Navigation – Plan du site

Résistances romaines au personnalisme ? La condamnation de la trilogie romanesque de Luc Estang

Frédéric Gugelot

Résumé

Le 16 juin 1954, Luc Estang apprend avec une vive surprise la condamnation par l’Index d’un de ses romans, Les stigmates, paru en 1949. Cette condamnation n’est pas rendue publique avec le retrait du livre et les excuses publiques de l’auteur. Mais la poursuite de la parution de la trilogie le contraint de quitter le journal La Croix dont il est le principal critique littéraire. Derrière cet épisode qui n’est pas isolé, deux conceptions de la littérature s’affrontent. La première est marquée par une insistance sur la morale nationaliste et religieuse, la littérature devant servir à conserver et propager les bonnes idées et les bonnes mœurs. La seconde place désormais le spirituel, et non plus la morale, au centre de l’appréciation littéraire. La plongée dans la sombre existence d’êtres de chair et de sang permet de révéler l’action de la grâce, l’amour de Dieu.

Cette veine correspond à une nouvelle génération d’écrivains d’inspiration catholique inspirée largement par Bernanos et qui revendique à la fois son appartenance à l’Église et son autonomie. La logique de l’incarnation domine : tout homme, surtout les plus pauvres, les plus misérables, les plus pécheurs sont des frères dans le Christ. Cet ensemble organisé de significations est lié à une vision théologique qui trouve sa source dans la libération du pays. Des catholiques ont le sentiment qu’un moment unique offre la possibilité de renouer les liens entre le catholicisme et la modernité en changeant le contenu de la culture alternative à la modernité que l’Église propose. Cette littérature s’inscrit dans une tentative prophétique de retrouvailles entre l’Église et le peuple. Mais l’Eglise rejette ce positionnement prophétique. Ces condamnations s’inscrivent au milieu des années 1950, dans une reprise en main romaine qui met fin au même moment à l’expérience apostolique des prêtres ouvriers et condamne toutes avancées théologiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Estang (Luc), Journal, 16 juin (1954), Bibliothèque nationale de France (bnf) Manuscrits.

1Le 16 juin 1954, la surprise est totale pour Luc Estang, écrivain catholique engagé, critique littéraire de La Croix, quand il apprend la mise à l’index, « cette punition brutale », écrit-il, de son livre Les stigmates1. Le Saint-Office explique que

  • 2 « [Afin] “que le scandale ne rejaillisse pas sur La Croix” », note Estang dans son Journal.
  • 3 Lettre de Luc Estang à Mgr Feltin du 9 juin 1950, Archives Historiques de l’Archevêché de Paris (ah (...)

ce roman mérite un blâme sévère, tant pour son plan général que pour ses détails. Il étale, en effet, des véritables turpitudes qu’il décrit sous des couleurs les plus vives ; il est ensuite gravement nuisible aux bonnes mœurs, parce qu’il excite une basse sensualité par son style ultraréaliste. […] Cependant, tenant compte de diverses circonstances, les […] Éminentissimes Cardinaux ont cru opportun de suspendre la publication de ce Décret de condamnation2, et inviter Mr. Luc Estang à retirer du commerce les exemplaires non encore vendus de son ouvrage, de s’abstenir de toute nouvelle édition, et à publier, en plus, dans le journal La Croix une déclaration qui ait la portée et la valeur d’une véritable réparation du mal commis par ce livre3.

  • 4 Estang (Luc), Journal, 16 juin (1954), bnf Manuscrits.

2Les causes de la condamnation sont donc le réalisme cru de la description d’un monde de péché. « Je demanderai demain à l’archevêque qu’il m’accorde audience. Je lui demanderai pourquoi on ne m’applique pas la loi commune aux pauvres diables d’écrivains. Ni Huysmans, ni Bloy, ni Bernanos, ni Mauriac, ni Graham Greene, ni beaucoup d’autres ne subissent cette contrainte. […] M’interdira-t-on d’écrire des romans ? Sinon, je risquerai toujours la condamnation. […] Soumission, soumission, c’est entendu4 ».

  • 5 Estang (Luc), « Les Stigmates », La Croix, 26 juin 1950.

3Estang se soumet en effet et publie le texte suivant : « Il est revenu à l’auteur des Stigmates que son roman avait troublé certains lecteurs et qu’il continuait de blesser des consciences délicates par la vision réaliste d’un monde livré au péché. […] Il lui reste à exprimer ses regrets de ce qu’il ait pu, involontairement, froisser certaines âmes. Le bien que d’autres lui ont assuré qu’il leur avait fait ne le console qu’imparfaitement. Il demande à ceux-ci et à celles-là une égale charité de prières, pour que la vérité du Christ soit servie comme elle doit l’être. C’est à elle que l’écrivain, une fois choisi le paradoxe de la Croix, soumet son attitude5 ». L’auteur s’avoue écartelé entre deux logiques, celle de la littérature et celle de l’Église.

