Navigation – Plan du site

Les inventions personnalistes

Frédéric Gugelot, Cécile Vanderpelen-Diagre et Jean-Philippe Warren

Texte intégral

1Ce numéro spécial consacré aux héritages du personnalisme – ou plutôt des personnalismes – chrétiens dans les expressions culturelles et artistiques au xxe siècle est né d’un constat : la confusion systématique qui entoure le concept de « personnalisme » et l’interprétation parfois douteuse qui est donnée de ses pratiques, embrouillamini qui apparaît d’ailleurs comme une des raisons de sa dilution, pour ne pas dire parfois de son absence comme objet de recherche. Pour remédier à cette carence d’analyses, il fallait passer au crible de la contextualisation historique les multiples références et citations à ce courant de pensée qui parsèment les xixe et xxe siècles.

  • 1 À titre d’exemple : Espagne: Congreso Iberoamericano de Personalismo, Encuentro de la Asociación Ib (...)

2Des premiers écrits philosophiques qui en appellent à un recentrage sur la « personne » jusqu’à aujourd’hui, les textes porteurs de signifiants et de signifiés puisés consciemment ou inconsciemment dans les différents mouvements qui ont initié, creusé et prolongé cette veine sont légion. On ne compte plus les centres d’études qui, dans une confusion assumée, font de la recherche sur le personnalisme, tout en essayant de trouver des solutions pour l’appliquer, surtout dans les pays à forte tradition catholique1. Mais quelle est exactement la généalogie de cette filiation de pensée ? Quels sont les facteurs qui expliquent sa diffusion dans pratiquement tous les domaines des sciences humaines, ainsi que dans des expressions artistiques fort variées ? Comment, surtout, distinguer dans les doxas partageant avec les personnalismes des convictions communes (amour divin personnalisé, antilibéralisme, idéal révolutionnaire, réticence à l’égard des institutions, etc.), les héritages réels du personnalisme chrétien ? Qui plus est cette confusion n’apparaît-elle pas aussi comme une des raisons de la dilution, pour ne pas dire parfois de la disparition comme en France, du « personnalisme » ?

3Ces questions imposent d’exclure une démarche comparatiste un peu mécanique au profit d’une méthode qui cherche plutôt à mettre aux jours les relations interpersonnelles, les réseaux et les filiations de pensée.

Un refus fondateur

  • 2 Schotsmans (Paul), « Personalism in Medical Ethics », Is personalism still alive in Europe ?, numér (...)
  • 3 Burke (Cormak), « Personnalisme et divers aspects de la jurisprudence », Revue de droit canon (Stra (...)
  • 4 Bartoli (Henri), L’économie dans la revue Esprit: de la révolution personnaliste à un réformisme da (...)
  • 5 Il existe une écologie personnaliste illustrée par Bernard Charbonneau et Jacques Ellul (Roy (Chris (...)
  • 6 Boudic (Goulven), Esprit, 1944-1982 : métamorphoses d'une revue, Paris, Éditions de l’imec, 2005, p (...)
  • 7 Ackermann (Bruno), « Explorations personnalistes », Études de lettres, 3-4, Autour de la poétique d (...)
  • 8 Meunier (E.-Martin), Le pari personnaliste, Montréal, Fides, 2007.

4L’ascendant personnaliste est très marqué dans les branches de la politique, mais aussi de l’éthique2, du droit3, de l’économie4 et de l’écologie5. Cette arborescence personnaliste s’explique par le choix d’abandonner la perspective partisane immédiate pour se tourner vers des formes infrapolitiques d’engagement ou vers des formes d’engagement intellectuel dissociées des cadres partisans6. En effet, le personnalisme ne trouve pas sa validation dans une institution, politique ou ecclésiale, ou dans une fidélité à un chef, mais dans une revendication de filiation au sein d’une pensée qui se veut accueillante. Cette ouverture explique le pluralisme du personnalisme, sa capacité à intégrer à la fois l’innovation et la contestation. Nourris des textes se revendiquant du personnalisme, des hommes et des femmes ont su y trouver non pas une école, au sens classique du terme, mais une philosophie diffuse de l’engagement qui leur permettait de sortir des « dérives de l’idéalisme abstrait et du matérialisme dialectique7 ». Cette éthique personnaliste est sans doute l’aspect de l’œuvre des Jacques Maritain, Emmanuel Mounier, Paul-Louis Landsberg, Nicolas Berdiaeff et Denis de Rougemont – car il s’agit bien d’une œuvre collective – qui a trouvé le plus grand nombre d’adeptes et a été la plus continuée – que l’on pense seulement à Jean Lacroix, Maurice Nedoncelle, Georges Bastide, Tadeuz Mazowiecki, Georgio La Piara, Emmanuel Lévinas, Martin Buber, Paul Ricœur ou encore Karol Wojtyla, futur Jean-Paul ii8. On ne saurait trop insister sur l’influence durable de la vision de l’homme et de la société élaborés par Mounier et ses thuriféraires sur l’histoire de l’Europe au xxe siècle. Cet héritage fut également assumé par nombre d’hommes politiques démocrates-chrétiens aux parcours les plus divers, comme Vaclav Havel, Jacques Delors, ou plus récemment Herman Van Rompuy, qui déclarait lors d’une conférence en 2009 :

