Navigation – Plan du site

Miguel de Unamuno, Pedro Salinas : une filiation créatrice

Bernadette Hidalgo Bachs

Résumé

Cette étude porte sur l’incidence des écrits du penseur chrétien espagnol, Miguel de Unamuno, sur l’écriture poétique de Pedro Salinas. Plusieurs thèmes personnalistes en concordance avec la pensée d’Emmanuel Mounier sont abordés, tels que : l’être humain comme être de relation, l’expérience de l’altérité, le désir d’être plus, la foi non dogmatique, le doute, l’espérance, l’amour comme force unificatrice, la communion solidaire avec les hommes à travers le temps, l’engagement contre toute forme de destruction de la personne dans le monde moderne ainsi que la fonction salvatrice de l’œuvre d’art conçue comme affirmation ontologique de l’être humain et comme quête d’éternité. La question de l’esthétique de la poésie personnaliste est posée. Nous montrerons que Pedro Salinas va plus loin que Miguel de Unamuno dans la conception de l’œuvre puisqu’une mystique de la création poétique se fait jour à travers les neuf recueils du poète professeur de la Génération de 27.

This study deals with the impact of Spanish Christian thinker Miguel de Unamuno’s writings on Pedro Salinas’ poetical writing. Several personalist themes in keeping with Emmanuel Mounier’s thinking are addressed, such as: human being as a person in relationship, the experience of otherness, the wish to be more, non-dogmatic faith, doubt, hope, love as a unifying force, the interdependant communion with people down the centuries, the engagement against any form of personal destruction in the modern world as well as the beneficial function of the work of art seen as the ontological affirmation of the human and as a quest for eternity. The question of aestethics in personal poetry is raised. We will show that Pedro Salinas goes further than Miguel de Unamuno in the conception of the work, since a mystic of poetical invention emerges throughout these nine collections by the professor poet of the 27 Generation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sánchez Cuesta (Manuel), « El personalismo unamuniano », Acontecimiento, n°51, abril 1999, p. 55-59
  • 2 Salinas (Pedro), Obras completas, I, Poesías, Madrid, Biblioteca Aúrea, Cátedra, 2007, p.607. Migue (...)

1Deux éléments ont servi de déclencheurs à ce travail de recherche : tout d’abord, la lecture de l’article intitulé « Le personalisme unamunien1» du professeur de philosophie Manuel Sánchez Cuesta, et la reconnaissance de Miguel de Unamuno comme l’un de ses maîtres par Pedro Salinas, dans la préface de Todo más claro2.

  • 3 Roullière (Yves), « El personalismo comunitario de Emmanuel Mounier a la luz de sus escritos íntimo (...)
  • 4 Pedro Salinas, O. C. iii, op. cit., p. 270, 343, 773, 1096, 1103, 1105, 1556, 1613.
  • 5 Ibidem, p. 1036, 1573, 1607.
  • 6 Dans la correspondance entre Pedro Salinas et Jorge Guillén, on constate que les deux amis échangen (...)

2Si nous savons que Mounier lisait Unamuno et l’admirait3, aucune référence à Mounier n’est explicitée dans les écrits de Salinas. Cependant, nous constatons que la correspondance de Salinas fait état d’un grand intérêt pour les travaux d’intellectuels personnalistes, tels que Xavier Zubiri4, María Zambrano5 et Jacques Maritain6. Le personnalisme chrétien n’étant ni un système, ni une doctrine, il est admis qu’il laisse la place à nombre de ralliements implicites. Nous dirons que ce mouvement constitue certainement un socle de valeurs communes pour les intellectuels en question.

3La réception du personnalisme en Espagne attestée surtout à travers Emmanuel Mounier et Jacques Maritain, l’amitié entre Emmanuel Mounier et Miguel de Unamuno, l’admiration de Pedro Salinas pour Miguel de Unamuno ainsi que pour d’autres auteurs personnalistes, nous permettent d’envisager entre eux une certaine communauté de pensée. C’est pourquoi notre exposé, concernant les liens qui unissent Miguel de Unamuno (1864-1936), penseur chrétien espagnol, recteur de l’Université de Salamanque, remarqué pour ses prises de position non dogmatiques et pour ses intuitions sur la personne, avec Pedro Salinas (1891-1950), professeur d’université, poète et essayiste espagnol, est essentiellement appuyé sur des citations d’Emmanuel Mounier et de Jacques Maritain, afin de mettre en lumière la concordance de leur pensée autour de ce qu’il est convenu d’appeler le personnalisme chrétien.

4Dans cet article, après avoir d’abord rappelé la relation étroite qui existe entre Pedro Salinas et Miguel de Unamuno, puis certaines données sur la réception du personnalisme, et ensuite le contexte socio-culturel de leurs œuvres, nous voulons montrer que Miguel Unamuno joue pour Pedro Salinas le rôle d’éveilleur à une écriture fondée sur des valeurs personnalistes.

5Pour contextualiser notre propos, nous avons retenu des sources qui font apparaître des liens directs avec notre sujet. Nous rappellerons que Miguel de Unamuno et Pedro Salinas appartiennent à deux générations différentes, et à l’instar d’Emmanuel Mounier, ils ont écrit leurs œuvres dans un contexte de crise socio-politique et morale. Comme nombre d’intellectuels modernes pensant par eux-mêmes, Miguel de Unamuno et Pedro Salinas n’expriment pas explicitement leur appartenance à tel ou tel mouvement. Cependant, une mise en regard des textes de ces deux intellectuels fera apparaître la parenté idéologique entre eux et permettra de les situer dans la mouvance du personnalisme, et plus précisément dans la lignée d’Emmanuel Mounier et de Jacques Maritain.

La relation entre Salinas et Unamuno

  • 7 Salinas (Pedro), Obras completas, II, Ensayos, Madrid, Biblioteca Aúrea, Cátedra, 2007, pp.71-77.
  • 8 Ibidem, pp. 1231-1247.
  • 9 Ibidem, pp. 103-114.
  • 10 Ibidem, pp. 1272-1279.
  • 11 Ibidem, p. 1260.
  • 12 Salinas (Pedro), Obras completas III, Epistolario, Madrid, Biblioteca Aúrea, Cátedra, 2007 : Tout p (...)
  • 13 Ibidem, p. 102.
  • 14 Ibidem, p. 392.
  • 15 Ibidem, p. 621.

6L’importance accordée à Unamuno est manifeste dans les travaux critiques de Salinas. Plusieurs publications sur la Génération de 98 à laquelle appartient Unamuno sont recensées : Le concept de génération littéraire appliqué à celle de 987, La littérature espagnole moderne8, et plus spécifiquement sur l’œuvre d’Unamuno : Trois aspects de Unamuno9, Le « palimpseste » poétique de Unamuno,10 dans Le romancismo et le vingtième siècle11. Dans sa correspondance12, cinquante et une références à Unamuno figurent dans l’index onomastique. Nombre d’entre elles se réfèrent à des rencontres avec Unamuno jusqu’en 1936, d’autres occurrences concernent des projets littéraires, certaines sont de véritables hommages rendus à Unamuno pour son envergure intellectuelle et son courage politique. À titre d’exemple, citons un fragment du contenu d’une lettre à sa femme du 25 novembre 1914 ; après avoir assisté à une conférence d’Unamuno à l’Ateneo de Madrid, Salinas écrit : « Si tu voyais comme la personnalité de Unamuno se révèle en parlant ! Son indépendance, sa force, son honnêteté spirituelles se dégagent non seulement de ce qu’il dit, mais aussi de son allure, de ses gestes, de lui tout entier13». Dans une lettre du 18 février 1933 à Katherine Whitmore, la « connaissance de l’histoire littéraire et de ses problématiques », d’Unamuno, ainsi que sa volonté d’« en finir avec la dégénérescence du concept d’histoire, misérablement historiciste » est mise en avant par Salinas. Lors d’une commission de spécialistes à l’Université de Santander, le vote de Salinas coïncide avec celui d’Unamuno qui écarte également les candidats qui ne sont que « des érudits sans âme », « sans curiosité intellectuelle14 ». Ni l’un ni l’autre ne craignent les critiques acerbes d’éminents professeurs qui remettent en cause leurs appréciations. Enfin, signalons que dans une lettre à sa femme du 27 juin 1937, il écrit : « Le livre d’Unamuno qui me plaît le plus est Le sentiment tragique de la vie15 », c’est pourquoi nous sommes en droit de penser qu’il a un impact non négligeable sur l’écriture et la pensée de Pedro Salinas.

Éléments sur la réception du personnalisme en Espagne

  • 16 Guy (Alain) Mounier a los vienticinco años de su muerte, Universidad de Salamanca, Ediciones A.Here (...)
  • 17 Roullière (Yves) « El personalismo comunitario de Emmanuel Mounier a la luz de sus escritos íntimos (...)

7En ce qui concerne la réception du personnalisme en Espagne, nous nous limiterons à indiquer quelques faits marquants en relation avec notre propos. Dans « L’Espagne dans la vie et l’œuvre de Mounier16 », Alain Guy rend compte du voyage de trois semaines de Mounier en Espagne en 1930. Ce dernier s’est rendu le 3 avril à l’Université de Salamanque, dont Unamuno était le recteur, avec le prétexte de donner une conférence sur Péguy, mais il semble que sa véritable intention était de rencontrer Unamuno. Yves Roullière fait état de la lecture de textes du penseur espagnol par Mounier, et met au jour la relation intellectuelle entre Unamuno et Mounier17.

  • 18 Tussell (Javier), El personnalismo en España, Madrid, Fundación Humanismo y Democracia, 1985.
  • 19 Campoamor (Ramón de) est essentiellement reconnu comme poète espagnol réaliste, mais il a aussi écr (...)

8En 2006, prenant comme référence l’étude de Javier Tussell18, le professeur Carlos Díaz, président de l’Institut Emmanuel Mounier à Madrid, écrit dans un article sur la réception du personnalisme en Espagne : « Il semble que ce soit Campoamor19 qui donna le premier le nom de personnalisme à une philosophie lors de la publication en 1855 de son livre El personalismo. Apuntes para una filosofía. Cependant Mounier l’a probablement emprunté à l’étude de Charles Renouvier Le personnalisme, suivi d’une étude sur la perception externe et sur la force. Mais en particulier, l’expression « personnalisme communautaire » apparaît en premier chez Jacques Maritain. Le personnalisme communautaire n’a pas eu bonne fortune en Espagne, un pays, enraciné dans la tradition chrétienne du passé (il suffit de se rappeler les grands mystiques, ou Don Quichote), tamisée selon les convenances par la culture moderne, et qui aurait pu engendrer la floraison très estimable de courants personnalistes et communautaires. Il n’en fut pas ainsi […] ». 

  • 20 Díaz (Carlos), La recepción del personalismo en España,Barcelona, Ars Brevis, 2006, pp. 197-198-199 (...)

9Prenons comme point de départ Maritain, admiré en Espagne bien avant que dans d’autres pays européens. Humanisme intégral, ou ce que sera ensuite ce livre, fut l’objet d’une conférence lors de l’été 1934 à l’Université de Santander, et publiée par cette université en 1935 avec le titre suivant : Problèmes sprirituels et temporels de la nouvelle chrétienté. Des musiciens comme Manuel de Falla, des écrivains comme Maurici Serrhima de El Matí, et surtout la revue de José Bergamín Cruz y raya, (dans laquelle Maritain publie sa « Lettre sur l’indépendance ») reflètent cette présence. La Guerre civile espagnole conduit Maritain à accentuer son intérêt pour l’Espagne, et cela pour deux raisons. Un aspect social, Maritain accepte de signer le Manifeste de la revue Esprit rédigé par Mounier et d’autres intellectuels dans lequel était condamné le “glorieux soulèvement” de Franco. En plus, il prend part à une tentative manquée d’obtenir une paix négociée entre les deux camps, quand en février 1937 a été constitué un Comité pour la Paix Civile en Espagne, il participe également à tout type de contacts entre les autorités ecclésiastiques françaises et espagnoles exilées et les républicaines.20 »

10L’insistance de Carlos Díaz sur le rôle important de Maritain dans la diffusion des idées personnalistes est tout à fait pertinente pour notre travail puisque des réseaux d’influences peuvent être envisagés en Espagne, d’autant plus que Salinas était secrétaire général de l’Université Internationale de Santander dès 1933.

Le contexte socio-littéraire des œuvres d’Unamuno et de Salinas

  • 21 Arnaud (Paul), Le personnalisme et la crise politique et morale du xxe siècle. Vie et œuvre d’Emman (...)
  • 22 Canavaggio (Jean), Histoire de la littérature espagnole, T. 2, Paris, Fayard, 1993, pp.373-405 et 4 (...)

11Comme l’œuvre de Mounier21, l’œuvre d’Unamuno22 s’inscrit dans un contexte très problématique pour la société dans laquelle il vit, et dans le cas présent, celle de l’Espagne. En effet, 1898 signifie pour l’Espagne la perte des dernières colonies ; de 1902 à 1931, la monarchie parlementaire est décomposée, les mouvements de protestation sociale se multiplient en Catalogne, s’en suit la dictature de Primo de Rivera de 1923 à 1930, puis l’avènement de la République en 1931, et enfin le début de la guerre civile en 1936 (date de la mort d’Unamuno).

12Cette période de l’histoire de l’Espagne est marquée par une crise politique, mais surtout par une crise d’identité nationale : la question récurrente étant : « Qu’est-ce que l’Espagne ? ».

  • 23 Cf. Perez (Joseph), Histoire de l’Espagne, Paris, Fayard, 1996, p. 607-669.
  • 24 Ibidem. Rappelons que José Martínez Ruiz dit Azorín, Ramiro de Maetzu, Ramón de Valle Inclán et Pío (...)
  • 25 Sur les aspects religieux, éthiques et sociopolitiques, on pourra lire : Sánchez Cuesta (Manuel), A (...)

13La crise de 189823, qui donne son nom à la « Génération de 9824» incite nombre d’intellectuels à prendre position par rapport au passé de l’Espagne et à ce qui constitue sa tradition séculaire. Unamuno s’affirme comme l’un des écrivains majeurs de ladite « Génération de 98 » ; il publie en 1895, pendant sa brève étape marxiste, En torno al casticismo : un plaidoyer pour la régénérescence de l’Espagne, fondée sur l’ouverture sur l’Europe, et l’abandon des références passéistes. La vraie histoire des peuples, c’est ce qu’il nomme « l’intrahistoire», c’est-à-dire la vie de milliers de gens sans histoire, qui constitue le sens profond de la marche de l’histoire. Le christianisme est aussi défendu comme une valeur de l’esprit universel enracinée dans la conscience individuelle25.

