Navigation – Plan du site

L’Olivetti d’Adriano. Une image industrielle du personnalisme et du communautarisme

Marco Maffioletti

Résumé

Adriano Olivetti (1901-1960) fu un imprenditore, intellettuale, editore, politico, urbanista, le cui attività possedevano un fine unico: evitare che l'Italia ricaschi nel fascismo e lanciarla sulla via della modernità democratica affidando alle persone un effettivo potere decisionale e creativo, e ristrutturando le istituzioni nazionali con la decentralizzazione dell'amministrazione pubblica e dei poteri politici nelle «Comunità» territoriali. Le sue proposte erano però troppo alternative alle culture politiche dominanti, che limitarono con la loro concorrenza le ambizioni di Olivetti. Attraverso la lente del personalismo edel comunitarismo di Mounier, radice fondamentale del pensiero olivettiano, l'autore traccia in questo articolo la biografia di Adriano Olivetti e ricostruisce l'immagine della sua impresa, il cui contenuto politico e sociale era determinato dalle particolari relazioni industriali, che si fondavano sul riconoscimento dei diritti del lavoratore e della sua comunità in cui effettivamente si realizza in quanto persona.

Adriano Olivetti (1901-1960) fut un entrepreneur, un intellectuel, un éditeur, un urbaniste, dont l'activité avait un seul but : éviter que l'Italie ne retombe dans le fascisme et la conduire vers la modernité démocratique en confiant aux « personnes » un véritable pouvoir décisionnel et créatif, ainsi qu'en restructurant les institutions politiques par leur décentralisation vers les « Communautés » territoriales. Ses projets étaient cependant trop alternatifs par rapport aux cultures politiques dominantes, qui ont limité par leur concurrence les ambitions d’Olivetti. À la lumière du personnalisme et du communautarisme de Mounier, racine fondamentale de sa pensée, l’auteur présente la biographie d'Adriano Olivetti et analyse l’image de son entreprise. La philosophie entrepreneuriale d'Olivetti était en effet fondée sur la reconnaissance des droits du travailleur et de sa communauté, dans laquelle il se réalise en tant que « personne ».

Haut de page

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vinti (Carlo) et al., L'impresa del design: lo stile Olivetti, Angeli di Rosora, Loccioni-Archivio (...)

1La recherche d’une expression de la philosophie personnaliste dans le design d’Olivetti serait une opération bien malaisée, tant celui-ci se laissait plutôt guider par les impératifs esthétiques, fonctionnels et commerciaux – comme toute entreprise qui souhaite atteindre le plus grand nombre de consommateurs et aboutir au progrès technologique. Il est par contre possible d’interroger les liens entre la pensée personnaliste et l’image de marque d’Olivetti, qui était certes représentée par le design et la publicité, mais qui était aussi chargée de sens par l’organisation et les finalités explicites de l’entreprise, par sa philosophie et son identité. Une image de marque qui ne cédait qu’en partie aux lois du marché et du progrès, et qui affichait un caractère personnaliste – et communautaire. Chez Olivetti l’on croyait en effet à deux types de valeurs : d’un côté, on voulait que le design, le graphisme publicitaire et l’architecture représentent des valeurs esthétiques (la qualité, l’excellence, la distinction et le bon goût1) ; de l’autre on voulait que l’entreprise concrétise des valeurs éthiques et sociales, telles la collaboration et la coopération, le respect de la personne et de son autonomie. Pour les dirigeants d’Olivetti il était important en effet de créer des liens valorisants entre la politique, la culture et le travail, pour que ce dernier devienne une activité créatrice de la personne et pour la personne et de la communauté et pour la communauté.

2C’est Adriano Olivetti qui avait défini les finalités de la société et qui l’avait poussée à acquérir une vocation sociale et personnaliste – et non purement économique – afin de permettre à chaque travailleur de se réaliser par le travail dans la communauté industrielle, la transformant en unicum dans le contexte italien et mondial. C’est pourquoi comprendre la philosophie industrielle soutenant l’image de marque d’Olivetti nécessite une présentation préalable d’Adriano Olivetti, de ses projets politiques, ainsi que de ses rapports avec la culture européenne des années 1930-1950.

Parcours d’un industriel engagé

3Adriano Olivetti naquit en 1901 à Ivrée, dans la campagne au nord de Turin. Sa mère était une protestante vaudoise et son père, Camillo Olivetti, était issu d’une famille juive bien intégrée dans la société italienne. Socialiste, le père de famille souhaitait que ses enfants ne reçoivent aucun éducation religieuse, bien que la famille Olivetti, au carrefour des croyances, témoignait d’une forte spiritualité. Ce qui ne tarda pas à se manifester dans les paroles et dans l’action d’Adriano.

  • 2 La famille Olivetti avait caché dans sa maison un des fondateurs du Parti Socialiste Italien, Filip (...)

4En 1919-1925 Adriano Olivetti écrit dans les hebdomadaires de son père, dans lesquels l’on faisait appel à une coalition des travailleurs pour un renouvellement de l’Italie au nom du socialisme réformiste, et où l’on critiquait la violence révolutionnaire des communistes turinois ainsi que de la réaction fasciste. Le jeune homme fréquente des antifascistes de la première heure, tels Gaetano Salvemini, Piero Gobetti et Carlo Rosselli. Mais à partir de 1923, il se soucie plus de ses études d’ingénieur que de politique. Après avoir obtenu son diplôme, en 1925, il fait un voyage aux États-Unis pour observer les nouvelles méthodes d’organisation rationnelle du travail, du taylorisme et du fordisme. Fasciné par la puissance industrielle, il se montre néanmoins critique de la société étasunienne qui, selon lui, est culturellement pauvre, instable et surtout dominée par le mythe de l’argent. De retour des États-Unis, Olivetti s’engage dans une action avec d’autres antifascistes 2 et, afin d’éviter toute arrestation, il s’enfuit à Londres. Pendant ce court séjour, il suit les cours de William Beveridge à la London School of Economics.

  • 3 En 193, Olivetti commença une collaboration fructueuse avec le Studio Boggeri de Milan, où travaill (...)

5De retour en Italie, la police italienne l’ayant oublié, Adriano Olivetti commence à travailler chez l’Ingénieur Camillo Olivetti & Co., la première entreprise italienne de machines à écrire, fondée par son père en 1908. Il s’adonne immédiatement à la rationalisation du travail : il embauche des ingénieurs, les charge de concevoir des machines plus simples à produire, fait démarrer les premières chaînes de montage et optimalise les temps de travail. En outre, il ouvre les premiers bureaux de publicité, de recherche et de développement en Italie, initiant ainsi une collaboration assidue avec des architectes et des designers3.

  • 4 Olivetti (Adriano), « Dirigenti e ideali direttivi », Organizzazione scientifica del lavoro, mai 19 (...)

6Grâce à l’aide de ces jeunes diplômés à l’esprit créatif, Adriano Olivetti importe dans le contexte industriel et culturel de l’Italie fasciste les préceptes du taylorisme et de l’organisation scientifique du travail. Il conçoit l’entreprise comme un tout inséparable et organique à organiser grâce à la « science managériale ». Dans cette perspective, la gestion ne peut plus être confiée au chef – une figure chère aux dirigeants fascistes qui, à cause de sa « vocation naturelle à la création », aurait eu le droit d’agir en tant que despote éclairé –, car celui-ci est perçu comme un obstacle au développement de l’entreprise, en court-circuitant la méthode rationnelle et en imposant une position centralisatrice. Ainsi, la société Olivetti devint rapidement une organisation fondée sur la responsabilité de tous et, surtout, sur la coopération entre les personnes, le dirigeant n’étant que « l’animateur de cet esprit coopératif et le coordinateur de l’activité4 ». Grâce à ses capacités et à ses qualités « notamment psychologiques et morales », le dirigeant indique au personnel les « idéaux de développement », la « vocation » de l’entreprise.

  • 5 Olivetti (Adriano), Società Stato Comunità, Milan, Edizioni di Comunità, 1952, p.10.