Par ailleurs, en donnant trop d’importance à l’autorité, l’on risque de créer la situation où les hommes vivent encore plus pour eux-mêmes et reportent sur les autres, et in fine sur l’État, le souci du prochain. Si cette préoccupation n’est plus un devoir personnel et de la société, mais devient un devoir exclusif de l’État, nous versons tout bonnement dans l’État-providence, lui qui non seulement répartissait largement la prospérité, mais qui accaparait en outre toutes les responsabilités. C’est ainsi que la politique moderne s’est retrouvée prisonnière d’une fausse image du citoyen, l’image de quelqu’un qui doit être flatté et à qui il ne faut plus rappeler les devoirs qui sont assortis aux droits.

  • 9 Van Rompuy (Herman), « Du personnalisme à l’action politique », Grandes conférences catholiques, dé (...)

Le personnalisme attache notamment beaucoup d’importance à la famille et à cette société civile. Tout d’abord parce que c’est au sein des autoorganisations que l’homme devient une « personne »9.

  • 10 Ce qui permet l’énonciation, chez chaque penseur s’inscrivant dans ce courant, de principes plus sp (...)
  • 11 Le processus est évidemment poussé à l’extrême avec Hegel puis Charles Darwin, pères fondateurs d’u (...)
  • 12 Loubet del Bayle (Jean-Louis), Les non-conformistes des années 30, revu et actualisé par l’auteur, (...)

5En fait, on peut dire que la véritable originalité du personnalisme est l’absence de soumission à toute autorité qui ne soit pas « vivante » et « personnelle »10. Ce qui la caractérise en propre, c’est une réaction contre le déterminisme et le réductionnisme imposés par une modernité philosophique qui intègre l’homme dans le phénomène naturel au point de l’y perdre et surtout, d’oublier son caractère spirituel distinctif11. Ce refus fondateur trouvera un écho retentissant pendant la grande crise de 1929, crise qui se répercute dans les domaines de la culture et du politique. Les propositions de redressement, de changements prolifèrent. Toutes s’inscrivent dans une critique radicale du monde tel qu’il est, c’est-à-dire d’une société bourgeoise perçue à la fois, paradoxalement, comme niveleuse et inégalitaire. Le personnalisme paraît alors d’abord comme un non-conformisme12 et trouve une audience inédite pour ceux et celles qui tentent de définir un programme à distance à la fois de l’anonymat de la masse et de la solitude de l’individu.

  • 13 Durand (Jean-Dominique), L’Europe de la démocratie chrétienne, Bruxelles, Éditions Complexe, 1995, (...)

6Pour y parvenir, ces gens forgent une doctrine qui se situe au carrefour de plusieurs philosophies ; en France, celles de Jacques Maritain, Jacques Chevalier et Emmanuel Mounier auront une influence déterminante avec, cependant, des inflexions propres, notamment en ce qui concerne la méfiance à l’égard des partis confessionnels et de l’État. Le fait que Mounier tente de poursuivre la parution d’Esprit après la défaite de 1940 est symptomatique d’une certaine distanciation à l’égard du contexte et du temporel. Ce qui ne l’empêche pas de réfléchir à la formule la plus adéquate du vivre ensemble, et d’énoncer trois directions programmatiques qui feront florès. La première repose sur une organisation sociale basée sur des institutions communautaires impliquant une société pluraliste et permettant aux citoyens de s’épanouir au sein d’« organismes intermédiaires » ; la deuxième promeut une économie au service des personnes, héritière de l’enseignement social des papes; la troisième, enfin, veut mettre en place un internationnationalisme personnaliste visant au bien commun universel13.

