des Études carmélitaines et de la Cité chrétienne. Parmi eux, deux hommes deviendront des amis, Jacques Leclercq, fondateur de la Cité chrétienne et don Bruno de Jésus-Marie, directeur des Études carmélitaines. Quant à Emmanuel Mounier, il est plus que probable qu’il l’ait fréquenté lorsque ce dernier vivait à Bruxelles, après son mariage en 1935 avec Paulette Leclercq4. De Greeff participe en tout cas au Groupe Esprit de Bruxelles, où il donne une conférence en 1938, et à celui de Louvain (créé en 1934), où il assiste à certaines activités5.

  • 6 Desmazières (Agnès), L’inconscient au paradis: comment les catholiques ont reçu la psychanalyse, 19 (...)
  • 7 Idem, p. 22-23.
  • 8 Paris, Desclée de Brouwer, 1936. Sur le contexte de cette thèse : Desmazières (Agnès), L’inconscien (...)

4Dès l’avant-guerre, le médecin donne de nombreux articles aux Études carmélitaines et à la Cité chrétienne. Dans cette dernière, il se fait l’un des premiers passeurs de la pensée psychanalytique. Grâce aux travaux d’Agnès Desmazières, on sait que dans ces années-là, la relation des catholiques à la pensée freudienne est pour le moins compliquée. Tout en reconnaissant la pertinence de certains aspects de la méthode psychanalytique et de quelques-unes de ses découvertes (les instincts notamment), l’adhésion à un corpus philosophique engendré par un penseur juif, qui ne fait pas mystère de son a-religion et de son intérêt pour l’instinct sexuel, est impossible6. Le nœud semble un temps se desserrer grâce à l’apport du jésuite Francesco Gaetani qui propose de distinguer la doctrine (inacceptable) de la méthode psychanalytique (récupérable)7. Cette idée fait florès et trouve un propagateur brillant et efficace en la personne du philosophe Roland Dalbiez, qui soutient à la Sorbonne une thèse sur La méthode psychanalytique et la doctrine freudienne8. L’ouvrage est un soulagement pour nombre d’intellectuels catholiques, parmi lesquels Étienne De Greeff, qui lui consacre un article très enthousiaste dès novembre 1936 dans la Cité chrétienne, où il conclut :

  • 9 De Greeff (Étienne), « Mouvement philosophique et théologique. La méthode psychanalytique et la doc (...)

Je crois qu’une formation complète à l’heure actuelle ne peut se passer des enseignements de Freud. Le lecteur s’imagine trop souvent qu’il s’agit d’une œuvre impie et pornographique. Il n’en est rien, mais à cause de leur aspect philosophique on ne conseille guère les livres du psychanalyste viennois. Désormais on pourra prendre connaissance de ces questions dans un ouvrage écrit par un catholique, et savoir au moins de quoi il s’agit9.

  • 10 De Greeff (Étienne), « Roland Dalbiez. La méthode psychanalytique et la doctrine freudienne », Espr (...)

5Notons, et ce n’est pas anecdotique, qu’un condensé de cet article sera réédité par Esprit deux ans plus tard10.

  • 11 Ey (Henri), « L’œuvre psychiatrique d’Étienne De Greeff »,Autour de l’œuvre du Dr. E. De Greeff, Lo (...)

6Les débats sont aussi nombreux que houleux. Pour ce qui est de la psychanalyse et de sa pertinence catholique dans l’appréhension de la santé mentale, ils ne se limitent pas à une dichotomie pour ou contre. Pour sa part, à l’instar de son ami le psychiatre français Henri Ey (1900-1977), De Greeff est persuadé que la maladie mentale dépend à la fois du milieu du malade et d’une affection organique. La maladie mentale constitue un aspect de la condition humaine où naturellement interviennent les tendances affectives, les sentiments et les instincts. Il est adversaire de Freud en ce que, pour lui, les instincts sont conditionnés par l’influence des événements et du milieu. Inspiré par Saint Thomas, il voit la maladie comme organique. Ce qui le conduit à la considérer comme une pathologie de la nature de l’homme sans y voir une cause morale (le péché)11.

  • 12 Présences, Paris, Plon, 1945.
  • 13 Presses de l’Université de France, 1947.
  • 14 De Greeff (Étienne), Les instincts de défense et de sympathie, op. cit., cité dans Shurmans (Jacque (...)
  • 15 Idem, cité p. 47.
  • 16 Idem, cité p. 48.

