Navigation – Plan du site

Les enjeux d’une sociologie par la littérature

David Ledent

Résumés

Avec la parution des Règles de l’art en 1992, la littérature est sortie de la marginalité dans laquelle elle était tenue par les sociologues. On a alors assisté dans les années 1990 et 2000 à un renouveau autour de la question des rapports entre la sociologie et la littérature. Aux côtés de la sociologie de la littérature s’est en particulier développée une approche originale qui voit dans la littérature un outil de réflexion pour le sociologue. Cette approche d’une « sociologie par la littérature » vise à repenser les relations entre la connaissance sociologique et la création littéraire. L’objectif de cet article est de cerner les enjeux pratiques et épistémologiques de cette approche.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans cet article, nous opposons la « littérature » à tous les écrits que l’on peut qualifier d’« ac (...)
  • 2 Chamboredon (Jean-Claude), « Production symbolique et formes sociales : de la sociologie de l’art e (...)
  • 3 C’est en 1959 que Robert Escarpit fonde à Bordeaux le Centre de Sociologie des Faits Littéraires do (...)
  • 4 Voir Goldmann (Lucien), Le Dieu caché : étude sur la vision tragique dans les « Pensées » de Pascal (...)

1La littérature1 est longtemps restée un objet de recherche marginal, voire peu légitime, en sociologie. Dans un article daté de 1986, Jean-Claude Chamboredon regrettait cette situation de marginalité, une situation qui pouvait s’expliquer par la difficulté d’utiliser les outils habituels de l’investigation sociologique pour analyser le domaine de l’art et celui de la littérature en particulier2. Hésitant entre une approche positiviste et empiriste développée par Robert Escarpit à partir de 19593 et une approche structuraliste d’inspiration marxiste développée par Lucien Goldmann4, la sociologie de la littérature s’est clairement structurée autour de deux pôles jusque dans les années 1980, en privilégiant soit l’analyse externe, c’est-à-dire des conditions sociales de production et de réception des œuvres, soit l’analyse interne se focalisant sur les œuvres elles-mêmes.

  • 5 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 199 (...)
  • 6 Heinich (Nathalie), « Ce que la littérature fait à la sociologie : petite histoire des États de fem (...)
  • 7 Cette méfiance est également évoquée par Bernard Lahire qui écrit : « Le premier mouvement qui anim (...)

2En 1992, la parution des Règles de l’art va donner une forte impulsion pour à la fois considérer la littérature comme un objet parfaitement légitime en sociologie et dépasser cette opposition entre analyse externe et analyse interne en recourant au concept de « champ littéraire5 ». Cette publication devient alors l’occasion pour les sociologues de reconsidérer l’objet « littérature », un objet longtemps délaissé, en rendant notamment possible un échange entre deux disciplines, les études littéraires et la sociologie. Comme le remarque très justement Nathalie Heinich, la reconnaissance du travail du sociologue repose essentiellement sur sa capacité à faire preuve d’objectivité ou de neutralité axiologique selon ses orientations paradigmatiques6. On comprend ainsi pourquoi la discipline sociologique a pu et peut encore se méfier des œuvres littéraires7 dont l’usage peut être considéré comme un frein au processus d’objectivation.

3On peut cependant, comme le propose Nathalie Heinich, adopter une autre posture vis-à-vis des œuvres littéraires en les considérant comme des lieux de réflexion qui peuvent aider le sociologue dans son travail de recherche :

  • 8 Ibid., p. 62.

D’un côté donc, il y a cet éclairage particulier que le travail du sociologue apporte au patrimoine romanesque. Mais de l’autre, il y a ce que la fiction littéraire a apporté à l’entreprise sociologique, ce en quoi elle l’a non seulement nourrie mais, souterrainement, guidée, catalysée et, pourquoi pas, inspirée : non seulement en tant que terrain ou objet, mais aussi en tant que moteur et source d’énergie8 […].

  • 9 La première proposition d’une « sociologie par la littérature » date de 1963 avec l’ouvrage de Lewi (...)
  • 10 Voir Barrère (Anne) & Martuccelli (Danilo), « Lectures sociologiques du roman : à la croisée de deu (...)
  • 11 Voir Heinich (Nathalie), Ce que l’art fait à la sociologie, Paris, Minuit, 1998.

4Cette idée selon laquelle la littérature peut constituer un outil pour la sociologie, et pas seulement un matériau empirique comme dans le cadre de la sociologie de la littérature, est au cœur de ce que nous proposons d’appeler une « sociologie par la littérature »9, une approche dont la reconnaissance s’est accrue en France depuis les années 199010. Dans la continuité de l’approche développée par Heinich dans Ce que l’art fait à la sociologie11, nous voudrions ainsi explorer ce que la littérature peut faire à la sociologie en proposant une analyse critique autour de cette question.

Les relations entre sociologie et littérature

  • 12 Les sociologues n’ignorent en théorie aucun matériau qui puisse servir de document ou de support à (...)

5Et si les œuvres littéraires pouvaient présenter une dimension sociologique ? S’il est admis que celles-ci puissent servir de matériau pour appuyer et mettre à l’épreuve certaines théories sociologiques12, le fait que la littérature puisse contenir des idées sociologiques fait largement débat parmi les sociologues lorsqu’ils questionnent la nature et les conditions d’élaboration du savoir qu’ils mettent en œuvre. L’existence d’une discipline prétendant à une certaine scientificité passe par la rupture avec d’autres disciplines puis par la définition de ses objets et de ses méthodes qui font sa spécificité. Or la communauté des sociologues est (au moins) divisée en deux, entre ceux qui considèrent la sociologie comme une science basée sur l’explication et ceux qui voient en elle une activité de compréhension des phénomènes de la vie sociale. Considérée comme activité scientifique, la sociologie ne peut voir dans la littérature qu’un discours qui lui est totalement extérieur voire étranger, la littérature n’ayant pas pour vocation première la production d’une connaissance objective de la réalité sociale. Cependant, cette connaissance peut exister de manière implicite dans la littérature, voire précéder sur un mode non scientifique certaines analyses de la sociologie.