7À partir de ces préceptes managériaux, il n’y avait qu’un pas pour qu’Adriano Olivetti élargisse ses perspectives à la dimension politique. À partir du début des années 30, il conçoit l’entreprise comme le moteur d’une société industrielle moderne, dont la richesse et la paix sociale sont à la fois symbolisées et garanties par la production et par la collaboration entre les classes au sein de l’entreprise. Après avoir passé plusieurs années éloigné de la politique, Adriano Olivetti redécouvrait sa vocation à travers l’organisation de l’entreprise et réalisait que « tout problème de l’usine devenait un problème à l’extérieur : la seule solution était dans la coordination entre les problèmes internes et externes5 ».

8L’esprit moderne d’Olivetti et de son président se manifeste par la façade de verre lecorbusien qui recouvre les nouveaux bâtiments de l’usine, construits à partir de 1934. Les architectes Figini et Pollini, s’inspirant d’un contexte urbain fortement connoté par la culture paysanne, trouvent dans le « mur transparent » une réponse constructive à plusieurs problèmes d’ordre différent. Symbole de la modernité industrielle, la façade de verre permet en effet aux rayons de soleil de se répandre dans les ateliers, où les travailleurs œuvrent dès lors sur les petites parties des machines à écrire sous une lumière plus forte et naturelle. En même temps, cette architecture permettait aux ouvriers de rester en contact visuel avec leurs terres, qu’ils labourent le soir après avoir quitté l’usine.

  • 6 Il n’est guère aisé de remonter aux sources de la pensée d’Adriano Olivetti, un intellectuel-entrep (...)

9Tout au long des années 1930 – une décennie très importante pour son développement intellectuel et culturel –, Olivetti étudie le corporatisme et la planification économique, une forme et un moyen d’organisation sociale qu’il intègre à la culture entrepreneuriale, bien représentée par Olivetti et sa prédisposition au « taylorisme social » et à la technocratie6 :

  • 7 Olivetti (Adriano), Studi e proposte preliminari per il Piano Regolatore della Valle d’Aosta, cit., (...)

Les ingénieurs et les spécialistes étudient des plans de développement même pendant des années ; les plus grandes et intéressantes réalisations industrielles sont en effet les conséquences d’une étude préalable. Il faut adapter cette méthode et la rendre l’instrument d’une nouvelle politique sociale7

Découverte du personnalisme

  • 8 Les personnalités fascistes avec qui A. Olivetti entretint des rapports de quelque sorte étaient Gi (...)
  • 9 Les vallées alpines autour d’Ivrée attiraient des plus en plus de skieurs et Olivetti souhaitait dé (...)

10Entre 1934 et 1937, Adriano Olivetti est proche de la tendance gauchiste du fascisme, dite « révisionniste8 » et, dans des revues du régime, il invoque l’image de la ville à bâtir, qu’il définit indifféremment comme étant « rationnelle », « fonctionnelle » ou bien « corporative ». Il a en effet réuni un groupe d’architectes qui portent également un vif intérêt aux questions d’ordre sociologique – des urbanistes de la première heure – afin d’établir un plan régional d’aménagement du territoire et de résoudre rationnellement les problèmes causés par la modernisation, pour contrer la spéculation foncière et l’improvisation empirique9.

  • 10 La Fondation Adriano Olivetti publiera prochainement sur son site <www.fondazioneadrianolivetti.it (...)
  • 11 Plus tard, en 1948, Adriano Olivetti écrit en effet à sa nouvelle compagne qu’un jour il se sentit (...)
  • 12 Il est intéressant de remarquer que le psychanalyste qu’A. Olivetti estimait le plus était Charles (...)
  • 13 « Les "Nuove Edizioni Ivrea" sont nées avec le programme d’offrir à l’élite italienne une possibili (...)

11Pendant les années 1930 Olivetti lit Daniel-Rops et se procure tous les numéros de la revue Esprit. Il explore le catholicisme, le protestantisme et le judaïsme10. Un ami poète, Giacomo Noventa, lui fait découvrir Jacques Maritain, qu’il avait rencontré à Paris. Suite aux lois raciales, en 1938, Olivetti est obligé de se baptiser à l’Église évangélique vaudoise, dont sa mère était membre. Vers 1942, il passe par une période de méditation qui l’approche définitivement du catholicisme11. Influencé par ces réflexions et ces lectures, ainsi que par la psychanalyse qu’il fréquente depuis la jeunesse 12, Adriano Olivetti fonde plus tard une maison d’édition (Nuove Edizioni Ivrea) afin de contribuer au renouveau de la culture italienne par la publication d’ouvrages de psychanalyse, d’art, de religion et de philosophie13.

  • 14 Une lettre privée d’Olivetti, écrite en 1958, nous éclaire définitivement sur ses rapports avec le (...)
  • 15 Olivetti entretenait des rapports avec des antifascistes notoires, en Italie et en Suisse, et il pr (...)
  • 16 Olivetti (Adriano), L’ordine politico delle Comunità. Le garanzie di libertà in uno Stato socialist (...)
  • 17 Ibid., p. 14.

12Après les lois raciales de 1938, lorsqu’il comprend que la palingénésie sociale promise par la propagande corporatiste n’était qu’un mythe nourri par les dirigeants fascistes, menés par des aspirations totalitaires, Adriano Olivetti s’éloigne progressivement du milieu fasciste. Dans la correspondance de la police secrète, la famille Olivetti est à nouveau qualifiée de « maison de fous, de juifs et d’antifascistes », et l’entreprise de « cage où cacher les antifascistes et les juifs14 ». En 1944, lorsque son antifascisme actif est avéré et qu’il est recherché par les fascistes15, Adriano Olivetti s’enfuit en Suisse et il rejoint un groupe d’économistes et d’hommes politiques voués au fédéralisme et à la cause d’une Italie républicaine et démocratique. Il trouve ainsi le temps d’étudier et d’approfondir les idées qu’il a élaboré pendant les trois lustres précédents, pendant lesquels il a recherché les moyens d’organiser la société en respectant l’individu, de contribuer à la rencontre des techniques de rationalisation sociale avec l’irrationnel de l’esprit. Il écrit L’Ordre politique des Communautés. Les garanties de liberté dans un État socialiste16, livre dans lequel il propose pour l’Italie un plan très détaillé pour la réalisation d’une troisième voie fédéraliste et communautaire. S’inspirant de Jacques Maritain, d’Emmanuel Mounier et de Denis de Rougemont, il affirme qu’ « il faut créer une société où la Personne puisse librement expliciter son humanité et sa spiritualité17 ». Après l’expérience des fascismes, Olivetti considérait qu’il fallait engager la société dans une décentralisation générale vers les communautés territoriales, pour empêcher la concentration impersonnelle des pouvoirs politiques dans l’État centralisé et des pouvoirs économiques dans les entreprises monopolistiques :

  • 18 Ibid . p. x.

L’idée fondamentale de la nouvelle société est la création d’un intérêt commun, moral et matériel, entre les hommes qui passent leur vie sociale et économique dans un espace géographique déterminé par la nature ou par l’histoire. […] Par la création d’un intérêt supérieur et concret, les Communautés ont tendance à résoudre les conflits et à rendre les hommes plus proches entre eux, comme des frères18.

13Par l’attribution aux citoyens d’un véritable pouvoir de contrôle sur les élus et sur les grandes entreprises, sans la médiation des partis politiques, les Communautés auraient donc des finalités éthiques et politiques, « matérielles et spirituelles ». Elles garantiraient la protection de la personne contre toute attaque par le pouvoir politique et économique centralisé, ce dont l’Europe fascisée a souffert pendant de trop longues années. Les Communautés concrétiseraient donc la justice et la liberté sociale, politique et économique, et contribueraient à l’accomplissement des personnes qui s’engagent en leur sein.

14Une fois rentré en Italie en avril 1945, Adriano Olivetti présente son plan de décentralisation aux dirigeants des partis politiques. Mais ceux-ci visent plutôt la particratie centralisée et le contrôle des institutions politiques et économiques par les partis et les institutions romaines. Il se rabat donc sur son entreprise et essaye de la socialiser, c'est-à-dire de confier l’autorité et les responsabilités de la production à la collectivité locale (aux travailleurs, aux Communes et à l’Université), ce qui se distingue nettement de la socialisation au sein de l'État de type communiste. Mais les syndicalistes ne le suivent pas et, plus tard, les actionnaires l’empêchent de poursuivre de nouvelles tentatives allant dans ce sens.

  • 19 Voir infra.

