Navigation – Plan du site

L’influence vivante du personnalisme de Mounier sur la philosophie esthétique et la poésie de Léopold Sédar Senghor

Nadia Yala Kisukidi

Résumé

Léopold Sédar Senghor fut profondément influencé par le personnalisme de Mounier. Cette influence est manifeste dans sa philosophie de l’art, qui accorde à l’art une dimension humaniste. Les points de rencontre entre la négritude de Senghor et le personnalisme de Mounier se centrent essentiellement autour du problème de la finalité de l’art et de la vocation du poète, dans l’espace sociopolitique. Pour les deux auteurs, l’art joue un rôle dans le renouveau civilisationnel qu’ils appellent tous deux contre le monde capitaliste de l’argent et la négation culturelle opérée par l’entreprise coloniale. Cette compréhension commune de la destination de l’art laisse apparaître, bien plus qu’une influence du personnalisme sur la pensée de Senghor, mais bien plutôt quelque chose comme une affinité.

Leopold Sendar Senghor was deeply influenced by Mounier’s personalism. This influence is obvious in his aesthetic philosophy, in which art has a humanistic sense. The dialogue between Senghor’s philosophy of negritude and Mounier’s personalism is based on the problems of the finality of art and the vocation of the poet in the social world. According to the two thinkers, art has to play a capital role in the renewing of civilisation, against the capitalistic world of money and the process of cultural negation embodied by the colonisation. This mutual understanding of art’s destination shows more than a personalistic influence on Senghor’s thought, but something like a real affinity between his philosophy and Mounier’s one.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hymans (Jacques Louis), Léopold Sédar Senghor. An intellectual biography, Edinburgh, Edinburgh Univ (...)
  • 2 Hymans (Jacques Louis), op.cit., p. 263. L’ensemble des lettres que Senghor écrivit à Hymans, après (...)
  • 3 Ibid., p. 263. On remarquera que Senghor est lui-même édité au Seuil.
  • 4 Ibid., p. 263.
  • 5 Pour une esquisse, non seulement de ce conflit, mais des différentes collaborations entre Senghor e (...)

1Alors président du Sénégal, Léopold Sédar Senghor relate avec précision son parcours intellectuel et les influences qui traversèrent sa pensée de la négritude dans un ensemble de lettres précieuses qu’il adressa à Jacques-Louis Hymans, auteur d’une thèse importante sur le président-poète, publiée en 1971, en anglais, sous le titre Leopold Sédar Senghor. An intellectual biography1. Dans une première lettre, datée du 22 octobre 19632, Senghor évoque l’influence effective qu’eurent deux grands penseurs catholiques sur son évolution intellectuelle : Jacques Maritain, entre 1932 et 1940, puis le Père Teilhard de Chardin, dès 1950 et, plus profondément encore, en 1955, quand ses œuvres furent publiées aux Éditions du Seuil3. A l’ombre de ces pensées s’en profile une autre, dont Senghor semble toutefois amoindrir la portée : celle de Mounier et de la revue Esprit. Ce jugement de Senghor sur l’importance de la pensée de Mounier dans son cheminement intellectuel semble pourtant devoir être nuancé : on sait qu’en 1963, Senghor est en conflit ouvert avec Esprit – ce qu’il ne manque pas de noter dans sa lettre4, critiquant au passage la nouvelle direction de la revue, tenue alors par Jean-Marie Domenach5. Cependant, un an plus tard, Senghor nuance son jugement en précisant le poids effectif du personnalisme de Mounier sur sa pensée, dans une lettre datée du 5 décembre 1964.

  • 6 Hymans (Jacques Louis), op. cit., p. 267. Cette traduction est la nôtre. Elle renvoie à ce passage (...)
  • 7 On rappellera, au passage, que Mounier est né en 1905 et Senghor en 1906.

2Il écrit : « À première vue, les vivants m’ont toujours très peu influencé. […] Parmi les vivants, la seule influence véritable que j’ai éprouvée fut celle d’Emmanuel Mounier6. » Le propos est ainsi clair, l’influence d’un Maritain ou d’un Teilhard de Chardin est celle d’une autre génération de penseurs, faisant figure de maîtres pour le jeune intellectuel se formant dans les années 1930 et 1940, en France. Or l’influence de Mounier qu’évoque Senghor n’est pas du même type : elle désigne un dialogue vivant, direct et véritable, avec un philosophe de sa génération7.

3Sur quoi se fonde ce dialogue vivant ? Quel peut-être son objet ? Quelle forme prend-il ?

4Ce triple questionnement appelle d’emblée quelques remarques d’ordre méthodologique et exige de prendre en compte un paradoxe, qui constitue, en fait, une sérieuse difficulté.

  • 8 Hymans (Jacques Louis) note à plusieurs reprises l’effectivité d’un tel rapprochement intellectuel (...)

5Penser un dialogue vivant entre Senghor et Mounier peut orienter notre étude sur deux chemins. Le premier est celui de l’étude historique, recherchant les communications concrètes, les entrevues entre les deux penseurs – entreprise engageant immédiatement de croiser les biographies de Mounier et de Senghor8. Le second consiste à étudier les convergences et les divergences des deux pensées. Certes, on pourrait aisément rétorquer qu’en droit, la première étude, tissant un lien direct, empirique entre les deux auteurs, fonde la seconde ; cependant ce qu’appelle la deuxième méthode – celle d’un rapprochement par convergence ou divergence – c’est une confrontation directe des textes théoriques des deux auteurs, confrontation ayant pour tâche de relever les problèmes communs à leurs entreprises philosophiques et de comparer les concepts qu’ils ont été amenés à créer pour les résoudre.

  • 9 Mounier (Emmanuel), L’Éveil de l’Afrique Noire, Paris, Éditions des Presses de la Renaissance, coll (...)

6Analyser l’influence de Mounier sur la pensée de Senghor exige, ici, ce second travail quasi archéologique (au sens où il s’agit de retrouver des traces, ou des nœuds explicites de confrontation permettant de saisir la manière dont se construit une pensée) de comparaison des textes théoriques, philosophiques et littéraires. Cependant, devant cette tâche se dresse très vite un paradoxe, qui constitue, en soi, une difficulté de taille. Si Senghor parle d’une influence de Mounier dans son cheminement intellectuel, ses textes théoriques, politiques et esthétiques, n’évoquent jamais, de manière frontale, la pensée personnaliste. Et Mounier lui-même, s’il parle, en découvrant Joal, de la « patrie de [son] ami Senghor9 », dans L’Éveil de l’Afrique noire, n’engage pas plus, dans ses grandes œuvres philosophiques, d’analyse serrée des thèses de la négritude senghorienne.

7Où peut donc se situer le lieu de ce dialogue, de cette influence vivante qu’évoque Senghor ? Quelle forme prend cette inspiration personnaliste qui participa, d’une façon certaine, mais à un degré qu’il faut définir, à la constitution de sa philosophie ?

  • 10 Diagne (Souleymane Bachir), Léopold Sédar Senghor. L’art africain comme philosophie, Paris, Riveneu (...)

8Repérer ce lieu suppose d’abord, et de façon nécessaire, de saisir la nature des enjeux philosophiques de la négritude senghorienne, loin des polémiques ou des accusations massives, parfois pertinentes, parfois rapides, dont elle a pu faire l’objet. Et là où le sens philosophique de la négritude senghorienne se développe de manière intégrale, comme le montre Souleymane Bachir Diagne dans son livre Léopold Sédar Senghor. L’art africain comme philosophie, c’est dans son déploiement comme herméneutique et philosophie de l’art10. Philosophie de l’art qui assigne une vocation éthique et métaphysique à l’art, au poète, et qui, à travers cette double dimension, entre en résonance vivante avec la philosophie personnaliste de Mounier, qui attribue aussi à l’art, à la poésie, un statut éthique et métaphysique singulier.

9Ainsi, une des premières formes que pourrait revêtir ce dialogue direct entre les deux auteurs prendrait corps au sein d’une communauté de problèmes, et, peut-être même, d’une communauté de visions posant les jalons d’une théorie de l’art, centrée sur les questions de sa finalité et de la vocation du poète, de l’artiste au sein de l’espace sociopolitique.

10Mounier et Senghor défendent, en effet, une certaine vérité de l’art, sous-tendue par un impératif éthique et une anthropologie métaphysique appelant à concevoir l’homme à partir de ce qui le dépasse. Chez Senghor, la question de l’art, en tant qu’elle peut porter les traces d’une inspiration personnaliste, a un véritable enjeu pour la constitution de sa philosophie de la négritude : elle contribue, sur un mode concret et pratique, à consolider une orientation qu’elle partage avec la pensée de Mounier, celle de son affirmation comme philosophie humaniste, en un sens qu’il faudra préciser.

11La mise à l’épreuve de cette hypothèse de lecture de la négritude senghorienne se concentrera ainsi autour des trois questions suivantes : 1/ Pourquoi la question de l’art constitue-t-elle un lieu de rencontre privilégié entre la négritude de Senghor et le personnalisme de Mounier ? ; 2/ Quelle compréhension précise de la finalité de l’art est engagée par les deux auteurs ? ; 3/ Et, de là, comment conçoivent-ils la vocation du poète, d’un point de vue sociopolitique, face au processus de dépersonnalisation capitaliste et colonial ?

1. La rencontre de Mounier et de Senghor autour d’une conception humaniste de l’art

  • 11 Cet article publié dans le seul et unique numéro de la revue, daté de mars 1935, s’intitule : « L’h (...)
  • 12 Pour des informations sur l’élaboration de L’étudiant noir et ses liens avec d’autres revues de l’é (...)
  • 13 Senghor rappelle dans une communication effectuée à l’occasion de l’ouverture du colloque de Dakar, (...)
  • 14 Héritages intellectuels communs, à travers les pensées de Nietzsche, Scheler, Marx, Maritain, Bergs (...)

12Mounier fonde la revue Esprit en 1932 – revue au sein de laquelle il élabore, aux côtés d’autres publications, les orientations conceptuelles de sa philosophie personnaliste. Senghor, arrivé en France en 1928, publie son premier article11 en 1935 dans une revue, éphémère, L’Étudiant Noir, qu’il fonda alors avec Aimé Césaire12. Chez Senghor commencent à se dessiner les linéaments de cette philosophie humaniste, qui prendra le nom de négritude13. Senghor et Mounier construisent ainsi leurs pensées respectives dans les années 1930. Elles sont traversées, en grande partie, par les mêmes héritages intellectuels14, ainsi que par des orientations politiques (parenté avec une gauche non marxiste) et spirituelles (importance de la foi chrétienne catholique) communes.

13Une première confrontation des projets philosophiques de Senghor et de Mounier laisse apparaître une véritable communauté de problèmes et de visions qui permettent de cerner dans quelle mesure le personnalisme irrigue, en un sens, la négritude de Senghor, comprise comme philosophie de l’art.

  • 15 Ce terme renvoie au titre d’un article célèbre de Mounier, qui inaugure le premier numéro de la rev (...)
  • 16 On retrouve, de façon particulièrement éloquente, le vocabulaire de la « crise » dans une communica (...)