7Entre 1945 et 1947, De Greeff publie deux ouvrages particulièrement remarqués qui condensent l’essentiel de sa pensée : Notre destinée et nos instincts12 et Les instincts de défense et de sympathie13. Le médecin criminologue reconnaît à Freud d’avoir fait une place à l’irrationnel et à l’affectif dans la psychopathologie. Cependant, il ne peut pas lui pardonner d’avoir « construit son instinct sexuel avec la notion sous-entendue de l’égoïsme absolu des êtres ». La notion d’instinct sexuel ne permet pas à « l’individu de sortir de lui-même », de se relier « affectivement à autrui »14. L’égoïsme absolu des êtres nie « l’orientation fondamentale vers autrui ». Par ailleurs, les psychanalystes n’ont établi aucun lien entre l’instinct et la biologie. De ce fait, l’homme est désincarné. Enfin, elle ne donne aucun rôle à la raison, n’en faisant qu’une fonction mineure qui est essentielle dans l’unité de l’homme. Pour remédier aux carences de Freud, il fait appel à Max Sheller. Il faut qu’autrui soit « autre chose qu’un objet de tentation » mais soit une « nécessité première ». Le lien qui attache les hommes l’un à l’autre est préalable à toute vie sociale et en dehors de leur volonté. « L’aptitude à la sympathie et à la communion sont des faits antérieurs à toute expérience, qui orientent ces expériences, mais transcendent l’individu 15». Ainsi, il forge une psychologie axée sur autrui et sur la raison humaine. Ces deux caractères immanents permettent à l’homme d’échapper à lui-même et d’intégrer à sa vie la loi morale et aux valeurs – éléments qui la psychanalyse ne prend pas en compte. Or, pour De Greeff, tout l’effort de l’homme doit tendre à échapper aux « mécanismes obscurs qui tendent à le diriger d’une manière réflexe16. »

  • 17 Delfosse (Jean), « Bibliographie », La Revue nouvelle, III/2, 1946, p. 466-467.
  • 18 E. M., « Étienne De Greeff, « Notre destinée et nos instincts (Plon). – Les instincts de défense et (...)
  • 19 Desmazières, L’inconscient au Paradis, op. cit.

8Ces postulats n’inspirent que dithyrambe à Esprit et la Revue nouvelle. Dans cette dernière, Jean Delfosse écrit : « Pour un chrétien la thèse essentielle du Dr. De Greeff n’est pas neuve. Nous savons que le progrès moral n’est pas le fait de l’humanité prise en bloc et que chaque être humain doit répondre d’une manière personnelle à sa vocation. […] Ce qui est neuf c’est le plan sur lequel le Dr De Greeff situe son étude de l’homme. Reconnaissant l’importance des forces instinctives dans la conduite de l’homme, l’auteur en analyse les différents aspects. »17 Pour Mounier, les travaux du criminologue relèvent exactement de la conception personnaliste. Ils « ont ce rare mérite de joindre à la rigueur positive et la dureté critique une conception de l’homme (…) qui garde le sens de l’être personnel comme promesse infinie et inépuisable, recherche d’une communion totale avec le monde et les autres, et d’une unité pleine dans la paix des profondeurs18. » Il faut dire que Mounier est alors en train de modifier son jugement sur la psychanalyse, et surtout, sur les thérapies que les praticiens initient. Il pressent tout l’apport de la perspective morale proposée par les psychiatres et psychanalystes Angelo Hesnard et Charles Odier au projet personnaliste19.

Écrire un roman personnaliste

  • 20 Paul Flamand à EDG, 23 juin 1952, Institut Mémoire contemporaine [imec], Fonds Seuil, SEL 2 S3 B192 (...)

9Dès avant la guerre, Étienne de Greeff essaie de donner une expression littéraire à ses conceptions de l’homme. Il commence à cette époque avec de petits contes philosophiques écrits sous le pseudonyme de Stéphane Hautem dans La Cité chrétienne, puis, en 1945, il s’essaie au roman d’anticipation avec Le retour au silence, écrit sous le même pseudonyme ; roman demeuré très confidentiel. Enfin, en 1949, il envoie aux Éditions du Seuil par l’entremise de Mounier un manuscrit de 750 pages intitulé Le chemin sans retour20.

10Si on en croit la note que Mounier écrit sur le roman, c’est une véritable révélation.

Depuis Bernanos (avec moins de prestiges ici, bien sûr, mais avec une intensité dramatique égale), je n’ai pas lu de roman chrétien égal à celui-ci – qui laboure et dénude les assises bouleversées, les forces bouleversantes où le christianisme apparaît dans la nuit comme une promesse sans fond et une angoisse sans repos.

[…]

On reconnaît au passage les idées de De Greeff psychologue : la primitivité encore écrasante de l’homme du xxe siècle, la fausseté dangereuse de son idéalisation, la nécessité de démoraliser, d’abaisser tous les problèmes spirituels pour les rétablir dans la vérité. Et cependant pas un moment la thèse n’aplatit la dimension de l’existence. Les personnages sont suffisamment complexes, contradictoires, aveugles pour que pas une fois l’idée ne s’y substitue.

[…]

Un des meilleurs romans de l’après-guerre. Et peut-être la première œuvre littéraire qui exprime directement, autour de nous, ce que nous cherchons en langage théorique.

11Albert Béguin va dans le même sens dans une note écrite à Mounier :

  • 21 [Albert Béguin], « Note à Emmanuel Mounier sur le roman de Monsieur Hautem », Idem, sd.

Aucun doute : nous nous trouvons là en présence d’une œuvre d’une importance exceptionnelle et qui peut avoir, publiée, un retentissement peu commun. Aussi doit-on la traiter avec une sévérité accrue. Le mérite de l’auteur est d’aborder un problème capital par le moyen du roman – donc d’offrir au grand public l’abord de ce problème21.

  • 22 Note de la main d’Emmanuel Mounier, imec, Fonds Seuil, SEL E.S2-B587-D5, Dossier fabrication.
  • 23 de la Croix (Jean), La montée au Carmel et la nuit obscure de l’âme, traduction d’Alfred Gilly, Cha (...)

