Navigation – Plan du site

Compte rendu de Mangeon (Anthony) (dir.), Postures postcoloniales. Domaines africains et antillais

Paris, Karthala, « Lettres du Sud », 2012.
Abdoulaye Imorou

Texte intégral

  • 1 Il en est d’ailleurs de même des paysages culturel et politique comme cela apparaît, du reste, dans (...)
  • 2 Mangeon (Anthony), « Introduction », dans Postures postcoloniales, op. cit., p. 7.

1Postures postcoloniales se situe au-delà des polémiques qui, en France, opposent depuis quelques années tenants et contempteurs du postcolonialisme. Pour Anthony Mangeon, il s’agit dorénavant de prendre acte du fait que ce courant a bel et bien fini par s’imposer dans le paysage académique français1. En conséquence, il convient d’en mesurer les forces et les faiblesses « à partir d’un certain nombre de paradoxes2 ». Pour ce faire, l’ouvrage se focalise sur le cas des auteurs africains et antillais et mobilise la notion de posture telle que développée par Jérôme Meizoz :

  • 3 Meizoz (Jérôme), « “Postures” d’auteur et poétique (Ajar, Rousseau, Céline, Houellebecq) », Vox poe (...)

Mais qu’entend-on ici par « posture » ? Elle constitue selon Alain Viala — qui reformule une notion utilisée au passage par Bourdieu (1992) — une manière singulière d’occuper une « position » objective dans un champ, balisée quant à elle par des variables sociologiques (Viala & Molinié 1993 : 216). Une façon personnelle d’investir ou d’habiter un rôle voire un statut : un auteur rejoue ou renégocie sa « position » dans le champ littéraire par divers modes de présentation de soi ou « posture3 ».

  • 4 Saint-Amand (Denis) et Vrydaghs (David), art. cit.
  • 5 Sur la notion d’ethos : Amossy (Ruth) (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de l’ (...)
  • 6 Cette notion que l’on trouve également chez Dominique Maingueneau est développée par Jean-Marc Mour (...)

2Ces façons d’occuper une position comportent « deux dimensions inséparables : la première est rhétorique (ou textuelle), la seconde est actionnelle (ou contextuelle)4 ». Les contributions de ce volume s’intéressent surtout à la dimension rhétorique qui elle-même comporte au moins deux versants dont rendent compte les notions d’ethos discursif et de scénographie. L’ethos discursif renvoie aux éléments du discours à travers lesquels l’auteur projette une certaine image de lui5. La scénographie fait référence à l’ensemble des signes à travers lesquels une œuvre s’émancipe du contexte d’énonciation dans lequel elle prend place pour s’en assigner un autre6.

3La notion de posture permet, de ce fait, de mieux saisir la manière dont les auteurs, en travaillant sur leur image et en redéfinissant le contexte d’énonciation, mettent en scène leurs positions au point de vue du capital symbolique accumulé et de leur notoriété mais également de leur vision du monde. À cet égard, si le volume montre que nombre d’auteurs postcoloniaux défendent l’idée d’un monde postracial, il se demande également si ce geste n’est pas essentiellement motivé par la volonté d’occuper des positions de prestige dans le champ littéraire. Cette situation n’est pas sans donner lieu à un certain nombre de paradoxes.

Une écriture subversive pour un monde postracial

  • 7 Bessière (Jean), Qu’est-il arrivé aux écrivains français ? De Robbe-Grillet à Jonathan Littell, Lov (...)
  • 8 Renombo (Steve), « Portrait de l’écrivain postcolonial en cartographe : poétique et politique du li (...)
  • 9 Ndong Ndong (Yannick-Martial), « Les écritures africaines de soi : à propos de Valentin-Yves Mudimb (...)

