Navigation – Plan du site

Compte rendu de Nuijs (Laurence van), La critique littéraire communiste en Belgique. Le Drapeau Rouge et De Rode Vaan (1944-1956)

Bruxelles, Peter Lang, 2012, « Nouvelle poétique comparatiste », 330 p.
Lisbeth Verstraete-Hansen

Texte intégral

1Cet ouvrage, issu d’une thèse de doctorat soutenue à la KULeuven en 2010, se propose d’étudier les contributions sur la littérature dans les pages culturelles des deux quotidiens – l’un francophone, l’autre néerlandophone – du Parti Communiste de Belgique (PCB) dans la période allant de l’immédiat après-guerre aux premières années de la guerre froide. Au niveau général, il s’agit de savoir comment un phénomène politico-littéraire international est adapté à un contexte national ; au niveau plus spécifique, il s’agit de décrire le fonctionnement discursif de la critique littéraire communiste en Belgique.

2Dans le climat idéologique fortement influencé par la doctrine Jdanov qui, dès 1947, divise le monde en deux camps et invite les partis communistes à entrer dans la lutte contre l’impérialisme et le fascisme américains pour sauvegarder la tradition et la culture nationales, la littérature jouera un rôle important. Le « réalisme socialiste » préconisé par la plupart des partis communistes occidentaux sera ainsi étroitement lié à la question du « national ». Or, dans le cadre de l’État belge, l’idée de « nation » ne va pas de soi, et l’interrogation centrale de l’ouvrage concernera donc la définition et la valeur que reçoit ce terme dans les milieux littéraires communistes de part et d’autre de la frontière linguistique. La réponse n’est pas aisée dans la mesure où la conception idéologique de la littérature ne s’est traduite ni en directives précises formulées au niveau central du PCB comme c’est le cas en France, par exemple, ni dans la production littéraire – quantitativement très faible – proprement dite du parti. En revanche, elle s’articule « de manière exemplaire dans la presse quotidienne du parti » (p. 17).

3Jusqu’ici, la question des rapports entre écrivains et communisme en Belgique n’avait été traitée qu’indirectement comme un volet de l’histoire littéraire, intellectuelle ou politique. Ainsi, la manière dont s’articule la conception d’une culture « nationale » au sein du parti n’avait jamais été abordée de front. Il y avait donc une matière à explorer, et Laurence van Nuijs a brillamment relevé ce défi.

4Après avoir rappelé la complexité des rapports entre nationalisme et internationalisme à l’intérieur du discours communiste, Laurence van Nuijs situe son étude dans le prolongement d’un ensemble de travaux sur l’esthétique communiste, notamment ceux qui concernent le réalisme socialiste et la critique littéraire communiste en France (p. 40). Une attention particulière est accordée à trois types de phénomènes : la mise en relation des discours des critiques du corpus étudié avec leurs parcours individuels ; l’orthodoxie considérée comme une réalité mouvante ; la distinction entre une conception de la littérature militante et une conception de la littérature engagée (cf. p. 44-45).

  • 1 Angenot (Marc), La critique au service de la révolution, Louvain/Paris, Peeters/Vrin, 2000.

5Sur le plan méthodologique, l’étude s’inspire de la démarche proposée par Marc Angenot dans son ouvrage La Critique au service de la révolution1, où il soumet à l’analyse la critique littéraire communiste des années 1930 en France. Dans cette perspective, « résolument discursive » (p. 45), le discours critique est considéré comme l’actualisation permanente d’un « axiome » de base qui « conduit chez le critique communiste à une vision manichéenne du réel, distinguant nettement entre deux camps opposés : d’un côté celui des opprimés et du peuple, de la vérité, de l’avenir et de la révolution ; de l’autre celui des oppresseurs et des fascistes, condamnés par le cours de l’histoire » (p. 46). Cet axiome, conduisant à la mise en place d’un canon littéraire national idéologiquement correct, se manifeste dans le discours critico-littéraire communiste par la prédominance du jugement moral et politique sur le jugement esthétique.

6Le corpus de l’étude dont les principes de sélection et de structuration sont exposés en détail dans le deuxième chapitre, est composé d’articles de presse sélectionnés dans la rubrique culturelle hebdomadaire des deux organes du parti. Après une caractérisation générale de la place de la rubrique à l’intérieur du journal, une série de dimensions quantifiables (matérielle, textuelle, institutionnelle et sociologique) permet de présenter sous forme de tableaux un aperçu fort utile de la périodicité des deux rubriques culturelles, du nombre de textes qui y sont publiés ainsi que de l’envergure et de la durée des collaborations individuelles.

