Navigation – Plan du site

Histoire de personne(s)

La tête de l’emploi de Philippe à Ponge (1890-1930)
Hélène Campaignolle

Texte intégral

  • 1 Mac Luhan (Marshall), D’œil à oreille (Processus and Media), Montréal, Hartubise HMH, 1977, p. 144.

« Les bureaucraties basées sur les conditions de la mécanisation du XIXe s. tendaient à une centralisation du pouvoir, accompagnée d’une extension centrifuge de leur contrôle1. »

  • 2 Vian (Boris) « S. E. P. I. etc. » v. 1940 in Cents sonnets, Paris, Le Livre de Poche, 2002, p. 45.

« Bureaucrate, emmanché d’une lustrine immonde
Vautré dans les papiers qui s’entassent sous moi
Je contemple, rêveur un vieux texte de loi
Et me gratte le front d’une plume de ronde2. »

  • 3 L’index thématique  de l’ouvrage de M. Raimond, Le Roman depuis la Révolution  (Armand Colin, 1981) (...)

1Depuis le XIXe siècle, la littérature qui rend compte du monde des bureaux s’est imposée comme une branche non négligeable de la fiction européenne à travers une triple filiation : le récit fabuleux et/ou métaphysique développé à la suite d’Hoffman (Gogol, Melville), la satire physio-sociologique proche du théâtre et de la caricature (Monnier, Courteline), l’observation réaliste-naturaliste (de Balzac à Maupassant et Huysmans). Au XXe siècle, le monde découragé des citoyens subalternes de la bureaucratie européenne se répand dans des récits fantaisistes ou fabuleux (Philippe, Cendrars), des fables existentielles ou des fictions politiques (Kafka ; Walser ; Zweig, Maïakovski), des poèmes lyriques (Philippe; Walser ; Eliot ; Ponge). Malgré la persistance et la diversité de cette littérature située à la limite entre fiction et témoignage, ces écrits peinent à trouver une place précisément et justement référencée dans les histoires littéraires3. La période 1890-1930 nous permettra de retracer les différentes phases de l’organisation, bureaucratique puis tayloriste, en Europe, à travers le prisme des réactions d’intellectuels et d’écrivains, dont certains furent, eux-mêmes, à leurs heures, employés de bureau. L’étude des figurations de l’employé de cette période nous conduira à interroger certaines spécificités de la représentation de l’employé notamment son défaut de « caractère ».

Un esprit nouveau : rational-normal-standardisé

  • 4 Trésor de la langue française informatisée consultable à l’adresse suivante : http://atilf.atilf.fr (...)
  • 5 Flaubert (Gustave), « Une leçon d’histoire naturelle. Genre Commis » (1837) in Mémoires d’un fou, N (...)
  • 6 Jacob (Max), Chroniques des temps héroïques (rédigées en 1936), Louis Broder, 1956, p. 13.
  • 7  Cendrars (Blaise), La Fin du monde filmé par l’ange Notre Dame, Paris, Editions de la Sirène, 1919
  • 8 Kracauer (Siegfried), Les Employés, Aperçus de l’Allemagne nouvelle (1929), tr. Cl. Orsoni, Edition (...)
  • 9 Pour l’histoire des employés au tournant du siècle, voir l’ouvrage de Delphine Gardey, La dactylogr (...)

2Rappelons la définition contemporaine du terme « employé »: « Personne qui occupe un emploi sous les ordres de quelqu'un, dans les sphères non productives de l'économie (commerce, administration, etc.) et dont le travail est d'ordre plutôt intellectuel que manuel4 ». Le terme passe dans l’usage en France dans les années 1830-1840, époque à laquelle il supplante le terme « commis » comme le note Flaubert en 18375. À la fin du XIXe siècle et au début du XXesiècle, l’augmentation du nombre d’employés, liée au développement urbain des banlieues et des transports publics, se reflète dans nombre d’écrits littéraires. En 1905, Max Jacob souligne la présence de ces nouveaux occupants de la société à la vie réduite à une journée sur sept : « Déjà il y avait pour les petits employés pâles le sport dominical6 ». En 1919, Cendrars mentionne les « milliers d’employés (qui) sortent des bureaux7 ». Kracauer multiplie ce chiffre par cent en 1929 : « Des centaines de milliers d’employés envahissent chaque jour les rues de Berlin et pourtant leur vie est plus inconnue que celle des peuplades primitives8 […] ». Avec la première Guerre mondiale, les principes directeurs du taylorisme (rationalisation, normalisation et standardisation) imposeront une nouvelle organisation du travail sur cette population d’employés en expansion9.

La RNS : terminologie et périodisation

3L’ère de « l’organisation » en Europe est aisément situable entre deux bornes symboliques: en 1919, Hausmann transpose le « nouvel esprit de notre temps » à l’aide d’une tête en bois déshumanisée et implantée d’outils techniques (figure 1) alors qu’en 1921, le hongrois Karel Capek invente le terme « robot » pour désigner « les ouvriers artificiels des automates fabriqués par la firme RUR » (TLFI) ; en 1936, avec Les Temps modernes, Chaplin dénonce les conséquences dramatiques de l’application du taylorisme. En une quinzaine d’années, la nouvelle idéologie organisationnelle s’est en effet déployée sur le monde occidental. Un encart du Journal illustré de 1927 peut déplorer trois nouveaux « vilains mots » liés au phénomène : « Un journal imprime ces titres : “Rationalisation et standardisation où intervient la normalisation”. Hélas ! Pauvre langue française ! ».

Figure 1 : Hausmann, L’ esprit de notre temps, 1919.

  • 10 Rey (Alain), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 2000.
  • 11 Rey (Alain), op. cit. ; Trésor de la langue française informatisé.
  • 12 Kracauer (Siegfried), op. cit., p. 52.
  • 13 Rey (Alain), op. cit. 
  • 14 Trésor de la langue française informatisé.
  • 15 Musil (Robert), Proses éparses, tr. Ph. Jacottet, Paris, Seuil, « Points », 1989, p. 219-220. L’éba (...)
  • 16 Trésor de la langue française informatisé.
  • 17 Ibid., article « standardisation », citation de M. Plessix, R. Tech., juillet 1904, p. 746.

4Ces trois termes qui incarnent en effet les principes directeurs de la période méritent qu’on retrace leur émergence. Le terme rationalisation apparu en français en 184210, se généralise à partir de 1907 ; il renvoie à l’« action de rationaliser » et plus particulièrement à « l’organisation d’une activité économique selon des principes rationnels d’efficacité11 » : il est défini en 1929 par le Conseil national pour la productivité comme « l’application de tous les moyens qu’offrent la technique et les méthodes d’organisation pour élever la productivité, pour augmenter la production des biens, en diminuant le coût et en améliorant la qualité12 » (Kracauer). Le terme normalisation, issu du monde industriel, signifie « l’action de normaliser13 » (d’après le verbe to normalize, 1865) et apparaît en langue française en 187314 : Musil le définit par le fait que « tout ce qui peut se fabriquer aussi bien d’une façon que d’une autre le soit d’une manière identique à la suite d’un accord entre tous les fabricants15 ». Quant au terme standardisation, très proche de normalisation, il est issu de l’anglais standardization « soumission à un modèle, un type, une mesure ou une valeur standard16 » (1896) et passe en français au début du siècle (1904) ; il renvoie à l’« action de rendre une production conforme à certaines normes de référence; production en série de modèles standard17 ». Ces trois termes partagent une émergence au milieu du XIXe siècle, un lien fort avec le capitalisme anglo-saxon (normalisation, standardisation sont des transpositions de l’anglais), une vulgarisation d’emploi au début du XXe siècle ; ils feront en outre l’objet de commentaires critiques de la part des intellectuels au cours des années 1920-1930.

  • 18 Bricard (Georges), L’organisation scientifique du travail, Paris, Armand Colin, 1927, p. 165 sq.
  • 19 Dommergues (Pierre), L’aliénation dans le roman américain contemporain, Paris, 10/18, 1976, p. 42. (...)
  • 20 Kracauer (Siegfried), op. cit., p. 116.
  • 21 ibid., p. 50-54.

5Au-delà de l’implantation des nouveaux termes, quelques dates balisent le développement historique de la RNS. Après une phase initiale de test située entre 1893 et 190918, les théories tayloristes s’imposent aux Etats-Unis et la production de masse se développe entre 1910 et 1920 notamment à partir de 1913, date d’inauguration de la première chaîne de construction des usines Ford19. De 1920 à 1930, plusieurs étapes de cette implantation rapide sont visibles en Europe et au-delà : en 1921, c’est la fondation de L’Institut allemand pour la formation technique des travailleurs, par l’ingénieur Carl Arnold, l’un des principaux propagandistes d’une « politique sociale d’entreprise20 ». Kracauer cite pour sa part la création du Conseil national pour la productivité ou Bureau national21 et constate l’influence du taylorisme américain sur l’organisation globale du travail en Allemagne :

  • 22 ibid., p. 29.

Depuis que le capitalisme existe, la rationalisation n’a jamais cessé d’agir, dans les limites qui lui sont assignées, mais la période de rationalisation comprise entre 1925 et 1928 représente une étape particulièrement importante. Elle a entraîné l’installation des machines et du travail à la chaîne, dans les bureaux des grandes entreprises. Avec cette réorganisation calquée sur le modèle américain – et qui est loin d’être parvenue à son terme – une grande partie des nouvelles masses d’employés occupent une fonction plus limitée qu’auparavant dans le processus de travail22.

  • 23 Bricard (Georges), op. cit., p. 191. Nous soulignons.
  • 24 Maïakovski (Vladimir), La Grande lessive (1929) in Théâtre, traduit du russe par M. Wassiltchikov, (...)

6En France est créée en 1926 la Commission de normalisation qui deviendra l’Afnor (l’Association française de Normalisation, « organisme chargé de la coordination des travaux d’élaboration et de diffusion des normes », selon le TLFI). En 1927, dans un ouvrage français intitulé L’Organisation scientifique du travail, Georges Bricard constate avec enthousiasme le développement de l’organisation tayloriste et de ses applications en Europe, sans s’attarder sur ses corrélats négatifs: « Le point essentiel, c’est que les écrits de Taylor ont été le point de départ d’un esprit nouveau qui s’est répandu dans toute l’industrie et qui a conduit indiscutablement dans toutes sortes de branches à l’amélioration notable des procédés de travail23 ». En 1934, est créé à Genève le Bureau International du Travail, dirigé par Albert Thomas (figure 2). Le modèle tayloriste essaime aussi au début des années 1920 au-delà des frontières de l’Europe capitaliste jusqu’à la Russie soviétique où il séduit Lénine puis, à partir de 1922, Staline. Maïakovski s’en fait l’écho cynique dans La Grande Lessive (1929) par la voix du bureaucrate Optimistenko : « L’État consacre son attention à des sujets importants – le taylorisme, tous les trucs comme ça quoi24 ».

Figure 2 : A. Thomas, dir. Bureau international du travail

Réactions des intellectuels : discours pamphlétaires et postures critiques

  • 25 Nietzsche (Friedrich), Le Gai savoir (1882), Livre de Poche, tr. H. Albert revu M. Sautet, 1993, p. (...)