  • 13 Viart (Dominique), « Littérature et sociologie : les champs du dialogue », dans Littérature et soci (...)

6À la sociologie de la littérature s’ajoutent alors de nouvelles perspectives analytiques que Dominique Viart a mises en valeur13 :
– « Ce que littérature et sociologie ont en partage » afin d’analyser non ce qui les sépare mais ce qui les réunit, soit sur le plan de la formulation de la connaissance, soit sur celui de la connaissance même.
– « Ce que la sociologie fait à la littérature » pour mettre en évidence l’influence de la discipline sociologique et de ses découvertes sur la création littéraire. Plus largement, on peut admettre que les différents savoirs des sciences humaines et de la philosophie se diffusent dans le champ littéraire et peuvent ainsi agir sur l’écriture littéraire.
– « Ce que la littérature dit avec la sociologie » pour étudier l’élan conjoint de deux disciplines à travers leurs sensibilités communes, ou plus simplement, ce qu’elles expriment. Si elles le font bien entendu sur un mode différent et avec des intentions divergentes, la sociologie et la littérature peuvent parler d’une même voix car, en tant que pratiques et discours, elles interagissent.

  • 14 On doit à Laurence Ellena une recherche féconde sur ce sujet (Sociologie et littérature : la référe (...)
  • 15 Charles Wright Mills définit l’imagination sociologique comme ce qui « permet à celui qui en est do (...)

7En prolongeant l’analyse de Viart, on peut ajouter deux perspectives analytiques prometteuses :
– Ce que la littérature dit de la sociologie, une perspective qui appréhenderait la représentation du savoir sociologique ou des sociologues dans des œuvres littéraires.
– Ce que la littérature fait à la sociologie, une dernière perspective qui s’intéresserait à l’influence de la littérature sur la sociologie, dans le cadre d’une histoire des idées14 et/ou d’une réflexion épistémologique. La discipline sociologique, loin d’être étanche et unidimensionnelle, ne cesse de s’interroger sur elle-même et la littérature peut jouer un rôle dans cette interrogation, tout simplement parce que les sociologues ne lisent pas uniquement des ouvrages académiques. Leurs lectures non-académiques peuvent être des sources d’inspiration, en particulier pour les sociologues qui pensent à l’instar de Charles Wright Mills que « l’imagination sociologique » aide autant à produire et à renouveler les savoirs que le travail d’investigation par le terrain15.

  • 16 Pierre Lassave montre qu’un « régime d’interférences » entre la sociologie et la littérature s’est (...)

8Il n’existe donc pas seulement une sociologie de la littérature mais également une sociologie dans la littérature et une littérature dans la sociologie. Ce point de vue posé, on peut alors construire des axes d’analyses dans le cadre d’une théorie de la connaissance attentive aux interférences entre sociologie et littérature16.

Création littéraire et sens du social

  • 17 Voir Mitterand (Henri), Le Discours du roman [1980], Paris, PUF, 1986.

9Revenons au problème posé par une sociologie dans la littérature. À quelle « sociologie » renvoyons-nous lorsque nous percevons la dimension sociologique des œuvres littéraires ? S’agit-il toujours de la même sociologie, une certaine manière de restituer des logiques ou des mécanismes de la vie sociale ? Ou bien cette sociologie désigne-t-elle seulement et plus vaguement une sensibilité pour appréhender ce qui est « social » ? L’empreinte sociologique d’un récit de fiction peut se situer entre ces deux pôles, entre une science du social et un sens du social. C’est prendre en compte dans cette perspective la pluralité des discours que véhicule une même œuvre littéraire si l’on veut bien penser son caractère polyphonique17. Il convient en particulier de distinguer deux modes discursifs, les discours sur le monde social qui s’efforcent de séparer l’observateur de ce qu’il observe et les discours depuis le monde social qui impliquent l’observateur dans ce qu’il observe. Un discours sur le monde social qui part d’une rupture épistémologique avec le sens commun repose sur un idéal de scientificité. Sans rupture épistémologique, il donne un certain point de vue issu de la confrontation entre une subjectivité et une situation. Le récit littéraire peut naviguer entre ces deux pôles, objectiviste – donc objectivant – et subjectiviste. Le discours depuis le monde social renvoie à la posture que le sujet adopte parmi les autres pour émettre un jugement de valeur ou un jugement de réalité les concernant. On propose ainsi la typologie suivante :

Lecture : Un discours objectif sur le monde social produit idéalement une sociologie.