7L’étude se poursuit par l’analyse de la critique littéraire parue dans le Drapeau Rouge. Le premier chapitre de cette deuxième partie (chapitre III) aborde le discours sur la littérature nationale durant la période 1944-1949, tandis que les deux derniers traitent de la période 1951-1956.

8Dans la période 1944-1949 (chapitre IV), les critiques littéraires du journal s’identifient, implicitement ou explicitement, à un ensemble littéraire défini comme « belge » comprenant des écrivains belges d’expression française aussi bien que des écrivains belges d’expression néerlandaise. La littérature belge n’est pas abondamment commentée durant la période, mais quelques écrivains du passé (comme Verhaeren ou Lemonnier) sont réinterprétés à la lumière de critères d’évaluation axiomatiques, et quelques écrivains plus jeunes (tels les romanciers Charles-Louis Paron et Franz Hellens ou les poètes Charles Moisse, Christian Dotremont et Joseph Noiret) sont considérés comme des bâtisseurs d’avenir et évalués positivement selon des critères strictement idéologiques (p. 90).

  • 2 La terminologie renvoie au modèle gravitationnel développé par Jean-Marie Klinkenberg dans une séri (...)

9À partir de 1953, le thème d’un héritage littéraire à « récupérer » des mains de la bourgeoisie se fait plus systématique. Les œuvres dignes de figurer dans ce patrimoine seront caractérisées par trois éléments dérivés du socle idéologique communiste : elles se mettent au service du progrès, du peuple et de la nation. Les critiques distinguent trois phases « progressistes » dans l’histoire littéraire nationale : d’abord, le romantisme « sain » de Charles Potvin et Hendrik Conscience ; le réalisme, ensuite, comprenant aussi bien des écrivains d’expression française comme Charles De Coster, Camille Lemonnier, Émile Leclercq et Demoulin (p. 106) que des écrivains d’expression néerlandaise comme par exemple Eugeen Zetternam et Cyriel Buysse ; un art progressiste et socialiste, enfin, représenté par des écrivains comme Georges Eekhoud, Émile Verhaeren, Eugène Demolder ou Hubert Krains ainsi que par des écrivains d’expression néerlandaise comme par exemple Guido Gezelle. À noter, comme le fait l’auteure, que la mise en évidence d’une tradition nationale considérée comme l’expression d’un peuple belge représente un écart évident par rapport aux tendances « centripètes2 » (c’est-à-dire orientées vers Paris) qui dominent alors dans l’histoire de la littérature belge d’expression française.

10L’analyse du discours sur la littérature nationale contemporaine durant la période 1951-1956 (chapitre V) s’arrête surtout à la série d’articles intitulée « Le billet de Vingtras » et aux contributions de Fernand Lefebvre sur la poésie. Derrière le pseudonyme de Vingtras se dissimule l’écrivain David Scheinert qui sera, durant dix-huit mois, un collaborateur assidu de la rubrique culturelle. Scheinert y présentera nombre d’écrivains contemporains – étrangers aussi bien que belges – tout en abordant des thèmes comme la liberté de l’écrivain, l’ancrage national et le réalisme socialiste qui donnent lieu à des énoncés programmatiques.

11Laurence van Nuijs se penche ici sur la question de la nature plus ou moins militante de la conception littéraire de Scheinert tout en accordant « une attention particulière à la manière dont considérations esthétiques et idéologiques sont liées les unes aux autres » (p. 125). En effet, si le discours de Vingtras se fonde sur une forme légèrement atténuée de l’axiome de base de la critique littéraire communiste – le passage du régime capitaliste au socialiste n’est pas en cours mais souhaitable (cf. p. 125) – l’exigence de la présence d’un point de vue idéologiquement correct, notamment d’une perspective optimiste, ressort des œuvres littéraires avancées en guise d’exemples. En revanche, bien que son « discours sur la poésie [soit] sous-tendu par la même conception ‘politique’ de la littérature qu’ailleurs, il s’agit du seul endroit dans le discours du critique où s’observent quelques considérations qui relèvent d’une logique plus ‘autonome’ » (p. 141).