15Olivetti décide alors de reprendre le chemin quitté avant la guerre et d’agrandir l’entreprise au niveau national et international, afin de soutenir les coûts des services sociaux et à la personne créés depuis sa fondation19, et de faire entrer dans son système social un plus grand nombre de personnes et de territoires. En effet, après les échecs politiques, il souhaite que la société devienne un modèle d’entreprise mais surtout un modèle de société, de communauté de personnes qui créent et partagent le travail, la culture, les espaces et la vie politique.

  • 20 Lettre du 13 février 1946, Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine, Archives Esprit, ESP2 C1 0 (...)
  • 21 Voir De’Liguori Carino (Beniamino), Adriano Olivetti e le Edizioni di Comunità (1946-1960), Rome, F (...)

16En mars 1946, décidé à influencer la culture politique italienne, qu’il ne considère pas encore prête à s’engager sur la voie d’une réforme radicale de la structure du pays, et parce qu’il veut offrir une alternative à l’opposition communisme-capitalisme, Adriano Olivetti fonde la revue Comunità et, quelques mois après, la maison d’édition Edizioni di Comunità. Il invite Emmanuel Mounier à participer à des conférences à Turin, Rome et Milan, et il lui écrit : « Notre revue est un moyen pour la discussion des problèmes et pour l’élévation culturelle, plus qu’un journal de lutte politique20 ». Dans les pages de la revue, les recensions des nouvelles publications en économie, en sciences politiques et sociales côtoient des extraits des textes de Mounier, Berdiaev, Kierkegaard, Claudel et Rilke, des articles de critique de la littérature et de l’art contemporains, des études sur la planification et sur des figures de la politique italienne et enfin des recherches sur les institutions étrangères ou bien sur des communautés locales. De son côté, la maison d’édition introduit en Italie des auteurs encore méconnus dans la péninsule, comme Simone Weil, Jung, Mounier, Charles Journet, Jacques Maritain, ainsi que la sociologie française et américaine, les travaux de Schumpeter et Galbraith, des études sur l’urbanisme, sur le fédéralisme et sur le community development21.

  • 22 Conçu selon le modèle de la Tennessee Valley Authority et du New Deal, l’Institut de Reconstruction (...)

17Deux ans plus tard, Olivetti fonde avec un groupe d’intellectuels le mouvement Comunità, qui anime des recherches sociologiques et urbanistiques sur des communautés locales autour d’Ivrée ainsi qu’au Sud de l’Italie. Le mouvement Comunità promeut une idéologie pluraliste, démocratique et communautaire, et diffuse une culture hétérogène à travers les institutions qu’il crée, tels les Centres Communautaires, les bibliothèques, les réseaux d’entraide et de communication technologique entre les municipalités, l’i-rur22. Le Mouvement Comunità est donc une infrastructure métapolitique au niveau national qui, plus tard, deviendra un mouvement politique indépendant et opérationnel dans l’administration territoriale (commune, communauté de communes, canton). En effet, Adriano Olivetti est élu maire d’Ivrée en 1956 et, deux ans plus tard, il devient député au Parlement. Mais il démissionne rapidement, car son nouveau statut ne lui permet plus de se soustraire aux jeux de la politique centralisée et des partis, ce que le Mouvement Comunità a toujours critiqué comme étant un des défauts principaux des démocraties parlementaires.

18Ainsi, à travers l’entreprise, la revue, la maison d’édition et le mouvement Comunità, Adriano Olivetti essaya-t-il d’influencer la culture dominante. Il mit l’accent sur les besoins des personnes, conçues comme des individualités autonomes qui manifestent leurs potentialités seulement dans leur communauté. Une communauté où la planification économique et urbanistique crée les conditions au développement matériel et culturel de tous les citoyens.

  • 23 Olivetti (Adriano) Società Stato Comunità, cit., p. ix.
  • 24 id. Città dell’Uomo, Milan, Edizioni di Comunità, 1959.

19Adriano Olivetti mourut à 59 ans, en 1960, alors qu’il essayait de gagner la confiance des actionnaires pour socialiser l’entreprise et pour entamer ainsi la réalisation à l’échelle locale d’une communauté industrielle faisant appel aux valeurs du christianisme et du personnalisme, de la science et de la démocratie. Il laissait à sa famille un héritage peu consistant, car depuis longtemps il employait une grande partie de ses revenus dans le financement de la revue, de la maison d’édition, du Mouvement Comunità, ainsi que d’une dizaine d’activités culturelles non-communautaires. Outre son premier livre et de nombreux articles épars, il laissa le recueil La Société, l’État, la Communauté, accompagné d’une introduction qui présentait sa pensée et son activité comme la « première et nécessaire tentative de concrétisation des idéaux » de Maritain et de Mounier23, ainsi que La Cité de l’Homme, publié quelques mois avant son décès24. Le Mouvement Comunità n’a pas survécu à sa mort, tandis que la revue et la maison d’édition ont poursuivi leurs activités jusqu’au début des années 2000. L’entreprise garda son caractère social jusque dans les années 1980, lorsque la famille Olivetti vendit la majorité des actions à des financiers qui ne se posaient pas les mêmes questions qu’Adriano Olivetti :

  • 25 Ibid., p. 99.

L’industrie peut-elle se donner des finalités ? Sont-elles tout simplement les profits ? Au-delà du rythme apparent, n’y a-t-il pas quelque chose de plus fascinant, une destination, une vocation aussi dans la vie de l’usine ? Je crois que ces finalités sont l’élévation matérielle, culturelle, sociale du lieu où elle opère25.

Olivetti : une entreprise personnaliste ?

  • 26 Museum of Modern Art, « Olivetti: Design in Industry », Bulletin of the Museum of Modern Art, vol. (...)

20Adriano Olivetti insuffle dans l’entreprise et dans le territoire la même culture moderniste, personnaliste et communautaire qui caractérise la revue, les éditions et le mouvement Comunità. Ce qui donne naissance à un système complexe et organique, dont on distingue difficilement les parties et le tout. Ainsi, pendant les années 1950 et dans la région d’Ivrée, certains employés d’Olivetti sont représentants du syndicat proche de Comunità (Autonomia Aziendale) et ont des responsabilités dans l’administration territoriale, où ils sont élus avec le Movimento Comunità. Un autre exemple de cet enchevêtrement est aussi donné par le bulletin du moma préparé pour l’exposition en 1952 des machines Olivetti. Les organisateurs du Musée d’Art Moderne de New York inclurent en effet dans le catalogue d’exposition un texte où ils mettaient l’accent sur les réalisations sociales de l’entreprise26.

  • 27 « Utopie » entre guillemets, car il faudrait reconsidérer l’utopisme d’Adriano Olivetti à partir de (...)
  • 28 Ce qui était normal chez FIAT et chez d’autres grandes entreprises italiennes, monocratiques. Pour (...)

21L’image de marque d’Olivetti – du moins dans le passé – est donc étroitement liée non seulement à ses réalisations esthétiques, mais aussi à l’ « utopie » de son président27. Une « utopie » soutenue par ses collaborateurs, parce que supposée créatrice d’une culture d’entreprise solide et unitaire en l’absence de toute contrainte patronale28.

  • 29 Dans les années 30, Camillo Olivetti s’était définitivement éloigné de ses origines juives et avait (...)
  • 30 L’état-providence de W. Beveridge ainsi que le New Deal de Roosevelt (et le keynésianisme) étaient (...)

22Quand on parle de la vocation sociale de l’entreprise Olivetti, il faut souligner que déjà Camillo, le père d’Adriano, avait trouvé des solutions transitoires à la pauvreté économique et culturelle de la communauté formée par ses travailleurs. Mais Camillo était surtout un philanthrope, qui offrait une partie du profit de l’entreprise à ses employés par un geste de prodigalité paternaliste et chrétienne29. Considérant que les travailleurs fournissaient des efforts physiques et intellectuels, et assuraient des tâches parfois stressantes comme le travail aux machines-outils ou à la chaîne de montage, Adriano Olivetti veut, quant à lui, que les services sociaux de l’entreprise deviennent un droit des travailleurs. Il place ainsi sous la responsabilité de l’entreprise des domaines qui, selon lui, devraient être contrôlés et normés par l’État, ce qui dans la jeune République italienne n’est pas encore possible30.