14En effet, pour le personnalisme de Mounier, il s’agit avant tout de « refaire la Renaissance15 », c’est-à-dire de jeter les bases d’un humanisme nouveau, dont la tâche est de répondre à une crise civilisationnelle européenne, qui est une crise de l’homme. Senghor reprend cette exigence d’une refondation de l’humanisme, à partir du même constat de crise16 civilisationnelle, analysée dans les termes d’une dépersonnalisation, d’une aliénation, des sociétés européennes structurées économiquement par le mode de production capitaliste et politiquement (ou idéologiquement) par un libéralisme politique abstrait exaltant l’individu comme repli ou simple présence à soi, sans attache concrète. Constat commun d’une civilisation à refaire, donc, dont la colonisation, le règne de l’argent, à travers l’avènement de la figure du bourgeois, manifestent au plus haut point la délitescence.

  • 17 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération, Saint-Maur, Éditions Parole et Silence, 2000, p. 189 : (...)

15Partant du même constat de crise civilisationnelle, on apercevra comment le problème de Mounier est aussi celui de Senghor : il s’agira, dans leurs philosophies respectives, de penser une émancipation véritable de l’homme17, c’est-à-dire une émancipation « intégralement humaine », qui soit reconquête du spirituel.

  • 18 Sur ce point, on se rapportera, chez Mounier, à Mounier et sa génération (op. cit.) à la page 104, (...)
  • 19 Diagne (Souleymane Bachir), op.cit., p. 9.

16Cette conception de l’émancipation s’appuie sur une même vision anthropologique : l’homme, en tant que réalité spirituelle incarnée, est une « puissance créatrice18 » – puissance créatrice qui doit être ressaisie dans sa dimension cosmique et religieuse. Cette anthropologie trouve sa source, chez Senghor, dans une « herméneutique de l’art africain19 » ; chez Mounier, elle est traversée par une inspiration chrétienne.

  • 20 Senghor (Léopold Sédar), « L’esthétique négro-africaine » (1956), Liberté I, op. cit., p. 202-217.
  • 21 Senghor (Léopold Sédar), « De la négritude » (1969), Liberté V, op. cit., p. 19 : « L’ontologie nég (...)
  • 22 Senghor (Léopold Sédar), « L’inspiration poétique, ses sources, ses caprices » (1970), Liberté V, o (...)
  • 23 Mounier (Emmanuel), Manifeste au service du personnalisme, op. cit., p. 485.
  • 24 Ibid., p. 487.
  • 25 Mounier (Emmanuel), « Personnalisme et christianisme », Refaire la Renaissance, op. cit., p. 497.

17Pour Senghor, l’art africain présentifie, en effet, une certaine métaphysique où l’être n’est pas conçu comme identité à soi, mais comme vie : être c’est vivre. Cette ontologie vitale implique une anthropologie et une cosmologie : l’homme ne se réalise véritablement qu’en « accroissant sa force vitale » par son contact avec la matière20. Cette force vitale forme la texture du monde, dont la source est Dieu21, « Force des forces22 ». Ce vitalisme onto-théologique, en ce qu’il articule une certaine théorie de l’être à l’affirmation d’une transcendance, rencontre l’anthropologie métaphysique de Mounier : l’homme est « cette liberté créatrice23 », dont la destination spirituelle est de « féconder le monde du perpétuel miracle de sa création24 ». La personne en sa vérité porte Dieu, sans pouvoir être Dieu25.

  • 26 Senghor (Léopold Sédar) fut un lecteur des travaux d’ethnophilosophie du Père Placide Tempels, qui (...)
  • 27 Ce point sera abordé avec plus de précision dans la troisième partie de cet article. Cependant, on (...)

18Le vitalisme de Senghor prend corps à l’intérieur d’une ontologie existentielle, qu’il définit, à la suite des travaux du Père Placide Tempels26, comme étant une ontologie proprement « négro-africaine » (ce qui explique, en partie, les accusations légitimes d’essentialisme qui furent faites à Senghor). Cette ontologie communique avec l’anthropologie chrétienne de Mounier, en ce qu’elles affirment toutes deux la capacité, pour l’homme, d’inscrire le spirituel dans le temporel. Ces deux anthropologies, soutenues par des métaphysiques singulières, sont au fondement d’une exigence éthique d’action et d’engagement dans le monde, en tant qu’elles reconnaissent la réalité humaine à travers son essentielle incarnation27. Mais aussi et surtout, cette anthropologie métaphysique qui inscrit la question de l’homme au cœur d’une énergétique des forces vitales chez Senghor, sous-tend toute sa philosophie de l’art. On comprendra ainsi pourquoi le lieu du dialogue, entre Mounier et Senghor, peut se situer, de manière privilégiée, autour de la question de l’art et de son expression : au cœur de la question de l’art, se joue, en fait, la question de l’homme.

19Chez Senghor, en effet, la constitution d’une anthropologie assignant comme fin à l’homme l’accroissement de la force vitale s’épanouit véritablement au sein d’une philosophie de l’art, qui, partant d’une « herméneutique  de l’art africain », produit une réflexion sur la création poétique, la finalité de l’art et la vocation du poète dans le contexte d’oppression économique et politique, qu’est celui du monde capitaliste et colonial.

20Dans l’acte de création, l’homme s’affirme pleinement, c’est-à-dire positivement, comme homme. L’art, chez Senghor, participe à l’édification humaine. En tant qu’activité créatrice par excellence, il possède donc une triple dimension :

211/ métaphysique : il est la manifestation, paradigmatique, de cette ontologie vitaliste qui texture le monde – ontologie s’explicitant, pour Senghor, dans les représentations symboliques produites par la civilisation « négro-africaine ».

  • 28 « Ce que l’homme noir apporte » est le titre d’un article important de Senghor, publié en 1939 dans (...)

222/ historique et politique : contre la négation de l’homme noir opérée par le processus colonial, l’art – les arts africains – présentifie, en acte, des faits de création. S’il y a art, c’est bien qu’il y a apport et nouveauté (donc « plus être »). L’analyse de l’art des peuples d’Afrique noire poursuit ainsi une double fin : a/ elle doit révéler la nature d’une vision, tellement autre, qu’elle a pu apparaître comme étant sans valeur aux yeux des puissances colonisatrices ; b/ et, d’un point de vue politique, elle contre l’entreprise coloniale de négation, en donnant à voir explicitement, pour le dire comme Senghor, « ce que l’homme noir apporte28 ».

  • 29 Les critiques de l’art pour l’art chez Senghor (comme chez Mounier, d’ailleurs) sont nombreuses. On (...)
  • 30 Senghor (Léopold Sédar), « De la négritude », Liberté V, op. cit., p. 15.
  • 31 On comprendra ainsi les critiques profondes de Senghor à l’égard du réalisme socialiste (voir Liber (...)
  • 32 Ibid., p. 179.
  • 33 Nous paraphrasons, ici, le titre d’un recueil de poèmes d’Aimé Césaire paru en 1946 aux éditions Ga (...)

233/ éthique : l’art et les artistes, et particulièrement les artistes de la négritude, ont, dans le monde contemporain, une vocation humaniste. L’activité artistique ne peut être une activité de repli, prenant ou bien la forme d’une activité auto-référentielle – l’art se prenant pour objet29 –, ou bien celle d’un refuge dans une sentimentalité confortable, oublieuse du monde. L’art, chez Senghor, est engagement, en ce qu’il suppose un double ancrage humain de l’artiste dans le monde : l’artiste est dans une communauté et doit faire communauté. L’art et particulièrement la poésie, ont une dimension « publique et collective30 », en ce qu’ils jouent un rôle dans l’émancipation de l’homme, non pas en réalisant un programme défini par un État31, qui se présenterait comme plus ou moins révolutionnaire, mais en affirmant la pleine positivité créatrice de tout homme et en révélant, à ce titre, la texture même du réel, qui est de nature spirituelle. C’est le sens de l’écriture poétique chez Senghor : « Participer aux mots, c’est participer au jeu des forces vitales, qui est l’expression du monde : de Dieu. En exprimant sa liberté, Dieu exprime, du même coup, la liberté des hommes32. » Dans sa dimension éthique, l’art apparaît comme une arme véritable, une « arme miraculeuse »33 même, contre tout processus d’aliénation, de dépersonnalisation, politique, économique et culturelle.

  • 34 Mounier (Emmanuel), « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », Refaire la Renaissan (...)
  • 35 Ibid., p. 174.
  • 36 Ibid., p. 174.

24C’est proprement au cœur de cette triple orientation de l’esthétique senghorienne que se joue un dialogue avec Mounier. On trouve, en effet, une expression explicite de cette triple orientation dans la théorie de l’art que développe Mounier dans le numéro spécial d’octobre 1934 de la revue Esprit « L’art et la révolution spirituelle ». La contribution de Mounier, intitulée « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », réinvestit les thèses personnalistes34 au sein d’une philosophie de l’art, qui englobe tout à la fois des questions poïétiques, une réflexion sur le statut de l’œuvre et de sa réception, ainsi qu’une analyse de la figure de l’artiste, à la fois sociale et métaphysique. Ce texte, auquel font écho les autres contributions de la revue, s’articule autour d’une promotion de la « vie selon l’art et selon la poésie »35 qui fait fond sur l’affirmation anthropologique suivante : « L’homme n’est pas fait pour l’utilité, mais pour Dieu, c’est-à-dire pour l’Inutilisable36. » Cette thèse commande la thématisation de cette vie selon l’art, dont la portée est métaphysique, politique et éthique.

  • 37 Ibid., p. 178.
  • 38 Mounier (Emmanuel), « Refaire la Renaissance », Refaire la Renaissance, p. 56.

25D’abord, d’un point de vue métaphysique, l’art est réaffirmation du lien indéfectible de l’homme à ce qui le transcende. En ce sens, l’art est présentification, de fait, de « toutes les surabondances de l’homme »37, en ce que l’homme, comme il l’est dit dans « Refaire la Renaissance », est « inséré, entouré, dominé ; il n’est qu’une part, un élu de la réalité spirituelle ; il n’emprisonne pas l’esprit, il est dévouement à l’esprit »38.

  • 39 Mounier (Emmanuel), « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », op. cit., p. 174.
  • 40 Ibid., p. 177.
  • 41 Ibid., p. 175.

26L’art, ensuite, en tant qu’il s’attache à défendre et à exprimer l’homme en sa vérité, a nécessairement une portée politique. Résistant à « l’uniformité des mécanismes oppresseurs »39, il contribue à l’accomplissement de l’homme « contre tout ce qui l’asservit et le diminue »40. L’artiste, dans l’espace sociopolitique, sera donc un révolté41 et son art un défi permanent au monde de l’argent.

  • 42 Ibid., p. 180.
  • 43 Ibid., p. 176.
  • 44 Lacroix (Jean), « Postface. L’art, instrument de communion », Esprit, n° 24-25, octobre 1934, p. 84

27Et, enfin, tout art véritable est soutenu par une éthique, qu’il ne proclame pas mais qui le traverse de façon nécessaire : l’art est communion, communion avec les hommes, communion avec l’univers42. L’art participe à la constitution d’une communauté de personnes qui ont renoué avec leur destination métaphysique, contre la brutalité de cette mystique hégémonique de l’individu, qui, dans le monde capitaliste, sépare et délie. Par conséquent, l’art ne pourra être ni « art de valets »43, au service d’une caste, d’un Etat, ni « art de tour d’ivoire », concentré sur la forme ou sur l’exacerbation excessive d’une intériorité fade, égoïstement tournée sur elle-même. Jean Lacroix, dans l’article qui conclut le numéro spécial d’Esprit consacré à l’art, prolongera cette réflexion de Mounier en promouvant un art personnaliste qui doit se défaire de deux grands mythes stériles : le mythe de la « solitude-artiste », le mythe de « l’art-rêverie » qui nous éloignerait de la vulgarité supposée du réel44.