7Au cours des années 1880-1890, les réactions des intellectuels européens apparaissent encore ténues ou isolées face à ce qui n’est alors que le balbutiement de l’organisation « scientifique » du travail. Si Nietzsche assimile dès 1882 la « frénésie au travail » des Américains au « véritable vice du nouveau monde » qui « commence déjà à contaminer toute l’Europe, à la rendre sauvage en propageant un manque d’esprit tout à fait singulier25 », les textes littéraires affirmant une veine anti-organisationnelle et/ou anti-administrative ont des racines bien antérieures dont Mercier, Balzac, Courteline constituent trois étapes. C’est donc plutôt à partir des années 1920 que s’imposera une critique argumentée et une pensée engagée contre « l’esprit nouveau » de la RNS.

8La critique littéraire de la bureaucratie prend en France un tour pamphlétaire avec Le Captain Cap d’Alphonse Allais (1902) qui fait suite aux élections législatives de 1890 :

  • 26 Allais (Alphonse), Le Captain Cap (1902), Paris, Félix Juven, p. 10-11.

Mensonge, calomnie, hypocrisie, malversation, trahison, népotisme, concussion, fraude et nullité.
L’origine de tous ces maux, citoyens, n’allez pas le chercher plus loin : c’est le microbe de la bureaucratie. Or, on ne parlemente pas avec les microbes.
ON LES TUE26 ! 

fig. 3: Forain, L’Administration, 1893.

9Un dessin contemporain de Forain (figure 3) se moque des employés d’administration: la légende précise le dialogue entre deux employés tournant le dos à la longue file d’attente d’administrés: « – Qu’est-ce que tu cherches ? – Mais rien du tout ; tout ça, c’est pour les faire attendre ! ». Dans une veine encore plus vindicative, Anatole France évoque en 1901 les employés de bureau dans un passage de Monsieur Bergeret à Paris en ces termes:

  • 27 France (Anatole), Monsieur Bergeret à Paris, 1901, Paris, Calmann Levy, p. 45.

Tout ce que les quatre murs de papier vert, la table de chêne, l'encrier de porcelaine entouré d'éponge, le couteau de buis, la carafe sur la cheminée, le cartonnier, le rond de cuir peuvent suggérer d'imaginations saugrenues et de pensées mauvaises à ces sédentaires, à ces pauvres « assis », qu'un poète a chantés, à des gratte-papier intrigants et paresseux, humbles et vaniteux, oisifs jusque dans l'accomplissement de leur besogne oiseuse, jaloux les uns des autres et fiers de leur bureau, tout ce qui se peut faire de louche, de faux, de perfide et de bête avec du papier, de l'encre, de la méchanceté et de la sottise, est sorti d'un coin de ce bâtiment sur lequel sont sculptés des trophées d'armes et des grenades fumantes27.

  • 28 Thuillier (Guy) et Tulard (Jean), Histoire de l’administration, PUF, collection Que sais-je ?, 1984

10Lié au contexte anarchiste et la crise de l’affaire Dreyfus, le ton vindicatif d’Anatole France réactualise à un siècle de distance les critiques présentes dans les Tableaux de Paris (1782) de Mercier (la paperasse, etc. les sentines dégoûtantes) mais il montre aussi en cette fin du XIXe siècle un rejet exacerbé de l’institution bureaucratique et de l’organisation du travail défectueuse qu’elle incarne – celle des « ronds de cuir » – à une époque où les administrations d’Etat étendent, il est vrai, leur emprise sur les citoyens28. Pourtant, les travers dénoncés par Allais, Forain et France, la paresse et l’oisiveté, voire l’incapacité, des « gratte-papier » et « rond de cuir » sont encore liées au stade artisanal de l’organisation du travail.

11Les écrits de Kraus (1874-1936) et d’Alain (1868-1951) sur la période 1900-1920 forment de ce point de vue une transition, sollicitant l’un et l’autre les journaux pour transmettre un point de vue critique et polémique. Dans Dits et contredits (Kraus, 1909) et Propos sur les pouvoirs (Alain, textes publiés entre 1906 et 1938) et Propos d’Economique (Alain, 1934), les deux auteurs attaquent avec férocité le rôle acquis par les commis et les administrations sur la vie globale des individus et les comportements de pouvoir qui les accompagnent :

  • 29 Kraus (Karl), Dits et contredits (1909), traduit de l’allemand par Roger Lewinter, Editions Ivrea, (...)

Le grand événement local, qui se produit simultanément et continuellement dans toutes les villes, est le moins remarqué : l’irruption du commis dans la vie de l’esprit29.

  • 30 Ibid., p. 70.

C’est un genre d’homme curieux que le fonctionnaire d’une magistrature de quartier. Si je règle une affaire par écrit, il me convoque. Si, la fois suivante, j’y vais de moi-même, il m’invite à faire une demande écrite. Je me vois donc forcé de supposer qu’une fois, il voulait me connaître, et que l’autre fois, il voulait avoir un autographe de moi30.

  • 31 Alain, Propos d’économique (parus de 1921 à 1934), Gallimard, « Les Essais » n°13, 1935, p. 200.
  • 32 Ibid., pp. 48-49.

12Alain se moque quant à lui, du règne de l’administration, de « l’organisation du travail » et il critique les pratiques, institutions ou discours qu’elle engendre : « Le Bureau international du Travail est le modèle de ces institutions qui ont pour fin la recherche méthodique et désintéressée du vrai31 » ; « L’administration est semblable à une raison mécanique. Tout y est sans reproche, et tout y est inhumain32 ».

  • 33 Zweig (Stefan), Lettre à Romain Rolland, fin déc. 1918 [?], in Correspondance, 1897-1919, traduit d (...)
  • 34 Zweig (Stefan), Lettre à Romain Rolland, 20 octobre 1932, in Correspondance, 1932-1942, Edition éta (...)

13Le rapport nouveau entre une société, rationalisée, et des individus isolés, voire contraints et uniformisés, est aussi dénoncé au cours des années 1910 et 1920 par des écrivains témoins tels que Musil, Zweig, Russell. Les thèmes de la guerre (qui accélère les processus de bureaucratisation et de rationalisation), de l’excès du temps de travail sont cités avec, en ligne de mire, l’évolution globale des conditions de vie au travail des employés et des citoyens dans la nouvelle société : « Plutôt être esclave d’un seul que d’une société bureaucratique. […] je me refuse à un mécanisme de liberté, à un Etat-oppresseur, terreur règlementée33 ». En 1927, l’écrivain allemand constatera avec amertume que la bureaucratie a définitivement gagné la partie : « Partout je vois que la bureaucratie triomphe, la méthode sur l’esprit. L’individualisme est partout l’ennemi, nous passons au superlatif de l’instinct grégaire. Tout s’uniformise, les visages, les vêtements … et l’idéal34 ». À la même date, l’auteur décrit le portrait d’une Allemagne courbée sous un travail excessif:

  • 35 Zweig (Stefan), Lettre à Romain Rolland, 21 nov. 1927, in Correspondance, 1920-1931, traduite de l’ (...)

Je reviens d’Allemagne […] Et on découvre qu’ils travaillent non comme des forçats mais comme des fous. Dix heures, douze heures par jour, ce n’est rien. Et le dernier employé, comme le chef, tous également. Et second phénomène qui explique cette richesse : la paye misérable des employés. C’est tout simplement terrible comme on abuse du fait que ce pays est congestionné, rempli de millions d’hommes qui veulent travailler à tout prix. […] Tout cela serait admirable si ce n’était pas au frais des millions de gens qui ruinent leur corps et leur esprit par ce surplus de travail35.

14Et, la même année, Musil semble lui faire écho en soulignant les implications socio-psychologiques négatives des mutations de la société normalisée :

  • 36 Musil (Robert), op. cit., p. 219.

1- Explication de la normalisation pour les outils, coffres, etc.
2- Jusqu’ici, on n’a pas mesuré l’avantage qu’il y aurait à normaliser aussi les phénomènes de l’esprit.
3- Les Américains ont fait des tentatives – Tayl…
4- Heureusement, pour les produits les plus complexes de l’esprit, ceux des sciences et de l’art, un large processus de normalisation et de standardisation s’est mis en route de lui-même.
5- Nous normalisons.
[…] On voit ici quelles vastes perspectives s’ouvrent pour toutes les institutions normatives. Ce qu’elles ont toujours fait, elles le feront désormais avec les instruments et l’autorité incontestée des sciences et des techniques. La marche du temps a pris une direction qui leur est favorable, les restes de l’individualisme qu’elle traîner encore après elle s’exténuent36.

15Les constats de Zweig et Musil en 1927 sur les corrélats négatifs de la bureaucratisation puis de la rationalisation tayloriste (collectivisme étatique, uniformisation socio-psychologique des individus, contraintes professionnelles excessives) sont étayés par les analyses de Kracauer en 1929 (Les Employés). À propos d’un employé, Kracauer souligne qu’« il est très flatté qu’on reconnaisse sa capacité à anticiper son propre remplacement à tout moment : Et après tout c’est pareil / Que ce soit toi ou moi »:

  • 37 Kracauer (Siegfried), op. cit.,. p. 29 et p. 50-54.

On a maintenant une armée imposante qui compte dans ses rangs de plus en plus d’hommes de troupe interchangeables […] un mot brille par son absence : la personne. […] Dans un article de la revue de l’Association allemande des employés de banque, le professeur Kalveram conteste que la mécanisation du travail de bureau comporte un risque de déshumanisation. […] Pour nombre d’employés de toutes catégories, le champ d’action s’est effectivement trouvé réduit du fait de la rationalisation. […] A quoi bon jaser sur la personnalité, quand le travail devient de plus en plus une fraction fragmentaire37 ?

  • 38 Benjamin (Walter), « Un outsider attire l’attention. Sur « Les Employés » de S. Kracauer » in Les E (...)
  • 39 Russell (Bertrand), Éloge de l’oisiveté / In praise of idleness (1932), tr. de l’anglais par M. Par (...)

16Dans la recension de l’étude de Kracauer en 1930, W. Benjamin révèle la prise de conscience par ces intellectuels des revers du taylorisme et le scepticisme sur les chances d’inverser la marche du temps : il constate « dans les […] textes d’expertise académiques tayloristes, les prémices d’une satire des plus vivantes », et y relève en même temps « l’incommensurabilité […] du désespoir38 ». En 1932, le philosophe anglais Russell critique de son côté les nouvelles règles sociales du travail qui se généralisent en Europe, affirmant que « les méthodes de production modernes nous ont donné la possibilité de permettre à tous de vivre dans l’aisance et la sécurité. Nous avons choisi, à la place, le surmenage pour les uns et la misère pour les autres : en cela, nous nous sommes montrés bien bêtes, mais il n’y a pas de raison pour persévérer dans notre bêtise indéfiniment39 ». Enfin, la même année (1932), Saint Pol Roux condamne le nouveau système de travail séparant ouvriers exécutants et employés/ ingénieurs :

  • 40 Saint Pol Roux, Vitesse (1932), précédée d’Une définition sans fin par G. Macé, Paris Rougerie, 197 (...)