4Or Les stigmates appartient à une trilogie intitulée « Charges d’âmes » dont le premier volume obtient en 1949 le Grand Prix de la Société des Gens de Lettres. Sa condamnation intervient assez tard. Une publicité dans Ecclesia de juin 1954 annonce la parution du troisième roman, Les fontaines du grand abîme, et la disponibilité des deux premiers volumes de la trilogie. Le Saint-Office, sous la plume du Cardinal Pizzardo, réagit le 1er mars 1955 dans une lettre à Mgr Feltin :

  • 6 Lettre du Card. Pizzardo à Mgr Feltin du 1er mars 1955, ahap.

Il y a déjà quelque temps, il est parvenu à la connaissance du Saint-Office que le roman de Monsieur Luc Estang a été réimprimé en mai et novembre 1954 sans aucun changement et qu’il est en vente libre dans toutes les librairies. Je prie Votre Éminence de bien vouloir interroger l’auteur sur les motifs et sur les personnes qui l’ont induit à cette infraction qu’il a commise à la décision du Saint-Office de mai 1950 et de lui rappeler les conditions que cette Suprême S. Congrégation avait mises à la non-publication de la mise à l’Index de son ouvrage6

  • 7 Lettre de Mgr Potevin à Luc Estang, 1er juin 1954. ahap.

5Mgr Potevin, vicaire général de l’Archevêché, écrit alors à l’auteur et au père Gabel, directeur du groupe de la Croix : « J’ai été profondément surpris, ainsi que plusieurs confrères, de voir dans le numéro 63 d’Ecclesia (juin 1954), […] le rappel et la mise en vente, aux Éditions du Cerf [sic] de votre ouvrage intitulé Les stigmates. Le Saint Office vous avait demandé, en effet, […] il y a trois ans, de retirer cet ouvrage du commerce et vous aviez bien voulu, à l’époque, témoigner de votre soumission totale à cette décision de l’Église. Je vous serais donc reconnaissant de me donner toutes les explications sur cette annonce qui paraît, pour le moins, en contradiction avec votre soumission »7. Le 2 juillet, Estang écrit à Mgr Potevin :

  • 8 Lettre de Luc Estang à Mgr Potevin du 2 juillet 1954. ahap.

Votre lettre, […] m’émeut vivement, car mes éditeurs –les Éditions du Seuil et non du Cerf – et moi-même avons conscience de nous être conduits loyalement. […] Après que la décision du Saint Office m’eût été communiquée et à dater de la publication dans La Croix de la note où j’annonçais […] l’arrêt de la vente des Stigmates, l’engagement pour ce qui dépendait de nous a été scrupuleusement respecté. […] Au cours de l’audience que voulut bien m’accorder alors Mgr Feltin et où il fit montre envers le romancier d’une paternelle compréhension, je fus fondé à espérer que la trilogie – dont Les stigmates ne représentaient que le premier volume – une fois achevée, le sort de ce roman pourrait être reconsidéré, d’autant que la mise à l’index m’avait été épargnée. Et c’est ce qui me fut répondu officieusement de Rome lorsque parut, voilà deux ans, le deuxième volume : Cherchant qui dévorer. Au moment de publier Les fontaines du grand abîme, la question prit toute son acuité. Je la posai à mon supérieur immédiat, le P. Gabel, qui partait pour Rome. La personnalité que le P. Gabel consulta estima qu’il n’y avait pas lieu d’alerter le Saint-Office, que “le cas n’était plus le même” […] le deuxième volume ayant éclairé le premier, et le dernier devant éclairer l’ensemble. Mes éditeurs et moi nous sentions donc en règle. […] Il s’agissait simplement de restituer à l’œuvre sa signification de “trilogie”, signification dont tous les comptes rendus critiques des Fontaines du grand abîme soulignent à l’envi combien elle va à l’encontre du “scandale” trouvé dans Les stigmates8.

  • 9 « Hélas ! Hélas ! La page est tournée […] le dimanche des Rameaux, 3 avril, a paru dans La Croix ma (...)
  • 10 Estang (Luc), « Gide et les chrétiens », La Croix, 4-5 mars 1951, p. 3.
  • 11 R. Hamel, p. S.S., « Gide », dans Catholicisme : hier, aujourd'hui, demain, sous la dir. de G. Jacq (...)
  • 12 Ibid., t. V, p. 5.
  • 13 « Son œuvre romanesque avait déplu à certaines autorités ecclésiastiques. Il allait poursuivre sa c (...)