  • 26 Marías (Julián), in Miguel de Unamuno, Madrid, Austral Summa, 1998, pp. XII.

14Unamuno est aussi reconnu comme celui qui a « créé une langue philosophique en espagnol, dans le langage vivant, de tous, pleinement intelligible, sans technicismes ni néologisme ; cette philosophie à laquelle tous peuvent prendre part 26 ». Appréciées de certains intellectuels français, ses œuvres sont traduites en partie. Ainsi, Gallimard publie la traduction de Marcel Bataillon en 1923 intitulée L’essence de l’Espagne, et Jean Cassou traduit-il plusieurs œuvres de Unamuno dès 1923.

  • 27 Son opposition à la dictature de Primo de Rivera lui valut d’être exilé de 1924 à 1930 à Fuertevent (...)
  • 28 Marías (Julián), ibidem, pp. x-xi-xii.
  • 29 Unamuno (Miguel de), El sentimiento trágico de la vida, (Le sentiment tragique de la vie), Obras se (...)
  • 30 Op. cit., p. 197 : «La foi est notre aspiration à ce qui est éternel, à Dieu, et l’espérance est as (...)
  • 31 Unamuno (Miguel de), Obras completas, iv, Poesías, El Cristo de Velázquez, Madrid, Biblioteca Castr (...)

15Si Julián Marías exalte la passion de Unamuno pour l’Espagne, son authentique volonté de comprendre sa patrie ainsi que son courage politique27, il met en avant l’audace de cet intellectuel à poser comme noyau central de sa pensée le problème de la mort, la possibilité de l’immortalité, et de la résurrection de la chair puisque ces questions étaient plutôt éludées lors de la formation des intellectuels de l’époque28. Toute la production de Unamuno, aussi bien les essais, les romans que la poésie, est habitée par une préoccupation, voire une angoisse philosophique axée sur le désir vital d’immortalité que soutient la foi contre l’opposition constante de la raison, d’où le titre de l’un de ses essais de 1913: Le sentiment tragique de la vie29. À plusieurs reprises, Unamuno est en proie à des crises religieuses profondes ; la première, en 1881, est très influencée par le catholicisme socialiste de Nitti. La question de Dieu est centrale dans l’œuvre d’Unamuno. A l’appui, nous citons ces lignes de l’essai en question : « La fe es nuestro anhelo a lo eterno, a Dios, y la esperanza es el anhelo de Dios, de lo eterno, de nuestra divinidad, que viene al encuentro de aquella y nos eleva […] El hombre aspira a Dios por la fe, y le dice : “Creo, ¡ dame, señor, en qué créer !” Y Dios, su divinidad, le manda la esperanza en otra vida para que crea en ella30. » Le recueil El Cristo de Velázquez31, publié en 1920, est reconnu unanimement comme le plus significatif en regard d’une poétique de la transcendance.

  • 32 Marías (Julián), ibidem, pp. ix-x.

16En tant qu’historien de la philosophie, Julián Marías signale que Miguel de Unamuno a construit son œuvre depuis « une perspective philosophique», même s’il ne voulait pas être philosophe, à cause de sa défiance à l’égard de la raison, force est de reconnaître « qu’il n’a guère parlé d’autre chose que de philosophie dans ses écrits32 ».

  • 33 Canavaggio (Jean), Histoire de la littérature espagnole, T.2, op. cit., pp. 485-519 ; Aullón de Har (...)

17Pour beaucoup d’intellectuels de la génération de Pedro Salinas, Miguel de Unamuno est une figure incontournable. Dès 1910, la Résidence des Etudiants de Madrid, très étroitement liée à l’Institution Libre de l’Enseignement, est le lieu de rencontre de musiciens, de scientifiques, d’architectes, ou d’écrivains français et espagnols. Miguel de Unamuno fréquente ce lieu régulièrement, et bien des jeunes intellectuels dont Pedro Salinas le côtoient ou vont écouter ses conférences. L’envergure humaine et intellectuelle d’Unamuno séduit ceux qui seront ensuite regroupés sous l’étiquette de « Génération de 2733 », nommée ainsi puisque ses membres, essentiellement des « poètes-professeurs », se sont retrouvés pour célébrer le cinquième centenaire de Luis de Góngora. Comme représentants de ce groupe, nous nommerons entre autres Jorge Guillén, Gerardo Diego, Dámaso Alonso, Vicente Aleixandre, Federico García Lorca, Rafael Alberti, Luis Cernuda, Emilio Prados et Miguel Hernández.

  • 34 Pérez (Joseph), op.cit., pp. 705-793, et Vilar (Pierre), La guerre d’Espagne, Paris, PUF, 1996.

18Comme pour la Génération de 98, c’est dans un contexte de crise que se situe la Génération de 27, cependant à l’aspect socio-politique s’ajoute une composante religieuse (ce qui n’est pas le cas en 98). Confrontés aux répercussions de la crise économique internationale, à l’instabilité politique, aux mouvements sociaux et surtout à une longue guerre civile34, plusieurs de ses membres se sont distingués par leur engagement politique, et leur prise de position vis-à-vis de l’Église et de la religion catholique.

19Force est de constater que la Génération de 27 se détache dans le panorama littéraire du vingtième siècle, par la qualité innovante de sa poésie, la création de revues, ainsi que par la diversité des personnalités marquées à la fois par le Romantisme, le Modernisme ou les pratiques de l’Avant-Garde du début du vingtième siècle, mais aussi par la connaissance de la philosophie de José Ortega y Gasset (1883-1955) dans laquelle, l’anthropologie, la sociologie et l’esthétique occupent une place de choix.

  • 35 Il a traduit entre autres A la recherche du temps perdu de Proust.
  • 36 Salinas(Pedro), Cartas de amor a Margarita, 1912-1915, op. cit., p.188, 189, 208, 212, 213,259.
  • 37 Pour cette raison, le 17 décembre 1933, le gouvernement français lui a décerné la Légion d’Honneur.
  • 38 Une proposition pour enseigner à Harvard lui est faite en 1951, comme en témoigne une lettre de Ped (...)

20Il est intéressant de souligner qu’après ses études universitaires en Espagne, Salinas a été lecteur à la Sorbonne de 1914 à 1917, il connaît très bien le français, qu’il traduit35. Comme en témoignent les lettres de cette période, il a été très marqué par la Première Guerre mondiale36. Plus tard, avec l’appui de Fernando de los Ríos, il est le fondateur et le secrétaire général de l’Université Internationale d’été de Santander37, inaugurée en 1933, par le Gouvernement de la Seconde République. Il est par conséquent au fait de toutes les conférences qui ont lieu dans cette université. En poste à Madrid, en septembre 1936, il part en principe pour un an enseigner comme professeur visitant au Wellesley Collège dans le Massachusetts. Il honore ainsi un contrat signé en 1935. En fait, Salinas fera toute sa carrière dans des universités américaines38 : ce qui devait être un séjour de courte durée se transforme en auto-exil.

  • 39 Salinas (Pedro), O. C. ii., op. cit., p.1335- 1387.
  • 40 Ibidem, p. 1357-1359.

21La majorité de ses lettres, de ses recueils et de ses essais littéraires sera écrite en Amérique, et laisse entendre l’adhésion de Salinas aux valeurs chrétiennes et à la tradition culturelle européenne39 ; non seulement le pouvoir social de l’écrivain est exalté mais aussi son pouvoir spirituel40.

  • 41 « L’auto-exil de Pedro Salinas », Colloque international, décembre 2009, « Exil, errances, rencontr (...)
  • 42 Guillén (Jorge), (in Pedro Salinas, Poesías completas, Barcelona, Seix Barral, 1981, p. 41) rappell (...)

22Bien qu’il voyageât dans nombre de pays du continent américain et en Europe, pour donner des conférences, Salinas ne reviendra jamais en Espagne. Dès le début de la guerre civile, son engagement politique est réitéré41. Profondément républicain, mais non marxiste, il condamne toute forme de totalitarisme42sans être affilié à un parti déterminé. Rentrer en Espagne s’avère par conséquent inenvisageable tant que Franco est au pouvoir. Jusqu’à la fin de sa vie en 1951, sa correspondance témoigne de la richesse et de la diversité de ses contacts avec des intellectuels, essentiellement français, américains ou espagnols et de l’aide que Salinas a apportée aux exilés.

Les concordances personnalistes entre Unamuno et Salinas

  • 43 Op. cit.
  • 44 Unamuno (Miguel de), Obras completas, IV, Poesías, Madrid, Biblioteca Castro, Ed.de la Fundación Jo (...)

23Après avoir donné des éléments pour contextualiser les œuvres d’Unamuno et de Salinas, nous allons montrer comment l’expression poétique de Pedro Salinas convoque, et dépasse parfois, des thèmes personnalistes présents dans El sentimiento trágico de la vida43 ainsi que dans la poésie de Unamuno44.

Altérité et dimension spirituelle de l’amour

  • 45 Sánchez Cuesta (Manuel), op. cit., pp. 55-58.
  • 46 Unamuno (Miguel de), El sentimiento trágico de la vida, op. cit., p. 30 : « Un homme en chair et en (...)
  • 47 Ibidem, et Garagorri (Paulino), Unamuno, Ortega, Zubiri, Madrid, Plenitud, 1968, p.19.
  • 48 On consultera à ce propos, Zubizarreta (Alma), El diálogo creador, Madrid, Gredos, 1957.
  • 49 Pedro Salinas, O. C. i, op. cit., p. 280: La voix que je te dois, « Quelle joie de vivre / en se se (...)
  • 50 Ibidem, p. 268 : « ¡Qué alegría más alta : / vivir en los pronombres» (« Quelle grande joie : / viv (...)
  • 51 Ibidem. p. 290 : « Enfin changés / en horizons ultimes / toi et moi, de nous-mêmes. »

24Un thème majeur fonde la filiation entre Unamuno et Salinas : celui de l’altérité. Si dans son article intitulé « Le personalisme unamunien45 » Manuel Sánchez Cuesta démontre combien la relation à l’autre structure la pensée d’Unamuno, la place accordée au rapport à l’autre en tant que personne dans les écrits de Salinas est aussi fondamentale. Dans El sentimiento trágico de la vida, Unamuno se définit comme un être complexe dont les composants ne sont conçus ni comme uniquement spirituels, ni comme uniquement corporels : « un hombre de carne y hueso que se dirige a otros hombres de carne y hueso. […] no con la razón sólo, sino con la voluntad, con el sentimiento, con la carne y con los huesos, con el alma toda y con el cuerpo todo46. » À l’instar du locuteur d’Unamuno, celui de Salinas est un moi corporel et spirituel, concret, circonscrit, et non un homme au sens général47. La poésie de Salinas est enracinée dans l’expérience vitale du moi. Elle est à juste titre qualifiée de dialogique48, étant donné que la pratique scripturale du dialogue domine. La relation interpersonnelle tient une place décisive dans la configuration identitaire personnelle ; les vers initiaux d’une pièce de La voz a ti debida : « Qué alegría, vivir / sintiéndose vivido.49 » témoignent de la joie éprouvée grâce et par l’existence de l’autre. C’est « en vivant dans les pronoms50 », que l’homme et la femme éprouvent la joie, et parviennent à être vraiment eux-mêmes: « ya cambiados / en horizontes finales, / tú y yo, de nosotros mismos51 ». C’est une écriture qui pose de manière récurrente la notion d’altérité comme fondamentale. Comme dans bien des poèmes d’Unamuno, l’emploi du pronom personnel à la deuxième personne du singulier, signifie un mode de relation à l’autre « présentiel » et majoritairement aimant.

  • 52 Ibidem. p. 426 : « Elle vient en amie / car je suis nécessaire à son grand désir / d’être ».
  • 53 Celui de Dehennin (Elsa), Passion d’absolu et tension expressive dans l’œuvre poétique de Pedro Sal (...)
  • 54 Pedro Salinas, Cartas a Margarita, op. cit., p. 169.
  • 55 Ibidem, p. 136.
  • 56 Ibidem, p. 159.

25Au-delà de l’accès à la profondeur de l’être via l’autre – observable encore dans ces vers : « Viene toda de amiga / porque soy necesario a su gran ansia/ de ser52 » –, une importance majeure est accordée à l’amour et à sa dimension spirituelle, comme l’ont montré plusieurs travaux de recherche53. L’expression poétique de Salinas est souvent une reformulation de sa prose épistolaire ; ainsi lit-on dès 1914 : « l’amour est une inquiétude éternelle ; une inquiétude au sens noble du terme, une inquiétude ascendante54 ». C’est comme un don que l’amour est vécu55, et la femme est assimilée à la lumière divine : « Marguerite, bénédiction de Dieu sur moi, lumière de Dieu sur moi56 ».

  • 57 Salinas (Pedro), O. C. i, op. cit., p. 225: « Derrière toi, je te cherche /…] pas dans ton âme. / D (...)

26L’amour partagé est à la fois une expérience charnelle et spirituelle qui s’ouvre à la transcendance. C’est ce dont témoigne la récurrence de formulations telles qu’« au-delà », « derrière », « plus haut », citons le plus probant : « Por detrás de ti te busco / […] /ni en tu alma. / Detrás, más allá 57» dans La voz a ti debida ou Razón de amor.

  • 58 Pedro Salinas, O. C. i, op. cit., p.538: « […] Amour ou ciel, ne sont pas un chemin, ils sont / une (...)
  • 59 Il s’agit de La voz a ti debida, Razón de amor et Largo Lamento.
  • 60 Ibidem, p. 253 : « La vie c’est ce que tu touches toi », « La vie que je t’implore / à toi, l’inépu (...)
  • 61 Ibidem.

27D’autres vers, tels ceux de « Ahora te veo más clara » de Poemas sueltos, sont représentatifs de l’ouverture infinie que procure l’amour : « […] Amor o cielo, no son un camino, son / una oferta de infinitos / caminos, a nubes, almas. 58». Bien des vers du cycle amoureux59 insistent sur la relation entre vie et amour, c’est le cas de « La vida es lo que tú tocas60 » et de « La vida que te imploro /a ti, la inagotable61», ce dernier exemple orientant vers un surplus de vie sans limites.