10 La cohabitation de sociologies, de points de vue, de jugements de réalité et de jugements de valeur peut caractériser une œuvre littéraire car les intentions de l’écrivain sont multiples. Elles peuvent être volontaires ou non, conscientes ou inconscientes. L’idée de produire volontairement, consciemment et de manière exclusive une sociologie dans une œuvre littéraire est d’ailleurs impossible dans la mesure où la discipline sociologique elle-même ne produit pas exclusivement un savoir objectif, mais également des jugements de réalité et des points de vue à certains stades de l’investigation. Ce qui est impossible pour la sociologie l’est davantage pour la littérature, la scientificité de l’une ou de l’autre demeurant un idéal et non une fin pour qui a conscience des limites d’un discours purement objectivant. Se séparer strictement des objets, c’est ne plus être en mesure de les voir et de les appréhender donc de produire un savoir scientifique. La posture raisonnable en sciences humaines est donc selon nous de penser la scientificité comme un idéal et de prendre en considération tout travail de la subjectivité. Dès lors que les sciences humaines posent les limites de leur scientificité, elles peuvent entrer en dialogue avec la littérature parce que l’écrivain peut passer à des degrés divers par les différentes postures du sociologue, entre posture objectiviste et posture subjectiviste, entre exigence de scientificité et sens du social. Ce qui distingue néanmoins le sociologue de l’écrivain, c’est que le sociologue est censé développer une pensée réflexive sur ces postures – cela fait théoriquement partie de son éthique pour être admis dans la communauté des sociologues – et vouloir produire cette pensée réflexive, ce que l’on n’attend pas ordinairement de l’écrivain. Mais lorsque l’écrivain développe un sens aigu du social, que ce soit voulu ou non, conscient ou non, alors son travail se rapproche en partie de celui du sociologue, ce dernier ne pouvant produire de sociologie sans un certain sens du social.

11Finalement, les frontières entre la littérature et la sociologie deviennent floues lorsque l’on prend acte de la complexité du monde social, une complexité qui rend polyphoniques leurs discours respectifs. Il n’existe d’ailleurs pas une sociologie qui ferait consensus sur sa propre définition, son objet et ses méthodes. Les conceptions et orientations théoriques de la sociologie sont suffisamment diverses pour y voir un espace disciplinaire pluriel. S’il fallait cependant réduire cet espace à une dimension, on pourrait mettre en évidence un consensus sur la qualité du chercheur à développer un sens du social. En dehors de toute exigence de scientificité qui fait débat en sociologie depuis les origines de la discipline, un sociologue en reconnaît un autre à son sens du social, c’est-à-dire à une sensibilité qui permet de porter un regard particulier sur les phénomènes sociaux. Cela signifie que le sens du social est un préalable pour produire une connaissance sociologique et que l’absence d’une telle sensibilité la rend impossible.

  • 18 Dubois (Jacques), Les Romanciers du réel : de Balzac à Simenon, Paris, Seuil, 2000, p. 9.
  • 19 Dubois (Jacques), Pour Albertine : Proust et le sens du social, Paris, Seuil, 1997, p. 23. Cette id (...)
  • 20 Ibid.,  pp. 40-41.
  • 21 Ibid., p. 194.
  • 22 Dubois (Jacques), Stendhal : une sociologie romanesque, Paris, La Découverte, 2007. C’est également (...)

12Le sens du social apparaît donc comme une condition du travail du sociologue. Il est pour lui une nécessité mais il n’en détient pas le monopole. C’est l’idée que défend Jacques Dubois dans plusieurs de ses travaux, voyant ce que la littérature peut anticiper des analyses sociologiques compte tenu du sens du social que peuvent avoir certains écrivains. Dubois écrit que depuis Balzac, le roman français en particulier constitue « un extraordinaire instrument d’exploration du réel, de figuration de l’Histoire, d’analyse de la société18 ». Dans son livre Pour Albertine, il montre ainsi à quel point l’œuvre de Proust réussit à percer certaines logiques sociales avant que ne le fassent les sociologues, qu’il existe donc chez Proust une connaissance fine du social sans pour autant qu’elle soit formalisée19. La réflexivité du sociologue et l’imaginaire de l’écrivain ne sont donc pas antinomiques. Ainsi, « Fiction et réflexion sont dans une collaboration permanente qui les fait tantôt alterner et tantôt se confondre20. ». Dubois développe alors l’idée selon laquelle Proust invente « une sociologie fiction qui ouvre au roman et à la science sociale de larges perspectives21 ». On peut alors repérer une « sociologie implicite22 » dans son œuvre.

  • 23 Dubois (Jacques), Les Romanciers du réel, op. cit., p. 63.
  • 24 Ibid., p. 65.
  • 25 Dubois (Jacques), Pour Albertine, op. cit., p. 189.

13Le problème est que Proust n’a jamais revendiqué la moindre contribution à la connaissance sociologique. Pourtant, il apparaît clairement que l’écrivain, comme de nombreux romanciers du xixe siècle, a développé un remarquable sens du social, une sensibilité qui lui a permis d’observer et de décrire le monde social comme peuvent le faire les ethnographes. Dubois montre que cette sensibilité s’est construite dans un contexte intellectuel et scientifique particulier dans lequel les écrivains ont pris pour modèle – consciemment pour Zola et Balzac – les savants. À travers les romanciers réalistes « s’est élaborée une poétique du roman dont la science, biologique et médicale en particulier, fut la référence soutenue23. ». C’est donc avec un certain sens du social interférant avec un idéal scientifique que ces romanciers sont parvenus à décrire et à rendre intelligibles des rapports de classe, des enjeux de domination et de distinction, ainsi que des styles de vie. Plus que de simples documents historiques, les œuvres des romanciers réalistes livrent selon Dubois une pensée sociologique qui « pose fortement et avec courage que la société française est une société divisée, une société de classes et de classements, et que les individus sont conditionnés par cette division24 ». Sans être sociologues, ils auraient un « sens du social comme on a le sens de l’humour25 ». Le caractère involontaire ou inconscient d’une sociologie dans la littérature nous invite à réfléchir sur le statut de cette sociologie que l’on peut qualifier d’implicite.

La sociologie implicite dans la littérature

  • 26 Charle (Christophe), « Le romancier social comme quasi-sociologue entre enquête et littérature : le (...)