28L’art a ainsi toute sa place dans la révolution personnaliste contre le « désordre établi ». On ne devra donc pas être frappé de la proximité qui existe entre ces thèses de Mounier ou celles que défend la revue (à travers les contributions d’Edmond Humeau ou de Jean Lacroix notamment) et les positions théoriques de Senghor.

  • 45 Les poèmes de Léon Damas sont publiés dans les numéros 23-24 d’Esprit de septembre 1934, p. 704-710 (...)
  • 46 Humeau (Edmond), « Préface à une poésie », Esprit, n° 25, octobre 1934, p. 40.

29Non seulement Esprit a déjà ouvert ses colonnes à des poètes comme Léon Gontran Damas dont trois poèmes publiés par la revue se retrouveront, en 1948, dans la célèbre Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française dirigée par Senghor45 ; mais aussi, dans le numéro d’octobre 1934, Edmond Humeau relève que « quelques poèmes d’ouvriers, de nègres, de paysans46 » participent à cette rénovation spirituelle qu’exige le personnalisme ou la vie selon la poésie. On peut ainsi largement imaginer les échos qu’eurent les thèses personnalistes sur Senghor, qui connut Mounier pendant l’entre-deux-guerres, et qui se reconnut dans cette lutte de Mounier et d’Esprit contre le « désordre établi » appelant une révolution civilisationnelle et engageant une certaine compréhension de l’homme, qui doit donner tout son sens à l’activité artistique.

  • 47 La renaissance européenne passe par un rapport fécondant avec l’Afrique noire capable de l’aider à (...)

30La réponse de Senghor à ce désordre se trouve, en effet, dans l’affirmation de la négritude. C’est la redécouverte de ce que l’Europe a nié en se niant elle-même, qui permettra une rénovation spirituelle47 et l’établissement d’une véritable communauté humaine universelle. L’étude de ce que Senghor appelle la « civilisation négro-africaine », qui s’est construite et exprimée à travers un art dont l’ontologie prend le contrepied des métaphysiques rationalistes et matérialistes d’un monde européen aliéné par son devenir-marchandise, œuvre ainsi à la constitution d’un humanisme intégral, non pas attaché à la promotion d’un type d’homme, l’homme blanc occidental, mais à celle de tous les hommes, en tant qu’ils contribuent tous, quelle que soit leur culture, à l’enrichissement du monde humain.

31Sur cette orientation de la négritude prise au sein d’une tension entre la double affirmation d’une discontinuité culturelle et d’une continuité humaine, on pourra noter une divergence profonde entre le personnalisme de Mounier et les thèses du président-poète. Cependant, avant de cerner cette divergence et d’en saisir la teneur, il faudra remarquer que s’il y a effectivement une influence de Mounier sur la pensée de Senghor, c’est d’abord parce qu’il y a entre les deux philosophies de profondes affinités. Ces affinités, que les questions de l’art manifestent au plus haut point, se prolongent autour du problème de la finalité de l’art. Car si l’art est expression de l’homme, sa finalité, première, est bien de nous le faire connaître, et particulièrement dans sa relation aux autres hommes et à l’univers.

2. La finalité de l’art : l’art comme « con-naissance »

  • 48 Dans l’introduction à Liberté I, Senghor dit de la négritude qu’elle définit la « personnalité afri (...)

32Chez Mounier, comme chez Senghor, la finalité de l’art est pensée à partir d’une anthropologie. Théorie de la personne et de la communauté, chez le premier, théorie de la civilisation africaine et du métissage, chez le second48.

  • 49 Mounier (Emmanuel), « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », op. cit., p. 174.
  • 50 Senghor (Léopold Sédar), « Laye Camara et Lamine Niang ou l’art doit être incarné », Liberté I, op. (...)
  • 51 Ibid., p. 174.
  • 52 Senghor place en exergue à une réflexion sur la poésie de Saint John Perse, intitulée : « Saint-Joh (...)

33Comme le montre Mounier, dans « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste » : « La meilleure part de [l’homme] est dans ce besoin primordial [de désintéressement], son vrai pain quotidien : l’épanouissement d’une vie intérieure au sein d’une vie communautaire. La vie selon l’art, selon la poésie est une des dimensions essentielles de cette activité désintéressée […]. Tout homme devrait y participer pour une large part de lui-même et de son temps49. » Cette thèse de Mounier fait écho à ce que conçoit Senghor, car, pour lui, ce qui justifie l’activité de l’homme est la « pureté du cœur, rendu à son intimité originelle avec Dieu »50, contre les « mythes modernes de l’argent, du rendement, du progrès51 ». L’art donne ainsi son « premier corps et son premier visage52 », à cette intimité originelle avec Dieu, qui est révélation de cette force vitale qui sourd dans l’être.

34L’art, chez Senghor, comme chez Mounier, révèle ainsi quelque chose de la vérité de l’homme, relativement à son insertion dans le cosmos, dans sa relation à ce qui le transcende.

35L’articulation de la pensée de l’art, chez ces deux auteurs, à une anthropologie métaphysique (et/ ou religieuse) permet d’emblée de concevoir la question de la finalité de l’art dans ses dimensions critique et positive :

  • 53 Mounier (Emmanuel), « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », op. cit., p. 174
  • 54 Ibid., p. 174
  • 55 Senghor (Léopold Sédar), « L’apport de la poésie nègre au demi-siècle », Liberté I,op. cit., p. 138

36Dans sa dimension critique d’abord : l’art, en sa vérité, est lutte contre la domination du monde de l’argent, qui « stérilise ou rejette l’artiste53 ». L’artiste, dans un monde matérialiste, rivé frénétiquement au luxe, semble « fatalement condamné à la misère et à la solitude54 », comme le montre Mounier. Telle est la situation du « poète-nègre » que décrit Senghor, qui se sent « deux fois prolétaires », « prolétaires des prolétaires55 », qui connaît une misère liée à la classe et à la couleur – pétri dans une entreprise de double négation, économique et sociale, mais surtout culturelle.

  • 56 Senghor (Léopold Sédar), « Le réalisme d’Amadou-Koumba », in Liberté I, op. cit., p. 178.
  • 57 Le réalisme littéraire ne peut par conséquent pas être proposé comme « la formule la plus efficace (...)

37L’art ne doit ainsi pas, avec toutes les difficultés que cela comporte, devenir simple divertissement. Ce qui d’un point de vue esthétique, impliquera, chez Senghor, la critique de tout réalisme : le réalisme, supposant une normativité du regard, ancrée dans une doxa, assure une certaine tranquillité à la conscience bourgeoise, lui garantissant que « l’ordre des cimetières est éternel56 ». On peut dire, de manière radicale, que tout réalisme esthétique est en soi conservateur57 : il ne fait que reproduire ce que tout le monde aperçoit déjà.

  • 58 Ibid., p . 178.

38Or, l’art ne peut pas assurer une telle tranquillité, car sa finalité est ailleurs : elle est spirituelle ; il doit présentifier « une incarnation de l’esprit dans le concret58 ».

  • 59 Mounier (Emmanuel), Mounier et sa génération, op. cit., p. 21.
  • 60 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p .87.
  • 61 Senghor (Léopold Sédar), « L’apport de la poésie nègre au demi-siècle », Liberté I, op. cit., p . 1 (...)

39De là, on pourra ressaisir ce qui constitue, chez les deux auteurs, la finalité positive de l’art. Mounier, dans une lettre de 1926 à Madeleine Mounier, reprenant Bergson, définissait en ces termes la finalité de l’activité artistique : « l’art […] est une manière virginale de penser et d’agir59 ». Chez Mounier, comme chez Senghor, l’art est un mode de connaissance, dont la visée est éthique. La vie en poésie, dit Mounier, nous « approche de ce que nos sens et nos pensées ne saisissent pas directement, tend à nous rendre présent l’infernal et le surhumain60 ». Et Senghor, réinvestissant Claudel et la philosophie bergsonienne de l’intuition, montre que l’art est « con-naissance61 » – ressaisie par sympathie des rythmes intérieurs qui sourdent dans les choses, dans l’âme du poète.

  • 62 Bergson (Henri), Le Rire (1900), Éd. F. Worms, dossier critique G. Sibertin-Blanc, Paris, PUF, coll (...)
  • 63 Sédar (Léopold Senghor), « Langage et poésie négro-africaine », Liberté 1, op. cit., p. 172.

40La fin de l’art consiste donc à nous réinsérer dans l’intimité du monde lui-même, par-delà l’appréhension normée, superficielle que nous en faisons. Ressaisir la réalité dans sa profondeur, au-delà de ce voile que nous interposons entre elle et nous, pour répondre aux nécessités du primum vivere, comme dirait Bergson62. La poésie, art de la parole, du verbe par excellence chez Senghor, se fait ainsi « prière », car elle est « participation identificatrice aux forces cosmiques, à l’acte créateur de Dieu63. »

41On comprend la force de cette thèse, qui affirme la dimension épistémologique et métaphysique de l’art. Cependant, elle ne prend son sens que dans sa visée éthique : si l’art est « con-naissance », c’est parce que sa visée est intrinsèquement éthique.

  • 64 Mounier (Emmanuel), Manifeste au service du personnalisme, op. cit., p. 571.
  • 65 On pourra rappeler cette définition qu’Emmanuel Mounier donne de la personne : « Une personne est u (...)

42En effet, Emmanuel Mounier l’affirme dans le Manifeste au service du personnalisme : la fonction de la vraie poésie, et partant de l’art, consiste à « épanouir l’homme au sommet de sa tâche64 » – tâche créatrice dans laquelle il s’affirme comme personne65.

43Cette thèse résonne profondément dans la philosophie de l’art de Senghor. L’acte poétique de « con-naissance », thématisé à partir de son analyse de l’art africain, permet de ressaisir ce que la raison technicienne ne voit pas : il révèle un regard autre, qui est regard de l’autre, et qui s’affirme dans la pleine positivité d’un acte de création. L’acte poétique, en ressaisissant la vérité des profondeurs, se fait aussi témoignage de la participation des peuples à l’éclosion de cette vérité. Affirmation de taille : l’acte poétique se pose comme résistance sui generis à l’assimilation et à une possible homogénéisation culturelle et personnelle nées du commerce ou de politiques de domination.

  • 66 Senghor (Léopold Sédar), « L’apport de la poésie nègre au demi-siècle », Liberté I, op. cit., p. 13 (...)
  • 67 Senghor (Léopold Sédar), « Comme les lamantins vont boire à la source », Liberté I, op. cit., p. 22 (...)

44L’acte poétique chez Senghor se présente ainsi comme un double acte de résistance et de reconnaissance (plus que d’affirmation identitaire). Résistance à l’entreprise de négation menée par l’esclavage et la colonisation : « L’esclavage et la colonisation ont vidé le nègre de ses vertus, de sa substance pour faire de lui un « assimilé », ce négatif du Blanc où le paraître s’est substitué à l’être : un néant66 ». Reconnaissance d’une participation commune de tous les êtres à l’humanité dans ce que Senghor nomme, en reprenant Teilhard de Chardin, la civilisation de l’Universel. Car, chez Senghor, la mission éthique du poète s’inscrit dans la perspective d’une rénovation civilisationnelle : nommer les choses pour le poète consiste à « prophétiser la Cité de demain, qui renaîtra des cendres de l’ancienne67 ».