  • 14 Bengtsson (Jan Olof), The worldview of personalism. Origins and early development, Oxford, Oxford U (...)

7Étant donné la malléabilité, voire l’élasticité du personnalisme, il est évidemment délicat de distinguer les filiations et les aires géographiques et procéder à des classifications. À l’échelle mondiale, deux tendances se démarquent essentiellement : le personnalisme américain initié par Borden Parker Bowne et l’école française de Jacques Maritain et Emmanuel Mounier14. Ainsi, le personnalisme de tendance presbytérienne anglais tel qu’on le retrouve dans le roman de l’Écossaise Elizabeth Hyde Campbell reste très différent de celui qui inspire les romanciers personnalistes francophones. Il n’empêche, cependant, que l’objectif avéré de l’intrigue consiste à peu près toujours à dévoiler la nécessité de l’action dans le siècle, mais une action « mystique » selon le terme d’Henri Bergson, c’est-à-dire capable de « traduire en représentations l’émotion particulière d'une âme qui s'ouvre, rompant avec la nature qui l'enfermait à la fois en elle-même et dans la cité ».

  • 15 Bergson (Henri), Les deux sources de la morale et de la religion [1932], Paris, Les Presses univers (...)

À nos yeux, affirmait Bergson, l'aboutissement du mysticisme est une prise de contact, et par conséquent une coïncidence partielle, avec l'effort créateur que mani­feste la vie. Cet effort est de Dieu, si ce n'est pas Dieu lui-même. Le grand mystique serait une individualité qui franchirait les limites assignées à l'espèce par sa matérialité, qui continuerait et prolongerait ainsi l'action divine15.

  • 16 Fouilloux (Étienne), Une Eglise en quête de liberté: la pensée catholique française entre modernism (...)

8Les œuvres dites personnalistes veulent changer le monde par en dedans, pas seulement en dénoncer les turpitudes. Et c’est bien là la force des courants qui intègrent recherche spirituelle et implication dans la communauté : le « parti pris d’incarnation et d’engagement dans les combats douteux du siècle16 ». Le rejet du système parlementaire et du système des partis, l’insoumission à toute autorité institutionnelle qui accompagnent une prise de position résolument engagée font apparaître cependant une difficulté presque aporétique : comment traduire au quotidien des idéaux collectifs sans succomber aux abstractions, aux réifications et aux rationalisations de la vie moderne ? Comment incarner la spiritualité la plus haute dans le turf le plus élémentaire de la destinée humaine ? Dans le domaine de la politique comme dans celui des arts, les personnalistes tenteront de définir une façon d’être au monde qui fasse la part pleine à l’incarnation tout en sauvegardant la nécessaire ouverture aux questions spirituelles.

Une esthétique personnaliste ?

  • 17 Mounier (Emmanuel), Manifeste au service du personnalisme (1936), Paris, Seuil, 1961, en ligne : ht (...)

9L’une des formes d’engagement de l’intellectuel catholique au xxe siècle fut sans conteste l’art, et en particulier la poésie et le roman. Parce qu’ils veulent imposer une nouvelle manière de voir l’homme, les personnalistes doivent inventer un langage qui rende compte de toute la profondeur que recèle chaque personne. Ils doivent montrer la recherche des significations profondes des personnes et des communautés, en disant autre chose que le biologique, le social et le psychologique et, pour cela, utiliser des moyens picturaux, cognitifs, narratifs, poétiques et sémiotiques qui puissent faire voir « la protestation du mystère17 ».

10De fait, les œuvres que leur auteur ou les critiques qualifièrent de personnalistes étaient reconnues pour être effectivement parvenues à communiquer le mystère de la vie, son caractère insondable, sa puissance indicible. Elles auraient su soulever des enjeux liés à la spiritualité et à la foi, mais aussi au devoir citoyen ou à l’amour du prochain. C’est le cas des poèmes de l’espagnol Miguel de Unamuno et du Sénégalais Léopold Sédar Senghor, des romans du Belge Étienne De Greeff et du français Luc Estang, lequel, dans son roman Passage du Seigneur, aurait réussi, selon un critique, à révéler les conséquences funestes d’un embourgeoisement de la morale :

  • 18 Sylvestre (Guy), « Récit d’un émouvant itinéraire », Notre Temps, 26 juillet 1947, p. 4.