14Dire le monde social sur un mode littéraire et expliquer ou comprendre des logiques sociales sur un mode scientifique relèvent de deux postures différentes mais qui trouvent des points d’interférence, en particulier dans l’activité des romanciers réalistes. Selon Christophe Charle, Zola peut par exemple être considéré comme « quasi-sociologue » au regard de sa « volonté de vérité et de révélation du caché26 ». Comme le sociologue, le romancier réaliste a pour matière non pas ce qui est immédiatement visible mais ce qui est dissimulé, voilé ou non-dit. En exploitant cette matière sous la forme d’un récit, il donne ainsi à voir certaines dimensions de la vie sociale qui ne peuvent être vues qu’avec un certain sens du social.

  • 27 Voir Belloï (Livio), La Scène proustienne : Proust, Goffman et le théâtre du monde, Paris, Nathan, (...)
  • 28 Champy (Florent), « Littérature, sociologie et sociologie de la littérature : à propos de lectures (...)
  • 29 Ibid., p. 347.

15C’est également le cas de Marcel Proust qui, d’après plusieurs auteurs, produit une œuvre contenant une certaine connaissance du social27. On doit au sociologue Florent Champy une synthèse critique de ces lectures de Proust28. S’il peut exister des descriptions fines du monde social chez certains écrivains comme Balzac, Flaubert, Zola ou Maupassant, la frontière entre ce qui relève de la fiction et de l’analyse sociologique n’est pas moins forte selon Champy. La fiction peut évidemment se construire sur la base d’observations proches de l’observation ethnographique mais elle n’a pas les prétentions scientifiques de la sociologie. Champy se demande alors s’il est pertinent de vouloir mettre en évidence une théorie sociologique dans une œuvre littéraire. Si théorie sociologique implicite il y a, alors Belloï, Bidou-Zachariasen et Dubois devraient parvenir aux mêmes conclusions car du point de vue scientifique, il est impossible que deux théories divergentes puissent coexister. Or lorsqu’il s’agit de qualifier la sociologie de Proust, Belloï et Bidou-Zachariasen en arrivent à des conclusions non seulement différentes mais complètement opposées. Belloï intègre en effet cette sociologie dans la sociologie interactionniste de Goffman (une « microsociologie ») tandis que Bidou l’interprète dans une double perspective de stratification sociale et de dynamique civilisationnelle, lisant Proust avec les modèles de Pierre Bourdieu et de Norbert Elias. Champy écrit ainsi : « Comment une œuvre, fût-elle littéraire, peut-elle véhiculer en même temps des messages sociologiques difficilement conciliables dans des recherches, notamment parce qu’ils reposent sur des conceptions de l’individu antinomiques29 ? ». L’idée d’une sociologie implicite dans l’œuvre de Proust semble donc peu pertinente du point de vue de la sociologie comme discipline autonome.

16Pour Champy, les lectures des romans de Proust à partir de la sociologie ne supportent pas l’anachronisme qui consiste à la relier à des théorisations ultérieures. Avec un tel anachronisme, toutes les interprétations sociologiques d’œuvres littéraires deviennent possibles ce qui les enferme dans un pur relativisme. Dans cette perspective, les œuvres littéraires sont moins mobilisées pour leur sociologie que pour leur capacité à illustrer une théorie sociologique. Les écrivains seraient alors moins sociologues que poètes de la réalité sociale. Leur sens du social serait ainsi au service d’une poétique et non d’une quelconque sociologie ou anthropologie. Chercher une sociologie dans une œuvre littéraire ne relèverait que d’une interprétation subjective de l’œuvre. Seulement, la poétique d’une œuvre rend possible différentes interprétations qui ne sont pas nécessairement incompatibles. Elle peut contenir des sociologies complémentaires si l’on ne réduit pas la sociologie à une et une seule conception.

  • 30 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., p. 19.
  • 31 Ibid., p. 20.
  • 32 Ibid., p. 28.

17En s’intéressant à Flaubert, Bourdieu montre que l’on trouve dans son œuvre une sociologie implicite, ce qui pourrait paraître surprenant lorsqu’on l’on connaît l’ambition scientifique qu’il attribue à l’investigation sociologique. Bourdieu ne cesse en effet d’écrire que la sociologie doit se détacher des représentations du sens commun et de tous les univers de croyance dont la littérature fait elle-même partie. C’est pourtant le même Bourdieu qui n’hésite pas à voir en « Flaubert un sociologue30 » disposé « à agir en medium des structures (sociale ou psychologique) qui parviennent à l’objectivation31 ». Tout récit littéraire en tant qu’inducteur d’une sociologie peut donc contenir une sociologie implicite. Dans L’Éducation sentimentale, Flaubert a produit une « vision du champ du pouvoir […] que l’on pourrait dire sociologique si elle n’était pas séparée d’une analyse scientifique par la forme dans laquelle elle se livre et se masque à la fois32 ». Bourdieu ajoute :

  • 33 Ibid., pp. 68-69.

En effet, L’Éducation sentimentale restitue d’une manière extraordinairement exacte la structure du monde social dans laquelle elle a été produite et même les structures mentales qui, façonnées par ces structures sociales, sont le principe générateur de l’œuvre dans laquelle ces structures se révèlent. Mais elle le fait avec les moyens qui lui sont propres, c’est-à-dire en donnant à voir et à sentir, dans des exemplifications ou, mieux, des évocations, au sens fort d’incantations capables de produire des effets, notamment sur les corps, par la “magie évocatoire” de mots aptes à “parler à la sensibilité” et à obtenir une croyance et une participation imaginaire analogue à celles que nous accordons d’ordinaire au monde réel […]. Et c’est sans doute ce qui fait que l’œuvre littéraire peut parfois dire plus, même sur le monde social, que nombres d’écrits à prétention scientifique […] mais elle ne le dit que sur un mode tel qu’elle ne le dit pas vraiment. Le dévoilement trouve sa limite dans le fait que l’écrivain garde en quelque sorte le contrôle du retour du refoulé33

  • 34 Ibid., p. 71.
  • 35 Le point de vue de Bourdieu est ambigu quand il reconnaît chez Flaubert, ainsi que chez d’autres ro (...)