6Estang explique que la trilogie corrige le réalisme noir du premier volume et replace les « excès » dans une logique littéraire et spirituelle qui lui donne un sens. L’absence de condamnation du second tome sert d’excuse et de confirmation à leurs positions. Ce mélange de soumission, de consultations et de ruse permet à la trilogie de paraître, à l’ouvrage condamné de poursuivre sa vie littéraire et à l’auteur d’échapper à la publicité négative qu’aurait représentée le rappel à l’ordre du Saint-Office. Mais si Estang et son éditeur tentent bien discrètement de passer outre la condamnation du livre, l’auteur est contraint de quitter La Croix en 19559. Ses romans sont jugés sulfureux. Son orientation critique gêne aussi. L’ouverture de la rubrique sur toute la littérature, et non plus seulement sur les livres catholiques, passe mal. Un article du début mars 1951 sur « Gide et les chrétiens » a fortement déplu au moment où le Saint-Office veut le condamner. N’écrit-il pas qu’ « une intelligence, une conscience, une âme catholique peut trouver [dans l’œuvre de Gide] des enseignements ; car il n’est pire erreur qui ne serve encore la vérité »10. Il ajoute : « nous y rencontrerons non pas un “étranger” mais un “prochain”, toute une manière de penser et de sentir nous demeure perceptible ». C’est que « le gidisme se définit par rapport au christianisme [ ; ] il y a un apport gidien […] dont chrétiens, nous pouvons faire notre profit : l’antipharisaïsme, l’ouverture d’esprit, l’honnêteté intellectuelle, la méfiance du confort intime ». En 1952, la commission de l’index déclare suspectes les œuvres de Gide. « Le commentaire de L’Osservatore Romano explicite la condamnation en notant que, du point de vue de la morale chrétienne et de la morale naturelle telle que la définit l’Église, Gide se range parmi les “corrupteurs”.11 ». Il précise la nocivité de l’œuvre gidienne : « équivoque, fausse pitié, sentimentalisme, déformation de la morale, impressionnisme, goût morbide de l’exhibition »12. Certains des reproches adressés à Estang figurent ici. Ces œuvres introspectives déplaisent, la mise à nu de l’âme apparaît comme sombre, désespérante. Sa carrière d’écrivain et de critique ne s’en poursuit pas moins. Estang devient en 1956 membre du comité de direction des éditions du Seuil, puis membre du jury Renaudot13. Il entre à la radio puis au Figaro littéraire et obtient en 1962 le Grand Prix de littérature de l’Académie française.

  • 14 Pitette (Yves), Biographie d’un journal La Croix, Paris, Perrin, 2011, p. 201-202.
  • 15 « On Nov. 17, 1953, the secretary of the Holy Office, Cardinal Giuseppe Pizzardo, sent a letter to (...)

7Si le retrait sur pression de Rome de Luc Estang est un cas unique dans l’histoire de La Croix14, il n’est pas le seul écrivain rappelé à l’ordre. En 1953 La puissance et la gloire de Graham Greene est menacé ainsi que, l’année suivante, le roman de Jean Anglade, Le Chien du Seigneur15. Estang appartient à une nouvelle génération d’écrivains catholiques révélés après guerre. Bernanos meurt en 1948, François Mauriac s’interroge sur les successeurs :

  • 16 Mauriac (François), « Les dernières colonnes de l’Église », Le Figaro, 17 mai 1949, La paix des cim (...)

cette lignée de littérateurs catholiques de Chateaubriand (mais c’est à Pascal sans doute qu’il faudrait remonter, les Pensées étant la source de toute notre littérature chrétienne personnelle") et qui, de Veuillot et de Barbey d’Aurevilly à Léon Bloy, de Huysmans à Péguy, à Psichari, à Bernanos, de Maurice de Guérin à Verlaine, à Jammes, à Claudel, cette longue et illustre lignée de témoins paraît interrompue, sinon brisée. Personne aujourd’hui ne pourrait plus publier, comme il y a trente ans, un livre intitulé Les Témoins du renouveau catholique16.

  • 17 Mauriac (François), « Le malentendu », Le Figaro, 23 mai 1949, Ibid., p. 108-109.

8L’article entraîne de vives réactions : « Mon article […] a blessé beaucoup de jeunes écrivains catholiques […]. Ils ont cru que je leur refusais l’existence, que je les rejetais au néant. […] Pierre-Emmanuel, Jean Cayrol, Luc Estang, Robert Morel, Louis Pauwels, P.-A. Lesort, Bernard Voyenne, bien d’autres encore, c’est la promotion de l’espérance17. » Mauriac explicite les différences avec sa génération :

  • 18 Mauriac (François), Bloc notes, 28 décembre 1964, Paris, Flammarion, 1968, p. 459-460.

Ce chrétien qui nous raconte une histoire n’escamote pas le mal : ni le mal physique, ni le mal moral, ni la chiennerie du sexe, mais tout ce qu’il regarde lui apparaît dans une lumière qui à moi m’a toujours manqué. Gilbert Cesbron est accordé au monde tel qu’il est. Il ne survole pas, comme j’ai toujours fait, le problème du mal, m’en remettant à une promesse, me fiant à une parole. Il ne se voile pas la face, il ne la détourne pas non plus. Ce « Tout est grâce ! » que j’aurai toute ma vie répété les yeux fermés, il le répète lui aussi, mais les yeux ouverts, sans jamais céder au dégoût, et débordant visiblement d’amour pour les créatures18

  • 19 Pons (Roger), « Le prêtre héros de roman ? », L’Anneau d’or, n° 63-64, mai-août 1955, dossier L’hom (...)
  • 20 Ibid., p. 235.
  • 21 Serry (Hervé), « 1945-1960, le plus jeune des grands », Les Éditions du Seuil. 70 ans d’histoires, (...)
  • 22 C’est au départ un dialogue pour le cinéma. Il paraît dans la collection des « Cahiers du Rhône » a (...)
  • 23 Estang (Luc), Présence de Bernanos, Paris, Plon, 1947, p. 37.