Ce que Luc Estang a découvert, et ce qu’il nous invite à découvrir après lui, si nous ne l’avons encore fait, c’est une religion forte et vivante, la religion de Celui qui a dit : « Je suis la vérité et la vie ». […] Son livre est, à sa manière, une œuvre d’action catholique, parce que c’est une invitation à assumer notre pleine responsabilité de chrétiens et à travailler non seulement à notre salut, mais encore à celui de notre prochain. Sans employer le mot, Luc Estang nous propose une conception du catholicisme qui se rapproche de celle d’Emmanuel Mounier et qui est à la fois personnaliste et communautaire18

11Cette volonté de lier un style ou un récit à une mouvance idéologique au sein du monde chrétien n’a pas été sans remous ni tensions, comme nous l’apprend le retrait de la circulation des romans d’Estang, alors directeur littéraire de La Croix. Pendant que des critiques condamnaient la liberté plus ou moins licencieuse de certains écrivains, d’autres lecteurs réprouvaient la transformation des œuvres en romans à thèse. L’équilibre n’était pas facile à trouver entre l’idéal d’un acte créateur pur et spontané et la volonté de transmettre certaines valeurs et certains principes sociopolitiques et existentiels. Aussi, chez Mounier, par exemple, il apparaît clairement qu’il attend de l’œuvre deux fonctions bien précises : favoriser le dialogue, et permettre de voir le « surréel ». Sa position lors du débat qui occupe en 1949 les écrivains sur le faux Rimbaud, La chasse spirituelle, indique clairement que les enjeux du champ littéraire lui échappent.

  • 19 « Trois mots », Esprit, juillet 1949, p. 1115, cité par Jacques Charpentreau et Louis Rocher, L’est (...)

Rimbaud est un grand moment spirituel de notre temps, et rien de ce qui le touche ne nous est secondaire. Mais les petites vengeances de Mlle Acacia et les vacheries de l’un et les intrigues de l’autre, et tous ces coups de téléphone, réticences, émois, entrechats, complots et minauderies, et l’affairement épiscopal de M. André Rousseau, et si X... est vexé, et si Y... a reçu une tape, et si Paulhan est bien content, et si Gallimard ne l’est pas, Beigbeder, si nous leur disions un fois, pour que ce soit bien clair, entre Büchenwald et la bombe atomique; on s’en fout19.

  • 20 Voir notamment : Mengue (Philippe), « Deleuze et la question de la vérité en littérature », E-rea [ (...)

12Cette quête d’une pertinence sociale et spirituelle de l’œuvre s’arrime à une recherche parfois intense sur la langue, elle qui révèle et transmet la nouvelle présence au monde. Beaucoup choisissent d’utiliser le genre du témoignage, du journal de bord ou de l’autobiographie afin de raconter de manière concrète et incarnée l’engagement des protagonistes. D’autres se lancent dans une écriture plus littéraire. Outre le fait qu’elle extrait son auteur de la question – toujours délicate dans le monde catholique – de l’autorité de la parole laïque, la fiction procède des techniques capables de produire un « effet de vérité20 ». Comme l’explique Vincent Soulage, Philippe Warnier choisit dans La Décision d’écrire à la troisième personne et de suivre deux héros parce que cette méthode lui permet « plus de vérité et de liberté dans le récit ». Au Québec, Fernand Dumont écrit de la poésie, car celle-ci serait plus apte à signifier les béances de sens et plus malléable aux références métaphoriques. Enfin, des auteurs préfèrent adopter un style proche de l’oralité parce qu’il dirait mieux le mouvement d’une pensée vivante et ouverte au dialogue. Le groupe Vie Nouvelle creuse ainsi les langues de la liturgie et expérimente dans les années 1970 l’improvisation cérémonielle, mélangeant chants, musiques, poèmes incantations, homélies, passages de l’Évangile et échanges en groupes pour tenter de vivre ce que Vincent Soulage appelle « l’expérience d’une libération totale ».

  • 21 On notera qu’il clôt également la nouvelle Le Torrent (Montréal, Beauchemin, 1950) de l’écrivaine q (...)