  • 62 Ibidem, p. 524.
  • 63 Ibidem, p. 361 : « Et cette paix, de se sentir un, l’âme ne sait/ qui l’a gagnée ».
  • 64 Confiance (Recueil posthume publié en 1955).
  • 65 Ibidem, p. 699 : « Vision, vision de l’âme. /[…]/ seulement l’amour, seulement en aimant.».
  • 66 Ibidem, p. 369 : Et un de ses moments/ –de son temps infini – / s’il touche notre front, / sera not (...)
  • 67 Ibidem, p. 397 : « Et nos deux vies, en vivant/ embrassées/ seront la matière docile/ éternelle, av (...)

28Un bénéfice spirituel indéniable est le fruit de l’amour partagé puisqu’il est source d’une paix qui convoque le divin : « … ha venido / la paz celeste, sube62 ». Cette paix s’accompagne d’une reconnaissance de l’unité de l’être : « Y esta paz de ser entero, / no sabe/ el alma quién la ganó 63 ». Dans ceux de « Presente simple » (du recueil testamentaire Confianza64): « Visión, visión del alma. / […] / sólo el amor, sólo amando.65», l’amour est affirmé comme spirituel et essentiel. Ce vécu est aussi à l’origine d’une expérience qui déjoue les lois du temps : « Y un momento de él – de su tiempo infinito – /si nos toca en la frente, / será la vida nuestra 66 ». Enfin, citons d’autres vers de Razón de amor qui renvoient à la fois à la dimension corporelle et spirituelle de l’amour, et à l’éternité qui lui est inhérente : « Y las dos vidas, viviendo/ abrazadas / serán la dócil materia/ eterna, con que se labre/ el gran proyecto del alma67 ». La matière charnelle s’inscrit, grâce à l’amour, dans une éternité de vie qui correspond au dessein de l’âme.

  • 68 Unamuno (Miguel de), El sentimiento trágico de la vida, op. cit., p. 195: « L’humanité est semblabl (...)
  • 69 Ibidem.
  • 70 Ibidem, p.199 : « C’est l’amour qui nous révèle notre éternité et celle de notre prochain. ».
  • 71 Unamuno (Miguel de), O. C. iv, op. cit., pp.152 : « La paix vient du fond / du cœur ; / c’est un tr (...)

29La portée de ces citations fait écho à cette phrase d’Unamuno dans El sentimiento trágico de la vida : « Y es la humanidad como una moza henchida de anhelos, hambrienta de vida, y sedienta de amor 68 », puisque vie et amour y sont intimement liés également. Unamuno écrit encore : « El misterio del amor, que lo es de dolor, tiene una forma misteriosa, que es el tiempo. Atamos el ayer al mañana con eslabones de ansia, y no es el ahora, en rigor, otra cosa que el esfuerzo del antes por hacerse después; no es el presente, sino el empeño del pasado por hacerse porvenir. El ahora, es un punto que no bien pronunciado se disipa, y sin embargo en ese punto está la eternidad toda, sustancia del tiempo69 ». D’autres passages éclairent le sens de l’amour associé à la révélation de la part d’éternité qu’il y a en chaque homme ; ainsi lit-on dans l’œuvre citée plus haut: « El amor es quien nos revela lo eterno nuestro y de nuestros prójimos70 ». L’expérience de l’amour est décisive pour connaître notre être essentiel, notre vraie nature. Dans le poème « Perdón », l’amour est explicitement relié à Dieu : « La paz viene del fondo / del corazón ; / es divino tesoro / que en ti Dios puso, / ¡es tesoro de amor71». Nous avons là une célébration de l’amour qui fait exister l’homme pour l’éternité. La paix y est aussi définie comme manifestation de l’amour de Dieu envers les hommes, et comme un « trésor » pour chacun.

  • 72 Ibidem, p. 212 : « Embrasse-moi, ma bien aimée,/ le fruit de notre amour est mort ».
  • 73 Cf. Marías (Julián), Historia de la filosofía, Madrid, Revista de Occidente, 1950, p. 360.
  • 74 Kierkegaard (Sorën), Traité de désespoir, Paris, Gallimard, 1949, p. 103-104.

30L’amour dans la sphère privée est également exprimé de façon très poignante par Unamuno lors de la mort de son fils en bas âge dans « En la muerte a un hijo ». C’est au sein d’un couple profondément uni par l’amour qu’est survenue la mort de l’enfant tant aimé, dont l’absence retentit très fort dans leur vie : « Abrázame, mi bien, se nos ha muerto /El fruto del amor72 ». Foi et espérance entrent dans une dialectique féconde pour tenter de soulager la souffrance de la mère et de l’épouse. C’est dans un élan vitaliste que l’amour du couple trouve sa pérennité : l’amour sera une force pour penser et vivre l’avenir. De cette façon, le désespoir se transmue en espoir. Cette réaction est en adéquation avec la pensée d’un des maîtres d’Unamuno : à savoir Kierkegaard73 . Selon ce dernier, l’homme peut être sauvé en envisageant le possible dans lequel : « le croyant détient l’éternel et sûr antidote du désespoir74 ». Le père de l’enfant mort ne se montre pas comme un être accablé, enfermé dans une solitude douloureuse : ayant à l’esprit la joie ou la souffrance d’autres hommes, il manifeste son sentiment d’appartenance à l’humanité. Par conséquent, l’expérience du deuil est appréhendée sur le mode interpersonnel. L’enfer ce ne sont pas les autres, au contraire, les autres sont investis d’une fonction bienfaisante, voire salvatrice.

  • 75 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, PUF, Quadrige, 2010, p.70.
  • 76 Mounier (Emmanuel), Introduction aux existentialismes, Paris, Gallimard, 1946, p. 109-.132.
  • 77 Ibidem. p. 129. Cf. Nédoncelle (Maurice), La réciprocité des Consciences, Ed. Montaigne, 1942.
  • 78 Ibidem. p. 130.

31Le thème de l’autre replace le discours poétique d’Unamuno ou de Salinas dans un des thèmes fondamentaux qu’aborde Mounier soit dans Le personnalisme (dont nous retenons cette phrase : « Je n’existe que dans la mesure où j’existe pour autrui, à la limite, être, c’est aimer75 »), soit dans son essai Introduction aux existentialismes76. Les citations de Nédoncelle, dans ce dernier ouvrage, sont éclairantes, et elles semblent résonner dans l’expression d’Unamuno et de Salinas : « la rencontre dans le nous, ne facilite pas seulement un échange intégral, elle crée un univers d’expérience qui n’avait pas de réalité en dehors de cette rencontre77 ». L’être humain y est défini comme « un être avec78 », et cela identifie la poétique des deux auteurs espagnols avec le courant personnaliste.

La compassion

  • 79 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, PUF, Quadrige, 2010, p.11.
  • 80 Cf. Hidalgo Bachs (Bernadette), Todo más claro, El Contemplado, et Confianza de Pedro Salinas : une (...)
  • 81 Unamuno (Miguel), O. C. iv, op. cit., Meditaciones, « Perdón », p. 154 : « Considère ta misère / qu (...)
  • 82 Unamuno (Miguel), El sentimiento trágico de la vida, op. cit., pp. 132-210 : « Amour, douleur, comp (...)

32L’autre en tant qu’autre, distinct du soi du sujet lyrique s’incarne souvent dans le mot « frères », lequel jalonne l’écriture poétique de Salinas comme celle d’Unamuno. Ce sens aigu de la fraternité est associé à celui de la compassion chez ces derniers, et il convoque le souci « d’humaniser l’humanité » formulé par Mounier79. Pour les deux auteurs espagnols, l’affectivité est une dimension centrale qui inclut un centre spirituel qui est identifiable au cœur ou à l’âme80, mot récurrent dans leur expression poétique. L’appel du penseur : « ¡ Contempla tu miseria, / que es la miseria humana, / la triste pena ; / contémplala y aviva / tu compasión81 » laissent entrevoir un locuteur extrêmement sensible au vécu du prochain. C’est dans les chapitres de El sentimiento trágico de la vida, intitulés : « Amor, dolor, compasión y personalidad » et « Fe, esperanza, y caridad » que l’on relève nombre de phrases qui relient l’amour de Dieu à l’amour du prochain82.

  • 83 Cf. Presagios 7, 29, 32, 39, 44 : Présages, premier recueil publié en 1924. Les numéros sont ceux d (...)
  • 84 Pedro Salinas, O.C. i, op.cit., p. 670 : « Zéro » de Tout plus clair.
  • 85 « Invitation aux pleurs. Oui aux pleurs, / les yeux sans fin pleurent. ».

33Le contenu de ces chapitres retentit dans plusieurs compositions du premier recueil de Salinas83. Ce sentiment de compassion arrive à son paroxysme dans « Cero » de Todo más claro84, recueil dans lequel s’exprime longuement la détresse de Salinas après des bombardements, lors de la Seconde Guerre mondiale : « Invitación al llanto. Esto es un llanto, / ojos, sin fin, llorando, 85 ». La douleur évoquée est le signe d’une extrême compassion, étant donné que le locuteur va même jusqu’à se sentir rejoint dans son corps par le corps des êtres sans vie. Ainsi identifie-t-il ces cadavres au sien:

Ya encontré mi cadaver, que lloro.

Cadáver de los muertos que vivían

  • 86 « ça y est, j’ai trouvé mon cadavre, et je pleure. / Cadavre des morts qui vivaient / sauvés de leu (...)

salvados de sus cuerpos pasajeros86.

34Enfin, il est fait allusion au tourment vécu par la Vierge Marie :

Soy la sombra que busca en la escombrera.

Con sus siete dolores cada una

mil soledades vienen a mi encuentro

hay un crucificado que agoniza

  • 87 « Je suis l’ombre qui fouille dans le dépotoir. / Avec ses sept douleurs chacune / mil solitudes vi (...)

en desolado Gólgota de escombros87.

35La douleur physique et morale, définie comme incommensurable, est à l’origine de l’évocation de l’homme-Dieu crucifié, dans une grande lisibilité. En outre, dans ces vers, on peut déceler un renvoi à un verset de l’Evangile de Matthieu (25, 34-41) dans lequel le chrétien est invité à voir le Christ présent en tout homme souffrant.

  • 88 Cette notification du chien n’est pas sans rappeler le chien des peintures noires de Goya, cf. Lich (...)

36Faisant aussi allusion au Christ angoissé, demandant à Dieu son Père : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Matthieu, 27, 46), une plainte poignante est émise non par un homme, mais tragiquement par un chien dans la fin de « Cero ». Le chien88, seul rescapé de ce champ de mort, devient ironiquement le porte-voix du poète et de tous les hommes souffrants:

Pero aúlla un perro, un infinito perro

– inmenso aullar nocturno ¿desde dónde? –

  • 89 « Mais un chien aboie, un chien infini / – immense aboiement nocturne, d’où? / – voix qui clame par (...)

voz clamante entre ruinas por su Dueño.89».

  • 90 « Ruines que disperse un zéro –auteur de riens / œuvre des hommes–, un zéro, quand il explose. ».

37On constate que le mot « Dueño » porte une majuscule, et à la lecture des vers cités plus haut, on ne peut qu’identifier ce « Maître » au Dieu chrétien. Cependant, le sens de la scène finale de « Cero » est en opposition totale avec celui de la crucifixion du Christ pour les chrétiens. Un appel déchirant est adressé à la toute-puissance de Dieu que l’on aurait voulu voir intervenir pour contrecarrer les effets terribles de la liberté de l’homme, évoqués dans les vers de clôture de « Cero » qui condamnent la guerre : « Ruinas que esparce un cero – autor de nadas, / obra del hombre –, un cero, cuando estalla90 ». Dans cette composition le poète constate avec amertume que la mort domine, et elle s’impose dans une totale désespérance. Aucune perspective de résurrection n’est entrevue. On reste sur l’expression d’une angoisse terrible, celle de l’homme abandonné par son créateur. La confrontation trop douloureuse avec une réalité inacceptable est à l’origine de ce cri contre le mal subi injustement. Comment admettre l’inadmissible ? Comment accepter que Dieu reste indifférent devant cette destruction de la vie ? Que Dieu, l’ultime recours, reste absent et muet face à cet état de souffrance, laisse entendre l’immense détresse du sujet poétique.

38Des questionnements surgissent alors sur le sens des évènements, tout à fait dans la veine de celle d’Unamuno, lors de la maladie et de la mort de son fils :

Aún recuerdo las horas que pasaba

de su cuna a la triste cabecera

preguntándole al Padre con mis ojos

  • 91 Unamuno (Miguel de), Obras selectas, Poesías sueltas, « En la muerte de un hijo », op. cit., p. 978 (...)

trágicos de soñar, por nuestra meta91.

  • 92 A titre d’exemple complémentaire, on peut citer la dernière strophe du même poème, ibidem, p. 979 : (...)

39Au silence de l’enfant répond le silence du ciel92 et le cri de révolte est étouffé dans un silence de mort :

Y tu entreabierta boca siempre henchida

de un silencioso grito de protesta

que a la mudez del cielo respondía

  • 93 Ibidem, p. 979 : « Et ta bouche entre-ouverte toujours enflée / d’un cri silencieux de révolte / qu (...)

con su mudez de aborto de profeta93.

  • 94 On relira en particulier les poèmes « ¿Por qué me has abandonado ? », et « Irrequietum cor », écrit (...)
  • 95 Le journal intime en Espagne, Presses de l’Université d’Aix-en-Provence, 2000, p. 76.
  • 96 Ibidem, p. 77. cf. Unamuno (Miguel de), Diario íntimo, Madrid, Alianza Editorial, 1970  et Zubizarr (...)

40Le doute étant, pour Unamuno, inhérent à la vie de foi ; le chemin vers Dieu n’est pas une révélation constante, mais une recherche constante94 Le silence mortel de l’enfant est une invitation à penser sa propre pensée, et il rend compte de « cette alternance continuelle de doutes et de certitudes mêlés qui dérive de l’intuition première de l’être conçu comme tension de contraires 95», comme l’écrit Danièle Corrado dans son ouvrage sur Le journal intime en Espagne. La mort du fils de Unamuno et la crise spirituelle qu’elle a provoqué ont déclenché l’écriture du journal intime de Unamuno96.