Des cerveaux d’ingénieurs ayant œuvré pour lui, l’ouvrier moderne manœuvre à son tour. Par la fissure taylorienne ses idées se promènent au dehors de l’atelier cependant que ses deux mains pensives s’encoquillent en crâne. Ces messieurs, dans le bureau, continuent à tirer de leur front des chiffres qu’ils alignent sur papier blanc comme des insectes nouveaux dont l’ouvrier tout à l’heure idéalisera ses doigts40.

17Après le tournant pamphlétaire des années 1890 et une période transitoire, les revers concrets de la taylorisation provoquent au cours des années 1920 des témoignages convergents chez des plusieurs intellectuels européens (Musil, Kracauer et Benjamin, Zweig, Saint Pol Roux ou Russell). Or, paradoxe notable, ces mêmes conditions de travail s’imposent à nombre d’écrivains en situation d’employés de bureau. Cet état de fait n’est pas sans provoquer un certain trouble dans les représentations « d’autonomie » que la littérature et l’écrivain se donnent à eux-mêmes depuis le XIXe siècle.

Raison mécanique et déraison littéraire

  • 41 En 1909, Hermann Hesse différencie trois catégories d’écrivains : le rentier, l’écrivain indépendan (...)

18Au-delà des variations de genres, ces textes renvoient en effet à une sociologie spécifique : celle d’« écrivains dépendants41 », employés d’organisations administratives et qui témoignent, directement ou indirectement, mais toujours avec un certain malaise, de leur statut hybride.

L’écrivain, l’intellectuel et l’employé: une conjugaison critique

  • 42 Kafka (Franz), Journal, traduit et présenté par Marthe Robert, Paris, Livre de Poche, 1991, chronol (...)

19La position hybride des « écrivants de bureau » est bien référencée depuis la Révolution française et devenue courante depuis la seconde moitié du XIXe siècle : d’Emile Goudeau, à Verlaine, en passant par Ernest Delahaye, G. Nouveau, Maupassant, Huysmans, Valéry, etc., l’écrivain-employé traduit le statut ambigu d’une écriture liée à une activité professionnelle astreignante. Au cours de la première moitié du XXe siècle, plusieurs aspirants aux lettres feront un passage plus ou moins bref dans le monde des bureaux (Cendrars, Queneau au CNEP pendant trois mois de 1927), d’autres y resteront un temps suffisamment long pour y produire des textes de témoignage ou de fiction, avant la guerre (C.-L.-Philippe, Walser), durant la guerre (Musil, Zweig), et après guerre (Stearns, Ponge). Peu d’entre eux y feront une carrière aussi longue que celle d’employés-écrivains, tels que Maupassant, Huysmans, même s’il faut citer le cas bien connu de Kafka travaillant durant treize années dans une compagnie d’assurances (1906-1908 : Assicurazioni Generali ; 1908-1923 : Arbeiter-Unfall-versicherungsanstalt42). Il faudrait différencier ceux qui travaillent dans les administrations d’Etat (Zweig, Musil) de ceux qui exercent des fonctions d’employé dans des entreprises privées (Kafka, Walser, Eliot), telles que banque, maison d’édition, etc. Par exemple, Walser exercera plusieurs petits métiers (domestique, secrétaire, employé de banque), qui lui inspireront certains textes comme Le Commis (Der Gehülfe, 1908).

20Musil souligne dans ses écrits privés la pluralité de ses expériences professionnelles – dont l’emploi de conseiller qu’il occupera au Ministère des Armées, de 1920 à 1923. La poésie de T. S. Eliot durant les années 1920 sera marquée par son travail de 1917 à 1920 à la Lloyd’s Bank. Dans les années 1920, Ponge écrit ses premières poésies consacrées à l’employé (« Monologue de l’employé », 1922-1923) puis vers 1930 alors qu’il travaille au sein des Messageries Hachette — qu’on pense au poème « R.C. Seine N° » dans Le Parti pris des choses (voir aussi la figure 4). 

Figure 4: Francis Ponge, bureau Hachette, 1933-1936.

  • 43 Alain, « L’administration parasitaire par intérêt » (1911) in Propos sur les pouvoirs, Gallimard, c (...)
  • 44 Walser (Robert), « De quelques écrivains et d’une femme vertueuse » in La Rose (1925), traduit de l (...)
  • 45 Voir « Dickens » in Walser (Robert), Petite prose (1917), traduit de l’allemand par Marion Graf, Pa (...)
  • 46 Kafka (Franz), Journal, 8 octobre 1917, op. cit., p. 503.
  • 47 Nabokov (Vladimir), Littérature II : Gogol, Tourgueniev, Dostoïevski, Tchekhov, Gorki, Paris, Bouqu (...)
  • 48 Musil (Robert), Essais, conférences, critique, aphorismes, réflexions, Paris, Seuil, 1984, p. 471.
  • 49 Musil (Robert), Lettre à Max Brod, 28 mars 1920 in Lettres, traduites par Ph. Jacottet, Paris, Seui (...)
  • 50 Zweig (Stefan), Lettre à Felix Langer, le 28 septembre 1926 in Correspondance, 1920-1931, op. cit., (...)

21Or, ces auteurs, qu’ils soient passés par le monde des bureaux comme employés ou simples administrés, se lisent entre eux ou s’intéressent aux écrivains qui ont écrit avant eux sur le sujet (Balzac, Flaubert, Dickens, Grillparzer, Maupassant) comme le font d’ailleurs les intellectuels qui réfléchissent en parallèle à l’évolution de la société, par exemple Alain s’inspirant de Little Dorrit (1857) de Dickens pour analyser l’administration des années 191043. Robert Walser admire Maupassant44 et affirme son admiration pour Dickens45, auteur que Kafka lit avec plaisir et qu’il compare d’ailleurs à Walser46. Kafka apprécie Robert Walser et Flaubert – selon Nabokov, son modèle le plus décisif47 – mais aussi Grillparzer, à l’instar de Musil, qui en fera l’éloge48. Musil lit et fait publier Kafka et Walser49. T. S. Eliot apprécie quant à lui Charles-Louis Philippe pour lequel il écrira la Préface de Bubu of Montparnasse en 1932. Enfin, Zweig se réclame de Balzac50. Cet aspect inattendu de cohésion socio-littéraire dévoile une famille d’écrivains et des convergences d’intérêt et/ou de situation pour le nouvel homme « moyen » des sociétés administrées (Halbwachs, 1913). Il n’est donc pas étonnant de rencontrer dans nombre de poèmes et de récits de l’époque des traces concrètes de la situation sociale de l’employé et de l’institution du travail qui l’accueille. On relèvera ici au moins deux phénomènes intéressants la poésie et la fiction : d’une part, l’émergence d’une expression lyrique étouffée liée à la situation contraignante du au bureau; d’autre part, la dénonciation romanesque du statut d’employé dans des récits dont la structure narrative se caractérise par un sentiment de clôture défaillant.

Une voix (protestataire) minuscule

22Au début du XXe siècle, la poésie s’ouvre à l’expression des employés à travers des textes courts, tendance « fable » dotés d’une dimension lyrique (Philippe, Eliot, Ponge) et/ou métaphysique (Kafka ; Walser) qui traversent les barrières du récit et de la poésie mais se rejoignent sur le ton tragique : littérature marquée par la comptabilité des jours, la répétition des tâches, les rapports employés / employeurs, le manque à vivre.

Figure 5 : Walser, Au bureau, 1909.

  • 51 Voir « Helbling » in Walser (Robert), Petite prose, op.cit. p. 55-60, ou « Eric » in La Rose, op.ci (...)
  • 52 Roe (David), « Une vocation avortée ? Charles-Louis Philippe, Poète, 1893-6 » in Le Champ littérair (...)

23L’épigraphe que Robert Walser écrit en 1889 pour le poème « Au bureau » semble annoncer le destin d’une génération: « Mangel ist mein Geschick. Le manque est mon destin » (1909), mais l’auteur développe dans de nombreuses autres poésies ou petites proses ce thème de l’employé incertain et pathétique51, représenté courbé sur son travail (figure 5). Parmi les premiers essais poétiques de Charles-Louis Philippe figure le poème « Au Bureau » (1895) qui traite du thème de « l’étouffement chez les employés enfermés dans leur bureau »52. T. S. Eliot produit avec The Love song of J. Alfred Prufrock (1917) une incarnation poétique du col blanc précautionneux qui déclare posséder le temps « for a hundred indecisions » et n’en prend finalement aucune :

  • 53 Eliot (Thomas Stearns), “The Lovesong of J. Alfred Prufrock” in The Waste Land and Other Poems, Fab (...)

And indeed there will be time
To wonder, “Do I dare” and, “Do I dare?”
Time to turn back and descend the stair,
With a bald spot in the middle of my hair” […]
Do I dare
Disturb the universe?
In a minute there is time
For decisions and revisions which a minute will reverse53.

  • 54 Ponge (Francis), « R.C. Seine » (1926/1942) in Le Parti pris des choses, Paris, Gallimard, 1967, p. (...)

24Vers 1926, poète-employé bloqué dans l’espace limité du bureau, attaché à la rédaction de barre d’état et rapports, Ponge donne une voix nouvelle à l’expérience dé-personnalisante de la société bureaucratique dans le poème « R.C. Seine » : « C’est par un escalier de bois jamais ciré depuis trente ans, dans la poussière des mégots jetés à la porte, au milieu d’un peloton de petits employés à la fois mesquins et sauvages, en chapeau melon, leur valise à soupe à la main, que deux fois par jour commence notre asphyxie54. »

25D’autres poèmes, écrits par des auteurs qui échappent à la situation d’employé de bureau mais pas à celle d’administré, évoquent les rapports du citoyen avec l’Etat, l’administration, la société ou le travail. C’est le cas d’un texte de Picabia publié dans la revue 391 (n°7, février 1917) qui apostrophe le lecteur afin qu’il troque son attitude passéiste contre la rébellion:

Il me faut l’amulette de dégel
Pour mon Etat idéal
Avant que la nuit
Se mette autour de mon cou
Epouvantable obéissance
Inintelligence qui ordonne
Frontières de la folie
Méchanceté
Envies
Je veux mon existence pour moi
« Le bonheur pour moi c’est de ne commander à personne et de n’être pas commandé ».

  • 55 Selon Marie-Claire Bancquart, après sa période de sympathie anarchiste (1890-1900), France perd « e (...)
  • 56 Robert (Marthes), Seul comme Franz Kafka, Paris, Calmann-Levy, 1979, p. 120 et note 2.
  • 57 Alain, « Comme nous parlions d’anarchistes … », 15 octobre 1907 in Propos sur les pouvoirs, op.cit.(...)
  • 58 Zweig (Stefan), Lettre à Félix Salten, 8 février 1925 in Correspondance, 1920-1931, op.cit., p. 199

26Le refus de commander revendiqué par Picabia rejoint le refus nietzschéen de la propriété (« il fait partie de mon bonheur de n’être pas propriétaire ») et souligne les soubassements anarchistes et/ou nihilistes de certains affluents de cette littérature de bureau, en phase avec la révolte dada des années 1920 (Hausmann, L’esprit nouveau, Tzara, L’homme approximatif). L’air du temps anarchiste de la fin du XIXe siècle influence d’ailleurs certains des écrivains qui dénoncent les nouvelles conditions de travail des employés : Ch.-L. Philippe fréquentait les anarchistes, France a connu une période sympathisante en 1890-190055 ; Kafka se mélange aux groupes anarchistes praguois entre 1909 et 191256 ; de même, Walser ou Cendrars. Alain reconnaît quant à lui avoir aussi un penchant anarchiste (1907)57 et Zweig se réclame d’un « individualisme » inspiré de Nietzsche58. En parallèle, s’impose dans le récit l’évocation oppressante du monde de bureaux où rien ne se passe. 