13Bien que cette question devrait être approfondie, il semble que l’on puisse parler de thèmes récurrents. Parmi ceux-ci, le suicide, la maladie mentale et la solitude s’imposent. Le suicide est au centre du « mythe » de Saint-Denys Garneau et clôt l’histoire de La femme de Gilles de Madeleine Bourdhouxhe21. La maladie mentale constitue le thème central du roman La nuit est ma lumière du psychiatre Étienne De Greeff, comme la solitude est omniprésente dans les romans de Luc Estang. Mais, dans ces œuvres, il ne s’agit pas d’illustrer les affres de l’homme sans Dieu ni Église, mais bien de dénoncer l’adversité des humains coupés de leurs frères. Le chemin vers Dieu passe d’abord et avant tout par la découverte et l’amour pour son prochain. C’est dans les yeux de ce dernier que le pèlerin trouve les ressources d’une spiritualité renouvelée. La folie, la mort ou la solitude représentent des expériences-limites qui permettent de mettre en relief le besoin de sens, de liberté et de communion d’une humanité en quête perpétuelle d’elle-même. Dans le roman de Madeleine Bourdhouxhe, le suicide qui clôt le livre peut, comme le démontre Paul Aron, se lire comme la liberté laissée au personnage. On voit dans l’article de Gérard Fabre comment Albert Béguin contourne la question du suicide, qui pourrait se résumer à une hérésie, pour l’ériger en symbole politique qu’il sublime en évoquant le « monde troué » d’une époque moderne aveugle à la personne.

Le regard personnaliste

  • 22 Charpentreau (Jacques) et Rocher (Louis), L’esthétique personnaliste d’Emmanuel Mounier op. cit., p (...)

14S’il est assez difficile d’identifier ou circonscrire un « art personnaliste », les réflexions sur l’art sont davantage revendiquées22. C’est certainement dans le domaine de la critique artistique que les personnalistes ont été les plus prolifiques, les plus écoutés aussi. C’est très souvent la critique qui a décidé que tel ou tel roman (La femme de Gilles, par exemple, que son auteure n’a jamais revendiqué comme un « roman personnaliste ») était ou n’était pas personnaliste par son intrigue ou son esprit. On ne saurait trop dire, par ailleurs, à quel point la critique permet de moduler à l’envi l’interprétation du réel, dès qu’il ne s’agit plus d’en faire un simple outil de la casuistique comme c’était le cas de la critique catholique classique héritée de Tertullien, Bossuet ou l’abbé Bethléem.

15Une lecture rapide des procédés dialectiques mis en œuvre par les critiques se revendiquant du personnalisme ou fortement imprégnés de ces principes laisse penser que, d’une certaine manière, ils ont tant le pouvoir que la volonté de voir du personnalisme dans toute œuvre d’art. Il est certain qu’ils procèdent à une « christianisation » du profane typique d’un mouvement obligé de s’adapter à la sécularisation de la société. Dans le domaine littéraire, cette entreprise a une longue tradition, personnifiée naguère par l’abbé Bremond, Charles du Bos, Jean Calvet ou encore Guy Sylvestre, et dont le flambeau est repris dans les années 1960 par Charles Moeller, André Blanchet et Gilles Marcotte au Québec. Cependant, les personnalistes se singularisent souvent par le fait qu’ils n’invoquent pas forcément le dogme et ne se veulent pas des esprits rigidement confessionnels. La volonté de pénétrer dans la société pluraliste les oblige à se défaire des procédés prosélytes habituels et des nominations binaires séculaires qui partagent le monde entre le bien et le mal. Comme le montre très bien Clara Sadoun-Edouard, en dépit de leur érotisme débordant et de références chrétiennes qui tiennent surtout du blasphème, les romans de D. H. Lawrence sont accueillis avec enthousiasme par Esprit, qui y voit une cosmologie et une image des relations humaines en congruence avec ses valeurs. La quête des personnalistes ne vise pas tant à christianiser l’art que de l’utiliser pour imposer la remise en question de la société. L’obsession de l’action a pour conséquence de concevoir l’art essentiellement comme un outil.

  • 23 Bazin (André), « Le Voleur de bicyclette », Esprit, n° 161, novembre 1949, pp. 825-827.
  • 24 Vanderpelen (Cécile), « Parlez-moi de ce film que je ne saurais voir. Frans Weyergans, le cinéma, l (...)