18La sociologie des œuvres de Bourdieu consiste alors à « objectiver l’illusion romanesque34 ». Son point de vue serait paradoxal si l’on partageait le monde social en deux catégories pures et a priori : sa dimension réelle et sa dimension illusoire35. Ses deux dimensions s’articulent en fait constamment et peuvent s’exprimer sous plusieurs formes polarisées entre un mode objectivant et une représentation phénoménale du monde. La sociologie implicite des œuvres littéraires réalise le passage entre ces deux pôles, entre le discours subjectif et le discours objectif. Il ne s’agit pas d’une voie médiane entre le sens commun et la science mais d’une catégorie transitive. En mettant au jour les sociologies implicites dans la littérature, une autre sociologie est alors possible, une sociologie par la littérature.

Une sociologie par la littérature

  • 36 Lepenies (Wolf), Les Trois cultures : entre science et littérature, l’avènement de la sociologie [1 (...)

19Partir de la littérature pour éclairer la sociologie, c’est considérer la séparation entre les œuvres littéraires et le savoir sociologique comme non opératoire si l’on met en valeur les transitivités à l’œuvre dans leur coproduction. La sociologie de l’art ne saurait se limiter à un travail d’objectivation des environnements artistiques et de ses publics, ce qui reviendrait à mettre de côté la spécificité du fait artistique comme expérience. En tant que tel, l’art invite la sociologie à interroger son mode d’investigation et de restitution du savoir. L’imagination sociologique peut en effet se nourrir de l’imagination artistique, et en particulier littéraire, cet échange constituant tout l’enjeu d’une sociologie par la littérature, si l’on prend en compte, à l’instar des analyses de Wolf Lepenies36, la réalité historique de leurs dialogues.

  • 37 Voir Barrère (Anne) & Martuccelli (Danilo), Le Roman comme laboratoire : de la connaissance littéra (...)
  • 38 Ibid., p. 7.
  • 39 Voir Pavel (Thomas), La Pensée du roman, Paris, Gallimard, 2003.
  • 40 Barrère (Anne) & Martuccelli (Danilo), Le Roman comme laboratoire, op. cit., p. 13.
  • 41 Ibid., p. 16.

20Renouer le dialogue entre la sociologie et la littérature, c’est repenser leur mode d’appréhension et d’intelligibilité du monde social, en cessant de les opposer sur le critère d’objectivité. C’est en ce sens qu’Anne Barrère et Danilo Martuccelli ont proposé dans leur livre Le Roman comme laboratoire37 une réflexion qui s‘inscrit dans le cadre d’une sociologie par la littérature puisqu’elle développe l’idée selon laquelle la connaissance romanesque peut « stimuler l’imagination sociologique38 ». C’est dans cette perspective que le roman peut être appréhendé comme un laboratoire, c’est-à-dire un topos au sein duquel une réflexion sociologique peut être menée. Cependant, Barrère et Martuccelli ne limitent pas le caractère expérimental du roman à ses qualités de simple document pouvant permettre de valider ou infirmer des tentatives de théorisation sociologique. Il existe selon eux dans le roman bien plus qu’une description du monde social. Au-delà de cette capacité à décrire, le roman donne à penser le monde social, c’est-à-dire qu’il formule des analyses implicites qui peuvent servir d’outil à l’analyse sociologique. Il ne s’agit donc pas pour Barrère et Martuccelli d’adopter le point de vue de l’ethnométhodologie qui considérerait que tout discours littéraire contient une sociologie descriptive et que le travail du sociologue serait alors de restituer cette « descriptibilité » du travail littéraire. Rejoignant les analyses de Thomas Pavel39, Barrère et Martuccelli montrent qu’il existe une « pensée du roman », c’est-à-dire une double capacité à décrire et à analyser le monde social qui ne relève pas de la sociologie académique mais qui est une forme de contribution au progrès de la connaissance sociologique. C’est sans aucun doute avec les romanciers du réel que « discours sociologique et réalisme littéraire se sont en quelque sorte réciproquement aimantés, et, ce faisant, ont pu cristalliser un mode très voisin de description et d’analyse40 ». Barrère et Martuccelli ajoutent concernant Balzac et Zola qu’ils « ne se contentent pas de “décrire” des personnages ; ils veulent tout simplement expliquer la société41 ». Cette volonté d’explication, ou a minima d’explicitation, renvoie très clairement à ce que nous pouvons appeler une sociologie implicite, laquelle rend possible une sociologie par la littérature.

  • 42 Ibid., p. 337.
  • 43 Ibid., p. 348.
  • 44 Voir Coser (Lewis A.), Sociology through Literature, op. cit.