4La manière dont le texte postcolonial est loué par une partie des contributions pour ses vertus subversives s’inscrit dans une tendance qui consiste à valoriser les auteurs dits francophones face aux auteurs français qui n’auraient plus le « souci du monde »7. Les premiers auraient d’autant plus de mérite qu’alors qu’ils pourraient se complaire dans une posture victimaire, ils se saisissent résolument du monde, « rendent le deuil éclatant, le silence tonitruant, et l’espace de ce présent polémique, drôlement carnavalesque8 ». Autre fait remarquable, cette saisie du monde se caractérise par un refus de l’enfermement identitaire comme en attestent les postures d’Achille Mbembe, de Valentin-Yves Mudimbe et de Célestin Monga9. Ces auteurs mettent en scène, selon Yannick-Martial Ndong Ndong, leur condamnation du repli identitaire grâce à une écriture qui emprunte à la fois à l’essai et à l’autobiographie et autorise, de ce fait, la narration de leurs propres expériences et l’exposition de leur vision de l’Afrique contemporaine ; vision que le concept d’afropolitanisme résume parfaitement :

  • 10 Ibid., p. 74.

l’afropolitanisme ne vise pas à oublier les faits historiques, mais il propose une autre manière d’être qui ne soit pas prisonnière du passé. Il s’agit d’une revendication, par le sujet afropolitain, d’une citoyenneté créole et métisse, laquelle érige le passé non en monument victimaire, mais en code moral au bénéfice de l’humanité10.

  • 11 Ibid., p. 76.
  • 12 Ibid., p. 78.

5Les trois auteurs apparaissent à travers leurs textes dans la position de celui qui dénonce l’essentialisme, la logique victimaire et le nihilisme compris comme enfermement dans l’idée d’une tradition immuable et incapacité à renouveler les valeurs de la société11 ; dans une figure qui met en avant son individualité12.

  • 13 Parisot (Yolaine), « Scénographies postcoloniales d’auteurs : Percival Everett, Erasure, 2001 et Ga (...)
  • 14 Ibid., p. 289.
  • 15 Ibid., p. 303.

6C’est également leur individualité que revendiquent Percival Everett et Gary Victor. Yolaine Parisot le démontre en mobilisant la notion de scénographie13. Elle rappelle que la manière dont ces auteurs mettent en scène des personnages d’écrivains, respectivement, dans Erasure et Banal oubli, vise à dénoncer les modalités de l’horizon d’attente du lectorat. Percival Everett parodie la manière dont la critique attend de l’écrivain noir-américain qu’il adopte des thématiques et un langage supposés propres au ghetto. Gary Victor refuse de se plier à la « quête d’exotisme de la part du lectorat exogène [et au] diktat de l’authenticité de la part du lectorat endogène14 ». Ce faisant, ils affirment leur cosmopolitisme15.

7Recourant lui aussi à la notion de scénographie, Steve Renombo démontre que cette ouverture identitaire est tout autant à l’œuvre dans Place des fêtes. Sous la plume de Sami Tchak, la place parisienne prend les allures d’un tiers-espace, c’est-à-dire un espace ambivalent, mélange aléatoire d’identités et de savoirs :

  • 16 Bhabha (Homi K.), Les Lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007, p. 81 ; c (...)

L’intervention du tiers-espace d’énonciation, qui fait de la structure de la signification et de référence un processus ambivalent, détruit ce miroir de représentation dans lequel la connaissance culturelle est classiquement révélée comme un code intégré, ouvert et en expansion ; une telle intervention défie notre sens de l’identité historique de la culture en tant que force homogénéisante, unifiante, authentifiée par le passé originaire, gardée vivante dans la narration nationale du peuple16.

  • 17 Renombo (Steve), art. cit., p. 154.
  • 18 Mbondobari (Sylvère), « Discours, mythes, et mémoire coloniale dans 53 cm et Petroleum de Sandrine (...)

8En donnant de la sorte à voir l’espace fictionnel comme un tiers-espace, Sami Tchak redéfinit le contexte d’énonciation qui devient alors propice à ce que Steve Renombo appelle une pensée des lisières, c'est-à-dire une pensée ouverte à « des imaginaires alternatifs » et à « l’utopie d’une autre habitation du monde17 » ; bref une pensée à même de subvertir les « déterminismes raciaux et sexuels, [la] linéarité et [la] parole institutionnalisée18 ».

  • 19 Glissant (Édouard), Sartorius, Paris, Gallimard, 1999, p. 15 ; cité par Rochmann (Marie-Christine), (...)