41Unamuno et Salinas coïncident dans l’expérience douloureuse du mutisme de Dieu face à une souffrance extrêmement éprouvante, et ils l’expriment dans une simplicité remarquable.

La fraternité solidaire

  • 97 Unamuno (Miguel de), O. C. iv, op. cit., p. 264 : « Cherche en ton âme la racine divine, / ce qui t (...)

42Ce constat alarmant sur la capacité de l’homme à engendrer le mal est contrebalancé par la faculté de l’homme à faire preuve de compassion et de fraternité. L’incitation à rechercher ce qui unit aux autres est un leitmotiv chez Unamuno, le début de « Piedad » en rend compte: « Busca de tu alma la raíz divina, / lo que tu hermano te une y asemeja97 ». L’invitation à rechercher ce qu’il a de divin en l’homme est évidente dans cette séquence.

  • 98 Unamuno (Miguel de), Obras completas, iv, op. cit., Meditaciones, « En una ciudad extranjera », p. (...)

43Les variations poétiques unamuniennes du vers « La hermandad que nos une a los otros hermanos 98 » résonnent dans plusieurs poèmes de Salinas. L’adjectif « frère » apparaît pour la première fois dans les vers de clôture du poème 32 du premier recueil, Presagios:

dóblate sobre el brocal

del pozo y grita muy fuerte

tu verdad,

la que no estaba acuñada.

Y del hondo de las aguas

otra verdad te saldrá

y del hondo de las aguas

otros ojos

  • 99 « penche toi sur la margelle / du puits et crie très fort / ta vérité, / celle qui n’est pas admise (...)

hermanos contestarán.99

  • 100 « Ce que moi je n’ai pas trouvé, / d’autres l’ont trouvé. ».

44C’est dans un langage transparent et imagé que l’accent est mis sur le regard fraternel solidaire et éclairant. L’autre est celui qui peut permettre l’accès à la vérité, et apporter une réponse aux questionnements. Cette foi en l’autre est reprise dans les deux vers conclusifs, très explicites, de « En un trino » de Confianza: « Lo que yo no acerté / otros me lo acertaron100 ».

  • 101 Le Contemplé, recueil publié en 1946. Traduction de Hidalgo Bachs (Bernadette), La Mer Lumière, CEL (...)
  • 102 Ibidem, p. 19.

45La dernière variation de El Contemplado101 semble dialoguer avec « Para después de mi muerte 102 » de Unamuno. Dans un élan profondément solidaire, le sujet poétique prête son regard à ceux qui sont morts afin qu’ils accèdent eux aussi à la contemplation de la « mer-lumière » :

[…] ¡Qué sin fin

de muertos que te vieron

me piden la mirada, para verte !

[…]

Soy yo. Y ahora no ven, pero les quedo

para salvar su sombra de la sombra.

Que por mis ojos, suyos, miren ellos ;

y todos mis hermanos anteriores,

sepultados por los siglos,

  • 103 « Quelle infinité / de morts qui t’ont vu / me demandent le regard, pour te voir ! […] Je suis moi. (...)

ciegos de muerte: vista les devuelvo.103

46On l’a compris, le regard de l’autre est envisagé comme une forme de salut pour retrouver une nouvelle forme de vie depuis la mort. Cette conception du regard est en résonance avec celle d’Unamuno. En effet, le titre du poème « Veré por tí» est révélateur de cette continuité octroyée au prochain, cette dernière s’opère par le regard et grâce au regard, dans une perspective d’éternité :

No, nadie se conoce hasta que no le toca

la luz de un alma hermana que de lo eterno llega

y el fondo le ilumina ;

tus íntimos sentires florecen en mi boca,

tu vista está en mis ojos; mira por mí, mi ciega,

  • 104 Obras completas iv, op. cit., p. 222 : « Non, personne ne se connaît jusqu’à ce qu’il soit touché / (...)

mira por mí y camina104.

47Dans ces vers comme dans ceux de « Salvación por la luz », un échange solidaire est manifesté via le regard de l’autre. Le besoin des autres, compris comme marque d’humanité, est par ailleurs exprimé dans les vers de « Àngel extraviado » de Todo más claro :

Yo sirvo a los que aman

a un amado imperfecto

que no sabe vivir

  • 105 « Moi je sers ceux qui aiment / un aimé imparfait / qui ne sait vivre sans l’aide d’un frère. ».

sin una ayuda hermana.105

  • 106 Nous empruntons cette formulation à Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p. 90.
  • 107 Ibidem, p. 65.
  • 108 Ibidem, p. 49.

48Par conséquent, un lien fraternel unit les hommes, et il les soude dans une prise de conscience « transpersonnelle 106 » de leur humanité. Le regard concentre l’expression de cette communion d’esprit entre les hommes, et c’est dans El Contemplado que culmine la prise de conscience de l’appartenance à l’humanité à travers le temps. Rappelons que le lien entre personne et regard107 est présent chez Mounier, ainsi que le thème de l’unité de l’humanité dans le temps108.

  • 109 Ibidem, p. 87.

49La quête de l’être est au cœur d’une autre dynamique interactive qui s’instaure entre la personne et le monde ; et l’on ne peut pas ne pas évoquer les mots de Mounier à ce propos : « un mouvement de l’être vers l’être109 »

La quête de l’être

  • 110 Op. cit., p. 41: « Etre, toujours être, être sans fin, soif d’être, soif d’être plus. ».

50Dans El sentimiento trágico de la vida Unamuno explicite avec insistance la tension vers l’être et vers un « plus d’être »: « ¡Ser, ser siempre, ser sin término, sed de ser, sed de ser más!110 », également observable dans les écrits de Salinas.

  • 111 Cf. Unamuno (Miguel de), El sentimiento trágico de la vida, op. cit., pp. 132-154, et Ferreiro (Lui (...)
  • 112 Ibidem, p. 40 : « Et quel autre sens peut bien avoir “être ou ne pas être”! […] Éternité, éternité  (...)

51L’inauthenticité est dénoncée, et la plénitude est le résultat d’une vraie relation d’amour qui transforme l’existence personnelle en promesse et en espérance111, comme l’exprime Unamuno : « ¡Y qué otro sentido puede tener « el ser o el no ser »! […] ¡Eternidad !, ¡eternidad! Este es el anhelo : la sed de eternidad es lo que se llama amor entre los hombres ; y quien a otro ama es que quiere eternizarse en él112. »

  • 113 Ibidem, p. 40-41.
  • 114 Salinas (Pedro), O. C. i, op. cit., Todo más claro, « Nocturno de los avisos», p. 643, El Contempla (...)

52Le questionnement sur « être ou ne pas être » est présent aussi bien chez Unamuno113 que chez Salinas114. On constate dans les vers de clôture de “Verbo” de Todo más claro que la notion d’être est transcrite en lien avec l’acte de créer sur le mode de l’insistance, puisqu’elle est notifiée entre des tirets:

Se inicia – ser o no ser –

la gran jugada :

en el papel amanece

  • 115 « Commence –être ou ne pas être– / le grand jeu : / sur le papier se fait jour / un mot. ».

una palabra115.

  • 116 Salinas (Pedro), Poesías completas, Prólogo, Barcelona, Seix Barral, 1981, p. 655, ou Poesías compl (...)

53Lors de son exil aux États-Unis, le poète, toujours en quête d’être et d’authenticité, critique la vacuité et l’absurdité de certains aspects du monde moderne dans la préface de Todo más claro : « en los cubículos de los laboratorios, celebrados templos del progreso, se elabora del modo más racional la técnica del más definitivo regreso del ser humano : la vuelta del ser al no ser116. » C’est le constat du non-être qui domine dans cette société se réclamant pourtant du progrès.

54Prenant le contre-pied des valeurs du capitalisme américain, Salinas poétise la contemplation de l’univers marin et l’expérience de l’être dans sa plénitude. C’est ce que traduisent, entre autres, ces vers de El Contemplado:

Ahora, aquí, frente a tí, todo arrobado,

aprendo lo que soy : soy un momento

de esta larga mirada que te ojea,

desde ayer, desde hoy, desde mañana,

  • 117 « Maintenant, ici, face à toi, dans un ravissement total, / j’apprends ce que je suis : je suis un (...)

paralela del tiempo117.

  • 118 Salinas (Pedro), O. C. i, op. cit., Variation viii, p. 585: « Midi radieux. En lui, l’âme / se reco (...)

55Accès à l’être, la contemplation est aussi source d’une expérience extatique, comme le suggère l’emploi du mot « arrobado » (littéralement « en extase ») qui renvoie bien sûr au langage de Saint Jean de la Croix. Dans El Contemplado, un lien étroit est exprimé entre l’espace-temps et le moi, via la contemplation ; ainsi la personne accède-t-elle à son identité essentielle : « Radiante mediodía. En él, el alma / se reconoce : esencia118 ». On observe, dans ces vers, l’emploi du mot « alma » qui dénote une expérience de type spirituel.

  • 119 Unamuno (Miguel), O. C. iv, op. cit., pp. 11-14.
  • 120 Sûr hasard, recueil publié en 1929.
  • 121 ibidem, p. 154 : « Un monde non achevé, / qui a besoin, qui m’appelle / moi, toi, ou n’importe qui (...)
  • 122 ibidem, p. 246 : « Mais on t’appelle / à corps et à cri: les formes géométriques / les jeunes fille (...)
  • 123 Nous adaptons là une formulation de Ricoeur (Paul) dans Soi-même comme un autre, Paris, éditions du (...)

56Ce qui attire l’attention dans toute l’œuvre poétique de Salinas, c’est la manière insistante d’envisager la création poétique comme une réponse à l’appel d’un monde à la recherche de son être et de son existence. Cette idée déjà présente chez Unamuno119, est réitérée chez Salinas. L’œuvre se fera donc parole pour le monde et sur le monde, elle le sortira ainsi de l’anonymat, et le fera accéder à un « plus d’être ». Le contenu des vers de Seguro azar 4120: « mundo sin acabar, / necesitado, llamándome / a mí, o a tí, o a cualquiera / que ponga lo que le falta, / que le dé perfección 121», annonce celui de la fin du premier mouvement du dernier poème de Fábula y signo 33122: « Pero te estaban llamando / geometrías a gritos / doncellasqué brazos tiernos !- / piedras, cuerpos; / te estaban llamando a ser, ». Le poète est donc celui qui écoute et répond au besoin pressant du monde d’exister. En fixant les choses et les êtres sur la page blanche, le sujet poétique leur donne un nouveau mode d’existence. L’autre pénètre dans l’espace du dedans du poète, et le poème fait vibrer l’autre de toute son ipséité123.

  • 124 La réalité et le poète dans la poésie espagnole, essai publié en 1940.
  • 125 Salinas (Pedro), O. C. ii, op. cit., p. 433.
  • 126 Salinas (Pedro), Cartas de amor a Margarita (1912-1915), Madrid, Alianza Editorial, 1986, p. 129.
  • 127 Unamuno (Miguel de), Obras completas, IV, op. cit., p. 16: « Que tes chants soient des chants sculp (...)
  • 128 « Vers un monde soupçonné / concret, vierge, caché, / vers ce que je ne peux pas voir / je garde le (...)
  • 129 « Il y a mieux, / il a quelque chose, / un pur désir qui plane / dans les airs surhumains. »

57Si dans son essai La realidad y el poeta en la poesía española124, Salinas rappelle la constante tendance de l’espagnol à ne pas perdre contact avec la terre125, il écrit aussi à sa femme que l’art doit être idéaliste, spiritualiste, mais fermement basé sur la réalité126». Il se situe de cette façon dans la lignée de Unamuno qui, dans « Credo poético », énonce la compatibilité entre l’ancrage dans le réel de la poésie et la capacité du poète à s’en élever: « Qué tus cantos sean cantos esculpidos, / ancla en tierra mientras tanto se elevan127 ». Réalisme et transcendance peuvent parfaitement coexister comme le suggèrent certaines formules oxymoriques de Salinas telles que « saisir l’insaisissable» (Presagios 3), ou « Regarder l’invisible » (Seguro azar 36). Seguro azar 36 montre qu’à partir de la perception du réel, le sujet peut accéder à un autre monde : « Por un mundo sospechado / concreto y virgen detrás, / por lo que no puedo ver / llevo los ojos abiertos 128 ». La certitude d’un au-delà de ce qui est perçu est encore exprimée dans le premier poème de Todo más claro : « Hay otra cosa mejor, / hay un algo, / un puro querer cerniéndose / por aires sobrehumanos129 ».

  • 130 Unamuno (Miguel de), El sentimiento trágico de la vida, Obras selectas, Madrid, Austral, 1998, p. 2 (...)

58La finitude de l’homme, les limites de sa personne proclament également la personne dans son potentiel d’infini, comme y invitent ces lignes de Unamuno : « Hállase el espíritu limitado por la materia en que tiene vivir y cobra conciencia de sí. [...] La conciencia, el ansia de más y más, cada vez más, el hambre de eternidad y sed de infinitud, las ganas de Dios, jamás se satisfacen130 ». La tension vers « un être plus », inhérente à l’idée d’éternité, conçue selon la foi chrétienne, est une référence patente chez Unamuno ; elle est reconnue comme une composante inéluctable de la vie humaine.

  • 131 Fable et signe, recueil publié en 1931.

59Chez Salinas, si l’importance du champ lexical du désir est remarquable, et va dans le sens d’un « être plus », l’aspect confessionnel n’apparaît pas la plupart du temps. C’est le cas dans « Afán » de Fábula y signo131 ; la prédominance de la personne sur tout autre élément du réel sensible y est également affirmée avec une grande oralité:

Colmo, tensión extrema,

suma de belleza

el mundo, ya no más.

Y yo más.

[…]

La tarde ya en el límite

[…]

Lo sé se va a romper

si yo le grito esto

que ya le estoy gritando

irremisiblemente

a golpes :

  • 132 « Comble, tension extrême, / somme de beauté / le monde, pas plus pour lui / mais plus pour moi / [ (...)

tú, ya no más; yo, más132.