  • 68 Senghor (Léopold Sédar), « Hommage à Pierre Teilhard de Chardin », Liberté V, op. cit., p. 12-13 : (...)

45L’acte poétique ouvre la possibilité, pour l’homme noir, de s’affirmer comme personne, capable, lui aussi, de se faire don, et par conséquent de participer au rendez-vous du donner et du recevoir dessinant un horizon civilisationnel universel68.

  • 69 Mounier (Emmanuel), « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », op. cit., p. 177.

46L’art, chez Senghor, ne se fait donc pas pour l’art, mais pour l’homme69. On comprendra bien, sur ce point, les convergences de la conception de l’art chez Mounier et Senghor, et la vocation humaniste qu’il remplit. Ce qui peut être lu comme l’affirmation essentialiste et identitaire de cette négritude objective qu’est la négritude senghorienne peut aussi être interprété en termes personnalistes comme l’affirmation d’une reconnaissance de l’homme noir comme personne, contre le processus de dépersonnalisation entamé par l’esclavage et la colonisation. Car toute personne, quelle qu’elle soit, est accueil et don.

  • 70 Dans « L’apport de la poésie nègre au demi-siècle » (Liberté I, op. cit., p. 133-146) Senghor emplo (...)

47Cependant, il y a quelques points de brouillage dans la pensée de Senghor, qui tiennent aux tensions internes à son discours où les perspectives ethnologiques (et raciales) se mêlent aux conclusions esthétiques, politiques et anthropologiques. Brouillage entre l’analyse de ce qui devrait être une poétique originelle, celle des civilisations « négro-africaines », fondées sur une ontologie vitaliste, et ce qui constitue, dans l’espace social et politique, la vocation du « Nègre Nouveau »70 – de ce poète, issu du monde colonisé vivant dans la métropole.

48Si l’art doit être pensé pour l’homme, il doit prendre la forme d’une « entreprise publique et collective » (Senghor), ce qui suppose une certaine pensée de l’artiste en situation, c’est-à-dire incarné et participant au monde social.

49Cette pensée de l’artiste en situation, chez Senghor, communique avec la pensée de Mounier, mais elle est aussi ce à partir de quoi peuvent être pointées les premières divergences entre les deux philosophies, qui par-delà les questions de l’art, présentent deux manières différentes de refaire l’humanisme.

50Quel est le rôle de l’artiste en situation ? Quelle forme doit prendre son expressivité ?

51Si l’art comme « con-naissance » a une visée éthique, c’est que la vocation du poète est avant tout communication, en un sens très précis qu’il faut définir.

3. La vocation du poète face au processus de dépersonnalisation capitaliste et colonial

  • 71 Mounier (Emmanuel), Mounier et sa génération, op. cit., p. 87.

52En montrant que l’art est, avant tout, entreprise pour l’homme, Mounier signale qu’il s’agit pour l’artiste de « faire surgir la vision concrète de l’homme71 » – ce qu’il est en sa vérité et dans sa totalité. Cette thèse, commune à Mounier et à Senghor, se développe au sein d’une philosophie de l’engagement de l’artiste et d’une reconnaissance de sa nécessaire incarnation. Nécessaire incarnation qu’il faut penser en deux sens :

531/ au sens d’un constat anthropologique : l’artiste en tant qu’homme est chair et esprit.

  • 72 Senghor (Léopold Sédar), « L’apport de la poésie nègre au demi-siècle », Liberté I, op. cit., p. 14

542/ au sens d’une exigence éthique : l’art ne doit pas être fuite du monde, mais ancré dans un monde social. La vocation personnaliste du poète est ainsi une vocation sociale, ou plutôt communautaire. De la même manière, les poèmes des « Nègres Nouveaux », auxquels L’anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française donnera la voix, seront, comme le dit Senghor, des « poèmes sociaux »72.

55Comment faut-il entendre cet engagement du poète et par suite de l’artiste ? Que recouvre-t-il vraiment dans la négritude senghorienne et le personnalisme de Mounier ?

  • 73 Mounier (Emmanuel), Manifeste au service du personnalisme, op. cit., p. 492.
  • 74 Senghor cite sur ce point Teilhard de Chardin dans une étude sur la poésie de Saint John Perse, int (...)
  • 75 Senghor (Léopold Sédar), « Comme les lamantins vont boire à la source », Liberté I, op. cit., p. 21 (...)
  • 76 Ibid., p. 225 : «… c’est le sceau de la Négritude, l’incantation qui fait accéder à la vérité des c (...)

56Pour Senghor, le poète nègre, « prolétaire des prolétaires », ne peut pas être le poète du confort, confort qui fait, comme le montre Mounier, « qu’une civilisation ne crée plus pour susciter de nouvelles créations73 ». Au contraire, le poète doit créer une situation nouvelle – celle d’un rééquilibrage civilisationnel74 et humain, contre « le néant du temps présent »75, contre le processus de néantisation de la domination coloniale. Ce rééquilibrage qui suppose un don de soi, possède une dimension incantatoire76, celle d’une ressaisie des forces premières essentielles, qui sourdent au cœur d’une civilisation à la richesse retrouvée. C’est parce qu’il ressaisit la profondeur de ses attaches que le poète peut entraîner, avec lui, les hommes et permettre cette ouverture à l’autre, qui est métissage.

  • 77 Emmanuel Mounier, « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », op. cit., p. 186.
  • 78 Emmanuel Mounier, Le personnalisme (1949), Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2007, p. 33-34.
  • 79 Sur cette conception de l’art comme communion, on se rapportera surtout à la contribution de Jean L (...)

57Mounier pensera la vocation du poète dans le même sens. Contre la mystique de l’individu, fantasme des temps présents qui signe notre misère et notre impuissance en proposant une conception de l’homme appauvrie, unidimensionnelle et sans lien, l’artiste doit avoir pour tâche « de rendre à l’homme des attaches concrètes et le sens de l’universel77 ». Il doit contribuer à faire en sorte que chaque être humain puisse se construire comme personne, c’est-à-dire se décentrer de lui-même et se vivre, dans un libre élan de création, comme disponibilité pour autrui78. La vocation de l’artiste consiste à faire de son art une communion : communion avec la vie universelle qui est vie de l’esprit, communion avec les profondeurs de la réalité par un effort sympathique, communion avec les autres hommes grâce à un travail de communication et de transmission79. Cette réinsertion de l’artiste au sein de ses attaches concrètes n’a rien à voir avec la résurgence réactionnaire de fantasmes essentialistes et identitaires, elle décrit plutôt un fait : le fait de l’incarnation.

  • 80 Senghor (Léopold Sédar), « Saint John Perse ou poésie du Royaume d’Enfance », Liberté I, op. cit., (...)

58Il faudra donc se défaire des mythologies qui entourent la figure de l’artiste, du poète : ni malade, ni schizophrène, ni solitaire, ni viscéralement timide. Le poète des temps présents est simplement un « poète incarné » : constat de fait qui devient une exigence pour l’époque, en ce que l’artiste fait de l’art pour l’homme. Senghor disait ainsi : « Le poète n’est jamais désincarné. Enraciné dans le présent et le particulier, il atteint au futur et à l’universel80 ».

59Mais très concrètement, comment le poète réalise-t-il sa vocation ? Avec quel langage, quels moyens d’expression ? Et mieux encore, pour les « Nègres nouveaux » de France, dans quelle langue ?

  • 81 Mounier (Emmanuel), Mounier et sa génération, op. cit., p. 87.

60Mounier, dans le prospectus annonçant la publication d’Esprit, dont on trouve des extraits dans Mounier et sa génération, posait très clairement la question d’un art portant en lui l’exigence de faire éclore une vision concrète de l’homme – éclosion qui ne doit être que la première étape « d’un élargissement de lui-même qui l’ouvrira à tout l’univers ». Cette exigence s’accompagne nécessairement d’une analyse poïétique : « L’art, s’il se donne sa vérité, ne se forge pas sa matière. Que l’artiste ne croie pas davantage parfaire son instrument en se bornant à de simples retouches sur des formules ou à de pures recherches d’expression : seule la force de l’inspiration peut créer de nouveaux langages81

  • 82 On pourra repérer cette même idée dans le texte d’Edmond Humeau « Préface à une poésie » du numéro (...)
  • 83 Mounier (Emmanuel), « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », op. cit., p. 179.

61Créer de nouveaux langages, non pas en se concentrant sur la forme, mais en s’appuyant sur une intuition des profondeurs, qui du fait de sa singularité irréductible appelle de facto un nouveau langage82. Au-delà d’une critique du formalisme dans l’art, Mounier exprimait déjà, avant la parution d’Esprit en 1932, l’écueil que devait éviter toute conception personnaliste de l’art : devenir une école83. La création de matière, de langage, est le résultat de la libre création des personnes, toujours impliquées dans des situations, qui nourrissent la consistance des œuvres. La création de langage est donc commandée par la profondeur d’une intuition, mais aussi et surtout par la situation du poète, pris au sein d’un réseau multiple de liens, d’affects, de paysages etc. qui forment ses attaches concrètes dans le monde et qu’il ne méprise pas, les jugeant trop vulgaires.

62Cet impératif de recherche poïétique impliqué, de manière nécessaire, par la définition d’une poésie à vocation humaniste, est central dans l’esthétique senghorienne, et explicite, sans la réduire, ni même l’épuiser, l’écriture et le langage du poète.

  • 84 Senghor (Léopold Sédar), « L’esthétique négro-africaine », Liberté I , op. cit., p. 209-216.

63Le « poète nègre » est incarné, en situation : sa poésie sera sociale au sens où elle montrera une situation nouvelle – celle de l’ancrage d’une personne au carrefour de plusieurs cultures, traversée par plusieurs langues, celles qui lui furent imposées par un acte de domination politique, celles qui lui furent données à la naissance, traversées par les traditions et les souvenirs du « Royaume d’enfance ». Très concrètement, dans la poésie de Senghor, l’expression poétique s’inscrira dans une langue, le français, mais cette langue donnera corps à un tout autre langage – celui qui se manifeste dans l’ontologie vitaliste qui traverse l’art africain fait d’images-analogies, de rythmes et de mélodies84.

  • 85 Mounier (Emmanuel), « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », op. cit., p. 175.
  • 86 Senghor (Léopold Sédar), « L’esthétique négro-africaine », Liberté I, op. cit., p. 210.
  • 87 Ibid., p. 210.
  • 88 Edmond Humeau, « Préface à une poésie », op. cit., p. 38.
  • 89 Ibid., p. 39.

64La nouvelle inspiration poétique s’épanouira dans le choc vibratoire des images. Sur ce point, Senghor rejoint l’esthétique des surréalistes – esthétique qui, malgré les critiques qu’il lui fit, exprime une vraie révolte85 pour Mounier. Pour Senghor, l’image des surréalistes n’a rien d’une « image-équation86 », c’est-à-dire d’une image-copie identifiant le projet de l’art à celui d’une « imitation de la nature » ; elle est « image-analogie », c’est-à-dire image ouvrant à la dimension surréelle du monde. Mais la « négritude poétique », pensée comme surréalisme, se distingue du surréalisme européen : le surréalisme européen est empirique, alors que le « surréalisme négro-africain » est métaphysique, en tant qu’il manifeste « l’univers hiérarchisé des forces vitales87 ». Si Senghor se reconnaît des affinités profondes avec le mouvement surréaliste, contrairement aux critiques d’Esprit qui, même si elles sont contrastées, verront la poésie surréaliste se perdre en « vaines gesticulations automatiques88 », les limites que Senghor trouve au projet surréaliste rejoignent celles de Mounier et d’Esprit : dans le surréalisme, le texte perd sa dimension incantatoire, car ses poètes nient la transcendance qui est au cœur de chaque miracle poétique. Le surréalisme est une « théoclastie »89 – alors que les poésies senghorienne ou d’intention personnaliste affirment, immanente à leur acte, la relation de l’homme à ce qui le dépasse, transcendance qui pourra prendre le nom de Dieu.