9De ce qui précède, il ressort donc que les postures postcoloniales se caractérisent en ce qu’elles subvertissent les récits essentialisants. Elles sont autant d’apologies du cosmopolitisme et de rêves d’une société postraciale. En ce sens, il est permis d’avancer qu’elles préfigurent Eléné, « le lieu du Temps où les humanités se rencontreront enfin19 ». Or, un certain nombre de contributions émettent des réserves quant au potentiel subversif de ces postures.

Une subversion de surface

  • 20 Cette critique se rapproche, toute proportion gardée, de celle de Jean-François Bayart lorsqu’il dé (...)

10Certaines contributions reprochent aux postures postcoloniales de n’être justement que des postures, autrement dit des discours non suivis d’actes. De ce point de vue, l’ethos sert essentiellement à la mise en scène d’une image susceptible d’assurer des positions de prestige dans le champ littéraire20.

  • 21 Ndong Ndong (Yannick-Martial), « Les écritures africaines de soi : à propos de Valentin-Yves Mudimb (...)
  • 22 Yannick-Martial Ndong Ndong cite ici respectivement Kwame Anthony Appiah et Jean-Godefroy Bidima.

11Ainsi, après avoir insisté sur les mérites de l’afropolitanisme cher à Mbembe, Mudimbe et Monga, Yannick-Martial Ndong Ndong se demande si ces auteurs ne se complaisent pas dans le simple registre de la posture21. En cause, leur incapacité à questionner la pertinence du lieu à partir duquel ils écrivent (universités et institutions occidentales) et qui les situe dans les figures de l’intellectuel compradore et du philosophe-salarié22. Se pose donc, à ce niveau, la question de leur légitimité à dire l’Afrique, voire de leur collaboration à la domination que l’Occident exerce sur ce continent.

  • 23 Garcia Lopez (Mar), « Postures (post) exotiques : “Réveiller les vieux démons de l’exotisme” », dan (...)
  • 24 Said (Edward W.), Orientalism, New York, Vintage Books, 1978.
  • 25 Garcia Lopez (Mar), art. cit., p. 261.
  • 26 Gyssels (Kathleen), « Criticité : Édouard Glissant au mitan du système littéraire et critique antil (...)
  • 27 Ibid., p. 233.

12Cette question des intentions véritables des auteurs est reposée par Mar Garcia Lopez lorsqu’elle attire l’attention sur la prégnance de l’exotisme dans le texte postcolonial23. De son point de vue, la posture anti-exotique dont se réclame le postcolonialisme depuis Orientalism24, ne doit pas tromper. Les auteurs et les critiques s’adonnent, en réalité, à des mises en scène exotisantes de plus en plus sophistiquées25 en vue de se démarquer et de se positionner dans un monde littéraire plus concurrentiel et globalisé. De fait, la posture anti-exotique n’a de réalité que formelle. Dans le même ordre d’idées, Kathleen Gyssels appelle, à travers le cas d’Édouard Glissant, à rester lucide face aux postures d’auteurs26. Elle dénonce une sorte de connivence entre l’auteur et ses critiques qui manquent ainsi de voir que derrière la rhétorique de la Relation, la posture de chantre de la tolérance et du multiculturalisme27, se cachent une recherche avide de notoriété et une pensée qui ne supporte pas la contradiction :

  • 28 Ibid., p. 237.

La posture l’emporte sur la nature des écrits et leur caractère artistique et esthétique, la rhétorique épidictique censure tout désaccord sincère et bien fondé. Il n’y a pas de place aux côtés du « Maître » (ce qu’indirectement Glissant a affirmé lui-même) : la nécessité de « tuer les pères », la difficulté d’être originaire de la Martinique, île de Fanon et de Césaire. Il n’a pas fini de négocier et de renégocier une place qu’il voulait centrale au point d’ombrager les autres28.

13Lire les auteurs postcoloniaux suppose donc de regarder au-delà des postures et de prendre la pleine mesure des textes.

  • 29 Aggarwal (Kusum) & Azarian (Viviane), « La théorie postcoloniale à l’épreuve de la littérature afri (...)
  • 30 Ibid., p. 43.
  • 31 Bâ (Amadou Hampâté), L’Étrange destin de Wangrin, Paris, UGE, 10/18, 1973.
  • 32 Aggarwal (Kusum) & Azarian (Viviane), art. cit., p. 56.