12Effectivement, la correspondance entre le romancier, Paul Flamand et Albert Béguin, nous apprend qu’un véritable travail de réécriture a été accompli par la maison d’édition. Des passages longs et ennuyeux ont été retirés, des soudures améliorées et la langue (jugée truffée de belgicismes) sérieusement retravaillée. La conclusion, qui va dans le sens de l’annonce d’un chemin toujours semé d’embûches pour le chrétien, est appuyée. Quant au titre, il est d’Emmanuel Mounier lui-même, qui choisit, parmi une longue liste de possibilités, d’adapter le psaume 138, II, La nuit sera ma lumière (qu’il met au présent)22. On ne peut douter que, de la sorte, Mounier a voulu souligner une référence à la tradition et aux préceptes carmélitains, auxquels De Greeff et lui sont très attachés par leur engagement aux Études carmélitaines, on l’a dit. On se rappellera le passage de Jean de la Croix : « La nuit sera ma lumière pour mon plus grand bonheur. Dans les délices de ma contemplation la plus pure, de mon union à Dieu, la nuit de la foi sera mon guide : ce qui veut dire que pour être éclairée et pour aller en avant, l’âme doit accepter les ténèbres23. » Et effectivement, c’est bien de ce combat-là que traite le roman d’Étienne De Greeff.

  • 24 De Greeff (Étienne), La nuit est ma lumière, Paris, Seuil, 1949, p. 141.

13Toute l’intrigue repose sur les conséquences qu’a dans une famille bourgeoise la décompensation de la fille aînée, atteinte subitement de « démence précoce ». Les ravages de la maladie poussent chaque membre de la fratrie à accomplir un profond examen de conscience qui le conduit à porter un regard complètement neuf sur les siens. Au passage, le romancier règle ses comptes avec les institutions médicales confessionnelles, tenues par des médecins âpres au gain secondés par des religieuses incompétentes et orgueilleuses, plus préoccupées de leur salut au ciel que par le bien de leurs patients sur terre. Comme le dit l’un des personnages, médecin lui-même : « Dans ces maisons-là […], le médecin lui-même ne parvient jamais à connaître le fond du moindre incident. Tout est au service de Dieu et tous les mensonges sont pieux… ».24 Le drame personnel/familial prend les proportions d’une révolution, car il balaie tout sur son passage, lève tous les voiles : certitudes religieuses, organisation et hiérarchie familiale, crédibilité des institutions religieuses, hypocrisie et incompétences du personnel ecclésiastique, que ce soit dans les institutions médicales ou dans la pastorale. Évidemment, toutes ces tares, en quelque sorte institutionnelles, sont rachetées – au sens commun comme au sens chrétien – par le doute de certains personnages. Les plus agissants, qui jouent en même temps le rôle de révélateurs du malaise, sont, sans surprise, les femmes, et plus particulièrement, les trois sœurs : Élisabeth (la démente), au prénom hébraïque qui signifie « Dieu est plénitude » ; Marie-Jeanne, qui combine les prénoms de la mère du Christ et le prénom hébraïque « Dieu fait grâce » et, enfin, la cadette, Francine, qui personnifie dans le roman la franchise, la parole vraie. Cette dernière se sacrifie en acceptant de s’occuper de l’enfant d’Élisabeth et de renoncer à l’amour qu’elle éprouve pour son beau-frère (le mari d’Élisabeth). En quelque sorte, ces trois sœurs personnifient le cheminement religieux : l’une incarne les vicissitudes du monde des hommes, l’une le lien et la dernière le réel. Et c’est de l’amour et de la fidélité qui les unit que viendra, sinon le salut, du moins la vérité. Le roman se termine par la guérison partielle d’Élisabeth, qui reçoit des électrochocs. Mais il ne s’agit nullement d’un miracle. Des indices annoncent que la guérison n’est peut-être qu’éphémère. Surtout, la guérison n’apporte pas le repos de l’âme à ses proches. À tout jamais, son mari et sa famille sont plongés dans l’inquiétude et l’incertitude. Cependant, désormais, ils ne vivront plus dans l’erreur, celle des illusions partagées.

14En filigrane, c’est de responsabilité qu’il s’agit. Dans le roman, chaque personnage bat sa coulpe et s’interroge sur son implication dans les malheurs qui lui arrivent. Certains cherchent sans trouver et réprouvent l’idée même d’une solution. Chacun revisite à sa manière les grands principes et concepts chrétiens.

  • 25 Idem, p. 431.

– Pourquoi pas, docteur ? N’en sommes-nous pas tous là ? Vous comme moi. Nous avons tort de juger les phénomènes religieux sous leurs formes momifiées, sous leur sclérose sociale. Les vrais phénomènes religieux sont vie et transformation, lutte, effort, échec, espérance25… 

  • 26 Idem, p. 260.