Récits obliques : l’ordre mécanique règne, la machine narrative s’enraye

  • 59 Philippe (Charles-Louis), Croquignole, Paris, Bibliothèque Charpentier, Fasquelle éditeur, p. 4.

27Dans ces récits traitant du travail administratif et des employés de bureau, un constat général émerge : l’enfermement des individus dans des normes du travail devenues oppressantes. Le personnage est généralement un employé subalterne (Walser, Philippe) ou un individu aux prises avec la machine administrative (Kafka, Zweig) dans un contexte qui est soit le monde « réel » (celui de la guerre dans « La contrainte » de Zweig, celui de la paix dans Croquignole) soit le monde « fabuleux » d’un régime totalitaire (Le Château, Le Procès mais aussi « La colonie pénitentiaire » ou « Le portier »). Une autre particularité de ces récits est d’énoncer un rapport contestataire indirect à la nouvelle organisation sociale du travail. En cela, ils s’opposent à la fois au traitement frontal et satirique de la période physiologique (la décade 1840-1850) et à celui, comique, de la vogue courtelinesque puis pamphlétaire des années 1890. Leur ton emprunte plutôt les outils de la métaphore quasi fantastique, de l’ironie ou d’un pathos allégé. La prise de distance avec le thème stéréotypé et boulevardier des « ronds de cuir » est par exemple explicite dans Croquignole : « C’était un bureau. Voici : on s’asseyait, les chaises étaient de paille, contrairement à la théorie du rond de cuir59. ».

28Ce regard sur le monde des employés d’administration exprime un vécu en souffrance par le biais de la première personne. Les « galeries de personnages » à la troisième personne, fréquentes au XIXe siècle dans la littérature réaliste (Monnier, Balzac) puis naturaliste (Maupassant, Zola) ou de boulevard (Gaboriau, Courteline) se raréfient. « La contrainte » de Zweig ou « Le commis » de Walser emblématisent ce choix d’une expression filtrée par le regard d’un individu. Les discours engagés caractéristiques des romans de Balzac ou Gaboriau s’effacent comme l’indique indirectement cette phrase du roman Croquignole : « D’ailleurs il ne fallait pas s’attendre à ce que Paulat fût un bon employé. Il y eut quelqu’un qui, un jour, fît cette réflexion : – Il ressemble à l’Administration. C’est pourquoi, dans ce livre, il est inutile de parler de celle-ci. ». Ces refus de représentation directe sont frappants quand on les compare aux périodes antérieures à 1890 ou aux ouvrages post-1945 (science-fiction ou littérature de l’absurde), qui abondent en discours critiques sur les administrations.

  • 60 Tokai (Maiko), « À propos du temps dans Croquignole de Charles Louis Philippe », Études de Langue e (...)
  • 61 Vian (Boris), op.cit ., p. 45.
  • 62 Philippe (Charles-Louis), Œuvres complètes, I : biographie [par David Roe], Moulins, Ipomée, 1986, (...)
  • 63 Zweig (Stefan), Lettre à Otto Heuschele », 7 mai 1930 in Correspondance, 1920-1931, op.cit., p. 408
  • 64 A propos de Musil et de la perte de l’élément narratif dans L’homme sans qualités voir Kermode (Fra (...)

29La situation problématique du « héros » dans ces œuvres obliques mérite aussi d’être relevée. La marge de manœuvre des personnages est faible et la mort les attend régulièrement en fin de récit qu’il s’agisse de suicides (Huysmans, La retraite de Monsieur Bougran, 1888 ; Philippe, Croquignole, 1906), de condamnations voire d’exécutions (Kafka, Le procès, 1925), ou d’intrigues où l’individu est mis hors-jeu par l’institution sociale (Walser, Le Commis, 1908 ; Kafka, La colonie pénitentiaire, 1919, Le Château; Zweig « La contrainte », c. 1918). Le temps qui tue ou diminue les individus est parfois figuré comme un personnage oppressant : « Une après-midi d’été, deux ans plus tard, le temps était ce qu’était le temps : un vieillard qui traîne, qui achève de vivre, deux ans l’avaient encore vieilli60. » écrit C.-L. Philippe en 1906 ; Vian reprendra d’ailleurs cette métaphore dans un sonnet consacré à la vie de bureau vers 1940 : « le Temps glisse, visqueux, dans le tube des jours61 ». Les fins, souvent non satisfaisantes, changent la donne poïétique des intrigues et amènent parfois leurs auteurs à se justifier. Ch.-L. Philippe explique ainsi le suicide final du personnage principal de Croquignole en refusant les habituels motifs passionnels : « Dans mon esprit, Croquignole ne se tue pas à cause du suicide d'Angèle, il se tue parce qu'il ne peut plus retourner au bureau, parce qu'il a exagéré son amour d'une vie violente et sensuelle, parce qu'il lui faut l'air, l'espace, le feu, parce qu'il n'est pas capable de devenir le zèbre du Jardin des Plantes62 ». Zweig évoque en 1930 dans sa correspondance une « fin non satisfaisante » en soutenant l’émancipation de l’intrigue hors de l’héroïsme facile : « je lutte donc contre toute proposition de « happy end » ou de fin tragique, parce que je suis convaincu qu’il y a dans la vie ordinaire quelque chose comme une sorte de tragique non dramatique, le tragique de la résignation, valable pour des millions d’hommes et pour cela même plus vrai que les rares cas d’exceptions pathétiques63 ». Loin de convoquer les ingrédients dramatiques, passionnels, rocambolesques, bohèmes ou héroïques, ces fictions de bureau narrent des existences anonymes qui se caractérisent par leur atonie et leur absence de clôture en accord avec la veine ouverte par le Folantin d’Huysmans. Assumant leur défaut de « ligne narrative » – l’expression est de Musil –, elles affichent leur échec à conclure avec une série d’œuvres inachevées dont Bouvard et Pécuchet semble être le prélude (Un homme sans qualité, Musil64, Le Château ou Le Procès de Kafka, « Clarissa » de Zweig). C’est sur ce fond d’une littérature qui cherche sa voie d’expression que s’esquisse la figure fuyante de l’employé, omniprésent et pourtant dénué de caractère.

L’employé, signe particulier ? sans caractère

  • 65 Stiénon (Valérie) « L’homme de lettres en personnage générique. La ‘‘sociologie-fiction’’ des Physi (...)
  • 66 Voir Balzac, Physiologie de l’Employé, 1841 ; coll. Français peints par eux-mêmes, 1841 ; Flaubert, (...)
  • 67 Balzac (Honoré de), Physiologie de l’employé (1841), préface Anne-Marie Baron, Paris, Le Castor Ast (...)

30De 1800 à 1850, l’employé de la bureaucratie était plutôt représenté ou typifié dans les physiologies de l’époque65, comme un objet de convoitise, confortablement installé dans son fauteuil, souvent assis près d’un « poêle », comme l’illustre le frontispice de Monnier illustrant le Manuel de l’Employé en 1828. Protégé dans sa « coque » et entouré de « cartons verts », il appartient à un monde privilégié, même si l’institution administrativo-bureaucratique paraît fondée sur l’injustice et le travail de bureau caractérisé par l’ennui et la répétition (Musset, Balzac). Dans les textes et les physiologies des années 1830-1840, le commis s’affirme comme le type du travailleur captif ou oisif66. Balzac en donne la définition suivante : « Un homme qui pour vivre a besoin de son traitement et qui n’est pas libre de quitter sa place, ne sachant faire autre chose que paperasser67 ». Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, les éléments de satire sociale perdurent chez Gaboriau, Courteline, Daudet, Allais, France à travers un regard généralement incisif. C’est la période en France de l’apparition de l’expression « rond de cuir » (Maupassant, 1880), vulgarisée par Courteline (1893) ; côté anglais, se continue l’image moqueuse entamée chez Dickens (Little Dorrit, 1857) à travers le point de vue des petits employés dénués de personnalité (Grossmith, The story of a nobody, 1893). Il est donc d’usage, à cette époque, de croquer l’employé sous une forme stéréotypée, même si certaines figurations (le Bartleby de Melville, en 1853) échappent au cliché simplificateur. Face à ces représentations abréviatives, le visage de l’employé au début du XXe siècle semble aux prises avec de nouvelles contraintes et son image caricaturale se trouble d’une dimension plus menaçante, voire d’un vide existentiel qui fait de lui le reflet emblématique de l’individu des sociétés rationalisées.

Figure 6 : 1840-1841, Les Français peints par eux-mêmes

Figure 7 : 1893, Grossmith, The Story Of A Nobody

Figure 8 : Portrait d’un homme à son bureau [photographie de presse], Agence Meurisse, 1935-1936, Gallica.

Mutations/involutions d’une figure

31Balloté dans la foule, insignifiant et perdu dans la ville, absent à lui-même, l’employé navigue entre le modèle du « col blanc » dont The Waste Land (1922) esquisse furtivement le portrait et celui de l’homme approximatif dessiné par Tzara en 1931 :

  • 68 Stearns (Thomas Stearns), The Waste Land, op.cit., p. 25.

Unreal City,
Under the brown fog over London Bridge, so many,
I had not thought death had undone so many.
Sigh, short and infrequent, were exhaled,
And each man fixed his eyes before his feet 68.

  • 69 Tzara (Tristan), L’homme approximatif, 1931, Paris, NRF, Poésie/ Gallimard, p. 28-31.

Homme approximatif te mouvant dans les à-peu-près du destin […] passant de la main d’un événement à l’autre sans volonté triste perroquet […] de la vie
il ne te reste que la détresse d’une évasion manquée […]
défends à coups de dents ton lopin de monde pour t’endormir d’un samedi à l’autre 69.

32Incompris de lui-même, hoquetant et passif, contraint dans l’espace délimité du bureau et dans le temps réduit de la semaine, l’employé est souvent dépeint capté, hypnotisé, « les yeux fixés sur un rêve menteur » ainsi que l’évoquent successivement la « sonate bureaucratique » de Satie (1917), le « Monologue de l’Employé » de Ponge (1926) ou les Cent Sonnets de Vian (v. 1939) :

  • 70 Satie (Erik), Sonatine bureaucratique, 1917, pour piano solo, Eroïca Musica Publications.

Assis dans son fauteuil, il est heureux et le fait voir
Il réfléchit à son avancement.
Peut-être aura-t-il de l’augmentation sans avoir besoin d’avancer
Il compte déménager au prochain terme
Il a un appartement en vue.
Pourvu qu’il avance ou augmente70.