16C’est visible dans la critique de cinéma où Esprit parvient véritablement à faire école (voir les liens d’Esprit avec les Cahiers du cinéma). Il n’est pas interdit de penser qu’il est particulièrement opportun d’investir cet art neuf, qui contrairement à la littérature, semble moins balisé par des institutions impénétrables. L’engouement des catholiques pour le cinéma s’explique en outre par le développement des ciné-clubs, pratique très prisée puisqu’elle autorise un encadrement efficace des pèlerins tout en favorisant leur rencontre « communautaire » (salles attenantes aux paroisses, commentateur qui fait l’exégèse du film, débats, etc.). Enfin, l’esthétique réaliste, même quand elle n’est pas pratiquée par des auteurs chrétiens, est perçue comme une révolution du regard. Comme le montre Mélisande Levantopoulos, la vérité des acteurs, le tournage dans la rue et la minimisation du scénario, permettent d’atteindre « l’illusion esthétique parfaite de la réalité23 » qui pour beaucoup de catholiques correspond « à ce que Mounier appelle la “vision concrète de l’homme” ». La caméra est revêtue du pouvoir de faire voir l’homme dans son essence, sans les artifices de la fiction. Pour l’écrivain catholique belge Franz Weyergans, le cinéma ira jusqu’à lui inspirer une nouvelle technique d’écriture dans ses romans où les narrateurs regardent en quelque sorte par l’objectif de la caméra, rendant, par les zooms et contre-plongés, au personnage, par diffraction, toutes les facettes de leur personne24.

Dire un supplément d’âme

17On l’aura compris, multiformes, les pensées personnalistes sont éminemment récupérables. D’autant que, dans beaucoup de cas, elles sont énoncées pour servir d’agrément à un éthos en construction, le discours vise alors à donner des garanties morales sur des pratiques qui n’ont pas vocation à un avoir. C’est clairement le cas de l’entreprise Olivetti qui, comme le montre Marco Maffioletti, intègre des éléments personnalistes dans sa vision entrepreneuriale, laquelle n’est pas exempte d’une tradition paternaliste. Certes, tous les courants et mouvements philosophiques et idéologiques sont passibles d’être dilués et travestis de la sorte. Mais le personnalisme évitant de donner des solutions précises et pratiques sur le fonctionnement social et économique (économie planifiée ou libéralisme par exemple) du monde est particulièrement exposé aux travestissements et aux récupérations. Sa volonté d’être une philosophie totale lui fait évidemment perdre en cohérence et surtout en lignes directrices. Il se noie dans l’idéologie, tout en la dénonçant.

18En voulant être partout, le personnalisme finit par ne se trouver nulle part. C’est ainsi que des critiques parlent du personnalisme de Dostoïevski ou d’Albert Camus, tandis que d’autres refusent de considérer les influences personnalistes dans l’œuvre de Georges Bernanos ou Graham Greene, ajoutant de la confusion à une situation déjà floue. Ce numéro spécial se veut par conséquent un premier déblaiement. Il cherche à comprendre quels ont été les apports du personnalisme à la construction d’une nouvelle littérature, d’un nouveau cinéma, d’un nouveau théâtre, d’une nouvelle critique d’art, d’une nouvelle esthétique. Il identifie quelques-uns de ses principaux passeurs, créateurs et animateurs. Enfin, il s’agit de démêler l’enchevêtrement des irrigations sans héritage et des inspirations sans revendications. Ce faisant, il sera possible de voir un peu plus clair dans le désordre d’un mouvement qui a occupé, au xxe siècle, une position enviable, mais instable, saluant des œuvres littéraires qui accomplissaient d’autant mieux ses desseins d’universalité qu’elles lui échappaient.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ackermann (Bruno), « Explorations personnalistes », Études de lettres, 3-4, Autour de la poétique de Paul Ricœur: à la croisée de l’action et de l’imagination, 1996, pp. 159-178.

Bartoli (Henri), L’économie dans la revue Esprit: de la révolution personnaliste à un réformisme dans le fil de l’histoire (1932-2007), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007 (« Economie et société »).

Bazin (André), « Le Voleur de bicyclette », Esprit, n° 161, novembre 1949, pp. 825-827.

Bengtsson (Jan Olof), The worldview of personalism. Origins and early development, Oxford, Oxford University Press, 2006 (« Oxford Theological Monographs »).

Bergson (Henri), Les deux sources de la morale et de la religion [1932], Paris, Les Presses universitaires de France, 1948.

Boudic (Goulven), Esprit, 1944-1982 : métamorphoses d’une revue, Paris, Éditions de l’imec, 2005.

Bouckaert (Luc), « The Project of a Personalistic economics », Is personalism still alive in Europe ?, numéro spécial Ethical Perspectives. Journal of the European Ethics Network, 6, Louvain, Peeters, 1999, p. 10-20.

Burke (Cormak), « Personnalisme et divers aspects de la jurisprudence », Revue de droit canon (Strasbourg), vol. 45 / 2, 1995, pp. 331-349.