  • 31 Le Conseil de gestion d’Olivetti était né lorsque la « saison des Conseils » (les comités d’entrepr (...)
  • 32 Olivetti (Adriano), « Appunti per la storia di una fabbrica », dans Olivetti 1908-1958, Ivrée, Ing. (...)
  • 33 Par exemple, la « semaine de quarante heure » a été généralisée en Italie par le Statut des Travail (...)

23À partir de 1934, suivant les principes du « welfare d’entreprise », l’entreprise bâtit une crèche, organise des colonies estivales, installe des cantines et met sur pied un système de cars gratuits pour les travailleurs qui viennent de loin. Dès 1941, l’entreprise d’Ivrée garantit aux femmes enceintes neuf mois de salaire et la conservation de leur poste, ainsi qu’un service pédiatrique. Après la Deuxième Guerre mondiale, elle offre à ses employés des emprunts très avantageux pour affronter avec plus de facilité le mariage ou la construction d’une maison, ainsi qu’une intégration des indemnités de congé maladie et un plan de retraite, ce qui n’existe pas encore en Italie. Plus tard, vers la fin des années 1950, l’entreprise bâtit un Centre pour les Services Sociaux géré par le Conseil de gestion, où l’on trouve des assistants sociaux, des psychologues, des sociologues qui s’occupent des problèmes des employés, mais aussi de leurs familles et de toute la communauté environnante31. En 1958, chez Olivetti le salaire des femmes devient équivalent à celui des hommes, « comme l’exige leur dignité de travailleuses 32 », et la semaine se termine le vendredi après cinq jours et quarante heures de travail. Il est nécessaire de souligner que chez Olivetti on obtient ces droits et à ces garanties par une décision des dirigeants ou, plus rarement, par le dialogue pacifique entre les parties, et jamais par des luttes ouvrières33.

  • 34 Voir le discours d’Adriano Olivetti à l’inauguration de l’usine de Pozzuoli, construite « à la mesu (...)

24Un autre signe de la responsabilisation sociale qu’Olivetti veut incarner est l’ouverture en 1955 d’une usine à Pozzuoles, près de Naples, lorsque des millions de travailleurs émigrent du Mezzogiorno vers les usines au nord de l’Italie. Adriano Olivetti affirme en effet alors qu’il faut « porter les capitaux là où il y a la force de travail, et non pas l’inverse », car il considére abominable que l’on déracine systématiquement de leur territoire des personnes et des communautés entières34.

  • 35 Que l’on songe par exemple à Fiat, chez qui travaillaient entre soixante-dix mille et quatre-vingt- (...)
  • 36 Ibid., p. 99.

25Par rapport à d’autres entrepreneurs italiens qui dirigent de grandes industries et sont responsables de l’existence de milliers de familles, ainsi que de villes entières, Adriano Olivetti inclut dans sa ligne de conduite le poids d’une culture managériale et humaniste singulière35. Fort tenté par la rationalisation promise par la science, tout en étant parfois traversé par des élans mystiques, il reste néanmoins pragmatique. C’est pourquoi il ne fait jamais appel au personnalisme, en tant qu’entrepreneur, et ne sent pas le besoin d’expliciter les liens entre sa manière d’organiser l’Olivetti et la philosophie de Mounier – ce qu’il avait fait d’emblée en tant qu’essayiste politique. Il lui suffit de savoir que le personnalisme exprime les valeurs qu’il respecte et essaye de concrétiser dans l’entreprise. Ces valeurs le portent à affirmer que « la participation active et consciente de tous aux finalités de l’entreprise 36 » est nécessaire afin que les travailleurs deviennent les acteurs responsables du progrès de l’entreprise et, par ricochet, de la civilisation. En effet, Olivetti considère le travail comme un lieu d’échanges où l’on se rencontre en tant qu’êtres humains, et non pas comme une simple activité économique accomplie par des acteurs anonymes.

  • 37 Pour rester dans le contexte italien, nous pouvons comparer la littérature sur l’Olivetti avec Cast (...)
  • 38 Comme les sociologues Luciano Gallino, Franco Ferrarotti et Alessandro Pizzorno, les fondateurs de (...)
  • 39 Il est nécessaire de souligner que dans les années 1950, lorsque l’Italie était secouée par de fort (...)
  • 40 Voir Uomini e lavoro alla Olivetti, sous la direction de Sapelli (Giulio), Rozzi (Renato), Novara ( (...)

26Il est frappant de constater le grand nombre de personnes impliquées dans l’écriture de l’histoire d’Olivetti : non seulement les noms des dirigeants, des ingénieurs, des designers, mais aussi des responsables des services sociaux, des ouvriers, des secrétaires, des bibliothécaires, etc. 37. On peut trouver deux explications complémentaires à ce fait : d’un côté, nombre d’employés d’Olivetti poursuivaient des activités en dehors de l’entreprise38 ; de l’autre, quand on embauchait un nouvel employé chez Olivetti, « on s’ouvrait à une personne », à laquelle on demandait de la loyauté et de la responsabilité – comme dans tout rapport égalitaire entre des êtres humains. De ce fait, le service du personnel et la présidence privilégiaient un recrutement basé non sur des recommandations, mais bien sur les capacités de jugement personnel, d’ouverture d’esprit, de dialogue, d’intégration à la communauté. Les épreuves que les ouvriers devaient passer pour être embauchés servaient en effet à rendre la procédure plus « scientifique » et à réduire les influences extérieures de la société dans les évaluations professionnelles et personnelles des candidats39. Adriano Olivetti recevait les cadres dans son bureau et leur demandait quelles étaient leurs passions, leurs projets personnels, leurs lectures. Il tenait bien évidemment compte de leurs capacités et de leurs diplômes, mais n’embauchait pas un travailleur s’ils n’avaient pas affaire à une personnalité autonome, créatrice et indépendante40.

  • 41 Olivetti considérait que la bibliothèque était une des parties de l’entreprise les plus importantes (...)
  • 42 Olivetti (Adriano), « Appunti per la storia di una fabbrica », dans Olivetti : 1908-1958, Ivrée, C. (...)

27Dès la fin des années 1930, Olivetti avait ouvert des écoles techniques et professionnelles et mis en place tout un système de bourses et de promotions : les meilleurs parmi les jeunes ouvriers assistaient aux cours tout en touchant un salaire. Ils quittaient l’école avec un diplôme et un poste de responsable dans les ateliers. Plusieurs de ces élèves ont ensuite intégré la filière administrative et quelques-uns ont rejoint la direction de l’entreprise. De même, les titulaires d’un baccalauréat avaient la possibilité de suivre les cours de l’université grâce à des bourses. Adriano Olivetti souhaitait aussi que les travailleurs aient la possibilité de se doter d’une culture technique et humaniste et en 1932 il ouvrait une bibliothèque d’entreprise où l’on trouvait des revues traitant de politique, d’économie et de mécanique, des monographies de littérature populaire et savante, d’histoire, etc.41. A sa mort, ses collègues affichèrent à l’entrée de la bibliothèque une plaque métallique, où l’on pouvait lire une phrase qu’il avait prononcée devant ses ouvriers : « L’homme qui passe une longue journée dans l’atelier ne renferme pas son humanité dans son bleu de travail42 ».

  • 43 De Lucchi (Michele), « Il design in Olivetti. Una tradizione che non tramonta », dans Speciale Adri (...)
  • 44 Discours d’Adriano Olivetti lors de la consigne du prix Compasso d’Oro pour le design, cité par Lab (...)

28Un designer de la firme a écrit que le « style Olivetti […] signifiait que l’on portait attention aux personnes, à la valorisation de leur travail et de leurs potentialités43 ». Chez Olivetti, en effet, on ne demandait pas aux designers et aux graphistes de respecter une image de marque prédéfinie, mais de collaborer et d’apporter leur créativité afin que l’image de l’entreprise exprime sa progressivité et la solidité de sa culture – ce qui est bien symbolisé par le logo de Marcello Nizzoli, un O qui ressemble à une spirale infinie. Une progressivité qui par contre ne correspondait pas à une volonté de dépasser la réalité, d’aller au-delà de l’histoire : Olivetti n’employait ses designers qu’à mi-temps, pour qu’ils « restent en contact avec le monde extérieur » et pour que leur créativité ne s’atténue pas avec le temps à cause d’un travail sur les mêmes typologies d’objets. Chez Olivetti « l’usine est pour l'homme, et non pas l’homme pour l'usine44 ».