  • 90 On pourra se rappeler cette phrase de Mounier, dans une lettre du 18 mars 1941 disant que le devoir (...)
  • 91 Senghor (Léopold Sédar), Ce que je crois, op. cit., p. 209-210 : « Mais pourquoi la Révolution de 1 (...)

65Le poète nègre-nouveau, armé d’un nouveau langage, se fera ainsi instrument d’une véritable révolution spirituelle. Subvertissant la langue coloniale en y intégrant la vision de l’autre, faisant craquer les portes des sociétés closes90 pour y introduire ceux qui ont toujours été relégués à la marge, dans un mouvement d’altération créatrice réciproque, le poète de la négritude écrira en français. Mais l’impératif poïétique sera celui d’une décolonisation de la langue française ! Le poète la tordra pour la faire se ployer sous les exigences d’une expérience – celle d’être noir dans un contexte donné – et d’une ontologie vitaliste, longtemps méprisée dans le monde occidental malgré la puissance des révolutions culturelles que constituent le bergsonisme91 et la poésie claudélienne pour Senghor.

66Tel est le sens de la civilisation nouvelle appelée par le poète-nègre des temps nouveaux, contre le monde matérialiste et technicien nourri par la violence des désirs d’expansion et de conquête. Civilisation nouvelle dont l’édification est portée par l’acte poétique, comme le montre ce poème connu des Ethiopiques « Kaya Magan », célébrant la communion d’un prince et de son peuple, noces juridiques, cosmiques, préfigurant la communauté idéale et désirée :

Je dis Kaya-MAGAN je suis ! Roi de la lune, j’unis la nuit

et le jour

Je suis Prince du Nord du Sud, du Soleil-levant Prince et du

soleil-couchant

[…]

Je suis le Buffle qui se rit du Lion, de ses fusils chargés

jusqu’à la gueule.

Et il faudra bien qu’il se prémunisse dans l’enceinte de ses

murailles.

Mon empire est celui des proscrits de César, des grands

bannis de la raison ou de l’instinct

Mon empire est celui d’Amour, et j’ai faiblesse pour toi

femme

[…]

Car je suis les deux battants de la porte, rythme binaire de

l’espace, et le troisième temps

Car je suis le mouvement du tam-tam, force de l’Afrique

  • 92 Senghor (Léopold Sédar), « Kaya-Magan », tiré du recueil Ethiopiques, in Poèmes, Paris, Éditions du (...)

future92.

  • 93 Kesteloot (Lilyan), Comprendre les poèmes de L. S. Senghor, Paris, L’harmattan, 2008, 2e éd. , p. 2 (...)
  • 94 C’est un autre vers du poème, situé dans le deuxième mouvement, qui explicite cette idée : « Donc p (...)

67« Kaya-Magan », ce terme désigne le roi de l’ancien empire du Wagadou, en Afrique de l’Ouest. La royauté idéale, chantée et annoncée par la voix du poète, renvoie certes à la conception que Senghor se fait de la présidence (l’indépendance du Sénégal est proche) comme le montre Lilyan Kesteloot93, mais est traversée par cette triple communion, qui est l’objet de toute poésie et, par suite, de tout art, comme l’a montré Jean Lacroix. La communauté réelle (politique, sociale et personnelle) que célèbre le Kaya-Magan est communion avec les forces cosmiques de l’univers (« Roi de la lune, j’unis la nuit et le jour »), avec la vie universelle de l’esprit94, mais surtout communion avec les hommes, dans une attitude renouvelée d’amour.

68Cette communion humaine n’a cependant rien d’une mièvrerie : elle ne se fera pas sans une lutte réelle contre les mécanismes d’oppression culturelle et politique. Le Buffle – symbole de Soundiata, fondateur de l’empire Mandingue, peut se rire du Lion et de ses fusils, symbole de l’Europe coloniale, car il a puisé une nouvelle force en redécouvrant derrière le processus de néantisation colonial, la richesse d’une culture s’affirmant dans une plénitude d’être. Parce qu’il sait qu’elle a apporté sa contribution à l’humanité, le Buffle, fortifié, peut tracer les chemins de l’Afrique future, invitée au rendez-vous du donner et du recevoir qui constitue la civilisation universelle teilhardienne. La communion avec les hommes, ne pourra s’effectuer, pour les peuples colonisés, et particulièrement pour les peuples qui ont un lien avec l’Afrique noire, qu’à la seule condition d’une lutte pour la reconnaissance de la richesse des « civilisations négro-africaines ». C’est le sens, chez Senghor, de la primauté du culturel sur le politique, thèse qu’il défendit philosophiquement à travers le concept de négritude, et politiquement, à plusieurs moments de sa carrière institutionnelle, comme député et président.

69On comprendra ainsi le sens de la vocation du poète chez Senghor ; et on le comprendra d’autant mieux qu’on fera résonner en lui, ses inspirations personnalistes, mais aussi, ce qui s’en distingue de manière irrémédiable.

  • 95 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p. 30.
  • 96 Ce ressentiment est analysé par Senghor dans « Le message de Goethe aux Nègres-Nouveaux » (voir Lib (...)
  • 97 Mounier (Emmanuel), Manifeste au service du personnalisme, op. cit., p. 598 : « Le salariat capital (...)

70En effet, l’art, chez Senghor et Mounier, s’il porte une certaine intuition du tragique de la condition humaine (faite de grandeur et de luttes95) doit promouvoir un engagement pratique, qui permette d’agir « au-delà du ressentiment ». Ressentiment des colonisés confrontés au mépris de la métropole96 ; ressentiment97 des prolétaires face à l’oppression des puissances d’argent. A ce titre, il est porteur d’espoir – et la tâche du poète est de le communiquer, au sein d’une réalité traversée par les luttes et les affrontements. Au schéma des violences qui structurent l’espace sociopolitique, la voix du poète doit transmettre aux hommes une attitude d’amour – capable de contrer les logiques réactives et vengeresses qui peuvent suivre la lutte contre ceux qui dominent et les mécanismes qui soutiennent leur pouvoir.

71Cependant, si le sens de la vocation du poète est traversé par la même intention chez Mounier et Senghor, son chant et sa parole empruntent, chez les deux auteurs, des chemins qui signent une divergence philosophique profonde entre leurs pensées.

  • 98 Senghor aime à rappeler cette définition de la négritude, qui fut forgée par Césaire : « La Négritu (...)

72La cité future que prophétise le poète, chez Senghor, porte le sens, réalisé, de la révolution civilisationnelle. La thématisation de la révolution civilisationnelle se construit sur un double registre : anthropologique et ethnologique. Tous les hommes sont civilisés, en ce qu’ils se rapportent médiatement au monde, mais ils ne possèdent pas tous la même culture. Le processus de néantisation coloniale a contribué à remettre en cause l’apport civilisationnel de certaines cultures et particulièrement des cultures « négro-africaines ». L’avènement d’une rénovation spirituelle universelle implique, de façon nécessaire, la reconnaissance et la renaissance98 des cultures négro-africaines, dont la richesse se noue autour d’un rapport privilégié au transcendant et d’une capacité à ressaisir sympathiquement les rythmes du réel, ce que Senghor décèle dans son herméneutique de l’art africain. La réalisation de la communauté humaine universelle ne peut faire l’économie d’une connaissance véritable de la culture de cet Autre, nié par les mécanismes oppresseurs de l’esclavage et de la colonisation. Elle se condamne, sinon, à n’être qu’un doux rêve, s’accommodant de nouvelles formes de domination.

73La réponse au désordre établi, combattu par les personnalistes implique, chez Senghor, une philosophie de la culture : elle doit avoir pour tâche de penser conjointement l’exigence de reconnaissance des richesses des civilisations noires et le projet humaniste d’édification d’une civilisation universelle, soit d’assumer la tension entre une double affirmation de discontinuité culturelle et de continuité anthropologique.

  • 99 On notera tout de même deux choses, à ce sujet, pour saisir la complexité du problème de l’altérité (...)

74Cette démarche senghorienne aura été profondément critiquée à cause de cette tension interne qui structure sa philosophie de la négritude, aboutissant, d’une manière qu’il faudrait nuancer, à un essentialisme racialiste, produisant une vision fantasmée de ce que serait, en soi, ce tout homogène nommé « civilisation négro-africaine ». Mais, il est surtout intéressant de noter que le personnalisme de Mounier court-circuite99 cette approche de la culture en ce qu’elle ne lui paraît pas compatible avec la visée humaniste, que défend le personnalisme.

75Dans le petit livre Le personnalisme, il écrit :

  • 100 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p. 43 [Souligné par l’auteur].

Aussi le personnalisme range-t-il parmi ses idées-clefs l’affirmation de l’unité de l’humanité dans l’espace et dans le temps, pressentie par quelques écoles à la fin de l’Antiquité, affirmée dans la tradition judéo-chrétienne. […] Elle s’oppose à l’hypothèse d’une discontinuité absolue entre les libertés (Sartre) ou entre les civilisations (Malraux, Frobenius)100.

  • 101 Senghor (Léopold Sédar), Liberté 1, op. cit., p. 8 : « Ne sont-ce pas d’éminents Européens – un Mau (...)
  • 102 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p. 43.
  • 103 Nous empruntons cette lecture à Souleymane Bachir Diagne qui réinvestit ce concept de Spivak, élabo (...)

76Cette remarque est d’importance quand on sait la portée qu’eût pour les jeunes intellectuels de la négritude, et notamment Césaire et Senghor, la lecture de Frobenius101 ; et elle signe sur un point les routes divergentes qu’empruntent le personnalisme de Mounier et la négritude de Senghor. Chez le premier, l’affirmation de l’unité de l’homme a un sens métaphysique et religieux : elle vient de ce que tous les hommes sont « créés à l’image de Dieu »102 . Pour Senghor, l’unité humaine peut être pensée dans les mêmes termes, mais s’en tenir à cette approche, c’est aller dans le sens d’un universalisme abstrait, qui ne prend pas la mesure de tous les mécanismes qu’ont mis en place les hommes pour nier le fait même de leur unité. Par conséquent, la reconnaissance concrète, chez Senghor, de l’unité de l’homme passe par la disqualification des mécanismes de néantisation, et induit l’affirmation de la richesse culturelle des civilisations noires : l’universalité, dans l’espace sociopolitique concret, n’est pas un donné, mais est à construire. L’essentialisme senghorien est, en partie, un essentialisme stratégique, pour reprendre l’expression de Gayatri Spivak103. L’homme lié aux mondes africains ne pourra sortir du processus de dépersonnalisation esclavagiste et coloniale et s’affirmer comme personne, que s’il sait proprement qu’il peut donner et qu’il n’a pas à rougir de ce qu’il a à donner. Si cette affirmation chez Senghor a pu prendre une forme risquée, elle nourrit la voix du poète, qui soutenue par la puissance du « buffle », communique la « force de l’Afrique future ».

