Navigation – Plan du site

Apostolat, transcendance, dialogue : Réflexions autour de la critique littéraire catholique québécoise de 1935 à 1955

Jean-Philippe Warren

Résumé

De 1930 à 1960, l’affirmation d’un champ littéraire ayant ses règles propres s’est faite pour plusieurs écrivains québécois à travers la sublimation de la foi chrétienne. Ce n’est pas en réclamant le droit à l’écrivain catholique d’être fidèle à son œuvre, mais en réclamant le droit à l’écrivain catholique d’être fidèle à lui-même que des critiques littéraires canadiens trouveront le moyen de libérer la littérature de l’emprise cléricale tout en ayant l’impression, par ce choix même, de servir l’avenir de l’Église. Pour mieux scander les étapes de cette histoire, cet article se penche sur la pensée esthétique de trois critiques littéraires. Les écrits de Carmel Brouillard, Guy Sylvestre et Gilles Marcotte correspondent en effet à trois moments de la conscience esthétique catholique, moment qui trouvent à s’exprimer dans les notions de morale, transcendance et dialogue. C’est ainsi qu’en revenant à ces trois auteurs, cet article entend dégager des postures et des sensibilités esthétiques canadiennes-françaises qui distinguent la critique catholique dans les années charnières qui précèdent et suivent immédiatement la Deuxième Guerre mondiale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Serry (Hervé), « Le double jugement de l’art est-il possible ? Les impasses d’une critique catholiq (...)
  • 2 Idem, p. 75.

1Dans son ouvrage, Naissance de l’intellectuel catholique, Hervé Serry a cherché à comprendre comment, au début du xxe siècle, des écrivains s’unirent pour édifier une esthétique catholique qui puisse, par ses valeurs propres, triompher des nouvelles formes littéraires ouvertement ou implicitement opposées à l’enseignement de l’Église. Cette « armée catholique de la plume » allait toutefois assez rapidement se buter à la question de la définition d’un art catholique véritable. Suffisait-il d’avoir été baptisé pour être un écrivain catholique ? Un bon roman catholique reposait-il forcément sur une ambition catéchistique ou apostolique ? Existait-il un style catholique différent de l’esthétique profane ? À travers de telles questions, et bien d’autres encore, Serry a pu rappeler à notre mémoire les impasses d’une critique confrontée à la difficulté de définir des critères spécifiquement « catholiques » de jugements esthétiques dans un moment de profonde accélération de l’autonomisation du champ littéraire1. « À la croisée de deux instances et de deux espaces de régulation religieuse et littéraire, affirme ainsi Serry, les écrivains et la critique catholiques tenteront, au fil des polémiques liées à certaines œuvres, d’exister à la fois littérairement et religieusement. Ces débats sont donc le produit d’une double histoire2 ».

  • 3 Je tiens à remercier chaleureusement Karim Larose pour ses très généreux commentaires sur une versi (...)
  • 4 Pelletier (Gérard), « Mauriac et nos seize ans », in Le Devoir, 14 juin 1952, p. 8.
  • 5 Marie-Pier Luneau a montré comment Lionel Groulx, le plus influent intellectuel québécois de la pre (...)

2C’est cette double histoire que je voudrais raconter à nouveau3, mais en utilisant cette fois comme décor non pas la France des années 1910 à 1930, mais le Québec francophone des années 1930 à 1950. De part et d’autre de l’océan, le contexte est fort différent, on le devine sans peine. La situation canadienne-française est pour ainsi dire en décalage par rapport à la France. D’une part, d’un point de vue strictement littéraire, l’horizon des jeunes Canadiens de langue française était largement bouché par l’enseignement borné des maisons d’éducation tenues par des religieux. Une anecdote illustre ce point: en 1935, Gérard Pelletier, futur ambassadeur du Canada à Paris, avait déjà seize ans et n’avait pourtant jamais entendu parler de l’auteur de Nœud de vipère, pas davantage d’ailleurs qu’un nombre considérable d’instituteurs et institutrices de la province pour qui François Mauriac restait un parfait inconnu4. D’autre part, du point de vue de l’institution littéraire, les prix, les revues, les salons, les maisons d’édition et les académies étaient très peu développés de l’autre côté de l’Atlantique, ce qui voulait dire que, sans appui extérieur, les écrivains devaient souvent se résoudre à publier à compte d’auteur et à faire eux-mêmes la promotion de leurs écrits5.

  • 6 Sylvestre (Guy), « Que lit-on au Canada français ? », La Nouvelle revue canadienne, juin-juillet 19 (...)
  • 7 Lemelin à Guy Sylvestre, 31 mai 1944, Bibliothèque et archives du Canada (BAC), Fonds Guy-Sylvestre (...)

3Ainsi jugée, la littérature canadienne-française ne saurait justifier pour des étrangers des études historiques approfondies, si ce n’est que l’inféodation plus prononcée du champ littéraire québécois au champ religieux rend justement, par contraste, la comparaison avec la France stimulante. Le Québec francophone a été, de 1930 à 1960, un pays de catholicité, en quelque sorte, et cette domination religieuse s’est reflétée dans la littérature consommée et produite. Un sondage réalisé en 1952 auprès de sept librairies indiquait que si les Canadiens de langue française lisaient principalement des ouvrages importés d’Europe, leurs préférences allaient nettement encore aux romanciers catholiques de langue française, entre autres Maxence van der Meersch, Georges Bernanos, Daniel-Rops, François Mauriac, Jean de La Varende et Berthe Bernage, ainsi qu’aux poètes français catholiques, dont Paul Claudel, Paul Géraldy, Marie Noël et Charles Péguy6. Il en était à l’évidence de même pour les productions locales. Apprenant le refus de publication d’une de ses nouvelles dans la revue Gants du ciel, le déjà réputé romancier Roger Lemelin répondait avec justesse dans une lettre adressée au directeur: « Il est bien malheureux qu’en ce pays la littérature n’ait droit d’existence qu’en autant qu’elle soit catholique7 ». C’était peut-être malheureux, mais c’était ainsi, en grande partie. Au Québec, les lectures des amateurs de poésie et de romans étaient la plupart du temps sagement, platement catholiques – ou sinon respectueusement neutres.

  • 8 Hébert (Pierre), Censure et littérature au Québec. Le livre crucifié (1625-1919), Montréal, Fides, (...)

4Dans un tel contexte, pour beaucoup d’écrivains canadiens-français d’avant les années 1960, il ne semblait pas possible de conquérir directement leur indépendance face au champ religieux en tenant à distance des représentants cléricaux toujours prompts à faire sévir l’Index8. Il n’existait guère d’espace littéraire propre (revues, chaires universitaires, émissions radiophoniques, salons, prix), surtout avant le Deuxième Guerre mondiale, qu’ils auraient pu élargir par des luttes institutionnelles et symboliques. Une large proportion des acteurs du champ littéraire québécois a donc dû, dans un premier temps, conquérir son autonomie de l’intérieur, pour ainsi dire, en tentant de démontrer que les principes qui guidaient la littérature la plus haute et la plus pure rejoignaient ceux de la spiritualité la plus exigeante. La double histoire évoquée par Serry peut donc être contée ici comme une double hélice: l’affirmation d’un champ littéraire ayant ses règles propres s’est faite pour plusieurs à travers la sublimation de la foi chrétienne. Ce n’est pas en réclamant le droit à l’écrivain catholique d’être fidèle à son œuvre, mais en réclamant le droit à l’écrivain catholique d’être fidèle à lui-même que des critiques littéraires canadiens trouveront le moyen de libérer la littérature de l’emprise cléricale tout en ayant l’impression, par ce choix même, de servir l’avenir de l’Église.

  • 9 Garand (Dominique), La griffe du polémique. Le conflit entre les exotiques et les régionalistes, es (...)
  • 10 Saint-Jacques (Denis) (dir.), L'artiste et ses lieux. Les régionalismes de l'entre-deux-guerres fac (...)
  • 11 Giguère (Richard), « Alfred DesRochers et Albert Pelletier : deux critiques et essayistes modernes  (...)
  • 12 Lire le dossier « L’Âge de la critique, 1920-1940 », Voix et images, n° 50, hiver 1992.

5Il faut toutefois rappeler immédiatement qu’à côté de cette littérature catholique a toujours existé au Québec, quoique marginalisée dans les institutions dominantes, une esthétique émancipée des considérations morales et philosophiques catholiques. Il serait exagéré de prétendre que, dans la province, la modernité littéraire a eu pour seul vecteur les courants de renouveau catholique. Même à son moment de plus fort rayonnement, par exemple, la littérature du terroir n’a jamais marginalisé le courant exotique au point de le faire disparaître du paysage québécois de l’entre-deux-guerres9. Des années 1930 aux années 1940, on assiste à l’apparition de plus en plus d’œuvres qui ne peuvent être situées, sans les trahir, dans le giron religieux (pensons seulement à celles d’Alain Grandbois). En ce qui concerne la critique, Louis Dantin, auteur ouvert et progressiste, demeure sans doute le critique littéraire québécois le plus influent dans la première moitié du xxe siècle, après l’abbé Camille Roy10, et d’autres critiques ouvrent avec lui des brèches dans la conception esthétique des lecteurs11. Autre manière de souligner l’autonomie relative de la critique littéraire qui profite de l’apparition au Québec des premiers éditeurs littéraires professionnels et, en retour, d’une certaine dévaluation de la censure de la Première à la Deuxième Guerre mondiale12. Il ne faudrait donc pas exagérer, comme on pourrait le faire après avoir jeté un coup d’œil rapide sur la production littéraire québécoise, le poids de l’Église sur les positions éditoriales des Olivar Asselin, Albert Pelletier, Berthelot Brunet ou Willie Chevalier.

  • 13 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Mémoire d’y croire, op. cit. p. 82. Sur le contexte belge de la même q (...)
  • 14 Sur l’histoire de la critique québécoise, lire Wyczynski (Paul), « Histoire et critique littéraires (...)
  • 15 Né en 1906 près de Drummondville, le père Carmel Brouillard fit ses études primaires à Woonsocket ( (...)
  • 16 Né à Sorel en 1918, Guy Sylvestre fit son cours classique au collège Sainte-Marie. Sa famille ayant (...)
  • 17 Né en 1925 à Sherbrooke, Gilles Marcotte a obtenu une maîtrise en littérature à l’Université de Mon (...)