60Dans ces vers, c’est l’identité personnelle du poète qui est en jeu. Le souci de se construire en tant que poète, loin de ses racines culturelles, est sans doute ce qui explique la réitération et l’évolution de formulations autour d’« être plus » dans plusieurs compositions. « Los otros » du dernier recueil, Confianza, apporte une variante finale :

Pero abril me abrilea

si pienso en ellos, colores,

que están detrás.

colores que voy pensando,

colores que hay que pensar

para que este abril perfecto

  • 133 « Mais avril m’avrile / si je pense à elles, aux couleurs, / qui sont derrière. / couleurs que je p (...)

tenga su más133.

61Apporter un plus d’être aux choses, voilà une des missions dont est investi le poète, et cette mission le définit ontologiquement. Ce qui fait être le poète, c’est le pouvoir qu’il détient grâce à l’écriture d’octroyer une « surexistence » au réel en les faisant exister pour toujours sur la page blanche.

La création poétique et ses finalités

  • 134 On trouvera une démonstration de cette approche dans Hidalgo Bachs (Bernadette), Todo más claro, El (...)

62Dès le premier recueil de Salinas, la création poétique entretient un lien avec le sacré, corroboré dans toute l’oeuvre par des analogies qui font se rejoindre création poétique et expérience mystique134. Le poète est un être singulier, doué d’un pouvoir orphique ; il peut écouter le langage du réel sensible, et notamment celui du paysage, lui-même détenteur de « secrets divins », comme le signifient ces vers de Presagios 20 :

«Pero es tan dulce el son de ese tu no aprendido

lenguaje, que presiente el alma en él la escala

  • 135 « Mais le son est si doux de ce non appris / langage, que l’âme pressent en lui l’échelle / par laq (...)

por donde bajarán los secretos divinos.135

  • 136 Le locuteur s’y définit comme ayant la faculté de percevoir la vraie lumière, étant donné que le po (...)

63Si Presagios 3136 explicite déjà la quête de la lumière dans le processus de la création poétique, dans « El poema » de Todo más claro, la lumière apportée par le poème aux éléments du réel a toutes les caractéristiques de la lumière divine:

« Están mejor; una luz

que el sol no sabe, unos rayos

los iluminan, sin noche,

  • 137 « Ils sont mieux ; une lumière / que le soleil ne connaît pas, des rayons / les illuminent, sans nu (...)

para siempre revelados137.

  • 138 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p. 97.
  • 139 Cela a fait l’objet d’une longue démonstration dans Hidalgo Bachs Bernadette, Todo más claro, El Co (...)
  • 140 Manifestement, le sous-titre de sa seconde partie : « En ansias inflamada » du premier poème de Tod (...)

64Faisant écho aux propos de Mounier sur « la vie en poésie » comme « aspect central de la vie », sur la vocation de la poésie à « déconcerter les visions habituées, à jeter sur l’objet familier un rayon de lumière divine 138», le poète, selon Salinas, a donc aussi pour mission d’éclairer le réel pour toujours d’une lumière inédite. Comme le Verbe est « la vraie lumière » au premier chapitre de l’Évangile de Saint Jean, le texte poétique est « poème-lumière ». La parenté avec des modalités d’expression de Saint de la Croix, et avec certains symboles bibliques complète l’engagement du processus de la création poétique dans une dynamique sacrée139. Nous signalons seulement à ce propos que les quatre pièces du premier poème « Camino del poema » (« Chemin du poème ») de Todo más claro constituent un ensemble cohérent fondé sur le processus de la création poétique et sur sa finalité. Les sous-titres sont représentatifs de l’imbrication entre métapoésie et connotations sacrées : I. « Las cosas »(« Les choses »), II. « En ansias inflamada140», (« Enflammée de désirs »), III. « Verbe » (Verbe »), IV. « El poema » « Le poème ».

  • 141 Unamuno (Miguel de), El sentimiento trágico de la vida, op. cit., p. 197: « Dans l’art nous recherc (...)

65Accéder à une forme d’éternité est un autre point fort dans les écrits de Salinas, lequel fait sienne l’idée de l’art comme quête du passage vers ce qui est éternel, déjà formulée par Unamuno: « En el arte, en efecto, buscamos un remedo de eternización.141». La capacité de la création artistique à combattre les effets destructeurs du temps et à assurer une éternité à celui qui écrit est exprimée dans « Cuando sea viejo » d’Unamuno. Le poète y évoque sa mort et sa survie à travers ses futurs lecteurs :

« El alma que aquí dejo

un día para mí se irá al abismo;

no sentiré mis cantos;

recogeréis vosotros su sentido.

Descubriréis en ellos

  • 142 Unamuno (Miguel de), O. C. iv, op. cit., p. 17 : « L’âme que je laisse là, / un jour s’en ira dans (...)

lo que yo por mi parte no adivino142.

  • 143 Salinas (Pedro), O. C. i, op. cit., p. 129.

66Dans « Más » de Seguro azar 29143, Salinas insiste quant à lui, sur cette vie sans limites offerte aux êtres et aux choses étant donné que la poétisation les fait perdurer:

¿ Qué voy a ponerte a ti,

tarde del día catorce,

si tu ya lo tienes todo :

[…]

En tu perfección parada,

inmóvil, así, dejarte

salvada de tu pasar,

quisiera.

  • 144 « Que vais-je te donner à toi / après-midi du quatorze, / tu as déjà tout : / Dans ta perfection ar (...)

Eternidad te pondría144.

  • 145 Nous reprenons en partie une formulation de Ricoeur (Paul) très éclairante à ce sujet puisque pour (...)

67En fixant le réel sur le papier pour toujours, la parole poétique met celui-ci à l’abri de la destruction145, et elle lui assure l’existence d’un présent sans cesse réactualisé par les lecteurs au fil du temps. Elle donne ainsi, à un point de l’espace et du temps, une vie au-delà de son espace-temps originel.

  • 146 Unamuno (Miguel de), O. C. iv, op. cit., « Para después de mi muerte », p. 20 : « Moi je ne suis pl (...)
  • 147 Salinas (Pedro), Mundo real y mundo poético, op.cit., p. 42: « Là se trouve à la fois la beauté et (...)

68Reprenant le souhait formulé par Unamuno de survivre après sa mort dans ses œuvres: « Yo ya no soy ; mi canto sobrevíveme / y lleva sobre el mundo / la sombra de mi sombra.146 », Salinas est persuadé que la vocation du poète est d’ouvrir les portes de l’éternité à ce qui constitue notre existence : « Esa es la belleza y el peligro de la poesía, ese buscar a las eternidades con los elementos de lo temporal147». La création poétique fait donc accéder à une immortalité profane.

69Présage des vers de « Los signos » de Confianza, le dernier recueil de Salinas,

Àspero riscal

[…]

si siente posarse el verso

que del vacío se salve

  • 148 Salinas (Pedro), O. C. i, op. cit., p. 719: « Âpre terrain rocheux / […] /s’il sent se poser sur lu (...)

y a inmortalidad le ascienda148 »,

  • 149 « demain, la clé — demain — de ce qui est éternel. »
  • 150 Nous empruntons cette formulation à Champeau (Serge), Ontologie et poésie, Paris, VRIN, 1995, p. 20 (...)
  • 151 Nous citons Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p. 87.
  • 152 Salinas (Pedro), La realidad y el poeta en la poesía española, op. cit., p. 189: «Le présent est l’ (...)

70l’écriture de la première pièce de Presagios se déplace déjà vers l’avenir comme conscience d’éternité : « el mañana, la llave – mañana – de lo eterno149 ». Le poème devient l’objet de l’espérance du poète; il sera franchissement des limites spatio-temporelles de l’expérience vitale de l’homme et accession à « la présence infinie dans le fini, à l’éternité dans le temps 150 ». On perçoit combien cette pensée concorde avec celle de Mounier, lequel conçoit que « cette projection perpétuelle de soi-même en avant de soi 151» est la porte s’ouvrant sur tous les possibles. Futur et espérance sont fréquemment associés, comme c’est le cas dans cette citation de de Salinas dans son essai La realidad y el poeta : « El presente es la costumbre temporal del hombre así como el futuro es el mundo de la aventura donde lo desusado se le promete a dondequiera apunte la proa152 ».

  • 153 Salinas (Pedro), O. C. i, op. cit., p. 672 : « Ce qui va être expire sur le seuil / de l’être. Chœu (...)

71Mais lorsque la guerre détruit tout, c’est l’espérance qui est brisée comme l’évoque Salinas dans «Cero»: « Lo que va a ser y expira en los umbrales / del ser. ¡Ahogado coro de inminencias ! 153» L’Annonciation rendue impossible devient l’emblème de toutes les expériences intrinsèquement humaines privées de réalité :

Pero la anunciación jamás se cumple:

la que aguardaba el éxtasis, doncella,

se quedará en su orilla, para siempre

  • 154 Ibidem: « Mais l’annonciation ne s’accomplit jamais : / celle qui attendait l’extase, jeune fille, (...)

entre su cuerpo y Dios alma suspensa154.

72De manière inattendue, le poète met l’accent sur une perte cruciale, depuis l’exil: celle de l’espérance en la capacité de l’homme à créer, attribut fondamental et spécifique de sa condition d’être humain. C’est son « âme » qui est en jeu à travers ses œuvres, puisque grâce à elles, la personne conquiert une forme d’immortalité :

Piedra que late así con un latido

de carne que no es suya, entra en el juego

[…]

el alma de los hombres, sus autores.

Si es su bulto de carne fugitivo,

ella queda detrás, la salvadora

roca, hija de sus manos, fidelísima,

que acepta con marmóreo silencio

  • 155 Ibidem, p. 676 : «Pierre qui bat avec un battement / d’une chair qui n’est pas la sienne, entre en (...)

augusto compromiso : eternizarlos155.

  • 156 On relira dans cette perspective le long poème « Cero ».

73Si la possibilité pour la personne d’inscrire son passage sur terre dans une éternité, assurée par l’empreinte laissée par ses actes créateurs, n’est plus offerte, l’Homme en tant que personne est vraiment en péril. En effet, Salinas suggère dans Todo más claro156que la création artistique est une modalité essentielle dont dispose l’être humain pour être à l’image de Dieu.

  • 157 Hidalgo Bachs (Bernadette), Todo más claro, El Contemplado, et Confianza de Pedro Salinas : une écr (...)
  • 158 Pedro Salinas, O.C. i, op. cit., p. 618.

74On notera que Salinas va plus loin que son maître : en plus d’une forme profane d’immortalité acquise grâce à la création artistique, il accorde à celle-ci une valeur sacrée, ce que nous avons démontré longuement dans notre ouvrage sur les trois derniers recueils de Pedro Salinas157. Dans le cadre de cet article, nous nous limitons à reprendre que la parole poétique est révélation des choses et des êtres, et qu’un réseau d’analogies conduit à comprendre que la lumière apportée par création poétique équivaut à la lumière sur le monde provenant de Dieu. Cette séquence de la première pièce intitulée « Le poème 158» en est représentative :

Están mejor ; una luz

que el sol no sabe, unos rayos

los iluminan, sin noche,

para siempre revelados.

[…]

En esta luz del poema,

todo, desde el más nocturno beso

al cenital esplendor,

  • 159 « Elles sont mieux (les choses), une lumière que le soleil ne connaît pas/des rayons/ les illuminen (...)

todo está mucho más claro159.

  • 160 Cf. Hidalgo Bachs (Bernadette) dans Todo más claro, El Contemplado, Confianza de Pedro Salinas : un (...)
  • 161 En effet, El Contemplado renferme des références à la définition de l’être selon les transcendantau (...)
  • 162 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p. 88.

75L’idée d’une lumière unique, hors du commun, est exprimée avec insistance. Le syntagme « cenital esplendor » (splendeur du zénith) rend compte de la force de l’irradiation, et « una luz / que el sol no sabe » (une lumière que le soleil ne connaît pas), traduit la singularité du phénomène. Rappelons que le troisième poème de Todo más claro est intitulé « Verbo » (« Verbe »), et il convient de le mettre en regard avec le deuxième : « En ansias inflamada »(« Enflammée de désirs ») dont le titre, on l’a dit, est inspiré de Saint Jean de la Croix. Ces deux éléments orientent déjà la lecture vers une approche mystique de l’acte créateur. Cette dimension mystique se confirme dans El Contemplado160 dont le C majuscule, l’adjectif « eterno », et le vocabulaire mystique récurrent, convoquent aussi les écrits de Saint Jean de la Croix. Quant à la quête de l’être calquée sur les transcendantaux161, elle est significative de la portée ontologique de El Contemplado, recueil dans lequel un rapport analogique est instauré entre la mer, la poésie et l’Autre. Cet Autre pourrait fort bien correspondre à la « Personne suprême162 » dont parle Mounier. À titre d’exemple, nous ne citerons que la fin, très représentative au demeurant, de la composante spirituelle de El Contemplado :

Una mirada queda, si pasamos.

¡Que ella, la fidelísima, contemple

tu perdurar, oh Contemplado eterno !

Por venir a mirarla, día a día,

embeleso a embeleso,

tal vez tu eternidad,

vuelta luz, por los ojos se nos entre.

  • 163 Salinas (Pedro), O.C. i, p. 603 : « Un regard perdure, si nous passons. / Que lui, le très fidèle, (...)

Y de tanto mirarte nos salvemos163.

76Comme le notifie le dernier vers, une fonction salvatrice est attribuée aux figures d’éternité que sont la poésie, la mer et la lumière, via le regard de celui qui sait contempler. L’écriture poétique de El Contemplado reformule métaphoriquement une ontologie du temps qui cherche un horizon disponible, une solution à l’inquiétude de l’homme face à son devenir et à sa quête de plénitude.

  • 164 Cf. Hidalgo Bachs (Bernadette), « L’auto-exil de Pedro Salinas», Colloque : Exils, errances, rencon (...)
  • 165 Salinas (Pedro), O.C. i, p. 608-609.
  • 166 Salinas (Pedro), O.C. iii, p. 592.
  • 167 Ibidem, p. 1138, 1209, 1251, 1295, 1337.
  • 168 Ibidem, p. 523.

77Si Salinas exalte la fonction du poète dans ses derniers recueils, il est bien possible que cela soit en lien avec sa condition d’exilé. En effet, comme en témoignent plusieurs poèmes de Todo más claro et nombre de lettres de Salinas164, sa vie aux États-Unis est assimilée à une perte identitaire, à un « être moins ». Pour « être-plus », comme Salinas l’écrit dans la préface de Todo más claro, « la poésie doit être une oeuvre de charité et de clarté. D’amour, même si l’angoisse suinte et même si l’on cherche le désespoir solitaire165 ». Si l’écriture n’est pas explicitement confessionnelle, la nostalgie de la Méditerrannée166, de l’Espagne167, de l’Europe168, sa revendication de la fonction poétique unique et transcendante, son désir de retrouver une patrie dans et par la fraternité avec d’autres hommes loin du lieu de sépulture des siens, s’expriment dans une écriture imprégnée d’humanisme religieux.