9Il dégage deux orientations au sein de la littérature d’inspiration catholique. La veine « personnelle » évoque l’individu face à ses interrogations, au drame du péché et de la grâce à l’opposé d’une autre veine, qui met en avant la communauté en lutte contre la dissolution et privilégie l’ordre et la morale. A cette littérature d’affirmation catholique s’oppose une littérature de recherche spirituelle, plus mystique. La première s’inscrit dans une logique d’édification où l’écrivain est un conducteur d’opinion alors que la seconde se réclame d’une logique d’incarnation où l’auteur est un éveilleur d’opinion. Elle s’appuie sur le roman à thèse à fondement idéologique en réaction à une société décadente en voie de sécularisation, alors que la deuxième promeut le roman psychologique, introspectif, aspirant à la conversion d’un monde non uniformément christianisé. La littérature de l’ordre et de la morale insiste sur la dimension culturelle et politique de l’adhésion alors que la littérature de la recherche spirituelle promeut la dimension esthétique et émotionnelle de l’adhésion. La littérature catholique est passée d’une littérature démonstrative à finalité sociale et morale due aux peurs face à un déclin national à une littérature de l’authenticité spirituelle, une littérature qui met en scène le drame de la foi. Le critique Roger Pons distingue ces deux veines par leur traitement de la figure du prêtre. Dans la première, celle de l’ordre et de la morale, le prêtre est « l’homme d’ici, le champion de la civilisation, le serviteur de la société humaine »19 alors que, dans la seconde, à l’instar de Bernanos, il est « Serviteur de Dieu, soldat d’une lutte surnaturelle, il a les yeux braqués sur l’essentiel, sur le destin des âmes20 ». La première héroïse un prêtre directeur de conscience, guide de sa paroisse. La seconde dévoile un prêtre apôtre et martyr, imitant la passion du Christ. Inspirée par la révolution romanesque de Bernanos, une nouvelle figure de clerc de papier émerge. Elle est le fruit d’une nouvelle figure d’écrivain catholique. Elle exprime la volonté de sortir du ghetto et promeut le paradoxe évangélique de l’humilité, de la dépossession qui introduit au Royaume, valeurs portées par le personnalisme. Estang s’inscrit dans cette veine sous l’héritage de Bernanos, dont il est d’ailleurs un biographe. Cette lignée est renforcée par le fait que le promoteur de la fiction au Seuil est Albert Béguin21. Le directeur des Cahiers du Rhône apporte avec lui des inédits de Bernanos (Le Dialogue des carmélites, paru en 194922) et des auteurs proches de sa revue comme Jean Cayrol, premier prix littéraire majeur du Seuil, le Renaudot, en 1947 avec Je vivrai l’amour des autres et qui accueille les premiers romans de Luc Estang. Pour lui, l’œuvre bernanosienne est inconcevable en dehors de la foi et son mérite est d’avoir enrichi les lettres françaises d’« une sève qui n’y circulait pas avant lui23 ».

10Nommé directement à la tête de La Croix par le pape face à la résistance de la rédaction au sujet de la condamnation de l’Action française en 1926, le père Merklen en change l’orientation et l’équipe, les faisant passer d’une ligne de défense de la citadelle catholique assiégée à une ligne évangélique, de conversion intérieure. Il faut alors témoigner du christianisme, escompter son effet d’entraînement comme action apostolique. Luc Bastard – Estang est un nom de plume – a été formé dans l’orphelinat des assomptionnistes d’Arras. Le père Merklen le recrute en 1934. En 1937, il publie son premier article de critique et se voit confier, après la guerre, les pages littéraires, contenant l’histoire, les arts et tous les sujets culturels. Aux goûts académiques du prédécesseur, il oppose un choix résolument novateur. Le poids d’une littérature morale et apologétique s’estompe au profit de choix esthétiques plus prononcés.

  • 24 « L’art est grand, très grand. Le sujet, des plus scabreux, est traité avec toute la délicatesse po (...)
  • 25 Prévost (Jean-Laurent), Le prêtre, ce héros de roman, Paris, Téqui, 1952, p. 65. La figure du P. Lo (...)
  • 26 Estang (Luc), Les fontaines du grand abîme, Paris, Livre de Poche, 1971, p. 321.
  • 27 Estang (Luc), Les Stigmates, Paris, Livre de Poche, 1967, p. 432.