21L’enjeu du travail de Barrère et Martuccelli est double puisqu’il invite non seulement à repenser les relations entre sociologie et littérature mais également à rompre avec la polarisation entre objectivisme et subjectivisme. Ils proposent en effet de cesser de considérer la littérature et la sociologie comme « deux formes distinctes de connaissance » séparées par les notions de « fiction » et de « vérité42 ». L’exercice de la pensée sociologique peut exiger de recourir en partie à l’imagination et à la créativité tandis que l’écriture littéraire peut être guidée par la recherche d’une vérité. L’exploration de la réalité sociale n’est donc pas l’apanage d’une conception scientifique de la recherche en sciences humaines, comme l’a parfaitement montré Lepenies dans ses analyses. Pour autant, il ne s’agit pas pour Barrère et Martuccelli de faire fusionner sociologie et littérature et d’indifférencier leur pensée du social. Leur proposition centrale est de considérer l’acte de lecture comme une expérience constructive pour toute démarche de problématisation et de recherche sociologique. Ils développent ainsi une méthodologie basée sur une interprétation des textes littéraires pour nourrir l’imagination sociologique. Cette méthodologie, appelée « herméneutique de l’invention », consiste à chercher dans l’œuvre littéraire « des éléments d’analyse romanesque susceptibles d’élargir le regard sociologique43 ». Un tel travail d’interprétation a pour objectif de produire de nouvelles catégories d’analyses sociologiques. La méthode ainsi proposée ne s’inscrit donc pas dans le cadre habituel de ce qu’on appelle la sociologie de l’art mais dans celui d’une sociologie par la littérature qui a pour ambition de contribuer au renouvellement des problématiques de la sociologie à partir de la littérature. Cette approche repose sur les principes fondamentaux que Coser avait déjà énoncés dans les années 6044 :
– Le sociologue ne peut être pleinement sociologue s’il s’enferme dans une « tour d’ivoire ». Ignorer les œuvres d’art, et en particulier les œuvres littéraires, c’est se rendre aveugle à une représentation du monde social que le sociologue prétend justement rendre intelligible.
– En tant que science humaine, la sociologie ne peut exister sans dialogue et sans échange avec des disciplines connexes, tout excès de spécialisation étant nuisible au progrès de la connaissance.
– Le romancier, le poète et l’artiste plus généralement ont une compétence pour décrire le monde social, quelle que soit leur manière de le restituer. Envisager leur connaissance du monde social comme « sens commun » relève du réductionnisme scientiste.

  • 45 Barrère (Anne) & Martuccelli (Danilo), Le Roman comme laboratoire, op. cit., p. 355.

22C’est en adhérant à ces quelques principes que Barrère et Martuccelli développent leur réflexion sur « le roman comme laboratoire ». La différence majeure avec la contribution de Coser réside dans l’extension du domaine de la sociologie par la littérature, ne la réservant pas à l’enseignement. Barrère et Martuccelli étendent en effet cette sociologie à l’activité de recherche et proposent ainsi une méthodologie qui était absente dans le livre de Coser, celui-ci ne donnant finalement qu’une compilation d’extraits littéraires sans les mettre en perspective. Barrère et Martuccelli font ainsi davantage que prolonger les propositions de Coser puisqu’ils en précisent les applications pour la recherche sociologique. Ainsi, outre leur contribution à une réflexion fondamentale sur le statut de la connaissance sociologique et son articulation avec le domaine de la création romanesque, Barrère et Martuccelli mettent leur modèle d’analyse à l’épreuve d’une vaste production littéraire contemporaine et montrent en quoi elle est irriguée par une réflexion implicite sur notre modernité. Mais il convient de cerner cette réflexion dans le cadre d’une herméneutique, leur démarche consistant moins à révéler la dimension sociologique de la connaissance littéraire qu’à « utiliser les œuvres romanesques  pour produire de nouvelles catégories d’analyse sociologiques45. ». S’il existe chez des écrivains un sens du social, leur contribution à la sociologie comme discipline est nécessairement indirecte et ne peut s’exercer que dans le cadre d’une théorie de la connaissance qui n’indifférencie pas le travail du sociologue de celui de l’écrivain.

Conclusion

23L’idée d’une sociologie par la littérature, partie des États-Unis avec l’ouvrage de Coser, tend à être davantage acceptée aujourd’hui parmi les sociologues français. Il est significatif que cette approche n’ait commencé à trouver un écho parmi eux que très récemment dans l’histoire des idées. Il a fallu en effet attendre les analyses de Heinich sur l’art et celle de Barrère et Martuccelli sur la littérature pour que soient soulignés les enjeux épistémologiques de cette approche. En revanche, l’expression même de « sociologie par la littérature » ne s’est pas encore diffusée dans le champ de la sociologie française.

24Pourtant, cette approche constitue un double enjeu pour l’enseignement et la recherche en sociologie dans la mesure où elle peut servir d’outil à tous les stades du métier de sociologue. Enfin, la sociologie par la littérature, au-delà de ses enjeux pratiques, est une contribution à la théorie de la connaissance puisqu’elle permet de dépasser l’opposition entre le travail sociologique, supposé objectif, et la création littéraire, supposée subjective. Si l’on prend acte du fait que la création littéraire repose sur l’activité imaginaire de l’esprit humain et que le travail sociologique nécessite de l’imagination, alors il devient possible de saisir les transitivités à l’œuvre dans la construction du savoir sociologique et de l’écriture littéraire. L’idée d’une sociologie par la littérature devient ainsi légitime et son expression justifiée.

Haut de page

Bibliographie

Barrère (Anne) & Martuccelli (Danilo), Le Roman comme laboratoire : de la connaissance littéraire à l’imagination sociologique, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2009.

Barrère (Anne) & Martuccelli (Danilo), « Lectures sociologiques du roman : à la croisée de deux projets de connaissance », Sociologie de l’art, n° 16, 2011, pp. 177-210.

Bayard (Pierre), Maupassant juste avant Freud, Paris, Minuit, 1994.

Belloï (Livio), La Scène proustienne : Proust, Goffman et le théâtre du monde, Paris, Nathan, 1993.

Bidou-Zachariasen (Catherine), Proust sociologue : de la maison aristocratique au salon bourgeois, Paris, Descartes, 1997.

Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

Chamboredon (Jean-Claude), « Production symbolique et formes sociales : de la sociologie de l’art et de la littérature à la sociologie de la culture », Revue Française de sociologie, n° 27-3, 1986, pp. 505-529.

Champy (Florent), « Littérature, sociologie et sociologie de la littérature : à propos de lectures sociologiques de À la recherche du temps perdu », Revue Française de sociologie, n° 41-2, 2000, pp. 345-364.

Charle (Christophe), « Le romancier social comme quasi-sociologue entre enquête et littérature : le cas de Zola et de L’Argent », dans L’Écrivain, le savant et le philosophe : la littérature entre philosophie et sciences sociales, sous la direction d’Éveline Pinto, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, pp. 31-44.

Coser (Lewis A.), Sociology through Literature [1963], New Jersey, Prentice-Hall, 1972.

Dubois (Jacques), Pour Albertine : Proust et le sens du social, Paris, Seuil, 1997.

Dubois (Jacques), Les Romanciers du réel : de Balzac à Simenon, Paris, Seuil, 2000.

Dubois (jacques), Stendhal : une sociologie romanesque, Paris, La Découverte, 2007.

Ellena (Laurence), Sociologie et littérature : la référence à l’œuvre, Paris, L’Harmattan, 1998.

Escarpit (Robert), Sociologie de la littérature [1958], Paris, PUF, 1992.

Goldmann (Lucien), Le Dieu caché : étude sur la vision tragique dans les « Pensées » de Pascal et dans le théâtre de Racine, Paris, Gallimard, 1955.

Goldmann (Lucien), Pour une Sociologie du roman, Paris, Gallimard, 1964.

Heinich (Nathalie), « Ce que la littérature fait à la sociologie : petite histoire des États de femme », Cahiers de recherche sociologique, n° 26, 1996, pp. 61-77.

Heinich (Nathalie), Ce que l’art fait à la sociologie, Paris, Minuit, 1998.

Lahire (Bernard), L’Esprit sociologique, Paris, La Découverte, 2005.

Lahire (Bernard), Franz Kafka : éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, 2010.

Lassave (Pierre), Sciences sociales et littérature : concurrence, complémentarité, interférences, Paris, PUF, 2002.

Lepenies (Wolf), Les Trois cultures : entre science et littérature, l’avènement de la sociologie [1985], Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 1990.

Mills (Charles Wright), L’Imagination sociologique [1959], Paris, La Découverte, 1997.

Mitterand (Henri), Le Discours du roman [1980], Paris, PUF, 1986.

Pavel (Thomas), La Pensée du roman, Paris, Gallimard, 2003.

Viart (Dominique), « Littérature et sociologie : les champs du dialogue », dans Littérature et sociologie, sous la direction de Philippe Baudorre, Dominique Rabaté & Dominique Viart, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2007, pp. 11-28.

Haut de page

Notes

1 Dans cet article, nous opposons la « littérature » à tous les écrits que l’on peut qualifier d’« académiques ». Est donc littéraire une œuvre présentant une dimension artistique et qui n’a pas pour fonction première de produire un savoir. Il s’agit de considérer ici la littérature comme l’un des domaines de l’art.

2 Chamboredon (Jean-Claude), « Production symbolique et formes sociales : de la sociologie de l’art et de la littérature à la sociologie de la culture », Revue Française de sociologie, n° 27-3, 1986, pp. 505-529.

3 C’est en 1959 que Robert Escarpit fonde à Bordeaux le Centre de Sociologie des Faits Littéraires dont les grandes orientations sont fixées dans son livre intitulé Sociologie de la littérature [1958], Paris, PUF, 1992.

4 Voir Goldmann (Lucien), Le Dieu caché : étude sur la vision tragique dans les « Pensées » de Pascal et dans le théâtre de Racine, Paris, Gallimard, 1955 ; Pour une Sociologie du roman, Paris, Gallimard, 1964.

5 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

6 Heinich (Nathalie), « Ce que la littérature fait à la sociologie : petite histoire des États de femme », Cahiers de recherche sociologique, n° 26, 1996, pp. 61-77.

7 Cette méfiance est également évoquée par Bernard Lahire qui écrit : « Le premier mouvement qui anime tout sociologue d’enquête lorsqu’il entend parler du lien entre sociologie et littérature est un mouvement de recul et de méfiance. » (L’Esprit sociologique, Paris, La Découverte, 2005, p. 173). Ce mouvement caractérise souvent l’attitude des sociologues face aux œuvres littéraires, suspectes de subjectivité, alors que la sociologie de la littérature connaît de nombreux développements chez les chercheurs issus des études littéraires. (Voir Aron (Paul), Viala (Alain), Sociologie de la littérature, Paris, PUF, 2006).

8 Ibid., p. 62.

9 La première proposition d’une « sociologie par la littérature » date de 1963 avec l’ouvrage de Lewis Coser (Sociology through Literature [1963], New Jersey, Prentice-Hall, 1972). Pour Coser, il était alors temps de rompre avec ce schéma qui polarise restitution scientifique et restitution littéraire du monde social. Son argument central était que la tradition sociologique s’est elle-même nourrie des « humanités », y compris du côté de positivistes endurcis comme Durkheim. Pour Coser, les « sciences sociales » sont avant tout des « sciences humaines » qui doivent nécessairement recourir aux œuvres littéraires.

10 Voir Barrère (Anne) & Martuccelli (Danilo), « Lectures sociologiques du roman : à la croisée de deux projets de connaissance », Sociologie de l’art, n° 16, 2011, pp. 177-210.