Conclusion

  • 169 Cité par Domenach (Jean Marie), Emmanuel Mounier, Paris, Éditions du Seuil, 1972, p. 81.
  • 170 Salinas (Pedro), O. C ii, Cátedra, op. cit.. p. 1357 et p. 1359. Salinas écrit que le pouvoir de l’ (...)
  • 171 Salinas (Pedro), O. C. i., Cátedra, op. cit., Ensayos, p. 1357.
  • 172 Maritain (Jacques et Raïssa), Œuvres complètes, Vol. v, Sept leçons sur l’être, Fribourg, Éditions (...)
  • 173 Ibidem.

78À travers leurs écrits, c’est sans dogmatisme que Salinas comme Unamuno voient dans la personne un être de relation, et qu’ils postulent une vision transcendante de la vie, inspirée de la tradition judéo-chrétienne. La personne dont la dignité est inviolable, avec la singularité unique qui la caractérise, s’incarne dans une unité substantielle de son corps et de son âme ; sa vocation immortelle est affirmée. L’écrivain est investi d’un pouvoir créateur tout à fait en concordance avec la pensée de Mounier pour qui : « la personne renferme, un besoin, une tâche et une tension continuellement créatrice169». Si la parole poétique est la matérialisation de l’espace intérieur, spirituel170du locuteur, elle trouve son sens plénier dans l’esprit du lecteur ; l’écriture est donc par excellence l’espace-temps ouvert à la relation dialogique171. Habitée par la quête de l’être et la foi en l’immortalité, la poésie de Salinas pourrait bien être une réponse au sentiment tragique de la vie exprimé par Unamuno. La notion de l’être observable chez les deux auteurs espagnols converge avec celle définie par Maritain qui « implique au-dedans d’elle-même une sorte de polarité essence-existence172 » et de « transobjectivité consistante, autonome, essentiellement variée, car l’intuition de l’être est en même temps l’intuition de son caractère transcendantal et de sa valeur analogique173 ». L’être dans le temps qu’est l’homme peut accéder à l’éternité, à la permanence de l’être en tant qu’être, par l’écriture et par la pérennité du regard qui traverse l’histoire. Si Salinas y accorde autant d’importance dans ses derniers recueils, cela pourrait bien être dû à sa difficile condition d’exilé espagnol aux États-Unis. En affirmant son appartenance à la chaîne de l’humanité, il tente certainement de substituer sa patrie d’origine à une patrie universelle.

  • 174 Nous reprenons une formulation de Pinson (Jean-Claude) dans À Piatigorsk, sur la poésie, Nantes, Éd (...)
  • 175 Ibidem.

79Salinas et Unamuno sont tous les deux des « accentueurs d’être174 » dans des sociétés en crise. Cela explique sans doute l’insistance mise sur la valeur de la personne humaine, et la réflexion exacerbée sur le pouvoir créateur de l’homme de la part de Salinas. Ils ne visent pas une « simple expérimentation esthétique », mais un « questionnement de l’être que nous sommes 175». Dans une visée pleinement humaniste, Salinas défend le pouvoir spirituel de l’écrivain et attribue à la création poétique une place essentielle. Ainsi le poète est-il affirmé comme celui qui sauve les choses et les êtres de la contingence en leur octroyant une forme d’immortalité. Salinas se distingue d’Unamuno par l’engagement de la création poétique dans une perspective sacralisante. « Surdimensionner » la création poétique peut être interprété également à la lumière de ce que vit Salinas aux États-Unis. En recherche d’une filiation identitaire, il se raccroche à des textes de la tradition mystique et à une visée humaniste transcendante : une manière, sans doute, de retrouver ses racines ibériques et de valoriser sa vocation de poète. Dans l’écriture de Salinas, les signes de présence de la pensée d’Unamuno se combinent avec ceux de la défense de valeurs qui correspondent à celle du personnalisme chrétien, défense plus que jamais nécessaire dans un espace-temps où Salinas fait l’expérience du déracinement, et s’inquiète pour l’avenir du monde occidental. Enfin, si on ne repère pas d’éléments formels qui pourraient caractériser l’expression poétique personnaliste, c’est sans doute parce que le personnalisme se défend d’être une doctrine. Il est plus question d’un courant d’idées convergentes quant au rapport de l’homme au monde, que d’une adhésion à une configuration formelle déterminée.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Abellán (José Luis), La crisis contemporánea, Historia crítica del pensamiento español, T. 5/1, Madrid, Espasa Calpe, 1989.

Arnaud (Paul), Le personnalisme et la crise politique et morale du xxe siècle. Vie et œuvre d’Emmanuel Mounier, 1905-1950, Nanterre, 1988.

Aullón de Haro (Pedro), La poesía en el siglo XX (hasta 1939), Madrid, Taurus, 1989.

Canavaggio (Jean), Histoire de la littérature espagnole, Paris, Fayard, 1993.

Champeau (Serge), Ontologie et poésie, Paris, VRIN, 1995.

Corrado, (Danielle), Le journal intime en Espagne, Presses de l’Université d’Aix en Provence, 2000.

Cruz (San Juan de la), Vida y obras, Madrid, BAC, 1953.

Cruz (San Juan de la), Noche oscura, Cántico espiritual, traduction de Ancet (Jacques), Gallimard, 1997.

Eco (Umberto), Art et beauté dans l’esthétique médiévale, Paris, Grasset, coll. Biblio essais, 1997.

Dehennin (Elsa), Passion d’absolu et tension expressive dans l’œuvre poétique de Pedro Salinas, Gand, Romanica Gandesia, 1957.

Domenach (Jean Marie), Emmanuel Mounier, Paris, Éditions du Seuil, 1972.

Ferreiro (Luis), « La felicidad más allá del placer y de la alegría », Acontecimiento, Revista de pensamiento personalista y comunitario, 2002/3, n° 64.

Freiberg (Dietrich de), L’Être et l’essence, Paris, Éditions du Seuil, 1996.

Garagorri (Paulino), Unamuno, Ortega, Zubiri, Madrid, Plenitud, 1968.

García de la Concha (Victor), Modernismo y 98, Historia crítica de la literatura española, t.6. Barcelona, Editorial Crítica, 1980.

García de la Concha (Victor), Epoca contemporánea : 1914-1939, Historia crítica de la literatura española, t.7. Barcelona, Editorial Crítica, 1984.

Guillén (Jorge), Pedro Salinas, Poesías completas, Barcelona, Seix Barral, 1981.

Gullón (Ricardo), Autobiografías de Unamuno, Madrid, Gredos, 1964.

Guy (Alain), Mounier a los vienticinco años de su muerte, Universidad de Salamanca, Ediciones A. Heredia, 1975, pp. 113-132.

Hidalgo Bachs (Bernadette), Todo más claro, El Contemplado, et Confianza de Pedro Salinas : une écriture entre contemplation et engagement, Bruxelles, Peter Lang, 2012.

Hidalgo Bachs (Bernadette), « L’auto-exil de Pedro Salinas», Colloque : Exils, errances, rencontres, organisé par Victor Bergasa et Sylvia Desazars de Montailhard,Cergy-Pointoise, Essec, décembre 2009, à paraître.

Hidalgo Bachs (Bernadette), La Mer Lumière, Traduction de EL Contemplado, CELIS, Collection Textes, Presses de l’Université Blaise Pascal, 2011.

Hidalgo Bachs (Bernadette), « L’émergence de la conscience créatrice de Pedro Salinas dans Presagios n° 3 », Hommage au Professeur Evelyne Martin Hernandez, Clermont, PUBP, 2004, pp. 21-40.

Léonard (André), Métaphysique de l’être, Paris, éditions du Cerf, 2006.

Kierkegaard (Sorën), Traité de désespoir, Paris, Gallimard, 1949.

Licht (Fred), Goya, Paris, Citadelles et Mazenot, 2001.

Marías (Julian), Miguel de Unamuno, Madrid, Espasa Calpe, 1943.

Marías (Julian), Historia de la filosofía, Madrid, Revista de Occidente, 1950.

Mounier (Emmanuel), Introduction aux existentialismes, Paris, Gallimard, 1946.

Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, Paris, PUF, Quadrige, 2010.

Maritain (Jacques et Raïssa), Œuvres complètes, Sept leçons sur l’être, Vol. V, Fribourg, Éditions Universitaires, 1982.

Nédoncelle (Maurice), La réciprocité des Consciences, Éd. Montaigne, 1942.

Perez (Joseph), Histoire de l’Espagne, Paris, Fayard, 1996, p. 607-669.

Pinson (Jean-Claude), À Piatigorsk, sur la poésie, Nantes, éditions Cécile Defaut, 2008.

Ribera (Alain), La philosophie médiévale, Paris, PUF, 1993.

Ricoeur (Paul), Du texte à l’action, Paris, Éditions du Seuil, 1986.

Ricoeur (Paul), Soi-même comme un autre, Paris, Éditions du Seuil, 1996.

Roullière (Yves) « El personalismo comunitario de Emmanuel Mounier a la luz de sus escritos íntimos inéditos », Revista iberoamericana de personalismo comunitario, n° 15, Ano V, Diciembre 2010.

Rozas(Juan Manuel) y Torres Nebrera (Gregorio), El grupo poético del 27, 2 vols, Madrid, El Cincel, 1980.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Salinas (Pedro), Obras completas, Madrid, Biblioteca Aúrea, Cátedra, 2007.
DOI : 10.2307/40089092

Salinas (Pedro), Poesías completas, Barcelona, Seix Barral, 1981.

Salinas (Pedro), Poesías completas, Madrid, Alianza Editorial, 1993.

Salinas (Pedro), (Guillén Jorge), Correspondencia (1923-1951), Barcelona, Tusquets, 1992.

Sánchez Cuesta (Manuel), « El personnalismo unamuniano », Acontecimiento, n° 51, abril 1999, pp.55-58.

Sánchez Cuesta (Manuel), Aspectos religiosos, éticos y sociopolíticos en 'San Manuel Bueno, mártir' de Miguel de Unamuno, Ed. Universidad Complutense, Madrid, 1993.

Sánchez Cuesta (Manuel), « Miguel de Unamuno. Epistolario y hermenéutica», Revista de Filosofía, Universidad Complutense, 3ª época, nº 10, 1993, pp. 467- 472.

Unamuno (Miguel de), Diario íntimo, Madrid, Alianza Editorial, 1970.

Unamuno (Miguel de), El sentimiento trágico de la vida, Obras selectas, Madrid, Austral, 1998.

Unamuno (Miguel de), Obras completas, IV, Poesías, Madrid, Biblioteca Castro, Éd. de la Fundación José Antonio Castro, 1999.

Vilar (Pierre), La guerre d’Espagne, Paris, PUF, 1996.

Zubizarreta (Alma), El diálogo creador, Madrid, Gredos, 1957.

Zubizarreta (Armando), « Defeat of the quest’s protagonist (Unamuno: “Intimate journal 1897”) », « La derrota del protagonist de la búsqueda », Ediciones de la Universidad de Salamanca, Cuadernos de la Cátedra Miguel de Unamuno, xxxi, 1997, pp. 397-412.

Haut de page

Notes

1 Sánchez Cuesta (Manuel), « El personalismo unamuniano », Acontecimiento, n°51, abril 1999, p. 55-59.

2 Salinas (Pedro), Obras completas, I, Poesías, Madrid, Biblioteca Aúrea, Cátedra, 2007, p.607. Miguel de Unamuno et Antonio Machado sont littéralement revendiqués comme « deux grands maîtres de tous» (« dos grandes maestros de todos : Miguel de Unamuno y Antonio Machado.»)

3 Roullière (Yves), « El personalismo comunitario de Emmanuel Mounier a la luz de sus escritos íntimos inéditos », « Le personnalisme communautaire d’Emmanuel Mounier à la lumière de ses écrits intimes inédits », Revista iberoamericana de personalismo comunitario, n°15, Ano V, Diciembre 2010, p. 36.

4 Pedro Salinas, O. C. iii, op. cit., p. 270, 343, 773, 1096, 1103, 1105, 1556, 1613.

5 Ibidem, p. 1036, 1573, 1607.

6 Dans la correspondance entre Pedro Salinas et Jorge Guillén, on constate que les deux amis échangent sur l’œuvre de Jacques Maritain et sur ses conférences. Cf. Salinas (Pedro), Guillén (Jorge), Correspondencia (1923-1951), Barcelona, Tusquets, 1992, pp. 220, 257, 293, 356.

7 Salinas (Pedro), Obras completas, II, Ensayos, Madrid, Biblioteca Aúrea, Cátedra, 2007, pp.71-77.

8 Ibidem, pp. 1231-1247.

9 Ibidem, pp. 103-114.

10 Ibidem, pp. 1272-1279.

11 Ibidem, p. 1260.

12 Salinas (Pedro), Obras completas III, Epistolario, Madrid, Biblioteca Aúrea, Cátedra, 2007 : Tout plus clair (Recueil publié en 1949). Nous précisions que nous proposons des traductions littérales qui permettront aux non-hispanistes de comprendre les citations.

13 Ibidem, p. 102.

14 Ibidem, p. 392.

15 Ibidem, p. 621.

16 Guy (Alain) Mounier a los vienticinco años de su muerte, Universidad de Salamanca, Ediciones A.Heredia, 1975, pp. 113-132.

17 Roullière (Yves) « El personalismo comunitario de Emmanuel Mounier a la luz de sus escritos íntimos inéditos », Revista iberoamericana de personalismo comunitario, n°15, Ano V, Diciembre 2010, p. 36.

18 Tussell (Javier), El personnalismo en España, Madrid, Fundación Humanismo y Democracia, 1985.

19 Campoamor (Ramón de) est essentiellement reconnu comme poète espagnol réaliste, mais il a aussi écrit des œuvres philosophiques et théâtrales.

20 Díaz (Carlos), La recepción del personalismo en España,Barcelona, Ars Brevis, 2006, pp. 197-198-199. Les traductions sont celles de l’auteur du présent article et sont inédites.

