Navigation – Plan du site

Compte rendu de Reid (Martine) (dir.), Les femmes dans la critique et l’histoire littéraire

Paris, Honoré Champion, « Littérature et genre », 2011, 212 p.
François-Ronan Dubois

Texte intégral

1Recueillis par Martine Reid, publiés dans la collection qu’elle dirige et rassemblés dans le premier volume à paraître de cette collection, ces essais constituent en quelque manière le manifeste pour des recherches à venir, qui devraient trouver leur place à leurs côtés, chez Honoré Champion. Lorsque l’on sait combien la collection « Lumières classiques » a participé au renouvellement des perspectives historiques et critiques sur le dix-septième siècle français et sa littérature, on devine la directrice, de l’ouvrage comme de la nouvelle collection, portée à espérer qu’une semblable vitalité sera ainsi insufflée à un champ de recherches qui ne rencontre pas toujours en France le succès qui est le sien ailleurs déjà, outre-Atlantique comme outre-Manche.

2La liste des contributeurs du volume est symptomatique de ce bilan en demi-teinte. Si Martine Reid, Jean-Claude Arnould, Éliane Viennot, Christine Planté, Shelly Charles, Nicole Pellegrin et Myriam Maître exercent dans des institutions françaises, Joan DeJean, Vicki Mistacco, Anne McCall et Évelyne Ender parlent toutes depuis le monde anglophone ; quand les uns expriment leurs espoirs pour une critique et, surtout, une histoire littéraire à venir, les autres tirent déjà le bilan d’une entreprise commencée dans les années 1970. Décalage temporel, donc, et décalage que l’on regrette à vrai dire de ne pas voir plus amplement médité au fil de l’ouvrage ; l’introduction de deux pages reste au seuil du problème méthodologique et institutionnel crucial que constitue la difficile intégration des études de genre dans le champ universitaire francophone et les essais qui la suivent ne reviennent que très ponctuellement sur cette question pourtant centrale.

3Le titre de l’ouvrage peut en effet paraître quelque peu déceptif. Le lecteur qui s’attendrait à lire des réflexions poussées sur des problèmes contemporains, le praticien professionnel de la critique ou de l’histoire littéraire qui chercherait à méditer ses méthodes au miroir de regards avisés, ne sauraient trouver dans les pages de ce volume que des ressources rares et des avis indirects – à l’exception notable de l’article de Myriam Dufour-Maître, sur lequel je reviendrai. Dans l’ensemble cependant, c’est plutôt à une histoire des femmes dans la critique et l’histoire littéraire francophone du milieu du xviie siècle au milieu du xxe dont il est ici question, projet qui sans doute ne manque pas d’intérêt, mais dont on peut trouver qu’il ne saurait avoir la force ni d’un manifeste, ni d’un programme.

4Au sein de ce spectre chronologique, deux places prépondérantes sont faites au xviiie siècle d’un côté et au xixe de l’autre. Si les articles de Jean-Claude Arnould et de Myriam Dufour-Maître, respectivement consacrés à Marie de Gournay et aux Précieuses, remontent un peu en amont et si, à l’inverse, les réflexions d’Annie McCall et Évelyne Ender, les unes à propos de l’histoire littéraire à l’orée du xxe siècle, les autres à propos de l’école de Genève, étendent un peu la perspective, la place faite à la Renaissance est réduite, celle offerte à l’époque médiévale plus encore et, quant à l’Antiquité, elle paraît être, comme la littérature de la seconde moitié du xxe siècle à nos jours, hors de propos. Ce que l’ouvrage perd alors en extension, il le gagne cependant en cohérence et les propos croisés permettent d’envisager diachroniquement diverses facettes d’un même problème.

  • 1 « Le Dictionnaire de Fortunée Briquet (1804) : fabrication et postérité d’une histoire littéraire a (...)
  • 2 « Les silences de l’histoire : l’Anthologie féminine de Louise d’Alq », p. 121-146.