6Notre propos ne concerne donc, on l’aura donc compris, que la « critique catholique » entendue non pas en son sens dogmatique, mais comme la critique produite par des catholiques soucieux de leur foi. En outre, dans ce texte, cette critique catholique sera seulement analysée sous l’angle de ses résistances au personnalisme, puis de son acceptation et de son éventuel dépassement du personnalisme. Notre travail vise d’abord à compléter les premiers coups de sonde donnés dans Mémoire d’y croire, un livre dans lequel Cécile Vanderpelen-Diagre tente de restituer, pour les années 1920-1960, la vision catholique des tensions entre le respect du dogme et la liberté de l’artiste13. Pour mieux scander les étapes de cette histoire, j’ai choisi pour ma part de présenter dans le présent article la pensée esthétique de trois critiques littéraires canadiens-français ayant grandi à environ dix ans de distance mais qui sont inégalement représentatifs de la critique de leur temps14. Carmel Brouillard est né en 1906, Guy Sylvestre en 1918 et Gilles Marcotte en 1925. Le premier a été directeur de la Revue franciscaine (1935-1937) et a publié des critiques de romans et de poésie dans plusieurs revues et journaux de 1932 à 193915, le second fut responsable de la page littéraire du quotidien le Droit, à Ottawa, de 1940 à 1948, et fondateur de la revue littéraire et artistique Gants du ciel qui survécut de 1943 à 194616. Le dernier, Gilles Marcotte, fut directeur des sections littéraires et artistiques du Devoir, à Montréal, de 1948 à 195517. Chacun eut bien entendu une carrière beaucoup plus vaste que ce que laisse deviner ces quelques notes, mais ces brefs portraits suffisent, je crois, à camper ces trois personnages pour les besoins de mon argumentaire. Notons tout de suite, ce qui a son importance, que les lieux de publication de ces trois critiques entretiennent un rapport de plus en plus distant avec l’institution catholique. La Revue franciscaine était en effet une publication de l’ordre des Frères mineurs du Canada, Carmel Brouillard étant lui-même un franciscain. Le journal le Droit a été fondé en 1913 avec l’appui financier des pères oblats de Marie-Immaculée. Quant au Devoir, tout en vouant un respect entier aux enseignements de l’Église, il entendait conserver une indépendance un peu plus grande en tant que quotidien laïc d’inspiration catholique. Autre fait digne de mention, la pratique du métier de critique dans des revues ou des quotidiens indique à quel point la critique littéraire de l’époque se constituait comme genre légitime tout autant qu’instrument de légitimation. La création d’un « espace critique » a passé à l’époque, comme souvent ailleurs, par les combats entre critiques.

  • 18 Longhaye (R. P. Georges), Théorie des belles-lettres. L’âme et les choses dans la parole, Paris, Pi (...)
  • 19 Il existe sur ce sujet une littérature abondante. Citons seulement Lamonde (Yvan), « La Relève (193 (...)
  • 20 Sur Cité libre, la moisson savante est aussi abondante. Lire entre autres Warren (Jean-Philippe), « (...)

7L’hypothèse que je souhaite soumettre, c’est que les écrits de Brouillard, Sylvestre et Marcotte correspondent à trois moments de la conscience esthétique catholique au Québec. Quoiqu’en perte de vitesse au sein même de l’Église, le premier moment est encore marqué par une insistance sur la morale nationaliste et religieuse, la littérature devant servir à conserver et propager les bonnes idées et les bonnes mœurs. Certains critiques des années 1930 s’appuyaient lourdement sur des traités de littérature qui avaient pour titre Préceptes littéraires, Cours de style, Art d’écrire ou Manuels de littérature, Théorie des belles-lettres (celui du père Longhaye18 était particulièrement prisé), traités qui faisaient de la certitude morale et théologique le critère ultime de l’analyse littéraire. Le néothomisme, sous sa forme rigide et scolastique, servait de caution aux interprétations de gens qui adoptaient régulièrement le ton des censeurs. Le second moment, qui s’ouvre avec la nouvelle vague thomiste dont Maritain fut le fer de lance, plaçait désormais le spirituel, et non plus la morale, au centre de l’appréciation littéraire. C’est par la quête d’une certaine transcendance que les romans et les poèmes pouvaient, comme l’affirmaient les écrivains regroupés autour de la revue la Relève / la Nouvelle relève (1934-1948), ouvrir à un véritable questionnement religieux et posséder quelque haute qualité spirituelle – d’où l’importance de la réflexion sur le lien entre homme et œuvre19. Enfin, dans les années cinquante, l’émergence du concept de dialogue comme notion centrale de la critique littéraire, en continuité avec plusieurs réflexions antérieures issues du maritainisme, amènera plus que jamais des lecteurs à chercher à rencontrer dans les œuvres littéraires des êtres de chair et de sang, plutôt que de cultiver une échappée vers la mystique et les songes. Le critique sera, comme on le disait jadis en utilisant le masculin, un homme à la rencontre d’autres hommes – une thématique qui rejoint directement les réflexions mises de l’avant par Cité libre, une revue à laquelle participe justement Marcotte20. Je viens de citer les notions de morale, transcendance et dialogue. Il ne s’agit pas, bien sûr, de les réifier au point de les rendre opaques, mais seulement, on l’aura compris, de les manier de manière heuristique afin de dégager des postures et des sensibilités canadiennes-françaises qui se distinguent par bien des traits sans s’opposer tout à fait.

1. Carmel Brouillard

  • 21 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains (1940-1953), Paris, Fayard, 1999, p. 127.
  • 22 Fouilloux (Étienne), Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernism (...)
  • 23 Lire Saint-Jacques (Denis) et Robert (Lucie) (dir.), La vie littéraire au Québec, Tome vi (1919-193 (...)
  • 24 Louis Dantin vivait alors en exil, aux États-Unis. Louis Dantin, Essais critiques, I et II, édition (...)
  • 25 Brouillard (Carmel), « Enquête sur la littérature », Les Cahiers franciscains, vol. 3, n° 2, févrie (...)

8Le père Carmel Brouillard a commencé à publier ses premières chroniques littéraires à une époque où le débat sur « moralisme et littérature » était loin d’être clos au Québec. L’écho des polémiques des critiques partis en guerre contre la gratuité de l’art résonnait encore sur les rives du Saint-Laurent, maints Canadiens français adhérant toujours à une conception de l’art inspirée par les valeurs censément éternelles du catholicisme21. Édifier les cœurs, élever les esprits, tels étaient les objectifs d’une littérature sainement française et catholique dans un contexte de repli conservateur et répressif de l’Église confirmé par l’investiture de Pie XI, en 192222. Pour Carmel Brouillard, qui appartenait au pôle le plus conservateur d’un champ qui était loin de se résumer à sa seule position23, l’art habitait toujours une morale, et cette morale ne pouvant pas ne pas être catholique, il s’ensuivait que l’art était assujetti aux commandements de l’Église romaine et que celle-ci avait le droit et le devoir de tracer les limites qu’un auteur ne pouvait franchir impunément dans sa description des passions humaines. Aussi, dans une enquête sur la littérature parue dans les Cahiers franciscains sous la direction de Brouillard en février 1934 (à laquelle un Louis Dantin sans doute trop iconoclaste n’a pas participé24), la plupart des écrivains canadiens-français sondés se rejoignaient autour d’une définition assez utilitaire de la littérature: elle devait faire preuve de mesure, édifier les lecteurs, célébrer les beautés naturelles, exprimer agréablement et distinctement la pensée25. On se moquait bien du dicton de l’art pour l’art: l’art qui ne servait pas la vérité, répétaient dans une belle unanimité les collaborateurs de cette enquête, était condamné à déchoir.

  • 26 Bouffard (Roland), « Réalisme et critique », La Renaissance, 24 août 1935, p. 5 ; Fr. Réginald Roy, (...)
  • 27 Brouillard (Carmel), Sous le signe des muses, op. cit., p. 11.

9Fidèle à cette conception étriquée de l’art, Carmel Brouillard assignait à la critique littéraire le but d’élargir le domaine du beau et du bien en reconnaissant dans les meilleures œuvres les règles éternelles du style, de la morale et de la logique. Un bon critique était par conséquent quelqu’un dont le jugement, tout subjectif soit-il, dénotait un minimum de goût. En écoutant les principes qui jaillissaient de sa conscience, il pouvait reconnaître dans les œuvres écrites les qualités propres aux œuvres décentes et édifiantes. Ces principes lui servaient donc de « normes suprêmes » pour établir ses jugements artistiques. C’est sans surprise que le franciscain Carmel Brouillard renvoyait ces critères de la critique aux enseignements de l’Église catholique. La meilleure façon de juger d’un roman ou d’un poème, c’était encore pour lui de se guider sur « l’idéal objectif de la vie catholique ». En s’inspirant des lois censément infrangibles du catholicisme, Brouillard croyait être en mesure de formuler des interprétations fondées sur une conception absolue du beau et du vrai. De là la confiance inébranlable dont il faisait preuve dans ses jugements26. « Après avoir mesuré son homme, écrivait-il, la critique n’a plus qu’à être partiale, zélée, intransigeante ; qu’à être d’avance résolue à nulle lâcheté, à nulle compromission, puisque l’ordre des choses où elle s’installe ne peut pas tolérer, sans immenses périls, les réticences, les louvoiements, les roueries diplomatiques. Son langage sera direct, clair, passionné ; sa dialectique ferme, incisive, martiale27 ». Sûre de ses lois, forte de ses principes et consciente de sa fin, la critique pouvait suivre sa méthode sans croire errer dans l’établissement de son domaine.

  • 28 Idem, p. 17.
  • 29 Marcotte (Gilles), « Les années trente : de Monseigneur Camille à la Relève », Voix et images, vol. (...)

10Dans ses nombreuses chroniques, les commentaires de Brouillard se ramenaient à trois ordres. En premier lieu, il intervenait de manière pour ainsi dire technique, en débusquant les erreurs historiques, les confusions botaniques et les fautes grammaticales. En deuxième lieu, il dénonçait les atteintes à la morale, au bon goût, aux bonnes mœurs. En censurant les thèmes scabreux et les tableaux indécents, Brouillard entendait protéger les âmes fragiles et continuer par la critique littéraire sa vocation sacerdotale. Dans le conflit de l’art et de la morale, c’était cette dernière, pensait-il, qui devait toujours triompher. Il n’était pas question pour lui de transiger avec le salut des âmes. Il exaltait ainsi l’Église catholique qui avait créé l’Index, ainsi que ces religieux qui avaient fait paraître, comme un travail de salubrité publique, des traités intitulés Romans à lire et à proscrire. « Ces interventions pratiques sont aussi nécessaires pour le bien des âmes, plaidait-il, en notre époque de culture intense et d’intense publication, que le sermon paroissial et la retraite fermée28 ». Enfin, en troisième lieu, le père Brouillard éprouvait sans cesse la valeur des œuvres littéraires à l’aune de leurs convictions patriotiques et religieuses. Il n’était bien sûr pas le seul. En cette époque barrésienne de nationalisation du catholicisme, l’abbé Camille Roy, critique littéraire lui-même, avait prononcé en 1904 une conférence célèbre ayant pour titre « De la nationalisation de la littérature canadienne », conférence qui plaçait la foi et les traditions ethniques au cœur de l’expression écrite29.