15Parfois, le narrateur ne peut cacher l’enthousiasme que lui inspire la plongée de ses personnages dans la « psychologie des profondeurs », pour reprendre les termes de Jung en vogue à l’époque. Parlant d’un curé en conversation avec un de ces pèlerins du doute, il se demande : « Comprendrait-il que c’étaient des êtres de cette trempe qui comptaient, même dans le monde catholique. C’étaient eux qui comptaient, en tout cas, dans le devenir du monde26… »

La réception de la critique catholique

16Les critiques proches d’Esprit et du Seuil perçoivent exactement les enjeux du roman. Comme le souligne le philosophe Maxime Chastaing dans Esprit, tout le roman tourne autour d’une phrase : « Si un être humain peut compter, c’est uniquement aux yeux de quelqu’un qui l’aime personnellement ». Le récit veut démontrer que l’humain n’a d’existence propre qu’à la condition d’être aimé. L’humanité de chacun ne peut se révéler qu’à la condition d’un rapprochement toujours plus près des frères humains, qu’il ne faut pas appréhender seulement mû par la charité chrétienne, mais essentiellement en tentant de les comprendre dans leur intégralité. Dans La Revue nouvelle, Charles de Trooz, professeur à l’Université catholique de Louvain, comprend bien la place de la folie dans le questionnement du roman :

  • 27 de Trooz (Charles), « Débat sur un roman d’Étienne De Greeff. En lisant ‘La nuit est ma lumière’ », (...)

Tous [les personnages] auront vu en Élisabeth une cliente riche, ou une patiente à soigner, ou une furieuse à mater, ou une âme à sauver, un sujet de curiosité, de conversation ou d’étude, un exemple à exploiter pour des fins d’édification ou d’apologétique ; une épouse trop et mal aimée, une fille aimée jalousement, une sœur aimée avec de sourdes réticences, une rivale à laquelle on se dévoue en l’aimant plus ou moins. Mais l’auteur a vu en elle avant tout la personne, malade de la pire des maladies, celle qui s’en prend précisément à la personne, la détruit, la rend bête et ange, et la métamorphose en étrangère, en « aliénée ».27

  • 28 Idem, p. 91-92.
  • 29 Vieujean (Jean), « Dialogue avec moi-même », Idem, p. 93-100.
  • 30 Guissard (Lucie), « La Nuit est ma lumière », Le fichier bibliographique, 3, 1950.

17Cependant, de Trooz reproche au roman une peinture trop pessimiste d’humains qui, somme toute, sont à peine touchés par la grâce surnaturelle28. En cela, il est suivi par le chanoine Jean Vieujean, alors membre du comité de rédaction de la revue et professeur à la Faculté de théologie de l’Université catholique de Louvain, qui se montre inquiet. Dans un long article, il souligne le danger d’un roman qui diffuse une image aussi corrosive des prêtres, des religieux et des instituts caritatifs catholiques29. Dans le Fichier bibliographique, l’assomptionniste Lucien Guissard classe le roman dans la rubrique des « lecteurs avertis » et prévient : « le lecteur superficiel risque de ne pas voir la part de la satire, celle de l’observation, celle des cas d’exception dans la description dangereuse des comportements religieux30 ».

  • 31 imec, Fonds Seuil, SEL E.S2-B587-D5, Dossier fabrication, 29/1/1979.
  • 32 Bourin (André), « La nuit est ma lumière par Étienne de Greeff », Les Nouvelles littéraires, 8 déce (...)
  • 33 Etienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté: la pensée catholique française entre modernisme (...)
  • 34 Idem, p. 213.
  • 35 Etienne De Greeff à Paul Flamand, 10/1/1958, imec, Fonds Seuil, op. cit.

18En dépit des réserves de toute une frange du monde catholique – ou peut-être grâce à elles – le roman connaîtra un véritable succès de librairie. Il sera plusieurs fois réédité. Entre 1949 et 1959, le Seuil le tire à 38 406 exemplaires31. En outre, le roman est traduit en néerlandais, allemand, polonais, grec et italien. En 1972 il est réédité par le Livre de Poche. La presse non confessionnelle ne le remarque pas. On retiendra seulement que dans Les Nouvelles littéraires André Bourin le qualifie de « lumineux » et souligne l’excellence des descriptions cliniques qu’il recèle32. Il est probable, en effet, que ces « cas » ont intéressé le grand public qui, dans l’après-guerre, se passionne toujours plus pour les questions de santé mentale. Dans le monde catholique, ce succès correspond à l’émergence d’un nouveau lectorat : « un laïcat cultivé ou militant dont la foi ne se contente plus, pour tout viatique, du catéchisme initial rafraîchi par le sermon dominical » et qui attend « un aliment doctrinal tout à la fois solide et assimilable33 ». Les ouvrages scientifico-philosophiques répondent parfaitement à la demande de ce « nouveau » marché. La maison Seuil est l’une de celles qui le perçoivent le mieux ; c’est elle qui publie le père Teilhard de Chardin, véritable succès de librairie34. Le Seuil se rend bien compte que les livres qui traitent de psychanalyse et psychologie ont également toutes les chances de plaire. L’éditeur est d’ailleurs tout contrit lorsqu’il apprend, en 1958, que De Greeff a donné son Psychiatrie et religion à Daniel-Rops pour Fayard35.

  • 36 Étienne de Greeff à Paul Flamand, 20 juin 1950, imec, Fonds Seuil, op. cit.