  • 3 Selon la terminologie de Paul Dirkx dans Les « Amis Belges ». Presses littéraire et franco-universa (...)

12La critique de la poésie est principalement entre les mains de Fernand Lefebvre qui, déjà dans l’immédiat après-guerre, avait formulé l’exigence que la poésie soit réaliste et qu’elle dénonce l’injustice et l’oppression. Cette conception ne change pas fondamentalement par la suite, mais des modifications importantes surviennent dans son discours dans le Drapeau Rouge. D’abord, et contrairement à la position exprimée dans l’édition belge des Lettres françaises en 1949, Lefebvre adopte la perspective historico-littéraire centrifuge qui insiste sur l’ancrage national belge ; ensuite, il assouplit le critère axiomatique par rapport à la poésie, désormais considérée comme légitime « à partir du moment où elle thématise la vie quotidienne » (p. 145). Laurence van Nuijs rapporte cette évolution au modèle de la poésie nationale – fondé sur le recours au vers classique – préconisé par Aragon en France vers la fin de la période étudiée. Démarche que Lefebvre, changeant encore une fois de position sur la question nationale, inscrira dans une perspective « centripète », voire « franco-universaliste3 », c’est-à-dire une perspective fondée sur la croyance en la supériorité culturelle absolue de la France : « La tradition nationale française n’est pas, selon Lefebvre, uniquement celle de la France, mais celle de l’ensemble des poètes et des écrivains qui s’expriment en français. Dans ce contexte, Lefebvre en vient à nier l’idée même d’une nation et, avec elle, d’une littérature belges » (p. 147 ;les italiques sont de l’auteure).

13En abandonnant ses positions antérieures pour se rallier à la démarche aragonienne, Lefebvre défend maintenant une vision littéraire en opposition totale à la conception littéraire exprimée par Scheinert qui, lui, « témoigne d’une réticence envers l’usage de la rime et de la défense d’une littérature nationale belge et non française » (p. 149 ;les italiques sont de l’auteure) sans pour autant – contrairement à ce qu’il fera ailleurs – contester ouvertement dans le Drapeau Rouge le recours au vers classique (p. 132).

14Une dernière observation relevée à propos du discours critico-littéraire dans le Drapeau Rouge, concerne la réception stratégique dont Scheinert fait l’objet. Deux ans avant sa collaboration régulière à la rubrique culturelle, Scheinert est considéré par Lefebvre comme un écrivain « à la croisée des chemins » ; début 1955, parallèlement à son engagement accru dans les milieux de gauche et sa collaboration au Drapeau Rouge, le même écrivain fait l’objet d’une réception favorable qui, cependant, se transforme en silence absolu lorsqu’il prend position contre le retour au vers traditionnel ardemment défendu par Lefebvre. La réception plus ou moins positive de Scheinert semble donc aller de pair avec sa plus ou moins grande volonté de s’aligner sur les fluctuations de l’orthodoxie communistico-littéraire importée de France par Lefebvre.

15Au terme de la première partie, l’auteure conclut que les contributions sur la littérature nationale contemporaine dans le Drapeau Rouge sont, dans leur totalité, sous-tendues par une conception militante et politique de la littérature. Les différences mises au jour concernent l’attitude à adopter vis-à-vis des positions communistes françaises et, vers la fin de la période, des définitions conflictuelles de l’idée de « littérature nationale » dans le contexte belge. Mais – et ici Laurence van Nuijs mobilise la distinction entre une conception « militante » et une conception « engagée » de la littérature forgée par Benoît Denis à partir du clivage observable entre deux positions littéraires dans le champ littéraire français d’après-guerre – ces différences n’impliquent « en aucun cas l’abandon de la conception militante de la littérature en faveur d’une conception “engagée”, à partir de laquelle le réalisme socialiste se verrait critiqué » (p. 151).

  • 4 Dans un compte rendu de l’ouvrage Le réalisme socialiste en France (Aron (Paul), Matonti (Frédériqu (...)
  • 5 Denis (Benoît), « Les écrivains engagés et le réalisme socialiste », in Aron (Paul), Matonti (Frédé (...)