14Cependant, si Kathleen Gyssels et Marc Garcia Lopez laissent ainsi entendre que les critiques se laissent mystifier par les postures postcoloniales au point de ne pas percevoir les ambivalences du texte, Kusum Aggarwal et Viviane Azarian soutiennent quant à elles que c’est la critique postcoloniale qui ne tient pas suffisamment compte des postures telles qu’elles se présentent dans les textes littéraires29. Elles expliquent que les lectures postcoloniales du texte africain sont biaisées par un certain nombre de croyances. C’est ainsi que le préjugé qui consiste à voir dans le colonisé un éternel dominé empêche de percevoir les stratégies à travers lesquelles les personnages s’assurent une certaine marge de manœuvre en adoptant une « pragmatique de l’indocilité30 ». À titre d’exemple, la manière dont Hampâté Bâ joue, dans L’Étrange destin de Wangrin31, de la confusion entre fiction et autobiographie pour montrer combien le colonisé a su user du système colonial à son avantage n’est pas toujours comprise32. L’article rappelle, à cette occasion, que la critique postcoloniale, loin de toujours rejeter la logique victimaire, se laisse souvent aveugler par le poids d’un passé difficile à assumer.

15On le constate, la notion de posture aide à mieux saisir les subtilités de l'approche postcoloniale. Les postures d’auteurs se présentent comme autant de preuves tangibles de la dimension subversive de l’écriture postcoloniale et de son engagement pour une société postraciale. Dans ces conditions, les discours portant sur le caractère hybride ou encore cosmopolite du monde prennent de l’épaisseur et cessent de passer pour simple rhétorique. Cependant et de manière paradoxale, ce sont ces mêmes postures qui donnent du grain à moudre à ceux qui doutent du potentiel subversif des auteurs postcoloniaux et de leurs engagements contre les replis identitaires. Le paradoxe est d’autant plus grand qu’il apparaît qu’un même auteur, une même pratique, un même élément sont l’objet d’interprétations contradictoires.

Paradoxes

16La manière dont Yannick-Martial Ndong Ndong voit matière, dans les postures privilégiées par Valentin-Yves Mudimbe, Achille Mbembe et Célestin Monga, à la fois, à dépasser les essentialismes et à questionner la légitimité du lieu d’écriture, de même que le fait que les postures sont tantôt dénoncées pour leur propension à voiler les ambivalences du texte, tantôt louées pour les points de vue nuancés qu’elles autorisent, offrent déjà un aperçu de ces contradictions. Cependant, celles-ci apparaissent de manière particulièrement frappante dans les contributions qui portent sur Édouard Glissant.

  • 33 Rochmann (Marie-Christine), « Situation d’Édouard Glissant dans le champ des études postcoloniales  (...)
  • 34 Gyssels (Kathleen), « Criticité : Édouard Glissant au mitan du système littéraire et critique antil (...)

17Marie-Christine Rochmann loue le sens du dialogue de l’auteur et en veut pour preuve les intertextes qui le relient, entre autres, à Paul Gilroy et à l’afrocentrisme33, là où Kathleen Gyssels dénonce une parole péremptoire. De même, cette dernière interprète les références de l’auteur à la Martinique comme une forme de repli sur soi, une sorte de retour autarcique à la nation34, alors que Florian Alix voit dans ce retour au local une volonté de mieux s’ouvrir au monde :

  • 35 Alix (Florian), « L’essai postcolonial martiniquais : positionnements et évolutions », dans Posture (...)

Les essayistes anticoloniaux partaient de situations extérieures pour comprendre la Martinique, les essayistes postcoloniaux partent de la situation martiniquaise pour comprendre le monde. Ils dessinent ainsi un « cosmopolitisme dont les racines sont locales et qui revendique son affiliation aux autres lieux et mondes »35.

  • 36 Ibid., p. 192.

18Par ailleurs, Florian Alix avance que les auteurs qui se réclament des postcolonial et des subaltern studies reprochent à leurs aînés de n’avoir pas vu la diversité du peuple ni enregistré leurs actes de résistance36. Cet argument tranche, bien entendu, avec celui de Kusum Aggarwal et Viviane Azarian selon lequel ce sont les lectures postcoloniales qui manquent de percevoir la pragmatique de l’indocilité telle que mise en scène par ces mêmes aînés.