21 Arnaud (Paul), Le personnalisme et la crise politique et morale du xxe siècle. Vie et œuvre d’Emmanuel Mounier, 1905-1950, Nanterre, 1988.

22 Canavaggio (Jean), Histoire de la littérature espagnole, T. 2, Paris, Fayard, 1993, pp.373-405 et 447-451 ; García de la Concha (Victor) in Modernismo y 98, Historia crítica de la literatura española, t.6. Barcelona, Editorial Crítica, 1980, pp. 239-289 ; Gullón (Ricardo), Autobiografías de Unamuno, Madrid, Gredos, 1964 ; Marías (Julián), Miguel de Unamuno, Madrid, Espasa Calpe, 1943.

23 Cf. Perez (Joseph), Histoire de l’Espagne, Paris, Fayard, 1996, p. 607-669.

24 Ibidem. Rappelons que José Martínez Ruiz dit Azorín, Ramiro de Maetzu, Ramón de Valle Inclán et Pío Baroja appartiennent également à cette génération. Au sujet de la Génération de 98, on pourra consulter : Cannavagio (Jean), Histoire de la littérature espagnole, T. 2, op. cit., pp. 373-423 et Abellán (José Luis), La crisis contemporánea, Historia crítica del pensamiento español, T. 5/1, Madrid, Espasa Calpe, 1989.

25 Sur les aspects religieux, éthiques et sociopolitiques, on pourra lire : Sánchez Cuesta (Manuel), Aspectos religiosos, éticos y sociopolíticos en « San Manuel Bueno, mártir » de Miguel de Unamuno, Ed. Universidad Complutense, Madrid, 1993.

26 Marías (Julián), in Miguel de Unamuno, Madrid, Austral Summa, 1998, pp. XII.

27 Son opposition à la dictature de Primo de Rivera lui valut d’être exilé de 1924 à 1930 à Fuerteventura et en France ; il démissionna de son mandat de député sous la deuxième République, et, en 1936, étant Recteur de l’Université de Salamanque, il prit très ouvertement position contre le franquisme.

28 Marías (Julián), ibidem, pp. x-xi-xii.

29 Unamuno (Miguel de), El sentimiento trágico de la vida, (Le sentiment tragique de la vie), Obras selectas, Madrid, Austral, 1998.

30 Op. cit., p. 197 : «La foi est notre aspiration à ce qui est éternel, à Dieu, et l’espérance est aspiration à Dieu […] et Dieu […] lui demande d’espérer en une autre vie. ».

31 Unamuno (Miguel de), Obras completas, iv, Poesías, El Cristo de Velázquez, Madrid, Biblioteca Castro, Ed.de la Fundación José Antonio Castro, 1999, pp. 451-553.

32 Marías (Julián), ibidem, pp. ix-x.

33 Canavaggio (Jean), Histoire de la littérature espagnole, T.2, op. cit., pp. 485-519 ; Aullón de Haro (Pedro), La poesía en el siglo xx (hasta 1939), Madrid, Taurus, 1989 ; García de la Concha (Victor) in Epoca contemporánea : 1914-1939, Historia crítica de la literatura española, t. 7, Barcelona, Editorial Crítica, 1984, pp. 247-347 et pp. 480-611 et Rozas (Juan Manuel) y Torres Nebrera(Gregorio), El grupo poético del 27, 2 vols, Madrid, El Cincel, 1980.

34 Pérez (Joseph), op.cit., pp. 705-793, et Vilar (Pierre), La guerre d’Espagne, Paris, PUF, 1996.

35 Il a traduit entre autres A la recherche du temps perdu de Proust.

36 Salinas(Pedro), Cartas de amor a Margarita, 1912-1915, op. cit., p.188, 189, 208, 212, 213,259.

37 Pour cette raison, le 17 décembre 1933, le gouvernement français lui a décerné la Légion d’Honneur.

38 Une proposition pour enseigner à Harvard lui est faite en 1951, comme en témoigne une lettre de Pedro Salinas du 5 mars 1951. (O. C. iii., op. cit., p. 1432.).

39 Salinas (Pedro), O. C. ii., op. cit., p.1335- 1387.

40 Ibidem, p. 1357-1359.

41 « L’auto-exil de Pedro Salinas », Colloque international, décembre 2009, « Exil, errances, rencontres », organisé par Victor Bergasa et Sylvia Desazars de Montailhard, Université de Cergy Pontoise et ESSEC, à paraître.

42 Guillén (Jorge), (in Pedro Salinas, Poesías completas, Barcelona, Seix Barral, 1981, p. 41) rappelle aussi que Pedro Salinas fit partie en mai 1939 de la délégation des écrivains espagnols républicains lors de la réunion du Pen Club International à l’Exposition Mondiale de New York. En lisant la correspondance de Pedro Salinas (Obras completas, III, Epistolario, Madrid, Cátedra, 2007), on constate que Pedro Salinas en exil aux USA prend clairement position à plusieurs reprises contre les dictatures. À titre d’exemple, on lira les pages 533 à 550 et 815 à 849.

43 Op. cit.

44 Unamuno (Miguel de), Obras completas, IV, Poesías, Madrid, Biblioteca Castro, Ed.de la Fundación José Antonio Castro, 1999.

45 Sánchez Cuesta (Manuel), op. cit., pp. 55-58.

46 Unamuno (Miguel de), El sentimiento trágico de la vida, op. cit., p. 30 : « Un homme en chair et en os qui s’adresse à d’autres hommes en chair et en os.[…] non pas avec seulement la raison, mais aussi avec la volonté, les sentiments, avec sa chair et ses os, avec toute son âme et tout son corps ».

47 Ibidem, et Garagorri (Paulino), Unamuno, Ortega, Zubiri, Madrid, Plenitud, 1968, p.19.

48 On consultera à ce propos, Zubizarreta (Alma), El diálogo creador, Madrid, Gredos, 1957.

49 Pedro Salinas, O. C. i, op. cit., p. 280: La voix que je te dois, « Quelle joie de vivre / en se sentant vécu ».

50 Ibidem, p. 268 : « ¡Qué alegría más alta : / vivir en los pronombres» (« Quelle grande joie : / vivre dans les pronoms. ».

51 Ibidem. p. 290 : « Enfin changés / en horizons ultimes / toi et moi, de nous-mêmes. »

52 Ibidem. p. 426 : « Elle vient en amie / car je suis nécessaire à son grand désir / d’être ».

53 Celui de Dehennin (Elsa), Passion d’absolu et tension expressive dans l’œuvre poétique de Pedro Salinas, Gand, Romanica Gandesia, 1957, reste une référence privilégiée sur ce sujet.

54 Pedro Salinas, Cartas a Margarita, op. cit., p. 169.

55 Ibidem, p. 136.

56 Ibidem, p. 159.

57 Salinas (Pedro), O. C. i, op. cit., p. 225: « Derrière toi, je te cherche /…] pas dans ton âme. / Derrière, au-delà ».

58 Pedro Salinas, O. C. i, op. cit., p.538: « […] Amour ou ciel, ne sont pas un chemin, ils sont / une offre d’infinis, / chemins, vers les nuages, vers les âmes. ».

59 Il s’agit de La voz a ti debida, Razón de amor et Largo Lamento.

60 Ibidem, p. 253 : « La vie c’est ce que tu touches toi », « La vie que je t’implore / à toi, l’inépuisable ».

61 Ibidem.

62 Ibidem, p. 524.

63 Ibidem, p. 361 : « Et cette paix, de se sentir un, l’âme ne sait/ qui l’a gagnée ».

64 Confiance (Recueil posthume publié en 1955).

65 Ibidem, p. 699 : « Vision, vision de l’âme. /[…]/ seulement l’amour, seulement en aimant.».

66 Ibidem, p. 369 : Et un de ses moments/ –de son temps infini – / s’il touche notre front, / sera notre vie ».

67 Ibidem, p. 397 : « Et nos deux vies, en vivant/ embrassées/ seront la matière docile/ éternelle, avec laquelle sera élaboré/ le grand projet de l’âme ».

68 Unamuno (Miguel de), El sentimiento trágico de la vida, op. cit., p. 195: « L’humanité est semblable à une jeune fille gonflée de désirs, qui a faim et soif d’amour ».

69 Ibidem.

70 Ibidem, p.199 : « C’est l’amour qui nous révèle notre éternité et celle de notre prochain. ».

71 Unamuno (Miguel de), O. C. iv, op. cit., pp.152 : « La paix vient du fond / du cœur ; / c’est un trésor divin / que Dieu a mis en toi/ c’est le trésor de l’amour ».

72 Ibidem, p. 212 : « Embrasse-moi, ma bien aimée,/ le fruit de notre amour est mort ».

73 Cf. Marías (Julián), Historia de la filosofía, Madrid, Revista de Occidente, 1950, p. 360.

74 Kierkegaard (Sorën), Traité de désespoir, Paris, Gallimard, 1949, p. 103-104.

75 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, PUF, Quadrige, 2010, p.70.

76 Mounier (Emmanuel), Introduction aux existentialismes, Paris, Gallimard, 1946, p. 109-.132.

77 Ibidem. p. 129. Cf. Nédoncelle (Maurice), La réciprocité des Consciences, Ed. Montaigne, 1942.

78 Ibidem. p. 130.

79 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, PUF, Quadrige, 2010, p.11.

80 Cf. Hidalgo Bachs (Bernadette), Todo más claro, El Contemplado, et Confianza de Pedro Salinas : une écriture entre contemplation et engagement, Bruxelles, Peter Lang, 2012, et pour Miguel de Unamuno, on relira des recueils significatifs à ce propos : Cantos, Salmos, Brizadoras et Meditaciones, O. C. iv, p.79 à 174.

81 Unamuno (Miguel), O. C. iv, op. cit., Meditaciones, « Perdón », p. 154 : « Considère ta misère / qui est la misère humaine, / la triste peine ; / considère la et avive ta compassion. ». On pourra relire également El sentimiento trágico de la vida, op. cit., pp. 136-137.

82 Unamuno (Miguel), El sentimiento trágico de la vida, op. cit., pp. 132-210 : « Amour, douleur, compassion et personnalité », « Foi, espérance et charité ».

83 Cf. Presagios 7, 29, 32, 39, 44 : Présages, premier recueil publié en 1924. Les numéros sont ceux des poèmes et ils figurent dans toutes les éditions.

84 Pedro Salinas, O.C. i, op.cit., p. 670 : « Zéro » de Tout plus clair.

85 « Invitation aux pleurs. Oui aux pleurs, / les yeux sans fin pleurent. ».

86 « ça y est, j’ai trouvé mon cadavre, et je pleure. / Cadavre des morts qui vivaient / sauvés de leurs corps passagers. ».

87 « Je suis l’ombre qui fouille dans le dépotoir. / Avec ses sept douleurs chacune / mil solitudes viennent à ma rencontre / il y a un crucifié qui agonise / sur un Golgotha désolé et plein de décombres. ».

88 Cette notification du chien n’est pas sans rappeler le chien des peintures noires de Goya, cf. Licht (Fred), Goya, Paris, Citadelles et Mazenot, 2001, p. 229.

89 « Mais un chien aboie, un chien infini / – immense aboiement nocturne, d’où? / – voix qui clame parmi les ruines vers son Maître. ».

90 « Ruines que disperse un zéro –auteur de riens / œuvre des hommes–, un zéro, quand il explose. ».

91 Unamuno (Miguel de), Obras selectas, Poesías sueltas, « En la muerte de un hijo », op. cit., p. 978 : « Je me souviens encore des heures que je passais / de son berceau au triste chevet / Demandant à Dieu le Père avec mes yeux / tragiques à force de songer, à notre fin. ».

92 A titre d’exemple complémentaire, on peut citer la dernière strophe du même poème, ibidem, p. 979 : « Pero en mí se quedó y es de mis hijos / el que acaso me ha dado más idea, / pues oigo en su silencio aquel silencio /con que responde Dios a nuestra encuesta. ». (« Mais il est resté en moi et il est à mes enfants / celui qui sans doute m’a donné le plus de souvenirs. / Car j’entends dans son silence ce silence / auquel Dieu répond à notre quête. ».

93 Ibidem, p. 979 : « Et ta bouche entre-ouverte toujours enflée / d’un cri silencieux de révolte / qui répondait au ciel muet / par les sons muets d’un prophète avorté. ».

94 On relira en particulier les poèmes « ¿Por qué me has abandonado ? », et « Irrequietum cor », écrits à Salamanque en 1910 ; Unamuno (Miguel de), Obras selectas, op. cit., p. 922), ainsi que son journal.

95 Le journal intime en Espagne, Presses de l’Université d’Aix-en-Provence, 2000, p. 76.

96 Ibidem, p. 77. cf. Unamuno (Miguel de), Diario íntimo, Madrid, Alianza Editorial, 1970  et Zubizarreta (Armando), « Defeat of the quest’s protagonist (Unamuno: “Intimate journal 1897”) », « La derrota del protagonist de la búsqueda », Ediciones de la Universidad de Salamanca, Cuadernos de la Cátedra Miguel de Unamuno, xxxi, 1997, pp. 397-412.

97 Unamuno (Miguel de), O. C. iv, op. cit., p. 264 : « Cherche en ton âme la racine divine, / ce qui t’unit à ton frère et te fait lui ressembler ».

98 Unamuno (Miguel de), Obras completas, iv, op. cit., Meditaciones, « En una ciudad extranjera », p. 171 : « La fraternité qui nous unit à d’autres hommes ».

99 « penche toi sur la margelle / du puits et crie très fort / ta vérité, / celle qui n’est pas admise. / Et du fond de l’eau / d’autres yeux / fraternels te répondront ».

100 « Ce que moi je n’ai pas trouvé, / d’autres l’ont trouvé. ».

101 Le Contemplé, recueil publié en 1946. Traduction de Hidalgo Bachs (Bernadette), La Mer Lumière, CELIS, Collection Textes, Presses de l’Université Blaise Pascal, 2011.