Charpentreau (Jacques) et Rocher (Louis), L’esthétique personnaliste d’Emmanuel Mounier, Éditions ouvrières, 1966 (« La Vie nouvelle »).

Durand (Jean-Dominique), L’Europe de la Démocratie chrétienne, Bruxelles, Éditions Complexe, 1995.

Fouilloux (Étienne), Une Eglise en quête de liberté: la pensée catholique française entre modernisme et Vatican ii, 1914-1962, Paris, Desclée De Brouwer, 1998.

Loubet del Bayle (Jean-Louis), Les non-conformistes des années 30, revu et actualisé par l’auteur, Paris, Seuil, 2001 (1ère édition 1969).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mann (J. A.), « Personalism », in New catholic encyclopedia, Detroit: Thomson Gale, Washington: Catholic University of America, 2003, 2e éd., xi, pp. 152-153.
DOI : 10.1007/s00058-012-0483-0

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mengue (Philippe), « Deleuze et la question de la vérité en littérature », E-rea [Online], 1.2 | 2003, En ligne depuis le 15 octobre 2003, consulté le 6 juillet 2012. URL : http://erea.revues.org/371.
DOI : 10.4000/erea.371

Meunier (E.-Martin), Le pari personnaliste, Montréal, Fides, 2007.

Mounier (Emmanuel), Manifeste au service du personnalisme (1936), Paris, Seuil, 1961.

Pelletier (Denis), Économie et humanisme: de l’utopie communautaire au combat pour le tiers-monde 1941-1966, Paris, les Éd. du Cerf, 1996 (« Histoire »). 

Roy (Christian), « Ecological Personalism. The Bordeau School of Bernard Charbonneau and Jacques Ellul », in Is personalism still alive in Europe ?, numéro spécial Ethical Perspectives. Journal of the European Ethics Network, 6, Louvain, Peeters, 1999, pp. 33-44.

Schotsmans (Paul), « Personalism in Medical Ethics », Is personalism still alive in Europe ?, numéro spécial Ethical Perspectives. Journal of the European Ethics Network, 6, Louvain, Peeters, 1999, pp. 20-32.

Serry (Hervé), « Anne Hébert aux Éditions du Seuil : accueil et réception », Les Cahiers Anne Hébert, 2011, n° 10, pp. 57-77.

Sylvestre (Guy), « Récit d’un émouvant itinéraire », Notre Temps, 26 juillet 1947, p. 4.

Van Rompuy (Herman), « Du personnalisme à l’action politique », Grandes conférences catholiques, décembre 2009.

Haut de page

Notes

1 À titre d’exemple : Espagne: Congreso Iberoamericano de Personalismo, Encuentro de la Asociación Iberoamericana de Personalismo, Asociación Española de Personalismo (Université de Madrid) ; Argentine : Encuentro Iberoamericano de Personalismo Comunitario. Aussi, rien qu’en francophonie, paraissent aujourd’hui deux revues s’en revendiquant explicitement : Perso-Regards personnalistes, du Centre d’Action pour un Personnalisme Pluraliste (édité à Louvain-la-Neuve) et Les cahiers de l’atelier du personnalisme (également édités à Louvain-la-Neuve)

2 Schotsmans (Paul), « Personalism in Medical Ethics », Is personalism still alive in Europe ?, numéro spécial Ethical Perspectives. Journal of the European Ethics Network, 6, Louvain, Peeters, 1999, p. 20-32.

3 Burke (Cormak), « Personnalisme et divers aspects de la jurisprudence », Revue de droit canon (Strasbourg), vol. 45 / 2, 1995, p. 331-349.

4 Bartoli (Henri), L’économie dans la revue Esprit: de la révolution personnaliste à un réformisme dans le fil de l’histoire, 1932, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007 (« Economie et société ») ; Pelletier (Denis), Économie et humanisme: de l’utopie communautaire au combat pour le tiers-monde 1941-1966, Paris, les Éd. du Cerf, 1996, 529 p., (« Histoire ») et Luc Bouckaert, « The Project of a Personalistic economics », in Is personalism still alive in Europe ?, op. cit., p. 10-20.

5 Il existe une écologie personnaliste illustrée par Bernard Charbonneau et Jacques Ellul (Roy (Christian), « Ecological Personalism. The Bordeau School of Bernard Charbonneau and Jacques Ellul », in Is personalism still alive in Europe ?, op. cit., p. 33-44.