  • 30 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Mémoire d’y croire…, op. cit., p. 23.
  • 31 Calvet (Jean), D’une critique catholique, Paris, Spes, 1927, p. 131, cité par Cécile Vanderpelen-Di (...)
  • 32 Cité dans Choquette (Adrienne), Confidences d’écrivains, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1 (...)

11Seulement, comme l’a remarqué Cécile Vanderpelen-Diagre, la morale et la casuistique ont largement pris le dessus sur la religion dans les écrits de Carmel Brouillard comme dans ceux d’un grand nombre de ses collègues (aujourd’hui largement oubliés) de l’entre-deux-guerres. Si la foi de la plupart des personnages de romans canadien-français « n’est pas mise en exergue30 », c’est sans doute que le Québec baignait dans un climat de catholicité tellement lourd qu’il ne semblait pas nécessaire, au contraire de la Belgique ou de la France, de chercher à « discerner dans les œuvres très profanes le frémissement de la sève religieuse31 ». De là la rareté des œuvres romanesques québécoises qui pourraient s’apparenter au renouveau de l’esthétique religieuse en Europe. Robert Choquette en faisait le constat en 1939: « Pour les romanciers québécois, bon nombre de thèmes intéressants sont tabous. Imagine-t-on un romancier canadien-français publiant à l’A.C.F. [Action canadienne-française] des livres dans l’esprit de Sous le Soleil de Satan, Thérèse Desqueyroux ou encore de Jean le Bleu ?32 ». Poser la question, c’était y répondre.

  • 33 Brouillard (Carmel), « À la gloire de Nérée Beauchemin », Les Cahiers franciscains, vol. 3, n° 3, m (...)
  • 34 Brouillard (Carmel), Sous le signe des muses, op. cit., p. 43.
  • 35 Idem, p. 45.

12C’est ainsi que, bien qu’il déclarât aimer les œuvres qui chantent des louanges à Dieu, Brouillard accordait d’abord ses suffrages aux écrits qui célébraient la vie rurale et française. Il croyait que le poète Nérée Beauchemin avait su s’élever à l’art parfait en entremêlant au son de la cloche des églises la douce voix des campagnes33. « Beauchemin, écrivait-il, découvre en la religion plus que des réjouissances esthétiques, plus que de la sensibilité harmonieusement cristallisée ; en lui s’est incrustée la foi infrangible des premiers colons qui allaient, les yeux pleins de bonheur, prosterner le Canada devant Notre-Dame-des-Victoires34 ». Et Brouillard de continuer: « Cet accent spiritualiste, d’une transparence de cristal, s’allie, dans l’âme du poète, au patriotisme le plus vivace35 ». Beauchemin était un grand poète, aux yeux de Brouillard, parce qu’il avait cousu d’un même fil l’histoire nationale et religieuse en terre canadienne. C’était aussi la gloire que Brouillard accordait à des œuvres comme À l’ombre de l’Orford d’Alfred DesRochers, Nord-Sud de Léo-Paul Desrosiers, Un homme et son péché de Claude-Henri Grignon, La Rivière-à-Mars de Damase Potvin ou Siraf de Georges Bugnet, lesquelles avaient atteint au sublime en mettant en scène des personnages aussi patriotes que pieux. Il n’y avait pas de place, dans une telle pensée rigide comme un code, pour un champ littéraire autonome, mais on comprend aussi que la spiritualité pouvait souffrir de ce constant compagnonnage nationaliste. Dans ce contexte, le spirituel d’abord! lancé par Maritain, loin de correspondre à une tentative d’inféoder la littérature à l’Église, sera reçu par plusieurs esprits littéraires québécois, paradoxalement, comme la libération annoncée d’une littérature jusque-là servilement apologétique et chauvine.

2. Guy Sylvestre

  • 36 Dagenais (Gérard), « La critique des livres », L’Ordre, 13 avril 1935, p. 4. Lire aussi Lefebvre (M (...)
  • 37 Dagenais (Gérard), « La critique des livres », L’Ordre, 13 avril 1935, p. 4.
  • 38 Idem.

13Devant l’attitude des critiques comme Brouillard, certains amateurs de littérature canadiens-français faisaient depuis longtemps entendre une réaction. Déjà en 1935, Gérard Dagenais, se moquant de Sous le signe des muses, relevait entre autres que l’auteur s’était plu à citer à peu près tout le monde dans son ouvrage, sauf bien entendu Jacques Maritain. Or, selon Dagenais, l’étude des écrits du philosophe français aurait évité à Brouillard bien des erreurs et des embrouilles. Elle lui aurait appris pour commencer, raillait Dagenais, qu’une définition de la poésie qui retranche Baudelaire de la liste des poètes véritables se condamne elle-même au ridicule. C’est pourquoi Dagenais suggérait de se parer de telles méprises à l’avenir en invitant le gouvernement à « distribue[r] gratuitement à tous les professeurs de littérature et à tous les critiques de la province [de Québec] Art et scolastique de Jacques Maritain. Cela leur éviterait bien du travail et bien des confusions36 ». Ce que Dagenais retenait particulièrement de sa lecture d’Art et scolastique, c’est qu’un art dit catholique n’avait en soi pas de sens, ou alors un sens très pauvre, si pauvre qu’il confinait à l’insignifiance. Il y avait des écrivains plus ou moins chrétiens, plus ou moins moraux, mais l’art n’avait pour finalité, quant à lui, « que l’objet qu’il s’est choisi37 ». « La critique catholique non plus, ça n’existe pas, renchérissait Dagenais, pas plus que l’histoire catholique. Il y a seulement des hommes qui dirigent sur l’œuvre qu’ils étudient une lumière plus puissante qui les aide à mieux comprendre l’art lui-même, et surtout le combat surnaturel, la force intime qui travaille le poète qui fait généralement éclater son art en prière ou en blasphème38 ».

  • 39 Sylvestre (Guy), « Saint-Denys Garneau’s world of spiritual communion », The Canadian Poetry Magazi (...)
  • 40 Lettre de Jacques Maritain à Guy Sylvestre, 13 septembre 1943, New York, Les Écrits du Canada franç (...)
  • 41 Sur la pensée esthétique de Maritain, lire de cet auteur Art et scolastique, Bruges, Desclée de Bro (...)

14C’est bien ce que croyait Guy Sylvestre. Cet étudiant en philosophie chez les Dominicains d’Ottawa avait rapidement fait de Jacques Maritain son maître39. Il eut même le privilège de rencontrer le couple Maritain lors de leurs passages à Ottawa et Montréal, et de correspondre avec eux, recevant de Raïssa et Jacques près d’une cinquantaine de lettres. Or, inutile de s’étendre sur le fait évident que la pensée de Jacques Maritain logeait très loin de celle des principaux auteurs canadiens encensés par Brouillard. Par exemple, la revue des clercs de Saint-Viateur, les Carnets Viatoriens, ne lui inspirait rien de bon. « Il doit y avoir, supposait-il, un portrait du Maréchal Pétain dans la salle de rédaction, à côté d’un portrait de Franco40 ». Dans Art et scolastique, en effet, Maritain avait affirmé que l’art ne devait pas prêcher, car là n’était pas sa fin. Même s’il demeurait suspendu à une certaine morale, l’art, soumis à sa propre logique, devait refléter les efforts d’une intelligence sensible pour chercher sans cesse dans le réel la présence mystérieuse et pourtant concrète de la grâce. Pour Jacques Maritain, l’art n’était ni un divertissement, ni une coquetterie sentimentale, mais un mode de connaissance qui transposait en œuvre les aspirations qui gisaient aux tréfonds de l’être: au plus profond de l’âme, avançait-il, reposait une sorte de magma artistique, à la fois spirituel et charnel, que l’écrivain avait pour tâche de recueillir comme l’eau vive d’une source. Aussi, un beau vers, par exemple, resplendissait d’abord de l’expérience profondément humaine qu’il avait su exprimer41.

  • 42 Sylvestre (Guy), « Qu’est-ce que l’art ? », En avant!, 3 novembre 1939, p. 3.
  • 43 Sylvestre (Guy), « Poésie et religion », Revue dominicaine, vol. 57, n° 1, janvier 1951, p. 46.

15Pour Sylvestre, comme pour les Maritain, l’art était « l’ordination par l’intelligence d’une matière sensible en vue de l’œuvre42 ». L’art était donc jugement, mais jugement intuitif. L’art imposait la sensibilité personnelle de l’artiste au monde matériel, il insufflait l’âme du poète dans les choses naturelles. Il devait par conséquent exprimer, aux yeux de Sylvestre, une fulgurante vision personnelle qui fasse fi des trucs du métier et des règles communes. Cette démarche était particulièrement évidente en poésie, car la poésie aurait permis d’embrasser la création entière et de partir à la conquête du monde. « Ce qui est essentiel, c’est que le poète réussisse à extérioriser avec beauté les intuitions, les sentiments, les expériences, les aspirations qui font de lui un homme. Et c’est la qualité de ces intuitions, sentiments, expériences et aspirations qui, en définitive, situe tel ou tel poète plus ou moins haut dans la famille des poètes43 ». L’art aurait été l’expérience de quelque chose de vrai et pourtant d’ineffable. Il aurait fait entrer le lecteur en contact avec quelque chose de vivant, d’essentiel et d’existentiel à la fois. En aspirant à autre chose, en refusant de se clore sur lui-même et de devenir un pur objet de délectation, l’art pouvait prétendre toucher à l’essentiel. Il pouvait trouver dans le visible les reflets du monde invisible et exprimer la vie même dans ce qu’elle avait de plus personnelle, changeante, évanescente.

  • 44 Sylvestre (Guy), « Littérature et morale », La nouvelle revue canadienne, mars-avril 1953, p. 260. (...)
  • 45 Ibid, p. 261.