19Cependant, La nuit est ma lumière semble avoir contribué à desservir le docteur De Greeff dans son ascension professionnelle. En 1950, il n’est pas nommé professeur de psychiatrie lors de la succession de son professeur Fernand d’Hollander. L’Université catholique de Louvain, alors dirigée par l’épiscopat, ne lui a toujours pas pardonné ses positions lors des apparitions de Bauraing, dont elle vient d’acter le caractère surnaturel. La description des hôpitaux psychiatriques catholiques dans La nuit est ma lumière n’a pas non plus eu l’heur de plaire à sa hiérarchie, c’est du moins ce que l’intéressé explique dans une lettre adressée à Paul Flamand36.

Fictionnaliser la psychologie pour mieux dire la personne

20Pourquoi Étienne De Greeff a-t-il écrit ce roman ? Dans le journal satirique belge Pan, un certain Peter Pan (peut-être Louis Carette, alias le futur académicien Félicien Marceau) se montre particulièrement pénétrant :

  • 37 Peter Pan, « La Nuit est ma lumière », Pan, 22 mars 1950, p. 4.

Une question se pose enfin : n’étant pas romancier, pourquoi de Greeff a-t-il écrit ce roman ? Sans doute parce qu’aux médecins, et parmi eux aux psychiatres, ayant quelque chose à dire et des abus à dénoncer, le roman offre la tribune qui leur assure auprès du public la plus large audience. Si les cliniques sont organisées selon les traditions d’une stupidité criminelle, les malades sont prisonniers d’administrations dites religieuses, si la routine et les pieuses cérémonies y tiennent lieu de charité, ils ne pourront le proclamer et le combattre que grâce à l’appui du roman. En rédigeant La Nuit est ma lumière, Étienne De Greeff n’a pas eu tant l’intention de réaliser une œuvre d’art que d’obéir à des obligations professionnelles37.

  • 38 Étienne de Greeff à Paul Flamand, 25 septembre 1948, imec, Fonds Seuil, SEL 2 S3 B192 D2 1+2.
  • 39 Paul Flamand à Étienne De Greeff, Paris, 19 septembre 1948, Idem.

21Les ambitions littéraires de De Greeff ne font pourtant aucun doute et il semble avoir pratiqué cette activité intensément. Cependant, la lecture de la Nuit est ma lumière comme de son roman suivant Le juge Maury indiquent qu’il conçoit effectivement la littérature comme un complément à ses essais en criminologie et dans les divers domaines des sciences humaines qui l’intéressent. Cependant, si ses essais sont souvent abscons, ses romans laissent clairement voir sa représentation du monde. D’une certaine manière, ils semblent fonctionner comme des exutoires d’une parole qui ne trouve pas à s’exprimer ailleurs. Dans un premier temps, d’ailleurs, notre auteur tente de jalousement cloisonner les mondes professionnels et littéraires grâce à son pseudonyme, comme il l’explique à Paul Flamand38. Ce dernier parvient à l’en dissuader en lui expliquant que, de toute façon, ses « différents travaux techniques, [ses] thèses sur l’instinct sont désormais trop connues en France pour que les critiques ne décèlent pas rapidement [sa] présence dans ces lignes et ne la révèlent au public ». « Je crois, ajoute-t-il que, sur le plan de la diffusion de l’ouvrage, cela présenterait d’énormes avantages39. » En effet, toute la promotion pour le roman organisée par le Seuil repose sur la profession et l’expertise du psychiatre, tant est vivant, à l’époque, l’intérêt pour tout ce qui touche à la maladie mentale et, dans le monde catholique, les débats sur la psychanalyse. Un projet d’annonce de l’ouvrage est d’ailleurs libellé on ne peut plus clairement :

  • 40 Note non signée [de l’écriture de Béguin], Étienne De Greef, Le chemin sans retour, coll. Esprit, I (...)

Le Dr. de Greff, professeur de criminologie à l’Université de Louvain, est déjà fort connu par ses travaux de psychopathologie. Par ce livre, il offre au grand public, le résultat de ses observations, mais surtout, il nous fait pénétrer par les arguments du roman, au royaume mystérieux de l’instinct, cette puissance redoutable à laquelle nous sommes affrontés et qu’il ne suffit pas, pour le vaincre, de remiser ou de bénir. Un roman, qui sur son plan, a l’importance de celui de J. Malègue, Augustin ou le Maître est là40.

  • 41 Il reçoit le prix de la Littérature spiritualiste. Le critique belge Léopold Levaux, par ailleurs a (...)

22Cette référence au roman de Malègue est évidemment très intéressante et nous aide à comprendre la séduction qu’a pu avoir La nuit est ma lumière sur Emmanuel Mounier et ses amis. On se souvient qu’Augustin ou le Maître est là avait été reçu par l’intelligentsia catholique lors de sa parution en 1933 comme un soulagement : l’émergence tant attendue d’un Proust chrétien41. L’originalité du livre était de décrire par le menu le cheminement spirituel d’un jeune homme, faisant appel à une peinture systématique de chaque sensation physique et émotionnelle.