11 Voir Heinich (Nathalie), Ce que l’art fait à la sociologie, Paris, Minuit, 1998.

12 Les sociologues n’ignorent en théorie aucun matériau qui puisse servir de document ou de support à la recherche empirique. On notera cependant que la recherche actuelle en sociologie privilégie assez nettement deux types de méthodologies, celle de l’entretien et celle du questionnaire au détriment de l’observation et de la recherche documentaire.

13 Viart (Dominique), « Littérature et sociologie : les champs du dialogue », dans Littérature et sociologie, sous la direction de Philippe Baudorre, Dominique Rabaté & Dominique Viart, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2007, pp. 11-28.

14 On doit à Laurence Ellena une recherche féconde sur ce sujet (Sociologie et littérature : la référence à l’œuvre, Paris, L’Harmattan, 1998).

15 Charles Wright Mills définit l’imagination sociologique comme ce qui « permet à celui qui en est doué de comprendre le théâtre élargi de l’histoire en fonction des significations qu’elle revêt pour la vie intérieure et la carrière des individus » (L’Imagination sociologique [1959], Paris, La Découverte, 1997, p. 7).

16 Pierre Lassave montre qu’un « régime d’interférences » entre la sociologie et la littérature s’est développé à partir des années 1970 (Sciences sociales et littérature : concurrence, complémentarité, interférences, Paris, PUF, 2002). Ce régime ne se caractérise plus par la recherche d’une explication univoque de notre modernité mais par les imbrications interdisciplinaires entre théories littéraires, sociologiques, philosophiques et anthropologiques.

17 Voir Mitterand (Henri), Le Discours du roman [1980], Paris, PUF, 1986.

18 Dubois (Jacques), Les Romanciers du réel : de Balzac à Simenon, Paris, Seuil, 2000, p. 9.

19 Dubois (Jacques), Pour Albertine : Proust et le sens du social, Paris, Seuil, 1997, p. 23. Cette idée selon laquelle les œuvres littéraires peuvent anticiper certains développements propres aux sciences humaines a également été défendue par Pierre Bayard dans Maupassant juste avant Freud, Paris, Minuit, 1994.

20 Ibid.,  pp. 40-41.

21 Ibid., p. 194.

22 Dubois (Jacques), Stendhal : une sociologie romanesque, Paris, La Découverte, 2007. C’est également ce que propose Bernard Lahire dans son étude consacrée à l’œuvre de Kafka en y décelant une « sorte de sociologie implicite » (Franz Kafka : éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, 2010, p. 489).

23 Dubois (Jacques), Les Romanciers du réel, op. cit., p. 63.

24 Ibid., p. 65.

25 Dubois (Jacques), Pour Albertine, op. cit., p. 189.

26 Charle (Christophe), « Le romancier social comme quasi-sociologue entre enquête et littérature : le cas de Zola et de L’Argent », dans L’Écrivain, le savant et le philosophe : la littérature entre philosophie et sciences sociales, sous la direction d’Éveline Pinto, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 31.

27 Voir Belloï (Livio), La Scène proustienne : Proust, Goffman et le théâtre du monde, Paris, Nathan, 1993 ; Bidou-Zachariasen (Catherine), Proust sociologue : de la maison aristocratique au salon bourgeois, Paris, Descartes, 1997 ; Dubois (Jacques), Pour Albertine, op. cit.  

28 Champy (Florent), « Littérature, sociologie et sociologie de la littérature : à propos de lectures sociologiques de À la recherche du temps perdu », Revue Française de sociologie, n° 41-2, 2000, pp. 345-364.

29 Ibid., p. 347.

30 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., p. 19.

31 Ibid., p. 20.

32 Ibid., p. 28.

33 Ibid., pp. 68-69.

34 Ibid., p. 71.

35 Le point de vue de Bourdieu est ambigu quand il reconnaît chez Flaubert, ainsi que chez d’autres romanciers, une véritable compétence sociologique, c’est-à-dire la capacité à objectiver le monde social, compétence qu’il refuse par ailleurs au « sens commun ». C’est pourtant bien une sociologie implicite que Bourdieu décèle chez Flaubert quand il écrit que celui-ci « objective l’idéalisme du monde social qui s’exprime dans le relation de Frédéric à l’univers des positions offertes à ses aspirations » (Ibid., p. 61). Cette sociologie implicite repose sur une autoanalyse des conditions sociales, une socioanalyse donc, que l’écriture littéraire peut solliciter.

36 Lepenies (Wolf), Les Trois cultures : entre science et littérature, l’avènement de la sociologie [1985], Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 1990.

37 Voir Barrère (Anne) & Martuccelli (Danilo), Le Roman comme laboratoire : de la connaissance littéraire à l’imagination sociologique, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2009.

38 Ibid., p. 7.

39 Voir Pavel (Thomas), La Pensée du roman, Paris, Gallimard, 2003.

40 Barrère (Anne) & Martuccelli (Danilo), Le Roman comme laboratoire, op. cit., p. 13.

41 Ibid., p. 16.

42 Ibid., p. 337.

43 Ibid., p. 348.

44 Voir Coser (Lewis A.), Sociology through Literature, op. cit.

45 Barrère (Anne) & Martuccelli (Danilo), Le Roman comme laboratoire, op. cit., p. 355.

Haut de page

Lecture : Un discours objectif sur le monde social produit idéalement une sociologie.
URL http://contextes.revues.org/docannexe/image/5630/img-1.jpg
image/jpeg, 15k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Ledent, « Les enjeux d’une sociologie par la littérature », COnTEXTES [En ligne], Varia, mis en ligne le 19 avril 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://contextes.revues.org/5630

Haut de page

Auteur

David Ledent

Université de Caen – Basse-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page