16On comprend donc que, pour Sylvestre, la question de savoir si un ouvrage quelconque pouvait se retrouver dans des mains d’enfants ou d’adolescents relevait d’abord de la vertu de prudence, non pas de la loi morale. Certaines nourritures livresques n’étaient pas faites pour tous les estomacs, mais cela témoignait davantage des capacités de digestion de chacun que de la valeur intrinsèque des œuvres. Car, s’il était un devoir de l’écrivain catholique, c’était bien de ne rien se voiler des réalités terrestres. « Le romancier chrétien, par exemple, n’est pas celui qui, devant la misère de l’homme, s’en lave les mains ; il est celui qui, lucidement et courageusement, voit l’homme tel qu’il est et montre en lui ce qu’il y a de pire comme ce qu’il y a de meilleur et comme ce qu’il y a de médiocre. Un roman n’est pas un conte, c’est une image vraie et émouvante44 ». Sylvestre rappelait que le romancier catholique ne doit pas tronquer ou falsifier la vérité, mais doit au contraire accepter de laisser vivre ses personnages selon leurs déterminations propres. Préfigurer le Ciel, le Purgatoire et l’Enfer, accoucher d’une vision où se mêlent les mystères chrétiens et la possibilité constante de la faute et de la chute, donner des images de l’homme qui ne cesse de croire et de douter à la fois, voilà, au dire de Sylvestre, le sens de l’écriture chrétienne. Pointant vers une inaccessible vérité, l’œuvre catholique par excellence aurait exploré le conflit essentiel de toute vie chrétienne déchirée entre l’appel de l’absolu et l’aveu des faiblesses humaines. Elle aurait été caractérisée d’abord par le tourment, le déchirement et l’angoisse, évoquant des vies et des pensées déchirées entre l’amour de Dieu et la tentation du péché, entre l’esprit et la chair, entre le ciel et la terre, entre la clarté et l’obscurité. Sylvestre reconnaissait en chaque homme une part diabolique et une part divine, l’homme étant à la fois ange et démon. L’écrivain qui aurait voulu oblitérer le péché afin de plaire à des chroniqueurs littéraires pusillanimes, se serait condamné à publier des récits vides et artificiels. « Pour un chrétien, le drame essentiel est le drame du péché et un romancier qui ignore totalement le péché ne peut pas être un romancier chrétien pour la raison très simple qu’il nous donne de la destinée humaine une image dans laquelle l’Incarnation, la Rédemption et la Résurrection n’ont plus de sens, une conception de la nature humaine dans laquelle la grâce devient totalement inutile45 ».

  • 46 Idem.

17Sylvestre se refusait donc à juger de la moralité d’une œuvre du point de vue de sa matière, c’est-à-dire qu’il ne consentait pas à établir le degré de sens chrétien d’un ouvrage en fonction de son seul sujet. Une histoire d’adultère où s’exprimeraient les déchirements de l’âme au prise avec le péché et le doute lui semblait pouvoir receler plus de sens chrétien qu’un récit d’aventure qui se bornerait à décrire quelques scènes de romance et de duels. « Bien plus, un roman dont le mal est totalement absent il s’en trouve, si étonnant que ce puisse paraître – ne peut pas être un roman chrétien, parce que c’est un roman qui nous donne de notre nature et de notre destinée une image tronquée, parce qu’il nous introduit dans un monde où l’Incarnation et la Rédemption n’ont plus de sens, non plus que les sacrements qui nous dispensent les grâces46 ». En voulant éviter le mal, en abolissant les tourments du péché, la littérature dite angélique finissait pas nier le sens tragique de la vie et à empêcher l’exploration des chemins par lesquels chaque personne est appelée à atteindre sa dignité.

  • 47 Sylvestre (Guy), « Réflexions sur notre roman », Culture, vol. 12, n° 3, septembre 1951, p. 227-246 (...)
  • 48 Sylvestre (Guy), « Littérature et morale », op. cit., p. 260.

18C’était pourtant, selon lui, ce que s’acharnait de faire la vaste majorité des auteurs canadiens-français. À l’en croire, hormis 30 arpents, de Ringuet, Le Survenant, de Marie-Didace, Bonheur d’occasion, de Gabrielle Roy, ou La Fin des songes, de Robert Élie47, aucune œuvre romanesque n’avait réellement réussi à capter le mystère fondamental de la vie et de l’univers avant les années 1950. Aucune n’avait cette originalité, cette personnalité qui permettent seules de tendre à l’universel. « C’est pourquoi il n’y a peut-être pas de littérature moderne moins humaniste, je dirai même aussi peu chrétienne, que la nôtre. Car le christianisme est une attitude de l’homme devant la vie, une réponse à certaines questions essentielles, et il est impossible d’apporter une réponse chrétienne à des questions qu’on a préalablement évité de poser. Presque toute notre littérature n’est ni chrétienne, ni non-chrétienne, elle est en deçà du niveau où l’option est possible48 ». En fait, non seulement, il n’y avait pas de littérature chrétienne, mais il n’y avait pas de littérature tout court, les romans publiés au Canada français étant trop gauches et trop banals pour refléter quelque vie intérieure riche et profonde. En subordonnant et pliant les œuvres à des préoccupations patriotiques et religieuses, on avait achevé de les aplatir dans un confondant conformisme qui ne laissait aucune place au tragique.

3. Gilles Marcotte

  • 49 Marcotte (Gilles), « Albert Béguin nous parle de Sartre et de quelques autres », Le Devoir, 25 avri (...)
  • 50 M[arcotte] (G[illes]), « Le treizième Nénuphar », Le Devoir, 24 avril 1954, p. 6.
  • 51 Robert (Lucie), De l'institution du littéraire à l'institution littéraire ; L'Institution du littér (...)

19Ami d’Albert Béguin, lecteur assidu de la revue Esprit, « la revue la plus libre et la plus engagée de France49 », Gilles Marcotte rejetait encore plus violemment que Sylvestre, dans les années 1940 et 1950, les « chars allégorique au défilé de la Saint-Jean-Baptiste de la littérature50 ». Il le pouvait d’autant mieux que, à la faveur de la guerre, la critique littéraire québécoise développait comme jamais son autonomie du champ religieux51. Les écrivains revendiquaient leur indépendance vis-à-vis des autorités ecclésiales grâce entre autres à la fondation de maisons d’édition (Erta en 1949, l’Hexagone en 1953) qui prennent le relais d’institutions aux connotations plus religieuses, telles Fides, fondé en 1937 par un futur père de Sainte-Croix. Concurremment, les transformations sociales et économiques du Québec bouleversaient le visage intellectuel de la province. Le Québec de la campagne était définitivement emporté, dans l’imaginaire collectif, par le Québec de la ville. Pour le dire en deux titres, Trente arpents (1938) cédait devant Bonheur d’occasion (1945).

  • 52 Marcotte (Gilles), Le Lecteur de poèmes, précédé de Autobiographie d’un non-poète, Montréal, Boréal (...)
  • 53 Cités par Marcotte (Gilles), Le Lecteur de poèmes, op. cit., p. 12.

20C’est dans ce contexte que doit être interprétée la formulation d’une nouvelle conscience critique chez quelqu’un comme Marcotte. Pour celui-ci, les œuvres du terroir figuraient parmi les plus faibles du répertoire québécois. Son admiration allait aux poésies de Saint-Denys Garneau qui, lorsque Marcotte les avait découvertes, lui avaient fourni les mots pour nommer ses malaises et ses révoltes. « Elles me parlaient directement, avec un naturel souverain que je n’avais jamais rencontré auparavant, de ce que je vivais et de ce que vivaient beaucoup de jeunes gens de mon temps, d’une dissociation entre l’esprit et la chair [...]52 ». Marcotte notait que tous les poètes auxquels il revenait en ces années parlaient de mort, de salut et de résurrection. « C’est eux qui m’ont tué / Sont tombés sur mon cœur », écrivait Saint-Denys Garneau. Et Rina Lasnier enchaînait: « Ils ont étouffé toutes les sarcelles / Pour ne pas entendre le cri des eaux ; / Ils ont lapidé les sources... ». Et Anne Hébert: « Il y a certainement quelqu’un / Qui m’a tuée / Puis s’en est allé53.». C’était là d’abord une histoire de l’abandon et de la solitude. La poésie québécoise racontait le drame d’une aliénation essentielle et entière des Canadiens de langue française.

  • 54 Marcotte (Gilles), « Affrontement chrétien : la vie enfin vécue... », Le Devoir, 15 avril 1950, p. (...)
  • 55 Idem. On retrouve cette injonction dans un texte plus tardif : Marcotte (Gilles), « La religion dan (...)
  • 56 Marcotte (Gilles), Les bonnes rencontres. Chroniques littéraires, Montréal, Hurtubise-HMH, 1971, p. (...)

21En septembre 1950, Marcotte adhérait encore à la philosophie exposée dans Art et scolastique. « Beaucoup de discussions échevelées sur les problèmes fondamentaux de l’art, de l’art moderne en particulier, seraient évitées, soutenait-il, si l’on avait le bon esprit de rouvrir de temps à autre ce petit livre. Et il nous montrerait, par surcroît, que les vieux principes thomistes sont encore susceptibles de mordre sur les plus modernes réalités ». Mais sa pensée profonde avait déjà commencé à se modifier au contact, entre autres, de Mounier, qu’il ne connaissait alors que depuis quelques mois grâce à l’amitié d’un prêtre qui lui avait prêté L’Affrontement chrétien. La lecture, puis la relecture de ce bref essai avait provoqué en lui une profonde remise en question. « Pour peu qu’elle se répande, s’enthousiasmait-il, la pensée de Mounier ne pourra avoir d’autre effet qu’une libération, et peut-être – qui sait ? – commencerions-nous à vivre... J’en ai la chair de poule54 ». Mounier enseignait en effet aux chrétiens canadiens-français à pousser un gigantesque cri de liberté, à sortir de la peur et de la torpeur dans lesquelles ils s’étaient confortablement enfoncés depuis un siècle, à cesser de freiner devant les manifestations les plus originales de la vie, à renouer enfin avec l’instinct et l’inquiétude. « Il s’agit de dégager la vie enfin, de faire entendre cet appel à la liberté sans quoi le christianisme n’est pas lui-même55 ». Mounier lui-même était à cet égard un modèle. « J’éprouve une sorte d’envie, confiait Marcotte, à voir la façon toute normale, toute naturelle, dont Mounier accomplit la rénovation de sa foi, en même temps qu’une authentique révolte humaine56 ».

  • 57 Marcotte (Gilles), « Quand on nous parle de Dieu... », Le Devoir, 12 août 1950, p. 5.
  • 58 Marcotte (Gilles), « Cherchant qui dévorer », Le Devoir, 2 février 1952, p. 7.
  • 59 Luc Estang, « À propos des Stigmates », Le Devoir, 28 octobre 1950, p. 9.
  • 60 Marcotte (Gilles), « Les deux innocences », Le Devoir, 29 juillet 1950, p. 7.
  • 61 Marcotte (Gilles), « Un catholique peut-il écrire des romans ? », Le Devoir, 5 avril 1952, p. 7.
  • 62 Marcotte affirmait que Char était la plus grande voix poétique de son temps (« Reconnaissance à Ren (...)