19Cependant, il importe moins d’établir un relevé exhaustif de la manière dont les contributions semblent se contredire les unes les autres que de chercher à en saisir le sens.

  • 37 Gyssels (Kathleen), art. cit., p. 241. Romuald Fonkoua a bien documenté, dans Essai sur une mesure (...)

20Il est, bien entendu, possible de voir là une illustration des limites de la notion de posture. En effet, on peut se demander s’il est possible de déterminer, de manière objective, dans quelle mesure tel ou tel élément du texte relève bien de stratégies en vue d’occuper une position. Dès lors, la critique ne prend-elle pas le risque de prêter aux auteurs des intentions qui ne sont pas les leurs ? Kathleen Gyssels, par exemple, ne va-t-elle pas trop loin lorsque, dans sa volonté de démontrer que la rhétorique glissantienne de la tolérance ressortit à une recherche de notoriété, elle va jusqu’à affirmer que l’auteur n’invente rien et ne fait qu’imiter ses pères37 ?

  • 38 Mangeon (Anthony), art. cit., p. 13.
  • 39 Ibid., p. 7.

21L’introduction du volume suggère, toutefois, une autre explication. Selon Anthony Mangeon, les options esthétiques des auteurs ne sont pas toujours fonction, comme tend à le penser la sociologie de la littérature, de leurs positions sociales. Elles sont, davantage, liées à celles qu’ils occupent dans le champ littéraire. La notion de posture, poursuit-il, « permet très précisément de repenser leur articulation de façon dynamique, en tenant compte de leurs possibles variations et fluctuations38 ». De plus, il convient de ne pas perdre de vue le fait que la situation des auteurs africains et antillais est assez particulière. En effet, note Anthony Mangeon, ces auteurs entendent, à travers la rhétorique de l’hybridité, valoriser des expressions et des pratiques du Sud. Cependant, ils s’appuient pour ce faire sur des théories empruntées au Nord, comme c’est le cas de la French Theory, et dépendent des instances de consécration occidentales39.

22Ces phénomènes ne sont, sûrement, pas étrangers au caractère paradoxal des postures que ces auteurs adoptent. Celles-ci sont amenées, d’une part, à s’adapter aux évolutions des positions dans le champ littéraire et, d’autre part, à jouer le jeu d’un champ littéraire que les auteurs entendent reconfigurer. Dans ces conditions, les postures postcoloniales ne peuvent qu’aboutir à un certain nombre de paradoxes dont ce volume rend compte. La complexité de ces positions est, à son tour, susceptible de donner lieu à des interprétations contradictoires comme cela apparaît également dans le volume.

23Néanmoins ces interprétations présentent l’avantage d’inviter à des lectures moins lisses, naïves et passionnelles ; des lectures qui tiennent compte du fait que les auteurs, qui sont également des acteurs du champ littéraire, sont habiles à se mettre en scène. De ce point de vue, pour ne prendre qu’un exemple, les contributions de Marie-Christine Rochmann et de Kathleen Gyssels se complètent autant qu’elles se contredisent. Prises ensemble, elles rappellent les apports de la poétique de la Relation tout en invitant à aborder Édouard Glissant avec un esprit un peu plus critique. Elles attirent l’attention sur le fait qu’une rhétorique de la tolérance, quand bien même elle est sincère et performative, peut très bien s’accompagner d’un ton péremptoire.

  • 40 Mangeon (Anthony), art. cit., p. 8. L’auteur cite les exemples de Penser le postcolonial. Une intro (...)

24Jérôme Meizoz, lorsqu’il théorise la notion de posture, le fait, surtout, à partir de la littérature française. Depuis, comme le note Anthony Mangeon, la question des postures « s’inscrit en filigrane de nombreuses publications récemment consacrées aux théories ou aux littératures postcoloniales40 ». Le mérite de ce volume est de proposer, dans l’espace francophone, une théorie plus systématique de la notion de posture appliquée aux études postcoloniales. Ce faisant, le volume prévient contre deux écueils. Le premier consiste en une vision idéalisée des auteurs qui oublie que ces derniers sont habiles à se mettre en scène. Le second revient à prendre prétexte de cette mise en scène pour disqualifier l’ensemble de leur propos.