23Rien de comparable dans La nuit est ma lumière, si ce n’est le succès d’une écriture et d’un sujet qui correspondent exactement à l’horizon d’attente des lecteurs catholiques de l’époque. Ces lecteurs veulent une révolution et il ne peut être question de leur servir un énième bildungsroman qui raconterait pas à pas le retour du fils prodigue vers la foi dans l’atmosphère de guerre des religions typique du xixe siècle. Non, les personnages de La Nuit est ma lumière vivent pleinement dans le xxe siècle (en 1934 plus précisément) et leur cheminement ne les mène pas vers la foi et une prise de position radicale face aux « Autres ». Ces personnages ne retournent ou ne se tournent pas vers la foi. Ils sont croyants, mais la vie et le contact avec le monde les plongent dans les affres de cette foi dont ils pénètrent enfin toutes les anfractuosités. Alors que le narrateur à une grande place chez Malègue, De Greeff privilégie les monologues, les dialogues et fait parler ses personnages dans des journaux intimes, des lettres, voire même des poésies. Ils sont seuls, livrés aux angoisses métaphysiques et existentielles. Le narrateur omniscient n’intervient que très épisodiquement.

24Ces procédés d’écriture et ces choix sont évidemment en adéquation avec la manière dont le professeur De Greeff conçoit le christianisme :

  • 42 J. Vilaret, « Le professeur Étienne De Greef. Interview », Construire, 1957, 12, 10, 481-486, cité (...)

Il y a des chrétiens pour qui la religion est un moyen qui leur permet de supprimer tout problème religieux. Ils sont sans inquiétude. C’est une forme de religion incompatible avec le développement franc de l’adulte… D’autre part, il y a des chrétiens qui restent en face de leurs responsabilités, conscients et avertis. La prudence est une vertu, mais qui peut être parfois bien dangereuse. Une vertu qui tue le risque rend impossible un climat d’évolution. Et la conception chrétienne de la vie est toujours évolution. C’est pourquoi nous ne savons pas encore quelle sera la forme finale de la société chrétienne… Pour beaucoup de gens, être chrétien, c’est obéir au curé, c’est se conformer à la sécurité sociale de l’éternité. Mais il y a les autres, les innombrables autres, respectueux des formes, mais conservant leur jugement, la liberté de leur appréciation42

Conclusion

25Nous n’avons pas l’habitude, en Belgique et en France, de parler pour la génération d’intellectuels chrétiens des années 1950 d’une génération de « romanciers de l’inquiétude », comme c’est le cas au Québec. Pourtant, les analogies entre les romans des Québécois Robert Élie et Robert Charbonneau avec ceux d’Étienne De Greeff sont innombrables : les tortures de la foi, la déréliction, la remise en question des doctrines, une religion peu apparente. Étant donné qu’il ne semble pas qu’il y ait eu d’échanges entre les auteurs d’une part et d’autre de l’Atlantique, il semble bien que ce soit le contexte général du catholicisme de l’époque qu’il faut invoquer pour expliquer ces analogies structurales. Une autre similitude concerne la réception par l’Église enseignante. Dans un cas comme dans l’autre, en Belgique comme au Québec, celle-ci s’est bien gardée de faire une quelconque publicité ou de s’impliquer dans cette littérature. Ce qui n’a pas empêché ces œuvres, au Québec, de connaître un certain succès et d’être lues comme prophétiques. De ce côté de l’Atlantique, des études systématiques restent à réaliser. Il est en tout cas certain que les tentatives romanesques de De Greeff peuvent être vues comme une première ébauche dans la recherche d’une écriture totalement neuve du catholicisme, qui rompt d’une manière toujours plus radicale avec les canons de la tradition : le roman à thèse qui conduit progressivement les personnages dans la sérénité d’une foi partagée, dès le départ, par le narrateur et le lecteur. L’originalité – et le relatif succès – de La nuit est ma lumière est d’avoir utilisé les ressorts offerts par le vocabulaire et les concepts de la psychologie, de la psychanalyse et de la psychiatrie pour approcher des « personnages » commués en « personnes ». De ce fait, il pose l’un des premiers jalons dans le travail combinatoire qu’élaboreront les catholiques des prochaines décennies pour rencontrer la psychanalyse. On sent très bien dans le roman tout ce que cette discipline contient de promesses. Plus que d’autres grands systèmes de pensée du xxe siècle (le libéralisme, le marxisme, la sociologie), la psychanalyse est perçue comme apte à envisager le « sujet » – au point de vue théorique et thérapeutique – tant dans une perspective collective qu’individuelle, deux valeurs clés du message évangélique. Comme pour tout travail visant à combiner des idéologies à certains égards incompatibles, la littérature offre des outils particulièrement performants pour « arrondir les angles ».