Conclusions

29Dans la biographie d’Adriano Olivetti, on constate deux étapes qui marquent un changement de priorité quant aux moyens à employer pour réaliser sa conception sociale et politique : d’abord, son action est passée de l’entreprise à la politique ; ensuite, il s’est concentré davantage sur l’entreprise et sur son territoire.

  • 45 Dans Le personnalisme Emmanuel Mounier écrira plus tard que « Si la politique n’est pas tout, elle (...)

30Bien que les valeurs sur lesquelles Adriano Olivetti basa la direction de l’entreprise et ses propositions politiques (la décentralisation des pouvoirs, la responsabilisation des individus, la coopération entre les personnes et les groupes) soient d’abord un héritage familial, il faut souligner qu’il les consolida avec les théories de l’organisation scientifique du travail et du management, qui émergeaient dans les années 1920 aux États-Unis et qu’il adapta au contexte italien. Le personnalisme français n’a influencé Olivetti que quelques années plus tard, et il lui permit d’élargir sa réflexion à la société en s’appuyant sur un groupe d’intellectuels réputés, ce qui a dynamisé et « humanisé » davantage son discours politique, extrêmement analytique et guidé par une logique parfois abstraite. Tout un ensemble de circonstances (le fascisme et l’antifascisme, la guerre, le personnalisme et ses lectures de plus en plus politiques) l’avaient donc amené à concentrer son action sociale sur une politique en continuité directe avec ses principes entrepreneuriaux45. Après la guerre, après de longues années dévouées à la politique (de 1942 à 1946 environ) sans succès, il se recentra sur le domaine l’économique et sur son environnement direct comme moyens possibles pour réaliser L’Ordine politico delle Comunità.

31À partir de l’entreprise, Olivetti développa donc son idéologie et sa vocation politique, pour revenir ensuite à l’entreprise, où il concrétisa au moins en partie les principes de son personnalisme communautaire. Ainsi les principes des réformes politiques qu’il avait envisagées ont été appliqués dans l’entreprise. Le fédéralisme s’est traduit dans la décentralisation des responsabilités vers les bureaux et vers les employés. La communauté locale a été concrétisée par l’entreprise qui, fortement liée à la collectivité d’Ivrée, gérée selon les principes fonctionnels définis par les intellectuels et soutenue par la participation des travailleurs, avait entamé la réalisation d’une économie contrôlée et sociale, afin d’atteindre une société libre où la personne pouvait réaliser ses vocations avec le soutien de la communauté.

32Pour mesurer la réussite de la philosophie entrepreneuriale d’Olivetti et de son interprétation du personnalisme, nous pouvons indiquer quelques expressions de la culture qui distinguent Ivrée. D’abord, les habitants de la petite ville piémontaise appelaient Olivetti par son prénom, « Adriano », ou bien « l’Ingegnere » – ce qui peut paraître anodin, mais qui témoigne en tout cas de la reconnaissance spontanée des habitants ainsi que de la disponibilité d’Olivetti envers les personnes qui l’entouraient, indifféremment de leur statut social46. Par ailleurs, il avait obtenu sans difficulté que le règlement contienne un article qui limitait l’écart entre les salaires, afin que les dirigeants ne perçoivent pas plus de dix fois le salaire de l’ouvrier sans qualification. Nombre d’employés, en outre, se sont reconnus et se reconnaissent encore avec la dénomination « olivettiani » et dans la culture d’entreprise : « la vocation à l’excellence technologique, à l’innovation, à la qualité, au design, à l’internationalisation ; mais aussi dans l’engagement en faveur de l’art et de la culture, dans la sensibilité vers les thèmes sociaux et les modèles avancés des relations industrielles, dans la détermination constante à créer un milieu de travail qui motive et dynamise, créatif, ouvert, qui encourage l’enthousiasme et le goût du défi47 ».

  • 48 Broglia (Giuseppe), L’Azienda industriale, Schioppo, Turin, 1925, cité par Sapelli (Giulio), Organi (...)

33On pourrait se demander si le « Welfare d’entreprise » mis en place par Olivetti était une forme de philanthropie industrielle vouée au contrôle matériel et spirituel des travailleurs et maquillée sous un langage humaniste. Si l’on confronte les structures de l’assistance Olivetti avec celles de Fiat, on constate immédiatement un grand écart entre la philosophie industrielle des deux seules entreprises italiennes ayant pris Ford comme modèle, bien que sur deux plans très différents. Comme on l’a vu, Olivetti considérait l’assistance sociale comme étant un droit des travailleurs et elle leur fut confiée par médiation du Conseil de Gestion. Chez Fiat les services sociaux n’avait qu’une mission : « renforcer l’influence que l’entreprise peut avoir sur sa masse ouvrière, dont le travail ordonné et constant permet en très grande partie l’accomplissement régulier et immédiat des tâches de la production et, donc, le développement complet du programme industriel.48 ». D’une certaine manière, Olivetti préfigure le développement de l’État-providence en Italie dans les années 1970.

34Cependant, il faut garder à l’esprit qu’Olivetti n’a réalisé ses ambitions qu’en partie. Nous ne pouvons pas affirmer avec certitude que son échec a été causé par son « utopisme » ou bien par l’incapacité de la culture dominante à accepter ses réformes. Néanmoins, il est certain que, lorsqu’il forgea le concept de Communauté personnaliste dans les années 1930 et 1940, Olivetti trouva un soutien intellectuel et idéologique chez de nombreux penseurs occidentaux, notamment dans le personnalisme chrétien français, mais aussi dans le travaillisme anglais, dans la social-démocratie européenne et dans les groupes de community development américains. De même, dans son entreprise il n’était pas le seul à croire dans ses principes, sans quoi l’image de marque que l’on a décrite n’aurait pu se développer. On peut donc affirmer qu’Adriano Olivetti exprima des besoins et des aspirations qui étaient bien présents dans le monde où il vivait, sans toutefois influencer véritablement la culture dominante ou la faire dévier vers une structure alternative.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Architecture d’aujourd'hui, édition monographique sur Olivetti e l’architecture moderne, sous la direction de Ciucci (Giorgio), Huet (Bernard) et Restucci (Amerigo), n° 188, décembre 1976

Arnaud (Stéphanie) et Chandon (Jean-Louis), « Gestion des ressources humaines conforme à la philosophie humaniste et motivations au travail : exposé théorique et résultats empiriques », in Revue de Gestion des Ressources Humaines, n° 71, 2008, pp. 58-73. [En ligne] <http://www.aderse.org/docatelecharger/congres_aderse_2008/actes/Articles/Session%202.2/L%92entreprise%20centree%20sur%20lhomme%20_%20application%20de%20la%20philoso.pdf> (consulté le 11 janvier 2011)

Baudouin (Charles), Découverte de la personne. Esquisse d’un personnalisme analytique, Paris, Alcan, 1940

Broglia (Giuseppe), L’Azienda industriale, Schioppo, Turin, 1925

Castronovo (Valerio), FIAT. Una storia del capitalismo italiano, Milano, Rizzoli, 2005

De’ Liguori Carino (Beniamino), Adriano Olivetti e le Edizioni di Comunità (1946-1960), Rome, Fondazione Adriano Olivetti, 2008. [En ligne] <http://www.fondazioneadrianolivetti.it/_images/pubblicazioni/quaderni/022011130709quaderno%2057.pdf> (consulté le 6 janvier 2012)

Dizionario del fascismo, sous la direction de De Grazia (Victoria) et Luzzatto (Sergio), Torino, Einaudi, 2005

Gentile (Emilio), Le origini dell’ideologia fascista, Bari, Laterza, 1975

Ginzburg (Natalia), Lessico famigliare, Turin, Einaudi, 1963 [Les mots de la tribu, Paris, Grasset, 1966]

Industrialisation et technocratie, sous la direction de Gurvitch (Georges), Paris, Armand Colin, 1949

Labò (Mario), L’aspetto estetico dell’opera sociale di Adriano Olivetti, Milan, Gorlich, 1957

Maggia (Giovanni), « La Olivetti nella Resistenza », Quaderni del centro di documentazione sull’Antifascismo e la Resistenza nel Canavese, n° 1 (1973), pp. 169-201