  • 71 Ponge (Francis), « Monologue de l’employé » in Douze petits écrits, Paris, Editions de la Nouvelle (...)

Sans aucun souci du lendemain, dans un bureau clair et moderne, je passe mes jours. […] Tout a été soigneusement nettoyé et mis en place lorsque j’arrive ; quand je ferme la porte et m’en vais, saluant mes chefs, aucun souci ne sort de moi. […]
Je rêve quelque fois au monde meilleur que mon enthousiasme refroidi me représente plus rarement depuis quelques années. Mais bientôt je sens que je vais dormir71.

  • 72 Vian (Boris), op.cit., p. 33.

Mais il était heureux. Son rêve prenait corps
Il se voyait gravir en un délai record
Les échelons abrupts de sa neuve carrière.

Trente ans plus tard, attendant toujours le succès
Il fut, couronnement d’une vie régulière
Nommé chef de bureau par suite d’un décès 72

  • 73 Moser (Walter), « Musil et la mort de l’homme libéral » in Robert Musil, actes du colloque de Royau (...)
  • 74 Freud (Sigmund), Le Malaise dans la culture (1929), traduit par P. Cotet, R. Lainé, J. Stute-Cadiot (...)

33Pour mieux comprendre ces portraits d’hommes absents d’eux-mêmes, Musil nous offre un éclairage culturel et historique intéressant tel que le retrace W. Moser73: la société de « l’esprit nouveau » évoluerait « de la position de « l’homme libéral » vers celle de « l’homme collectiviste » lié à la « volonté de masse » des années 1930. Cette analyse converge avec ce que Zweig décrit en 1925 comme « l’absence de personnalité » qui caractérise désormais la nouvelle Amérique ; point de vue que semble partager Freud dans Le Malaise dans la culture (1929) lorsqu’il parle de la « misère psychologique de la masse74 »:

  • 75 Zweig (Stefan), Lettre à Felix Salten, 8 février 1925, in Correspondance, 1920-1931, op.cit., p. 19 (...)

Et quiconque revient d’Amérique est effaré par l’absence de personnalités (jamais 100 millions d’hommes de race blanche n’ont été à l’origine d’un aussi petit nombre de productions intellectuelles individuelles que l’Amérique des vingt cinq dernières années). C’est la reproduction à l’identique née de la technique qui prive de quelque chose de très précieux […] Mais aujourd’hui la masse est impliquée, elle est violemment associée à cette uniformité jusque dans les petits villages, et tout se produit par à-coup monstrueux, la moindre passion est passion de masse, de groupe, de millions. Et c’est ainsi que disparaît l’indépendance ; l’esprit de résistance de l’individu est de plus en plus désarmé devant la volonté de la masse […] L’époque est plus anti-individualiste qu’elle ne l’a jamais été … c’est pourquoi je crois qu’il nous faut être plus individualistes que jamais : sur ce point, je m’accorde avec les plus grands esprits du siècle passé, je suis de l’avis de Nietzsche, qui a vu venir tous ces dangers75.

34L’évolution collectiviste et rationaliste des sociétés américaines puis européennes éclaire, indirectement, le problème de la représentation littéraire de l’employé  dans les fictions de bureau étudiées. Un obstacle esthétique nouveau semble surgir dans l’usage d’anciennes notions telles que héros, caractère ou type. Ces notions qui font l’objet de commentaires ou d’emplois décalés dans les textes, montrent que le nouveau contexte social suppose une renégociation de leur usage traditionnel.

L’employé comme « personne » 

  • 76 Musil (Robert), Journaux, I, 440, cité in Moser (Walter), op.cit., p. 193.

« Le professionnalisme montre l’être humain maximalement pris et stéréotypé dans des comportements constitués de rôles sociaux, d’habitudes discursives et de rituels institutionnels, c'est-à-dire maximalement dépossédé de sa subjectivité et de son identité propre76. »

  • 77 Musil (Robert), Essais, p. 140, cité in Moser (Walter), ibid., p. 179.
  • 78 Musil (Robert), Journaux, I, p. 507, cité in Moser (Walter), ibid., p. 192.
  • 79 Ibid., p. 449 cité in Moser (Walter), ibid., p. 193.

35Lorsque Musil dénonce l’incapacité de l’homme moderne de se conduire en sujet autonome, il en déduit l’obligation d’inventer de nouveaux personnages, dénués de « caractère77 », fondés sur des « phraséologies78 », c'est-à-dire encore non pas « des individus, avec une vraisemblance de vie autonome, mais des types professionnels79 ». Cette analyse restituée par W. Moser n’est pas sans rappeler les personnages de « Bouvard et Pécuchet » mais elle s’applique aussi, incontestablement, à la nouvelle écrite par Musil « Un homme sans caractère » :

  • 80 Musil (Robert), « Un homme sans caractère » in Œuvres pré-posthumes, traduit de l’allemand par Ph. (...)

Je raconterai donc l’histoire d’un homme qui eut toujours des difficultés avec son caractère, ou qui, plus simplement, n’en eut jamais ; toutefois, je crains un peu d’avoir compris trop tard son importance, et je me demande s’il ne fut pas, en fin de compte, une sorte de pionnier, ou de précurseur80.

  • 81 Walser (Robert), Le commis, 1908, traduit de l’allemand par Bernard Lortholary, Paris, NRF-Gallimar (...)

36Le constat de l’épuisement existentiel du personnage de l’employé ou sa fragmentation en données plurielles et incohérentes – bien que désormais formulables sur un plan statistique – semble répondre au statut problématique de l’individu de la société de masse et à l’amorphisme qui en découle. Le phénomène d’indéfinition de celui que les sociologues appellent désormais « l’homme moyen » (Halbwachs, 1913 d’après Quételet dont les études de probabilité paraissent entre 1838 et 1870) est palpable dans le roman de Walser (Le commis, 1908) qui met en scène un antihéros qui s’accuse d’ailleurs lui-même d’être « sans caractère81 ». Sur le caractère flottant de la notion de « caractère », il faut ajouter le commentaire rétrospectif d’Hausmann à propos de « L’esprit de notre temps » (1919) :

  • 82 Hausmann (Raoul), Limoges, le 14 septembre 1967, in « L'esprit de notre temps 1919 », in Courrier D (...)

Depuis longtemps, j’avais découvert que les gens n’ont pas de caractère et que leur visage n’est qu’une image faite par le coiffeur. […] Je voulais dévoiler l’esprit de notre temps, l’esprit de chacun dans son état rudimentaire. […] Un homme de tous les jours n’avait que les capacités que le hasard lui avait collées sur le crâne, extérieurement, le cerveau était vide82

37Face à cette évolution, les œuvres artistiques du premier tiers du XXe siècle en quête de « caractères » refusent de perpétuer la représentation de « types sociaux » sur le mode farcesque (version Flaubert), physio-typique (Balzac, Gaboriau, Daudet, Maupassant, Huysmans) ou boulevardier (version Courteline) ; ce faisant, elles ouvrent un espace narratif trouble qui reflète à la fois le malaise des individus et celui des employés de bureau dans la nouvelle société du travail. On citera trois exemples concrets de cette représentation problématique de l’employé comme sujet de fiction qui entraîne la remise en question des notions de type ou de caractère :

38(1) Le premier cas met en scène la peinture distanciée, mais ambiguë par la fascination qu’elle dévoile, d’un individu ultra-typé qui adhère pleinement aux normes sociales et à ses modèles comportementaux (application, méticulosité, expertise, discipline, ordre, etc.). C’est le cas de Schuhmeister, « travailleur opiniâtre et acharné », collectionneur et parfait employé d’Etat dans « Clarissa »:

Entreprise par sens du devoir et par conviction, cette collection de détails toujours plus nombreux de même que leur organisation en tableaux statistiques et en synthèses devint pour lui, en raison de son goût pour la systématisation, une véritable passion, sinon une manie […]. C'étaient les petites joies de la symétrie et de la propreté que connaît l'artiste, car l’instinct du jeu est un asservissement. Il aimait les encres rouges et vertes, les crayons bien taillés. […]. Lui seul connaissait ce plaisir technique consistant à remplir des fiches et à les comparer.

  • 83 Moser (Walter), op.cit., p. 194.

39Ce type de personnage qui se fond avec l’institution sociale et les normes qu’elle implique répond à la définition donnée par W. Moser à propos du personnage musilien Clarisse: « Il y a en effet des personnages romanesques auxquels le statut de sujet de discours est systématiquement dénié. Ils se trouvent entièrement pris en charge par des institutions et des discours qui les relèguent à la fonction d’objet83 ». De cette catégorie d’individus aliénés en profondeur par la nouvelle société du travail décriée par Nietzsche, dépend la cohorte des employés, bureaucrates ou citoyens administrés dépeints avec férocité par Maïakovski dans « La Punaise » et « La Grande Lessive » ou certains personnages tel « Klammer » dans Le Château de Kafka ou « Eric » dans la nouvelle éponyme de R. Walser ; on peut aussi penser aux « archétypes » déjà cités d’Hausmann (« L’esprit de notre temps », 1919) ou de Brauner (Force de concentration de Monsieur K, 1934). Le type devient dès lors archétype et il a généralement perdu sa valeur comique, pour prendre des couleurs menaçantes.

  • 84 Zweig (Stefan), « La contrainte » (parue en 1920 chez Insel) in Un mariage à Lyon, Nouvelles tradui (...)
  • 85 Alain, op.cit., 5 août 1922, pp. 119-121.
  • 86 Voir par exemple les nouvelles « Devant la loi » ou « Josephine la chanteresse » in Kafka (Franz), (...)

40(2) Située à l’autre extrémité du spectre narratif, le second cas propose une représentation exceptionnelle de l’individu qui affirme (voire invente) son caractère héroïque – en dépit l’amorphisme ambiant. C’est le cas de figure mis en scène dans « La contrainte », qui raconte le face à face du personnage-narrateur Ferdinand, enrôlé de force dans l’armée, et de son épouse, aux positions individualistes: « Une administration ne me fera pas courber l’échine84 ». On note une convergence curieuse entre cette nouvelle engagée de Zweig qui date de 1918 et un propos d’Alain publié le 5 août 1922 dénonçant le pouvoir du texte administratif sur les destinées individuelles : la « puissance de cette organisation mécanique [l’Administration] qui pousse les hommes comme des wagons85 ». Narrée à la première personne, « La contrainte » apparaît ainsi comme une fable argumentée qui transpose les espoirs d’émancipation de l’auteur face à la domination qu’il subit au moment de 1914-1918. La version négative de ce scénario de la révolte individuelle est cependant plus répandue à l’époque. Elle aboutit soit à l’échec de l’émancipation autonome comme c’est le cas chez les personnages velléitaires décrits par R. Walser notamment le commis, soit, plus violemment, à la suppression pure et simple du personnage, comme c’est le cas dans nombre de fictions de Kafka86.

  • 87 Maïakovski (Vladimir), op.cit., p. 320.
  • 88 Bakhtine (Mikhaïl), « L’auteur et le héros » (v. 1920/1923) in Esthétique de la création verbale, t (...)