26Ce n’est certainement pas un hasard si c’est un homme tiraillé par des disciplines professionnelles souvent concurrentes (psychiatrie et criminologie) et par des institutions religieuses en rivalité sur la parole scientifique autorisée sur le religieux (les ordres, l’Église enseignée, l’Église enseignante et l’université) qui se lance dans l’aventure d’un roman qu’on pourrait qualifier de personnaliste-psychanalytique. Issu d’un milieu peu doté en capital social, De Greeff est particulièrement peu armé pour affronter les revers institutionnels que lui impose son milieu professionnel : une université confessionnelle qui a un pouvoir décisif dans le monde clinique. Dans ces conditions, écrire un roman dans une maison d’édition française, c’est ouvrir le champ des possibles vers une reconnaissance qui dépasse le sérail du pilier catholique belge. Mieux doté en capital symbolique, il peut ainsi espérer accroître son capital social. Pour le pôle catholique du champ littéraire français, ces romans psychanalytiques sont perçus comme une chance de percer dans ce champ et de rivaliser avec le chantre de la liberté et de la responsabilité de l’écrivain, Jean-Paul Sartre, qui connaît alors un véritable triomphe. Cependant, l’œuvre ne parvient pas réellement à être reconnue par ce champ littéraire, alors, si pas hostile, certainement indifférente à une démonstration de la foi catholique. Ce n’est dès lors pas La Nuit est ma lumière qui aidera le personnalisme à sortir de sa position de dominé…

Haut de page

Bibliographie

Archives inédites : Institut pour la mémoire de l’édition contemporaine (imec), Fonds Seuil, SEL 2 S3 B192 D2 1+2

Autour de l’œuvre du Dr. E. De Greeff, vol. II: L’homme devant l’humain, Louvain, Nauwelaerts, 1956.

Casselman (Joris), Etienne De Greeff, 1891-1961, Psychiater, criminollog en romanschrijver. Leven, werk en huilige betekenis, Anvers-Apldoorn, Maku, 2010.

Colleye (Hubert), Idées du temps, 2e série, Liège, Pax, [1939].

De Greeff (Étienne), La nuit est ma lumière, Paris, Seuil, 1949.

De Greeff (Étienne), Les instincts de défense et de sympathie, Paris, Presses de l’Université de France, 1947.

De Greeff (Étienne), Notre destinée et nos instincts, Paris, Plon, 1945 (Présences).

De Greeff (Étienne), « Mouvement philosophique et théologique. La méthode psychanalytique et la doctrine freudienne », La Cité chrétienne, 5 novembre 1936.

De Greeff (Étienne), « Roland Dalbiez. La méthode psychanalytique et la doctrine freudienne », Esprit, juillet 1938, p. 608-609.

de la Croix (Jean), La montée au Carmel et la nuit obscure de l’âme, traduction d’Alfred Gilly, Charles Douniol, 1866.

Delfosse (Jean), « Bibliographie », La Revue nouvelle, III/2, 1946, p. 466-467.

Desmazières (Agnès), L’inconscient au paradis: comment les catholiques ont reçu la psychanalyse, 1920-1965, Paris, Payot, 2011.

de Trooz (Charles), « Débat sur un roman d’Étienne De Greeff. En lisant ‘La nuit est ma lumière’ », in La Revue nouvelle, XI, 1950, p. 85-87.

Fouilloux (Étienne), « Bruno de Jésus-Marie et les Études carmélitaines (1930-1939) », Bernard Hours, Carmes et carmélites en France du xviie siècle à nos jours: Actes du colloque de Lyon, 25-26 septembre 1997, Paris, Cerf, 2001.

Fouilloux (Étienne), Une Eglise en quête de liberté: la pensée catholique française entre modernisme et Vatican II, 1914-1962, Paris, Desclée De Brouwer, 1998.

Guissard (Lucien), « La Nuit est ma lumière », Le fichier bibliographique, 3, 1950.

Jadoulle (Jean-Louis), « Les groupes Esprit de Belgique durant l’entre-deux-guerres », in Pierre Mertens (Pierre) et Voisin (Marcel), Emmanuel Mounier en Belgique: 70 ans d’Esprit, Bruxelles, Wolu-Culture, 2002.

Levaux (Léopold), « Un grand romancier catholique se révèle », in La Revue catholique, 24 août 1934, p. 21-23.

M[ounier] (E[mmanuel]), « Étienne De Greeff, Notre destinée et nos instincts (Plon). – Les instincts de défense et de sympathie (Presses universitaires) », Esprit, septembre 1948, p. 422.

Serry (Hervé), Les Éditions du Seuil, 70 ans d’histoires, Paris, 2008.

Vieujean (Jean), « Dialogue avec moi-même », Revue nouvelle, xi, 1950, p. 93-100.

Haut de page

Notes

1 Serry (Hervé), Les Editions du Seuil, 70 ans d’histoires, Paris, Seuil, 2008.

2 Cet article doit beaucoup à la relecture qu’Hervé Serry en a faite. Je le remercie chaleureusement.

3 Fouilloux (Étienne), « Bruno de Jésus-Marie et les Études carmélitaines (1930-1939) », Bernard Hours, Carmes Et Carmélites en France du XVIIe Siècle à nos jours: Actes du colloque de Lyon, 25-26 Septembre 1997, Paris, Cerf, 2001, p. 319-332.

4 On trouvera une biographie très complète d’Étienne De Greef dans : Casselman (Joris), Etienne De Greef, 1891-1961, Psychiater, criminollog en romanschrijver. Leven, werk en huilige betekenis, Anvers-Apldoorn, Maku, 2010.

5 Jadoulle (Jean-Louis), « Les Groupes Esprit de Belgique durant l’entre-deux-guerres », Mertens (Pierre) et Voisin (Marcel), Emmanuel Mounier en Belgique: 70 ans d’Esprit, Bruxelles, Wolu-Culture, 2002, p. 49-63.