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Micheletto (Maddalena) et Novarina (Gilles), « La montagne vue par les urbanistes (les années 1930-1940) », in Revue de géographie alpine, Tome 90, n° 4, 2002, pp. 33-47. [En ligne] <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rga_0035-1121_2002_num_90_4_3099> (consulté le 10 janvier 2012)
DOI : 10.3406/rga.2002.3099

Museum of Modern Art, « Olivetti: Design in Industry », Bulletin of the Museum of Modern Art, vol. 20, n° 1, automne 1952, pp. 3-19. [En ligne] <http://www.jstor.org/stable/4058222> (consulté le 6 janvier 2012)

Musso (Stefano), La partecipazione nell’impresa responsabile. Storia del Consiglio di gestione Olivetti, Bologne, Il Mulino, 2009

Olivetti (Adriano) et al., Studi e proposte preliminari per il piano regolatore della Valle d’Aosta, [Ivrée], Nuove Edizioni Ivrea, 1943

Olivetti (Adriano), Città dell’Uomo, Milan, Edizioni di Comunità, 1959

Olivetti (Adriano), L’ordine politico delle Comunità. Le garanzie di libertà in uno Stato socialista, Samedan, Engandin Press, 1945 [L’ordine politico delle Comunità. Dello Stato secondo le leggi dello spirito, Rome, Edizioni di Comunità, 1946]

Olivetti (Adriano), Società Stato Comunità, Milan, Edizioni di Comunità, 1952

Olivetti (Adriano), Stato federale delle Comunità, textes recueillis par Cadeddu (Davide), Milano, Franco Angeli, 2004.

Olivetti 1908-1958, Ivrée, Ing. C. Olivetti & C., 1958

Forlin (Olivier), « Esprit, 1945-1956 : la filière italienne », La Revue des Revues, n° 36, 2005, pp. 37-60

Ottieri (Ottiero), Donnarumma all’assalto, Milan, Bompiani, 1959

RAI, Adriano Olivetti - La fabbrica dal volto umano, 2009 [Vidéoclip en ligne] <http://www.rai.tv/dl/RaiTV/programmi/media/ContentItem-bd15bcdd-29ac-419a-b0a0-bb6371468547.html?p=0> (consulté le 7 janvier 2012)

Rolland (Patrice), « Simone Weil et le syndicalisme révolutionnaire », in Simone Weil, l’expérience de la vie et le travail de la pensée, sous la direction de Jacquier (Charles), Arles, Sulliver, 1998, p. 69-106

« Speciale Adriano Olivetti », La Sentinella del Canavese, 2001. [En ligne] <http://quotidianiespresso.repubblica.it/sentinella/nonquotidiano/speciale/olivetti/iom01.htm> (consulté le 10janvier 2012)

Trent’anni di storia italiana. Dall’antifascismo alla Resistenza (1915-1945), sous la direction de Antonicelli (Franco), Turin, Einaudi, 1961

Uomini e lavoro alla Olivetti, sous la direction de Sapelli (Giulio), Rozzi (Renato), Novara (Francesco) et Garruccio (Roberta), Milan, Bruno Mondadori, 2005

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Viganò (Paola), « Urbanisme et territoire de 1945 a aujourd’hui : le cas italien », in Disp., n° 132, janv. 1998, pp. 10-15
DOI : 10.1080/02513625.1998.10556665

Vinti (Carlo) et al., L’impresa del design : lo stile Olivetti, Angeli di Rosora, Loccioni-Archivio Storico Olivetti, 2010

Zorzi (Renzo), Catalogo generale delle Edizioni di Comunità 1946-1982, Milan, Edizioni di Comunità, 1982

Haut de page

Notes

1 Vinti (Carlo) et al., L'impresa del design: lo stile Olivetti, Angeli di Rosora, Loccioni-Archivio Storico Olivetti, 2010, p. 6. Toutes les citations sont traduites de l'italien par l'auteur.

2 La famille Olivetti avait caché dans sa maison un des fondateurs du Parti Socialiste Italien, Filippo Turati, qui était pourchassé par les fascistes. Adriano avait ensuite conduit la voiture qui amena Turati et d’autres antifascistes (Carlo Rosselli et deux présidents de la future République italienne, Pertini e Parri) à Savone, d’où ils partirent en exil vers la France ; v. Ginzburg (Natalia), Lessico famigliare, Turin, Einaudi, 1963 [Les mots de la tribu, Paris, Grasset, 1966] ; Parri (Ferruccio ), « All’alba, la Corsica: era la libertà », in L’Umanità, a. II, n. 239, 9 ottobre 1948, p. 3 ; Pertini (Sandro), « La fuga di Filippo Turati », in Trent’anni di storia italiana. Dall’antifascismo alla Resistenza (1915-1945), sous la direction de Antonicelli (Franco), Turin, Einaudi, 1961, pp. 95-98.

3 En 193, Olivetti commença une collaboration fructueuse avec le Studio Boggeri de Milan, où travaillaient les premiers designers en Italie, qui deviendront par la suite des "classiques" : Imre Reiner, Xanti Schawinski (embauché par Olivetti en 1933, il avait suivi les cours du Bauhaus de Gropius), Albe Steiner, Marcello Nizzoli, Max Huber et Bruno Munari.

4 Olivetti (Adriano), « Dirigenti e ideali direttivi », Organizzazione scientifica del lavoro, mai 1931. Voir Sapelli (Giulio), Organizzazione lavoro e innovazione industriale nell’Italia tra le due guerre, Turin, Rosenberg & Sellier, 1978, pp. 184-187.

5 Olivetti (Adriano), Società Stato Comunità, Milan, Edizioni di Comunità, 1952, p.10.

6 Il n’est guère aisé de remonter aux sources de la pensée d’Adriano Olivetti, un intellectuel-entrepreneur qui écrivait peu et ne citait que très rarement. À propos de la technocratie, nous pouvons par contre indiquer un livre (Industrialisation et technocratie, sous la direction de Gurvitch (Georges), Paris, Armand Colin, 1949) qui était dans sa bibliothèque personnelle et qui contient les textes d’auteurs importants pour le développement de sa pensée déjà dans la décennie qui précédait la Deuxième Guerre mondiale : Emmanuel Mounier, Georges Gurvitch, Harold Laski, Charles Bettelheim, Georges Friedmann.

7 Olivetti (Adriano), Studi e proposte preliminari per il Piano Regolatore della Valle d’Aosta, cit., p. 211.

8 Les personnalités fascistes avec qui A. Olivetti entretint des rapports de quelque sorte étaient Gino Olivetti (fondateur de l’Institut pour l’Organisation Scientifique, dont A. Olivetti était membre) et Giuseppe Bottai (pour l’organisation d’une exposition d’un projet urbanistique ; voir infra), deux théoriciens du corporatisme fasciste. Si l’on veut trouver une consonance entre la pensée d’A. Olivetti et le syndicalisme révolutionnaire, dont les intellectuels et les syndicalistes, mais non pas la base ouvrière, ont ensuite adhéré au fascisme, même si avec beaucoup de réserves (voir Dizionario del fascismo, vol. II, sous la direction de De Grazia (Victoria) & Luzzatto (Sergio), Torino, Einaudi, 2005 ; Gentile (Emilio), Le origini dell’ideologia fascista, Bari, Laterza, 1975), il faut faire référence à la passion d’Olivetti pour Simone Weil, dont il fit traduire les œuvres dès leur parution en France et dont les liens avec le syndicalisme révolutionnaire ont bien été tracés par Patrice Rolland (« Simone Weil et le syndicalisme révolutionnaire », in Simone Weil, l’expérience de la vie et le travail de la pensée, sous la direction de Jacquier (Charles), Arles, Sulliver, 1998, p. 69-106), ainsi qu’à sa volonté de publier un recueil de textes de J.-P. Proudhon, une des sources premières du syndicalisme révolutionnaire. Je ne considère pas que l’on puisse établir des liens plus solides entre la pensée d’Olivetti, réformiste, pacifiste et fédéraliste européen (il participa au premier Congrès de La Haie, 7-11 mai 1948), et ce syndicalisme, révolutionnaire et nationaliste.