5Ainsi les articles de Nicole Pellegrin1 et de Vicki Mistacco2, opportunément placés l’un à la suite de l’autre, permettent d’envisager, aux deux extrémités du xixe siècle, deux pratiques anthologiques et biobibliographiques malgré tout assez proches. D’un côté, Fortunée Briquet fait œuvre d’une érudition monumentale pour produire une copieuse somme consacrée aux intellectuelles de l’époque médiévale jusqu’à son monde contemporain, avec le projet fort méthodique de démontrer par la masse l’importance de la contribution féminine à tous les domaines du savoir ; de l’autre, Louise d’Alq adopte une démarche compréhensive qui, si elle accorde une certaine prégnance aux femmes de l’aristocratie, réserve une place aux écrivaines du peuple et, surtout, aux écrivaines francophones. L’un et l’autre recueils valent à la fois par le poids numérique des notices présentées et par l’angle adopté pour cette présentation ; ainsi Louise d’Alq écarte-t-elle certains textes fameux, où Anne Dacier comme Sévigné font preuve d’une sensibilité réputée toute féminine, pour présenter de préférence l’une comme érudite, l’autre comme épistolière familière.

  • 3 « Henri Carton, Gustave Lanson, Jean Larnac : questions critiques », p. 147-162.
  • 4 « La place problématique des femmes poètes », p. 55-72.

6Mais le jeu de l’anthologie est à double tranchant. Anne McCall3 rappelle combien les anthologies d’épistolières de Lanson ont contribué à exclure la pratique de la lettre du champ de la grande littérature en même temps qu’elles la féminisaient. L’anthologie, certes, peut faire une place, mais elle est aussi l’instrument de l’exclusion et du stéréotype. Christine Planté4 montre avec beaucoup de clarté le processus à l’œuvre au fil des décennies, pour les poètes : il y a les femmes que l’on oublie tout simplement et celles qui, comme Marceline Desbordes-Valmore, servent de faire valoir, une fois réduites à un seul aspect de leur œuvre – le sentiment, par exemple, plutôt que l’invention métrique.

  • 5 « Le domaine des femmes : roman et écriture féminine dans la critique du tournant des Lumières », p (...)

7L’oubli, en effet, ne prend pas toujours la forme d’une pure et complète oblitération. Souvent, il s’agit d’une réduction : réduction à un thème, comme pour Desbordes-Valmore, réduction à un genre, comme à celui de la lettre ou, ainsi que le souligne Shelly Charles5, à celui du roman. Quand les femmes sont sous-représentées dans la critique poétique du xixe siècle, elles sont surreprésentées dans la critique romanesque : elles constituent 25% des publications dans les années 1800 et l’on en parle dans 60% des recensions de la presse. Triomphe ? Oui et non : la poésie et le roman n’occupent pas la même place dans la hiérarchie des lettres, et cantonner les femmes au roman, c’est aussi les réduire à une position subalterne, singulièrement quand, encore une fois, le sentiment convenu est privilégié à l’invention formelle.

  • 6 « Le grand oubli : comment les dictionnaires et l’histoire littéraire moderne ont fait disparaître (...)
  • 7 « Y a-t-il une place pour les femmes dans la création littéraire ? Marie de Gournay et la figure de (...)
  • 8 « Oublier les Précieuses ? Critique d’une catégorie critique (1999-2009) », p. 43-54.
  • 9 « Le traitement des grandes autrices françaises dans l’histoire littéraire du XVIIe siècle : la con (...)