102 Ibidem, p. 19.

103 « Quelle infinité / de morts qui t’ont vu / me demandent le regard, pour te voir ! […] Je suis moi. Et maintenant ils ne voient pas, mais moi je suis là / pour sauver leur ombre de l’ombre. / Que par mes yeux, les leurs, ils regardent eux ; / et tous mes frères d’avant, / ensevelis depuis des siècles, / rendus aveugles par la mort : je leur rends la vue. »

104 Obras completas iv, op. cit., p. 222 : « Non, personne ne se connaît jusqu’à ce qu’il soit touché / par la lumière d’une âme sœur que vient de l’éternité / et illumine ses profondeurs ;/ ce que tu ressens intimement fleurit dans ma bouche, / ta vue est dans mes yeux, regarde par moi, mon aveugle, / regarde par moi et chemine. ».

105 « Moi je sers ceux qui aiment / un aimé imparfait / qui ne sait vivre sans l’aide d’un frère. ».

106 Nous empruntons cette formulation à Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p. 90.

107 Ibidem, p. 65.

108 Ibidem, p. 49.

109 Ibidem, p. 87.

110 Op. cit., p. 41: « Etre, toujours être, être sans fin, soif d’être, soif d’être plus. ».

111 Cf. Unamuno (Miguel de), El sentimiento trágico de la vida, op. cit., pp. 132-154, et Ferreiro (Luis), « La felicidad más allá del placer y de la alegría », Acontecimiento, Revista de pensamiento personalista y comunitario, 2002/3, n° 64.

112 Ibidem, p. 40 : « Et quel autre sens peut bien avoir “être ou ne pas être”! […] Éternité, éternité ! Voilà le désir : la soif d’éternité voilà ce qui est appelé amour entre les hommes ; et celui qui aime l’autre cherche à être éternel en lui ».

113 Ibidem, p. 40-41.

114 Salinas (Pedro), O. C. i, op. cit., Todo más claro, « Nocturno de los avisos», p. 643, El Contemplado, « Civitas dei, Variation xii, » p. 596.

115 « Commence –être ou ne pas être– / le grand jeu : / sur le papier se fait jour / un mot. ».

116 Salinas (Pedro), Poesías completas, Prólogo, Barcelona, Seix Barral, 1981, p. 655, ou Poesías completas (5), Madrid, Alianza Editorial, 1993, p. 26, ou O. C. i, op. cit., p. 608: « dans les salles de labolaratoires, temples célébrés du progrès, on élabore rationnellement la technique la régression la plus définitive de l’être humain : le retour de l’être au non être ».

117 « Maintenant, ici, face à toi, dans un ravissement total, / j’apprends ce que je suis : je suis un moment / de ce long regard qui te guette, / depuis hier, depuis aujourd’hui, depuis demain, / parallèle au temps. ».

118 Salinas (Pedro), O. C. i, op. cit., Variation viii, p. 585: « Midi radieux. En lui, l’âme / se reconnait : essence ».

119 Unamuno (Miguel), O. C. iv, op. cit., pp. 11-14.

120 Sûr hasard, recueil publié en 1929.

121 ibidem, p. 154 : « Un monde non achevé, / qui a besoin, qui m’appelle / moi, toi, ou n’importe qui / pour lui apporter ce qui lui manque, / pour lui donner la perfection. ».

122 ibidem, p. 246 : « Mais on t’appelle / à corps et à cri: les formes géométriques / les jeunes filles– / quels bras tendres !– / les pierres, les corps ; / ils t’appellent pour exister ».

123 Nous adaptons là une formulation de Ricoeur (Paul) dans Soi-même comme un autre, Paris, éditions du Seuil, 1996.

124 La réalité et le poète dans la poésie espagnole, essai publié en 1940.

125 Salinas (Pedro), O. C. ii, op. cit., p. 433.

126 Salinas (Pedro), Cartas de amor a Margarita (1912-1915), Madrid, Alianza Editorial, 1986, p. 129.

127 Unamuno (Miguel de), Obras completas, IV, op. cit., p. 16: « Que tes chants soient des chants sculptés, / ancrés dans la terre alors qu’ils s’élèvent ».

128 « Vers un monde soupçonné / concret, vierge, caché, / vers ce que je ne peux pas voir / je garde les yeux ouverts ».

129 « Il y a mieux, / il a quelque chose, / un pur désir qui plane / dans les airs surhumains. »

130 Unamuno (Miguel de), El sentimiento trágico de la vida, Obras selectas, Madrid, Austral, 1998, p. 209: « L’esprit est limité par la matière dans laquelle il doit vivre et il prend conscience de lui-même. […] La conscience, le désir de toujours plus, la faim d’éternité et la soif d’infini, l’envie de Dieu, ne sont jamais satisfaits ».

131 Fable et signe, recueil publié en 1931.

132 « Comble, tension extrême, / somme de beauté / le monde, pas plus pour lui / mais plus pour moi / […] / L’après-midi touche à ses limites / […] / Je sais elle va se briser / je le crie / je lui crie déjà / irrémissiblement / à corps et à cri / Toi, pas plus, moi plus. »

133 « Mais avril m’avrile / si je pense à elles, aux couleurs, / qui sont derrière. / couleurs que je pense / couleurs qu’il faut penser / pour que cet avril parfait / soit plus. »

134 On trouvera une démonstration de cette approche dans Hidalgo Bachs (Bernadette), Todo más claro, El Contemplado, Confianza de Pedro Salinas : une écriture entre engagement et contemplation, Bruxelles, Peter Lang, 2012, pp. 65 à 107.

135 « Mais le son est si doux de ce non appris / langage, que l’âme pressent en lui l’échelle / par laquelle descendront les secrets divins ».

136 Le locuteur s’y définit comme ayant la faculté de percevoir la vraie lumière, étant donné que le poète aveugle a des capacités divinatrices hors du commun. Cf. Hidalgo Bachs (Bernadette), « L’émergence de la conscience créatrice de Pedro Salinas dans Presagios n° 3 », Hommage au Professeur Evelyne Martin Hernandez, Clermont, PUBP, 2004, pp. 21-40.

137 « Ils sont mieux ; une lumière / que le soleil ne connaît pas, des rayons / les illuminent, sans nuit, / pour toujours révélés. »

138 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p. 97.

139 Cela a fait l’objet d’une longue démonstration dans Hidalgo Bachs Bernadette, Todo más claro, El Contemplado, Confianza de Pedro Salinas, op. cit., p. 77-121.

140 Manifestement, le sous-titre de sa seconde partie : « En ansias inflamada » du premier poème de Todo más claro : « Camino del poema » est une reprise partielle, mais indéniable, d’une expression de Saint Jean de la Croix. En effet, le premier poème de La subida del Monte Carmelo commence par ces vers : « En una noche oscura./ con ansias, en amores inflamada. » ( San Juan de la Cruz, Vida y obras, Madrid, BAC, 1953, p. 363). (Nuit obscure de Saint Jean de la Croix a été traduit par Ancet (Jacques), Gallimard, 1997). Le sous-titre donné par Pedro Salinas n’est pas une citation à proprement parler, mais une recréation citationnelle étant donné la transformation opérée entre « Con ansias en amores inflamada » et « En ansias inflamada ». En omettant « en amores », c’est la notion de désir qui est intensifiée. On ignore d’emblée sur quoi porte le désir, le désir devient au centre du discours, comme dans nombre d’écrits mystiques, et le sème « ansia » au pluriel contribue à cette intensification.

141 Unamuno (Miguel de), El sentimiento trágico de la vida, op. cit., p. 197: « Dans l’art nous recherchons une façon d’être éternels ».

142 Unamuno (Miguel de), O. C. iv, op. cit., p. 17 : « L’âme que je laisse là, / un jour s’en ira dans l’abîme ; / je n’écouterai plus mes chants; c’est vous qui recueillerez leur sens. / Vous découvrirez en eux / ce que moi je n’ai pas pu deviner ». 

143 Salinas (Pedro), O. C. i, op. cit., p. 129.

144 « Que vais-je te donner à toi / après-midi du quatorze, / tu as déjà tout : / Dans ta perfection arrêtée, / immobile, te laisser, comme ça / sauvée de l’éphémère, / je voudrais. »

145 Nous reprenons en partie une formulation de Ricoeur (Paul) très éclairante à ce sujet puisque pour le philosophe « la fixation met l’événement du discours à l’abri de la destruction », in Du texte à l’action, Paris, éditions du Seuil, 1986, p. 124.

146 Unamuno (Miguel de), O. C. iv, op. cit., « Para después de mi muerte », p. 20 : « Moi je ne suis plus ; mon chant me survivra / et porte sur le monde / l’ombre de mon ombre ».

147 Salinas (Pedro), Mundo real y mundo poético, op.cit., p. 42: « Là se trouve à la fois la beauté et le danger de la poésie, chercher l’éternité dans les éléments du temps».

148 Salinas (Pedro), O. C. i, op. cit., p. 719: « Âpre terrain rocheux / […] /s’il sent se poser sur lui le vers / qui le sauvera du néant / et le hissera vers l’immortalité ».

149 « demain, la clé — demain — de ce qui est éternel. »

150 Nous empruntons cette formulation à Champeau (Serge), Ontologie et poésie, Paris, VRIN, 1995, p. 201.

151 Nous citons Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p. 87.

152 Salinas (Pedro), La realidad y el poeta en la poesía española, op. cit., p. 189: «Le présent est l’habitude temporelle de l’homme comme le futur est le monde de l’aventure où l’inhabituel est promis à quiconque vise la proue.».

153 Salinas (Pedro), O. C. i, op. cit., p. 672 : « Ce qui va être expire sur le seuil / de l’être. Chœur étouffé d’imminences ! »

154 Ibidem: « Mais l’annonciation ne s’accomplit jamais : / celle qui attendait l’extase, jeune fille, / restera sur la rive pour toujours / entre son corps et Dieu, âme en suspens.».

155 Ibidem, p. 676 : «Pierre qui bat avec un battement / d’une chair qui n’est pas la sienne, entre en jeu […] l’âme des hommes, ses auteurs / Si son corps de pierre est fugitif, / elle reste derrière, la roche / qui sauve, fille de leurs mains, très fidèle, qui accepte avec un silence de marbre / un auguste engagement : les éterniser. »

156 On relira dans cette perspective le long poème « Cero ».

157 Hidalgo Bachs (Bernadette), Todo más claro, El Contemplado, et Confianza de Pedro Salinas : une écriture entre contemplation et engagement, op. cit., p. 77-111.

158 Pedro Salinas, O.C. i, op. cit., p. 618.

159 « Elles sont mieux (les choses), une lumière que le soleil ne connaît pas/des rayons/ les illuminent, sans nuit,/ pour toujours révélés /Dans cette lumière du poème/ tout, du le baiser le plus nocturne/à la splendeur du zénith,/tout est beaucoup plus clair. »

160 Cf. Hidalgo Bachs (Bernadette) dans Todo más claro, El Contemplado, Confianza de Pedro Salinas : une écriture entre engagement et contemplation, op. cit., pp. 208-230.

161 En effet, El Contemplado renferme des références à la définition de l’être selon les transcendantaux (unum, bonum, verum, pulcrum.). À ce sujet, on relira Eco (Umberto), Art et beauté dans l’esthétique médiévale, Paris, Grasset, coll. Biblio essais, 1997, p.41 à 50 ; Freiberg (Dietrich de), L’Etre et l’essence, Paris, éditions du Seuil, 1996; Marías (Julian), Historia de la filosofía, Madrid, Revista de occidente, 1950, p. 155, et Ribera (Alain), La philosophie médiévale, Paris, PUF, 1993. Leonard (André) dans Métaphysique de l’être (Paris, éditions du Cerf, 2006, pp.75-81) explique très clairement comment le beau est conçu par saint Thomas d’Aquin comme « harmonie de l’être total », le beau étant un transcendantal au même titre que l’un, le vrai et le bien, mais « il en diffère par la facette intelligible qu’il représente ».

162 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p. 88.

163 Salinas (Pedro), O.C. i, p. 603 : « Un regard perdure, si nous passons. / Que lui, le très fidèle, contemple / ta pérennité, oh Contemplé éternel! / En venant la regarder, jour après jour, / d’extase en extase, / peut-être que ton éternité, / devenue lumière, entrera en nous par les yeux. / Et à force de te regarder, que nous soyons sauvés ».

164 Cf. Hidalgo Bachs (Bernadette), « L’auto-exil de Pedro Salinas», Colloque : Exils, errances, rencontres, op. cit.

165 Salinas (Pedro), O.C. i, p. 608-609.

166 Salinas (Pedro), O.C. iii, p. 592.

167 Ibidem, p. 1138, 1209, 1251, 1295, 1337.

168 Ibidem, p. 523.

169 Cité par Domenach (Jean Marie), Emmanuel Mounier, Paris, Éditions du Seuil, 1972, p. 81.

170 Salinas (Pedro), O. C ii, Cátedra, op. cit.. p. 1357 et p. 1359. Salinas écrit que le pouvoir de l’écrivain « nace en su espíritu, arranca de su espíritu, y tiene por punto de llegada otros espíritus» (« naît dans son esprit, part de son esprit, et il a pour destination d’autres esprits »).

171 Salinas (Pedro), O. C. i., Cátedra, op. cit., Ensayos, p. 1357.

172 Maritain (Jacques et Raïssa), Œuvres complètes, Vol. v, Sept leçons sur l’être, Fribourg, Éditions Universitaires, 1982, p. 595.

173 Ibidem.

174 Nous reprenons une formulation de Pinson (Jean-Claude) dans À Piatigorsk, sur la poésie, Nantes, Éditions Cécile Defaut, 2008, p. 57

175 Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernadette Hidalgo Bachs, « Miguel de Unamuno, Pedro Salinas : une filiation créatrice », COnTEXTES [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://contextes.revues.org/5532 ; DOI : 10.4000/contextes.5532

Haut de page

Auteur

Bernadette Hidalgo Bachs

Bernadette Hidalgo Bachs, Maître de Conférences HDR à l’Université Blaise Pascal de Clermont II, membre du CELIS (Centre de recherche sur les littératures et la sociopoétique de Clermont II) et du PIAL (Poésie ibérique et d’Amérique Latine de Paris IV Sorbonne)  est spécialiste de la poésie de Pedro Salinas. Elle a aussi écrit sur d’autres poètes : Miguel de Unamuno, Gerardo Diego, Federico García Lorca, Miguel Hernández, María del Mar Alférez, Antonio Colinas et Andrés Sanchez Robayna. Ses thèmes de recherche sont : création poétique, poésie et philosophie, engagement et contemplation, sacré et mystique, intertextualité et stylistique.

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page