Conclusion

77L’influence du personnalisme de Mounier sur la philosophie de Senghor se laisse particulièrement entrevoir autour des questions de l’art. Cette influence, cependant, ne fait aucunement de la négritude senghorienne quelque chose comme un « personnalisme noir » ! Elle permet toutefois d’insister, au-delà des accusations d’essentialisme, sur cette dimension propre du projet senghorien qui est de « refaire » l’humanisme, contre une conception abstraite de l’individu, élaborée à travers une philosophie du sujet autonome – sans histoire, sans géographie – et conquérant.

78Si des thèses personnalistes irriguent la conception senghorienne de l’art, elles divergent de manière fondamentale autour du problème de la culture, entendue en un sens ethnologique, et des modèles d’universalismes que l’analyse de ce problème implique. Le concept d’universel, mobilisé par les deux auteurs, mérite une étude plus profonde, qui n’a pas été menée dans cet article, et qui laisse encore ouverts de multiples points de discussion entre le personnalisme de Mounier et la négritude senghorienne.

  • 104 Emmanuel Mounier, Manifeste au service du personnalisme, op. cit., p. 483.
  • 105 Léopold Sédar Senghor, « L’esthétique négro-africaine », Liberté I, op. cit., p. 207 – nous sortons (...)

79Cependant, sous ces divergences, se tissent de profondes affinités entre Mounier et Senghor, consolidées par une communauté de problèmes et une communauté de visions, qui se révèlent de manière paradigmatique dans leurs théories de l’art. Affinités que le personnalisme autorise de plein droit, car loin d’être une école, il se pense avant tout comme « convergence des volontés » (Mounier)104, concevant l’engagement poétique comme « engagement de la personne – et non seulement [de] l’individu – par et dans la communauté» (Senghor)105.

Haut de page

Bibliographie

Œuvres d’Emmanuel Mounier :

Œuvres, t. I, Paris, Éditions du Seuil, 1961, 939 p.

Œuvres, t. II. Traité du caractère, Paris, Éditions du Seuil, 1947, 748 p.

Œuvres, t. III, Paris, Éditions du Seuil, 1962, 748 p.

Œuvres, t. IV. Recueils posthumes. Correspondance, Paris, Éditions du Seuil, 1954, 916 p.

L’Éveil de L’Afrique noire, Paris, Seuil, 1948 ; rééd. Presses de la Renaissance, Paris, 2007, 219 p.

Le Personnalisme (1949), Paris, PUF, coll. “Que sais-je?”, 2007, 17e ed., 127 p.

Refaire la Renaissance (recueil d’articles de la revue Esprit de 1932 à), Paris, Seuil, 1961; réed. 2000, avec une préface de G. Coq, 513 p.

Mounier et sa génération (Lettres, carnets et inédits), Paris, Parole et silence, 2000, 430 p.

Commentaires sur la philosophie d’Emmanuel Mounier :

Charpentreau (Jacques) et Rocher (Louis), L’esthétique personnaliste d’Emmanuel Mounier, Éditions ouvrières, coll. « La vie nouvelle », 1966, 148 p.

Petit (Jean-François), Philosophie et théologie dans la formation du personnalisme d’Emmanuel Mounier, Paris, Les éditions du Cerf, coll. « Philosophie et théologie », 2006, 257 p.

Œuvres théoriques et poétiques de Léopold Sédar Senghor :

Liberté I. Négritude et humanisme, Paris, Éditions du Seuil, 1964, 438 p.

Liberté II. Nation et voie africaine du socialisme, Paris, Éditions du Seuil, 1971, 317 p.

Liberté III. Négritude et civilisation de l’universel, Paris, Éditions du Seuil, 1977, 573 p.

Liberté IV. Nation et voie africaine du socialisme, Paris, Éditions du Seuil, 1983, 668 p.

Liberté V. Le dialogue des cultures, Paris, Éditions du Seuil, 1993, 295 p.

Ce que je crois. Négritude, francité et civilisation de l’universel, Paris, Éditions Grasset, 1988, 234 p.

Poèmes, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points Littérature », 1973, 251 p.

Commentaires sur la philosophie et la poésie de Léopold Sédar Senghor :

Diagne (Souleymane Bachir), Léopold Sédar Senghor. L’art africain comme philosophie, Paris, Riveneuve Éditions, 2007, 166 p.

Diagne (Souleymane Bachir), Bergson postcolonial. L’élan vital dans la pensée de Léopold Sédar Senghor et de Mohamed Iqbal, Paris, Éditions du CNRS, 2011, 124 p.

Hymans (Jacques Louis), Léopold Sédar Senghor. An intellectual biography, Edinburgh, Edinburgh University Press, 1971, 312 p.

Kesteloot (Lilyan), Comprendre les poèmes de L.S. Senghor, Paris, L’Harmattan, 1986, 143 p.

Vaillant (Janet G.), Vie de Léopold Sédar Senghor. Noir, Français et Africain, tr. fr. Roger Meunier, Paris, Karthala, 2006, 446 p.

Varia :

Bergson (Henri), Le rire (1900), ed. F. Worms, dossier critique G. Sibertin-Blanc, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2007, p. 115

Hountondji (Paulin J.), Sur la « philosophie africaine ». Critique de l’ethnophilosophie, Paris, Maspero, coll. « Textes à l’appui », 1977, 257 p.

Haut de page

Notes

1 Hymans (Jacques Louis), Léopold Sédar Senghor. An intellectual biography, Edinburgh, Edinburgh University Press, 1971.

2 Hymans (Jacques Louis), op.cit., p. 263. L’ensemble des lettres que Senghor écrivit à Hymans, après lecture de son travail de recherche, se trouve dans l’Appendice II de l’ouvrage. On notera que les lettres de Senghor, rédigées en français, sont traduites en anglais par l’auteur pour les besoins de la publication. Nous proposerons notre propre traduction en français d’un passage d’une de ces lettres, nécessaire à l’élaboration de cet article.

3 Ibid., p. 263. On remarquera que Senghor est lui-même édité au Seuil.

4 Ibid., p. 263.

5 Pour une esquisse, non seulement de ce conflit, mais des différentes collaborations entre Senghor et la revue Esprit, on peut se rapporter à l’article de Goulven Boudic, tiré des actes du colloque « Senghor et la Francophonie » organisé en 2006 par le Cercle Richelieu, intitulé « Senghor, la revue Esprit et la francophonie » : http://www.cercle-richelieu-senghor.org/actesducol-esprit.html.

6 Hymans (Jacques Louis), op. cit., p. 267. Cette traduction est la nôtre. Elle renvoie à ce passage de la lettre de Senghor qu’Hymans a traduit en anglais : « In the first place, the living have always influenced me very little. […] Among the living, the only real influence that I might have undergone was that of Emmanuel Mounier. »

7 On rappellera, au passage, que Mounier est né en 1905 et Senghor en 1906.

8 Hymans (Jacques Louis) note à plusieurs reprises l’effectivité d’un tel rapprochement intellectuel (voir Jacques Louis Hymans, op. cit., p. 51, p.114, p. 119, p. 182-183). Janet G. Vaillant, autre biographe de Senghor, remarque sans l’approfondir que Senghor et Mounier se sont connus pendant la période de l’entre-deux-guerres, fréquentant les mêmes cercles, partageant les mêmes orientations spirituelles et politiques (voir Vaillant (Janet G.), Vie de Léopold Sédar Senghor. Noir, Français et Africain, tr. fr. Roger Meunier, Paris, Éditions Karthala, 2006, p. 163-164).

9 Mounier (Emmanuel), L’Éveil de l’Afrique Noire, Paris, Éditions des Presses de la Renaissance, coll. « Petite Renaissance », 2007, p. 149.

10 Diagne (Souleymane Bachir), Léopold Sédar Senghor. L’art africain comme philosophie, Paris, Riveneuve Éditions, 2007, p. 9 : « Cette intuition première que l’art africain est une philosophie et une philosophie humaniste, Senghor n’a jamais cessé de l’exprimer toute sa vie dans ses textes théoriques. […] Senghor a cherché à exprimer quelle philosophie se lit dans les arts plastiques, les chants et danses africains. C’est cette attitude, d’abord herméneutique, de déchiffrage, qui est la vérité de sa philosophie. » [nous soulignons].

11 Cet article publié dans le seul et unique numéro de la revue, daté de mars 1935, s’intitule : « L’humanisme et nous : René Maran ».

12 Pour des informations sur l’élaboration de L’étudiant noir et ses liens avec d’autres revues de l’époque traitant de la « question noire », comme La revue du monde noir, ou encore Légitime défense, on peut se rapporter à la biographie de Janet G. Vaillant sur Senghor (voir Vaillant (Janet G.), op. cit., p. 142-144).

13 Senghor rappelle dans une communication effectuée à l’occasion de l’ouverture du colloque de Dakar, le 12 avril 1971, comment est né le terme « négritude ». Ce terme, forgé par Césaire en 1932, possède chez Senghor, un sens à la fois objectif et subjectif. Objectivement, il désigne une culture et se définit comme « l’ensemble des valeurs – économiques et politiques, intellectuelles et morales, artistiques et sociales – non seulement des peuples d’Afrique noire, mais encore des minorités noires d’Amérique, voire d’Asie et d’Océanie ». Subjectivement, il renvoie à cette expérience qui est l’acceptation du fait d’être noir, et invite à faire renaître la civilisation noire, contre ce qui a pu la nier ou la diminuer (voir Senghor (Léopold Sédar), « Problématique de la négritude », Liberté III. Négritude et civilisation de l’universel, Paris, Éditions du Seuil, 1977, p. 269-271). La négritude porte ainsi en elle une triple dimension éthique, politique et culturelle.

14 Héritages intellectuels communs, à travers les pensées de Nietzsche, Scheler, Marx, Maritain, Bergson, ou encore de Claudel et de Péguy. Péguy, ce « poète nègre » pour Senghor (voir Senghor (Léopold Sédar), Ce que je crois, Paris, Grasset, 1988, p. 210), dont Mounier dira que la poésie rejoint « la littérature orale du monde noir, avec cette manière de s’installer dans un temps sans fin, ces retours incessants du rythme sur lui-même, jusqu’aux malices qui fusent en éclair dans les failles du lyrisme. » (voir Mounier (Emmanuel), L’éveil de l’Afrique Noire, op. cit., p. 67).

15 Ce terme renvoie au titre d’un article célèbre de Mounier, qui inaugure le premier numéro de la revue Esprit d’octobre 1932. Dans cet article, critiquant les humanismes abstraits produits par la Renaissance et, au xxe siècle, par l’URSS, Mounier invite à ressaisir le sens véritable de l’homme, qui fonde un humanisme véritablement concret : « Notre humanisme, il s’oppose en cela à certaines formes de l’humanisme contemporain, s’ouvre plus ou moins largement, selon les métaphysiques de chacun de nous, sur ce qui est en dehors et au-dessus de l’homme : pour tous il est ouvert. » (voir Mounier (Emmanuel), « Refaire la Renaissance », Refaire la Renaissance, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points Essais », 2000, p. 56). L’humanisme défini par Mounier est ainsi, contre l’humanisme renaissant, un humanisme non anthropocentrique.