22La première conclusion que Marcotte tirait du fait que la foi ne devait pas être un refuge réconfortant où se mettre à l’abri des questionnements et des déchirements du monde, c’est que le chrétien devait trouver la confirmation de sa foi dans un affrontement loyal et franc avec les forces opposées à ses croyances. Gilles Marcotte ne tenait pas en haute estime les œuvres aimables et pieuses qui distillaient les consolations spirituelles aux bourgeois effrayés par les bruits du monde. Il en avait soupé des bondieuseries, des sermons un peu sucrés, des hyperboles religieuses et du sentimentalisme mièvre des romans d’autrefois. « Notre époque est à la vérité sûre, précise, exigeante. Elle veut que le spirituel soit sous-tendu d’une vigoureuse humanité57 ». Gilles Marcotte louait ainsi Estang d’avoir mis en scène des hommes en marche vers la sainteté, dans la charité et l’espoir, mais aussi les ténèbres et le doute58. Pris à partie par la revue Lecture, qui lui reprochait d’encenser un romancier sulfureux, Marcotte recevra une lettre d’Estang lui-même qui l’approuvait dans ses choix, lettre que Marcotte s’empressera de publier dans les pages du Devoir59. « Le bien ne va pas toujours sans quelques risques, l’air qu’on respire ne va pas sans quelques microbes. Il est quand même préférable de respirer60 ». Le retour vers la vie était le signe d’une reconquête spirituelle. La franchise, le ton direct du journal de Julien Green auraient ainsi témoigné de son humanité, et donc de sa quête personnelle du vrai. « Jusqu’à quel point un chrétien a-t-il le droit d’exprimer les ténèbres qu’il porte en lui ? Quelle est la place du péché dans une vision chrétienne du monde ? Problèmes immenses comme la vie, et dont toute les solutions demeurent nécessairement incomplètes. Nous savons seulement qu’il y a une porte de sortie, en ce que la vérité humaine n’est pas indifférente à la Vérité divine, et que le Christ a tout assumé, même le péché... Le reste est circonstances61 ». C’est l’homme meurtri par l’existence, l’homme tourmenté par les affres de la guerre, de la maladie et du mal, mais toujours appelé à se dépasser lui-même, c’est cet homme là que Marcotte souhaitait connaître et reconnaître dans les romans. De fait, si le plus grand poète était peut-être Frédéric Mistral pour Brouillard, et sans l’ombre d’un doute Claudel pour Sylvestre, ce fut René Char pour le Marcotte des années cinquante62.

  • 63 Marcotte (Gilles), « Une affaire entre nous », Le Devoir, 25 novembre 1951, p. 13.
  • 64 Marcotte (Gilles), « Vivre, ou ne pas vivre... », Le Devoir, 23 juin 1950, p. 8.

23Marcotte assignait à la littérature la tâche de redonner une âme à la collectivité canadienne-française. Pour cela, cette littérature, avançait-il, devait être sincère et briser les images d’Épinal qui avaient servi depuis trop longtemps de conscience de soi au groupe francophone gavé de rhétorique patriotique et apostolique. « Une littérature de cette sorte, nourrie de vie intérieure, atteindre (sic) l’universel par la seule voie qui compte: celle de l’humain. C’est par le dedans, par l’authenticité d’expérience (sic) dont elle témoignera, qu’elle sera universelle, et non pas nécessairement par sa conformation extérieure63 ». Dans ce contexte, le but de la critique littéraire devait être la lucidité. Elle devait s’exercer sur les récits qui n’étaient pas marqués au sceau de l’authenticité, sur les drames qui manquaient de souffle, sur les personnages sans gravité ni densité. Seuls les romans ayant quelque chose de sincère, d’authentique et d’humain pouvaient passer le test de la critique littéraire véritable. Il fallait éprouver si l’auteur était un homme parlant à d’autres hommes, et non pas un rhéteur, un moraliste, un scolastique ou un didacticien. Marcotte donnait l’exemple du roman Le Dernier acte, d’Edmond Jaloux, un livre insipide et triste. « Le Dernier Acte fournit un bel exemple de ce que peut être une littérature divorcée d’avec la vie, une littérature qui se préfère à la vie. Non seulement le problème de fond et sa solution sont-ils terriblement artificiels et arbitraires, mais la façon même dont ils sont présentés nous tient constamment en marge de la réalité64 ». Le roman avait été nourri de lectures et non d’expériences, lacune suprême aux yeux des personnalistes. Il ne trahissait nulle passion, il n’exprimait nulle vérité et n’atteignait nulle profondeur.

  • 65 Marcotte (Gilles), « Mauriac sur la corde raide », Le Devoir, 16 juillet 1954, p. 5.
  • 66 Marcotte (Gilles), « Quand on nous parle de Dieu... », Le Devoir, 12 août 1950, p. 5.
  • 67 Idem.
  • 68 Marcotte (Gilles), « Message pour un temps d’agonie », Le Devoir, 3 novembre 1952, p. 7.
  • 69 Idem.

24Aux auteurs canadiens-français, Marcotte donnait comme exemple à suivre celui de François Mauriac, dont le style « trahit une présence humaine si proche et si insistante, que nous nous sentons aussitôt en état de dialogue et de communion ». « Mauriac nous parle65 ». C’est que Mauriac était ses personnages, il vivait leurs vies, il ressentait leurs passions. Il avait laissé ses personnages tout à fait libres, en les soumettant entièrement aux nécessités intérieures de l’auteur. « Nous n’avons pas le droit de nous mettre du côté de Dieu et de regarder les hommes en adversaires ; car tous les hommes, quels qu’ils soient, sont d’une certaine façon du côté de Dieu, en tant que susceptibles de le recevoir. Et Dieu, le premier, s’est mis du côté des pécheurs en s’identifiant à eux par sa Passion66 ». Car c’est en parlant des hommes que l’on avait le plus de chance de parler de Dieu. « Ce que nous exigeons d’un écrivain quand il nous parle de Dieu, c’est qu’il nous présente une incarnation nouvelle de la grâce, qu’il nous fasse sentir encore une fois le poids de Dieu sur une vie, sur la vie de tous les hommes. Un tel message – le seul qui nous intéresse pour ainsi dire vitalement – ne peut être donné que des terres basses où grouille l’humanité, et non de quelque haut lieu miraculeusement préservé des atteintes du siècle (comme disent les manuels de piété). Que nous vaut une parole qui n’a pas l’expérience et le goût de la terre ? 67 ». Marcotte décrivait le romancier catholique comme un auteur étant capable de « pourvoir d’une épaisseur humaine les drames mystiques les plus purs, montrer l’action profonde des mystères du Christ sur les drames du temps, sans rien sacrifier ni de la transcendance du surnaturel, ni de l’infinie complexité du réel humain68 ». Marcotte appréciait pour cette raison La Demoiselle de Barby, de Gertrude Von Le Fort. Dans ce roman, écrivait Marcotte, « La romancière ne craint pas le mystère, elle saisit ses personnages dans leur relation la plus directe à la Volonté divine ; mais ce mystère se révèle d’abord dans le seul appareil des circonstances banales et quotidiennes qui définissent les plus simples faits, pour ne laisser apparaître que lentement ses conséquences paradoxales. À ce point de convergence du Christ et du monde, le récit se dépouille, le style se purifie de tout l’accessoire69 ». En donnant une réponse profondément humaine et mystique aux drames les plus communs de leur époque, l’auteure rappelait que le destin des chrétiens est de répéter à leur façon la passion du Christ.

  • 70 Marcotte (Gilles), « Littérature du xxe siècle et christianisme », Le Devoir, 25 juillet 1953, p. 7 (...)

25Il fallait donc continuellement favoriser le dialogue avec des incroyants et athées, pour aviver cette inquiétude qui était la marque d’une foi vivante. Sans quitter le confort de son salon, les œuvres littéraires donnaient cette chance. S’appuyant sur Littérature du xxe siècle et christianisme, de l’abbé Charles Moeller, Marcotte avançait que la lecture des Camus, Sartre et Gide permettait de développer une réponse chrétienne intégrale en plaçant les catholiques au cœur des drames humains de leur temps70. Gilles Marcotte faisait un constant éloge du dialogue, et pour cause. Dans le dialogue, pensait-il, l’homme tient infatigablement ouverts l’interrogation et le doute ; par la discussion, il parvient à dépasser les bornes que la tradition ou l’habitude voudrait insensiblement fixer à la liberté d’investigation de son esprit. Le dialogue était ainsi le signe de l’ouverture au monde et à l’autre, c’était le gage d’une pensée qui n’était pas figée mais se questionnait et se tourmentait encore. Alors que, pour Sartre, l’altérité menace la personne en lui faisant connaître l’enfer de l’absolue objectivité, pour Marcotte, elle la faisait participer d’un mouvement qui la renouvelait. Autrui ne faisait pas que fixer, il animait aussi, il poussait à se recréer soi-même dans sa confrontation et son partage avec l’autre, il engageait un dialogue où, comme avec Dieu, l’on se trouvait parce que, de façon paradoxale, l’on se donnait. Il n’est pas jusqu’au souci le plus intime de soi qui ne tournait ainsi pour les chrétiens engagés à l’avantage d’une vie entièrement dévouée au prochain. L’authenticité et l’intersubjectivité prenaient ainsi progressivement chez Marcotte une importance capitale. Le croyant ne trouvait son salut qu’en l’autre, car l’autre offrait comme une médiation possible entre lui et la transcendance. Le Christ habitait le cœur de l’homme, il est vrai ; mais il était aussi vrai, pour Marcotte et les chrétiens de sa génération, qu’on ne le rencontrait jamais si bien que lorsque, fréquentant le monde, l’on se liait avec les autres. « J’ai découvert le Christ à travers les hommes », déclarait Georges Montaron dans une phrase restée célèbre.

  • 71 Dostaler O’Leary, « Qu’est-ce que la littérature ? », Notre temps, 10 août 1946, p. 5.
  • 72 Chaput-Rolland (Solange), « Rencontre avec Charles Du Bos », Le Devoir, 31 juillet 1954, p. 8 ; Bla (...)
  • 73 Du Bos (Charles), Qu’est-ce que la littérature?, Lausanne, L’âge d’homme, « Le bruit du temps », 19 (...)

26Pour Marcotte, la littérature devait être d’abord l’occasion d’une rencontre: une rencontre non plus avec Dieu, mais d’abord avec les hommes. Il s’entendait là-dessus avec Charles du Bos qui pensait lui aussi que « la littérature est la rencontre de deux âmes ». Cette référence à Du Bos n’est pas fortuite. La redécouverte de l’écrivain français par les intellectuels canadiens-français de l’après-guerre s’insère dans l’approfondissement d’une démarche critique faite de sympathie et de colloque intérieur71. Du Bos avait en effet cherché à exprimer son être à travers ses rencontres avec les autres, de Goethe à Novalis, et de Shelley à Rilke. Même après sa conversion, il n’avait pas voulu rompre le dialogue entamé avec des écrivains dont la foi ne s’accordait plus avec la sienne. « Le triomphe de Du Bos consiste, à mon sens, écrivait Solange Chaput-Rolland, à admettre que la recherche de la vérité est une religion pour tous les hommes de toutes les croyances, et que la sincérité conduit toujours les êtres humains aux portes du bonheur éternel72 ». En faisant preuve d’humanité et d’amour, la conversation que Du Bos liait avec les auteurs promettait ainsi de toujours finir par avoir quelque chose de vivant et de mystique. « La littérature, écrivait Du Bos, est avant tout, quoiqu’elle puisse devenir par ailleurs, la vie prenant conscience d’elle-même lorsque, dans l’âme d’un homme de génie, elle rejoint sa plénitude d’expression73. » Telle était bien l’attitude à laquelle devait consentir le critique authentique.

