Navigation – Plan du site

Compte rendu de Stiénon (Valérie), La Littérature des Physiologies. Sociopoétique d’un genre panoramique (1830-1845)

Paris, Classiques Garnier, « Études romantiques et dix-neuviémistes », 2012, 354 p.
Amélie Chabrier

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans le cadre des récentes études littéraires qui par le biais d’approches décloisonnées décomplexées ? permettent de découvrir ou redécouvrir certains corpus mal connus ou jugés jusque-là illégitimes. Ainsi, renvoyant aux rares travaux antérieurs consacrés aux physiologies, Valérie Stiénon se distingue d’emblée en choisissant d’appréhender cette production culturelle « du point de vue du médium » (p. 12), insistant sur sa triple appartenance, littéraire, journalistique et scientifique. L’explication du titre, « physiologie », nous semble emblématique de sa démarche, proposant un faisceau d’interprétations allant du traité scientifique à la stratégie éditoriale en passant par « l’annonce d’une méthode, d’un procédé d’écriture » (p. 15). La présentation très claire des différents axes du plan confirme un juste équilibre entre étude socio-historique, histoire littéraire et poétique.

2Au cours du XIXe siècle, la physiologie se constitue peu à peu en discipline scientifique autonome, s’appuyant sur l’histoire naturelle et l’hygiénisme, même si dans les années 1840 elle peut être confondue avec la phrénologie ou la physiognomonie. Dans le champ littéraire, certains grands noms (Diderot, Sainte-Beuve, Zola) s’emparent du terme dans sa dimension médicale, tandis que d’autres (Balzac, Stendhal, Flaubert) en font une « retraduction littéraire » qui mène au développement d’un nouveau petit genre. Mais c’est la presse, en particulier satirique (La Caricature, Le Charivari) qui développe largement la mode des physiologies, accompagnées de gravures (Gavarni, Daumier) dès les années 30, avant que ce matériel ne soit récupéré pour être publié en volumes et se constitue en série (Aubert, 1838). La « poétique scientifique » résulte alors d’un décalage parodique à l’égard de la discipline de Magendie car, sauf exception, l’énonciation ludique et subversive ne cherche pas la vulgarisation. Le succès entraîne, à la fin de cette décennie, une professionnalisation de l’écriture, auparavant diversifiée malgré l’apparente uniformisation apportée par le genre éditorial.

3Après cette mise en contexte efficace permettant de justifier l’empan chronologique spécifique dans lequel s’ancre cet ouvrage, l’auteure revient sur l’héritage conceptuel lié à cet objet : Walter Benjamin le premier, en le mettant au cœur du dispositif panoramique, et plus tard l’histoire culturelle, lui ont associé l’image d’un divertissement léger et facile, genre petit-bourgeois offrant une vision pittoresque et rassurante de la société contemporaine, essentiellement liée à Paris. Cependant, Valérie Stiénon invite à ne pas minimiser la réelle ambition scientifique du dispositif d’étude sociale mis en place dans certaines physiologies, ni leur portée critique et contestataire vis-à-vis du régime en place. Quant à leur place dans le champ littéraire, les nombreux métadiscours des physiologistes les désignent non pas comme paralittéraires ou populaires, mais comme une « littérature interstitielle » (p. 82), intégrant les critères axiologiques des élites tout en utilisant les réseaux de production de la littérature industrielle. En tant qu’indicateurs (en étant marginales, elles désignent la norme) et régulateurs (elles sont un creuset de formes susceptibles de renouveler les normes esthétiques) des processus de légitimation propres au champ littéraire des années 1840, les physiologies ont donc une place à trouver dans l’histoire littéraire.

4Le chapitre « médiatisations » se présente ensuite comme une enquête passionnante sur les lieux et les acteurs qui configurent ce genre protéiforme. On y découvre l’importance des « passages » parisiens, lieux stratégiques pour le commerce de ces petits livres, qui favorisent également le dialogue avec d’autres genres littéraires alors à la mode comme le vaudeville ou la chanson. Ancrées dans cette socio-culture, les physiologies se caractérisent aussi par une auctorialité partagée : le rôle de l’éditeur, qui commande un sujet et impose un formatage, est rehaussé dans cette entreprise, de même que celui de l’illustrateur, « ciseleur de types » (p. 104), dont le travail prime sur celui de l’auteur du texte. Enfin cette investigation de terrain met en évidence le décalage entre le lectorat figuré dans les physiologies, souvent identique au type étudié, et le lectorat réel, appartenant à une bourgeoisie plus aisée qui entreprend de thésauriser ces collections produites en séries.

5Envisagée comme un dispositif, la physiologie est ensuite étudiée sous l’angle renouvelé annoncé en introduction de la poétique historique. Plusieurs caractéristiques formelles sont ainsi mises en évidence, comme le lien avec les genres journalistiques du fait-Paris et de la causerie, entre information et fiction, ou encore l’usage décalé d’une esthétique du classement qui entraîne une recréation imaginaire de l’espace social et s’emploie à multiplier et à faire jouer des types et sous-types entre eux. Si cette taxinomie volontiers exhibée concourt à un certain savoir sociologique, elle reste davantage un effet et semble échapper à toute dimension normative, à commencer par sa propre composition. En effet, même si les physiologies fonctionnent en série et n’hésitent pas à se citer et à se copier les unes les autres, créant un tout cohérent, autour d’un paradigme assez stable que retrace Valérie Stiénon, elles laissent une large place à des éléments exogènes, en lien avec le sujet traité. Leur réflexivité rhétorique, pragmatique et médiatique, leur donne également un statut de méta-medium, particulièrement conscient du lien qui unit la dimension artistique aux versants technique et commercial. Finalement si le repérage d’invariants se révèle peu opérant dans cette étude, ce sont au contraire les processus de configuration, de récupération et d’agencement qui vont en constituer le point central. Mais l’on peut également envisager ces textes interstitiels comme un laboratoire formel, travaillant vers la modernité esthétique, ce que montre bien l’étude particulière consacrée à la trajectoire de Balzac, écrivain de La Physiologie du mariage avant de concevoir le projet de La Comédie humaine, texte qui trouvera finalement une place dans ses études analytiques. Cette démonstration permet de remettre en perspective des œuvres souvent écartées par l’histoire littéraire et qui pourtant sont à l’époque en pleine interaction avec les textes consacrés.