Haut de page

Notes

1 Il en est d’ailleurs de même des paysages culturel et politique comme cela apparaît, du reste, dans l’article de Corinne François-Denève (« Le devoir de mémoire tiraillé(e) : Les Coloniaux d’Aziz Chouaki », dans Mangeon (Anthony) (dir.), Postures postcoloniales. Domaines africains et antillais, Paris, Karthala, « Lettres du Sud », 2012, pp. 129-147). Celle-ci rappelle que Les Coloniaux, pièce d’Aziz Chouaki, est une commande du Conseil général de la Meuse, commande demandant de « mettre l’accent sur la participation des troupes coloniales ». Le fait que le Conseil général s’intéresse de la sorte aux troupes coloniales dont le rôle est habituellement passé sous silence témoigne de l’inscription du postcolonial dans le politique et le culturel.

2 Mangeon (Anthony), « Introduction », dans Postures postcoloniales, op. cit., p. 7.

3 Meizoz (Jérôme), « “Postures” d’auteur et poétique (Ajar, Rousseau, Céline, Houellebecq) », Vox poetica, consulté le 19 mars 2013, url : http://www.vox-poetica.org/t/articles/meizoz.html. Jérôme Meizoz cite Molinié (Georges) & Viala (Alain), Approches de la réception. Sémiostylistique et sociopoétique de Le Clézio, Paris, PUF, « Perspectives littéraires », 1993. Pour une présentation synthétique de la notion de posture, on peut également se reporter à : Saint-Amand (Denis) & Vrydaghs (David), « Retours sur la posture », COnTEXTES, n°8, 2011, mis en ligne le 17 janvier 2011, consulté le 19 mars 2013, url : http://contextes.revues.org/4712.

4 Saint-Amand (Denis) et Vrydaghs (David), art. cit.

5 Sur la notion d’ethos : Amossy (Ruth) (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1999 ; Maingueneau (Dominique), Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004 et Baumelin (James S.), Ethos. New Essays in rhetorical and critical theory, Southern Methodist University Press, 1994.

6 Cette notion que l’on trouve également chez Dominique Maingueneau est développée par Jean-Marc Moura dans Littératures francophones et théorie postcoloniale (Paris, PUF, « Écritures francophones », 1999, p. 109).

7 Bessière (Jean), Qu’est-il arrivé aux écrivains français ? De Robbe-Grillet à Jonathan Littell, Loverval, Éditions Labor, 2006 ; Todorov (Tzvetan), La Littérature en péril, Paris, Flammarion, 2007 ; Le Bris (Michel) & Rouaud (Jean) (dir.), Pour une littérature-monde, Paris, Gallimard, 2007.

8 Renombo (Steve), « Portrait de l’écrivain postcolonial en cartographe : poétique et politique du lieu dans Place des fêtes de Sami Tchak », dans Postures postcoloniales, op. cit., p. 153.

9 Ndong Ndong (Yannick-Martial), « Les écritures africaines de soi : à propos de Valentin-Yves Mudimbe, Achille Mbembe et Célestin Monga », dans Postures postcoloniales, op. cit., pp. 65-93.

10 Ibid., p. 74.

11 Ibid., p. 76.

12 Ibid., p. 78.

13 Parisot (Yolaine), « Scénographies postcoloniales d’auteurs : Percival Everett, Erasure, 2001 et Gary Victor, Banal oubli, 2008 », dans Postures postcoloniales, op. cit., p. 285-309.

14 Ibid., p. 289.

15 Ibid., p. 303.

16 Bhabha (Homi K.), Les Lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007, p. 81 ; cité par Renombo (Steve), art. cit., p. 175.

17 Renombo (Steve), art. cit., p. 154.

18 Mbondobari (Sylvère), « Discours, mythes, et mémoire coloniale dans 53 cm et Petroleum de Sandrine Bessora », dans Postures postcoloniales, op. cit., p. 123.