41(3) Une troisième possibilité, décalée et conflictuelle, apparaît dans le troisième acte de la Grande Lessive de Maïakovski (1929-1930) via une discussion inattendue entre le metteur en scène de la pièce et Pobedonossikov, personnage désigné par le premier comme l’incarnation du « type littéraire négatif », qui se met soudain à protester vigoureusement: « Comment avez-vous dit ? « Un type » ? Et vous désignez ainsi un homme d’Etat responsable ? quand ce mot pourrait tout juste s’appliquer à un médiocre sans parti ? Un type ! Mais enfin, ce n’est pas un « type », c’est un dirdécor mis en place par les organes de la direction, un type, c’est du joli87 ! » Ce dialogue qui met en scène la division entre l’opinion du personnage et celle de l’auteur rappelle la différenciation esthétique « type » / « caractère » explicitée quelques années auparavant par Bakhtine dans son article « L’auteur et le héros » (c. 1922-1923): « ce dont on est le moins capable c’est de se représenter sous la forme d’un type : le type s’il est rapporté à soi-même sera perçu comme injurieux. […] Le type présuppose la supériorité d’un auteur qui se désolidarise totalement du monde auquel appartient le héros ; l’auteur ne sera donc que critique88. » Cette position surplombante qui convenait bien à la situation socio-esthétique de l’écrivain du XIXe siècle et que perpétue à un niveau paroxystique le cas (1) envisagé plus haut ne convient pas aux œuvres dans lesquels le personnage principal s’interroge sur sa propre identité de « héros » voire même sur l’existence de son « caractère » comme c’est le cas chez Walser. La notion de type ne semble plus constituer une notion évidente à utiliser pas plus que celle de caractère.

42Le processus de la bureaucratisation sur la période 1890-1930 en Europe s’organise en deux vagues : d’abord, le régime lent des années 1890-1918 ; puis, celui, beaucoup plus rapide, qui accompagne, après la Guerre, l’expansion du taylorisme en 1920-1930 alors que se répandent les principes concrets de la rationalisation en Europe et ses nouveaux mots d’ordre. Ces deux vagues produisent un impact sur la littérature européenne (essai, poésie, fiction) à plusieurs niveaux.
– Un impact de discours car, après la transition que constitue la dernière décade du XIXe siècle, l’instauration d’une société rationalisée via la vogue du « taylorisme » au cours des premières années du siècle suscite des réactions de refus de la part des écrivains et intellectuels dans des essais ou romans aux tons critiques ou pamphlétaires (Nietzsche, Kraus, Alain).
– Un impact socioéconomique car nombre d’écrivains travaillent dans des organisations bureaucratisées – comme c’était déjà le cas au XIXe siècle – mais dans un contexte différent : le caractère séparé d’hommes qui sont à la fois témoins/acteurs et auteurs/ écrivains devient l’objet d’un malaise palpable dans les représentations fictionnelles des employés de bureau.
– Un impact formel et esthétique car le mouvement d’engagement qui marque la littérature de bureau déploie des formes poétiques hybrides qu’on ne peut comprendre sans faire référence au changement sociétal dont cette période constitue une étape décisive. Les documents naturalistes (de Balzac à Zola, Huysmans, Maupassant) et la veine satirique légère (Gaboriau, Courteline) s’effacent à la fin du XIXe siècle au profit d’une veine pamphlétaire plus frontale (Allais, France) développée sur le terrain de la prose aphoristique et journalistique (Nietzsche ; Kraus ; Alain) puis de l’analyse politique et philosophique (Kracauer, Russell) ou dans la correspondance des écrivains soucieux de témoigner de l’évolution de la société européenne (Musil, Zweig).

43Ces textes de prose ou d’essais critiquent la place croissante de l’Etat en Europe, le collectivisme prédominant qui contraint les individus et la nouvelle administration rationalisée du travail. Le poème, le récit romanesque choisissent des voix plus obliques mais la protestation ténue perce à travers la représentation d’individus démunis de marge de manœuvre ou dépeints en situation d’échec social (de Bougran aux petits employés marginaux des nouvelles de Walser) et/ou pris dans une intrigue qui a perdu une grande partie de sa dynamique antérieure.

44Ainsi, autant le récit de l’ère réaliste naturaliste fut, d’une certaine façon, celui du succès d’une certaine classe de nouveaux héros du capitalisme (du « Rastignac » de Balzac au « Bel Ami » de Maupassant et « Pot-Bouille » de Zola) proposant le modèle économique des aventuriers de l’argent ; et autant l’aire fin de siècle tentera d’imposer en acte et en paroles la représentation de l’auteur-artiste, révolté, marginal ou bohème (Verlaine, Jarry, Rimbaud, Nouveau) esquissant une « posture » opposée aux figures dégradées des Prudhomme (1857), des « assis » (1871), des « ubureau » (Rachilde, 1896) ; autant le tournant du XIXe et XXe siècles dévoile le repli d’employés évoqués dans certaines nouvelles de Huysmans et Maupassant à la fin des années 1880 meurtris par le nouveau contexte dont les auteurs et leurs imagos ne sortent indemnes. Car, dans un contexte socio-économique en mutation profonde, les écrivains de bureau souffrent davantage que leurs prédécesseurs de leur statut d’employés de ministères ou de grandes administrations ; les trajets alternatifs (« sinécure » ou « vie de bohème » associées à une vie de bureau) ne seront plus des modèles acceptables dans le contexte idéologique de la RNS.

45Les figures d’employés qui, dans les fictions obliques étudiées, ou les poèmes aux tons feutrés, semblent vouées à l’effacement et à l’anonymat, voire à la passivité, accusent indirectement les nouvelles structures règlementaires de la société européenne et les paramètres d’identification des individus – perçus comme vecteurs de destruction de la personnalité, du caractère et de la singularité. Du même coup, le problème poïétique de la « caractérisation » du héros s’avère un trait symptomatique de cette période, interrogeant autant une sémiologie du personnage qu’une anthropologie de l’individu moderne. Car, si les écrivains tentent de trouver une solution esthétique au problème de la représentation ambivalente des employés, ils ne masquent pas la dimension problématique de notions esthétiques antérieures telles que « héros », « type » et « caractère ». Le personnage de l’employé, bien qu’omniprésent, peine à gagner le statut de « personne » dans ces écrits et révèle ainsi un paradoxal objet de discours aussi incontournable qu’indicible.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

1837 Flaubert (Gustave), « Une leçon d’histoire naturelle. Genre Commis » (1837) in Mémoires d’un fou, Novembre et autres textes de jeunesse, édition critique établie par Yvan Leclerc, GF Flammarion, 1991.

1841 Balzac (Honoré de), Physiologie de l’employé (1841), préface Anne-Marie Baron, Paris, Le Castor Astral, 1994.

1882 Nietzsche (Friedrich), Le Gai savoir, tr. H. Albert revu M. Sautet, Paris, Livre de Poche, « Classiques de la philosophie », 1993.

1897-1919 – Zweig (Stefan), Correspondance, 1897-1919, traduit de l’allemand par Isabelle Kalinowski, Paris, Livre de Poche, « Biblio-roman », 2010.

1901 – France (Anatole), « Le Bureau » in Monsieur Bergeret à Paris, Paris, Calmann Levy.

1902 Allais (Alphonse), Le Captain Cap (1902), Paris, Félix Juven.

1907/1937 : Alain, Propos sur les pouvoirs, (parus de 1907 à 1937), Gallimard, collection Folio/ essais, 1985.

1906 – Philippe (Charles-Louis), Croquignole, Paris, Bibliothèque Charpentier, Fasquelle éditeur.

1908 Walser (Robert), Le Commis, traduit de l’allemand par Bernard Lortholoray, Gallimard, 1985.

1909 :

Walser (Robert), « Au bureau », dans Au bureau, poèmes de 1909 (édition originale, Gedichte, 1909, Berlin, éditions Bruno Cassirer), Editions Zoé, traduit de l’allemand par Marion Graf, 2009.

Hesse (Hermann), « De l’écrivain » in Une bibliothèque idéale, Rivages Poches, Petite bibliothèque, tr. Nicolas Waquet, 2012, p. 77-83.

Kraus (Karl), Dits et contredits, traduit de l’allemand par Roger Lewinter, Editions Ivrea, 1993.

Kafka (Franz), Le procès, trad. A. Vialatte, Gallimard, 1987 ; Armes dans la ville.

1910-1923

Kafka (Franz), Journal, traduit et présenté par Marthe Robert, Paris, Grasset, 1954.

1917 :

Walser (Robert), Petite prose, traduit par Marion Graf, Paris, Editions Zoé, 2009.

Satie (Erik), Sonatine bureaucratique, pour piano solo, Eroïca Musica Publications.

Eliot (Thomas Stearns), “The Lovesong of J. Alfred Prufrock” dans The Waste Land and Other Poems, Faber and Faber, 1999.

1919 :

Cendrars (Blaise), La fin du monde filmé par l’ange Notre Dame, Editions de la Sirène.

Kafka (Franz), La colonie pénitentiaire, traduits de l’allemand par Catherine Billmann et Jacques Celard, Babel, 1998.

Hausmann (Raoul), Tête mécanique l’esprit de notre temps, Musée national d’art moderne, Paris.

1920 :

Kafka (Franz), « Poséidon » in La Muraille de Chine et autres récits, tr. de l’allemand par J. Carrive et A. Vialatte, Paris, Gallimard, 1950.

Zweig (Stefan), « La contrainte » (parue en 1920 chez Insel) in Un mariage à Lyon, nouvelles traduites de l’allemand par Hélène Denis, Paris, Livre de Poche, 1992.

1919-1920 

Maïakovski (Vladimir), La Punaise, in Théâtre, traduit du russe par M. Wassiltchikov, Paris, Bernard Grasset, 1989.

c. 1920-1929 Musil (Robert), « Un homme sans caractère » (Nachlauss Verlag, 1957) in Œuvres pré-posthumes, Traduit de l’allemand par Ph. Jacottet, Editions du Seuil, « Points », 1965.

1920-1931 Zweig (Stefan), Correspondance, 1920-1931, tr. de l’allemand par L. Bernardi, biblio-roman, Paris, Livre de Poche, 2010.

v. 1922-1923 Ponge (Francis), « Le monologue de l’employé » in Douze petits écrits (1926), Le Parti pris des choses, Gallimard, 1967.

1922 – Kafka (Franz), Le Château (inachevé), traduit par A. Vialatte, Paris, Gallimard, 1989.

1923 Kafka (Franz), « Le terrier » in La Muraille de Chine et autres récits, ….

1924  Kafka (Franz), « Joséphine ou la chanteresse » in A la colonie disciplinaire et autres récits, traduits de l’allemand par Catherine Billmann et Jacques Cellard, Babel, 1998.

1925 Walser (Robert), La Rose, Paris, Gallimard, « L’imaginaire », 1987.

1927 Musil, (Robert), ébauche de « Normalisation de l’esprit » in Proses éparses, textes (parus entre 1921 et 1931) choisis, traduits et présentés par P. Jacottet, d’après l’édition d’A. Frisé Points Seuil, 1989.

1929 :

Maïakovski (Vladimir), La Grande lessive (1929) in Théâtre, traduit du russe par M. Wassiltchikov, Paris, Bernard Grasset, 1989.