16 On retrouve, de façon particulièrement éloquente, le vocabulaire de la « crise » dans une communication de Senghor intitulée « La culture face à la crise », qui date de 1983, publiée dans le recueil Liberté V (Paris, Éditions du Seuil, 1993, p. 192-198). Cette communication met sur le même plan la crise de 1929 et celle de 1973, bien que la seconde soit une aggravation de la première. Cette crise de 1973 (l’analyse fut la même pour celle de 1929) ne peut être surmontée que par une « révolution culturelle » (p. 194) – révolution culturelle à laquelle Senghor donne le nom de « Révolution de 1889 » : l’intense mouvement de spiritualisation du monde, exacerbé par la philosophie de Bergson ou le théâtre de Claudel, doit permettre de renouer avec la vérité de l’homme, dont la vocation est spirituelle. La culture joue ainsi un rôle dans la capacité des nations à « vaincre […] les crises cycliques qui ravagent notre planète » (p. 198). Ces analyses senghoriennes de la crise, ou plutôt des crises économiques du monde capitaliste, rejoignent ainsi les analyses civilisationnelles de Mounier, qui s’exprimèrent, dès octobre 1932, dans les premiers numéros d’Esprit.

17 Emmanuel Mounier, Mounier et sa génération, Saint-Maur, Éditions Parole et Silence, 2000, p. 189 : « Rappelons seulement que, devant trouver en face du productivisme capitaliste et du collectivisme marxiste un critère simple, à la fois concret et essentiel de rassemblement des forces spirituelles, nous avons pensé que la sauvegarde de la personne humaine sur le plan temporel où nous nous placions était susceptible de rallier nos travaux et nos énergies ». 

18 Sur ce point, on se rapportera, chez Mounier, à Mounier et sa génération (op. cit.) à la page 104, ainsi qu’à certains passages du Manifeste au service du personnalisme (Œuvres, t. I, Paris, Éditions du Seuil, 1961, p. 481-649), notamment les pages 485, 513, 592-594. Chez Senghor, on se rapportera à Ce que je crois (op.cit.) à la page 117, ainsi qu’à Liberté I. Négritude et humanisme (Paris, Éditions du Seuil, 1964), où, à la page 203, l’activité de l’homme est définie comme « accroissement de la force vitale » etc.

19 Diagne (Souleymane Bachir), op.cit., p. 9.

20 Senghor (Léopold Sédar), « L’esthétique négro-africaine » (1956), Liberté I, op. cit., p. 202-217.

21 Senghor (Léopold Sédar), « De la négritude » (1969), Liberté V, op. cit., p. 19 : « L’ontologie négro-africaine n’est pas seulement unitaire ; elle est existentielle. Tout le système est fondé sur la notion de force vitale. Celle-ci, qui préexiste à l’être, fait l’être. Dieu a donné la force vitale non seulement aux hommes, mais encore aux animaux, voire aux minéraux. Par quoi ils sont. Mais cette force a pour vocation de croître. »

22 Senghor (Léopold Sédar), « L’inspiration poétique, ses sources, ses caprices » (1970), Liberté V, op. cit., p. 34.

23 Mounier (Emmanuel), Manifeste au service du personnalisme, op. cit., p. 485.

24 Ibid., p. 487.

25 Mounier (Emmanuel), « Personnalisme et christianisme », Refaire la Renaissance, op. cit., p. 497.

26 Senghor (Léopold Sédar) fut un lecteur des travaux d’ethnophilosophie du Père Placide Tempels, qui écrivit, en 1945, un ouvrage intitulé La philosophie bantoue. Dans « L’esthétique négro-africaine », Senghor explique l’importance de ce travail pour sa compréhension de la métaphysique vitaliste qui sourd dans l’art africain (voir Liberté I, op. cit., p. 203 et suiv.). Souleymane Bachir Diagne, dans son livre sur Senghor (voir supra note 10), analyse la lecture que Senghor fit de Tempels. On trouvera aussi une critique de l’ethnophilosophie de Tempels et du « mythe de l’unanimité primitive » qu’elle contribua à répandre dans les travaux de certains penseurs africains, dont Senghor, dans le livre de Paulin J. Hountondji Sur la « philosophie africaine ». Critique de l’ethnophilosophie (Paris, Maspero, coll. « Textes à l’appui », 1977).

27 Ce point sera abordé avec plus de précision dans la troisième partie de cet article. Cependant, on pourra se rapporter à la théorie de l’incarnation que développe Mounier dans son livre Le personnalisme (1949) au sein du premier chapitre intitulé « L’existence incorporée ».

28 « Ce que l’homme noir apporte » est le titre d’un article important de Senghor, publié en 1939 dans un ouvrage collectif intitulé L’homme de couleur, aux éditions Plon dans la collection « Présences », dirigée par l’écrivain catholique Daniel Rops. Cet article est repris dans Liberté I, op. cit., p. 22-38.

29 Les critiques de l’art pour l’art chez Senghor (comme chez Mounier, d’ailleurs) sont nombreuses. On pourra se reporter aux textes suivants (liste non exhaustive)  chez Senghor : Liberté I, op. cit., p. 78, p. 99, p. 207, etc.

30 Senghor (Léopold Sédar), « De la négritude », Liberté V, op. cit., p. 15.

31 On comprendra ainsi les critiques profondes de Senghor à l’égard du réalisme socialiste (voir Liberté I, p. 179).

32 Ibid., p. 179.

33 Nous paraphrasons, ici, le titre d’un recueil de poèmes d’Aimé Césaire paru en 1946 aux éditions Gallimard, « Les armes miraculeuses ».

34 Mounier (Emmanuel), « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », Refaire la Renaissance, op. cit., p. 177 : « Nous nous retrouvons donc, sur le plan de l’art, ramenés à notre propos général, la restauration parallèle de la personnalité et de la communauté ».

35 Ibid., p. 174.

36 Ibid., p. 174.

37 Ibid., p. 178.

38 Mounier (Emmanuel), « Refaire la Renaissance », Refaire la Renaissance, p. 56.

39 Mounier (Emmanuel), « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », op. cit., p. 174.

40 Ibid., p. 177.

41 Ibid., p. 175.

42 Ibid., p. 180.

43 Ibid., p. 176.

44 Lacroix (Jean), « Postface. L’art, instrument de communion », Esprit, n° 24-25, octobre 1934, p. 84.

45 Les poèmes de Léon Damas sont publiés dans les numéros 23-24 d’Esprit de septembre 1934, p. 704-710. Ils sont présentés par une notice de Marcel Moré qui raconte comment ce dernier a découvert la poésie de Damas. Parmi les poèmes de Damas sélectionnés par la revue, trois seront repris dans L’anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de Senghor : « Un clochard m’a demandé dix sous », « La complainte du nègre », « Solde ».

46 Humeau (Edmond), « Préface à une poésie », Esprit, n° 25, octobre 1934, p. 40.

47 La renaissance européenne passe par un rapport fécondant avec l’Afrique noire capable de l’aider à redécouvrir, contre le matérialisme qui l’a ruinée, le « sens de la communauté, [le] sens de la hiérarchie, [le] sens du divin – en tout cas du spirituel –, sens d’un art qui plonge ses racines dans la vie, qui soit jeu de l’âme autant et plus que de l’esprit. » (voir « Vues sur l’Afrique noire ou assimiler, non être assimilés », Liberté I, op. cit., p. 68).

48 Dans l’introduction à Liberté I, Senghor dit de la négritude qu’elle définit la « personnalité africaine » (voir p. 8).

49 Mounier (Emmanuel), « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », op. cit., p. 174.

50 Senghor (Léopold Sédar), « Laye Camara et Lamine Niang ou l’art doit être incarné », Liberté I, op. cit., p. 174.

51 Ibid., p. 174.

52 Senghor place en exergue à une réflexion sur la poésie de Saint John Perse, intitulée : « Saint-John Perse ou poésie du Royaume d’enfance», cette phrase de Pierre Teilhard de Chardin : « A l’énergie spirituelle naissante sur terre, l’art donne ainsi, grâce à sa puissance d’expression symbolique, son premier corps et son premier visage » . (Voir Liberté I, op. cit., p. 334.)

53 Mounier (Emmanuel), « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », op. cit., p. 174

54 Ibid., p. 174

55 Senghor (Léopold Sédar), « L’apport de la poésie nègre au demi-siècle », Liberté I,op. cit., p. 138.

56 Senghor (Léopold Sédar), « Le réalisme d’Amadou-Koumba », in Liberté I, op. cit., p. 178.

57 Le réalisme littéraire ne peut par conséquent pas être proposé comme « la formule la plus efficace à exprimer l’anticolonialisme » (Senghor (Léopold Sédar), « Le réalisme d’Amadou-Koumba », Liberté I, op. cit., p. 176).

58 Ibid., p . 178.

59 Mounier (Emmanuel), Mounier et sa génération, op. cit., p. 21.

60 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p .87.

61 Senghor (Léopold Sédar), « L’apport de la poésie nègre au demi-siècle », Liberté I, op. cit., p . 141 :  « Con-naître, c’est naître à l’Autre en mourant à soi : c’est faire l’amour avec l’Autre, c’est danser l’Autre ». Ou encore, dans « L’esthétique négro-africaine » (Liberté 1, p. 216) : « Ainsi l’acte de con-naissance est « accord conciliant » avec le monde, conscience et création en même temps du monde dans son indivisible unité ».

62 Bergson (Henri), Le Rire (1900), Éd. F. Worms, dossier critique G. Sibertin-Blanc, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2007, p. 115.

63 Sédar (Léopold Senghor), « Langage et poésie négro-africaine », Liberté 1, op. cit., p. 172.

64 Mounier (Emmanuel), Manifeste au service du personnalisme, op. cit., p. 571.

65 On pourra rappeler cette définition qu’Emmanuel Mounier donne de la personne : « Une personne est un être spirituel constitué comme tel par une manière de subsistance et d’indépendance dans son être ; elle entretient cette subsistance par son adhésion à une hiérarchie de valeurs librement adoptées, assimilées et vécues par un engagement responsable et une constante conversion ; elle unifie ainsi toute son activité dans la liberté et développe par surcroît à coups d’actes créateurs, la singularité de sa vocation » (Ibid., p. 523 [souligné par l’auteur]).

66 Senghor (Léopold Sédar), « L’apport de la poésie nègre au demi-siècle », Liberté I, op. cit., p. 137.

67 Senghor (Léopold Sédar), « Comme les lamantins vont boire à la source », Liberté I, op. cit., p. 221.

68 Senghor (Léopold Sédar), « Hommage à Pierre Teilhard de Chardin », Liberté V, op. cit., p. 12-13 : « Marx et Engels nous ignoraient passablement. Teilhard nous invite, nous Négro-Africains, avec les autres peuples et races du Tiers-Monde, à apporter notre contribution au « rendez-vous du donner et du recevoir ». Il nous restitue notre être et nous convie au Dialogue : au plus-être ».

69 Mounier (Emmanuel), « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », op. cit., p. 177.

70 Dans « L’apport de la poésie nègre au demi-siècle » (Liberté I, op. cit., p. 133-146) Senghor emploie le terme « Nègres Nouveaux » pour qualifier les poètes de la négritude francophone. A travers l’expression « Nègres nouveaux », il fait explicitement référence au manifeste d’Alain Locke :  The New Negro, anthologie de poésies, fictions et réflexions d’auteurs africains-américains, publiée en 1925 et qui constitue le manifeste de la Harlem Renaissance.