16La critique du réalisme socialiste semble ici constituer un critère décisif pour définir la conception littéraire exprimée par les écrivains belges dans le quotidien communiste4, mais il y a peut-être lieu de se demander si des positionnements décrits à partir du champ français sont transférables tels quels dans l’espace des possibles belge, organisé selon d’autres logiques, autour d’autres conflits et d’autres enjeux. Benoît Denis écrit au sujet du champ français que, « [d]ans le cas des écrivains engagés, l’exclusion du réalisme socialiste a cependant une fonction avant tout pragmatique : dans le continuum qui va de la littérature pure à la littérature la plus hétéronome, il s’agit de placer l’esthétique officielle du Parti à la pointe la plus extrême de l’hétéronomie littéraire, pour en faire l’incarnation indépassable de la propagande, c’est-à-dire d’une littérature intégralement soumise à des injonctions extérieures au champ5 ».

17La conception littéraire exprimée par Scheinert dans les colonnes de l’organe est décrite comme « de part en part hétéronome » (p. 275) ce qui nous semble tout à fait juste pour décrire la manière dont s’articule le politique et le littéraire chez Scheinert. Mais est-ce qu’une conception politique de la littérature s’accompagne nécessairement d’une soumission aux normes esthétiques dictées par des instances extérieures, in casu le PCF, et relayées par Lefebvre ? Jusqu’à quel point ce politique et ce littéraire sont-ils interprétés par Scheinert selon l’orthodoxie communiste ? Que se passe-t-il quand l’esthétique communiste axiomatique change de contours ? L’auteure soulève la question du degré d’orthodoxie des conceptions littéraires des écrivains et critiques dans sa conclusion (p. 274) mais, nous semble-t-il, sans l’avoir systématiquement prise en compte dans les analyses.

18La troisième partie de l’ouvrage se penche sur le quotidien néerlandophone du PCB, le Rode Vaan. À l’exception du premier chapitre consacré à la présence d’écrivains francophones dans les pages culturelles, cette partie suit une logique chronologique en examinant quatre périodes successives du quotidien à travers les écrits de ses figures les plus marquantes : Louis-Paul Boon (1944-1946), Emmanuel Laureys (1946-1949), Jozef Versou (1951-1953) et Maarten Thijs (1951-1956).

19L’analyse de la présence d’écrivains belges francophones met en évidence que le discours du Rode Vaan est sous-tendu par une autre délimitation « nationale » de la littérature que son homologue de langue française. Si l’on trouve de rares occurrences d’une délimitation nationale « belge » ou même « grand-néerlandaise », c’est l’idée d’une nation flamande qui domine dans le discours de rédacteurs plus réguliers du Rode Vaan (cf. p. 163). Dans cette logique, Charles De Coster n’est pas présenté comme un modèle à suivre pour les « progressistes belges », mais comme un modèle pour la « Flandre progressiste » (p. 159). Ailleurs est formulé le regret que Georges Eekhoud, Émile Verhaeren et Max Elskamp aient écrit en français, suggérant par-là que « pour témoigner de manière authentique de la Flandre, un écrivain est censé s’exprimer de préférence en flamand » (p. 160).

20La période 1944-1946 est analysée à travers la figure de Louis-Paul Boon qui, dans les colonnes du quotidien, soutient l’idée de l’art comme représentation du « réel ». Laurence van Nuijs cherche ici à voir dans quelle mesure ce réel s’interprète selon une vision communiste du monde et conclut que, même si un statut secondaire est accordé à la forme, le contenu que l’artiste se doit d’exprimer – « le réel profondément vécu par l’artiste » – est défini de manière plus large que chez les critiques communistes et que, par conséquent, il s’ensuit une plus grande liberté formelle pour l’artiste (cf. p. 186). Ainsi, la sensibilité de Boon pour l’innovation formelle et le surréalisme constitue une inflexion au discours communiste axiomatique, même si, dans l’immédiat après-guerre, le PCB se montre encore relativement ouvert envers les surréalistes. Cette dernière observation touche au phénomène qu’illustrent également les positionnements successifs de Lefebvre dans le Drapeau Rouge, à savoir le fait que « l’esthétique communiste axiomatique » et, partant, l’orthodoxie, est une réalité mouvante.