Conclusion

  • 74 Élie (Robert), dans Godin (Gérald), « Robert Élie : vis d’abord, on verra après. Entrevue », Magazi (...)
  • 75 Je remercie Karim Larose de m’avoir mis sur cette piste.

27Si Hervé Serry a raison de dégager, pour la France, les conflits entre deux systèmes (celui de la religion et celui de l’art littéraire) et trois types d’acteurs (les représentants du catholicisme, les auteurs catholiques qui revendiquent une esthétique littéraire catholique et les auteurs en quelque sorte dissidents), on peut dire que, pour les personnalistes québécois, ou du moins pour ceux qui percevaient dans le personnalisme une philosophie indispensable et stimulante, la situation est plus complexe : ces derniers tâchaient d’élargir le champ littéraire à l’intérieur des cadres du champ religieux, c’est-à-dire qu’ils souhaitaient développer une rhétorique en quelque sorte œcuménique qui autoriserait les critiques à inclure dans la littérature chrétienne des auteurs n’ayant aucune intention apologétique. « Nous voulions, résumait Robert Élie, briser la serre chaude et tout ça, nous avons essayé de le faire à l’intérieur du christianisme, par les dépassements74. » Pour les critiques catholiques de la mouvance personnaliste, le chrétien n’est chrétien qu’en autant qu’il est Homme, c’est-à-dire une personne aux prises avec ses péchés et ses doutes, et c’est par conséquent en respectant son désir de représenter la pleine humanité qu’il peut faire œuvre chrétienne75. Désormais, le « roman de Dieu » passait par l’expression de l’ « humanitude » de l’Homme. Cet argument permettait de déplacer radicalement le critère de toute critique de l’esthétique vers une « autre » éthique, une éthique qui ne serait pas morale au sens traditionnel du terme. En bout de course, cette attitude aboutira à consacrer d’abord les auteurs qui, justement, sont capables d’éprouver la foi des chrétiens en les confrontant à des réalités apparemment contraires à leurs croyances, tels les existentialistes ou les surréalistes. Pour les critiques personnalistes, un chrétien ne semblait jamais aussi fidèle à lui-même que lorsqu’il se mesurait au monde. À cet égard, l’étude de la critique québécoise des années 1935 à 1955 offre l’occasion de refaire la « double histoire » des rapports entre le champ littéraire et le champ religieux de manière originale en liant aussi celle-ci à un évidement interne du dogmatisme catholique, dogmatisme qui avait fait au Canada français les beaux jours du clérico-nationalisme.

Haut de page

Bibliographie

Angers (Stéphanie) & Fabre (Gérard), Échanges intellectuels entre la France et le Québec (1930-2000). Les réseaux de la revue Esprit avec La Relève, Cité libre, Parti Pris et Possibles, Sainte-Foy, Les Presses de l'Université Laval, 2004.

Blain (Maurice), « Charles Du Bos », Le Devoir, 19 août 1950, p. 8.

Bouffard (Roland), « Réalisme et critique », La Renaissance, 24 août 1935, p. 5.

Brouillard (Carmel), « Nérée Beauchemin », Les Cahiers franciscains, vol. 1, n° 4, décembre 1931, pp. 37-45.

Brouillard (Carmel), « Enquête sur la littérature », Les Cahiers franciscains, vol. 3, n° 2, février 1934, pp. 129-164.

Brouillard (Carmel), « À la gloire de Nérée Beauchemin », Les Cahiers franciscains, vol. 3, n° 3, mai 1934, pp. 225-230.

Brouillard (Carmel), Sous le signe des muses. Essais de critique catholique, Montréal, Granger frères, 1935.

Brouillard (Wilfrid), Je suis mes ancêtres, Montréal, Éditions du Fleuve.

Bugnet (Georges), « Le P. Carmel Brouillard, critique littéraire », Les Idées, vol. 7, n° 5-6, novembre 1937 B janvier-mars-avril 1938, pp. 268-279.

Chaput-Rolland (Solange), « Rencontre avec Charles Du Bos », Le Devoir, 31 juillet 1954, p. 8.

Choquette (Adrienne), Confidences d’écrivains, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1939.

Dagenais (Gérard), « La critique des livres », L’Ordre, 13 avril 1935, p. 4.

Dantin (Louis), Essais critiques, I et II, édition critique d'Yvette Francoli, Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, 2002.

Desjardins (Maurice), « L’aventureuse odyssée du Père Carmel Brouillard », Le Nouvelliste, 21 avril 1943, p. 4.

Dierkens (Alain), Gugelot (Frédéric), Preyat (Fabrice) & Vanderpelen-Diagre (Cécile) (sous la direction de), La croix et la bannière. L’écrivain catholique en francophonie (xviie-xxie siècles), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2007.

Estang (Luc), « À propos des Stigmates », Le Devoir, 28 octobre 1950, p. 9.

Fouilloux (Étienne), Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II (1914-1962), Paris, Desclée de Brouwer, 1998.

Gaboury (Placide), Louis Dantin et la critique d’identification, Montréal, Hurtubise, 1973.

Gagnon (Claude-Marie), La littérature populaire religieuse au Québec: sa diffusion, ses modèles et ses héros, Québec, Université Laval, Études et documents en sciences de la religion, Cahiers de recherches en sciences de la religion, Sainte-Foy, 1986.

Garand (Dominique), La griffe du polémique. Le conflit entre les exotiques et les régionalistes, essai, Montréal, L’Hexagone, 1989.

Giguère (Richard), « Alfred DesRochers et Albert Pelletier : deux critiques et essayistes modernes », Voix et images, vol. 17, n° 2, 1992, pp. 219-231.

Giguère (Richard), « Ces restes d’inquisition… Littérature, édition et censure dans les correspondances d’écrivains de l’entre-deux-guerres au Québec », Voix et images, vol. 23, n° 2, 1998, pp. 248-265.

Godin (Gérald), « Robert Élie : vis d’abord, on verra après. Entrevue », Magazine Maclean, novembre 1964, p. 10-12.

Hanke (John W.), Maritain's Ontology of the Work of Art, The Hague, Nijhoff, 1973.

Hayward (Annette) & Whitfield (Agnès) (sous la direction de), Critique et littérature québécoise, Montréal, Triptyque, 1992.

Hébert (Pierre) (sous la direction de), «L'Age de la critique, 1920-1940», Voix et images, n° 50, hiver 1992.

Hébert (Pierre), « Histoire de la critique et faits divers », Voix et images, vol. 18, no 3, 1993, pp. 635-641.

Hébert (Pierre), Censure et littérature au Québec. Le livre crucifié (1625-1919), Montréal, Fides, 1997.

Hébert (Pierre), Censure et littérature au Québec. Des vieux couvents au plaisir de vivre (1920-1959), Montréal, Fides, 2004.

Lamonde (Yvan), « La Relève (1934-1939). Maritain et la crise spirituelle des années 1930 », Les Cahiers des dix, 62, 2008, pp. 153-194.

Lefebvre (Marie-Thérèse), « L’influence d’Art et scolastique (1920) de Jacques Maritain au Québec », dans Caron (Sylvain) et Duchesneau (Michel) (sous la direction de), Musique, art et religion dans l’entre-deux-guerres, Lyon, Editions Symétrie, 2009, pp. 71-81.

Lesage (Germain), Notre éveil culturel, Montréal, Rayonnement, 1963.

Longhaye (R. P. Georges), Théorie des belles-lettres. L’âme et les choses dans la parole, Paris, Pierre Téqui, 1885.

Luneau (Marie-Pier), Lionel Groulx. Le mythe du berger, Montréal, Leméac, 2003.

Marcotte (Gilles), « Affrontement chrétien: la vie enfin vécue... », Le Devoir, 15 avril 1950, p. 9.

Marcotte (Gilles), « Vivre, ou ne pas vivre... », Le Devoir, 23 juin 1950, p. 8.

Marcotte (Gilles), « Les deux innocences », Le Devoir, 29 juillet 1950, p. 7.

Marcotte (Gilles), « Quand on nous parle de Dieu... », Le Devoir, 12 août 1950, p. 5.

Marcotte (Gilles), « L’œuvre philosophique de Jacques Maritain », Le Devoir, 23 septembre 1950, p. 7.

Marcotte (Gilles), « Une affaire entre nous », Le Devoir, 25 novembre 1951, p. 13.

Marcotte (Gilles), « Cherchant qui dévorer », Le Devoir, 2 février 1952, p. 7.

Marcotte (Gilles), « Un catholique peut-il écrire des romans? », Le Devoir, 5 avril 1952, p. 7.

Marcotte (Gilles), « Message pour un temps d’agonie », Le Devoir, 3 novembre 1952, p. 7.

Marcotte (Gilles), « Albert Béguin nous parle de Sartre et de quelques autres », Le Devoir, 25 avril 1953, p. 7.

Marcotte (Gilles), « Littérature du xxe siècle et christianisme », Le Devoir, 25 juillet 1953, p. 7.

Marcotte (Gilles), « Reconnaissance à René Char », Le Devoir, 3 octobre 1953, p. 6.

M[arcotte] ([G[illes]), « Le treizième Nénuphar », Le Devoir, 24 avril 1954, p. 6.

M[arcotte] ([G[illes]), « Mauriac sur la corde raide », Le Devoir, 16 juillet 1954, p. 5.

Marcotte (Gilles), « La religion dans la littérature canadienne-française contemporaine », dans Dumont (Fernand) et Falardeau (Jean-Charles) (sous la direction de), Littérature et société canadiennes-françaises, Québec, Presses de l’Université Laval, 1964, pp. 167-176.

Marcotte (Gilles), Les bonnes rencontres. Chroniques littéraires, Montréal, Hurtubise-HMH, 1971.

Marcotte (Gilles), « Les années trente : de Monseigneur Camille à la Relève », Voix et images, vol. 5, n° 3, 1980, pp. 515-524.

Marcotte (Gilles), Le Lecteur de poèmes, précédé de Autobiographie d’un non-poète, Montréal, Boréal, 2000.

Maritain (Jacques), Art et scolastique, Bruges, Desclée de Brouwer, 1920.

Maritain (Jacques), Réponse à Jean Cocteau, Paris, Stock, 1926.

Maritain (Jacques), Frontières de la Poésie et autres essais, Rouart et Fils Paris 1935.

Maritain (Jacques & Raïssa), « Choix de lettres à Paul Beaulieu, Robert Charbonneau, Jean Le Moyne, Guy Sylvestre, 1935-1971 », Écrits du Canada français, n° 49, 1983, p. 43-112.

O’Leary (Dostaler), « Qu’est-ce que la littérature? », Notre temps, 10 août 1946, p. 5.