19 Glissant (Édouard), Sartorius, Paris, Gallimard, 1999, p. 15 ; cité par Rochmann (Marie-Christine), « Situation d’Édouard Glissant dans le champ des études postcoloniales », dans Postures postcoloniales, op. cit., p. 220.

20 Cette critique se rapproche, toute proportion gardée, de celle de Jean-François Bayart lorsqu’il dénonce « une stratégie de niche de la part de chercheurs en quête d’une part du marché académique ». Bayart (Jean-François), Les Études postcoloniales, un carnaval académique, Paris, Karthala, 2010, p. 37 ; cité par Mangeon (Anthony), « Introduction », dans Postures postcoloniales, op. cit., p. 9.

21 Ndong Ndong (Yannick-Martial), « Les écritures africaines de soi : à propos de Valentin-Yves Mudimbe, Achille Mbembe et Célestin Monga », art. cit., p. 87.

22 Yannick-Martial Ndong Ndong cite ici respectivement Kwame Anthony Appiah et Jean-Godefroy Bidima.

23 Garcia Lopez (Mar), « Postures (post) exotiques : “Réveiller les vieux démons de l’exotisme” », dans Postures Postcoloniales, op. cit., pp. 259-284.

24 Said (Edward W.), Orientalism, New York, Vintage Books, 1978.

25 Garcia Lopez (Mar), art. cit., p. 261.

26 Gyssels (Kathleen), « Criticité : Édouard Glissant au mitan du système littéraire et critique antillais », dans Postures Postcoloniales, op. cit., pp. 231-258.

27 Ibid., p. 233.

28 Ibid., p. 237.

29 Aggarwal (Kusum) & Azarian (Viviane), « La théorie postcoloniale à l’épreuve de la littérature africaine francophone : Réflexions générales et lecture de l’œuvre auto-bio-graphique d’Amadou Hampâté Bâ », dans Postures postcoloniales, op. cit., p. 31-64.

30 Ibid., p. 43.

31 Bâ (Amadou Hampâté), L’Étrange destin de Wangrin, Paris, UGE, 10/18, 1973.

32 Aggarwal (Kusum) & Azarian (Viviane), art. cit., p. 56.

33 Rochmann (Marie-Christine), « Situation d’Édouard Glissant dans le champ des études postcoloniales », art. cit., p. 223. Concernant l’afrocentrisme, il convient de noter que la contribution précise qu’Édouard Glissant prend soin d’en rejeter la dimension essentialisante.

34 Gyssels (Kathleen), « Criticité : Édouard Glissant au mitan du système littéraire et critique antillais », art. cit., p. 249.

35 Alix (Florian), « L’essai postcolonial martiniquais : positionnements et évolutions », dans Postures postcoloniales, op. cit., p. 201. Florian Alix cite Menon (Dilip M.), « Un cosmopolitisme local », in Casanova (Pascale) (dir.), Des littératures combatives, Paris, Raisons d’agir, 2011, p. 124.

36 Ibid., p. 192.

37 Gyssels (Kathleen), art. cit., p. 241. Romuald Fonkoua a bien documenté, dans Essai sur une mesure du monde au XXe siècle. Édouard Glissant (Paris, Champion, 2002), la manière dont Édouard Glissant emprunte un certain nombre de concepts et de notions mais se les réapproprie et les resémantise.

38 Mangeon (Anthony), art. cit., p. 13.

39 Ibid., p. 7.

40 Mangeon (Anthony), art. cit., p. 8. L’auteur cite les exemples de Penser le postcolonial. Une introduction critique (Paris, Amsterdam, 2006) et des Études postcoloniales. Un carnaval académique (Paris, Karthala, 2010) dans lesquels, respectivement, Neil Lazarus parle de la « posture rhétorico-politique » des postcolonial studies et Jean-François Bayart de la « posture de dénonciation » privilégiée en France par les auteurs postcoloniaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdoulaye Imorou, « Compte rendu de Mangeon (Anthony) (dir.), Postures postcoloniales. Domaines africains et antillais », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 04 juillet 2013, consulté le 30 juin 2016. URL : http://contextes.revues.org/5651

Haut de page

Auteur

Abdoulaye Imorou

University of KwaZulu-Natal (Afrique du Sud)

Articles du même auteur

Haut de page