21Par ailleurs, Laurence van Nuijs évoque la controverse qui entoure la place à donner aux contributions de Boon pour le Rode Vaan au sein de l’évolution globale de sa conception littéraire et artistique, mais elle signale aussi que cette question dépasse l’enjeu de l’ouvrage (p. 175). Cette question, cruciale par rapport à la problématique traitée dans l’ouvrage, méritait pourtant une discussion plus approfondie dans la mesure où elle concerne la nature des discours étudiés et le degré de contrôle auquel ils ont – ou n’ont pas – été soumis. S’agirait-il, dans certain cas, d’un discours d’allégeance ? Et trouverait-on une autre expression d’allégeance dans l’« autocritique publique, sur la base de critères axiomatiques » (p. 195) que constitue le compte rendu critique que Boon fait de son propre roman Abel Ghoelaerts ? Un phénomène qui, curieusement, se reproduira quelques années plus tard dans le Drapeau Rouge, où c’est au tour de Scheinert d’essayer d’attribuer du sens à son parcours littéraire dans une perspective axiomatique.

22L’analyse méticuleuse du discours de Boon met en évidence qu’il s’agit d’un discours à facettes multiples qui ne se laisse pas facilement réduire à un modèle axiomatique façonné d’avance. L’auteure en conclut que même s’il y a incontestablement une présence d’éléments axiomatiques dans les textes critiques de Boon, celui-ci est le seul de tous les critiques littéraires étudiés à défendre une conception « engagée » de la littérature (selon la définition reprise à Benoît Denis) dans la mesure où la littérature n’est jamais, chez Boon, la simple expression d’une certaine idéologie (p. 197). Par là, il s’oppose à Emmanuel Laureys dont les textes publiés dans la période 1944-1949 sont analysés dans le chapitre suivant (chapitre VIII).

23Laureys, qui a milité dans le parti nationaliste flamand, propose une réflexion sur le rôle du critique qui, selon lui, a pour mission d’évaluer dans quelle mesure l’œuvre littéraire rend compte du cours de l’histoire, ce qui, dans son discours « équivaut à confirmer la vision marxiste de l’histoire » (p. 202). Les analyses des articles de Laureys font pourtant apparaître un discours qui est loin d’être univoque et qui, par endroits, combine principes hétéronomes et principes autonomes « propres au système littéraire ‘bourgeois’ » (p. 206).

24Cette sorte d’incohérence par rapport au discours le plus axiomatique est absente du discours de Jozef Versou dont les contributions sont analysées dans le chapitre IX, qui couvre la période 1951-1953. Versou représente l’une des rares applications « tout à fait rigoureuses et explicites des axiomes de base communistes à la littérature flamande » (p. 221). Son discours assigne à la littérature une double fonction à la fois comme « reflet » des forces qui régissent le cours de l’histoire et comme force agissante dans cette même histoire, que cela soit au service du progrès ou de la réaction (cf. p. 224).

25Dans ses évaluations, Versou accorde une importance majeure au contexte historique dans lequel ont été écrites les œuvres. Ainsi, aux écrivains du XIXe siècle qui ignoraient les mécanismes sociaux révélés par les analyses marxistes, certaines insuffisances idéologiques peuvent être pardonnées, alors que les mêmes erreurs peuvent entraîner l’exclusion du canon à l’époque contemporaine. Le discours critique de Versou, qui est d’ailleurs très au fait du débat historico-littéraire français, contient des réflexions poussées sur des notions somme « réaction », « populisme » et « progressisme » (p. 247) et est considéré par Laurence van Nuijs comme plus systématique et articulé que celui du Drapeau Rouge.

26Le dernier portrait de cette troisième partie est consacré à Maarten Thijs dont le parcours dans les milieux communistes de l’après-guerre a été sinueux. Renvoyé du Rode Vaan en 1947 pour avoir soutenu Boon dont il se fera plus tard un critique sévère, Thijs revient au journal en 1951 après avoir fait son autocritique. Un grand nombre de ses articles sont consacrés à des écrivains flamands (Verschaeve, Msusche, Elsschot, Herman Teirlinck, Marnix Gijsen, Boon, Hubert Lampo, Piet van Aken), mais Thijs est un critique exigeant et seuls quelques poètes communistes (Mark Braet, Vic Van Saarloos) et écrivains étrangers traduits en néerlandais au début des années 1950 (Alexis Tolstoï, André Stil) ont, à ses yeux, pleinement réalisé l’idéal littéraire communiste.

  • 6 De fait, c’est principalement le contexte français qui tient lieu de contexte international dans l’ (...)