Kracauer (Siegfried), Les Employés, Aperçus de l’Allemagne nouvelle, tr. Cl. Orsoni, Paris, Editions Avinus, 2000.

Freud (Sigmund), Le Malaise dans la culture, traduit par P. Cotet, R. Lainé, J. Stute-Cadiot, Paris, PUF, 1995.

1930 Benjamin (Walter), « Un outsider attire l’attention. Sur « Les Employés » de S. Kracauer » in Les Employés….

v. 1930  Saint Pol Roux, Vitesse, précédée d’Une définition sans fin, par G. Macé, Paris, Rougerie, 1973.

1931 Tzara (Tristan), L’homme approximatif, 1931, Paris, NRF, Poésie/ Gallimard, p. 28-31.

1932  Russell (Bertrand), Eloge de l’oisiveté / In praise of idleness, tr. de l’anglais par M. Parmentier, Paris, Allia, 2009.

1932-1942 Zweig, Correspondance, 1932-1942, Edition établie par Knut Beck et Jeffrey B. Berlin, traduite de l’allemand par Laure Bernardi, Paris, Bernard Grasset, 2005.

1921/1934  Alain, Propos d’économique (parus de 1921 à 1934), Gallimard, « Les Essais » n°13, 1935.

1939-1944 Vian (Boris), Cents Sonnets, Paris, Le livre de Poche, 2002.

1942  Ponge (Francis), « RC Seine » dans Le Parti pris des choses, Gallimard, 1967, p. 57-69.

1947 Vian (Boris), Vercoquin et le plancton, Paris, Gallimard, 1989.

1956 Jacob (Max), Chroniques des temps héroïques (rédigées en 1936), Louis Broder.

Autres ouvrages cités

Philippe (Charles-Louis), Œuvres complètes Tome I : biographie [par David Roe], Moulins, Ipomée, 1986.

Bancquart (Marie-Claire) « L’anarchisme, élément d’une dialectique de la création chez A. France » in Anarchisme et création littéraire, RHLF, 1999, pp. 403-412.

Bakhtine (Mikhaïl), « L’auteur et le héros » (v. 1920/1923) in Esthétique de la création verbale, traduit du russe par Alfreda Aucouturier, Paris, Gallimard, 1984, pp. 25-110.

Bricard (Georges), L’organisation scientifique du travail, Paris, Armand Colin, 1927.

Campaignolle (Hélène), « Un genre ordinaire : écrire sur la bureaucratie de Balzac à Huysmans », Méthode !, n° 21, "L’art de l’ordinaire", sous la direction de Michel Braud, Printemps 2012, p. 25-35.

Campaignolle (Hélène), « Un travail sous contrôle : représentations de l’employé de bureau du XIXe au XXe siècle » in Raison publique, n° 15 « Le travail sans fin », pp. 101-118.

Dictionnaire des Littératures de langue française XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1998

Dommergues (Pierre), L’aliénation dans le roman américain contemporain, Paris, 10/18, 1976.

Halbwachs (Maurice), La théorie de l’homme moyen. Essai sur Quetelet et la statistique morale (1913), Paris, Sciences en situation, « Sens édition », 2010.

Héron (André), « Le taylorisme, hier et demain », dans Les Temps Modernes, août-sept. 1975, n°349-350, pp. 220-278.

Gardey (Delphine), La dactylographe et l’expéditionnaire. Histoire des employés de bureau, 1890-1930, Paris, Belin, 2001.

Kafka (Franz), Journal, traduit et présenté par Marthe Robert, Paris, Livre de Poche, 1991.

Kermode (Frank), The Sense of an ending, New York, Oxford University Press, 1966.

Nabokov (Vladimir), Littérature II : Gogol, Tourgueniev, Dostoïevski, Tchekhov, Gorki, Paris, Bouquins, 2010.

Mac Luhan (Marshall), D’œil à oreille (Processus and Media), traduit de l’anglais par Derrick de Kerckhove, Montréal, Ed. Hartubise HMH, 1977.

Musil (Robert), Essais, conférences, critique, aphorismes, réflexions, Paris, Seuil, 1984.

Musil (Robert), Lettres, traduites par Ph. Jacottet, Paris, Seuil, 1987.

Moser (Walter), « Musil et la mort de l’homme libéral » in Robert Musil, actes du colloque de Royaumont, 1985, éd. Jean-Pierre Cometti, Paris, Éditions Royaumont, 1986, p. 172-198.

Piroux (Cyril), « Le rond-de-cuir dans le roman français : figure symbolique de l’écrivain moderne ? » dans Björn-Olav Dozo, Anthony Glinoer et Michel Lacroix (dir.), Imaginaires de la vie littéraire : Fiction, figuration, configuration, Presses Universitaires de Rennes, 2012, « Interférences », pp. 47-61.

Raimond (Marcel), Le Roman depuis la Révolution, Paris, Armand Colin, 1981.

Robert (Marthes), Seul comme Franz Kafka, Paris, Calmann-Levy, 1979.

Roe (David), « Une vocation avortée ? Charles-Louis Philippe, Poète, 1893-6 » in Le Champ littéraire 1860-1900, études offertes à Michael Pakenham, Rodopi, « Literary Criticism », 1996, pp. 229-237.

Stiénon (Valérie), « L’homme de lettres en personnage générique. La ‘‘sociologie-fiction’’ des Physiologies » in Imaginaires de la vie littéraire. Fiction, figuration, configuration, …, pp. 35-46.

Thuillier (Guy) et Tulard (Jean) Histoire de l’administration, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1984.

Thuiller (Guy), Bureaucratie et bureaucrates en France au XIXe siècle, Genève, Droz, 1980.

Tokai (Maiko), « A propos du temps dans Croquignole de Charles Louis Philippe », Études de Langue et Littérature françaises de l'Université de Hiroshima, 2011, n° 30, pp. 87-97.

Vatan (Florence), Robert Musil et la question anthropologique, Paris, PUF, 2000.

Haut de page

Notes

1 Mac Luhan (Marshall), D’œil à oreille (Processus and Media), Montréal, Hartubise HMH, 1977, p. 144.

2 Vian (Boris) « S. E. P. I. etc. » v. 1940 in Cents sonnets, Paris, Le Livre de Poche, 2002, p. 45.

3 L’index thématique  de l’ouvrage de M. Raimond, Le Roman depuis la Révolution  (Armand Colin, 1981) ne mentionne aucun des termes suivants : bureau, bureaucratie, commis, employé, travail. Même constat pour le Dictionnaire des Littératures de langue française XIXe siècle (Albin Michel, 1998) qui cite pourtant toutes sortes de genres littéraires (roman d’éducation, historique, policier, populaire) ou de thèmes sociopolitiques (communisme, capitalisme, utopie) ou des sous-thèmes (compagnonnage, autogestion, etc.) Le terme « travail » est cité en rapport avec les idéologies « fouriériste » et « proudhoniste » (p. 830). Des analyses portant sur des segments isolés (auteurs ou périodes) de l’histoire du genre peuvent être consultées dans les ouvrages de Guy Thuiller par exemple Bureaucratie et bureaucrates en France au XIXe siècle, Genève, Droz, 1980 ; plus récemment, dans l’article de Piroux (Cyril), « Le rond-de-cuir dans le roman français : figure symbolique de l’écrivain moderne ? » in Björn-Olav Dozo, Anthony Glinoer et Michel Lacroix (dir.), Imaginaires de la vie littéraire : Fiction, figuration, configuration, Presses Universitaires de Rennes, 2012, coll. « Interférences », pp. 47-61. On trouvera une bibliographie complémentaire dans les études suivantes : Campaignolle, Hélène, « Un genre ordinaire : écrire sur la bureaucratie de Balzac à Huysmans », in Méthode !, n° 21, « L’art de l’ordinaire », sous la direction de Michel Braud, 2012, p. 34, note 2 et « Un travail sous contrôle : représentations de l’employé de bureau du XIXe au XXe siècle » in Raison publique, n° 15, « Le travail sans fin », p. 101, note 2.

4 Trésor de la langue française informatisée consultable à l’adresse suivante : http://atilf.atilf.fr/.

5 Flaubert (Gustave), « Une leçon d’histoire naturelle. Genre Commis » (1837) in Mémoires d’un fou, Novembre et autres textes de jeunesse, édition critique établie par Yvan Leclerc, Paris, GF Flammarion, 1991.

6 Jacob (Max), Chroniques des temps héroïques (rédigées en 1936), Louis Broder, 1956, p. 13.

7  Cendrars (Blaise), La Fin du monde filmé par l’ange Notre Dame, Paris, Editions de la Sirène, 1919.

8 Kracauer (Siegfried), Les Employés, Aperçus de l’Allemagne nouvelle (1929), tr. Cl. Orsoni, Editions Avinus, 2000, p. 26.

9 Pour l’histoire des employés au tournant du siècle, voir l’ouvrage de Delphine Gardey, La dactylographe et l’expéditionnaire. Histoire des employés de bureau, 1890-1930, Paris, Belin, 2001. Pour l’histoire précise du taylorisme à l’article de fond d’André Héron, « Le taylorisme, hier et demain » in Les Temps modernes, n°349-350, août-septembre 1975, pp. 220-278.

10 Rey (Alain), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 2000.

11 Rey (Alain), op. cit. ; Trésor de la langue française informatisé.

12 Kracauer (Siegfried), op. cit., p. 52.

13 Rey (Alain), op. cit. 

14 Trésor de la langue française informatisé.

15 Musil (Robert), Proses éparses, tr. Ph. Jacottet, Paris, Seuil, « Points », 1989, p. 219-220. L’ébauche d’article « se réfère à un article de la Technische Rundschau du 20.IV.1927 sur le développement du mouvement de normalisation » (nde).

16 Trésor de la langue française informatisé.

17 Ibid., article « standardisation », citation de M. Plessix, R. Tech., juillet 1904, p. 746.

18 Bricard (Georges), L’organisation scientifique du travail, Paris, Armand Colin, 1927, p. 165 sq.

19 Dommergues (Pierre), L’aliénation dans le roman américain contemporain, Paris, 10/18, 1976, p. 42. Pour le détail des étapes de l’implantation du taylorisme, voir Héron (André), « Le taylorisme, hier et demain », in Les Temps Modernes, août-sept. 1975, n° 349-350, pp. 220-278.

20 Kracauer (Siegfried), op. cit., p. 116.

21 ibid., p. 50-54.

22 ibid., p. 29.

23 Bricard (Georges), op. cit., p. 191. Nous soulignons.

24 Maïakovski (Vladimir), La Grande lessive (1929) in Théâtre, traduit du russe par M. Wassiltchikov, Paris, Bernard Grasset, 1989, p. 301.