6L’étude sociologique des physiologistes qui succède, au plus près des conditions pratiques d’exercice de la littérature, révèle ensuite que ces minores sont le plus souvent des petits journalistes reconnus qui pratiquent avec succès une multitude d’autres genres (vaudeville, chanson, roman, peuso-vulgarisation scientifique) – rappelant l’hybridité formelle de la physiologie bien étudiée auparavant. Malgré une solidarité marquée dans les textes, on ne peut pas parler d’école ou de « génération littéraire » (p. 197). Cependant, par leur réflexion sur le « devenir-personnalité » (p. 189) ou l’érection de panthéons parodiques de contemporains, les physiologies proposent de repenser les processus de légitimation du champ littéraire. En effet, grâce à leur place intermédiaire, à la fois dans et en périphérie, on peut voir en elles d’importants « consignateurs de la chose sociale et artistique » mais aussi des « historiographes alternatifs » (p. 200) de la vie littéraire.

7C’est donc sur ces reconfigurations et leurs moyens d’expression que se clôt magistralement cette réévaluation du genre. La communauté discursive des physiologistes s’établit surtout autour de la blague, du rire, qui est double : le versant satirique apporte un aspect polémique à ces textes d’actualité, tandis que la tendance à la neutralisation de toute portée axiologique par une constante autoréflexivité les rend déceptifs, maintenant ainsi leur statut dans un entre-deux incertain. Ainsi, tout en mystifiant la figure de l’expert scientifique pour se détacher des discours d’époque et déprécier le discours d’importance, les physiologistes, par une esthétique de la désinvolture s’emploient à saper leur propre discours et leur propre légitimité. C’est donc finalement moins le thème qui est mis en avant dans ces textes que la figure auctoriale, problématique et problématisée, notamment grâce à de multiples scénarios.

8Quelle connaissance peut-on finalement tirer des physiologies ? Celles-ci se présentent comme une proto-sociologie, mêlant deux régimes de savoir, scientifique et littéraire, dans une observation exploratoire de Paris et de sa modernisation, notamment par le biais de la figure du flâneur, l’alliance de l’illustration et du texte ou l’esthétique de la saynète qui donnent l’illusion d’une incursion en temps réel dans le quotidien d’un type. À l’issue de ce parcours, l’une de ces petites œuvres est particulièrement mise en valeur pour son apport à l’histoire littéraire : La Physiologie du poète, d’Edmond Texier. En effet celle-ci fixe un état du paysage poétique des années 1840 et analyse les mécanismes menant à la consécration littéraire, opérant ainsi une désacralisation de l’homme de lettres tout en reconnaissant par la négative certains modèles tutélaires. Cette analyse permet donc de conclure sur le statut particulier des physiologistes, ces derniers étant à la fois capables de poser un regard critique et distancié sur le champ littéraire et ses pratiques, de repérer les innovations esthétiques qui caractérisent les grands auteurs – le « typique » –, tout en faisant eux-mêmes preuve de talents créatifs.

9La conclusion, après un efficace rappel du parcours suivi dans les sept chapitres de l’ouvrage, permet de dégager six caractéristiques majeures de la Physiologie : le fait que le genre soit un phénomène de société, son régime de « littérarité conditionnelle », sa transgénéricité, ses dimensions cohésive et déceptive et sa capacité à générer des fictions herméneutiques.

10La rigueur et la clarté d’exposition avec lesquelles la réflexion est menée tout au long de l’ouvrage sont à saluer, et l’on appréciera notamment les quelques pauses définitoires – distinction entre type, stéréotype, cliché (p. 145-147) ; figure du flâneur (p. 267-269) ; fonction médiatrice de la métaphore (p. 253) – qui donnent de la profondeur au texte. Le souci toujours très présent de ne pas faire de l’étude du genre physiologique une simpliste revalorisation pour l’inclure a posteriori dans l’histoire littéraire se fait sentir à travers de régulières mises au point théoriques et méthodologiques, jusque dans la conclusion où la question de « l’appartenance à la littérature » (p. 316) trouve une réponse nuancée. Enfin, on soulignera le plaisir en tant que lecteur à redécouvrir le piquant et les audaces dignes d’un Sterne de ces petits textes à travers les extraits cités, qu’on aimerait peut-être plus nombreux, de même que les illustrations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amélie Chabrier, « Compte rendu de Stiénon (Valérie), La Littérature des Physiologies. Sociopoétique d’un genre panoramique (1830-1845) », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 14 octobre 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://contextes.revues.org/5668

Haut de page

Auteur

Amélie Chabrier

Université Paul Valéry, Montpellier III (RIRRA 21)

Articles du même auteur

Haut de page