6 Boudic (Goulven), Esprit, 1944-1982 : métamorphoses d'une revue, Paris, Éditions de l’imec, 2005, p. 92.

7 Ackermann (Bruno), « Explorations personnalistes », Études de lettres, 3-4, Autour de la poétique de Paul Ricœur: à la croisée de l’action et de l’imagination, 1996, p. 159.

8 Meunier (E.-Martin), Le pari personnaliste, Montréal, Fides, 2007.

9 Van Rompuy (Herman), « Du personnalisme à l’action politique », Grandes conférences catholiques, décembre 2009.

10 Ce qui permet l’énonciation, chez chaque penseur s’inscrivant dans ce courant, de principes plus spécifiques. Bruno Ackermann appelle le « ternaire » : « estime de soi, sollicitude pour autrui, souhait de vivre dans des institutions justes » (« Exploration personnalistes», Études de lettres, 3-4, 1996, p. 178).

11 Le processus est évidemment poussé à l’extrême avec Hegel puis Charles Darwin, pères fondateurs d’un mouvement accusé d’enfouir l’identité de l’homme dans les collectivités (Mann (J. A.), « Personalism », in New catholic encyclopedia, Detroit: Thomson Gale, Washington: Catholic University of America, 2003, 2e éd., xi, p. 152-153.

12 Loubet del Bayle (Jean-Louis), Les non-conformistes des années 30, revu et actualisé par l’auteur, Paris, Seuil, 2001 (1ère édition 1969).

13 Durand (Jean-Dominique), L’Europe de la démocratie chrétienne, Bruxelles, Éditions Complexe, 1995, p. 119.

14 Bengtsson (Jan Olof), The worldview of personalism. Origins and early development, Oxford, Oxford University Press, 2006, (« Oxford Theological Monographs »).

15 Bergson (Henri), Les deux sources de la morale et de la religion [1932], Paris, Les Presses universitaires de France, 1948, p. 135.

16 Fouilloux (Étienne), Une Eglise en quête de liberté: la pensée catholique française entre modernisme et Vatican ii, 1914-1962, Paris, Desclée De Brouwer, 1998, p. 172.

17 Mounier (Emmanuel), Manifeste au service du personnalisme (1936), Paris, Seuil, 1961, en ligne : http://classiques.uqac.ca/classiques/Mounier_Emmanuel/manifeste_service_pers/mounier_manifeste_pers.pdf, p. 45. Consulté le 15 août 2012.

18 Sylvestre (Guy), « Récit d’un émouvant itinéraire », Notre Temps, 26 juillet 1947, p. 4.

19 « Trois mots », Esprit, juillet 1949, p. 1115, cité par Jacques Charpentreau et Louis Rocher, L’esthétique personnaliste d’Emmanuel Mounier, Éditions ouvrières, 1966, (« La Vie nouvelle »), page 105-106.

20 Voir notamment : Mengue (Philippe), « Deleuze et la question de la vérité en littérature », E-rea [Online], 1.2 | 2003, En ligne depuis le 15 octobre 2003, consulté le 6 juillet 2012. URL : http://erea.revues.org/371.

21 On notera qu’il clôt également la nouvelle Le Torrent (Montréal, Beauchemin, 1950) de l’écrivaine québécoise Anne Hébert, publiée dans Seuil (Serry (Hervé), « Anne Hébert aux Éditions du Seuil : accueil et réception ». Les Cahiers Anne Hébert, 2011, n° 10, p. 57-77)

22 Charpentreau (Jacques) et Rocher (Louis), L’esthétique personnaliste d’Emmanuel Mounier op. cit., p. 11.

23 Bazin (André), « Le Voleur de bicyclette », Esprit, n° 161, novembre 1949, pp. 825-827.

24 Vanderpelen (Cécile), « Parlez-moi de ce film que je ne saurais voir. Frans Weyergans, le cinéma, la littérature et le catholicisme (Belgique, 1945-1970) », Dialogues avec le cinéma. Approche interdisciplinaire de l’oralité cinématographique, Montréal, à paraître

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Gugelot, Cécile Vanderpelen-Diagre et Jean-Philippe Warren, « Les inventions personnalistes », COnTEXTES [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://contextes.revues.org/5571 ; DOI : 10.4000/contextes.5571

Haut de page

Auteurs

Frédéric Gugelot

CERHIC-Université de Reims-CEIFR-EHESS

Articles du même auteur

Cécile Vanderpelen-Diagre

Université libre de Bruxelles-CIERL

Articles du même auteur

Jean-Philippe Warren

Université de Concordia (Montréal)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page