6 Desmazières (Agnès), L’inconscient au paradis: comment les catholiques ont reçu la psychanalyse, 1920-1965, Paris, Payot, 2011, p. 11-41.

7 Idem, p. 22-23.

8 Paris, Desclée de Brouwer, 1936. Sur le contexte de cette thèse : Desmazières (Agnès), L’inconscient au paradis…, op. cit.

9 De Greeff (Étienne), « Mouvement philosophique et théologique. La méthode psychanalytique et la doctrine freudienne », La Cité chrétienne, 5 novembre 1936.

10 De Greeff (Étienne), « Roland Dalbiez. La méthode psychanalytique et la doctrine freudienne », Esprit, juillet 1938, p. 608-609.

11 Ey (Henri), « L’œuvre psychiatrique d’Étienne De Greeff », Autour de l’œuvre du Dr. E. De Greeff, Louvain, Nauwelaerts, 1956, vol. II, L’homme devant l’humain, p. 11.

12 Présences, Paris, Plon, 1945.

13 Presses de l’Université de France, 1947.

14 De Greeff (Étienne), Les instincts de défense et de sympathie, op. cit., cité dans Shurmans (Jacques), « Dialogue sur le thème ‘psychanalyse’ », Autour de l’œuvre du Dr. E. De Greeff, op. cit., II, p. 41.

15 Idem, cité p. 47.

16 Idem, cité p. 48.

17 Delfosse (Jean), « Bibliographie », La Revue nouvelle, III/2, 1946, p. 466-467.

18 E. M., « Étienne De Greeff, « Notre destinée et nos instincts (Plon). – Les instincts de défense et de sympathie (Presses universitaires) », Esprit, septembre 1948, p. 422.

19 Desmazières, L’inconscient au Paradis, op. cit.

20 Paul Flamand à EDG, 23 juin 1952, Institut Mémoire contemporaine [imec], Fonds Seuil, SEL 2 S3 B192 D2 1+2.

21 [Albert Béguin], « Note à Emmanuel Mounier sur le roman de Monsieur Hautem », Idem, sd.

22 Note de la main d’Emmanuel Mounier, imec, Fonds Seuil, SEL E.S2-B587-D5, Dossier fabrication.

23 de la Croix (Jean), La montée au Carmel et la nuit obscure de l’âme, traduction d’Alfred Gilly, Charles Douniol, 1866, p. 96.

24 De Greeff (Étienne), La nuit est ma lumière, Paris, Seuil, 1949, p. 141.

25 Idem, p. 431.

26 Idem, p. 260.

27 de Trooz (Charles), « Débat sur un roman d’Étienne De Greeff. En lisant ‘La nuit est ma lumière’ », La Revue nouvelle, XI, 1950, p. 85-87.

28 Idem, p. 91-92.

29 Vieujean (Jean), « Dialogue avec moi-même », Idem, p. 93-100.

30 Guissard (Lucie), « La Nuit est ma lumière », Le fichier bibliographique, 3, 1950.

31 imec, Fonds Seuil, SEL E.S2-B587-D5, Dossier fabrication, 29/1/1979.

32 Bourin (André), « La nuit est ma lumière par Étienne de Greeff », Les Nouvelles littéraires, 8 décembre 1949, p. 3.

33 Etienne Fouilloux, Une Église en quête de liberté: la pensée catholique française entre modernisme et Vatican II, 1914-1962, Paris, Desclée De Brouwer, 1998, p. 196.

34 Idem, p. 213.

35 Etienne De Greeff à Paul Flamand, 10/1/1958, imec, Fonds Seuil, op. cit.

36 Étienne de Greeff à Paul Flamand, 20 juin 1950, imec, Fonds Seuil, op. cit.

37 Peter Pan, « La Nuit est ma lumière », Pan, 22 mars 1950, p. 4.

38 Étienne de Greeff à Paul Flamand, 25 septembre 1948, imec, Fonds Seuil, SEL 2 S3 B192 D2 1+2.

39 Paul Flamand à Étienne De Greeff, Paris, 19 septembre 1948, Idem.

40 Note non signée [de l’écriture de Béguin], Étienne De Greef, Le chemin sans retour, coll. Esprit, Idem.

41 Il reçoit le prix de la Littérature spiritualiste. Le critique belge Léopold Levaux, par ailleurs ami proche de Jacques Maritain, considère l’œuvre comme une révélation surpassant de loin en qualité La Recherche du temps perdu (Levaux (Léopold), « Un grand romancier catholique se révèle », in La Revue catholique, 24 août 1934, p. 21-23). Voir aussi les pages dithyrambiques de Colleye (Hubert), Idées du temps, 2e série, Liège, Pax, [1939], p. 9-40.

42 J. Vilaret, « Le professeur Étienne De Greef. Interview », Construire, 1957, 12, 10, 481-486, cité par Casselman (Joris), Étienne De Greef, 1891-1961…, op. cit., p. 148.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Psychanalyse et religion en littérature à l’heure du personnalisme. La nuit est ma lumière d’Étienne De Greeff (1949) », COnTEXTES [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://contextes.revues.org/5526 ; DOI : 10.4000/contextes.5526

Haut de page

Auteur

Cécile Vanderpelen-Diagre

Université libre de Bruxelles – Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page