11La trilogie romanesque d’Estang paraît de 1949 à 1954. Le premier roman Les stigmates (1949) obtient un bon succès critique et public24. Il met en scène Théodore Valentin, ancien séminariste qui doit sa réussite à un chantage et son beau-fils Augustin devenu prêtre. Il indique les deux directions où peut s’engager l’âme sacerdotale. Le père Lorraine, sulpicien, a longuement étudié la théologie morale. Il trouve le bonheur dans la fraction du pain, dans l’ineffable félicité d’une messe matinale, dans la dispensation minutieuse et fidèle des sacrements, fondé sur un perfectionnement intérieur et l’approfondissement de sa foi. Mais il a compris « qu’il faut porter à la multitude affamée de Dieu, et qui ne le reconnaît pas quand on le lui apporte, un Dieu consommable25 ». Ce sera l’œuvre du jeune Augustin, frappé par la misère sociale. Sa vocation de prêtre par amour des âmes déshéritées le mène à rêver d’œuvres en banlieue. Théodore Valentin ne comprend pas l’engagement de son beau-fils : « Qu’est-ce que ce christianisme encombré de soucis temporels, ce sens nouveau prêté au mot d’incarnation et de salut, cette subordination de la charité à la justice, cette résignation réduite à une patience combative, cette gigantesque ombre portée de la croix, non plus seulement dans le secret d’une conscience, mais aussi sur la tranquillité des sociétés26 ? ». Estang promeut un christianisme qui affirme que « tous les destins sont solidaires, reliés entre eux comme les fils d’une toile d’araignée. Le dogme de la communion des saints n’est rien d’autre que l’exaltation surnaturelle de cette vérité naturelle27. ». La logique de l’incarnation domine : tous les hommes, surtout les plus pauvres, les plus misérables, les plus pécheurs sont des frères dans le Christ, des figures du Christ. Cet ensemble organisé de significations est lié à une certaine vision théologique. Cette vision du monde trouve sa source dans la libération du pays, qui marque une rupture avec le catholicisme intransigeant et défensif. Des catholiques eurent le sentiment qu’un moment unique offrait la possibilité de renouer les liens entre le catholicisme et la modernité en changeant le contenu de la culture alternative à la modernité que l’Église propose. Cette littérature s’inscrit dans une tentative prophétique de retrouvailles entre l’Église et le peuple.

  • 28 Duployé (Pie), La littérature dans le Royaume de Dieu, Paris, Bibliothèque de l’homme d’action, 196 (...)
  • 29 Mauriac (François), « Préface », à Graham Greene, La puissance et la gloire, Paris, Robert Laffont, (...)
  • 30 Ibid., p. 6.
  • 31 Blanchet (André), « La critique littéraire », Études, t. 291, 1956, p. 263. Numéro du centenaire.
  • 32 Estang (Luc), Le passage du Seigneur, Paris, R. Laffont, 1945, p. 93-94.
  • 33 Jean Vigneron, « Dieu dans la littérature contemporaine », La Croix, 13 nov. 1953, p. 4.

12Les années 1950 marquent donc l’émergence d’une nouvelle génération d’écrivains d’inspiration catholique et l’aboutissement d’une approche fictionnelle inspirée largement par Bernanos. « L’écrivain catholique » revendique à la fois son appartenance à l’Église et son autonomie. Écrivains, penseurs et artistes catholiques s'expriment dans une fonction de mobilisation des militants catholiques tant dans la défense de l’Église que dans un projet de reconquête de la société : fonder une nouvelle chrétienté. Mais rares sont ceux qui comme le dominicain Pie Duployé affirment : « il y a place, dans l’Église catholique, pour une affirmation qui n’est celle ni des théologiens, ni des pasteurs, ni des catéchètes, mais qui est proprement l’affirmation des prophètes. L’exemple de Bernanos, comme celui de Péguy, comme celui de Mounier, nous montre bien […] qu’un tel témoignage ne peut être que le fait de laïcs, et qu’il est peu vraisemblable que, sous la forme prophétique dans laquelle il a été délivré, un tel témoignage soit jamais entendu dans un concile28. ». Mauriac l’explicite dans sa préface au roman de Graham Greene, La puissance et la gloire, traduit en français en 1948 : « Nous sentons que c’est cela, cette présence cachée de Dieu dans un monde athée, cette circulation souterraine de la Grâce, qui éblouit Graham Greene, bien plus que la façade majestueuse que l’Église temporelle dresse encore au-dessus des peuples29. ». Il résume ainsi ce qui est le cœur de cette littérature, ce qui est aussi le motif de son rejet par certains : « Ce que nous montre cet extraordinaire livre, c’est, si j’ose dire, l’utilisation du péché par la Grâce30 ». A un moment où « L’écrivain […] ne sépare plus la littérature de la vie, et ses ouvrages font connaître, défendent et propagent une conception totale de l’existence […]. L’écrivain est devenu un "directeur de conscience"31 ». Estang en témoigne : « Je craignais seulement que le Dogme ne figeât l’intelligence et que la Morale ne tarît les sources du cœur. Je redoutais enfin que ne pussent se concilier les prétentions d’art à quoi j’entendais demeurer fidèle, les libertés de pensée, de sentiment, d’expression et les disciplines religieuses32 », écrit-il en 1949. Cette insistance sur ce « tout est grâce », la place accordée aux laïcs, les drames du clergé, l’intervention dans l’histoire apparaissent comme autant de nouveautés portées à la fois par une philosophie, le personnalisme, une apostolique, les prêtres-ouvriers, une littérature, la veine spirituelle, et une théologie renouvelée, l’incarnation. Au cœur de l’héritage des « “quatre grands prophètes” : Bloy, Péguy, Claudel, Bernanos », s’inscrit une « conscience profonde de la communion des Saints », « il faut se sauver ensemble ». [Le désir des écrivains] n’est plus d’être vus, mais de voir Dieu et son royaume. [Ils] sont en attente, sans cesse tournés vers l’avènement, vers la fin des temps33. ». Mais l’Église reste obsédée par l’hérésie et attachée à un néo-thomisme résolument a-historique qui favorise les écrivains de la veine d’affirmation.