71 Mounier (Emmanuel), Mounier et sa génération, op. cit., p. 87.

72 Senghor (Léopold Sédar), « L’apport de la poésie nègre au demi-siècle », Liberté I, op. cit., p. 143

73 Mounier (Emmanuel), Manifeste au service du personnalisme, op. cit., p. 492.

74 Senghor cite sur ce point Teilhard de Chardin dans une étude sur la poésie de Saint John Perse, intitulée « Saint-John Perse ou poésie du Royaume d’Enfance » : « Pierre Teilhard de Chardin l’avait noté. Et de conclure : « Plus le monde se rationalise et se mécanise, plus il requiert les « poètes » comme les sauveurs et le ferment de sa personnalité » [Discours de Stockholm]. De sa vie. Car « plus que mode de connaissance, la poésie est d’abord mode de vie – et de vie intégrale » (Ibid.). Les vents [de Saint John Perse] sont bourdonnants d’appel à la vie. À la vie qui se transforme, à la vie en maturation : pour la création d’une civilisation nouvelle par des hommes nouveaux » (voir Liberté I, op. cit., p. 349).

75 Senghor (Léopold Sédar), « Comme les lamantins vont boire à la source », Liberté I, op. cit., p. 219.

76 Ibid., p. 225 : «… c’est le sceau de la Négritude, l’incantation qui fait accéder à la vérité des choses essentielles : les Forces du Cosmos ». 

77 Emmanuel Mounier, « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », op. cit., p. 186.

78 Emmanuel Mounier, Le personnalisme (1949), Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2007, p. 33-34.

79 Sur cette conception de l’art comme communion, on se rapportera surtout à la contribution de Jean Lacroix pour le numéro spécial de la revue Esprit consacré à l’art intitulé « Postface. L’art, instrument de communion » (voir Esprit, n° 23-24, octobre 1934, p. 79-87).

80 Senghor (Léopold Sédar), « Saint John Perse ou poésie du Royaume d’Enfance », Liberté I, op. cit., p. 353.

81 Mounier (Emmanuel), Mounier et sa génération, op. cit., p. 87.

82 On pourra repérer cette même idée dans le texte d’Edmond Humeau « Préface à une poésie » du numéro d’Esprit consacré à l’art d’octobre 1934 (p. 37) : « Aussi bien, salut à la volonté continue des poètes qui connaissent cette division entre l’universel et leur vie, appréciant les apparences du monde plutôt dérisoires et sacrifiant leur temps d’homme sur terre, le plus clair de leur vie présente, à tendre leur œuvre vers l’universel. Loin d’effrayer, le pouvoir de cette contradiction vivante aide dans un autre combat, également âpre dans son expression : le combat que les mots imposent au poète pour dire une expérience sans voix ». 

83 Mounier (Emmanuel), « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », op. cit., p. 179.

84 Senghor (Léopold Sédar), « L’esthétique négro-africaine », Liberté I , op. cit., p. 209-216.

85 Mounier (Emmanuel), « Préface à une réhabilitation de l’art et de l’artiste », op. cit., p. 175.

86 Senghor (Léopold Sédar), « L’esthétique négro-africaine », Liberté I, op. cit., p. 210.

87 Ibid., p. 210.

88 Edmond Humeau, « Préface à une poésie », op. cit., p. 38.

89 Ibid., p. 39.

90 On pourra se rappeler cette phrase de Mounier, dans une lettre du 18 mars 1941 disant que le devoir de l’homme spirituel est de lutter contre les sociétés closes, entendues en un sens bergsonien (voir Mounier et sa génération, op. cit., p. 297).

91 Senghor (Léopold Sédar), Ce que je crois, op. cit., p. 209-210 : « Mais pourquoi la Révolution de 1889 ? C’est que cette année, désormais célèbre chez les militants de la Négritude et depuis les années 1930, est celle de deux événements, je ne dis pas littéraires, mais culturels et majeurs. C’est en cette année 1889, en effet, cent ans exactement après la première Révolution française, que le philosophe Henri Bergson publia sa première grande œuvre, l’Essai sur les données immédiates de la conscience, tandis que Paul Claudel le faisait de Tête d’Or, sa première pièce de théâtre. Ici et là, c’étaient les premières réactions majeures et convaincantes au Cogito ergo sum : aussi bien au rationalisme discursif qu’au positivisme matérialiste. Dès sa première pièce de théâtre, Claudel animait le drame français de ce souffle lyrique, poétique, par lequel il aspirait à l’absolu. Quant à Bergson, remontant jusqu’aux sources spiritualistes de la philosophie grecque, à la théôria, il a redonné sa place à la raison intuitive, comme c’était le cas en Égypte, en Afrique, où l’avait retrouvée Platon. » On doit aux travaux de Souleymane Bachir Diagne la redécouverte de l’importance du thème de la « Révolution de 1889 » dans la pensée de Senghor (voir Souleymane Bachir Diagne, Bergson postcolonial, Paris, CNRS Éditions, 2011).

92 Senghor (Léopold Sédar), « Kaya-Magan », tiré du recueil Ethiopiques, in Poèmes, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points Littérature », 1964, p. 102-103.

93 Kesteloot (Lilyan), Comprendre les poèmes de L. S. Senghor, Paris, L’harmattan, 2008, 2e éd. , p. 24. Si Lilyan Kesteloot fait cette remarque, elle ne constitue absolument pas le centre de son analyse du poème.

94 C’est un autre vers du poème, situé dans le deuxième mouvement, qui explicite cette idée : « Donc picorez mon front bombé, oiseaux de mes cheveux/serpents./ Vous ne vous nourrissez seulement de lait bis, mais picorez/la cervelle du Sage/ Maître de l’hiéroglyphe dans sa tour de verre. » (voir L. S. Senghor, « Kaya Magan », op. cit., p. 103).

95 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p. 30.

96 Ce ressentiment est analysé par Senghor dans « Le message de Goethe aux Nègres-Nouveaux » (voir Liberté I, op. cit, p. 84) et dans « La poésie négro-américaine » où il dit de l’écrivain Claude MacKay : « La haine de MacKay est la haine du mal : la haine de la haine. Aussi dépassera-t-il le ressentiment pour reconnaître, à la fin, les apports fécondants de la civilisation blanche » (Liberté I, p. 116). Mounier produira aussi une analyse du ressentiment des colonisés dans L’éveil de l’Afrique noire aux pages 207-210.

97 Mounier (Emmanuel), Manifeste au service du personnalisme, op. cit., p. 598 : « Le salariat capitaliste est le premier et le principal responsable de la lutte des classes. Il consacre une domination de l’argent sur le travail qui est à la source du ressentiment ouvrier et de la solidarité de classe des travailleurs » [souligné par l’auteur].

98 Senghor aime à rappeler cette définition de la négritude, qui fut forgée par Césaire : « La Négritude est la simple reconnaissance du fait d’être noir, et l’acceptation de ce fait, de notre destin de noir, de notre histoire et de notre culture. » (voir Léopold Sédar Senghor, « Problématique de la négritude », op. cit., p. 270).

99 On notera tout de même deux choses, à ce sujet, pour saisir la complexité du problème de l’altérité culturelle dans la pensée de Mounier. D’abord, le personnalisme est foncièrement antiraciste et conscient des ravages culturels causés par la colonisation – ce qui expliquera la présence de Mounier dans le comité de parrainage de la revue Présence Africaine, fondée par Alioune Diop en 1947. Cependant, on remarquera, ensuite, dans l’écriture même de L’Éveil de l’Afrique Noire, la mobilisation d’une conceptualité qui contredit la manière dont Mounier conçoit l’unité humaine, comme continuité. Si, pour Mounier, il faut « refuser de dire : le Noir, le Blanc » (voir L’ Éveil de l’Afrique Noire, op. cit., p. 83), le vocabulaire de « l’âme noire » (p. 54), l’objectivation du Noir comme réalité anthropologique (p. 56), et même la nationalisation des intelligences (« intelligence dahoméenne », « génie français », p. 174) laissent entrevoir que l’auteur appréhende tout de même la différence à travers une grille conceptuelle essentialisante – même si elle n’est du tout défendue par sa philosophie. Ce contraste mériterait en soi une analyse qui n’est pas possible dans cet article.

100 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p. 43 [Souligné par l’auteur].

101 Senghor (Léopold Sédar), Liberté 1, op. cit., p. 8 : « Ne sont-ce pas d’éminents Européens – un Maurice Delafosse, un Léo Frobenius – qui nous ont parlé d’une « civilisation négro-africaine » ? Et ils ont eu raison. Nous nous sommes contentés de l’étudier – en la vivant – et de lui donner le nom de Négritude. Je dis « nous ». J’allais oublier de rendre à Césaire ce qui est à Césaire. Car c’est lui qui a inventé le mot dans les années 1932-1934. » [souligné par l’auteur]. On notera une chose, à propos de ce passage qui se trouve dans Liberté I : il se présente comme une réponse aux accusations de racisme, qui sonnent le glas de la négritude comme projet humaniste pour certains intellectuels, proférées par… Denis de Rougemont ! Le fait que cette mise au point, établie par Senghor, s’effectue contre un collaborateur de la première heure de la revue Esprit est, au vu de notre propos, assez éloquent. Aussi, pour prendre la mesure de la portée des travaux de Frobenius sur la pensée de Senghor, on se rapportera au texte suivant : « Les leçons de Léo Frobenius », Liberté III, op. cit., p. 398-404.

102 Mounier (Emmanuel), Le personnalisme, op. cit., p. 43.

103 Nous empruntons cette lecture à Souleymane Bachir Diagne qui réinvestit ce concept de Spivak, élaboré dans The postcolonial critic. Interviews, strategies, dialogues, pour montrer que sous ce qui peut apparaître, chez Senghor, comme une « métaphysique [des] essences figées », se déploie un « discours de l’hybridité » qui vient « fluidifier les identités affichées » (voir Diagne (Souleymane Bachir), Léopold Sédar Senghor. L’art africain comme philosophie, op. cit., p. 13-14).

104 Emmanuel Mounier, Manifeste au service du personnalisme, op. cit., p. 483.

105 Léopold Sédar Senghor, « L’esthétique négro-africaine », Liberté I, op. cit., p. 207 – nous sortons cet extrait de phrase de son contexte : l’engagement poétique que désigne Senghor est, avant tout, l’engagement de la littérature et de l’art négro-africain, en tant qu’ils sont fonctionnels et collectifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadia Yala Kisukidi, « L’influence vivante du personnalisme de Mounier sur la philosophie esthétique et la poésie de Léopold Sédar Senghor », COnTEXTES [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 15 septembre 2012, consulté le 22 septembre 2014. URL : http://contextes.revues.org/5592 ; DOI : 10.4000/contextes.5592

Haut de page

Auteur

Nadia Yala Kisukidi

Nadia Yala Kisukidi est agrégée et docteur en philosophie, actuellement assistante en éthique et en philosophie à l’Université de Genève (Faculté autonome de théologie protestante). Ses travaux portent sur la philosophie de Bergson, la philosophie française contemporaine et les postcolonial studies. Ses derniers articles, tous deux parus dans le tome V des Annales bergsoniennes (F. Worms (dir.), Paris, PUF, coll. « Épiméthée », 2012), sont la traduction et la présentation d’un article de Souleymane Bachir Diagne « Bergson in the colony : Intuition and Duration in the Thought of Senghor and Iqbal” (Qui parle, University of California, Berkeley, Fall/Winter 2008, vol. 17, n° 1), ainsi qu’un article sur la philosophie politique de Bergson intitulé « Création, universalisme et démocratie : la philosophie politique de Bergson dans Les Deux sources de la morale et de la religion ». Elle prépare actuellement un ouvrage sur l’anthropologie et la philosophie politique de Bergson pour les éditions du CNRS.

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page