27En conclusion, on retrouve dans le quotidien communiste flamand, l’idée d’un patrimoine littéraire national à découvrir. Mais comme les critiques du Rode Vaan associent le progressisme au nationalisme flamand – et non pas belge – le canon littéraire national est nécessairement différent dans les deux journaux. C’est une conclusion intéressante, et il aurait été intéressant de savoir si un même constat valait pour le canon international, car il y a, ici et là, quelques indications qui suggèrent que les deux quotidiens belges ne s’abreuvaient pas entièrement aux mêmes sources internationales : le débat sur le recours au vers traditionnel pour une poésie véritablement nationale ne semble pas avoir interpellé les écrivains flamands, et on ne retrouve pas, dans le discours d’un critique comme Versou, la rhétorique jdanovienne anti-américaine observable dans le Drapeau Rouge (cf. p. 242). Une analyse plus poussée de cette dimension permettrait de voir si « le phénomène politico-littéraire » importé de part et d’autre de la frontière linguistique était bien le même phénomène où si, à l’inverse – comme le voudrait une hypothèse féconde dans les recherches sur la circulation internationale des discours –, les textes et modèles importés ont varié en raison des besoins culturels spécifiques de l’espace d’accueil. On sort ici de la perspective « résolument discursive », mais il nous semble qu’il y aurait quelque bénéfice à tirer d’une description plus « épaisse » de la dimension internationale (traductions, réseaux, médiateurs) du débat6.

28Dans la conclusion générale, l’ouvrage constate que la critique littéraire communiste du Drapeau Rouge et du Rode Vaan pendant l’immédiat après-guerre et les débuts de la guerre froide place la littérature dans une position hétéronome où elle fait l’objet d’une évaluation morale ou politique considérant comme seule littérature légitime une littérature optimiste qui dénonce la société capitaliste et annonce l’avènement d’une société meilleure.

29Ces conclusions reposent sur une base documentaire très solide et procèdent d’une série d’analyses approfondies menées de manière très conséquente et très convaincante et qui ont le grand mérite d’introduire des catégories d’évaluation qui permettent de structurer et d’apprécier le fonctionnement discursif de la critique littéraire communiste. Ainsi, l’auteure parvient à démêler toute la complexité d’un discours à première vue extrêmement répétitif et homogène, mais au sein duquel se trouvent de nombreuses variantes dans la manière de définir les contenus et les valeurs idéologiques que la littérature légitime doit véhiculer. Cette complexité ainsi mise au jour suggère que le discours critique examiné est aussi, par moments, un site de négociations entre axiomatique esthétique communiste d’une part, et axiomatique esthétique individuelle (selon la terminologie de Marc Angenot) de l’autre, et sur ce point nous en venons à nous demander si l’opposition binaire « hétéronomie (conception militante) versus autonomie (conception engagée) » permet d’épuiser toute la question des logiques discursives en jeu dans les milieux intellectuels communistes en Belgique. En ce qui concerne les écrivains de langue française, on peut penser ici à la problématique institutionnelle concernant l’indépendance/la dépendance par rapport au champ français – problématique que l’ouvrage saisit à travers le modèle gravitationnel et les deux perspectives « centrifuge » et « centripète » – qui complique leur rapport au « national » d’une manière qui n’a pas d’équivalent dans les milieux communistes français ; on peut également penser à la question de l’orthodoxie esthétique importée de France et aux fluctuations auxquelles elle est soumise.

30L’ouvrage esquisse quelques pistes qui permettraient de prolonger et sans doute aussi de nuancer différents aspects de la réflexion. Ainsi, il serait tout à fait pertinent de comparer, aussi bien dans une perspective synchronique que dans une perspective diachronique, les discours tenus par les écrivains et critiques dans d’autres revues et publications moins – ou pas du tout – soumises au contrôle politique communiste. Il serait également d’un grand intérêt d’analyser dans quelle mesure le discours tenu par un écrivain dans les colonnes de la presse communiste correspond à la réalité de son œuvre. Mais pour ce faire, il fallait d’abord établir et explorer la critique littéraire communiste de ces années imprégnées par une conception politique de la littérature. C’est ce qu’a fait de manière magistrale Laurence van Nuijs qui, en plus de ses analyses claires et précises, nous offre une bibliographie primaire très utile pour les travaux ultérieurs que ne manquera pas d’inspirer son étude.