  • 34 Toupin-Guyot (Claire), Modernité et christianisme. Le Centre catholique des intellectuels français (...)
  • 35 Toupin-Guyot (Claire), Ibid., vol.1, p. 187.
  • 36 Lettre du cardinal Pizzardo à Mgr Feltin du 21 juin 1956. Archives Emile Berrar. Toupin-Guyot (Clai (...)

13Au milieu des années 1950, Rome met fin à l’expérience apostolique des prêtres ouvriers, condamne les avancées théologiques des jésuites de Fourvière en 1950 (de Lubac,…) et des dominicains du Saulchoir en 1954 (Chenu et Congar) et met à l’index des romans de la seconde veine. Régulièrement dénoncées par des auditeurs ou par La France catholique, les activités du Centre Catholique des Intellectuels Français font l’objet d’une reprise en main en 1956. L’abbé Berrar, l’aumônier du mouvement, est convoqué à Rome devant le Saint-Office34. Car le CCIF accorde une place de plus en plus importante aux nouveautés théologiques et à la production littéraire la plus récente. Deux auteurs y sont particulièrement présentés, quatre débats étant consacrés à Graham Greene et sept à Bernanos35. Le Saint-Office dénonce un manque d’équilibre entre les invités. Le CCIF doit alors soumettre la liste pour le débat de 1956 dont le thème est « Monde moderne et sens du péché ». Les invités prévus sont Albert Béguin, Luc Estang, Julien Green, Gabriel Marcel et François Mauriac. Le Saint-Office rejette ceux qui « ont fait mauvaise impression sur l’opinion catholique ou qui ont encouru le blâme du Saint-Office pour des écrits touchant certains principes moraux, tels que […] Messieurs François Mauriac, Gabriel Marcel, Albert Béguin, Luc Estang et Julien Green. On aura ainsi l’occasion d’ouvrir ces Semaines à un nombre toujours plus grand d’intellectuels catholiques français dont la doctrine est au-dessus de tout soupçon36 ». Béguin et Green se désistent d’eux-mêmes. Mauriac n’est pas sollicité. Le Cardinal Pizzardo en prend acte :

  • 37 Lettre du cardinal Pizzardo à Mgr Feltin du 25 juin 1956. Archives Emile Berrar. Cité en annexe de (...)

Je tiens à remercier vivement Votre Éminence pour le concours efficace qu’Elle a apporté au Saint-Office en obtenant du Comité que M. Albert Béguin et Monsieur Julien Green soient remplacés et que des conférenciers d’autres tendances soient invités. En ce qui concerne M. Luc Estang et M. Gabriel Marcel, le Saint-Office s’en remet à la haute sagesse de Votre Éminence, et n’entend pas, étant donné le point où en sont déjà les démarches auprès d’eux, insister sur l’exclusive qu’il avait prononcée à leur sujet le 21 juin. Je profite de l’occasion pour prier Votre Éminence d’user de son influence pour persuader le Comité d’inviter à l’avenir des personnalités catholiques dont la doctrine soit très sûre, et dont le témoignage personnel soit au-dessus de tout soupçon37.

14Au milieu des années 1950, le Saint-Office ne peut être insensible à cette floraison de romans sacerdotaux et surveille la veine « personnelle ». Aux yeux de la papauté, cette veine littéraire participe d’un ensemble de nouveautés théologiques et apostoliques largement perçu comme déviant. Il y eut bien une résistance romaine aux nouveautés françaises dans les années 1950. La reprise en main est réelle même si les condamnations se font discrètes et au coup par coup. Luc Estang en est une victime.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Blanchet (André), « La critique littéraire », Études, t. 291, 1956, p. 263.

Duployé (Pie), La littérature dans le Royaume de Dieu, Paris, Bibliothèque de l’homme d’action, 1962, p. 10-11.

Estang (Luc), « Gide et les chrétiens », La Croix, 4-5 mars 1951, p. 3.

Estang (Luc), « Les Stigmates », La Croix, 26 juin 1950.

Estang (Luc), Le passage du Seigneur, Paris, Robert Laffont, 1945.

Estang (Luc), Les fontaines du grand abîme, Paris, Livre de Poche, 1971.

Estang (Luc), Les stigmates, Paris, Livre de Poche, 1967.

Estang (Luc), Présence de Bernanos, Paris, Plon, 1947.