25 Nietzsche (Friedrich), Le Gai savoir (1882), Livre de Poche, tr. H. Albert revu M. Sautet, 1993, p. 322.

26 Allais (Alphonse), Le Captain Cap (1902), Paris, Félix Juven, p. 10-11.

27 France (Anatole), Monsieur Bergeret à Paris, 1901, Paris, Calmann Levy, p. 45.

28 Thuillier (Guy) et Tulard (Jean), Histoire de l’administration, PUF, collection Que sais-je ?, 1984.

29 Kraus (Karl), Dits et contredits (1909), traduit de l’allemand par Roger Lewinter, Editions Ivrea, 1993, p. 190.

30 Ibid., p. 70.

31 Alain, Propos d’économique (parus de 1921 à 1934), Gallimard, « Les Essais » n°13, 1935, p. 200.

32 Ibid., pp. 48-49.

33 Zweig (Stefan), Lettre à Romain Rolland, fin déc. 1918 [?], in Correspondance, 1897-1919, traduit de l’allemand par Isabelle Kalinowski, Paris, Livre de Poche, « Biblio-roman », 2010, pp. 416-417.

34 Zweig (Stefan), Lettre à Romain Rolland, 20 octobre 1932, in Correspondance, 1932-1942, Edition établie par Knut Beck et Jeffrey B. Berlin, traduite de l’allemand par Laure Bernardi, Grasset, 2005, p. 40.

35 Zweig (Stefan), Lettre à Romain Rolland, 21 nov. 1927, in Correspondance, 1920-1931, traduite de l’allemand par L. Bernardi, biblio-roman, Livre de Poche, 2010, p. 304-5.

36 Musil (Robert), op. cit., p. 219.

37 Kracauer (Siegfried), op. cit.,. p. 29 et p. 50-54.

38 Benjamin (Walter), « Un outsider attire l’attention. Sur « Les Employés » de S. Kracauer » in Les Employés…. 1930, p. 179.

39 Russell (Bertrand), Éloge de l’oisiveté / In praise of idleness (1932), tr. de l’anglais par M. Parmentier, Paris, Allia, 2009, p. 38.

40 Saint Pol Roux, Vitesse (1932), précédée d’Une définition sans fin par G. Macé, Paris Rougerie, 1973, p. 32.

41 En 1909, Hermann Hesse différencie trois catégories d’écrivains : le rentier, l’écrivain indépendant et l’écrivain dépendant. (« De l’écrivain » in Une bibliothèque idéale, Rivages Poches, Petite bibliothèque, tr. Nicolas Waquet, 2012, p. 78).

42 Kafka (Franz), Journal, traduit et présenté par Marthe Robert, Paris, Livre de Poche, 1991, chronologie, pp. 672-673.

43 Alain, « L’administration parasitaire par intérêt » (1911) in Propos sur les pouvoirs, Gallimard, coll. « Folio/essais », 1985, pp. 52-56.

44 Walser (Robert), « De quelques écrivains et d’une femme vertueuse » in La Rose (1925), traduit de l’allemand par Bernard Lortholary, Paris, Gallimard, « L’imaginaire », 1987, p. 97.

45 Voir « Dickens » in Walser (Robert), Petite prose (1917), traduit de l’allemand par Marion Graf, Paris, Editions Zoé, p. 92-97.

46 Kafka (Franz), Journal, 8 octobre 1917, op. cit., p. 503.

47 Nabokov (Vladimir), Littérature II : Gogol, Tourgueniev, Dostoïevski, Tchekhov, Gorki, Paris, Bouquins, 2010.

48 Musil (Robert), Essais, conférences, critique, aphorismes, réflexions, Paris, Seuil, 1984, p. 471.

49 Musil (Robert), Lettre à Max Brod, 28 mars 1920 in Lettres, traduites par Ph. Jacottet, Paris, Seuil, 1987.

50 Zweig (Stefan), Lettre à Felix Langer, le 28 septembre 1926 in Correspondance, 1920-1931, op. cit., p. 246.

51 Voir « Helbling » in Walser (Robert), Petite prose, op.cit. p. 55-60, ou « Eric » in La Rose, op.cit., pp. 66-70.

52 Roe (David), « Une vocation avortée ? Charles-Louis Philippe, Poète, 1893-6 » in Le Champ littéraire 1860-1900, études offertes à Michael Pakenham, Rodopi, « Literary Criticism », 1996, p. 234.

53 Eliot (Thomas Stearns), “The Lovesong of J. Alfred Prufrock” in The Waste Land and Other Poems, Faber and Faber, 1999, pp. 4-7, v. 45-48.

54 Ponge (Francis), « R.C. Seine » (1926/1942) in Le Parti pris des choses, Paris, Gallimard, 1967, p. 67.

55 Selon Marie-Claire Bancquart, après sa période de sympathie anarchiste (1890-1900), France perd « espoir en une amélioration même relative de la société. Il la voit devenir de plus en plus massifiée, invivable ». (« L’anarchisme, élément d’une dialectique de la création chez A. France » in Anarchisme et création littéraire, RHLF, 1999, p. 409.)

56 Robert (Marthes), Seul comme Franz Kafka, Paris, Calmann-Levy, 1979, p. 120 et note 2.

57 Alain, « Comme nous parlions d’anarchistes … », 15 octobre 1907 in Propos sur les pouvoirs, op.cit., p. 178.

58 Zweig (Stefan), Lettre à Félix Salten, 8 février 1925 in Correspondance, 1920-1931, op.cit., p. 199.

59 Philippe (Charles-Louis), Croquignole, Paris, Bibliothèque Charpentier, Fasquelle éditeur, p. 4.

60 Tokai (Maiko), « À propos du temps dans Croquignole de Charles Louis Philippe », Études de Langue et Littérature françaises de l’Université de Hiroshima, n° 30, 2011, p. 95.

61 Vian (Boris), op.cit ., p. 45.

62 Philippe (Charles-Louis), Œuvres complètes, I : biographie [par David Roe], Moulins, Ipomée, 1986, p. 262.

63 Zweig (Stefan), Lettre à Otto Heuschele », 7 mai 1930 in Correspondance, 1920-1931, op.cit., p. 408.

64 A propos de Musil et de la perte de l’élément narratif dans L’homme sans qualités voir Kermode (Frank), « Literary fiction and Reality » in The Sense of an ending, New York, Oxford University Press, 1966, p. 127: « The Man Without Qualities is multidimensional, fragmentary, without the possibility of a narrative end ».

65 Stiénon (Valérie) « L’homme de lettres en personnage générique. La ‘‘sociologie-fiction’’ des Physiologies » in Imaginaires de la vie littéraire. Fiction, figuration, configuration, Presses universitaires de Rennes Interférences, 2012, pp. 35-46.

66 Voir Balzac, Physiologie de l’Employé, 1841 ; coll. Français peints par eux-mêmes, 1841 ; Flaubert, « Physiologie naturelle : genre commis », 1837.

67 Balzac (Honoré de), Physiologie de l’employé (1841), préface Anne-Marie Baron, Paris, Le Castor Astral, 1994, p. 18.

68 Stearns (Thomas Stearns), The Waste Land, op.cit., p. 25.

69 Tzara (Tristan), L’homme approximatif, 1931, Paris, NRF, Poésie/ Gallimard, p. 28-31.

70 Satie (Erik), Sonatine bureaucratique, 1917, pour piano solo, Eroïca Musica Publications.

71 Ponge (Francis), « Monologue de l’employé » in Douze petits écrits, Paris, Editions de la Nouvelle Revue Française, « Une œuvre, un portrait », 1926.

72 Vian (Boris), op.cit., p. 33.

73 Moser (Walter), « Musil et la mort de l’homme libéral » in Robert Musil, actes du colloque de Royaumont, 1985, éd. Jean-Pierre Cometti, Paris, éditions Royaumont, 1986, p. 175.

74 Freud (Sigmund), Le Malaise dans la culture (1929), traduit par P. Cotet, R. Lainé, J. Stute-Cadiot, Paris, PUF, 1995, p. 58.

75 Zweig (Stefan), Lettre à Felix Salten, 8 février 1925, in Correspondance, 1920-1931, op.cit., p. 199.

76 Musil (Robert), Journaux, I, 440, cité in Moser (Walter), op.cit., p. 193.

77 Musil (Robert), Essais, p. 140, cité in Moser (Walter), ibid., p. 179.

78 Musil (Robert), Journaux, I, p. 507, cité in Moser (Walter), ibid., p. 192.

79 Ibid., p. 449 cité in Moser (Walter), ibid., p. 193.

80 Musil (Robert), « Un homme sans caractère » in Œuvres pré-posthumes, traduit de l’allemand par Ph. Jacottet, Paris, Editions du Seuil, p. 134.

81 Walser (Robert), Le commis, 1908, traduit de l’allemand par Bernard Lortholary, Paris, NRF-Gallimard, 1985 p. 124.

82 Hausmann (Raoul), Limoges, le 14 septembre 1967, in « L'esprit de notre temps 1919 », in Courrier Dada, Le Terrain Vague, Paris. 1958, pp. 38-41.

83 Moser (Walter), op.cit., p. 194.

84 Zweig (Stefan), « La contrainte » (parue en 1920 chez Insel) in Un mariage à Lyon, Nouvelles traduites de l’allemand par Hélène Denis, Paris, Livre de Poche, 1992, p. 135.

85 Alain, op.cit., 5 août 1922, pp. 119-121.

86 Voir par exemple les nouvelles « Devant la loi » ou « Josephine la chanteresse » in Kafka (Franz), La colonie pénitentiaire, traduits de l’allemand par Catherine Billmann et Jacques Celard, Paris, Babel, 1998.

87 Maïakovski (Vladimir), op.cit., p. 320.

88 Bakhtine (Mikhaïl), « L’auteur et le héros » (v. 1920/1923) in Esthétique de la création verbale, tr. A. Aucouturier, Paris, Gallimard, 1984, p. 189.

Haut de page

Figure 1 : Hausmann, L’ esprit de notre temps, 1919.
URL http://contextes.revues.org/docannexe/image/5636/img-1.jpg
image/jpeg, 48k
Figure 2 : A. Thomas, dir. Bureau international du travail
URL http://contextes.revues.org/docannexe/image/5636/img-2.jpg
image/jpeg, 40k
fig. 3: Forain, L’Administration, 1893.
URL http://contextes.revues.org/docannexe/image/5636/img-3.jpg
image/jpeg, 172k
Figure 4: Francis Ponge, bureau Hachette, 1933-1936.
URL http://contextes.revues.org/docannexe/image/5636/img-4.jpg
image/jpeg, 148k
Figure 5 : Walser, Au bureau, 1909.
URL http://contextes.revues.org/docannexe/image/5636/img-5.jpg
image/jpeg, 112k
Figure 6 : 1840-1841, Les Français peints par eux-mêmes
URL http://contextes.revues.org/docannexe/image/5636/img-6.jpg
image/jpeg, 64k
Figure 7 : 1893, Grossmith, The Story Of A Nobody
URL http://contextes.revues.org/docannexe/image/5636/img-7.jpg
image/jpeg, 64k
Figure 8 : Portrait d’un homme à son bureau [photographie de presse], Agence Meurisse, 1935-1936, Gallica.
URL http://contextes.revues.org/docannexe/image/5636/img-8.jpg
image/jpeg, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Campaignolle, « Histoire de personne(s) », COnTEXTES [En ligne], Varia, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://contextes.revues.org/5636

Haut de page

Auteur

Hélène Campaignolle

(CNRS – Université Sorbonne Nouvelle)

Haut de page