Pelletier (Gérard), « Mauriac et nos seize ans », Le Devoir, 14 juin 1952, p. 8.

Robert (Lucie), De l'institution du littéraire à l'institution littéraire; L'Institution du littéraire au Québec, Québec, les Presses de l'Université Laval, 1989.

Roy (Fr. Réginald), « L’intelligence sympathique », Cahiers franciscains, vol. 4, n° 3, février 1935, p. 97.

Saint-Jacques (Denis) (sous la direction de), L'artiste et ses lieux. Les régionalismes de l'entre-deux-guerres face à la modernité, Québec, Nota bene, 2007.

Saint-Jacques (Denis) & Robert (Lucie) (sous la direction de), La vie littéraire au Québec, Tome VI (1919-1933) : « Le nationaliste, l'individualiste et le marchand », Québec, Presses de l'Université Laval, 2010.

Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains (1940-1953), Paris, Fayard, 1999.

Serry (Hervé), « Le double jugement de l’art est-il possible? Les impasses d’une critique catholique dans trois polémiques littéraires et religieuses de l’entre-deux-guerres », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 26, 2008, pp. 73-90.

Sylvestre (Guy), « Qu’est-ce que l’art ? », En avant !, 3 novembre 1939, p. 3.

Sylvestre (Guy), « Saint-Denys Garneau’s world of spiritual communion », The Canadian Poetry Magazine, vol. 6, n° 4, mars 1943, p. 5-11.

Sylvestre (Guy), « Poésie et religion », Revue dominicaine, vol. 57, n° 1, janvier 1951, p. 45-48.

Sylvestre (Guy), « Réflexions sur notre roman », Culture, vol. 12, n° 3, septembre 1951, pp. 227-246.

Sylvestre (Guy), « Que lit-on au Canada français ? », La Nouvelle revue canadienne, juin-juillet 1952, pp. 134-136.

Sylvestre (Guy), « Littérature et morale », La nouvelle revue canadienne, mars-avril 1953, p. 257-261.

Van den Heede (Philippe), Réalisme et vérité dans la littérature. Réponses catholiques : Léopold Levaux et Jacques Maritain, Fribourg, Academic Press, 2006.

Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Éditions Complexe, 2004.

Vanderpelen-Diagre (Cécile), Mémoire d’y croire. Le monde catholique et la littérature au Québec (1920-1960), Québec, Éditions Nota Bene, 2007.

Warren (Jean-Philippe), « Gérard Pelletier et Cité Libre : la mystique personnaliste de la Révolution tranquille », Société, 20-21, été 1999, pp. 313-346.

Wyczynski (Paul), « Histoire et critique littéraires au Canada français », Recherches sociographiques, vol. 5,  1-2, 1964, pp. 11-69

Haut de page

Notes

1 Serry (Hervé), « Le double jugement de l’art est-il possible ? Les impasses d’une critique catholique dans trois polémiques littéraires et religieuses de l’entre-deux-guerres », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 26, 2008, p. 73-90.

2 Idem, p. 75.

3 Je tiens à remercier chaleureusement Karim Larose pour ses très généreux commentaires sur une version préliminaire de ce texte.

4 Pelletier (Gérard), « Mauriac et nos seize ans », in Le Devoir, 14 juin 1952, p. 8.

5 Marie-Pier Luneau a montré comment Lionel Groulx, le plus influent intellectuel québécois de la première moitié du xxe siècle, aussi romancier à ses heures, a dû signer des critiques sous pseudonymes pour faire la promotion de ses propres livres : Lionel Groulx. Le mythe du berger, Montréal, Leméac, 2003.

6 Sylvestre (Guy), « Que lit-on au Canada français ? », La Nouvelle revue canadienne, juin-juillet 1952, p. 134-136.

7 Lemelin à Guy Sylvestre, 31 mai 1944, Bibliothèque et archives du Canada (BAC), Fonds Guy-Sylvestre, LMS-0110, cité par Vanderpelen-Diagre (Cécile), Mémoire d’y croire. Le monde catholique et la littérature au Québec (1920-1960), Québec, Éditions Nota Bene, 2007, p. 82.

8 Hébert (Pierre), Censure et littérature au Québec. Le livre crucifié (1625-1919), Montréal, Fides, 1997 ; Pierre Hébert, Censure et littérature au Québec. Des vieux couvents au plaisir de vivre (1920-1959), Montréal, Fides, 2004.

9 Garand (Dominique), La griffe du polémique. Le conflit entre les exotiques et les régionalistes, essai, Montréal, L’Hexagone, 1989.

10 Saint-Jacques (Denis) (dir.), L'artiste et ses lieux. Les régionalismes de l'entre-deux-guerres face à la modernité, Québec, Nota bene, 2007.

11 Giguère (Richard), « Alfred DesRochers et Albert Pelletier : deux critiques et essayistes modernes », Voix et images, vol. 17, n° 2, 1992, p. 219-231.

12 Lire le dossier « L’Âge de la critique, 1920-1940 », Voix et images, n° 50, hiver 1992.

13 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Mémoire d’y croire, op. cit. p. 82. Sur le contexte belge de la même question, lire Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Éditions Complexe, 2004. Lire aussi Van den Heede (Philippe), Réalisme et vérité dans la littérature. Réponses catholiques : Léopold Levaux et Jacques Maritain, Fribourg, Academic Press, 2006. Sur le contexte francophone en général, lire Dierkens (Alain), Gugelot (Frédéric), Preyat (Fabrice) et Vanderpelen-Diagre (Cécile) (dirs.), La croix et la bannière. L’écrivain catholique en francophonie (xviie-xxie siècles), Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2007.

14 Sur l’histoire de la critique québécoise, lire Wyczynski (Paul), « Histoire et critique littéraires au Canada français », Recherches sociographiques, vol. 5, n° 1-2, 1964, p. 11-69 ; Hébert (Pierre), « Histoire de la critique et faits divers », Voix et Images, vol. 18, n° 3, 1993, p. 635-641 ; Hayward (Annette) et Whitfield (Agnès) (dirs.), Critique et littérature québécoise, Montréal, Triptyque, 1992.

15 Né en 1906 près de Drummondville, le père Carmel Brouillard fit ses études primaires à Woonsocket (dans le Rhode Island), puis son cours classique chez les pères franciscains du Collège séraphique de Trois-Rivières et des études de philosophie au collège Saint-Marie des pères jésuites à Montréal. Il entra au noviciat des franciscains, à Sherbrooke, en 1928. Directeur de la Revue franciscaine (1935-1937), il publia à la même époque des critiques littéraires dans plusieurs revues et journaux, dont Le Canada, Nos Cahiers, La Revue dominicaine, Les Idées, L’Action nationale, la Renaissance, Le Bien public et la Province. En septembre 1937, après avoir passé sa licence en sciences sociales à l’Université de Montréal, il partit compléter sa formation en France, entre autres auprès des jésuites de l’Action populaire. Ayant dû quitter Paris occupé, il séjourna en Corse où il occupa un poste de professeur de philosophie et fut brièvement curé du petit village de Pascala, puis il s’installa à Marseille afin de se rapprocher d’une préfecture plus influente. Il publia un livre de poésie aux Éditions Jean Renard dans la Collection des poètes catholiques, dirigée alors par Jean Soulairol. En octobre 1942, il s’enfuit en Angleterre où il servit dans l’armée britannique comme chapelain. Il décida de rester en Angleterre à la fin des hostilités militaires et défroqua en décembre 1969, deux ans seulement avant de mourir à Staines, dans le Middlesex. Lire Brouillard (Wilfrid), Je suis mes ancêtres, Montréal, Éditions du Fleuve, p. 90 ; Desjardins (Maurice), « L’aventureuse odyssée du Père Carmel Brouillard », Le Nouvelliste, 21 avril 1943.

16 Né à Sorel en 1918, Guy Sylvestre fit son cours classique au collège Sainte-Marie. Sa famille ayant déménagé à Ottawa, le jeune Sylvestre poursuit ses études à la Faculté des arts de l’Université d’Ottawa, passant ainsi d’un milieu jésuite à un milieu dominicain. D’abord thomiste de stricte obédience, Guy Sylvestre évolue peu à peu vers une pensée qui incluait les avancées les plus audacieuses des néothomistes. De 1937 à 1941, il suivit les cours de l’Institut de philosophie de l’Université d’Ottawa et, au bout de quatre ans, passa sa maîtrise à l’Université d’Ottawa et commença une thèse de doctorat sur Jacques Maritain, dissertation qu’il ne compléta cependant jamais. À partir de 1940, et pour les huit années suivantes, Sylvestre fut critique littéraire au quotidien le Droit, à Ottawa. Il collabora aussi à d’autres revues et journaux, dont la Relève. En 1943, il fonda Gants du ciel, une revue qui devait son titre à un passage des lettres de Cocteau à Maritain et qui publiait des poèmes, des essais littéraires et philosophiques, des essais sur la musique et la peinture, et des illustrations de tableaux. Elle tint bon jusqu’en 1946. Sylvestre fut ensuite membre du comité de rédaction La nouvelle revue canadienne dirigée par Pierre Daviault de 1951 à 1956. Il fit entre autres paraître une Anthologie de la poésie canadienne d’expression française (1943), un ouvrage dont la popularité ne se démentit pas pendant deux décennies, connaissant pas moins de sept éditions (grossissant peu à peu de 141 à 412 pages), et qui fut utilisée comme manuel de classe dans les collèges et les universités. Sylvestre publia aussi Poètes catholiques de la France contemporaine (1944), un livre qui incluait des critiques de Paul Verlaine, Paul Claudel, Charles Péguy, Francis Jammes, Francis Vielé-Griffin, Henri Ghéon, Raïssa Maritain et Marie Noël. Après avoir été secrétaire privé du premier ministre fédéral Louis Saint-Laurent (1945-1950), il fut directeur associé de la Bibliothèque du parlement (1956-1968), puis directeur de la Bibliothèque nationale du Canada (1968-1983).

17 Né en 1925 à Sherbrooke, Gilles Marcotte a obtenu une maîtrise en littérature à l’Université de Montréal en 1951 et un doctorat à l’Université Laval en 1969. Ayant commencé comme journaliste à La Tribune (Sherbrooke), il est engagé au Devoir de 1948 à 1955 pour prendre en charge la section littéraire. Il a travaillé ensuite à Radio-Canada comme réalisateur (1955-1957) et à l’Office national du film (ONF) comme scénariste et directeur de la recherche pour la production française (1957-1961). Il est retourné à ses premières amours, le journalisme, de 1961 à 1966 à La Presse. Nommé professeur de littérature à l’Université de Montréal en 1966, il prit sa retraite en 1995. En plus d’une œuvre de fiction, Marcotte est l’auteur d’une imposante production en critique littéraire (plus de 20 titres et 1500 articles), dont l’influence au Québec demeure à ce jour inégalée. Citons notamment Une littérature qui se fait (1962), Le temps des poètes (1969) et Le roman à l’imparfait (1976).