Estève (Michel), « Notes », dans Georges Bernanos, Œuvres romanesques, Paris, Gallimard – La Pléiade, 1961.

Guissard (Lucien), « La Croix et la littérature », dans Cent ans d’histoire de La Croix (1883-1983), sous la direction de Rémond (René) et Poulat (Émile), Paris, Le Centurion, 1988.

Guissard (Lucien), « Les Fontaines du grand abîme », La Croix, 4-5 juillet 1954.

Hamel (R.), P.S.S., « Gide », dans Catholicisme : hier, aujourd'hui, demain, sous la dir. de G. Jacquemet t. V, Paris, Letouzey et Ané, 1963, p. 5.

Mauriac (François), « Les dernières colonnes de l’Église », Le Figaro, 17 mai 1949, dans La paix des cimes. Chroniques 1948-1955, Paris, Bartillat, 1999, p. 106.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mauriac (François), « Préface », dans Graham Greene, La puissance et la gloire, Paris, Robert Laffont, 1948, p. 8.
DOI : 10.1016/0094-5765(85)90087-6

Mauriac (François), Bloc notes, 28 déc. 1964, Paris, Flammarion, 1968.

Pitette (Yves), Biographie d’un journal La Croix, Paris, Perrin, 2011.

Pons (Roger), « Le prêtre héros de roman ? », L’Anneau d’or, n° 63-64, mai-août 1955, p. 234.

Prévost (Jean-Laurent), Le prêtre, ce héros de roman, Paris, Téqui, 1952.

Rimaud (Jean), « Cherchant qui dévorer », Études, février 1952, p.283.

Schloesser (Stephen), S.J., « Altogether Adverse », America. The national catholic weekly, 11 nov. 2000.

Serry (Hervé), Les Éditions du Seuil. 70 ans d’histoires, Paris, Seuil-IMEC, 2007.

Toupin-Guyot (Claire), Modernité et christianisme. Le Centre catholique des intellectuels français (1941-1976). Itinéraire collectif d’un engagement, Thèse sous la direction d’Étienne Fouilloux, Université Lyon 2, 2000.

Vigneron (Jean), « Dieu dans la littérature contemporaine », La Croix, 13 novembre 1953, p. 4.

Haut de page

Notes

1 Estang (Luc), Journal, 16 juin (1954), Bibliothèque nationale de France (bnf) Manuscrits.

2 « [Afin] “que le scandale ne rejaillisse pas sur La Croix” », note Estang dans son Journal.

3 Lettre de Luc Estang à Mgr Feltin du 9 juin 1950, Archives Historiques de l’Archevêché de Paris (ahap).

4 Estang (Luc), Journal, 16 juin (1954), bnf Manuscrits.

5 Estang (Luc), « Les Stigmates », La Croix, 26 juin 1950.

6 Lettre du Card. Pizzardo à Mgr Feltin du 1er mars 1955, ahap.

7 Lettre de Mgr Potevin à Luc Estang, 1er juin 1954. ahap.

8 Lettre de Luc Estang à Mgr Potevin du 2 juillet 1954. ahap.

9 « Hélas ! Hélas ! La page est tournée […] le dimanche des Rameaux, 3 avril, a paru dans La Croix ma dernière chronique […] la séparation est consommée après 21 ans accomplis […] Je souffre comme d’une amputation. ». Estang (Luc), Journal, avril 1955, bnf Manuscrits.

10 Estang (Luc), « Gide et les chrétiens », La Croix, 4-5 mars 1951, p. 3.

11 R. Hamel, p. S.S., « Gide », dans Catholicisme : hier, aujourd'hui, demain, sous la dir. de G. Jacquemet, t. V, Paris, Letouzey et Ané, 1963, p. 5.

12 Ibid., t. V, p. 5.

13 « Son œuvre romanesque avait déplu à certaines autorités ecclésiastiques. Il allait poursuivre sa carrière d’écrivain et commencer celle de directeur littéraire aux éditions du Seuil ». Lucien Guissard, « La Croix et la littérature », dans Cent ans d’histoire de La Croix 1883-1983, Rémond (René) et Poulat (Émile) (Dir.), Paris, Le Centurion, 1988, p. 423.

14 Pitette (Yves), Biographie d’un journal La Croix, Paris, Perrin, 2011, p. 201-202.

15 « On Nov. 17, 1953, the secretary of the Holy Office, Cardinal Giuseppe Pizzardo, sent a letter to the Archbishop of Westminster, Cardinal Bernard Griffin. “Graham Greene’s book THE POWER AND THE GLORY,” it began, “published in London in 1940 and afterwards translated into several languages, has been denounced to this Sacred Congregation.” Although “their eminences of the Holy Office” had borne in mind the fact that the author was “a convert from protestantism,” their verdict was nonetheless “altogether adverse to” the novel. While the author’s intention had been “to bring out the victory of the power and the glory of the Lord in spite of man’s wretchedness,” this aim had not been achieved. Rather, “the latter element” — that is, human wretchedness ­— had appeared “to carry the day” in a way that did injury “to certain priestly characters and even to the priesthood itself.” Moreover, the novel portrayed a state of affairs so “paradoxical” and “erroneous” that it would disconcert “unenlightened persons” who formed “the majority of the readers.” In conclusion, the Holy Office begged the archbishop of Westminster to use his “accustomed tact” while informing Mr. Greene of “the unfavourable verdict of the Holy See on his book.” The archbishop was to exhort Greene “to be more constructive from a Catholic point of view in his writings, as all good people expect[ed] him to be.”. » (Schloesser (Stephen, S.J.), « Altogether Adverse », America. The national catholic weekly, 11 nov. 2000.)