8Joan DeJean6 affirme que cet oubli généralisé est le produit du xixe siècle, quand, jusqu’à la Révolution, « une femme avait autant de chances d’être acceptée comme écrivain qu’un homme » (p. 75). Cette curieuse affirmation repose sur l’observation que les dictionnaires proposent, à l’article « Auteur », des usages aussi bien féminins que masculins. Les femmes sont présentes aussi dans les recueils et Joan DeJean ne semble pas être sensible aux précautions méthodologiques que d’autres contributeurs du volume font valoir pour l’analyse de ce type de publications. Bref, il est difficile d’être convaincu par cette brève contribution dont les arguments ne paraissent pas toujours très solides. D’autant plus difficile en vérité qu’elle est contredite, non seulement en ses marges par les réflexions d’Anne McCall et Christine Planté sur les recueils et anthologies, mais encore au cœur même de son propos par les essais de Jean-Claude Arnould7, Myriam Dufour-Maître8 et Éliane Viennot9, tous consacrés à la période de l’Ancien Régime. Éliane Viennot montre en effet que si nombre de grandes autrices connaissent un succès critique et éditoriale certains, rares sont celles à accéder à la gloire de la mémoire littéraire institutionnalisée par le xviiie siècle. La liste des noms connus tend à se réduire à quelques figures de proue qui paraissent devoir combler des vides : Scudéry, La Suze, Deshoulières, Villedieu et Lafayette. Nombreuses sont les notices biographiques des dictionnaires, même ceux qui, comme Moréri, paraissent les mieux disposés envers les écrivaines, à faire une large place à l’anecdote déshonorante et au scandale. Bayle et Gouget sont, pour leur part, beaucoup plus silencieux ou beaucoup plus directs et la parution du Cours de littérature française de La Harpe vient sonner le glas de la présence féminine.

9Tout commence donc bien avant la Révolution. Les choses, dès le xviie siècle, sont, comme le montre Jean-Claude Arnould à partir du cas de Marie de Gournay, fort problématiques. En effet, si Marie de Gournay cherche à affirmer la place de droit des femmes au sein de la vie lettrée et intellectuelle de l’époque, elle ne le fait pas sans attaquer celles qui, justement, y jouent un rôle prépondérant : les hérauts de la galanterie montante, qui lui paraissent ne produire que de médiocres bagatelles peu dignes que l’on s’y intéresse. Myriam Dufour-Maître rappelle de son côté que le monde précieux et/ou galant est loin d’être celui d’une idyllique entente entre les sexes, où la femme aurait eu la meilleure place.

  • 10 « Quelle place pour les femmes auteurs dans la tradition critique genevoise ? », p. 163-184.

10Avec Évelyne Ender10, Myriam Dufour-Maître est en outre l’une des deux contributrices à traiter frontalement d’un problème qui relève de la méthode de la critique plutôt que de l’histoire de celle-ci. Il est vrai que la contribution d’Évelyne Ender, essentiellement consacrée au cas d’Amiel, n’aborde que marginalement la postérité de l’école de Genève, en survolant rapidement les grands noms de la critique littéraire dans la seconde moitié du xxe siècle, pour faire le constat que, malgré la passion initiale d’Amiel pour George Sand, les femmes tiennent finalement peu de place au sein du corpus de travail de la critique suisse. C’est donc à Myriam Dufour-Maître que l’on doit la seule contribution à prendre à bras le corps un problème critique très contemporain : celui de l’abandon ou du maintien, dans l’histoire littéraire, de la catégorie de préciosité. Il faut l’avouer, ces pages ne seront peut-être pas entièrement perméables au néophyte qui ne serait pas familier des dissensions internes de la critique dix-septiémiste et leur isolement dans cette collection d’essais n’aide certes pas à leur bonne compréhension ; elles n’en sont pas moins précieuses et, sans céder à la formule facile ni à la décision tranchée, Myriam Dufour-Maître restitue dans toute sa complexité le débat.

11S’il est impossible d’en reproduire ici tout le cheminement, du moins pouvons-nous nous arrêter quelques instants sur sa conclusion :

Une telle liberté exige néanmoins que l’on garde conscience de la dépendance énonciative dans laquelle se trouvent nos discours critiques inséparables de la construction de valeurs. La catégorie si peu désirable, si désespérément ambiguë de précieuses offre alors la fécondité d’un inconfort devenu méthodologique et nous rappelle à la défiance, quand notre discours critique adhère avec une facilité suspecte aux valeurs que nous pensons découvrir, et que pour une large part nous construisons. (p. 54)

  • 11 Viala (Alain), La France galante : essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines j (...)
  • 12 Dufour-Maître (Myriam), Les Précieuses, naissance des femmes de lettres en France au XVIIe siècle, (...)