18 Longhaye (R. P. Georges), Théorie des belles-lettres. L’âme et les choses dans la parole, Paris, Pierre Téqui, 1885.

19 Il existe sur ce sujet une littérature abondante. Citons seulement Lamonde (Yvan), « La Relève (1934-1939). Maritain et la crise spirituelle des années 1930 », Les Cahiers des dix, n° 62, 2008, p. 153-194, ainsi que Angers (Stéphanie) et Fabre (Gérard), Échanges intellectuels entre la France et le Québec (1930-2000). Les réseaux de la revue Esprit avec La Relève, Cité libre, Parti Pris et Possibles, Sainte-Foy, Les Presses de l'Université Laval, 2004.

20 Sur Cité libre, la moisson savante est aussi abondante. Lire entre autres Warren (Jean-Philippe), « Gérard Pelletier et Cité Libre : la mystique personnaliste de la Révolution tranquille, », Société, n° 20-21, été 1999, p. 313-346.

21 Sapiro (Gisèle), La guerre des écrivains (1940-1953), Paris, Fayard, 1999, p. 127.

22 Fouilloux (Étienne), Une Église en quête de liberté. La pensée catholique française entre modernisme et Vatican II (1914-1962), Paris, Desclée de Brouwer, 1998.

23 Lire Saint-Jacques (Denis) et Robert (Lucie) (dir.), La vie littéraire au Québec, Tome vi (1919-1933) : « Le nationaliste, l'individualiste et le marchand », Québec, Presses de l’Université Laval, 2010.

24 Louis Dantin vivait alors en exil, aux États-Unis. Louis Dantin, Essais critiques, I et II, édition critique d'Yvette Francoli, Montréal, Les Presses de l'Université de Montréal, 2002. Sur le style de Dantin, lire Gaboury (Placide), Louis Dantin et la critique d’identification, Montréal, Hurtubise, 1973.

25 Brouillard (Carmel), « Enquête sur la littérature », Les Cahiers franciscains, vol. 3, n° 2, février 1934, p. 129-164 ; Claude-Marie Gagnon, La littérature populaire religieuse au Québec : sa diffusion, ses modèles et ses héros, Québec, Université Laval, « Études et documents en sciences de la religion, Cahiers de recherches en sciences de la religion », Sainte-Foy, 1986.

26 Bouffard (Roland), « Réalisme et critique », La Renaissance, 24 août 1935, p. 5 ; Fr. Réginald Roy, « L’intelligence sympathique », Cahiers franciscains, vol. 4, n° 3, février 1935, p. 97 ; Bugnet (Georges), « Le P. Carmel Brouillard, critique littéraire », Les Idées, vol. 7, n° 5-6, novembre 1937 – janvier-mars-avril 1938, p. 268-279.

27 Brouillard (Carmel), Sous le signe des muses, op. cit., p. 11.

28 Idem, p. 17.

29 Marcotte (Gilles), « Les années trente : de Monseigneur Camille à la Relève », Voix et images, vol. 5, n° 3, 1980, p. 515-524.

30 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Mémoire d’y croire…, op. cit., p. 23.

31 Calvet (Jean), D’une critique catholique, Paris, Spes, 1927, p. 131, cité par Cécile Vanderpelen-Diagre, Mémoire d’y croire, p. 34.

32 Cité dans Choquette (Adrienne), Confidences d’écrivains, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1939, p. 71-72 ; Giguère (Richard), « Ces restes d’inquisition… Littérature, édition et censure dans les correspondances d’écrivains de l’entre-deux-guerres au Québec », Voix et images, vol. 23, n° 2, 1998, p. 248-265.

33 Brouillard (Carmel), « À la gloire de Nérée Beauchemin », Les Cahiers franciscains, vol. 3, n° 3, mai 1934, p. 225-230 ; Brouillard (Carmel), « Nérée Beauchemin », Les Cahiers franciscains, vol. 1, n° 4, décembre 1931, p. 37-45.

34 Brouillard (Carmel), Sous le signe des muses, op. cit., p. 43.

35 Idem, p. 45.

36 Dagenais (Gérard), « La critique des livres », L’Ordre, 13 avril 1935, p. 4. Lire aussi Lefebvre (Marie-Thérèse), « L’influence d’Art et scolastique (1920) de Jacques Maritain au Québec », Caron (Sylvain) et Duchesneau (Michel) (dir.), Musique, art et religion dans l’entre-deux-guerres, Lyon, Éditions Symétrie, 2009, p. 71-81.

37 Dagenais (Gérard), « La critique des livres », L’Ordre, 13 avril 1935, p. 4.

38 Idem.

39 Sylvestre (Guy), « Saint-Denys Garneau’s world of spiritual communion », The Canadian Poetry Magazine, vol. 6, n° 4, mars 1943, p. 5.

40 Lettre de Jacques Maritain à Guy Sylvestre, 13 septembre 1943, New York, Les Écrits du Canada français, vol. 49, 1983, p. 107.

41 Sur la pensée esthétique de Maritain, lire de cet auteur Art et scolastique, Bruges, Desclée de Brouwer, 1920 ; Réponse à Jean Cocteau, Paris, Stock, 1926 ; Frontières de la Poésie et autres essais, Rouart et Fils Paris 1935. Lire également Hanke (John W.), Maritain's ontology of the work of art, The Hague, Nijhoff, 1973.

42 Sylvestre (Guy), « Qu’est-ce que l’art ? », En avant!, 3 novembre 1939, p. 3.

43 Sylvestre (Guy), « Poésie et religion », Revue dominicaine, vol. 57, n° 1, janvier 1951, p. 46.

44 Sylvestre (Guy), « Littérature et morale », La nouvelle revue canadienne, mars-avril 1953, p. 260. À noter que ce texte, tardif, explicite des présupposés déjà en germe avant la guerre sous une forme plus voilée et timide.

45 Ibid, p. 261.

46 Idem.

47 Sylvestre (Guy), « Réflexions sur notre roman », Culture, vol. 12, n° 3, septembre 1951, p. 227-246.

48 Sylvestre (Guy), « Littérature et morale », op. cit., p. 260.

49 Marcotte (Gilles), « Albert Béguin nous parle de Sartre et de quelques autres », Le Devoir, 25 avril 1953, p. 7.

50 M[arcotte] (G[illes]), « Le treizième Nénuphar », Le Devoir, 24 avril 1954, p. 6.

51 Robert (Lucie), De l'institution du littéraire à l'institution littéraire ; L'Institution du littéraire au Québec, Québec, Presses de l'Université Laval, 1989.

52 Marcotte (Gilles), Le Lecteur de poèmes, précédé de Autobiographie d’un non-poète, Montréal, Boréal, 2000, p. 11.

53 Cités par Marcotte (Gilles), Le Lecteur de poèmes, op. cit., p. 12.

54 Marcotte (Gilles), « Affrontement chrétien : la vie enfin vécue... », Le Devoir, 15 avril 1950, p. 9.

55 Idem. On retrouve cette injonction dans un texte plus tardif : Marcotte (Gilles), « La religion dans la littérature canadienne-française contemporaine », dans Dumont (Fernand) et Falardeau (Jean-Charles) (dirs.), Littérature et société canadiennes-françaises, Québec, Presses de l’Université Laval, 1964, p. 167-176.

56 Marcotte (Gilles), Les bonnes rencontres. Chroniques littéraires, Montréal, Hurtubise-HMH, 1971, p. 66-67

57 Marcotte (Gilles), « Quand on nous parle de Dieu... », Le Devoir, 12 août 1950, p. 5.

58 Marcotte (Gilles), « Cherchant qui dévorer », Le Devoir, 2 février 1952, p. 7.

59 Luc Estang, « À propos des Stigmates », Le Devoir, 28 octobre 1950, p. 9.

60 Marcotte (Gilles), « Les deux innocences », Le Devoir, 29 juillet 1950, p. 7.

61 Marcotte (Gilles), « Un catholique peut-il écrire des romans ? », Le Devoir, 5 avril 1952, p. 7.

62 Marcotte affirmait que Char était la plus grande voix poétique de son temps (« Reconnaissance à René Char », Le Devoir, 3 octobre 1953, p. 6). En 1962, lors d’une enquête réalisée auprès d’une centaine d’intellectuels canadiens-français, Guy Sylvestre avait cité comme ses maîtres penseurs le philosophe Jacques Maritain, ainsi que les écrivains Paul Claudel, François Mauriac, Pascal et Châteaubriand. Gilles Marcotte avait quant à lui cité le philosophe Teilhard de Chardin, ainsi que les écrivains Paul Claudel, René Char, Albert Camus et Saint-Denys Garneau (Lesage (Germain), Notre éveil culturel, Montréal, Rayonnement, 1963, p. 138-140). Sans être radicale, l’évolution des références entre l’un et l’autre critique littéraire (de Maritain à Teilhard) trahit elle aussi une tendance vers un détachement de l’éthique religieuse à partir d’une réflexion sur les exigences contemporaines de la foi elle-même.

63 Marcotte (Gilles), « Une affaire entre nous », Le Devoir, 25 novembre 1951, p. 13.

64 Marcotte (Gilles), « Vivre, ou ne pas vivre... », Le Devoir, 23 juin 1950, p. 8.

65 Marcotte (Gilles), « Mauriac sur la corde raide », Le Devoir, 16 juillet 1954, p. 5.

66 Marcotte (Gilles), « Quand on nous parle de Dieu... », Le Devoir, 12 août 1950, p. 5.

67 Idem.

68 Marcotte (Gilles), « Message pour un temps d’agonie », Le Devoir, 3 novembre 1952, p. 7.

69 Idem.

70 Marcotte (Gilles), « Littérature du xxe siècle et christianisme », Le Devoir, 25 juillet 1953, p. 7.

71 Dostaler O’Leary, « Qu’est-ce que la littérature ? », Notre temps, 10 août 1946, p. 5.

72 Chaput-Rolland (Solange), « Rencontre avec Charles Du Bos », Le Devoir, 31 juillet 1954, p. 8 ; Blain (Maurice), « Charles Du Bos », Le Devoir, 19 août 1950, p. 8.

73 Du Bos (Charles), Qu’est-ce que la littérature?, Lausanne, L’âge d’homme, « Le bruit du temps », 1989, p. 13.

74 Élie (Robert), dans Godin (Gérald), « Robert Élie : vis d’abord, on verra après. Entrevue », Magazine Maclean, novembre 1964, p. 12.

75 Je remercie Karim Larose de m’avoir mis sur cette piste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Warren, « Apostolat, transcendance, dialogue : Réflexions autour de la critique littéraire catholique québécoise de 1935 à 1955 », COnTEXTES [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://contextes.revues.org/5586 ; DOI : 10.4000/contextes.5586

Haut de page

Auteur

Jean-Philippe Warren

Concordia University

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page