9 Les vallées alpines autour d’Ivrée attiraient des plus en plus de skieurs et Olivetti souhaitait développer l’industrie touristique afin que les populations locales puissent sortir de leur état de pauvreté extrême et, en même temps, pour qu’ils ne quittent pas leurs territoires ruraux afin de rejoindre les villes industrielles. Olivetti élaborait dans ces études ses premières définitions de la « Comunità », qu’il mit dans l’après-guerre au centre de ses préoccupations. Voir Olivetti (Adriano) et al., Studi e proposte preliminari per il piano regolatore della Valle d’Aosta, [Ivrée], Nuove Edizioni Ivrea, 1943 ; Micheletto (Maddalena) & Novarina (Gilles), « La montagne vue par les urbanistes (les années 1930-1940) », Revue de géographie alpine, 2002, Tome 90, n °4, pp. 33-47. [En ligne] <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rga_0035-1121_2002_num_90_4_3099> (consulté le 10 janvier 2012).

10 La Fondation Adriano Olivetti publiera prochainement sur son site <www.fondazioneadrianolivetti.it> (consulté le 11 janvier 2012) le catalogue de la bibliothèque privée d’Adriano Olivetti.

11 Plus tard, en 1948, Adriano Olivetti écrit en effet à sa nouvelle compagne qu’un jour il se sentit prêt à suivre la voie indiquée par Jésus-Christ (MT 19,21-24), de tout laisser aux pauvres, mais qu’il ne fit pas ce sacrifice parce que « je dois vivre comme un homme et non comme un Saint, sinon je n’accomplirais pas ma mission qui est faite d’action et de création. » lettre à Maria Grazia Galletti du 19 décembre 1948, Archivio Storico Olivetti, Correspondance d’Adriano Olivetti). Aussi, affirmait-il à sa compagne qu’en reconnaissant la supériorité théologique de l’Église romaine il souhaitait recevoir le baptême catholique, et sous ses lois ils s’épousèrent en 1950.

12 Il est intéressant de remarquer que le psychanalyste qu’A. Olivetti estimait le plus était Charles Baudouin. Ce psychanalyste français proposait en effet de synthétiser la psychologie de l’Objet, freudienne, et celle du Sujet de la psychanalyse jungienne, dans un « personnalisme analytique » conscient que « "Voix" ou "vocation" sont des appels de l’Inconscient, des appels émané de ces ensembles psychiques que Jung appelle "complexes autonomes" et qui réclament d’être incorporés à notre Moi. Si nous savons accepter ces ensembles, sans nous laisser submerger par eux (ce qui traduisait jadis le terme de « possession ») alors la « personnalité » apparaît. », Baudouin (Charles), Découverte de la personne. Esquisse d’un personnalisme analytique, Paris, Alcan, 1940, p. 111. A. Olivetti avait rencontré Ch. Baudouin à Lausanne, en 1927, lors de son premier voyage de noces.

13 « Les "Nuove Edizioni Ivrea" sont nées avec le programme d’offrir à l’élite italienne une possibilité de culture totale dans un sens œcuménique. Il s’agit d’une entreprise complexe à laquelle coopèrent dans le même temps des hommes de culture et des hommes d’action dont l’intérêt pour les choses matérielles est intimement lié à des nécessités spirituelles. […] Le programme initial sera constitué par: a) la publication des œuvres complètes de Kierkegaard et du Cardinal Newman […] et des ouvrages les plus importants de Soloviov. b) […] Rudolf Kassner, Leo Frobenius, Ortega y Gasset, Ivanow. Elle publiera aussi un vaste choix des lettres de Rilke et "Byzantinische Christentum" par Ball. Nous étudions aussi la possibilité de faire connaître ici Alfred Weber. c) Une collection de psychologie. Comme vous saurez peut-être, très peu a été fait en Italie dans ce champ et même les ouvrages fondamentaux de psychanalyse ne peuvent se trouver en italien. Le premier livre de cette collection sera "Psychologische Typen" de Jung. Ensuite, nous publierons d’autres ouvrages de Jung, de Kretschmer, de Reyer, etc. Nous avons également demandé les droits pour "L’âme romantique et le rêve" d’Albert Béguin. d) Une collection artistique […] (Woelffiin, Max Dvorak, Worringer, Brandi, Argan, etc.). » (lettre d’Adriano Olivetti à Hermann Keyserling, 23 avril 1942, cité en Zorzi (Renzo), Catalogo generale delle Edizioni di Comunità 1946-1982, Milan, Edizioni di Comunità, 1982, p. xii. La lettre a été écrite en français par A. Olivetti.

14 Une lettre privée d’Olivetti, écrite en 1958, nous éclaire définitivement sur ses rapports avec le fascisme : « C’est bien que l’on sache [en Italie] ce qu’au Piémont tout le monde sait : qu’après avoir été un adversaire reconnu du fascisme, j’ai pris la carte du parti [fasciste] le 31 août 1933, c’est-à-dire le dernier jour, quand on avait annoncé qu’on éliminerait des syndicats tous ceux qui n’étaient pas inscrits au parti […] Il est aussi notoire qu’en tant que fasciste je n’ai jamais été un saint, car j’avais utilisé la carte pour défendre la liberté de ceux qui ne l’avaient pas et aussi parce que ma carte n’a jamais été un instrument d’oppression pour personne. Cela est confirmé par le fait que pendant les dernières quinze années, sauf ma participation à la lutte contre les Allemands, ces événements n’ont jamais été mis en doute » (A. Olivetti à Angelini De Libera Mila, 11 mars 1958, Archivio Storico Olivetti, Correspondance d’Adriano Olivetti (22.310), cart. 74). Sur le comportement d’A. Olivetti et des autres dirigeants de l’entreprise pendant la Deuxième Guerre mondiale, voir : Maggia (Giovanni), « La Olivetti nella Resistenza », Quaderni del centro di documentazione sull’Antifascismo e la Resistenza nel Canavese, n° 1 (1973), pp. 169-201.

15 Olivetti entretenait des rapports avec des antifascistes notoires, en Italie et en Suisse, et il proposa aux services secrets anglais et étasuniens, ainsi qu’à des généraux de l’armée italienne, des plans d’action pour amener le fascisme à la chute et pour instaurer une république fédéraliste et démocratique. Voir Olivetti (Adriano), Stato federale delle Comunità, textes recueillis par Cadeddu (Davide), Milano, Franco Angeli, 2004..

16 Olivetti (Adriano), L’ordine politico delle Comunità. Le garanzie di libertà in uno Stato socialista, Samedan, Engandin Press, 1945 [L’ordine politico delle Comunità. Dello Stato secondo le leggi dello spirito, Rome, Edizioni di Comunità, 1946].

17 Ibid., p. 14.

18 Ibid . p. x.

19 Voir infra.

20 Lettre du 13 février 1946, Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine, Archives Esprit, ESP2 C1 02 02 [Correspondance générale avec l’Italie, 1946-1953]. Voir Olivier Forlin « Esprit, 1945-1956 : la filière italienne », La Revue des Revues, n° 36, 2005, pp. 37-60.

21 Voir De’Liguori Carino (Beniamino), Adriano Olivetti e le Edizioni di Comunità (1946-1960), Rome, Fondazione Adriano Olivetti, 2008. [En ligne] <http://www.fondazioneadrianolivetti.it/_images/pubblicazioni/quaderni/022011130709quaderno%2057.pdf> (consulté le 6 janvier 2012).

22 Conçu selon le modèle de la Tennessee Valley Authority et du New Deal, l’Institut de Reconstruction Urbaine et Rurale s’occupait de la coordination au niveau territorial des projets urbanistiques et industriels et avait comme finalité le plein emploi dans des zones atteintes par un haut niveau de chômage. N’ayant pas obtenu le soutien ministériel, l’I-RUR n’exista que quelques années dans la région d’Ivrée, grâce aux subventions d’Adriano Olivetti et au « prix social » payé par l’Olivetti pour acheter les produits des coopératives agricoles et artisanales créées par l’institut. Après la mort d’Adriano, les nouveaux dirigeants de l’entreprise supprimèrent ces coûts « inutiles ».

23 Olivetti (Adriano) Società Stato Comunità, cit., p. ix.

24 id. Città dell’Uomo, Milan, Edizioni di Comunità, 1959.

25 Ibid., p. 99.

26 Museum of Modern Art, « Olivetti: Design in Industry », Bulletin of the Museum of Modern Art, vol. 20, n° 1, automne 1952, pp. 3-19. [En ligne] <http://www.jstor.org/stable/4058222> (consulté le 6 janvier 2012).