12La question est de choisir entre le terme de « galanterie », tel qu’il a été examiné récemment par Alain Viala11 et celui de « préciosité », étudié de près par Myriam Dufour-Maître elle-même12. Dans son essai au style parfois peu académique, le premier affirmait le caractère anachronique, exogène, de la catégorie historique de la préciosité et donc son inutilité. Myriam Dufour-Maître le rejoint sur les prémices du développement sans s’accorder avec la conclusion : c’est précisément parce que la catégorie est exogène qu’elle permet de conserver avec l’objet une distance critique. Au contraire, la catégorie qu’Alain Viala estime endogène, celle de galanterie, lui paraît trop dangereusement idyllique et passible des mêmes critiques que celles adressées à l’enthousiasme de Marc Fumaroli – une comparaison qui, dans le champ universitaire des études littéraires sur le xviie siècle, n’est pas dénuée de force polémique. Selon Myriam Dufour-Maître, mieux vaut utiliser des catégories exogènes, à condition qu’elles soient reconnues telles, à condition, en d’autres termes, que la critique sache le lieu de son énonciation, plutôt que de courir le risque, en prenant les mots de l’époque pour argent comptant, d’y naturaliser à la fois les positions du temps et nos propres perceptions.

13Il y aurait beaucoup à dire sur cette contribution qui oscille entre une vis polemica savoureuse (pour les familiers du champ, tout du moins) et la saine perplexité méthodologique ; indubitablement, elle fait rêver à un ouvrage qui eût été entièrement composé de semblables examens de catégories critiques actuelles, pour d’autres objets d’études. Il semble qu’alors le recueil eût mieux rempli sa mission de chef de file pour une collection qui se doit d’être prometteuse. Cependant, même si la conclusion de la plupart des articles éveille chez le lecteur le regret de ne pas voir les problèmes de méthodes, alors effleurés, traités pour eux-mêmes à une époque où la chose paraît si nécessaire, l’ouvrage n’en est certes pas moins instructif : l’ensemble se distingue par sa clarté, sa cohérence et sa richesse documentaire, encore soutenues par des notes bibliographiques et un index qui facilitent grandement la circulation à l’intérieur et autour des études.

14On fera donc avec profit la lecture de ce livre érudit et si les insatisfactions qu’il éveille, en n’ôtant rien à l’intérêt de ses pages, suscitent le désir de s’informer plus avant sur les travaux des celles et ceux qui y prirent part, alors le profit, sans aucun doute, n’en sera que plus grand.

Haut de page

Notes

1 « Le Dictionnaire de Fortunée Briquet (1804) : fabrication et postérité d’une histoire littéraire au féminin », p. 101-120.

2 « Les silences de l’histoire : l’Anthologie féminine de Louise d’Alq », p. 121-146.

3 « Henri Carton, Gustave Lanson, Jean Larnac : questions critiques », p. 147-162.

4 « La place problématique des femmes poètes », p. 55-72.

5 « Le domaine des femmes : roman et écriture féminine dans la critique du tournant des Lumières », p. 85-100.

6 « Le grand oubli : comment les dictionnaires et l’histoire littéraire moderne ont fait disparaître le statut littéraire féminin », p. 75-84.

7 « Y a-t-il une place pour les femmes dans la création littéraire ? Marie de Gournay et la figure de l’autrice », p. 13-30.

8 « Oublier les Précieuses ? Critique d’une catégorie critique (1999-2009) », p. 43-54.

9 « Le traitement des grandes autrices françaises dans l’histoire littéraire du XVIIe siècle : la construction du panthéon littéraire national », p. 31-42.

10 « Quelle place pour les femmes auteurs dans la tradition critique genevoise ? », p. 163-184.

11 Viala (Alain), La France galante : essai historique sur une catégorie culturelle, de ses origines jusqu’à la Révolution, Paris, PUF, 2008. [ndlr : on se référera au compte rendu de cet ouvrage, déjà dressé dans notre rubrique, par Alexandre De Craim, url : http://contextes.revues.org/4355.]

12 Dufour-Maître (Myriam), Les Précieuses, naissance des femmes de lettres en France au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Compte rendu de Reid (Martine) (dir.), Les femmes dans la critique et l’histoire littéraire », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 17 février 2013, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://contextes.revues.org/5618

Haut de page

Auteur

François-Ronan Dubois

Université Stendhal — Grenoble 3

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page