Navigation – Plan du site

Compte rendu de Rogel (Thierry), Sociologie des super-héros

Paris, Hermann, coll. « Société et pensées », 2012.
Anthony Glinoer

Texte intégral

1Une sociologie des super-héros de l’univers Marvel : le projet ne manque pas d’audace et son auteur, Thierry Rogel – spécialiste « dans la vulgarisation des sciences sociales en général et de la sociologie en particulier » selon la notice donnée en quatrième de couverture –, ne manque pas d’entrain à la tâche. Malheureusement, son travail bute sur des problèmes méthodologiques et de corpus qui le confinent à ne saisir que quelques enjeux majeurs des récits de super-héros.

  • 1 Les italiques ont été exclues du texte et des notes tout au long du livre, on ne sait pourquoi.

2Amateur dans sa jeune adolescence, comme le fut l’auteur de ces lignes, des revues de super-héros Marvel et Strange1, Thierry Rogel veut se prêter à « l’interprétation des contenus » tout en adoptant « une attitude critique systématique » (p. 15). Il se propose, avec les outils des sciences sociales, de marier « imagination et sociologie » (p. 12) et de participer par l’intermédiaire des récits Marvel à « comprendre comment un récit participe à la construction de sens de l’individu » (p. 15). Belle audace en vérité, presque va-t-en-guerre. Encore faut-il s’en donner les moyens s’agissant de l’univers Marvel, un monde à 5000 personnages, sorte de comédie super-humaine des États-Unis des années 60 à nos jours.

3L’Âge d’Or des comics de super-héros est associé aux années 1938-1945 (naissance des personnages de Captain America, Superman, Batman) ; c’est à l’Âge d’Argent que Rogel consacre exclusivement son étude : la période 1961-1975, soit la période qui va de l’explosion de créativité chez Marvel (naissance des personnages des Fantastic Four, de Hulk, de Spider-Man, d’Iron-Man, des X-Men, des Avengers, de Daredevil, etc.) à la création de la nouvelle équipe de X-Men, qui amène une période de développement et de complexification de l’univers Marvel. Le choix peut se défendre mais le corpus réellement utilisé ici est plutôt celui de 70 numéros de revue (chez Lug) publiant des comic books de super-héros en français et de deux recueils d’aventures signés Stan Lee et Jack Kirby. Et encore, dans cet ensemble plus restreint, ne sont envisagés avec attention qu’une quinzaine de personnages, les plus célèbres (ceux grosso modo qui ont vu leurs aventures transposées par Disney, propriétaire désormais de Marvel, sur les écrans de cinéma dans les quinze dernières années).

  • 2 Voir en conclusion du livre le relevé de ce qu’on appellerait avec Bourdieu les « dispositions » de (...)

4Muni de ce corpus de personnages réduit, Rogel construit son livre en trois parties. La première partie s’attelle à une typologie des personnages super-héroïques en partant généralement du récit des origines dont est muni tout super-héros (comment il a acquis ses pouvoirs, où se trouve le stigmate physique ou psychologique qui permettra de donner épaisseur au personnage, etc.2) Rogel prête aussi attention à la trame narrative de fond (par exemple, les amours de Peter Parker dont le cours évolue lentement d’épisode en épisode). C’est dire que tout ce qui concerne le quotidien du récit de super-héros, c’est-à-dire les bagarres avec des super-vilains, est laissé hors du champ de l’analyse. Rogel distribue ensuite les super-pouvoirs entre trois grandes catégories, magie, religion et science, ce qui lui permet un développement sur la représentation de la science dans Marvel. La deuxième partie, dans laquelle l’auteur se montre plutôt incertain, procède par essais et erreurs pour découvrir des « ressemblances » génériques entre les récits de super-héros et des définitions plutôt anthropologiques du conte, de la fable et de la légende. La troisième et dernière partie se relance dans une typologie, cette fois portant sur la thématique de la marginalité du super-héros (sa quasi impossibilité à fonder une famille, son identité problématique, son déséquilibre psychique).

5Ce que ce résumé succinct du livre ne dit pas, c’est la méthode que met en place Thierry Rogel, à savoir la mise en rapport (d’identité ou d’analogie selon les cas) entre les récits Marvel et des propositions issues des sciences sociales et d’ordinaire appliquées à des domaines tout différents des revues françaises destinées aux adolescents dont il est question ici, des domaines le plus souvent non littéraires. La quête de Charles Xavier de nouveaux mutants est ainsi lue à travers les recherches de Goddard, Stern et Ternan sur le Q.I. ; les liens familiaux problématiques des super-héros sont compris à la lumière de la théorie du conflit de Simmel ; les croisements entre science et magie sont interprétés selon la théorie générale de la magie de Marcel Mauss, et ainsi de suite.

  • 3 On notera d’ailleurs au passage l’usage immodéré du « donc » et le surinvestissement de sa fonction (...)