Haut de page

Notes

1 Angenot (Marc), La critique au service de la révolution, Louvain/Paris, Peeters/Vrin, 2000.

2 La terminologie renvoie au modèle gravitationnel développé par Jean-Marie Klinkenberg dans une série d’articles parus entre 1968 et 1981. (Voir par exemple Klinkenberg (Jean-Marie), « La production littéraire en Belgique francophone. Esquisse d’une sociologie historique », Littérature. L’Instituion littéraire II, n◦44, 1981, p. 33-50.) Dans ces articles, le modèle prend son point de départ en Belgique, ce qui veut dire que le terme « centripète » décrit la tendance nationalisante et « centrifuge » l’orientation parisienne. Cependant, en 2005, dans un ouvrage co-édité avec Benoît Denis (La Littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Labor, 2005), Klinkenberg revient sur le modèle dont il situe maintenant le centre en France, renversant en conséquence l’emploi des termes de manière à ce que la tendance « centripète » dans l’histoire littéraire belge signifie désormais une orientation vers la France, tandis que l’orientation « centrifuge » explique la valorisation de l’appartenance belge.

3 Selon la terminologie de Paul Dirkx dans Les « Amis Belges ». Presses littéraire et franco-universalisme, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2006.

4 Dans un compte rendu de l’ouvrage Le réalisme socialiste en France (Aron (Paul), Matonti (Frédérique) et Sapiro (Gisèle) (dir.), Sociétés & Représentations, 15, 2002, 424 p), Catherine Depretto relativise en effet le poids qu’il faut accorder à l’importance de la notion de « réalisme socialiste » dans le champ littéraire français : « Même s’il continue d’apparaître comme un espace second de la culture française, le réalisme socialiste français mérite sans doute qu’on s’y intéresse, ne serait-ce que parce qu’il touche des écrivains importants comme Aragon ou Nizan et éclaire certaines prises de position comme celles de Sartre ou de Roland Barthes dans les années 1950 […]. Mais on pourrait aller plus loin et s’interroger davantage sur ce caractère second. Certes, il tient à la position marginale de ce qui relève de la sphère communiste dans le contexte culturel français, en particulier avant-guerre, mais le peu d’intérêt que suscite la question du réalisme socialiste chez les Français, y compris chez les intellectuels communistes, peut aussi nous orienter vers d’autres pistes. Si les Français ne passent pas trop de temps à s’interroger sur la question, c’est qu’ils ne sont pas dupes des mots et qu’ils ont compris d’emblée qu’on a affaire à un slogan politique, réclamant un art de parti, ce qu’ils ne souhaitent pas vraiment et qui ne correspond pas aux traditions culturelles françaises : l’engagement personnel ne signifie pas forcément art de parti ». (Cahiers du monde russe, 44-4, 2003, p. 4 (version pdf)).

5 Denis (Benoît), « Les écrivains engagés et le réalisme socialiste », in Aron (Paul), Matonti (Frédérique) et Sapiro (Gisèle) (dir.), « Le réalisme socialiste en France », Sociétés & Représentations, 15, 2002, p. 252.

6 De fait, c’est principalement le contexte français qui tient lieu de contexte international dans l’ouvrage, ce qui paraît largement justifié dans la deuxième partie consacrée au Drapeau Rouge. Mais à part la référence à Theun De Vries qui écrit sur Charles De Coster dans le Rode Vaan, il y a, dans la troisième partie de l’étude, peu de références aux milieux intellectuels communistes des Pays-Bas, et la bibliographie secondaire n’est guère plus fournie en études sur les écrivains et critiques néerlandais. Il faut avouer que nous ignorons si le débat sur le réalisme socialiste et l’importance du patrimoine culturel national n’a tout simplement pas eu lieu aux Pays-Bas, ou si les écrivains flamands n’ont pas entretenu des contacts particuliers avec ce pays voisin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisbeth Verstraete-Hansen, « Compte rendu de Nuijs (Laurence van), La critique littéraire communiste en Belgique. Le Drapeau Rouge et De Rode Vaan (1944-1956) », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 01 novembre 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://contextes.revues.org/5673

Haut de page

Auteur

Lisbeth Verstraete-Hansen

Copenhagen Business School

Articles du même auteur

Haut de page