27 « Utopie » entre guillemets, car il faudrait reconsidérer l’utopisme d’Adriano Olivetti à partir des auteurs qu’il lisait, qu’il avait publié ou avec qui il collaborait, et qui avaient écrit des volumes sur l’utopie : Lewis Mumford, Karl Mannheim, Martin Buber, Henri-Charles Desroche.

28 Ce qui était normal chez FIAT et chez d’autres grandes entreprises italiennes, monocratiques. Pour l’unité culturelle chez Olivetti, voir Esiste un’eredità del modello Olivetti nel management?, Istud, 2008. [En ligne] <http://www.istud.it/up_media/ricerche/olivetti.pdf> (consulté le 15 janvier 2012).

29 Dans les années 30, Camillo Olivetti s’était définitivement éloigné de ses origines juives et avait épousé la religion chrétienne en rentrant dans l’Église Unitarienne.

30 L’état-providence de W. Beveridge ainsi que le New Deal de Roosevelt (et le keynésianisme) étaient pour Olivetti deux modèles fondamentales pour l’organisation sociale et de la Communauté et de l’entreprise. Leur application systématique ne s’est développée en Italie qu’à partir des années 1960, après la mort d’Olivetti.

31 Le Conseil de gestion d’Olivetti était né lorsque la « saison des Conseils » (les comités d’entreprise) se terminait dans les autres grandes entreprises à cause de l’indifférence des dirigeants ainsi que des travailleurs. Élu par les employés et les ouvriers, le Conseil de gestion d’Olivetti possédait le contrôle organisationnel et économique de tous les services sociaux (crèche, cantine, infirmerie, colonies, transports, psychologues, etc.) et, formellement, vérifiait les bilans annuels de l’entreprise. Expérience unique en Italie, il perdura jusqu’en 1971. Voir Musso (Stefano), La partecipazione nell’impresa responsabile. Storia del Consiglio di gestione Olivetti, Bologne, Il Mulino, 2009.

32 Olivetti (Adriano), « Appunti per la storia di una fabbrica », dans Olivetti 1908-1958, Ivrée, Ing. C. Olivetti & C., 1958, p. 16.

33 Par exemple, la « semaine de quarante heure » a été généralisée en Italie par le Statut des Travailleurs seulement en 1970 et suite à une période de grèves et de manifestations parfois très violentes. Bien que jusqu’à la naissance d’Autonomia Aziendale (le syndicat du Mouvement Comunità) la majorité des ouvriers Olivetti était affiliée à la FIOM (Fédération Employés et Ouvriers de la Métallurgie), proche du Parti Communiste, dans les années 1945-1960, dans les usines d’Ivrée le travail ne s’arrêta qu’une journée, après l’attentat au secrétaire du PCI Palmiro Togliatti. En cette occasion Adriano Olivetti demanda qu’on amène aux occupants des couvertures et des repas chauds.

34 Voir le discours d’Adriano Olivetti à l’inauguration de l’usine de Pozzuoli, construite « à la mesure de l’homme », dans Olivetti (Adriano), Città dell’Uomo, op. cit., pp. 96-103. Ce discours peut aussi être lu en ligne : <http://sd-2.archive-host.com/membres/up/22964502228453454/tesi/Adriano_Olivetti_-_Discorso_a_Pozzuoli.pdf> consulté le 7 janvier 2012).

35 Que l’on songe par exemple à Fiat, chez qui travaillaient entre soixante-dix mille et quatre-vingt-dix mille employés (dans les année 50 et uniquement à Turin), dans une société caractérisée par le capitalisme « méditerranéen », où seul le chef de famille assure une activité rémunérée qui lui permet de maintenir une famille composée d’au moins quatre personnes : si l’on exclut les travailleurs des sous-traitants, dans une ville d’environ un million deux-cent mille habitants comme Turin, entre deux-cent-cinquante mille et quatre-cent mille personnes dépendaient directement d’une firme dont la structure bureaucratique-centralisée était strictement contrôlée par un seul homme, Vittorio Valletta.

36 Ibid., p. 99.

37 Pour rester dans le contexte italien, nous pouvons comparer la littérature sur l’Olivetti avec Castronovo (Valerio), FIAT. Una storia del capitalismo italiano, Milano, Rizzoli, 2005, où dans un volume de 800 pages l’auteur écrit une histoire passionnante, dont la trame est menée exclusivement par les présidents et les PDG de Fiat.

38 Comme les sociologues Luciano Gallino, Franco Ferrarotti et Alessandro Pizzorno, les fondateurs de la sociologie italienne ; Francesco Novara, le premier psychologue du travail dans une entreprise italienne ; les poètes Leonardo Sinisgalli, Franco Fortini, Giovanni Giudici ; les écrivains Elio Vittorini, Paolo Volponi, Ottiero Ottieri, Tiziano Terzani.

39 Il est nécessaire de souligner que dans les années 1950, lorsque l’Italie était secouée par de forts changements socioculturels dus à une industrialisation rapide, surtout au Sud il était normal qu’afin d’obtenir un poste, le travailleur présente la lettre d’un représentant de l’Église catholique ou de la Démocratie Chrétienne. Voir Ottieri (Ottiero), Donnarumma all’assalto, Milan, Bompiani, 1959.

40 Voir Uomini e lavoro alla Olivetti, sous la direction de Sapelli (Giulio), Rozzi (Renato), Novara (Francesco) & Garruccio (Roberta), Milan, Bruno Mondadori, 2005 ; Esiste un’eredità del modello Olivetti nel management?, cité.

41 Olivetti considérait que la bibliothèque était une des parties de l’entreprise les plus importantes. Quand un journaliste de la chaîne RAI vint à Ivrée pour l’interviewer, il luit fit visiter d’abord (et fièrement) la bibliothèque. Voir RAI, Adriano Olivetti - La fabbrica dal volto umano, 2009 [Vidéoclip en ligne] <http://www.rai.tv/dl/RaiTV/programmi/media/ContentItem-bd15bcdd-29ac-419a-b0a0-bb6371468547.html?p=0> (consulté le 7 janvier 2012).

42 Olivetti (Adriano), « Appunti per la storia di una fabbrica », dans Olivetti : 1908-1958, Ivrée, C. Olivetti & C., 1958, p. 16.

43 De Lucchi (Michele), « Il design in Olivetti. Una tradizione che non tramonta », dans Speciale Adriano Olivetti, « La Sentinella del Canavese », 2001. [en ligne] <http://quotidianiespresso.repubblica.it/sentinella/nonquotidiano/speciale/olivetti/iom01.htm> (consulté le 10 janvier 2012).

44 Discours d’Adriano Olivetti lors de la consigne du prix Compasso d’Oro pour le design, cité par Labó (Mario), L’aspetto estetico dell'opera sociale di Adriano Olivetti, Milan, Gorlich, 1957, p. 7.

45 Dans Le personnalisme Emmanuel Mounier écrira plus tard que « Si la politique n’est pas tout, elle est en tout. »

46 Sauf dans les dernières années de sa vie, lorsqu’il était physiquement faible et en tout cas trop occupé par ses activités d’entrepreneur, homme de culture et homme politique, Adriano Olivetti se rendait à l’« usine » à vélo et s’arrêtait pour discuter avec les ouvriers de leurs problèmes personnels.

47 <http://www.olivettiani.org/chi-siamo/storia > (consulté le 27 mars 2012) ; voir aussi Bini (Mauro), Canavese (Giuliano) & Ravera Chion (Matteo), Olivettiani. Storie di vita tra fabbrica e paese, Ecomuseo Anfiteatro Morenico bdi Ivrea, Chiaverano, 2009.

48 Broglia (Giuseppe), L’Azienda industriale, Schioppo, Turin, 1925, cité par Sapelli (Giulio), Organizzazione lavoro e innovazione industriale nell’Italia tra le due guerre, op. cit., p. 91. Broglia était un dirigeant et un actionnaire de Fiat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marco Maffioletti, « L’Olivetti d’Adriano. Une image industrielle du personnalisme et du communautarisme », COnTEXTES [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://contextes.revues.org/5545 ; DOI : 10.4000/contextes.5545

Haut de page

Auteur

Marco Maffioletti

Université Stendhal-Grenoble3 - Università degli Studi di Torino

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page