6Les concepts et les théories sont là pour qu’on s’en saisisse : cette démarche a toute sa pertinence et plus encore s’agissant de corpus sur lesquels, du fait de leur appartenance à une culture de masse (en traduction de surcroît), il n’existe presque aucun travail scientifique. Toutefois, l’avancée de l’auteur rencontre dans le cas présent deux écueils de taille : en premier lieu, plutôt que d’approfondir les potentialités interprétatives de tel concept ou de telle expérience, Rogel accumule souvent les références ad nauseam, allant jusqu’à citer dans le même paragraphe et sans coup férir des auteurs dont la juxtaposition est tout sauf évidente, comme Durkheim, Elias et Simmel (p. 145) ou Murphy, Lévi-Strauss et Dumézil (p. 165). Du coup, tous les concepts se voient nivelés et ravalés au rang d’outils au pouvoir argumentatif quasi magique : les références s’accumulent, comme en marge de l’analyse des œuvres et viennent sans craindre les raccourcis expliciter tel aspect de l’univers Marvel3. De plus, l’auteur risque de passer à côté de phénomènes importants et bien documentés par la sociologie parce qu’aucune de ses lectures ne l’a amené à y réfléchir : c’est le cas typiquement de la question des groupes, des paires et des équipes de super-héros, pourtant cruciale. La compétence de vulgarisateur de l’auteur est évidente et, par moments, les rapprochements qu’il opère sont éclairants : ainsi dans le cas du « corps alter ego » des super-héros vu par l’Anthropologie du corps et de la modernité de David Le Breton ou par le recours à Erving Goffman pour parler des « stigmates » des super-héros (p. 196). Ces exemples sont hélas trop rares.

  • 4 Quelques erreurs à réparer : « Mike Murdock » au lieu de « Matt » (p. 48), « Mr Elastic » pour « Mr (...)
  • 5 Je soulignerai encore des erreurs d’interprétation ou d’observation : contrairement à ce qui est éc (...)

7En second lieu, Rogel oublie de s’interroger sur les conditions internes à la production de ce type de récit et se dote d’outils d’analyse littéraire trop rares et trop datés (Girard, Eco)4. Ainsi, il semble difficile de traiter de la multiplication des références mythologiques dans les récits Marvel sans prendre en considération la nécessité, maintes fois expliquée par Stan Lee, d’un cycle de production ultra-rapide et donc l’usage de répertoires existants de personnages, comme ceux des mythologies nordiques. Il est tout aussi périlleux de traquer les « ressemblances » de cette production avec le genre du conte en supposant que l’industrie créative qu’était Marvel pourrait correspondre à l’invention anonyme des récits folkloriques, ou encore avec le genre de la fable parce que l’un et l’autre représentent des animaux anthropomorphisés… Depuis Propp, on sait que les récits de diverses natures se saisissent de fonctionnements narratifs repérables déjà dans les contes de fées, cela ne signifie pas qu’un genre puisse adhérer à un autre aussi aisément. Comment, par ailleurs, se questionner sur l’identité complexe des super-héros sans faire aucun recours aux Cultural studies qui regorgent de travaux pertinents en la matière et portant sur des corpus comparables5 ?

  • 6 Voir ainsi Carletti (Sébastien) et Lainé (Jean-Marc), Nos années Strange, Paris, Flammarion, 2011.

8En définitive, si l’on peut se réjouir que cet objet culturel que sont les comic books donne désormais naissance à des livres en français6, cet essai ressemble trop à une mosaïque de fiches de lecture. On l’inscrira, dans une version sociologico-anthropologique, dans la lignée d’ouvrages de pop-philosophie qui ont paru en grand nombre ces dernières années, tels Philosophie en séries dirigé par Thibault de Saint-Maurice (Ellipses, 2010), X-Men and Philosophy (Wiley, 2009) ou encore The Avengers and Philosophy dont l’éditeur nous dit qu’il « enlists the brainpower of an A-list team of history's most prominent thinkers to explore the themes behind the action of Marvel Comics' all-star superhero team » (Wiley, 2012).

Haut de page

Notes

1 Les italiques ont été exclues du texte et des notes tout au long du livre, on ne sait pourquoi.

2 Voir en conclusion du livre le relevé de ce qu’on appellerait avec Bourdieu les « dispositions » des héros de Marvel.

3 On notera d’ailleurs au passage l’usage immodéré du « donc » et le surinvestissement de sa fonction conséquentielle. Par exemple, p. 124, l’auteur nous dit en trois phrases : 1) que Tom Sawyer pourrait être un double inversé de Peter Parker, 2) que Stan Lee s’est nourri d’auteurs de romans populaires (Verne, Dumas, Wells, Twain), ce qui le rapprocherait des thèses d’Umberto Eco sur le surhomme, 3) que, « donc », le super-héros américain provient du complexe de frustration petit-bourgeois typique des sociétés anonymisées…

4 Quelques erreurs à réparer : « Mike Murdock » au lieu de « Matt » (p. 48), « Mr Elastic » pour « Mr Fantastic » (p. 233).

5 Je soulignerai encore des erreurs d’interprétation ou d’observation : contrairement à ce qui est écrit, p. 51, Lucky Luke et Tintin ont bien un costume distinctif, sans collant toutefois ; le Gardien n’est pas un dieu mais un alien (p. 129) ; d’autres panthéons sont présents dans les récits Marvel depuis les années 60, en particulier le panthéon olympien.

6 Voir ainsi Carletti (Sébastien) et Lainé (Jean-Marc), Nos années Strange, Paris, Flammarion, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Glinoer, « Compte rendu de Rogel (Thierry), Sociologie des super-héros », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 09 janvier 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://contextes.revues.org/5605

Haut de page

Auteur

Anthony Glinoer

Université de Sherbrooke

Articles du même auteur

Haut de page