16 Mauriac (François), « Les dernières colonnes de l’Église », Le Figaro, 17 mai 1949, La paix des cimes. Chroniques 1948-1955, Paris, Bartillat, 1999, p. 106.

17 Mauriac (François), « Le malentendu », Le Figaro, 23 mai 1949, Ibid., p. 108-109.

18 Mauriac (François), Bloc notes, 28 décembre 1964, Paris, Flammarion, 1968, p. 459-460.

19 Pons (Roger), « Le prêtre héros de roman ? », L’Anneau d’or, n° 63-64, mai-août 1955, dossier L’homme de Dieu, p. 234.

20 Ibid., p. 235.

21 Serry (Hervé), « 1945-1960, le plus jeune des grands », Les Éditions du Seuil. 70 ans d’histoires, Paris, Le Seuil, p. 34.

22 C’est au départ un dialogue pour le cinéma. Il paraît dans la collection des « Cahiers du Rhône » au Seuil. Michel Estève, « Notes », dans Georges Bernanos, Œuvres romanesques, Paris, Gallimard – La Pléiade, 1961, p. 1918.

23 Estang (Luc), Présence de Bernanos, Paris, Plon, 1947, p. 37.

24 « L’art est grand, très grand. Le sujet, des plus scabreux, est traité avec toute la délicatesse possible. […] La doctrine est orthodoxe. Le péché est bien le péché et peint sans complaisance. Mais n’y a-t-il pas quelque complaisance à désespérer ou à rendre l’espérance trop difficile ? » (Rimaud (Jean) « Cherchant qui dévorer », Études, février 1952, p. 283).

« La vie est sans doute ce dosage visqueux de mal et de bien que notre écrivain veut transporter dans le roman. Mais est-il bien nécessaire de tant appuyer les ombres et, parfois avec un tel luxe de détails ? Je sais que le romancier chrétien […] appelle le mal par son nom et ainsi témoigne déjà pour le bien. […] le troisième volume de cette trilogie penche vers le bien. En définitive la grâce est la plus forte […] Luc Estang a remué de larges pans de boue humaine ; il a regardé en face des souffrances et des culpabilités. Mais il proclama le mystérieux triomphe de Dieu. ». (Guissard (Lucien), « Les fontaines du grand abîme », La Croix, 4-5 juillet 1954.)

25 Prévost (Jean-Laurent), Le prêtre, ce héros de roman, Paris, Téqui, 1952, p. 65. La figure du P. Lorraine est le double littéraire du P. Merklen. Y. Pitette, op. cit., p. 136.

26 Estang (Luc), Les fontaines du grand abîme, Paris, Livre de Poche, 1971, p. 321.

27 Estang (Luc), Les Stigmates, Paris, Livre de Poche, 1967, p. 432.

28 Duployé (Pie), La littérature dans le Royaume de Dieu, Paris, Bibliothèque de l’homme d’action, 1962, p. 10-11.

29 Mauriac (François), « Préface », à Graham Greene, La puissance et la gloire, Paris, Robert Laffont, 1948, Livre de Poche, p. 8.

30 Ibid., p. 6.

31 Blanchet (André), « La critique littéraire », Études, t. 291, 1956, p. 263. Numéro du centenaire.

32 Estang (Luc), Le passage du Seigneur, Paris, R. Laffont, 1945, p. 93-94.

33 Jean Vigneron, « Dieu dans la littérature contemporaine », La Croix, 13 nov. 1953, p. 4.

34 Toupin-Guyot (Claire), Modernité et christianisme. Le Centre catholique des intellectuels français (1941-1976). Itinéraire collectif d’un engagement, Thèse sous la dir. d’Etienne Fouilloux, Université Lyon 2, 2000, vol. 1, p. 267-269.

35 Toupin-Guyot (Claire), Ibid., vol.1, p. 187.

36 Lettre du cardinal Pizzardo à Mgr Feltin du 21 juin 1956. Archives Emile Berrar. Toupin-Guyot (Claire), Ibid., p. 269.

37 Lettre du cardinal Pizzardo à Mgr Feltin du 25 juin 1956. Archives Emile Berrar. Cité en annexe de Toupin-Guyot (Claire), Ibid. Les deux hommes sont remplacés par André Frossard et Gustave Thibon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Résistances romaines au personnalisme ? La condamnation de la trilogie romanesque de Luc Estang », COnTEXTES [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://contextes.revues.org/5559 ; DOI : 10.4000/contextes.5559

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

CERHIC-Université de Reims et CEIFR-EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page